Version classiqueVersion mobile

Quis sum ? Provincialis ?

 | 
Sabine Lefebvre

Créations provinciales et nouveaux concilia : manifestations épigraphiques en Tripolitaine et en Byzacène

Sabine Lefebvre

Résumé

Lors de la réforme administrative de Dioclétien, furent créées de nouvelles provinces, dont la Tripolitaine et la Byzacène. Ce nouveau cadre administratif a entraîné un remodelage de l’assemblée provinciale qui, dans chaque nouvelle province, a dû s’organiser. Ce concilium, rassemblant les délégués de toutes les cités de la province, est l’élément le plus visible de l’acceptation par les provinciaux du nouveau cadre. A-t-il fonctionné rapidement après la création ? Son activité a-t-elle été complète ? Quels témoignages attestent de sa vitalité ? Autant de questions qui permettent de savoir si le nouveau cadre provincial a été vécu, et a constitué un nouveau cadre identitaire.

Texte intégral

Je remercie Michel Christol qui m’a communiqué une référence récente, et pour ses conseils toujours avisés.

  • 1 Dans un contexte fort différent, la nécessité de construire une identité lors de créations a été b (...)
  • 2 Depuis les travaux de C. Lepelley (Lepelley, 1979 et 1981), l’hypothèse d’un déclin de l’autonomie (...)
  • 3 Cf. par exemple pour la Pisidie, Christol, Drew-Bear, 1999.

1Le découpage des provinces sous le règne de Dioclétien a généré une situation nouvelle que les provinciaux1 ont dû appréhender, intégrer, accepter afin de bien vivre dans leur nouveau cadre de vie administratif, même si la cellule de base, la cité, ne subissait pas de modifications2 ; cette réorganisation s’accompagna du choix de nouvelles capitales provinciales, là où c’était nécessaire3.

2L’institution par laquelle les provinciaux exprimaient, jusque-là, leur adhésion à l’Empire par le biais du culte impérial, mais aussi leurs remerciements envers un bon gouverneur ou leurs critiques envers le mauvais administrateur, l’assemblée provinciale – concilium dans la partie occidentale et koinon dans la partie orientale –, va donc subir des modifications : celles dont les provinces ont été réduites en taille vont voir le nombre des cités membres être modifié à la baisse alors que, dans les provinces créées, il va falloir mettre en place une nouvelle assemblée provinciale, comprenant les délégués des cités de ce nouveau ressort administratif, qui devenait essentiel pour leur vie commune.

  • 4 Lassère, 2015, p. 532.

3Si les pratiques – célébration du culte impérial provincial dans le cadre de la réunion annuelle, etc – sont déjà connues et ne changent guère4, les prouinciales de ces nouveaux ressorts ont dû apprendre à fonctionner de concert, à faire vivre ces assemblées provinciales, aux membres moins nombreux même si chaque cité envoyait plusieurs délégués, et à construire une communauté ancrée sur un territoire restreint.

4Les témoignages de cette activité sont rares. Il est néanmoins important de les prendre en compte car ils sont la manifestation de l’acceptation du nouveau cadre par les habitants et, de ce fait, l’expression de la fierté d’appartenir à une communauté soudée.

5Dans les années qui suivent la mise en place des provinces, comment les ressorts provinciaux créés par Dioclétien s’expriment-ils ? Le font-ils rapidement après la création provinciale ?

  • 5 Sur les prêtres provinciaux, cf. la bibliographie antérieure : La Rocca, 2010, p. 82, note 10.

6Plusieurs types de documents épigraphiques témoignent de cette activité. Il s’agit d’une part des hommages publics, votés par les assemblées provinciales, qui sont l’un des moyens pour ces assemblées de se manifester. Rendus aux princes, aux gouverneurs ou aux principaux notables, ces hommages occupent au sein de l’espace public une place de choix. Le deuxième type d’inscriptions concerne le prêtre provincial5, dont la mention est un indice à prendre en compte pour mesurer l’activité du concilium. Coopté par l’assemblée provinciale, le patronus prouinciae est un troisième élément témoignant de la vitalité et de la cohésion d’une assemblée. Enfin, les ambassades décidées par le concilium sont le quatrième élément visible de cette activité.

7Ce sont donc ces divers acteurs et actions que j’ai retenus afin de dresser le portrait de ces nouvelles assemblées, nées, en ce qui concerne les provinces africaines, à la fin de la période tétrarchique. Comme il était peu réalisable d’envisager l’ensemble des provinces de l’Empire dans le cadre d’un article, je me suis penchée sur les provinces africaines, et plus particulièrement sur la nouvelle province de Tripolitaine. Afin de mesurer au mieux les effets de la création, j’ai également retenu le cas de la Byzacène voisine, née dans le même contexte.

La création des provinces de Tripolitaine et de Byzacène et des structures afférentes

  • 6 Cagnat, 1909, p. 68 ; 71, suivi par Desanges, 1963, p. 7.
  • 7 Chastagnol, 1967.
  • 8 CIL, VIII, 608 = 11772 (ILS, 637) Mididi ; il s’agit d’Aurelius Aristobulus, gouverneur siégeant à (...)
  • 9 AE, 1908, 197 = 1909, 217 = 232 = CIL, VIII, 23179 + 23180 = ILAlg., I, 3832 + 3833 = ILTun., 308 (...)
  • 10 Chastagnol, 1967, p. 119.
  • 11 Di Vita-Evrard, 1984, p. 163.
  • 12 Cagnat, 1909, p. 68 : en 294/295 pour la Byzacène ; Warmington, 1954, p. 1 : peu après 294 pour la (...)
  • 13 Seston, 1946, p. 331 ; Di Vita-Evrard, 1984, p. 163, note 63 pour la bibliographie.
  • 14 Di Vita-Evrard, 1984, p. 168-177 et le tableau p. 177 ; Di Vita-Evrard, 1985, p. 156.
  • 15 Desanges, 1992, p. 1675 ; Christol, 2005, p. 148 Addendum.
  • 16 Lassère, 2015, p. 529 ; 531. Certains hésitent encore à admettre une datation vers 303 : Oshimizu,(...)
  • 17 Chastagnol, 1967, p. 126-130, pour les fastes provinciaux et la prosopographie des gouverneurs de (...)
  • 18 Cat. 28.
  • 19 Chastagnol, 1967, p. 122 ; 127, n° 2 ; 128, n° 2.
  • 20 CIL, VIII, 22763 (ILS, 9352) = ILTun., 5 = ILPBardo, 21 Tibubuci : Centenarium Tibubuci / quod Val (...)
  • 21 Leptis, p. 373.

8La création de la province de Tripolitaine, liée au découpage de la province d’Afrique proconsulaire, a pu être datée entre 294 et 305 par R. Cagnat6 et A. Chastagnol7. Le dernier proconsul d’Afrique, T. Claudius Aurelius Aristobulus, intervint à Mididi au cours du premier semestre 2948. La nouvelle province de Byzacène a donc été organisée après cette date, mais avant le 1er avril 305, date à laquelle est attesté le premier praeses connu, [Mu ?]cius Flauianus9, qui peut être le premier gouverneur : l’hommage rendu au Genius des princes à la limite de la frontière provinciale serait une borne limite. La nouvelle province de Byzacène occupe la côte depuis Pupput (Hammamet) jusqu’à Tacapae ; les liaisons entre Carthage et l’ancienne partie sud de la province d’Afrique ne sont alors plus directes10. Il était donc assez logique d’envisager la création de la Tripolitaine en parallèle11. Certains ont proposé une datation plus précise, entre 294 et 29812, mettant le démembrement en relation avec le séjour de Maximien en Afrique en 297/29813. À la suite de G. Di Vita14, M. Christol préfère retenir la fin de l’année 30315. Les éléments présentés invitent à suivre leur argumentation16. Le titre du gouverneur, praeses prouinciae Tripolitanae, et son rang, uir perfectissimus, sont connus par plusieurs documents qui permettent de restituer les fastes des débuts de cette province17. Les deux premiers gouverneurs, C. Valerius Vibianus18 à qui succède Aurelius Quintianus avant 308/30919, font édifier le centenarium Tibubuci20 sur le limes Tripolitanus21.

  • 22 Dioclétien a ainsi laissé en place, comme proconsul d’Afrique, T. Claudius Aurelius Aristobulus, p (...)
  • 23 AE, 1926, 158 = IRT, 397 = IRT 2009, 397 Lepcis Magna : Imp(eratori) Caes(ari) L(ucio) Septimio Se (...)

9La province créée, il a fallu mettre en place les institutions afférentes. Les émissaires du pouvoir central avaient été prévus22, mais il a aussi fallu que les provinciaux réorganisent l’assemblée provinciale, devenue indispensable, tant pour rendre hommage aux princes défunts que comme contre pouvoir politique face à des mauvais gouverneurs. Jusque-là, les Lepcimagnenses, les Sabrathenses, les Oeenses et les Gigthenses envoyaient leurs délégués à Carthage. Au sein de cette assemblée nombreuse, leur poids devait être infime, leur puissance limitée – ainsi, à ce jour, on ne connaît qu’un prêtre provincial d’Africa proconsularis mentionné à Lepcis Magna23 issu des cités qui constituent sous Dioclétien, la Tripolitaine –, et leurs demandes peu prises en compte, en particulier quand elles traitaient des problèmes ne concernant qu’eux (relations avec les tribus sahariennes par exemple). Cette assemblée, comprenant les délégués de chaque cité de la nouvelle province, a dû être organisée.

  • 24 CTh., 12.12.1 : In Africanis prouinciis uniuersis conciliis liberam tribuo potestatem…. Cf. Larsen(...)
  • 25 IRT, 470 Lepcis Magna : […] prouin[ci]a Tripolita[na…] entre 340 et 350 ; IRT, 111 Sabratha : …. s (...)
  • 26 Cat. 21 ; 22 ; 29 ; cf. peut-être aussi dans cat. 31.
  • 27 Comme L. Aemilius Quintius (Cat. 6 ; 32 ; IRT, 588 = Leptis, 60 Lepcis Magna : Quintii fl(aminis) (...)
  • 28 Le nombre des cités de Tripolitaine est réduit, il fallait néanmoins constituer une assemblée viab (...)

10Les premières mentions de l’existence d’une assemblée provinciale sont plutôt tardives, mais la loi de 355 précise bien que toutes les provinces africaines ont le droit d’avoir un concilium24. Comme toutes les assemblées, celle-ci pouvait prendre des décisions25, élire des prêtres26, choisir des ambassadeurs27… Désormais, au sein de la nouvelle structure, ne siègent que les délégués des cités de Tripolitaine. Chaque cité a dû envoyer plus de délégués28, qui se retrouvent désormais « entre eux », et à proximité du gouverneur. L’existence de ce concilium prouinciae Tripolitanae est attestée par deux mentions rares et donc significatives.

  • 29 On peut mentionner un texte mentionnant Dioclétien et Maximien – un milliaire ? – (Constans, 1915, (...)

11Issus des cités principales que sont Sabratha, Gigthis29 tableau et surtout Lepcis Magna, – Oea, Tripoli aujourd’hui, n’a fourni que peu d’inscriptions, la ville ayant été occupée de façon permanente avec l’installation de la citadelle et de la médina sur la ville antique –, ce sont un peu plus de trente inscriptions de Tripolitaine qui peuvent nous fournir des indications. Elles sont datables à partir du début du IVe siècle, et toutes ne feront pas ici l’objet d’une analyse détaillée, les plus récentes ne figurant que comme élément de comparaison. Certaines permettent de mettre en évidence l’activité du concilium ; elles ont été rassemblées dans le tableau 1.

Tableau 1. Les activités du concilium Tripolitanae

  • 30 Cat. 6.
  • 31 Caes., Civ., II, 1, 4 ; II, 17, 2 ; 3 ; 18, 1 ; 5 ; 6 ; 19, 1 ; 4 ; 21, 4. Cf. Lefebvre, 2013, p.  (...)

12La première activité du concilium est de prendre des décisions, en respectant l’ordre du jour : on connaît ainsi la mention d’un décret voté par les délégués siégeant en son sein. Le document30 date de la fin du IVe siècle, mais la mention d’un décret de l’ensemble de la province (totius prouinciae) ne peut renvoyer qu’au concilium. C’est déjà ainsi que, dès la République, l’ensemble des provinciaux est désigné31.

  • 32 Sur les prêtres provinciaux tardifs, Filippini, 2016.

13Les décisions prises ne subissent guère de modifications par rapport à la période antérieure : le concilium a vocation à élire chaque année le sacerdos prouinciae. Plusieurs sont connus comme T. Flauius Vibianus (cat. 20 et 22) et M. Vibius Annianus Geminus (Cat. 29 et 31) à l’époque constantinienne ou encore L. Aemilius Quintus (cat. 32) entre 383 et 38832.

  • 33 Cf. ci-dessous.
  • 34 Cet ordre des hommages est donné par Bartoccini, 1950, p. 36-37 ; il n’est pas suivi par Romanelli (...)
  • 35 Cat. 32.

14Plus rarement, les décrets concernent l’envoi d’ambassadeurs désignés par les délégués provinciaux. Si l’une de ces ambassades est bien connue grâce à Ammien Marcellin33, d’autres sont simplement évoquées dans les inscriptions, sans que nous connaissions les raisons précises ayant conduit l’assemblée provinciale à décider d’envoyer des legati auprès du Prince. L’une d’entre elles est rappelée dans les hommages rendus à Sabratha, à Lepcis Magna34 et à Gigthis35 entre 383 et 388 à L. Aemilius Quintus, grand notable ayant reçu une mission confiée par toute la province – pro uoto totius prouinciae – lors de troubles au cours du IVe siècle, sans doute en relation avec les menaces des Asturiani débutant en 363.

  • 36 Cat. 1. Cf. Krause, 1987, p. 77, n° 171.
  • 37 Lefebvre, Patronus.
  • 38 Niquet, 2001 ; Tantillo, 2010, p. 380.

15Mais le concilium peut aussi avoir à prendre une décision bien plus exceptionnelle, comme choisir un patron de la province de Tripolitaine : un est connu et honoré à Sabratha36. Le nombre de patroni prouinciae est suffisamment peu nombreux37 pour que cette mention soit, là encore, significative. Daté de 340/350, cet anonyme serait un curiale en fin de carrière appartenant aux élites romaines – il est uir perfectissimus, ce qui pourrait faire de lui un praeses de la province ; est-il originaire de Tripolitaine ? Il est impossible de l’affirmer, même s’il est tentant de le proposer. L’activité pour laquelle il est connu à Sabratha est à mettre en relation avec la rénovation de la parure urbaine, en particulier celle du temple de Liber Pater38. Le texte, très lacunaire, permet difficilement de comprendre le rôle de chacun – le gouverneur en fonction, Flauius Victor Calpurnius, est mentionné –, mais nous pouvons voir que le patron anonyme n’est pas le dédicataire du texte, puisqu’il s’agit de la dédicace du temple.

16À cette nouvelle province, il faut une capitale où l’administration impériale puisse disposer d’une espace qui est aussi le lieu de réunion du concilium : Lepcis Magna.

La nouvelle capitale provinciale, Lepcis Magna

  • 39 RE, III, 1899, s. u. Claudius, col. 2773, n° 239 ; PIR2, C, 933 ; Thomasson, 1996, p. 63, n° 77.
  • 40 Sjöström, 1993, p. 31.

17La ville la plus importante et la plus riche de la nouvelle province, Lepcis Magna, devient la capitale provinciale. On peut remarquer qu’elle est loin d’être dans une situation centrale et que, au IIe siècle, ce n’est pas à Lepcis Magna que le gouverneur s’arrêtait dans le cadre de sa tournée judiciaire. Le seul témoignage dont nous disposons, le procès d’Apulée, a lieu à Sabratha ; cette dernière semble avoir été, au moins sous le mandat de Claudius Maximus39 en 158, le siège du conuentus du proconsul pour cette partie méridionale de l’Africa. La situation hiérarchique entre les deux cités va sans doute être modifiée lorsqu’un Lepcitain devient empereur : à partir du début du IIIe siècle, la plupart des textes mentionnant des officiels proviennent de Lepcis Magna40, témoignages de sa primauté.

  • 41 Lepelley, 1981a, p. 362.
  • 42 Jouffroy, 1986, p. 291 : elle évoque un nouveau complexe à la place de la Basilica Vetus.
  • 43 Cat. 9. Un second texte, plus lacunaire, signale les mêmes travaux : IRT, 771 = Leptis, 72 Lepcis (...)
  • 44 Lepelley, 1981a, p. 337 ; Leptis, 71, p. 456.
  • 45 Leptis, 73. Cf. Lefebvre, 2022.

18La ville de Septime Sévère va donc désormais être le siège du gouvernement provincial et du nouveau concilium prouinciae, et va alors connaître un regain d’activité41. L’implication des provinciaux dans l’entretien de la ville est perceptible lors de la réparation de la basilique du Forum Vetus42 en 324/326, sous le mandat de Laenatius Romulus43. C’est, en effet, grâce au travail des provinciaux – operis prouincialium – que les effets de la foudre sont réparés, les journées de travail alors effectuées. Sont-elles fournies par les habitants de toutes les cités de la province au titre des munera44, tout au moins au titre du munus sordidum par les gens du peuple ? Il est difficile de le dire. Mais la mention du terme prouincialis dans un tel contexte, vingt ans après la création de la province, est une façon de signaler la réalité aussi bien administrative que vécue de la province. C’est aussi dans ces années-là que le macellum est restauré45.

  • 46 Pour une liste des hommages rendus aux princes et aux gouverneurs et dignitaires impériaux, cf. Le (...)
  • 47 Lefebvre, 1994, p. 237-241.
  • 48 Cat. 17.
  • 49 Cat. 20.
  • 50 Lors de la création de la province de Pisidie au début du IVe siècle, le gouverneur intervient à A (...)
  • 51 IRT, 543 = IRT-S, 543, p. 143 (AE, 1983, 949) = Leptis, 46 Lepcis Magna : Curni // L(ucio) Volusio (...)
  • 52 Di Vita-Evrard, 1984, p. 160-161.
  • 53 Di Vita-Evrard, 1984, p. 161-162.
  • 54 Di Vita-Evrard, 1984, p. 161-162.

19Le forum sévérien joue alors le rôle de « forum provincial » ; on remarque, en effet, en tenant compte des pierres qui ont pu être déplacées, que la grande majorité des documents officiels du IVe siècle46 ont été découverts dans le Forum Seuerianum, alors que les témoignages liés à la vie municipale se trouvent surtout sur Forum Vetus47. Cette précision topographique figure d’ailleurs dans deux documents. Flauius Archontius Nilus, praeses vers 355/360, est honoré par les Lepcimagnenses, dont il est le patron, in Seueriano foro48. C’est également le cas de Flauius Petasius49, honoré par l’ordo de Lepcis Magna à une date indéterminée ; sa statue est placée in foro nouo Seueriano, le terme nouus étant sans doute un tantinet exagéré, le programme urbanistique sévérien datant des règnes de Septime Sévère et de Caracalla – l’inauguration est à placer en 217. Il pourrait cependant renvoyer au nouveau rôle du Forum Seuerianum, dont le rôle provincial est accru lors de la création de la province. Sans pouvoir le comparer au complexe provincial de Taracco, ou à celui du sanctuaire des Trois Gaules à Condate, il semble clair que cet espace a été choisi pour monumentaliser et rendre lisible le nouveau rôle de capitale provinciale de Lepcis Magna. Un personnage aurait pu être chargé des modifications urbanistiques nécessaires50 : il s’agit de L. Volusius Bassus Cerealis51, curator rei publicae suae à Lepcis Magna, après sa charge de légat de la province d’Africa proconsularis remplie entre 290 et 294. La curatelle est donc assumée soit juste avant la création de la Tripolitaine et le choix de Lepcis Magna comme capitale, soit juste après52, vers 302-304 ?, solution qui est retenue par G. Di Vita53. Comme cette dernière l’écrit, ce fonctionnaire clarissime apprécié n’a pas été nommé au hasard : grand notable local, il a été choisi « pour prendre en main à Lepcis une situation ni critique ni difficile mais délicate, pour assumer la transition dans certains domaines au moins54 ». Est-ce à la suite de son mandat que le Forum Seuerianum devient nouus, après un rafraîchissement ?

  • 55 Alföldy, 1973.
  • 56 IRT, 588 Lepcis Magna (cf. note 27).
  • 57 Cat. 21 ; 29.
  • 58 Cat. 31.
  • 59 Cat. 29.
  • 60 Cat. 32.
  • 61 Cat. 7 : son titre de sacerdotalis ne figure pas dans l’inscription.
  • 62 IRT, 588 Lepcis Magna (cf. note 27).

20On s’attend alors, comme à Tarraco55, à trouver un temple du culte impérial provincial et des hommages rendus aux prêtres provinciaux. Il existe sur le forum un temple d’époque sévérienne, implanté sur un des petits côtés, érigé sur un haut podium. Il est très difficile de savoir quelle divinité y était honorée, et donc si le culte impérial y prenait place. Le titulaire de la fonction porte le titre de sacerdos ou de sacerdotalis ; il semble être bien spécifique au culte impérial provincial, comme on peut le noter dans l’inscription de L. Aemilius Quintus découverte à Lepcis Magna56, où, si le titre est rappelé à deux reprises, le cadre d’exercice, la province, n’est pas mentionné. Quoi qu’il en soit, deux des trois sacerdotales prouinciae Tripolitanae sont honorés par la cité qui gère l’espace public, sur le Forum Seuerianum57. C’est tout au moins là que les bases les mentionnant ont été retrouvées (il faut relever que l’usage, attesté à Tarraco et confirmé par la lex de flamonio de Narbonne, permet au prêtre provincial d’ériger sa statue intra fines huius templi, c’est-à-dire dans l’aire sacrée qui enserre le temple). La troisième base58 a été retrouvée au théâtre, dont on connaît les liens avec le culte des empereurs : M. Vibius Annianus Geminus59 est ainsi honoré dans deux espaces publics mis en relation avec le culte impérial. Le troisième sacerdotalis prouinciae, L. Aemilius Quintus60, est honoré d’une statue entre 383 et 388 à Gigthis. Quelque temps auparavant, il avait déjà été honoré à Sabratha61 et à Lepcis Magna62, sur le Forum Seuerianum ; la localisation de l’hommage, dans un espace qui semble être consacré au rôle provincial de la cité, explique sans doute que le cadre géographique de sa fonction de sacerdotalis ne soit pas explicité, comme nous l’avons vu il y a un instant.

21C’est dans cet espace que les gouverneurs de Tripolitaine vont être honorés : il est ainsi le lieu où se manifeste « l’identité provinciale », perceptible à travers la présence d’une assemblée provinciale prenant des décisions, l’existence d’un prêtre provincial et la désignation d’un patron provincial.

Les Tripolitani adhèrent au nouveau cadre administratif, la province de Tripolitaine

  • 63 Lepelley, 1981a, p. 362, en particulier note 119 ; Tantillo, 2010, p. 27-32.
  • 64 Creté, 2012.
  • 65 Un autre praeses pourrait être le premier (Goodchild, 1952, p. 109-110 (AE, 1954, 184b) Graret Gse (...)
  • 66 Trousset 1974, p. 34 ; 92, n° 98 ; p. 150-151 ; 153.
  • 67 Il me semble difficile de suivre M. Torelli (Torelli, 1974, p. 393 ; figure 1) qui le pense d’orig (...)

22Au-delà des structures administratives mises en œuvre par le pouvoir central, ce sont bien les provinciaux eux-mêmes qui adhèrent à ce cadre imposé. De fait, très tôt après la création provinciale, les gouverneurs de Tripolitaine sont honorés par les populations civiques qu’ils administrent63. Je n’évoquerai pas ici dans le détail l’ampleur des elogia qui s’inscrivent au sein des hommages, une thèse récente les étudiant dans le détail64. Néanmoins, quelques remarques peuvent être formulées dans le cadre de cette présentation. La première est liée à la précocité du premier hommage rendu65. Il concerne C. Valerius Vibianus signo Obsequius, le premier praeses de la province connu à ce jour. Fondateur du centenarium de Tibubuci66 vers 297, il est honoré par l’ordo et le populus de Lepcis Magna, comme gouverneur et comme patronus. Qu’il ait été choisi comme patron par la population de la capitale provinciale67, si peu de temps après la création, n’est à mon sens pas anodin, et révèle le plaisir que les Tripolitains ont eu à avoir « leur » gouverneur à proximité.

  • 68 Cat. 6.
  • 69 Cat. 32.
  • 70 Amm. Mar., XXVIII, 6, 21 : … Caecilium consiliarium in ea prouincia genitum…

23Cette fierté provinciale s’exprime aussi au sein des hommages rendus aux notables qui, au détour d’une phrase, voient leur investissement provincial loué. C’est le cas pour L. Aemilius Quintus68, flamen perpétuel qui est honoré par l’ordo et populus splendidae coloniae Sabrathensis à la suite d’un décret provincial que j’ai déjà évoqué. L’elogium qui lui est consacré est clair : quod laborem continu(u)m pro prouinciae suae necessitate sustinuit. C’est bien au niveau provincial que ses efforts ont porté, et l’insistance manifeste sur son appartenance – sua – n’est à mon sens pas anecdotique et pas uniquement rhétorique. Il était évident que son labor ne pouvait être mis en relation qu’avec sa province ; cet investissement lui a valu d’être ensuite choisi par le concilium comme sacerdotalis prouinciae69. Insister en ajoutant sua est un moyen d’exprimer la fierté d’être Tripolitain, honoré à la fois par sa cité mais aussi par un décret de l’assemblée provinciale. Il est évidemment dommage que nous ne disposions pas d’un tel exemple plus tôt dans le siècle ! C’est d’ailleurs par le biais de son origine provinciale qu’un des ambassadeurs de la province est évoqué par Ammien Marcellin70, et non par son origine civique.

  • 71 Amm. Mar., XXVIII, 6, 1-30. Cf. Kotula, 1965, p. 177 ; l’affaire occupe le chapitre 4 de la thèse, (...)
  • 72 Pour une présentation de l’affaire et la bibliographie, cf. Lepelley, 1981a, p. 354-362.
  • 73 Cat. 15.
  • 74 Virius Nicomachus Flauianus : PLRE, I, p. 347-348, Flavianus 15. C’est un sénateur richissime et p (...)
  • 75 Pour une présentation générale de l’affaire, cf. Guey, 1950, p. 84-89 ; Günther, 1994 ; Günther, 1 (...)
  • 76 Amm. Mar., XXVIII, 6, 5. Cf. PLRE, I, p. 768, Romanus 3 ; Warmington, 1956.
  • 77 Amm. Mar., XXVIII, 6, 7 : Tripolitani … adlapso legitimo die concilii, quod apud eos est annuum …
  • 78 Amm. Mar., XXVIII, 6, 9 : … obtulerunt decreta…
  • 79 Amm. Mar., 28.6.7 : ... Seuerum et Flaccianum creauere legatos, … ; 9 : uenerunt in comitatum lega (...)
  • 80 Lepelley, 1981a, p. 356, note 98.
  • 81 Amm. Mar., 28.6.16.
  • 82 Amm. Mar., 28.6.7 : … lacrimosas prouinciae… ; 20 : … Tripolitanos frustra queri commemorans… ; 23 (...)
  • 83 Amm. Mar., XXVIII, 6, 10.
  • 84 Pour une chronologie des faits, cf. Lepelley, 1981a, p. 357, note 103 qui reprend la proposition d (...)
  • 85 AE, 1950, 188 = IRT, 475 = Leptis, 27 Lepcis Magna : Flauianii u(iri) c(larissimi) // Nicomacho Fl (...)
  • 86 Lepelley, 1997, p. 342-344.
  • 87 IRT, 475 = Leptis, 27 Lepcis Magna (cf. note 86), découverte sur le Forum Seuerianum côté oriental (...)
  • 88 IRT, 570 = IRT-S, 570, p. 130-131 (AE, 1957, 236) = Leptis, 29 Lepcis Magna : […]allometis // Prae (...)
  • 89 Cat. 24 : le 8 ou 9 juin 378 ; les difficultés vécues sont ici aussi évoquées. Flauius Viuius Bene (...)
  • 90 Cat. 15.
  • 91 Cat. 15. Cf. Guey, 1953, p. 344-346.
  • 92 On peut évoquer le cas de Pline le Jeune et des Baetici ; cf. Lefebvre, 2002.
  • 93 Kotula, 1965, p. 177.

24Le deuxième exemple qui peut être évoqué mentionne une injustice dont furent victimes les Tripolitani. L’épisode est connu par Ammien Marcellin71 qui rapporte les malheurs des habitants de Lepcis Magna entre 363 et 37672. C’est une inscription73 découverte dans le Forum Seuerianum qui nous permet d’en connaître l’heureuse conclusion, les habitants de Lepcis Magna honorant Decimius Hilarianus Hesperius, iudex sacrarum cognitionum, qui enquêta avec Nicomaque Flavien74, vicaire d’Afrique en 376/377. Résumons les faits : attaqués à plusieurs reprises par les Austuriens vers la fin de 363, puis en 365, les habitants de Lepcis Magna ne reçoivent pas du comte Romanus75 – comes per Africam76 entre 364 et 373 environ – l’aide espérée. Ils décident donc de recourir à une possibilité offerte aux provinciaux : l’envoi d’une ambassade. C’est au sein du concilium prouinciae que la décision est prise77 : l’assemblée provinciale est ici clairement mentionnée, ce qui confirme les quelques indices perceptibles dans les inscriptions. Le concilium prend une décision, sous la forme d’un décret78, et envoie deux ambassadeurs, Seuerus et Flaccianus79, auprès de Valentinien Ier afin de se plaindre80 ; deux autres délégués suivent, Iouinus et Pancratius81, Romanus veillant à ce que les plaintes ne fussent pas prises en compte par l’empereur. Il s’agit bien alors de défendre les intérêts de l’ensemble des provinciaux malmenés82 ; ils sont clairement désignés comme Tripolitani par Ammien Marcellin83. Après moult péripéties, qui voient les ambassadeurs provinciaux être accusés, les Lepcitains se désolidariser de l’action menée, cette affaire, qui a duré sans doute plusieurs années84, est réexaminée par Nicomaque Flavien et Decimius Hilarianus Hesperius, proconsul d’Afrique depuis la fin de 375, à la suite de l’arrestation en 373 de Romanus, ce qui permit de découvrir la vérité : Lepcis Magna avait bien été fidèle à l’empereur85, et les citoyens lepcitains injustement condamnés et exécutés dans les sombres années précèdentes furent réhabilités. L’ensemble des « justiciers » sont honorés86 : Nicomaque Flavien, vicaire d’Afrique et patron de la cité87, le comte Flauius Victorianus88, le praeses Flauius Viuius Benedictus89 et Decimius Hilarianus Hesperius90. Ce dernier est honoré dans la capitale, sur le Forum Seuerianum, par les habitants de Lepcis Magna91, dont il est devenu lui aussi le patron. La cause de l’hommage est clairement mentionnée : ob honorem iustitiae quam causae Tripolitanorum delicatae sacro iudici(o). Le terme causa est celui qui est traditionnellement employé pour désigner les procès de ce type, dans lequel un patronus causae défend les intérêts des accusateurs92. C’est bien une affaire touchant tous les habitants de la Tripolitaine qui ont collectivement porté plainte devant le prince. Soixante-dix ans après la création de la province, c’est une communauté cohérente qui s’exprime. Mais il faut signaler que les autres assemblées africaines93 semblent avoir soutenu les Tripolitani dans ce contexte politique trouble qui se déroule alors que l’empereur s’oppose au Sénat.

  • 94 Ainsi, Flauius Viuius Benedictus, praeses de Tripolitaine en 378, rend hommage à Valentinien à Gig (...)
  • 95 Moira, 2012, II, p. 11-81 ; dans sa thèse, elle évoque les particularités des elogia figurant dans (...)

25Il semble donc que les provinciaux, désormais Tripolitani, se soient bien adaptés à ce cadre provincial imposé par Rome. Prêtre et patron provinciaux, assemblée provinciale, forum jouant sans doute le rôle de forum provincial, et gouverneurs très impliqués au sein de la province94 et particulièrement appréciés par leurs administrés95 en sont les manifestations les plus évidentes.

Une situation différente en Byzacène

  • 96 Cf. CIL, VI, 1688 (ILS, 6111b) Rome. On pensait que l’épithète Valeria n’était plus attestée après (...)
  • 97 Je renvoie à l’article d’A. Chastagnol (Chastagnol, 1967, p. 122-126) pour les fastes de la provin (...)
  • 98 Recherches menées sur la banque de données épigraphiques [http://www.manfredclauss.de/fr/index.htm (...)
  • 99 Figure ainsi un règlement d’administration financière découvert à Carthage, très fragmentaire (CIL(...)
  • 100 […] Victorinus, uir clarissimus, consularis prouinciae Valeriae Byzacenae entre 337 et 350 (CIL, V (...)
  • 101 ILAlg., I, 2116 + 2159b + 2163 + 2164 + 2169 + 4012 (AE, 1922, 18) Madaurus : [G]ez(i)o Largo c(la (...)
  • 102 CIL, VIII, 23179 + 23180 = ILAlg., I, 3832 + 3833 = ILTun., 308 = ILAfr., 314 Pupput : entre 383 e (...)
  • 103 AE, 2001, 2068 = 2006, 1673 Thélepte : [… P]risco, u(iro) c(larissimo), consulare prouinciae Flaui (...)
  • 104 Les bureaux du gouverneur sont connus par une inscription du premier quart du IVe siècle : Poinsso (...)
  • 105 Plusieurs inscriptions découvertes à Rome mentionnent le cursus honorum de Q. Aradius Rufinus Vale (...)

26Or, dans le même temps, était organisée la province de Byzacène, la prouincia Valeria Byzacena96, gouvernée elle aussi par un praeses portant le titre de uir perfectissimus dans les premiers temps97 : ce n’est qu’à partir de Constantin que le gouverneur est de rang sénatorial, et il apparaît alors comme étant plus élevé dans la hiérarchie sociale que le gouverneur de Tripolitaine. Il serait donc assez logique de retrouver des phénomènes similaires dans les deux provinces. Or, il n’en est rien. Certes, plusieurs inscriptions98 mentionnent la province de Byzacène99, en général dans la mention du gouvernorat provincial100, y compris en dehors de la province101, dans des hommages rendus aux empereurs102 ou aux gouverneurs103, ce qui n’est pas une manifestation de l’adhésion des provinciaux au nouveau cadre administratif104 et ne peut donc être pris en compte105.

  • 106 CTh., 2, 19, 3 : Idem a. ad concilium Byzacenorum.
  • 107 AE, 1908, 197 = 1909, 217 = CIL, VIII, 23179 + 23180 = ILTun., 308 = ILAlg., I, 3832 + 3833 Tamesm (...)
  • 108 AE, 1912, 178 = ILAfr., 314 Pupput (Proconsulaire) : D(omino) n(ostro) Arcadio Incly/to Pio Felici (...)
  • 109 Chastagnol 1967, p. 123 ; 124, n° 3.
  • 110 CIL, VI, 1684 (p. 4733) Rome : Populonii / Valerio Proculo, u(iro) c(larissimo), / praesidi prouin (...)
  • 111 Chastagnol, 1967, p. 123 ; 125, n° 10 ; pour l’hypothétique patronat, cf. Krause, 1987, p. 77, n°  (...)
  • 112 Lefebvre, Patronus.
  • 113 CIL, X, 3846 = Chioffi, 2004, p. 1099-1100 = Chioffi, 2005, p. 51-52, n° 14 Capoue : Argentii / Br (...)
  • 114 Chastagnol, 1967, p. 125, n° 11. Cf. PLRE, I, p. 165 ; 724 Brittius Praetextatus sigo Argentius 2.
  • 115 Pallu de Lessert, 1901, p. 295, note 3 : « Fl. Sergius Codeus était-il désigné pour le gouvernemen (...)

27Mais nous ne trouvons quasi aucune mention de l’activité d’une assemblée provinciale : seule une loi de Constantin évoque le concilium Byzacenorum106. Mais aucune inscription le mentionnant n’a été découverte localement. Seules des mentions du gouverneur figurent, certes dans plusieurs cités de la nouvelle province, mais leur activité ne semble pas avoir donné lieu à des remerciements de la part des provinciaux : [Mu]cius Flauianus107 dédie un autel au Genius des princes dans une zone très peu urbanisé, en limite de la frontière, Flauius Synesius Philo[mat ?]ius108 rend hommage à Arcadius en compagnie du vicaire d’Afrique Flauius Macrobius Maximianus entre 383 et 408. Aucun patron provincial ne peut être signalé, alors qu’un même gouverneur, Q. Aradius Rufinus Valerius Proculus signo Populonius, présent en Byzacène vers 321-322109, est choisi comme patron par six cités de sa province, dont la capitale Hadrumète : les tables de patronat110 ont été retrouvées dans sa domus romaine du Caelius. Mais la démarche de ces cités n’est pas collégiale puisque les tables s’échelonnent entre le 13 mars 321 et le 3 mars 322, date à laquelle il a sans doute quitté sa fonction. Imitant la démarche initiale, la décision est prise au sein des cités et non au niveau provincial, comme si les provinciaux « n’habitaient » pas encore, près de 20 ans après sa création, la province de Byzacène. On a pourtant tenté de trouver un patron de la province Byzacène en la personne du gouverneur Flauius Mallius Theodorus111 : rien cependant dans sa carrière ne permet de restituer cette charge honorifique112. La cité d’Hadrumète a aussi rendu hommage à l’un des gouverneurs de Byzacène entre 330 et 395113, Brittius Praetextatus signo Argentius114, dans sa cité de Capoue ; mais là encore, ce sont l’ordo et populus d’Hadrumète qui en sont les dédicants, sans que les autres cités de la province ne participent à l’hommage. Un élément cependant dans ce texte pourrait donner vie à la province du point de vue des provinciaux : est mentionné dans le texte Flauius Sergius Codeus, uir perfectissimus, destinatus prouinciae qui a très peu retenu l’attention. Le site Late Statues in Antiquity, LSA 1935, propose de traduire par « sent by the province ». Il faudrait alors comprendre qu’un hommage rendu par une cité est annoncé par un envoyé représentant toute la province, ce qui peut sembler curieux. Est-ce une façon d’indiquer que les provinciaux, via le concilium, ont financé non pas l’hommage mais le déplacement de Flauius Sergius Codeus ? Ou bien doit-on comprendre d’une autre façon le terme destinatus, lié à un homme dont le statut en faisait un candidat potentiel pour de hautes charges, certes pas en Byzacène, province alors consulaire ? C’est ce qu’envisageait A. Pallu de Lessert115.

  • 116 L’histoire d’Hadrumète est mal connue, les découvertes épigraphiques restant très modestes. Cf. Fo (...)
  • 117 Être la ville dont était issu le rival de Septime Sévère, Clodius Albinus, n’a pas dû jouer en sa (...)
  • 118 Deux lois sont reçues par Aco Catullinus, gouverneur, datées du 3 novembre 313 et affichées le 17  (...)
  • 119 Foucher, 1964, p. 320 ; Lepelley, 1981a, p. 262-263 en nuançant.

28Les provinciaux relevant de la nouvelle Byzacène ne semblent donc pas, dans l’état actuel de notre documentation, avoir investi et apprécié le nouveau cadre provincial. Aucun centre ne se dégage, faisant figure de capitale provinciale ; celle-ci est cependant connue mais Hadrumète ne semble pas avoir su jouer116 le rôle que Lepcis Magna a assumé très vite117. Certes, c’est là que le gouverneur reçoit les lois émanant du centre du pouvoir118, mais la ville semble s’être endormie lorsque son port se serait ensablé119.

  • 120 Pour une liste récente des gouverneurs de Byzacène, cf. Oshimizu, 2012, p. 181-182, tableau 1b.
  • 121 AE, 1908, 197 = 1909, 217 = CIL, VIII, 23179 + 23180 = ILTun., 308 = ILAlg., I, 3832 + 3833 Tamesm (...)
  • 122 BCTH, 1950, p. 84 (AE, 1953, 45) Mactar : […]lius […] / […]rant praesidatu Vibi Flauiani […] / […] (...)
  • 123 Charles-Picard, 1945, p. 365, n° 12 (AE, 1946, 45) Chusira : [t]emplum dei PFE[…] / [… A]gricola, (...)
  • 124 Hanoune, Hoët-van Cauwenberghe, 2020 suivi par Christol, 2021, Pupput.
  • 125 AE, 1922, 17 = ILALg., I, 2116 + 2159b + 2163 + 2164 + 2169 = 4012 Madaure : [G]eze(i)o Largo, c(l (...)

29Les inscriptions mentionnant un gouverneur de Byzacène120 ont été principalement découvertes sur la voie Thélepte-Théveste121, à Mactar122, à Chusira123, ou encore à Pupput124 et à Madaure125, qui est en Afrique proconsulaire. Dans l’état actuel de nos connaissances, aucun gouverneur n’a été honoré à Hadrumète, aucune inscription mentionnant la province de Byzacène n’y a été retrouvée.

Les prémices de l’« identité provinciale » des Tripolitani

  • 126 Baratte, 2012, p. 20. Est aussi évoqué « l’isolamento della provincia » (Felici, Munzi, Tantillo, (...)
  • 127 Christol, 1996; Christol, 1999, p. 76 : « Il semble difficile, en effet, à propos de la diocesis (...)
  • 128 Lepelley, 1990/92, p. 145-157 (= Lepelley, 2001, p. 55-68). Sur leur carrière, cf. Thomasson, 1994
  • 129 Di Vita, 1982, p. 535-536 : « il germe di quella che fu poi la provincia diocleziana » ; Di Vita-E (...)
  • 130 Christol, 2006a, p. 234-242.
  • 131 Mattingly, 1995, p. 55 : cette fonction serait à mettre en relation avec des confiscations opérées (...)
  • 132 Lassère, 2015, p. 429. Cf. IRT, 184 Sabratha : […] stati[…] / […] priua[t(a?) …] / […]tri[…] ; peu (...)
  • 133 CIL, VIII, 16542 et p. 2731 (ILS, 1439) = ILAlg., I, 3063 Théveste : M(arco) Aemilio / C[lodiano],(...)
  • 134 Il s’agit de la regio Leptiminensis ou Leptitana gérée par un procurateur sexagénaire du patrimoin (...)
  • 135 Di Vita-Evrard, 1985, p. 144-145. Pour elle, le service passe ensuite sous la tutelle d’un procura (...)
  • 136 Christol, 2006a, p. 235-238 ; Christol, 2006b, p. 2039.
  • 137 CP, 302, p. 785-786 ; 1094.
  • 138 Di Vita-Evrard, 1985, p. 144.
  • 139 Lassère, 2015, p. 426.

30Comment expliquer deux comportements si différents semble-t-il ? Une explication pourrait venir de l’histoire antérieure au morcellement voulu par Dioclétien. Au-delà de sa « physionomie à part »126 par rapport au reste de la province d’Afrique proconsulaire, ce sont aussi des considérations administratives qui conduisent à la création de la province de Tripolitaine ; elle prend en effet, d’une certaine façon, la suite de plusieurs districts administratifs. On peut mentionner la diocesis Hadrumetina couvrant les futures Byzacène orientale et Tripolitaine, sur laquelle aurait pu s’exercer l’autorité d’un des légats127 du proconsul d’Afrique pour les affaires judiciaires128. Mais c’est surtout de la regio Tripolitana, qui se met en place dans la première moitié du IIIe siècle129, dont il convient de parler : il s’agit alors uniquement d’un ressort administratif et fiscal concernant la res priuata impériale130 géré par un procurateur centenaire, sans doute augmentée des confiscations131, au profit de la famille impériale, des biens des partisans de Clodius Albinus, puis des biens de Plautien après sa disgrâce en 205. Les composantes de ce district sont parfaitement identifiées, le siège devant se trouver à Lepcis Magna, sans doute avec une antenne à Sabratha132. Les premières attestations du procurator responsable des propriétés impériales sont sévériennes, à partir du règne de Caracalla. On peut mentionner M. Aemilius Clodianus133, originaire de Théveste, procurator patrimonii per regionem Leptitanam134 et procurator rationis priuatae per regionem Tripolitanam, fonction datée par H.-G. Pflaum entre 198 et 209, ou un peu avant 211 par G. Di Vita-Evrard135, ou enfin sous les règnes de Philippe l’Arabe et de Dèce pour M. Christol136, qui suit une autre suggestion de H.-G. Pflaum137 ; ce premier titulaire de la fonction est honoré par les habitants de Sabratha et d’Oea dans sa cité d’origine, hommages qui témoignent de son investissement dans les diverses cités de son ressort administratif, dont le nom ne renvoie pas à une cité mais bien à un territoire138 ayant une « personnalité affirmée139 ».

  • 140 CIL, VI, 41295 = ICUR-05, 14678 Rome : [… proc(uratori)] / monetae, subpraef(ecto) ann[onae], / pr (...)
  • 141 Di Vita-Evrard, 1985, p. 145 ; note 4, p. 157 ; Tantillo, 2010, p. 16-17.

31Un autre secteur administratif est confié à un procurateur, celui de l’huile annonaire, dont le ressort est aussi la regio Tripolitana : la procuratèle ad olea comparanda p[er re]gionem Tripolit(anam)140 en témoigne. La charge peut être datée des premières décennies du IIIsiècle selon la graphie, sans doute au début du règne de Sévère Alexandre selon G. Di Vita-Evrard141, sans que l’on sache si elle est permanente, détenue par une succession de personnages ou plutôt temporaire, occasionnelle et alors exceptionnelle.

  • 142 Manacorda, 1977, p. 551-552 ; Lepelley, 1979, p. 168-169 ; Burton, 1979, p. 467, note 8 ; 473-474  (...)
  • 143 CIL, XIV, 3593 (ILS, 1185) = InscrIt., IV-1, 106 Tibur : T(ito) Clodio M(arci) f(ilio) […] / Pupie (...)
  • 144 Vitucci, 1959, p. 271-275 (AE, 1959, 271) Lepcis Magna : […] Germanico maximo, / trib(unicia) pot( (...)
  • 145 Jacques 1983, n° 96, p. 196-197 ; I. Tantillo (Tantillo, 2010, p. 17) rejette aussi cette expressi (...)
  • 146 CIL, VIII, 7030 (ILS, 1119) = ILAlg., II, 614 Cirta (cf. Camodeca, 1980, p. 518-519, n° 1 ; p. 524 (...)
  • 147 CIL, XII, 3172 Nîmes : […] cur(atori) ci[uitatis?...] / […] Vmbriae, l[eg(ato?) …] / […], iurid(ic (...)

32Au niveau de la surveillance de la gestion financière des cités142, c’est un curateur des Tripolitains et des Lepcitains qui est attesté aux environs de 226/227143, à nouveau dans ce district administratif clairement indiqué. À la fin du IIIe siècle, on retrouve cette curatelle des Tripolitani144 ; pour G. Di Vita-Evrard, le titulaire, C. Seruilius Marsus, est à placer sous le règne de Gallien, et non de Dioclétien comme l’éditeur l’avait proposé initialement. Sous ce titre, il faudrait comprendre la curatelle simultanée des trois cités et non, comme a pu le suggérer rapidement F. Jacques, un « quasi-gouverneur »145, le curateur ne disposant pas du pouvoir juridictionnel d’un gouverneur, ni de son pouvoir fiscal. On connaît de fait des curateurs chargés des cités de toute une région, comme un curator ciuitatum per Aemiliam146 ou un curator ci[uitat(um) ….] V(m)briae147.

  • 148 La première mention figure dans l’Itinéraire d’Antonin, daté du règne de Caracalla : It. Ant., 77, (...)
  • 149 Di Vita-Evrard, 1984, p. 168-170 ; Di Vita-Evrard, 1985, p. 149-152 ; Donaldson, 1985, p. 166.
  • 150 Mattingly, 1995, p. 54.
  • 151 Cat. 3 : on évoque pour Laenatius Romulus en 324/326, les militiae.
  • 152 CTh., 7, 1, 4 : le 27 juin 349. Cf. Chastagnol, 1967, p. 126-127 pour les différentes étapes de l’ (...)
  • 153 Cat. 17 ; 18 ; AE, 1888, 59 = CIL, VIII, 11031 = ILTun, 14 Gigthis : [… deuicto] / rege Au[sturian (...)
  • 154 Amm. Mar., XXVIII, 6, 13-14. Cf. Felici, Munzi, Tantillo, 2006, p. 591-632.
  • 155 Cat. 17 ; 18.
  • 156 Donaldson, 1985, p. 170.
  • 157 Courtois, 1955, p. 70-91.
  • 158 Salama, 1965, p. 43-44.
  • 159 Lefebvre, 2014, p. 133-136.
  • 160 Cat. 19.
  • 161 Pour une datation légèrement plus tardive, vers 367/369, cf. Donaldson 1985, p. 172.
  • 162 Caputo, 1951, p. 237.
  • 163 Caputo, 1951, p. 238 ; 241.

33Enfin, alors que la frange côtière avec les trois seules cités que sont Sabratha, Oea et Lepcis Magna dépendait du proconsul d’Afrique, l’intérieur du territoire, le limes Tripolitanus148, fut, quant à lui, confié très tôt au légat de la IIIe légion Auguste, puis au gouverneur de la Numidie à partir de Septime Sévère, un officier supérieur le contrôlant149, ce que la titulature indique : praepositus limitis Tripolitanae à partir de Sévère Alexandre ou de Gordien III. Mais cette zone militaire ne comprend pas de centres civiques susceptibles de produire des élites provinciales. Les divers fortins comme Gholaia ou Bu Njem n’ont pas donné naissance à une urbanisation conséquente, ce dernier étant évacué vers 259, tout comme Gheriat el Garbia et Ghadames. Au cours du IIIe siècle, après les mesures sévériennes, il a fallu redéfinir les sphères civiles et militaires150. Après la création de la province de Tripolitaine, les activités militaires de contrôle du limes151 sont sans doute confiées au praeses de la province, jusqu’au moment où ils furent temporairement attribués au comes Africae qui apparaît au milieu du IVe siècle152 : le praeses conserve alors les responsabilités civiles, essentiellement judiciaires ; dès 360, Flauius Archontius Nilus, praeses de la province de Tripolitaine, a récupéré ces compétences militaires et est aussi comes153 en raison de l’agitation des Austuriani154 : il veille d’ailleurs à la remise en état des remparts155 et sans doute d’autres bâtiments publics156. Le territoire n’est en effet pas abandonné comme le pensait C. Courtois157, et suivant en cela P. Salama158, je pense au contraire que le centre du pouvoir, en la personne des tétrarques, a veillé à l’expression de sa présence et de son autorité aux confins de la province, comme en témoigne la réactivation de la zone de l’autel des frères Philènes à cette époque159. Flauius Nepotianus160, entre 355 et 363161, est lui aussi comes et praeses162, fonctions mentionnées dans cet ordre, même si ce sont ces qualités d’administrateur qui sont magnifiées avant ces compétences militaires163.

  • 164 On connaît dans les décennies précédentes des procurateurs affranchis ; cf. Christol 2006a, p. 241 (...)
  • 165 Arnaud-Portelli, 2002, p. 44.
  • 166 Di Vita-Evrard, 1985, p. 154.
  • 167 Christol, 2006a, p. 239.
  • 168 Mattingly, 1995, p. 55. Il ne faut cependant pas oublier que Gightis fait aussi partie de la Tripo (...)
  • 169 C’est ce que laissaient supposer les propos de S. Gsell (ILAlg., I, p ; IX : « À l’époque de Septi (...)
  • 170 Romanelli, 1933, p. 25 : « il nome stesso, è, o mostra di essere, il reflesso di una speciale orga (...)
  • 171 Manacorda, 1977, p. 553.
  • 172 Di Vita-Evrard, 1985, p. 154.
  • 173 Di Vita-Evrard, 1985, p. 154.

34Ce sont donc les divers secteurs administratifs – le district militaire dépend de la Numidie et non de l’Afrique proconsulaire – qui apparaissent comme étant gérés dans le cadre de la regio Tripolitania. Les divers administrateurs connus sont honorés par les habitants de Lepcis Magna, qui apparaît dès lors comme le centre prépondérant du district, confié à un procurateur équestre164 : elle est la cité la plus éloignée de Carthage, pôle régional et ville natale de Septime Sévère165, ce qui lui confère un prestige certain. G. Di Vita-Evrard166 date la première mention de la regio Tripolitana de 211, son apparition étant sans doute légèrement antérieure ; pour M. Christol167, si les attestations sont datées principalement du milieu et de la seconde moitié du IIIe siècle, « le service en tant que tel était certainement plus ancien ». Son nom reflète la place prépondérante des trois cités168. Mais, lors de son organisation, ce district territorial ne fut pas conçu comme devant, à terme, se transformer en province169. Il ne faut pas y voir ce que P. Romanelli170 avait suggéré, et que réfutent D. Manacorda171, puis G. Di Vita-Evrard172, « speaking ... of a gradual transformation into a province is easy, superficial and misleading ». De fait, les habitants de Lepcis Magna, de Sabratha et d’Oea dépendaient toujours du proconsul d’Afrique173 avant la réforme de Dioclétien.

  • 174 Chastagnol, 1967, p. 120.
  • 175 ILAlg., I, 2035 = LBIRNA, 598 Madaure : D/[e] / [V]/[a]/l/e/n/t/i/o/r/u/m / f/a/m/i/l/i/a // Aedem (...)
  • 176 Pflaum, 1955, p. 125 : « nous pourrions considérer le tractus Bizacenus en quelque sorte comme une (...)
  • 177 Desanges, 1963, p. 21 : « la Byzacène a été formée d’éléments fort divers qui coexistaient antérie (...)
  • 178 Desanges, 1963, p. 17-20 : au sud, la limite serait liée à Thapsus, au nord, le Byzacium débuterai (...)
  • 179 Une bande côtière à vocation maritime, mais aussi perçu comme un grenier à blé par les Romains, à (...)
  • 180 L’ouest était contrôlé par Massinissa, et l’est par Carthage, avant la IIIe guerre punique ; cf. S (...)
  • 181 Chastagnol, 1958, p. 7-19 (= Chastagnol, 1987, p. 67-82 avec addendum).
  • 182 Saumagne, 1962, p. 245-255 : il esquisse un système selon lequel les domaines du patrimonium appar (...)
  • 183 Desanges, 1963, p. 22.
  • 184 Christol, 2006a, p. 222.
  • 185 Christol, 2006a, p. 226-234.
  • 186 Desanges, 1963, p. 21-22.

35La province de Byzacène, quant à elle, correspond globalement174, pour la gestion de la res priuata175, au tractus Byzacenus176 organisé à l’époque de Gallien, plus tardivement sans doute que la regio Tripolitana. Cette région domaniale privée a été constituée de deux espaces177 : la zone intérieure d’une part et, d’autre part, l’espace côtier ou Byzacium178, qui a une vraie identité physique, économique179 et politique dès avant la conquête romaine180 et qui releva alors du légat juridique de Carthage181, constituant, pour le patrimonium, le tractus Hadrumetinus182, attesté de façon sûre à partir d’Antonin le Pieux ; c’est sans doute à partir de cette époque, que la région de Thysdrus fut considérée comme faisant partir du Byzacium en raison de sa richesse oléicole183. Ce Byzacium constituait, à l’époque de Pline l’Ancien, « une dépendance de la zone septentrionale de la province », comme l’écrit M. Christol184. Consacrée à la gestion du patrimonium, cette regio Hadrumetina est bien attestée tout au long des IIe et IIIe siècles185 ; le procurateur centenaire réside à Hadrumète, puis c’est un ducénaire qui en assure la gestion, ayant des compétences renforcées, en particulier dans le domaine fiscal, sans doute après l’épisode de 238. Au Byzacium initial, ont été adjointes les cités de la Petite Syrte, jusqu’à Tacapae sans doute186.

  • 187 Desanges, 1963, p. 21.
  • 188 Christol, 1999.
  • 189 Christol, 1999.
  • 190 Christol, 1999, p. 73 : « Théveste avait ainsi pris la première place dans l’énoncé, et que son no (...)
  • 191 Desanges, 1963, p. 21 ; Christol, 2006a, p. 223.
  • 192 Christol, 1999, p. 72.
  • 193 T. Flauius Macer : CIL, VIII, 5351 (ILS, 1435) = ILAlg., I, 285 Calama (Afrique proconsulaire) : T (...)
  • 194 Chastagnol, 1958, p. 8 (= Chastagnol, 1987, p. 69).
  • 195 Chastagnol, 1958, p. 7-19 (= Chastagnol, 1987, p. 67-82 avec addendum) ; Beschaouch, 1982 ; Lassèr (...)
  • 196 Desanges, 1963, p. 21.
  • 197 Il convient néanmoins d’évoquer le dossier de M. Claudius Restitutus, daté du milieu du IIe siècle (...)
  • 198 Ce sont bien des circonscriptions voisines, organisées par Trajan ; cf. Chastagnol, 1967, p. 120 ; (...)
  • 199 Christol, 2006b, p. 2071.
  • 200 Di Vita, 1982, p. 583 : « nel primo trentennio del III secolo vediamo affermarsi nell’amministrazi (...)

36La partie occidentale, intérieure, dépendait d’un légat du proconsul187, puis du légat de la IIIe légion Auguste sous Caligula. À partir du début du IIe siècle, la procuratelle d’Afrique, chargée des biens du prince, a été aménagée188, donnant naissance à un district dont fut chargé un procurateur du patrimoine, centenaire189, basé à Hippone, puis à Théveste190, dans la riche région céréalière – le saltus Hipponiensis- gérant sur le plan domanial le tractus Theuestinus191 -l’insistance est mise sur les praedia192 ; on peut ajouter que cette circonscription gérée par un procurateur, la regio Theuestina et Hipponensis193, organisée autour d’Hippone, Théveste, Cirta et Lambèse correspond aussi à la diocesis Hipponiensis194, ressort du second légat du proconsul195. Mais cette partie méridionale de la Numidie proconsulaire ne fut pas intégralement attribuée à la nouvelle province de Byzacène, Théveste en étant exclue196. C’est dire que les deux parties de la province de Byzacène n’ont jamais eu l’occasion d’être associées dans un même district, qu’il soit juridique ou domanial197. Les deux espaces étaient voisins198, mais les relations nouées l’étaient verticalement, vers Carthage et non horizontalement, entre les villes des deux parties. Certes, la procuratelle d’Hadrumète a, selon M. Christol199, « pris rapidement les contours géographiques de la future province de Byzacène », mais sans totalement la recouvrir. Aucune cité ne semble d’ailleurs, avant le morcellement de Dioclétien, prendre véritablement le dessus dans la région. La situation est, nous l’avons vu, radicalement différente pour la nouvelle province de Tripolitaine : sa localisation aux confins de la Proconsulaire et l’existence d’un tractus Tripolitanus sont autant d’éléments qui témoignent d’une habitude de fonctionnement commun200.

  • 201 Pour les limites des trois procuratelles de Carthage, Hadrumète et Hippone-Théveste, cf. Christol, (...)

Carte 1. Essai de spatialisation des divers districts administratifs de la partie occidentale de l’Afrique201.

37Seules les villes utiles à la démonstration figurent sur la carte afin de garder la lisibilité.

38Les divers districts administratifs sont figurés sous forme de zone possible d’étendue : il est, en effet, très difficile de déterminer exactement leurs limites.

  • 202 CIL, VIII, 5290 (p. 962 ; 1658) (ILS, 5477) = ILAlg., I, 179 Calama ; CIL, VIII, 608 (ILS, 637) = (...)
  • 203 Il est ensuite dit de Numidie.
  • 204 IRT, 543 ; 544 Lepcis Magna. Cf. Christol, 1983, p. 331-343 ; Di Vita-Evrard, 1984, p. 149-177 ; T (...)
  • 205 Chastagnol, 1967, p. 120.
  • 206 Chastagnol, 1958 (= Chastagnol 1987, p. 67-82 avec addendum) ; Beschaouch, 1982, p. 119-121 ; Di V (...)
  • 207 Q. Egrilius Plarianus, légat propréteur en 158/159, est honoré à Gigthis dont il est le patron (AE(...)

39D’autres arguments peuvent être ajoutés qui expliquent la différence de comportement des habitants des deux nouvelles provinces : la région a aussi sans doute constitué l’un des districts où s’exerçait la justice du gouverneur. Ainsi, plusieurs légats du proconsul d’Afrique sont connus et honorés localement. Nous avons la chance de connaître un couple de légats du proconsul, ayant fonctionné entre 290 et 294, période précédant le découpage provincial : il s’agit de C. Macrinius Sossianus202, légat du diocèse d’Hippone203, et son collègue contemporain L. Volusius Bassus Cerealis signo Curnius204. Dans le district de ce dernier, se trouve le territoire de la future Tripolitaine, confirmant ainsi son appartenance au district du légat de Carthage205 ; ce dernier gère ainsi la frange côtière de l’Afrique proconsulaire206, ce dont témoignent quelques exemples207. Nous avons évoqué le procès d’Apulée qui s’est tenu à Sabratha, mais rien n’empêche que, parfois, le gouverneur ou son légat se rendent à Lepcis Magna pour rendre la justice, par bateau éventuellement. Le complexe sévérien, bien antérieur au découpage de Dioclétien, était un atout urbanistique permettant de très vite monumentaliser l’espace où étaient honorés les princes et leurs représentants, les gouverneurs.

  • 208 Lassère, 2015, p. 431.
  • 209 Cat. 21 ; 22.
  • 210 Perea, 1996, p. 1443-1448.
  • 211 IRT, 319 ; 321 ; 322 ; 323.
  • 212 Cat. 21 ; 22 ; 31.
  • 213 Perea, 1996, p. 1447.
  • 214 Lepelley, 1981a, p. 347-348.

40Enfin, dès leur entrée dans l’Empire, les notables des cités de la future Tripolitaine ont, semble-t-il, conservé des pratiques, des coutumes que l’on perçoit à travers la documentation épigraphique : la culture punique est restée vivace longtemps, le rayonnement culturel de Carthage ayant du mal à parvenir jusque-là208. Ainsi, le terme amator suivi de patriae, de concordiae ou de ciuium réapparaît : on le trouve dans les hommages rendus à T. Flauius Vibianus, prêtre provincial209, qualifié de amator patriae ac ciuiium suorum dans l’un et honoré ob ... eximii amoris erga patriam adque ciues suos dans l’autre. Il en est de même pour la charge de prafectus sacrorum210, titre qui apparaît à l’époque augustéenne à Lepcis Magna211 et que l’on retrouve sous Constantin212, « un título en esta época verdaderamente arqueológico213 ». Ainsi que le rappelle C. Lepelley214, ce sont des « titres fort caractéristiques de l’attachement des Lepcitains aux plus anciennes traditions locales » en relation avec des dignités puniques, et que l’on peut mettre en relation avec des phases clés de l’histoire de Lepcis Magna.

41Cela serait donc assez tôt que les futurs Tripolitani auraient ressenti leur particularité, due à l’éloignement avec la capitale de l’Africa proconsularis. La création de la province n’aurait pour eux, en fait, que concrétisé une situation pré-existante. La naissance de la Tripolitaine a dû être ressentie comme un véritable honneur, le cadre administratif reconnaissant leur particularité et leur communauté, à défaut de leur identité.

Conclusion

  • 215 Di Vita-Evrard, 1985, p. 156.

42En conclusion, nous avons pu voir, à travers deux exemples, que l’« identité provinciale » se manifestait de façon fort diverse et même opposée dans le cadre des nouvelles provinces issues du découpage de Dioclétien. Dans un cas, celui de la Byzacène, aucun élément, dans l’état actuel de nos connaissances, ne nous permet d’évoquer un sentiment d’appartenance à une communauté vécue. Vivant dans une province construite à partir de deux espaces jointifs mais sans liens particuliers, les provinciaux ne semblent pas avoir investi le cadre provincial. Au contraire de la Tripolitaine, où les provinciaux, en raison de leur histoire antérieure et de la localisation excentrée de leur territoire, ont visiblement totalement intégré le nouveau dispositif. Si on ne peut parler de « sentiment identitaire » des Tripolitani avant la création de la province de Tripolitaine215, celle-ci, née de la gestion pragmatique des princes, a cependant induit un comportement nouveau. Les manifestations communes des provinciaux, peu nombreuses, certes, mais suffisamment explicites, témoignent d’une véritable fierté. Dans ce cas très précis, il semble qu’à la question quis sum ?, il leur était alors possible de répondre : Tripolitanus !

Annexe I. Catalogue des inscriptions

43Les inscriptions sont classées en fonction des cités d’où elles proviennent, suivant l’ordre fixé par les IRT. La bibliographie complémentaire ne comprend que les références utiles pour mon propos et est organisée par ordre chronologique ; les références prosopographiques ici mentionnées ne seront pas répétées dans les notes, afin de les alléger. Pour ne pas alourdir les notices, aucune photographie des textes ne sera proposée.

Sabratha

1) IRT, 55 = IRT 2009, 55 = Niquet 2001, p. 249-263 = LBIRNA, 708. Panneau de marbre fragmentaire216 ; découverte dans le temple de l’Est, forum.

  • 216 IRT, plate III, n° 3, une partie de la plaque en photographie. Cf. IRT 2009, http://inslib.kcl.ac. (...)
  • 217 La lacune, d’une douzaine de lettres, contient la dénomination du patron, dont le nomen serait alo (...)

Ae[de]m Liberi Patris quam antiqua ruina cum lab[e.. ?..] / P[...]IVS ins[ta]urationem EA[..c. 5..]RISO[.. ?..] / dd(ominorum) n[n(ostrorum) [Fl(aui) Iu]l(i) Constantii m[aximi et Fl(auui) Iul(i) Co]nsta(n)tis max[imi triumphato]/rum se[mper Aug]ustorum [..c. 9..]a m[.. ?..]/rimum praesidicium u(iri) p(erfectissimi) Fl(aui) Victoris Calpurn[i ..c. 8..] ser/uauit hanc L(ucius) Aemilius Caelestinus, duouir [quinquenn]alis, fl[amen] / perp(etuus), amori patriae, studiose respon[dit ...c. 12...]a217, u(iro) p(erfectissimo), / [p]atrono prou(inciae) dedican[te ..25-30..]r fecit, / ex [decreto ordinis].

  • 218 La date est fournie par le gouvernement de Flauius Victor Calpurnius (Cat. 2 ; 23) ; cf. Warmingto (...)

340/350218.

Cf. Cat. 2 ; 23.
Chastagnol, 1967, p. 127, n° 5 ; p. 128-129, n° 5.
PLRE, I, p. 177, Fl. Victor Calpurnius 2.
Lepelley, 1979, p. 97 ; 346.
Lepelley, 1981a, p. 374, note 9.
Krause, 1987, p. 62, n° 39 ; p. 77, n° 171.
Ventura Villanueva et Stylow, 1993, p. 510, n° 2.

2) IRT, 100 = IRT 2009, 100. Deux fragments d’un panneau de marbre ; découverts au théâtre.

44[.. ?..] DEM[.. ?..] / [.. ?..] statuam co[.. ?..] / [.. ?.. c]urante / [.. ?.. Cal]purnio, u(iro) p(erfectissimo) / [praeside pro]u(inciae) Trip(olitanae).

  • 219 Cat. 1.
  • 220 Leptis, p. 380.

45Il s’agit sans doute de Flauius Victor Calpurnius, praeses entre 340 et 350219, qui pourrait avoir fait ériger une statue en l’honneur de Constant ou de Constance II220.
Cf. cat. 1 ; 23.

3) AE, 1948, 39 = IRT, 101 = IRT 2009, 101 + IRT, 102 = IRT 2009, 102 = Leptis, 95. Parties gauche et droite d’une base de statue en marbre moulurée ; partie gauche découverte en réemploi comme architrave de la mosquée de Sidi Iàhia ben Dbàbesc et fragment inférieur droit, découvert sur le Forum, dans le portique nord.

46Militi[ae… 9 ?...]/tiae o[…]/nto e[t a primis ?] / annis [mirae ? ius]/titiae a[c totius ?] / integr[itatis uiro], / Laenat[io Romulo], / u(iro) p(erfectissimo), praesidi / ordo et plebs / Sabrath(ensium), patron[o] / dignissimo, statu[uam], / curante Pompe[io] / Leont[io, u(iro) p(erfectissimo), cu[r(atore) r(ei)] / publ(icae).

47324/326.

48Cf. Cat. 9 ; 10 ; 25.
Aurigemma, 1939, p. 115-117.
Chastagnol, 1966, p. 539-552.
Chastagnol, 1967, p. 127, n° 4 ; p. 128, n° 4.
PLRE, I, p. 771, Laenatius Romulus signo Romulius 4.
Lepelley, 1981a, p. 376, n° 1; p. 376-377, n°2.
Orster, 1998, p. 54.

4) IRT, 103 = IRT 2009, 103. Autel mouluré de grès gris, réutilisé comme base ; découvert dans la basilique, dans le pavement du VIe siècle.

  • 221 Peut-être après le sac de la ville par les Austuriani, entre 363 et 365.

49[Fl(aui) Viui Benedicti, u(iri)] p(erfectissimi), / totius integritatis modera/tionis, iustitiae, prouisionis, / fidei, benignitatis, fortitudinis / ac beneficentiae uiro, Fl(auio) Viuio / Benedicto, u(iro) p(erfectissimo), praesidi prou(inciae) Tripol(itanae), / inter cetera beneficia sua quibus / omnem prouinciam conpendiis re/mediis et uirtutibus fouit suble/uabit erexit etiam ob ea quae sibi / specialiter conlata sunt, ciuitas / Sabrathensis exsultans quod po/st ruinam221 et abnegatum therma/rum populo exercitium citra ullius / dispendium ornamentis patriae / reuocauit, ordo populusque / concinentibus omnibus uo/tis statuam, patrono pr(a)estan/tissimo, gratanti studio / conlocauit // Dedicata / conss(ulum) dd(ominorum) nn(ostrorum) Valentis VI et Valent(in)iani II A[ugg(ustorum)], / die V Kal(endas) Aug(ustas).

50Le 28 juillet 378.

  • 222 Il est aussi connu par CIL, VIII, 10489 = 11024 (ILS, 779) Gigthis où il honore Valentinien II.

51Cf. cat. 13 ; 24222.
Chastagnol, 1967, p. 127, n° 10 ; p. 129, n° 10.
PLRE, I, p. 161, Fl. Vivius Benedictus 4.
Lepelley, 1981a, p. 375, n° 3.
Donaldson, 1985, p. 175.
Fagan, 1996, p. 82.
Horster, 1998, p. 55-56.
Tantillo, 2010, p. 396.
Christol, 1983, p. 335 (= Christol, 2005, p. 144).
Crete, 2012, p. 424-424, Trip, 22.

5) IRT, 107 = IRT 2009, 107. Fragment d’un panneau de marbre ; lieu de découverte inconnu.

52[ [[…]] ] / […]uoca[…] / […] praes[…] / […]nse[…] / […]R […].

  • 223 Il pourrait s’agir d’un gouverneur.

53IIIe-IVe siècle223.

54Tantillo, 2010, p. 30.

6) AE, 1950, 149 = IRT, 111 = IRT 2009, 111. Base moulurée en marbre, réinscrite sur une inscription martelée ; découverte in situ devant l’entrée de la curie.

55L(uci) Aemili Quinti, fl(aminis) p(er)p(etui), / quod laborem continu(u)m / pro prouinciae suae / necessitate sustinuit, / et quod miserias com/munes sacris aurib(us) / intimabit, et remedium / meruit ; ordo et popul(us) / splendidae col(oniae) Sabrat(hensis) / secundum decreta totius / prouinc(iae) dedic(auerunt), cur(ante) / Fl(auio) Venantio.

56Entre 383 et 388.

  • 224 IRT, 588 = Leptis, 60 Lepcis Magna (cf. note 27).

57Cf. cat. 32. L. Aemilius Quintus est aussi mentionné à Lepcis Magna224.
Bassignano, 1974, p. 42-44, n° 25.
Lepelley, 1981a, p. 352 ; 366, n° 20 ; p. 370-371 ; 377 ; 379, n° 7.
Tantillo, 2010, p. 434.

7) IRT, 151 = IRT 2009, 151. Fragment d’un panneau de marbre gris ; lieu de découverte inconnu.

58[…]RAI[…] / [… prouincia]e Trip[olitanae…] / […].

Lepcis Magna

8) Bersanetti, 1943-44 (AE, 1946, 149) = IRT, 465 = IRT 2009, 465 = Leptis, 6. Base rectangulaire ; découverte dans l’angle nord-ouest du Forum Seuerianum.

  • 225 Peut-être une allusion à la victoire sur l’usurpateur L. Domitius Alexander en 311.

59[In]dulgentissimo / ac libertatis re/stitutori uic/tori{ori}osis/simoque Impe/ratori225 / d(omino) n(ostro) Maxentio, / P(io), F(elici), Invicto, Aug(usto), / Volusius / Donatianus, / u(ir) p(erfectissimus), p(raeses) p(rouinciae) Tripol(itanae), / numini maies/tatiq(ue) [e]ius dicatiss(imus).

60310/312.

61Chastagnol, 1967, p. 127, n° 3 ; p. 128, n° 3.
PLRE, I, p. 268, Volusius Donatianus 7.
Lepelley, 1981a, p. 341-342, n° 5.

9) AE, 1948, 37 = IRT, 467 = IRT 2009, 467 = Leptis, 71. Base de statue en marbre ; Forum Vetus, en réemploi dans l’église occidentale226.

  • 226 Leptis, 71 : proposition de placement original en position prééminente dans le portique tripartite (...)
  • 227 Est-il originaire de cette ville ? Cf. Lefebvre, 2000, p. 522 et n° 271.

62Cum basilica uetus ex maxima parte ruina esset deformata / conla<p=B>su ac spatio sui breuiass[et ar]eam forensem […] / […] diuino icta conflagrarat incendio adq(ue) is locus saecul[o] / fortunatissimo meliora deposceret tantae stragis labe subl[a]/ta tripertita porticus magnitudine sua ac Troadensium columna/rum adornata operis prouincialium ac sum(p)tu publico, disponen(te) / [La]enatio Romulo, u(iro) p(erfectissimo), rectore prouinciae intra anni spatium per/fecta ac dedicata est adq(ue) ad sempiternam memoriam, statuam / marmoream suo numine radiantem domino nostro / Constantino, maximo victori semper Aug(usto), idem u(ir) p(erfectissimus) dicata mente / constituit, curante Cl(audio) Aurel(io) Generoso227, u(iro) e(gregio), cur(atore) r(ei) p(ublicae) et splendidissimo / ordine coloniae Lepcimagnensium.

63324/326.

64Cf. cat. 3 ; 10 ; 25.
Aurigemma 1939, p. 109-113.
PLRE, I, p. 390, Cl. Aurel(ius) Generosus.
Lepelley, 1981a, p. 337, n° 2 ; 365.
Jouffroy, 1986, p. 291.

10) AE, 1948, 40 = IRT, 468 = IRT 2009, 468 = Leptis, 73. Fragments d’un panneau de marbre ; découverts dans le macellum.

65Quod inter cetera ciuitatis Lepcimagnensium / moenia quae cum sui magnitudine et splendo/re concordant etiam porticu{u}m macelli in rui/nam [la]bemque conuersam remanere nudam / ult[ra ?...c. 15...]eneret quod esset in usu / ac f[…c. 20…] hort[a]nte clemen/tia [diuina(?) …c. 9… dddd(ominorum)] nnnn(ostrorum) F[l(aui)] Cons[t]antini max(imi) / [uict(ori) semp(er) Aug(usti) et Fl(aui) Iul(i) Cri]spi et Fl(aui) [Cl]audi Co[n]stantini / et F[l(aui) Iul(i) Constanti, no]b(i)ll(issimorum) Caess(arum), [disponen]te ac dedicante / Laenatio Romulo, [u(iro) p(erfectissimo), p(raeside) p(rouinciae) Tripol(itanae) …7… amp]liorem […11…]am gratiam et pulchritu/[dinem .. ?..] sum(p)ti[bus publice ? submin]istratis uel admin]istratis.

66Novembre 324/mars 326

67Cf. cat. 3 ; 9 ; 25.
Aurigemma, 1939, p. 117-123.
Lepelley, 1981a, p. 337, n° 1.
Jouffroy, 1986, p. 300.

11) IRT, 470 = IRT 2009, 470 = Leptis, 74. Panneau fragmentaire ; découvert au théâtre.

68[Florentissimis] saeculis dd(ominorum) nn(ostrorum) Fl(aui) Iul[i Consta]nti [maximi et] / [Fl(aui) Iuli Constantis m]aximi triumf[ato]rum semper A[ugg(ustorum) …], / […20… uet]ustatis absum[pt…25…] / […14…]de turre[s…30…] / […8… de]fensione adparatu[…30…] / [… praeses] prouin[cia]e Tripolita[nae…].

69Entre 340 et 350.

70Lepelley, 1981a, p. 338, n° 3.

12) Bersanetti 1945 (AE, 1947, 62) = IRT, 471 = IRT 2009, 471 = Leptis, 8. Base de marbre moulurée, par-dessus une inscription érasée ; découverte dans le Forum Seuerianum, du côté nord.

71Pietate insigni praedito ac legum / omnium iustissimo moderatori / d(omino) n(ostro) Flauio Iulio Constantio, uicto/riosissimo semper Augusto, / Marcus Nicentius, u(ir) p(erfectissimus), praeses / prouinciae Tripolitanae, dicauit, / numini maiestatique eius cum Lepci/magnensibus deuotus.

72Entre 352 et 361.

73Chastagnol, 1967, p. 128, n° 6 ; 129, n° 6.
PLRE, I, p. 629, Marcus Nicentius 4.
Lepelley, 1981a, p. 342, n° 10.

13) CIL, VIII, 12 et p. 921 = 22671 = IRT, 476 = IRT 2009, 476 = Leptis, 12. Base de marbre ; perdue depuis le XVIIIe siècle.

74Diuina stirpe progenito / d(omino) n(ostro) fortissimo principi / Valentiniano, uictori, Pio, / Felici, ac triumphatori / semper Augusto, / Fl(auius) Viuius Benedictus, u(ir) p(erfectissimus), / pr(a)eses prouinciae / Tripolitanae, numini / maiestatique eius / semper deuotus.

75En 378.

76Cf. cat. 4 ; 24.
Lepelley, 1981, p. 343, n° 13.

14) IRT, 480 = IRT-S, 480, p. 143 = IRT 2009, 480 = Leptis, 31. Base moulurée ; découverte sur le Forum Seuerianum, devant la colonnade orientale.

77Ortygii // Florentissimis saeculis / dd(ominorum) nn(ostrorum) Honori et Theodosii / p(er)p(etuorum) semper Augustorum, / Fl(auio) Ortygio, u(iro) c(larissimo) sp(ectabili) p(rimi) / o(rdinis), com(iti) et duci p(rouinciae) T(ripolitanae), / ob insignia meritorum et labore(m) / fidemque exhibitam / Austurianorum rabia ( !) repraessa ( !), / ordo splendisissimus et populus / Lepcimag(nensis) ciuita[tis] publice.

78Entre 408 et 423.

  • 228 L’auteur confirme la lecture, mal transcrite par Modéran 2003, p. 165-166, note 36 (furore repraes (...)

79Chastagnol, 1967, p. 128, note 3.
PLRE, II, p. 813, Fl. Ortygius.
Reynolds, 1977228.
Lepelley, 1981a, p. 344, n° 11.
Donaldson, 1985, p. 165-177, en part. p. 176.
Felici, Munzi, Tantillo, 2006, p. 591-632.
Crete, 2012, p. 435, Trip 33.

15) IRT, 526 = AE, 1954, 201f = IRT 2009, 526 = Leptis, 23. Base en marbre moulurée, réemployée sur une face érasée ; découverte dans le Forum Seuerianum, côté oriental.

80(H)esperii u(iri) c(larissimi) / Decimio (H)esperio, u(iro) c(larissimo), ex procon/sule prouin(ciae) Africae iudici / sacrarum cognitionum / prosapiae dignitatem ac crescenti (sic) / per gradus et merita gloriar(um), / ob honorem iustitiae quam (sic) / causae Tripolitanorum / deligatae ( !) sacro iudici(o) (sic) / exhibuit praestanti / patr(no) Lepcimagnen/sis cliens semper ordo / cum populo conlocauit.

81377/378.

82Chastagnol, 1967, p. 128, note 3.
PLRE, I, p. 427-428, Decimius Hilarianus Hesperius 2.
Lepelley, 1981a, p. 344, n° 7 ; 360, note 113.
Lepelley, 1997, p. 343-344.
Horster, 1998, p. 53.
Crete, 2012, p. 424-425, Trip 23.

16) IRT, 529 = IRT 2009, 529 = Leptis, 30. Base moulurée en marbre, découverte sur le Forum Seuerianum, coté oriental.

83Patricii u(iri) c(larissimi) // Virtute praestanti / aequitati mirauili / temperentia moderato (sic), / defensori iustitiae / innocentium uindici, / Fl(auio) Macedonio Patricio, / u(iro) c(larissimimo), comiti et duci p(rouinciae) T(ripolitanae), / ordo splendidus et po/pulus uniuersus Lep(cis) / Mag(nae) ciuitatis digno / patrono decreuit ad(que) (sic) / constituit.

84Fin du IVe / début du Ve siècle.

85PLRE, I, p. 527 Fl. Macedonius signo Patricius 8.
Lepelley, 1981a, p. 345, n° 12.
Crete, 2012, p. 433-434, Trip 31.

17) AE, 1948, 6a = IRT, 562 = IRT 2009, 562 = Leptis, 40. Grand cippe mouluré en marbre, le texte a été gravé sur une face érasée. Une seconde inscription plus tardive229 figure sur un autre côté ; découverte dans le portique oriental du Forum Seuerianum.

  • 229 IRT, 475 Lepcis Magna (cf. note 86) : elle a été gravée 20 ans plus tard.

86Nilii Nili[i…] // Vigiliis atque consilio domi forisque prae/stanti integritate, praecipuo iustitia et iu/diciorum moderatione perpenso instaura/tori moenium publicorum ordinis ci(ui)umque om/nium salutis prouidentissimo custodi uerita/tis honestatis et fidei amicissimo, / Flauio Archontio Nilo, u(iro) p(erfectissimo), comiti et praesidi / prou(inciae) Trip(olitanae), patrono optimo, ob infinita eius be/neficia quibus uel separatim uel cum omni pro/uincia subleuati ac recreati Lepcimagnenses / gratulamur uno consensu ordinis uiri / secundam statuam decreuerunt, eamque / propter praecipuum eius meritum singu/laremque praestantiam in Seueriano / foro ad sempiternam posteritatis me/moriam constituendam curauerunt.

87Entre 355 et 360.

  • 230 AE, 1888, 59 = CIL, VIII, 11031 = ILTun., 14 Gigthis (cf. note 154) ; CIL, VIII, 22766 = 22767 = I (...)

88La seconde base de statue a été retrouvée dans le Forum Vetus (cat. 18). Il est connu ailleurs en Afrique230.
Guey, 1951.
Chastagnol,
1967, p. 127, n° 7 ; p. 129, n° 7.
PLRE, I, p. 632, T. Fl. Archontius Nilus 1.
Lepelley, 1981a, p. 338-339, n° 5 ; p. 344, n° 5.
Christol, 1983, p. 335 (= Christol, 2005, p. 144).
Jouffroy, 1986, p. 291.
Crete, 2012, p. 418-419, Trip 19.

18) AE, 1934, 173 = 1948, 6b = IRT, 563 = IRT 2009, 563 = Leptis, 39. Base moulurée de marbre ; découverte sur le Forum Vetus, dans l’église II.

89Nilii // Vigiliis adque consilio domi f[o]risque pr[a]e/stanti integritate, praec[ipu]o iustitia / et iu[dic]i[o]rum mo[d]eratione perpenso / instauratori moenium publicorum / ordinis ciui[umq]u[e omnium] salut[is pr]o/uide[ntissimo] custodi [ueritatis honesta]/tis et fi[dei a]micissimo, / Fl(auio) Archontio Nilo, u(iro) p(erfectissimo), co[miti et p]raes[idi] / proui[nciae Trip(olitanae), patrono optimo, ob infinita] / [eius beneficia quibus uel separat]im uel / cum omn[i p]rouincia su[ble]ua[ti ac] recr{a}e/ati Lepcimagnenses gratula[mur un]o c[on]/sensu statuam decreuerunt e[am]q[ue propter] / praecipuum eius meritum coloniae [ornatui] / censuerunt esse iungendam.

90Entre 355 et 360, sans doute antérieure à cat. 18.

91Cf. cat. 17.
Crete, 2012, p. 417-418, Trip 18.

19) Caputo, 1951 (AE, 1952, 173) = IRT, 565 = IRT-S, 565, p. 144 = IRT 2009, 565 = Leptis, 41231. Base de marbre moulurée ; découverte dans la Basilique sévérienne, dans la colonnade ouest.

  • 231 La date proposée est entre 350 et 360.

92Nepotianii // Fl(auio) Nepotiano, u(iro) p(erfectissimo), com(iti) et praesidi prouin(ciae) Trip(olitanae), / iustitia et integritati (!) prae/cipuo moderatione ac benigni/tate praestantissimo abstinen/tiae et honestatis officiorumq(ue) / omnium cultori rei etiam mili/taris peritissimo armis consi/li(i)sq(ue) inconparabili quod idem / ordines uniuersosq(ue) prouin/ciales iuridicendo fide beni/uolentia multis beneficiis / cumulauerit quod barbaro/rum insolentiam exercitio / scientiae militaris adtrib(u)erit / quod limitis defensionem tui/tionemq(ue) perpetuam futuris etia(m) / temporibus munitam securamq(ue) / ab omni hostile incursione prae/stiterit quod ciuitatum moenia ope/rum instauratione uel nouitate de/corauerit, ordo ciuitatis Lepcimag(nensis) / cum populo, statuam marmoram, / ob haec merita decretis et suf(f)ragiis / concin{n}entibus conlocauit.

93Entre 355 et 363

  • 232 Il pourrait être rapproché de Nepotianus, gouverneur d’une province inconnue (PLRE, I, p. 624 Nepo (...)

94Guey, 1951.
Chastagnol,
1967, p. 127, n° 8 ; p. 129, n° 8.
PLRE, I, p. 624, Fl. Nepotianus 4232.
Lepelley, 1981a, p. 339, n° 6 ; p. 344, n° 6.
Christol, 1983, p. 336 (= Christol, 2005, p. 144).
Donaldson, 1985, p. 170-175.
Jouffroy, 1986, p. 291 : entre 360 et 365.
Crete, 2012, p. 419-421, Trip 20.

20) AE, 1930, 2 = IRT, 566 = IRT 2009, 566 = Leptis, 37. Base de marbre moulurée, une seconde face a été gravée, puis érasée ; découverte sur le Forum Seuerianum, dans le portique oriental.

95Petasii // Eximiae integritatis et / inconparabilis prudentiae / ac totius bonitatis uiro, / Fl(auio) Petasio, u(iro) p(erfectissimo) ex praesidibus / prouinciae Tripolitanae, / ordo splendidissimae (!) / ciuitatis Lepcimagnensis / decreto suo et populi / suf(f)ragiis memor me/ritorum in se ab eius prae/sentia conlatorum / statuam in foro nouo Seue/riano ad perpetuitatis memo/riam patrono dignissimo // posuit.

96IVe siècle.

97Chastagnol, 1967, p. 127, n° 13 ; p. 130, n° 13.
PLRE, I, p. 689, Fl. Petasius.
Lepelley, 1981a, p. 346, n° 18.
Horster, 1998, p. 52.
Crete, 2012, p. 431-432, Trip 29.

21) AE, 1929, 3 = 1950, 151 = IRT, 567 = Perea, 1996, p. 1447 (AE, 1998, 1513) = IRT 2009, 567 = Leptis, 56. Base rectangulaire en marbre ; découverte dans le Forum Seuerianum, au niveau du portique oriental.

98[Heraclii(?)] // Vno eodemque anno / du(u)muiro Lepcimagn(ensium) / et sacerdoti prou(inciae) Trip(o)l(itanae), / innocentissimo uiro / principali integerrimo, / amatori patriae ac ci/uium suorum, T(ito) Flauio / Vibiano, u(iro) p(erfectissimo), fl(amini) p(er)p(etuo) et pont(ifici), / cur(atori) rei pub(licae) Lepcimagn(ensium), / sac(erdoti) Laur(entium) Lab(inatium) et sac(erdoti) M(atris) d(eum), / praef(ecto) omnium sacr(orum), ob diuersarum uolup/tatum exhibitionem / et Libycarum ferarum X // ex populi suf(f)ragio et ordin(is) d(ecreto).

99Époque constantinienne.

100Cf. cat. 22.
PLRE, I, p. 956, T. Fl. Vibianus signo Heraclius 1.
Bassignano, 1974, p. 44, n° 26.
Lepelley, 1981a, p. 347-349, n° 1.
Lepelley, 1981b, p. 341-342 (= Lepelley, 2001, p. 117-118).
Lepelley, 1997, p. 339.
Crete, 2012, p. 410, Trip 12.

22) IRT, 568 = Perea, 1996, p. 1447 (AE, 1998, 1513) = IRT 2009, 568 = Leptis, 57. Base en marbre, inscrite sur une autre face, en grande partie martelée233 ; découverte au niveau du macellum, près de l’entrée principale sur le cardo maximus.

  • 233 IRT, 630 Lepcis Magna.

101Heraclii // Ob augmenta mul/torum meritorum / adque eximi(i) amoris / erga patriam ad/que ciues suos, / T(ito) Flauio Vibiano, / u(iro) p(erfectissimo), pont(ifici), fl(amini) p(er)p(etuo), sac(erdoti) / Laurent(i)um Lab(i)n(a)t(ium), / sac(erdoti) M(atris) d(eum), praef(ecto) omni/um sacr(orum), duouir(o), sac(erdoti) prou(inciae) Tr(ipolitanae), // etiam hic ex suf(f)ragio populi / et decreto spl(endidissimi) ordin(is).

102Époque constantinienne.

103Cf. cat. 21.
Lepelley, 1981a, p. 347-349 ; 366, n° 25.
Crete, 2012, p. 411-412, Trip 13.

23) AE, 1904, 14 (ILS, 9408) = CIL, VIII, 22672 = IRT, 569 = IRT 2009, 569 = Leptis, 35. Partie inférieure d’une base moulurée en marbre blanc ; découverte sur le Forum Vetus, près de l’exèdre sévérienne.

104[…]NI[…] / [[…]] / [[…]] / […]OM[…5…]M[…3 ou 4…] / […] honestiss[im…] / [… c]ognoscendi […] / […] perpenso qu[…] / […]meato […] ob […] / […] qui [r]em publ(icam) exqu[isit]/[is…]isionum g[ene]ribus feceri[t am]/pliorem instauratori moenium publ[i]/corum quod eius innumera circa se / ac suos officia supra genitalis ciuis / affectum Lepcis Magna inclita fide / deuotione praestans multifariam sense/rit, merito[ru]m eius tenacissime memor per / ordini(s) sui [et] popul[i u]iros Fl(auio) Victori Calpurnio, u(iro) p(erfectissimo), / praesidi prou(inciae) Tripol(itanae), patrono suo statuam de/creuit, et ob indiuiduum mutui amoris affec/tum eamdem se propter constituit ac dedica/uit.

105340/350.

106Cf. cat. 1 ; 2.
Lepelley, 1981a, p. 338, n° 4.
Jouffroy, 1986, p. 291.
Crete, 2012, p. 415-416, Trip 17.

24) IRT, 571 = AE, 1954, 201g = IRT-S, 571, p. 144 (AE, 1957, 245) = IRT 2009, 571 = Leptis, 42. Base fragmentaire en marbre, moulurée, gravée sur une surface qui a été érasée ; découverte sur le Forum Seuerianum, portique oriental, près de l’abside en lien avec la Basilique.

107[Be]nedictii u(iri) p(erfectissimi) / [ded]icata die VI ? Idu(u)m Iuniarum dd(ominis) nn(ostris) Valente VI et / Valentiniano II Augg(ustis) conss(ulibus), / [Fl(auio)] Viuio [Be]nedi[cto], / [u(iro) p(erfectissimo), p]raesidi pro[u(inciae) Trip(olitanae)], / te[n]aci iustitia[e in]/terpr{a}eti iur[is ? i]nno/centium [f]autori / uindici liber[t]atis no/xiorum omnium percus/sori, ordo splen(didissimus) [ci]uit(atis) / Lepcimag[nensium… patro]/no C[…] / […]POIGAV[…] / […] dign(o?) et patr(ono?) VFI[…].
Pour les l. 6-11, autre restitution (AE, 1954, 201g) : te[n]aci iustitia [per orbem] / terrae et in prouinc(ia) un[i i]nno/ce[n]tium [accerrimo f]autori / uindici liber[t]atis, no/xiorum omnium [eid(em) pe]rcus/sori, ordo splen[did(issimus) et pop(ulus) ? / Lepcimag[nensium… patro]/no C[…] / […]POIGAV[…] / […] dign(o?) et patr(ono?)

1088 ou 9 Juin 378.

109Cf. cat. 4 ; 13.
Lepelley, 1981a, p. 360.
Lepelley, 1997, p. 343-344.
Crete, 2012, p. 425-426, Trip 24.

25) AE, 1948, 38 = IRT, 574 = IRT 2009, 574 = Leptis, 33. Base de marbre moulurée, inscrite sur une surface qui a été érasée ; découverte sur le Forum Seuerianum.

110Romulii // Ob tantam / moderatio/nem iudici/orum proui/sionesque sa/luberrimas / adque felici/tatem aduen/tus eius, Laena/tio Romulo, u(iro) p(erfectissimo), / p(raesidi) p(rouinciae) Tripol(itanae), su/f(f)ragio quietis/simi populi et // dec[r]eto s(plendidissimi) o(rdinis) sum(p)tib(us) suis pos(uit).

111324/326.

112Cf. cat. 3 ; 9 ; 10.
Aurigemma, 1939, p. 113-115.
Lepelley, 1981a, p. 344, n° 3.
Christol, 1983, p. 336 (= Christol, 2005, p. 144).
Crete, 2012, p. 409, Trip 11.

26) IRT, 575 = IRT 2009, 575 = Leptis, 38. Base en marbre moulurée ; découverte sur le Forum Seuerianum, au niveau du portique oriental.

113Flauianii // Omnium uirtutum expe/rientissimo uiro, ingeni/tae mansuetudinis et be/nignitate patientiae pollenti / iudiciorum aequissimo mode/ratori antistiti innocentiae, / Magnio Aspero Flauiano, u(iro) p(erfectissimo), praesi/di prouinciae Tripolitanae, Lepci/magnenses, ob eius amorem in se / conlatum et integritatem perpen/sae(!) sibi cognitam patrono dig/nissimo famae et gloriae per/petuum testimonium posuerunt.

114Date indéterminée au IVe siècle.

115Chastagnol, 1967, p. 127, n° 14 ; p. 130, n° 14.
PLRE, I, p. 343, Magnius Asper Flavianus 5.
Christol, 1983, p. 336 (= Christol, 2005, 143).
Lepelley, 1981a, p. 346, n° 17.
Crete, 2012, p. 430-431, Trip 28.

27) IRT, 576 = IRT 2009, 576 = Leptis, 43. Base rectangulaire ; découverte sur le Forum Seuerianum, portique oriental.

116Inachii // Omnium / uirtutum / uiro, Publicio / Valeriano, u(iro) p(erfectissimo ?), / ex praesidibus / singularis inte/gritatis et mode/rationis, Lepci/magnenses, pa/trono prae[stan]/tiss(imo), posuerunt.

117Chastagnol, 1967, p. 127, n° 15 ; p. 130, n° 15.
PLRE, I, p. 940, Publicius Valerianus signo Inachius 16.
Lepelley, 1981a, p. 346, n° 16.
Christol, 1983, p. 336 (= Christol, 2005, p. 144).
Crete, 2012, p. 429, Trip 27.

28) AE, 1929, 4 = IRT, 577 = IRT 2009, 577 = Leptis, 32. Base de statue en marbre moulurée, l’inscription a été gravée sur une face érasée ; découverte sur le Forum Seuerianum, au niveau du portique oriental.

118Obsequii // C(aio) Valerio Vibiano, u(iro) p(erfectissimo), / praesidi prouinciae / Tripolitanae, singula/ris aequitatis et benibo/li uicoris (!) {M} omnium uir/tutum uiro, ob tunc incipi/entem deinceps iugem er/ga se eius dignationem, / ordo splendidissimus Lepci/magnensium et populus, / patrono, ex d(ecreto) s(plendidissimi) o(rdinis) p(osuerunt).

119Vers 303.

120Chastagnol, 1967, p. 127, n° 1 ; p. 128, n° 1.
PLRE, I, p. 956, C. Valerius Vibianus signo Obsequius 3.
Lepelley, 1981a, p. 343.
Christol, 1983, p. 334 (= Christol, 2005, p. 143).
Crete, 2012, p. 408, Trip 10.

29) IRT, 578 = IRT 2009, 578 = Leptis, 58. Base en marbre moulurée ; découverte sur le Forum Seuerianum, au niveau du portique oriental.

  • 234 Le bis s’appliquerait selon C. Lepelley (Lepelley, 1979, p. 157-159) au duumvirat ; I. Tantillo (T (...)

121Amelii // Multiplici laborum merito / uarioque uoluptatum / genere stimulantibus / paternis auiti{i}s etiam / documentis ab ineun/te aetate patriam ciues/que suos promerenti, / M(arco) Vibio An(n)iano Gemino, / u(iro) p(erfectissimo), fla(mini) p(er)p(etuo), pont(ifici), sacerdotal(i) / prouinciae Tripolitanae / bis234 IIuir(o), ex suf(f)ragio / quietissimi populi et de/creto splendidissimi ordinis.

122Cf. cat. 31.
Bassignano, 1974, p. 44, n° 27.
PLRE, I, p. 399, M. Vibius Annianus Geminus signo Amelius 3.
Lepelley, 1981a, p. 350-351 ; 365, n° 10.
Crete, 2012, p. 414-415, Trip 16.

30) IRT, 580 + 653 = IRT 2009, 580 + IRT 2009, 653 = Leptis, 75. Panneau en marbre ; découvert dans les Bains d’Hadrien.

123[… therm]as Sa[… inc]uria ad squa/[lorem…]ria[… i]n splendorem / [… F]l(auius) Ar[…, u(iro) p(erfectissimo)], praeses proui/[nciae Trip]olita[nae, … ex]coluit dedicauit / [… et populi red]didit voluptati / […].

31) IRT, 581 + 608 + 627 = Perea 1996, p. 1447 (AE 1998, 1513 = IRT 2009, 581 + IRT 2009, 608 + IRT 2009, 627 = Leptis, 59 (AE, 2010, 1781). Fragment d’une base en marbre ; découvert au théâtre pour IRT, 581, au macellum pour IRT, 608 et dans un lieu inconnu pour IRT, 627.

124Amelii // […]NT[…]NTE VS […]ATISPRI IPI […] // […] L[… a]etate […ge ? ou proge ?]/nito patriae [… in]/nocentiae co[llega ? ncilium ?…] / [M(arco)] Vibio Annia[no] Gemin[o, u(iro) p(erfectissimo)], / fl(amini) p(er)p(etuo), pont(ifici), praef(ecto) o[m]nium s[acr(orum)], / sacerdotali [prou(inciae) Tr]ipol(itanae) bi[s IIuir(o)], / ob meritum o[peris] uolun[tate] / eiusdem praesi[dis dispositi(?)], / ex populi suf(f)r(agio) [et] decr(eto) s(plendidissimi) o(rdinis).

125Date sous Constantin, 324-326.

126Cf. cat. 29.

Gigthis

32) CIL, VIII, 27 (p. 921) = 11025 (ILS, 787) = ILTun., 11.

127Quinto, fl(amini) p(er)p(etuo), sac(erdotali) prou(inciae), / saluis ac toto orbe uin(cen)tibus / dddd(ominis) nnnn(ostris) Fffllll(auis) / Valentiniano Theodosio / Arcadio et Maximo semp(er) August(is), / ob meritum magnific(a)e legati/onis quam pro uoto totius / prouinciae executus est et [per]/[eg]it Quintus, uir laudabilis, / sacerdotalis, huic cupiens / conpetentibus meritis / respondere totius pro/uinciae consilio ad(que) / decreto ord(inis) / n(ostr)/i / po/s(ita) p(ecunia) p(ublica).

128Entre 383-388.

129Cf. cat. 6.

Sources épigraphiques et prosopographiques

130AE = L’Année épigraphique, Paris, 1888-.

131CIL = Corpus inscriptionum Latinarum, Berlin, 1863-.

132CP = Pflaum H.-G., Les carrières procuratoriennes équestres sous le Haut Empire romain, Paris, 1961.

133ICUR = Inscriptiones christianae urbis Romae. Nova series, Rom 1922-.

134ILAfr. = Cagnat R., Merlin A. et Chatelain L., Inscriptions latines d'Afrique (Tripolitaine, Tunisie, Maroc), Paris, 1923.

135ILAlg., I = Gsell S., Inscriptions latines de l’Algérie, I, Inscriptions de la Proconsulaire, Paris, 1922.

136ILAlg., II = Pflaum H.-G. et alii, Inscriptions latines de l’Algérie, II, Inscriptions de la confédération cirtéenne, de Cuicul et de la tribu des Suburbures, 1, Rusicade, Cirta, Castellum Celtianum, Caldis, Castellum Tidditanorum, Paris, 1957 ; Pflaum H.-G., Inscriptions latines de l’Algérie, II, Inscriptions de la confédération cirtéenne, de Cuicul et de la tribu des Suburbures, 2, Entre Cirta et Thibilis, Thibilis, de Ciuitas Nattabutum à Tigisis, région au sud de Gadiaufala, Tigisis et Sigus, Sigus et environs de Sigus, Sila et environs de Sila, Alger, 1976 ; Pflaum H.-G. et Dupuis X., Inscriptions latines de l’Algérie, II, Inscriptions de la confédération cirtéenne, de Cuicul et de la tribu des Suburbures, 3, Saddar, Castellum, Subzvaritanum et gens Suburburum colonorum, colonia Cuiculitanorum, Entre Cuicul et Milev, Milev et environs, Uzelis et environs, Castellum Arsacalitanum et environs, castellum Phuensium en environs, Castellum Mastarense et environs, Paris, 2003.

137ILMN, I = Camodeca G. et Solin H. (dir.), Le Iscrizioni Latine del Museo Nazionale di Napoli, 1: Roma e Latium, Naples, 2000.

138ILPBardo = Benzina ben Abdallah Z., Catalogue des Inscriptions Latines Paiennes du musée du Bardo, CEFR 92, Rome, 1986.

139ILS = Dessau H., Incriptiones latinae selectae, Berlin, 1892/1916.

140ILTun. = Merlin A., Inscriptions latines de la Tunisie, Paris, 1944.

141IRT = Reynolds J. M. et Ward Perkins J. B., The Inscriptions of Roman Tripolitania, Rome, 1952.

142IRT 2009 = Reynolds J. M. et Ward Perkins J. B., enhanced electronic reissue by Bodard Gabriel, Roueché Charlotte, The Inscriptions of Roman Tripolitania, 2009 (http://irt.kcl.ac.uk/​irt2009/​).

143IRT-S = Reynolds J. M., « Inscriptions of Roman Tripolitania. A supplement », PBSR 23, 1955, p. 124-147.

144LBIRNA = Saastamoinen A., The Phraseology and Structure of Latin Building Inscriptions in Roman North Africa, Helsinki, Societas Scientiarum Fennica, 2010.

145Leptis = Tantillo I. (éd.), Leptis Magna. Una città e le sue iscrizioni in epoca tardoromana, Cassino, 2010.

146PIR2 = Prosopographia Imperii Romani, Berlin, 1933-.

147PLRE = Jones A. H. M., Martindale J. R. et Morris J., Prosopography of the Later Roman Empire, Cambridge, I, 1971 ; II, 1980.

148PME = Devijver H., Prosopographia militiarum equestrium quae fuerunt ab Augusto a Gallienum, Louvain, 1976-2001.

149RE = Pauly A., Wissowa G. et alii, Realencyclopädie der classischen Altertumswissenschaft. Hrsg., Stuttgart, 1839-1980.

150SCP = Pflaum H.-G., Les carrières procuratoriennes équestres sous le Haut-empire romain (Supplément), Paris, 1982.

Sources littéraires et juridiques

151Amm. Mar. = Ammien Marcellin, XXVI-XXVIII = Ammien Marcellin, Histoire, Tome V, Livres XXVI-XXVIII, trad. Marié M.-A., CUF, Paris, 1984.

152CTh. = Mommsen T. et Meyer P. M. (éds.), Theodosiani librei XVI cum constitutionibus sirmodianis et leges nouellae ad Theodosianum pertinentes, Berlin,1905.

153It. Ant. = Cuntz O., Itineraria Antonini Augusti et Burdigalense. Itineraria romana I, Leipzig, 1929.

Bibliographie

Alföldy, 1973 = Alföldy G., Flamines provinciae Hispaniae citerioris, (Anejo de AESpA, 6), Madrid, 1973.

Arnaud-Portelli, 2002 = Arnaud-Portelli A., « Carthage, le fonctionnement d’une métropole régionale à l’époque romaine », Cahiers de la Méditerranée, 64, 2002, p. 39-47.

Aurigemma, 1939 = Aurigemma S., « Un praeses della provincia Tripolitana : « Laenatius Romulus » », RPAA, 15, 1939, p. 109-123.

Badel, 1999 = Badel C., « Titus Clodius Aurelius [Sat]urninus : un neveu de Pupien », in Evangelisti L. et Galli S. (éd.), Atti del XI Congresso Internazionale di Epigrafia Greca e Latina, Roma, 18-24 settembre 1997, tome 2, Rome, 1999, p. 501-512.

Baratte, 2012 = Baratte F., L’Afrique romaine, Tripolitaine et Tunisie, Paris, 2012.

Bartoccini, 1950 = Bartoccini R., « La curia di Sabratha », Quaderni di archeologia della Libia, I, 1950, p. 29-58.

Bassignano, 1974 = Bassignano M. S., Il flaminato nelle province romane dell’Africa, Rome, 1974.

Bersanetti, 1943-44 = Bersanetti G. M., « Iscrizione leptitana in onore di Massenzio », Epigraphica, 5-6, 1943-1944, p. 27-39.

Bersanetti, 1945 = G Bersanetti G. M., « Iscrizione leptitana in onore di Costenzo II », Epigraphica, 7, 1945, p. 39-46.

Beschaouch, 1982 = Beschaouch A., « Une hypothèse sur les légats du proconsul d’Afrique sous le Haut-Empire », Africa, 7-8, 1982, p. 117-126.

Brelaz, 2016 = Brelaz C., « Entre Philippe II, Auguste et Paul : la commémoration des origines dans la colonie romaine de Philippes », in Benoist S., Daguet-Gagey A., Hoët-van Cauwenberghe C. (dir.), Une mémoire en actes : espaces, figures et discours, Symposium organisée à l’Université de Lille 3-Charles-de-Gaulle, 26-28 septembre 2013, Lille, 2016, p. 119-138.

Briand-Ponsart, Hugoniot, 2005 = Briand-Ponsart C. et Hugoniot C., L’Afrique romaine de l’Atlantique à la Tripolitaine (146 av. J.-C.-553 ap. J.-C.), (Coll. U. Histoire), Paris, 2005.

Burton, 1979 = Burton G. P., « The Curator Rei Publicae: Towards a Reappraisal », Chiron, 9, 1979, p. 465-487.

Bury, 1923 = Bury J. B., « The Provincial List of Verona », JRS, 13, 1923, p. 127-151.

Cagnat, 1909 = Cagnat R., « La réorganisation de l’Afrique sous Dioclétien », in Philologie et linguistique. Mélanges offerts à Louis Havet par ses anciens élèves et ses amis, Paris, 1909, p. 65-75.

Camodeca, 1980 = Camodeca G., « Ricerche sui curatores rei publicae », ANRW, II, 13, 1980, Berlin-New York, 1980, p. 453-534.

Camodeca, 2018 = Camodeca G., Puteoli romana : istituzioni e società. Saggi, Naples, 2018.

Caputo, 1951 = Caputo G., « Flavius Népotianus, comes et praeses provinciae Tripolitanae », REA, 53, 1951, p. 234-247.

Carboni, 2015 = Carboni T., « Sull’identità del primo governatore della Byzacena : forme di rappresentazione di una nuova provincia », ZPE, 194, 2015, p. 297-301.

Charles-Picard ,1945 = Charles-Picard G., « Activité du service des Antiquités et Arts de la Tunisie en 1943 et 1944 », BCTH, 1943/45, p. 354-368.

Charles-Picard, 1950 = Charles-Picard G., « Rapports sur l'archéologie romaine en Tunisie pendant le second semestre 1949 », BCTH, 1950, p. 74-88.

Charles-Picard, 1950 = Charles-Picard G., BCTH, 1950

Chastagnol, 1958 = Chastagnol A., « Les légats du proconsul d’Afrique au Bas-Empire », Libyca, 7, 1958, p. 7-19 (= Chastagnol, 1987, p. 67-82 avec addendum).

Chastagnol, 1962 = Chastagnol A., Les fastes de la préfecture de Rome au Bas-Empire, Etudes prosopographiques, II, Paris, 1962.

Chastagnol, 1966 = Chastagnol A., « Un gouverneur Constantinien de Tripolitaine : Laenatius Romulus, Praeses en 324-326 », Latomus, 25, 1966, p. 539-552.

Chastagnol, 1967 = Chastagnol A., « Les gouverneurs de Byzacène et de Tripolitaine », Ant. Afr., 1, 1967, p. 119-134 (= Chastagnol, 1987, p. 163-178).

Chastagnol, 1987 = Chastagnol A., L’Italie et l’Afrique au Bas-Empire. Études administratives et prosopographiques. Scripta varia, Lille 1987.

Chioffi, 2004 = Chioffi L., « Africani e Capuani in Africa », L’Africa romana, 16-2, 2004, p. 1085-1100.

Chioffi, 2005 = Chioffi L., Museo provinciale Campano di Capuo. Cataloghi epigrafici, 1, Capoue, 2005.

Christol, 1983 = Christol M., « Hommages publics à Lepcis Magna à l’époque de Dioclétien : choix du vocabulaire et qualité de destinataire », RHDFE, 61, 1983, p. 331-343 (= Christol, 2005, p. 142-146).

Christol, 1996a = Christol M., « L’administration des biens et des revenus de l’Etat à l’époque romaine. Le cas de l’Afrique à l’époque impériale », in Les Fondements historico-juridiques de la propriété foncière en Tunisie, Tunis 1994, Rev. Tun. d’administration publique, 21, 3e trim., 1996, p. 43-50.

Christol, 1996b = Christol M., « Du notable local à l’administrateur impérial, la carrière de T. Flavius Macer : aspects de la vie institutionnelle de la province d’Afrique au début du IIe siècle après J.-C. », in Chastagnol A., Demougin S. et Lepelley C. (éd.), Splendidissima civitas : études d’histoire romaine en hommage à François Jacques, Paris, 1996, p. 27-38.

Christol, 1999 = Christol M., « Les subdivisions de l’administration domaniale et financière en Afrique romaine : des limites de la procuratelle d’Hadrumète à celles de la province de Byzacène », in Lepelley Cl. et Dupuis X. (éds.), Frontières et limites géographiques de l’Afrique du Nord antique. Hommages à Pierre Salama, Paris, 1998, p. 71-86.

Christol, 2005 = Christol M., Regards sur l’Afrique romaine, Paris, 2005.

Christol, 2006a = Christol M., « L’administration et la gestion des ressources de la province d’Afrique à la transition du Haut-Empire et du Bas-Empire », CCG, 17, 2006, p. 219-246.

Christol, 2006b = Christol M., « La procuratelle du patrimoine de Leptiminus », L’Africa romana, 17, 2006, p. 2037-2079.

Christol, 2010 = Christol M., « Théveste à l’époque impériale », Aouras, 6, 2010, p. 83-101.

Christol, 2013 = Christol M., « L’œuvre de Valerius Diogenes à Antioche de Pisidie : compléments au dossier épigraphique sur les interventions urbanistiques », ZPE, 186, 2013, p. 279-286.

Christol, 2021 = Christol M., « Grands travaux à Pupput au Bas-Empire : uictor ac triumfator semper Augustus », ZPE, 217, 2021, p. 303-306.

Christol, Drew-Bear, 1999 = Christol M. et Drew-Bear Th., « Antioche de Pisidie capitale provinciale et l'œuvre de M. Valerius Diogenes », Ant. Tard., 7, 1999, p. 39-71.

Constans, 1915 = Constans L. A., « Inscriptions de Gightis (Tunisie) suite », MEFR, 1915, p. 327-344.

Coskun, 2004 = Coskun A., « Der ‘Comes Romanus’, der Heermeister Theodosius und die drei letzen Akte der ‘Lepcis-Magna-Affaire’ (A. 373-377) », Ant. Tard., 12, 2004, p. 293-308.

Courtois, 1955 = Courtois C., Les Vandales et l’Afrique, Paris, 1955.

Creté, 2012 = Crété M., Vertus aristocratiques et rhétorique de l’éloge dans les inscriptions honorifiques (IIe-IVe siècles ap. J.-C.), 2 volumes, thèse soutenue à Lyon le 11 décembre 2012.

Curchin, 2016 = Curchin L. A., « Dating by eponymous local magistrates in the latin West », Epigraphica, 78, 2016, p. 53-72.

Demandt, 1968 = Demandt A., « Die Tripolitanischen Wirren unter Valentinian I », Byzantion, 38, 1968, p. 333-363.

Desanges, 1963 = Desanges J., « Etendue et importance du Byzacium avant la création de la province sous Dioclétien de la province de Byzacène », Cahiers de Tunisie, XI, 44, 1963, p. 7-22.

Desanges, 1992 = Desanges J., « B120. Byzacium, Byzacène », in Encyclopédie berbère, XI. Bracelets-Caprarienses, Édisud, Aix-en-Provence, 1992, p. 1674-1677.

Di Vita, 1982 = Di Vita A., « Gli Emporiae di Tripolitania dall’età di Massinissa a Diocleziano : un profilo storico-istituzionale », ANRW, II, 10-2, Berlin, 1982, p. 515-595.

Di Vita-Evrard, 1984 = Di Vita-Evrard G., « L. Volusius Bassus Cerealis légat du proconsul d'Afrique T. Claudius Aurelius Aristobulus et la création de la province de Tripolitaine », L'Africa romana, 2, 1984, p. 149-177.

Di Vita-Evrard, 1985 = Di Vita-Evrard G., « Regio Tripolitana-A Reappraisal », in Buck D. J. et Mattingly D. J. (éds.), Town and Country in Roman Tripolitania. papers in honour of Olwen Hackett, BAR International Series 274, Society for Libyan Studies Occasional Papers II, Londres, 1985, p. 143-164.

Donaldson, 1985 = Donaldson G. H., « The praesides prouinciae Tripolitanae civil administrators and military commanders », in Buck D. J. et Mattingly D. J. (éds.), Town and Country in Roman Tripolitania. papers in honour of Olwen Hackett, BAR International Series 274, Society for Libyan Studies Occasional Papers II, Londres, 1985, p. 165-177.

Donau, 1920 = Donau R., « Autour de Gigthis », BCTH, 1920, p. 35-54.

Engesser, 1957 = Engesser F., Der Stadtpatronat in Italien und den Westprovinzen des römischen Reiches bis Diokletian, 1957.

Fagan, 1996 = Fagan G. G., « The Reliability of Roman Rebuilding Inscriptions », PBSR, 64, 1996, p. 81-93.

Felici, Munzi, Tantillo, 2006 = Felici F., Munzi M. et Tantillo I., « Austuriani e Laguatan in Tripolitania », L’Africa romana, 16, 2006, p. 591-632.

Filippini, 2016 = Filippini A., « Fossili e contraddizioni dell’ „èra costantiniana“ : i dignitari del culto imperiale nella Tarda Antichità e il loro ruolo nelle „riforme religiose“ di Massimino Daia e Giuliano », in Kolb A., Vitale M. (éds.), Kaiserkult in den Provinzen des Römischen Reiches, De Gruyter, 2016, p. 409-476.

Foucher, 1964 = Foucher L., Hadrumetum, Publications de l’Université de Tunis, 1ère série, archéologie et histoire, X, PUF, Paris, 1964.

Garrido González, 1987 = Garrido González E., Los gobernadores provinciales en el Occidente bajo-imperial, Madrid, 1987.

Goodchild, 1952 = Goodchild R. G., « Arae Philaenorum and Automalax », PBRS, 20, 1952, p. 94-110 (= Goodchild R. G., Libyan Studies. Select papers of the late R. G. Goodchild edited by J. Reynolds, Londres, 1976, p. 155-172).

Guey, 1950 = Guey J., « Flavien Nicomaque et Leptis Magna », REA, 52, 1950, p. 77-89.

Guey, 1951 = Guey J., « Note sur Flavius Archontius Nilus et Flavius Nepotianus », REA, 53, 1951, p. 248-252.

Guey, 1953 = Guey J., « Epigraphica Tripolitana », REA, 55, 1953, p. 334-358.

Günther, 1994 = Günther L.-M., « Die Austorianer als Belagerer tripolitanischer Städte (um 365 n. chr.) ? », L’Africa romana, 11, 1994, p. 1643-1650.

Günther, 1997 = Günther L.-M., « Die Leptis-Magna-Affäre » bei Ammianus Marcellinus (XXVIII 6) », Klio, 79, 1997, p. 444-458.

Hanoune, Hoët-van Cauwenberghe, 2020 = Hanoune R. et Hoët-van Cauwenberghe C., « Une nouvelle inscription de Pupput : la rénovation d’un édifice public et la province Flavia Valeria Byzacena », in Aounallah S. et Mastino A. (a cura di), L’epigrafia del Nord Africa : novità, riletture, nuove sintesis (Epigrafia e Antichità 45), Faenza, 2020, p. 143-158.

Horster, 1998 = Horster M., « Ehrungen spätantiker Sttatthalter », Ant. Tard., 6, 1998, p. 37-59.

Jacques, 1983 = Jacques F., Les curateurs de cités dans l’Occident romain de Trajan à Gallien, Paris, 1983.

Jarrett, 1963 = Jarrett M. G., « The African Contribution to the Imperial Service », Historia, 12, 1963, p. 209-226.

Jarrett, 1972 = Jarrett M. G., « An album of the Equestrians from North Africa in the Emperor's Service », Epigraphische Studien, 9, 1972, p. 146-232.

Jouffroy, 1986 = Jouffroy H., La construction publique en Italie et dans l’Afrique romaine, Strasbourg, 1986.

Kotula, 1965 = Kotula T., Les assemblées provinciales dans l’Afrique romaine sous le Bas-Empire, (résumé en français p. 171-179), Wroclaw, 1965.

Krause, 1987 = Krause J.-U., « Das spätantike Städtepatronat », Chiron, 17, 1987, p. 1-80.

La Rocca, 2010 = La Rocca A., « I Principales di Leptis Magna », in Tantillo I. (éd.), Leptis Magna. Una città e le sue iscrizioni in epoca tardoromana, Cassino, 2010, p. 81-95.

Larsen, 1934 = Larsen J. A. O., « The Position of Provincial Assemblies in the Government and Society of the Later Roman Empire », Classical Philology, 29, 1934, p. 209-220.

Lassère, 2015 = Lassère J. M., Africa, quasi Roma (265 av. J.-C.-711 ap. J.-C), Paris, 2015.

Lefebvre, 1994 = Lefebvre S., « Évolution des lieux publics à Lepcis Magna (Tripolitaine) », in XIVe Congreso Internacional de Arqueología Clásica La ciudad en el mundo romano, septembre 1993, II, Tarragone, 1994, p. 237-241.

Lefebvre, 2000 = Lefebvre S., « Donner et recevoir : les chevaliers dans les hommages publics d'Afrique », in Demougin S., Raepsaet-Charlier M.-T. et Devijver H. (éds.), L'ordre équestre : histoire d'une aristocratie (IIème siècle av. J.-C.-IIIème siècle ap. J.-C.), CEFR, Rome, 2000, p. 513-578.

Lefebvre, 2002 = Lefebvre S., « Les avocats de la Bétique. Pline le Jeune était-il un patron de province ? », CCG, 13, 2002, p. 57-92.

Lefebvre, 2013 = Lefebvre S., « Les réunions de notables hispaniques pendant la guerre civile (49-44 av. J.-C.) », in Lefebvre S. (éd.), Identités et dynamiques provinciales du IIe siècle avant notre ère à l’époque julio-claudienne, Dijon, 2013, p. 29-60.

Lefebvre, 2014 = Lefebvre S., « L’autel des frères Philènes, un monumentum de confins », in Lefebvre S. (éd.), Monumenta. Du centre du pouvoir aux confins de l’Empire, Colloque de Dijon, mars 2012, Dijon, 2014, p. 115-148.

Lefebvre, 2022 = Lefebvre S., « Evergétisme et restaurations dans la province d’Afrique. L’exemple lepcitain », in Des Boscs F. (éd.), Evergétisme et architectures dans le monde romain (IIe siècle av. J.-C.- Ve siècle ap. J.-C.), coll. Archaia, Pau, 2022.

Lefebvre, Patronus = Lefebvre S., Patronus provinciae. La voix des provinciaux dans l’empire romain, à paraître.

Lepelley, 1979 = Lepelley C., Les cités de l’Afrique romaine au Bas-Empire, 1. La permanence d’une civilisation municipale, Paris, 1979.

Lepelley, 1981a = Lepelley C., Les cités de l’Afrique romaine au Bas-Empire, 2. Notices d’histoire municipale, Paris, 1981.

Lepelley, 1981b = Lepelley C., « La carrière municipale dans l’Afrique romaine sous l’Empire tardif », Ktèma, 6, 1981, p. 333-347 (= Lepelley, 2001, p. 105-124).

Lepelley, 1990/92 = Lepelley C., « Les sièges des conventus judiciaires de l’Afrique proconsulaire », BCTH, Afrique du Nord, 23, 1990/92, p. 145-157 (= Lepelley, 2001, p. 55-68).

Lepelley, 1996 = Lepelley C., « Vers la fin du “privilège de liberté” : l’amoindrissement de l’autonomie des cités à l’aube du Bas-Empire », in Chastagnol A., Demougin et Lepelley C. (éds.), Splendidissima civitas : études d’histoire romaine en hommage à François Jacques, Paris, 1996, p. 207-220.

Lepelley, 1997 = Lepelley C., « Evergétisme et épigraphie dans l’Antiquité tardive : les provinces de langue latine », in Christol M. et Masson O. (éds.), Actes du Xe congrès international d’épigraphie grecque et latine, Nimes, 4-9 octobre 1992, Paris, 1997, p. 335-352.

Lepelley, 1999 = Lepelley C., « Témoignages épigraphiques sur le contrôle des finances municipales par les gouverneurs à partir du règne de Dioclétien », in Il capitulo delle entrate nelle finanze municipali in Occidente ed in Oriente, (Actes de la Xe rencontre franco-italienne sur l’épigraphie du monde romain, Rome, 27-29 mai 1996), CEFR 256, Rome, 1999, p. 235-247.

Lepelley, 2001 = Lepelley C., Aspects de l’Afrique romaine. Les cités, la vie rurale, le christianisme, Bari, 2001.

Manacorda, 1977 = Manacorda D., « Testimonianze sulla produzione e il consumo dell’olio tripolitano nel III secolo », Dialoghi di Archeologia, 9-10, 1976-1977, p. 542-601.

Mattingly, 1995 = Mattingly D. J., Tripolitania, Londres, 1995.

Niquet, 2001 = Niquet H., « Die Inschrift des Liber Pater – Tempels in Sabratha », ZPE, 135, 2001, p. 249-263.

Oshimizu, 2012 = Oshimizu Y., « La réforme administrative de Dioclétien et les cités africaines », Ant. Tard., 20, 2012, p. 173-204.

Pallu de Lessert, 1901 = Pallu de Lessert A. C., Fastes des provinces africaines (Proconsulaire, Numidie, Maurétanies) sous la domination romaine, II Bas-Empire, Paris, 1901.

Peachin, 1986 = Peachin M., « The procurator monetae », The Numismatic Chronicle, 146, 1966, p. 94-106 (non uidi).

Peña, 1998 = Peña J. T., « The mobilization of state olive oil in Roman Africa: the evidence of late fourth century ostraca from Carthage », in Peña J. T., Rossiter J. J., Wilson A. I. et Wells C (éds.), Carthage Papers. The Early Colony’s Economy Water Supply, a public Bath, and the Mobilization of State Olive Oil, JRA, Suppl. 28), Portsmouth, 1998, p. 117-238.

Perea, 1996 = Perea S., « El praefectus sacrorum en ciudades de Africa e Hispania », L’Africa romana, 12, 1996, p. 1442-1456.

Pflaum, 1950 = Pflaum H.-G., Essai sur les procurateurs équestres sous le Haut-Empire romain, Paris, 1950.

Pflaum, 1955 = Pflaum H.-G., « Une inscription de Madaure », Recueil des Notices et Mémoires de la Société archéologique de Constantine, LXIX, 1955, p. 121-127 (= Afrique romaine, Scripta varia I, Paris, 1978, p. 117-125).

Pflaum, 1974 = Pflaum H.-G., Abrégé des procurateurs équestres, Paris, 1974.

Pflaum, 1978 = Pflaum H.-G., « La préfecture de l’annone (à propos d’un ouvrage récent) », RHDFE, 56-1, 1978, p. 49-77.

Pflaum, 1978 = Pflaum H.-G., Afrique romaine, Scripta varia I, Paris, 1978, p. 117-125.

Poinssot, 1943 = Poinssot L. « Collier d’esclave trouvé à Thelepte, avec en appendice une étude des premiers gouverneurs de Byzacène », Revue africaine, 87, 1943, p. 149-165.

Remesal Rodríguez, 1986 = Remesal Rodríguez J., La annona militaris y la exportacionde aceiete bético a Germania, Editorial de la Universidad Complutense, Madrid, 1986.

Reynolds, 1977 = Reynolds J. M., « The Austuriani and the Tripolitania in the Early Fifth Century », Libyan Studies, 8, 1976-1977, p. 13.

Romanelli, 1933 = Romanelli P., « L’origine del nome ‘Tripolitania’ », RPAA, serie III, 9, 1933, p. 25-31.

Romanelli, 1959 = Romanelli P., Storia delle province romane dell’Africa, L’Erma di Bretschneider, Rome, 1959.

Salama, 1965 = Salama P., « Déchiffrement d’un milliaire de Lepcis Magna », Libya Antiqua, II, 1965, p. 39-45.

Saumagne, 1962 = Saumagne Ch., « Esquisse des circonscriptions domaniales dans l’Afrique romaine », Revue tunisienne, 1940, p. 231-242 (= Mélanges Charles Saumagne, Cahiers de Tunisie, X, 37-40, 1962, p. 245-255).

Saumagne, 1963 = Saumagne Ch., « Le Byzacium protoromain, villes libres, stipendarii, liberi Massinissae », Cahiers de Tunisie, XI, 44, 1963, p. 47-62.

Seston, 1946 = Seston W., Dioclétien et la tétrarchie, I, Paris, 1946.

Sjöström, 1993 = Sjöström I., Tripolitania in Transition: Late Roman to Early Islamic Settlement, Hong Kong-Singapour-Sydney, 1993.

Tantillo, 2010 = Tantillo I., « Introduzione storica : la città di Letis Magna tra la metà del III e l’inizio del V secolo », in Tantillo I. (éd.), Leptis Magna. Una città e le sue iscrizioni in epoca tardoromana, Cassino, 2010, p. 13-40.

Thomasson, 1994 = Thomasson B. E., « Légat d’Afrique », in Le Bohec Y. (dir.), L’Afrique, la Gaule, la Religion à l’époque romaine. Mélanges à la mémoire de de Marcel Le Glay, coll. Latomus 226, Bruxelles, 1994, p. 132-141.

Thomasson, 1996 = Thomasson B. E., Fasti Africani. Senatorische une ritterliche Amtsträger in den römischen Provinzen Nordafrikas von Augustus bis Diokletian, Stockholm, 1996.

Torelli, 1974 = Torelli M., « Per une storia delle classe dirigente di Leptis Magna », Atti della accad. Naz. Dei Lincei, 8, 28, 1974, p. 377-410.

Trousset, 1974 = Trousset P., Recherches sur le limes Tripolitanus, du Chott el-Djerid à la frontière tuniso-libyenne, Études d'Antiquités africaines, Paris, 1974.

Ventura Villanueva et Stylow, 1993 = Ventura Villanueva Á. et Stylow A. U., « Consideraciones en torno al patronato provincial (siglos I a V d.C.) », in Rodríguez Neila J. Fr. (éd.), Actas del I Coloquio de Historia Antigua de Andalucía, Córdoba, 1988, Cordoue, 1993, p. 505-513.

Vitucci, 1959 = Vitucci G., « Nuova iscrizione da Leptis Magna », in Atti del terzo Congresso intern. Di epigrafia greca e latina (Roma 4-8 settembre 1957), L’Erma di Bretschneider, Rome, 1959, p. 271-275.

Warmington, 1954a = Warmington B. H., The North African Provinces from Diocletian to the Vandal Conquest, Cambridge at the University Press, 1954 (2e éd. 1970).

Warmington, 1956 = Warmington B. H., « The Career of Romanus ‘comes Africae’ », Byzantinische Zeitung, 49, 1956, p. 55-64.

Notes

1 Dans un contexte fort différent, la nécessité de construire une identité lors de créations a été bien étudiée pour la colonie de Philippes par Brelaz, 2016.

2 Depuis les travaux de C. Lepelley (Lepelley, 1979 et 1981), l’hypothèse d’un déclin de l’autonomie municipale a été considérablement revue, même si cet auteur a évoqué les interventions des gouverneurs au niveau local (Lepelley, 1996 ; Lepelley, 1999) ; cf. récemment Oshimizu, 2012.

3 Cf. par exemple pour la Pisidie, Christol, Drew-Bear, 1999.

4 Lassère, 2015, p. 532.

5 Sur les prêtres provinciaux, cf. la bibliographie antérieure : La Rocca, 2010, p. 82, note 10.

6 Cagnat, 1909, p. 68 ; 71, suivi par Desanges, 1963, p. 7.

7 Chastagnol, 1967.

8 CIL, VIII, 608 = 11772 (ILS, 637) Mididi ; il s’agit d’Aurelius Aristobulus, gouverneur siégeant à Carthage entre 290 et 294 ; le texte est précisément daté du 1er janvier au 1er juillet 294. Ce gouverneur est aussi connu par CIL, VIII, 11774 Mididi ; ILAlg., I, 2048 Madaure (cf. Lepelley, 1999, p. 243 ; 246) ; CIL, VIII, 4645 = ILAlg., I, 1032 Thagura : Pro salute dd(ominorum) nn(ostrorum) Diocletiani et Maximiani Aug(ustorum) / cella unctuaria quae per seriem annorum in usu non fuisset saeculo / eorum restituta et dedicata est, Aurel(io) Aristobulo, proco(n)s(ule), c(larissimo) u(iro), Macrinio Sossiano l[eg(ato)] c(larissimo) u(iro) ; CIL, VIII, 5290 (p. 962 ; 1658) (ILS, 5477) = ILAlg., I, 179 Calama : [For]tunam uictricem cum simulacris uictoriarum / [… ex] infrequenti et inculto loco in ista sede priu/[ato sumptu proco]nsulato quarto insignis Aureli Aristobuli, [uiri clarissimi] / et ornat[iss]i[m]i prouisione gloriosi Macrini Sos[siani, uiri clarissimi], / leg(ati) quarto Iulius Rusticia[nus], / [ci]uis et cur(ator) Kalamensium splendidi / […]VP[… tran]st[ulit…] et locauit […] …

9 AE, 1908, 197 = 1909, 217 = 232 = CIL, VIII, 23179 + 23180 = ILAlg., I, 3832 + 3833 = ILTun., 308 Tamesmida (Hanshir, Afrique proconsulaire) : Genio / dddd(ominorum) nnnn(ostrorum) / Diocletiani et / Maximiani / Augg(ustorum) et Con/[s]tanti et Maxi/mini nobill(issimorum) Cae(sarum), / [Mu ?]cius Flauia/[nu]s uel [ss(arum), V ?]arius Flauia/[nu]s, u(ir) p(erfectissimus), p(raeses) p(rouinciae) Val(eriae) / [B]yz(acenae) au 28e mille de la route de Théveste à Thélepte, sans doute à la limite de la province de Byzacène. Cf. Chastagnol, 1967, p. 123 ; 124, n° 1 ; Carboni, 2015 qui propose de ne voir qu’un seul texte, présent sous trois références dans la banque de données Clauss/Slaby [http://www.manfredclauss.de/fr/index.html] qui mentionnerait Vibius Flavianus, déjà connu à Mactar (Charles-Picard, 1950, p. 84 (AE, 1953, 45) Mactar : […]lius […] /[…]rant praesidatu Vibi Flauiani […] / […] ad pris[tinam(?) …]) note 112 ; cf. PLRE, I, p. 344, … cius Flavianus 6 ; PLRE, I, p. 349, Vibius Flavianus 17.

10 Chastagnol, 1967, p. 119.

11 Di Vita-Evrard, 1984, p. 163.

12 Cagnat, 1909, p. 68 : en 294/295 pour la Byzacène ; Warmington, 1954, p. 1 : peu après 294 pour la Byzacène, entre 307 et 312 pour la Tripolitaine ; Foucher, 1964, p. 325-326 ; Chastagnol, 1966, p. 539, note 1 ; Chastagnol, 1967, p. 120 ; Di Vita-Evrard, 1984, p. 166-168 ; Christol, 1983, p. 338, note 51 (= Christol, 2005, p. 145 et note 99).

13 Seston, 1946, p. 331 ; Di Vita-Evrard, 1984, p. 163, note 63 pour la bibliographie.

14 Di Vita-Evrard, 1984, p. 168-177 et le tableau p. 177 ; Di Vita-Evrard, 1985, p. 156.

15 Desanges, 1992, p. 1675 ; Christol, 2005, p. 148 Addendum.

16 Lassère, 2015, p. 529 ; 531. Certains hésitent encore à admettre une datation vers 303 : Oshimizu, 2012, p. 177-178.

17 Chastagnol, 1967, p. 126-130, pour les fastes provinciaux et la prosopographie des gouverneurs de Tripolitaine. L’auteur exclut de sa liste deux dossiers : l’un concerne le praeses anonyme figurant sur une inscription découverte sur le site des autels des frères Philènes (AE, 1954, 184b Graret Gser et-Trab) ; sur le lieu de découverte, cf. Lefebvre, 2014, p. 115-148. Le second dossier a été découvert à Sabratha (IRT, 104) et pourrait concerner un gouverneur, le personnage étant uir perfectissimus. Cf. aussi Donaldson, 1985, p. 165-177 ; Oshimizu 2012, p. 182-184, qui inclut le dossier de Graret Gser et-Trab (n° 2), qu’il date entre 293 et 305 ; il place en premier notre cat. 3, Laenatius Romulus (n° 8-11). Le catalogue constitue l’annexe 1.

18 Cat. 28.

19 Chastagnol, 1967, p. 122 ; 127, n° 2 ; 128, n° 2.

20 CIL, VIII, 22763 (ILS, 9352) = ILTun., 5 = ILPBardo, 21 Tibubuci : Centenarium Tibubuci / quod Valerius Vibianus, / u(ir) p(erfectissimus), initiari, / Aurelius Quintianus, u(ir) p(erfectissimus), / praeses prouinciae Tri/politanae, perfeci curauit.

21 Leptis, p. 373.

22 Dioclétien a ainsi laissé en place, comme proconsul d’Afrique, T. Claudius Aurelius Aristobulus, pendant quatre ans (CIL, VIII, 5290 (p. 962 ; 1658) (ILS, 5477) = ILAlg., I, 179 Calama), entre les étés 290 et 294, afin de rétablir le calme et l’ordre dans la province d’Africa proconsularis. On peut penser que cette restauration voulue par le pouvoir était liée à la future réforme, et a permis que la partition des provinces ait lieu dans le calme. Cf. Chastagnol, 1962, p. 21-25, n° 5 ; Lepelley, 1979, p. 85-86 et note 70 ; Di Vita-Evrard, 1984, p. 155.

23 AE, 1926, 158 = IRT, 397 = IRT 2009, 397 Lepcis Magna : Imp(eratori) Caes(ari) L(ucio) Septimio Seu[ero, pio, Pertinaci, Aug]usto, Arabico, Adiabenico, Parthico M[axi]mo et / Imp(eratori) Caes(ari) M(arco) Aurellio [Antonino August]o et [[P(ublio) S[eptimio Getae, nobilissim]o [Cae]s(ari)]] et Iuliae Aug[ustae, matri Augustorum] / et Cas[t]roru[m ....] / M(arcus) […. c. 12 ….] Asper Aurelianus, sacerdotalis prouinciae Africae, nimini [maiestatique eorum deuotus…] datée à partir de 198 pour les IRT ; 209-211 pour les IRT 2009. Cf. Lefebvre, 2013, p. 29-60.

24 CTh., 12.12.1 : In Africanis prouinciis uniuersis conciliis liberam tribuo potestatem…. Cf. Larsen 1934, p. 209 ; Warmington, 1954, p. 6-7 : la présence des concilia fut encouragée par les empereurs sans doute pour diminuer la corruption des administrateurs.

25 IRT, 470 Lepcis Magna : […] prouin[ci]a Tripolita[na…] entre 340 et 350 ; IRT, 111 Sabratha : …. secundum decreta totius prouinc(iae) … entre 383 et 388 ; IRT, 653 Lepcis Magna : …. prouincia Trip]olita[na…. ?

26 Cat. 21 ; 22 ; 29 ; cf. peut-être aussi dans cat. 31.

27 Comme L. Aemilius Quintius (Cat. 6 ; 32 ; IRT, 588 = Leptis, 60 Lepcis Magna : Quintii fl(aminis) p(er)p(etui) sac(erdotalis) // Ob meritum labo/ris et legationis / perfectae, / L(ucio) Aemilio Quinto, fl(amini) p(er)p(etuo), / sacerdotali, / ordo splendidis/simus ciuitatis / Lepcimagnensium / dedit ; il est également prêtre provincial de Tripolitaine. Cf. Di Vita-Evrard, 1984, p. 150-151.

28 Le nombre des cités de Tripolitaine est réduit, il fallait néanmoins constituer une assemblée viable, comprenant plus qu’une vingtaine de délégués.

29 On peut mentionner un texte mentionnant Dioclétien et Maximien – un milliaire ? – (Constans, 1915, p. 343, n° 35 = Donau, 1920, p. 37 = ILAfr., 653c Gigthis : [Impp(eratoribus)] dd(ominis) nn(ostris) [C(aio) V]alerio [Dioc]leti[no et] M(arco) Aure[lio Va]lerio [Maximiano), un autre où figurent Constantin et son fils Constantin II, alors César entre 317 et 337 (Donau, 1920, p. 38 = ILAfr., 653d Gigthis : D(omino) n(ostro) / Imp(eratori) C(a)e[sa]ri Fl(auio) Cons/tantino Maximo, / [pio, f]eli[c]i, uictori ac / [t]rium[ph]atori semp(er) / A[u]g(usto), bono rei pub[licae] / n[a]to et Fl(auio) Clau[di]/o [Constanti]no, / nobilissimis Ca/esaribus.

30 Cat. 6.

31 Caes., Civ., II, 1, 4 ; II, 17, 2 ; 3 ; 18, 1 ; 5 ; 6 ; 19, 1 ; 4 ; 21, 4. Cf. Lefebvre, 2013, p. 33-34.

32 Sur les prêtres provinciaux tardifs, Filippini, 2016.

33 Cf. ci-dessous.

34 Cet ordre des hommages est donné par Bartoccini, 1950, p. 36-37 ; il n’est pas suivi par Romanelli, 1959, p. 577. Cf. Bassignano, 1974, p. 42-44, n° 25.

35 Cat. 32.

36 Cat. 1. Cf. Krause, 1987, p. 77, n° 171.

37 Lefebvre, Patronus.

38 Niquet, 2001 ; Tantillo, 2010, p. 380.

39 RE, III, 1899, s. u. Claudius, col. 2773, n° 239 ; PIR2, C, 933 ; Thomasson, 1996, p. 63, n° 77.

40 Sjöström, 1993, p. 31.

41 Lepelley, 1981a, p. 362.

42 Jouffroy, 1986, p. 291 : elle évoque un nouveau complexe à la place de la Basilica Vetus.

43 Cat. 9. Un second texte, plus lacunaire, signale les mêmes travaux : IRT, 771 = Leptis, 72 Lepcis Magna : […tr]ipertit[a porticus] / [magnitu]dine su[i ac Troa]/[dens]ium column[arum ado]/[rnat]a operis pr[ouincialium] / [ac sump]tu p[ublico] / […] ; cf. Lepelley, 1981a, p. 340-341 et note 24 ; Oshimizu, 2012, p. 201-202 : il estime que le gouverneur est à l’initiative des travaux, ce qui ne ressort pas du texte où les instances municipales et le curateur de cité sont, au contraire, très présents.

44 Lepelley, 1981a, p. 337 ; Leptis, 71, p. 456.

45 Leptis, 73. Cf. Lefebvre, 2022.

46 Pour une liste des hommages rendus aux princes et aux gouverneurs et dignitaires impériaux, cf. Lepelley, 1981a, p. 341-347.

47 Lefebvre, 1994, p. 237-241.

48 Cat. 17.

49 Cat. 20.

50 Lors de la création de la province de Pisidie au début du IVe siècle, le gouverneur intervient à Antioche de Pisidie dans le cadre de la rénovation urbaine rendue nécessaire par le nouveau statut de capitale : CIL, III, 6854 + AE, 1967, 497 + 498 + Christol, Drew Bear 1999, p. 44-50 (AE, 1999, 1612) = Christol, 2013, p. 282-283 Antioche de Pisidie : Felicissim[is temporibus d]d(ominorum duorum) nn(ostrorum) Gal(eri) Val(eri) Maximian[i et [[Gal(eri) Val(eri) Maximini]] et Fl(aui)] Val(eri) Constantini [et Val(eri) Licinniani Lic]inni, piissimorum August[o]rum / arcum […] porticibus [… cum… e]t omni ornatu a fund[amento, Val(erius) Diogenes, u(ir)] p(erfectissimus), praes(es) instantia sua facere curauit, / d(euotus) n(umini) m(aiestati)q(ue) eor(um).

51 IRT, 543 = IRT-S, 543, p. 143 (AE, 1983, 949) = Leptis, 46 Lepcis Magna : Curni // L(ucio) Volusio Basso C{a}ereali, / c(larissimo) u(iro) et co(n)s(ulari), cur(atori) rei p(ublicae) suae / quae(!) inter cetera ope/ra quae industria et la/bore maximo renouauit / Vlpiam basilicam cum fo/ro eius in meliorem faci/em publico sumptu resti/tuit gratiam, afferen/tes Lepcitani publice.

52 Di Vita-Evrard, 1984, p. 160-161.

53 Di Vita-Evrard, 1984, p. 161-162.

54 Di Vita-Evrard, 1984, p. 161-162.

55 Alföldy, 1973.

56 IRT, 588 Lepcis Magna (cf. note 27).

57 Cat. 21 ; 29.

58 Cat. 31.

59 Cat. 29.

60 Cat. 32.

61 Cat. 7 : son titre de sacerdotalis ne figure pas dans l’inscription.

62 IRT, 588 Lepcis Magna (cf. note 27).

63 Lepelley, 1981a, p. 362, en particulier note 119 ; Tantillo, 2010, p. 27-32.

64 Creté, 2012.

65 Un autre praeses pourrait être le premier (Goodchild, 1952, p. 109-110 (AE, 1954, 184b) Graret Gser et-Trab), mais le texte très lacunaire, ne permet pas de connaître le district au sein duquel ce gouverneur a exercé sa juridiction. Cf. Lefebvre, 2014, p. 134-135.

66 Trousset 1974, p. 34 ; 92, n° 98 ; p. 150-151 ; 153.

67 Il me semble difficile de suivre M. Torelli (Torelli, 1974, p. 393 ; figure 1) qui le pense d’origine locale et le rattache aux Flauii Vibiani ; C. Lepelley (Lepelley, 1981a, p. 343, note 43 ; 347-351) ne retient pas cette hypothèse ; Tantillo, 2010, p. 31 : « Debolissimi sono gli argomenti addotti per attribuire un’origine locale, tripolitana, a Vibianus ».

68 Cat. 6.

69 Cat. 32.

70 Amm. Mar., XXVIII, 6, 21 : … Caecilium consiliarium in ea prouincia genitum…

71 Amm. Mar., XXVIII, 6, 1-30. Cf. Kotula, 1965, p. 177 ; l’affaire occupe le chapitre 4 de la thèse, écrite en polonais.

72 Pour une présentation de l’affaire et la bibliographie, cf. Lepelley, 1981a, p. 354-362.

73 Cat. 15.

74 Virius Nicomachus Flauianus : PLRE, I, p. 347-348, Flavianus 15. C’est un sénateur richissime et païen, cousin de Symmaque.

75 Pour une présentation générale de l’affaire, cf. Guey, 1950, p. 84-89 ; Günther, 1994 ; Günther, 1997 ; Coskun, 2004 ; Briand-Ponsart, Hugoniot, 2005, p. 342-344.

76 Amm. Mar., XXVIII, 6, 5. Cf. PLRE, I, p. 768, Romanus 3 ; Warmington, 1956.

77 Amm. Mar., XXVIII, 6, 7 : Tripolitani … adlapso legitimo die concilii, quod apud eos est annuum …

78 Amm. Mar., XXVIII, 6, 9 : … obtulerunt decreta…

79 Amm. Mar., 28.6.7 : ... Seuerum et Flaccianum creauere legatos, … ; 9 : uenerunt in comitatum legati… ; 11 : … ad legatorum preces… ; 16 : … profectis ante legatis… ; 20 : omnium legatorum… ; 25 : … legatorum… ; 28 : … legatos…

80 Lepelley, 1981a, p. 356, note 98.

81 Amm. Mar., 28.6.16.

82 Amm. Mar., 28.6.7 : … lacrimosas prouinciae… ; 20 : … Tripolitanos frustra queri commemorans… ; 23 : … obicientium ideo Tripolitanos non potuisse defendi… ; 25 : … Tripolis non indefensa…

83 Amm. Mar., XXVIII, 6, 10.

84 Pour une chronologie des faits, cf. Lepelley, 1981a, p. 357, note 103 qui reprend la proposition d’A. Demandt (Demandt, 1968, p. 361-362) pour la chronologie.

85 AE, 1950, 188 = IRT, 475 = Leptis, 27 Lepcis Magna : Flauianii u(iri) c(larissimi) // Nicomacho Flauiano, agenti{s} / tunc uicem praefectorum prae/torio per Africanas prouincias / pubescente Romani nominis glo/ria et uigente fortuna / dominorum principumq(ue) nostrorum / Valentis Gratiani et Valentiniani / perpetuorum semper Auggg(ustorum trium) et ubiq(ue) / uincentium Lepcimagnensis, / fidelis et innocens ordo cum po/pulo, pr(a)estantissimo patrono, / uotis omnibus conlocauit (vers 378) ; l’ordo s’y qualifie de fidelis et innocens, en évocation de l’affaire. Cf. Guey, 1950, p. 87.

86 Lepelley, 1997, p. 342-344.

87 IRT, 475 = Leptis, 27 Lepcis Magna (cf. note 86), découverte sur le Forum Seuerianum côté oriental de la place ; le texte date de 376-377. Cf. Guey 1950, p. 77-79 (AE, 1950, 188) ; Caputo, 1951, p. 242. Il est intéressant de constater que l’hommage fut gravé sur la base offerte dans un premier temps en l’honneur de Flauius Archontius Nilus (cat. 17) ; la statue a alors sans doute changé de tête et a été tournée. Cf. Guey, 1950, p. 78.

88 IRT, 570 = IRT-S, 570, p. 130-131 (AE, 1957, 236) = Leptis, 29 Lepcis Magna : […]allometis // Praedicabilis in/tegritatis et beniuoli / uigoris iustitiae singu/laris, Flauio Victoriano / comiti […] per Africam / quod defesso territorio / nimia incursatione ba[r]/barorum P QV[…]NS B / excubiae [.]d[.]que […3/4…]ente mo/deratione iudiciorum ob e[ius(?)] / tam rei publicae […7/8…] / quam priuatorum restit[uit ?] / […] Lepcim/[agnen]/[es…20… ], découverte sur le Forum Seuerianum, portique oriental.

89 Cat. 24 : le 8 ou 9 juin 378 ; les difficultés vécues sont ici aussi évoquées. Flauius Viuius Benedictus pourrait être patron de Lepcis Magna.

90 Cat. 15.

91 Cat. 15. Cf. Guey, 1953, p. 344-346.

92 On peut évoquer le cas de Pline le Jeune et des Baetici ; cf. Lefebvre, 2002.

93 Kotula, 1965, p. 177.

94 Ainsi, Flauius Viuius Benedictus, praeses de Tripolitaine en 378, rend hommage à Valentinien à Gigthis (CIL, VIII, 10489 = 11024 (ILS, 779) = ILPBardo, 485 Gigthis) et à Lepcis Magna (CIL, VIII, 22671 = IRT, 476 Lepcis Magna). Il est lui même honoré dans cette même ville (cat. 24) et à Sabratha (cat. 4).

95 Moira, 2012, II, p. 11-81 ; dans sa thèse, elle évoque les particularités des elogia figurant dans les hommages publics rendus aux gouverneurs de la province.

96 Cf. CIL, VI, 1688 (ILS, 6111b) Rome. On pensait que l’épithète Valeria n’était plus attestée après 320 (cf. Di Vita-Evrard, 1984, p. 170, note 91), mais une découverte récente atteste de ce surnom entre 402 et 408 : AE, 2004, 1798 Aradi (Numidie) Hanoune, Hoët-van Cauwenberghe, 2020 suivi de Christol, 2021, Pupput : … pro(uinciae) Fl(auiae) Val(eriae) […] au dernier tiers du IVe siècle.

97 Je renvoie à l’article d’A. Chastagnol (Chastagnol, 1967, p. 122-126) pour les fastes de la province et la prosopographie des gouverneurs ; cf. aussi Oshimizu, 2012, p. 181-182 et Camodeca, 2018, p. 436-438.

98 Recherches menées sur la banque de données épigraphiques [http://www.manfredclauss.de/fr/index.html] (consultation le 20 novembre 2020). Sur les 33 documents répertoriés, six ont été découverts à Rome et mentionnent le gouverneur de Byzacène Q. Valerius Aradius Proculus, patron de plusieurs communautés en Afrique, l’un vient de Puteoli (AE, 2014, 324 = Camodeca, 2018), l’un est un sceau de provenance inconnue ; pour onze, le nom de la province est gravé sur des ostraca (cf. Peña, 1998).

99 Figure ainsi un règlement d’administration financière découvert à Carthage, très fragmentaire (CIL, VIII, 1127 + 1158 + 10530 + 12552 + 14280 + 24608a + 24609b + 24610 + 24611 + 24612 + 24613 = ILAlfr., 370 = ILTun., 894 + 895 + 896 (AE, 1950, 55 Carthage : [… Valer]iae Byzacenae entre 364 et 378).

100 […] Victorinus, uir clarissimus, consularis prouinciae Valeriae Byzacenae entre 337 et 350 (CIL, VIII, 914 = 11184 = ILTun., 253 = LBIRNA, 706 = Curchin, 2016, p. 62, n° 30 Acholla) ; Q. Avidius Felicius, consularis prouinu(iae) Byz(ancenae) (CIL, VIII, 11932 = LBIRNA, 814 Uzappa) ; un anonyme, [… c]onsularis proui[nciae Va]leriae Byzacenae (CIL, VIII, 231a = 242 = 11334 = 11363 = 23218 = ILAfr., 116b = ILTun., 348 = 367 Sufetula) ; […]onius Seuerus (CIL, VIII, 11353 = ILAfr., 117 Sufetula). On peut ajouter une inscription de Aradi où le gouvernorat provincial sert d’élément de datation : AE, 2004, 1798 Aradi : …. administrante M[an]lio Crepereio Scipione Vincentio, u(iro) c(larissimo), / consulare p(rouinciae) Fl(auiae) Valeriae Byz(acenae)…. Entre janvier 402 et mai 408.

101 ILAlg., I, 2116 + 2159b + 2163 + 2164 + 2169 + 4012 (AE, 1922, 18) Madaurus : [G]ez(i)o Largo c(larissimo) u(iro)... ex consula[ri B]yzacenae entre 330 et 340.

102 CIL, VIII, 23179 + 23180 = ILAlg., I, 3832 + 3833 = ILTun., 308 = ILAfr., 314 Pupput : entre 383 et 408 (cf. note 9) ; AE, 2004, 1681 Limisa : [… uir cla]rissimus, consularis, p(rouinciae) V(aleriae) Byz(acenae) dedicauit…, fin du IVe siècle.

103 AE, 2001, 2068 = 2006, 1673 Thélepte : [… P]risco, u(iro) c(larissimo), consulare prouinciae Flauiae Valeriae Byzac[enae…], entre le milieu du IVe siècle et le premier quart du Ve siècle selon l’éditeur, mais il pourrait aussi être identifié avec Iulius Tullius Priscus, légat du diocèse de Carthage en 315/316. Sa fonction de gouverneur serait alors à placer entre 328 et 350.

104 Les bureaux du gouverneur sont connus par une inscription du premier quart du IVe siècle : Poinssot, 1943 (AE, 1946, 227) Thélepte : Emeriti centurionis sum ex offic(iis) pr(a)esidi[s prou(inciae) Val(eriae) Byzacenae te]ne me sed bene. Le texte figure sur un collier d’esclave en cuivre jaune.

105 Plusieurs inscriptions découvertes à Rome mentionnent le cursus honorum de Q. Aradius Rufinus Valerius Proculus, gouverneur en 321-322 (CIL, VI, 1684 (p. 4733) Rome ; CIL, VI, 1685 (p. 3173 ; 4734) (ILS, 6111a) = ILMN, I, 45 Rome ; CIL, VI, 1686 (p. 3173 ; 4734) (ILS, 6111c) = ILMN, I, 46 Rome ; CIL, VI, 1687 (p. 3173 ; 4734) (ILS, 6111) = ILMN, I, 47 Rome ; CIL, VI, 1688 (p. 4734) (ILS, 6111b) Rome ; CIL, VI, 1689 (p. 4734) Rome) et celui de L. Aradius Valerius Proculus (CIL, VI, 1690 (p. 3173 ; 3813 ; 4735) (ILS, 1240 ; AE, 1976, 15 Rome ; CIL, VI, 1691 (p. 4735) Rome) ; cf. Chastagnol, 1967, p. 122 ; 123, n° 4 : entre 322 et 324 en Byzacène. Ce dernier est également mentionné dans un hommage religieux qu’il rend à la Grande Mère et à Attis : CIL, VIII 24521 = LBIRNA, 691 Carthage : [… p]raes(es) prou(inciae) B<y=I>zac(enae) …

106 CTh., 2, 19, 3 : Idem a. ad concilium Byzacenorum.

107 AE, 1908, 197 = 1909, 217 = CIL, VIII, 23179 + 23180 = ILTun., 308 = ILAlg., I, 3832 + 3833 Tamesmida (Hanshir, Afrique proconsulaire) ; cf. note 9.

108 AE, 1912, 178 = ILAfr., 314 Pupput (Proconsulaire) : D(omino) n(ostro) Arcadio Incly/to Pio Felici Augusto, / administrantibus Fl(auio) / Macrobio Maximiano, / u(iro) c(larissimo), p(rimi) o(rdinis) c(omite), ag(ente) uic(es) p(raefectorum) p(raetorio), et Fl(auio) Sy/nesio Filo[…]io, u(iro) c(larissimo), / cons(ulari) prou(inciae) Fl(auiae) Val(eriae) Byz(acenae), / Fl(auius) Calbinus, u(ir) d(euotissimus), fl(amen) p(er)p(etuus), / cur(ator) rei p(ublicae) numini ma/iestatique eius sem/per dicatissimus. Cf. Chastagnol, 1967, p. 123 ; 125, n° 12.

109 Chastagnol 1967, p. 123 ; 124, n° 3.

110 CIL, VI, 1684 (p. 4733) Rome : Populonii / Valerio Proculo, u(iro) c(larissimo), / praesidi prouinciae Val(eriae) Byzac(enae), / dd(ominis) nn(ostris) Crispo et Constantino Iuniori / nobilissimis Caess(aribus) co(n)ss(ulibus), IIII Kal(endas) Sep(tembres), / municipes municipii Ael(i) Hadriani Aug(usti) Chul/litani, Q(uintum) Aradium Rufinum Valerium Proculum, / u(irum) c(larissimum), liberos posterosque eius sibi liberis poste/risque suis patronos cooptauerunt tesseram/que hospitalem cum eo fecerunt ; / Q(uintus) Aradius Rufinus Valerius Proculus, liberi / posterique eius, municipes municipi(i) Aeli Ha/driani Aug(usti) Ciuiulitani(!) liberos posterosq(ue) eorum / in fidem clientelamq(ue) suam receperunt in quam / rem gratuitam legationem susceperunt ; / Insteius Renatus et Apollonius Gallentius / duouiri, T(itus) Aelius Nigoginus et Aelius Fausti/nus aediles, L(ucius) Aelius Optatianus Cammaria/nus Flauius Secundinus Domitius Optatianus / Aemilius Nemgonius Aemilius Titracius Sta/tilius Secundianus fl(amen) p(er)p(etuus), et uniuersus ord(o) d(ecurionum) ; CIL, VI, 1685 (p. 3173 ; 4734) (ILS, 6111a) = ILMN-1, 45 Rome : DD(ominis) n(ostris) Crispo et Constantino, nobil(issimis) Caess(aribus) et co(n)ss(ulibus), / V Idus April(es), / decuriones et coloni coloniae Aeliae Au/gustae Mercurialis Thaenit(anorum) cum Quin/to Aradio Valerio Proculo, u(iro) c(larissimo), praeside / prouinc(iae) Val(eriae) Byzac(enae) hospitium cliente/lamque fecissent et sibi liberisque suis / posterisque eorum cooptassent ; Quintus / Aradius Val(erius) Proculus, u(ir) c(larissimus), praes(es) prouin(ciae) Val(eriae) / Byzac(enae) a decurionibus colonis col(oniae) Ael(iae) Aug(ustae) / Merc(urialis) Thaenit(anorum) hospitio clientelaque / suscepisset liberisque suis posteris/que eorum in quam rem legatos ire / dicerunt, uniuersos ordinis uiros / censentibus cunctis agentibus / curiam Q(uinto) Valerio Marullo et C(aio) Hor/tensio Concilio duouiris ; CIL, VI, 1687 (p. 3173 ; 4734) (ILS, 6111) = ILMN-1, 47 Rome : Populonii / dd(ominis ) nn(ostris) Crispo et Constantino Iun(iori) nobb(ilissimis) / Caess(aribus) iterum III Idus Mart(ias) conss(ulibus), / coloni coloniae Concordiae Vlpiae Traianae / Augustae Frugiferae Hadrumetinae, / Q(uintum) Aradium Valerium Proculum, u(irum) c(larissimum), praesidem / prouinc(iae) Val(eriae) Byzacenae liberos posterosque eius / sibi liberis posterisque suis patronum coopta/uerunt ; Q(uintus) Aradius Valerius Proculus, u(ir) c(larissimus), praeses / prouinc(iae) Val(eriae) Byzacenae, colonos coloniae Con/cordiae Vlpiae Traianae Augustae Frugiferae / Hadrumetinae liberos posterosque eorum in fi/dem clientelamque suam liberorum / posterorumque suorum recepit ; CIL, VI, 1688 (p. 4734) (ILS, 6111b) Rome : Feliciter / dd(ominis) nn(ostris) Crispo et Constan/tino nobb(ilissimis) Caess(aribus) et co(n)ss(ulibus), / X Kal(endas) Mai(as), / quod Q(uintum) Aradium Val(erium) Proculum, / c(larissimum) u(irum), praesidem prou(inciae) Val(eriae) Byzac(enae), / Faustianenses patronum coop/tauerunt cum liberis posterisque / eius tesseram hospitalem / cum eo fecerunt uti se in fidem / atque clientelam uel suam / uel posterorum suorum / reciperet atque ita in hac / re, splendidissimus ordo / eiusdem ciuitatis Fausti/anensis legationem pro/secutus est.

111 Chastagnol, 1967, p. 123 ; 125, n° 10 ; pour l’hypothétique patronat, cf. Krause, 1987, p. 77, n° 170 ; Ventura Villanueva et Stylow, 1993, p. 510, intègrent Flauius Mallius Theodorus dans une liste complémentaire à leur article, se fondant sur les travaux de J.-U. Krause, mais en précisant que « los testimonios ... son muy tenues ».

112 Lefebvre, Patronus.

113 CIL, X, 3846 = Chioffi, 2004, p. 1099-1100 = Chioffi, 2005, p. 51-52, n° 14 Capoue : Argentii / Brittio Praetextato, u(iro) cl(arissimo), / curatori Capuae quinde/cemuiro, consulari Byza/cii, comiti ordinis primi, / ordo et populus Hadru/metinus, administran/ti, obtulerunt et, priua/to iam, prosequente Fl(auio) / Sergio Codeo, u(iro) p(erfectissimo) destina/to prouinciae poni / curauerunt. Cf. Chastagnol, 1967, p. 123 ; 125, n° 11.

114 Chastagnol, 1967, p. 125, n° 11. Cf. PLRE, I, p. 165 ; 724 Brittius Praetextatus sigo Argentius 2.

115 Pallu de Lessert, 1901, p. 295, note 3 : « Fl. Sergius Codeus était-il désigné pour le gouvernement ou pour quelque autre fonction dans la Byzacène ? Le rang de vir perfectissimus semble devoir faire écarter la première hypothèse. Il est cependant à remarquer que Codeus n’a pas été investi de sa magistrature et que c’est cette investiture qui confère le clarissimat ».

116 L’histoire d’Hadrumète est mal connue, les découvertes épigraphiques restant très modestes. Cf. Foucher, 1964.

117 Être la ville dont était issu le rival de Septime Sévère, Clodius Albinus, n’a pas dû jouer en sa faveur sous le règne des Sévères. De plus, proche de la zone où partit la révolte de 238, la ville a dû être touchée. Cf. Lepelley, 1981a, p. 261-262.

118 Deux lois sont reçues par Aco Catullinus, gouverneur, datées du 3 novembre 313 et affichées le 17 avril 314, à Hadrumète : CTh., 9.40.1 : Imp. Constantinus a. ad Catulinum. ; 11, 30, 2 ; 11, 36, 1. Cf. Chastagnol, 1967, p. 123 ; 124, n° 2.

119 Foucher, 1964, p. 320 ; Lepelley, 1981a, p. 262-263 en nuançant.

120 Pour une liste récente des gouverneurs de Byzacène, cf. Oshimizu, 2012, p. 181-182, tableau 1b.

121 AE, 1908, 197 = 1909, 217 = CIL, VIII, 23179 + 23180 = ILTun., 308 = ILAlg., I, 3832 + 3833 Tamesmida ; cf. note 9.

122 BCTH, 1950, p. 84 (AE, 1953, 45) Mactar : […]lius […] / […]rant praesidatu Vibi Flauiani […] / […] ad pris[tinam(?) …]. Cf. Chastagnol, 1967, p. 123 ; 124, n° 6.

123 Charles-Picard, 1945, p. 365, n° 12 (AE, 1946, 45) Chusira : [t]emplum dei PFE[…] / [… A]gricola, u(iro) c(larissimo), pra(e)sid[e prouinciae…] / […] curator(e) r(ei) p(ublicae) sua libe[ralitate restituit ?] ; CIL, VIII, 701 (p. 1250) Chusira : […]tiani u(iri) c(larissimi), p[raesidis…] ; la lecture initiale du CIL était pour la fin de la ligne p[roco(n)s(ulis) Africae ce qui changerait évidemment la datation du document. Cf. Chastagnol, 1967, p. 123 ; 124, n° 5.

124 Hanoune, Hoët-van Cauwenberghe, 2020 suivi par Christol, 2021, Pupput.

125 AE, 1922, 17 = ILALg., I, 2116 + 2159b + 2163 + 2164 + 2169 = 4012 Madaure : [G]eze(i)o Largo, c(larissimo) u(iro), / patrono coloniae / magnifico atq(ue) praes/tanti [e]t senatoriae dig/nita[tis] ornamento, / prae[t]orio uiro, ex con/sula[ri B]yzacenae pr[o]/uincia[e], tertio procon/suli proui[nc]iae A[f]ricae, / cuius p[roconsu]latu{s} be/neficia plu[rima ciuitas] / ac res publica f[uerit con]/secuta, statuam m[armo]re[am pone]ndam, c[liens] / [ordo Madaurensium], / [etsi impari be]nefic[iis] / [eius honori]fico [[…]] / obse[quio] decreuit a[tq(ue) ?…] / cuius em[tio]nem et euec[tionem], / splendi[di]ssimus ordo pr[o]/pria [pecu]nia perduxit [et] / dedic[a]uit. Cf. Chastagnol, 1967, p. 123 ; 124-125, n° 7 : après son passage en Byzacène, il devient proconsul d’Afrique.

126 Baratte, 2012, p. 20. Est aussi évoqué « l’isolamento della provincia » (Felici, Munzi, Tantillo, 2006, p. 594).

127 Christol, 1996; Christol, 1999, p. 76 : « Il semble difficile, en effet, à propos de la diocesis Hadrumetina, d’évoquer une subdivision provinciale, car cela supposerait l’organisation du ressort d’un légat, dont l’existence n’a jamais été prouvée ». Cf. Chastagnol, 1958 (= Chastagnol, 1987) ; Di Vita-Evrard, 1984.

128 Lepelley, 1990/92, p. 145-157 (= Lepelley, 2001, p. 55-68). Sur leur carrière, cf. Thomasson, 1994.

129 Di Vita, 1982, p. 535-536 : « il germe di quella che fu poi la provincia diocleziana » ; Di Vita-Evrard, 1984, p. 161, note 53 ; Di Vita-Evrard, 1985, p. 143-164 ; Sjöström, 1993, p. 31 : « the imperial administration was pervaded by a form of regional unification, which the Diocletianic reforms made official » ; Tantillo, 2010, p. 16-18 ; Lassère, 2015, p. 433.

130 Christol, 2006a, p. 234-242.

131 Mattingly, 1995, p. 55 : cette fonction serait à mettre en relation avec des confiscations opérées par Septime Sévère.

132 Lassère, 2015, p. 429. Cf. IRT, 184 Sabratha : […] stati[…] / […] priua[t(a?) …] / […]tri[…] ; peut-être statio rei priuatae.

133 CIL, VIII, 16542 et p. 2731 (ILS, 1439) = ILAlg., I, 3063 Théveste : M(arco) Aemilio / C[lodiano], / [e(gregio) u(iro), proc(uratori) Augg(ustorum) nn(ostrorum)] / [pat]rimonii / reg(ionis) Leptiminensis / [item priuatae] / reg(ionis) Tripolitanae, / ob singularem eius / innocentiam, / Oeenses, / publice ; CIL, VIII, 16543 = ILAlg., I, 3062 Théveste : M(arco) Aemilio / Clodiano, / e(gregio) u(iro), proc(uratori) Aug[g(ustorum) n]n(ostrorum) / patrimonii / reg(ionis) Leptiminensis / item priuatae / reg(ionis) Tripolitanae, / ob insignem eius / [innoce]nti[am], / Sabrathenses, / publice ; AE, 1888, 56 = CIL, VIII, 11105 (p. 2316) = ILTun., 128 = ILPBardo, 96 Hr. Ksibat : [… proc(uratori)] patrimoni(i) per / regionem Leptita/nam, proc(uratori) ration(is) / priuatae per reg(ionem) / Tripolitanam, / omnium uirtutum / [et t]otius iustitia[e] / uiro / [prae]posito incompar[abili], / [lib]erti et famil[ia] / Caesar(um) n[[n(ostrorum)]] ; cf. CP, 302 ; Jarrett, 1963, p. 217 ; Jarrett, 1972, p. 152-153, n° 10 ; Lefebvre, 2000, p. 561, n° 13 ; Di Vita, 1982, p. 581-582 ; Di Vita-Evrard 1985, p. 145 ; Tantillo, 2010, p. 16, note 33.,

134 Il s’agit de la regio Leptiminensis ou Leptitana gérée par un procurateur sexagénaire du patrimoine, sous l’autorité du procurateur de Carthage ; Christol, 2006b ; Lassère, 2015, p. 447.

135 Di Vita-Evrard, 1985, p. 144-145. Pour elle, le service passe ensuite sous la tutelle d’un procurateur chargé aussi de l’annone.

136 Christol, 2006a, p. 235-238 ; Christol, 2006b, p. 2039.

137 CP, 302, p. 785-786 ; 1094.

138 Di Vita-Evrard, 1985, p. 144.

139 Lassère, 2015, p. 426.

140 CIL, VI, 41295 = ICUR-05, 14678 Rome : [… proc(uratori)] / monetae, subpraef(ecto) ann[onae], / proc(uratori) ad olea conparand(a) p[er re]/gionem Tripolit(anam), proc(uratori) al[imen]/[t]orum per reg(iones) Vmbriam atq(ue) Picen(um), / praef(ecto) alae Aprianae, tr(ibuno) coh(ortis) eq(uitatae) sagit(ariorum), // XIIII Kal(endas) Mar(tias) deposs(i)o / Baleri(a)e Iustin(a)e, bene / merenti qu(a)e uixit annos XXXX. Le texte peut être daté de l’époque de Septime Sévère ou de Sévère Alexandre, dans le cadre de l’annone : cf. Manacorda, 1977, p. 543-555 ; Pflaum, 1978, p. 62 ; p. 75-76, n° xix ; 599 ; SCP, p. 70-72 ; Mattingly, 1995, p. 55 ; PME, inc. 106 ; Di Vita 1982, p. 581-583 ; Di Vita-Evrard, 1985, p. 145 ; 160, note 2 ; Peachin, 1986, p. 99, n° 10 ; Remesal Rodríguez, 1986, p. 107.

141 Di Vita-Evrard, 1985, p. 145 ; note 4, p. 157 ; Tantillo, 2010, p. 16-17.

142 Manacorda, 1977, p. 551-552 ; Lepelley, 1979, p. 168-169 ; Burton, 1979, p. 467, note 8 ; 473-474 ; 479 ; Camodeca, 1980 ; Jacques, 1983, n° 87 (= 54), p. 183-186 ; Di Vita-Evrard, 1985, p. 146-148 ; Tantillo, 2010, p. 17.

143 CIL, XIV, 3593 (ILS, 1185) = InscrIt., IV-1, 106 Tibur : T(ito) Clodio M(arci) f(ilio) […] / Pupieno Pulchro M[aximo], / c(larissimo) u(iro), co(n)s(uli), cur(atori) aed(ium) sacr(arum) et oper(um) p[ublic(orum)], / cur(atori) r(ei) p(ublicae) Beneuent(anorum), electo iud(icio) sacro ad [census] / accept(andos) per prou(inciam) Belgicam, cur(atori) r(ei) p(ublicae) Leptim(agnensium) / et Tripolitanor(um) uice oper(um) publ(icorum), proco(n)s(uli) / prou(inciae) Macedonicae, cur(atori) r(ei) p(ublicae) Catinensium, / pr(aetori) urb(ano), q(uaestori) k(andidato), XVuiro s(acris) f(aciundis), triumuiro monetali, / patrono municipi(i), / s(enatus) p(opulus)q(ue) T(iburs). Cf. Badel, 1999, p. 508-509. Jusqu’à cette date, la curatelle de Lepcis Magna était exercée seule ; cf. Tantillo, 2010, p. 17, note 37 : il convient de rester prudent et d’indiquer simplement qu’au IIIe siècle « la città della regione potevano esser affìdate a un unico curator, ma che questa non era per forza une norma ».

144 Vitucci, 1959, p. 271-275 (AE, 1959, 271) Lepcis Magna : […] Germanico maximo, / trib(unicia) pot(estate) XVI, imp(eratori) / XV, co(n)s(uli) VII, p(atri) p(atriae), proco(n)s(uli), / C(aius) Seruilius Marsus, / co(n)s(ul), cur(ator) rei p(ublicae) reg(ionis) / Tripolitanae, deuotus / numini maiestati/que eius.

145 Jacques 1983, n° 96, p. 196-197 ; I. Tantillo (Tantillo, 2010, p. 17) rejette aussi cette expression.

146 CIL, VIII, 7030 (ILS, 1119) = ILAlg., II, 614 Cirta (cf. Camodeca, 1980, p. 518-519, n° 1 ; p. 524-525, n° 4) ; voir aussi CIL, XII, 3172 (p. 836) Nîmes : […] cur(atori) ci[uitatis? …] / […] Vmbriae ; CIL, XIV, 2107 (AE, 1964, 183 ; 2004, 369) Lanuvium : cura[tori] c[i]u[i]tatium / uniuers[aru]m pro/uinciae [Sicili]ae ; C. Meuius Donatus Iunianus fut aussi quaestor Siciliae prouinciae et proconsul Siciliae prouiciae (CIL, XIV, 2107).

147 CIL, XII, 3172 Nîmes : […] cur(atori) ci[uitatis?...] / […] Vmbriae, l[eg(ato?) …] / […], iurid(ico?) Ast[uriae…] / [proui]nciae Ba[eticae…].

148 La première mention figure dans l’Itinéraire d’Antonin, daté du règne de Caracalla : It. Ant., 77, 1 : Iter quod limitem Tripolitanum per Turrem Tamalleni a Tacapis Lepti Magna ducit.

149 Di Vita-Evrard, 1984, p. 168-170 ; Di Vita-Evrard, 1985, p. 149-152 ; Donaldson, 1985, p. 166.

150 Mattingly, 1995, p. 54.

151 Cat. 3 : on évoque pour Laenatius Romulus en 324/326, les militiae.

152 CTh., 7, 1, 4 : le 27 juin 349. Cf. Chastagnol, 1967, p. 126-127 pour les différentes étapes de l’histoire militaire de la région ; Donaldson, 1985, p. 165.

153 Cat. 17 ; 18 ; AE, 1888, 59 = CIL, VIII, 11031 = ILTun, 14 Gigthis : [… deuicto] / rege Au[sturianorum omnis] / uigor[is in hac re]/gione [auctori] / primo uel solo, / T(ito) Archontio Nilo, / u(iro) p(erfectissimo), p(raesidi) et comiti / p(rouinciae) T(ripolitanae), ordo populu[sq(ue)] / mu(nicipii) Gigthensiu[m] / patrono grat[an]/[t]er conloca[uit…] : il est aussi patron de Gigthis. Cf. Trousset, 1974, p. 151 ; 153 ; Donaldson, 1985, p. 170.

154 Amm. Mar., XXVIII, 6, 13-14. Cf. Felici, Munzi, Tantillo, 2006, p. 591-632.

155 Cat. 17 ; 18.

156 Donaldson, 1985, p. 170.

157 Courtois, 1955, p. 70-91.

158 Salama, 1965, p. 43-44.

159 Lefebvre, 2014, p. 133-136.

160 Cat. 19.

161 Pour une datation légèrement plus tardive, vers 367/369, cf. Donaldson 1985, p. 172.

162 Caputo, 1951, p. 237.

163 Caputo, 1951, p. 238 ; 241.

164 On connaît dans les décennies précédentes des procurateurs affranchis ; cf. Christol 2006a, p. 241-242.

165 Arnaud-Portelli, 2002, p. 44.

166 Di Vita-Evrard, 1985, p. 154.

167 Christol, 2006a, p. 239.

168 Mattingly, 1995, p. 55. Il ne faut cependant pas oublier que Gightis fait aussi partie de la Tripolitaine, tout comme sans doute Tacapes ; cf. Desanges, 1992, p. 1675.

169 C’est ce que laissaient supposer les propos de S. Gsell (ILAlg., I, p ; IX : « À l’époque de Septime Sévère, il [le proconsul] en avait trois [des légats]. L’un des trois était sans doute son représentant dans les régions qui furent séparées plus tard de l’Africa, pour former les provinces de Byzacène et de Tripolitaine ». A. Chastagnol (Chastagnol, 1958) ne croyait pas en ce troisième légat.

170 Romanelli, 1933, p. 25 : « il nome stesso, è, o mostra di essere, il reflesso di una speciale organizzazione politica ed administrativa del paese » ; p. 31 : « Prove sicure della creazione di questa quasi-provincia autonoma tripolitana non ne abbiamo, ma una testimonianza indiretta io credo possiamo vedere nella dizione dell’epigrafe… » de Clodius Pupienus (note 144) ; Romanelli, 1959, p. 397. Cf. Manacorda, 1977, p. 551.

171 Manacorda, 1977, p. 553.

172 Di Vita-Evrard, 1985, p. 154.

173 Di Vita-Evrard, 1985, p. 154.

174 Chastagnol, 1967, p. 120.

175 ILAlg., I, 2035 = LBIRNA, 598 Madaure : D/[e] / [V]/[a]/l/e/n/t/i/o/r/u/m / f/a/m/i/l/i/a // Aedem Co[ncordiae…] / Vitalis libe[ralitate sua promiserat(?)], / T(itus) Iulius Sabin[us Victorianus…] / procurato[r Aug(usti) patrimoni(i) reg(ionis)] / Leptiminen[sis…] / tractus Biz[…] / ex HS quad[raginta m(ilibus) n(ummum) perfecit(?)], / dedicante […] / legato Num[idiae…].

176 Pflaum, 1955, p. 125 : « nous pourrions considérer le tractus Bizacenus en quelque sorte comme une préfiguration de la provincia Valeria Byzacena » ; Chastagnol, 1967, p. 120 ; Christol, 2006a, p. 242-243.

177 Desanges, 1963, p. 21 : « la Byzacène a été formée d’éléments fort divers qui coexistaient antérieurement avec le Byzacium primitif dans la province d’Afrique ».

178 Desanges, 1963, p. 17-20 : au sud, la limite serait liée à Thapsus, au nord, le Byzacium débuterait au sud de Neapolis, et il comprendrait les plaines de Kairouan ; p. 20 : il est donc bien plus petit que la province de Byzacène ; cf. Desanges, 1992 ; Christol, 2006a, p. 234 ; Lassère, 2015, p. 443-448.

179 Une bande côtière à vocation maritime, mais aussi perçu comme un grenier à blé par les Romains, à partir du Haut-Empire ; cf. Desanges, 1963, p. 20.

180 L’ouest était contrôlé par Massinissa, et l’est par Carthage, avant la IIIe guerre punique ; cf. Saumagne, 1963, p. 47.

181 Chastagnol, 1958, p. 7-19 (= Chastagnol, 1987, p. 67-82 avec addendum).

182 Saumagne, 1962, p. 245-255 : il esquisse un système selon lequel les domaines du patrimonium appartiendraient respectivement aux trois tractus Karthaginiensis, Thevestinus et Byzacenus (p. 251-252 ; 255) ; Pflaum, 1950, p. 88 : « Le district d’Hadrumète est qualifié indistinctement de regio, diocesis et même prouincia » ; CP, p. 382 ; 519, 547 ; Pflaum, 1974, p. 34 avec rétractation ; Pflaum, 1978, p. 61 : rappel de sa rétractation ; Christol, 2006a, p. 224.

183 Desanges, 1963, p. 22.

184 Christol, 2006a, p. 222.

185 Christol, 2006a, p. 226-234.

186 Desanges, 1963, p. 21-22.

187 Desanges, 1963, p. 21.

188 Christol, 1999.

189 Christol, 1999.

190 Christol, 1999, p. 73 : « Théveste avait ainsi pris la première place dans l’énoncé, et que son nom suffisait même à définir tout le ressort procuratorien ».

191 Desanges, 1963, p. 21 ; Christol, 2006a, p. 223.

192 Christol, 1999, p. 72.

193 T. Flauius Macer : CIL, VIII, 5351 (ILS, 1435) = ILAlg., I, 285 Calama (Afrique proconsulaire) : T(ito) Flauio T(iti) f(ilio) Quir(ina) Macro, / IIuir(o), flamini perpe/tuo Ammaedarensium, / praef(ecto) gentis Musulamio/rum, curatori frumenti / comparandi in annona[m] / urbis facto a diuo Nerua Tra/iano, proc(uratori) Aug(usti) praediorum / saltu(u)m [Hip]poniensis et Theuestini, / proc(uratori) Aug(usti) prouinciae Siciliae, / munici[pes] municipi(i) ; AE, 1922, 19 = ILAlg., I, 3992 Hippo Regius (Afrique proconsulaire) : T(ito) Flauio T(iti) f(ilio) Quir(ina) Macro, / IIuir(o), flamini perp(etuo) Am/maederensium, praef(ecto) gentis / Musulamiorum, / curatori frumen[ti] comparandi in / annona(m) urbis facto a diuo Nerua / Tra[ia]n(o) Aug(usto), / proc(uratori) Aug(usti) a[d pra]edia saltus Hipponi[en]s(is) / et Theue[st]ini, proc(uratori) prouinc[i]ae S[ic]i/liae, collegium Larum Caesaris n(ostri) / et liberti et familia item conduc/tores qui in regione Hipponi[ensi] / consistent. Cf. Saumagne, 1962, p. 259-251 ; Christol, 1996; Christol, 1996b, p. 34-36 ; Christol, 1999, p. 72 : les termes saltus et regio peuvent être équivalents.

194 Chastagnol, 1958, p. 8 (= Chastagnol, 1987, p. 69).

195 Chastagnol, 1958, p. 7-19 (= Chastagnol, 1987, p. 67-82 avec addendum) ; Beschaouch, 1982 ; Lassère, 2015, p. 413.

196 Desanges, 1963, p. 21.

197 Il convient néanmoins d’évoquer le dossier de M. Claudius Restitutus, daté du milieu du IIe siècle et gérant la regio Hadrumetina et Theuestina : CIL, VIII, 7039 (ILS, 1437) = ILAlg., II, 665 Cirta : M(arco) Claudio Q(uinti) f(ilio) / Quir(ina) Restituto, / proc(uratori) Aug(usti) dioece/seos regionis Ha/drumetinae et The/uestinae…. ; CP, 158 ; Christol, 1999, p. 74-76 ; 77 : il propose de voir deux fonctions procuratoriennes distinctes. J. Desanges (Desanges, 1963, p. 7) rappelle que « la Byzacène, entité administrative tardivement constituée, ... n’est certainement ni une création ex nihilo, ni un tout homogène ».

198 Ce sont bien des circonscriptions voisines, organisées par Trajan ; cf. Chastagnol, 1967, p. 120 ; Desanges, 1992, p. 1675 ; Christol, 1996; Christol, 1999, p. 79-80 ; Christol, 2006a, p. 225.

199 Christol, 2006b, p. 2071.

200 Di Vita, 1982, p. 583 : « nel primo trentennio del III secolo vediamo affermarsi nell’amministrazione imperiale un concetto regionale unificante che dovette gradualmente penetrare le coscienze delle elites di Gigthis, Sabratha, Oea et Leptis, sì che la costituzione in provincia ad opera di Diocleziano dovette apparire un punto d’arrivo naturale ».

201 Pour les limites des trois procuratelles de Carthage, Hadrumète et Hippone-Théveste, cf. Christol, 1999, p. 80 : « La procuratelle de Carthage avait une limite commune avec la procuratelle d’Hippone et de Théveste, plus occidententale, et une autre avec la procuratelle d’Hadrumète, plus méridionale. Mais la procuratelle d’Hippone et de Théveste entourait pour sa part la procuratelle d’Hadrumète, sur deux côtés aux moins, et même sur trois si, comme il apparait dans la documentation, les questions relatives au territoire militaire étaient réglées depuis Théveste » ; p. 80-86.

202 CIL, VIII, 5290 (p. 962 ; 1658) (ILS, 5477) = ILAlg., I, 179 Calama ; CIL, VIII, 608 (ILS, 637) = 11772 Mididi ; CIL, VIII, 4645 = ILAlg., I, 1032 Thagura ; cf. note 8.

203 Il est ensuite dit de Numidie.

204 IRT, 543 ; 544 Lepcis Magna. Cf. Christol, 1983, p. 331-343 ; Di Vita-Evrard, 1984, p. 149-177 ; Thomasson, 1996, n° [78], p. 124.

205 Chastagnol, 1967, p. 120.

206 Chastagnol, 1958 (= Chastagnol 1987, p. 67-82 avec addendum) ; Beschaouch, 1982, p. 119-121 ; Di Vita, 1985, p. 155.

207 Q. Egrilius Plarianus, légat propréteur en 158/159, est honoré à Gigthis dont il est le patron (AE, 1888, 58 = CIL, VIII, 11026 Gigthis : Q(uinto) Egrillio / Pleriano, / leg(ato) pro pr(aetore), / patrono / Gigtens[s], / publice, tout comme son père, proconsul à cette même date (CIL, VIII, 11030 Gigthis) ; ils sont tous les deux mentionnés dans un hommage rendu à Antonin le Pieux (AE, 1942/43, 85 Gigthis : [dedicantib(us) Q(uinto) ?] Egrilio / Plariano La[…], proco(n)s(ule) et Q(uinto) Egrilio Plariano, / leg(ato) pro pr(aetore)), tout comme Larcius Lepidus (CIL, VIII, 11027 Gigthis : [L]arcio / Lepido, / [l]eg(ato) pro [pr(aetore)], / patro[no], / [Gi]gthenses / [p]ublice). Cf. Di Vita 1985, p. 156, note 35.

208 Lassère, 2015, p. 431.

209 Cat. 21 ; 22.

210 Perea, 1996, p. 1443-1448.

211 IRT, 319 ; 321 ; 322 ; 323.

212 Cat. 21 ; 22 ; 31.

213 Perea, 1996, p. 1447.

214 Lepelley, 1981a, p. 347-348.

215 Di Vita-Evrard, 1985, p. 156.

216 IRT, plate III, n° 3, une partie de la plaque en photographie. Cf. IRT 2009, http://inslib.kcl.ac.uk/irt2009/.

217 La lacune, d’une douzaine de lettres, contient la dénomination du patron, dont le nomen serait alors assez court et dont le cognomen qui se terminerait par A au datif, pourrait être d’origine étrusque.

218 La date est fournie par le gouvernement de Flauius Victor Calpurnius (Cat. 2 ; 23) ; cf. Warmington, 1954, p. 43, n° 151 ; Engesser, 1957, p. 60, n° 19 ; p. 220, n° 948 ; Chastagnol, 1967, p. 127, n° 5 ; 128 (= Chastagnol, 1987, p. 171, n° 5 ; 172) ; PLRE, 1, p. 177 Flauius Victor Calpurnius 2 ; Lepelley, 1981a, p. 338 ; 344 ; 374 ; 377 ; Garrido González, 1987, p. 199 ; 235, note 477 ; 240, note 502 ; 241, note 510 ; Lefebvre, 2000, p. 524 ; 551-552 ; 554-555 ; 578, n° 273 ; Tantillo, 2010, p. 34, note 162. La date proposée par J. B. Bury (Bury, 1923, p. 144, note 4), « Diocletian’s reign or soon after », ne peut plus être retenue.

219 Cat. 1.

220 Leptis, p. 380.

221 Peut-être après le sac de la ville par les Austuriani, entre 363 et 365.

222 Il est aussi connu par CIL, VIII, 10489 = 11024 (ILS, 779) Gigthis où il honore Valentinien II.

223 Il pourrait s’agir d’un gouverneur.

224 IRT, 588 = Leptis, 60 Lepcis Magna (cf. note 27).

225 Peut-être une allusion à la victoire sur l’usurpateur L. Domitius Alexander en 311.

226 Leptis, 71 : proposition de placement original en position prééminente dans le portique tripartite, peut-être au centre du côté sud du Forum Vetus.

227 Est-il originaire de cette ville ? Cf. Lefebvre, 2000, p. 522 et n° 271.

228 L’auteur confirme la lecture, mal transcrite par Modéran 2003, p. 165-166, note 36 (furore repraessa).

229 IRT, 475 Lepcis Magna (cf. note 86) : elle a été gravée 20 ans plus tard.

230 AE, 1888, 59 = CIL, VIII, 11031 = ILTun., 14 Gigthis (cf. note 154) ; CIL, VIII, 22766 = 22767 = ILAfr., 11 = LBIRNA, 718 Ras El Aïn Tlalet, Tripolitaine : […] VAGANI[…]SIO[…]S[…]DINE L[…] / [dd(ominorum duorum) nn(ostrorum)] Constanti Pii Felicis ac triumphatoris s[emper Aug(usti)], / [et Iul]iani fortissimi ac floren[t]issimi Caes[aris], / [castell]um(?) funditus euers[u]m [par]tim ex su[o sumptu] / [partim ex…]VM[…]RESCONII [i]nlaesis N[…] / [prouin]cialibus [… T(itus) A]rchon[tius Nilus, u(ir) p(erfectissimus)] / [p(raeses) et comes prouinciae Tripolitane restituit)] ; CIL, VIII, 22768 = LBIRNA, 717 Ras El Aïn Tlalet : [ … dil]apsa ad REI[…] / […]OS propugna[cul…] / [T(itus) Archon]tiu[s] Nilus, u(ir) [p(erfectissimus), praeses et comes p(rouinciae) T(ripolitaniae)], / [prou]incialibus o[btulit] / [ad ex]ercituum u[tilitatem] / [p]rocuraui[t].

231 La date proposée est entre 350 et 360.

232 Il pourrait être rapproché de Nepotianus, gouverneur d’une province inconnue (PLRE, I, p. 624 Nepotianus 1).

233 IRT, 630 Lepcis Magna.

234 Le bis s’appliquerait selon C. Lepelley (Lepelley, 1979, p. 157-159) au duumvirat ; I. Tantillo (Tantillo, 2010, p. 429) n’exclut pas qu’il puisse être relié au sacerdoce provincial, ce qui serait alors très exceptionnel. Il s’appuie sur la présence d’un point entre bis et IIuir.

Table des illustrations

Légende Tableau 1. Les activités du concilium Tripolitanae
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25464/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Carte 1. Essai de spatialisation des divers districts administratifs de la partie occidentale de l’Afrique201.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25464/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 223k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search