Version classiqueVersion mobile

Quis sum ? Provincialis ?

 | 
Sabine Lefebvre

Les supports d’identité en Achaïe romaine sous le Haut-Empire

Christine Hoët-van Cauwenberghe

Résumé

Les Grecs d’époque romaine disposent de plusieurs supports d’identité. La cité et les ligues restent des cadres importants pour les populations. La province d’Achaïe et sa capitale, la colonie romaine de Corinthe, peuvent sembler, au premier abord, moins attractives. Les élites gréco-romaines des cités, en particulier des cités libres, privilégient le lien direct avec le prince. Le modèle tend à être fondé sur l’agon et sur le fait d’assumer les fonctions pour devenir philopatris et philocaesar.

Texte intégral

  • 1 Le Roux, 2004 ; Le Roux 2011.
  • 2 Cette table-ronde a donné naissance à un dossier complet dans la revue Mètis, NS 3, Paris-Athènes, (...)
  • 3 Rousset, 2004.
  • 4 Mellor, 2008, p. 79-125. Pour un rapide aperçu des tendances et de la bibliographie, voir Hoët-van(...)

1Les études récentes sur la notion d’identité dans l’Antiquité ont eu le mérite de relancer le débat sur les questions qui touchent profondément aux racines des sociétés et des individus. L’importance de la culture politique, la façon d’être perçu et aussi de s’auto-évaluer à l’intérieur des groupes humains antiques sont des éléments déterminants des moteurs de réflexion en ce domaine. Les synthèses menées par Patrick Le Roux1 ont permis d’y voir plus clair, en particulier dans la partie occidentale de l’Empire romain, où l’enjeu de cette question diffère quelque peu de celle de l’Orient. À Rome, la relation avec la Grèce est vue, sous l’angle anthropologique, comme une question de l’interculturalité et de l’altérité. En 2002, la table ronde organisée par Valérie Huet et Emmanuelle Valette-Cagnac avait pour titre, assurément provocateur, « et si les Romains avaient inventé la Grèce ? »2. Les débats s’articulaient alors autour de la définition identitaire romaine face à une image de la Grèce recomposée et idéalisée. Dans la partie hellénophone, on compte un certain nombre de questions propres3 et, parmi elles, on peut citer celle de Ronald Mellor4 qui pose une interrogation fondamentale et fort débattue : « What was Greek identity and what was Roman identity in the bicultural Imperium Romanum ? ». Il conduit à faire ressortir du débat les notions de sang, de culture et de langue, celle de la tradition politique en passant par les coutumes sociales, la religion… tout en montrant qu’il existe un certain nombre d’incompréhensions de part et d’autre, entre Romains et Grecs, dans la perception de l’autre.

2Pour saisir la complexité de la situation, il faut, bien entendu, tenir compte de multiples facteurs : tout d’abord, les sources dont nous disposons sont incomplètes, partiales (souvent, c’est la vision romaine qui s’impose), insuffisantes, et, ensuite, il convient aussi de rendre compte de l’évolution. En effet, au fil du temps, les mentalités et les conceptions évoluent, les supports d’identité se modifient. De plus, même si l’on veut se concentrer sur l’hellénisme d’époque romaine, on est obligé d’en passer par le prisme de la domination romaine qui influe sur les vecteurs d’identité. Nous limiterons notre propos à la période du Haut-Empire et à l’espace de la province romaine d’Achaïe ; nous comprendrons aussi les cités libres qui se situent géographiquement dans cette aire, même si elles échappent, par principe juridique, à l’emprise de cette structure administrative romaine.

  • 5 Voir entre autres, le livre de Swain, 1996 et le colloque organisé par S. Follet à la mémoire de L (...)

3En travaillant sur la Grèce pour approcher la question de l’identité ou des identités, on doit cerner l’hellénisme à l’époque romaine et ses rapports avec le pouvoir romain5. Puis, pour aborder le rôle des supports de l’identité ou des identités, il faut chercher les structures qui permettent de fixer les conceptions identitaires et qui concrétisent un tel sentiment. La province a-t-elle joué ce rôle ? Sinon quels sont les supports identitaires d’époque romaine ? Est-ce que le substrat privilégié de l’identité en Grèce est demeuré celui de la cité ?

4C’est ce que nous verrons tout d’abord, car il est impossible de faire abstraction de cet échelon de la vie politique, économique, sociale et culturelle en Grèce. Nous préciserons la situation très particulière de l’Achaïe romaine en ce domaine et les réactions face à la construction provinciale, dont celle de la capitale, Corinthe. Ensuite, nous verrons quelles sont les options qui s’offrent à ceux, individus ou groupes, qui veulent dépasser le cadre purement civique. Nous terminerons par les propositions faites par le pouvoir romain, et les résultats, tant les échecs que les réussites.

Cité, province, Empire : quels supports d’identité en Achaïe sous domination romaine ?

La province romaine d’Achaïe, impossible support d’identité pour les Grecs ?

  • 6 Le Roux, 2011, p. 11-15.

5Patrick Le Roux a réfléchi à la difficulté d’un ancrage de l’identité sur le support de la province, alors que considérer la cité comme un vecteur d’identité semble acquis6. Si sa réflexion porte d’abord sur la Péninsule Ibérique, on peut aussi envisager de l’étendre à d’autres parties du monde romain, et ainsi aborder l’analyse du phénomène en « Achaïe ». Celui-ci renvoie à plusieurs réalités : d’abord, de façon restrictive, à la région du nord-ouest du Péloponnèse, ensuite à une entité politique structurée autour de la notion de Ligue achéenne et, enfin, à la province romaine à laquelle les Romains ont précisément donné le nom d’Achaea. En conséquence, plusieurs questions se posent : les Grecs ont-ils pu s’attacher à cette structure politique et administrative romaine ? et quels Grecs ? des Grecs romanisés ? de façon individuelle ou de façon collective ? Y a-t-il eu une union des Grecs sous l’Empire ? à l’initiative de qui et sous quelle forme ?

  • 7 Ferrary, 2011.

6Dans ses études, Jean-Louis Ferrary a souligné une première difficulté : déterminer la géographie de l’hellénisme sous la domination romaine7. Il faut préalablement rappeler un élément déterminant de la culture politique grecque qui est l’attachement à la notion de liberté, eleutheria. Elle présente une dimension historique fondamentale pour les Grecs, puisqu’elle marque leur union face à la menace perse lors des Guerres Médiques. Après la victoire de Platées (479 av. J.-C.), des concours (Eleutheria) furent organisés pour honorer et remercier Zeus Eleutherios.

  • 8 Ferrary, 1988 ; Guerber, 2002.
  • 9 Hoff, 1989.
  • 10 Jacques, 1984 ; Ferrary, 1988.

7De fait, la liberté des cités ressort comme un élément structurant de l’identité panhellénique, pour les Grecs comme pour les Romains. Toutefois, il apparaît nettement que deux façons différentes de concevoir ce concept : l’eleutheria et la libertas ne recouvraient pas forcément la même chose. Les dirigeants romains ont surtout usé de ce thème de la liberté des Grecs et du respect dû à leur passé glorieux essentiellement à partir de la Seconde guerre de Macédoine (200-197 av. J.-C.)8. Dans la « Vieille Grèce », celle d’Horace, captive de son ennemi depuis 146 av. J.-C. à la suite de la Guerre d’Achaïe, et finalement captivé par elle, il est une première constatation : les sources affirment que de nombreuses cités furent laissées libres par Rome. Il ne s’agit pas là d’un sentiment mais d’une conception juridique des liens politique, diplomatique et militaire ayant pour fondement la conquête et les liens tissés avec Rome. L’exemple le plus célèbre est celui d’Athènes qui fut reconnue vaincue mais jugée digne d’être rendue à la liberté, sous la domination romaine, bien entendu. Les guerres civiles qui secouèrent la fin de la République romaine ne changèrent pas beaucoup cette libertas largement accordée. Puis, quand Auguste procéda au partage des provinces avec le Sénat, la Grèce fut considérée comme depuis longtemps pacifiée et entrée de façon suffisamment ancienne sous le giron romain pour devenir une province publique administrée par le Sénat. Il en résulta une situation assez particulière : le gouverneur de la province d’Achaïe se trouvait à la tête d’une province parsemée de « trous » dans son autorité, car les cités libres localisées sur le territoire de la circonscription échappaient à sa juridiction. Toutefois, on sait aussi qu’Auguste et surtout Tibère appesantirent leur administration, en particulier fiscale, les cités libres comme les cités pérégrines stipendiaires devant payer l’impôt sauf exceptions – ces dernières sans doute âprement négociées. Athènes n’échappa guère à cela et, en 13 ap. J.-C., la révolte gronda9. Il est fort probable que le gouverneur viola l’extraterritorialité de la cité pour exiger le paiement d’un impôt considéré comme injuste. Il bafouait, par son intrusion, la qualité de cité libre revendiquée juridiquement et normalement reconnue. Une partie des raisons du mécontentement reposait sur un contexte économique morose. On sait que la cité s’était fort appauvrie au Ier siècle av. J.-C. : on se rappelle le pillage en règle sous Sylla (en 86 av. J.-C.) et les ravages liés aux guerres civiles de la fin de la République romaine. La Grèce ayant été le théâtre de nombreuses opérations militaires, au-delà des questions de territoire, la santé économique de la cité athénienne devait aussi être précaire. Mais le statut libre et la pression fiscale étaient dissociés par les Romains, comme l’ont montré François Jacques et Jean-Louis Ferrary10 : tout reposait sur le dialogue avec le prince.

  • 11 Sur ce dossier, cf. Hoët-van Cauwenberghe, Kantiréa, 2013b.
  • 12 Tac., Ann., 1.80 ; 5.10 ; 6.39. Cf. PIR, P, 847.
  • 13 DC, 58.25. P. Memmius Regulus et son fils (PIR2, M, 468 et 467) sont honorés en Achaïe : IG, IV, 1 (...)

8On comprend mieux ensuite les précautions qui furent prises par Germanicus11 pour pénétrer dans Athènes, alors qu’il était en mission extraordinaire vers l’Orient ; il demanda expressément l’autorisation aux autorités locales de pénétrer dans la cité, en ne prenant avec lui qu’un seul licteur. Sous le calame de Tacite, on lit la louange d’un prince idéal de moderatio et de modestie face à un Tibère vieux, aigri et jaloux. Mais, derrière ce paravent, se dissimulent la politique de cet empereur et les instructions de tempérance envers les Grecs qu’il dut transmettre à Germanicus, ne voulant pas provoquer de nouvelles crises diplomatiques. En effet, le mouvement était alors général en Grèce, quel que soit le statut des cités. Tibère venait juste d’accéder au désir des Grecs de la prouincia de ne plus être gouvernés par le Sénat, mais d’être dans un dialogue direct avec sa personne et sous son autorité ; Tibère le leur accorda, créant en 15 ap. J.-C. un vaste complexe administratif englobant l’Achaïe, la Macédoine et la Mésie. En même temps, il envoyait un gouverneur pourvu d’un rang supérieur et d’un doigté suffisant pour être capable de canaliser la colère des Grecs et de faire respecter la pax Romana. Le premier légat d’Auguste propréteur à assumer cette fonction fut le consulaire C. Poppaeus Sabinus12. On connaît ensuite P. Memmius Regulus13 qui demeura en fonction presque dix ans, de 35 à 44 ap. J.-C., sous trois empereurs successifs, Tibère, Caligula et Claude. La tâche à mener devait nécessiter patience et travail de fond auprès des Grecs.

  • 14 Christian Habicht a fait cet inventaire : Habicht, 2001-2002, liste p. 14-15.
  • 15 Reynolds, 1982, n° 15.
  • 16 Sur Delphes : lettre d’Hadrien confirmant la liberté et l’autonomie en 118 p.C., puis lettre de Ma (...)
  • 17 IG, V, 1, 18b, 12. On y apprend, en outre, l’existence d’une banque de change qui procurait des re (...)
  • 18 Ces revenus ne suffisaient pas quand des travaux de grande envergure étaient souhaités par la cité (...)

9Cet attachement des Grecs à la liberté se concrétise par le grand nombre d’ambassades envoyées auprès des princes pour se voir confirmer les statuts privilégiés et les privilèges. On compte environ 150 décrets mentionnant de telles ambassades, 63 indiquent la démarche auprès de l’empereur (sans préciser son nom) à Rome ou dans la ville où il se trouvait et 40 où l’on précise le nom de l’empereur destinataire de la requête. L’objet de ces envois de diplomates est toujours de demander ou de confirmer des privilèges, ou encore de défendre les intérêts de la patrie face à un litige14. En effet, les ambassades se sont multipliées parce que les privilèges des cités libres n’étaient pas toujours bien respectés, comme en témoigne une inscription d’Aphrodisias15 qui montre qu’il fallut l’intervention de l’empereur Hadrien pour que soit confirmé le privilège de la cité de ne pas payer la taxe sur les clous, alors que des agents qui tenaient cet impôt à ferme voulaient lui faire payer. Le rétablissement du droit de ces cités leur coûtait souvent cher pour tenter d’obtenir gain de cause. En conséquence, certaines cités prenaient la précaution de se faire confirmer régulièrement la liberté et l’autonomie : c’est le cas des habitants de Delphes qui sollicitèrent Hadrien, puis Marc Aurèle, et ensuite Septime Sévère16. Parmi les privilèges, Rome pouvait concéder des avantages fiscaux à certaines cités. Ainsi, Sparte, alliée de Rome, eut le droit de frapper la monnaie de bronze et de lever des taxes locales comme des droits de douanes. Un groupe de commerçants fut même exempté de tout droit d’importation17. Ce type de concessions procurait à la cité libre des revenus réguliers loin d’être négligeables18.

  • 19 Plin., Ep., 8.24.2.

10L’expression la plus célèbre de cette notion de liberté est la vague d’enthousiasme que suscita, au-delà de la présence de Néron en personne sur le sol grec, l’annonce de la suppression des cadres provinciaux par ce prince, alors assimilé à Zeus Eleutherios. Il en résulte que la liberté des Grecs restait, avec la conception juridique des Romains, un thème qui cristallisait l’identité de l’hellénisme. On en perçoit l’écho au IIe siècle, d’abord quand Pline le Jeune exhorte Maximus, correcteur envoyé dans les cités grecques libres par le prince Trajan, à se montrer respectueux des privilèges des cités et de leurs traditions. La lettre permet d’apprendre le but de sa mission : missum ad ordinandum statum liberarum ciuitatium, id est ad homines maxime homines, ad liberos maxime liberos, qui ius a natura datum uirtute, meritis, amicitia, foedere denique et religione tenuerint. « vous y êtes envoyé pour remettre de l’ordre dans les constitutions de cités libres, (que) vous allez donc à des hommes libres, libres entre tous, qui après avoir reçu ce privilège de la nature l’ont conservé par le courage, le mérite, les alliances, enfin les traités et le culte de la religion »19. De même, presque un demi-siècle plus tard, Aelius Aristide, dans son Éloge de Rome (96), rappelle en s’adressant aux dirigeants romains : « Prenant constamment soin des Grecs, ainsi que de pères nourriciers, vous étendez le bras sur eux et les avez relevés comme des hommes abattus ; aux meilleurs d’entre eux, qui exerçaient autrefois l’hégémonie, vous laissez la liberté et l’autonomie, et vous guidez les autres de manière mesurée, avec beaucoup de ménagements et de sollicitude ».

Le cadre civique : une valeur sûre de l’identité

  • 20 Fournier, 2010.
  • 21 Voir Hoët-van Cauwenberghe, 2010.
  • 22 PIR2, I, 151. Cf. Kleiner, 1983 ; Baslez, 1992 ; Smith, 1998 ; Hoët-van Cauwenberghe, 2007a, p. 16 (...)

11Le cadre civique demeure le support d’identité privilégié des Grecs : on voit que sous domination romaine, en vertu des statuts conférés par Rome, l’autonomie était un élément clef. Les cités d’Achaïe partageaient cette vision avec le reste du monde hellénophone. Cette autonomie s’exerçait dans différents domaines, dont celui de la pratique judiciaire, comme l’a montré Julien Fournier20. Mais même là, on constate un recours de plus en plus fréquent à la justice romaine, d’autant que la collation de la citoyenneté romaine est largement concédée aux élites prêtes à jouer le jeu de la loyauté envers l’Empire21. Les Iulii et les Claudii sont fort nombreux et cela montre que Rome obtient ainsi l’adhésion des oligarques dès le début du Principat. Chaque partie est gagnante : Rome maintient sa domination à moindres frais grâce à l’autonomie des cités et les notables grecs se romanisent tout en conservant leur identité grecque et celle de leur cité. On voit très bien ce phénomène à travers les portraits de notables de haut rang, devenus pour quelques-uns de hauts fonctionnaires romains, qui revendiquent à la fois leur hellénisme et leur intégration dans les cadres politiques romains. On peut s’en rendre compte, par exemple, avec Philopappos à Athènes, donnant à voir sur son mausolée le portrait de ses ancêtres royaux hellénistiques, déposés par Rome, et le sien, reflétant sa qualité de consul de Rome22.

  • 23 Thespies, seule cité libre de Béotie avec Tanagra et Coronée, envoya à l’empereur Marc Aurèle un c (...)
  • 24 SEG, 19, 1963, 222.
  • 25 L’architrave est du Parthénon à Athènes, honorant Néron pour sa victoire en Arménie, datant de 61/ (...)
  • 26 Philstr., V. soph., 519-520, 541 ; cf. Bowie, 1970, p. 7-8. Sur Polémon et l’admiration que lui vo (...)
  • 27 Quet, 2003.
  • 28 Gomez, 2013.
  • 29 Cf. Robert, 1929 ; Robertson, 1986.
  • 30 Plut., M., 814a-c : « Mais Marathon, l’Eurymédon, Platées, et tous les autres exemples qui font s’ (...)
  • 31 Proietti, 2012.

12Par ailleurs, l’idée de la poursuite de la lutte contre un ennemi commun, le Perse, désormais identifié aux Parthes, sous l’Empire, se poursuit et se concrétise sous Marc Aurèle et Caracalla par la demande faite aux cités alliées de fournir des troupes de volontaires. Sparte et Thespies répondent positivement23. Cette idée d’union face à l’ennemi commun demeure un support de cette identité tout au long de la période, réactivé à des moments-clefs de la lutte contre les Parthes. Ainsi en prenant l’exemple d’Athènes, on constate que ce thème est récurrent. De fait, la récupération des enseignes prises à Crassus sous Auguste est largement célébrée dans la cité grecque comme un haut fait impérial, bien qu’essentiellement diplomatique, relayant à la fois les stéréotypes politiques venus de Rome tout en trouvant un écho grec dans cette lutte contre l’ennemi commun. De même, en poursuivant avec l’exemple athénien, sous Claude, on peut citer la regravure d’un hymne à Némésis où est évoquée la défaite du Perse Datis à Marathon, qui se situe aussi dans la perspective de la lutte contre l’ennemi endémique, les Parthes24. Sous Néron, la dédicace en lettres de bronze dorées du Parthénon25 a vocation à célébrer la victoire de Néron en 61, en Arménie, face aux Parthes. Or le Parthénon est le monument par excellence de l’identité civique d’Athènes. De plus, lors du mouvement de la Renaissance culturelle grecque, au IIe siècle ap. J.-C., les auteurs de la Seconde Sophistique exploitent le thème des Medika, des récits liés aux guerres médiques et à la poursuite nécessaire de cette lutte26. On peut citer les idées développées par le rhéteur Polémon27 qui est l’un des protégés de l’empereur Hadrien, ou encore la façon dont la bataille de Marathon devient un véritable monument de la mémoire et un support de cette identité que les Grecs se réapproprient dans un contexte romain28. Le « Meilleur des Hellènes », titre de gloire agonistique octroyé aux Eleutheria de Platées, donné à ceux qui gagnaient à la course à pied en armes, est destiné à conserver le souvenir de cette lutte contre les Perses29. Ces faits historiques entrés dans la mémoire constituent une véritable source d’exempla utilisés dans les discours rhétoriques et deviennent des vecteurs identitaires. Toutefois, cela prête aussi le flanc à la critique, comme celle que développe Plutarque dans ses Préceptes politiques30 d’un orgueil surdimensionné de ses compatriotes. De hauts fonctionnaires romains d’origine grecque comme Hérode Atticus, originaire de Marathon31, ont contribué activement à l’entretien mémoriel de cette lutte identitaire.

Le rejet relatif de Corinthe, capitale de l’Achaïe romaine

13Les Grecs romanisés pouvaient-ils trouver en Corinthe, désormais colonie romaine et capitale de l’Achaïe, une plate-forme d’expression ? un terrain favorable à l’hellénisme ? ou à la construction d’une identité gréco-romaine ?

  • 32 Cic., Agr., 1.2.5 ; 2.19.51. Cf. Rizakis, 1996, p. 269-270.
  • 33 Doukellis, 1994, p. 371.

14La première question qui se pose est de savoir comment effacer le souvenir de la destruction de la ville par Lucius Mummius et la réduction en esclavage de toute la population en 146 av. J.-C. En effet, entre 146 et 44 av. J.-C., les ruines de Corinthe pouvaient apparaître comme un monumentum, un lieu de mémoire rappelant sans cesse l’humiliation de la défaite et la punition infligée, Corinthe ayant tout perdu, y compris son statut civique. Mais, en même temps, redresser la ville et la peupler de Romains pouvait aussi être interprété comme une marque de l’hégémonie romaine, imposée aux Grecs. Cicéron signale, en 68 av. J.-C., que le territoire de Corinthe était soumis au vectigal en tant qu’ager publicus32. Quand, en 44 av. J.-C., les agrimensores romains établissent les plans de la colonie et la dotent de terres, il semble, selon Paganiotis N. Doukellis, qu’ils aient tenu compte des partages déjà réalisés et qu’une partie des terres n’avait pas été centuriée alors qu’elle appartenait à des zones parmi les plus fertiles33. Ces espaces pourraient correspondre aux terres laissées à des particuliers.

  • 34 Spawforth, 1996 ; Millis, 2010.
  • 35 Cic., Tusc., III, 22, 53. Cf. Wiseman, 1979, p. 491-496 ; Romano, 1993 ; Piérart, 1998, p. 85-86 ; (...)
  • 36 Engels, 1990, p. 173-178.
  • 37 Paus., 2.2.2.

15Il faut aussi préciser la nature du peuplement de la colonie : fondée par la volonté de César en 44 av. J.-C. avec des colons romains, la Colonia Laus Iulia Corinthiensis voit son apport humain complété par Auguste. Or, il a été montré que le choix de déduction de population fut d’abord d’y implanter des affranchis de Rome, puis des vétérans à la fois des armées d’Antoine et de celles d’Octavien/Auguste34. Il en résulte un certain mépris de la part des élites locales des cités grecques envers un peuplement considéré, en grande partie, comme socialement inférieur. Toutefois, les autorités romaines ont choisi des colons affranchis principalement d’origine grecque. Leur départ pouvait être facilité par un désir de rejoindre la terre de leurs ancêtres et leur installation dans la ville détruite par Lucius Mummius être plus aisée et plus solide. Du côté des Grecs, la perception pouvait, au contraire, renforcer leur mépris à l’égard d’une cité dont la population, des affranchis, était finalement un rappel des défaites passées. Il faut cependant nuancer cette vision car, si Corinthe avait bien été détruite, les archéologues ont montré que l’abandon n’avait pas été total. Le redressement de la ville et de son territoire s’était fait, sans doute, plus rapidement qu’on ne le croit35. La position géostratégique majeure36, en particulier pour le commerce, y joua un grand rôle. En outre, un facteur essentiel que les Romains avaient compris dans l’identité grecque, c’était le principe de l’agon et des fêtes ; c’est pourquoi, Corinthe récupéra très vite le privilège de veiller à l’organisation des Isthmia, concours majeur du panhellénisme, confié dans l’intervalle à Sicyone37. Les empereurs prirent soin ensuite de Corinthe, tout particulièrement Vespasien qui, en 77 ap. J.-C., finança la reconstruction de la ville détruite par un grave tremblement de terre.

  • 38 PIR2, I, 302 ; Halfmann, 1979, p. 125-126 n° 29 ; Oliver, 1982, p. 602 ; cf. Bradford, 1977, p. 17 (...)
  • 39 IG, V, 1, 380 (116/117 p.C.).
  • 40 IG, V, 1, 380 ; Corinth, 8, 3, 212. Cf. Robert 1946, p. 9-10 ; Spawforth, 1978, p. 258.
  • 41 Paus., 2.3.5. Cf. Spawforth, 1989b, p. 104 et 111 ; Arafat, 1993, p. 111 et 193.

16En outre, il est une famille de notables grecs, ayant acquis la citoyenneté romaine, qui n’a pas dédaigné la colonie de Corinthe et qui a vite compris qu’y faire carrière pouvait être un excellent tremplin vers l’administration de l’Empire : il s’agit des Euryclides de Sparte. Ce sont les grands bénéficiaires de la victoire d’Actium, car les seuls parmi les Grecs, avec les Mantinéens, à avoir fait allégeance à Octavien contre Antoine et à avoir participé activement aux combats. Leur investissement dans la capitale et la carrière menée sur place par les membres les plus éminents de cette gens permirent à celle-ci de demeurer l’une des plus grandes familles de cet espace tout en se mettant au service de Rome. Ils suivirent des carrières équestres et sénatoriales aboutissant au début du IIe siècle à l’entrée au Sénat de C. Iulius Euryclès Herculanus L. Vibullius Pius, devenu consul sous Trajan ou Hadrien 38. Notons d’ailleurs que cet Euryclès Herculanus fut plus Corinthien que Spartiate dans la mesure où, hormis la grande prêtrise du culte impérial39, on ne lui connaît pas de responsabilité civique à Sparte ; en revanche, sa carrière politique a pour point de départ la colonie, où il fut adopté à la fin du règne de Trajan par un notable corinthien, L. Vibullius Pius40. Il ajouta les noms de son bienfaiteur aux siens et, surtout, hérita de sa fortune. Cet argent lui permit d’accroître les munificences envers ses compatriotes. Parmi celles-ci, on peut compter la construction de thermes à Corinthe. On le sait par Pausanias, qui signale que ces bains furent construits par Eὐρυκλῆς ἀνὴρ Σπαρτιάτης41 et constituèrent l’établissement le plus renommé, ὀνομαστότατος, de la colonie. Le lien avec Sparte est tout à fait parlant : le matériau qui orna ce lieu de prestige venait directement de Laconie, car il s’agit du célèbre marbre vert de Croceai.

  • 42 Ajoutons Pausanias pour qui les Corinthiens sont des étrangers, la colonie une création récente (P (...)
  • 43 Bru, 2017.
  • 44 Piérart, 1998, p. 104 ; Hawthorne, 2004, p. 135-180.
  • 45 C’est le cas par exemple du culte des enfants de Médée : Paus., 2.3.7. Cf. Piérart, 1998, p. 87 ; (...)
  • 46 Thomas, 2010.
  • 47 Piérart, 1998, p. 86.

17Notons aussi que le rejet de la colonie, pour les raisons sociales évoquées plus haut, a sans doute été davantage un réflexe des débuts face à une situation nouvelle. L’aspect très cosmopolite de ce port florissant a vite gommé un dégoût somme toute instinctif de la part d’une seule catégorie sociopolitique, celle de l’élite, et probablement d’une partie seulement de celle-ci42. En revanche, un autre phénomène a été observé : celui de l’hellénisation de la colonie romaine. En effet, sous Hadrien, les autorités demandent que les documents publics puissent aussi être rédigés en grec. Un phénomène identique s’observe dans d’autres colonies du monde hellénophone, comme Antioche de Pisidie43 qui fait une démarche semblable à la même époque. L’hellénisation influe sur la vie politique de la colonie, et aussi sur la vie religieuse. Marcel Piérart l’a très bien observé à travers le culte de Palaimon à l’Isthme, qui est une forme de « redécouverte », car il s’agit d’un passé religieux reconstruit et remodelé44. En fait, on observe comme il se doit dans une colonie romaine l’implantation de divinités venues de la capitale de l’Empire et typiques de ces petites Rome, telle la triade capitoline de Jupiter, Junon et Minerve ; comme on peut s’y attendre également, le culte impérial s’y épanouit. Mais on assiste aussi à une renaissance de cultes traditionnels, ancrés dans le substrat local, qui émergent à nouveau avec des adaptations substantielles. Que l’on ne s’y trompe pas : il ne s’agit pas d’une continuité lisse de tous les cultes, car il y a une réappropriation qui induit une grande part de nouveauté et certains cultes sont définitivement abandonnés45. On peut citer l’exemple de Palaimon. Les Romains trouvent leur intérêt dans la mise en valeur de ce culte car, dès Auguste, il y a une interpretatio Romana qui permet un lien avec le héros grec protecteur. Palaimon peut dès lors être rapproché du dieu romain Portunus, fils de Mater Matuta, elle-même assimilée à Ino Leucothea, bien connue des marins car divinité marine protectrice précisément. Portunus, comme son nom l’indique, a précisément pour fonction d’avoir « tout pouvoir sur les ports » (Ovide, Fastes, VI, 546). Or, le sanctuaire de Palaimon/Portunus à l’Isthme le mettait au même endroit que le héros Melikertes en l’honneur duquel les Isthmia, les jeux, avaient été créés. Tous deux, se trouvant assimilés, présidaient aux concours panhelléniques. Ce qui en résulte est donc un panthéon nouveau où transparaissent, selon Christine Thomas, des « Hybrid Identities »46 ou, comme l’indique Marcel Piérart, de nouveaux supports représentant « le produit d’un amalgame »47.

Les Grecs libres se regroupent pour marquer leur identité : panhellénisme et ligues

L’union des forces : les ligues de cités

  • 48 Voir pour l’exemple bithynien Fernoux,, 2013.

18Les Grecs ont très vite compris que, face aux grandes puissances de l’époque hellénistique et romaine, il ne leur restait qu’un support possible d’identité politique et sociale : la cité, ou plutôt les cités. De ce fait, les alliances et la constitution de ligues ont permis aux Grecs de faire valoir leurs droits, de mener une véritable politique d’ambassades avec Rome et, finalement, de résister en termes d’identité. Sous l’Empire, les ligues reprennent une place importante48. Certes, elles sont soumises à l’autorisation du pouvoir central et, reconnues par les princes, deviennent l’enjeu de tractations diplomatiques intenses.

  • 49 Kantiréa,, 2007, p. 66-67.
  • 50 SEG, 11, 1954, 922-923 ; Oliver, 1989, n° 15 ; Kantiréa, 2007, p. 204-206 n° 2 a et b.
  • 51 Paus., 3.21.6-7.
  • 52 IG, V, 1, 1226-1227. Cf. Baladié, 1980, p. 247-248.

19Ainsi, face à la puissance spartiate, les cités du sud du Péloponnèse, directement soumises à Sparte, négocièrent, à la faveur de l’exil d’Euryclès, la reconnaissance de leur existence politique, religieuse et culturelle. On sait que Livie joua un rôle important dans l’autorisation concédée par Auguste de regrouper des cités libres de Laconie sous le nom de ligue des Eleuthérolaconiens49. Le décret de Gythéion en conserve la preuve et la reconnaissance du koinon envers le prince s’y exprime50. Cette fédération comptait, selon Pausanias, vingt-quatre cités51 et élisait un stratège qui demeurait en fonction pour une durée d’un an. Le centre religieux de cette ligue devait se trouver au sanctuaire de Poséidon au cap Ténare, où l’on a trouvé des décrets honorifiques pour des évergètes52.

  • 53 Holleaux, 1968 ; IG, VII, 2711 ; Oliver, 1989, n° 18.

20D’ailleurs, la force d’expression des cités se trouva renforcée et leur capacité financière aussi en se regroupant au sein de ligues, comme celle du sud du Péloponnèse ou dans le cadre d’organisations plus vastes comme le koinon achéen, ou koinon des Hellènes, que Caligula autorisa, par exemple, à rester uni53 :

« L’Empereur Auguste César, descendant du Divin Auguste, petit-fils de Tibère César, grand pontife, revêtu de la puissance tribunicienne, consul, au koinon des Achéens, des Béotiens, des Locriens, des Phocidiens et des Eubéens, salut. En lisant le décret que m’ont remis vos ambassadeurs, j’ai su que vous aviez poussé au plus haut point possible le zèle et la piété à mon égard, aussi bien à titre privé, en sacrifiant chacun pour votre compte pour mon salut, qu’à titre public en célébrant des fêtes, et en me décernant par décret les honneurs les plus élevés possibles, toutes choses dont je vous fais louange et que j’agrée ; et, me souvenant de l’antique renom de chacun des peuples grecs, je vous autorise à rester unis en koinon. Pour les statues que vous m’avez votées, supprimez-en la plus grande partie, je vous prie, pour vous contenter de celles qui doivent être consacrées à Olympie, à Némée, à Delphes et à l’Isthme ; en procédant ainsi, vous montrerez votre piété envers moi, et vous allègerez vos dépenses. Les ambassadeurs dont les noms sont inscrits ci-dessous m’ont remis le décret. Portez-vous bien ».

  • 54 IG, VII, 2711, 7 ; 2712, 1 et 40 ; IG, IV, 80-81.
  • 55 Cf. Deiniger, 1965, p. 88 et s.
  • 56 Deiniger, 1965, p. 148 et s.
  • 57 Cf. Spawforth, 1994b, p. 223 et s.
  • 58 Deiniger, 1965, p. 170 et s.

21L’assemblée panachéenne célébra une fête commune en l’honneur de l’empereur à Argos. Cette fédération possédait, comme dans d’autres provinces, une assemblée, un conseil, le synedrion (concilium), un stratège et un secrétaire54. Mais, comme le souligne Jürgen Deiniger, il ne manquait que la grande-prêtrise du culte impérial pour que l’on ait véritablement affaire à une assemblée provinciale. L’étape suivante fut, sous Néron, la création de la fonction d’archiereus, de grand-prêtre du culte impérial. Chacune des cités membres désignait alors des députés pour siéger à l’assemblée réunie à Argos55. Les délégués choisis élisaient à leur tour le prêtre provincial qui était, en même temps, le chef de l’assemblée provinciale56. Celle-ci s’administrait de façon autonome, séparée de la gestion provinciale. L’union panachéenne eut pour premier grand-prêtre C. Iulius Spartiaticus, chevalier romain, descendant du dynaste spartiate Euryclès. Il remplissait effectivement tous les critères classiques retenus pour le choix du grand-prêtre. Cependant, la disgrâce qui le frappa, puis la proclamation de la liberté des Grecs par Néron, mirent fin à cet essai de rassemblement de la plupart des ligues de la province d’Achaïe. En outre, les Grecs avaient la fâcheuse tendance à ne pas être capables de s’entendre durablement : les querelles locales et les velléités d’indépendance venaient très vite semer le trouble dans des organisations trop vastes. Ainsi, il est fort possible qu’une querelle entre Argos et Corinthe ait alimenté les tensions régionales au point de multiplier les recours auprès des autorités romaines57. À cette époque, l’assemblée se serait réunie à Corinthe. Cette querelle avait très certainement pour origine le mode de financement du culte impérial. En effet, les assemblées provinciales avaient une autonomie financière, symbolisée par l’autorisation de frapper monnaie58 : leurs caisses étaient alimentées par la cotisation des cités adhérentes. Dans le cas de l’Achaïe, certaines cités, comme Delphes ou Olympie, organisant de grandes manifestations internationales, avaient obtenu des immunités. Or, c’est une demande semblable qui fut à l’origine de la querelle, Argos ne désirant plus verser sa quote-part à Corinthe.

22Si le koinon achéen s’était jadis élevé contre Rome, les empereurs ont autorisé les Grecs à faire renaître des ligues sous un contrôle strict, dans un esprit de dialogue, mais surtout pour leur permettre de montrer leur loyauté envers Rome. De ce fait, ces koina de cités exprimaient leur identité grecque et, en même temps, montraient leur fidélité vis-à-vis de l’empereur par le biais de l’instauration du culte impérial à cet échelon.

  • 59 Sur l’organisation, voir Sanchez, 2001.
  • 60 Paus., 10.8.3. Cette modification de l’amphictyonie delphique fut réalisée de manière que Nicopoli (...)
  • 61 Murray, 2002 ; Guerber, 2013.
  • 62 Pour la lettre de Domitien : SIG3 821-C ; Oliver 1989, n° 42 ; Jacquemin et al., 2012, n° 231. Pou (...)

23À côté de cela, les ligues classiques continuèrent de fonctionner comme l’amphictyonie contrôlant le sanctuaire de Delphes59. Mais, là encore, la mainmise impériale, si elle se voulait consensuelle, était tout à fait perceptible. Les princes furent amenés à diriger ou approuver les modifications. Ainsi, Auguste changea-t-il la répartition des voix au sein de l’amphictyonie de manière à introduire la cité qu’il venait de fonder pour célébrer sa gloire, Nicopolis60. En effet, la création de cette cité, née d’un synœcisme reposant sur l’idéologie de la Victoire pour commémorer la bataille d’Actium, était un acte fondateur de l’Empire et visait à donner à la cité un poids certain au sein de la ligue61. Le contrôle étroit était de mise. Les Grecs eux-mêmes en appelèrent au prince quand ils éprouvèrent le besoin de réajuster un certain nombre de points d’équilibre au sein de la ligue ou pour les jeux : Domitien ou Hadrien furent consultés, l’un pour la confirmation de la date des Pythia, l’autre pour la question des terres à Delphes62.

24L’existence de ces ligues a des fondements identitaires, mais aussi des implications pratiques : les ambassades envoyées pour la préservation des privilèges des cités sont donc mises en commun, montrant un visage d’unité dans la diversité aux instances romaines et permettant aux cités de faire des économies en allégeant leurs charges. Le troisième avantage réside dans l’expression du culte impérial qui est une démonstration de l’adhésion des Grecs au régime du principat, mais évite l’échelon provincial.

L’esprit de l’agôn dans un moule impérial

  • 63 Sur les jeux de la période, voir Spawforth, 1989a. Sur les Actia, voir Guerber, 2013 ; Hoët-van Ca (...)
  • 64 Guerber, 2010, p. 217-255.
  • 65 Strasser, 2010.

25L’hellénisme se marquait fortement en matière d’identité par la tenue de jeux. De ce point de vue, la « Vieille Grèce » conservait une place prééminente puisqu’elle était le lieu des grands jeux pentétériques de la periodos. Là encore, le pouvoir du prince s’insinua dans les rouages en faisant ajouter les Actia sur la base d’anciens jeux grecs à portée locale, jeux dédiés à Apollon, dont l’épiphanie lors de la bataille d’Actium, aux côtés de Mars et de Neptune, lui avait apporté la victoire63. En outre, ce dieu symbolisait aussi le retour à la paix puisqu’Apollon Actien était aussi l’Apollon citharède, le protecteur des arts et des lettres qui annonçait un nouvel Âge d’or, en conformité avec le discours idéologique d’Octavien/Auguste. Les princes, depuis lors, s’arrogeaient le droit d’intervenir dans l’organisation des concours ou pour donner l’autorisation de création de tels ou tels jeux64. De fait, quand Néron vint en Grèce et voulut marquer son attachement à l’hellénisme, c’est en concourant qu’il choisit de faire son parcours, et donc de modifier le calendrier de la période (Actia, Olympia, Nemeia, Isthmia, Pythia) afin, qu’en un an, il puisse participer à tous les jeux. De plus, les lettres d’Hadrien découvertes à Alexandrie de Troade montrent très bien la mainmise du prince et son contrôle étroit des concours grecs : il intervenait dans l’attribution de privilèges aux artistes, dans l’organisation des épreuves, dans le règlement des litiges jusque dans l’ajustement du calendrier religieux et agonistique65.

  • 66 Cf. Quass, 1993, p. 310 ; Kantirea, 2007, p. 89-158.
  • 67 Veligianni, 2001.
  • 68 Spawforth, 1989a.
  • 69 Pour la période qui nous intéresse, les Isthmia et les Caesarea sont toujours groupés à une except (...)
  • 70 Les inscriptions (IG, IV, 590 ; 587 ; 602 ; 606 et IG, V, 1, 1417) mentionnent un agonothète commu (...)
  • 71 Cf. Spawforth, 1989a. Les Pythia de Delphes, les Actia de Nicopolis et les Olympia d’Olympie forma (...)
  • 72 Les autres concours isélastiques d’Achaïe étaient tous localisés à Athènes : les Panathénées et le (...)
  • 73 IG, IV, 590. Cf. Spawforth, 1985, p. 256-258.

26Les fêtes du culte impérial pouvaient exister en tant que telles ou être jointes à des concours grecs pré-existants ; dans ce cas, la double célébration offrait au public des conceptions étroitement imbriquées66. De ce fait, elles permettaient aux notables assumant les prêtrises et les frais associés de montrer qu’ils pouvaient présenter deux faces : celle d’une identité liée à la patrie (philopatris) et celle de l’appartenance à un ensemble plus vaste, l’Empire, mais surtout d’un attachement à son représentant politique le plus éminent, c’est-à-dire le prince (philocaesar ou philosebastos)67. Dans ce cas, il s’agissait de joindre ces fêtes à des concours, soit internationaux, comme l’étaient les jeux sacrés de la periodos ou ceux copiés sur ces jeux appelés isélastiques68, soit aux concours organisés en l’honneur de la principale divinité poliade de la cité organisatrice. Ainsi, aux Isthmia69, organisés par Sicyone puis par Corinthe, et aux Nemea70, administrés par Argos, appartenant au circuit de la periodos71, furent joints, sous Auguste, des Caesarea ou Sebastea. Les Asclepea d’Épidaure et les Olympia Commodea de Sparte reçurent le titre d’isélastiques, très certainement sous les Sévères, augmentant leur prestige et attirant des concurrents étrangers72. Notons également qu’après la mort et la divinisation d’Antinoos, des jeux en son honneur furent ajoutés au cycle des jeux argiens73. Le fait que les concours impériaux soient joints à des concours traditionnels impliquait des organisateurs communs, mais les jeux impériaux représentaient une partie spécifique de l’ensemble des compétitions.

  • 74 Van Nijf, 2005.
  • 75 IG, V, 2, 553.
  • 76 Van Nijf, 2005, p. 294.

27Onno van Nijf74 a mis en évidence, dans cet esprit, le cas du Spartiate P. Aelius Damokratidas75 qui revendique, à la fin du IIe siècle, une loyauté sans faille envers l’empereur et le pouvoir impérial (il est grand-prêtre du culte impérial) à laquelle s’ajoute un goût patriotique indéniable ; il est, entre autres, agoranome à vie, athlète et champion, puisqu’il se vit attribuer le titre d’aristos Hellenon, « Le meilleur des Grecs ». Il l’a gagné lors des Eleutheria de Platées. Les qualités de sportif, d’athlète et de vainqueur vont de pair avec un engagement envers Rome. O. van Nijf76 conclut ainsi : « Pour être aristos Hellenon, il ne fallait pas seulement être un champion, mais aussi se comporter comme un supporter de Rome. Pour lui, comme pour d’autres athlètes, l’athlétisme grec était une façon grecque de faire le Romain ».

De Néron à Hadrien, deux options : du philhellénisme au panhellénisme, quelles évolutions ?

  • 77 Yves Lafond a bien montré le succès de cet esprit d’élaboration d’une mémoire des cités dans le Pé (...)

28Deux interventions particulièrement marquantes, même si l’une ne fut pas durable, sont à évoquer ici. Il s’agit de l’initiative de deux princes qui furent considérés par les Grecs comme philhellènes. On compte, d’une part, Néron, qui voulut privilégier la cité grecque comme support d’identité en renonçant au cadre provincial, et, d’autre part, Hadrien, qui explora, pour sa part, une structure nouvelle favorisant l’union des Grecs, choisissant Athènes pour centre en développant le culte impérial et la mémoire des cités77 dans un sens culturel.

La liberté pour support d’identité, Néron pour maître

  • 78 Holleaux, 1968, p. 165-185, ici p. 167, lignes 12-15 ; voir 1-6 : « j’ordonne aux habitants de cet (...)

29En rendant la liberté à la Grèce lors de sa fameuse proclamation en grec à Corinthe en 66 ou en 67 ap. J.-C., Néron fait un acte de philhellénisme, reconnu des Grecs par le titre de philhellène. Le décret retrouvé à Acraephiae, en Béotie, copie une partie de ce discours et nous livre clairement la volonté de munificence de ce prince en ce domaine : « Vous tous habitant l’Achaïe, (…) recevez, avec l’exemption de tout tribut, cette liberté (eleutheria) que, même aux temps les plus fortunés de votre histoire, vous n’avez pas possédée tous ensemble, car toujours vous fûtes esclaves ou de l’étranger ou les uns des autres »78.

  • 79 Paus., 7.16.9 ; Philostr., V. Ap., 5.41. Apollonios de Tyane aurait eu le front d’écrire à plusieu (...)

30La solution adoptée par Néron de rendre à l’Achaïe la liberté, supprimant la prouincia, était la solution politique la plus généreuse qui soit et la plus « grecque ». Il mettait au même niveau politique vainqueur et vaincu, assimilant le territoire de la Grèce à celui de l’Italie, supprimant l’impôt, macule de la défaite et de la soumission. Il répondait ainsi à l’équation grecque de la liberté et de l’hellénisme dans l’unité, mais limitée à cet espace géographique bien précis. En même temps, il conservait la vision d’un prince romain et ne donnait la liberté que dans l’espace de la province d’Achaïe. Le mot même d’« Achaïe » pour désigner la province était une construction romaine : elle renvoyait à l’image que les Romains se faisaient des Grecs, aux Achéens d’Homère, à la Grèce originelle, pure et idéale perçue dans les Satires de Juvénal (Sat., 3.63) qui s’opposait à la Grèce caricaturale. Néron touchait à une création romaine, la prouincia. Il a donc eu une politique de souverain romain, d’où son choix de tenir son discours à Corinthe, capitale de la province, dont dépendaient hiérarchiquement les cités pérégrines. Il nivelait aussi par là même le statut des cités en Grèce, faisant disparaître la distinction entre cités pérégrines et cités libres. Mais peut-être cela même a-t-il engendré, une fois l’enthousiasme passé, une rivalité exacerbée entre les cités, dont la hiérarchie était ainsi estompée, voire gommée. Il est symptomatique que cette solution fit long feu car Vespasien, dans les premières années de son règne, restaura le cadre provincial, mettant en avant que les Grecs avaient oublié ce que c’était qu’être libres79.

  • 80 Paus., 4.35.3 : Μοθωναίοις δὲ βασιλεὺς μὲν Τραιανὸς ἔδωκεν ἐλευθέρους ὄντας ἐν αὐτονομίᾳ πολιτεύεσ (...)
  • 81 On sait par une lettre datée de 161 ap. J.-C. que cette liberté, accordée par les ancêtres de Marc (...)
  • 82 Il est qualifié de Sauveur dans le Péloponnèse : IG, V, 1, 380 (Sparte) et 1381 (Thuria). Cf. Spaw (...)

31Ce thème de la liberté liée au statut juridique, mis en quelque sorte entre parenthèses sous les Flaviens, revint en force au IIe siècle ap. J.-C., car les premiers Antonins menèrent une politique favorable au monde grec. On songe à Hadrien, empereur considéré comme philhellène par excellence, mais Trajan eut aussi une politique active. Il accorda, selon Pausanias, la liberté à la cité de Mothoné, en Messénie80. Il est fort possible qu’il soit également à l’origine de la liberté de Coronée, en Béotie81. L’intérêt de cet empereur pour les affaires grecques82 et, en particulier, son souci de faire participer des notables d’origine hellène à l’administration de l’Empire est à signaler, et ce d’autant plus que l’on fait plus souvent la part belle à Hadrien. Antonin ne fut pas non plus sans action, donnant à Pallantion, un bourg rural d’Arcadie, le statut de cité. Mais ce type de support d’identité revêt un caractère artificiel. Pausanias lui-même se moque de ce bourg qui n’a pas de structures édilitaires dignes de son rang, sous-entendant que ce support d’une identité gréco-romaine, justifiée par le mythe d’Évandre, était en réalité un élément du discours du prince.

L’option du philhellénisme d’Hadrien : la structure du Panhellenion, un support privilégié pour les Grecs ?

  • 83 Voir Willers, 1990 ; Calandra, 1996.
  • 84 Voir l’étude menée par Romeo 2002.
  • 85 Spawforth, Walker, 1985 et Spawforth, Walker, 1986 ; Jones, 1996, p. 29-56.
  • 86 Doukellis, 2009. Il montre les limites à l’aspect panhellénique, toutes les cités grecques ne pouv (...)
  • 87 Molin, 2011.

32La solution d’Hadrien en créant le Panhellenion est une solution culturelle plus que politique83. Le Panhellenion repose sur les idées de rassemblement des Grecs sous la bannière de l’hellénisme et de ses cultes, avec l’introduction du culte impérial à ce niveau. Il propose donc aux Grecs un support structuré permettant à la fois l’épanouissement de l’hellénisme en harmonie avec le loyalisme, impératif attendu des Romains. Après avoir longuement hésité sur le centre, adressé une lettre à Delphes marquant son désir de rassembler les Grecs (le nombril du monde n’était-il pas à Delphes ?), Hadrien se fonde sur l’histoire militaire de la Grèce en optant pour Athènes. L’idée de rendre à Athènes un rôle prépondérant entre également dans la construction identitaire que les Romains se font des Grecs, luttant contre les Perses. D’où l’importance de Platées et le rôle pivot également donné aux jeux, à l’agon. En outre, il fait le choix d’une cité libre pour le centre du Panhellenion, de Zeus Olympios comme divinité centrale, des mystères d’Éleusis, auxquels Auguste comme Hadrien furent initiés, et, surtout, il fait le choix d’aller au-delà du cadre provincial. La structure du Panhellenion a une vocation plus vaste : elle englobe plus de cités tout en marquant la prééminence de la « Vieille Grèce » sur l’Asie Mineure. Le travail de recherches historiques mené par les cités pour adhérer au Panhellenion est destiné à prouver la primauté de cette Grèce, laquelle devient une sorte de conservatoire de la mémoire et des traditions84. Cette recherche d’informations occupa désormais les Grecs85, leur faisant oublier leurs querelles intestines. La meilleure illustration possible est la Périégèse de Pausanias, cette compilation de légendes, cette description méticuleuse de traditions, de monumenta. Par la même occasion, cette structure et le mouvement induit permettaient à l’empereur de retourner le sentiment national au profit de l’Empire et du prince, et non contre lui. Christopher Jones a bien montré que le Panhellenion n’est pas une instance politique : c’est un noyau culturel et religieux centré à Athènes, entouré de cités qui reconnaissent la Grèce romaine dans un esprit de continuité. Hadrien a été en réalité au-delà de l’action néronienne : il a fait fi du cadre provincial que les Grecs n’appréciaient que modérément, se concentrant sur les cités libres et portant son choix sur Athènes. Il a repris l’idée grecque d’un grand ensemble hellénique dépassant les frontières administratives. P. Doukellis avance le mot de network, de réseau, pour qualifier la toile tendue ainsi entre les cités pour créer durablement un lien panhellénique86. En revanche, il a été en deçà de l’action néronienne en matière de liberté politique. Mais, finalement, les Grecs ont préféré l’autonomie locale et l’expression reconnue de leur hellénisme à la liberté totale, devenue totalement utopique. De fait, la subtilité d’Hadrien est sans doute à souligner car elle marque tout à la fois l’expression d’un esprit concret, parfaitement pénétré des arcanes des mentalités grecques et du désir, à cette époque, de Renaissance culturelle que l’on trouve dans le mouvement de Seconde Sophistique. Il reste toutefois un souverain romain, instaurant un culte impérial qui tient désormais une place prépondérante dans l’expression de la loyauté de tous les Grecs réunis. En outre, l’empereur a l’habileté d’associer des Grecs à son projet87, et de prendre à ses côtés les sénateurs d’origine grecque Ti. Claudius Hérode Atticus et C. Iulius Eurycles Herculanus. Des jeux y sont associés à partir de 137.

33Hadrien s’insinue plus ou moins directement aussi dans un autre support d’identité majeur de l’hellénisme, en lien direct avec la notion d’agon : le gymnase.

  • 88 Sur les lieux et monuments de culte à Antinoos, voir Meyer, 1991. Sur l’implantation en Achaïe, vo (...)

34En effet, la création du culte d’Antinoos et de jeux en son honneur amène l’introduction de la statue de son favori défunt et divinisé au cœur du gymnase, aux côtés d’Héraclès et d’Hermès, les deux divinités associées à ce lieu88.

  • 89 Paus., 8.9.7-8 ; HA, Hadr., 14.7 ; DC, 6.1. 4.

35Hadrien crée le sanctuaire à Mantinée à sa mémoire et les élites romanisées assurent le succès de ce culte, qui fut organisé selon le modèle traditionnel d’un héros divinisé89.

  • 90 IvO, 452, 5.
  • 91 IG, IV, 590.
  • 92 IvO, 450.
  • 93 IvO, 452.

36Il est honoré par le koinon des Arcadiens qui organisa des jeux, les Antinoea, encore attestés au IIIe siècle sous le nom de Grandes Antinoeia, τὰ μεγάλα Ἀντινόεια90. Un certain nombre d’agonothètes nous sont connus : l’Argien T. Statilius Timocrates Memmianus, fils de Lamprius sous Hadrien91, le Messénien T. Fl(avius) Polybius, descendant présumé de l’historien Polybe92, aux IIe-IIIe siècles, et le Coronéen G. Clo(dius) Iul(ius) Cleobulus93 au milieu du IIIe siècle.

  • 94 Blum, 1914, p. 35 ; Meyer, 1991, p. 145. Ce personnage est connu par une inscription d’Épidaure, B (...)
  • 95 On n’a jusqu’à présent qu’un exemplaire, à Corinthe, voir Blum, 1914, p. 52 ; Meyer, 1991, p. 149.

37Le koinon des Achéens rend aussi un culte à Antinoos. Nous connaissons le nom d’un des prêtres qui en est chargé, Hostilius Marcellus, dont le nom apparaît sur les monnaies émises par le koinon94, mais aussi sur celles de Corinthe95.

  • 96 Amandry, 2013-2014, p. 96-97. Il compte désormais 500 exemplaires en l’honneur d’Antinoos.
  • 97 SIG3, 835B, Jacquemin et al., 2012 n° 254.

38Des émissions monétaires célébrant Antinoos ont été répertoriées dans trente cités, dont cinq en Achaïe (Corinthe, Mantinée, Argos, Delphes et Nicopolis), et confirment le succès de son culte dans des cités qui organisaient des jeux de portée panhellénique à l’époque romaine (Corinthe, Argos, Delphes et Nicopolis)96. Dans le cas de Delphes, c’est le prêtre d’Apollon, T. Flavius Aristotimos, qui se chargea de cette frappe ; ce dernier est aussi à l’origine de l’érection d’une statue à Hadrien dans le temple d’Athéna Pronaia97.

  • 98 L’épigraphie atteste l’existence de la fonction de ἱερεὺς Ἀντινόου ἐφήβου, IG II/III2 2, 2, 2065, (...)
  • 99 Cf. Vout, 2005.
  • 100 Amandry, 2013-2014, p. 3.

39Cette création de culte, en même temps que l’élan esthétique et culturel qui l’accompagne, permet paradoxalement aux Grecs de plonger dans les racines de leurs traditions : les références à l’hellénisme foisonnent. En effet, à Athènes, Antinoos apparaissait en éphèbe98, à Mantinée et à Olympie. Les représentations du jeune homme sont étroitement associées à l’activité agonistique, vivement encouragée par Hadrien sur les bases des traditions de l’hellénisme antique99. Comme le confirme Michel Amandry100 par l’étude des monnaies, « il était donc tentant pour Hadrien de promouvoir la consécration de son favori dans le monde grec comme un symbole d’unité panhellénique ».

L’échec relatif du rassemblement

  • 101 Paus., 8.22.1 et 8.23.1.
  • 102 Elle est honorée à Olympie avec deux prêtrises différentes (IvO, 473 et 474) en 212-213 avec les t (...)
  • 103 Paus., 8.32.1.
  • 104 Le Thersileion ou Bouleuterion a été identifié avec la salle hypostyle (86,1 x 67,71m) localisée à (...)

40Malgré l’action fondamentale d’Hadrien pour rassembler les Grecs en un ensemble le plus homogène possible, les fluctuations reprirent dès le règne de Marc Aurèle. Ainsi, Pausanias nous apprend que les Argiens se détachèrent du koinon achéen et reformèrent une ligue propre englobant certaines cités d’Arcadie, en particulier Aléa et Stymphale101. Ils furent imités au plus tard au début du IIIe siècle par les Arcadiens. Nous le savons aussi par la carrière de Claudia Tyche, citoyenne de Cleitor et d’Élis, qui eut des responsabilités religieuses dans les deux structures102. Il est possible que le lieu de rassemblement, signalé par Pausanias comme étant en ruines, ait été restauré pour accueillir à nouveau les réunions du koinon arcadien103. Il se trouvait à Mégalopolis et a été identifié sur place avec le Thersileion104. Les dissensions faisaient partie de l’identité grecque, tout comme l’émulation et la concurrence.

Conclusion

  • 105 Plut., Moralia, 805 A.
  • 106 Sur le discours des orateurs, voir Pont, 2010.
  • 107 Den. Hal., Antiq. Rom., 1.89.1.

41Les Grecs romanisés ont surtout trouvé dans la cité, en puisant dans leur passé quitte à la réinventer, une identité propre. Les supports d’identité sont multiples et évoluent dans le temps. La patrie et la figure du prince émergent : être philopatris et philocaesar est un enjeu de l’équilibre politique. En même temps, une forme d’hybridité s’est faite jour en mêlant l’élément grec et la composante romaine. Ce phénomène a son apogée au IIe siècle avec la Renaissance grecque. Plutarque105 a bien montré la vigueur des débats dans la cité et l’intérêt d’un retour sur le passé pour mieux vivre le présent : « On peut attirer l’attention sur soi en restaurant bien des coutumes excellentes, tombées en désuétude dans les cités ». Les panégyristes grecs n’hésitent pas à proclamer que la Grèce et ses cités sont devenues les parures de Rome, comme en atteste cet extrait du discours d’Aelius Aristide106 qui affirme, au milieu du IIe siècle ap. J.-C. : « Aujourd’hui, la totalité des cités grecques se redresse de votre temps, et toutes les offrandes, les arts et les parures qu’elles contiennent vous rendent honneur, comme une parure dans une banlieue ». Si cette affirmation avait sans doute des chances de plaire aux Romains, et participe bien de l’exercice du panégyrique, il n’est pas sûr que les Grecs, même parfaitement romanisés, aient goûté la métaphore… Cependant, on peut aussi renverser le raisonnement, et surtout une perception : Denys d’Halicarnasse107 n’avait-il pas affirmé, à l’époque augustéenne, que Rome était une cité grecque ? De fait, si les Romains ont voulu se faire Grecs, les Grecs ont dû malgré tout se faire Romains pour rester Grecs...

Sources épigraphiques et prosopographiques

42Corinth, 8, 3 = Kent J. H., Corinth. Results of excavations conducted by the American School of Classical Studies at Athens, VIII, part III. The Inscriptions 1926-1950, Princeton, 1966.

43IG = Inscriptiones Graecae, Berlin, 1903-.

44Institut F. Courby 1971 = Institut F. Courby, Nouveau choix d’inscriptions grecques, Paris, 1971.

45IvO = Dittenberger W., Purgold K., Curtius E. et Adler F. (éds.), Olympia : die Ergebnisse der von dem deutschen Reich veranstalteten Ausgrabungen : die Inschriften von Olympia, Berlin, 1896.

46Peek 1969 = Peek W., Inschriften aus dem Asklepieion von Epidauros, Berlin, 1969.

47PIR2 = Prosopographia Imperii Romani, Berlin, 1933-.

48RP I = Rizakis A., Zoumbaki S. et Kantiréa M. (éds.), Roman Peloponnese I. Roman Personal Names in their Social Context (Achaia, Arcadia, Argolis, Corinthia and Eleia), Meletemata 31, Athènes, 2001.

49RP II = Rizakis A., Zoumbaki S.et Lepenioti C. (éds.), Roman Peloponnese II. Roman Personal Names in their Social Context, (Laconia and Messenia), Meletemata 36, Athènes, 2004.

50SEG = Supplementum epigraphicum Graecum, Leyde, 1923/71 puis Amsterdam, 1979-.

51SIG3 = Dittenberger W. (éd.), Sylloge Inscriptionum Graecum, 3e édition, Leipzig, 1915-1924.

Sources littéraires

52Ael. Aristide = Aelius Aristide, Éloges grecs de Rome, traduction Pernot L., Belles Lettres, Paris, 1997.

53Cic., Agr. = Cicéron, De lege agragia. Texte et traduction Boulanger A., Belles Lettres, CUF, Paris, 1932.

54Cic., Tusc. = Cicéron, Tusculaneae Disputationes. Traduction King J.E., Loeb Classical Library, London, Cambridge,1927.

55DC = Dion Cassius, Histoire romaine. Traduction par Étienne Gros et Victor Boissée, Paris, Firmin-Didot, 1845-1870. - Dio Cassius, Roman History. Books LVI-LX. Translated by Cary E. and Foster H. B., Loeb Classical Library, Harvard University Press, Cambridge (Ma), 1924.

56Den. Hal. = Denys d’Halicarnasse, Antiq. Rom., 1, Texte établi et traduit par Fromentin V., Paris, 1998.

57HA, Hadr. = Histoire Auguste. Les empereurs romains des IIe et IIIe siècles. Traduction par Chastagnol A., Bouquins, Paris, 1994.

58Her. = Hérodien, Histoire des empereurs romains. De Marc Aurèle à Gordien III (180-238 ap. J.-C.). Traduit et commenté par Roques D., La Rue à Livres, Belles Lettres, Paris, 1990.

59Juvénal, Sat. = Juvénal, Satires.Texte établi par de Labriolle P., Villeneuve F. Traduit par Sers O., Classiques en poche, Paris, 2002.

60Paus. = Pausanias, Description de la Grèce, livre V. Texte établi, traduit et commenté par Casevitz M., Pouilloux J. et Jacquemin A., 1999, CUF, Paris ; livre VII. Texte établi, traduit et commenté par Casevitz M. et Lafond Y., 2000, CUF, Paris ; livre VIII. Texte établi, traduit et commenté par Casevitz M., Jost M. et Marcadé J., Belles Lettres, CUF, Paris, 1998.

61Philostr., V. soph. = Philostrate, Vies des Sophistes. Traduit et commenté par Bounoure G., Serret Bl., Lar Roue à Livres, Paris, 2019.

62Philostr., V. Ap. = Philostrate, The Life of Apollonios of Tyana, Jones C. P. éd., Loeb Classical Library, London, Cambridge, 2005.

63Plin., Ep. = Pline le Jeune, Lettres. Tome III, Livres VII-IX, texte établi et traduit par Guillemain A.-M., édition revue par Zehnacker H., Belles Lettres, CUF, Paris, 19924.

64Plut., M. = Plutarque, Moralia, trad. Cuvigny M., Paris, 1984.

65Plutarque, Préceptes politiques. Conseils aux hommes politiques pour bien gouverner, Lemonde F. éd., Payot, Paris, 2007.

66Tac., Ann. = Tacite, Annales I. Livres I-III. Texte établi et traduit par Wuilleumier P., revu et corrigé par Hellegouarch J., CUF, Paris, 19902 ; Annales II. Livres IV-VI. Texte établi et traduit par Wuilleumier P., revu et corrigé par Le Bonniec H., Belles Lettres, CUF, Paris, 19902.

Bibliographie

Amandry, 1980 = Amandry P., « Sur les concours argiens », in Touchais G., Deilaki, E. Bommelaer, J.-Fr. et al. (éds.), Études argiennes, BCH suppl. VI, Paris, 1980, p. 211-253.

Amandry, 1983 = Amandry P., « Le Bouclier d’Argos (Note complémentaire) », BCH, 107, 1983, p. 627-634.

Amandry, 2013-2014 = Amandry M., « Numismatique romaine impériale, iconographie du pouvoir impérial et identités civiques », Annuaire de l’École pratique des hautes études (EPHE) Section des sciences historiques et philologiques. Conférences de l’année 2013-2014, 146, 2015, p. 95-100.

Ando, 2011 = Ando Cl., « Law and the Landscape of Empire », in Benoist S., Daguet-Gagey A. et Hoët-van Cauwenberghe Chr. (éds.), Figures d’empire, fragments de mémoire. Pouvoirs et identités dans le monde romain impérial (IIe s. av. n. è.-VIe s. de n. è.), Lille, 2011, p. 25-47.

Arafat, 1996 = Arafat K. W., Pausanias’ Greece, Ancient Artists and Roman Rulers, Cambridge, 1996.

Baladié, 1980 = Baladié R., Le Péloponnèse de Strabon, Paris, 1980.

Balzat, 2008 = Balzat J.-S., « Les Euryclides en Laconie », in Grandjean C. (éd.), Le Péloponnèse d’Épaminondas à Hadrien, Actes du Colloque de Tours, 5-7 octobre 2005, Bordeaux, 2008, p. 121-44.

Baslez, 1992 = Baslez M.-F., « La famille de Philopappos de Commagène, un prince entre deux mondes », DHA, 18.1, 1992, p. 89-101.

Baroin, 2005 = Baroin C., « La Grèce imaginaire des Romains dans l’Vrbs et les provinces », in Huet V. et Valette-Cagnac E. (dir.), Et si les Romains avaient inventé la Grèce ?, Mètis N.S.3, 2005, p. 189-211.

Bingen, 1953 = Bingen J., « Inscriptions du Péloponnèse », BCH, 77, 1953, p. 616-646.

Blum, 1914 = Blum G., « Numismatique d’Antinoos », Journal International d’Archéologie Numismatique, 16, 1914, p. 33-70.

Bowie, 1970 = Bowie E., « Greeks and their Past in the Second Sophistic », Past and Present, 46, 1970, p. 3-41.

Bradford, 1977 = Bradford A. S., A Prosopography of Lacedaemonians from the Death of Alexander the Great to the Sack of Sparta by Alaric, AD 396, Munich, 1977.

Brélaz, 2013 = Brélaz C., « Vie démocratique dans les cités grecques à l’époque impériale romaine. Notes de lecture et orientations de la recherche », Topoi, 18, 2013, p. 367-399.

Bru, 2017 = Bru H., « L’hellénisme à Antioche de Pisidie à l’époque impériale romaine (langue, institutions, onomastique) », in Bru H., La Phrygie Parorée et la Pisidie septentrionale aux époques hellénistique et romaine, Géographie historique et sociologie culturelle, Leyde, Boston, 2017, p. 185-214.

Calandra, 1996 = Calandra E., Oltre la Grecia. Alle origini del filellenismo di Adriano, Pubblicazioni dell’Università degli Studi di Perugia, 1996.

Caroll, 1982 = Caroll K. K., The Parthenon Inscription, Durham, 1982.

Clément, 1974 = Clément P. A., « L. Kornelios Korinthos of Corinth », in Bradeen D. W. et Mc Gregor M. F. (éds.), Phoros. Festschrift für B. D. Meritt, New York, 1974, p. 36-39.

Daux, 1975 = Daux G., « Les empereurs romains et l’Amphictionie Pyléo-delphique », CRAI, 1975, p. 348-362.

Daux, 1976 = Daux G., « La composition du Conseil amphictionique sous l’Empire », in Recueil A. Plassart. Études sur l’Antiquité grecque offertes à André Plassart par ses collègues de la Sorbonne, Paris, 1976, p. 59-79.

Deiniger, 1965 = Die Provinziallandtage der römischen Kaiserzeit von Augustus bis zum Ende des dritten Jahrhunderts n. Chr., Munich, 1965.

d’Hautcourt, 2001 = d’Hautcourt A., « Corinthe : financement d’une colonisation et d’une reconstruction », in Marc J.-Y. et Moretti J.-Ch. (éds.), Construction publique et programmes édilitaires en Grèce entre le IIe s. av. J.-C. et le Ier s. ap. J.-C. Actes du colloque de l’EFA et du CNRS, Athènes, 14-17 mai 1995, BCH, suppl. 39, Athènes, 2001, p. 427-438.

Doukellis, 1994 = Doukellis P., « Le territoire de la colonie romaine de Corinthe », in Doukellis P. et Mendoni L. (éds.), Structures rurales et sociétés antiques, Actes du colloque de Corfou (14-16 mai 1992), Paris, 1994, p. 359-390.

Doukellis, 2009 = Doukellis P., « Hadrian’s Panhellenion: A Network of Cities ? », in Malkin I., Constantakopoulou Chr. et Panagopoulou K. (éds.), Greek and Roman Networks in the Mediterranean, New York, 2009, p. 285-298.

Engels, 1990 = Engels D., Roman Corinth, an Alternative Model for the Classical City, Chicago, 1990.

Fernoux, 2013 = Fernoux H., « Bithyniens et Grecs d’Asie : à propos de la notion d’identité provinciale en Asie Mineure sous le Haut-Empire », in Lefebvre S. (dir.), Identités et dynamiques provinciales du IIe s. av. n. ère à l’époque julio-claudienne, Éditions Universitaires de Dijon, collection Sociétés, Dijon, 2013, p. 61-86.

Ferrary, 1988 = Ferrary J.-L., Philhellénisme et impérialisme : aspects idéologiques de la conquête romaine du monde hellénistique, de la seconde Guerre de Macédoine à la Guerre contre Mithridate, Rome, 1988.

Ferrary, 1996 = Ferrary J.-L., « Rome, Athènes et le philhellénisme dans l’Empire romain d’Auguste aux Antonins », in Filellenismo e Tradizionalismo a Roma nei primi due secoli dell’Impero, Rome, 27-28 avril 1995, Rome, 1996, p. 183-210.

Ferrary, 2011 = Ferrary J.-L., « Géographie de l’hellénisme sous la domination romaine », Phoenix, 65, 2011, p. 1-22.

Ferrary, Rousset, 1998 = Ferrary J.-L. et Rousset D., « Un lotissement de terre à Delphes au IIe siècle après J.-C. », BCH, 122, 1998, p. 277-342.

Follet, 2004 = Follet S. (éd.), L’hellénisme d’époque romaine. Nouveaux documents, nouvelles approches (Ier s. a.C.-IIIe s. p.C.). Actes du Colloque International à la Mémoire de Louis Robert, Paris, 7-8 juillet 2000, Paris, 2004.

Fournier, 2010 = Fournier J., Entre tutelle romaine et autonomie civique. L’administration judiciaire dans les provinces hellénophones de l’Empire romain (129 av. J.-C.-235 ap. J.-C.), Athènes, 2010.

Gangloff, 2011 = Gangloff A. (éd.), Médiateurs culturels et politiques dans l’Empire romain. Voyages, conflits, identités, Paris, 2011.

Gangloff, 2013 = Gangloff A., « Mémoires et lieux de mémoire dans l’Antiquité gréco-romaine », in Gangloff A. (éd.), Lieux de mémoire en Orient grec à l’époque impériale, Peter Lang, Lausanne, Berne, 2013, p. 1-22.

Gangloff, 2016 = Gangloff A., « Rapport introductif. Discours, images et rhétorique de la mémoire » in Benoist S., Daguet-Gagey A. et Hoët-van Cauwenberghe Chr. (éds.), Monumenta. Une mémoire en actes : espaces, figures et discours. XXXVIIe symposium international Halma-Ipel, Anhima, ArtheHist et CREHS, Lille, 2016, p. 213-223.

Gangloff, 2018 = Gangloff A., Pouvoir impérial et vertus philosophiques. L’évolution de la figure du bon prince sous le Haut-Empire, Brill, Leiden, Boston, 2018.

Gómez, 2013 = Gómez P., « Marathon et l’identité grecque au iie s. apr. J.-C. : du mythe au lieu commun », in Gangloff A. (éd.), Lieux de mémoire en Orient grec à l’époque impériale, Peter Lang, Lausanne, Berne, 2013, p. 79-94.

Guerber, 2002 = Guerber E., « Le thème de la liberté des Grecs et ses prolongements politiques sous le Haut-Empire », in Inglebert H. (éd.), Idéologies et valeurs civiques dans le monde romain, Hommage à Claude Lepelley, Paris, 2002, p. 123-142.

Guerber, 2010 = Guerber E., Les cités grecques dans l’Empire romain. Les privilèges et les titres des cités de l’Orient hellénophone d’Octave Auguste à Dioclétien, Rennes, 2009 (2e tirage corrigé, Rennes, 2010).

Guerber, 2013 = Guerber E., « La fondation de Nicopolis par Octavien : affirmation de l’idéologie impériale et philhellénisme », in Gangloff A. (éd.), Lieux de mémoire en Orient grec à l’époque impériale, Berne, 2013, p. 255-278.

Habicht, 2001-2002 = Habicht Chr., « Zum Gesandtschaftsverkehr griechischer Gemeinden mit römischen Instanzen während der Kaiserzeit », Archaiognosia, 11, 2001-2002, p. 11-28.

Halfmann, 1979 = Halfmann H., Die Senatoren aus dem östlichen Teil des Imperium Romanum bis zum Ende des 2. Jh. n. Chr., Göttingen, 1979.

Hawthorne, 2004 = Hawthorne C. O., Baby and Child Heroes in Ancient Greece, Yale University of Illinois, 2004.

Hoët-van Cauwenberghe, 2007a = Hoët-van Cauwenberghe Chr., « La fin des princes hellénistiques en Achaïe romaine aux ier et iie siècles après J.-C. », in Benoist S. (éd.), Mémoire et Histoire, les procédures de condamnation dans l’Antiquité, CRULH n° 31, Metz, 2007, p. 153-180.

Hoët-van Cauwenberghe, 2007b = Hoët-van Cauwenberghe Chr., Condamnation de la mémoire de Néron en Grèce : réalité ou mythe ? », in Perrin Y. (éd.), Neronia VII, Rome, l’Italie et la Grèce. Hellénisme et philhellénisme au premier siècle ap. J.-C., VIIe Colloque international de la SIEN, Athènes les 21-23 octobre 2004, coll. Latomus 305, Bruxelles, 2007, p. 225-249.

Hoët-van Cauwenberghe, 2010 = Hoët-van Cauwenberghe Chr., « Mécanismes d’acquisition et diffusion de la citoyenneté romaine dans le Péloponnèse sous le Haut-Empire », in Rizakis A. et Lepenioti Cl. (éd.), Roman Peloponnese III. Society, Economy and Culture under Roman Empire: Continuity and Innovation, Meletemata 63, Athènes, 2010, p. 173-192.

Hoët-van Cauwenberghe, 2011 = Hoët-van Cauwenberghe Chr., « L’Empire romain et l’hellénisme : bilan historiographique », in La notion d’empire dans les mondes antiques. Bilan historiographique, Journée de printemps de la SOPHAU - 29 mai 2010, Dialogues d’Histoire Ancienne, suppl. 5, Besançon, 2011, p. 141-178.

Hoët-van Cauwenberghe, Kantiréa, 2013a = Hoët-van Cauwenberghe Chr. et Kantiréa M., « Lieu grec de mémoire romaine : la perpétuation de la victoire d’Actium des Julio-claudiens aux Sévères », in Gangloff A. éd., Lieux de mémoire en Orient grec à l’époque impériale, Berne, 2013, p. 279-303.

Hoët-van Cauwenberghe, Kantiréa, 2013b = Hoët-van Cauwenberghe Chr. et Kantiréa M., « La popularité de Germanicus en Orient : les figures d’un prince héritier sous Tibère », Cahiers du Centre Glotz, 24, 2013, [2014], p. 135-156.

Hoff, 1989 = Hoff M. C., « Civil disobedience and Unrest in Augustan Athens », Hesperia, 58, 1989, p. 267-276.

Holleaux, 1968 = Holleaux M., « Discours prononcé par Néron à Corinthe en rendant aux Grecs la liberté, 28 novembre 67 av. J.-C. », Bulletin de Correspondance Hellénique, 12, 1888, p. 510 et s. (= Holleaux M., Études d'Épigraphie et d’histoire grecques, Paris, 1968, p. 165-185).

Jacques, 1984 = Jacques F., Le privilège de liberté. Politique impériale et autonomie municipale dans les cités de l’Occident romain, Rome, 1984.

Jacquemin et al., 2012 = Jacquemin A. Mulliez D. et Rougemont G., Choix d'inscriptions de Delphes, traduites et commentées, EFA, Études épigraphiques 5, Athènes, 2012.

Jones, 1940 = Jones A. H. M., The Greek City from Alexander to Justinian, Oxford, 1940.

Jones, 1996 = Jones, C. P., « The Panhellenion », Chiron, 26, 1996, p. 29-56.

Jones, 2010 = Jones, C. P., New Heroes in Antiquity. From Achilles to Antinoos, Cambridge, Mass.-Londres 2010.

Jost, Hoët-van Cauwenberghe, 2010 = Jost M. et Hoët-van Cauwenberghe Ch., « La vie religieuse en Arcadie à l’époque du Haut-Empire », in Rizakis A. et Lepenioti Cl. (éds.), Roman Peloponnese III : Society, Economy and Culture under Roman Empire : Continuity and Innovation, Meletemata 63, Athènes, 2010, p. 291-308.

Kantiréa, 2007 = Kantiréa M., Les dieux et les dieux Augustes. Le culte impérial en Grèce sous les Julio-claudiens et les Flaviens. Etudes épigraphiques et archéologiques, Mélétèmata 50, Athènes, 2007.

Kleiner, 1983 = D. E. Kleiner, The Monument of Philopappos in Athens, Rome, 1983.

Lafond, 2006 = Lafond Y., La mémoire des cités dans le Péloponnèse d’époque romaine (IIe siècle av. J.-C.-IIIe siècle apr. J.-C.), Rennes, 2006.

Le Roux, 2004 = Le Roux P., « La romanisation en questions », Annales HSS, 59, 2004, p. 287-311.

Le Roux, 2011 = Le Roux P., « Identités civiques, identités provinciales dans l’Empire romain », in Caballos Rufino A. et Lefebvre S. éd., Roma generadora de identidades. La experiencia hispana, Madrid, 2011, p. 7-19.

Mac Donald, 1943 = Mac Donald W., The Political Meetings Places of the Greeks, Baltimore, 1943.

Martin, 1982 = Martin F., La documentaciàn griega de la cancelleria del Emperador Adriano, Pamplune, 1982.

Mellor, 2008 = Mellor R., « Graecia Capta: The Confrontation between Greek and Roman Identity », in Zacharia K. (éd.), Hellenisms. Culture, Identity, and Ethnicity from Antiquity to Modernity, Farnham, 2008, p. 79-125.

Meyer, 1991 = Meyer H., Antinoos, die archäologischen Denkmäler unter Einbeziehung des Numismatischen und Epigraphischen, Munich, 1991.

Millis, 2010 = Millis B. W., « The Social and Ethnic Origins of the Colonists in Early Roman Corinth », in Friesen St. J., Schowalter D. N. et Walters J. C., Corinth in Context. Comparative Studies on Religion and Society, Leiden-Boston, Brill, 2010, p. 13-35.

Molin, 2011 = Molin M., « Des médiateurs culturels au rôle important : les administrateurs et de l’Empire sous la Pax Romana (IIe siècle et première moitié du IIIe siècle) », in Gangloff A. (éd.), Médiateurs culturels et politiques dans l’Empire romain. Voyages, conflits, identités, Paris, 2011, p. 29-32.

Murray, 2002 = Murray W. M., « Reconsidering the Battle of Actium- again », in Gorman V. et Robinson E. (éds.), Oikistes. Studies in Constitutions, Colonies, and Military Power in the Ancient World, offered in honor of A. J. Graham, Leyde-Boston-Cologne, 2002, p. 339-360.

Oliver, 1982 = Oliver J. H., « Roman Senators from Greece and Macedonia », EOS, II, 1982, p. 583-602.

Oliver 1989 = Oliver J. H., Greek Constitutions of Early Roman Emperors from Inscriptions and Papyri, Philadelphie, 1989.

Piérart, 1996 = Piérart M., « Pour une approche du panthéon argien, la mythologie : le bouclier d’Athéna », Kernos, 9, 1996, p. 171-194.

Piérart, 1998 = Piérart M., « Panthéon et hellénisation dans la colonie romaine de Corinthe : la « redécouverte » du culte de Palaimon à l’Isthme », Kernos, 11, 1998, p. 85-109.

Pont 2010 = Pont A.-V., Orner la cité. Enjeux culturels et politiques du paysage urbain dans l’Asie Gréco-romaine, Bordeaux, 2010.

Pouilloux, 1980 = Pouilloux J., « Delphes et les Romains », Stélè, Volume à la mémoire de N. Condoléon, Paris, 1980, p. 201-207 (= D’Archiloque à Plutarque. Littérature et réalité. Choix d’articles de J. Pouilloux, Lyon, 1986, p. 338-344).

Proietti, 2012 = Proietti G., « La memoria delle guerre persiane in età imperiale. Il classicismo di Erode Attico e la ‘stele dei Maratonomachi’ », ASAA, 90, serie III, 12, 2012 [2013], p. 97-117.

Puech, 1983 = Puech B., « Grands prêtres et Helladarques d’Achaïe », Revue des Études Anciennes, 85, 1983, p. 15-43.

Quass, 1993 = Quass F., Die Honoratiorenschicht in den Städten des Griechischen Ostens, Stuttgart, 1993.

Quet, 2003 = Quet M.-H., « Le sophiste M. Antonius Polémon de Laodicée, éminente personnalité politique de l’Asie romaine du IIe siècle », in Cébeillac-Gervasoni M. et Lamoine L. (dir.), Les élites et leurs facettes. Les élites locales dans le monde hellénistique et romain, Rome, Clermont-Ferrand, 2003, p. 401-443.

Reynolds, 1982 = Reynolds J., Aphrodisias and Rome. Documents from the Excavations of the Theater at Aphrodisias conducted by K. T. Erim, Londres, 1982.

Rizakis, 1996 = Rizakis A., « Les colonies romaines des côtes occidentales grecques », DHA, 22/1, 1996, p. 255-324.

Robert, 1929 = Robert L., « Aristos Hellénôn », Revue des Études Anciennes, 31, 1929, p. 13-16 (= OMS II, p. 758-761).

Robert, 1946 = Robert L., « Sur une inscription agonistique de Thespies » Hellenica, II, Paris, 1946, p. 5-14.

Robertson, 1986 = Robertson N., « A Point of precedence at Plataia : the dispute between Athens and Sparta over leading the procession », Hesperia, 55, 1986, p. 88-102.

Romano, 1993 = Romano D. G., « Post 146 BC Land Use in Corinth and Planning of the Roman Colony of 44 BC », in Gregory T. E. (éd.), The Corinthia in the Roman Period, JRA, suppl. 8, 1993, p. 9-30.

Romeo, 2002 = Romeo I., « The Panhellenion and ethnic identity in the Hadrianic Greece », CPh, 97, 2002, p. 21-40.

Rousset, 2002 = Rousset D., Le territoire de Delphes et la terre d’Apollon, Athènes, 2002.

Rousset, 2004 = Rousset D., « La cité et son territoire dans la province d’Achaïe et la notion de « Grèce romaine », Annales HSS, 59, 2004, p. 363-383.

Sanchez, 2001 = Sanchez P., L’Amphictionie des Pyles et de Delphes : recherches sur son rôle historique, des origines au IIe siècle de notre ère, Historia, 148, Stuttgart, 2001.

Schmidt, 2009 = Schmidt Th., « Plutarque, les Préceptes politiques et le récit des Guerres médiques », Cahiers des Études Anciennes, 46, 2009, p. 101-128.

Smith, 1998 = Smith R. R. R., « Cultural Choice and Political Identity in Honorific Portrait Statues in the Greek East in the Second Century A.D. », JRS, 88, 1998, p. 56-93.

Spawforth, 1985 = Spawforth, A., « Families at Roman Sparta and Epidaurus : some Prosopographical Notes », ABSA, 80, 1985, p. 191-258.

Spawforth, 1989= Spawforth, A., « Agonistic Festivals in Roman Greece », in Walker S. et Cameron A. (éds.), The Greek Renaissance in the Roman Empire, BICS 55, Londres, p. 193-197.

Spawforth, 1989b = Cartledge P. et Spawforth A., Hellenistic and Roman Sparta, a Tale of Two Cities, Londres-New York, 1989 (la partie romaine ayant été rédigée par Anthony Spawforth).

Spawforth, 1994a = Spawforth A., « Symbol of Unity? The Persian-Wars Tradition in the Roman Empire », in Hornblower S. (éd.), Greek Historiography, Oxford, 1994, p. 233-247.

Spawforth, 1994b = Spawforth A., « Corinth, Argos and the Imperial Cult. Pseudo-Julian, Letters 198 », Hesperia, 63, 1994, p. 211-232.

Spawforth, 1996 = Spawforth A., « Roman Corinth: the Formation of a Colonial Elite », in Rizakis A. (éd.), Roman Onomastics in the Greek East. Social and Political Aspects. Proceedings of the International Colloquium on Roman Onomastics, Athens, 7-9 Sept. 1993, Meletemata 21, Athènes 1996, p. 167-82.

Spawforth, Walker, 1985 = Spawforth A. et Walker S., « The World of the Panhellenion, I. Athens and Eleusis », JRS, 75, p. 78-104.

Spawforth, Walker 1986 = Spawforth A. et Walker S., « The World of the Panhellenion, II. Three Dorian Cities », JRS, 76, p. 88-104.

Strasser, 2010 = Strasser J.-Y., « "Qu’on fouette les concurrents…" À propos des lettres d’Hadrien retrouvées à Alexandrie de Troade », REG, 2010, p. 585-622.

Swain, 1996 = Swain S., Hellenism and Empire. Language, Classicism, and Power in the Greek World AD 50-250, Oxford, 1996.

Thomas, 2010 = Thomas Chr., « Greek Heritage in Roman Corinth and Ephesos : Hybrid Identities and Strategies of Dislplay in the Material Record of Traditional Mediterranean Religions », in Friesen St. J., Schowalter D. N. et Walters J. C. (dir.), Corinth in Context. Comparative Studies on Religion and Society, Leiden, Boston, Brill, 2010, p. 117-147.

van Nijf, 2001 = van Nijf O., « Local heroes : athletics, festivals and elite self-fashioning in the Roman East » in Goldhill S. (éd.), Being Greek under Rome. Cultural Identity, the Second Sophistic and the Development of Empire, Cambridge, 2001, p. 306-334.

Van Nijf, 2005= van Nijf O., « Aristos Hellenôn : succès sportif et identité grecque dans la Grèce romaine », in Huet V. et Valette-Cagnac E. (dir.), Et si les Romains avaient inventé la Grèce ?, Mètis, NS 3, Paris-Athènes, 2005, p. 271-294.

Veligianni, 2001 = Veligianni Chr., « Philos und philos-Komposita in den griechischen Inschriften der Kaiserzeit », in Peachin M. (éd.), Aspects of Friendship in the Graeco-Roman World, JRS Suppl. 43, 2001, p. 63-80.

Veyne, 1999 = Veyne P., « L’identité grecque devant Rome et l’empereur », REG, 112, 1999, p. 510-597.

Vout, 2005 = Vout C., « Antinous, Archaeology and History », Journal of Roman Studies, 95, 2005, p. 80-96.

Willers, 1990 = Willers D., Hadrians Panhellenisches Programm, Bâle, 1990.

Wiseman, 1979 = Wiseman J., « Corinth and Rome I: 228 BC-AD 267 », ANRW, II 7.1, 1979, p. 438-548.

Notes

1 Le Roux, 2004 ; Le Roux 2011.

2 Cette table-ronde a donné naissance à un dossier complet dans la revue Mètis, NS 3, Paris-Athènes, 2005. Cf. tout particulièrement l’article de Baroin, 2005, p. 189-214.

3 Rousset, 2004.

4 Mellor, 2008, p. 79-125. Pour un rapide aperçu des tendances et de la bibliographie, voir Hoët-van Cauwenberghe, 2011, p. 141-178.

5 Voir entre autres, le livre de Swain, 1996 et le colloque organisé par S. Follet à la mémoire de Louis Robert : Follet 2004. Voir les différentes réflexions menées sur les médiateurs culturels : Gangloff, 2011.

6 Le Roux, 2011, p. 11-15.

7 Ferrary, 2011.

8 Ferrary, 1988 ; Guerber, 2002.

9 Hoff, 1989.

10 Jacques, 1984 ; Ferrary, 1988.

11 Sur ce dossier, cf. Hoët-van Cauwenberghe, Kantiréa, 2013b.

12 Tac., Ann., 1.80 ; 5.10 ; 6.39. Cf. PIR, P, 847.

13 DC, 58.25. P. Memmius Regulus et son fils (PIR2, M, 468 et 467) sont honorés en Achaïe : IG, IV, 1139 ; IG, IV2, 1, 655 ; Peek, 1969, p. 125-126, n° 289. Cf. Spawforth, 1985, p. 250 et RP I, ARG 244 et 252.

14 Christian Habicht a fait cet inventaire : Habicht, 2001-2002, liste p. 14-15.

15 Reynolds, 1982, n° 15.

16 Sur Delphes : lettre d’Hadrien confirmant la liberté et l’autonomie en 118 p.C., puis lettre de Marc Aurèle et Lucius Verus en 164/165 p.C., et lettre de Septime Sévère : respectivement Oliver, 1989, n° 62, p. 157 ; n° 117 p. 360 et n° 214, p. 433. Voir Pouilloux, 1980 ; Guerber, 2002, p. 130-131.

17 IG, V, 1, 18b, 12. On y apprend, en outre, l’existence d’une banque de change qui procurait des revenus à la cité. Selon Anthony Spawforth, elle aurait changé l’argent des clients et des commerçants venant faire des affaires à Sparte contre du bronze local, que la cité avait le privilège de frapper ; un pourcentage sur le change aurait alors été prélevé. Cf. Jones 1940, p. 245 ; Spawforth, 1989b, p. 151.

18 Ces revenus ne suffisaient pas quand des travaux de grande envergure étaient souhaités par la cité, d’où l’importance de la générosité des citoyens aisés, voire de l’empereur lui-même quand il acceptait d’assumer la magistrature supérieure dans la cité en question ou qu’il intervenait lors de problèmes graves, comme pour réparer les dégâts après un tremblement de terre.

19 Plin., Ep., 8.24.2.

20 Fournier, 2010.

21 Voir Hoët-van Cauwenberghe, 2010.

22 PIR2, I, 151. Cf. Kleiner, 1983 ; Baslez, 1992 ; Smith, 1998 ; Hoët-van Cauwenberghe, 2007a, p. 161-169 et 177-179.

23 Thespies, seule cité libre de Béotie avec Tanagra et Coronée, envoya à l’empereur Marc Aurèle un contingent de quatre-vingts volontaires vers 169 (= Institut F. Courby, 1971, p. 86-87, n° 15). De même, des soldats spartiates contribuèrent aux combats en attestent des inscriptions de vétérans de la guerre contre les Parthes. Certains soldats sont ensuite intervenus sous les ordres de Marc Aurèle contre Avidius Cassius en 175-176 (IG, V, 1, 44 (SEG, 11, 1954, 486, l. 12-13). Caracalla reprend l’idée d’être un nouvel Alexandre, défenseur des cités grecques, face aux Parthes/Perses : Her., 4.8.3, et 4.9.4. DC, 77.7.18, confirme la levée d’une phalange macédonienne. Cf. Spawforth, 1994a.

24 SEG, 19, 1963, 222.

25 L’architrave est du Parthénon à Athènes, honorant Néron pour sa victoire en Arménie, datant de 61/62 (IG, II2, 3277) a été relue par Caroll, 1982. Les traces de l’abolitio sont difficiles à déterminer, car le bronze peut être objet de convoitise pour lui-même et postérieurement sans qu’il y ait pour autant condamnation ; toutefois, ici, il aurait été inconcevable que les Athéniens aient laissé un tel texte. Voir Spawforth, 1994a ; Hoët-van Cauwenberghe, 2007b.

26 Philstr., V. soph., 519-520, 541 ; cf. Bowie, 1970, p. 7-8. Sur Polémon et l’admiration que lui vouait Hadrien, voir Quet, 2003, p. 425 sq. ; Gangloff, 2018, p. 250-253.

27 Quet, 2003.

28 Gomez, 2013.

29 Cf. Robert, 1929 ; Robertson, 1986.

30 Plut., M., 814a-c : « Mais Marathon, l’Eurymédon, Platées, et tous les autres exemples qui font s’enfler et trépigner de vaine fierté le peuple, laissons-les aux écoles des sophistes ». Voir Schmidt, 2009 ; Gangloff, 2016, p. 218-219.

31 Proietti, 2012.

32 Cic., Agr., 1.2.5 ; 2.19.51. Cf. Rizakis, 1996, p. 269-270.

33 Doukellis, 1994, p. 371.

34 Spawforth, 1996 ; Millis, 2010.

35 Cic., Tusc., III, 22, 53. Cf. Wiseman, 1979, p. 491-496 ; Romano, 1993 ; Piérart, 1998, p. 85-86 ; d’Hautcourt, 2001.

36 Engels, 1990, p. 173-178.

37 Paus., 2.2.2.

38 PIR2, I, 302 ; Halfmann, 1979, p. 125-126 n° 29 ; Oliver, 1982, p. 602 ; cf. Bradford, 1977, p. 179-180 ; RP II LAC n° 462. Sur les pouvoirs acquis par les Euryclides : cf. Spawforth, 1989b, p. 97-104 et 110-112 ; Balzat, 2008.

39 IG, V, 1, 380 (116/117 p.C.).

40 IG, V, 1, 380 ; Corinth, 8, 3, 212. Cf. Robert 1946, p. 9-10 ; Spawforth, 1978, p. 258.

41 Paus., 2.3.5. Cf. Spawforth, 1989b, p. 104 et 111 ; Arafat, 1993, p. 111 et 193.

42 Ajoutons Pausanias pour qui les Corinthiens sont des étrangers, la colonie une création récente (Paus., 2.2 ; 6 ; 3.1 et 7). Mais il faut lire Pausanias avec un esprit critique : sous la trame de sa nostalgie du passé glorieux, il ne nous livre pas tout et surtout pas ce qui concerne l’actualité de son époque. C’est une des raisons aussi pour lesquelles Pausanias ignore quasiment le culte de Palaimon : la nouveauté qui s’en dégage l’incommode.

43 Bru, 2017.

44 Piérart, 1998, p. 104 ; Hawthorne, 2004, p. 135-180.

45 C’est le cas par exemple du culte des enfants de Médée : Paus., 2.3.7. Cf. Piérart, 1998, p. 87 ; Hawthorne, 2004, p. 9-48.

46 Thomas, 2010.

47 Piérart, 1998, p. 86.

48 Voir pour l’exemple bithynien Fernoux,, 2013.

49 Kantiréa,, 2007, p. 66-67.

50 SEG, 11, 1954, 922-923 ; Oliver, 1989, n° 15 ; Kantiréa, 2007, p. 204-206 n° 2 a et b.

51 Paus., 3.21.6-7.

52 IG, V, 1, 1226-1227. Cf. Baladié, 1980, p. 247-248.

53 Holleaux, 1968 ; IG, VII, 2711 ; Oliver, 1989, n° 18.

54 IG, VII, 2711, 7 ; 2712, 1 et 40 ; IG, IV, 80-81.

55 Cf. Deiniger, 1965, p. 88 et s.

56 Deiniger, 1965, p. 148 et s.

57 Cf. Spawforth, 1994b, p. 223 et s.

58 Deiniger, 1965, p. 170 et s.

59 Sur l’organisation, voir Sanchez, 2001.

60 Paus., 10.8.3. Cette modification de l’amphictyonie delphique fut réalisée de manière que Nicopolis puisse exercer une position dominante car la nouvelle cité devait désormais jouir de dix représentants sur les 24 hiéromnémons. On comprend mieux l’étendue du territoire attribué à cette cité qui hérite des voix des Magnètes, des Maliens, des Ainianes, des Phtiotes et des Dolopes qui comptaient chacun deux représentants. Voir Daux, 1976 ; Arafat, 1996, p. 137 ; Guerber, 2013.

61 Murray, 2002 ; Guerber, 2013.

62 Pour la lettre de Domitien : SIG3 821-C ; Oliver 1989, n° 42 ; Jacquemin et al., 2012, n° 231. Pour celle d’Hadrien, voir Martin, 1982, n° 8 ; Oliver, 1989, n° 6. Sur la question des terres à Delphes, cf. Ferrary, Rousset, 1998 et Rousset, 2002, p. 231-244.

63 Sur les jeux de la période, voir Spawforth, 1989a. Sur les Actia, voir Guerber, 2013 ; Hoët-van Cauwenberghe, Kantiréa, 2013a.

64 Guerber, 2010, p. 217-255.

65 Strasser, 2010.

66 Cf. Quass, 1993, p. 310 ; Kantirea, 2007, p. 89-158.

67 Veligianni, 2001.

68 Spawforth, 1989a.

69 Pour la période qui nous intéresse, les Isthmia et les Caesarea sont toujours groupés à une exception près (Corinth, 8, 3, 212). Voir Clément, 1974, p. 39.

70 Les inscriptions (IG, IV, 590 ; 587 ; 602 ; 606 et IG, V, 1, 1417) mentionnent un agonothète commun aux Sebastea et aux Nemea. En fait, les Sebastea étaient associés aux Nemea, et deux ans plus tard, les Heraea l’étaient sans doute aux Nemea. Voir Amandry, 1980 et Amandry, 1983, p. 634. Notons que les Heraia (IIIe-Ier s. a.C.) portaient, sous l’Empire, le nom de Bouclier d’Argos (Ier-IIIe siècle ap. J.-C.) en raison du bouclier (aspis) remis comme prix au vainqueur de la course en armes et des récits mythologiques qui s’y rattachent, en particulier avec Danaos. Voir aussi Piérart, 1996, p. 173-177 ; Lafond, 2006, p. 228.

71 Cf. Spawforth, 1989a. Les Pythia de Delphes, les Actia de Nicopolis et les Olympia d’Olympie formaient, avec les Heraea et Nemea d’Argos et les Isthmia de Corinthe, le circuit de la periodos d’époque romaine. Pour les concours d’Olympie, il n’y a pas de traces de jeux organisés pour le culte impérial.

72 Les autres concours isélastiques d’Achaïe étaient tous localisés à Athènes : les Panathénées et les trois concours fondés sous Hadrien, les Panhellenia, les Olympia et les Hadrianea.

73 IG, IV, 590. Cf. Spawforth, 1985, p. 256-258.

74 Van Nijf, 2005.

75 IG, V, 2, 553.

76 Van Nijf, 2005, p. 294.

77 Yves Lafond a bien montré le succès de cet esprit d’élaboration d’une mémoire des cités dans le Péloponnèse, cf. Lafond, 2006.

78 Holleaux, 1968, p. 165-185, ici p. 167, lignes 12-15 ; voir 1-6 : « j’ordonne aux habitants de cette province d’être présents, en aussi grand nombre que possible, à Corinthe, le quatrième jour avant les kalendes de décembre ».

79 Paus., 7.16.9 ; Philostr., V. Ap., 5.41. Apollonios de Tyane aurait eu le front d’écrire à plusieurs reprises à l’empereur pour lui signifier son mécontentement, dont cette mention dans la lettre suivante : « Néron a rendu la liberté aux Grecs par manière de jeu, vous, vous les avez asservis en connaissance de cause. »

80 Paus., 4.35.3 : Μοθωναίοις δὲ βασιλεὺς μὲν Τραιανὸς ἔδωκεν ἐλευθέρους ὄντας ἐν αὐτονομίᾳ πολιτεύεσθαι. « L’empereur Trajan permit aux gens de Mothoné de vivre librement dans une cité autonome ».

81 On sait par une lettre datée de 161 ap. J.-C. que cette liberté, accordée par les ancêtres de Marc Aurèle et Lucius Vérus, fut confirmée par Antonin : Oliver, 1989, n° 117. Il est plus que probable que Platées ait également fait partie de ces cités libres.

82 Il est qualifié de Sauveur dans le Péloponnèse : IG, V, 1, 380 (Sparte) et 1381 (Thuria). Cf. Spawforth,, 1989, p. 105 ; Arafat, 1996, p. 159. À Olympie, et plus généralement en Grèce, il est possible que Trajan ait contribué plus qu’on ne le soupçonne à la renaissance grecque, car sa statue, dédiée par οἱ πάντες Ἑλληνες, à tous les Grecs, figurait dans le temple de Zeus : Paus., 5.12.6.

83 Voir Willers, 1990 ; Calandra, 1996.

84 Voir l’étude menée par Romeo 2002.

85 Spawforth, Walker, 1985 et Spawforth, Walker, 1986 ; Jones, 1996, p. 29-56.

86 Doukellis, 2009. Il montre les limites à l’aspect panhellénique, toutes les cités grecques ne pouvant adhérer à la structure.

87 Molin, 2011.

88 Sur les lieux et monuments de culte à Antinoos, voir Meyer, 1991. Sur l’implantation en Achaïe, voir Arafat, 1996, p. 186-187 ; Jost, Hoët-van Cauwenberghe, 2010, p. 299 ; 305-306. Sur la création du culte, voir Jones, 2010.

89 Paus., 8.9.7-8 ; HA, Hadr., 14.7 ; DC, 6.1. 4.

90 IvO, 452, 5.

91 IG, IV, 590.

92 IvO, 450.

93 IvO, 452.

94 Blum, 1914, p. 35 ; Meyer, 1991, p. 145. Ce personnage est connu par une inscription d’Épidaure, Bingen, 1953, p. 641-42 (SEG 13, 1956, 253) : ... ἐπὶ στρατηγοῦ Ὁστιλίου Μαρκέλλου. Voir Amandry, 2013-2014, p. 99.

95 On n’a jusqu’à présent qu’un exemplaire, à Corinthe, voir Blum, 1914, p. 52 ; Meyer, 1991, p. 149.

96 Amandry, 2013-2014, p. 96-97. Il compte désormais 500 exemplaires en l’honneur d’Antinoos.

97 SIG3, 835B, Jacquemin et al., 2012 n° 254.

98 L’épigraphie atteste l’existence de la fonction de ἱερεὺς Ἀντινόου ἐφήβου, IG II/III2 2, 2, 2065, 25-8 ; voir Meyer, 1991, p. 166.

99 Cf. Vout, 2005.

100 Amandry, 2013-2014, p. 3.

101 Paus., 8.22.1 et 8.23.1.

102 Elle est honorée à Olympie avec deux prêtrises différentes (IvO, 473 et 474) en 212-213 avec les titres ἀρχιερεία διὰ βίου τοῦ κυρίου ἡμῶν Aὐτοκράτορος καὶ τοῦ κοινοῦ τῶν Ἀχαίων, καὶ ἑστία διὰ βίου τοῦ κοινοῦ τῶν Ἀρχάδων, voir Puech, 1983, p. 32.

103 Paus., 8.32.1.

104 Le Thersileion ou Bouleuterion a été identifié avec la salle hypostyle (86,1 x 67,71m) localisée à proximité du théâtre. La première assemblée fédérale s’y réunit après 368 ap. J.-C.., il s’agit des "Dix Mille d’Arcadie". Cf. Mac Donald, 1943, p. 97-126 ; Spawforth, Walker, 1985, p. 97.

105 Plut., Moralia, 805 A.

106 Sur le discours des orateurs, voir Pont, 2010.

107 Den. Hal., Antiq. Rom., 1.89.1.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search