Version classiqueVersion mobile

La genèse du village

 | 
Antoine Guicheteau
, 
Vincent Marchaisseau
, 
Amélie Quiquerez

Les origines des habitats groupés de la Plaine de Troyes : les exemples de Ruvigny et Saint-Léger-près-Troyes (Aube)

Vincent Marchaisseau

Texte intégral

  • 1 Je tiens à exprimer mes plus vifs remerciements à David Duda (topographe, Inrap Grand Est) pour av (...)

1Le secteur géographique autour de l’agglomération troyenne fait l’objet depuis plusieurs années d’un programme commun de recherche initié par V. Riquier et portant sur l’« Évolution d’un territoire rural des premiers agriculteurs au premier réseau villageois » (Riquier, 2017 ; Riquier, Grisard, Le-Goff, 2017). Ce PCR porte sur 70 communes pour une aire d’environ 20 km de diamètre (768 716 ha). Deux localités ont retenu notre attention en raison du nombre et de la localisation des opérations d’archéologie préventive situées au plus près de leur centre ancien, et permettant de dresser un bilan des origines alto-médiévales de ces deux formes d’habitat groupé1.

2Le village de Ruvigny se situe en rive droite de la Seine, au sein de la vallée de la Barse (fig. 1), tandis que Saint-Léger est en rive gauche dans la vallée de la Hurande. Ces deux entités se trouvent à la limite entre la Champagne sèche ou crayeuse, dominée par la craie blanche du Crétacé supérieur, et la Champagne humide, domaine des marnes et argiles du Crétacé inférieur (Albien). Le couloir de la Seine forme la colonne vertébrale de cette entité géographique au centre.

Fig. 1. Localisation de la zone d’étude du PCR et des villages de Ruvigny et Saint-Léger-près-Troyes. (© DAO V. Riquier).

3Le cadastre napoléonien permet de connaître l’étendue et la forme de l’organisation villageoise au début du XIXe siècle (fig. 2) ; il démontre une organisation bien différente entre ces deux habitats groupés. Saint-Léger s’apparente à un village-rue sur la rive droite de la Hurande, associé au hameau de Cervet sur la rive gauche, lui aussi hameau-rue, avec, 725 m plus au sud, un regroupement au carrefour de deux voies : le hameau d’Herbigny. À Ruvigny, l’organisation spatiale semble plus nébuleuse, plus « éclatée » pour reprendre l’expression de Daniel Pichot (Pichot, 2002), avec deux regroupements lâches autour du lieu de culte et d’une place 500 m plus à l’est. Des fermes isolées sont également présentes sur cette commune de la vallée de la Barse. L’aspect traditionnel des villages dans la Plaine de Troyes comprend à la fois des habitats groupés autour du noyau villageois, sous la forme généralement de villages-rue, ainsi qu’une multitude de hameaux et quelques fermes isolées (Peudon, 2003, p. 184).

Fig. 2. Aspect des villages de Ruvigny et de Saint-Léger-près-Troyes d’après le cadastre napoléonien. Sources : Archives départementales de l’Aube (© DAO V. Marchaisseau).

1. Les données historiques

  • 2 La titulature même de l’église Saint-Léger suggère une fondation ancienne (le martyr de l’évêque a (...)

4Ruvigny et le hameau d’Herbigny (commune de Saint-Léger) apparaissent en tant que villa dans une charte de confirmation des biens de l’abbaye de Montier-la-Celle (monastère de fondation royale sous Clovis II, vers le milieu du VIIe siècle). En effet, à la demande du comte de Troyes, Aleran II, Charles le Chauve confirme une liste de biens dont Albiniacum et Ruviniacum vers 866-871 (Crété-Protin, 2002, p. 339). L’habitat de Saint-Léger en lui-même n’apparaît pas dans les documents d’archives avant le XIIe siècle où il est alors dénommé Montreuil (Monasteriolum villa en 1107). Le vocable de l’église ne s’imposera que dans le courant du XIVe siècle pour désigner le village2. La mainmise sur ces deux habitats de l’abbaye troyenne se poursuit durant tout le Moyen Âge, cette abbaye possède notamment l’ensemble des dîmes et des droits de justice.

5Un document de la fin du XIIIe siècle, relatif à l’état des bois situés aux environs de Troyes, recense le nombre de feux par habitat : Saint-Léger et Herbigny sont parmi les plus peuplés du secteur avec 40 feux chacun ; à Montreuil se trouvent également 20 maignies (un dérivé en langue vernaculaire du mot manse), témoignant là encore de l’importance des possessions monastiques sur cet habitat (Longnon, 1901, p. 195 ; Roserot, 1948, p. 691‑692). Ainsi, les habitats de Ruvigny et Saint-Léger semblent partager une certaine « communauté de destin » depuis au moins le IXe siècle, à tout le moins dans leur cadre administratif et juridique.

6Ces deux secteurs ont été fortement investis par l’archéologie préventive depuis une vingtaine d’années, en raison notamment de la construction de lotissements. Ruvigny est renseigné par quatre opérations de fouille, dont deux se situent au contact du centre villageois. Située plus en périphérie à Saint-Léger, seule une fouille a permis de renseigner le hameau d’Herbigny ; en revanche, la proximité du Parc Logistique de l’Aube (250 ha sondés, 43 ha fouillés) autorise une vision sur le très long terme pour les occupations de cette zone (Riquier, 2013 ; Riquier et al., 2015). Une description a minima de chaque occupation inventoriée est un préalable à une tentative de synthèse concernant la naissance de ces deux formes d’habitat villageois.

2. Les occupations médiévales de Ruvigny

7Au lieu-dit « Les Demeures du Bois », une fouille a été réalisée en 2010 sous la direction d’A. Rémy sur une superficie d’1,5 ha (Rémy et al., 2013). Cette opération comprend un noyau domestique des VIe-VIIIe siècles comptabilisant une dizaine de structures datées : des silos, deux fours et deux puits (fig. 3). L’un d’eux conserve un tonneau réutilisé dont les douves en sapin ont pu être datées par dendrochronologie de 773 ap. J.-C. Ce puits semble faire la transition chronologique vers la période carolingienne qui ne comprend que quatre structures : uniquement des fosses, dont la fonction première est mal caractérisée. Dans certaines d’entre elles, on observe un remplissage de couches très charbonneuses, témoignant sans doute de rejets de foyers et donc d’une occupation domestique à proximité immédiate. Trois sépultures isolées leur sont associées chronologiquement (VIIIe-IXe siècles).

Fig. 3. Plan des occupations du haut Moyen Âge de Ruvigny, « Les Demeures du Bois » (© DAO A. Rémy)

8Le site de « Grande Rue/Les Moissons », au nord du village, présente le plan complet d’une occupation domestique sur 3 700 m² (Rémy, 2010) dont toutes les composantes semblent présentes : un bâtiment d’habitation de petites dimensions, sur six gros poteaux porteurs (36 m²), plusieurs petits bâtiments annexes, deux cabanes excavées et des silos et fosses domestiques (fig. 4). Cette unité agro-pastorale, sans doute à l’échelle d’une famille, est organisée autour d’un espace vide de type cour. La chronologie, qui ne repose que sur seize structures pour un total de 388 tessons de céramique, est centrée sur les Xe-XIe siècles. Une sépulture isolée est antérieure, datée des VIIe-VIIIe siècles d’après la datation radiocarbone.

Fig. 4. Plan de l’occupation des Xe-XIe siècles de Ruvigny « Grande-Rue/Les Moissons » (© DAO A. Rémy, D. Duda, V. Marchaisseau).

9La fouille « Proche l’Église » se situe face à l’édifice de culte et a porté sur une superficie de 6 954 m² (Roms, 2018). Bien que située au cœur du petit centre villageois reconnu pour le XIXe siècle, l’occupation médiévale n’apparaît que tardivement et demeure ténue : vingt-deux structures datées de la fin du XIe - première moitié du XIIe siècle (fig. 5). De surcroît, le type de vestiges conduit à s’interroger sur le caractère domestique du site : des fossés de drainage nombreux et conséquents, dans leur creusement comme dans leur entretien (dénotant des ouvrages collectifs ?), associés à quelques fosses indéterminées et deux cabanes excavées. Il faut sans doute plutôt voir là des vestiges permettant l’exploitation du terroir, notamment par le biais d’un drainage des terrains en bordure de la Barse. La quantité de mobilier est également faible avec notamment 1 008 tessons pour l’ensemble du Moyen Âge ; la première phase d’occupation (fin du XIe - première moitié du XIIe siècle) comprend 622 NR céramique dont 393 proviennent d’une seule cabane excavée.

Fig. 5. Plan des occupations médiévales des opérations « Proche l’Eglise » et « Le Pré aux Chevaux » (© DAO C. Roms, C. Pesenti, D. Duda, V. Marchaisseau).

10Cette occupation de la fin du haut Moyen Âge ne connaît d’ailleurs pas de postérité immédiate puisqu’il existe un hiatus d’un siècle ensuite ; les premières structures indéniablement en lien avec un habitat n’apparaissent que durant la seconde moitié du XIVe siècle sous la forme de caves. En surface, les quatre bâtiments reconnus sont construits sur solins ou plots en moellons crayeux ; ils n’apparaissent dans ce secteur qu’à l’extrême fin du Moyen Âge (seconde moitié du XVe - première moitié du XVIe siècle). Leurs dimensions modestes n’invitent pas à voir ici des bâtiments d’habitation mais plutôt des annexes, vraisemblablement en fond de parcelle.

11Sur l’opération du « Pré aux Chevaux », située 175 m à l’est de l’église (Pignot et al., 2011 ; Pesenti, Gaugé, 2014), les occupations clairement identifiées ne sont pas antérieures à la fin du XIIIe siècle : on retrouve des fossés formant des enclos dont le remplissage évoque, comme pour le site « Proche l’Église », des curages et des phénomènes de battements de nappe réguliers (fig. 5). Ces deux zones présentant une nappe phréatique sub-affleurante, entre le cours de la Barse et une zone humide, ont sans doute connu un effet répulsif pour la constitution d’un habitat pérenne puisque l’on constate à nouveau une désertion du site jusqu’au début du XVIIe siècle. L’occupation de la fin du XIIIe à la fin du XIVe siècle comprend des structures domestiques sans qu’un habitat ne soit clairement identifié à l’intérieur de la fenêtre de fouille : pas de bâtiment cohérent, peu de structures à l’intérieur des enclos fossoyés qui renvoient l’image de parcelles agricoles ou de pâtures (huit fosses ont livré des squelettes de faune complets), une poignée de silos et deux puits.

3. Les occupations médiévales de Saint-Léger-près-Troyes

  • 3 Fouille réalisée en 2016-2017 sous la direction de Pascal Neaud, Inrap Grand Est, UMR 7041 ARSCAN.

12Sur la commune de Saint-Léger, nous retrouvons au moins quatre occupations des VIe-VIIe siècles dont un habitat groupé sur 4 ha, d’une durée de 150 ans, qui a été reconnu sur le « Parc Logistique de l’Aube D45 » (475-625 environ) comprenant une activité paléométallurgique particulièrement développée (plus de 200 kg de scories ont été retrouvées). On dénombre au moins quatre ou cinq bâtiments d’habitation. Cette occupation, encore en cours d’étude3, se détache clairement des autres sites ruraux contemporains tant par la quantité que la qualité de son mobilier (Marchaisseau, 2021 ; Marchaisseau, Tisserand, à paraître). En revanche, à la lisière des territoires communaux actuels de Saint-Léger et Buchères, à plus d’1 km de l’église paroissiale, il est difficile de voir le noyau du village mais plutôt une occupation sans continuité après le milieu du VIIe siècle dont les habitants seraient venus grossir d’autres noyaux mérovingiens présents sous les villages actuels. Les vestiges du « Château de la Planche » se limitent à trois structures (17 tessons ; milieu Ve-VIIe siècles) et ne documentent qu’une simple fréquentation des lieux (Raynaud, 2016).

13La fouille au lieu-dit « Le Cuchat » se situe au plus près du centre villageois mais n’a livré que très peu de structures clairement datées du haut Moyen Âge (Marchaisseau, 2013), à savoir deux fours s’inscrivant dans deux batteries en ligne (fig. 6). L’un des fours a été daté par 14C du milieu VIe - milieu VIIe siècle dans la première batterie. Dans la seconde, un four contenait un bord de céramique du IXe siècle, tandis qu’un autre a fourni une datation radiocarbone centrée sur le XIe siècle ; un troisième, enfin, fournit une datation distincte centrée sur le XIVe siècle. À l’image de Ruvigny « Proche l’Église », les véritables structures domestiques n’apparaissent pas avant les XIIIe-XIVe siècles avec au moins deux cabanes excavées, une nouvelle batterie de trois fours ainsi qu’un exemplaire plus imposant, isolé en limite d’emprise, un cellier et quelques fosses d’extraction ; nous sommes donc ici dans un espace à la périphérie de l’habitat. La fonction des fours n’est pas aisée à appréhender (fig. 6) : aucun artefact artisanal n’était présent dans leurs comblements ; en définitive, l’interprétation de fours à vocation culinaire semble privilégiée. Leur positionnement en ligne reflète-t-il un fonctionnement synchrone et collectif ? Les données sont insuffisantes en l’état pour étayer ces hypothèses.

Fig. 6. Plan des occupations médiévales de Saint-Léger, « Le Cuchat » et aspects des fours en batterie (© DAO V. Marchaisseau).

14Le site de « La Couture » recouvre en partie l’ancien hameau d’Herbigny et permet de documenter une occupation continue depuis le XIe jusqu’au XIXe siècle (Marchaisseau, 2015). Concernant le haut Moyen Âge, un petit noyau domestique de la seconde moitié du VIe-VIIe siècle comprend un puits et deux silos en limite sud de l’emprise (fig. 7). Les vestiges carolingiens (VIIIe-Xe siècles) sont répartis sur deux secteurs : une fosse et un silo contre la berme sud, et une batterie de sept silos au nord. Deux ont été réutilisés à des fins funéraires et accueillent les corps de deux adolescents, ensevelis sans soin particulier (fig. 8) ; si aucun signe traumatique n’a été relevé, le mode d’inhumation laisse ouverte l’hypothèse de sépultures de relégation à l’image de ce qui a pu être mis en évidence sur le site de « La Confiserie » à Villiers-le-Bel (Val-d’Oise) (Abadie et al., 2013). Le même secteur accueille également la fosse sépulcrale d’un enfant. Ces occupations carolingiennes sont contemporaines de la première mention d’Herbigny (villa Albiniaco) dans la seconde moitié du IXe siècle.

Fig. 7. Plan des occupations du haut Moyen Âge de Saint-Léger, « La Couture » (© DAO D. Duda, V. Marchaisseau).

Fig. 8. Les deux individus inhumés dans des silos des VIIIe-Xe siècles à Saint-Léger, « La Couture » (© clichés S. Thiol).

  • 4 Archives départementales de l’Aube, 1 E 144 (1763).

15À partir du XIe siècle, l’occupation peut être suivie sans hiatus jusqu’au XIXe siècle (fig. 9). Les premiers bâtiments sur solins apparaissent de manière certaine à partir du XIVe siècle ; on rencontre alors des constructions présentant leur pignon côté rue tandis que deux édifices se situent à l’arrière, sans doute pour des fonctions agricoles (granges par exemple). De nombreuses fosses avec carcasses d’animaux ont également été découvertes, tandis que la présence d’une grande cave maçonnée est à souligner. Les outils agricoles caractéristiques, la forme et la dénomination des parcelles sur un plan terrier de 17634 plaident en faveur d’un hameau où l’activité viticole semble prépondérante pour la fin du Moyen Âge et l’époque moderne.

Fig. 9. Plan des occupations médiévales de Saint-Léger « La Couture », XIe-XVIe siècles (© DAO V. Marchaisseau).

4. Éléments de synthèse sur les occupations médiévales de Ruvigny et Saint-Léger

4.1. Les vestiges

16Le bilan que l’on peut déduire des vestiges alto-médiévaux sur les différentes fouilles présentées précédemment est finalement mitigé. Nous n’avons rencontré pratiquement que des vestiges épars, des « grappes de structures » et si le caractère domestique de celles-ci semble hors de doute (puits, silos, fosses avec rejets cendreux…), il est parfois difficile de parler « d’habitat ». En effet, tributaires de fenêtres d’étude contraintes, il n’en demeure pas moins que ces occupations livrent très peu de bâtiments du haut Moyen Âge pouvant faire fonction d’habitation. On ne peut que citer le bâtiment de Ruvigny « Grande-Rue/Les Moissons » qui pourrait tout aussi bien être interprété comme un grand grenier (Gentili, 2009 ; Marchaisseau, 2011). Dans le domaine funéraire, les sites ayant livré des sépultures sont peu nombreux ; systématiquement datées du VIIIe au Xe siècle, ces inhumations isolées reflètent le caractère diversifié des pratiques funéraires à l’époque carolingienne (Treffort, 1996 ; Lauwers, 2005).

17Quoi qu’il en soit, l’existence de vestiges alto-médiévaux à la périphérie des centres villageois est une réalité archéologique qui ne peut être remise en cause. Les formes villageoises, qui prennent leur substance définitive au XIIe siècle, trouvent leurs racines dans un lent processus de transformation ; si le XIe siècle semble être un moment charnière dans la réorganisation des terroirs, il n’est que le dernier d’une série de regroupements/rapprochements entre l’habitat et les zones funéraires depuis au moins le VIIe siècle (Zadora-Rio, 2003 ; Zadora-Rio, 2008, p. 71 ; Peytremann, 2014).

4.2. La chronologie

  • 5 L’ancienneté et la stabilité du peuplement à l’échelle d’un terroir ne fait toutefois aucun doute. (...)

18En termes de surface occupée et de nombre de structures, peu d’occupations fournissent des données statistiquement fiables (fig. 10) : à la fois pour une datation précise comme pour prouver une continuité avec les occupations postérieures. Des hiatus existent parfois entre les périodes recensées, y compris au plus près des centres villageois et durant le Moyen Âge central, période de création/fixation définitive des villages pour l’historiographie (Lauwers, 2005 ; Zadora-Rio, 2008, p. 69‑74) : c’est le cas pour Ruvigny « Proche l’Église » ou encore Saint-Léger « Le Cuchat ». L’impression d’occupations pérennes sur la longue durée masque parfois une réalité matérielle équivoque : comment assurer qu’une occupation est continue lorsqu’elle repose sur une poignée de structures et de tessons auxquels on attribue une chronologie oscillant de 100 à 200 ans5 ? Néanmoins, les zones d’habitat groupé (centres villageois ou hameaux) ont été peu touchées par les opérations archéologiques présentées dans cet article. En définitive, seules les fouilles de Ruvigny « Proche l’Église » et Saint-Léger « La Couture » documentent de tels secteurs (fig. 10 et 11).

Fig. 10. Inventaire des occupations de Ruvigny et Saint-Léger et plan chronologiques des occupations de Ruvigny (© DAO D. Duda et V. Marchaisseau).

Fig. 11. Plan chronologique des occupations de Saint-Léger-près-Troyes (© DAO : D. Duda et V. Marchaisseau).

4.3. Les activités pratiquées

  • 6 Dans le cadre du PCR Plaine de Troyes, trois catégories de nature de site ont été retenues : habit (...)

19La nature même des occupations mérite parfois que l’on s’y attarde. On l’a vu, il est difficile de qualifier d’habitat certaines d’entre elles ; il faut plutôt y voir des occupations de type « territoire exploité »6. En effet, bien que localisée à proximité de l’église, l’opération de Ruvigny « Proche l’Église » livre une occupation tardive (pas avant la fin du XIe siècle) et dont les vestiges (fossés monumentaux) participent au drainage de cette zone en bordure de la Barse et peut-être à la définition d’enclos fossoyés. Les enclos de la fouille du « Pré aux Chevaux », ne renfermant que très peu de structures domestiques, renvoient l’image de pâtures humides. La zone d’habitat se situerait à l’extérieur de ces enclos, sans doute vers le nord-ouest.

20Comment interpréter les occupations ayant livré essentiellement des silos ou des fours comme Ruvigny « Les Demeures du Bois », Saint-Léger « Le Cuchat » et « La Couture » pour les périodes mérovingienne et carolingienne ? Domestiques par leur fonction, la répartition de ces vestiges (en batterie, en ligne) et leur isolement, semble-t-il, de bâtiments de surface invitent à y voir des zones d’activités spécifiques, pour reprendre un concept déjà ancien et développé récemment par E. Peytremann (Peytremann, 2018, p. 289) : ce sont des « zones particulières marquées par la concentration de structures identiques, généralement des silos et des fours, et l’absence de structures d’habitation et de bâtiments sur poteaux de taille importante ». Les capacités de stockage que l’on peut déduire des batteries de silos semblent dépasser les besoins d’une famille ; le nombre de fours du « Cuchat » pourrait également suggérer une gestion collective de ces équipements, peut-être dans le cadre de transformation des produits agricoles.

21Il est également difficile de faire le lien entre nos vestiges archéologiques et les données historiques. Appartenant à un des monastères les plus prestigieux de l’ancien diocèse de Troyes, Montier-la-Celle, les villae de Ruvigny et Saint-Léger ont sans doute connu, au moins en partie, une gestion de type domaniale : l’existence de manses (maignies) suggère des exploitations agricoles appartenant à l’abbaye et lui devant des charges et des services (Devroey, 2003, p. 55). Les petites zones d’activité spécifiques pouvaient être aux mains des tenanciers de ces manses et fournir des denrées à l’abbaye (Peytremann, 2018, p. 311).

5. Conclusion

  • 7 Il n’y avait que 152 habitants à Ruvigny à la veille de la Révolution (Roserot,1948, p. 1322).
  • 8 La cure et quelques maisons particulières auraient également été démolies en 1654 par une troupe d (...)
  • 9 « Le lit [de la Barse] est en général peu profond et à fleur de sol et par conséquent ses eaux ont (...)
  • 10 Les parties les plus anciennes de l’église en élévation sont datées du XVIe siècle. Le premier tex (...)

22Le village de Ruvigny ne comprend en définitive que peu de maisons d’après le cadastre napoléonien, et son aspect bipolaire est également singulier par rapport aux formes villageoises régionales7. Il est donc difficile d’en faire un exemple emblématique de la naissance des formes d’habitats groupés dans le secteur. Un épisode de la Guerre de Trente ans pourrait avoir participé à l’aspect de ce regroupement « lâche ». En 1653, « trois régiments (environ 3 000 chevaux) arrivent à Ruvigny, et y séjournent pendant trois jours. Ils fauchent les blés et ruinent les habitants qui s’enfuient en laissant leur terre en friche » (Boutiot, 1870, t. 4, p. 372). Si aucune destruction n’a pu être mise en évidence par les données archéologiques, nul doute que cet évènement ait eu des répercussions sur l’occupation du sol8. De surcroît, le caractère particulièrement humide de cette zone ne semble pas avoir favorisé l’installation d’un habitat dense et conséquent9. Ainsi, et sous réserve que l’église actuelle se situe au même emplacement que l’édifice du XIIe siècle10, l’existence d’un lieu de culte paroissial n’a pas eu l’effet polarisateur et structurant que l’on peut en attendre.

23Le village de Saint-Léger est plus conforme à ce que l’on connaît des villages-rues champenois. Son origine est sans doute à rechercher durant le haut Moyen Âge mais, le centre-bourg n’ayant été que peu investi archéologiquement, il faudra encore patienter pour connaître avec précision la chronologie et les formes de l’occupation ancienne. Le hameau d’Herbigny correspond à cette image d’un habitat groupé : tirant ses origines d’une occupation déjà ancienne du terroir, l’habitat se fixe définitivement à partir du XIe siècle ; la composante agricole est ici prépondérante.

24Proches dans leurs vestiges alto-médiévaux mis au jour, Ruvigny et Saint-Léger n’ont pas connu un développement identique. Sans faire de prédéterminisme, il semble que les sciences paléoenvironnementales soient seules à même d’expliquer les rythmes singuliers de l’occupation du sol dans la zone de la vallée de la Barse où se situe Ruvigny. Les données historiques sont également à prendre en compte, bien que la distinction entre les deux formes d’habitat semble se jouer dès la fin du XIe ou au début du XIIe siècle dans ce cas.

Bibliographie

Abadie, Gentili, Boulestin, Charlier, Yvinec, 2013 = Abadie I., Gentili F., Boulestin B., Charlier P., Yvinec J.-Y., « Traces d’interventions anthropiques sur des restes osseux humains déposés dans un silo du haut Moyen Âge », Revue Archéologique d’Île de France, p. 185‑222.

Boutiot, 1870 = Boutiot T., Histoire de la ville de Troyes et de la Champagne méridionale, Dufey-Robert, Troyes.

Crete-Protin, 2002 = Crete-Protin I., Église et vie chrétienne dans le diocèse de Troyes du IVe au IXe siècle, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 446 p.

Devroey, 2003 = Devroey J.-P., Économie rurale et société dans l’Europe franque (VIe-IXe siècles). T. 1 : Fondements matériels, échanges et lien social, Paris, Belin, 380 p. (Belin Sup histoire).

Gentili, 2009 = Gentili F., « Silos et greniers. Structures de conservation des grains sur les sites ruraux du haut Moyen Âge d’après les exemples franciliens », in Gentili F., Lefevre A., dir., Habitat Rural Haut Moyen Âge en Île-de-France, 2e Supplément au bulletin archéologique du Vexin français, Guiry-en-Vexin (Val-d’Oise), p. 97‑123.

Lauwers, 2005 = Lauwers M., Naissance du cimetière : lieux sacrés et terre des morts dans l’Occident médiéval, Paris, Aubier, 393 p.

Marchaisseau, 2011 = Marchaisseau V., Maizières-la-Grande-Paroisse/Romilly sur-Seine (Aube), « Aérodrome de la Belle-Idée » Un habitat et un lieu de stockage des denrées céréalières des IXe-XIIe siècles, rapport Final d’Opération, Metz, Inrap GEN.

Marchaisseau, 2013 = Marchaisseau V., Saint-Léger-près-Troyes, Aube, « Le Cuchat ». Des occupations diachroniques, depuis le Mésolithique jusqu’à nos jours dans la vallée de la Hurande, rapport Final d’Opération, Metz, Inrap GEN.

Marchaisseau, 2015 = Marchaisseau V. Saint-Léger-près-Troyes (Aube), « La Couture ». Une occupation rurale de l’Antiquité et du haut Moyen Âge donnant naissance au hameau médiéval et moderne d’Herbigny, rapport de fouille, Metz, Inrap GEN.

Marchaisseau, 2021 = Marchaisseau V., « Ni aristocrate, ni simple paysan : quelques chiffres et réflexions autour de l'existence d'une élite rurale durant le haut Moyen Âge (VIe-XIe s.) à travers les données archéologiques de la Plaine de Troyes et du Nogentais », in L'Aube, un espace clé sur la Seine, actes du colloque Arkéaube, Troyes, 17-19 septembre 2019, p. 222-243.

Marchaisseau, Tisserand, à paraître = Marchaisseau V., Tisserand N., « Productions agricoles et artisanales d’un habitat du VIe siècle à travers son mobilier métallique : Buchères/Saint-Léger-près « Parc Logistique de l’Aube, D45 » », in XIIIe colloque de l’association AGER, Outil. Équip. Mobil. Act. Agropastorales En Gaule IIe av.-VIe N-E, Dijon.

Pesenti, Gauge, 2014 = Pesenti C., Gauge E., Ruvigny (Aube) Le Pré aux Chevaux II. Rapport de fouilles, Troyes, Eveha.

Peudon, 2003 = Peudon J.-L., Aux origines d’un département, l’Aube en Champagne, Langres, Ed. Dominique Guéniot, 513 p.

Peytremann, 2014 = Peytremann E., « La notion de village en France au premier Moyen Âge. Retour sur un débat », Archéopages Archéologie Société, t. 40, Inrap, p. 84‑91.

Peytremann, 2018 = Peytremann E., En marge du village : la zone d’activités spécifiques et les groupes funéraires de Sermersheim, Bas-Rhin, du VIe au XIIe siècle, Revue Archéologique de l’Est, Suppl. n° 45, Dijon, France, 416 p.

Pichot, 2002 = Pichot D., Le village éclaté : habitat et société dans les campagnes de l’Ouest au Moyen Âge, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 395 p.

Pignot, Lamonerie, Duclos, Grange, 2011 = Pignot I., Lamonerie X., Duclos E., Grange G., Ruvigny (Aube) Le Pré aux Chevaux : rapport de fouilles, Troyes, Eveha.

Raynaud, 2016 = Raynaud K., Saint-Léger-près-Troyes, « Le Château de la Planche ». Occupations du Mésolithique au Moyen Âge en rive droite de la Hurande, rapport de fouille, Metz, Inrap GEN, 2 vol.

Remy, 2010 = Remy A., Ruvigny (Aube) « Grande Rue » « Les Moissons ». Un ensemble funéraire protohistorique et un habitat rural de la fin du haut Moyen Âge, rapport Final d’Opération, Metz, Inrap GEN.

Rémy, Fort, Doyen, Ahü-Delor, 2013 = Rémy A., Fort B., Doyen J.-M., Ahü-Delor A., Fosses du Néolithique ancien, établissement enclos de La Tène finale, établissement rural du Haut-Empire et de l’Antiquité tardive, occupation du haut Moyen Âge : Ruvigny (Aube) « Les Demeures du Bois », rapport de fouilles, Metz, Inrap GEN.

Riquier, 2013 = Riquier V., « Vers une modélisation du peuplement de la Plaine de Troyes à l’âge du Fer », in Archéologie Territoriale en France. 8 000 d’aménagements [En ligne], Vincent Carpentier et Philippe Leveau, [s.l.]

Riquier, Grisard, Loïcq, Toulemonde, Zipper, Fechner, Auxiette, Nicolas, 2013 = Riquier V., Grisard J., Loïcq S., Toulemonde F., Zipper K., Fechner K., Auxiette G., Nicolas T., « Oscillations et évolutions de l’habitat et des systèmes agraires en Champagne méridionale (2200-450 av. J.-C.) : le terroir du « Parc logistique de l’Aube », Cahier d’Archéologie Romande, 132, L’Homme au bord de l’eau : archéologie des zones littorales du Néolithique à la Protohistoire, p. 65‑87.

Riquier, Auxiette, Fechner, Loïcq, Toulemonde, 2015 = Riquier V., Auxiette G., Fechner K., Loïcq S., Toulemonde F., « Éléments de géographie humaine et économique à l’âge du Bronze et au premier âge du Fer dans la plaine de Troyes », Bulletin de la Société Préhistorique Française, 112, p. 339‑367.

Riquier, 2017 = Riquier V., La Plaine de Troyes : « Evolution d’un territoire rural des premiers agriculteurs au premier réseau villageois », Rapport de Projet Collectif de Recherche, Inrap, 2 vol., 979 p.

Riquier, Grisard, Le-goff, 2017 = Riquier V., Grisard J., Le-goff I., « L’âge du Bronze et le premier âge du Fer en Champagne-Ardenne : l’occupation du sol vue sous l’angle de l’archéologie préventive », in Carozza L., Marcigny C., Talon M., L’habitat et l’occupation des sols à l’âge du Bronze et au début du premier âge du Fer, Paris, CNRS éditions / Inrap, p. 213‑240.

Roms, 2018 = Roms C., Ruvigny, « proche l’Eglise ». Occupations protohistoriques et médiévales en marge du village actuel de Ruvigny, rapport de Fouille, Metz, Inrap, 2 vol.

Roserot, 1948 = Roserot A., Dictionnaire historique de la Champagne méridionale (Aube). Des origines à 1790. Tome troisième, Langres, impr. Champenoise, 1221‑1876 p.

Treffort, 1996 = Treffort C., L’église carolingienne et la mort : christianisme, rites funéraires et pratiques commémoratives, Lyon, Centre interuniversitaire d’histoire et d’archéologie médiévales, Presses universitaires de Lyon, 216 p. (Collection d’histoire et d’archéologie médiévale, 3).

Zadora-Rio, 2003 = Zadora-Rio E., L’archéologie de l’habitat rural et la pesanteur des paradigmes, Nouvelles de l’archéologie, p. 6‑9.

Zadora-Rio, 2008 = Zadora-Rio E., Des paroisses de Touraine aux communes d’Indre-et-Loire, Supplément à la Revue archéologique du Centre de la France, Tours, FERACF, 303 p.

Notes

1 Je tiens à exprimer mes plus vifs remerciements à David Duda (topographe, Inrap Grand Est) pour avoir compilé les informations topographiques ; je remercie également Claire Pesenti (Eveha), Karine Raynaud (DRAC Occitanie, UMR 5138 ARAR), Arnaud Rémy (Inrap Grand Est) et Cédric Roms (Inrap Grand Est, UMR 8589 LAMOP) pour m’avoir permis d’utiliser les données inédites issues de leurs rapports de fouilles.

2 La titulature même de l’église Saint-Léger suggère une fondation ancienne (le martyr de l’évêque autunois eut lieu en 677/678) ; ce vocable se retrouve dans deux autres églises du diocèse de Troyes à l’époque carolingienne, dépendantes d’une autre abbaye, Montier-en-Der (Saint-Léger-sous-Brienne et Saint-Léger-sous-Margerie).

3 Fouille réalisée en 2016-2017 sous la direction de Pascal Neaud, Inrap Grand Est, UMR 7041 ARSCAN.

4 Archives départementales de l’Aube, 1 E 144 (1763).

5 L’ancienneté et la stabilité du peuplement à l’échelle d’un terroir ne fait toutefois aucun doute. Les grands décapages permettent cette vision sur le long terme ; pour un exemple local, depuis le Bronze final vraisemblablement, voir le « Parc Logistique de l’Aube » (Riquier et al., 2013, p. 83-84 ; Riquier et al., 2015).

6 Dans le cadre du PCR Plaine de Troyes, trois catégories de nature de site ont été retenues : habitat, funéraire et territoire exploité. Cette dernière représente les aménagements de tous types gravitant autour des deux précédents domaines (généralement des structures de délimitation de type fossés, palissades, le réseau viaire ou encore des batteries de silos isolés, etc.) (Riquier, 2017, p. 101-102).

7 Il n’y avait que 152 habitants à Ruvigny à la veille de la Révolution (Roserot,1948, p. 1322).

8 La cure et quelques maisons particulières auraient également été démolies en 1654 par une troupe de 1000 soldats.

9 « Le lit [de la Barse] est en général peu profond et à fleur de sol et par conséquent ses eaux ont une grande facilité pour se déverser de part et d’autre dans les terrains humides, et inonder les prairies adjacentes » (Peudon, 2003, p. 40). Dans la vallée de l’Aube, le cas d’un déplacement de village à cause de l’eau est répertorié : « L’Auzon se jette actuellement dans l’Aube à hauteur de Nogent-sur-Aube. Anciennement, la jonction ne se faisait qu’à Ortillon. Or l’Aube s’est jetée à plusieurs reprises dans le lit de l’Auzon puis y est restée. Le village de Chaudrey, situé entre les deux, se trouvant inondé, a dû être reconstruit plus haut et il ne reste plus que l’église au milieu des prés et des bois », à plus de 200 m de la rue principale (Peudon, 2003, p. 48).

10 Les parties les plus anciennes de l’église en élévation sont datées du XVIe siècle. Le premier texte la mentionnant remonte à 1185 (Roserot, 1948, p. 1322).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation de la zone d’étude du PCR et des villages de Ruvigny et Saint-Léger-près-Troyes. (© DAO V. Riquier).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25695/img-1.png
Fichier image/png, 383k
Légende Fig. 2. Aspect des villages de Ruvigny et de Saint-Léger-près-Troyes d’après le cadastre napoléonien. Sources : Archives départementales de l’Aube (© DAO V. Marchaisseau).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25695/img-2.png
Fichier image/png, 553k
Légende Fig. 3. Plan des occupations du haut Moyen Âge de Ruvigny, « Les Demeures du Bois » (© DAO A. Rémy)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25695/img-3.png
Fichier image/png, 169k
Légende Fig. 4. Plan de l’occupation des Xe-XIe siècles de Ruvigny « Grande-Rue/Les Moissons » (© DAO A. Rémy, D. Duda, V. Marchaisseau).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25695/img-4.png
Fichier image/png, 546k
Légende Fig. 5. Plan des occupations médiévales des opérations « Proche l’Eglise » et « Le Pré aux Chevaux » (© DAO C. Roms, C. Pesenti, D. Duda, V. Marchaisseau).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25695/img-5.png
Fichier image/png, 747k
Légende Fig. 6. Plan des occupations médiévales de Saint-Léger, « Le Cuchat » et aspects des fours en batterie (© DAO V. Marchaisseau).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25695/img-6.png
Fichier image/png, 1,1M
Légende Fig. 7. Plan des occupations du haut Moyen Âge de Saint-Léger, « La Couture » (© DAO D. Duda, V. Marchaisseau).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25695/img-7.png
Fichier image/png, 774k
Légende Fig. 8. Les deux individus inhumés dans des silos des VIIIe-Xe siècles à Saint-Léger, « La Couture » (© clichés S. Thiol).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25695/img-8.png
Fichier image/png, 694k
Légende Fig. 9. Plan des occupations médiévales de Saint-Léger « La Couture », XIe-XVIe siècles (© DAO V. Marchaisseau).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25695/img-9.png
Fichier image/png, 120k
Légende Fig. 10. Inventaire des occupations de Ruvigny et Saint-Léger et plan chronologiques des occupations de Ruvigny (© DAO D. Duda et V. Marchaisseau).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25695/img-10.png
Fichier image/png, 691k
Légende Fig. 11. Plan chronologique des occupations de Saint-Léger-près-Troyes (© DAO : D. Duda et V. Marchaisseau).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25695/img-11.png
Fichier image/png, 250k

© ARTEHIS Éditions, 2021

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search