Version classiqueVersion mobile

La genèse du village

 | 
Antoine Guicheteau
, 
Vincent Marchaisseau
, 
Amélie Quiquerez

Archéologie du village dans le Chalonnais : du triptyque cimetière/église/habitat au centre potier

Antoine Guicheteau

Texte intégral

1. Cadre des recherches

1Le Chalonnais est une microrégion de Bourgogne d’environ 600 km2 constituée autour de l’agglomération la plus peuplée de Saône-et-Loire, Chalon-sur-Saône. Elle forme une plaine localisée au cœur du Val de Saône, qui prolonge le couloir rhodanien, axe reliant de tout temps le monde méditerranéen et le nord de l’Europe. Elle est limitée à l’est par la Saône, dont le cours nord-sud la sépare de la Bresse, et à l’ouest par le massif calcaire de la côte chalonnaise, qui culmine à 421 m d’altitude. La trouée de Chagny marque son extrémité nord tandis qu’au sud les premiers contreforts de la côte mâconnaise ferment cet espace. Le sous-sol du Chalonnais est essentiellement constitué par les marnes de Bresse et les sables et argiles de la forêt de la Ferté, intéressants pour la production potière. Les incidences sont fortes sur la géographie humaine, aussi l’habitat se concentre-t-il au pied de la côte chalonnaise, le long du lit majeur de la Saône, en marge des zones inondables, ainsi que le long des petits affluents de la Saône. Une part importante du sol est occupée par des zones boisées — forêts de Givry, de la Ferté et de Chagny — et l’agriculture se caractérise par la polyculture en plaine (élevage et céréales) et par l’exploitation sur la Côte d’un vignoble réputé.

  • 1 Je tiens à remercier Astrid Couilloud, Franck Ducreux, Annamaria L (...)

2L’activité archéologique, notamment préventive, est relativement intense dans le Chalonnais, du fait du dynamisme démographique de l’aire urbaine de Chalon-sur-Saône et de l’expansion des zones pavillonnaires. Aussi plus de 370 ha ont-ils été diagnostiqués et plusieurs dizaines d’hectares entièrement décapés lors de fouilles préventives depuis les années 1980 (fig. 1). Ces dernières années, la multiplication des opérations en centre-bourg a considérablement enrichi le corpus des vestiges d’habitats alto-médiévaux ainsi que renouvelé les problématiques concernant la formation des villages (fig. 2)1. De fait, il est possible d’étudier les processus d’agglomération de l’habitat au cours du haut Moyen Âge à l’échelle de ce territoire (Saint-Jean Vitus, 2012) afin de percevoir les trajectoires communes de quelques exemples bien documentés comme la diversité des cas, à l’instar d’une étude conduite en Alsace (Peytremann, 2013).

Fig. 1. Le Chalonnais, topographie et archéologie préventive ; localisation des communes mentionnées dans le texte (© A. Guicheteau).

Fig. 2. Les découvertes du haut Moyen Âge (Ve-XIIe siècles) dans le Chalonnais (© A. Guicheteau).

3Territoire peuplé dès le Paléolithique, l’occupation du sol apparaît particulièrement dense à partir de la Protohistoire puis durant tout le Haut Empire. Le peuplement est alors constitué par un réseau d’établissements dont les types varient de la vaste villa largement dotée en structures d’agréments (bains, jardins, etc.) et de productions (granges, stabulations, etc.) à l’exploitation familiale plus réduite en superficie comme en équipements (Kasprzyk, 2005). L’état des connaissances, principalement fondé sur des prospections pédestres, semble suggérer un recul du nombre d’établissements au Bas Empire, puis une reprise à compter du VIe siècle. Toutefois, un faible nombre d’établissements a été fouillé par l’archéologie pour les VIe-VIIe siècles, période pour laquelle les aspects funéraires sont en revanche mieux connus (Gaillard de Sémainville, 1980). Ces nécropoles se caractérisent notamment par l’absence d’armements au sein des dépôts funéraires. Il faut attendre le IXe siècle pour voir se multiplier les découvertes d’habitat, phénomène peut-être accentué par les limites chronologiques de la céramologie. La présence d’établissements ruraux de type « ferme isolée » au haut Moyen Âge est bien attestée par l’archéologie préventive, même si leur interprétation définitive est souvent délicate du fait de surfaces d’étude limitées à l’assiette des projets d’aménagements. En dépit d’un nombre restreint d’établissements de ce type découvert (fouille « Déviation RN 6 » à Champforgeuil — Ducreux, 2003 — fig. 3, fouille « 32-36 rue de Rochefort » à Chalon-sur-Saône, site situé en périphérie proche de la ville alto-médiévale — Devevey, 2005 — diagnostic Epervans « En Peroué » — Viscusi, 2014), ces habitats à vocation agropastorale, d’une superficie limitée à quelques centaines de mètres carrés, sont généralement constitués autour d’un bâtiment principal sur poteaux porteurs, ceinturé de rares constructions annexes sur poteaux voire de fosses-silos, structures rarement rencontrées dans la région du fait d’un sous-sol humide comme probablement de l’existence d’autres formes de stockage, notamment aérien. On notera également l’absence jusqu’à maintenant de fonds de cabane dans le répertoire des vestiges de l’habitat de la période — les rares exemples mentionnés dans la littérature demeurant douteux, bien souvent du fait d’une conservation médiocre — et l’existence de constructions sur solins de pierres ou sablières basses.

Fig. 3. L’image partiellement dégagée dans le cadre préventif d’un établissement rural des Xe-XIe siècles, « Déviation RN 6 » à Champforgeuil (© A. Guicheteau d’après Ducreux 2003).

2. Archéologie en cœur de bourg : l’église, le cimetière et l’habitat

4La multiplication, depuis 2010, d’opérations préventives sur de petites surfaces en cœur de bourg a permis d’augmenter le corpus de données disponibles concernant le haut Moyen Âge. Le centre de la commune de Granges a ainsi fait l’objet de plusieurs opérations archéologiques. Elles concernent une problématique spécifique liée à la présence, sous le village actuel, d’une vaste villa gallo-romaine dont le développement excède largement la surface du bourg (fig. 4). La recherche s’est concentrée essentiellement sur cet aspect, depuis les premiers sondages en 1965 et les clichés aériens réalisés par F. Cognot en 1976 (Rebourg, 1994, p. 233-236) jusqu’aux opérations de surveillance de travaux en cœur de bourg (Cognot, 1995, Gazenbeek, Venault, 2002) et aux diagnostics conduits en 2010 et 2018 (Tisserand, 2010, 2018). Une occupation laténienne a ainsi pu être mise en évidence, mais ce sont surtout les vestiges postérieurs à la villa qui retiennent ici l’attention. En l’état des données, l’église actuelle dédiée à Saint Martin et Saint Éloi semble s’implanter sur la partie résidentielle de la villa. Les opérations ont mis au jour un grand nombre de sépultures dans l’environnement de l’église, ainsi que des vestiges d’habitat postérieurs à l’Antiquité (segments de murs et structures en creux). La continuité de l’occupation est attestée durant l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge par la découverte de quelques restes céramiques, notamment des fragments de céramique bistre décorée à la molette, mais sa nature demeure inconnue. Toutefois, l’église de Granges est mentionnée dans une charte de 924 du roi Raoul au bénéfice de l’abbaye Saint-Martin d’Autun (Bulliot, 1849, vol. 2 p. 25). L’exemple de Granges constitue un remarquable témoignage de la continuité de l’occupation humaine depuis l’époque laténienne jusqu’à nos jours même si, en l’absence de fouille, il demeure toutefois délicat de cerner l’évolution topographique et la nature de l’habitat au cours du haut Moyen Âge.

Fig. 4. Vestiges de la villa de Granges reportés sur le cadastre de 1829 (© A. Guicheteau d’après Gognot, 1995, Tisserand, 2018 et Archives départementales de Saône-et-Loire).

5L’actuel hameau de Montbogre, sur la commune de Saint-Désert, se situe à une altitude d’environ 300 m sur les flancs sud du Mont Pouroux, qui culmine à 354 m, et est du Mont Avril, sommet le plus élevé de la côte chalonnaise avec une altitude de 421 m. Au lieu-dit Les Morts, à l’est du hameau actuel, de nombreuses découvertes anciennes signalaient des sépultures et des sarcophages en grès autour d’une chapelle Saint-Germain ruinée mais encore figurée sur le cadastre de 1829. En 1971, des fouilles de sauvetage conduites par G. Monthel ont permis de mettre au jour plusieurs sépultures (Gaillard de Sémainville, 1980, p. 58). La chronologie ne reposait alors que sur de rares éléments matériels, en l’occurrence une bague en bronze attribuée à la période mérovingienne et une monnaie du XIVe siècle. Le diagnostic réalisé à proximité, en 2016, a permis de découvrir une nouvelle sépulture, datée par radiocarbone entre 675 et 870 ap. J.-C. (Latron, 2016), attestant de manière définitive la pratique de l’inhumation dès le haut Moyen Âge. En corrélation avec l’habitat tel qu’il figure sur le cadastre de 1829, il semble possible, en dépit des limites d’une telle méthode régressive, de proposer un développement linéaire de l’habitat, le lieu de culte et son cimetière se situant à l’est du bourg (fig. 5). Malgré l’absence de données concernant le Mont Pouroux, la possibilité d’un lien avec une éventuelle occupation de hauteur est sans doute à envisager.

Fig. 5. Tableau d‘assemblage du cadastre de 1829 de Saint-Désert (© Archives départementales de Saône-et-Loire).

6L’exemple de la commune de Fontaines suggère également un lien entre une occupation de hauteur située sur la Montagne Saint-Hilaire, comme en témoigne peut-être la présence attenante d’une nécropole du haut Moyen Âge au lieu-dit « Les carrières blanches », à l’ouest du bourg actuel, et un habitat localisé en contrebas, autour de l’église Saint-Just (fig. 6). Le cadastre de 1827 montre un espace bâti d’une faible densité, organisé de manière linéaire selon un axe est-ouest. Le diagnostic réalisé en 2018 en amont de l’installation d’un réseau de drainage au pied de l’église Saint-Just a permis de revoir la chronologie de l’ancien cimetière paroissial (Guicheteau, 2018a). En effet, si dans son état actuel, l’édifice ne semble guère plus ancien que le XIIIe siècle, la découverte de matériel attribuable à la période gallo-romaine, et notamment de nombreux fragments de briques peignées, évoque l’existence in situ d’une construction maçonnée antique, phénomène largement reconnu en Gaule (Le Maho, 2006), peut-être un édifice thermal à l’instar du célèbre exemple d’Entrammes en Mayenne (Naveau, 1992). Toutefois, on ne peut écarter l’hypothèse d’un réemploi de ces matériaux dans une construction alto-médiévale, si ce n’est même une chronologie similaire pour leur élaboration. La découverte d’un sarcophage en grès, chronologiquement située avant 993-1154 ap. J.-C., d’après une datation radiocarbone effectuée sur un individu sus-jacent, semble permettre d’établir une pratique de l’inhumation dès le haut Moyen Âge, peut-être même dès la période mérovingienne (Ve-VIIIe siècles). La découverte d’un fragment de creuset de verrier en céramique sur un niveau de sol associé au sarcophage suggère l’existence d’un édifice équipé de fenêtre en verre dès cette phase (Lassaunière et al., 2016). L’espace sépulcral tend alors à se densifier durant la période suivante, les IXe-XIIe siècles. La chronologie est établie d’après la stratigraphie, une datation radiocarbone — cf. supra – et les restes céramiques récupérés dans les remblais, notamment plusieurs bords de pots à pâte grise produits à Sevrey de la fin du IXe siècle au début du XIIe siècle (Delor-Ahü, Simonin, 2005). L’église et le cimetière deviennent au XIIIe siècle des possessions directes de l’évêque de Chalon-sur-Saône qui affranchira les habitants de Fontaines en 1299 (Frémy, 1891). C’est probablement durant cette période qu’une fortification, constituée d’un rempart maçonné renforcé de tours et d’un imposant fossé, vient ceinturer l’église, le cimetière et la résidence épiscopale avec ses dépendances, comme le suggère l’important remblaiement constaté autour de l’église durant la période, phase durant laquelle le lieu de culte est par ailleurs largement reconstruit. L’enclos fortifié protège alors un espace oblong de près de 90 m de long sur 64 m de large, soit une surface d’un peu plus de 5 000 m2. Il s’agit du témoignage d’un processus de fortification des églises au cours du XIIIe siècle, largement répandu alors dans le Chalonnais comme le démontrent les exemples proches de Fragnes et de Virey-le-Grand (fig. 7).

Fig. 6. Tableau d’assemblage du cadastre de 1829 de Fontaines (a), vue zénithale d’un sarcophage de grès découvert au pied de l’église Saint-Just (b) et bords de pots recueillis dans les remblais de l’aire cimétériale (c) (© Archives départementales de Saône-et-Loire et A. Guicheteau).

Fig. 7. Trois exemples de fortifications d’églises dans le Chalonnais, d’après le cadastre « napoléonien » (© A. Guicheteau, d’après Archives départementales de Saône-et-Loire).

7Enfin, on mentionnera l’exemple du hameau de Touches à Mercurey, siège d’une paroisse indépendante jusqu’à son absorption par celle de Bourgneuf-Val-d’Or en 1897 puis Mercurey en 1971. Le hameau s’implante sur un flanc de coteau, à 500 m au nord de l’ancien château de Montaigu, dont la construction ne semble pas antérieure au Xe siècle, mais dont l’origine pourrait être plus ancienne. Il domine au nord-est l’importante voie Autun/Chalon-sur-Saône située à 500 m. Le cadastre de 1829 démontre un peuplement constitué d’une kyrielle de hameaux et bourgs. Parmi eux, celui de Touches présente un plan ramassé de l’habitat autour de l’église et de son cimetière (fig. 8). Un diagnostic réalisé au pied de l’église Saint-Symphorien, préalablement à la pose d’un système de drainage dans le cadre de la restauration de l’édifice, a permis de mettre en évidence l’ancienneté de l’occupation funéraire sur ce site, puisqu’une sépulture a pu être datée par radiocarbone de 895 à 1020 ap. J.-C. (Pertuisot, 2016). La découverte tend également à remonter la chronologie d’une partie de l’édifice, qui pourrait être bien plus ancien que la datation initiale située au XIIIe siècle, voire contemporain d’une phase d’inhumation carolingienne. Présentées, lors des XXXIXe journées internationales de l’AFAM à Auxerre (Guicheteau et al., 2018), ces données sont en cours de publication.

Fig. 8. Tableau d‘assemblage du cadastre de 1829 de Mercurey (a), le hameau de Touches en 1829 (b) (© Archives départementales de Saône-et-Loire).

8En dépit des apports indéniables de ces opérations concernant la chronologie des centres-bourgs, leur caractère limité ne permet pas, bien souvent, de dépasser, pour l’instant, le stade des hypothèses quant au regroupement des hommes autour des cimetières et des églises. En effet, la datation de l’occupation funéraire ne permet pas de déduire celle de l’habitat, que l’on pressent toutefois proche, en raison de la découverte de rejets divers (faune, céramique, etc.) et de rares structures en creux. En dépit d’une superficie explorée plus importante, le cas de Granges présente toutefois des limites inhérentes à la nature de l’opération, ainsi que du fait d’une large chronologie, étirée de la période laténienne à nos jours.

3. L’archéologie en aire ouverte, des habitats groupés abandonnés aux XIe-XIIe siècles

9Par ailleurs, l’archéologie extensive a permis de découvrir deux exemples remarquables et tout à fait comparables d’habitats groupés. Fouillé en 1995 sur près de 6 000 m2 sous la conduite de G. Rollier (Rollier, 1995), l’établissement de « Le Maupas » à Châtenoy-le-Royal présente un certain nombre de caractéristiques propres à un habitat groupé, voire à un véritable village. L’occupation est implantée aux bords de la voie Autun/Chalon-sur-Saône, matérialisée par des fossés bordiers au sud de l’emprise, dont la prégnance semble induire le développement linéaire de l’occupation. Elle s’articule autour d’un pôle funéraire constitué d’une aire d’inhumation en usage des Ve-VIe siècles jusqu’aux Temps modernes. Un premier édifice cultuel à abside en pierre s’implante au sein de la nécropole à la fin de période mérovingienne, au VIIe ou au VIIIe siècle. La question d’un édifice antérieur en bois est soulevée par la présence de quelques trous de poteau, mais son existence ne peut être établie même si un tel processus est reconnu dans plusieurs cas du nord de la Gaule (Catteddu et al., 2009). L’édifice est ensuite ceinturé d’un enclos subcirculaire aux cours des Xe-XIe siècles. Cette période correspond également au développement d’un habitat, matérialisé essentiellement par des structures en creux. Il se compose, semble-t-il, d’au moins deux unités d’habitations marquées par une forte densité de creusements et séparées par un espace vide occupé par un four culinaire (fig. 9). Le nombre considérable de structures, comme la présence erratique dans la zone de tessons de poterie attribuables à la période mérovingienne (Ve-VIIIe siècles), pourraient suggérer une chronologie plus ancienne de l’habitat, d’autant plus que l’ultime phase d’occupation voile les éléments plus anciens. L’étendue réelle du site demeure inconnue, même si les décapages réalisés immédiatement à l’est lors de travaux d’aménagements ont permis de repérer des ensembles de trous de poteau, sans pour autant faire l’objet de recherche archéologique. De fait, le développement spatial du site excède sans doute largement la surface décapée, limitée, rappelons-le, à 6 000 m2. L’absence de structures ou de déchets propres à des artisanats spécifiques est à noter, accréditant probablement la vocation agropastorale au moins partielle de l’habitat.

Fig. 9. Plan simplifié de la fouille de « Le Maupas » à Châtenoy-le-Royal (a) détail de la zone funéraire et cultuelle (b) (© A. Couilloud et A. Guicheteau d’après Rollier, 1995).

10Le creusement d’un enclos fossoyé ceinturant une aire d’inhumation et un édifice cultuel maçonné au statut indéterminé marque une limite forte entre l’espace funéraire et l’habitat. Le bâti semble se développer autour du pôle religieux, mais sa centralité topographique n’a pu être démontrée. La stratification constatée au niveau de la zone funéraire témoigne d’une densité comme d’une succession de sépultures importantes, marqueurs d’une utilisation intense de la zone, caractéristique des cimetières médiévaux (Galinié, Zadora-Rio, 2003). De même, la présence d’un espace vierge de construction et occupé par un four entre deux unités d’habitation pourrait suggérer un usage collectif de la structure de combustion. Ainsi, en dépit de la superficie limitée de l’opération, et même s’il demeure finalement délicat de déterminer qui du cimetière ou de l’habitat a précédé l’autre, l’étude du site permet de réaliser quelques remarques conclusives. Le site s’implante en bordure d’une voie gallo-romaine importante et apparaît donc particulièrement bien inséré dans le réseau de peuplement du Chalonnais. Sa superficie est manifestement importante, sans doute de plusieurs hectares. L’aire funéraire importante, puis l’implantation d’un édifice cultuel témoignent probablement d’un minimum de vie communautaire in situ. Aucun élément n’atteste du déroulement d’autres activités que l’agriculture, et la localisation comme l’environnement du four en suggèrent une utilisation collective. L’habitat est abandonné au XIe siècle, mais la pratique de l’inhumation se poursuit au niveau de la chapelle dont l’usage et la mémoire disparaîtront au cours des Temps modernes.

11À Givry, en 2017, un diagnostic réalisé « rue du hameau de Varange », en amont d’un projet de lotissement, a permis de découvrir une occupation relativement comparable (Guicheteau, 2018b), déjà partiellement étudiée à l’occasion de la découverte, au XIXe et au début du XXe siècle, de sarcophages en grès et de mobilier du haut Moyen Âge (vase en verre pisciforme, boucle d’oreille en bronze, etc.). Le terrain concerné se situe au pied de la côte chalonnaise, dans un paysage bâti similaire, au XIXe siècle, à celui de Mercurey (fig. 10), et à proximité d’une source, aujourd’hui captée, ainsi que d’un petit ru, à l’origine de phénomènes de colluvionnement favorables à la formation d’une remarquable stratification des vestiges (fig. 11 et 12). Si la présence d’établissements gallo-romains est indiquée dans les parcelles avoisinantes, l’origine de l’occupation ne semble pas remonter antérieurement à la période mérovingienne (Ve-VIIIe siècles). Les vestiges de cette phase consistent en un sarcophage trapézoïdal en grès, un trou de poteau et un fossé. Bien que limité, le répertoire témoigne de la précocité de la pratique de l’inhumation, de traces d’habitat et d’éléments structurants, sans qu’il soit possible toutefois de déterminer le statut de l’occupation, la nature de l’opération limitant considérablement les interprétations. La phase suivante (IXe-XIIe siècles) voit s’implanter pratiquement au centre de la parcelle un bâtiment maçonné, ceinturé d’un grand nombre de sépultures tandis que de nombreux creusements s’implantent en périphérie. La surface de l’établissement excède alors manifestement l’emprise de l’opération, limitée à 6 441 m2.

Fig. 10. Tableau d’assemblage du cadastre de 1829 de Givry (© Archives départementales de Saône-et-Loire).

Fig. 11. Les vestiges du haut Moyen Âge découverts à Givry « rue du hameau de Varange » (© A. Guicheteau).

Fig. 12. Mise en évidence de la stratification des vestiges à Givry « rue du hameau de Varange » : développement d’un fossé colmaté au cours des Ve-VIIIe siècles apparaissant sous un niveau de colluvionnement impacté par des creusements des IXe-XIIe siècle (© A. Guicheteau).

12Les modes d’inhumation des sépultures, généralement des coffrages de bois ou de pierre, comme leur position stratigraphique permettent leur attribution à la période ; attribution confirmée par deux datations radiocarbones effectuées sur des restes osseux de deux sépultures (773-968 ap. J.-C. et 993-1154 ap. J.-C.). De fait, les maçonneries détectées dans le secteur le plus dense de sépultures correspondent probablement à un édifice cultuel, peut-être la chapelle Saint-Germain mentionnée en 1279 (Lex, 1892, p. 61) et décrite comme ruinée au XVIIIe siècle.

13La présence dans l’environnement proche du bâtiment maçonné, et donc au sein de l’aire sépulcrale, de trois structures de combustion — deux foyers à l’ouest et au nord-est ainsi qu’un véritable four au nord, la chambre de chauffe mesurant au moins 1 m de diamètre — évoque le déroulement d’activités spécifiques, pour partie peut-être liées à des chantiers de construction de l’édifice, mais sans doute également associées au traitement des denrées, séchage des céréales ou cuisson des aliments, à l’instar des structures et des vestiges repérés au cimetière de Portejoie pour les VIIIe-Xe siècles (Carré et al., 2011). On peut rapprocher le four de Givry de celui de Châtenoy-le-Royal, illustrant peut-être là encore une gestion collective de l’infrastructure.

14Les données disponibles indiquent un abandon de l’habitat à la fin du XIe, voire au début du XIIe siècle. Le développement du bourg de Givry, situé à moins de 300 m plus à l’est, est peut-être à l’origine de l’abandon du site « rue du hameau de Varange », la concurrence d’un bourg doté d’une franchise et de remparts au début du XIIIe siècle – un texte mentionnant l’existence d’une poterne en 1213 (posticium Gibriaci, Archives départementales de Saône-et-Loire, H. 26, n° 49) – entraînant l’abandon de cette occupation dont l’attractivité est devenue toute relative.

15Ces deux dossiers très similaires illustrent une nouvelle fois tout l’intérêt des diagnostics systématiques et des grands décapages pour la compréhension de l’habitat groupé du haut Moyen Âge, même si notre connaissance de ces sites demeure partielle.

4. Sevrey, morphogenèse d’un village de potiers

16Le village de Sevrey bénéficie depuis près d’un demi-siècle de recherches archéologiques intenses du fait de la notoriété de ses ateliers de potiers médiévaux, depuis les premiers travaux de Serge Renimel au début des années 1970 (Renimel, 1974) jusqu’à la dernière synthèse publiée en 2015 (Mani et al., 2015), correspondant à un état de la recherche en 2010. De fait, la superficie sondée du bourg et de ses proches environs dépasse 70 400 m2, et près de 8 800 m2 ont été intégralement décapés à l’occasion de 5 fouilles archéologiques (fig. 13). De nombreux ateliers de potiers sont désormais identifiés dans le bourg, depuis les productions du service bistre des Ve-VIIIe siècles – circulant dans un large Val de Saône, des plateaux suisses au delta du Rhône – jusqu’à des types à pâte grise produits à la fin du Moyen Âge. L’activité potière ne disparaissait qu’au cours du XIXe siècle. Concernant l’organisation de l’habitat, il semble que ce soit à partir de la période mérovingienne (Ve-VIIIe siècles) que s’implante entre le cours de la Saône et la voie Agrippa à l’est, la forêt de Givry et ses gisements d’argile à l’ouest, un vaste complexe artisanal entièrement voué à la production potière. De fait, à l’exception de rares indices d’occupation du Haut Empire, toutes les opérations réalisées dans le bourg, d’une superficie totale d’environ 25 ha, ont livré des vestiges de cette période. L’organisation globale de l’occupation demeure délicate à appréhender, notamment du fait des multiples constructions et aménagements postérieurs. L’habitat est essentiellement matérialisé par des trous de poteau qui forment l’ossature de constructions en terre et bois organisées selon un schéma classique associant bâtiment principal et annexes. La présence récurrente de dépotoirs de rebuts de cuisson, et la découverte de plusieurs fours de potiers, témoignent de l’importance de la production potière parmi les activités exercées par les occupants de Sevrey à la période mérovingienne. Ce fait est d’autant plus remarquable que Sevrey n’est pas alors le seul centre potier, d’autres ateliers étant répertoriés sur les communes proches de Givry, La Charmée et Saint-Ambreuil.

Fig. 13. L’archéologie à Sevrey, état de la recherche en 2019, sur fond cadastral de 1830, feuille B1 du bourg (© Archives départementales de Saône-et-Loire et A. Guicheteau).

17Tandis que ces derniers ateliers semblent disparaître à la période carolingienne (VIIIe-Xe siècles), les données disponibles suggèrent une concentration de la production potière à Sevrey (fig. 14 et 15). L’espace bâti, toujours matérialisé par des constructions sur poteaux, se rétracte et se densifie alors considérablement par rapport à la période précédente, comme l’illustre la fouille de « Les Tupiniers » (Delor-Ahü, Simonin, 2005), sans connaître toutefois de changements dans l’organisation globale du village, comme l’illustre le maintien des orientations parcellaires. La densité de vestiges le long des rues actuelles du village témoignent de leur existence, peut-être même dès la période précédente pour les axes principaux. Du fait de la densification et de la concentration de l’espace bâti, une part des terrains est ainsi libérée pour d’autres activités liées à la production potière (aire de séchage, etc.) ou vouées à d’autres fonctions, peut-être agricoles (jardins, vergers, vignes, pâtures). Les études micromorphologiques conduites dernièrement lors de la fouille du « 8 rue Georges Brusson » en 2018 ont permis de démontrer l’existence de phénomènes de sédimentation progressive du sous-sol par l’accumulation de cendres, disparues au fil du temps du fait de l’humidité et de l’acidité des sols, et de nodules de charbon de bois vitrifiés, toujours conservés. De fait, les vestiges sont stratifiés, parfois sur une épaisseur de 20 à 30 cm (Guicheteau, 2020). Ces processus pourraient directement provenir de l’intense activité potière, ou plus simplement être induits par la présence humaine.

Fig. 14. Plan phasé de la fouille de « Les Tupiniers » (© A. Guicheteau d’après Delor-Ahü, Simonin, 2005).

Fig. 15. Plan phasé de la fouille « rue Georges Brusson » (a) et plan phasé de la fouille du « 8 rue Georges Brusson » (b) (© A. Guicheteau d’après Mani et al., 2015 (a) et A. Guicheteau (b)).

18Sevrey constitue donc un remarquable exemple d’habitat groupé marqué par une activité humaine pratiquement préindustrielle, point d’ancrage d’un véritable district potier dès les Ve-VIIIe siècles puis durant les IXe-XIe siècles, à l’instar de l’appellation de district minier attribuée à Melle pour la période carolingienne — VIIIe-Xe siècles (Téreygeol, 2001). L’impact sur l’environnement est manifestement considérable, la stratification des vestiges dans le bourg en constituant l’ultime témoignage. La question de l’origine de l’habitat est également soulevée. L’hypothèse d’un regroupement de la production pour mieux la contrôler par des groupes élitaires est peut-être à envisager. Mais cet exemple, pour richement documenté qu’il soit, n’en constitue pas moins une exception. La nature de ses activités, orientées vers un artisanat spécifique nettement prépondérant, tend à l’assimiler dans ses formes et ses fonctions aux agglomérations secondaires du Haut Empire (Ferdière, 2006-2007, Nouvel et al., 2016) bien que ne soient pas pour autant totalement exclus des travaux agro-pastoraux complémentaires, mais manifestement marginaux dans l’économie de Sevrey.

5. Synthèse : critères d’identification, réseaux, hypothèses et interprétations

19Les exemples présentés ici, bénéficiant tous de recherches récentes, permettent de proposer quelques remarques synthétiques concernant le phénomène de regroupement des hommes au cours du Moyen Âge dans le Chalonnais.

20La période du Haut Empire ne semble pas avoir d’incidence décisive sur l’implantation des habitats à partir du haut Moyen Âge, en dépit de brillantes exceptions comme c’est sans doute le cas pour le village de Granges. En effet, l’habitat du haut Moyen Âge s’intègre certes dans une trame largement héritée du Haut Empire, si ce n’est même de la période laténienne, omniprésente dans le paysage – réseau viaire, parcellaire etc.  – sans pour autant se calquer sur le réseau de peuplement de cette période.

21À la fin de l’Antiquité, le secteur connaît un net recul du nombre d’établissements (Kasprzyk, 2005), à l’exception une nouvelle fois de l’exemple de Granges, qui ne semble guère avoir influencé la trame de l’habitat à venir, même si la question du perchement de l’habitat est sans doute centrale pour la compréhension du peuplement sur la longue durée, comme l’illustrent les études conduites en Auvergne (Chabert, Martinez, 2017). En effet, la présence avérée ou supposée d’occupations de hauteur, adossées à la côte chalonnaise, à proximité des hameaux actuels — comme Montbogre à Saint-Désert, Fontaines, voire même celui de Touches à Mercurey — semble être un phénomène récurrent, même si le manque de données ne permet guère de dépasser le stade des hypothèses.

22À partir de la période mérovingienne, probablement dès le VIe siècle, la multiplication des occurrences témoigne sans doute d’un dynamisme du peuplement. Mais peu de sites de la période ont été fouillés et les données concernent essentiellement les aspects funéraires, l’habitat n’étant finalement bien documenté que dans l’exemple remarquable mais faiblement représentatif de Sevrey. Cependant, dans la quasi-totalité des cas présentés, le pôle funéraire et cultuel médiéval s’inscrit dans la continuité d’une nécropole mérovingienne préexistante, à laquelle un lieu de culte est d’ailleurs peut-être déjà associé. Il peut s’agir d’un monument maçonné ou en bois (envisagé à Châtenoy-le-Royal « Le Maupas ») ou de la réutilisation d’un édifice antique (peut-être le cas de l’église Saint-Just de Fontaines).

23C’est à partir des VIIIe-IXe siècles que l’archéologie atteste dans le Chalonnais de l’existence d’habitats groupés, structurés autour d’un pôle ecclésial et funéraire antérieur mais amené à se développer. En effet, l’étude des sites de Givry « rue du hameau de Varange » et Châtenoy-le-Royal « Le Maupas » démontre une densification nette de l’aire sépulcrale, dès lors stratifiée, peut-être due à une hausse nette du nombre des inhumations. Ce regroupement des morts s’effectue en même temps que celui des vivants, puisque c’est au début de la période carolingienne que de nombreuses nécropoles antérieures sont délaissées, probablement au profit de ces sites. Les observations réalisées au pied des églises actuelles démontrent également ce phénomène, ainsi au hameau de Touches à Mercurey ou à Fontaines. L’habitat, lorsque la fenêtre ouverte est suffisamment large, apparaît constitué de plusieurs unités d’exploitation organisées autour d’éléments structurants, et l’existence d’espaces probablement collectifs à vocation spécifique est à envisager, comme tend à le démontrer le cas des fours culinaires. En dépit d’un corpus limité, un des traits de l’habitat dans le Chalonnais semble résider dans l’absence de sites « intermédiaires », hameaux ne regroupant que deux ou trois unités d’exploitation, entre la simple ferme et un habitat groupé largement étoffé en équipements collectifs (lieu de culte, cimetière, four, etc.), a contrario de nombreuses régions de Gaule (la Normandie par exemple, Carpentier, 2014 p. 195, voire l’ensemble du nord de la France, Peytremann, 2003). La gestion spécifique d’un terroir déjà largement tourné vers la viticulture, attestée au début du VIIe siècle à Mellecey (Gesta pontificium autissiodorensium, 2002), comme le maintien d’une grande aristocratie laïque et ecclésiastique, sont peut-être des facteurs expliquant ce constat. Ce type d’habitat se rencontre plus fréquemment dans le Midi méditerranéen (Schneider, 2010, Maufras et al., 2014) que dans le nord de la Gaule, en dépit d’exemples remarquables explorés sur de vastes superficies comme en Île-de-France (Gentili, 2010). C’est peut-être durant cette période, à la charnière des VIIIe et IXe siècles, que se situe un « moment villageois » dans l’histoire de l’habitat rural du Chalonnais, marqué par la création de sites et par de nouvelles formes d’organisation d’établissements préexistants. Ce mouvement semble d’ailleurs contemporain de l’abandon de vastes habitats régulièrement détectés dans le Val de Saône à l’époque mérovingienne, comme Genlis en Côte-d’Or (Catteddu, 1992), et qualifiés de « proto-villageois ».

24L’abandon de l’habitat au cours des XIe et XIIe siècles à « Le Maupas » et « Rue du hameau de Varange », après une période d’existence finalement relativement courte, conduit à s’interroger sur le statut de ces sites, en particulier celui des édifices religieux (Schneider 2014), et à leur place dans les réseaux de peuplement (Catafau, Passarrius, 2007). La mise en place d’un réseau paroissial aux XIe-XIIe siècles est peut-être un facteur entraînant le déclassement de certains établissements, comme le constate E. Zadora-Rio pour la Touraine (Zadora-Rio, 2008, P. 65). La paroisse, réorganisée comme entité territoriale, a probablement eu un impact sur les finages exploités et peut être à l’origine de l’abandon d’occupations (Lauwers, 2010). Ce phénomène semble accentué par la mise en défense de certains sites à partir du XIIe siècle, comme l’illustrent l’exemple des églises fortifiées, ou la construction de rempart à Givry, manifestement au détriment d’autres occupations.

25Ces observations demeurent limitées, du fait entre autres du nombre finalement réduit d’exemples récents disponibles. L’absence de données ne nous permet pas en effet de reprendre ici l’analyse de la totalité des villages du secteur en dépit de la valeur historique et du potentiel archéologique de quelques cas, comme Mellecey, susceptibles de constituer de brillants dossiers. Cependant, les interventions dans des contextes stratifiés, notamment au pied des églises actuelles, corrélées aux explorations sur de vastes surfaces et au suivi attentif de certains bourgs, comme Sevrey, permettent néanmoins d’appréhender dans les grandes lignes le regroupement des hommes et la formation des villages au cours du haut Moyen Âge. On soulignera par ailleurs l’importance du diagnostic dans l’acquisition des données qui, loin d’être une étape dans la chaine opératoire de l’archéologie préventive, constitue bel et bien un acte scientifique à part entière. La multiplication des données, le développement des études paléo-environnementales dans la zone d’étude, limitée pour l’instant au cas de Sevrey, et les progrès accomplis en termes de datations, par la céramologie comme par la systématisation des dates radiocarbones, augurent de riches perspectives.

Bibliographie

Bulliot, 1849 = Bulliot J.-G., Essai historique sur l’abbaye de Saint-Martin d’Autun, Autun, société éduenne, 2 vol., 574 et 449 p.

Carre, Ruas, Yvinec, Marcoux, 2011 = Carre F., Ruas M.-P., Yvinec J.-H., Marcoux N., « Le site rural de Porte-joie (Tournedos-sur-Seine/Val-de-Reuil, Eure, France), des espaces particuliers au sein de l’habitat du haut Moyen Âge ? », in De Vingo P., Catteddu I., Nissen-Jaubert A., dir., Archaeology and rural landscape : rural settlements in their natural, economical and social environment, 4th International Congress of Medieval and Modern Archaeology, Paris, 2007, On the Road Again. L’Europe en Mouvement, De Ferrari, Gênes, p. 3-23.

Carpentier, 2014 = Carpentier V., « Dans quel contexte les Scandinaves se sont-ils implantés en Normandie ? Ce que nous dit l’archéologie de l’habitat rural en Neustrie, du VIIIe au Xe siècle », in Bauduin P., Musin A.-E., dir., Vers l’Orient et vers l’Occident…, Caen, Publications du CRAHAM, p. 189-198.

Catafau, Passarius, 2007 = Catafau A., Passarius O., « La restructuration du peuplement aux Xe-XIe siècles en Roussillon. L’apport de l’étude des habitats ruraux abandonnés à la chronologie de la formation du village », Domitia, n° 8-9, p. 89-120.

Catteddu, Carre, Gentili, Delahaye, Langlois, Couanon, 2009 = Catteddu I., Carre F., Gentili F., Delahaye F., Langlois J.-Y., Couanon J.-P., « Fouilles d’églises rurales du haut Moyen Âge dans le nord de la France, des questions récurrentes », in Paris-Poulain D., Istria D., Nardi Combescure S., dir., Les premiers temps chrétiens dans le territoire de la France actuelle, Hagiographie, épigraphie et archéologie, actes du colloque d’Amiens, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 205-228 (Archéologie et culture).

Catteddu, 1992 = Catteddu I., « L’habitat rural mérovingien de Genlis (Côte-d’Or) », Revue Archéologique de l’Est, 43, p. 39‑98.

Chabert, Martinez, 2017= Chabert S., Martinez D., 2017, « Les établissements perchés de l’Auvergne (IVe-VIIe siècles apr. J.-C.) : de nouvelles formes d’habitat groupé », Gallia, 74-1, 2017, p. 289-306.

Cognot, 1995 = Cognot F., Granges (Saône-et-Loire) Surveillance des travaux du SYDEL 71, document final de synthèse, Dijon, SRA Bourgogne, 9 p.

Delor-Ahü, Simonin, Legros, 2005 = Delor-Ahü A., Simonin O., Legros A., « Sevrey Les Tupiniers, données nouvelles sur les ateliers de potiers médiévaux », Revue Archéologique de l’Est, 54, p. 249‑298.

Devevey, 2005 = Devevey F., Chalon-sur-Saône (71), 32-36 rue de Rochefort, rapport de fouille, Dijon, Inrap Grand Est Sud, 393 p.

Ducreux, 2003 = Ducreux F., Champforgeuil (Saône-et-Loire), Déviation RN 6. Chronologie d’une vallée en Bourgogne orientale, rapport final d’opération, Dijon, Inrap Grand Est Sud, 100 p.

Ferdiere, 2006-2007 = Ferdiere A., « La place de l’artisanat en Gaule romaine du Centre, Nord-Ouest et Centre-Ouest (province de Lyonnaise et cités d’Aquitaine septentrionale) », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], 45-46.

Frémy C., 1891 (2010) = Histoire de Fontaines, Paris, le livre d’histoire, 184 p.

Gaillard de Semainville, 1980 = Gaillard de Semainville H., Les cimetières mérovingiens de la Côte chalonnaise et de la Côte mâconnaise, Dijon, 1980, 250 p., 63 pl. ht (3ème suppl. à la Revue Archéologique de l’Est).

Galinie, Zadora-Rio, 2001 = Galinie H., Zadora-Rio E., « La fouille du site de Rigny, VIIe-XIXe siècles (commune de Rigny-Ussé, Indre-et-Loire) : l’habitat, les églises, le cimetière. Troisième et dernier rapport préliminaire (1995-1999) », Revue Archéologique du Centre de la France, 40, p. 167-242.

Gazenbeek, Venault, 2002 = Gazenbeek M., Venault S., Granges (71) « Réseaux des eaux usées, rapport de surveillance archéologique, Dijon, SRA Bourgogne, 30 p.

Gentili, 2010 = Gentili F., « L’organisation spatiale des habitats ruraux du haut Moyen Âge : l’apport des grandes fouilles préventives. Deux exemples franciliens : Serris « Les Ruelles » (Seine-et-Marne) et Villiers-le-Sec (Val-d’Oise) », in Chapelot J., dir., Trente ans d’archéologie médiévale en France. Un bilan pour un avenir, Actes du IXe congrès international de la Société d’archéologie médiévale (Vincennes, du 16 au 18 juin 2006), Caen, Publications du CRAHM, p. 119-131.

Guicheteau, 2018a = Guicheteau A., Bourgogne-Franche-Comté, Saône-et-Loire, Fontaines, Place de l’Eglise, Aux origines de l’église Saint-Just, rapport de diagnostic, Dijon, Inrap Bourgogne-Franche-Comté, 117 p.

Guicheteau, 2018b = Guicheteau A., Bourgogne-Franche-Comté, Saône-et-Loire (71), Givry, « rue du hameau de Varange ». Église, cimetière, habitat : (re) découverte d’un village du premier Moyen Âge au pied de la Côte chalonnaise, rapport de diagnostic, Dijon, Inrap Bourgogne-Franche-Comté, 124 p.

Guicheteau, 2020 = Guicheteau A., Bourgogne-Franche-Comté, Saône-et-Loire, Sevrey, 8 rue Georges Brusson, Des ateliers de potiers du haut Moyen Âge au cœur de Sevrey, rapport de fouilles, Dijon, Inrap Bourgogne-Franche-Comté, 2 vol., 228 et 303 p.

Guicheteau, Lagorsse, Pertuisot, 2018 = Guicheteau A., Lagorsse K., Pertuisot G., « Fenêtres ouvertes sur les vestiges du haut Moyen Âge autour des églises rurales : quelques exemples récents dans la Nièvre et la Saône-et-Loire », in XXXIXe journées internationales d’archéologie mérovingienne, bulletin de liaison de l’Association Française d’Archéologie Mérovingienne, n° 42, Auxerre – 4 au 6 octobre 2018, Saint-Germain-en-Laye, A.F.A.M., p. 78 -80.

Kasprzyk , 2005 = Kasprzyk M., Les cités des Eduens et de Chalon durant l’Antiquité tardive (v. 260-530 env.). Contribution à l’étude de l’Antiquité tardive en Gaule centrale, Thèse de doctorat, Université de Bourgogne, 2 vol. (486 p. et 478 p. de pl.).

Lassauniere, Pactat, Gratuze, Louis, 2016 = Lassauniere G., Pactat I., Gratuze B., Louis E., « L’artisanat du verre au haut Moyen Âge dans le nord de la France (Nord et Pas-de-Calais) », Bulletin de l’AFAV, Berck-sur-Mer, 30e rencontre (2015), p. 76-82.

Latron, 2016 = Latron A., Saint-Désert, Saône-et-Loire, Bourgogne-Franche-Comté. Le Clos des pierres, Rue du Mont-Avril, Montbogre, rapport de diagnostic, Dijon, Inrap Grand Est Sud, 52 p.

Lauwers, 2010 = Lauwers M., « Circuit, cimetière, paroisse. Réflexions sur l’ancrage ecclésial des sites d’habitat (VIIe-XIIe siècles) », in Bultot-Verleysen A.-M., Yante J.-M., dir., Autour du "village", établissements humains, finages et communautés rurales entre Seine et Rhin (IVe-XIIIe siècles), Louvain-la-Neuve, Université catholique de Louvain, p. 301-324.

Le Maho, 2006 = Le Maho J., « Aux origines du paysage ecclésial de la Haute-Normandie : la réutilisation funéraire des édifices antiques à l’époque mérovingienne », in Delestre X., Kazanski M., Perrin P., De l’âge du fer au haut Moyen Âge, Archéologie funéraire, princes et élites guerrières, actes des tables rondes de Longroy I (1998) et Longroy II (1999), Mémoires de l’Association Française d’Archéologie Mérovingienne, XV, Saint-Germain-en-Laye, AFAM, p. 148-157.

Les Gestes des évêques d’Auxerre. t. 1, avec la contribution de Monique Goullet, texte établi par Guy Lobrichon, Paris, Les Belles-Lettres, 2002 (Classiques de l’histoire au Moyen Âge, 42).

Lex, 1892 = Lex L., Notice historique de la ville de Givry et ses hameaux d’après les archives antérieures à 1790, Chalon-sur-Saône, L. Adam, libraire éditeur, 88 p.

Mani, Simonin, Peter, 2015 = Mani C., Simonin O., Peter C., « Le centre potier de Sevrey en Bourgogne : état de la recherche et apports des fouilles récentes à la connaissance des structures du haut Moyen Âge et du Moyen Âge central », in Thuilllier F., Louis E., dir., Tourner autour du pot… Les ateliers de potiers médiévaux du Ve au XIIe siècle dans l’espace européen, Caen, Publication du CRAHM, p. 265-282.

Maufras, Ott, Raynaud, Rochette, Tarrou, Bergeret, Bovagne, Pelle, 2014 = Maufras O., Ott M., Raynaud C., Rochette M., Tarrou L., Bergeret A., Bovagne M., Pelle R., « Villæ – Villages du haut Moyen Âge en plaine du Languedoc oriental. Maillage, morphologie et économie », Archéopages, 40, p. 92-103.

Naveau, 1992 = Naveau J., « Les thermes d’Entrammes », Revue Archéologique de l’Ouest, IX, p. 129-159.

Nouvel, Gaetan, Joly, Venault, 2016 = Nouvel P., Gaetan L, Joly M., Venault S. avec la collaboration de Vinot-Battisoni B., « Le centre-est de la Gaule : stations routières et groupements de bord de voie », Gallia, 73-1, p. 275-295.

Pertuisot, 2016 = Pertuisot G., Mercurey, Saône-et-Loire, Bourgogne-Franche-Comté, Église Saint – Symphorien de Touches, Sondages autour de l’église Saint-Symphorien, rapport de diagnostic, Dijon, Inrap Grand Est Sud, 98 p.

Peytremann, 2003 = Peytremann E., Archéologie de l’habitat rural dans le nord de la France du IVe au XIIe siècle, Saint-Germain-en-Laye, Mémoires de l’Association Française d’Archéologie Mérovingienne, XIII, 2 vol. 453 et 442 p.

Peytremann, 2013 = Peytremann E., « Un prétexte pour s’interroger sur la formation des villages : l’exemple de sites alsaciens du haut Moyen Âge », in Mahe-Hourlier N., Poignant S., dir., Archéologie du village, archéologie dans le village dans le nord de la France (Ve-XIIIe siècles), actes de la table-ronde, du 22 au 24 novembre 2007, M.A.N., Saint-Germain-en-Laye, Saint-Germain-en-Laye, Mémoires de l’AFAM, XXIX, p. 221-235.

Rebourg, 1994 = Rebourg A., Carte Archéologique de la Gaule : Saône-et-Loire 71/3, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 276 p., 127 fig.

Renimel, 1974 = Renimel S., L’atelier céramique de Sevrey, IXe-XIXe siècles : un millénaire de tradition céramique en Chalonnais, Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Chalon-sur-Saône, 68 p., 42 p. de pl.

Rollier, 1995 = Rollier G., Châtenoy-le-Royal, Le Maupas, DFS de sauvetage urgent, Dijon, AFAN/SRA Bourgogne, 526 p.

Saint-Jean Vitus, 2012 = Saint-Jean Vitus B., « Habitat et processus d’agglomération en Bourgogne au cours du Moyen Âge (Ve-XVIe siècles) : l’apport des travaux archéologiques des années 1995-2005, contribution au Bilan scientifique régional », Revue archéologique de l’Est, 61, p. 259-301.

Schneider, 2010 = Schneider L., « De la fouille des villages abandonnés à l’archéologie des territoires locaux. L’étude des systèmes d’habitat du haut Moyen Âge en France méridionale (Ve-Xe siècle) : nouveaux matériaux, nouvelles interrogations », », in Chapelot J., dir., Trente ans d’archéologie médiévale en France. Un bilan pour un avenir, Actes du IXe congrès international de la Société d’archéologie médiévale (Vincennes, du 16 au 18 juin 2006), Caen, Publications du CRAHM, p. 133-161.

Schneider, 2014 = Schneider L., « Les églises rurales de la Gaule (Ve-VIIIe siècles). Les monuments, le lieu et l’habitat : des questions de topographie et d’espace », in Gaillard M., dir., L’empreinte chrétienne en Gaule du IVe au IXe siècle, Turnhout, Brepols, 2014, p. 419-468.

Tereygeol, 2001 = Tereygeol F., Les mines d’argent carolingiennes de Melle, Thèse de 3e cycle de l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 3 vol., 608 p.

Tisserand, 2010 = Tisserand N., Granges, Saône-et-Loire, rue Saint-Martin — rue de la Cure : nouvelles données sur la villa de Granges. Une occupation pérenne de la Tène finale à nos jours, rapport de diagnostic, Dijon, Inrap Grand Est Sud, 204 p.

Tisserand, 2018 = Tisserand N., Granges, Saône-et-Loire, rue de la Cure, Suite de l’occupation de Granges, rapport de diagnostic, Dijon, Inrap Bourgogne-Franche-Comté, 40 p.

Viscusi, 201 = Viscusi V., Bourgogne, Saône-et-Loire, Épervans, En Péroué, Un habitat des IXe-XIe siècles aux abords d’un site antique, rapport de diagnostic, Dijon, Inrap Grand Est Sud, 81 p.

Zadora-Rio, dir., 2008 = Zadora-Rio E., Des paroisses de Touraine aux communes d’Indre-et-Loire : la formation des territoires, 34e suppl. à la Revue Archéologique du Centre de la France, Tours, FERACF, 304 p.

Notes

1 Je tiens à remercier Astrid Couilloud, Franck Ducreux, Annamaria Latron, Gilles Rollier et Nicolas Tisserand pour leur aide dans la réalisation de cet article.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Le Chalonnais, topographie et archéologie préventive ; localisation des communes mentionnées dans le texte (© A. Guicheteau).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25654/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 2. Les découvertes du haut Moyen Âge (Ve-XIIe siècles) dans le Chalonnais (© A. Guicheteau).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25654/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,5M
Légende Fig. 3. L’image partiellement dégagée dans le cadre préventif d’un établissement rural des Xe-XIe siècles, « Déviation RN 6 » à Champforgeuil (© A. Guicheteau d’après Ducreux 2003).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25654/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 4. Vestiges de la villa de Granges reportés sur le cadastre de 1829 (© A. Guicheteau d’après Gognot, 1995, Tisserand, 2018 et Archives départementales de Saône-et-Loire).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25654/img-4.png
Fichier image/png, 2,0M
Légende Fig. 5. Tableau d‘assemblage du cadastre de 1829 de Saint-Désert (© Archives départementales de Saône-et-Loire).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25654/img-5.png
Fichier image/png, 711k
Légende Fig. 6. Tableau d’assemblage du cadastre de 1829 de Fontaines (a), vue zénithale d’un sarcophage de grès découvert au pied de l’église Saint-Just (b) et bords de pots recueillis dans les remblais de l’aire cimétériale (c) (© Archives départementales de Saône-et-Loire et A. Guicheteau).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25654/img-6.png
Fichier image/png, 1,8M
Légende Fig. 7. Trois exemples de fortifications d’églises dans le Chalonnais, d’après le cadastre « napoléonien » (© A. Guicheteau, d’après Archives départementales de Saône-et-Loire).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25654/img-7.png
Fichier image/png, 351k
Légende Fig. 8. Tableau d‘assemblage du cadastre de 1829 de Mercurey (a), le hameau de Touches en 1829 (b) (© Archives départementales de Saône-et-Loire).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25654/img-8.png
Fichier image/png, 548k
Légende Fig. 9. Plan simplifié de la fouille de « Le Maupas » à Châtenoy-le-Royal (a) détail de la zone funéraire et cultuelle (b) (© A. Couilloud et A. Guicheteau d’après Rollier, 1995).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25654/img-9.png
Fichier image/png, 378k
Légende Fig. 10. Tableau d’assemblage du cadastre de 1829 de Givry (© Archives départementales de Saône-et-Loire).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25654/img-10.png
Fichier image/png, 1,0M
Légende Fig. 11. Les vestiges du haut Moyen Âge découverts à Givry « rue du hameau de Varange » (© A. Guicheteau).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25654/img-11.png
Fichier image/png, 167k
Légende Fig. 12. Mise en évidence de la stratification des vestiges à Givry « rue du hameau de Varange » : développement d’un fossé colmaté au cours des Ve-VIIIe siècles apparaissant sous un niveau de colluvionnement impacté par des creusements des IXe-XIIe siècle (© A. Guicheteau).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25654/img-12.png
Fichier image/png, 1,6M
Légende Fig. 13. L’archéologie à Sevrey, état de la recherche en 2019, sur fond cadastral de 1830, feuille B1 du bourg (© Archives départementales de Saône-et-Loire et A. Guicheteau).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25654/img-13.png
Fichier image/png, 2,1M
Légende Fig. 14. Plan phasé de la fouille de « Les Tupiniers » (© A. Guicheteau d’après Delor-Ahü, Simonin, 2005).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25654/img-14.png
Fichier image/png, 384k
Légende Fig. 15. Plan phasé de la fouille « rue Georges Brusson » (a) et plan phasé de la fouille du « 8 rue Georges Brusson » (b) (© A. Guicheteau d’après Mani et al., 2015 (a) et A. Guicheteau (b)).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25654/img-15.png
Fichier image/png, 311k

© ARTEHIS Éditions, 2021

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search