Version classiqueVersion mobile

La genèse du village

 | 
Antoine Guicheteau
, 
Vincent Marchaisseau
, 
Amélie Quiquerez

Les récents apports de l’archéologie préventive à la connaissance de la formation du village de Fleurey-sur-Ouche au cours du premier Moyen Âge

Gaëlle Pertuisot

Texte intégral

1. Introduction

1La commune de Fleurey-sur-Ouche est située dans la vallée de l’Ouche, à une quinzaine de kilomètres à l'ouest de Dijon, entre les derniers contreforts du Bassin Parisien et la plaine de la Saône. Le village est installé dans un élargissement de la vallée, de part et d’autre de la rivière (Fig. 1).

Fig. 1. Vue aérienne vers l’est, avec les fouilles au premier plan (© Com’air).

2Fleurey-sur-Ouche et son secteur n’ont été, jusqu’en 2015, que très peu explorés par l’archéologie en général, préventive en particulier, malgré un riche potentiel. L’intérêt patrimonial et historique du bourg est important. Des opérations de médiation culturelle et de recherches historiques sont par ailleurs menées par une association locale dynamique : l’HIPAF (Histoire et Patrimoine de Fleurey-sur-Ouche), qui a publié un ouvrage sur l’histoire du village (HIPAF, 2007).

3Outre la richesse du patrimoine bâti visible (l’église paroissiale, l’ancien prieuré, les hôtels particuliers, des éléments du rempart du XVIe siècle, entre autres), le village recèle un réseau de cavités souterraines dont le tracé peut parfois être hérité d’un imaginaire collectif, mais dont l’existence s’avère bien réelle. C’est en 1988, à l’occasion de la réfection de réseaux de drainage dans la rue de l’Aule, que des habitants ont découvert des galeries creusées dans le calcaire ; ceux-ci ont pu s’y aventurer avant que l’accès ne soit condamné à la fin des travaux. Cinq kilos de céramique évoquant une production du XIIe siècle ont pu en être extraits (Mouillebouche, 1988). Des photographies ont été prises et un plan assez précis a également été établi par M. Serbource et Doussot (Fig. 2).

Fig. 2. Les cavités souterraines observées en 1988 (© J. Serbource).

4L’inscription du village dans le zonage de présomption de prescription archéologique a permis d’instruire divers dossiers d’aménagements individuels ou collectifs (situés dans la rue de l’Aule, à proximité de l’ancien prieuré et des cavités souterraines) dès 2015, donnant lieu à quatre diagnostics suivis de trois fouilles. La préservation de larges zones non urbanisées à l’intérieur même du village ancien (plus de 3 ha investigués) a été une opportunité rare pour l’archéologie alors que, bien souvent, les opérations menées au sein même des villages ne concernent que de petites surfaces, logistiquement compliquées à monter, et dont les résultats sont difficiles à interpréter. Qui plus est, la pérennité de l’équipe archéologique, intervenue sur toutes ces opérations, a permis une formidable collecte de données et la mise en place d’un système d’information géographique à l’échelle du village.

5Ces nouvelles données sont venues compléter les informations recueillies à l’occasion de découvertes fortuites en 1912-1913 et au début des années 1950, et de sondages dans l’église Saint-Jean-Baptiste en 1954 puis 1993 et 1996 (Bioul-Pelletier, Bioul, 1993 ; Bryant, Staniaszek, 1997).

2. L’héritage antique

6Quelques indices permettent de prêter une origine antique au village de Fleurey. Une probable villa gallo-romaine serait à l’origine de Floriacus ; son emplacement n’est pas défini à ce jour. Dans une tranchée au sud de l’église a été découverte, en 1954, une sculpture représentant une possible danseuse dionysiaque, laissant à penser que des vestiges antiques pourraient se situer sous l’église Saint-Jean-Baptiste. Cette présence est à nouveau supposée lors de l’ouverture de tranchées dans l’église, en 1996, et par l’observation de matériaux de remploi dans les niveaux mérovingiens.

3. Le village à l’époque mérovingienne

Fig. 3. Le village de Fleurey-sur-Ouche, sa morphologie ainsi que la localisation des découvertes anciennes et des opérations d’archéologie préventive récentes.

7Le village est mentionné dans les textes dès le haut Moyen Âge : Grégoire de Tours évoque, au milieu du VIe siècle, Fleurey dans l’Histoire des Francs sous le nom de Floriacum (Latouche, 1963). Le bourg aurait été ainsi le lieu de la bataille dite « de Fleurey-sur-Ouche » opposant Clovis à Gondebaud, roi de Bourgogne, vers l’an 500.

8Des découvertes fortuites, suivies de fouilles, confirment le passé mérovingien du village : une nécropole a été mise au jour au nord-ouest du village (lieu-dit « Au-dessus des Barges »), avec une première découverte en 1912-1913 de vingt tombes orientées est-ouest, sans doute datées vers 600. Au début des années 1950, trois autres inhumations ont été fouillées. Le mobilier associé (dont une plaque-boucle en alliage cuivreux ornée d’une croix encadrée par deux griffons), étudié par H. Gaillard de Sémainville, rattache ces sépultures à la même période, vers 600 (Gaillard de Sémainville, 2010).

4. L’église Saint-Jean-Baptiste

9Les fouilles de l’église Saint-Jean-Baptiste, menées en 1996 par Simon Bryant (AFAN), ont permis de mettre au jour des sarcophages mérovingiens associés à des fondations de murs, appartenant très probablement à un édifice de culte antérieur à l’église actuelle :

« La première phase comprend l’implantation d’un édifice funéraire ou religieux vers le milieu du VIIe siècle avec une nécropole où cinq sarcophages de type bourguignon-champenois ont été observés. La présence d’une structure antérieure est attestée par une tranchée de construction orientée est-ouest mais sans aucun matériel datable. L’édifice mérovingien est représenté par son mur nord, composé d’un petit appareil à assises réglées, large de 0,90 m. Une rupture dans la maçonnerie des fondations suggère le départ d’une abside […]. Un des sarcophages a été placé à l’intérieur de cette église primitive. La deuxième phase comprend la condamnation des sarcophages et la reconstruction de l’église, vraisemblablement vers le IXe siècle » (Bryant, Staniaszek, 1997).

5. Le prieuré Saint-Marcel

10Le prieuré Saint-Marcel, situé sur l’autre rive de l’Ouche, au sud, s’est établi sur des terres qui auraient été octroyées en 586 par Gontran, roi de Bourgogne, à l’abbaye de Saint-Marcel-lès-Chalon, établissement qui fut rattaché entre 979 et 988 à l'abbaye de Cluny.

11Les archives conservées sont peu fiables concernant l’origine de la fondation du prieuré Saint-Marcel ; l’installation des moines aurait eu lieu vers la fin du Xe siècle. Aux XIIe et XIIIe siècles, le patrimoine du prieuré s’accroît grâce aux dons des ducs de Bourgogne, avant de décliner à partir du XIVe siècle, période à laquelle ses biens sont amodiés à des laïcs. Au XVIIe siècle, les bâtiments sont en ruine.

12Lors de la Révolution, tous les biens du prieuré sont vendus comme biens nationaux ; l’église du prieuré fut alors scindée en appartements.

13C’est dans l’environnement de ce prieuré qu’ont eu lieu les récentes investigations, de part et d’autre de la rue de l’Aule.

6. Une occupation dès la fin du premier Moyen Âge

Fig. 4. Les vestiges du premier Moyen Âge (© J. Berthet, D. Lamotte, P. Noguès et G. Pertuisot).

14Les trois fouilles, menées de 2017 à début 2019, ont permis de découvrir un site dense, stratifié, couvrant une large période comprise entre la fin du haut Moyen Âge et l’époque moderne. Cette longue fréquentation, quasi-ininterrompue, explique en partie les difficultés d’interprétation pour les périodes les plus anciennes, mises à mal par les occupations successives.

15Les trois fouilles (ainsi que le diagnostic mené par D. Lamotte en 2015, non suivi d’une fouille) ont confirmé l’hypothèse selon laquelle le secteur de la rue de l’Aule, et donc du prieuré, aurait été investi dès la fin du haut Moyen Âge. De nombreuses empreintes de poteaux témoignent, en effet, de l’installation de bâtiments en matériaux périssables sur le site. Ceux découverts sur le secteur le plus proche du prieuré, au cours du diagnostic de D. Lamotte, sont datés de la fin Xe ou du début XIe siècle grâce aux tessons de céramique retrouvés dans leur comblement (Ravoire in Lamotte, 2015).

16Parmi les structures les plus précoces se trouvent également des silos, dont un, partiellement remblayé, abrite deux sépultures d’enfants protégées chacune par une couverture de dalles calcaires. Une des deux sépultures a pu être datée par 14C de 993-1155 (Fig. 5). Cette datation est corroborée par la découverte d’un denier carolingien de Charles le Chauve (900-1032) dans le comblement supérieur du silo. La structure, dont l’environnement sud et est n’est pas connu puisqu’elle se situe dans un angle de la zone prescrite, sert donc en deuxième intention de tombe. Cette pratique de réutilisation des fosses abandonnées apparaît comme récurrente dans le nord de la France entre la fin du VIIIe siècle et le milieu du XIIe siècle, de même que celle des sépultures dispersées (Peytremann, 2003). Les sépultures en silo au haut Moyen âge sont encore mal connues mais attestées, associées parfois à des restes carpologiques (Peytremann, Poignant, 2017). Dans le cas de Fleurey-sur-Ouche, il s’agit de deux tombes installées dans le remblai du silo, alors vidé de ses graines ; elles illustrent une pratique d’inhumation alternative aux nécropoles en plein champ de la période mérovingienne, mais aussi à celle des cimetières paroissiaux des périodes ultérieures.

Fig. 5. Les deux sépultures d’enfant et le résultat de la datation par 14C (© S. Baudin et C. Capdeville).

17Le comblement d’un autre silo du site « Lotissement des Charmilles » permet de rattacher son abandon à cette période de la fin du IXe à la fin du XIe siècle. La découverte d’un tesson de céramique grise coquillée, décorée de croix estampées (Fig. 6), est à rapprocher de celle de Goa (Val-Suzon, Côte-d’Or), seul site fouillé récemment ayant livré un élément de comparaison (Landois et al., 2019). Ce type de production, mal connu jusqu’à présent, semble se limiter à la région dijonnaise ; il fait actuellement l’objet de recherches dans le cadre du Projet Collectif de Recherche « La céramique médiévale en Bourgogne (xiie-xviie siècle) : production, consommation, diffusion » (Lacroix, 2019).

Fig. 6. La céramique avec décor de croix estampées retrouvée dans le comblement d’un silo (© G. Pertuisot).

18Le cas particulier des cavités souterraines n’est pas sans poser questions. En effet, les découvertes effectuées au cours des trois opérations de fouille n’ont pas révélé de salles communiquant entre elles comme celles observées en 1988 par les habitants du village. Toutefois, suite à la détection géophysique et à l’observation sur le terrain, de larges creusements, aujourd’hui remblayés, ont été mis au jour sur les chantiers « Derrière la Velle » et « Maison de Santé ». Le plus conséquent mesure 20 m de long sur 9 m de large et plus de 4 m de profondeur. Il s’agit de carrières d’extraction de calcaire à ciel ouvert avec des lobes creusés en sape sur leur pourtour ; leur fonctionnement s’est mis en place entre 1025 et 1165 (un fragment d’os brûlé sur un foyer retrouvé en fond de cavité a été daté par 14C), et un abandon au XIIIe ou XIVe siècle est probable d’après la céramique retrouvée dans le comblement final (Fig. 7).

Fig. 7. Apparition d’une carrière sous le site (© G. Pertuisot).

19Cette activité d’extraction de calcaire coïncide avec l’installation primitive de l’habitat maçonné au XIsiècle sur le site « Lotissement des Charmilles » comme en témoignent les datations 14C réalisées sur des charbons de bois pris dans le liant des murs (fourchettes de datation : 1020-1155 et 1117-1225).

7. Les prémices d’une organisation spatiale

20La répartition des vestiges du premier Moyen Âge laisse entrevoir, malgré les dommages liés aux occupations successives, une organisation fonctionnelle (Fig. 8) : au nord, à proximité du prieuré, se profile l’habitat, sur poteaux plantés ou maçonnés, associé aux structures de stockage ; plus au sud, un quartier à vocation sans doute artisanale avec de grandes fosses de travail (Fig. 9) et les carrières d’extraction de calcaire. Seul un bâtiment sur huit poteaux est excentré, au sud de la fouille « Derrière la Velle », ce qui laisse supposer son caractère agricole.

21La proximité géographique et la contemporanéité de l’occupation mise au jour avec l’église priorale ne permettent cependant pas de définir le lien qui les unit. Il est seulement possible d’affirmer qu’à la fin du haut Moyen Âge, une installation s’est développée à proximité du prieuré.

Fig. 8. Proposition de restitution d’organisation spatiale pour l’occupation du premier Moyen Âge.

Fig. 9. Fosse liée à l’activité artisanale présente au nord de la fouille « Derrière la Velle » (© J. Lecornué).

22Les éléments les plus anciens, dans le secteur récemment investigué par l’archéologie préventive, datent tous du Xe siècle, alors que de l’autre côté de l’Ouche, aux alentours de l’église Saint-Jean-Baptiste, l’installation est plus précoce avec l’édification de l’église au VIIe siècle et la présence de sarcophages mérovingiens. Le noyau primitif est donc situé dans cette partie du village, avec un développement plus tardif au sud, concomitant sans doute à l’installation des moines dans le prieuré.

23Cette bipolarité ne trouve son origine qu’à la fin du haut Moyen Âge, mais perdure. Le village de Fleurey-sur-Ouche n’a de cesse de se développer grâce à son positionnement géographique propice au passage et aux échanges. Des occupations successives et denses ont été appréhendées au cours des trois fouilles, différenciant très clairement le village de Fleurey des hameaux abandonnés observés à proximité dans les forêts de Saint-Seine et de Val-Suzon (Beck et al., 2018 ; Landois et al., 2019), et le plaçant dans une dynamique de constante évolution avec un attrait permanent jusqu’à nos jours.

Bibliographie

Beck, Faucher, Maigrot, 2018 = Beck P., Faucher F., Maigrot J.-L., Élevage et forêt sur la montagne dijonnaise à la fin du Moyen Âge. Deux établissements forestiers d’éleveurs en Terre de Saint-Seine (Saint-Martin-du-Mont, Côte d’Or), Editions Mergoil, EM-11, 264 p.

Bioul-Pelletier, Bioul, 1993 = Bioul-Pelletier C., Bioul C., Bourgogne Côte-d’Or, Fleurey-sur-Ouche l’église, site archéologique 21 273 016, notice de surveillance, AFAN.

Bryant, Staniaszek, 1997 = Bryant S., Staniaszek L., Fleurey-sur-Ouche « l’Eglise — Saint Jean », fouilles de sauvetage à l’intérieur de l’église, DFS de sauvetage urgent, AFAN.

Canat de Chizy, 1894 = Canat de Chizy M., Cartulaire du prieuré de Saint-Marcel-lès-Chalon publié d’après les manuscrits de Marcel Canat de Chizy, Chalon-sur-Saône.

Gaillard de Semainville, 2010 = Gaillard de Semainville H., « Les plaques-boucles mérovingiennes ornées d’une croix encadrée par deux griffons : à propos d’une découverte faite à Fleurey-sur-Ouche (Côte-d’Or) ». Revue archéologique de l’Est, 59-2, 2010, [En ligne], mis en ligne le 10 octobre 2011. Consulté le 17 octobre 2016.

Hipaf, 2007 = Hipaf, Fleurey-sur-Ouche, histoire et patrimoine, Fleurey-sur-Ouche.

Lacroix et al., 2019 = Lacroix M.-C. et al., La céramique médiévale et moderne (XIIe-XVIIe siècle) en Bourgogne : production, consommation, diffusion. Bilan 2018 - Programmation 2019, rapport de recherche, Ministère de la Culture et de la Communication, DRAC Bourgogne SRA, UMR 6298 ARTEHIS, Université de Bourgogne, Inrap.

Lamotte, 2015 = Lamotte D., Bourgogne, Côte d’Or (21), Fleurey-sur-Ouche, rue de l’Aule, un habitat des Xe-XIe siècles à proximité du prieuré Saint-Marcel, rapport de diagnostic archéologique, Dijon, Inrap Grand-Est Sud.

Landois, Garcia, Quiquerez, 2019 = Landois R., Garcia J. P., Quiquerez A., « Un habitat groupé antérieur au xiie siècle préservé sous forêt : le site de Goa (Val-Suzon, Côte-d’Or) », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 23.1 | mis en ligne le 1er septembre 2019, consulté le 9 octobre 2019

Latouche, 1963 = Latouche R., Grégoire de Tours, Histoire des Francs (édition et traduction), Les Belles lettres, coll. « Classiques de l’Histoire de France au Moyen Âge », t. I, Livres I-V, Paris.

Mahe-Hourlier, Poignant, 2013 = Mahe-Hourlier N., Poignant S., Archéologie du village, archéologie dans le village dans le nord de la France (Ve-XIIIe siècles), Saint-Germain-en-Laye, Association française d’archéologie mérovingienne (Mémoires de l’Association française d’archéologie mérovingienne, 29), 250 p.

Mouillebouche, 1988 = Mouillebouche H., « Fleurey-sur-Ouche, site de la rue de l’Aule », Cahiers du Mesmontois, n° 43, p. 13-14.

Pertuisot, 2016a = Pertuisot G., Fleurey-sur-Ouche, 32 rue de l’Aule, Clos des Charmilles : découverte de traces d’occupation des XIIe-XIVe siècles au Clos des Charmilles, rapport de diagnostic archéologique, Dijon, Inrap Grand-Est Sud.

Pertuisot, 2016b = Pertuisot G., Fleurey-sur-Ouche, rue de l’Aule, Derrière la Velle. Sept siècles d’occupation rue de l’Aule, redécouverte d’un quartier oublié, rapport de diagnostic archéologique, Dijon, Inrap Grand-Est Sud.

Pertuisot, 2016c = Pertuisot G., Fleurey-sur-Ouche, Lotissement des Charmilles, 32 rue de l’Aule, lot H. Une occupation du Xe eu XVIe siècle dans l’environnement du prieuré Saint-Marcel, rapport de diagnostic archéologique, Dijon, Inrap Grand-Est Sud.

Pertuisot, 2016d = Pertuisot G., Addendum. Exploration des cavités souterraines, test géoradar et synthèse générale : sept siècles d’occupation rue de l’Aule : redécouverte d’un quartier oublié, rapport de diagnostic archéologique, Dijon, Inrap Grand-Est Sud.

Peytremann, 2003 = Peytremann E., Archéologie de l’habitat rural dans le nord de la France du IVe au XIIe siècle, Saint-Germain-en- Laye, Association française d’archéologie mérovingienne (Mémoires de l’AFAM », 23), 2 vol., 452 et 432 p.

Peytremann et Poignant, 2017 = Peytremann E. et Poignant S., « Des morts et des récoltes. Premières approches des inhumations en silo au premier Moyen Âge (VIe-XIIe s.) » in Leroy I., Verslype L., dir., Communauté des vivants, compagnie des morts, Actes des XXXVe Journées internationales d’archéologie mérovingienne de l’AFAM, t. XXXIII, Saint-Germain-en-Laye, p. 61-72.

Serbource, 1988 = Serbource J., Plan des cavités, disponible au Service régional d’Archéologie de Bourgogne-Franche-Comté.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Vue aérienne vers l’est, avec les fouilles au premier plan (© Com’air).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25665/img-1.png
Fichier image/png, 281k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25665/img-2.png
Fichier image/png, 293k
Légende Fig. 2. Les cavités souterraines observées en 1988 (© J. Serbource).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25665/img-3.png
Fichier image/png, 681k
Légende Fig. 3. Le village de Fleurey-sur-Ouche, sa morphologie ainsi que la localisation des découvertes anciennes et des opérations d’archéologie préventive récentes.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25665/img-4.png
Fichier image/png, 192k
Légende Fig. 4. Les vestiges du premier Moyen Âge (© J. Berthet, D. Lamotte, P. Noguès et G. Pertuisot).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25665/img-5.png
Fichier image/png, 153k
Légende Fig. 5. Les deux sépultures d’enfant et le résultat de la datation par 14C (© S. Baudin et C. Capdeville).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25665/img-6.png
Fichier image/png, 327k
Légende Fig. 6. La céramique avec décor de croix estampées retrouvée dans le comblement d’un silo (© G. Pertuisot).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25665/img-7.png
Fichier image/png, 407k
Légende Fig. 7. Apparition d’une carrière sous le site (© G. Pertuisot).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25665/img-8.png
Fichier image/png, 355k
Légende Fig. 8. Proposition de restitution d’organisation spatiale pour l’occupation du premier Moyen Âge.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25665/img-9.png
Fichier image/png, 71k
Légende Fig. 9. Fosse liée à l’activité artisanale présente au nord de la fouille « Derrière la Velle » (© J. Lecornué).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25665/img-10.png
Fichier image/png, 399k

Auteur

Université de Bourgogne-Franche-Comté / UMR 6298 ARTEHIS ; Inrap

© ARTEHIS Éditions, 2021

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search