Version classiqueVersion mobile

Quis sum ? Provincialis ?

 | 
Sabine Lefebvre

Problème d’identité épigraphique : fonction ou origo ?

Sabine Armani

Résumé

Dans le cadre de ce travail1, nous envisagerons la question des identités à travers une étude de cas que fournit le réexamen d’une inscription de Mérida (AE, 1997, 781) qui mentionne l’affranchi [L. P]ostumius Apollonius, traditionnellement présenté comme un Augustal d’une cité de la province de Lusitanie, pour laquelle on hésite entre Norba (l’actuelle Cáceres) et Mérida, avec une préférence pour la seconde. L’étude est complétée par une réflexion sur le rayonnement du siège du gouverneur provincial dont le document est souvent présenté, à tort, comme un témoignage.

Texte intégral

  • 2 Le Roux 2011b, p. 7-19.
  • 3 Le Roux 2010a, p. 225-228.
  • 4 Tous les numéros qui apparaissent entre parenthèses dans le corps du texte et ceux en notes sans r (...)
  • 5 Armani 2011, p. 74.
  • 6 L’attention avait déjà été attirée sur la rareté de la mention d’une tribu – qui plus est la Galer (...)
  • 7 Conservée sous le n° d’inventaire 33436. Cf. Saquete Chamizo 1997, p. 146, n. 590.
  • 8 Information donnée par J. C. Saquete Chamizo que je remercie pour les éclairages complémentaires q (...)

1En l’absence de termes qui en latin seraient investis d’une signification équivalente à notre notion moderne d’identité2, l’accès immédiat à toute forme de conscience collective3 nous est a priori interdit. À défaut de pouvoir sonder les cœurs et les esprits, il nous reste la possibilité d’interroger les sources. L’occasion m’est donnée ici de revenir sur une inscription funéraire trouvée à Mérida, qui fait connaître l’identité d’un couple composé du mari, décédé à l’âge de quatre-vingts ans, [L. P]ostumius L. lib. Gal. Apollonius Norbensis Aug., et de sa femme, morte à trente ans (n° 28 de l’annexe4). Dans le cadre d'une étude consacrée au thème des voyages et des changements de résidence5, j’avais rapidement fait remarquer que ce document était, à ma connaissance, l'un des rares textes en Hispania dans lequel un affranchi mentionnait l'origo, héritée de son patron, à l'extérieur de la cité à laquelle il était rattaché6. Cette inscription mérite que l’on s’y attarde plus longuement à l’occasion d’une réflexion sur les « identités ». En effet, l'observation que je faisais à son propos, fondée sur les commentaires suscités par sa récente redécouverte dans les réserves du Museo Nacional de Arte Romano de Mérida7, n'épuise pas l'intérêt d’un texte dont l’interprétation pose des problèmes de détail comme le développement ordinairement admis de l'abréviation Aug. en Aug(ustalis) se rapportant à l’un des deux titulaires de l’épitaphe en raison de son origine affranchie. La question des identités, sociale et/ou territoriale, est donc au cœur de la compréhension de cette inscription, particulièrement à Mérida, siège du gouverneur de Lusitanie, où la formule Aug. pour Aug(ustanus) revêt une signification chronologique et géographique en désignant les premières générations d’habitants de la colonie. La question de la présence du document à Mérida mérite d’être d’autant plus posée qu’il ne peut pas être rangé dans la catégorie des « pierres errantes », à la suite d’un déplacement intervenu à une époque ultérieure, de Cáceres à Mérida. Sa découverte in situ près du cirque lors d’une intervention archéologique dans les années 1980 à l’occasion du creusement d’un tunnel routier8 suggère au contraire que l’un des défunts avait décidé de se faire enterrer sur place.

L'épitaphe de Postumius Apollonius : le réexamen du texte

  • 9 Edmondson 2002-2003, p. 217 ; Murciano Calles 2019, p. 222, la classe parmi les plaques de grandes (...)
  • 10 Edmondson 2002-2003, p. 211. Il est cependant à noter que les études restent en général vagues sur (...)
  • 11 Saquete Chamizo 1997, p. 214.

2Le texte qui fournit le point de départ de cette réflexion a été gravé sur une plaque de marbre de 59 cm de haut sur 81 cm de large et 8 cm d’épaisseur9. Elle s’inscrit dans une série de plaques de marbre impliquant majoritairement des affranchis, que Jonathan Edmondson, qui leur a consacré une étude, situe dans une fourchette chronologique allant des années 70 du Ier siècle apr. J.-C. aux premières années du suivant pour les plus récentes10. Elle a été signalée dans l’ouvrage de José Carlos Saquete Chamizo qui en donne une bonne photographie11 reproduite ci-dessous.

Fig. 1. L’épitaphe de Postumius Apollonius et de son épouse (Fonds photographique du MNAR, Mérida).

  • 12 Sur le même modèle à Mérida, n° 29. Voir aussi n° 24.
  • 13 HEp, 7, 125 donne les deux versions orthographiques (125a et 125b). Mais le double L ne fait pas d (...)

3Le texte se lit sans difficulté malgré la cassure de l’angle supérieur gauche qui nous prive certainement de l’initiale du prénom – pas toujours restituée – et de la première lettre du nom, lacunes que l’on peut respectivement combler par un L pour L(ucius) d’après celui du patron12 et par un P pour P(ostumius). Dans les éditions postérieures de l’inscription, le surnom Apollonius a parfois perdu son double L que nous rétablissons13. À la ligne 4, le V de Volosinia se devine gravé à l’aplomb du prénom de Postumius. Par sa disposition « en sommaire », le texte met volontairement en valeur les identités des deux défunts dont les noms sont alignés à gauche :

  • 14 L’abréviation Aug. est volontairement laissée en l’état puisque son développement va faire l’objet (...)

[L(ucius) P]ostumius L(ucii) lib(ertus) Gal(eria tribu) | Apollonius, Norbensis | Aug. ann(orum) LXXX (octoginta) (uacat). | Volosinia Secundina uxor, |5 ann(orum) XXX (triginta), hic s(ita) e(st) s(it), t(ibi) t(erra) l(euis)14.

  • 15 Navarro Caballero 2018, p. 380. Sur la répartition en Lusitanie des noms portés par le couple, voi (...)
  • 16 EE, IX, 1064 (Chester) : Q. Postumius Q. f. Papir. [S]olus Emerita.
  • 17 ERAE, 551 (Mérida) : Apollonia) ; HAE, 1480 (Mérida) : Afranius Apollonius.
  • 18 CIL, II, 18 = IRCP, 106 (Myrtilis) : Herennia Secundina ; CIL, II, 103 (Olisipo) : Secundina ; AE, (...)

4L’onomastique du couple n’est cependant courante ni à Augusta Emerita ni à Norba ; elle est d’ailleurs peu répandue en Lusitanie en général. À Norba, le gentilice Postumius est un unicum15. En revanche, un Postumius, originaire de Mérida, était déjà connu16. On y rencontre également deux autres titulaires du surnom Apollonius17. Le gentilice de l’épouse n’est pas porté ailleurs dans la province à la différence de Secundina connu par quatre autres occurrences18 comme cognomen ou nom unique.

5La gravure est de bonne facture avec quelques effets décoratifs sobres comme le recours à des lettres plus longues tels le T du gentilice du défunt, le L de son âge ou le L du prénom du patron, et à une ponctuation triangulaire régulière. La hauteur des lignes va en décroissant mettant en exergue la première partie de l’identité du défunt, celle de l’épouse décédée étant placée en position secondaire. Le texte est aligné à droite sauf aux troisième et cinquième lignes, celle-ci étant légèrement centrée.

  • 19 Salas Martín 1996, p. 59-78.
  • 20 Wiegels 1985, p. 82. Sur la diffusion de la Sergia, lire aussi Stylow 1995, p. 105-123. Récemment, (...)
  • 21 Wiegels 1985, p. 78. Une occurrence de la Sergia est attestée à Mérida, mais en tant qu’hapax, R. (...)
  • 22 Le Roux 2010c, p. 116.
  • 23 Le Roux 2010c, p. 115 : « Le dossier de la tribu Palatina et des tribus des affranchis n’offre pas (...)
  • 24 Le Roux 2010c, p. 113.

6José Salas Martín, dans une étude consacrée à la colonie de Norba, livre quelques observations sur la fonction d'Augustal du défunt19, fonction progressivement réservée semble-t-il aux affranchis. En outre, il souligne le fait que l'inscription de l'affranchi dans la tribu Galeria fort répandue en Hispania depuis son attribution par Auguste aux citoyens de la péninsule, fournit la première occurrence de cette tribu à Norba, où jusqu'ici seule la tribu Sergia était connue20. Bien que moins fréquente à Mérida que la Papiria, la tribu Galeria y est néanmoins déjà également attestée21. Le rattachement de Postumius à cette même tribu, à l'occasion de son affranchissement, retient encore l'attention à divers titres. D’abord, la mention de la tribu est inhabituelle, mais pas impossible, chez un augustal. Patrick Le Roux observe en effet que « ni les seuiri ni les liberti ne mentionnent en général leur tribu sur les inscriptions y compris honorifiques22 ». L'inscription dans une tribu rustique étonne également : dans les colonies, on s'attend plutôt à la mention d'une tribu urbaine telle que la Palatina23. Mais la rareté de la tribu, envisagée tant du point de vue de son attribution à un affranchi que du constat de sa présence à Norba et Emerita, n’est pas forcément l’indice d’un « déménagement » de son titulaire dans la mesure où il est désormais bien établi que les tribus sont associées à des personnes, non à des cités24.

  • 25 Edmondson 2002-2003 p. 213, relève l’habitude sur ce type d’épitaphes de laisser des « uacat », il (...)
  • 26 Une trentaine d’épitaphes mentionnant la formule au pluriel y sont recensées selon la base de donn (...)

7En fait, seul le lieu de découverte de l'inscription à Mérida témoignerait, selon les commentateurs, du déplacement possible, à un moment donné de sa vie, de Postumius, originaire de Norba. Cependant, la formule finale h(ic) s(ita) e(st) s(it) t(ibi) t(erra) l(euis) ne s’applique qu’à l’un des deux conjoints, en l’occurrence l’épouse. En effet, l’espace laissé vacant à la suite de l’âge de Postumius25 destiné à la gravure d’une clausule symétrique, la présence bien attestée à Mérida de la formule au pluriel « h(ic) s(iti) s(unt) s(it) u(obis) t(erra l(euis)26 » semblent devoir exclure toute volonté de mise en facteur commun de la formule finale ou encore toute étourderie du lapicide qui n’aurait accordé l’invocation finale qu’avec la défunte par une sorte d’attraction avec le dernier état civil. Face aux interrogations que ne manquent pas de susciter certains éléments du texte qui n’ont pas encore trouvé de réponse satisfaisante, il m’a paru valoir la peine d’essayer d’explorer d’autres pistes qui n’ont pas été empruntées parce que la lecture de l’inscription semblait aller de soi. La première question à poser concerne les fonctions attribuées sans hésitation à Postumius : a-t-on raison d’en faire un Augustal ?

Augustalis plutôt qu’Augustanus

  • 27 Il faudrait alors comprendre la juxtaposition des deux indications géographiques comme l’indice d’ (...)
  • 28 Nos 22-25 et 29. Il s’agit en fait pour les affranchis d’une « pseudo-origo » puisqu’ils se rattac (...)
  • 29 Forni 2006, p. 177 : « In effetti la dizione Augusta, da sola, predomina como indicazione dell’ori (...)
  • 30 Bonneville 1982, p. 13. En dernier lieu, Le Roux 2012-2013, p. 197-204.
  • 31 En plus des travaux fondateurs de R. Étienne, cf. Duthoy 1976, p. 143-214 ; Bérard 2011, p. 105-12 (...)
  • 32 Serrano Delgado 1988, p. 155 à la suite de Étienne 1958, p. 251-274 et p. 431, invoque la « précoc (...)
  • 33 Sur ce document, voir le bilan récent de Le Roux 2015, p. 102-103.
  • 34 N’a cependant pas été retenue, étant donné la place de la formule dans les états civils et le cont (...)
  • 35 Il existe sur place d’assez nombreuses occurrences mentionnant des affranchis (ou des esclaves) as (...)
  • 36 AE, 1997, 804 (La Garrovilla, Mérida).
  • 37 Le culte d’Ataecina Turobrigensis est néanmoins particulièrement développé dans la région de Mérid (...)
  • 38 Par exemple, AE, 1965, 60, Belalcázar (Baedro) : Baedronenses.
  • 39 E. Hübner indique « frustra quaesiui ».
  • 40 Le CIL mentionne « Borghesius correxit MVNICIP OLIs. » à la fin du lemme.
  • 41 Par exemple, CIL, II, 1630 = CIL, II2/5, 617. Lucena (Cisimbrium) : In fronte p. XVIII, | in agro (...)
  • 42 Le Roux 1995, p. 72. N° 18 : Forni 2006, p. 169, n° 2 (époque julio-claudienne) ; n° 19 : Forni 20 (...)

8C’est le statut juridique de Postumius – un affranchi – qui appelle le développement d'Aug. en Augustalis. Il n’a d’ailleurs jamais été remis en cause, le seul élément de discussion portant, on l’a vu, sur le lieu d’exercice de la charge, Norba ou Emerita. Mais cette lecture qui s’est également imposée pour d’autres documents comparables parce que concernant des affranchis (nos 22-25 et 29), admet-elle une alternative ? La question se pose avec d’autant plus d’acuité que l’inscription a été découverte à Mérida, on l’a dit, et que sur place, l’indication précoce de l’appartenance à la colonie se fait par référence à l’épithète Augusta, parfois sous la forme adjectivée Augustanus. La piste de l'origine géographique n’a jamais été explorée dans le cas de Postumius27 (ni des autres affranchis cités28) en raison de la mention de son rattachement en toutes lettres à la colonie de Norba et de sa condition juridique qui oriente mécaniquement les lectures vers les fonctions d’Augustal. Pourtant, l'utilisation de l'abréviation Aug. constitue, comme on l’a vu, l'une des manières dont les habitants de Mérida se désignaient. Les études de Giovanni Forni29 et de Jean-Noël Bonneville ont fait le point sur la terminologie de la cité : « L'épigraphie de la ville utilise des formules variées et originales pour indiquer cette origo. Six façons étaient déjà mentionnées par Hübner [...] À Mérida, en effet, l'indication toponymique de l'origo s'effectua d'abord sous la forme Augusta, puis beaucoup plus souvent, sous la forme Emerita / Emeritensis, très souvent associée à l'indication de la tribu30. »
Pour évaluer la pertinence de l’une ou l’autre lecture (Aug. pour Augustalis ou pour Augustanus), il convient de soumettre l’ensemble de la documentation à l’épreuve de la mise en série pour observer la manière dont celle-ci exprime les fonctions augustales. La documentation dans l’annexe a été classée en fonction du degré de certitude de l’identification du terme Augustalis. La province de Lusitanie conserve quatorze attestations sûres d’Augustal soit que le terme soit entièrement conservé, soit que la partie encore lisible ne laisse pas de doute sur la nature du mot. On relève qu’en Lusitanie, le terme Augustalis est toujours employé seul, sans référence au sévirat, ce qui n’est pas le cas des autres provinces de la péninsule. Il n’y a pas lieu, dans le cadre de cette étude, de revenir sur les discussions autour de la terminologie de l’augustalité et du sévirat31. On a proposé que les appellations d’augustal et de sévir aient correspondu au départ à des fonctions différentes avant de finir par désigner une seule et même institution. En ce qui concerne la Lusitanie, la référence exclusive à l’augustalité, relevée depuis longtemps32, doit largement tenir à une pratique épigraphique. Dans l’annexe, suivent les occurrences abrégées, Augusta, August. et Aug. qui relèvent d’états civils de particuliers. Elles renvoient à deux types d’identités. D’une part, celles qui intègrent avec certitude un adjectif d’origine (nos 16-21) : il s’agit de soldats qui déclinent leur matricule et d’un particulier33 dans l’état civil desquels l’expression Aug., plus ou moins abrégée, revêt sans aucun doute une valeur géographique, (Augustanus ou Augusta) désignant l’origo, en l’occurrence Augusta Emerita. D’autre part, dans la rubrique Incerti (incerti se rapportant au développement à donner à l’abréviation Aug. et à ses variantes), on a regroupé des identités variées qui ne permettent pas a priori de déduire la nature de l’expression Aug34. Ces états civils semblent concerner majoritairement des affranchis (nos 22-25 ; 28-29), dont Postumius Apollonius. L’hypothèse formulée au sujet de Postumius peut bien sûr s’appliquer aux autres états civils comportant la mention abrégée Aug. ou les variantes August., Augu. Quatre d’entre eux afficheraient ainsi leur origine locale sur place (nos 25-27 ; 29), ce qui n’est pas complètement inhabituel à Mérida avec l’indication de l’appartenance à la cité seconde manière, Emeritensis35. Un autre, originaire de la colonie serait décédé à l’extérieur, à l’issue d’un déplacement plus lointain, qui l’aurait conduit à Pax Iulia, aujourd’hui Beja (n° 22). Par comparaison avec les identités qui mentionnent sans ambiguïté possible un adjectif d’origine (nos 16-21), on observe cependant que l’expression Aug. pour Augusta Emerita, se rencontre plutôt à l’extérieur de la cité (nos 16, 20-21) ou en situation d’obtention récente de la citoyenneté locale comme dans le cas des trois vétérans établis dans la cité de Mérida (nos 17-19). Dans la catégorie Incerti, deux autres ont accompli une dédicace religieuse (activité évidemment hautement compatible avec la fonction augustale : cf. nos 1, 4-5), l’un dans la province de Lusitanie, à Olisipo (n° 24), l’autre à La Garrovilla, enclave de Mérida en Bétique (n° 30). Ce dernier, Severianus, est le seul de la série des dévots d’Ataecina à préciser son état civil par la mention abrégée Aug. bien centrée, juste en-dessous de son nom, ce qui exclut a priori le développement en Aug(usti) [libertus ou seruus] proposé par les premiers éditeurs36 au profit d’Aug(ustalis)37. Pour finir, on considèrera le cas de M. Afranius Euporio et de L. Fabius Daphnus, auteurs d’une dédicace à Olisipo (n° 23), qui présente des similitudes avec ce qui précède : la mention Aug. qui les qualifie a été résolue en Aug(ustales) par le CIL en relation avec leur cognomina grecs et la nature votive de la dédicace. En outre, la mention d’une origo commune à plusieurs dédicants est épigraphiquement moins attestée, sans être complètement inconnue38. On notera surtout que l’inscription est perdue39 interdisant toute vérification du texte, mais aussi que les deux dernières lignes avaient fait l’objet d’une lecture divergente de la part de B. Borghesi qui, au lieu de la formule retenue par E. Hübner, proposait d’y voir la mention du lieu d’exercice de l’augustalité40 qui est aussi l’une des expressions de la charge surtout lorsque le titre est abrégé41. Ces observations ne plaident pas en faveur d’une résolution géographique de l’abréviation. Le formulaire de l'épitaphe de Postumius, en l'absence de consécration aux dieux Mânes, d'épithète au superlatif et en raison de l'usage du nominatif s’accommode plutôt d’une chronologie flavienne ne dépassant pas la fin du Ier s. apr. J.-C., date à laquelle l'emploi de l'adjectif Emeritensis l’emporte. En ce qui concerne les autres épitaphes du dossier, les formulaires qui combinent l’abréviation Aug. et les états civils d’affranchis – chez qui la question du développement de l’expression pose problème en raison de l’association traditionnelle des fonctions et du statut –, sont caractéristiques de la même époque, c’est-à-dire la seconde moitié du Ier s. apr. J.-C., comme le suggèrent l’emploi du nominatif et l’absence de formule de consécration aux Dieux Mânes (nos 22, 25 et 29). En revanche, les épitaphes de soldats (nos 17-21) exprimant leur origine éméritaine par le recours à l’épithète Augusta plus ou moins abrégée ne dépassent pas le règne de Vespasien puisque les légions VI et X dans lesquelles ils avaient respectivement servi avaient quitté la péninsule avant les Flaviens42. C’est encore plus explicite avec l’inscription de l’éméritain (n° 16), généreux donateur d’une horloge aux habitants de la ciuitas Igaeditanorum, précisément datée de 16 apr. J.-C. En outre, on a déjà signalé que l’expression Aug. pour Augusta Emerita, se rencontre plutôt à l’extérieur de la cité ou en situation d’obtention récente de la citoyenneté locale comme dans le cas des trois vétérans établis à Mérida. Ces différents éléments conduisent finalement à rejeter l’hypothèse géographique : il est préférable de ne pas considérer la formule abrégée Aug. comme un élément de l’état civil de Postumius, en l’occurrence, un second toponyme, qui aurait témoigné d’un changement de domicile du titulaire.

Postumius à Mérida : témoignage de l’attractivité de la résidence du gouverneur ?

  • 43 Jordan 2004, p. 338. Sur ce point, voir le commentaire d’HEp, 14, 57.
  • 44 Saquete Chamizo 1997, p. 146 : « Este personaje hace patente en una inscripción funeraria su origo(...)
  • 45 En dernier lieu, Le Roux 2010b, p. 79 notamment. (= Le Roux 2014, p. 102).
  • 46 Saquete Chamizo 1997, p. 147 : « Postumio Apollonio pudo ser augustal en Mérida o en Cáceres. La f (...)
  • 47 Voir aussi Edmondson 2004, p. 335. La mobilité des sévirs augustaux a déjà été soulignée pour d’au (...)
  • 48 Dans ce dernier cas, la finale en –ensis oriente naturellement vers un adjectif à valeur toponymiq (...)
  • 49 On note en plus que, dans l’identité de Postumius qui nous intéresse, la mention Norbensis est gra (...)
  • 50 Salas Martín 1996, p. 68.
  • 51 Edmondson 2011, p. 46 : « A similar process may be discerned in the case of the other Roman colony (...)
  • 52 Renseignement pris auprès de l’éditeur de l’inscription, J. C. Saquete Chamizo, il semble que l’en (...)
  • 53 Sur ces questions, consulter : Duncan-Jones 1977, p. 333-353 ; Curchin 2000, p. 275-284.
  • 54 Haensch 1997 ; Le Roux 2011a, p. 20 (= Le Roux 2014, p. 205) : « Comme l’a montré R. Haensch, la c (...)
  • 55 Le Roux 2010b, p. 79 (= Le Roux 2014, p. 102) : « Norba tire le sien [son nom] de la cité d’Italie (...)
  • 56 Saquete Chamizo 1997, p. 95, constate l’absence d’élites avérées à Mérida : « La epigrafía emerite (...)
  • 57 Étienne 1982, p. 521-529 (= Étienne 2006, p. 215-223), ne relevait que deux sénateurs originaires (...)
  • 58 Stanley 1990, p. 73-75 en recensait onze. Cf. aussi Lefebvre 2011, p. 164. Récemment, Edmondson 20 (...)
  • 59 Hoces de la Guardia Bermejo 2017, p. 63-80, relève que la majorité des témoignages correspondent à (...)
  • 60 On recense huit ressortissants de Norba (y compris Postumius Apollonius), reconnaissables au port (...)
  • 61 CIL, II, 813, Oliva de Plasencia (Capera).
  • 62 CIL, II, 824, Oliva de Plasencia (Capera) : Valeria | M. f. Sal|uia Eme|riten. an. | L h. s. e. | (...)

9Une fois rendue son identité géographique à Postumius, il nous reste à tirer au clair un autre élément récurrent des commentaires, celui concernant la présence de l’augustal à Mérida. Les commentaires de l’inscription se sont souvent placés sous le signe de la mobilité. Rappelons seulement que récemment, une hypothèse, même si elle n’a pas convaincu, proposait, sur une base onomastique, de faire du patron de l’Augustal – un Postumius inscrit dans la tribu Galeria – un Olisiponensis qui aurait élu domicile à Norba43. Plus traditionnellement, le défunt est présenté comme venu en voisin depuis la colonie de Norba Caesarina44 à Mérida, sedes legati Augusti de Lusitanie et colonie augustéenne, fondée aux alentours de 25 av. J.-C., pour accueillir des vétérans des guerres cantabriques45. Y bénéficiant d'une notoriété peut-être moindre qu'à Norba – aujourd’hui Cáceres – il décline une identité complète, tribu comprise, on l’a vu. On n’excluait pas non plus qu'il ait suivi son patron. José Salas Martín emboîte le pas à José Carlos Saquete Chamizo46 en concluant à l'impossibilité de trancher entre Mérida et Norba comme lieu d'exercice des activités de Postumius47. La série des attestations des fonctions d’augustal en Lusitanie permet d’apporter des éléments de réponse. Il arrive en effet que l’indication de la charge soit contextualisée et précisée. Si l’on observe, certes, que la plupart du temps, Augustalis est employé seul sans indication géographique, dans le cas contraire, celle-ci est en général rejetée après la mention de la charge (nos 2, 10 et 1248). Mais il arrive que la précision géographique précède l’augustalité comme dans l’état civil de Postumius où Norbensis est indiqué avant la fonction ou encore dans celui d’Africanus en association avec Emeritensis (n° 11)49. Dans ce dernier cas, il n’est pas douteux, puisque l’inscription provient de Mérida, que l’augustal servait sur place et donc que Postumius a eu toutes les chances d’exercer sa charge à Norba et non à Emerita. Par ailleurs, selon José Salas Martín, la découverte de l'inscription à Mérida serait également une illustration supplémentaire de l'attractivité qu'exerçait la « capitale » lusitanienne sur les élites de la province50. Cette idée a récemment été reprise en guise de conclusion à un article consacré au rayonnement de Mérida sur les cités voisines. J. Edmondson en déduit que Postumius a fait souche à Mérida où il fut enterré51. Pourtant, l’absence de la clausule hic s(itus) e(st) à la suite de l’indication de l’âge du défunt signifie que sa dépouille ne reposait pas aux côtés de son épouse décédée peut-être depuis longtemps et que l’inscription lui servait au contraire de cénotaphe. La différence d’âge entre les deux époux appelle un commentaire supplémentaire : soit l’écart important entre les deux conjoints tient au long veuvage du mari qui a pu survivre plusieurs années au décès de son épouse avant de faire rédiger une épitaphe commune52, soit il s’explique par un mariage conclu entre deux individus d’âges très éloignés. Dans les deux cas de figure, l’âge arrondi suggère que la double épitaphe a peut-être été préparée à l’avance à la suite du décès de l’épouse par exemple à moins que les âges respectifs des époux n’aient été connus qu’approximativement53. Les quatre-vingts ans de Postumius avaient peut-être aussi pour but d’exprimer un ordre de grandeur et donc d’indiquer qu’il avait atteint un âge honorable. Non seulement Postumius n’a pas été inhumé sur place, mais peut-être n’a-t-il même jamais élu domicile à Mérida. Le seul élément qui le lie à la cité semble être le lieu d’inhumation de son épouse. Aussi y a-t-il tout à parier qu’un cénotaphe symétrique avait été prévu à l’endroit même (pourquoi pas Norba ?) où Postumius fut enterré, avec la mention de l’origo de Volosinia, sans doute d’origine Emeritensis. Dans ces conditions, ce document ne peut pas être considéré comme un témoignage de l’influence de Mérida dont il faudrait s’assurer que son rang de cité présidiale lui conférait, dans tous les cas, une nette prévalence. La notion moderne de capitale comme siège de tous les pouvoirs n’a pas sa raison d’être dans le monde romain54. Norba et Augusta Emerita jouissaient d’un même statut, celui de colonie romaine, vraisemblablement d’une notoriété équivalente et d’un passé prestigieux qui donnait même probablement l’avantage à la première, fondée à l’initiative de César55. On ne « montait » pas à la « capitale » pour faire fortune ou améliorer ses conditions de vie. D’ailleurs, les élites originaires des capitales provinciales ne sont pas les plus nombreuses56. En la matière, Mérida ne dépareillait pas, qui a fourni peu d’attestations de sénateurs ou de chevaliers issus de ses rangs57. Les cités, surtout de même statut, entraient plutôt dans une compétition, que l’on pourrait qualifier en dépit de l’anachronisme, « de clocher », ce que ne dément pas sur la plaque trouvée à Mérida la gravure en toutes lettres et qui plus est en grandes lettres de l’« origo » de Postumius qui affichait ainsi l’ancrage civique qu’il avait gagné en même temps que sa libertas. De toute façon, les témoignages de mobilité à notre disposition concernent aussi bien des déplacements en direction de Mérida que vers Norba, cités distantes de moins d’une centaine de kilomètres. Il est vraisemblable que la plupart de ces déplacements se faisait sur de courtes distances. En Lusitanie, on ne compte en effet qu’une dizaine de témoignages émanant d’étrangers extérieurs à la péninsule58. Par ailleurs, Norba n’est pas connue comme une cité de migration à la différence de Clunia ou Vxama dont on connaît une trentaine de ressortissants à l’extérieur59. Peu nombreux sont ses citoyens, dont Postumius Apollonius, qui sont attestés ailleurs que dans leur patrie d’origine60. Les relations, peut-être simplement d’ordre matrimonial entre Postumius et Mérida s’inscriraient donc dans la norme des déplacements privilégiant un proche voisinage que l’on peut rapprocher de la présence de Cocceia Severa de Norba qui rend hommage à sa grand-mère Auita Moderati f., accueillie dans le municipe voisin de Capera61 où fut également enterrée Valeria M. f. Saluia Emeritensis62.

  • 63 Le Roux 1995, p. 76.

10Depuis sa redécouverte dans les réserves du musée de Mérida, l’inscription de Postumius a fait l’objet de commentaires fondés essentiellement sur la question des déplacements (du patron, de son affranchi, etc.). C’est pourquoi, l’ambiguïté de la formule Aug. en Lusitanie qui tient à la concurrence de deux termes, l’un désignant, sous une forme presque exclusive à la province, l’appartenance à un collège chargé du culte impérial introduit dans les cités de Lusitanie dès Tibère63, l’autre exprimant l’origine d’une partie des habitants de cette même province, citoyens de Mérida - ce qui n’allait probablement pas sans poser problème même à l’époque - m’a également amenée à explorer puis à abandonner la piste géographique de l’identité. Une lecture moderniste a également contribué à tirer l’analyse du côté de l’étude des rapports de forces entre cités voisines, présentés comme favorables à Mérida. Cette fois, un examen minutieux de la plaque indique sans conteste que Postumius, dont on supposait qu’il s’était installé à Mérida, ne s’y fit pas enterrer et qu’il avait très vraisemblablement exercé ses fonctions d’Augustal à Norba. Ce jeu des identités nous renvoie ainsi à nos propres (in)certitudes que nous devons sans cesse interroger. C’est pourquoi, ce travail veut surtout témoigner d’une curiosité qui s’est progressivement muée en une réflexion d’ordre méthodologique liée à l’expression des identités. Cette étude invite également à se méfier des généralisations parfois abusives et contribue à souligner une fois de plus la nécessité de ne céder à aucune facilité.

Annexe

Augustalis

111) FE, 230 = HEp, 6, 1075 = AE 1996, 838, Sines (Mirobriga)
Signum | Marti Aug., | Cicerius | Iuuena|lis Augustalis | ex test. po|ni iussit | Ma[…]lion(us?) | siue Raicirri|[…] p. c.

122) EE, VIII, 2, 6 = IRCP, 241 = ILS, 6900, Beja (Pax Iulia)
[… M]arcio Piero | [P]acensi | [Au]gustali col. Pacensis | et municipii Eborensis, | amici ob merita eius | aer[e] conlato posuerunt, | L. Marcius Pierus | honore contentus | inpensam remisit.

133) CIL, II, 57c, Beja (Pax Iulia)
[a]ugustal.

144) CIL, II, 181, Lisbonne (Olisipo)
Mercurio Aug. | sacrum, | C. Iulius C. Iulii III | Augustalis d. d.

  • 64 Lefebvre 2018, p. 162, n° 24 et passim.

155) CIL, II, 182 (AE, 2012, 674), Lisbonne (Olisipo)
Diuo Augusto, | C. Arrius Optatus | C. Iulius Eutichus, | Augustales (peu après la divinisation d’Auguste, le 17 septembre 14 apr. J.-C.64).

166) CIL, II, 183 = ILS, 5640 = HEp, 4, 1074 = HEp, 11, 690, Lisbonne (Olisipo)
Neroni Claudio diui Claudi f., Germa[nici C]aesa[ris nep., Ti. C]aesaris [pron., diui Augusti abn., Caesari], Aug., Germanico, pont. max., trib. pot. III, | imp. III, cos. II designato III, proscaenium et orchestram cum ornamentis Augustalis perpetuus C. Heius Primus Cato | HEIA[… d. d.].

177) CIL, II, 196, Lisbonne (Olisipo)
[Augu]stali | perpetuo | C. Heio C. l. | Primo, | C. Heius Primi lib. | Nothus et Heia | Primi l[ib.] Elpis, | Heia Notha Secunda, | C. Heius Nothi f. Gal. | Primus Ca[t]o, | Heia Nothi f. Chelid(o), | T. [H]eiu[s] Nothi f. Gal. | Glaphyrus Nothian(us).

188) HEp, 4, 1072, Lisbonne (Olisipo)
Matulla | h. s. e. | […]lis, Augustal(is), | [Iu]l(ia ?) Gadilla | curauerunt.

199) CIL, II, 264, Unhos (Olisipo
[…] Iulius Munii | Bitalicus, | Augustal(is) h. s. e.

2010) HEp, 5, 105 = HEp, 7, 112 = HEp, 14, 58 = AE, 1997, 778a, Mérida (Emerita)
Recommemoratio | C. Iul(i) Successiani | Augustalis Emeritensis | Exsuperanti l. (?)

2111) HEp, 7, 126, Mérida (Emerita)
L. A[…] | Afric[anus] | Emerit[ensis] | Augustali[s], | ann. (sic) h. s. e. | s. fec(it).

2212) HEp, 6, 81 = AE, 1994, 838, Mérida (Emerita)
[---Au]gustalis | […]nsis | […] Mandatae

2313) ERAE, 554, Mérida (Emerita)
[---]ccio | […]do | [… Augu]stali | […]M

2414) HEp, 6, 82 = AE, 1994, 839 Mérida (Emerita)
[…]us A. l. Vitulus | [… Augu]stalis | [---]

2515) HEp, 8, 46, Campo Lugar (Norba)
[---] an. XV | […] Boutius | […]panfius | […] Augustali(s) | […] f. c.

Adjectifs d'origine

2616) HEp, 2, 770 = AE, 1961, 349 = AE, 1967, 144 = AE, 1992, 951, Idanha-a-Velha (ciuitas Igaeditanorum).
Q. Iallius Sex. f. Papi(ria) Augu(sta) | orarium donauit | Igaiditanis l. a. f. per mag. | Toutoni(um) Arci f. Malgeini(um) Manli f. | Celti(um) Arantoni f. | Ammini(um) Ati f. | L. Domitio Aenobarbo | P. Cornelio Scipione co[s]. (16 apr. J.-C.)

2717) AE, 2006, 615 ; HEp, 16, 13, Mérida (Emerita), Mérida
[… Iustul]|enus (?) P. f. | Pap. Aper | Aug(ustanus), ueter. | leg. X Gem. | P. F., an. LXV | h. s. e. s. t. t. l.

2818) HEp, 15, 47 = AE, 2006, 616, Mérida (Emerita)
L. Heluius L. (sic) Pap.| Rebilus Aug(ustanus), | ueter. leg. VI | Vic. P. F., ann. LV | h. s. e. s. t. t. l.

2919) CIL, II, 1016 = AE, 1976, 276, Badajoz
P. Cincio Pap. Ruf(o) | A(ugusta?), m. leg. X, | P. Cincius Pap. Tuscus | patri suo et sibi | per se d. s. f. c.

3020) AE, 1929, 187, Petronell (Carnuntum)
T. Iulius T. (f.) Pa(piria) Vegetus Augu(sta), m. [l. X …]

3121) AE, 1974, 451, Cologne (colonia Claudia Ara Agrippinensium)
M. Vibius Maurinus M. f. domo Papiria Augusta, mil. leg. X Gem.

Incerti

3222) IRCP, 246, Beja (Pax Iulia)
[C. I]ulius C. li[b.] | Niger Aug., | [Iu]lia C. lib. | [P]rima | [h.] s. s. s. e(is) (sic) t. l.

3323) CIL, II, 175, Lisbonne (Olisipo)
Sacrum | Aesculapio, | M. Afranius Euporio | et | L. Fabius Daphnus | Aug. | municipio | d. d.

3424) AE, 1936, 107 = AE, 1953, 256, Lisbonne (Olisipo)
Apollini | sacrum, | M. Iul(ius) M. lib. | Tyrannus | Augusta. | d. d.

3525) ERAE, 119 = AE, 1962, 63 Mérida (Emerita)
Iulia Methe, | ann. L, | h. s. e. s. t. t. l. | M’ Acilius Hymnus August., | uxori.

3626) EE, VIII, 2, 29 = HEp, 5, 106 = HEp, 13, 168, Mérida (Emerita)
[…]VITV[.]A | P. Atten[nio] | Ama[…] | Augu. | C. Attennius P. [---]

3727) ERAE, 120, Mérida (Emerita)
A. Papiri[us …] | Augu[?---]

  • 65 Murciano Calles 2019, p. 222, n° 77, donne le lemme complet de l’inscription.

3828) HEp, 7, 125 = AE, 1997, 781, Mérida (Emerita)65
[L. P]ostumius L. lib. Gal. | Apollonius Norbensis | Aug., ann. LXXX, | Volosinia Secundina uxor, | ann. XXX, hic s. e. s. t. t. l.

3929) ERAE, 122 = AE, 1967, 188, Mérida (Emerita)
Q. Aefulanus Q. lib.| P(h)osphorus Aug., | ann. LXXXV, h. s. e. s. t. t. l.

4030) AE, 1997, 804a, Badajoz
[Deae sanctae | Ataecinae | Turibrigae] | Proserpinae, | Severianus | Aug. | a. l. u. s.

Sources épigraphiques

41AALR = Grupo Mérida, Atlas antroponímico de la Lusitania romana, Mérida-Bordeaux, 2003.

42AE = L’Année épigraphique, Paris, 1888-.

43CIL, II = Hübner E., Corpus Inscriptionum Latinarum II. Inscriptiones Hispaniae Latinae, 1869 ; Inscriptionum Hispaniae Latinae supplementum, 1892.

44CIL, II2, 14 = Alföldy G., Clauss M., Mayer M. et alii (éds), Corpus Inscriptionum Latinarum II. Inscriptiones Hispaniae Latinae, ed. altera, pars XIV. Conuentus Tarraconensis, Berlin-New-York, 1995.

45CILCCapera = Esteban Ortega J., Corpus de inscripciones latinas de Cáceres. III. Capera, Cáceres, 2013.

46EE, IX = Ephemeris Epigraphica, Corporis inscriptionum Latinatum supplementum, edita iussu Instituti archaeologici Romani, Berlin, 1872/1913 IX, 1903).

47ERAE = García Iglesias L., Epigrafía Romana de Augusta Emerita (tesis doctoral), Madrid, 1973.

48FE = Ficheiro epigráfico (Suplemento de « Conimbriga »), Coïmbre, 1982-…

49HAE = Hispania antiqua epigraphica, Madrid, 1950/69.

50HEp = Hispania Epigraphica, Madrid, 1989-.

51ILS = Dessau H. (éd.), Inscriptiones Latinae Selectae, 3 vol., Berlin, 1892-1916.

52IRC, IV = Fabre G., Mayer M. et Rodà I., Inscriptions romaines de Catalogne. IV. Barcino, Barcelone, 1997.

53IRCP = d’Encarnação J., Inscrições romanas do Conuentus Pacensis : subsídios para o estudo da romanização, Coïmbre, 1984.

Bibliographie

Armani, 2010 = Armani S., « Les pérégrins dans les cites romaines de Lusitanie », in Gorges J.-G. et Nogales Basarrate T. (éds), Naissance de la Lusitanie romaine (Ier av. – Ier ap. J.- C.) – Origen de la Lusitania romana (Ier av. – Ier ap. J.- C.), Toulouse – Mérida, 2010, p. 293-318.

Armani, 2011 = Armani S., « Origo et liens familiaux dans la péninsule Ibérique », in Iglesias Gil J. M. et Ruiz Gutiérrez A. (dir.), Viajes y cambios de residencia en el mundo romano, Santander, 2011, p. 67-92.

Barrón Ruiz de la Cuesta, 2018 = Barrón Ruiz de la Cuesta A., « Contribución al estudio de la movilidad geográfica en la Gallia Narbonensis : el caso de los seuiri Augustales », Latomus, 77, 2018, p. 26-58.

Bérard, 2011 = Bérard F., « Les plus anciens sévirs lyonnais », in Cabouret B. et Charles-Laforge M.-O. (éds), La norme religieuse dans l’Antiquité. Colloque organisé les 14 et 15 décembre 2007 par les universités Lyon 2 et Lyon 3, Paris, 2011, p. 105-124.

Bonneville, 1982 = Bonneville J.-N., « Remarques sur l’indication de l’origo par la tribu et le toponyme après des tria nomina sans filiation », MCV, 18-1, 1982, p. 5-32.

Caballos Rufino, 2016 = Caballos Rufino A., « Las « ciudades del poder » en la Bética », in Dopico Caínzos Ma D., Santos Yanguas J. et Villanueva Acuña M. (éds), Las ciudades del poder en Hispania, Revista de Historiografía, 25, 2016, p. 157-176.

Christol, Demougin, 1990 = Christol M., Demougin S., « De Lugo à Pergame : la carrière de l’affranchi Saturninus dans l’administration impériale », MEFRA, 102-1, 1990, p. 159-211.

Corazza, 2016 = Corazza G., Gli Augustales della Campania romana, Naples, 2016.

Curchin, 2000 = Curchin L. A., « Aetates Mortuorum en Lusitanie : études quantitatives sur les âges des défunts en Lusitanie », Conimbriga, 39, 2000, p. 275-284.

Dalaison, 2002 = Dalaison J., « Augustus dans la dénomination privée », Studi classici e orientali, 48, 2002, p. 341-372.

Dopico Caínzos, Santos Yanguas,Villanueva Acuña, 2016 = Dopico Caínzos Ma D., Santos Yanguas J. et Villanueva Acuña M. (éds), Las ciudades del poder en Hispania, Revista de Historiografía, 25, 2016.

Duncan-Jones, 1977 = Duncan-Jones R. P., « Age-rounding, illiteracy and social differenciation in the Roman Empire », Chiron, 7, 1977, p. 333-353.

Duthoy, 1976 = Duthoy R., « Recherches sur la répartition géographique et chronologique des termes sevir augustalis, augustalis et sevir dans l’empire romain », ES, XI, 1976, p. 143-214.

Edmonson, 2002-2003 = Edmondson J., « Family life within slave households at Augusta Emerita : the epitaph of the Cordii », Anas, 15/16, 2002-2003, p. 201-238.

Edmondson, 2004 = Edmondson J., « Inmigración y sociedad local en Augusta Emerita, 25 a. C. – 250 d. C. », in Gorges J.-G., Cerrillo E. et Nogales Basarrate T. (éds), V Mesa Redonda Internacional sobre Lusitania Romana : las comunicaciones, Cáceres, 2004, p. 321-368.

Edmondson, 2011 = Edmondson J., « A Tale of Two Colonies : Augusta Emerita (Mérida) and Metellinum (Medellín) in Roman Lusitania », in Sweetman R. J. (éd.), Roman Colonies in the First Century of their Foundation, Oxford, 2011, p. 32-54.

Edmondson, 2018 = Edmondson J., « Hacia una historia social de la colonia de Augusta Emerita : problemas metodológicos y perspectivas prometedoras », in Ortiz de Urbina E. et Vallejo J. M. (éds), Métodos y técnicas en ciencias de la Antigüedad. Estudios sobre investigación y docencia, Anejos de Veleia (Acta 16), Vitoria, 2018, p. 159-204.

Étienne, 1974 = Étienne R., Le culte impérial dans la péninsule Ibérique d’Auguste à Dioclétien, Befar n° 191, Paris, 1974 (rééd.).

Étienne, 1982 = Étienne R., « Sénateurs originaires de la province de Lusitanie », in Epigrafia e ordine senatorio, II, Tituli V, 1982, p. 521-529 (= Étienne R, in Étienne R. et Mayet F. (éds), Itineraria Hispanica. Recueil d’articles de Robert Étienne, Scripta Antiqua, 15, Bordeaux, 2006, p. 215-223).

Forni, 2006 = Forni G., Le tribù romane, IV. Scripta Minora, Rome, 2006, p.169-184 (= Forni G., « La tribù Papiria di Augusta Emerita », in Augusta Emerita. Actas del simposio internacional commemorativo del bimilenario de Mérida 16-20 noviembre 1975, Madrid, 1976, p. 33-42).

Gimeno Pascual, 2012 = Gimeno Pascual H., « Nuevas inscripciones de tradición manuscrita », Anas, 25-26, 2012/2013, p. 207-218.

González, Ramirez, 2007 = González Ma Cruz et Ramírez M., « Observaciones sobre la mención de la origo « intra ciuitatem » en la epigrafía funeraria hispana », in Mayer i Olivé M., Baratta G. et Guzmán Almagro A. (éds), Acta XII congressus internationalis epigraphiae graecae et latinae, Barcelona, 3-8 septembris 2002, Barcelone, 2007, p. 595-600.

Haensch, 1997 = Haensch R., Capita prouinciarum. Statthaltersitze und Provinzialverwaltung in der römischen Kaiserzeit, Mayence, 1997.

Hoces de la Guardia Bermejo, 2017 = Hoces de la Guardia Bermejo Á. L., « Migración en época romana de la provincia de Segovia », Oppidum, 13, 2017, p. 63-80.

Iglesias Gil, 2017 = Iglesias Gil J. M., « Memoria epigráfica de una gens : los Norbani en la Lusitania romana », in Iglesias Gil J. M. et Ruiz Gutiérrez A. (éds), Monumenta et memoria. Estudios de epigrafía romana, Rome, 2017, p. 295-325.

Jordan, 2004 = Jordan Á. A., « Algunas reflexiones en torno a la distribución geográfica de los « Augustales » en la Península Ibérica », in Hernández Guerra L. et Alvar Ezquerra J. (éds), Jerarquías religiosas y control social en el mundo antiguo, Actas del XXVII congreso internacional GIREA-ARYS IX (Valladolid, 7-9 de noviembre 2002), Valladolid, 2004, p. 337-345.

Le Roux, 1995 = Le Roux P., Romains d’Espagne. Cités et politique dans les provinces IIe siècle av. J.-C. – IIIe siècle ap. J.-C., A. Colin, 1995.

Le Roux, 2007 = Le Roux P., « Géographie péninsulaire et épigraphie romaine », in Cruz Andreotti G., Le Roux P. et Moret P. (éds), La invención de una geografía de la Península Ibérica. II. La época imperial, Madrid, 2007, p. 197-219 (= Le Roux P., Espagnes romaines. L’empire dans ses provinces, PUR, 2014, p. 43-61).

Le Roux, 2010a = Le Roux P., La péninsule Ibérique aux époques romaines (fin du IIIe s. av. n. è. – début du VIe s. de n. è.), A. Colin, 2010.

Le Roux, 2010b = Le Roux P., « Les colonies et l’institution de la province de Lusitanie », in Gorges J.-G. et Nogales Basarrate T. (éds), Naissance de la Lusitanie romaine (Ier av.-Ier apr. J.-C.) - Origen de la Lusitania romana (siglos I a. C. - I d. C.), Actes de la VIIe table ronde internationale sur la Lusitanie romaine, Toulouse-Mérida, 2010, p. 69-91 (= Le Roux P., Espagnes romaines. L’empire dans ses provinces, PUR, 2014, p. 95-110).

Le Roux, 2010c = Le Roux P., « Tribus romaines et cités sous l’Empire. Épigraphie et histoire », in Silvestrini M. (éd.), Le tribù romane. Atti della XVIe rencontre sur l’épigraphie (Bari 8-10 ottobre 2009), Bari, 2010, p. 113-121 (= Le Roux P., La toge et les armes. Rome entre Méditerranée et Océan, PUR, 2011, p. 591-602).

Le Roux, 2010d = Le Roux P., « Burdigala et l’organisation de la province romaine d’Aquitaine », Conimbriga, 49, 2010, p. 97-118 (= Le Roux P., La toge et les armes. Rome entre Méditerranée et Océan, PUR, Rennes, 2011, p. 649-660).

Le Roux, 2011a = Le Roux P., « Les villes de la péninsule Ibérique romaine : un siècle d’historiographie », in Álvarez Martínez J. Ma et Mateos P. (dir.), Actas del congreso internacional 1910-2010. El yacimiento emeritense, Mérida, 2011, p. 9-32 (= Le Roux P., Espagnes romaines. L’empire dans ses provinces, PUR, Rennes, 2014, p. 189-209.

Le Roux, 2011b = Le Roux P., « Identités civiques, identités provinciales dans l’Empire romain », in Caballos Rufino A. et Lefebvre S. (éds), Roma generadora de identidades. La experiencia romana, Collection de la Casa de Velázquez, 123, Madrid, 2011, p. 7-19.

Le Roux, 2011c = Le Roux P., La toge et les armes. Rome entre Méditerranée et Océan, PUR, 2011.

Le Roux, 2014 = Le Roux P., Espagnes romaines. L’empire dans ses provinces, PUR, 2014.

Le Roux, 2015 = Le Roux P., « La creación romana de Lusitania », in Álvarez Martínez J. M., Carvalho A. et Fabião C. (éds), Lusitania Romana. Origen de dos pueblos (catálogo de la exposición internacional Mérida-Lisboa-Madrid), Madrid-Badajoz, 2015, p. 99-108.

Le Roux, 2016 = Le Roux P., « Les villes de gouvernement et de l’administration sous l’empire en Hispania : questions de lecture », in Dopico Caínzos Ma D., Santos Yanguas J. et Villanueva Acuña M. (éds), Las ciudades del poder en Hispania, Revista de Historiografía, 25, 2016, p. 17-29.

Le Roux, 2017 = Le Roux P., « Les inscriptions et l’histoire provinciale de la Lusitanie : un bilan », in Nogales Basarrate T. (éd.), Lusitania romana del pasado al presente de la investigación. IX Mesa Redonda internacional de Lusitania, Mérida, 2017, p. 23-45.

Lefebvre, 2011 = Lefebvre S., « Onomastique et identité provinciale. Le cas de ‘Lusitanus’ », in Caballos Rufino A. et Lefebvre S. (éds), Roma generadora de identidades. La experiencia romana, Collection de la Casa de Velázquez, 123, Madrid, 2011, p. 153-170.

Lefebvre, 2018 = Lefebvre S., « Hommages rendus au diuus Augustus en Occident : témoignages d’une relation particulière ? », in Daguet-Gagey A., Lefebvre S. (éds), L’empereur Auguste et la mémoire des siècles. Actes des journées d’études de Dijon (28 novembre 2014) et Arras (23 mars 2015), Arras, 2018, p. 123-164.

Murciano Calles, 2019 = Murciano Calles J. Ma, Monumenta. Tipología monumental funeraria en Augusta Emerita. Origen y desarrollo entre los siglos I A.C. y IV D.C., Mérida, 2019 (Monografías Emeritenses, 12).

Navarro Caballero, 2017 = Navarro Caballero M., Perfectissima femina. Femmes de l’élite dans l’Hispanie romaine, Scripta Antiqua 101, Bordeaux, 2017.

Navarro Caballero, 2018 = Navarro Caballero M., « Los habitantes de la colonia de Norba : un estudio onomástico », in Vallejo J. M., Gartua I. et García Castillejo C. (éds), Studia Philologica et Diachronica in Honorem Joaquín Gorrochategui, Indoeuropaea et Palaeohispanica, Vitoria, 2018, p. 359-411.

Olivares Pedreño, 2015 = Olivares Pedreño J. C., « Los emigrantes en las áreas mineras y las ciudades de Hispania : religion, identidades y difusión cultural », Gerión, 33, 2015, p. 261-283.

Pastor Muñoz, 2010 = Pastor Muñoz M., « Sociedad y epigrafía en Augusta Emerita : los libertos », in Gorges J.-G. et Nogales Basarrate T. (éds), Naissance de la Lusitanie romaine (Ier av.-Ier apr. J.-C.) – Origen de la Lusitania romana (siglos I a. C. – I d. C.), Actes de la VIIe table ronde internationale sur la Lusitanie romaine, Toulouse-Mérida, 2010, p. 337-366.

Salas Martín, 1996 = Salas Martín J., « Fuentes para el estudio de la Colonia Norba Caesarina y sus contributa Castra Servilia y Castra Caecilia », Anas, 9, 1996, p. 59-78.

Salinas de Frías, 2016 = Salinas de Frías M., « Las ciudades del poder de la provincia Lusitania. Capitales conventuales y ciudades principales », in Dopico Caínzos Ma D., Santos Yanguas J., Villanueva Acuña M. (éds), Las ciudades del poder en Hispania, Revista de Historiografía, 25, 2016, p. 133-155.

Saquete, 2018 = Saquete J. C. et Guerra Millán S., « Algunas inscripciones inéditas de Medellín (Lusitania) », Habis, 49, 2018, p. 105-117.

Saquete Chamizo, 1997 = Saquete Chamizo J. C., Las elites sociales de Augusta Emerita, Cuadernos Emeritenses, 13, Mérida, 1997.

Serrano Delgado, 1988 = Serrano Delgado M., Status y promoción social de los libertos en Hispania Romana, Séville, 1988.

Stanley, 1990 = Stanley F. H., « Foreigners in Roman Italy », Acta Archaelogica Academiae Scientiarum Hungaricae, 42, 1990, p. 73-75.

Stylow, 1995 = Stylow A. U., « Apuntes sobre las tribus romanas en Hispania », Veleia, 12, 1995, p. 105-123.

Wiegels, 1985 = Wiegels R., Die Tribusinschriften des römischen Hispanien. Ein Katalog, 1985.

Notes

1 Une première version de ce travail a été présentée lors de la journée d’étude « Mobilités et déplacements » organisée par l’USR 710-L’Année épigraphique (axe 4) le 6 janvier 2012. Je remercie S. Lefebvre, M. Christol et P. Le Roux pour leurs suggestions.

2 Le Roux 2011b, p. 7-19.

3 Le Roux 2010a, p. 225-228.

4 Tous les numéros qui apparaissent entre parenthèses dans le corps du texte et ceux en notes sans référence à un corpus épigraphique renvoient à l’annexe.

5 Armani 2011, p. 74.

6 L’attention avait déjà été attirée sur la rareté de la mention d’une tribu – qui plus est la Galeria – chez un affranchi : Saquete Chamizo 1997, p. 147 : « Su inclusiòn en una tribu, y además la Galeria, lo convierte en un individuo poco común en la epigrafía peninsular. Por un lado, no abundan los libertos que hacen mención de tribu, que normalmente era la Palatina. De hecho, aparte de ésta, solo se conocen dos libertos con la Galeria en todo el imperio ». Voir aussi Pastor Muñoz 2010, p. 345-346. Une autre attestation a été envisagée comme possible, sans certitude, puisque l’une des lacunes porte précisément sur la filiation ou le lien de dépendance : CIL, II2/14, 177 = AE, 2004, 826 (Liria, Edeta).

7 Conservée sous le n° d’inventaire 33436. Cf. Saquete Chamizo 1997, p. 146, n. 590.

8 Information donnée par J. C. Saquete Chamizo que je remercie pour les éclairages complémentaires qu’il a bien voulu me fournir sur la plaque à ma demande.

9 Edmondson 2002-2003, p. 217 ; Murciano Calles 2019, p. 222, la classe parmi les plaques de grandes dimensions. Sur l’analyse de ce type de support, voir Murciano Calles 2019, p. 193-204 et en particulier, p. 202. Les dimensions des lettres m’ont été communiquées par J. Ma Murciano Calles du MNAR de Mérida que je remercie de sa collaboration (l. 1 : 5,4 cm. et jusqu’à 7,3 cm. pour les plus hautes ; l. 2 : 4,5 cm ; l. 3 : 3,6 cm jusqu’à 4,7 cm. pour le L ; l. 4 : 4 cm ; l. 5 : 3,7 cm).

10 Edmondson 2002-2003, p. 211. Il est cependant à noter que les études restent en général vagues sur la chronologie et que l’editio princeps de l’épitaphe de Postumius, par exemple, reste silencieuse sur ce point.

11 Saquete Chamizo 1997, p. 214.

12 Sur le même modèle à Mérida, n° 29. Voir aussi n° 24.

13 HEp, 7, 125 donne les deux versions orthographiques (125a et 125b). Mais le double L ne fait pas de doute.

14 L’abréviation Aug. est volontairement laissée en l’état puisque son développement va faire l’objet de la discussion dans les pages qui suivent.

15 Navarro Caballero 2018, p. 380. Sur la répartition en Lusitanie des noms portés par le couple, voir AALR s. v., à compléter désormais pour l’ensemble de la péninsule Ibérique, par la consultation de la base de données ADOPIA (http://adopia.huma-num.fr/fr/home).

16 EE, IX, 1064 (Chester) : Q. Postumius Q. f. Papir. [S]olus Emerita.

17 ERAE, 551 (Mérida) : Apollonia) ; HAE, 1480 (Mérida) : Afranius Apollonius.

18 CIL, II, 18 = IRCP, 106 (Myrtilis) : Herennia Secundina ; CIL, II, 103 (Olisipo) : Secundina ; AE, 2004, 811 = HEp, 14, 192 (Salaria) : [A]elia Secundina ; HEp, 16, 117 (Salvatierra de Santiago) : [Pe]tron[ia] Secun[din]a.

19 Salas Martín 1996, p. 59-78.

20 Wiegels 1985, p. 82. Sur la diffusion de la Sergia, lire aussi Stylow 1995, p. 105-123. Récemment, Navarro Caballero 2018, p. 388-389 et 405, émet l’hypothèse selon laquelle l’appartenance à la tribu Galeria pourrait être l’indice d’une nouvelle fondation à l’époque augustéenne, si le cas ne devait pas rester isolé.

21 Wiegels 1985, p. 78. Une occurrence de la Sergia est attestée à Mérida, mais en tant qu’hapax, R. Wiegels a préféré la rattacher à la cité de Norba ou de Scallabis (cf. Wiegels 1985, p. 82, note 1).

22 Le Roux 2010c, p. 116.

23 Le Roux 2010c, p. 115 : « Le dossier de la tribu Palatina et des tribus des affranchis n’offre pas d’originalité particulière. Il convie à mettre en valeur quelques points essentiels. Sous l’Empire, il n’est pas contestable que les affranchis et descendants d’affranchis étaient de préférence inscrits dans la tribu urbaine Palatina lorsque la cité provinciale avait le rang de colonie. » En illustration pour la péninsule Ibérique, voir, par exemple, le cas de C. Iulius Siluanus, fils d’affranchi, inscrit dans la tribu Palatina attribuée à son père et édile de la colonie de Barcelone (CIL, II, 4527 = IRC, IV, 66).

24 Le Roux 2010c, p. 113.

25 Edmondson 2002-2003 p. 213, relève l’habitude sur ce type d’épitaphes de laisser des « uacat », il est vrai plus souvent en début ou en fin de texte, vraisemblablement pour laisser la place à d’éventuels compléments.

26 Une trentaine d’épitaphes mentionnant la formule au pluriel y sont recensées selon la base de données EDCS.

27 Il faudrait alors comprendre la juxtaposition des deux indications géographiques comme l’indice d’un changement de residence, de Norba à Emerita ou inversement (voir CIL, II, 4244 ; 4249 ; 4277 de Tarragone et Le Roux 2010c) ou de citoyennetés multiples (voir CIL, II, 3423-3424 de Carthagène et Demougin 2012, p. 99-109).

28 Nos 22-25 et 29. Il s’agit en fait pour les affranchis d’une « pseudo-origo » puisqu’ils se rattachent à l’origo de leur patron (cf. à Mérida exemples de la note 35 infra) : Christol, Demougin 1990, p. 162.

29 Forni 2006, p. 177 : « In effetti la dizione Augusta, da sola, predomina como indicazione dell’origo almeno fino alla seconda metà del I sec. d.C. quando cominciò ad imporsi l’indicazione Emerita ed Emeritensis, non senza eccezioni. »

30 Bonneville 1982, p. 13. En dernier lieu, Le Roux 2012-2013, p. 197-204.

31 En plus des travaux fondateurs de R. Étienne, cf. Duthoy 1976, p. 143-214 ; Bérard 2011, p. 105-124. Il existe une étude régionale récente, cf. Corazza 2016. Pour une bibliographie exhaustive, lire Pastor Muñoz 2010, p. 342, note 16 et en dernier lieu Barrón Ruiz de la Cuesta 2018, p. 27.

32 Serrano Delgado 1988, p. 155 à la suite de Étienne 1958, p. 251-274 et p. 431, invoque la « précocité » du culte dans la province.

33 Sur ce document, voir le bilan récent de Le Roux 2015, p. 102-103.

34 N’a cependant pas été retenue, étant donné la place de la formule dans les états civils et le contexte géographique la possibilité que l’abréviation Aug. ait pu correspondre au surnom Aug(ustus) utilisé dans les identités de particuliers, mais fort peu attesté dans la péninsule Ibérique : voir Dalaison 2002, p. 341-372. Récemment est apparue à Tróia (Lusitanie), une C(aecilia uel –ornelia) Augusta dont le cognomen est cependant gravé in extenso (AE, 2017, 578).

35 Il existe sur place d’assez nombreuses occurrences mentionnant des affranchis (ou des esclaves) associés à l’adjectif Emeritensis, plus ou moins abrégé : CIL, II, 494 ; 506 ; 508 ; AE, 1993, 903-904 ; 2003, 883, toutes de Mérida. Sur ce point, lire González, Ramírez 2007, p. 597 : « Por su parte en Lusitania se registra un total de cinco testimonios de los que cuatro corresponden a la capital, Emerita… ».

36 AE, 1997, 804 (La Garrovilla, Mérida).

37 Le culte d’Ataecina Turobrigensis est néanmoins particulièrement développé dans la région de Mérida puisque le territoire de la colonie fut semble-t-il prélevé sur le site préromain de Turobriga : Olivares Pedreño 2015, p. 275.

38 Par exemple, AE, 1965, 60, Belalcázar (Baedro) : Baedronenses.

39 E. Hübner indique « frustra quaesiui ».

40 Le CIL mentionne « Borghesius correxit MVNICIP OLIs. » à la fin du lemme.

41 Par exemple, CIL, II, 1630 = CIL, II2/5, 617. Lucena (Cisimbrium) : In fronte p. XVIII, | in agro p. XXXVI, | M. Fuficius M. l. | Quietus Aug. col. | Aug. Fir., an. LXI, | M. Fuficius M. l. Lybicus | Aug. col. Aug. Fir., | Fuficia M. l. Maurilla uxor, | Fuficia C[---]IN[---]MA | [---]Q V P[---]XXXV.

42 Le Roux 1995, p. 72. N° 18 : Forni 2006, p. 169, n° 2 (époque julio-claudienne) ; n° 19 : Forni 2006, p. 169, n° 3 (63-68 apr. J.-C.) ; n° 20 : Forni 2006, p. 170, n° 4 : seconde moitié du Ier s. apr. J.-C.).

43 Jordan 2004, p. 338. Sur ce point, voir le commentaire d’HEp, 14, 57.

44 Saquete Chamizo 1997, p. 146 : « Este personaje hace patente en una inscripción funeraria su origo, Norbensis, es decir, de la vecina Norba Caesarina (Cáceres)… ».

45 En dernier lieu, Le Roux 2010b, p. 79 notamment. (= Le Roux 2014, p. 102).

46 Saquete Chamizo 1997, p. 147 : « Postumio Apollonio pudo ser augustal en Mérida o en Cáceres. La falta de indicación expresa en este caso siembra la duda : la menciòn de su origen podría hacer superflua la referencia posterior después del término augustal. Pero también existe la posibilidad contraria. »

47 Voir aussi Edmondson 2004, p. 335. La mobilité des sévirs augustaux a déjà été soulignée pour d’autres provinces : Barrón Ruiz de la Cuesta 2018, p. 26-58.

48 Dans ce dernier cas, la finale en –ensis oriente naturellement vers un adjectif à valeur toponymique : Le Roux 2007, p. 200 (= Le Roux 2014, p. 45) : « La mention géographique y est formulée soit à l’aide du nom de lieu à l’ablatif locatif soit de l’adjectif, fréquemment terminé en –(i)ensis ou en –itanus en fonction de la structure linguistique du toponyme, ou même un ethnique. »

49 On note en plus que, dans l’identité de Postumius qui nous intéresse, la mention Norbensis est gravée en lettres plus grandes (supra note 8) que celles de la ligne suivante où apparaît l’abréviation Aug. La différence de mise en page pourrait distinguer l’état civil avec indication de la « pseudo-origo », de la fonction suivie de l’âge au décès. L’indication de la « pseudo-patria » est attestée sur place (supra note 35).

50 Salas Martín 1996, p. 68.

51 Edmondson 2011, p. 46 : « A similar process may be discerned in the case of the other Roman colony in the general vicinity, Norba Caesarina, located 70 km to the N. of Emerita. In the second half of the 1st century c. CE one of its Augustales, [L.] Postumius L. lib. Gal. Apollonius, Norbensis, have moved to Emerita, where he was buried alongside his wife. He, like the duumvir, C. Sulpicius Superstes from Metellinum, was attracted to leave his home colony to take home residence at the more thriving community of Emerita, Roman colony and provincial capital. Whether we should assume that smaller colonies like Norba and Metellinum experienced « one hundred (or more) years of solitude » after the promotion of Emerita to the status of provincial capital remains unclear. But there can be little doubt that they were put into the shade by their more prominent neighbour and by the political, juridical and administrative imperatives of Roman provincial rule. » Les récentes fouilles dans l’antique Metellinum semblent révéler une activité épigraphique plus intense qu’on ne le supposait : AE, 2016, 688. Récemment, Saquete, Guerra Millán 2018, p. 105-117, publient quatre nouvelles inscriptions, dont une (p. 112-114, n° 3 = AE, 2018, 840) ferait précisément connaître un ressortissant d’Augusta Emerita, reconnaissable à son inscription dans la Papiria, installé à Metellinum.

52 Renseignement pris auprès de l’éditeur de l’inscription, J. C. Saquete Chamizo, il semble que l’ensemble du texte ait été gravé par une seule et même main.

53 Sur ces questions, consulter : Duncan-Jones 1977, p. 333-353 ; Curchin 2000, p. 275-284.

54 Haensch 1997 ; Le Roux 2011a, p. 20 (= Le Roux 2014, p. 205) : « Comme l’a montré R. Haensch, la capitale n’était rien d’autre que la sedes praesidis habituelle et ne correspondait pas aux conceptions modernes de concentration des administrations et services dont avait besoin le pouvoir. Les provinces n’étaient pas des états mais des gouvernements temporaires sans caractère territorial fixe dans la mesure où la notion d’annexion était inconnue de Rome qui ne connaissait que les cités-états. La prouincia se définissait ainsi comme une formula, c’est-à-dire une liste de communautés autonomes liées chacune à Rome qui acceptait au nom de cette autonomie un système de relations bilatérales (…) La capitale était bien davantage en compétition avec les cités voisines ou les autres colonies de la province qui voulaient non pas la détrôner mais affirmer leur vitalité et leur éclat ». Cf. aussi Dopico Caínzos, Santos Yanguas, Villanueva Acuña 2016, notamment Le Roux 2016, p. 17-29 et Caballos Rufino 2016, p. 157-176.

55 Le Roux 2010b, p. 79 (= Le Roux 2014, p. 102) : « Norba tire le sien [son nom] de la cité d’Italie, le surnom Caesarina associé à la tribu Sergia laissant peu de doute sur une fondation de César plutôt que d’Octave ». Même si certains auteurs hésitent sur le nom du fondateur, ils s’accordent à reconnaître dans l’épithète Caesarina un hommage rendu au dictateur à qui revenait l’intention de la création : Salinas de Frías 2016, p. 138-139 ; Iglesias Gil 2017, p. 300-301.

56 Saquete Chamizo 1997, p. 95, constate l’absence d’élites avérées à Mérida : « La epigrafía emeritense que ha llegado hasta nosotros, como ya se ha dicho, es muy abundante, pero no ha dejado testimonios numerosos referidos a los grupos sociales más elevados de la colonia. En este sentido, no sabemos prácticamente nada de las familias de rango senatorial oriundas de Emerita. Sólo se puede atribuir origen emeritense a los siguientes senadores, y su seguridad no es completa ». Sur les capitales provinciales et leurs élites, lire Le Roux 2010d, p. 110-111 (= Le Roux 2011c, p. 656-657) : « La capitale n’avait pas dans la province le rayonnement que lui conféra par la suite un État centralisé et bien d’autres villes-cités rivalisaient avec elle en ornementation, en population et en prospérité. La présence du gouverneur ne déboucha que très rarement sur des générosités et embellissements locaux de son fait. Ce n’est sans doute pas par hasard que les familles dynamiques et soucieuses d’ascension sociale ne provenaient que rarement des capitales administratives. Une réalité propre à l’Empire romain pesait sur le statut et la place des capitales, la dissociation entre les tâches administratives et la puissance politique. Le gouverneur ambitieux et soucieux de sa carrière regardait vers Rome plus que vers sa province. En revanche, les élites étaient attirées par la résidence du magistrat qu’elles pouvaient solliciter ou obliger commodément selon les circonstances. Le gouverneur était en partie itinérant. Avec le temps, l’institution de bureaux et de circuits administratifs stables ancra durablement une ville dans sa fonction de capitale, mais les provinces ni les capitales ne furent jamais conçues comme immuables et définitives. »

57 Étienne 1982, p. 521-529 (= Étienne 2006, p. 215-223), ne relevait que deux sénateurs originaires de Mérida contre sept d’Évora. Voir dernièrement, Le Roux 2017, p. 30-32 et 36-40.

58 Stanley 1990, p. 73-75 en recensait onze. Cf. aussi Lefebvre 2011, p. 164. Récemment, Edmondson 2018, p. 176, a comptabilisé en Lusitanie 11 témoignages d’individus en provenance d’un territoire extérieur à la péninsule Ibérique pour une période allant de 50 à 250 apr. J.-C. contre sept de Bétique, huit de Citérieure (entre 25 av. J.-C. et 250 apr. J.-C.), mais 29 originaires de la Lusitanie.

59 Hoces de la Guardia Bermejo 2017, p. 63-80, relève que la majorité des témoignages correspondent à des déplacements de faible distance.

60 On recense huit ressortissants de Norba (y compris Postumius Apollonius), reconnaissables au port de l’adjectif d’origine Norbensis, attestés dans une autre cité, jamais très éloignée, du reste, de la cité d’origine (CIL, II, 813-814 (Oliva de Plasencia, Capera), 828 (Villar de Plasencia, Capera) et CILCCapera, 3, 1006 (Oliva de Plasencia, Capera) ; CIL, II, 846 relu par Gimeno Pascual 2012-2013, p. 213-215, n° 6 à Oliva de Plasencia, Capera (Lusitanie) ; 5068 à Lacimurga (Lusitanie) ; AE, 2014, 604 à Vgultunia (Bétique). On observe en outre une certaine concentration familiale et géographique des témoignages au bénéfice du municipe de Capera. Sur ce dossier en particulier, voir AE, 2014, 604 ; Armani 2010, p. 310-311 et Navarro Caballero 2017, vol. 2, p. 848-850.

61 CIL, II, 813, Oliva de Plasencia (Capera).

62 CIL, II, 824, Oliva de Plasencia (Capera) : Valeria | M. f. Sal|uia Eme|riten. an. | L h. s. e. | s. t. t. l. | L. Publici|us Seuera auunculus.

63 Le Roux 1995, p. 76.

64 Lefebvre 2018, p. 162, n° 24 et passim.

65 Murciano Calles 2019, p. 222, n° 77, donne le lemme complet de l’inscription.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. L’épitaphe de Postumius Apollonius et de son épouse (Fonds photographique du MNAR, Mérida).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/25160/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 147k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search