Version classiqueVersion mobile

La genèse du village

 | 
Antoine Guicheteau
, 
Vincent Marchaisseau
, 
Amélie Quiquerez

Curtilum, cellula et « nature de lieu », marqueurs d’habitat

Marie-José Gasse-Grandjean

Texte intégral

1Je ne suis pas archéologue, ma spécialité étant l’analyse des textes médiévaux et des chartes principalement. Ce type de documents juridiques m’a permis d’approcher une histoire discrète, l’histoire rurale, en alliant deux démarches complémentaires. D’une part, je mène des enquêtes sur le vocabulaire de cette histoire rurale en questionnant des contextes variés comme ceux de bannus, curtilum ou cellula. D’autre part j’analyse et édite certains types particuliers de documents de cette histoire rurale, comme les obituaires, cartulaires, pancartes ou charte-inscription. Enfin plus récemment, dans le cadre du projet Dictionnaire topographique de la France, j’ai mené une enquête sur la typologie des lieux. Ces différentes approches aident à multiplier les angles de vue et les échelles.

  • 1 Ces enquêtes sont disponibles dans les publications suivantes : Marie-José GASSE-GRANDJEAN. La nat (...)

2Dans le cadre de la journée autour de la genèse du village, j’ai proposé de faire part des conclusions de trois enquêtes récentes1, autour des notions de curtilum, cellula et de nature de lieu, relativement à l’habitat. La notion de réseau, mise en avant dans l’annonce de cette journée, est en arrière-plan de ces trois enquêtes.

1. Curtilum

3Je commencerai par curtilum ou curtil ; j’utiliserai cette forme, curtil, plutôt que courtil, trop perçu comme un terme désuet et poétique. Curtil est un diminutif de curtis, qui désigne une cour ou un espace entouré de bâtiments ou de murs, et il est souvent lié à un nom de personne. Mais ce n’est pas ce qui a retenu mon attention au départ. Je m’y suis intéressée premièrement parce que j’avais été surprise de le rencontrer de façon beaucoup plus récurrente et documentée dans les chartes médiévales bourguignonnes qu’ailleurs, comme si ce terme diminutif y menait une vie propre. Je me suis tournée vers la bibliographie et j’ai vite compris qu’aucune étude n’avait été réalisée sur le sujet. Du côté des dictionnaires et des lexiques, ce ne fut pas plus simple car le terme est multiforme, tantôt substantif, tantôt adjectif, masculin, féminin ou neutre, avec de multiples orthographes ; j’ai relevé 34 formes dans le seul corpus des chartes bourguignonnes. Les dictionnaires multiplient tellement les entrées et exemples pour ce terme qu’il fut impossible de proposer une définition simple quand nous avons mis au point le Lexique Latin-Français. Antiquité et Moyen Âge (Picard, 2006) ; nous avons opté pour la définition suivante, qui n’a satisfait personne : « curtile, is, n. : courtil, espace clôturé, tenure, emplacement urbain, domaine ». L’approche du terme est compliquée parce que nous nous situons à l’échelle de la parcelle, à l’échelle d’une très petite unité agraire personnelle, subjective. Celle-ci se trouvait aussi en concurrence avec de nombreuses autres appellations comme colonica, mansus, casa, qui désignaient parfois la même réalité. L’analyse textuelle de 2 200 occurrences bourguignonnes a permis d’aboutir à plusieurs caractéristiques principales.

4Premièrement le curtil est un phénomène très bourguignon et très spécifique du Xe siècle. Dans les chartes bourguignonnes, curtilum désigne une réalité modeste mais étonnamment décrite. C’est un complexe immobilier comprenant une habitation rurale, des dépendances, une terre, des espaces clos, un jardin, un verger, une vigne, voire un pré, un bois ou une friche. C’est une petite unité de survie et d’autosuffisance. Des historiens bourguignons s’y sont intéressés. André Déléage y a vu une unité agraire de base, soit une maison avec une terre et souvent une vigne, soit environ un quart d’hectare ou 2 500 m2 comme le jour ou journal ou la jugère (Déléage, 1941, p. 281-282 et 136). Alain Guerreau a souligné son aspect clos (Guerreau, 2000, p. 517 et 531). Aujourd’hui, le terme curtil est conservé majoritairement dans des microtoponymes des départements de la Côte-d’Or, de Saône-et-Loire, de l’Ain, de la Drôme, de la Haute-Loire et de la Savoie, dans une grande région Sud-Est. Toutefois, les noms de communes composés à partir de ce terme sont au nombre de quatre seulement et sont tous bourguignons : citons Curtil-Vergy, Curtil-sous-Burnand, Curtil-Saint-Seine et Curtil-sous-Buffières. Si le terme est conservé à cette échelle communale en Bourgogne, c’est peut-être simplement parce que le phénomène y était plus ordinaire ; il y a une spécificité bourguignonne indéniable (fig. 1).

Fig. 1. Dictionnaire topographique de la France, Les quatre communes bourguignonnes conservant « curtil » dans la composition de leurs toponymes (https://dicotopo.cths.fr).

5Le curtil est ensuite un espace clos et lié à la vigne. Dans les textes, il apparaît comme un lieu de production des vivres, installé au voisinage des habitations et qu’il faut protéger. Il est délimité par des murs, par des voies publiques, par des chemins, par des bornes. Il est souvent lié à un arbre isolé producteur de fruits, noyer ou poirier, servant également de borne. Parmi les productions vivrières, la vigne arrive très largement en tête. Vinea est la première cooccurrence de curtilum dans les textes et de loin : l’expression curtilum cum vinea représente une occurrence sur deux. Les confronts de cette vigne sont très souvent précisés, de même que les murs de clôture et les accès ; c’est un bien précieux qu’on identifie concrètement. Guy de Valous avait dressé en 1920 des listes des vignes et des curtils appartenant à l’abbaye de Cluny (De Valous, 1920-1921, p. 426-474). En cartographiant simplement ces listes, on saisit mieux la proximité et la relation évidente entre vignes et curtils, les deux cartes ayant un air de parenté (fig. 2).

Fig. 2 a et b. Les curtils et les vignes possédés par l’abbaye de Cluny d’après Guy de Valous (« Le domaine de l’abbaye de Cluny aux Xe et XIe siècles », Annales de l’Académie de Mâcon, 22, 1920-1921, p. 426-474).

6Enfin, le curtil est souvent mentionné au pluriel et l’aspect diminutif (curtilum issu de curtis) est important. Plusieurs curtils sont souvent mentionnés, beaucoup sont mitoyens de chemins et d’autres curtils. Il est question de demi-curtils parfois. Quand ils apparaissent en nombre, le terme est assez interchangeable avec mansum, vinea, clausus, ortus, vercaria. Surtout, l’aspect diminutif de cette appellation est essentiel, ce caractère petit trouvant beaucoup d’écho dans les textes : il est question de petites parcelles adaptées pour la vigne et les arbres fruitiers, de parcelles petites et faciles à clore, de parcelles liées à une famille. Tout cela suggère une organisation en petites propriétés, en agglomérats proches des bourgs, le long des voies principales. Pour répondre à une poussée démographique peut-être, et à l’image des lotissements contemporains ? Dans une liste de redevance très longue due au chapitre Notre-Dame de Beaujeu vers 1100, toute une série de curtils sont désignés à la suite par des anthroponymes et certains curtils semblent fonctionner en lots. Quoi qu’il en soit de ces regroupements, ce parcellaire des curtils reste probablement assez lâche avec des bâtiments voisins mais non mitoyens puisque chaque curtil englobe des espaces cultivés et non cultivés autour de l’habitation (fig. 3).

Fig. 3. Extrait d’un inventaire des redevances dues au chapitre Notre-Dame de Beaujeu (sans date, début du XIIe siècle ? ; Marie-Claude GUIGUE, Cartulaire de l’église collégiale Notre-Dame de Beaujeu, Lyon, 1864, p. 28-31, n° 28).

7Curtil désigne donc un espace assez typiquement bourguignon, clos, bâti, cultivé, lié à la vigne, multiple, assez petit, caractéristique de la période 850-1050, une petite propriété et souvent un habitat rural. Il a tout de la maille d’un réseau car les chemins et les voies sont omniprésents. Cette idée de maillage est soutenue par une autre idée qui m’a séduite, celle des diminutifs envahissants dès l’Antiquité tardive et qui perdent leur sens strict au Bas Moyen Âge et signalent simplement une relation. Dans les textes, quand on veut souligner l’habitat, on utilise plutôt mansus ; curtil désignerait plutôt un espace intercalaire, une véritable unité agraire et sociale à l’échelle d’un homme, une unité fondamentale, ordinaire, banale, et peut-être un élément essentiel de l’agrégation des habitats et de leur fixation. J’y ajouterais bien l’hypothèse d’une microstructure agraire et sociale possiblement auto-organisée qui expliquerait son succès, dans le Sud bourguignon par exemple.

2. Cellula et monasteriolum

8À la suite de curtilum, j’ai eu l’idée d’interroger d’autres diminutifs, monasteriolum et cellula, dérivés de monasterium et cella (Gasse-Grandjean, 2016).

9Cella et monasterium sont des termes tellement fréquents dans les chartes médiévales, et difficiles à appréhender, que personne ne se lance dans leur étude. J’ai essayé en me limitant au corpus bourguignon.

10Dans les CBMA (http://www.cbma-project.eu), cellula est lié à des noms propres de lieux, de personnes, de saints ; il apparaît dans des listes énumératives, émanant de pouvoirs souverains, et marque un pic d’occurrences au IXsiècle. Surtout, relativement à l’habitat et à son organisation, il semble important d’indiquer qu’il ne signale pas obligatoirement une structure modeste mais plutôt une relation de dépendance. Je donnerai l’exemple du monastère de Saint-Rémi de Sens, déplacé à Vareilles, qui est d’abord qualifié de cella ou monasterium puis, subitement, de cellula¸ une fois le transfert réalisé. Dans un texte très long, la cella est décrite avec une liste impressionnante de biens, avec notamment 190 manses et 19 hospices. Pourtant, la cella devient cellula dès que le déplacement est énoncé, comme pour marquer une nouvelle position du monastère vis-à-vis de Sens et dans le réseau monastique (fig. 4).

Fig. 4. Extrait d’une charte d’Aldricus, archevêque de Sens, par laquelle il fait approuver par les évêques, réunis en concile à Worms, la translation du monastère de Saint-Remy de Sens à Vareilles (833 ; Maximilien QUANTIN, Cartulaire général de l’Yonne, Auxerre, 1854, t. 1, p. 39-43, n° XXI).

11Le terme voisin monasteriolum, diminutif lui-aussi, adopte des orthographes plus fantaisistes. Il est très minoritaire par rapport à monasterium, dont il dérive. Sa chronologie est aussi plus resserrée, entre 800 et 1200. Il apparaît au singulier, dans des actes souverains et dans des listes de lieux. Il est donc plus lié à la toponymie : ce sont aujourd’hui les nombreux Montereau, Ménétréol, Montreuil, Monthureux et autre Montarlot. Il peut lui aussi désigner, non pas une petite communauté, mais une communauté riche, comme le monasteriolum riche de la Voûte créé par Cluny. Il signale souvent une dépendance et il désignera de plus en plus un prieuré à la fin du Moyen Âge : le premier cooccurrent de monasteriolum est prior dans les chartes bourguignonnes. Il semble fonctionner avec cella, cellula tandis que monasterium fonctionne isolément. Tout cela convient au contexte d’un réseau monastique qui est en train de s’installer, et qui s’étoffe de nouveaux termes, nécessaires pour désigner de nouvelles installations monastiques et les nouveaux habitats qu’elles polarisent.

12Qu’il s’agisse de curtilum, cellula ou monasteriolum, le diminutif apparaît dans un dispositif de concurrence et comme un vivier de nouvelles appellations, toujours en réseau et souvent comme un surinvestissement du lieu au service d’une stratégie. Pourquoi s’ingénier, par exemple, à spécifier Beate Marie Canacopiensis cellula quand Beate Marie Canacopiensis ne laisse aucun doute sur l’identification du prieuré de Ganagobie ? Si ce n’est pour se positionner par rapport à d’autres entités, à d’autres saints, à d’autres lieux et, en l’occurrence, pour cet exemple de Ganagobie, pour se positionner par rapport à Cluny, dont le prieuré dépend.

13Ces diminutifs sont des marqueurs de l’habitat à un instant T, ils sont tout à fait dans l’ordre de l’événement. Ils sont des constructions très subjectives, très liées à la représentation que se fait telle personne de tel lieu à tel moment, des constructions mentales d’autant plus difficiles à cerner qu’elles s’interconnectent. Ce sont les témoins d’un réseau complexe de relations, à une petite échelle encore mal connue, et les témoins surtout d’un réseau interconnecté ; j’utilise l’expression à dessein, en référence au réseau numérique actuel dont la mise en place, les développements, les intégrations et les implications furent utiles à ma réflexion.

3. La « nature des lieux »

14Le 3e dossier intitulé Nature de lieux est issu du projet Dictionnaire topographique de la France coordonné par le CTHS. Dans ce projet d’édition électronique des dictionnaires topographiques départementaux, plusieurs unités sémantiques ont été balisées dans les notices de ces dictionnaires, dont la nature du lieu. C’est une donnée inédite, réclamée par le concepteur du projet, Léopold Delisle, et assez bien documentée, ce qui a permis un traitement informatique. On la trouve directement derrière la vedette de l’article, souvent sous une forme abrégée, sous la forme h. pour hameau, f. pour ferme, etc.

15J’ai eu l’idée de m’y intéresser suite aux journées d’études Géolocalisation de sources anciennes, organisées avec Laure Saligny, car il était ressorti de ces journées que tous les concepteurs de bases de données présents, et notamment des archéologues comme Florent Hautefeuille ou Nicolas Poirier, réclamaient une liste classée de ces natures de lieu, présente dans toutes les bases de données mais chaque fois différente et réélaborée. J’avais à disposition à ce moment-là dix-neuf dictionnaires traités ; aussi me suis-je mise au travail sur cette base pour établir une liste référentielle.

16J’ai fait l’histoire de cette donnée « nature de lieu » depuis le départ de la collection en 1862 jusqu’en 2008. J’ai réuni près de 200 000 formes, avec près d’une nature de lieu par notice de dictionnaire et, au final, 4 900 valeurs uniques. Soit une grande variété, une ressource généreuse et exploitable qui m’a encouragée dans la nécessité d’établir une liste référentielle. J’ai analysé leur fréquence (hameau, lieudit, écart et ferme arrivant largement en tête), leur mise en forme (mots simples ou formes composées), les variations d’un dictionnaire à l’autre, et j’ai réalisé un tri. Au final, j’ai établi une première liste qui pourra servir de variable pivot dans de nombreux projets, notamment sous la forme de menus déroulants ou de vocabulaires contrôlés, et qui pourra aussi servir de base à d’autres nomenclatures et ontologies. Cette liste est disponible sur HAL en annexe d’un article intitulé La nature des lieux. Une première typologie issue des dictionnaires topographiques (Gasse-Grandjean, 2018). Elle comprend, organisée en neuf classes, une typologie des éléments naturels, de l’hydrographie, des habitats et bâtiments, des voies, des circonscriptions, de l’agriculture, de l’industrie, de la religion ainsi qu’une inévitable rubrique « autres ». La classe Habitats et bâtiments est aussi fournie que la classe Eléments naturels. Surtout, c’est la classe qui regroupe, et de loin, le plus d’occurrences et de formes. Les autres classes sont bien sûr également utiles pour une approche des villages à travers l’application web des dictionnaires topographiques de la France (https://dicotopo.cths.fr/​). Il m’a paru utile de signaler que de tels outils existent, sont en construction et peuvent aider à appréhender l’histoire de l’habitat, du village (fig. 5).

Fig. 5. Projet Dictionnaire topographique de la France. Occurrences des natures de lieux dans 19 dictionnaires topographiques départementaux balisés.

17Dans cette liste référentielle, « village » arrive au 14e rang derrière moulin, bois, fontaine, maison, château, etc., les microtoponymes désignant un moulin, un bois, une fontaine, une maison étant nettement plus nombreux que les villages eux-mêmes. Un simple tri de ces mentions de villages par département fait apparaître des chiffres très disparates. Il faut faire la part des directives données par Léopold Delisle, plus ou moins suivies, de la variété des auteurs des dictionnaires, de la longue période d’édition de ces dictionnaires (1865-2008) et d’habitudes régionales ; ces conditions particulières introduisent inévitablement des biais. Mais ces chiffres reflètent peut-être aussi une variété de contextes et mériteraient une analyse plus fine. 4 622 réponses par exemple pour le Morbihan, 1 247 pour la Haute-Loire. On sait qu’en Bretagne et en Auvergne, « village » désigne un hameau dont le nombre d’habitations peut être inférieur à cinq. Mais pourquoi un chiffre élevé également dans la Meuse, par exemple, ou dans le Cher ?

18Quand l’étape de géolocalisation du projet Dictionnaire topographique de la France sera achevée, quand nous pourrons géolocaliser toutes les appellations et les particularités le long des rivières, des voies, près des reliefs ou des grandes cités, l’information prendra une tout autre valeur et nous pourrons affiner les questionnements (fig. 6).

Fig. 6. Projet Dictionnaire topographique de la France. Les effectifs de la recherche « village » dans la balise <typologie du lieu> : 3854 réponses dans 35 dictionnaires topographiques départementaux balisés.

19Voici autant de pistes et de marqueurs fournis par la documentation textuelle : le curtil comme une création du Moyen Âge, probablement comme un indice d’agrégation de l’habitat rural entre 850 et 1050 (et surtout au Xe siècle), dans une configuration composite et vivrière. Ensuite, les mots diminutifs qui désignent plutôt des relations que des structures modestes. Et puis, de nouveaux outils pour perfectionner l’interrogation des textes anciens. Il me semble que ce sont des indicateurs précieux pour appréhender une structure en réseau dynamique qui nous échappe largement, plus encore quand il s’agit des petites unités de vie d’une population qui apparaît peu dans les textes et qui a laissé peu de traces archéologiques. Ces enquêtes m’ont permis d’approcher le maillage agraire et social antérieur au réseau paroissial et castral, très certainement robuste, lié à des poussées démographiques mais aussi à des volontés collectives qui fixent les hommes au sol et marque l’environnement assez durablement.

20Il reste toujours le problème de l’interprétation des documents, et particulièrement des documents textuels. Nous avons tendance à donner beaucoup d’importance à une description lorsqu’elle est précise, mais que reflète-t-elle ? Une réalité ? Une représentation ou une construction mentale ? Pour illustrer cette question, on peut citer l’exemple de quatre sites espagnols appelés Monistrol. Des campagnes archéologiques ont été menées afin de vérifier, sur le terrain, l’origine et la nature de ces toponymes issus de monasteriolum (Folch Iglesias, Gibert Rebull, 2011, p. 364-369). Les conclusions sont aussi modestes que les structures découvertes. Des fondations des Ve-VIe siècles ont été mises au jour, mais elles ne permettent pas de caractériser les sites, de suggérer notamment la présence d’un monastère. Un contexte d’église est parfois attesté, mais tardivement. Deux de ces sites espagnols constituent actuellement des noyaux urbains, deux autres non. Cette tentative de caractérisation réclame beaucoup de prudence, plus encore quand il s’agit d’entités modestes voire éphémères, qui n’ont jamais laissé de séries continues ni sur le terrain, ni dans la documentation. Il reste que ce type d’action demeure essentiel, premièrement pour identifier les éléments du réseau, ensuite pour complémenter à la fois les fouilles de grandes surfaces et l’exploitation des corpus de textes.

21Pour résumer, l’étude de vocabulaire épaulée par de nouveaux outils permet d’approcher différemment le réseau d’habitat. Nous pouvons multiplier les angles d’approche et les échelles pour appréhender ses agrégats, ses nœuds, ses concurrences qui laissent deviner que le réseau se densifie et qu’il est dynamique. Nous pouvons croiser des méthodes et des problématiques pour approcher les très petites unités de ce réseau d’habitat à des instants T. J’encourage surtout au partage des données et à la construction d’outils et de référentiels pour structurer la masse exponentielle de documentation réunie, à participer à la dynamique d’un autre réseau, celui de l’histoire rurale « digitale ».

Bibliographie

Deleage, 1941 = Deleage A., La vie économique et sociale de la Bourgogne dans le haut Moyen Âge, 3 vol., Mâcon, Protat, 1941.

De Valous, 1920-1921 = De Valous G., « Le domaine de l’abbaye de Cluny aux Xe et XIe siècles », Annales de l’Académie de Mâcon, 22, 1920-1921, p. 426-474.

Folch Iglesias, Gibert Rebull, 2011 = Folch Iglesias C., Gibert Rebull J., « Arqueologia, documentació escrita i toponomia en l’estudi de l’Alata Edat Mitjana : els casos dels toponims pharus, monasteriolum i palatium », Universitat Autònoma de Barcelona, JIA, 3as : 5-7 de mayo 2010, Estrat crític, vol. 5.2, p. 364-369.

Gasse-Grandjean, 2018 = Gasse-Grandjean M.-J., La nature des lieux : une première typologie issue des dictionnaires topographiques, 2018. URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01710540v2/document.

Gasse-Grandjean, 2016 = Gasse-Grandjean M.-J., « Cellula et monasteriolum dans les chartes de la Bourgogne médiévale », in Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [Online], Hors-série n° 10 | 2016. URL : http://journals.openedition.org/cem/14499 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cem.14499.

Gasse-Grandjean, 2014 = Gasse-Grandjean M.-J., « Curtilum de vinea », in Archivum Latinitatis Medii Aevi (ALMA), 72, p. 83-128.

Guerreau, 2000 = Guerreau A., « L’évolution du parcellaire en Mâconnais (env. 900-env. 1060) », in Feller L., Mane P., Piponnier F., dir., Le village médiéval et son environnement. Études offertes à Jean-Marie Pesez, Paris, Publications de la Sorbonne, 1998, p. 509-535.

Notes

1 Ces enquêtes sont disponibles dans les publications suivantes : Marie-José GASSE-GRANDJEAN. La nature des lieux : une première typologie issue des dictionnaires topographiques, 2018. hal-01710540v2 ; « Cellula et monasteriolum dans les chartes de la Bourgogne médiévale », in Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [Online], Hors-série n° 10 | 2016, Online since 09 December 2016, connection on 06 February 2020. URL : http://journals.openedition.org/cem/14499 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cem.14499; « Curtilum de vinea », in Archivum Latinitatis Medii Aevi (ALMA), 72 (2014), p. 83-128.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Dictionnaire topographique de la France, Les quatre communes bourguignonnes conservant « curtil » dans la composition de leurs toponymes (https://dicotopo.cths.fr).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25690/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25690/img-2.png
Fichier image/png, 233k
Légende Fig. 2 a et b. Les curtils et les vignes possédés par l’abbaye de Cluny d’après Guy de Valous (« Le domaine de l’abbaye de Cluny aux Xe et XIe siècles », Annales de l’Académie de Mâcon, 22, 1920-1921, p. 426-474).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25690/img-3.png
Fichier image/png, 61k
Légende Fig. 3. Extrait d’un inventaire des redevances dues au chapitre Notre-Dame de Beaujeu (sans date, début du XIIe siècle ? ; Marie-Claude GUIGUE, Cartulaire de l’église collégiale Notre-Dame de Beaujeu, Lyon, 1864, p. 28-31, n° 28).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25690/img-4.png
Fichier image/png, 291k
Légende Fig. 4. Extrait d’une charte d’Aldricus, archevêque de Sens, par laquelle il fait approuver par les évêques, réunis en concile à Worms, la translation du monastère de Saint-Remy de Sens à Vareilles (833 ; Maximilien QUANTIN, Cartulaire général de l’Yonne, Auxerre, 1854, t. 1, p. 39-43, n° XXI).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25690/img-5.png
Fichier image/png, 217k
Légende Fig. 5. Projet Dictionnaire topographique de la France. Occurrences des natures de lieux dans 19 dictionnaires topographiques départementaux balisés.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25690/img-6.png
Fichier image/png, 81k
Légende Fig. 6. Projet Dictionnaire topographique de la France. Les effectifs de la recherche « village » dans la balise <typologie du lieu> : 3854 réponses dans 35 dictionnaires topographiques départementaux balisés.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25690/img-7.png
Fichier image/png, 223k

Auteur

Université de Bourgogne-Franche-Comté / UMR 6298 ARTEHIS

© ARTEHIS Éditions, 2021

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search