Version classiqueVersion mobile

Quis sum ? Provincialis ?

 | 
Sabine Lefebvre

Mémoire civique et histoire provinciale : le cas de la Narbonnaise

Michel Christol

Résumé

Au-delà d’une histoire commune, les sources littéraires (Pomponius Mela, Pline l’Ancien) font apparaître la diversité et la hiérarchie des communautés humaines qui constituent la province. Ces particularités, perceptibles au niveau le plus général, construisent aussi, au niveau le plus élémentaire, celui des communautés ou cités, une mémoire civique, faite de différenciations. Son empreinte est durable et elle s’exprime en particulier dans l’épigraphie officielle.

Texte intégral

  • 1 Cic., Leg., 2.2.5 ; Nicolet, 1976, p. 65-68 ; Seston, 1980, p. 53-63 ; Thomas, 1996, p. 9-23.
  • 2 Veyne, 1960, p. 430-436.

1L’historien de l’Antiquité, grecque ou romaine, est habitué à prendre la mesure de la mémoire civique. Dans la mesure où le genre de vie politique, c’est-à-dire l’organisation des communautés en cités, représente l’optimum des formes de vie sociale et apparaît pour l’individu le contexte idéal de développement de celles-ci, il se produit une surévaluation du cadre même de l’existence, de la cité d’appartenance. Les Athéniens étaient conscients de la supériorité de leur cité et l’assumaient dans une histoire propre. Cicéron n’oubliait pas le municipe de ses origines, Arpinum, lorsqu’il théorisait la notion des deux patries1. À l’époque impériale, les cités d’Italie de l’époque sévérienne et de temps encore plus tardifs rappelaient des moments très anciens de leur relation à la modeste cité romaine, celui de traités conclus sur un plan de quasi-égalité2. Ces traits d’histoire conservaient une valeur discriminante, ils permettaient d’établir des distinctions.

  • 3 Robert, 1977, p. 1-39 (= Robert, 1989, p. 211-249).
  • 4 Heller, 2006.

2Le rapport intime entre histoire et mémoire est un trait particulièrement distinctif dans le fonctionnement du monde des cités grecques, et à l’époque romaine il serait aisé de l’illustrer par des exemples provenant des cités d’Asie mineure. Il s’exprimait aussi dans un contexte d’émulation qui, lorsque s’ajoutait le voisinage, pouvait susciter des animosités et même des conflits : les relations tumultueuses de Nicée et Nicomédie, deux cités de la province de Bithynie, ont été ainsi décrites dans la perspective conjointe de la gloire et de la haine3. Dans la province d’Asie, les rivalités entre Éphèse, Smyrne et Pergame furent tout aussi constantes. Leur lutte fut permanente et acharnée durant l’époque impériale ; pour faire établir la « primauté » dans la province, tous les coups étaient permis. Les « bêtises des Grecs » : telle était l’expression que l’écrivain Dion de Pruse, issu d’une cité de Bithynie, utilisait pour qualifier les titulatures honorifiques que s’attribuaient les cités, ou bien dont elles faisaient valider l’utilisation par la puissance dominante4. Elles n’hésitaient pas à solliciter les autorités provinciales et, le cas échéant, à présenter leurs prétentions et leurs querelles d’importance au Sénat ou à l’empereur.

3En plus des légendes de fondation, les références historiques jouaient un grand rôle dans la construction de cette mémoire. Les rapports avec Rome, leur ancienneté, les épisodes saillants d’une histoire commune pouvaient aider à construire une argumentation et à justifier la reconnaissance d’une primauté ou d’une priorité dans ces compétitions sans fin. Voici comment Tacite (Ann., 4.55) relate les disputes entre onze cités d’Asie, chacune souhaitant accueillir le temple qui devait être construit pour honorer l’empereur :

« Il [le prince dans le Sénat] entendit pendant plusieurs jours les délégués de cités d’Asie, qui disputaient entre eux sur celle où serait construit le temple qu’on voulait lui dédier. Onze villes rivalisaient ; leur ardeur était égale, leurs forces différentes. Toutes rappelaient (memorabant), à peu près dans les mêmes termes, l’ancienneté de leurs origines, leur zèle pour le peuple romain lors les guerres de Persée, d’Aristonicos et des autres rois. Mais les cités d’Hypaepa, de Tralles, de Laodicée et de Magnésie furent exclues en même temps, comme trop peu puissantes (ut parum ualidi). Les représentants d’Ilion, même s’ils alléguèrent que Troie était la mère de Rome, n’avaient d’autre titre à faire valoir que son antiquité. On releva un moment avec intérêt que la cité d’Halicarnasse, pendant douze siècles, n’avait vu les demeures de ses habitants ébranlées par aucun tremblement de terre et que ses délégués promettaient d’asseoir sur le roc vif les fondations de l’édifice. Les délégués de Pergame faisaient valoir son temple d’Auguste : on jugea précisément qu’il suffisait à sa gloire. Les Ephésiens et les Milésiens semblèrent avoir été suffisamment dotés par le culte de Diane pour les uns, d’Apollon pour les autres. C’était donc entre Sardes et Smyrne qu’il fallut délibérer. Les Sardiens lurent un décret par lequel les Étrusques les reconnaissaient pour frères… [suit le contenu du décret]. Ils rappelaient aussi les lettres de nos généraux et des traités faits avec nous pendant les guerres de Macédoine, sans parler de l’abondance de ses fleuves, de la douceur de son climat, de la richesse des campagnes environnantes.

Smyrne, elle, après avoir rappelé sa haute antiquité… mentionnait les services rendus au peuple romain… Ses délégués ajoutaient qu’elle avait, la première, érigé un temple à la ville de Rome, sous le consulat de Marcus Porcius, dans un temps où le peuple romain n’était pas encore maître de l’univers, car la ville de Carthage était encore debout et il y avait en Asie des rois puissants. Elle prenait à témoin Lucius Sylla, “dont elle avait secouru l’armée, réduite à une affreuse détresse par la rigueur de l’hiver et par le manque de vêtements. La nouvelle de nos besoins avait été apportée à Smyrne au moment où se tenait une assemblée du peuple, et aussitôt tous les citoyens présents s’étaient dépouillés de leurs habits pour les envoyer à nos légions” » (d’après la traduction Wuillemier-Le Bonniec).

  • 5 Hostein, 2012, p. 90-97.
  • 6 Russell, Wilson 1981 ; Pernot, 2005, p. 433-438 ; en général, Pernot, 1993.
  • 7 Reynolds, 1982.

4Dans de telles argumentations, les rappels historiques, enjolivés si nécessaire, jouent un rôle essentiel : ils entrent dans le canevas des discours et y tiennent une place essentielle5. On discerne l’ébauche des conseils de fabrication qui feront la matière, à la fin du IIIe siècle ap. J.-C., des manuels composés pour faciliter la tâche des orateurs6. Mais les cités savaient aussi mettre en valeur chez elles la mémoire de ce passé, comme Aphrodisias de Carie en porte témoignage : on donnait à lire sur place les plus grandes pages du passé. Au théâtre, un mur d’archives épigraphiques rappelait combien la conservation des privilèges d’une cité libre impliquait une action de tous les instants auprès des puissants. Les textes affichés rappelaient les moments les plus glorieux d’une histoire qui s’était confondue avec celle du peuple romain7. En justifiant ses revendications et en protégeant ses privilèges, la cité savait faire entrer sa propre histoire dans la grande histoire de Rome.

  • 8 Tac., Hist., 2.21.2 : Municipale uulgus pronum ad suspiciones, fraude inlata ignis alimenta credit (...)
  • 9 Syme, 1981, p. 271-285 (= Syme, 1988, p. 74-93).
  • 10 Tac., Hist., 1.65-66.

5Dans le monde occidental, on n’a point de témoignages comparables ; plus exactement : aussi amplement détaillés. Ce qui est explicite d’un côté ne se retrouve plus aussi aisément dans les sources, bien moins abondantes. Chez Tacite, ce sont essentiellement les cités d’Orient qui viennent exposer leurs querelles ou soutenir leurs prétentions par le biais d’ambassades répétées. Toutefois, apparaissent chez cet auteur les rivalités entre cités, en Italie8 ou ailleurs, mais plus fugitivement9. À propos des cités de Cisalpine, prises en 69 ap. J.-C. dans une situation de crise, l’historien livre même son explication : inuidia et aemulatione, c’est-à-dire en raison de la jalousie et de la rivalité : c’est ce qui les poussait les unes contre les autres. Dans le même récit des Histoires, l’opposition de Lyon et de Vienne produit une mise en scène de même intérêt10 lors de la narration de la descente des armées de Germanie vers l’Italie.

  • 11 On renverra à l’étude de Hostein, 2012.
  • 12 Hostein, 2012, p. 347-377.

6Un autre témoignage, même s’il est tardif, montre que le discours sur le passé aurait été plus répandu qu’il ne semble de prime abord : il concerne les Éduens. Une étude récente est venue le confirmer11. Histoire et mémoire confluent afin de justifier la conservation d’avantages ou de privilèges. Le rappel des anciens traités conclus avec Rome, l’exaltation du titre de « frères du peuple romain », le rappel de malheurs récents, subis en raison de la fidélité ancestrale : tout ce qui se trouve dans les discours des auteurs de la fin du IIIe ou du début du IVe siècle vient en écho de ce qui provenait des cités grecques12. De la même manière, l’histoire devient mémoire.

  • 13 Str., 4.1.5 ; 11 ; 12. Lassere, 1966 avec commentaires, p. 111-112 ; Thollard, 1987.

7La Gaule Narbonnaise n’est pas à l’écart, même si les sources sont discrètes. Mais il convient de ne pas oublier que le phénomène, mis à vif par les compétitions dans le monde grec, résultait de l’importance donnée à la cité comme cadre d’organisation des communautés. Or le genre de vie civique s’était bien développé dans cette province. Certains auteurs considéraient que c’était chose acquise à l’époque augustéenne (seconde moitié du Ier siècle av. J.-C. et premières décennies du Ier siècle ap. J.-C.). Strabon, qui écrit au début du principat de Tibère, le rappelle avec fermeté en louant l’extension de la domination de Rome en Occident : les longs développements sur la Gaule méridionale, la partie de Celtique transalpine qu’il appelait la « Narbonitide », comportent, non seulement sur Marseille mais aussi sur Nîmes et sur Vienne, des passages significatifs13.

  • 14 Nicolet, 1988, p. 133-180.

8Le modèle impérial romain superposait aux cités la structure provinciale. La relation entre ces deux strates relève essentiellement de la volonté de Rome. La province est un cadre d’organisation, c’est-à-dire un cadre de domination et/ou d’administration. Une province associe des communautés et donc, en un certain nombre de domaines, elle les amène ou même les force à vivre ensemble. En même temps, le poids administratif de la domination romaine conduit à inventorier, à classer, à distinguer, à hiérarchiser, et pas nécessairement afin de diviser pour régner. C’est plutôt un moyen de mieux connaître ; c’est un « inventaire » pour donner à lire les réalités de l’administration provinciale, y compris en matière fiscale14. Les documents administratifs figent pour la durée les résultats de ces interventions des autorités dominantes, dès la création de la province, lorsque s’effectue la redactio in prouinciam. Dans la formula prouinciae, on énumère les cités, on les ordonne avec cohérence, on guide ainsi l’action des autorités (les gouverneurs ou leurs représentants) lorsque celles-ci entrent en relation avec elles ou bien lorsqu’elles les réunissent, par exemple dans les assemblées provinciales, occasionnellement en Gaule Narbonnaise jusqu’à l’époque des Flaviens (69-96), ou bien sur un rythme annuel par la suite, comme on l’avait fait ad Confluentem à partir de 12 av. J.-C., pour les cités de Gaule Chevelue.

  • 15 Pour la Péninsule Ibérique, Plin., Nat., 3.5.6 à 4.30 ; par exemple Plin., Nat., 3.3.7 : oppida om (...)
  • 16 Desanges, 1980, p. 326-349 ; Christol, 2012, p. 109-123.
  • 17 Plin., Nat., 3.5(4).31-36, traduction avec commentaires de Zehnacker, 1998.

9Nous trouvons trace de cette organisation, et de la documentation qui en résultait, chez un auteur tel que Pline l’Ancien (mort en 79 ap. J.-C.). Afin de décrire le monde de son temps d’une manière encyclopédique, il fait appel à des documents administratifs, remontant aux grands moments de l’organisation provinciale. Pline recopie, de plus, ces sources avec assez de fidélité, ce qui donne alors au texte qu’il rédige une certaine sécheresse d’expression. Si l’on se réfère aux provinces ibériques ou bien aux provinces africaines, entrées plus tôt que la Narbonnaise sous la domination de Rome, on peut relever, par la répétition du schéma distributif des communautés, quelle était la règle essentielle qui présidait à leur hiérarchisation : le statut juridique. Il permettait de distinguer les colonies de droit romain, puis les communautés disposant d’un statut équivalent (villes de citoyens romains), les colonies latines ou les cités latines, les cités pérégrines et stipendiaires, dont le nom rappelait la condition originelle de cité vaincue, astreinte à subir les exigences du vainqueur15. Pour la province d’Afrique, au-delà du monde des cités, on faisait figurer, à leur suite et en fin d’énumération, les communautés qui ne connaissaient pas encore les institutions civiques, même à l’état embryonnaire : les gentes et nationes, c’est-à-dire les « peuples » ou les « tribus », termes qui contenaient une notation d’infériorité par rapport au genre de vie politique16. Dans les deux cas évoqués, provinces ibériques et province d’Afrique, des nombres sont aussi donnés, qui totalisent les effectifs des diverses catégories. L’organisation provinciale n’admet pas d’interstice qui échapperait au contrôle de Rome. Au final ce sont des inventaires globaux, ceux de mondes pleins et pleinement inventoriés, qui ont été réalisés. Pour la Gaule Narbonnaise, Pline les livre de la même manière, plus ou moins fidèlement recopiés17.

  • 18 Sur cette phrase, déjà Syme, 1999, p. 70-75.
  • 19 Le Roux, 1995, p. 7-58.

10Mais apparaissent immédiatement des nuances qui distinguent cette province des autres provinces d’Occident. Pline commence par un jugement très flatteur : « On appelle Narbonnaise la partie des Gaules qui est baignée par la mer intérieure… Elle est séparée de l’Italie par le fleuve Var et par la chaîne des Alpes… Par la qualité de son agriculture, par la considération dont jouissent ses habitants et leurs mœurs, par l’importance de ses ressources, elle ne le cède à aucune autre province : bref, c’est l’Italie plus qu’une province » (Italia uerius quam prouincia)18. Ce jugement est important. Chez Strabon, c’était la province d’Espagne ultérieure (ou Bétique, province qui fut la patrie de Sénèque) qui tenait la place de modèle et qui était présentée comme le lieu par excellence de l’assimilation par les provinciaux des mœurs romaines : ses habitants étaient des « gens portant la toge » (togati), ce qui les assimilait aux Romains et aux Italiens19. Un demi-siècle plus tard, c’est une autre province qui devient la référence pour l’excellence de la romanisation : les critères de Pline comportent, au-delà de la prospérité économique qui, à ce moment-là, était incontestable, l’assimilation du modèle romain par les provinciaux et sans aucun doute aussi l’intégration des élites dans la haute société politique, l’ordre sénatorial et l’ordre équestre. Tout ce qui va suivre dans son propos dépend de ce jugement initial : le sort des cités est ici inséparable du cadre provincial. Est-ce à dire qu’il s’agirait d’une uniformisation par le haut ?

  • 20 On rappellera ici l’opposition qu’utilise César dans sa réponse au Germain Arioviste (Caes, BG, I, (...)

11L’inventaire de Pline l’Ancien ne comporte pas la catégorie des cités stipendiaires : celle-ci a disparu très tôt, vraisemblablement lorsque le bénéfice du droit latin a été généralisé par César, ce qui signifiait qu’un rapprochement avait été fait avec la Gaule Cisalpine, elle-même rapprochée de l’Italie depuis la guerre sociale pour la partie cispadane, et depuis la fin de l’époque césarienne pour la partie restante, correspondant à la Transpadane. L’absence de la catégorie des cités stipendiaires signifie qu’a été effacée, globalement, la tache de la défaite et de la soumission, et que la marque de la sujétion qui résidait dans l’impôt provincial de l’époque républicaine, le stipendium, aurait été annulée20. Pour Rome (ou plus exactement pour César, son représentant, qui s’attachait ainsi plus fermement la fidélité des communautés provinciales), maîtresse de cette évolution, c’était une voie nouvelle qui avait été proposée à la province et tracée pour elle dans sa totalité : celle de la romanisation de la vie des communautés. C’est ce basculement dont Pline mesure l’aboutissement.

  • 21 Christol, 1994, p. 45-64 (= Christol, 2010, p. 129-146).
  • 22 Barruol, 1975, p. 16-24 ; Christol, 1999, p. 9-14 (= Christol, 2010, p. 112-117).

12Mais, par la suite, les communautés sont réparties en deux groupes : les colonies de droit romain et les communautés de droit latin (oppida latina)21. Puis apparaissent, à part, deux cités dites fédérées : elles ont été liées par des traités avec Rome et ont été alliées, notamment Marseille, cité grecque. L’inventaire des cités provinciales que Pline consultait et qu’il utilisait directement22 était donc fondé sur une hiérarchie : elle donnait forme à l’ordre suivi dans son énumération. Mais lorsque dans la catégorie inférieure, une des communautés avait été élevée à titre honoraire au rang de colonie romaine, on l’avait retirée de la liste des cités latines et on avait ajouté son nom à la série précédente, en fin de liste des colonies de droit romain, où la position marquait alors une chronologie. Tel avait été le cas de Vienne, devenue colonie romaine honoraire sous le principat de Caligula (37-41 ap. J.-C.).

13Il importe de s’attacher aux détails du texte :

« Sur la côte… le fleuve Atax…, Narbo-de-Mars, colonie de la dixième légion, à une distance de 12 milles de la mer … ; sur la côte, Athenopolis des Marseillais, Forum-de-Jules, colonie de la huitième légion, qui est appelée Pacensis et Classica… Dans l’intérieur, des colonies : Arélate de la sixième légion, Béterrae de la septième, Arausio de la deuxième, Valence dans le territoire des Cavares, et Vienne des Allobroges. Des villes latines : Aquae Sextiae des Salluviens, Avignon des Cavares, Apta Julia des Vulgientes… Nemausus des Arécomiques… Toulouse des Tectosages… » (In ora… Narbo Martius Decumanorum colonia XII p. a mari distans… ; in ora autem Athenopolis Massiliensium, Forum Iuli Octauanorum colonia, quae Pacensis appellatur et Classica… In mediterraneo coloniae Arelate Sextanorum, Baeterrae Septimanorum, Arausio Secundanorum, in agro Cauarum Valentia, Vienna Allobrogum. Oppida latina Aquae Sextiae Salluuiorum, Avennio Cauarum, Apta Iulia Vulgentium… Nemausum Arecomicorum… Tolosa Tectosagum…).

  • 23 Méla, 2.5.74-76, traduction et commentaire par Silberman, 2003.

14A ce document très important doit s’ajouter un autre texte, élaboré d’une manière différente et d’une date à peine antérieure. Il provient de Pomponius Méla, sous le principat de Claude (41-54)23 :

« Des villes qu’elle compte les plus florissantes sont : Vasio chez les Voconces, Vienne chez les Allobroges, Avennio chez les Cavares, chez les Arécomiques Nemausus, Tolosa chez les Tectosages, la colonie des vétérans de la deuxième légion : Arausio, celle des vétérans de la sixième : Arelatè, celle de la septième : Béterrae ; mais celle qui les surpasse toutes, c’est la colonie des Ataciniens et des vétérans de la dixième légion, qui autrefois apporta son aide à ce pays et qui maintenant est encore un nom glorieux : Narbo Martius. Sur la côte… ensuite il y a Forum Iuli, colonie de vétérans de la huitième légion… » (Vrbium quas habet opulentissimae sunt Vasio Vocontiorum, Vienna Allobrogum, Auennio Cauarum, Arecomicorum Nemausus, Tolosa Tectosagum, Secundanorum Arausio, Sextanorum Arelate, Septimanorum Beterrae ; sed antestat omnis Atacinorum Decimanorumque colonia, unde olim his terris auxilium fuit, nunc est nomen et decus est Martius Narbo. In litoribus… deinde est Forum Iuli Octauanorum colonia).

15Les documents administratifs ont figé durablement le résultat de ces interventions des autorités dominantes, dès la création de la province, moment de la redactio in prouinciam, puis à d’autres moments marquants de son histoire. S’y référer conduit à reproduire sèchement des listes de cités. Pomponius Mela et Pline l’Ancien, ayant fait ce choix, ont produit des textes très proches formellement l’un de l’autre. Ils n’en ont que plus de valeur.

  • 24 Ce serait le cas de Fréjus : Christol, 2015.
  • 25 Jullian, 1921, p. 31-35, surtout p. 31-32 avec notes ; Rambaud, 1961, p. 252-277.
  • 26 Suet., Tib., 4, traduction Ailloud, 1954 ; Goudineau, 1986, p. 168-173.
  • 27 RGDA, 28, traduction et commentaires par Scheid, 2007.
  • 28 Ce point de vue de Kromayer, 1896, p. 1-18, bien qu’il ait été critiqué (voir n. 25), est actuelle (...)

16Les dénominations établissent un contraste entre les colonies de vétérans et les autres cités provinciales. Pour les premières, le mode de dénomination, qui définit la communauté, met en évidence le « moment colonial ». C’est une période assez brève qui commença à la fin de l’époque césarienne et qui se prolongea à l’époque triumvirale : peut-être eut-elle quelques prolongements à l’époque du principat augustéen, mais ils sont mineurs24. L’uniformité de la dénomination a fait parfois penser à un mouvement global, très concentré dans le temps25, mais, en réalité, comme permet de l’envisager une documentation faite de sources littéraires et d’inscriptions livrant la dénomination officielle des cités, il faut envisager plusieurs phases qui se suivent dans un temps relativement limité, au cours desquelles la plupart des colonies romaines et des colonies latines furent instituées. Suétone, historien du IIe siècle ap. J.-C., aide à préciser le mouvement et à comprendre quelques distinctions : « Tiberius Néron, le père de Tibère, questeur de Caius César, commanda sa flotte pendant la guerre d’Alexandrie et contribua grandement à la victoire. En récompense, il fut d’abord nommé pontife, à la place de P. Scipion, puis envoyé en Gaule pour créer des colonies, entre autres celles de Narbonne et d’Arles » (et ad deducendas in Galliam colonias, in quis Narbo et Arelate erant, missus est)26. Il fait allusion aux deux sortes de colonies, suivant le modèle que fournissait alors l’Italie des lendemains de la guerre sociale, et il met en évidence, en les citant l’une après l’autre, les deux colonies de vétérans dont on peut lui attribuer la fondation ; elles seront plus tard appelées coloniae Iuliae Paternae (Narbo Martius et Arelate, respectivement). Dion Cassius, historien du IIIe siècle ap. J.-C., indique que d’autres créations suivirent, à l’époque triumvirale, dans le récit des événements des années 36 et 35 (DC, 49.14.1-2, et 49.34.4) : « … Il (= Octavien) licencia en premier ceux qui avaient fait campagne avec lui contre Antoine à Modène, ensuite, puisque les autres aussi insistaient, tous ceux d’entre eux qui avaient accompli dix ans de service… Voilà comment il apaisa alors les soldats ; il leur donna aussitôt l’argent et, un peu plus tard les terres » ; puis, il ajoute : « … En particulier, lorsque certains des soldats, qui avaient été renvoyés à la suite de leur soulèvement sans avoir rien reçu, voulurent servir à nouveau, il les rassembla en une seule légion afin qu’étant séparés des autres et entre eux ils ne corrompissent personne et qu’une tentative de révolte de leur part fût aussitôt repérée. Mais comme ils ne s’assagirent pas, il en envoya un petit nombre, les plus âgés, s’installer comme colons en Gaule, pensant ainsi susciter chez les autres l’espoir et le calme » (traduction Freyburger-Roddaz). Et c’est ce qu’indiqua Auguste lui-même dans les Res Gestae, qui constituent comme un bilan de son action politique27 : « J’ai installé des colonies de soldats en Afrique, Sicile, Macédoine, dans les deux Hispanies, l’Achaïe, l’Asie, la Syrie, la Gaule Narbonnaise et la Pisidie » (colonias in Africa Sicilia Macedonia utraque Hispania Achaia Asia Syria Gallia Narbonensi Pisidia militum deduxi). Ce récit vient contredire les conclusions de ceux qui voulaient tout attribuer à César, et il oblige, comme on l’estime à présent28, de conclure à une succession d’interventions, mais à une date précoce.

  • 29 Christol, 2016, p. 181-208.
  • 30 Tac., Hist., 1.65.2 : cuncta illic externa et hostilia ; se coloniam Romanam et partem exercitus e (...)

17La façon de dénommer est importante. Elle établit une différence, voire une distance, entre des communautés dont Pline permet de bien juger de la spécificité du statut juridique. D’un côté, on fait allusion à l’unité légionnaire qui fut à l’origine de la fondation de la colonie de droit romain (ou, dans le cas de Narbonne, de sa refondation). De l’autre, on met en relation un chef-lieu et un peuple provincial, ce qui n’inclut pas a priori la communauté concernée au sein du peuple romain, celui qui avait fourni les légions fondatrices. Dans la liste proposée par Pline, le cas de Valence (Valentia) se résout aisément : le terme qui désigne la colonie (Valentia) est un terme latin en rapport avec la notion de valeur militaire, de courage au combat ; sous un mode différent, il vient rappeler que le contexte de création est identique, même si la date est vraisemblablement postérieure29. En revanche, pour Vienne, promue comme colonie honoraire sous le principat de Caligula (37-41 ap. J.-C.), la dénomination conservée trahit ses origines. Le statut de colonie romaine n’efface pas totalement le constat de l’existence de liens avec un peuple provincial. Cette distinction ressurgit vivement en 69, lors de la crise politique qui suivit l’élimination de Néron30, mais le contexte est peut-être très particulier.

  • 31 Gayraud, 1981, p. 155-158 ; 173-175 ; 240.

18Pomponius Mela, qui sait à l’occasion ajouter des réflexions personnelles, met en avant la prééminence de Narbonne, capitale dont le seul nom pouvait suffire à désigner, sans avoir besoin de les nommer, toutes les autres cités de la province. Mais peut-être faut-il aller plus loin. Cette position était fruit de l’histoire, comme il le suggère en ajoutant aux colons de César le nom de ceux qui étaient déjà installés, les Atacini31. En effet, jusqu’à César, Narbonne a été la seule colonie de citoyens romains : elle avait donc un privilège d’ancienneté.

  • 32 Christol, 1994 p. 61-62 (= Christol, 2010, p. 136-137).

19Chez Pline, l’énumération des colonies se fait vraisemblablement en ordre chronologique. C’est pourquoi Valence, venue après les fondations de l’époque triumvirale (Béziers, Orange, Fréjus), puis Vienne, la seule colonie honoraire au temps de Pline, ferment la marche du premier groupe de cités. La date de fondation, de même qu’elle établit l’éminence de Narbonne, donne aussi un ordre de préséance pour toutes les autres colonies : Baeterrae (Béziers) précède Arausio (Orange), mais Béziers suit Arelate (Arles). Quand, au début du principat d’Auguste, la liste fut constituée, cet ordre fut donné, les colonies césariennes précédant les colonies de la période triumvirale. Elles étaient toutefois toutes unies par une même forme de dénomination qui se référait explicitement à l’unité légionnaire dont les vétérans avaient été établis au moment de la fondation : Arelate Sextanorum, Baeterrae Septimanorum, etc. Telle fut sans aucun doute la forme initiale donnée au document officiel, que Pline eut sous les yeux32.

  • 33 Ces collèges, réunissant les anciens soldats et officiers distingués pour leur bravoure, sont conn (...)

20Même s’ils sont ténus, les signes d’une telle différenciation sont présents dans la documentation provenant des cités elles-mêmes. En effet, en ce qui concerne les colonies de vétérans, la vie collective fut rythmée, pendant des décennies, par les traditions militaires du peuple romain, les associations d’anciens militaires s’y exprimant officiellement : à Narbonne et à Arles sont connus les collèges d’Honos et de Virtus, qui rappellent ces divinités militaires et l’exaltation de la bravoure33, c’est-à-dire les hauts faits du peuple conquérant. Mais, sur une plus longue durée, il importe de relever les témoignages qui, reprenant les définitions de Pline et de Pomponius Mela, montrent leur utilisation dans l’épigraphie publique comme témoignages d’une identité collective. Ils indiquent avec force la permanence de la mémoire des origines.

  • 34 AE, 1930, 70.
  • 35 CIL, VI, 1006.
  • 36 CIL, XII, 701 ; révision par Christol, 2004, p. 85-119.
  • 37 CIL, XII, 4227 ; Christol, 1995, p. 101-124.
  • 38 CIL, XII, 4344 (161–169), 4345 (193–211), 4346 (193–211) ; 5366 (238–244) ; Gayraud, 1981, p. 352- (...)
  • 39 CIL, XII, 4349 ; Christol, 1996-1997, p. 41-44.

21On mettra d’abord en valeur le cas arlésien, car il est précoce. En effet, il comporte une inscription de Rome par laquelle les Arlésiens honoraient leur patron, L(ucius) Cassius Longinus, consul en 30 ap. J.-C.34. Mais d’autres témoignages appartiennent au IIe siècle ap. J.-C. Il faut mentionner une autre inscription de Rome, connue depuis plus longtemps, par laquelle les mêmes honoraient l’impératrice Faustine à sa mort35. Sur place, un texte, dont l’édition traditionnelle doit être corrigée, apporte un témoignage complémentaire36. Ainsi, ces témoignages montrent, chez les Arlésiens, la persistance du souci de rappeler leurs origines militaires et la valeur de ce rappel comme critère de distinction. Les exemples conduisent jusqu’au cœur du IIe siècle. Mais, dans d’autres lieux, les inscriptions montrent que cet attachement à la fondation militaire dura plus longtemps encore. À Béziers, où la documentation épigraphique est assez rare, la seule attestation connue appartient au milieu du IIIe siècle37, dans le texte d’une base honorifique pour le fils de l’empereur Philippe (244-249). À Narbonne, les documents relatifs aux Decumani Narbonenses sont un peu plus nombreux, mais ils apparaissent plutôt tardivement, entre le milieu du IIe siècle38 et la fin du IIIe siècle39. Ils sont alors comme des rappels d’une histoire bien ancienne, que l’on pourrait même être tenté de verser au dossier des archaïsmes municipaux. Cette cité fournit le document le plus tardif, vraisemblablement pour un empereur de la période tétrarchique.

  • 40 L’inscription provenant de Nîmes, qui mentionne plusieurs de ces colonies, est d’un intérêt spécif (...)
  • 41 CIL, VI, 41091 (= 31801) et 40550 revu par Solin 2011, I, p. 318-322 (d’où AE, 2012, 122). Ce témo (...)
  • 42 Quoniam, 1950, p. 332-336 ; Beschaouch, 1997, p. 97-104.
  • 43 Lepelley, 1992, p. 353-371.

22Ajoutons une précision quantitative, qui n’a que l’importance que l’on veut bien lui prêter. Ici, quatre cités provinciales sont concernées (avec Orange, sur six colonies de vétérans en tout), mais ce sont, pour trois d’entre elles, celles qui ont fourni aussi suffisamment de textes épigraphiques. Trois attestations relatives à la colonie d’Arles, sur trois attestations de sa signature au bas d’un hommage public ; une relative à la colonie de Béziers, sur une seule attestation de signature publique ; quatre relatives à la colonie de Narbonne, sur huit attestations de signatures publiques. Ce mode de dénomination ne revêt ni un caractère secondaire ni un caractère artificiel. L’affirmation de l’origine militaire des colonies a persisté en leur sein même40, comme s’il s’agissait d’un fragment inaliénable du patrimoine civique. Même si, globalement, le nombre de témoignages demeure quantitativement modeste, il est suffisamment réparti dans le temps pour montrer la persistance de ce fragment de mémoire collective. Et les témoignages sont aussi suffisamment répartis dans les cités qui pouvaient faire valoir ce temps de leur histoire ; d’autant que, à présent, on a pu mettre en valeur la documentation provenant d’Orange, telle qu’elle apparaît dans l’épigraphie de Rome même41. L’autoreprésentation que se donnèrent les ressortissants des colonies de vétérans persista durablement. Elle peut être comparée avec ce qui apparaît aussi en Afrique, au IIIe siècle ap. J.-C. ou plus tard même. Des cités rappelaient quelle avait été la place de Marius, le grand général de l’époque républicaine, dans la première phase de leur histoire42 en se disant fièrement « mariennes » (Mariana). Ce que l’on constate en Narbonnaise correspond à ces pratiques municipales mieux attestées ailleurs43. L’objectif était le même : utiliser le passé pour mieux se distinguer dans le présent.

  • 44 Str., 4.1.11 et 12 ; Thollard, 2009, p. 172-185 (pour Nîmes).
  • 45 Christol, 2010a, p. 15-36.

23À l’inverse, les cités latines sont présentées d’une manière différente, autant chez Pline que chez Pomponius Mela, peu importe qu’il entre dans la fabrication de leurs textes une part d’inspiration similaire. Ils concordent lorsqu’ils dénomment les cités. Chez Pline en particulier, on lit des noms d’agglomérations ou des noms de peuples. Mais chez lui autant que chez Mela, pour les plus importantes des cités latines, est associé au nom du chef-lieu le nom d’un peuple : Auennio Cauarum, Aquae Sextiae Salluuiorum, etc. Strabon avait, de même, montré, dans son œuvre, qu’une des réalisations majeures de l’empire de Rome avait été de faire accéder à des formes de vie civilisée les peuples provinciaux. L’émergence d’une ville comme chef-lieu politique était le symbole le plus fort de cette mutation radicale : pour la Gaule Narbonnaise, les exemples de Vienne et de Nîmes constituaient le paradigme44. Peu importait que le regroupement du peuple fût total ou partiel dans la cité qui s’organisait sur un modèle proche des institutions de l’Italie. On peut considérer que Nîmes (Nemausum Arecomicorum), même après la réforme augustéenne qui lui attribua vingt-quatre oppida latins « du même peuple » et qui unifia la vie politique de cet ensemble dans la grande ville favorisée, avait dans son ressort une grande partie des Volques Arécomiques, mais point l’ensemble de ce peuple ; de même pour Avignon (Auennio Cauarum), qui n’avait autorité que sur une partie très restreinte de l’espace détenu antérieurement par les Cavares45. Dans la dénomination de ces cités, il y a une forte trace de l’héritage indigène, qui devient une alternative aux colonies de vétérans. Lorsque Vienne fut élevée au rang de colonie romaine, par promotion à titre honoraire, elle demeura Vienna Allobrogum, telle qu’elle était lorsqu’elle n’avait que le statut de colonie latine. Sa signature des hommages publics est uniforme : il s’agit des Viennenses, comme ailleurs on trouvait les Nemausenses ou les Glanienses.

  • 46 C’est un leitmotiv de cet auteur, comme le montrent quelques pages posthumes : Syme, 1999, p. 32-3 (...)
  • 47 Syme, 1977, p. 373-380 (= Syme, 1984, p. 977-985).

24Le prestige n’est pas toutefois le signe d’une incontestable puissance. Un historien tel que R. Syme a pu, à bon droit, mettre en évidence que d’autres facteurs pouvaient marquer, et même très tôt, l’histoire de la Narbonnaise, lui suggérant la mise en évidence d’autres distinctions entre cités, mais cette fois-ci inversant les hiérarchies officielles. L’ascension des provinciaux au sein de la haute société politique, mesurée par l’élévation dans le sénat, montrerait la puissance des aristocraties des cités telles que Vienne et Nîmes46, qui furent des cités de droit latin. C’est ce qui s’exprime par l’exercice du consulat de Valerius Asiaticus en 35 (cos ord II en 46) et de Domitius Afer en 39 ; dans la chronologie de cette intégration, les colonies de vétérans légionnaires seraient en retard et ne détiendraient pas la prééminence correspondant au prestige que leur donne leur statut47. Ce dernier constat doit être nuancé à la lumière des nouveautés épigraphiques concernant Arles ou Fréjus, même si l’appréciation globale demeure pertinente.

  • 48 Syme, 1958, II, p. 610-624 ; Syme, 1985, p. 28-38 (= Syme, 1988, p. 431-439).
  • 49 Tac., Hist., 1.65-66 (lors du passage des armées de Germanie, marchant sur l’Italie) : « Depuis lo (...)
  • 50 Chez lui inuidia et aemulatio sont habituellement liés : déjà ci-dessus, à propos des rivalités en (...)

25Dans l’œuvre de Tacite, pour qui R. Syme a envisagé avec de solides arguments une origine de Narbonnaise48, quelques passages méritent attention, bien qu’ils revêtent des intérêts divers. On laissera de côté, pour cette raison, deux passages. L’un est relatif à la présentation de la colonie de Fréjus, car il s’agit de l’éloge d’Agricola qu’il convenait de faire suivant les formes (Tac., Agr., 4 : Cn. Iulius Agricola uetere et inlustri Foroiuliensium colonia ortus… ; « Agricola était originaire de la vieille et illustre colonie de Fréjus… »). L’autre se rapporte à la présentation de la colonie de Vienne en 69 ap. J.-C., lorsque se clôt l’épisode dramatique suscité par l’animosité des Lyonnais. Les Viennois sont parvenus à écarter le danger que faisaient peser sur eux les soldats de l’armée de Fabius Valens49 : tum uetustas dignitasque coloniae ualuit et uerba Fabi salutem incolumitatemque Viennensium commendantis aequis auribus accepta. Cette phrase vient après l’information sur le versement d’une somme de trois cents sesterces à chacun des soldats de l’armée de Fabius Valens et elle précède l’information sur l’engagement d’apporter des fournitures. Dans son contexte, elle pourrait renvoyer au discours que prononça Valens pour apaiser les soldats et constituer un élément de l’argumentation provenant de lui. C’était en quelque sorte un autre que Tacite qui s’exprimait. Néanmoins, à ce propos, Tacite avait déjà, dans une progression verbale50, développé avec force une manière de décrire les sentiments qui séparaient les cités : aemulatio, inuidia, odium.

  • 51 Fabia, 1929, p. 133-143 ; Syme, 1999, p. 90-97, en part. p. 95-96.
  • 52 Furneaux, 1907, p. 34. C’est aussi l’interprétation de Fabia, 1929, p. 137, qui estime que cette i (...)
  • 53 Vittinghoff, 1952, p. 62 (sans mentionner spécifiquement ce passage) ; Koestermann, 1967, p. 78-80
  • 54 Sherwin-White, 1973, p. 157-159.
  • 55 R. Syme a embrassé toutes les questions concernant les diverses parties de la Gaule en évoquant «  (...)
  • 56 C’est le point de vue de Fabia, 1929.

26Le passage qu’il semble nécessaire de retenir se trouve dans la recomposition du discours de Claude devant le Sénat, en 48 ap. J.-C., lorsque ce prince voulait ouvrir davantage l’accès aux magistratures. Après Ph. Fabia, R. Syme a présenté le texte, en soulignant en particulier que le passage que l’on doit retenir se place en transition entre les développements sur l’extension du recrutement du Sénat hors de Rome, puis sur l’extension de l’Italie jusqu’aux Alpes d’une part, et celui qui concerne les provinces d’autre part, où les exemples retenus attirent l’attention sur la Bétique et sur la Narbonnaise51. Mais, à part cette observation sur le contexte narratif, il n’a pas multiplié les remarques, adoptant une interprétation qui se trouvait déjà dans les gloses de Furneaux52, et qui a été reprise dans l’étude de la colonisation césarienne et augustéenne53 : (Tac., Ann., 11, 24, 3) : Tunc solida domi quies ; et aduersus externa floruimus, cum Transpadani in ciuitatem recepti, cum, specie deductarum per orbem terrae legionum, additis prouincialibus ualidissimis, fesso imperio subuentum est (« Alors la paix fut solide à l’intérieur ; et nous eûmes face à l’étranger une situation florissante, quand les Transpadans furent accueillis dans la cité, quand, sous le couvert de nos légions établies dans tout l’univers, auxquelles avaient été ajoutés les provinciaux les plus vigoureux, il fut apporté un soutien à l’empire qui s’était affaibli »). R. Syme se réfère ainsi à deux moments assez proches : l’extension de la cité romaine à la Transalpine par César en 49, suivie à peu de distance par la suppression du régime provincial à l’ensemble de la Cisalpine en 41, décisions qui eurent des conséquences sur l’évolution du sens du mot Italia d’une part54, puis sur le mouvement d’installation des colonies de vétérans, qui a déjà été évoqué, de l’époque de César à l’époque augustéenne d’autre part55. Ainsi, c’est une série de notations sur le sort de la Gaule Cisalpine qui va le conduire jusqu’en Bétique et surtout jusqu’en Gaule Transalpine. Il précise à ce moment qu’aux vétérans établis s’ajoutèrent des familles qui appartenaient à l’élite des peuples provinciaux : Tacite pensait-il à la constitution des corps civiques des seules colonies romaines créées dans les provinces ? La formulation à l’ablatif absolu ferait pencher dans ce sens56. Au sein de la Narbonnaise, il envisagerait donc essentiellement des familles telles que les Iulii de Fréjus ou les Pompeii arlésiens, en laissant de côté les grands aristocrates de Nîmes et de Vienne, pourtant bien présents dans le Sénat des Julio-Claudiens et qui méritaient certainement de figurer parmi les prouincialium ualidissimi.

  • 57 Sur ces prises de distance, Hostein, 2012, p. 373-376.

27Sans aucun doute, c’est l’ascension des provinciaux qui est importante pour Tacite, comme le montre le choix de ses formules. Sub specie, écrit-il. C’est donc « sous le couvert », « sous l’apparence », « sous la forme » de quelque chose, que s’effectue le rétablissement de l’empire. Celui-ci se déroule donc dans un contexte bien précis, mais dans l’évaluation des facteurs agissants, ce n’est pas l’installation des vétérans qui importe le plus ; c’est ce qui est mentionné immédiatement à la suite (additis prouincialium ualidissimis). Néanmoins, afin de situer le phénomène qui lui paraissait digne d’être relevé, et pour l’inclure dans son argumentation, l’historien éprouvait le besoin de l’accrocher au moment colonial et de se référer aux fondations de vétérans légionnaires. Etait-il à ce point marqué par les distinctions que l’on découvre dans l’épigraphie, qu’elles lui auraient imposé, dans un passage dans lequel il livrait aux lecteurs ses sentiments personnels, une référence à valeur circonstancielle ? Ainsi, même si ce fut un moment assez bref de l’histoire provinciale, ce moment colonial a laissé des traces pendant longtemps. Il était donc inévitable qu’il ait suscité des revendications d’identité ou qu’il ait soutenu la recherche de distinction pour ceux qui avaient la faculté d’emprunter à l’histoire de leur cité, au moment d’une fondation, le moyen de se rattacher aux légions de Rome, instruments de la conquête. Seul peut-être le temps éroda cette mémoire pour la transformer en élément rhétorique plus banal57 dans une province où peu à peu s’atténuaient les différences entre les diverses catégories de communautés, par le développement du droit de cité romaine, par le mouvement continu de promotion des cités et, peut-être aussi, par une prise de distance par rapport aux engagements militaires des provinciaux.

Sources épigraphiques

28AE = L’Année épigraphique, Paris, 1888-.

29CIL = Corpus Inscriptionum Latinarum, Berlin, 1863-.

30ILAfr. = Cagnat R., Merlin A. et Chatelain L., Inscriptions latines d'Afrique (Tripolitaine, Tunisie, Maroc), Paris, 1923.

31ILS = Dessau H., Incriptiones latinae selectae, Berlin, 1892/1916.

Sources littéraires

32Caes., BG = César, Guerre des Gaules, I-II, texte établi et traduit par Constans L.-A., CUF, Paris, 1926.

33Cic., Leg. = Cicéron, de Legibus, texte établi et traduit par de Plinval G., CUF, Paris, 1959.

34DC = Dion Cassius, Histoire romaine, livres 48 et 49, texte établi, traduit et annoté par M.-L. Freyburger M.-L et Roddaz J.-M., CUF, Paris, 2002.

35Méla = Pomponius Mela, Chorographie, trad. Silberman A., CUF, Paris, 2003.

36Plin., Nat. = Pline l’Ancien, Histoire naturelle, Livre V, 1-46 : l'Afrique du Nord, trad. Desanges J., CUF, Paris, 1980. Pline l’Ancien, Histoire naturelle, Livre III, traduction et commentaire de Zehnacker H., CUF, Paris, 1998.

37RGDA = Res gestae divi Augusti, trad. Scheid J., CUF, Paris, 2007.

38Str. = Strabon, Géographie, II, Livres III-IV, texte établi et traduit par Lasserre Fr., CUF, Paris, 1966.

39Suet., Tib. = Suétone, Vie des douze Césars, II, trad. Ailloud H., CUF, Paris, 1954.

40Tac., Agr. = Tacite, Vie d’Agricola, texte établi et traduit par Saint Denis E. ; de, CUF, Paris, 1985.

41Tac., Ann. = Tacite, Annales, trad. de Wuilleumier P. et Le Bonniec H., CUF, Paris, 1990.

42Tac., Hist. = Tacite, Histoires, trad. de Le Bonniec H., notes de Hellegouarc’h J., CUF, Paris, 1987-1992.

Bibliographie

Barruol, 1975 = Barruol G., Les peuples préromains du Sud-Est de la Gaule. Étude de géographie historique, Paris, 1975.

Beschaouch, 1997 = Beschaouch A., « Colonia Mariana ‘Augusta’ Alexandriana Uchitanorum Maiorum. Trois siècles d’histoire municipale en abrégé », in Khanoussi M.et Mastino A. (a cura di), Uchi Maius, I, Sassari, 1997, p. 97-104.

Christol, 1994 = Christol M., « Pline l’Ancien et la formula de la province de Narbonnaise », in Andreau J. et al., La mémoire perdue. À la recherche des archives oubliées, publiques et privées, de la Rome antique, Paris, 1994, p. 45-63 (= Christol M., Une histoire provinciale. La Gaule narbonnaise de la fin du IIe siècle av. J.-C. au IIIe siècle apr. J.-C., Paris, 2010, p. 129-146).

Christol, 1995 = Christol M., « Béziers en sa province », in Clavel-Lévêque M. et Plana-Mallart R. (éd.), Cité et territoire (Colloque européen, Béziers, 14-16 octobre 1994), Besançon, 1995, p. 101-124.

Christol, 1996 = Christol M., « Notes d’épigraphie, 1. Un chevalier d’Arles, prêtre du culte impérial », Cahiers du Centre Gustave-Glotz, 7, 1996, p. 307-312

Christol, 1996-1997 = Christol M., « Un hommage public à Narbonne au Bas-Empire », Bulletin de la Commission archéologique de Narbonne, 47-48, 1996-1997, p. 41-44.

Christol, 1999 = Christol M., « La municipalisation de la Gaule Narbonnaise », in Dondin-Payre M. et Raepsaet-Charlier M.-Th. (éds.), Cités, municipes, colonies. Les processus de municipalisation en Gaule et en Germanie sous le Haut-Empire romain, Paris, 1999, p. 9-14 (= Christol M., Une histoire provinciale. La Gaule narbonnaise de la fin du IIe siècle av. J.-C. au IIIe siècle apr. J.-C., Paris, 2010, p. 112-117).

Christol, 2004 = Christol M., « Notes d’épigraphie, 7-8 », Cahiers du Centre Gustave Glotz, 15, 2004, p. 85-119.

Christol, 2005 = Christol M., « Provinciaux nîmois à Rome : l’apport de l’épigraphie locale », in Desmulliez J. et Hoët-Van Cauwenberghe Chr. (éds.), Le monde romain à travers l’épigraphie : méthodes et pratiques, Lille, 2005, p. 147-170.

Christol, 2010 = Une histoire provinciale. La Gaule Narbonnaise de la fin du IIe siècle av. J.-C. au IIIe siècle ap. J.-C., Paris, 2010.

Christol, 2010a = Christol M., « L’organisation des communautés en Gaule méridionale (Transalpine, puis Narbonnaise) sous la domination de Rome », Pallas, 84, 2010, p. 15-36.

Christol, 2012 = Christol M., « Les confins de la province d’Afrique », in Prados F., Garcia I., Bernard G. (éds.), Confines. El extremo del mundo durante la Antigüedad, Alicante, 2012, p. 109-123.

Christol, 2015 = Christol M., « Pacensis : les noms de la cité de Fréjus et l’histoire coloniale sous Auguste », MEFRA, 127-2, 2015, [en ligne].

Christol, 2016 = Christol M., « Les colonies de vétérans de Gaule Narbonnaise : l’acquis et l’incertain. Le cas de la colonie de Valence (Pline, NH, III, 36 : in agro Cauarum Valentia) », in Epigrafia e territorio, Politica e società. Temi di antichità romane, X, Bari, 2016, p. 181-208.

Christol, Demougin 1982 = Christol M., et Demougin S., « La carrière d’un notable narbonnais, au début du Ier s. après J.-C. », ZPE, 49, 1982, p. 41-53.

Fabia, 1929 = Fabia Ph., La table claudienne de Lyon, Lyon, 1929.

Furneaux, 1907 = Cornelii Taciti annalium ab excessu Diui Augusti libri. The Annals of Tacitus, with an Introduction and Notes by H. Furneaux, II, Oxford, 1907 (revised by H.F. Pelham & C.D. Fischer).

Gayraud, 1981 = Gayraud M., Narbonne antique, des origines à la fin du IIIe siècle, Paris, 1981.

Giovagnoli, 2014 = Giovagnoli R., « Sull’origine di P. Memmio Regolo », ZPE, 190, 2014, p. 243-246.

Goudineau, 1986 = Goudineau Chr., « Note sur la fondation de Lyon », Gallia, 44, 1986, p. 168-173.

Grelle, 1963 = Grelle Fr., Stipendium vel Tributum. L’imposizione fondiaria nelle dottrine giuridiche del II e III secolo, Naples, 1963.

Hellegouarc’h, 1963 = Hellegouarc’h J., Le vocabulaire latin des relations et des partis politiques sous la République, Paris, 1963.

Heller, 2006 = Heller A., “Les bêtises des Grecs”. Conflits et rivalités entre cités d’Asie et de Bithynie à l’époque romaine (129 a.C. – 235 p.C.), Bordeaux, 2006.

Heubner, 1963 = Heubner H., P. Cornelius Tacitus, Historien, Heidelberg, 1963.

Hostein, 2012 = Hostein A., La cité et l’empereur. Les Éduens dans l’Empire romain d’après les Panégyriques latins, Paris, 2012.

Jullian, 1921 = Jullian C., Histoire de la Gaule, IV, Paris, 1921.

Koestermann, 1967 = Koestermann E., Cornelius Tacitus, Annalen Bd III. Buch 11-13, Heidelberg, 1967, p. 78-80.

Kromayer, 1896 = Kromayer J., « Die Militärcolonien Octavians und Caesars in Gallia Narbonensis », Hermes, 21, 1896, p. 1-18.

Lassere, 1966 = Lasserre Fr. (éd.), Strabon, Géographie, II, Livres III-IV, CUF, Paris, 1966.

Le Roux, 1995 = Le Roux P., Romains d’Espagne. Cités et politique dans les provinces (IIe siècle av. J.-C. – IIIe siècle ap. J.-C.), Paris, 1995.

Lepelley, 1992 = Lepelley C., « Permanences de la cité classique et archaïsmes municipaux en Italie au Bas-Empire », in Christol M., Demougin S., Duval Y., Lepelley C., Pietri L. (éds.), Institutions, Société et vie politique dans l’Empire romain au IVe siècle ap. J.-C. Actes de la table ronde autour de l’œuvre d’André Chastagnol (Paris, 20-21 janvier 1989), Rome, 1992, p. 353-371.

Nicolet, 1976 = Nicolet C., Le métier de citoyen dans la Rome républicaine, Paris, 1976.

Nicolet, 1988 = Nicolet C., L’inventaire du monde. Géographie et politique aux origines de l’Empire romain, Paris, 1988.

Pernot, 1993 = Pernot L., La rhétorique de l’éloge, Coll. des Etudes Augustiniennes, Antiquité, 137-138, Paris, 1993.

Pernot, 2005 = Pernot L., « Ménandre », in Goulet R. (éd.), Dictionnaire des philosophes, IV. De Labeo à Ovidius, Paris, 2005, p. 433-438.

Piganiol, 1962 = Piganiol A., Les documents cadastraux d’Orange, Paris, 1962.

Quoniam, 1950 = Quoniam P., « À propos d’une inscription de Thuburnica (Tunisie) : Marius et la colonisation de l’Afrique », CRAI, 1950, p. 332-336.

Rambaud, 1961 = Rambaud M., « L’origine militaire de la colonie de Lugdunum », CRAI, 1961, p. 252-277.

Reynolds, 1982 = Reynolds J., Aphrodisias and Rome. Documents from the Excavation of the Theatre at Aphrodisias conducted by Professor Kenan Erim, together with some related Texts, Londres, 1982.

Robert, 1977 = Robert L., « La titulature de Nicée et de Nicomédie : la gloire et la haine », Harvard Studies in Classical Philology, 81, 1977, p. 1-39 (= Robert 1989, p. 211-249).

Robert, 1989 = Robert L., Opera minora selecta, VI, Amsterdam, 1989.

Russel, Wilson 1981 = Russell D.A. et Wilson N.G., Menander Rhetor. Edited with translation and commentary, Oxford, 1981.

Seston, 1980 = Seston W., « Le droit au service de l’empire romain », in Scripta varia. Mélanges d’histoire romaine, de droit, d’épigraphie et d’histoire du christianisme, Rome, 1980, p. 53-63.

Sherwin-White, 1973 = Sherwin-White A.N., The Roman Citizenship, Oxford, 1973.

Solin, 2011 = Solin H., « Orange et Rome : un nouveau témoignage », in Deroux C. (éd.), Corolla Epigraphica. Hommages au professeur Yves Burnand, Bruxelles, 2011, I, p. 318-322.

Syme, 1958 = Syme R., Tacitus, Oxford, 1958.

Syme, 1970 = Syme R., « Tacitus on Gaul », in Syme R., Ten Studies in Tacitus, Oxford, 1970, p. 18-29.

Syme, 1977 = Syme R., « La richesse des aristocraties de Bétique et de Narbonnaise », Ktèma, 2, 1977, p. 373-380 (= Syme R., Roman Papers, III, (A. Birley éd.), Oxford, 1984, p. 977-985).

Syme, 1981 = Syme R., « Rival Cities, Notably Tarraco and Barcino », Ktèma, 6, 1981, p. 271-285 (= Syme R., Roman Papers, IV, (A. Birley éd.), Oxford, 1988, p. 74-93).

Syme, 1985 = Syme R., « Italia Transpadana », Athenaeum, 63, 1985, p. 28-38 (= Syme R., Roman Papers, V, (A. Birley éd.), Oxford, 1988, p. 431-439).

Syme, 1999 = Syme R., The Provincial at Rome and Rome and the Balkans, 80BC – AD14 (A. Birley éd.), Exeter, 1999.

Thollard, 1987 = Thollard P., Barbarie et civilisation chez Strabon, Annales Littéraires de l’Univ. de Besançon, 365, Paris, 1987.

Thollard, 2009 = Thollard P., La Gaule selon Strabon. Du texte à l’archéologie, Paris, 2009, p. 172-185.

Thomas, 1996 = Thomas Y., « Origine » et « commune patrie ». Etude de droit public romain (89 av. J.-C. – 212 ap. J.-C.), CEFR 221, Rome, 1996.

Veyne, 1960 = Veyne P., « Foederati : Tarquinies, Camérinum, Capène », Latomus, 19, 1960, p. 430-436.

Vittinghoff, 1952 = Vittinghoff Fr., Römische Kolonisation und Bürgerrechtspolitik unter Caesar und Augustus, Akademie der Wissenschaften und der Literatur in Mainz, 14, 1951, Wiesbaden, 1952.

Notes

1 Cic., Leg., 2.2.5 ; Nicolet, 1976, p. 65-68 ; Seston, 1980, p. 53-63 ; Thomas, 1996, p. 9-23.

2 Veyne, 1960, p. 430-436.

3 Robert, 1977, p. 1-39 (= Robert, 1989, p. 211-249).

4 Heller, 2006.

5 Hostein, 2012, p. 90-97.

6 Russell, Wilson 1981 ; Pernot, 2005, p. 433-438 ; en général, Pernot, 1993.

7 Reynolds, 1982.

8 Tac., Hist., 2.21.2 : Municipale uulgus pronum ad suspiciones, fraude inlata ignis alimenta creditit a quibusdam ex uicinis coloniis inuidia et aemulatione, quod nulla in Italia moles tam capax foret (« La populace du municipe (= Plaisance), prompte au soupçon, s’imagina que des habitants des colonies voisines y avaient porté par malveillance des matières combustibles, leur esprit de rivalité étant jaloux de ce que cet édifice était le plus vaste qu’il y eût en Italie »).

9 Syme, 1981, p. 271-285 (= Syme, 1988, p. 74-93).

10 Tac., Hist., 1.65-66.

11 On renverra à l’étude de Hostein, 2012.

12 Hostein, 2012, p. 347-377.

13 Str., 4.1.5 ; 11 ; 12. Lassere, 1966 avec commentaires, p. 111-112 ; Thollard, 1987.

14 Nicolet, 1988, p. 133-180.

15 Pour la Péninsule Ibérique, Plin., Nat., 3.5.6 à 4.30 ; par exemple Plin., Nat., 3.3.7 : oppida omnia numero CLXXV, in iis coloniae VIIII, municipia c. R. X, Latio antiquitus donata XXVII, libertate VI, foedere III, stipendiaria CXX (Bétique) ; Plin. Nat., 3.4.18 : oppida CLXXVIIII, in iis colonias XII, oppida ciuium Romanorum XIII, Latinorum ueterum XVIII, foederatorum unum, stipendiaria CXXXV (Citérieure), etc. Pour l’Afrique (cf. Desanges 1980, avec de copieux commentaires), Plin., Nat., 5.29 : ad hunc finem Africa a fluuio Ampsaga populos DXVI habet qui Romanao pareant imperio ; in his colonias sex, praeter iam dictas Vthinam, Thuburbi ; oppida ciuium Romanorum XV, ex quibus in mediterraneo dicenda… ; oppidum Latinum unum Vzalitanum ; oppidum stipendiarium unum Castris Corneliis ; oppida libera XXX ex quibus dicenda intus… Ex reliquo numero non ciuitates tantum, sed plerique etiam nationes iure dici possunt, ut Nattabudes, Capsitani, Musulami, Sabarbares, Massili, Niciues, Vamacures, Cinithi, Musuni, Marchubi et tota Gaetulia ad flumen Nigrim, qui Africam ab Aethiopia dirimit ; voir à propos des cités stipendiaires, DESANGES, 1980, p. 301-302. L’épigraphie fait connaître aussi ces cités stipendiaires (CIL, VIII, 68 (ILS, 6095) ; ILAfr., 422).

16 Desanges, 1980, p. 326-349 ; Christol, 2012, p. 109-123.

17 Plin., Nat., 3.5(4).31-36, traduction avec commentaires de Zehnacker, 1998.

18 Sur cette phrase, déjà Syme, 1999, p. 70-75.

19 Le Roux, 1995, p. 7-58.

20 On rappellera ici l’opposition qu’utilise César dans sa réponse au Germain Arioviste (Caes, BG, I, 45, 2-3 : Bello superatos esse Arvernos et Rutenos ab Quinto Fabio Maximo, quibus populus Romanus ignouisset neque in prouinciam redegisset neque stipendium imposuisset. Quod si antiquissimum quodque tempus spectari oporteret, populi Romani iustissimum esse in Gallia imperium ; si iudicium senatus obseruari oporteret, liberam debere esse Galliam, quam bello uictam suis legibus uti uoluisset (« Les Arvernes et les Rutènes avaient été vaincus par Q. Fabius Maximus ; le peuple romain leur avait pardonné, sans réduire leur pays en province, sans même leur imposer de tribut. S’il fallait avoir égard à l’antériorité de date, le pouvoir des Romains en Gaule était le plus légitime ; s’il fallait observer la décision du Sénat, la Gaule devait être libre, puisqu’il avait voulu que, vaincue par Rome, elle conservât ses lois »). Sur le sens à donner au stipendium et au statut de cité stipendiaire : Grelle, 1963, p. 16-20.

21 Christol, 1994, p. 45-64 (= Christol, 2010, p. 129-146).

22 Barruol, 1975, p. 16-24 ; Christol, 1999, p. 9-14 (= Christol, 2010, p. 112-117).

23 Méla, 2.5.74-76, traduction et commentaire par Silberman, 2003.

24 Ce serait le cas de Fréjus : Christol, 2015.

25 Jullian, 1921, p. 31-35, surtout p. 31-32 avec notes ; Rambaud, 1961, p. 252-277.

26 Suet., Tib., 4, traduction Ailloud, 1954 ; Goudineau, 1986, p. 168-173.

27 RGDA, 28, traduction et commentaires par Scheid, 2007.

28 Ce point de vue de Kromayer, 1896, p. 1-18, bien qu’il ait été critiqué (voir n. 25), est actuellement accepté dans ses grands traits, même s’il peut exister des variations sur la chronologie des fondations ; voir aussi Vittinghoff, 1952, p. 64-68 ; Piganiol, 1962, p. 79-84, place la fondation de Béziers et d’Orange en 36 et 35 a.C. ; alors que J. Kromayer plaçait cette dernière fondation entre 35 et 33. On peut aussi envisager diverses possibilités pour la fondation de Fréjus.

29 Christol, 2016, p. 181-208.

30 Tac., Hist., 1.65.2 : cuncta illic externa et hostilia ; se coloniam Romanam et partem exercitus et prosperarum aduersarumque rerum socios (lors de la marche sur l’Italie des armées de Germanie) : « Depuis longtemps, il y avait entre Vienne et Lyon des dissensions, que la dernière guerre avait rallumées… Aussi les Lyonnais, s’adressant à chacun des soldats, les excitent, les poussent à exterminer les Viennois... Bientôt ce ne sont plus de secrètes exhortations : ils les conjurent publiquement de marcher à la vengeance, d’anéantir le foyer de la guerre des Gaules. Là, rien qui ne fût étranger et ennemi, tandis qu’eux étaient une colonie romaine, une portion de l’armée, les compagnons de sa prospérité et de ses disgrâces ».

31 Gayraud, 1981, p. 155-158 ; 173-175 ; 240.

32 Christol, 1994 p. 61-62 (= Christol, 2010, p. 136-137).

33 Ces collèges, réunissant les anciens soldats et officiers distingués pour leur bravoure, sont connus à date haute. Narbonne : CIL, XII, 4371 + 4372 ; Christol, Demougin, 1982, p. 41-53 (d’où AE, 1982, 694) ; Arles : AE, 1952, 69 = 1954, 104 ; Christol, 1996, p. 307-312 (d’où AE, 1996, 1108).

34 AE, 1930, 70.

35 CIL, VI, 1006.

36 CIL, XII, 701 ; révision par Christol, 2004, p. 85-119.

37 CIL, XII, 4227 ; Christol, 1995, p. 101-124.

38 CIL, XII, 4344 (161–169), 4345 (193–211), 4346 (193–211) ; 5366 (238–244) ; Gayraud, 1981, p. 352-353.

39 CIL, XII, 4349 ; Christol, 1996-1997, p. 41-44.

40 L’inscription provenant de Nîmes, qui mentionne plusieurs de ces colonies, est d’un intérêt spécifique : elle montre la réception, très variable, de ces prétentions, hors des colonies de vétérans (voir n. suiv.).

41 CIL, VI, 41091 (= 31801) et 40550 revu par Solin 2011, I, p. 318-322 (d’où AE, 2012, 122). Ce témoignage vient confirmer le témoignage provenant de la cité de Nîmes, sur C. Aurelius Parthenius, sevir auguustal colonia… Fir(ma) Iul(ia) Secund(anorum) Arausione (CIL, XII, 3203 (ILS, 6984)).

42 Quoniam, 1950, p. 332-336 ; Beschaouch, 1997, p. 97-104.

43 Lepelley, 1992, p. 353-371.

44 Str., 4.1.11 et 12 ; Thollard, 2009, p. 172-185 (pour Nîmes).

45 Christol, 2010a, p. 15-36.

46 C’est un leitmotiv de cet auteur, comme le montrent quelques pages posthumes : Syme, 1999, p. 32-34 ; Christol, 2005, p. 147-170. Sur ce point, mais d’une manière négative, la réflexion peut être complétée par les remarques de Giovagnoli, 2014, p. 243-246.

47 Syme, 1977, p. 373-380 (= Syme, 1984, p. 977-985).

48 Syme, 1958, II, p. 610-624 ; Syme, 1985, p. 28-38 (= Syme, 1988, p. 431-439).

49 Tac., Hist., 1.65-66 (lors du passage des armées de Germanie, marchant sur l’Italie) : « Depuis longtemps, il y avait entre Vienne et Lyon des dissensions, que la dernière guerre avait rallumées… Aussi les Lyonnais, s’adressant à chacun des soldats, les excitent, les poussent à exterminer les Viennois... Bientôt ce ne sont plus de secrètes exhortations : ils les conjurent publiquement de marcher à la vengeance, d’anéantir le foyer de la guerre des Gaules. Là, rien qui ne fût étranger et ennemi, tandis qu’eux étaient une colonie romaine, une portion de l’armée, les compagnons de sa prospérité et de ses disgrâces ». Sur dignitas qui impose une marque de respect : Hellegouarc’h, 1963, p. 388-415 ; Heubner, 1963, p. 138-139.

50 Chez lui inuidia et aemulatio sont habituellement liés : déjà ci-dessus, à propos des rivalités entre cités de la plaine padane ; pour les personnes : Tac., Hist., 2101.1 ; 3.65.1 (ces deux dernières pour des particuliers au sein de familles de l’ordre sénatorial, entre Vespasien et Flavius Sabinus, jaloux de la fortuna de son frère) : Heubner, 1963, p. 137.

51 Fabia, 1929, p. 133-143 ; Syme, 1999, p. 90-97, en part. p. 95-96.

52 Furneaux, 1907, p. 34. C’est aussi l’interprétation de Fabia, 1929, p. 137, qui estime que cette interprétation est normale : « un lecteur attentif et averti doit comprendre, malgré l’absence du complément in colonias après deductarum, que deductarum per orbem terrae legionum désigne les colonies militaires provinciales, et additis prouincialium ualidissimis, l’assimilation aux colons d’une élite d’indigènes ». Mais, sans que le sens soit changé, il traduit ainsi (Fabia, 1929, p. 68) : « où sous l’apparence de nos légions établies dans tout l’univers, par l’annexion à ces colonies des provinciaux les plus vigoureux, il fut remédié à l’affaiblissement de l’empire ».

53 Vittinghoff, 1952, p. 62 (sans mentionner spécifiquement ce passage) ; Koestermann, 1967, p. 78-80.

54 Sherwin-White, 1973, p. 157-159.

55 R. Syme a embrassé toutes les questions concernant les diverses parties de la Gaule en évoquant « The Gallic problem » : Syme, 1970, p. 18-29 ; cf. Syme, 1958, I, p. 451-464, et déjà Syme, 1999, p. 86-89. Il faut relever que dans la présentation des accusations des Lyonnais, il leur fait projeter sur les Allobroges de Narbonnaise un argument qui concernerait la Gaule d’au-delà de Lyon, la Comata.

56 C’est le point de vue de Fabia, 1929.

57 Sur ces prises de distance, Hostein, 2012, p. 373-376.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search