Version classiqueVersion mobile

Cluny et la couleur

 | 
Bénédicte Bertholon
, 
Magali Orgeur

Les enduits peints trouvés en fouille à l’abbatiale de Cluny (Saône-et-Loire)

2. Confrontation des décors avec la typologie des enduits de support

Bénédicte Palazzo-Bertholon

Texte intégral

2.1. Quels enduits de support pour chaque décor ?

1Les enduits peints ont servi de base à la constitution d’une typologie des mortiers de support (TYPES A à T), sur la base de critères macroscopiques consignés dans une fiche d’enregistrement.

2La confrontation des décors répertoriés par numéros (décor 1 à décor 11) avec la typologie des mortiers sous-jacents apporte diverses informations :

31. La typologie des mortiers ne correspond pas strictement à la typologie des décors, c’est-à-dire que nous n’avons pas un type de mortier par décor, ce qui aurait été un cas de figure particulièrement simple et visible dès le début de l’étude de cet ensemble.

42. Chaque décor est posé sur différents types d’enduits répertoriés. On observe en effet qu’un même décor peut être appliqué sur des supports qui se distinguent légèrement à l’échelle macroscopique. Trois raisons peuvent expliquer cette variation des mortiers :

  • soit les enduits appartiennent effectivement à des phases de chantier distinctes et l’on recouvre ces pièces différentes avec un même décor afin de l’homogénéiser après une transformation des élévations (percement ou bouchage d’une ouverture par exemple) ;
  • soit les enduits employés dans une même phase de travaux présentent une variabilité de composition et de texture. Dans ce cas, c’est la mise en œuvre du chantier qui est en cause : le temps de construction peut être long et induire le recrutement de plusieurs équipes de maçons qui travaillent différemment et un approvisionnement varié en matières premières (sables et liants) ;
  • soit plusieurs décors se superposent sur un même enduit de support, ce qui est le cas de certaines stratigraphies des enduits de Cluny composant ce corpus.

5A partir de l’observation macroscopique, on constate que plusieurs décors sont effectivement appliqués sur un même enduit de support (types A à T).

6C’est le cas notamment de l’enduit de TYPE O, qui est contemporain d’une phase romane, par stratigraphie qui date ces fragments avant l’époque gothique. Cet enduit de TYPE O présente une superposition de deux à trois décors différents, avec un premier badigeon, puis un second badigeon blanc par-dessus et un troisième badigeon beige recouvert de faux joints peints en blanc (sans incisions). Dans cet exemple, l’enduit est d’une première phase romane, mais le dernier décor, visible à la surface, n’est pas contemporain de l’enduit de support mais appartient en revanche à une phase plus tardive, soit romane, soit gothique.

7Par ailleurs, l’étude stratigraphique des enduits à l’échelle macroscopique fournit des informations sur la succession des décors.

8Ainsi, l’enduit de TYPE J est retrouvé en stratigraphie, posé sur l’enduit de TYPE A ou B. Dans la mesure où ces trois TYPES A, B et J conservent en surface des décors communs, on peut en déduire qu’ils ont été appliqués successivement dans le temps de la mise en œuvre, mais qu’ils appartiennent néanmoins à une même phase de décoration des élévations.

9De la même façon, l’enduit de TYPE K présente deux décors superposés. Le premier décor appliqué sur l’enduit correspond aux multiples petits fragments de faible épaisseur et variés en couleurs, qui appartiennent à un décor roman de belle qualité. Sur ce décor roman, un second décor est conservé par endroits : les faux joints incisés et peints en blanc sur fond jaune, sont posés en revanche, sur un badigeon de 0,5 mm d’épaisseur en moyenne. Le décor de faux joints blancs incisés sur fond jaune est donc postérieur en chronologie au décor roman de belle qualité sur lequel il est ajouté.

2.2. Quels décors sur chaque type d’enduit de support ?

10Le tableau ci-dessous fournit une vision synthétique des différents décors que l’on trouve sur chaque type d’enduit, fournissant un certain nombre d’informations.

  • 3 L’enduit de type L porte une couche picturale verte en surface (...)

11Le regroupement des décors en fonction du support d’enduit confirme qu’il n’y a pas de correspondance stricte entre enduit de support et décor de surface. Certains enduits ne portent pas de décor (enduits de type C, E, H, L, M, P, R, S, T) identifié3. Pour une majorité d’entre eux (type E, H, L, S, T), il s’agit d’enduits contenant du tuileau, à destination hydraulique. Certains enduits ne portent qu’un seul type de décor, tels que les types G, I et Q. D’autres, au contraire, sont recouverts par deux à cinq décors différents. L’enduit de type O par exemple, est recouvert par cinq décors différents : soit il est appliqué sur une grande surface et a été couvert de décors différents mais contemporains, soit il a été couvert de décors qui se sont succédés dans le temps.

Notes

3 L’enduit de type L porte une couche picturale verte en surface, mais elle n’a pas été répertoriée au titre d’un décor défini dans la typologie.

© ARTEHIS Éditions, 2021

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search