Version classiqueVersion mobile

La genèse du village

 | 
Antoine Guicheteau
, 
Vincent Marchaisseau
, 
Amélie Quiquerez

Formes et évolutions de l’habitat rural médiéval dans les massifs de moyenne montagne du Jura et du Morvan

Valentin Chevassu

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Nous présentons ici une partie des résultats d’une thèse de doctorat effectuée sous la direction d (...)

1L’accumulation récente de données de prospections archéologiques et d’analyses paléoenvironnementales dans les massifs du Jura et du Morvan permet de restituer l’évolution des peuplements anciens pour ces deux secteurs de moyenne montagne1. Ce corpus de données permet en particulier d’interroger l’origine des spécificités qui caractérisent actuellement l’habitat et les paysages de ces régions dont l’anthropisation a été longtemps vue comme tardive et structurée par les entités politiques médiévales. Le croisement des données de prospections, des sources écrites et des analyses paléoenvironnementales permet d’appréhender sur une plus longue durée l’évolution des structures de peuplement. L’approche spatiale de ces structures fait apparaître la forte variabilité des processus d’évolution et de regroupement de l’habitat au sein de territoires montagneux marqués par des contextes environnementaux et socio-historiques très divers. Nous présenterons ainsi un état de la documentation ainsi que quelques premières conclusions et pistes de réflexion concernant l’évolution de l’habitat rural en sud Morvan et dans le Jura central entre le Ve et le XIIe siècle.

2. Historiographie, contexte scientifique et données disponibles

2.1 Cadre géographique

2Le massif jurassien forme un arc séparant les plaines de Saône du bassin suisse, caractérisé par une succession de plateaux appuyés sur une haute-chaîne plissée. Nous nous concentrerons ici sur une portion du Jura central français qui forme la partie montagneuse du département du Doubs, autour de la ville de Pontarlier (fig. 1). Ce secteur comporte des plateaux caractérisés par une topographie assez plane et des altitudes comprises entre 400 et 900 m, ainsi qu’une partie de la haute-chaîne où le relief plissé, particulièrement marqué dans la haute vallée du Doubs, varie entre 800 et 1 400 m d’altitude. Un accident de relief transversal, le décrochement de Pontarlier, constitue enfin à toutes époques un point de passage privilégié. De l’autre côté du val de Saône, le Morvan forme un prolongement du Massif central au centre de la Bourgogne. Nous étudierons ici la pointe sud du Morvan, qui présente un réel caractère montagneux par son climat et sa topographie malgré une faible élévation. Trois micro-régions peuvent être distinguées : le haut Morvan, au relief encaissé culminant à 900 m d’altitude, le Morvan collinéen caractérisé par des vallées plus larges, entre 800 et 300 m d’altitude, les plaines et piémonts du bassin autunois et du val d’Arroux.

Fig. 1. Localisation des secteurs étudiés dans les massifs du Jura et du Morvan.

3Nonobstant leurs altitudes modestes, ces deux massifs forment des espaces nettement individualisés par rapport aux plaines environnantes. Ils sont soumis à des climats froids et très humides, qui ont pu s’avérer assez contraignants au gré des variations climatiques anciennes. L’historiographie évoque donc des milieux montagneux hostiles à l’homme, qui ne seraient défrichés et habités que durant les périodes médiévales et modernes. Toutefois, les deux régions ont également en commun d’avoir été documentées par de récentes recherches archéologiques et paléoenvironnementales qui mettent en évidence l’ancienneté de l’occupation humaine. Une nouvelle étude de l’anthropisation est donc envisageable grâce à un travail de synthèse croisant ces différentes sources d’informations complémentaires, au sein de deux massifs documentés par des jeux de données similaires. Nous tenterons ainsi d’évaluer dans quelle mesure l’évolution de l’habitat rural peut présenter des caractères spécifiques au sein de ces deux territoires de moyenne altitude liés à des contraintes naturelles et des cadres sociohistoriques variés.

2.2 Les données disponibles pour l’étude du peuplement rural

  • 2 Nous signalerons, dans le Jura central, l’habitat mérovingien de Pontarlier « Les Gravilliers », a (...)

4Les données archéologiques utilisées proviennent tout d’abord de l’accumulation des découvertes fortuites et des recherches érudites dont les résultats ont été compilés depuis le XIXe siècle. De nombreuses prospections bénévoles ont ensuite été menées dans les années 1990-2000 dans les deux régions, avant d’être relayées plus récemment par des programmes de prospections systématiques. 18 communes du sud Morvan ont ainsi été documentées par des travaux de prospection-inventaire systématique (coord. P. Nouvel, 2008-2018 ; Nouvel et al., 2017). Des prospections-inventaires basées sur l’exploitation des relevés LiDAR ont ensuite débuté dans le Jura central (coord. M. Thivet, puis V. Bichet, H. Richard, V. Chevassu, 2015-… ; Bichet et al., 2018). L’archéologie préventive reste en revanche peu présente dans les secteurs étudiés, et les fouilles concernant des habitats ruraux restent rares2. Le sud Morvan est ensuite documenté par cinq analyses palynologiques, tandis que le Jura central a fait l’objet d’une quinzaine d’études paléoenvironnementales dont les plus récentes présentent une haute résolution chronologique très adaptée à l’étude des mutations historiques (voir notamment Gauthier, 2004 ; Gauthier, Richard, 2006 ; Jouffroy-Bapicot, 2010 ; Leroux, 2010 ; Murgia, 2016). Les deux massifs sont enfin concernés par un important lot d’archives médiévales et modernes, en grande partie transcrites et analysées par les historiens des XIXe et XXe siècles. Pour les VIIIe et IXe siècles, ces archives fournissent des informations ponctuelles qui se limitent souvent aux principales possessions seigneuriales. Une appréhension plus exhaustive des structures de peuplement à travers les écrits n’est en revanche possible qu’après les XIIIe-XIVe siècles. Toutes ces données ont été regroupées au sein d’une base de données associée à un Système d’Informations Géographiques, ce qui permet de croiser ces différentes sources au sein de chronologies et d’espaces géographiques communs.

2.3 Un habitat alto-médiéval difficile à décrire

5Les démarches traditionnellement utilisées pour restituer la structuration du peuplement à large échelle achoppent sur de nombreux biais pour la période médiévale, en particulier en zone de moyenne montagne. L’absence de mobilier datant les occupations de cette période sur les sites prospectés constitue un premier problème pour l’exploitation des données issues de prospections systématiques. Les productions locales restent mal connues, tandis que la rareté du mobilier d’importation ne permet pas de s’appuyer sur les typochronologies élaborées pour les centres producteurs extra-régionaux. Enfin, la céramique reste de manière générale peu abondante et très érodée sur les sites médiévaux prospectés. Les édifices de terre et bois, ne laissant pas ou peu de matériaux de construction repérables en prospection de surface, semblent dominer le bâti rural de l’Antiquité tardive à la période moderne, à plus forte raison dans les secteurs d’altitude. Pour le moment, le début de la période alto-médiévale est donc surtout observé en négatif dans les assemblages de mobilier des deux secteurs prospectés. À partir du XIe siècle, les données archéologiques et textuelles se font plus abondantes mais concernent essentiellement l’habitat seigneurial fortifié et les lieux de culte. Les formes de l’habitat rural restent plus difficiles à décrire : les vestiges médiévaux sont fréquemment masqués par les villages actuels, dans lesquels les prospections sont peu efficaces. Les sources écrites mentionnent quant à elles des lieux habités de manière assez ponctuelle entre le VIIIe et le XIe siècle, puis beaucoup plus régulièrement pour les XIIe et XIIIe siècles. Ces mentions ont déjà fait l’objet de nombreuses analyses (pour le Morvan : Chaume, 1937 ; Charmasse, 1900 ; Bruand, 2009 ; pour le Jura central : e. a. Droz, 1940 ; Locatelli, 1999 ; Carry Renaud, 2011). On pourra cependant déplorer l’absence d’informations sur l’habitat mentionné, cité de manière isolée ou décrit par des termes très polysémiques. Ces mentions sont de plus réparties de manière inégale. Ainsi, tant dans le Jura qu’en Morvan, les zones basses sont mieux et plus précocement documentées que les secteurs d’altitude, ce qui a pu suggérer la désertion de ces espaces avant le Moyen Âge. Cependant, la répartition spatiale des habitats cités dans les textes paraît refléter les zones d’intérêt des producteurs d’écrits plus que la réalité du peuplement. Elle ne peut donc être utilisée qu’avec précaution pour restituer l’évolution de l’anthropisation, d’autant plus que le croisement des différentes données suggère des formes d’exploitation et d’occupation des milieux d’altitude qui laissent peu de traces. La présence humaine tardo-antique et alto-médiévale apparaît ainsi nettement sur les reliefs des deux massifs grâce aux enregistrements paléoenvironnementaux, alors que les textes restent absents et que les vestiges archéologiques associés restent encore à découvrir. Les sources tardo-médiévales et modernes évoquent enfin de nombreuses activités d’exploitation plus ou moins temporaires des herbages et des forêts, qui laissent peu de vestiges archéologiques et d’indices paléoenvironnementaux.

3. Le sud Morvan

3.1 Antiquité tardive

6La fin de l’Antiquité est marquée par une vertigineuse décrue des indices d’occupations sur les sites d’habitats décrits par le programme de prospection. Sur 281 sites répertoriés, seuls quatre présentent des éléments mobiliers attribuables aux IVe-Ve siècles. Cette très brutale décrue fait surtout envisager d’importants problèmes d’identification du mobilier qui restreignent fortement notre perception de l’habitat tardo-antique. Si l’on prend en compte la superposition d’habitats antiques et alto-médiévaux, il apparaît que plus de la moitié des établissements antiques disparaissent avant ou au cours du haut Moyen Âge. Cela conduit à envisager dans la région une rétraction de grande ampleur des réseaux d’habitats ruraux, similaire à celle mise en évidence dans de nombreuses régions de Gaule du nord (par ex. Ouzoulias et al., 2001 ; Kasprzyk, 2018). Ces disparitions semblent imputables à un regroupement de l’habitat davantage qu’à l’abandon de certains territoires. Aucune déprise agropastorale n’est en effet perceptible dans les séquences polliniques du sud Morvan, l’impact anthropique restant au contraire d’intensité égale voire croissante durant l’Antiquité tardive (Jouffroy-Bapicot, 2010).

3.2 Haut Moyen Âge

7Des occupations sont répertoriées de manière sporadique un peu partout sur l’ensemble du secteur étudié, mais en nombre assez faible (fig. 2). Les plaines du piémont et les fonds de vallée du Morvan collinéen concentrent la majorité des sites reconnus. On remarque en revanche l’absence totale d’habitats répertoriés au-dessus de 600 m d’altitude. Dans le haut Morvan, les occupations humaines sont absentes ou ne sont perceptibles ni par les textes ni par les prospections ; les analyses paléoenvironnementales identifient cependant une intensification de l’ouverture du milieu dans ce secteur à partir des VIIe et VIIIe siècles (Jouffroy-Bapicot, 2010). Cette répartition paraît d’abord traduire la pertinence variable des prospections archéologiques et des sources écrites alto-médiévales pour décrire le peuplement. Elle peut refléter également une plus forte densité de l’habitat sur le piémont, secteur très peuplé durant la période antique. De même, les implantations dotées de fonctions centrales paraissent concentrées dans les zones basses, alors qu’on ne trouve au sein du massif que des sites de statut apparemment modeste, seulement identifiés en prospections. Cette opposition transparaît également pour le Haut-Empire (Nouvel, 2018, p. 716-722).

Fig. 2. Structures d’habitat répertoriées dans le sud Morvan pour le haut Moyen Âge (Ve-Xe siècles).

8L’évolution de ces habitats reste difficile à décrire en l’absence d’une chronologie fine pour les éléments céramiques recueillis. La localisation de quelques nécropoles des VIIe-VIIIe siècles sous les villages actuels semble signaler une certaine stabilité des points de peuplement à partir de la période mérovingienne. Des déplacements et des réorganisations de l’habitat sont ponctuellement perceptibles, par exemple autour des villages de Monthelon et Poil. À l’inverse, les prospections mettent en évidence un corpus d’habitats abandonnés, dont les dates d’apparition et de disparition restent complexes à déterminer en l’absence d’une bonne caractérisation chronologique des éléments céramiques recueillis. L’occupation de ces habitats alto-médiévaux pourrait se poursuivre au maximum jusqu’aux XIIIe-XIVe siècles ; une survivance plus tardive semble exclue en raison de l’absence de témoignages écrits et de productions céramiques tardo-médiévales.

3.3 Moyen Âge central

9De puissants lignages seigneuriaux et de nombreux châteaux apparaissent à cette période au cœur du massif, qui semblait jusque-là rester à l’écart des réseaux de pouvoir (Chevassu, 2015). En revanche, la structuration du peuplement ne semble pas subir de changement radical, contrairement aux processus de nucléation observés dans les régions voisines (fig. 3). L’habitat reste dispersé en multiples hameaux qui constituent, dans les textes, le principal cadre d’organisation des territoires, des communautés rurales et des prélèvements seigneuriaux. La densité reste plus élevée dans les plaines, tandis que les reliefs supérieurs à 600 m restent apparemment vides. On n’observe pas non plus de changements dans la mise en valeur du milieu. Les « grands défrichements » qui marquent ailleurs cette période sont absents de la région : textes et analyses paléoenvironnementales attestent tous deux la stabilité des territoires boisés et cultivés (Balland et al., 2019).

Fig. 3. Structures d’habitat répertoriées dans le sud Morvan pour le Moyen Âge central (XIe-XIIIe siècles).

10Cette dispersion du peuplement va de pair avec l’absence de nucléation de l’habitat autour des lieux de culte et des édifices de pouvoir. D’après les dénombrements des XVe-XVIIe siècles, les églises paroissiales ne polarisent guère le peuplement : le « bourg » paroissial est souvent moins peuplé que les hameaux périphériques. La terminologie employée par les textes médiévaux et modernes ne montre pas non plus de distinction entre les hameaux et les chefs-lieux paroissiaux, qui peuvent en revanche présenter ponctuellement des fonctions économiques centrales : activités artisanales, marchés et foires. Les documents planimétriques des XVIIe et XIXe siècles confirment cette faible agglomération du peuplement et la structuration souvent très lâche de ces « bourgs ». Les fortifications seigneuriales suscitent encore moins de regroupements. Les châteaux de hauteur et les mottes édifiées autour des XIe-XIIe siècles sont toujours à l’écart des réseaux d’habitat et n’attirent pas de peuplement péricastral. On remarque même au contraire, à partir du XIIIe siècle, un mouvement d’attraction inverse au cours duquel certains de ces sites fortifiés sont abandonnés au profit de nouvelles résidences seigneuriales plus proches des villages. Le bourg castral de Larochemillay forme la seule exception à cet état de fait dans la région étudiée. Inecclesiamento et incastellamento semblent avoir eu ici un très faible impact sur un habitat dont la dispersion perdure largement et conditionne la physionomie actuelle du peuplement morvandiau. Cette absence de regroupement de l’habitat contraste avec le reste de la Bourgogne mais évoque directement la structure du « village éclaté » décrit par D. Pichot pour la France de l’Ouest (Pichot, 2002).

4. Le Jura central

4.1 Antiquité tardive

11Dans cette région, le corpus de sites antiques documenté par des prospections reste très restreint : il permet cependant d’observer une disparition des indices d’occupation sur la presque totalité des sites dès le IIIe siècle (Lefevre, 2019). Une dizaine de sites montrent cependant une superposition d’implantations antiques et alto-médiévales suggérant une continuité de l’habitat. On remarque en parallèle une forte reforestation et une réduction des indices de céréaliculture, qui débute dès les IIe-IIIe siècles dans la vallée de Saint-Point et sur le plateau de Levier, pour se généraliser ensuite au Ve siècle à l’ensemble du secteur étudié (Gauthier, 2004 ; Gauthier, Richard, 2006 ; Murgia, 2016). Cette déprise agricole est surtout marquée dans les zones d’altitude et n’apparaît pas sur les piémonts jurassiens. Avec toutes les réserves qu’impose un corpus de données très restreint, ces éléments pourraient indiquer une importante mutation du peuplement et des modes d’exploitation du milieu dès la fin du Haut-Empire dans la haute-chaîne jurassienne.

4.2 Haut Moyen Âge

12L’habitat alto-médiéval est principalement connu dans la Chaux d’Arlier où les investigations archéologiques ont été plus nombreuses (fig. 4). Aux alentours de Pontarlier, la densité de points d’habitats est supérieure à celle reconnue pour le Moyen Âge central et tardif. On peut restituer dans ce secteur un habitat dense et dispersé en hameaux de superficie restreinte. Mieux documenté archéologiquement, ce secteur pourrait également constituer une zone de peuplement plus dense, sur des terrains fertiles et intensément exploités dès la Protohistoire (Gauthier, 2004 ; Gauthier, Richard, 2006 ; Murgia, 2016), au débouché du principal itinéraire de traversée du massif jurassien. La concentration des points de peuplement autour de ces itinéraires, la présence de plusieurs nécropoles aristocratiques et sites de hauteur, souligne également le dynamisme des voies qui traversent ce secteur. Sur les plateaux, notre corpus se limite ici à quelques sites de fort statut, sporadiques et liés au contrôle des itinéraires de traversée du massif. Enfin, les points de peuplement répertoriés sont rarissimes dans la haute vallée du Doubs. Des indices polliniques de céréaliculture ont pourtant été mis en évidence dans l’ensemble des zones humides étudiées pour ce secteur, ce qui évoque nécessairement l’existence d’habitats relativement proches. Cette contradiction peut être due au caractère très lacunaire des données archéologiques pour ce secteur, ou suggérer des modes d’occupation différents dans les territoires d’altitude de la haute vallée du Doubs, plus difficiles à décrire archéologiquement. Les structurations territoriales dépeintes ultérieurement par les sources écrites peuvent laisser supposer une telle situation durant le haut Moyen Âge.

Fig. 4. Structures d’habitat répertoriées dans le Jura central pour le haut Moyen Âge (Ve-Xe siècles).

13Les témoins d’occupations apparaissent particulièrement abondants pour les VIe-VIIe siècles. Cette multiplication des indices archéologiques est assez bien corrélée à une augmentation progressive de l’impact anthropique dans les analyses palynologiques. Les VIIIe-Xe siècles sont en revanche caractérisés par une nette décrue du nombre d’occupations répertorié, ce qui peut être dû à des effets de sources archéologiques, décrits dans de nombreuses régions alentour (Faure-Boucharlat, 2001 ; Saint-Jean-Vitus, 2012 ; Billoin, 2007 ; Mahé-Hourlier, Poignant, 2013). Plusieurs des habitats documentés dans la Chaux d’Arlier semblent abandonnés entre le VIIIe et le Xe siècle. Comme dans les régions voisines, un regroupement des occupations pourrait ainsi intervenir durant la période carolingienne. Cette redistribution de l’habitat n’est en revanche pas corrélée à des changements perceptibles dans les analyses paléoenvironnementales.

4.3 Moyen Âge central

14Les modes d’occupations du territoire présentent des évolutions marquées au cours du Moyen Âge central. Certes, le fort accroissement du nombre d’habitats mentionnés dans les sources écrites entre le XIe et le XIIIe siècle traduit, en premier lieu, la mutation des pratiques documentaires et l’installation de plusieurs monastères au sein de la haute-chaîne, soucieux de garantir par l’écrit leurs droits seigneuriaux, plutôt qu’une colonisation du massif (voir par ex. Locatelli, 1999 ; 1992 ; Carry Renaud, 2011). Certains textes témoignent en revanche sans ambiguïté d’une véritable politique de mise en valeur des reliefs. Les défrichements pour l’extension des cultures sont autorisés sans restriction voire encouragés par les autorités seigneuriales durant les XIIe-XIVe siècles. Les analyses paléoenvironnementales documentent, quant à elles, une forte ouverture du milieu et un intense accroissement des activités agropastorales sur l’ensemble du massif à partir du XIe siècle, parfois dès le Xe, et jusqu’au XIIIe siècle (Gauthier, 2004 ; Gauthier, Richard, 2006 ; Murgia, 2016). On constate également une réorganisation du peuplement : des « abergements » de populations extérieures et des créations d’habitats groupés sont mentionnés à plusieurs reprises au cours du XIIIe siècle (fig. 5). La région est également concernée par la fondation de nombreux bourgs castraux, dont le développement est principalement perceptible dans les textes autour du XIIIe siècle, mais paraît antérieur quand une documentation archéologique est disponible (Metral, 2019). Il est ainsi intéressant de remarquer que les fortes mutations qui marquent ici l’exploitation du milieu paraissent corrélées à d’importantes restructurations de l’habitat.

Fig. 5. Structures d’habitat répertoriées dans le Jura central pour le Moyen Âge central (XIe-XIIIe siècles).

15La structuration des occupations humaines présente ensuite de forts contrastes entre les plateaux et la haute-chaîne (fig. 5). Les plateaux et la Chaux d’Arlier sont structurés par de gros villages presque toujours dotés de lieux de culte paroissiaux et fréquemment associés à la présence d’un ou plusieurs lignages seigneuriaux. Dans la haute vallée du Doubs, chaque synclinal paraît occupé par de nombreux habitats dispersés dépourvus de fonctions centrales, tous rattachés à un unique lieu de culte et à une autorité seigneuriale hégémonique siégeant dans un bourg central. Cet habitat plus éclaté et plus rarement associé à des structures monumentales reste ainsi difficile à appréhender jusqu’à la fin du Moyen Âge. Ces différences morphologiques sont par la suite confirmées par l’organisation des communautés rurales tardo-médiévales : les hommes de la haute vallée du Doubs sont ainsi organisés en communautés de vallées et non de villages. Enfin, jusqu’au XVIe siècle, les reliefs supérieurs à 1100-1200 m d’altitude restent mentionnés uniquement en tant que terres de parcours exploitées de manière temporaire pour le pacage du bétail et le prélèvement de ressources forestières.

5. Conclusion

16La confrontation des données présentées ici permet de décrire les rythmes et les modalités de l’anthropisation dans deux massifs aux spécificités marquées. On remarquera tout d’abord que dans ces deux régions les formes de l’habitat rural ne peuvent être documentées que de manière très inégale avant le Moyen Âge tardif. Il apparaît ensuite que l’habitat médiéval peut présenter des évolutions et des structurations très différentes en fonction de divers contextes topographiques, altitudinaux ou agropastoraux. Les processus de regroupement de l’habitat suivent ainsi des modalités très variées au sein des deux zones étudiées. Le sud Morvan est organisé jusqu’à nos jours par de multiples hameaux qui présentent une dispersion similaire à celle constatée pour les périodes antiques ou alto-médiévales. Le Jura central des plateaux et de la Chaux d’Arlier est occupé par un habitat groupé qui paraît mis en place au début du Moyen Âge central dans les secteurs les mieux documentés. La haute vallée du Doubs est caractérisée par un habitat dispersé plus difficile à saisir à travers les sources écrites et archéologiques. Enfin, les reliefs les plus en altitude, au-dessus de 600 m dans le Morvan, 1 200 m dans le Jura, sont caractérisés par des modes d’occupation et d’exploitation qui restent apparemment temporaires. La densité du peuplement présente elle aussi des évolutions variables : le piémont du Morvan ou les plateaux du Jura central semblent connaître une exploitation et une occupation assez intense de l’Antiquité à nos jours, tandis que les fluctuations sont plus marquées sur les reliefs des deux massifs.

Bibliographie

Balland, Chevassu, Jouffroy-Bapicot, 2019 = Balland V., Chevassu V., Jouffroy-Bapicot I., « Des faînes, des glands et des châtaignes : l’exploitation de la forêt morvandelle », in Bepoix S., Richard H., La forêt au Moyen Âge, Paris, les Belles Lettres, 420 p.

Bichet, Chevassu, Richard, 2018 = Bichet V., Chevassu V. et Richard H., Programme de recherche ArcheoPal Haut Jura central – Rapport d’activités 2017 – Secteur de Pontarlier, la Cluse-et-Mijoux, les Fourgs et les Hôpitaux-Vieux (Doubs, France), Besançon, UMR 6249 Chrono-Environnement / Université de Bourgogne Franche-Comté, 240 p.

Billoin, 2007 = Billoin D., « L’habitat médiéval du Ve au XIIe siècle en Franche-Comté : bilan et découvertes récentes », in Belet-Gonda C., Mazimann J.-P., Richard A., Schifferdecker F., Premières Journées archéologiques frontalières de l’Arc jurassien. Mandeure, sa campagne et ses relations d’Avenches à Luxeuil et d’Augst à Besançon, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, p. 259‑271.

Billoin, 2016 = Billoin D. (dir.), L’établissement de Pratz — le Curtillet. Un domaine mérovingien dans les hautes terres jurassiennes (fin VIe-VIIe siècle), Paris, CNRS Editions, 310 p. (Recherches archéologiques).

Carry Renaud, 2011= Carry Renaud E., L’homme et la forêt dans la Haute-Vallée du Doubs à la fin du Moyen âge : modalités et paradoxes d’une anthropisation tardive, Thèse de doctorat, Besançon, Université de Franche-Comté, vol. 1, 847 p.

Chevassu, 2015 = Chevassu V., « Les Roches de Glenne, la Tour de Vauteau et le Mont Touleur : châteaux et peuplements en Morvan médiéval », in Mouillebouche H., dir., Chastels et maisons-fortes V. Actes des Journées de castellologie de Bourgogne, Chagny : Centre de Castellologie de Bourgogne, 346 p., p. 43-65.

Droz, 1840 = Droz E., Mémoires pour servir à l’histoire de la ville de Pontarlier, Pontarlier, Les éditions du Bastion, 269 p.

Faure-Boucharlat, 2001 = Faure-Boucharlat E., Vivre à la campagne au Moyen Âge : L’habitat rural du Ve au XIIe siècle (Bresse, Lyonnais, Dauphiné) d’après les données archéologiques, Lyon, Association Lyonnaise pour la Promotion de l’Archéologie en Rhône-Alpes, 431 p.

Gauthier, 2004 = Gauthier E., Forêts et agriculteurs du Jura : les quatre derniers millénaires, Besançon, Presses universitaires franc-comtoises, 197 p.

Gauthier, Richard, 2006 = Gauthier E., Richard H., « La forêt jurassienne au cours des deux derniers millénaires à la lumière de quelques diagrammes polliniques », in Dupouey J.-L., Dambrine E., Dardignac C., Georges-Leroy M., La mémoire des forêts, actes du colloque « Forêt, archéologie et environnement », 14 au 16 décembre 2004, Paris, Nancy, ONF / INRA / DRAC Lorraine, p. 57-67.

Jouffroy-Bapicot, 2010 = Jouffroy-Bapicot I., Evolution de la végétation du Massif du Morvan (Bourgogne-France) depuis la dernière glaciation à partir de l’analyse pollinique. Variations climatiques et impact des activités anthropiques. Thèse de doctorat, Besançon, Université de Franche-Comté, vol. 1, 372 p.

Kasprzyk, 2018 = Kasprzyk M., « L’équipement et les formes des établissements ruraux du Bas-Empire (milieu du IIIe-milieu du Ve siècle p.C.) dans l’est du diocèse des Gaules », in Redde M., dir., Gallia Rustica 2. Les campagnes du Nord-Est de la Gaule de la fin de l’Âge du Fer à l’Antiquité tardive, Bordeaux, Ausonius, p. 235-306.

Lefevre, 2019 = Lefevre L., L’occupation antique dans le haut Jura central : Etat des connaissances et évaluation préliminaire du mobilier des sites de la région de Pontarlier. Mémoire de master 1, Besançon, Université de Franche-Comté, vol. 1, 92 p.

Leroux, 2010 = Leroux A., Caractérisation et évolution des flux détritiques et authigènes en contexte lacustre carbonate au cours du Tardiglaciaire et de l’Holocène (Lac Saint‐Point, Haute‐Chaîne du Jura) : implications paléoclimatiques et paléoenvironnementales. Thèse de doctorat, Besançon, Université de Franche-Comté, 318 p.

Locatelli, 1992 = Locatelli R., Sur les chemins de la perfection : moines et chanoines dans le diocèse de Besançon : vers 1060-1220, Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Etienne, (Travaux et recherches / CERCOR n° 2), 536 p.

Locatelli, 1999 = Locatelli R., L’Abbaye de Mont-Sainte-Marie et le Haut-Doubs forestier : 800 ans d’histoire, Labergement-Sainte-Marie, Les Amis de l’Abbaye de Mont-Sainte-Marie et de Saint-Théodule, 210 p.

Mahé-Hourlier, Poignant, 2013 = Mahé-Hourlier N., Poignant S., Archéologie du village, archéologie dans le village dans le nord de la France (Ve-XIIIe siècles) : actes de la table ronde, 22 au 24 novembre 2007, Saint-Germain-en-Laye, Association française d’archéologie mérovingienne, 250 p. (Mémoires de l’Association française d’archéologie mérovingienne, 29).

Metral, 2019 = Metral V., Les fortifications du bourg de Jougne (25) : étude des sources écrites et analyse du bâti, Besançon, Université de Franche-Comté, 179 p.

Murgia, 2016 = Murgia L., Mémoire des lacs et mémoire des sociétés du Moyen Âge à nos jours : Approche palynologique et historique de la moyenne montagne jurassienne et alpine (lac de Remoray, Doubs ; glissement du mont Granier, Savoie). Thèse de doctorat, Besançon, Université de Franche-Comté, vol. 1, 248 p.

Nouvel, 2018 = Nouvel, P., « Le Centre-Est de la France », in Reddé M., dir., Gallia Rustica 1. Les campagnes du Nord-Est de la Gaule de la fin de l’Âge du Fer à l’Antiquité tardive, Bordeaux, Ausonius, p. 683-732.

Nouvel, Chevassu,, Izri, Loire, Poitout, Thivet, 2017 = Nouvel P., Chevassu V., Izri S., Loire M., Poitout B. et Thivet M., « Les opérations de prospections inventaires menées par l’UMR 6249 Chronoenvironnement en Bourgogne. Résultats de la campagne 2015 », in Tisserand A., éd., Journée d’Actualité Archéologique en Territoire Eduen. Actes de la journée du 8 avril 2016, Autun, Autun, Service archéologique de la ville d’Autun, p. 7-16.

Ouzoulias, Pellecuer, Raynaud et al. 2001 = Ouzoulias, P., Pellecuer, C., Raynaud, C. et al., Les campagnes de la Gaule à la fin de l’Antiquité. Actes du colloque de Montpellier, 11 au 14 mars 1998, Antibes, APDCA.

Pichot, 2002 = Pichot D., Le village éclaté : habitat et société dans les campagnes de l’Ouest au Moyen âge, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 395 p.

Saint-Jean-Vitus, 2012 = Saint-Jean-Vitus B., « Habitat et processus d’agglomération en Bourgogne au cours du Moyen Âge (Ve-XVIe siècles), L’apport des travaux archéologiques des années 1995-2005, contribution au bilan scientifique régional », Revue Archéologique de l’Est, t. 61, p. 259 – 301.

Notes

1 Nous présentons ici une partie des résultats d’une thèse de doctorat effectuée sous la direction de E. Gauthier et P. Nouvel, professeurs à l’Université de Bourgogne-Franche-Comté.

2 Nous signalerons, dans le Jura central, l’habitat mérovingien de Pontarlier « Les Gravilliers », actuellement en cours de fouille, et, plus au sud de la haute-chaîne, les bâtiments des VIe et VIIe siècles fouillés à Pratz « Le Curtillet » (Billoin 2016). On recense quelques fouilles d’habitats alto-médiévaux à proximité du sud Morvan, par exemple récemment à Broyes, mais aucune au sein du secteur étudié.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation des secteurs étudiés dans les massifs du Jura et du Morvan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25679/img-1.png
Fichier image/png, 316k
Légende Fig. 2. Structures d’habitat répertoriées dans le sud Morvan pour le haut Moyen Âge (Ve-Xe siècles).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25679/img-2.png
Fichier image/png, 347k
Légende Fig. 3. Structures d’habitat répertoriées dans le sud Morvan pour le Moyen Âge central (XIe-XIIIe siècles).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25679/img-3.png
Fichier image/png, 348k
Légende Fig. 4. Structures d’habitat répertoriées dans le Jura central pour le haut Moyen Âge (Ve-Xe siècles).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25679/img-4.png
Fichier image/png, 289k
Légende Fig. 5. Structures d’habitat répertoriées dans le Jura central pour le Moyen Âge central (XIe-XIIIe siècles).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25679/img-5.png
Fichier image/png, 293k

© ARTEHIS Éditions, 2021

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search