Version classiqueVersion mobile

La genèse du village

 | 
Antoine Guicheteau
, 
Vincent Marchaisseau
, 
Amélie Quiquerez

« La genèse du village » (Ve-XIIe siècles), archéologie de l’habitat groupé du haut Moyen Âge dans le Centre-Est de la France actuelle, une introduction

Antoine Guicheteau et Vincent Marchaisseau

Texte intégral

1La journée d’étude organisée par l’axe Fabrique du Paysage de l’UMR ARTEHIS le 27 novembre 2018 à Dijon se donnait pour objectif de proposer un espace de rencontre et de discussion entre les chercheurs de différents horizons institutionnels du Centre-Est, consacré à la formation des villages actuels et aux questions plus larges des phénomènes de regroupement des hommes au cours du haut Moyen Âge. Sans pour autant éluder la question de l’origine des villages actuels portée par l’historiographie de la recherche française depuis plusieurs décennies, de Jean Chapelot et Robert Fossier (Chapelot, Fossier, 1980) à Edith Peytremann (Peytremann, 2014), il s’agissait surtout, par la présentation de travaux passés et en cours, de poser une première réflexion sur les études villageoises dans nos régions.

1. Aux origines d’une question au cœur de l’archéologie médiévale en France

2Dans la littérature archéologique, le village est envisagé comme un type d’habitat groupé, voire un synonyme de cette expression, dont l’origine remonte au Néolithique. Cela dit, la question de son existence en Gaule durant le Haut-Empire (Leveau, 1983 ; Monteil, 2014), soulève encore maints débats. Rappelons que si le mot village trouve ses origines dans le latin villa, sa première mention ne remonte qu’à 1235. La définition traditionnelle du Larousse y voit un groupement d’habitations permanentes, dont la majeure partie est engagée dans le secteur agricole (Watteaux, 2003 ; Wickham, 2005, p. 516-517 ; Peytremann, 2014, p. 88). L’apparition du village au Moyen Âge apparaît comme un poncif de la période, tant le regroupement des hommes par l’encadrement de l’Église et de la seigneurie semble alors en être un des principaux traits. Ce phénomène de concentration des hommes peut être interprété comme l’ultime rassemblement ayant abouti sur le long terme, et ce grâce à des bâtiments en dur, au premier rang desquels figurent les édifices d’encadrement que sont l’église et le château (Zadora-Rio, 2008, p. 69-74).

3Plusieurs programmes de recherche archéologique qui émergent en France dans l’après-guerre se concentrent en partie sur ces questions, notamment par l’exploration d’habitats désertés à la fin du Moyen Âge (Le Roy Ladurie, Pesez, 1965). Alors que commencent, dans les années 1960-1970, les premières études d’habitats ruraux du haut Moyen Âge, comme à Brebières (Demolon, 1972) ou à Mondeville (Lorren, 1983), la publication en 1980 d’un ouvrage sur la question du village en France expose les tenants d’une thèse restreignant l’usage du terme village à des habitats groupés apparaissant après l’an mil (Chapelot, Fossier, 1980).

4De fait, un blocage sémantique apparaît alors même que la multiplication des recherches archéologiques sur l’habitat rural du haut Moyen Âge conduit à réviser cette grille de lecture. En effet, si les découvertes révèlent la complexité à caractériser et définir les occupations mises au jour, l’ampleur de certains sites amène à les définir sous le terme de village, comme le fait alors le célèbre catalogue d’exposition consacrée à Saint-Denis au haut Moyen Âge Un village au temps de Charlemagne (Cuisenier, Guadagnin, 1988).

2. Les apports des grands décapages

5À compter des années 1980, l’essor de l’archéologie de sauvetage, appelée à devenir préventive à partir de 2001, va renouveler en profondeur notre connaissance de l’habitat rural du haut Moyen Âge et amener à revoir les schémas antérieurs. En effet, l’étude systématique de vastes superficies, à l’occasion de grands projets d’aménagement du territoire (zones d’aménagement concerté, autoroutes, lignes ferroviaires, etc.), va permettre de repérer et d’étudier des occupations rurales développées sur plusieurs hectares, voire plusieurs dizaines d’hectares parfois. Ces gisements caractérisés par la cohabitation topographique de plusieurs exploitations agricoles, constituées d’un bâtiment principal et de constructions annexes, insérées dans un réseau de chemins et de fossés de parcellaire, sont alors découverts par dizaines (Peytremann, 2003). Dans plusieurs cas, un édifice cultuel entouré d’un cimetière est même exploré (Catteddu et al., 2009), et des pôles élitaires peuvent même être mis en évidence (Gentili, Valais, 2007). Enfin, ces sites peuvent être occupés en continu durant plusieurs siècles. On soulignera ici les remarquables progrès accomplis en matière de datation par le renouvellement des chrono-typologies du mobilier, notamment la céramique, comme la multiplication des datations en laboratoire, essentiellement radiocarbones mais aussi archéomagnétiques. Une précision accrue dans la chronologie est ainsi offerte aux archéologues, permettant de mieux distinguer l’évolution interne des habitats.

6Ces résultats remettent largement en cause le postulat de l’instabilité des lieux de peuplement durant le haut Moyen Âge, alors même que la définition restrictive du village de Robert Fossier insistait justement sur la pérennité topographique de l’installation humaine. Il convient cependant de garder à l’esprit les différentes échelles d’analyse : ainsi les habitats des VIe-VIIe siècles à Genlis (Catteddu, 1992) ou Buchères/Saint-Léger-près-Troyes (Neaud, Marchaisseau, 2018), découverts plus récemment, n’ont été occupés que durant 150 ans et n’ont connu aucune postérité. De surcroît, les occupations du haut Moyen Âge dénotant une certaine continuité en contexte rural sont abandonnées vers la fin du XIe siècle dans nos contrées. Il y a bien encore des déplacements des pôles d’habitat – et des zones funéraires – au cours du haut Moyen Âge ; en revanche, le terroir et le nom du lieu sont bien souvent déjà fixés (Zadora-Rio, 2008, p. 73). Le modèle élaboré par Edith Peytremann en 2003 semble encore largement partagé. Des occupations relativement lâches des VIe-VIIe siècles – à de rares exceptions près comme mentionnées supra — disparaissent au profit d’habitats groupés des VIIIe-Xe siècles, plus concentrés et fréquemment structurés le long d’axes viaires (Vitry-sur-Orne par exemple, Gérard, 2012), eux-mêmes abandonnés dans le courant du XIe siècle au profit des villages actuels (Peytremann, 2003, p. 335)

7Le débat sémantique entre historiens et archéologues se poursuit, conduisant à un éloignement des deux communautés scientifiques (Zadora-Rio, 1995, 2003). Les archéologues s’approprient alors le terme d’habitat rural, plus neutre idéologiquement et correspondant mieux aux vestiges et aux difficultés de définition et de caractérisation des gisements rencontrés par la discipline (Lorren, Périn, 1995).

8Par ailleurs, la période voit également se développer des programmes de recherche au long cours, concentrés sur des secteurs géographiques restreints mais dans un cadre chronologique moins rigide, notamment dans le sud de la France (Raynaud, 2007).

3. Renouveau des opérations en cœur de bourg et changement d’échelle

9Alors que l’acquisition de données issues des grands décapages se développe, un renouvellement des problématiques va s’opérer à partir d’un retour des archéologues dans les villages actuels. En effet, plusieurs synthèses régionales consacrées au bilan des opérations de grandes surfaces publiées dans la dernière décennie soulignent le potentiel informatif des opérations en cœur de bourg (Gentili, 2017, vol. 1, p. 282 ; Valais, 2012, vol. 1, p. 318-319). Même si elles se sont multipliées ces dernières années, il est peut-être encore trop tôt pour en tirer une véritable synthèse. On notera tout de même que les opérations situées dans les centres anciens des villages actuels ne s’étaient jamais arrêtées, notamment les sondages prescrits en amont de l’installation de réseaux de drainage au pied des lieux de culte anciens — comme ceux réalisés dans le Limousin (Cressein et al., 2008) — ou même de rares opérations programmées, comme à Rigny-Ussé (Zadora-Rio, Galinié, 2001). Mais l’évolution de l’aménagement du territoire, qui voit se densifier l’habitat au cœur des bourgs actuels, offre à l’archéologie préventive l’occasion d’explorer des contextes stratifiés sur des superficies de quelques dizaines à plusieurs milliers de mètres carrés. La publication, en 2013, des actes de la table ronde de Saint-Germain-en-Laye (Mahé-Hourlier, Poignant, 2013), précédée d’un article paru dans les Nouvelles de l’archéologie en 2007 (Carré et al., 2007), avait démontré, à l’échelle nationale, l’intérêt scientifique majeur de l’étude des centres anciens, parcelle après parcelle, tout en assurant le lien avec les établissements explorés sur plusieurs hectares à l’occasion de vastes décapages réalisés en amont des grands aménagements.

10Ces travaux, largement issus du nord de la France et de l’archéologie préventive, ne doivent cependant pas éclipser l’intérêt de recherches méridionales (Passarius et al., 2007) notamment dans leur volonté d’appréhender d’autres types de sites, dont les occupations de hauteur (Schneider, 2007). De fait, l’article d’une archéogéographe publié en 2003 évoque alors la fin des paradigmes sur la question de la naissance du village et plaide pour un travail à l’échelle du territoire (Watteaux, 2003). Cette même année, un colloque international organisé à Louvain-la-Neuve renouvelle considérablement les problématiques de recherche sur le village, en ouvrant la chronologie de la formation des villages, de l’Antiquité tardive au XIIIe siècle, et, plus largement, en œuvrant au dialogue entre historiens et archéologues (Yante, Bultot-Versleysen, 2010). Certains blocages épistémologiques restent tout de même bien présents.

11Les travaux des dernières décennies ont ainsi montré la diversité des cas, amenant la communauté scientifique à parler désormais de formation des villages au pluriel et non plus du village au singulier. Ce changement sémantique permet de dépasser le cadre rigide et contraignant d’une définition limitée du village (Peytremann, 2013, p. 230-231 ; Catafau, Passarius, 2018)

4. L’archéologie du village dans le Centre-Est

12À l’échelle du Centre-Est de la France, la question de la formation des villages médiévaux est au cœur des premiers programmes de recherche en archéologie médiévale. En effet, dès les années 1960, un remarquable travail est accompli par Jean-Marie Pesez et son équipe sur le site de Dracy en Côte-d’Or. Ce village de la fin du Moyen Âge a été exploré durant près d’une quinzaine d’années, de 1965 à 1980 (Pesez, 1998). Le développement de l’archéologie de sauvetage à partir des années 1980 et lors de la décennie suivante permet également d’explorer, sur de vastes superficies, des habitats du haut Moyen Âge tels que Torcy-le-Petit dans l’Aube (Béague-Tahon, Georges-Leroy, 1995), Genlis en Côte-d’Or (Catteddu, 1992) et Château-Gaillard dans l’Ain (Vicherd et al., 2001). Une remarquable synthèse d’intérêt national centrée sur ce secteur des vallées de la Saône et du Rhône paraît d’ailleurs en 2001 (Faure-Boucharlat, 2001) ; ce travail précurseur a été largement suivi par de nombreux PCR sur l’habitat rural au Moyen Âge dans plusieurs régions.

13L’existence de plusieurs programmes de recherche consacrés à l’amélioration des chrono-typologies céramiques est à souligner. Ainsi, pour le Val de Saône, plusieurs publications ont été réalisées sur les productions des ateliers de potiers alti-médiévaux (Delor-Ahü et al., 2005) et leur aire de diffusion (Mani, 2004). On mentionnera également un bilan centré sur la Bourgogne concernant les travaux de la décennie 1995-2005 qui se fait l’écho de la nécessité de s’interroger sur les processus de regroupement de l’habitat au Moyen Âge (Saint-Jean Vitus, 2012, p. 290). Par ailleurs, l’apport des travaux du PCR sur les sites de hauteur en Franche-Comté, dirigé par David Billoin et Philippe Gandel, est à souligner (Billoin et al., 2018), notamment pour ce qui concerne la mise en évidence de la formation de véritables agglomérations perchées dès l’Antiquité tardive. En Champagne, c’est la réalisation d’un PAS de l’Inrap entre 2010 et 2015, intitulé « L’archéologie de l’habitat rural du haut Moyen Âge en Champagne-Ardenne (fin Ve-XIIe siècle) », qui a concentré les recherches tant sur les formes de l’habitat que sur le mobilier, aboutissant à de nouveaux référentiels ; sa publication est annoncée pour 2022. Enfin, une synthèse est en cours de production sur les établissements du haut Moyen Âge dans la Plaine de Troyes dans le cadre d’un PCR dont les travaux s’inscrivent dans la longue durée (Riquier et al., 2017).

5. Les actes d’une journée d’étude

14Les différents résultats présentés dans ce volume ne dérogent pas à l’évolution et aux acquis de la recherche constatés à l’échelle nationale. En effet, les différents articles sont consacrés à des découvertes issues tant d’aménagements concertés impactant de vastes surfaces en périphérie des grands centres urbains du secteur (Dijon, Troyes, Chalon-sur-Saône, entre autres, fig. 1) que d’opérations en cœur de bourg (Fleurey-sur-Ouche, Sevrey ou Ruvigny par exemple, fig. 2). Le développement de méthodes non-invasives (LiDAR ou prospection géophysique) permettant d’étudier des sites dans des milieux environnementaux particuliers, en l’occurrence le couvert forestier dans le cas du site de Goa au Val Suzon ou en moyenne montagne – Jura et Morvan ici –, est également à souligner. En offrant la possibilité d’études dans la durée, l’archéologie programmée est également un support essentiel de la recherche sur ces problématiques comme l’illustrent les travaux en cours à Saint-Dizier, la fouille exhaustive des établissements, a fortiori des nécropoles, s’avérant encore trop rare. Enfin, la réflexion sur les mots de l’habitat présentée par Marie-José Gasse-Grandjean illustre l’indispensable apport de l’étude des textes et l’intérêt de leur confrontation aux données archéologiques.

Fig. 1. Localisation des sites et régions évoqués dans l’ouvrage (© A. Guicheteau).

Fig. 2. Le site de Ruvigny « Proche l’église » en cours de fouille en 2016 (© C. Roms).

15La morphologie des établissements et des constructions qui les composent, les liens topographiques et spirituels entre les mondes des morts et des vivants (Lauwers, 2015), le rôle des élites et leur place dans le village, mais aussi les aspects économiques du regroupement des hommes, voici autant de problématiques abordées ici. De fait, les données sont nombreuses et doivent être assimilées et critiquées. Leur publication dans un ouvrage consacré à la question du village s’avère ainsi nécessaire, ne serait-ce que pour témoigner des avancées régionales en la matière et de poser modestement quelques jalons pour les recherches à venir. Si aucune synthèse n’est possible en l’état de nos connaissances, certes nombreuses mais encore trop dispersées géographiquement, la priorité devrait être donnée à des études microrégionales, seules à même de distinguer les particularités et les rythmes propres au phénomène de rassemblement des Hommes. Faire naître des vocations pour ce type d’études, voici tout ce qu’on peut souhaiter comme ambition à cette publication.

Bibliographie

Beague-Tahon , Georges-Leroy, 1995 = Beague-Tahon N., Georges-Leroy M., « Deux habitats ruraux du haut Moyen Âge en Champagne crayeuse : Juvigny et Torcy-le-Petit (milieu VIIe siècle-IXe siècle) », in Lorren C., Perin P., dir., L’habitat rural du haut Moyen Âge (France, Pays-Bas, Danemark et Grande-Bretagne. Actes des XIVe journées d’archéologie mérovingienne, Guiry-en-Vexin et Paris, 4-8 février 1993, Rouen, AFAM (Mémoires, VI), p. 175-183.

Billoin, Gandel, Doyen, Pactat, 2018 = Billoin D., Gandel P., Doyen J.-M., Pactat I., Habitats perchés du Jura de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge (IVe-IXe siècle), Dijon/Besançon, DRAC/SRA Bourgogne-France-Comté (coll. archéologie en Bourgogne-France-Comté), 33 p.

Carre, Hincker, Mahe, Peytremann, Poignant, Zadora-Rio, 2007 = Carre F., Hincker V., Mahe N., Peytremann E., Poignant S., Zadora-Rio E., « Histoire(s) de(s) village(s). L’archéologie en contexte villageois, un enjeu pour la compréhension de la dynamique des habitats médiévaux », Les Nouvelles de l’archéologie, 116, p. 51-59.

Catafau, Passarius, 2018 = Catafau A., Passarius O., « Histoire et archéologie au village : amorce d’un bilan historiographique et de propositions de travail commun », in Catafau A., Passarius O., dir., L’archéologie au village. Le village et ses transformations, du Moyen Âge au premier cadastre, actes du colloque des 20-22 septembre, Palais des Rois de Majorque-Perpignan, Archéologie du Midi médiéval, 36, p. 5-13.

Catteddu, 1992 = Catteddu I., « L’habitat rural mérovingien de Genlis (Côte-d’Or) », Revue Archéologique de l’Est, 43, p. 39‑98.

Catteddu, Carre, Gentili, Delahaye, Langlois, Couanon, 2009 = Catteddu I., Carre F., Gentili F., Delahaye F., Langlois J.-Y., Couanon J.-P., « Fouilles d’églises rurales du haut Moyen Âge dans le nord de la France, des questions récurrentes », in Paris-Poulain D., Istria D., Nardi Combescure S., Les premiers temps chrétiens dans le territoire de la France actuelle, Hagiographie, épigraphie et archéologie, actes du colloque d’Amiens, Rennes, Presses Universitaires de Rennes (coll. Archéologie et culture), p. 205-228.

Chapelot, Fossier, 1980 = Chapelot J., Fossier R., Le village et la maison au Moyen Âge, Paris, Hachette, 357 p.

Creissen, Delhoume, Roger, 2008 = Creissen T., Delhoume D., Roger J., « L’église rurale et son environnement en Limousin : apports récents de l’archéologie, nouveaux axes de recherches », Hortus Artium Medievalium, 14, p. 81-101.

Cuisenier, Guadagnin, 1988 = Cuisenier J., Guadagnin R., Un village au temps de Charlemagne. Moines et paysans de l’abbaye de Saint-Denis du VIIe siècle à l’an Mil, Paris, Musée national des Arts et Traditions populaire, catalogue d’exposition, 357 p.

Delor-Ahü, Simonin, Legros, 2005 = Delor-Ahü A., Simonin O., Legros A., « Sevrey Les Tupiniers, données nouvelles sur les ateliers de potiers médiévaux », Revue Archéologique de l’Est, 54, p. 249‑298.

Demolon, 1972 = Demolon P., Le village mérovingien de Brebières, Arras, Commission Départementale des Monuments Historiques du Pas-de-Calais (Mémoires, t. XIV), 339 p.

Faure-Boucharlat, dir., 2001 = Faure-Boucharlat E., dir., Vivre à la campagne au Moyen Âge. L’habitat rural du Ve au XIIe siècle (Bresse, Lyonnais, Dauphiné) d’après les données archéologiques, Lyon, ALPARA (DARA, 21), 432 p.

Gentili, 2017 = Gentili F., Agglomérations rurales et terroirs du haut Moyen Âge en Île-de-France (VIe -XIIe siècles) : l’apport des grandes fouilles préventives (Plateau briard, Plaine-de-France), Archéologie et Préhistoire. Université Panthéon-Sorbonne - Paris I, thèse de doctorat d’archéologie médiévale, vol. 1, 318 p.

Gentili, Valais, 2007 = Gentili F., Valais A., « Composantes aristocratiques et organisation de l’espace au sein de grands habitats ruraux du haut Moyen Âge », in Depreux P., Le Jan R., Bougard F., Les élites et leurs espaces. Mobilité, rayonnement, domination (du VIe au XIe siècle), Turnhout, Brepols (Haut Moyen Âge, 5), p. 99-134.

Gerard, 2012 = Gerard F., « La structuration du village pour une économie agraire planifiée à la fin du IXe siècle en Lorraine. Les sites de Vitry-sur-Orne et de Demange-aux-Eaux », Archéopages, 34, p. 38‑47.

Lauwers, 2015 = Lauwers M., « Le cimetière au village ou le village au cimetière ? Spatialisation et communautarisation des rapports sociaux dans l’Occident médiéval », in Treffort C., éd., Le cimetière au village dans l’Europe médiévale et moderne, 35e Journées internationales d’histoire de l’Abbaye de Flaran, 11-12 octobre 2013, Toulouse, Presses Universitaires du Midi, p. 41-60.

Le Roy Ladurie, Pesez, 1965 = Le Roy Ladurie E., Pesez J.-M., « Les villages désertés en France : vue d’ensemble », Annales. Économies, sociétés, civilisations, 20ᵉ année, n° 2, p. 257-290.

Leveau, 1983 = Leveau P., « La ville antique et l’organisation de l’espace rural : villa, ville, village », Annales. Économies, sociétés, civilisations, 38ᵉ année, n° 4, p. 920-942.

Lorren C., 1983 = Lorren C., « De l'Antiquité au Moyen Âge, un exemple de continuité de l'habitat : le village de Saint-Martin de Mondeville (Calvados). Premiers résultats des fouilles », in La Normandie. Études archéologiques, Paris, actes du 105e Congrès national des sociétés savantes de Caen, p. 99-122.

Lorren, Perin, 1995 = Lorren C., Perin P., L’habitat rural du haut Moyen Âge (France, Pays-Bas, Danemark et Grande-Bretagne. Actes des XIVe journées d’archéologie mérovingienne, Guiry-en-Vexin et Paris, 4-8 février 1993, Rouen, AFAM (Mémoires, VI), 237 p.

Mahe-Hourlier, Poignant, 2013 = Mahe-Hourlier N., Poignant S., Archéologie du village, archéologie dans le village dans le nord de la France (Ve-XIIIe siècles), actes de la table ronde Archéologie du village, archéologie dans le village dans le nord de la France - Ve-XIIIe siècles, Saint-Germain-en-Laye, 22-24 novembre 2007, Saint-Germain-en-Laye, AFAM (Mémoires, XXIX), 249 p.

Mani, 2004 = Mani C., « La « céramique bistre » dite de Sevrey (71) : caractérisation et étude de diffusion d’une production du haut Moyen Âge », Revue Archéologique de l’Est, 53, p. 189‑219.

Monteil, 2014 = Monteil M., « La question des « villages » en Gaule romaine. Entre débat sur les mots et données archéologiques », Archéopages, Villages, 40, p. 50-55.

Neaud, Marchaisseau, 2018 = Neaud P., Marchaisseau V., « Buchères (Aube). Parc logistique de l’Aube, décapage 45 », Archéologie médiévale, 48, p. 203.

Passarius, Donat, Catafau, 2007 = Passarius O., Donat R., Catafau A., Vilarnau, un village au Moyen Âge en Roussillon, éditions Trabucaire (coll. Archéologie départementale), 516 p.

Pesez, 1998 = Pesez J.-M., Archéologie du village et de la maison rurale au Moyen Âge : vingt études sur l'habitat paysan dans la France médiévale, Lyon, Presses universitaires de Lyon (coll. d’histoire et d’archéologie médiévales, 5), 515 p.

Peytremann, 2003 = Peytremann E., Archéologie de l’habitat rural dans le nord de la France du IVe au XIIe siècle, Saint-Germain-en-Laye, AFAM (Mémoires, XIII), 2 vol., 452 et 432 p.

Peytremann, 2013 = Peytremann E., « Un prétexte pour s’interroger sur la formation des villages : l’exemple de sites alsaciens du haut Moyen Âge », in Mahe-Hourlier N., Poignant S., dir., Archéologie du village, archéologie dans le village dans le nord de la France (Ve-XIIIe siècles), actes de la table ronde Archéologie du village, archéologie dans le village dans le nord de la France - Ve-XIIIe siècles, Saint-Germain-en-Laye, 22-24 novembre 2007, Saint-Germain-en-Laye, AFAM (Mémoires, XXIX), p. 221-235.

Peytremann, 2014 = Peytremann E., « La notion de village en France au premier Moyen Âge. Retour sur un débat », Archéopages, Villages, 40, p. 84-91.

Raynaud, 2007 = Raynaud C., Archéologie d'un village languedocien. Lunel-Viel (Hérault) du Ier au XVIIIe siècle, Lattes, Association pour le développement de l’archéologie en Languedoc-Roussillon (Monographie d’archéologie méditerranéenne, 22), 407 p.

Riquier, Auxiette, Blancquaert, Brunet, Daroque, Durost, Garénaux, Hachem, Langry-François, Lemeunier, Loiseau, Marchaisseau, Meunier, Millet, Paresys, Roms, Sanson, Toulemonde, Vanmoerkerke, Wiethold, Delor Ahü, Mahe-Hourlier, Bardel, Saurel, Monnier, 2017 = Riquier V., Auxiette G., Blancquaert G., Brunet P., Daroque C., Durost R., Garenaux V., Hachem L., Langry-François F., Lemeunier S., Loiseau S., Marchaisseau V., Meunier K., Millet E., Paresys C., Roms C., Sanson L., Toulemonde F., Vanmoerkerke J., Wiethold J., Delor Ahü A., Mahe-Hourlier N., Bardel D., Saurel M., Monnier A., La Plaine de Troyes : Évolution d’un territoire rural des premiers agriculteurs au premier réseau villageois, rapport d’activité d’un Programme Collectif de Recherche, 2013-2016, 2 vol., 979 p.

Saint-Jean Vitus, 2012 = Saint-Jean Vitus B., « Habitat et processus d’agglomération en Bourgogne au cours du Moyen Âge (Ve - XVIe siècles) : l’apport des travaux archéologiques des années 1995-2005, contribution au Bilan scientifique régional », Revue archéologique de l’Est, 61, p. 259-301.

Schneider, 2007 = Schneider L., « Structures du peuplement et formes de l'habitat dans les campagnes du sud-est de la France de l'Antiquité au Moyen Âge (IVe-VIIIe siècles) : essai de synthèse », Gallia, 64, p. 11-56.

Yante, Bultot-Verleysen, 2010 = Yante J.-M., Bultot-Verleysen A.-M., Autour du « village ». Établissements humains, finages et communautés rurales entre Seine et Rhin (IVe-XIIIe siècles). Actes du colloque international de Louvain-la-Neuve, 16-17 mai 2003, Tournai, Brepols, 543 p.

Valais, 2012 = Valais A., L’habitat rural au Moyen Âge dans le nord-ouest de la France, Rennes, Presses Universitaires de Rennes (coll. Archéologie et culture), 2 vol., 328 et 462 p.

Vicherd , Duvette, Faure-Boucharlat, Paulin, Forest, Gisclon, 2001 = Vicherd G., Duvette C., Faure-Boucharlat E., Paulin M., Forest V., Gisclon J.-C., « Château-Gaillard, Le Recourbe, Ain », in Faure-Boucharlat É., dir., Vivre à la campagne au Moyen Âge. L’habitat rural du Ve au XIIe siècle (Bresse, Lyonnais, Dauphiné) d’après les données archéologiques, Lyon, ALPARA (DARA, 21), p. 177-224.

Watteaux , 2003 = Watteaux M., « À propos de la « naissance du village au Moyen Âge » : la fin d’un paradigme ?», Études rurales, 167-168, p. 306-318.

Wickham, 2005 = Wickham C., Framing the early Middle Ages: Europe and the Mediterranean 400-800, Oxford, New York, 990 p.

Zadora-Rio, 1995 = Zadora-Rio E., « Le village des historiens et le village des archéologues », in Campagnes médiévales : l'homme et son espace, Études offertes à Robert Fossier, travaux réunis par Élisabeth Mornet, 1995, p. 145-153.

Zadora-Rio, Galinie, dir., 2001 = Zadora-Rio E., Galinie H., dir., « La fouille du site de Rigny, 7e-19e siècles (Commune de Rigny-Ussé, Indre-et-Loire) : l’habitat, les églises et le cimetière. Troisième et dernier rapport préliminaire (1995-1999) », Revue archéologique du Centre de la France, 40, p. 167-242.

Zadora-Rio, 2003 = Zadora-Rio E., « L’archéologie de l’habitat rural et la pesanteur des paradigmes », Les Nouvelles de l’archéologie, 92, p. 6‑9.

Zadora-Rio, 2008 = Zadora-Rio E., Des paroisses de Touraine aux communes d’Indre-et-Loire, 34e Supplément à la Revue archéologique du Centre de la France, Tours, 303 p.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation des sites et régions évoqués dans l’ouvrage (© A. Guicheteau).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25629/img-1.png
Fichier image/png, 256k
Légende Fig. 2. Le site de Ruvigny « Proche l’église » en cours de fouille en 2016 (© C. Roms).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25629/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 486k

© ARTEHIS Éditions, 2021

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search