Version classiqueVersion mobile

Quis sum ? Provincialis ?

 | 
Sabine Lefebvre

Les identités de Rutilius Namatianus

Christian Stein

Résumé

Le De reditu suo permet de se faire une bonne idée des principales facettes de la construction identitaire de son auteur, Rutilius Namatianus. Cette dernière était très classique, avec le milieu aristocratique et les deux patries, Rome et la cité d’origine. Le niveau intermédiaire régional, la Gaule, ne semble pas aussi structurant. On notera un paganisme affiché, donc militant dans le contexte des années 410-420.

Texte intégral

1Pour qui souhaite enquêter sur les identités provinciales ou régionales dans l’Antiquité tardive, l’idée de s’intéresser de près à Rutilius Namatianus vient assez naturellement, et pas seulement parce qu’il s’agit du dernier auteur conservé de la littérature latine païenne. Originaire de Gaule, Rutilius Namatianus était-il Gaulois, Romain, Gallo-romain ? Ses enracinements territoriaux avaient-ils seulement pour lui une dimension identitaire ? C’est cette question que nous allons désormais explorer.

  • 1  La sociologue Nathalie Heinich (Heinich, 2018, p. 111) observe par exemple qu’au début de sa carri (...)
  • 2  Jean-Claude Kaufmann parle dans beaucoup de cas de « concept fluide » ou de « concept mou » dans K (...)
  • 3  Il s’agit donc d’« auto-identité », par opposition à l’« hétéro ou exo-identité » : voir Cuche, 20 (...)

2Néanmoins, avant d’aller plus loin, il n’est toutefois pas superflu de marquer un temps d’arrêt. Il est en effet d’abord souhaitable de préciser ce que l’on entendra ici par « identité ». Depuis quelques décennies, le concept est, de fait, très souvent mobilisé dans le discours des sciences sociales. Parallèlement, l’emploi du mot s’est aussi très largement répandu dans le langage courant1. Toutefois, à l’image d’autres exemples de success stories linguistiques similaires, la rançon d’un tel engouement est que le concept et le sens du mot sont souvent à géométrie variable, qu’ils sont souvent même un peu insaisissables quand on souhaite les approcher de près2. Dans un petit article comme celui-ci, il n’y a toutefois pas la place pour prétendre développer cette question épistémologique de manière pertinente. Nous nous bornerons donc simplement ici à une définition très subjective de l’identité de Rutilius Namatianus : comment lui-même se définissait-il, en particulier en rapport avec les diverses entités et échelles territoriales qui composaient l’Empire romain de son temps ? Cette définition subjective de l’identité est certes assez réductrice, mais, en même temps, elle a la qualité d’être facilement opératoire. Notre quête de l’identité de Rutilius Namatianus ne consistera donc pas à dresser le catalogue de l’ensemble des éléments qui caractérisent à nos yeux cet homme de l’Empire romain finissant, mais bien à relever les traits qui, pour lui, étaient essentiels, ou du moins qui nous apparaissent comme tels à travers nos sources3.

Rutilius Namatianus

  • 4  Chastagnol, 1962, p. 271-273 ; PLRE, II, Rutilius, p. 770-771 ; la notice la plus complète et la p (...)

3Cet important préliminaire étant posé, il n’est pas non plus inutile de s’arrêter un moment pour rappeler qui fut Rutilius Namatianus ainsi que certains éléments du contexte dans lequel il a évolué4. De ce point de vue, l’homme se présente aujourd’hui à nous sous deux facettes, assez différentes même si elles sont nécessairement liées l’une à l’autre : d’un côté, Rutilius le poète et, de l’autre, Rutilius l’aristocrate ; deux aspects qui ont d’ailleurs l’un comme l’autre une forte dimension identitaire.

  • 5  Notre édition de référence sera celle, toute récente : Wolff 2007 ; sauf indication contraire, tou (...)
  • 6  Une autre source tardive assez difficile à dater et sans doute originaire de Gaule, le Querolus, e (...)

4Nous commencerons par le poète, et cela se justifie sans difficulté par le fait que, si nous parlons toujours de Rutilius Namatianus en ce début de XXIe siècle, c’est uniquement parce que, un peu après la fin de l’année 417, lui-même a estimé souhaitable ou nécessaire d’écrire un poème que l’on cite ordinairement aujourd’hui sous son titre latin De reditu suo5. C’est là l’unique source qui nous renseigne sur Rutilius et sa famille6.

  • 7  Wolff, Soler, 2007, p. XXII-XXXVIII.
  • 8  Rutil., fragment B ; cf. Wolff, Soler, 2007, p. LVI-LVII. Albingaunum/Albenga n’est pas explicitem (...)

5L’ouvrage est à ranger dans l’ancienne catégorie littéraire de l’iter, dont la caractéristique essentielle consiste à détailler un itinéraire, les étapes d’un trajet. Ainsi, Rutilius Namatianus y raconte les étapes de son voyage, à l’automne 417, depuis Rome, en longeant la côte, jusqu’à sa destination finale, qui serait la terre d’origine de sa famille, quelque part en Gaule7. Malheureusement, comme c’est souvent le cas avec les écrits antiques, le De reditu suo n’a été conservé que partiellement, et on verra plus loin que cette lacune n’est pas sans conséquence pour notre enquête. On n’en a, en effet, conservé de manière continue que la description des étapes entre Rome et le port antique de Luni, aux confins de la Ligurie, à deux sauts de puce des marbres de la célèbre Carrare et à proximité du port actuel de La Spezia. À l’exception d’un fragment qui évoque peut-être une étape à Albenga (sur la côte ligure, à l’ouest du golfe de Gênes), le reste du voyage est perdu, avec en particulier le port par lequel Rutilius est rentré en Gaule ainsi que sa destination finale8.

  • 9  Wolff, Soler, 2007, p. XXIII.
  • 10 Pierre de Labriolle a jadis traité Rutilius Namatianus de « touriste des plus superficiels » et so (...)

6Il ne faudrait cependant pas se laisser abuser par une classification littéraire trop rigide : le De reditu suo n’est pas qu’un exercice de style. S’il s’agit indubitablement d’un itinéraire, sa composition est plus complexe. L’auteur a, effectivement, profité du cadre fourni par le récit des étapes de son voyage pour évoquer auprès de son lecteur toute une série d’expériences et d’idées qui lui tenaient visiblement à cœur, comme un vibrant éloge de Rome, une galerie de portraits de différents amis, tout le mal qu’il pense des juifs ou des moines, etc. Il a ainsi été calculé que la description des étapes de l’itinéraire proprement dit représente finalement moins de la moitié des vers conservés9. L’ensemble est donc un peu composite et il a parfois été méprisé par certains modernes10. Néanmoins, derrière une apparence légère et parfois presque futile, se cachent en fait toute une série d’avis bien trempés sur la société et les événements du temps : c’est cela qui fait tout l’intérêt historique du De reditu suo.

7Comme cela a déjà été souligné, aucun vestige ne subsiste de Rutilius Namatianus, ni de sa famille, en dehors du poème. C’est donc uniquement ce Rutilius poète qui nous permet d’accéder en même temps à un autre Rutilius qui, celui-là, était indubitablement un membre d’une des principales familles de Gaule, à la charnière entre les IVe et Ve siècles de notre ère.

  • 11  Détail des références : PLRE, I, Lachanius, p. 491.
  • 12  Delmaire, 1995, p. 119-147.
  • 13  Delmaire, 1995, p. 57-63.
  • 14  Je me range ici à l’avis de Chastagnol, 1962, p. 272.

8Le nom complet de son père est inconnu, mais le poème livre son probable signum, Lachanius. Ce dernier fit visiblement une belle et remarquable carrière au sein des cercles qui dirigeaient alors l’Empire11. Gouverneur consulaire de la province d’Étrurie-Ombrie, il fut aussi comes sacrarum largitionum, comte des largesses sacrées, c’est-à-dire chef d’un des deux bureaux des finances : à ce titre, il a géré l’administration civile la plus importante de l’Empire au nom d’un auguste malheureusement inconnu12. Il fut également quaestor sacri palatii, questeur du palais, ce qui signifie à cette époque qu’il était directement responsable de la rédaction des lois ainsi que de la réception et du traitement de toutes les demandes et suppliques à l’empereur, si bien qu’on a coutume aujourd’hui de dire de cette fonction qu’il s’agissait en quelque sorte du porte-parole de l’empereur13. Enfin, il fut également responsable d’une préfecture, mais le témoignage de son fils nous frustre en ne précisant pas s’il s’agissait d’une préfecture de la Ville ou du prétoire, même si la seconde est la plus probable14.

  • 15  Le pouvoir légitime appartenait bien entendu à l’empereur, mais cela ne doit pas faire illusion su (...)
  • 16  Chastagnol, 1992, p. 344.

9Dans tous les cas, on remarque que cette carrière a amené Lachanius à fréquenter les plus hautes sphères civiles du pouvoir impérial d’Occident. Avec sa préfecture, il a été responsable territorial de très haut rang, tandis que ses fonctions auliques lui ont permis non seulement de fréquenter la cour impériale, à Ravenne ou plutôt Milan, mais l’ont aussi nécessairement amené à être en contact très étroit avec le ou les maîtres de l’Empire d’Occident, l’empereur en titre et/ou quelque autre maître des armées15. Ajoutons également que la fonction de questeur du palais montre que Lachanius avait certainement bénéficié de la parfaite éducation classique de haut niveau qui en était le prérequis : quelques années avant lui, l’un de ses plus illustres prédécesseurs n’avait-il pas été Ausone lui-même16 ?

  • 17  Détail des références : Chastagnol, 1962, p. 271-273 ; PLRE, II, Rutilius, p. 770-771.
  • 18 Rutil., 1.563. La datation serait cohérente avec le Namatius magister officio[rum] mentionné dans (...)
  • 19  Delmaire, 1995, p. 75-95.

10Fils de Lachanius, Rutilius est, quant à lui, né en Gaule dans la deuxième moitié du IVe siècle, probablement dans les années 370/380, si on se base sur ce que l’on sait de son cursus17. Comme son père, il bénéficia lui aussi très certainement d’une formation classique aux arts libéraux, complète et soignée : les distiques élégiaques de son poème même en témoignent. C’était là un impératif sociologique pour le rejeton d’une famille sénatoriale appartenant au rang des illustres, mais en même temps aussi la condition déterminante pour faire une belle carrière civile : on peut être assuré que Lachanius, qui savait à quoi s’en tenir, y veilla. Il n’est malheureusement pas possible de déterminer les étapes de la carrière de Rutilius Namatianus. Il nous apprend toutefois de manière incidente au détour d’un vers qu’il fut magister officiorum, maître des offices, sans doute autour de 41218. Comme son père avant lui, il a donc accompli le voyage italien et résidé une période sans doute conséquente dans la péninsule. Comme son père avant lui, il occupa également une très importante fonction aulique : le maître des offices gérait en effet – entre autres choses – l’ensemble du fonctionnement des services palatins, le consistoire ainsi que l’interface entre le palais et les administrations provinciales, avec en particulier sous sa coupe les fameux agentes in rebus. La fonction n’était d’ailleurs pas seulement civile puisque le maître des offices commandait également les scholes palatines19.

  • 20  Chastagnol, 1962, p. 272.
  • 21 Chastagnol, 1960, p. 182. Cette circonscription englobe Rome et Ostie où les préfets avaient tous (...)
  • 22  Chastagnol, 1992, p. 312-316. À l’époque où nous nous situons, ce que nous appelons le groupe séna (...)
  • 23 Chastagnol, 1960, p. 391 et suiv.
  • 24  Chastagnol, 1960, p. 68-72.

11Comme son père, encore une fois, Rutilius obtint en outre une préfecture. Nous sommes cependant cette fois plus chanceux puisqu’il précise à son lecteur qu’il s’est agi d’une préfecture de la ville de Rome et que nous pouvons la dater assez précisément à l’été 41420. Or, cette fonction était alors particulièrement remarquable. Plusieurs réformes introduites par Constantin et Constance II aboutirent, en effet, à partir du milieu du IVe siècle à une concentration inédite et considérable de pouvoirs et de compétences entre les mains des préfets de la Ville, si bien qu’André Chastagnol évoquait pour eux un statut de quasi vice-empereur dans la circonscription romaine21. D’autre part, on ne fréquentait peut-être plus les empereurs dans la Ville à cette époque, sauf en de très rares et très brèves occasions, mais elle conservait en dépit de cela son lustre et restait le lieu où siégeait le Sénat. Ce n’est pas tant que l’antique institution eut encore beaucoup de prises sur la marche de l’État : à cette époque, le pouvoir est alors clairement et depuis longtemps du côté de l’empereur et des grands généraux qui résidaient ailleurs. Néanmoins, le groupe sénatorial restait le cœur de la domination sociale romaine, le lieu au moins symbolique où se retrouvaient toujours toutes les plus grandes familles d’Occident, même si, dans les faits, les familles concrètement présentes étaient surtout de plus en plus italiennes22. Quiconque souhaitait consolider et pérenniser son ascension sociale n’avait toujours qu’un moyen d’y arriver : intégrer personnellement le Sénat ou arriver à marier ses enfants aux membres d’une famille déjà dans la place. Or dans l’écosystème social de cette noblesse sénatoriale romaine, la préfecture de la Ville était depuis le Haut Empire le sommet de la carrière sénatoriale23. Sans compter qu’à partir du début du IVe siècle, le préfet devint également le président du Sénat, ce qui renforçait encore sa position au sein du groupe24.

  • 25  Chastagnol, 1962.

12Que Rutilius Namatianus soit arrivé à décrocher cette aristocratique et considérable timbale n’informe pas vraiment sur ses compétences d’administrateur, d’autant qu’il n’est resté en fonction que quelques mois. En revanche, cela manifeste de manière éclatante le niveau très avancé de son intégration aux plus hautes sphères de l’élite sociale de l’Occident romain : pour s’en convaincre, il suffit de consulter la liste prestigieuse de ses prédécesseurs comme de ses successeurs à la tête de la Ville25. Cette proximité avec les grandes familles de la noblesse sénatoriale italienne se confirme d’ailleurs quand Rutilius évoque les noms des amis qu’il abandonne derrière lui lorsqu’il décide de quitter Rome pour la Gaule.

  • 26  App., Lib., 132.628-630.
  • 27  Sur toute cette séquence infernale, voir Heather, 2007, p. 191-232. Honorius est né en septembre 3 (...)

13Relevons enfin que le temps du floruit de Rutilius Namatianus fut assurément moins serein que celui de son père. Le début du Ve siècle fut, en effet, marqué par une séquence très douloureuse d’événements qui marquèrent pour l’Empire d’Occident le début de la fin, pourrait-on dire. En novembre 401, la première alerte vint de l’Illyricum oriental d’où les Goths d’Alaric surgirent brusquement en Italie, et il fallut les batailles de Pollentia et de Vérone en 402 pour que Stilicon les repousse. En 405-406, ce furent cette fois les bandes fédérées par Radagaise qui tentèrent de déferler de la frontière du nord vers le sud de la péninsule, avant d’être détruites par Stilicon en Toscane. En 407, c’est la frontière du Rhin qui craquait sous la pression barbare, mais là, plus de miracle : l’armée romaine y était trop faible et Vandales, Alains et autres Suèves en profitèrent pour se répandre dans toute la Gaule en direction de la péninsule Ibérique, qui fut atteinte en 409. Parallèlement, en 408, les Goths d’Alaric, plus puissants que jamais, revinrent en Italie, obligèrent Honorius à se calfeutrer dans Ravenne et prirent Rome le 24 août 410. La Ville subit alors son premier sac depuis 800 ans et les Goths réalisèrent ainsi l’antique vision qui hantait Scipion Emilien devant Carthage en flammes, avant de quitter la péninsule en 412 pour déferler dans le sud de la Gaule, en particulier en Aquitaine26. Et comme si cela ne suffisait pas, l’agression extérieure favorisa l’instabilité à l’intérieur : ces mêmes années virent surgir dans les provinces occidentales plusieurs généraux qui défièrent l’autorité de l’empereur-enfant réfugié à Ravenne, tandis que lui-même, pris dans les luttes de factions en Italie, sacrifia en 408 Stilicon, son meilleur général27.

  • 28  On peut comparer avec la chute de Paulin de Pella, qui raconte vers 460 dans son Poème d’action de (...)

14Étant originaire de Gaule, Rutilius Namatianus a, bien entendu, été directement concerné par l’invasion de ce territoire en 407. La catastrophe n’a certes pas été uniforme, certaines régions, certains axes de passage ayant sûrement été plus touchés que d’autres, mais quelqu’un d’un rang aussi considérable avait certainement des intérêts suffisamment nombreux et géographiquement dispersés pour que sa situation en soit affectée ; le contraire serait difficilement imaginable28. Il n’en a toutefois peut-être pas été un témoin direct. En effet, s’il était maître des offices à Ravenne en 412, il est fort probable qu’il ait été en Italie depuis un moment déjà, peut-être plusieurs années. Si cela a été le cas, il n’en a cependant guère tiré de réconfort : ayant échappé au spectacle de la dévastation en Gaule, il aura pu être aux premières loges du désastre italien…

  • 29  Rutil., Fragment B.
  • 30  Rutil., 1.137-138 ; cf. Heather, 2007, p. 236-250.

15Certes, au moment où il compose son De reditu suo, après son voyage de la fin 417, la situation est un peu meilleure pour l’Empire. Les Goths ont quitté l’Italie et le général Flavius Constantius, le nouvel homme fort de l’Occident, a réussi à stabiliser la situation en restaurant un semblant d’ordre en Gaule ; il a éliminé les usurpateurs et momentanément dompté les Goths. Un fragment du poème semble d’ailleurs y faire allusion. Il n’en reste pas moins que Rutilius a vécu un ébranlement irréparable et que les barbares, même en apparence soumis, sont toujours là, et plus seulement dans les régions frontalières mais loin en profondeur, au cœur de l’espace impérial29. Une question à laquelle il est malheureusement impossible de répondre serait alors de savoir quelle conscience précise il avait de tous ces événements : en 417/418 pensait-il vivre un miracle ou le crépuscule des dieux30 ?

Les identités de Rutilius Namatianus

16Le décor est ainsi planté, et nous sommes maintenant mieux armés pour revenir vers la question des identités de Rutilius Namatianus.

  • 31  Heinich, 2018, p. 106.

17À vrai dire, l’expression ici employée relève un peu de l’abus de langage puisqu’un individu ne peut pas avoir plusieurs identités. C’est évidemment impossible, sauf peut-être dans certains cas très particuliers, qui sont rarement de bon augure pour la personne concernée car ils relèvent alors plutôt de la psychiatrie. Ce qu’il faut plutôt entendre à travers cette formulation est qu’on n’a jamais une identité taillée d’un bloc : « l’identité n’est pas unidimensionnelle mais multidimensionnelle », écrit la sociologue Nathalie Heinich, avant de préciser que son étude relève d’une sociologie pluraliste31. Il faudrait ainsi plutôt parler d’un mille-feuille : nécessairement unique, l’identité est de fait constituée de l’addition de plusieurs traits qui s’empilent les uns sur les autres. Toute la question pour l’enquêteur est alors d’arriver à déterminer comment ces traits identitaires sont articulés et hiérarchisés les uns par rapport aux autres. Tout le monde le sait, en particulier les amis du sucre : dans le mille-feuille, certaines couches comptent plus que d’autres…

  • 32  Il faudrait évidemment pondérer tout cela avec d’autres facteurs plus matériels, mais ce serait un (...)

18Prenons un exemple simple et concret. Plusieurs individus peuvent aujourd’hui présenter les mêmes caractères géographiques, par exemple être Alsacien, Français et Européen, mais les agencer chacun de manière très différente. Dans cette configuration, avec les mêmes traits, plusieurs identités territoriales sont donc possibles : l’un se sentira Alsacien, les deux autres traits étant secondaires voire anecdotiques, l’autre Français, un troisième Européen, etc. Les choses se compliquent cependant quand on se dit que les individus eux-mêmes ne sont pas toujours pleinement conscients de cette hiérarchie personnelle, qui mériterait peut-être plutôt le qualificatif d’intime. Elle reste en quelque sorte latente et ne se révèle souvent qu’en période de crise, de tensions très fortes qui contraignent un individu à faire des choix et à expliciter –parfois douloureusement – les non-dits. Quand, après la défaite française de 1940, l’Alsace-Moselle (re)devint allemande, les habitants durent explicitement choisir entre rester Français, et quitter la région, ou rester dans la région, et devenir citoyen du IIIe Reich. Très majoritaires furent ceux qui optèrent pour la deuxième solution, mais sans amour particulier de l’Allemagne nazie : cela ne nous montre pas qu’ils ont préféré être Allemands plutôt que Français, cela dénote surtout qu’ils étaient des Alsaciens avant d’être des Français ou des Allemands32.

  • 33  Hdt, 1.165.

19Plus de deux millénaires avant, n’est-ce pas quelque chose de similaire qui était arrivé aux Phocéens confrontés à l’expansion perse33 ? Hérodote narre comment, refusant la soumission au Grand Roi, ces derniers préférèrent évacuer leur territoire pour tenter leur chance au loin. Une moitié aurait cependant ensuite eu le mal du pays et serait revenue sur sa terre natale. La crise ouverte par la confrontation violente avec la Perse permit donc de faire apparaître ouvertement qu’au sein de la population phocéenne, une moitié privilégiait le principe de liberté, tandis que l’autre avait une préférence pour l’ancrage territorial.

  • 34  Eus., Hist. Eccl., 5.1.20.

20A contrario, Eusèbe de Césarée rapporte que l’un des martyrs chrétiens de Lyon en 177, le diacre de Vienne Sanctus, malgré l’usage de la torture à son égard, déclina avec constance de se définir autrement que par son christianisme, se condamnant ainsi d’office et en connaissance de cause au trépas. Eusèbe insiste même sur le fait que Sanctus refusa de donner toute autre information sur lui, comme son statut, sa cité (polis) ou sa nation (genos) : on voit bien que, dans ce cas précis, les ancrages et origines géographiques n’avaient guère de dimension identitaire34.

21Pour en revenir à nos interrogations initiales, sur la place de la dimension territoriale dans la construction identitaire de Rutilius Namatianus, deux aspects doivent cependant être distingués. Il y a d’abord l’articulation de l’identité territoriale par rapport aux autres traits identitaires. Dans un second temps, comment se construisait l’identité territoriale même de Rutilius, entre les différentes échelles qui la composaient : se sentait-il plutôt Romain, Gaulois, Gallo-romain, ou membre de sa cité ou de sa ville d’origine ?

Rutilius le Romain

  • 35  Rutil., 1.1-18 :

« C’est mon prompt retour qui t’étonnera plutôt, lecteur, et que je puisse me passer si tôt des attraits romains. Est-il un séjour trop long pour ceux qui vénèrent Rome leur vie entière ? Non, rien n’est long de ce qui ne cesse jamais de plaire. Oh ! combien, oh ! que de fois pourrais-je estimer heureux ceux qui ont eu la chance de naître sur ce sol béni, ces généreux descendants des nobles romains, qui ajoutent à la gloire de leur naissance l’honneur de vivre à Rome ! Heureux aussi les hommes qui, par une faveur du sort voisine de la première, ont obtenu une maison au cœur du Latium ! La vénérable Curie s’ouvre au mérite du dehors ; elle ne considère pas comme étranger ceux qui sont dignes de lui appartenir. Ils jouissent de l’autorité de cet ordre, de l’autorité de leurs collègues ; ils ont une part à l’influence du génie qu’ils vénèrent. Tel, croyons-nous, le Conseil du Dieu suprême se réunit-il dans les voûtes célestes de l’univers35 ».

22D’un point de vue identitaire, pourrait-on dire, les 18 premiers vers du De reditu suo sont remarquablement riches. Rutilius Namatianus y a, en effet, condensé pour son lecteur l’essentiel de ce qu’il y avait à savoir sur son identité, avant de développer dans la suite du poème cette forme d’introduction. On y trouve mêlées Rome, son appartenance sociale, la religion. Pour compléter cette sorte de profession de foi ne manque que la Gaule, qui vient juste après, aux vers 19-34, mais restons-en pour l’instant aux idées portées par ces 18 vers.

  • 36  Rutil., 1.44-164 et 189-204. Cela représente 19 % de la partie conservée du De reditu suo : évidem (...)
  • 37  Ammien Marcellin utilise la belle formule imperii uirtutumque omnium lar (Amm. Mar., 16.10.13).
  • 38  Rutil., 1.43 ; 47 ; 93.

23La première constatation qui frappe le lecteur est l’expression de l’amour que Rutilius Namatianus manifeste pour Rome : outre l’introduction, et des allusions de-ci de-là, il y consacre d’une traite pas moins de 129 vers, puis une quinzaine supplémentaire un peu plus loin36. Certes, Rome n’était plus à cette époque le siège du pouvoir : au fil des siècles, la cité-État centrée sur son principal pôle urbain était devenue un État territorial immense centré sur la personne de l’empereur – où qu’il se trouvât. Néanmoins, la ville même était de fait toujours demeurée le cœur de la romanité dans le monde latin37. Rome est ainsi devenue le symbole métonymique de l’Empire romain, et on le remarque bien dans le poème, où alternent des allusions très concrètes, comme les portes de la ville, certains monuments, et une image figurée où Rome est cette fois la reine qui gouverne le monde38.

  • 39  J’emploie les appellations modernes courantes de ces monuments : leur dénomination pouvait être di (...)

24D’un point de vue culturel et mémoriel, il s’agissait finalement aussi du seul lieu dans tout l’Empire où un individu avait la possibilité ou l’impression de voir et de toucher de manière tangible tous les siècles de l’histoire romaine. À l’époque où Rutilius était préfet, en 414, en se promenant simplement sur quelques mètres dans l’espace réduit du vieux Forum républicain, un voyageur pouvait parcourir la Via sacra, côtoyer l’emplacement de l’archaïque Volcanal (en tout cas dans sa forme d’époque impériale), les restes de la basilique Aemilia désormais en ruine et probablement victime d’un incendie lors du sac de 410, la Curie de César (rénovée par Dioclétien, mais elle aussi endommagée en 410), le temple d’Antonin et de Faustine ou la basilique de Maxence et Constantin39. Sortait-il un peu de cet hyper-centre, notre voyageur rencontrait les constructions du nouveau Zeitgeist, comme les basiliques Saint-Pierre, Saint-Paul-hors-les-Murs ou celle de Saint-Jean-de-Latran. Et à ces monuments remarquables, il conviendrait encore d’ajouter la multitude infinie des statues et inscriptions diverses qui pullulaient alors et saturaient l’espace public de la Ville ou les nécropoles situées le long des routes reliant Rome au reste du monde : elles évoquaient auprès des promeneurs tous les grands et moins grands hommes de Rome depuis l’époque républicaine.

  • 40  Rutil., 1.93-112. Rutilius semble avoir été particulièrement frappé par les arcs triomphaux, les a (...)
  • 41  Voir par exemple Lib., Ep., 96 (1063 Foerster) : Libanius écrit en 392 d’Antioche à son compatriot (...)

25Cette accumulation de monuments historiques – avec la multitude de ceux qui n’ont pas été cités ici – devait produire un effet saisissant dès l’Antiquité, en particulier pour le provincial qui « montait » pour la première fois à Rome et qui avait fait assez d’études pour connaître l’histoire de la ville et les identifier40 : il devait avoir le sentiment unique et sans doute grisant de pouvoir entrer charnellement en contact avec mille ans d’histoire et de grandeur continues. Un syndrome de Stendhal avant l’heure, en quelque sorte. Aucune autre ville de l’espace impérial ne pouvait rivaliser avec cela41. L’appareil monumental d’Athènes ou d’Alexandrie prouvait que ces cités avaient eu leur heure de gloire, mais il montrait aussi que la phase de grandeur historique ne s’était (de loin) pas prolongée sur une période aussi étendue.

  • 42  Une bonne partie des monuments de la Rome antique actuellement visibles sont par exemple d’importa (...)
  • 43  Voir, racontée par Ammien Marcellin, l’émotion de Constance II lors de sa visite officielle à Rome (...)

26Certes, les monuments les plus anciens de Rome avaient déjà été endommagés et reconstruits à plusieurs reprises au fil des siècles, mais leur capacité à générer de l’émotion mémorielle ou historique ne devait pas en être de beaucoup altérée. Qui donc aujourd’hui songe au fait que la grande majorité des monuments historiques actuels se présentent à nos yeux non pas dans leur état primitif, ou même vraiment ancien, mais le plus souvent après de multiples restaurations, en particulier aux XIXe et XXe siècle42 ? Gageons donc que c’est ce type d’émotion qu’eut Rutilius quand il vint pour la première fois à Rome, une ville qui devenait ainsi l’allégorie de toute la civilisation romaine et de son histoire43.

  • 44  Rutil.1.15.
  • 45  Sur le concept de patria ici, cf. Paschoud, 1967, p. 165-167.

27Le plus intéressant cependant, tient au fait que cette fidélité à Rome se double, chez Rutilius Namatianus, d’une conscience aiguë de l’existence d’une altérité au sein de la communauté romaine. C’est évident dès les premiers vers : il y a les Romains qui sont de Rome ou des environs (ici le Latium) et les autres Romains, ces externi comme il le dit lui-même, qui, à son image, ne sont pas pour autant des étrangers44. C’est justement pour lui l’occasion de louer quelques vers plus loin le modèle d’intégration d’une cité romaine qui a su unir tous les peuples (gentes) dans une patria commune45 :

  • 46  Rutil., 1.63-66 :

« Tu as formé pour des nations différentes une même patrie ; aux peuples sans loi tu as rendu service en régnant sur eux après les avoir conquis. Et, en offrant aux vaincus le partage de tes propres lois, tu as fait une cité de ce qui était jadis l’univers46 ».

  • 47  Tac., Ann., 11.23-24 ; ILS, 212 ; synthèse des problèmes institutionnels : Chastagnol, 1992, p. 79 (...)
  • 48  Tac., Ann., 11.24.5.
  • 49  Pour appuyer son argumentation, Claude réinterprète d’ailleurs quelque peu l’histoire des rapports (...)
  • 50  Cuche, 20165, p. 97-115.
  • 51  Le cas des populations provinciales, en réalité issues de la colonisation italienne, était bien en (...)

28On perçoit bien ici l’aboutissement d’un très long processus historique consubstantiel au développement même de la cité romaine et qui a bien été mis en évidence par le plus célèbre discours de Claude, presque quatre siècles avant Rutilius Namatianus. L’empereur y justifiait devant le Sénat son souhait d’accorder l’égalité intégrale des droits à des sénateurs originaires de Gaule chevelue. Traditionnellement, on analyse la mesure de Claude dans un cadre essentiellement institutionnel et culturel, pour parler de l’intégration des provinces via l’intégration de leurs élites47. Pourtant, il y a un autre aspect important contenu dans le discours qui est de nature plus identitaire et nous intéresse donc ici plus directement : Claude y énonce effectivement de manière très explicite que sont totalement Romains à ses yeux tous ceux qui adhèrent aux valeurs romaines et – c’est là le plus important – indépendamment des actes commis par leurs ancêtres à l’encontre de Rome48. Or, dans le cas gaulois, le passif était quand même de ce point de vue très lourd49... Culturellement l’évolution était donc essentielle – et on se souviendra que l’identité est souvent aussi une affaire très culturelle50. Après Claude, pour être considéré comme un bon Romain à part entière, et même intégrer le groupe sénatorial qui sert de phare à l’ensemble de la société impériale, un individu originaire des provinces, et surtout des populations conquises, n’a plus nécessairement besoin de chercher à faire oublier ses ancêtres barbares et ennemis jurés des Romains51.

  • 52  Arcana imperii : Tac., Ann., 2.36 et Tac., Hist., 1.4. Sauf que l’imperium dont il est ici questio (...)
  • 53  Cette publicité valut d’ailleurs à Claude l’hostilité de certains milieux conservateurs : le disco (...)

29Le modèle était déjà à l’œuvre depuis longtemps et formait une autre de ces arcana imperii chères à Tacite52. Néanmoins, la nouveauté était désormais que ceci était ouvertement assumé par un empereur et permettait alors aux citoyens d’origine provinciale de revendiquer tranquillement leurs origines53 : romanisation n’était donc plus synonyme de suppression ou d’occultation totale de l’identité d’origine, ici gauloise. Du point de vue de la construction des identités romaines d’époque impériale, l’avancée était très significative.

30Le développement de ce processus ne fut cependant sans doute ni aisé ni linéaire. Le discours de Claude date de 48, mais un épisode de la guerre civile ouverte par la mort de Néron montre qu’en 69 la fusion culturelle n’en était vraiment qu’à ses balbutiements. Tacite rapporte ainsi un épisode qui met bien en lumière les tensions qui existaient au sein même de la communauté romaine en raison des origines des uns et des autres. Les troupes de Vitellius, descendant de Germanie vers le sud de la Gaule en direction de l’Italie, se virent, à cette occasion, courtisées par les Lyonnais pour attaquer les Viennois. Lyon et Vienne étaient pourtant deux colonies voisines de citoyens romains, étaient toutes les deux des colonies extra-italiques et donc provinciales. Un passif plus que séculaire, encore récemment ravivé par le choix de camps antagonistes dans le cadre de la guerre civile ouverte en 68, n’en alimentait pas moins une forte animosité entre les deux communautés. Mais ce qui est le plus intéressant ici se trouve dans l’argumentaire rapporté au style indirect par Tacite et déployé par les Lyonnais pour tenter de convaincre les légionnaires. Après avoir fait une liste des dernières vilénies viennoises à leur égard, les Lyonnais insistent en effet sur leur proximité identitaire avec les légionnaires, par opposition aux Viennois :

  • 54 Tac., Hist, 1.65 : cuncta illic externa et hostilia ; se, coloniam Romanam et partem exercitus et (...)

« là-bas, tout était étranger (externum) et ennemi, mais eux, ils étaient une colonie romaine, une partie de l’armée, les alliés des bons et des mauvais jours54 ».

31Rappelons que tous les acteurs de cet épisode étaient des Romains, mais visiblement certains se sentaient plus Romains que les autres et jouaient ou essayaient de jouer là-dessus. En clair, les Romains de la colonie de Lyon, réelle fondation ex nihilo, se présentaient aux légionnaires, citoyens essentiellement recrutés en Italie, comme appartenant à une même communauté, par opposition aux Romains de Vienne, dont la colonie était cette fois issue de la promotion de la cité gauloise des Allobroges.

32Le mot qui nous interpelle ici le plus est bien entendu le qualificatif externus, employé en 69 par les Lyonnais pour disqualifier en quelque sorte l’identité romaine des Viennois. Or, 350 ans plus tard, c’est le même terme que reprend sans complexe Rutilius Namatianus pour se désigner lui-même au sein de la romanité. Le rapprochement de ces deux exemples montre symboliquement tout le chemin accompli en quatre siècles dans le développement de l’identité romaine des populations originaires de Gaule.

Rutilius le païen

33Toutefois, cerner l’identité romaine de Rutilius Namatianus aboutirait à un résultat incomplet si on n’évoquait pas en même temps son identité religieuse : les deux sont, en effet, très intriquées dans le De reditu suo et se combinent de manière indissociable pour engendrer une identité romaine bien spécifique.

  • 55  Deux contemporains de Rutilius Namatianus : Oros., Hist., 1, prol., 9 : Pagani siue gentiles (avec (...)
  • 56  Étienne Wolff et Joëlle Soler rappellent qu’Ernst Doblhofer, dans sa grande édition commentée en l (...)
  • 57  Rutil., 1.372-376 ; cf. Ratti, 2005, p. 77-80.
  • 58  Dea : Rutil., 1.79-80 ; genius : Rutil., 1.16, cf. n. 9, p. 49 ; voir Roberts, 2001.
  • 59  Rutil., 2.52 ; 1.439-446 ; 517-528. La mention de la destruction des livres Sybillins pourrait cep (...)
  • 60  Il est néanmoins certain que la naissance et le développement durant le IVe siècle des nouveaux mo (...)
  • 61  Ratti, 2005, p. 80-81 et Guillaumin, 2006 font le bilan des interprétations et allusions contenues (...)
  • 62  La fermeté du propos de Rutilius semble plaider contre l’opinion à mon avis trop irénique d’Etienn (...)

34Il est entendu que Rutilius Namatianus était un défenseur des pratiques religieuses traditionnelles, un « païen » comme commençaient à dire les chrétiens55. Contre l’évidence du texte, certains auteurs modernes en doutent parfois encore, mais au prix d’argumentations tout de même assez exotiques56. Plusieurs passages de son poème soulignent ainsi son attachement aux cultes avec, en particulier, la fête en l’honneur d’Osiris, à laquelle il aurait assisté lors de l’étape de Falérie57. La Rome qu’il met en scène est également une dea et un genius et on voit bien qu’il ne s’agit pas là de simples créations littéraires58 : Rutilius expose ici une de ces personnifications divines autorisées par la conception ancienne de la religion. De manière plus significative, enfin, il dénonce la destruction des livres Sibyllins et, en plusieurs endroits, il se permet des attaques frontales assez virulentes envers les moines et le choix du retrait de la vie séculière59 : il s’agissait pourtant là désormais des nouvelles formes de l’exemplarité chrétienne60. En outre, critiquant par ailleurs le judaïsme, il ose en faire une radix stultitiae, dans laquelle la stultitia semble clairement être le christianisme lui-même61. Bref, le paganisme exprimé par Rutilius dans son poème n’était pas en demi-teinte et ne craignait pas de froisser, voire de heurter son éventuel ou hypothétique lecteur chrétien62.

  • 63  Avant 410, l’intensité de la crise permit déjà brièvement aux païens d’entrevoir une amélioration (...)
  • 64  Aug., Civ., 1.1.

35Cela impose de se remémorer dans quel contexte Rutilius écrivait ces mots. Un peu plus d’un siècle plus tôt, ils auraient encore été largement en phase avec leur temps, une époque durant laquelle certains empereurs luttaient contre un christianisme qu’ils voyaient comme une véritable corruption du citoyen impérial. Mais, en 417-418, mentalités et rapports de force avaient depuis complètement basculé. Avec l’édit de Galère en 311 et surtout après l’alliance avec Constantin à partir de 312, le vent a tourné de plus en plus nettement en faveur des chrétiens et la situation s’est parallèlement dégradée de manière continue pour les défenseurs des anciennes traditions religieuses. En ce début de Ve siècle, Rutilius Namatianus était un païen militant qui s’inscrivait dans la continuité d’une polémique plus que séculaire entre intellectuels chrétiens et traditionalistes, et qui s’était sans doute ravivée dans la deuxième moitié du IVe siècle. À dire vrai, il s’inscrivait surtout dans la fin de cet affrontement, dans le combat d’arrière-garde d’un paganisme qui avait déjà été vaincu, mais qui ne le savait peut-être pas encore. Cet ultime combat était largement alimenté par les difficultés de la première décennie du Ve siècle, et surtout par le sac de Rome en 41063. L’énormité symbolique de la catastrophe avait, en effet, ébranlé les consciences de l’époque et permis temporairement aux païens de tenter de revenir sur le devant de la scène, en arguant que l’origine du désastre était une christianisation de plus en plus avancée de Rome et de l’Empire, qui rompait la paix des dieux et engendrait leur courroux64.

  • 65  La bibliographie concernant saint Augustin est évidemment très considérable. Sur la question spéci (...)
  • 66  Aug., Civ., 1.1 ; 10.32 ; Aug., Retract., 2.48.1.

36Dans la foulée de 410, les intellectuels chrétiens eurent alors à œuvrer sur deux fronts. Il leur fallait d’abord réagir à la polémique païenne et montrer que l’abandon des cultes n’avait rien à voir avec l’invasion gothique et les malheurs du temps. Ce travail essentiellement défensif n’était toutefois pas suffisant : ébranlés par la chute de Rome, le joyau d’un Empire pourtant de plus en plus chrétien, les fidèles de la nouvelle religion se devaient aussi de trouver un sens chrétien aux événements auxquels ils venaient d’assister. C’est dans ce cadre qu’il faut replacer l’intervention du plus influent des penseurs chrétiens du temps, saint Augustin65. Tout le monde sait que c’est suite au sac de Rome et aux attaques païennes qu’Augustin décida d’écrire sa Cité de Dieu. Il débuta l’entreprise en 413 et les premiers livres furent diffusés dès l’année suivante. En 417, c’était tout le premier ensemble comprenant les livres I à X qui était en circulation, en entier consacré à une attaque en règle de l’idée païenne que l’entretien scrupuleux des cultes anciens rimait avec bonheur et harmonie terrestre, et qu’à l’inverse leur abandon était cause de la décadence de l’Empire et des difficultés bien réelles du temps présent66.

  • 67 Par exemple Aug., Civ., 2.18-27 dénonce longuement la faillite morale de l’ensemble des deux derni (...)
  • 68  Cic., Har., 19 : …cum deos esse intellexerit, non intellegat eorum numine hoc tantum imperium esse (...)

37Or, si on s’intéresse aux questions identitaires, et dans le cadre de cet affrontement entre christianisme et paganisme, ce qui frappe le plus à travers ces premiers livres de La cité de Dieu, est l’œuvre de réévaluation du rapport du chrétien à Rome, puisque les livres I à V de l’ouvrage proposent à son lecteur un regard critique sur l’histoire républicaine et la civilisation romaines. Ces dernières y restent certes remarquables, mais également entachées d’un certain nombre de macules morales et politiques qu’Augustin s’évertue à mettre en évidence67. On ne développera ici qu’un exemple particulier : la question de l’expansion et des conquêtes. Depuis l’époque républicaine, la somme impressionnante des victoires et des conquêtes romaines a été expliquée par des discours sur la plus grande piété des Romains envers leurs dieux : Cicéron écrivait déjà cela et valorisait ainsi de manière décisive les Romains par rapport aux autres peuples68. Augustin, lui, renverse adroitement l’argument en s’adressant à ses adversaires :

  • 69  Aug., Civ., 4.14-15 : An forte displicet bonis iniquissima inprobitate pugnare et finitimos quieto (...)

« Peut-être, il est vrai, répugne-t-il aux gens de bien de faire des guerres par trop injustes, et pour étendre leur royaume, de provoquer brusquement au combat des voisins tranquilles qui n’ont commis aucune injustice ? Si tel est leur vrai sentiment, je les approuve et je les applaudis.
À eux donc de voir s’il convient à des gens de bien de se réjouir de l’étendue de l’empire. Car c’est l’injustice des ennemis contre lesquels on a mené des guerres justes qui a aidé l’empire à s’accroître69 ».

  • 70  Voir aussi Aug., Civ., 4.3.
  • 71  Sur l’idée de Rome éternelle à l’époque tardive, voir Paschoud, 1967 et Inglebert, 1996.

38Dans l’explication traditionnelle – et païenne –, la raison fondamentale de l’expansion et de la conquête était une qualité religieuse particulière des anciens Romains. Chez Augustin, l’élément dynamique du processus réside désormais dans la faiblesse morale des peuples conquis. Avec une grande dextérité, Augustin amène donc à l’idée que les vrais acteurs de l’expansion romaine furent les adversaires de Rome eux-mêmes : il décentre en quelque sorte le moteur d’un processus où les Romains n’ont plus qu’un rôle finalement second70. Dans une configuration de ce genre, il n’y a donc plus vraiment lieu de croire à un modèle romain qui aurait permis la success story impériale ; or, si on n’y croit plus, on ne peut plus en déplorer la perte… Grâce à son argumentation, Augustin permet ainsi mécaniquement au chrétien de relativiser le sens de la défaite de 410, qui devient un simple événement – certes regrettable – dont le sens n’est plus lié à une prétendue Destinée de Rome. En un mot, il lui permet alors de prendre ses distances avec l’idéologie dominante jusque-là, qui était celle du destin éternel de Rome71.

  • 72  On pourrait ajouter aussi le thème de la résilience romaine : Rutil., 1.121-132

39Et c’est à ce stade que nous en revenons à Rutilius Namatianus, qui louait dans son poème le modèle d’intégration romain72. En effet, dans le cadre de sa critique de l’histoire de Rome, Augustin a également dénoncé une partie du processus qui a fait des peuples soumis des éléments du corps civique romain :

  • 73 Aug., Civ., 5.17 : Aut uero aliquid nocuerunt Romani gentibus, quibus subiugatis inposuerunt leges (...)

« Si les Romains ont nui de quelque façon aux nations à qui ils ont imposé leurs lois après les avoir subjuguées, n’est-ce pas uniquement parce qu’ils l’ont fait au prix d’atroces carnages ? S’ils l’avaient fait d’accord avec ces nations, c’eût été une plus belle réussite ; mais il n’y aurait pas eu de gloire pour les triomphateurs. Les Romains, de fait, vivaient eux aussi sous leurs propres lois, qu’ils imposaient aux autres. Or si l’on s’était accordé sans avoir recours à Mars et à Bellone, sans donner par suite une place à la Victoire et sans qu’il y eût de vainqueur faute de combat, la condition des Romains et celle des autres nations n’aurait-elle pas été exactement la même ? Surtout si l’on avait fait tout de suite ce qu’on fit très gratuitement et très humainement plus tard : associer à la Cité tous les ressortissants de l’Empire et les déclarer citoyens romains ; ainsi le privilège d’un petit nombre était étendu à tous […]73 ».

  • 74  Voir aussi Aug., Civ., 4.3.

40De fait, ici, point d’idéalisation de l’intégration et de l’altruisme de Rome : s’il y a bien eu intégration totale et pacifique des populations conquises (par l’Édit de Caracalla, en 212), Augustin insiste sur le fait que le prix en fut systématiquement une première étape de conquête violente animée par un désir évidemment peu chrétien de gloire et de puissance74. En clair, contrairement à ce qu’on trouve chez Rutilius Namatianus, chez Augustin, l’intégration à la mode romaine n’est plus un vrai modèle, mais simplement un processus historique qui s’est avéré heureux avec le temps. Significative nuance.

  • 75  Sur un éventuel et probable débat entre le Sur son retour et le début de La cité de Dieu, voir en (...)

41Augustin a publié les cinq premiers livres de La Cité de Dieu en 415, les cinq suivants entre 415 et 417, l’année où Rutilius Namatianus écrit le De reditu suo, ou au moins commence à l’écrire. Il est difficile de déterminer si Rutilius a réellement lu les premiers livres de La Cité de Dieu, mais qu’il l’ait fait ou pas n’est finalement pas très important : dans tous les cas, les idées défendues par Augustin ou d’autres très similaires ont très vite animé le débat public et il est impossible qu’un personnage d’un rang comme le sien n’en ait pas eu connaissance et n’y ait pas participé75. À cette aune, on constate donc que l’attachement absolu de Rutilius Namatianus à une Rome qui est celle des dieux anciens ne peut que trancher avec le relativisme chrétien d’Augustin.

  • 76  L’étape d’après a consisté, pour quelques auteurs chrétiens, à franchement dénoncer le fonctionnem (...)

42Bref, on peut considérer que deux identités romaines sont en train de se distinguer dans la foulée des événements de 410, et dans le cadre de la polémique païens/chrétiens. Il y a d’un côté une nouvelle identité romaine chrétienne qui désenchante Rome et son histoire76 ; il y a de l’autre une identité romaine païenne presque vestigiale qui reste fidèle à l’idée ancienne d’un Sonderweg romain : c’est à elle que se rattachait Rutilius Namatianus.

Rutilius l’aristocrate

43Enfin, dernier élément identitaire notable dans les 18 premiers vers du De reditu suo, par un mouvement très rapide, qui le fait passer d’une évocation de l’Urbs (v. 7) à celle du Latium (v. 12) puis à celle de la Curie (v. 13), Rutilius nous indique aussi que, pour lui, être un Romain signifie en même temps appartenir au corps des sénateurs. Or, dans son cas, cela renvoie à une réalité identitaire assez complexe à appréhender.

  • 77  Chastagnol, 1992, p. 164-168.

44L’élite sénatoriale a, en effet, considérablement évolué au IVe siècle, sous l’action des réformes de Dioclétien puis de Constantin. Jusqu’au début du IIIe siècle, le groupe des clarissimes tendait vers une relative homogénéité, dans la mesure où les sénateurs avaient une obligation de résidence et de possession foncière à Rome et en Italie77. Cette obligation ne s’appliquait pas aussi directement à leurs familles, qui constituaient plus largement le groupe des clarissimes, mais elle poussait bien évidemment ces dernières aussi à fréquenter largement l’Italie, voire à s’y installer en permanence. Cette situation favorisait alors, en Italie, des mariages entre familles clarissimes issues d’horizons géographiques pouvant être très éloignés ; mariages qui, à leur tour, créaient et consolidaient une élite territorialement ancrée en Italie, mais dont la perspective embrassait désormais l’ensemble de l’espace impérial, en particulier en termes de patrimoine foncier.

  • 78  Chastagnol, 1992, p. 311-316. Je ne fais bien entendu pas ici allusion à la multitude de clarissim (...)
  • 79  On notera d’ailleurs avec intérêt le curieux traitement réservé à la ville de Rome dans son Ordo u (...)
  • 80  Paulin de Pella, par exemple, direct contemporain de Rutilius Namatianus, écrit dans ses vieux jou (...)
  • 81  CTh., 16.16 : Omnes sena[tores, qui in sacratis]sima urbe consistunt,… [Sane his s]enatoribus, qui (...)
  • 82  Aug., Civ., 5. 17 : Numquid non multi senatores sunt in aliis terris, qui Romam ne facie quidem no (...)
  • 83  Chastagnol 1992, p. 367.

45Or, à partir du IIIe siècle et plus encore de Constantin, l’obligation de résidence à Rome et en Italie s’estompa, et on vit assez rapidement se développer des aristocraties sénatoriales régionales, dont les membres fréquentaient de moins en moins un Sénat qui, en retour, en devenait par la force des choses (et surtout des résidences) de plus en plus italien78. À partir du IVe siècle, le groupe sénatorial s’est ainsi progressivement disloqué en plusieurs sous-ensembles dont l’horizon devint essentiellement régional. Le seul véritable point de rencontre physique de ces élites régionales devint la cour impériale, à Trêves, Milan ou Ravenne. Rome et sa Curie gardant leur prestige et l’affection de tous… tout en devenant progressivement marginales. Ceux qui voulaient faire carrière allaient désormais directement graviter autour de la cour, et Rome n’était plus pour eux qu’une étape de voyage dont beaucoup semblent s’être dispensés. À la fin du IVe siècle, par exemple, un personnage aussi considérable qu’Ausone, qui obtint tout de même le consulat ordinaire (prior) en 379, ne semble même pas s’y être rendu du tout. Et s’il l’a fait, la visite dut être très éphémère car il n’en est resté aucune trace dans une œuvre littéraire pourtant importante, où il n’hésite pas à mentionner les grands lieux qui ont jalonné son existence79. Quant à ceux que la carrière des honneurs rebutait, ils restaient tout simplement sur leurs terres, loin de l’Italie80. Cette réalité socio-géographique est entérinée par la législation dès 395, puisqu’une loi distingue alors explicitement la catégorie des sénateurs qui résident à Rome de celle de ceux qui sont installés dans les provinces81. Augustin, en 414/415, signale ainsi que beaucoup de sénateurs provinciaux n’ont jamais physiquement siégé au Sénat, ni même vu Rome82 : cela signifie que des hommes qui auraient eu le droit de siéger à la Curie choisissaient délibérément de ne pas exercer ce droit afin de demeurer dans « leurs » territoires. Il est malheureusement difficile de quantifier ces phénomènes ; néanmoins, à titre indicatif, si on identifie pour le Ve siècle beaucoup d’individus de très haut rang originaires de Gaule, on peut se remémorer la remarque d’André Chastagnol qui notait qu’on ne connaît aucun préfet de la Ville gaulois durant le demi-siècle entre la préfecture de Rutilius Namatianus en 414 et celle de Sidoine Apollinaire en 46883.

  • 84  Voir à ce propos la remarque de Sidoire Apollinaire à son ami Eutropius : si tamen senatorii semin (...)
  • 85  Si on s’en tient à son autobiographie, Paulin n’est passé à Rome que dans les langes, à l’occasion (...)

46C’est évidemment ici un élément important à verser au dossier de la construction des identités provinciales et régionales tardives, puisque deux profils aristocratiques se sont alors dessinés, même s’il est difficile de dire à ce stade s’ils correspondaient aussi à des identités différentes ou même simplement émergentes84. Aux deux extrêmes se trouvaient, d’un côté, les purs sénateurs italiens qui résidaient à Rome, et, de l’autre, les purs provinciaux. Ces derniers profitaient chez eux de leur statut, voire l’amélioraient par la prise en charge de responsabilités publiques dans des aires géographiques relativement proches de leurs territoires, mais ne se rendaient jamais par ailleurs dans la Ville, ni même en Italie, comme Ausone ou Paulin de Pella85.

  • 86  On retrouve en tout cas cette idée 50 ans plus tard chez Sidoine Apollinaire, quand il encourage e (...)
  • 87  Rutil., 1.207-210 (citation v. 208). Le jeune homme disparaît ensuite de nos sources et on ne sait (...)

47Entre ces extrêmes devaient se trouver un certain nombre d’individus et de familles qui ont sans doute oscillé entre les deux pôles géographiques. Peut-être d’ailleurs s’agissait-il de la mise en œuvre de stratégies familiales destinées à capitaliser titres et reconnaissance sociale qui permettraient ensuite d’asseoir ou de renforcer les situations locales86 ? Il semble clair que la famille de Rutilius Namatianus devait appartenir à ce sous-ensemble puisqu’on identifie dans le De reditu suo trois générations qui ont passé un long moment en Italie et/ou à Rome. Il y a bien entendu Lachanius et son fils, mais Rutilius raconte en outre dans son poème que, lorsqu’il a quitté la ville de Rome, il était accompagné de Palladius, un parent appartenant clairement à la génération suivante, qui était venu à Rome pour faire ses études de droit et qui représentait à ses yeux « l’espoir et la gloire de [sa] famille » (Palladius, generis spesque decusque mei)87.

Rutilius le Gaulois ?

48De là, on en revient à la dimension territoriale ou géographique de l’identité de Rutilius Namatianus. Nous avons vu précédemment que le De reditu suo débutait par 18 vers qui faisaient apparaître son identité romaine, son identité religieuse et son identité sociale ; or, l’introduction ne s’arrête en réalité pas là : y appartiennent aussi les 16 vers suivants qui, eux, évoquent la Gaule vers laquelle le poète se prépare à partir.

  • 88  Rutil., 1.19-34 :

« Mais ma fortune m’arrache à ces rivages aimés et, enfant de la Gaule (indigena), les campagnes gauloises me rappellent. Elles sont, certes, fort enlaidies par de longues guerres, mais moins elles sont avenantes, plus elles sont à plaindre. Quand ils vivent en sécurité, c’est une faute légère de négliger ses compatriotes (cives) ; mais les calamités publiques requièrent le dévouement des particuliers. C’est sur place que nous devons pleurer les maisons de nos aïeux ; utile est l’effort qu’a souvent éclairé la souffrance. Il n’est pas permis d’ignorer plus longtemps la longue série de ruines, multipliées par les délais et l’ajournement des secours. Il est bien temps, quand nos terres sont ravagées par l’incendie implacable, de rebâtir ne fût-ce que des cabanes de berger. Que dis-je ? Les fontaines elles-mêmes, si elles pouvaient dire leur mot, nos arbousiers eux-mêmes, s’ils pouvaient parler, pourraient, devant mon retard, m’accabler de justes plaintes et presser ma nostalgie88 ».

  • 89  Récapitulatif des dernières théories : Wolff, Soler, 2007, p. XI-XII. Il est d’ailleurs intéressan (...)

49Beaucoup d’encre a coulé sur les raisons du retour en Gaule de Rutilius Namatianus et plusieurs hypothèses ont été avancées, allant de la simple acceptation au premier degré des motifs avancés par Rutilius lui-même jusqu’à des hypothèses bien plus sophistiquées, comme la participation à l’assemblée des Gaules, par exemple89. Je pense toutefois que ces hypothèses sont toutes un peu vaines et qu’il faut malheureusement accepter qu’en l’état de notre documentation, il n’est guère possible de véritablement trancher cette agaçante question. Outre le fait que Rutilius reste dans le fond très vague sur ses motivations et qu’il est donc nécessaire d’extrapoler beaucoup pour proposer quelque chose de plus concret, il faut garder à l’esprit que ce passage, qui évoque les raisons du retour, peut très bien n’être qu’une introduction formelle, bref un prétexte. Nous sommes, en effet, au début d’un poème où Rutilius chante son amour pour Rome : il lui faut bien alors donner une raison valable qui le pousse à quitter son paradis, or évoquer le devoir d’assistance envers ses concitoyens est à tout prendre l’excuse parfaite.

  • 90  Il s’agit de Victorinus (Rutil., 1.493-510 ; PLRE, II, Victorinus I, p. 1161) et Protadius (Rutil.(...)

50Contentons-nous donc uniquement d’un fait bien établi : malgré toute l’affection exprimée pour Rome et l’Italie, Rutilius les a bien quittées pour revenir chez lui, quelque part en Gaule. En soi, l’acte lui-même définit un choix manifestant que, d’une certaine manière, il était plus Gaulois que Romain, car en vérité les dégâts subis par la Gaule auraient tout aussi bien pu justifier le fait de rester en exil dans une Italie qui avait retrouvé le calme… On notera d’ailleurs que le De reditu suo mentionne plusieurs membres de l’élite gauloise qui ont opté pour l’émigration dans des conditions similaires90.

51Toutefois, si Rutilius Namatianus a in fine fait le choix de la Gaule plutôt que de Rome et de l’Italie, peut-on pour autant vraiment considérer que lui-même fut un véritable « Gaulois », c’est-à-dire que lui-même s’identifiait ainsi ?

  • 91  Protadius : Rutil., 1.549 ; Victorinus : Rutil., 1.495-496.

52La chose n’est pas certaine du tout, car on se heurte là à la barrière des lacunes de notre source. Le De reditu suo ne nous a pas conservé la partie gauloise de l’itinéraire, et en particulier les propos de son auteur concernant le point d’arrivée : il est donc impossible de comparer sa façon de parler de la Gaule en général et de ce fameux point final (et les éventuelles étapes intermédiaires). Si l’on se place dans le temps relatif de la narration du poème, c’est encore à Rome que Rutilius commence à évoquer la Gaule comme la direction générale vers laquelle il se prépare à aller. Cela ne signifie en réalité pas nécessairement grand-chose en termes d’identité. Un Français actuel peut dire qu’il retourne chez lui dans « le Sud » ou dans « l’Ouest », mais cela ne définit au mieux qu’un trait identitaire très faible, tant le Sud de la Corse n’est pas celui du Roussillon, ni l’Ouest de la Normandie celui de l’Aquitaine. On pourrait alors objecter que son ami Protadius est dépeint comme un citoyen (ciuis) de Gaule, mais l’argument de cette formule est neutralisé par le fait qu’un peu avant, son autre ami Victorinus est simplement de Toulouse, sans aucune allusion à la Gaule cette fois91 : on constate seulement là que Rutilius joue dans son poème avec la géographie entre les échelles de la région et de la cité.

53En l’état actuel de la documentation, plusieurs éléments paraissent cependant accréditer l’idée finalement très traditionnelle que le vrai ancrage géographique de Rutilius Namatianus était sa cité ou sa ville d’origine, et non la Gaule prise comme un ensemble (et on ne parlera même pas de l’échelon provincial).

  • 92  Cic., Leg., 2.2.5.
  • 93  C’est Symmaque qui nous l’apprend : Symm., Ep., 4.30.1. Le passage rempli d’émotion où Rutilius di (...)

54Le premier de ces éléments se situe dans la deuxième partie de l’introduction du poème, quand Rutilius explique que lui, l’indigena de la Gaule (v. 20), doit aller porter secours à ses cives (v. 23), ce qu’on peut sans doute traduire, comme le font Étienne Wolff et Joëlle Soler, par « ses compatriotes », mais qui signifie aussi ses concitoyens. Nous sommes évidemment dans le cadre d’un poème, qui est par définition contraint par des préoccupations métriques, et donc soumis aux approximations sémantiques de la licence poétique. Néanmoins, l’usage d’un mot renvoyant au vocabulaire de la civitas laisse quand même entendre que la région à laquelle Rutilius est vraiment attaché, est, en réalité, celle de sa cité/ville d’origine. On retrouve alors là l’ancienne patrie d’origine (patria naturae) que Cicéron, parlant du Tusculan Caton, associait cinq siècles auparavant à la patrie de la citoyenneté (patria ciuitatis), voyant en l’une la patrie géographique et l’autre une patrie de l’esprit (qui s’exprime ici par l’existence des lois), habuit alteram loci patriam, alteram iuris92. D’ailleurs, c’est lors de la rencontre avec le Toulousain en exil Victorinus que Rutilius évoque la nostalgie de sa propre patrie (patria), pas lorsqu’il rencontre le « citoyen » gaulois Protadius dont il ne mentionne pas qu’il est originaire de Trêves93.

  • 94  Paul.-Pell., 43-44 ; 242 ; 310.
  • 95  Paul.-Pell., 331-332.
  • 96  Paul.-Pell., 271-272.
  • 97  Paul.-Pell., 413-415.

55Un second indice qui pointe dans la même direction et renforce ce premier sentiment ne se situe pas chez Rutilius Namatianus, mais chez son contemporain direct, Paulin de Pella, né vers 376/377 et décédé âgé peu après 460. Lui aussi est originaire de Gaule, même s’il est né en Macédoine. Sa situation mérite donc, avec toutes les réserves d’usage, qu’on tente l’analogie avec celle de Rutilius. Dans son poème religieux autobiographique qu’il rédigea vers 455/459, Paulin ne mentionne en effet jamais la Gaule comme un espace de référence. Il fait plusieurs références à sa patria, mais il s’agit alors à chaque fois de la cité ou de la ville (les deux se confondent chez lui) de Bordeaux94 ; quand il veut parler de la patrie de ses ancêtres, c’est de Bazas qu’il s’agit95. La particularité de Paulin est qu’il évoque pour lui une deuxième patrie dont il dit simplement qu’elle se situe dans la partie orientale de l’Empire : altera cuius pars orientis erat patria96. On apprend un peu plus tard que cela correspond à des possessions foncières situées dans les provinces de Grèce et d’Epire lui venant de sa mère : bref, c’est en quelque sorte une deuxième patria naturae97. Paulin ne précise pas exactement où sont ces terres et se borne à indiquer des localisations géographiques ou administratives très générales (partie orientale, provinces) tout simplement parce que ce degré de précision suffira à son lecteur occidental : quand Rutilius Namatianus évoque dans l’introduction de son poème que la Gaule est la destination de son voyage, il est très probablement dans une logique analogue, se réservant des commentaires plus précis pour une partie ultérieure du De reditu suo, la partie justement qui nous fait défaut.

Une identité antique

56Pour résumer, on peut conclure qu’en terme d’identité provinciale et régionale, les éléments d’identité de Rutilius Namatianus que nous avons identifiés sont remarquablement traditionnels.

  • 98  Sur ces transformations de la cité tardive, voir Inglebert, 2006.

57Ils sont même remarquablement antiques, pourrait-on dire, puisqu’il s’en toujours à la conception tardo-républicaine des deux patries, alors même que les évolutions de l’environnement géographique et administratif ont profondément altéré la réalité de l’entité qu’était la cité en amoindrissant son influence98. Entre la fin de la République et le Ve siècle, le rôle de cette dernière s’est, en effet, très profondément transformé avec la multiplication des pôles urbains promus au rang de cité, ce qui a progressivement fragmenté un certain nombre de grandes cités antérieures. En même temps, entre Rome (c’est-à-dire, à l’époque impériale, le prince) et les cités incluses dans son territoire, depuis l’époque où Cicéron évoquait les deux patries de Caton, sont apparus plusieurs niveaux intermédiaires comme la province, le diocèse et la préfecture. Chacun de ces niveaux a alors empiété, et finalement réduit, la compétence et l’importance du niveau civique, sans néanmoins réussir à l’effacer complètement, ce qui montre d’une certaine manière la résilience du vieux modèle civique. Dans le même temps, l’attachement de Rutilius à l’idéologie de la Rome éternelle relève également d’un profond ancrage dans les valeurs du passé. Sur ce point, Augustin avait raison de préparer ses lecteurs à accepter l’idée que Rome était bien mortelle : l’embellie attribuée à Flavius Constantius n’a pas duré très longtemps.

58Au terme de notre petite enquête sur les identités de Rutilius Namatianus, il apparaît donc que par bien des aspects, alors que le Moyen Âge commençait à poindre, Rutilius Namatianus restait bien un homme de l’Antiquité.

Abréviations épigraphiques, juridiques et prosopographiques

59CTh. = Mommsen T. et Meyer P. M. (éds.), Theodosiani librei XVI cum constitutionibus sirmodianis et leges nouellae ad Theodosianum pertinentes, Berlin,1905.

60ILS = Dessau H., Inscriptiones Latinae Selectae, I-III, Berlin, 1892-1916.

61PLRE = Jones A. H. M. et al., Prosopography of the Later Roman Empire, Cambridge, I, 1971 ; II, 1980 ; III, 1992.

Sources littéraires

62Amm. Mar. = Ammien Marcellin, Histoire, t. I, Livres XIV-XVI, texte établi par Galetier E., CUF, Paris, 1968.

63App., Lib. = Appien, Histoire romaine, t. IV, Livre VIII. Le livre africain, texte établi et traduit par Goukowski P., CUF, Paris, 2001.

64Aug., Civ. = Œuvres de Saint Augustin. La Cité de Dieu, t. 33, Livres I-V. Impuissance sociale du paganisme ; t. 34, Livres VI-X. Impuissance spirituelle du paganisme, texte Dombart G. et Kalb A., introduction et notes Bardy G., trad. Combès G, [Bruges], 1959.

65Aug., Retract. = Œuvres de Saint Augustin, t. 33, Les Révisions (Retractationes), texte et traduction par Bardy G., Paris, 1950.

66Aus., Ordo = Decimi Magni Aunonii Burdigalensis opuscula omnia = Œuvres complètes d’Ausone de Bordeaux, VIII, Cortège des villes célèbres, texte établi et traduit par Combeaud B., Bordeaux, 2010.

67Cic., Har. = Cicéron, Discours, t. XIII, 2, Sur la réponse des haruspices, texte établi et traduit par Wuillemier P. et Tupet A.-M., CUF, Paris, 1966.

68Cic., Leg. = Cicéron, de Legibus, texte établi et traduit par de Plinval G., CUF, Paris, 1959

69Eus., Hist. Eccl. = Eusèbe de Césarée, Histoire ecclésiastique, t. II, Livres V-VII, texte et traduction Bardy G., Sources Chrétiennes 41, Paris, 1955.

70Hdt. = Hérodote, Histoires, I, trad. Legrand Ph.-E., CUF, Paris, 1932.

71Lib., Ep. = Libanios, Lettres aux hommes de son temps, traduction et commentaire par Cabouret B., Paris, 2000.

72Luc. = Lucain, La Pharsale, t. I, Livres I-V, texte établi et traduit par Bourgery A., CUF, Paris, 1927.

73Oros., Hist. = Orose, Histoires (Contre les Païens), t. I, Livres I-III, texte établi et traduit par Arnaud-Lindet M.-P., CUF, Paris, 1990.

74Paul.-Pell. = Paulin de Pella, Poème d’action de grâce et de prière, texte et traduction Moussy Cl., Sources Chrétiennes 209, Paris, 1974.

75Rutil. = Rutilius Namatianus, Sur son retour, texte établi et traduit par Wolff E. avec la collaboration de Lancel S. pour la traduction et Soler J. pour l’introduction, CUF, Paris, 2007.

76Salv., Gub. = Salvien de Marseille, Œuvres, t. II, Du gouvernement de Dieu, texte et traduction par Lagarrigue G., Sources chrétiennes 220, Paris, 1975.

77Sen., Apoc. = Sénèque, L’apocoloquintose du divin Claude, texte établi et traduit par Waltz R., CUF, Paris, 1934.

78Sidon., Ep. = Sidoine Apollinaire, Lettres, II, Livres I-V, texte établi et traduit par A. Loyen, CUF, Paris, 1970.

79Tac., Ann. = Tacite, Annales, trad. de Wuilleumier P. et Le Bonniec H., CUF, Paris, 1990.

80Tac., Hist. = Tacite, Histoires, trad. de Le Bonniec H., notes de Hellegouarc’h J., CUF, Paris, 1987-1992.

Bibliographie

Cameron, 2011 = Cameron A., The Last Pagans of Rome, Oxford, 2011.

Chastagnol, 1960 = Chastagnol A., La préfecture urbaine à Rome sous le Bas-Empire, Paris, 1960.

Chastagnol, 1962 = Chastagnol A., Les Fastes de la Préfecture de Rome au Bas-Empire, Paris, 1962.

Chastagnol, 1992 = Chastagnol A., Le Sénat romain à l’époque impériale, Paris, 1992.

Chuvin, 1991 = Chuvin P., Chronique des derniers païens, Paris, 1991.

Cuche, 2016 = Cuche D., La notion de culture dans les sciences sociales, Paris, 2016.

Delmaire, 1995 = Delmaire R., Les institutions du Bas-Empire de Constantin à Justinien, I, Les institutions civiles palatines, Paris, 1995.

Guillaumin, 2006 = Guillaumin J.-Y., « Radix stultitiae chez Rutilius Namatianus », Vita Latina, 2006, p. 114-122.

Heather, 2007 = Heather P., The Fall of the Roman Empire. A New History of Rome and Barbarians, Oxford, 2007.

Heinich, 2018 = Heinich N., Ce que n’est pas l’identité, Paris, 2018.

Inglebert, 1996 = Inglebert H., Les Romains chrétiens face à l’histoire de Rome. Histoire, christianisme et romanités en Occident dans l’Antiquité tardive (IIIe-Ve siècles), Paris, 1996.

Inglebert, 2006 = Inglebert H., « Conclusions : périodiser l’Antiquité tardive », in Ghilardi M., Goddard Chr. J. et Porena P. (éd.), Les cités de l’Italie tardo-antique (IVe-VIe siècle). Institutions, économie, société, culture et religion, CEFR 369, Rome, 2006 p. 359-366.

Kaufmann, 2006 = Kaufmann J.-Cl., « Identité », in Mesure S. et Savidan P. (dir.), Dictionnaire des sciences humaines, Paris, 2006, p. 593-595.

Labriolle, 1934 = Labriolle P. de, La réaction païenne. Étude sur la polémique anti-chrétienne du Ier au VIe siècle, Paris, 1934.

Markus, 2012 = Markus R., Au risque du christianisme. L’émergence du modèle chrétien (IVe-VIe siècle), Paris, 2012 [édition originale : The End of Ancient Christianity, Cambridge, 1990].

Matthews, 1975 = Matthews J., Western Aristocracies and Imperial Court (A.D. 364-425), Oxford, 1975.

Paschoud, 1967 = Paschoud Fr., Roma aeterna. Études sur le patriotisme romain dans l’Occident latin à l’époque des grandes invasions, Rome, 1967.

Ratti, 2005 = Ratti St., « Le De reditu suo de Rutilius Namatianus : un hymne païen à la vie. », in Vita Latina, 173, 2005, p 75-86.

Ratti, 2012 = Ratti St., Polémiques entre païens et chrétiens, Paris, 2012.

Roberts, 2001 = Roberts M., « Rome personified, Rome epitomized: representations of Rome in tre poetry of the early fifth century », AJPh, 122, 2001, p. 533-565.

Sivan, 1986 = Sivan H., « Rutilius Namatianus, Constantius III and the return to Gaul in light of new evidence », Medieval Studies, 48, 1986, p. 522-532.

Woolf, 2000 = Woolf G., Becoming Roman. The Origins of Provincial Civilization in Gaul, Cambridge, 2000.

Wolff, 2007 = Wolff E., Rutilius Namatianus, Sur son retour, texte établi et traduit par Wolff E., avec la collaboration de Lancel S. pour la traduction et Soler J. pour l’introduction, CUF, Paris, 2007.

Wolff, Soler 2007 = Wolff E. et Soler A., « Introduction », in Wolff E., Rutilius Namatianus, Sur son retour, texte établi et traduit par Wolff E., avec la collaboration de Lancel S. pour la traduction et Soler J. pour l’introduction, CUF, Paris, 2007, p. IX-XCIX.

Notes

1  La sociologue Nathalie Heinich (Heinich, 2018, p. 111) observe par exemple qu’au début de sa carrière, dans les années 1970, pratiquement personne ne parlait d’identité dans sa discipline.

2  Jean-Claude Kaufmann parle dans beaucoup de cas de « concept fluide » ou de « concept mou » dans Kaufmann, 2006 ; cf. aussi Heinich, 2018.

3  Il s’agit donc d’« auto-identité », par opposition à l’« hétéro ou exo-identité » : voir Cuche, 2016 , p. 104.

4  Chastagnol, 1962, p. 271-273 ; PLRE, II, Rutilius, p. 770-771 ; la notice la plus complète et la plus récente sur Rutilius Namatianus est Wolff, Soler, 2007.

5  Notre édition de référence sera celle, toute récente : Wolff 2007 ; sauf indication contraire, toutes les traductions citées ici sont issues de cet ouvrage. La question de savoir quel était le public auquel était destiné le De reditu suo est importante mais ne sera pas traitée ici, parce qu’elle nous emmènerait trop loin de notre sujet.

6  Une autre source tardive assez difficile à dater et sans doute originaire de Gaule, le Querolus, est dédiée à un Rutilius qui était de rang illustris, et dont le goût affiché pour l’Académie laisse entendre qu’il était païen (Querolus, prooem.). Il est possible qu’il s’agisse de Rutilius Namatianus, et le rapprochement est d’ailleurs tentant, mais rien ne permet de l’affirmer de manière décisive. Dans tous les cas, ce texte n’apporte rien sur la famille ou la vie du dédicataire, qu’il s’agisse de notre Rutilius ou d’un autre.

7  Wolff, Soler, 2007, p. XXII-XXXVIII.

8  Rutil., fragment B ; cf. Wolff, Soler, 2007, p. LVI-LVII. Albingaunum/Albenga n’est pas explicitement mentionnée, mais c’est depuis longtemps l’hypothèse la plus fréquemment retenue. Toutefois, comme le montre Hagith Sivan (qui est seule à préférer Arles), cette identification reste tout de même assez fragile (Sivan, 1986, p. 527-530).

9  Wolff, Soler, 2007, p. XXIII.

10 Pierre de Labriolle a jadis traité Rutilius Namatianus de « touriste des plus superficiels » et son ouvrage de « médiocre carnet de route »… (Labriolle, 1934, p. 472).

11  Détail des références : PLRE, I, Lachanius, p. 491.

12  Delmaire, 1995, p. 119-147.

13  Delmaire, 1995, p. 57-63.

14  Je me range ici à l’avis de Chastagnol, 1962, p. 272.

15  Le pouvoir légitime appartenait bien entendu à l’empereur, mais cela ne doit pas faire illusion sur celui qui détenait le pouvoir réel. En Occident, les successeurs de Valentinien sont presque tous des enfants ou adolescents : Gratien a 16 ans en 375 et Valentinien II en a 4, en 395 Honorius n’a que 11 ans lorsqu’il succède à Théodose. Le pouvoir réel est donc détenu par d’autres, en particulier les grands chefs militaires comme Arbogast, Stilicon ou Flavius Constantius (qui parvint d’ailleurs lui-même à devenir un éphémère Auguste durant quelques mois en 421).

16  Chastagnol, 1992, p. 344.

17  Détail des références : Chastagnol, 1962, p. 271-273 ; PLRE, II, Rutilius, p. 770-771.

18 Rutil., 1.563. La datation serait cohérente avec le Namatius magister officio[rum] mentionné dans une loi datée du 7 décembre de cette année (CTh., 6.27.15).

19  Delmaire, 1995, p. 75-95.

20  Chastagnol, 1962, p. 272.

21 Chastagnol, 1960, p. 182. Cette circonscription englobe Rome et Ostie où les préfets avaient tous les pouvoirs administratifs, mais également la zone des cent milles où s’étendait leur compétence judiciaire et de police (Chastagnol, 1960, p. 21-42).

22  Chastagnol, 1992, p. 312-316. À l’époque où nous nous situons, ce que nous appelons le groupe sénatorial dont il est ici question ne recouvre bien entendu plus le groupe des clarissimi, comme ce fut le cas jusqu’à Constantin, mais celui des illustres.

23 Chastagnol, 1960, p. 391 et suiv.

24  Chastagnol, 1960, p. 68-72.

25  Chastagnol, 1962.

26  App., Lib., 132.628-630.

27  Sur toute cette séquence infernale, voir Heather, 2007, p. 191-232. Honorius est né en septembre 384 : il a à peine 16 ans quand Alaric arrive en Italie.

28  On peut comparer avec la chute de Paulin de Pella, qui raconte vers 460 dans son Poème d’action de grâces et de prière comment il fut emporté dans la tourmente barbare qui balaya la Gaule à partir de 407 (PLRE, I, Paulinus 10, p. 677-678) ; voir aussi Chastagnol, 1992, p. 340-341, ainsi que les situations de deux amis de Rutilius exilés en Italie, Victorinus et Protadius (Rutil., 1.493-510 ; 1.542-558).

29  Rutil., Fragment B.

30  Rutil., 1.137-138 ; cf. Heather, 2007, p. 236-250.

31  Heinich, 2018, p. 106.

32  Il faudrait évidemment pondérer tout cela avec d’autres facteurs plus matériels, mais ce serait une erreur de négliger la dimension affective, donc identitaire. Les principaux acteurs étant décédés, l’auteur de ces lignes a encore entendu les échos de débats vigoureux qui eurent eu lieu à ce sujet deux générations avant lui.

33  Hdt, 1.165.

34  Eus., Hist. Eccl., 5.1.20.

35  Rutil., 1.1-18 :

Velocem potius reditum mirabere, lector,

tam cito Romuleis posse carere bonis.

Quid longum toto Romam venerantibus aeuo ?

Nil unquam longum est quod sine fine placet.

O quantum et quotiens possum numerare beatos, 5

nasci felici qui meruere solo,

qui Romanorum procerum generosa propago

ingenitum cumulant Urbis honore decus !

Semina uirtutum demissa et tradita caelo

non potuere aliis dignius esse locis. 10

Felices etiam qui proxima munera primis

sortiti Latias obtinuere domos !

Religiosa patet peregrinae Curia laudi

nec putat externos quos decet esse suos.

Ordinis imperio collegarumque fruuntur 15

et partem genii quem venerantur habent,

quale per aetherios mundani verticis axes

concilium summi credimus esse Dei.

36  Rutil., 1.44-164 et 189-204. Cela représente 19 % de la partie conservée du De reditu suo : évidemment, on ignore combien de vers comportait l’œuvre entière et ce qui y était dit.

37  Ammien Marcellin utilise la belle formule imperii uirtutumque omnium lar (Amm. Mar., 16.10.13).

38  Rutil., 1.43 ; 47 ; 93.

39  J’emploie les appellations modernes courantes de ces monuments : leur dénomination pouvait être différente dans l’Antiquité tardive.

40  Rutil., 1.93-112. Rutilius semble avoir été particulièrement frappé par les arcs triomphaux, les aqueducs et les temples.

41  Voir par exemple Lib., Ep., 96 (1063 Foerster) : Libanius écrit en 392 d’Antioche à son compatriote Ammien Marcellin qui réside désormais à Rome.

42  Une bonne partie des monuments de la Rome antique actuellement visibles sont par exemple d’importantes restaurations de l’époque fasciste.

43  Voir, racontée par Ammien Marcellin, l’émotion de Constance II lors de sa visite officielle à Rome en 357 (Amm. Mar., 16.10.13-17) : il n’est d’ailleurs pas impossible que l’émotion décrite comme celle de Constance n’ait pas été celle d’Ammien lui-même, quand il est arrivé à Rome après la mort de Julien et son retrait de l’armée.

44  Rutil.1.15.

45  Sur le concept de patria ici, cf. Paschoud, 1967, p. 165-167.

46  Rutil., 1.63-66 :

Fecisti patriam diversis gentibus unam ;

profuit iniustis te dominante capi.

Dumque offers victis proprii consortia iuris,

Urbem fecisti quod prius orbis erat.

47  Tac., Ann., 11.23-24 ; ILS, 212 ; synthèse des problèmes institutionnels : Chastagnol, 1992, p. 79-96 ; pour une analyse plus culturelle : Woolf, 2000, p. 60-67.

48  Tac., Ann., 11.24.5.

49  Pour appuyer son argumentation, Claude réinterprète d’ailleurs quelque peu l’histoire des rapports entre Romains et Gaulois à cette occasion. Il met l’accent sur le fait que les Gaulois qu’il veut promouvoir ont été soumis durant une guerre de conquête des Gaules qui aurait été très brève, par comparaison avec le temps mis pour soumettre d’autres peuples désormais bien intégrés à la romanité. Il n’est pas certain que les sénateurs romains italiens, qui étaient ses auditeurs et qui vivaient encore avec en tête les images de Brennus ou des guerriers gaulois d’Hannibal, partageaient ce point de vue sur la brièveté des relations conflictuelles entre Gaulois et Romains…

50  Cuche, 20165, p. 97-115.

51  Le cas des populations provinciales, en réalité issues de la colonisation italienne, était bien entendu encore différent, cf. les lignes qui suivent.

52  Arcana imperii : Tac., Ann., 2.36 et Tac., Hist., 1.4. Sauf que l’imperium dont il est ici question n’est pas le régime impérial, mais bien la nature du lien de domination qui liait les Romains et les populations soumises au fil des siècles, en Italie et ailleurs.

53  Cette publicité valut d’ailleurs à Claude l’hostilité de certains milieux conservateurs : le discours montre bien que Claude affronte une opposition au Sénat, qu’on retrouve aussi par exemple chez Sénèque (Sen., Apoc., 3.3).

54 Tac., Hist, 1.65 : cuncta illic externa et hostilia ; se, coloniam Romanam et partem exercitus et prosperarum aduersarumque rerum socios.

55  Deux contemporains de Rutilius Namatianus : Oros., Hist., 1, prol., 9 : Pagani siue gentiles (avec une tentative d’explication sur l’origine de ces mots) et Aug., Retract., 2.48.1 : cultores, quod usitato nomine paganos vocamus. L’usage du mot est commode pour nous, mais il ne faut pas perdre de vue qu’il s’agit d’un concept purement chrétien pour désigner sans nuance « les autres » (sauf les juifs), c’est-à-dire ici tous ceux qui restaient fidèles à de multiples pratiques traditionnelles, lesquelles étaient rarement pensées de manière unitaire par leurs propres acteurs.

56  Étienne Wolff et Joëlle Soler rappellent qu’Ernst Doblhofer, dans sa grande édition commentée en langue allemande du De reditu suo publiée en 1972-1977, avait tout de même consacré cinq pages à cette question (Wolff, Soler, 2007, p. XIII, n. 16). On remarquera que, très récemment encore, Alan Cameron ne considère le paganisme de Rutilius Namatianus que comme « probable », et on sent bien dans son propos qu’il ne s’agit pas simplement du rappel épistémologique que la vérité scientifique n’est par définition jamais absolue : « I am happy to agree Rutilius was probably, though perhaps not (as his latest editors claim [i.e. E. Wolff, Lancel et Soler]) “incontestably” a pagan » (Cameron, 2011, p. 217).

57  Rutil., 1.372-376 ; cf. Ratti, 2005, p. 77-80.

58  Dea : Rutil., 1.79-80 ; genius : Rutil., 1.16, cf. n. 9, p. 49 ; voir Roberts, 2001.

59  Rutil., 2.52 ; 1.439-446 ; 517-528. La mention de la destruction des livres Sybillins pourrait cependant aussi s’interpréter de manière plus politique : voir Chuvin, 19912, p. 87 et Cameron, 2011, p. 214-216.

60  Il est néanmoins certain que la naissance et le développement durant le IVe siècle des nouveaux modèles de perfection chrétiens ne se firent pas sans tensions au sein même de la communauté chrétienne : cf. Markus, 2012 [1990].

61  Ratti, 2005, p. 80-81 et Guillaumin, 2006 font le bilan des interprétations et allusions contenues dans cette expression célèbre.

62  La fermeté du propos de Rutilius semble plaider contre l’opinion à mon avis trop irénique d’Etienne Wolff et Joëlle Soler pour qui « son paganisme est d’essence plus culturelle que strictement religieuse » (Wolff, Soler 2007, p. XIII) : on ne comprend d’ailleurs pas trop ce qui amène les deux récents éditeurs du De reditu à émettre cet avis, alors que les idées païennes et anti-chrétiennes de Rutilius Namatianus sont explicitement exprimées. Encore plus irénique est Alan Cameron, qui va beaucoup plus loin et s’emploie à neutraliser méthodiquement tous les éléments polémiques contenus dans le texte de Rutilius Namatianus (sauf l’expression radix stultitiae qui ne semble pas l’intéresser), aboutissant à la conclusion qu’il n’y a finalement rien de vraiment païen dans le poème, sinon éventuellement un paganisme soft qui ne pouvait effaroucher un public chrétien (Cameron, 2011, p. 207-211). Cette vision s’intègre à sa thèse générale du refus de l’idée d’une « résistance païenne » à la fin du IVe siècle, avec des aristocrates païens qui n’auraient finalement fait que regarder passivement l’avancée du rouleau compresseur de la christianisation, sans chercher à lutter pour préserver leur identité. Pour un résumé de cette thèse, voir l’introduction de sa somme, Cameron, 2011, p. 3-13 : contra tout Ratti, 2012.

63  Avant 410, l’intensité de la crise permit déjà brièvement aux païens d’entrevoir une amélioration de leur situation, en particulier sous la brève préfecture de Gabinius Barbarus Pompeianus, durant l’hiver 408-409 : voir Chastagnol 1962, p. 166-167.

64  Aug., Civ., 1.1.

65  La bibliographie concernant saint Augustin est évidemment très considérable. Sur la question spécifique du rapport d’Augustin au patriotisme romain, voir Paschoud, 1967, p. 234-275.

66  Aug., Civ., 1.1 ; 10.32 ; Aug., Retract., 2.48.1.

67 Par exemple Aug., Civ., 2.18-27 dénonce longuement la faillite morale de l’ensemble des deux derniers siècles de la République. Sur le rapport d’Augustin à l’histoire de Rome, voir Inglebert, 1996, p. 395-502.

68  Cic., Har., 19 : …cum deos esse intellexerit, non intellegat eorum numine hoc tantum imperium esse natum et auctum et retentum ? Quam uolumus licet, patres conscripti, ipsi nos amemus, tamen nec numero Hispanos nec robore Gallos nec callidate Poenos nec artibus Graecos nec denique hoc ipso huius gentis ac terrae domestico natiuoque sensu Italos ipsos ac Latinos, sed pietate ac religione atque hac una sapientia, quod deorum numine omnia regi gubernarique perspeximus, omnis gentis nationesque superauimus.

69  Aug., Civ., 4.14-15 : An forte displicet bonis iniquissima inprobitate pugnare et finitimos quietos nullamque iniuriam facientes ad dilatandum regnum spontaneo prouocare ? Plane si ita sentiunt approbo et laudo. Videant ergo ne forte non pertineat ad uiros bonos gaudere de regni latitudine. Iniquitas enim eorum, qui cum iusta bella gesta sunt, regnum adiuuit ut cresceret (trad. A. Combès). Augustin développe ensuite l’idée que, si la justice avait régné chez les autres peuples, il n’y aurait pas un grand empire unitaire mais de nombreux royaumes vivant en harmonie.

70  Voir aussi Aug., Civ., 4.3.

71  Sur l’idée de Rome éternelle à l’époque tardive, voir Paschoud, 1967 et Inglebert, 1996.

72  On pourrait ajouter aussi le thème de la résilience romaine : Rutil., 1.121-132

73 Aug., Civ., 5.17 : Aut uero aliquid nocuerunt Romani gentibus, quibus subiugatis inposuerunt leges suas, nisi quia id factum est ingenti strage bellorum ? Quod si concorditer fieret, id ipsum fieret meliore successu ; sed nulla esset gloria triumphantium. Neque enim et Romani non uiuedant sub legibus suis, quas ceteris inponebant. Hoc si fieret sine Marte et Bellona, ut nec Victoria locum haberet, nemine uicente ubi nemo pugnauerat : nonne Romanis et ceteris gentibus una esset eademque condicio ? Preasertim si mox fieret, quod postea gratissime atque humanissime factum est, ut omnes ad Romanum imperium pertinentes societatem acciperent civitatis et Romani vives essent, ac si esset omnium, quod erat ante paucorum (trad. G. Combès).

74  Voir aussi Aug., Civ., 4.3.

75  Sur un éventuel et probable débat entre le Sur son retour et le début de La cité de Dieu, voir en dernier lieu Ratti, 2012, p. 89-90. Une question reste cependant ouverte : publiés progressivement en Afrique à partir de 413/414, à quel rythme les premiers livres sont-ils devenus disponibles à Rome ?

76  L’étape d’après a consisté, pour quelques auteurs chrétiens, à franchement dénoncer le fonctionnement de l’Empire de leur temps. Une génération plus tard, vers 450, on voit par exemple les virulentes critiques de Salvien de Marseille contre la fiscalité et le colonat qui inciteraient certains à l’abandon de la cité romaine (Salv., Gub., 5.15-47).

77  Chastagnol, 1992, p. 164-168.

78  Chastagnol, 1992, p. 311-316. Je ne fais bien entendu pas ici allusion à la multitude de clarissimes créés par les mesures de Constantin et qui n’avaient plus qu’un lien très éloigné avec l’institution sénatoriale. Il est bien question ici uniquement de ceux qui avaient le droit de siéger, soit, à l’époque de Rutilius, les illustres (Chastagnol, 1992, p. 354-355).

79  On notera d’ailleurs avec intérêt le curieux traitement réservé à la ville de Rome dans son Ordo urbium nobilium. Ausone évoque 17 villes a priori importantes de l’Empire, et commence effectivement par mettre Rome au premier rang. En réalité, néanmoins, il ne dit rien de cette ville à laquelle il ne consacre qu’un malheureux petit vers (Aus., Ordo, 1) ! À comparer avec l’attention accordée à des villes aussi importantes au IVe siècle que Séville (5 vers), Capoue (18) et bien entendu sa Bordeaux natale (35) ... En fait, toutes les autres villes sont mieux traitées que la caput mundi de Lucain (Luc., 2.655) ou la regina de Rutilius Namatianus (Rutil., 1.47) ! C’est un peu comme si Ausone n’avait tout simplement rien à en dire, en dehors d’un commentaire général en toute fin du poème sur l’articulation entre ses deux patries (Aus., Ordo, 164-168).

80  Paulin de Pella, par exemple, direct contemporain de Rutilius Namatianus, écrit dans ses vieux jours que bien qu’issu d’une grande famille d’échelle impériale (son père fut vicaire du diocèse de Macédoine avant de devenir proconsul d’Afrique), lui-même n’avait, dans sa jeunesse, aucun goût particulier pour les titres ou la vie de l’Empire et qu’il préféra rester dans sa patrie bordelaise à entretenir ses biens (Paul.-Pell., 212-219). Pas de chance, le cours de l’histoire le rattrapa chez lui quand les barbares envahirent sa région. On néglige souvent aujourd’hui de prendre en compte la difficulté de voyager dans les temps anciens : ce facteur à lui seul doit expliquer l’attitude casanière de nombre d’aristocrates pour qui aller en Italie, à la cour ou à Rome représentait d’abord une conjonction de contraintes voire de dangers (cf. Paul.-Pell., 486 ; Sidon., Ep., 1.6, § 2).

81  CTh., 16.16 : Omnes sena[tores, qui in sacratis]sima urbe consistunt,… [Sane his s]enatoribus, qui in prouin[ciis larem fouent…]

82  Aug., Civ., 5. 17 : Numquid non multi senatores sunt in aliis terris, qui Romam ne facie quidem norunt ?

83  Chastagnol 1992, p. 367.

84  Voir à ce propos la remarque de Sidoire Apollinaire à son ami Eutropius : si tamen senatorii seminis homo, qui cotidie trabeatis proauorum imaginibus ingeritur, iuste dicere potest semet peregrinatum, si semel et in iuuenta uiderit domicilium legum, gymnasium litterarum, curiam dignitatum, uerticem mundi, patria libertatis, in qua unica totius orbis ciuitate soli barbari et serui peregrinantur (Sidon., Ep., 1.6, § 2). Mais nous sommes là un demi-siècle après le De redito suo, dans un contexte assez différent.

85  Si on s’en tient à son autobiographie, Paulin n’est passé à Rome que dans les langes, à l’occasion d’une étape d’un voyage familial de Carthage à Bordeaux (Paul.-Pell., 24-47).

86  On retrouve en tout cas cette idée 50 ans plus tard chez Sidoine Apollinaire, quand il encourage en 467 son ami Eutropius à suivre son exemple et à entreprendre à son tour le voyage italien afin d’éviter le déclassement au sein même de l’élite romaine de Gaule (Sidon., Ep., 1.6). On remarque au passage que l’attitude d’Eutropius que dénonce Sidoine est exactement la même que celle de Paulin de Pella à l’époque de Rutilius Namatianus : une priorité donnée au développement de ses biens fonciers plutôt que la recherche de nouveaux titres.

87  Rutil., 1.207-210 (citation v. 208). Le jeune homme disparaît ensuite de nos sources et on ne sait donc pas s’il réussit à faire carrière. Son père Exuperantius (Rutil., 1.213-216 ; PLRE, II, Exuperantius 2, p. 448) occupait alors une fonction de responsabilité dans l’ouest de la Gaule.

88  Rutil., 1.19-34 :

At mea dilectis fortuna reuellitur oris

indigenamque suum Gallica rura vocant. 20

Illa quidem longis nimium deformia bellis,

sed quam grata minus, tam miseranda magis.

Securos leuius crimen contemnere cives :

privatam repetunt publica damna fidem.

Praesentes lacrimas tectis debemus auitis ; 25

prodest admonitus saepe dolore labor.

Nec fas ulterius longas nescire ruinas,

quas mora suspensae multiplicauit opis.

Iam tempus laceris post saeva incendia fundis

vel pastorales aedificare casas. 30

Ipsi quin etiam fontes si mittere uocem

ipsaque si possent arbuta nostra loqui,

cessantem iustis poterant urgere querelis

et desideriis addere uela meis.

89  Récapitulatif des dernières théories : Wolff, Soler, 2007, p. XI-XII. Il est d’ailleurs intéressant de noter comment une hypothèse prudente (« conjecture », Matthews, 1975, p. 325), s’installe au fil du temps dans l’historiographie moderne (« It has also been assumed… » Sivan, 1986, p. 531) pour devenir une quasi-certitude (« Les causes… sont désormais claires… », Ratti, 2012, p. 80)

90  Il s’agit de Victorinus (Rutil., 1.493-510 ; PLRE, II, Victorinus I, p. 1161) et Protadius (Rutil., 1.542-558 ; PLRE, I, Protadius 1, p. 751-752).

91  Protadius : Rutil., 1.549 ; Victorinus : Rutil., 1.495-496.

92  Cic., Leg., 2.2.5.

93  C’est Symmaque qui nous l’apprend : Symm., Ep., 4.30.1. Le passage rempli d’émotion où Rutilius dit que lui-même a beaucoup pensé à sa propre patrie après avoir rencontré Victorinus a suscité bien des commentaires (prudents) sur une éventuelle origine toulousaine. La possibilité existe bien entendu, mais le texte du poème ne permet pas de faire un lien direct : aussi Rutilius évoque-t-il peut-être ici sa (chère) patrie uniquement à la vue du malheur d’un déraciné condamné à l’exil.

94  Paul.-Pell., 43-44 ; 242 ; 310.

95  Paul.-Pell., 331-332.

96  Paul.-Pell., 271-272.

97  Paul.-Pell., 413-415.

98  Sur ces transformations de la cité tardive, voir Inglebert, 2006.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search