Version classiqueVersion mobile

La genèse du village

 | 
Antoine Guicheteau
, 
Vincent Marchaisseau
, 
Amélie Quiquerez

Les prémices d’un village médiéval préservés par la forêt : le site de Goa (Val-Suzon, Côte-d’Or)

Rémi Landois, Jean-Pierre Garcia et Amélie Quiquerez

Texte intégral

  • 1 Dans le cadre d'une thèse intitulée « Eco-dynamiques d'un espace forestier et des activités humain (...)

1Depuis 2015, la Réserve Naturelle Régionale du Val Suzon, située à quelques kilomètres au nord-ouest de Dijon, fait l’objet d’un travail de recherche visant à reconstituer son histoire1, notamment à travers l’étude des sites archéologiques qui ont été préservés par le couvert forestier. Parmi les traces d’occupations passées qui ont pu être recensées grâce aux données LiDAR, acquises en 2013 pour l’Office National des Forêts, figurent celles du site de Goa, se trouvant à la limite des communes de Val-Suzon et de Curtil-Saint-Seine. Si la présence de vestiges dans les bois avait déjà été mentionnée auparavant, le site n’a été véritablement identifié qu’en juin 2014 par Yves Pautrat (SRA). L’étude de plusieurs documents d’archives est venue compléter la cartographie et l’interprétation des structures détectées par le LiDAR, apportant de précieuses informations sur la nature et la chronologie du site (Landois et al., 2019). En parallèle, un examen des structures, et des prospections archéologiques ciblées ont été menés, tirant profit de la préservation de nombreux vestiges sur un large plateau boisé. En 2018, les résultats de prospections géophysiques organisées dans un champ en lisière de forêt ont ouvert de nouvelles perspectives quant à l’origine de l’occupation médiévale du plateau de Goa. L’ensemble de ces découvertes contribue à mieux appréhender l’évolution de l’occupation du Val Suzon et la manière dont s’est construit ce territoire devenu forestier.

1. Les chartes médiévales

2L’identification du site de Goa s’est en grande partie appuyée sur l’étude d’archives textuelles, et plus précisément de chartes des XIe et XIIe siècles retranscrites dans le Cartulaire de l’abbaye de Conques en Rouergue (Desjardins, 1879). Ces textes, qui concernent des donations faites à l’abbaye de Sainte-Foy, contiennent en effet plusieurs mentions des lieux-dits de « Chevigny » et de « Goix ». Ceux-ci ont pu être localisés grâce à l’analyse des toponymes et des éléments du paysage médiéval présents dans les chartes (Landois et al., 2019, p. 5). On dispose, par exemple, d’une description des limites du territoire de « Cavanico et Gois » vers 1100, à travers l’énumération de ses confins. Ils dessinent ensemble un parcours autour d’un plateau surplombant la vallée du Suzon, et cerné à l’ouest par la Combe Goa, au nord et à l’est par la Combe au Fou (fig. 1). En outre, le toponyme médiéval de « Goix », parfois orthographié « Goes » ou « Goyes », a perduré jusqu’à aujourd’hui et se retrouve dans le nom d’un champ en lisière de forêt, dit « Champ Goa » ou encore « Pré Goa ». Quant au nom de « Chevigny », il désignait vraisemblablement l’emplacement de l’actuel hameau de Sainte-Foy, qui a pris depuis le nom de la chapelle qui y fut fondée (Roserot, 1924, p. 342). On trouve également dans ces textes des informations relatives au statut du territoire de Goa (Landois et al., 2019, p. 6). D’après les termes et les formules employés lors des différentes donations, il apparaît clairement que cet espace est exploité et occupé dès le XIe siècle. Il est par exemple fait mention d’un manse qui appartenait à Odon de Vantoux et qui est situé à côté de l’atrium de Goa (Desjardins, 1879, p. 355). Cet atrium ou « aître » est d’ailleurs cité dans une autre charte qui signale également l’existence d’une vieille église à Goa vers 1110 : « æcclesiam antiquam modo desertam de Goes cum toto atrio qui est in circuitu » (Desjardins, 1879, p. 355). On sait ainsi qu’au XIe siècle, le territoire de Goa bénéficiait du statut de paroisse et d’une église, relativement ancienne, abandonnée ou en cours d’abandon, entourée d’un espace où étaient enterrés les défunts (Lauwers, 1999, p. 1061). Ces données historiques ont finalement pu être confrontées aux découvertes archéologiques réalisées dans la forêt du Val Suzon.

Fig. 1. Localisation du site de Goa dans la moitié est de la commune de Val-Suzon (Côte-d’Or).

2. Les données LiDAR

2.1. Le secteur I

3L’analyse des données LiDAR a permis de repérer de nombreuses structures d’origine anthropique réparties sur l’ensemble du plateau de Goa tel que décrit précédemment (fig. 2). Un premier ensemble de vestiges (secteur I), situé en lisière de forêt à l’est du « Pré Goa », a notamment fait l’objet d’une prospection méthodique. À proximité directe du champ, se trouvent deux enclos elliptiques (n° 1 et n° 2) présentant une orientation et des dimensions proches. Le premier, aux contours assez perturbés, mesure environ 18 m de long et 8 m de large. Le second possède une longueur de 20 m et une largeur de 12 m, ainsi qu’une forme en abside aisément identifiable sur l’image LiDAR. Ces structures se caractérisent également par une légère dépression centrale et matérialisaient vraisemblablement l’emplacement de bâtiments. Par ailleurs, les deux enclos sont installés sur des replats délimités par des amas de pierres, dessinant des enceintes polygonales dont la superficie ne dépasse pas les 1 000 m². L’intérieur de ces enceintes semble avoir été épierré et présente aujourd’hui un sol noir contenant de nombreux fragments de terre cuite millimétriques et émoussés.

Fig. 2. Extraits des données LiDAR du Val Suzon et relevé des structures d’origine anthropique.

  • 2 Corpus étudié par Anne-Lise Bugnon (Inrap Bourgogne-Franche-Comté), que nous remercions.
  • 3 « Réflexions sur la formation du village de Fleurey-sur-Ouche (Côte-d'Or). », Gaëlle Pertuisot, da (...)

4Au nord-est, se trouvent les vestiges d’un autre bâtiment d’au moins 30 m de long et qui semble être subdivisé en deux parties. Cet édifice pourrait correspondre à l’église mentionnée dans les chartes médiévales, et ce d’après différents indices. Outre les dimensions et l’orientation de la structure, les amas de pierres sont particulièrement imposants et leur hauteur dépasse généralement les 50 cm, ce qui s’accorde avec l’hypothèse d’un grand édifice construit en pierre. De plus, parmi ces tas ont été retrouvés des blocs de calcaire façonnés et décorés de sillons parallèles. Il s’agit plus précisément de blocs d’oolithe blanche, qui ne proviennent pas du substrat local (calcaires de la Pierre de Dijon-Corton, anciennement dénommés Dalle Nacrée), et qui ont donc été rapportés sur le site spécifiquement pour l’aménagement de ce bâtiment. Les prospections menées sur cette zone ont également permis de récolter de nombreux tessons de céramiques (fig. 3). Ceux-ci correspondent quasi-exclusivement à une céramique grise non tournée à inclusions coquillères2. Ce type de production est notamment attesté dans le Dijonnais et est daté entre le XIe et le XIIe siècle. Par ailleurs, parmi les nombreux tessons retrouvés sur place, l’un d’eux correspond à un bord de pot à lèvre évasé et présente trois marques estampées en forme de croix (fig. 4). On rencontre des exemples de motifs similaires dans le Dauphiné et l’Isère, et plus récemment en Côte-d’Or à Fleurey-sur-Ouche3. Il est à noter que des tessons de céramique grise étaient aussi présents près des enclos n° 1 et n° 2 mais en moindre quantité. D’autre part, à une dizaine de mètres au sud de ce grand bâtiment, un chablis a mis au jour plusieurs tessons de céramique grise ainsi que des ossements humains. Ceux-ci ne présentent aucun doublon illogique et pourraient donc avoir appartenu à un seul et même individu. Une datation radiocarbone réalisée sur l’un des os a donné un âge entre la fin du IXe siècle et le début du XIe siècle (1075 ± 30 BP ; Poz-97551 ; âge calibré à 2 sigmas : 894-1020 AD). On peut supposer que ces ossements proviennent d’une sépulture qui était située dans l’atrium évoqué dans les chartes du XIIe siècle mais dont l’origine est plus ancienne, à l’instar de l’église.

Fig. 3. Carte de localisation du mobilier archéologique retrouvé lors des prospections sur le secteur I du site de Goa.

Fig. 4. Photographie des motifs en forme de croix sur un tesson de céramique découvert sur le site de Goa.

2.2 Le secteur II

5À environ 300 m à l’est de ce premier groupe de structures, se trouvent d’autres vestiges de ce qui semble être des bâtiments (Secteur II). On distingue sur une surface d’un peu plus d’un quart d’hectare plusieurs structures rectangulaires accolées (n° 4) et disposées en ligne le long d’une grande murée courbe. Les traces de ces bâtiments s’apparentent, sur le terrain, à une vaste zone couverte de pierres dont la lecture est moins évidente que sur les données LiDAR. Par ailleurs, de nombreuses structures parcellaires sont présentes en périphérie de ces vestiges : murées, talus empierrés, terrasses, rideaux de culture, etc. (Landois et al., 2019, p. 2). Ce parcellaire s’étend sur l’intégralité du plateau de Goa, de manière quasi continue et fait la jonction entre les différents vestiges présentés ici. Il apparaît finalement que l’ensemble de ces structures est vraisemblablement contemporain et constitue un même schéma d’occupation, analogue au territoire de Goa tel que décrit dans les archives des XIe et XIIe siècles.

3. Abandon du site

  • 4 Si l'on prend comme exemple les données recensées par Benjamin Saint-Jean Vitus pour la Bourgogne, (...)

6Bien que l’étude combinée des différentes sources concernant le site de Goa ait permis d’avancer plusieurs hypothèses à son sujet, on ne dispose que d’une vision de surface du site. En effet, les données LiDAR permettent uniquement de repérer des reliefs qui ont pu être préservés jusqu’à aujourd’hui, comme des talus ou des amoncellements de pierre qui n’ont pas été totalement arasés. Il n’est donc pas possible de localiser certaines structures archéologiques, comme les trous de poteaux ou les fonds de cabane, à travers l’analyse de ces données topographiques4. Aucun fossé n’a été identifié parmi les structures parcellaires présentes sur le plateau, ce qui contraint nécessairement les interprétations possibles sur l’organisation de ce territoire. De la même manière, il existe quelques chemins creux qui sont représentés sur des plans du XVIIe siècle mais dont on ignore s’ils étaient déjà empruntés au Moyen Âge. Hormis le cas particulier du chablis, les prospections menées sur le secteur I sont également limitées au mobilier archéologique retrouvé à la surface du sol ou mélangé à l’humus. L’absence de labours propre au contexte forestier ne permet pas d’accéder aux strates plus profondes et, potentiellement, au matériel plus ancien.

7De ce fait, les informations rassemblées jusqu’à maintenant à propos du site de Goa reflétaient surtout l’état final de l’occupation médiévale, en quelque sorte, tel qu’il a été figé sous la forêt après son abandon. On sait, en effet, que la dernière mention de Goa ou « Goes » dans les archives de l’abbaye de Conques date du XIIe siècle. Les documents postérieurs ne concernent plus que le lieu de Chevigny, qui deviendra par la suite le hameau de Sainte-Foy. Le nom de Goa ne réapparaît dans les textes qu’au XVe siècle et désigne alors un canton de bois. Les différents plans anciens du Val Suzon qui se succèdent à partir du XVIe siècle, témoignent ensuite du caractère forestier continu de ce plateau jusqu’à nos jours. Enfin, aucun mobilier postérieur au XIIIe siècle n’a été retrouvé sur le site. D’après l’ensemble de ces éléments, le plateau de Goa a probablement été déserté entre la fin du XIIe siècle et le XIVe siècle, puis a entièrement été reconquis par la forêt. Il n’est cependant pas possible de déterminer si la désertion du plateau a eu lieu de manière soudaine ou bien progressive, sous la forme par exemple d’un rétrécissement de l’aire cultivée en lien avec la diminution du nombre d’occupants à Goa.

8Même si l’on ne connaît pas précisément les raisons de l’abandon du site de Goa, il est possible de proposer plusieurs pistes d’explication (Landois et al., 2019, p. 13). Suite aux donations du XIe siècle, les nouveaux seigneurs ont peut-être délaissé le plateau au profit de la vallée du Suzon où était installé Chevigny. Ce hameau est en effet situé près d’une voie de circulation naturelle entre la plaine de Saône et Dijon au sud-est, et le bassin parisien et la Champagne au nord-ouest. Un prieuré dédié à Sainte-Foy y sera d’ailleurs fondé avant la seconde moitié du XIVe siècle ; le hameau, désormais appelé « Chevigny-Sainte-Foy », deviendra alors chef-lieu de paroisse jusqu’au XVIe siècle (Denizot, 1732, fol. 218). De même, la ruine de l’église de Goa, telle que relatée dans sa charte de donation au XIIe siècle, a probablement joué un rôle dans la réorganisation du territoire paroissial. On sait par ailleurs qu’une église existait déjà dans le village voisin de Curtil entre 1131 et 1135 (Roserot, 1924, p. 135). À l’instar de la création de la ville de Talant par le Duc de Bourgogne, par charte de franchise de 1216, qui a capté, grâce au droit d’attrait, de nombreux paysans des villages situés dans un large périmètre autour de la ville pour peupler celle-ci (Garnier, 1847-1852, p. 223), l’abandon de Goa a pu bénéficier à Chevigny et à Curtil, qui constituaient alors de nouveaux pôles d’attraction et de structuration de la trame de peuplement médiévale du Val Suzon (Landois et al., 2019, p. 14).

4. Préservation du site

  • 5 Il convient néanmoins de rester prudent quant aux mentions de bois au XIVe siècle et aux paysages (...)

9Outre l’apport notable des archives dans la découverte et la compréhension du site de Goa, il est important de rappeler le rôle essentiel de la forêt dans la préservation des vestiges matériels. Lorsque ces terres ont cessé d’être cultivées ou occupées, vraisemblablement au cours du XIIIe siècle, la végétation s’est naturellement développée sur ces espaces libérés. La déprise agricole a conduit à une fermeture progressive du milieu : les champs et les prairies ont été remplacés par les broussailles et les friches, qui ont elles-mêmes évolué vers un état boisé5. Cette dynamique naturelle peut prendre plusieurs dizaines d’années, suivant différents facteurs, comme la nature des sols ou encore le maintien du pâturage. Ce changement d’occupation du sol a été définitif, le couvert forestier assurant dès lors des conditions favorables à la préservation des vestiges. Ceux-ci ont ainsi échappé à l’arasement ou à la destruction par les labours en milieu agricole. Du fait de sa désertion, le site n’a pas non plus été perturbé par des réoccupations postérieures, comme c’est le cas en contexte urbain. De manière générale, les activités humaines qui prennent place en forêt représentent un risque assez faible de destruction des vestiges archéologiques. Les travaux sylvicoles modernes (plantations de résineux, engins forestiers, chemins de débardages, etc.) sont évidemment susceptibles d’altérer ces structures mais le plateau de Goa a globalement été épargné par ces pratiques et le statut actuel de Réserve Naturelle Régionale du Val Suzon œuvre dans ce sens.

10Le bon état de préservation du site de Goa transparaît à travers l’identification sur le LiDAR de structures parcellaires et de traces d’origine anthropique caractérisées par un très faible relief, de l’ordre de la dizaine de centimètres. Il se vérifie également par l’abondance de mobilier archéologique retrouvé à la surface du sol et à proximité des vestiges de bâtiments. C’est le cas à l’intérieur des enclos polygonaux du secteur I et dans un rayon de 20 m autour de l’église. D’autre part, à cause de l’environnement forestier et du contexte géomorphologique des plateaux calcaires, les sols sont a priori peu épais. La mise au jour par un chablis d’ossements provenant d’une sépulture va d’ailleurs dans ce sens. Les racines de l’arbre ne s’étant pas enfoncées profondément dans le sol, l’arbre a surtout retourné les horizons superficiels lors de sa chute. Néanmoins, si les limites du territoire de Goa s’appuient en grande partie sur des reliefs naturels (fonds de combe, vallée du Suzon, etc.), leur localisation à l’ouest est moins évidente. Les toponymes relevés dans les chartes des XIe et XIIe siècles évoquent le sommet des plateaux calcaires mais la limite entre les finages de Goa et de Curtil n’est pas donnée précisément. Or le parcellaire préservé sous forêt semble se prolonger sur l’actuelle commune de Curtil-Saint-Seine mais disparaît dans les champs. Ce constat est d’autant plus visible au niveau du Pré Goa où les structures archéologiques jouxtent directement la lisière de la forêt. On observe d’ailleurs une très nette différence d’altitude entre le niveau du sol en forêt et celui du champ, notamment dans sa partie amont et près des enclos polygonaux du secteur I, où le dénivelé est d’en moyenne 75 cm. À l’inverse, au pied du champ, le niveau de la forêt se trouve 1 m plus bas, ce qui illustre parfaitement les processus d’érosion liés au travail du sol et à l’absence de couvert végétal permanent. Le mur en pierre sèche qui enserre l’ensemble du Pré Goa contribue également à cette modification de la topographie : il retient les sols forestiers en amont et fait office de barrage pour les sédiments emportés en aval du champ.

11Par ailleurs, on sait que le Pré Goa existe depuis au moins 1673 puisqu’il figure sur un plan des bois de la seigneurie de Val-Suzon (ADCO G 1511). On reconnaît également sa forme caractéristique sur d’autres plans anciens tout au long du XVIIIe siècle, généralement accompagné de l’inscription « terre et pré ». Ses limites ont quelque peu changé au cours des siècles, puisqu’il était initialement relié aux terres de Curtil-Saint-Seine par un étroit corridor qui se prolongeait vers le nord-est. Des mesures d’arpentage rapportées sur un document préparatoire de 1729 (ADCO G 1511) ont permis de reconstituer l’extension maximale de la zone déboisée au XVIIIe siècle (fig. 5). Celles-ci venaient longer les vestiges de l’église supposée au nord et à l’ouest, ce qui pourrait notamment expliquer l’absence de murées ou de tas de pierres bien conservés à cet endroit. Cette implantation du champ pourrait également traduire une volonté d’éviter les zones trop pierreuses.

Fig. 5. Carte de l’extension maximale de la zone déboisée du Pré Goa au XVIIIe siècle d’après un plan de 1730 (ADCO G 1511).

5. Prospections magnétiques

12Ainsi, il est évident que l’intégralité des structures associées au site de Goa n’a pas été préservée, les labours ayant manifestement effacé une partie des vestiges. L’analyse des données LiDAR, s’appuyant sur la détection de reliefs, n’est d’aucune aide lorsque les structures sont totalement arasées. Une campagne de prospection géophysique a donc été menée sur le quart nord-est du Pré Goa, afin de vérifier l’étendue de l’occupation médiévale au voisinage de l’église (fig. 6). La prospection a été réalisée sur une surface de 7 150 m² à l’aide d’un magnétomètre à vapeur de Césium G858 en pseudo-gradient vertical.

Fig. 6. Carte de l’emprise des prospections géophysiques réalisées dans le Pré Goa.

  • 6 Identifiés par Florent Delencre (UMR 6298 ARTEHIS), que nous remercions.

13La prospection magnétique a mis en évidence un premier ensemble de structures d’origine naturelle. C’est le cas des anomalies linéaires positives présentes dans la moitié sud (fig. 7 : n° 1), qui possèdent toutes la même orientation (~140° Est) et qui correspondent à des diaclases. D’autres structures géologiques apparaissent sous la forme de longues anomalies bipolaires au tracé plus curviligne (n° 2) : il s’agit de bancs calcaires au sein de la formation de la Pierre de Dijon-Corton (Rémond et al., 1992). Un deuxième ensemble d’anomalies magnétiques pourrait correspondre à des structures médiévales. On trouve par exemple plusieurs anomalies positives situées au nord des enclos polygonaux, dans le prolongement direct des terrasses et des talus empierrés préservés sous la forêt (n° 3). Même s’il convient de rester prudent quant à l’interprétation de ces structures, cette zone près de la lisière se caractérise tout de même par de fortes perturbations magnétiques. Plus au nord, se dessinent deux grandes structures correspondant à des anomalies bipolaires d’assez faible intensité et aux contours relativement diffus (n° 4). Elles sont espacées l’une de l’autre d’environ 7 m et sont perpendiculaires au sens de la pente. D’après leurs caractéristiques, il pourrait s’agir d’anciennes terrasses, semblables à celles observées par ailleurs sur le plateau de Goa, qui dateraient potentiellement de la période médiévale. Cette hypothèse s’appuie d’autre part sur la présence de vestiges plus anciens, visibles sur la carte des anomalies magnétiques (n° 5), mais qui paraissent avoir été en partie recoupés par ces terrasses. Ces vestiges sont vraisemblablement les fondations d’un bâtiment construit en pierre, et se présentent sous la forme de plusieurs anomalies négatives au tracé régulier et géométrique. Ces concentrations de pierre dans le sol, révélées par la géophysique, permettent de retracer le plan d’un bâtiment sur une surface de près de 500 m². On observe à l’ouest un premier bloc rectangulaire de 28 m de long pour environ 4,5 m de largeur en moyenne, comprenant de nombreuses subdivisions plus ou moins discernables. Plusieurs murs se prolongent ensuite vers l’est : certains disparaissent au niveau des terrasses évoquées ci-dessus alors que d’autres rejoignent une pièce rectangulaire dans le coin sud-est. À l’inverse, au nord-est, on peut distinguer seulement deux anomalies linéaires qui forment un angle droit et qui sont peut-être les vestiges d’une autre pièce rectangulaire, partiellement effacés ou obstrués par les terrasses médiévales. En résumé, il s’agirait donc des fondations en pierre, voire maçonnées, d’un bâtiment au plan ordonné et possédant peut-être même des pièces symétriques. Outre les résultats des prospections géophysiques, de nombreux fragments de terres cuites architecturales ont été retrouvés dans le champ et plus particulièrement des fragments de tegulae6. D’après ces éléments, ces vestiges sont certainement ceux d’un établissement rural gallo-romain. Cette interprétation s’accorde par ailleurs avec l’hypothèse de datation relative concernant la mise en place plus récente de terrasses.

Fig. 7. Cartes des résultats des prospections géophysiques (pseudo-gradient vertical), des principales anomalies magnétiques et des propositions d’interprétation.

6. Discussion

6.1 Un village médiéval

  • 7 Par exemple, comment différencier le village du hameau ? Existe-t-il une valeur seuil du nombre d' (...)
  • 8 On peut tout de même proposer une estimation du nombre d'unités d'habitation : au moins deux plaus (...)

14Avant d’aborder la problématique de la genèse du village, il convient de vérifier au préalable si le site de Goa constitue un objet d’étude pertinent et susceptible d’apporter de nouveaux éléments au débat scientifique. Depuis quelques dizaines d’années maintenant, les historiens et les archéologues ont alimenté ce débat en proposant notamment plusieurs définitions du village (Peytremann, 2014). En 1995, Elisabeth Zadora-Rio aborde ces divergences dans un article très justement intitulé « Le village des historiens et le village des archéologues » (Zadora-Rio, 1995). Elle y explique que ces désaccords sur le concept même de village tiennent en partie à la disparité des sources des deux disciplines. Elle propose par ailleurs une liste d’éléments caractéristiques de l’habitat rural pour le haut Moyen Âge, à partir notamment des découvertes archéologiques de l’époque (Van Ossel, 2006, p. 11). En 2014, Edith Peytremann établit à son tour une liste de critères permettant de définir le village à partir des différents arguments avancés par les historiens et les archéologues (Peytremann, 2014). Le premier critère, qui peut paraître le plus évident, est celui du regroupement des habitats, mais Edith Peytremann ne manque pas de relever sa subjectivité7. Ainsi, pour le site de Goa, on ne connaît pas le nombre exact de structures d’habitation8. Hormis les vestiges à l’intérieur des enclos polygonaux du secteur I, il est difficile d’observer une véritable concentration de bâtiments. Idem si l’on considère les structures du secteur II situées à une distance d’au moins 250 m de l’église. De manière générale, cette incertitude s’explique par les zones d’ombre laissées par le LiDAR (fonds de cabane, trou de poteaux, évoqués précédemment) et le Pré Goa. La fonction agricole du village constitue le deuxième critère le plus couramment avancé. En l’occurrence, le parcellaire de Goa correspond bien à la matérialisation d’activités agro-pastorales : enclos, terrasses, rideaux de culture, murées d’épierrement, etc. On trouve également évoqués des activités artisanales qui prennent place au sein du village dans des zones spécifiques. Les recherches menées sur le site de Goa n’ont pas permis de découvrir d’éléments allant dans ce sens, si ce n’est une grande quantité de scories retrouvées autour de l’église et dans le Pré Goa. Ces scories pourraient témoigner de l’exploitation de gisements de fer dans le Val Suzon, dont on sait par ailleurs que du minerai a été extrait depuis la fin du Moyen Âge.

15Les deux critères suivants revêtent une dimension particulière puisqu’ils sont au cœur du concept d’inecclesiamento défendu par Michel Lauwers (Lauwers, 2005) : il s’agit des fonctions funéraire et religieuse du village. Celles-ci ne font aucun doute pour le site de Goa, l’église et son atrium ayant été localisés. Il conviendrait maintenant de vérifier le rôle que ces lieux ont pu jouer dans la formation du village de Goa, en précisant notamment leur datation grâce à des fouilles archéologiques. L’hypothèse d’un phénomène de polarisation autour de l’église, comme le propose Michel Lauwers, pourrait s’appliquer a priori au secteur I de Goa (Landois et al., 2019, p. 12). Les bâtiments repérés dans le secteur II se trouvent quant à eux à l’écart de ce regroupement : est-ce le fait d’une dynamique d’implantation différente ? Ils sont notamment situés au centre du plateau de Goa et au milieu du parcellaire qui s’y dessine. Par ailleurs, le territoire de Goa bénéficie du statut de paroisse au XIe siècle, ce qui constitue un argument supplémentaire pour affirmer qu’il s’agit bien là d’un village (Lauwers, 2010). D’autre part, le cimetière ou encore le parcellaire est considéré par Edith Peytremann comme des « traces matérielles d’une vie communautaire » (Peytremann, 2014). Or cet aspect communautaire figurait déjà parmi les caractéristiques du village tel que défini par Robert Fossier dans les années 1980 (Peytremann, 2014), et a été repris par la suite par d’autres historiens. De la même manière, si l’on s’attarde sur la question de la mise en place d’un parcellaire, la présence de structures d’épierrements ou de rideaux de culture — dont l’édification implique des processus sur des durées assez longues – laisse présumer d’une certaine stabilité de l’organisation et de l’exploitation du territoire. En réalité, déterminer si le site de Goa tel qu’il transparaît notamment dans les textes aux XIe et XIIe siècles, correspond effectivement à un village selon les historiens ou les archéologues ne relève pas d’un enjeu très important. Il semble acquis que le débat autour de la « naissance du village » concerne surtout des sites du haut Moyen Âge, alors que les vestiges de Goa seraient interprétés comme l’aboutissement de ces processus d’encellulement et de polarisation du territoire. Ainsi, d’après les travaux d’Édith Peytremann (Peytremann, 2003), repris par Magali Watteaux (Watteaux, 2003), la dernière phase d’évolution de l’habitat groupé correspond à la période s’étendant du IXe au XIIe siècle et se caractérise par une forme de « continuités », ponctuées de « transformations mineures ». Vérifier cette condition est cependant la première étape nécessaire d’une étude régressive, et permet en l’occurrence d’identifier certaines pistes de réflexion ou de comparaison avec d’autres sites.

6.2. Des origines antiques ?

16Pour la partie du site de Goa située sous la forêt, les informations disponibles — qu’elles proviennent des sources textuelles, du LiDAR ou des prospections archéologiques – ne permettent pas d’étudier la genèse du village, si ce n’est en émettant des hypothèses sur les événements et les dynamiques qui ont structuré l’occupation du plateau de Goa. On est ici limité à une vision « superficielle » du site, où toutes les structures se retrouvent au même niveau de lecture, sans véritable profondeur historique. Cependant, la découverte des fondations d’un bâtiment gallo-romain dans le Pré Goa, grâce aux prospections géophysiques, permet de proposer de nouveaux scénarios quant à l’origine du village de Goa.

  • 9 « Archéologie du village dans le Chalonnais : du triptyque cimetière/église/habitat au centre potie (...)

17Premièrement, la superposition de structures d’âges différents amène à s’interroger sur la nature de la relation topographique entre ces deux traces d’occupation du plateau de Goa. S’agit-il d’une simple coïncidence où l’installation du village médiéval serait entièrement déconnectée de l’existence d’une occupation antérieure ? Ou, à l’inverse, cet établissement gallo-romain serait-il un élément d’explication de l’émergence d’un habitat groupé qui aurait perduré jusqu’au XIIIe siècle ? Cette question du « legs de l’Antiquité » (Saint-Jean Vitus, 2012, p. 290) n’est évidemment pas nouvelle, différents archéologues s’étant déjà intéressés à l’évolution de l’habitat qui a pu s’opérer depuis la fin de l’Antiquité jusqu’au Moyen Âge, à l’image par exemple de Paul Van Ossel. En 2006, ce dernier concluait d’ailleurs que « l’évolution de l’habitat rural de l’Antiquité tardive a préparé la genèse de l’habitat du haut Moyen Âge » dans le diocèse des Gaules (Van Ossel, 2006, p. 18). Il décrivait ainsi plusieurs mutations ayant pris place entre les IIIe et VIIe siècle, période marquée par des phénomènes de ruptures et de continuités selon Edith Peytremann (Watteaux, 2003). On peut également citer deux autres exemples présentés dans ce volume, pour les communes de Granges et de Saint-Dizier9, qui abordent la question du lien entre villa antique et village. Pour identifier la nature de ce lien, il est cependant nécessaire de procéder à une fouille archéologique de ces sites. C’est ce que préconise également Laurent Schneider face à la « grande diversité des situations rencontrées […] à l’échelle d’un terroir communal » (Schneider, 1992, p. 10). On peut néanmoins évoquer certaines pistes de réflexion concernant le site de Goa. Tout d’abord, on connaît plusieurs exemples de continuité de l’occupation entre la fin de l’Antiquité et le début du Moyen Âge où les habitations investissent directement des bâtiments préexistants ou s’y adossent (Schneider, 2010 p. 141 ; Van Ossel, 2006, p. 17). Dans d’autres cas, l’occupation se développe autour de la villa qui constitue alors un point d’ancrage matériel (Schneider, 2010, p. 135) ; Laurent Schneider parle même d’un « repère monumental dans le terroir » (Schneider, 1992, p. 11). Quelles que soient les modalités exactes de ce phénomène, il est possible d’imaginer un scénario similaire pour l’établissement gallo-romain de Goa. On peut noter par ailleurs que les vestiges de ce bâtiment sont probablement restés visibles jusqu’au XVIIIe siècle. En 1775, Claude Courtépée écrivait par exemple : « Au grand pré de Goix étoit jadis un parc, où on a découvert, il y a 30 ans, de vieilles armes & des pierres de taille, qui font présumer qu’il y avoit un château. » (Courtépée, 1777, p. 520). À la même époque, un « buisson » était représenté sur un plan du Pré Goa, à l’emplacement exact des fondations repérées par les prospections géophysiques (fig. 8). Cette zone devait sans doute être laissée en friche à cause des trop nombreux blocs présents dans le sol, qui gênaient l’exploitation du champ. Doit-on alors en conclure que ce bâtiment n’a pas été totalement détruit ou arasé au cours du Moyen Âge ? Bien évidemment, ces observations ne sont pas suffisantes pour conclure à une occupation prolongée de ces structures durant le Moyen Âge. Ces amas de pierres ont simplement pu être mis au jour suite à l’ouverture du Pré Goa. De plus, on suppose que des terrasses médiévales ont été implantées sur la moitié nord de l’établissement gallo-romain. Cette disposition pencherait plutôt en faveur d’un véritable abandon de ces anciennes structures et donc d’une discontinuité de l’occupation. Au vu de l’intervalle chronologique important qui sépare les vestiges gallo-romains et médiévaux, et faute de données plus précises, il existe un large champ d’interprétations possibles.

Fig. 8. Extrait du plan de 1729 représentant la « pièce de terre appelée Gôa » sur lequel est figuré un « buisson ».

  • 10 Informations transmises par François Renard, ancien maire de Curtil-Saint-Seine, que nous remercio (...)

18Deuxièmement, si l’étude du site de Goa nécessite une réflexion à plus large échelle de son territoire médiéval, incluant Curtil-Saint-Seine et Sainte-Foy, la découverte de vestiges gallo-romains implique également de s’intéresser à l’occupation du plateau voisin, dit de Jossam, situé juste à l’ouest de l’autre côté de la Combe Goa. En effet, l’analyse des données LiDAR a révélé l’existence d’un important parcellaire gallo-romain qui recouvre l’intégralité du plateau forestier s’étendant vers l’ouest jusqu’à la Combe au Prêtre et qui se poursuit encore au nord sur les communes de Francheville et de Curtil-Saint-Seine (fig. 9). La datation de ce parcellaire s’appuie sur une analyse morphologique et sur différents indices archéologiques, comme pour celui du plateau de Goa. Tout d’abord, des fragments de tegulae ont été retrouvés à l’emplacement de deux grands enclos quadrangulaires qui s’intègrent dans la trame parcellaire, et qui ont été interprétés comme étant des « fermes » gallo-romaines. On trouve également le site du fanum de Val-Suzon, fouillé par Emmanuel Guyot entre les années 1950 et 1980 (Seguin, 2016). Si la fonction des structures mises au jour est aujourd’hui remise en question, le site a néanmoins livré du mobilier archéologique et notamment un lot de monnaies gauloises et romaines (Seguin, 2016). De la même manière, à l’extrémité sud du plateau de Jossam, se trouve le Châtelet de la Fontaine au Chat, un éperon barré occupé dès le Néolithique moyen et jusqu’au premier Âge du Fer (Nicolardot, 2003). Des fouilles réalisées en 1976 et 1977 par Jean-Pierre Nicolardot ont révélé une dernière phase d’occupation jusqu’au Bas-Empire. Cette interprétation s’appuie sur la découverte de tessons de céramique fine gallo-romaine du type Jaulges-Villiers-Vineux, produite entre la fin du Ier et du Ve siècles de notre ère (Nicolardot, 2003, p. 78). Même si l’on ignore encore pour l’instant, à quelle époque le parcellaire de Jossam a véritablement commencé à se mettre en place, celui-ci était fonctionnel durant la période gallo-romaine. Se pose alors la question de la relation chronologique entre l’établissement découvert sous le Pré Goa et l’occupation du plateau de Jossam, et plus spécifiquement celle de la continuité spatiale du parcellaire. Malheureusement, il n’est pas possible d’apporter une réponse catégorique à ces interrogations, faute de pouvoir établir un prolongement des structures parcellaires entre les plateaux de Jossam et de Goa. La zone boisée située à la jonction des deux plateaux a fait l’objet d’importants travaux forestiers au début des années 1980, impliquant notamment le griffage du sol à l’aide d’un bulldozer10. Cette pratique a largement arasé les vestiges archéologiques susceptibles d’avoir été préservés jusqu’alors par la forêt. Les données LiDAR permettent tout de même d’identifier des reliefs sur ces parcelles mais il est difficile de trancher entre formations géologiques ou structures d’origine anthropique (fig. 10).

Fig. 9. Extrait des données LiDAR au sud du plateau de Jossam : en rouge, les reliefs « positifs » (talus, murées, tertres, falaises, etc.) et en bleu, les reliefs « négatifs » (chemins, carrières, combes, etc.).

Fig. 10. Extrait des données LiDAR entre les plateaux de Jossam à l'Ouest et de Goa à l'Est.

  • 11 Cf. les travaux du projet « RurLand » sur la datation des réseaux parcellaires laténiens et gallo- (...)

19Néanmoins, on peut supposer que l’établissement rural de Goa était lui-même environné de terres exploitées et éventuellement d’un parcellaire. Outre le lien topographique entre l’habitat gallo-romain et le village médiéval, la problématique du « legs de l’Antiquité » peut s’étendre à l’environnement du site et à l’évolution du « terroir ». Si les modalités de l’installation de l’habitat sur les plateaux ont pu varier au cours des siècles, l’exploitation du territoire a pu connaître une évolution différente. Ainsi, Laurent Schneider note, concernant la villa de Coudeyssas dans le Biterrois, que « l’abandon de l’établissement n’impliquant pas obligatoirement la désertion du terroir » avançant l’hypothèse de « la permanence et la cohérence de ce terroir antique » (Schneider, 1992, p. 9). Dans un autre registre, on pensera également à la notion de « permanence des formes » des archéo-géographes et aux travaux de François Favory et Gérard Chouquer sur les parcellaires protohistoriques et antiques (Robert, 2003, p. 117). Autrement dit, quand bien même on écarterait définitivement toute relation entre l’habitat antique et le village médiéval, il conviendrait encore de s’attarder sur l’origine du parcellaire du plateau de Goa. D’autant plus que les arguments avancés quant à l’âge des parcellaires retrouvés dans le Val Suzon reposent toujours sur la connexion des structures avec des sites datés et l’hypothèse de la contemporanéité11. En l’occurrence, sur le plateau de Goa, il n’existe pas de cas de recoupement ou de superposition évident entre deux générations de parcellaires, ni même de structures agraires spécifiques au Moyen Âge, à l’image des vestiges retrouvés en forêt de Haye par exemple (Georges-Leroy et al., 2009). Ce constat permet d’envisager un scénario où les formes parcellaires gallo-romaines n’ont pas été totalement effacées mais se sont maintenues ou ont fait l’objet d’une réoccupation au cours de la période médiévale. Finalement, le parcellaire de Goa, dont on observe aujourd’hui l’état final post-abandon, résulterait d’une mutation sur le temps long. Certaines observations faites sur la superficie de plusieurs parcelles à Goa vont d’ailleurs dans le sens d’une évolution ou d’une réorganisation du parcellaire (Landois et al., 2019, p. 12). Cependant, seule une datation des structures parcellaires permettrait d’attester ou non l’occupation du plateau de Goa à l’époque gallo-romaine.

7. Conclusion

20En définitive, l’étude du site de Goa développée ici s’attelle à aborder différents aspects de la problématique du village médiéval, que ce soit à propos de son organisation, de ses origines ou encore de son abandon au XIIIe siècle. Ces thèmes peuvent évidemment être abordés à l’échelle du site, qui mériterait certainement des investigations plus en profondeur que les premières approches superficielles menées jusqu’ici. Mais il apparaît également pertinent d’étendre les réflexions sur le village de Goa à des échelles temporelles et spatiales plus grandes. C’est le cas par exemple si l’on s’interroge sur le rôle de l’occupation gallo-romaine dans la genèse et le regroupement de l’habitat au Moyen Âge. C’est également le cas lorsqu’on étudie plus généralement les dynamiques d’occupation du Val Suzon, dans lesquelles s’inscrit le site de Goa, et la manière dont elles conduisent à un changement d’occupation du sol et à l’installation d’une forêt. En 2012, Benjamin Saint-Jean Vitus constatait à propos des travaux archéologiques menés en Bourgogne, entre les années 1995 et 2005, sur l’habitat médiéval, que peu d’entre eux dépassaient du cadre du site fouillé pour s’inscrire dans un territoire plus large (Saint-Jean Vitus, 2012, p. 276). L’auteur en arrivait à la conclusion que « la relation d’un habitat avec le territoire environnant reste largement à étudier », évoquant d’ailleurs l’intérêt des études transversales et de l’emboîtement des échelles territoriales (Saint-Jean Vitus, 2012, p. 290). Dans cette optique, le contexte forestier actuel du site de Goa présente plusieurs avantages d’un point de vue archéologique. On peut rappeler en premier lieu la préservation remarquable du site après son abandon par l’installation d’une forêt et l’absence d’occupation postérieure. Ce potentiel archéologique forestier, aujourd’hui révélé par le LiDAR, peut être comparé à celui des sites étudiés en contexte urbain ou agricole. De plus, cette spécificité taphonomique concerne généralement de vastes superficies, propres aux massifs forestiers. Les centaines d’hectares de forêt du Val Suzon ont ainsi protégé les vestiges du village de Goa avec son parcellaire, qui s’étend sur la totalité du plateau éponyme. Contrairement à l’archéologie en contexte villageois, les forêts permettent bien souvent d’échapper à certaines contraintes administratives ou techniques (Carré et al., 2009). On n’omettra d’ailleurs pas de préciser à ce sujet que la RNR-FE du Val Suzon constitue un cadre favorable aux recherches scientifiques, comme en témoignent les nombreuses collaborations établies avec les chercheurs de différentes disciplines (ONF, 2016, p. 33). La genèse du village est l’une des facettes de la construction du paysage et intéresse par conséquent l’histoire des forêts du Val Suzon.

Bibliographie

Carre, Hincker, Mahe, Peytremann, Poignant, Zadora-Rio, 2009 = Carre F., Hincker V., Mahe N., Peytremann E., Poignant S., Zadora-Rio E., « Histoire(s) de(s) village(s) », Les nouvelles de l’archéologie, 116, p. 51-59.

Courtepee, 1777 = Courtepee C., Description générale et particulière du duché de Bourgogne, précédé de l’abrégé historique de cette province, Dijon, Chez Causse, Imprimeur du Parlement, 2, 634 p.

Desjardins, 1879 = Desjardins G., Cartulaire de l’abbaye de Conques en Rouergue, Paris, Alphonse Picard, Librairie de la Société de l’École des Chartes, 651 p.

Garnier, 1847-1852 = Garnier J., « Le château de Talant, monographie », Mémoires de la Commission des Antiquités du département de la Côte-d’Or, 3, p. 213-311.

Georges-Leroy, Bock, Dambrine, Dupouey, 2009 = Georges-Leroy M., Bock J., Dambrine E., Dupouey J.-L., 2009, « Le massif forestier, objet pertinent pour la recherche archéologique. L’exemple du massif forestier de Haye (Meurthe-et-Moselle) », Revue Géographique de l’Est [en ligne], 49 (2-3), http://journals.openedition.org/rge/1931 (consulté le 27 novembre 2019).

Landois, Garcia, Quiquerez, 2019 = Landois R., Garcia J.-P., Quiquerez A., 2019, « Un habitat groupé antérieur au XIIe siècle préservé sous forêt : le site de Goa (Val-Suzon, Côte-d’Or) », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre [en ligne], t. 23 (1), https://journals.openedition.org/cem/16385 (consulté le 27 novembre 2019)

Lauwers, 1999 = Lauwers M., « Le cimetière dans le Moyen Âge latin. Lieu sacré, saint et religieux », Annales. Histoire, sciences sociales, 5, 1061 p.

Lauwers, 2005 = Lauwers M., Naissance du cimetière : lieux sacrés et terre des morts dans l’Occident médiéval, Paris, Aubier (Collection historique), 394 p.

Lauwers, 2010 = Lauwers M., « Circuit, cimetière, paroisse. Réflexions sur l’ancrage ecclésial des sites d’habitat (VIIe-XIIIe s.) », in Yante J.-M., Bultot-Verleysen A.-M., éd., Autour du « village ». Établissements humains, finages et communautés rurales entre Seine et Rhin (IVe-XIIIe s.). Actes du colloque international de Louvain-la-Neuve, 16 au 17 mai 2003, Louvain-la-Neuve, Université catholique de Louvain, p. 301-324.

Nicolardot, 2003 = Nicolardot J.-P., 2003, L’habitat fortifié pré- et protohistorique en Côte-d’Or : les camps de Myard à Vitteaux et du Châtelet d’Etaules dans le contexte archéologique régional (du Ve millénaire au IVe siècle avant J.-C.), Dijon, RAE, 374 p.

Office National des Forêts, 2016 = Office National des Forêts, Le Val Suzon : dossier de candidature au label Forêt d’Exception, [en ligne] http://www1.onf.fr/foret-exception/sommaire/foretreseau/le-val-suzon/dates/@@index.html (consulté le 27 novembre 2019).

Peytremann, 2003 = Peytremann E., Archéologie de l’habitat rural dans le nord de la France du IVe au XIIe siècle, Saint-Germain-en-Laye, Association française d’Archéologie mérovingienne, 2 vol. 452 p. et 432 p.

Peytremann, 2014 = Peytremann E.., « La notion de village en France au premier Moyen Âge. Retour sur un débat », Archéopages, 40, p. 84-91.

Remond, Bonijoly, Bugnon, Chretien, Gelard, Kieffer, Salomon, Thevenot, Thierry, 1992 = Remond C., Bonijoly D., Bugnon F., Chretien J., Gelard J.-P., Kieffer J.-P., Salomon J., Thevenot J.-P., Thierry J., Notice explicative de la feuille Saint-Seine-l’Abbaye à 1/50 000, Orléans, BRGM, 97 p.

Robert, 2003 = Robert S., « Comment les formes du passé se transmettent-elles ? », Études rurales, 167-168, p. 115-131.

Roserot, 1924 = Roserot A., Dictionnaire topographique du département de la Côte-d’Or : comprenant les noms de lieux anciens et modernes, Paris, Imprimerie Nationale, 342 p.

Saint-Jean Vitus, 2012 = Saint-Jean Vitus B., « Habitat et processus d’agglomération en Bourgogne au cours du Moyen Âge (Ve-XVIe s.) : l’apport des travaux archéologiques des années 1995-2005, contribution au Bilan scientifique régional », Revue archéologique de l’Est, 61, p. 259-301.

Schneider, 1992, = Schneider L., « Habitat et genèse villageoise du haut Moyen Âge. Exemple d’un terroir du biterrois nord-oriental », Archéologie du Midi Médiéval, 10, p. 3-37.

Schneider, 2010 =Schneider L., « De la fouille des villages abandonnés à l’archéologie des territoires locaux. L’étude des systèmes d’habitat du haut Moyen Âge en France méridionale (Ve-Xe s.) : nouveaux matériaux, nouvelles interrogations », in Chapelot J., dir., Trente ans d’archéologie médiévale en France. Un bilan pour un avenir, IXe congrès de la Société d’archéologie médiévale, Vincennes, 16 au 18 juin 2006, Caen, CRAHM, p. 133-161.

Seguin, 2016 = Seguin J., Le fanum de la forêt domaniale de Val Suzon (Côte-d’Or) : présentation du site et catalogues des monnaies, des objets métalliques et du mobilier faunique, Mémoire de Maîtrise HAMA (dir. Popovitch L.), Dijon, Université de Bourgogne, 178 p.

Van Ossel, 2010 = Van Ossel P., « De la « villa » au village : les prémices d’une mutation », in Yante J.-M., Bultot-Verleysen A.-M., éd., Autour du « village ». Établissements humains, finages et communautés rurales entre Seine et Rhin (IVe-XIIIe s.). Actes du colloque international de Louvain-la-Neuve, 16 au 17 mai 2003, Louvain-la-Neuve, Université catholique de Louvain, p. 219-236.

Watteaux, 2003 = Watteaux M., « À propos de la « naissance du village au Moyen Âge » : la fin d’un paradigme ? », Études rurales, 167-168, p. 306-318.

Notes

1 Dans le cadre d'une thèse intitulée « Eco-dynamiques d'un espace forestier et des activités humaines : la forêt du Val Suzon sur le temps long. », réalisée par Rémi Landois, sous la direction de Jean-Pierre Garcia (Université de Bourgogne Franche-Comté), de Corinne Beck (Université de Valenciennes) et d'Amélie Quiquerez (Université de Bourgogne Franche-Comté).

2 Corpus étudié par Anne-Lise Bugnon (Inrap Bourgogne-Franche-Comté), que nous remercions.

3 « Réflexions sur la formation du village de Fleurey-sur-Ouche (Côte-d'Or). », Gaëlle Pertuisot, dans ce volume.

4 Si l'on prend comme exemple les données recensées par Benjamin Saint-Jean Vitus pour la Bourgogne, il apparaît qu'une grande partie des sites d'habitats ruraux antérieurs au XIIe siècle se caractérise « par des ensembles de négatifs trahissant des constructions sur poteaux de fond et par des structures fossoyées, silos ou fonds de cabane essentiellement » (Saint-Jean Vitus, 2012, p. 268).

5 Il convient néanmoins de rester prudent quant aux mentions de bois au XIVe siècle et aux paysages auxquels renvoient ce terme. Les descriptions des forêts du Val Suzon à la période moderne évoquent par exemple de nombreux arbustes et pelouses sur les plateaux. L'appréciation des auteurs médiévaux diffère peut-être des considérations actuelles sur l'occupation du sol : les bois pourraient alors désigner un espace dédié à certaines pratiques ou soumis à des règles particulières, avant de caractériser un type de végétation présent à cet endroit.

6 Identifiés par Florent Delencre (UMR 6298 ARTEHIS), que nous remercions.

7 Par exemple, comment différencier le village du hameau ? Existe-t-il une valeur seuil du nombre d'habitats nécessaire pour former un village ? Etc. (Peytremann, 2014)

8 On peut tout de même proposer une estimation du nombre d'unités d'habitation : au moins deux plausibles dans les enclos près de l'église et peut-être deux ou trois supplémentaires dans le secteur II.

9 « Archéologie du village dans le Chalonnais : du triptyque cimetière/église/habitat au centre potier », Antoine Guicheteau ; « « Les Crassées », « Le Seugnon », « Mare Voisin » : étude d’un pôle d’occupation rural, depuis l’Antiquité jusqu’à la fondation de la ville médiévale de Saint-Dizier (Haute-Marne », Raphaël Durost et Stéphanie Desbrosse-Degobertière, dans ce volume.

10 Informations transmises par François Renard, ancien maire de Curtil-Saint-Seine, que nous remercions.

11 Cf. les travaux du projet « RurLand » sur la datation des réseaux parcellaires laténiens et gallo-romains : https://rurland.hypotheses.org/368 (consulté le 27 novembre 2019).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation du site de Goa dans la moitié est de la commune de Val-Suzon (Côte-d’Or).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25670/img-1.png
Fichier image/png, 436k
Légende Fig. 2. Extraits des données LiDAR du Val Suzon et relevé des structures d’origine anthropique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25670/img-2.png
Fichier image/png, 589k
Légende Fig. 3. Carte de localisation du mobilier archéologique retrouvé lors des prospections sur le secteur I du site de Goa.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25670/img-3.png
Fichier image/png, 438k
Légende Fig. 4. Photographie des motifs en forme de croix sur un tesson de céramique découvert sur le site de Goa.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25670/img-4.png
Fichier image/png, 581k
Légende Fig. 5. Carte de l’extension maximale de la zone déboisée du Pré Goa au XVIIIe siècle d’après un plan de 1730 (ADCO G 1511).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25670/img-5.png
Fichier image/png, 455k
Légende Fig. 6. Carte de l’emprise des prospections géophysiques réalisées dans le Pré Goa.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25670/img-6.png
Fichier image/png, 328k
Légende Fig. 7. Cartes des résultats des prospections géophysiques (pseudo-gradient vertical), des principales anomalies magnétiques et des propositions d’interprétation.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25670/img-7.png
Fichier image/png, 739k
Légende Fig. 8. Extrait du plan de 1729 représentant la « pièce de terre appelée Gôa » sur lequel est figuré un « buisson ».
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25670/img-8.png
Fichier image/png, 582k
Légende Fig. 9. Extrait des données LiDAR au sud du plateau de Jossam : en rouge, les reliefs « positifs » (talus, murées, tertres, falaises, etc.) et en bleu, les reliefs « négatifs » (chemins, carrières, combes, etc.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25670/img-9.png
Fichier image/png, 630k
Légende Fig. 10. Extrait des données LiDAR entre les plateaux de Jossam à l'Ouest et de Goa à l'Est.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25670/img-10.png
Fichier image/png, 304k

© ARTEHIS Éditions, 2021

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search