Version classiqueVersion mobile

Quis sum ? Provincialis ?

 | 
Sabine Lefebvre

L'Afrique vue de Rome : les réalités administratives face à l'image littéraire

Aurélie Delattre

Résumé

Les auteurs latins, poètes mais aussi historiens et géographes voient l'Afrique de loin, depuis Rome le plus souvent. Cette distance, la connaissance quasi exclusivement indirecte qu'ils ont de la région et le caractère parfois daté de leurs sources estompent ainsi les contours de l'image qu'ils donnent de l'Afrique. Les réalités locales tendent donc à disparaître au profit de stéréotypes, d'autant plus facilement qu'ils constituent, pour les auteurs, une doxa partagée avec leur public.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Modéran, 2011, notamment les p. 16-23 pour la définition des identités objective et subjective.

1La question des identités provinciales dans l'Afrique romaine a fait l'objet de l'une des premières rencontres consacrées aux identités supra-civiques, du moins en France, en novembre 2007 à Caen sous l'impulsion de Claude Briand-Ponsart et d'Yves Modéran. Dans son introduction, aujourd'hui publiée dans les actes de cette table ronde, Yves Modéran a proposé des définitions et des méthodes d'investigation pour repérer les manifestations de ces identités provinciales1. Il faut ainsi distinguer l'identité objective de l'identité subjective. Cette dernière est à comprendre comme l'identité « vécue » et se situe donc au niveau de la perception que les provinciaux ont d'eux-mêmes. Dans le cadre de textes littéraires produits sinon à Rome, du moins hors d'Afrique et par des auteurs qui n'ont pas de lien spécifique avec cette région, il est difficile d'avoir accès à cette conscience personnelle des populations provinciales. C'est ainsi sur le regard extérieur qui est posé sur l'Afrique que portera cette étude, et donc sur l'identité objective attachée aux provinces, c'est-à-dire sur les traits originaux ou spécifiques qui sont assignés à telle ou telle province par ceux qui la décrivent depuis Rome.

2Nos sources pour cette analyse sont les textes littéraires qui, à un moment ou à un autre, décrivent l'Afrique – œuvres en prose ou en vers des géographes, passages descriptifs d'épopées ou de panégyriques – et qui présentent un point de vue purement romain, ce qui exclut les ouvrages d'auteurs africains.

3Notre propos sera d'essayer de mesurer l'effet de la distance sur la perception des spécificités locales et des réalités administratives d'une région aussi vaste que l'Afrique, perçue et présentée par ailleurs comme la tertia pars mundi. Si l'on peut considérer que les délimitations des provinces, telles qu'elles ont été décidées par Rome, s'appuient sur des réalités locales, n'observe-t-on pas un « effet de flou » qui tend à gommer ces spécificités quand on regarde l'Afrique depuis Rome ?

4Les géographes du Haut-Empire nous permettront dans un premier temps de dresser un état des lieux pour un genre qui doit viser à l'objectivité. Puis, nous verrons les difficultés que pose la question des identités provinciales pour l'Afrique, dans la mesure où d'autres critères de démarcation prennent manifestement le pas sur les limites administratives.

L'Afrique des géographes

  • 2 On verra ainsi la manière dont Strabon clôt sa Géographie : ἐπεὶ δ' οἱ Ῥωμαῖοι τὴν ἀρίστην αὐτῆς κ (...)

5Les ouvrages spécifiquement dédiés à la présentation géographique de l'Empire semblent être les plus susceptibles de fournir des informations concernant les spécificités des différentes provinces. Cela semble d'autant plus vrai qu'il s'agit, dans bien des cas, de mettre en évidence l'étendue et la diversité de l'Empire, de montrer que, à quelques rares exceptions près, Rome domine l'ensemble de l'oikouménè2.

Strabon

6Strabon écrit au début de l'époque augustéenne, donc à un moment où toute l'Afrique n'est pas sous la domination de Rome. Le cadre provincial se limite, à l'époque, aux deux provinces de Cyrénaïque et de Proconsulaire, tandis que la partie occidentale de l'Afrique, qui correspond aux futures provinces de Maurétanie, est sous l'autorité de Juba II. L'étude de la partie de la Géographie consacrée à l'Afrique nous permet néanmoins de poser la question de la mise en évidence éventuelle d'unités géographiques pouvant correspondre, ensuite, au cadre provincial et expliquer l'émergence d'identités provinciales.

7La présentation de l'Afrique intervient à la toute fin de la Géographie ; elle suit globalement le littoral d'ouest en est, en commençant par la façade atlantique. En première analyse, on peut distinguer quatre grands ensembles : la Maurusia, située à l'ouest de la Moulouya, le pays des Masaesyles, de la Moulouya au Trêton, Carthage et le pays des Massyles, et enfin la Cyrénaïque. Ce découpage du territoire africain correspond globalement au cadre provincial, notamment avec la mention de la Moulouya ; cette dernière constituant la frontière entre les deux provinces de Maurétanie à leur création sous le règne de Claude.

  • 3 Voir Str., 17.3.7.
  • 4 Str., 17.3.12 : « C'est la limite entre le territoire dominé par Juba et celui dominé par les Roma (...)

8Si l'on s'intéresse au détail de la présentation de l'Afrique, on constate néanmoins une imprécision flagrante concernant la partie occidentale de l'Afrique. Strabon évoque, en effet, Bogud et Bocchus à propos de la Maurusia3, alors que c'est la Moulouya qui a servi historiquement de limite entre les deux royaumes. Juba, déjà évoqué à cet endroit, est de nouveau mentionné plus tard, quand Strabon décrit la limite entre le pays des Masaesyles et la province romaine : τοῦτο δ' ἐστὶν ὅριον τῆς ὑπὸ τῷ Ἰούϐᾳ καὶ τῆς ὑπὸ τοῖς Ῥωμαίοις4. D'une façon générale, on a l'impression que Strabon superpose différents états successifs, qu'il ne prend pas en compte le démembrement progressif du royaume de Numidie et la progression vers l'est du royaume maure. Il est ainsi difficile de mettre en évidence des cadres précis.

  • 5 Str., 17.3.7 : « Eux tous ou presque et les Masaesyles voisins et les Libyens en général ont un éq (...)
  • 6 Voir Bernard, 2013, p. 87-106.

9À ces hésitations, on peut ajouter la mention d'une proximité entre Maures et Masaesyles : σχεδὸν δέ τι καὶ οὗτοι καὶ οἱ ἐφεξῆς Μασαισύλιοι καὶ κοινῶς Λίϐυες κατὰ τὸ πλέον ὁμοιόσκευοι εἰσι καὶ τὰ ἄλλα ἐμφερεῖς5. On peut ainsi considérer comme un ensemble pratiquement cohérent les différentes populations situées à l'ouest du promontoire Trêton, et cela renvoie au problème que peut poser la séparation du royaume maure de Ptolémée en deux provinces sous Claude6.

  • 7 Str., 17.3.15 : « De la région, les Romains firent leur province de la partie qui se trouvait sous (...)

10Si l'on s'intéresse maintenant au deuxième ensemble que nous avons distingué, à savoir la zone qui regroupe Carthage et les populations massyles, plusieurs remarques s'imposent. Tout d'abord, Strabon n'évoque la province que dans les dimensions restreintes qu'elle avait au moment de son établissement : Τὴν δὲ χώραν τὴν μὲν ἐπαρχίαν ἀπέδειξαν Ῥωμαῖοι τὴν ὑπὸ τοῖς Καρχηδονίοις, τῆς δὲ Μασανάσσην ἀπέδειξαν κύριον καὶ τοὺς ἀπογόνους τοὺς περὶ Μικίψαν7. Ces données pourraient nous conduire à considérer que la province romaine d'Afrique telle qu'elle existe à l'époque augustéenne se caractérise par son hétérogénéité.

  • 8 Str., 17.3.15 : « ils s'emparèrent de toute la partie de la Libye qui pouvait vivre autrement qu'e (...)
  • 9 Str., 17.3.15 : « c'est lui qui a donné des institutions politiques aux nomades et a fait d'eux de (...)

11Néanmoins, un certain nombre de caractéristiques tendent à rapprocher Carthage des populations massyles et à dessiner ainsi une unité de toute cette région de l'Afrique. Ainsi, à propos de Carthage, Strabon dit qu'elle a dominé toute la partie de la Libye qui acceptait de ne pas vivre en nomade : τήν τε Λιϐύην κατεκτήσαντο πᾶσαν, ὅσον μὴ νομαδικῶς οἷον τ' ἦν οἰκεῖν8. Or, la même dimension civilisatrice est associée un peu plus loin à Massinissa, l'allié de Rome lors de la deuxième guerre punique : καὶ γὰρ δὴ καὶ οὗτος ἐστιν ὁ τοὺς νομάδας πολιτικοὺς κατασκευάσας καὶ γεωργούς, ἔτι δ'ἀντὶ τοῦ λῃστεύειν διδάξας στρατεύειν9. Ainsi, une unité se construit entre les deux parties constitutives de la province d'Afrique, par la fonction civilisatrice. Cela correspond, bon an mal an, aux évolutions de la province, devenue la Proconsulaire sous Auguste.

  • 10 Ainsi, le paragraphe 19 se clôt fort brutalement (Τοιαῦτα μὲν τὰ ἐν τῇ μεσογαίᾳ : « Voilà pour l'i (...)

12Si le cadre de toute la partie occidentale de l'Afrique peut sembler un peu difficile à lire de façon très claire, une rupture est cependant marquée de manière beaucoup plus nette entre la zone sous influence carthaginoise et la région suivante, de la Grande Syrte au Catabathmos, qui correspond à la province de Cyrénaïque. Cette rupture est marquée dans le texte par le fait que Strabon décrit, au paragraphe 19, les populations situées à l'intérieur des terres pour la portion côtière correspondant aux Massyles et à Carthage, du Trêton au début de la Grande Syrte, puis revient assez brutalement sur la côte au début du paragraphe 2010. L'absence de transition laisse penser que l'on change d'unité géographique. La Cyrénaïque est présentée comme une province romaine, rattachée à la Crète, et Strabon indique qu'elle se prolonge jusqu'au Catabathmos. Sa présentation se distingue du reste de la description de l'Afrique par des allusions plus marquées à l'histoire et à l'ancienneté de la civilisation dans cette région.

13Ainsi, le texte de Strabon montre bien les difficultés que pose le caractère fluctuant des frontières dans l'Afrique des débuts de la domination romaine. Certains traits se dégagent néanmoins, qui vont dans le sens de particularités locales pouvant correspondre aux limites de provinces : une similarité globale des peuples berbères de la partie occidentale de l'Afrique avec, cependant, la frontière que représente la Moulouya ; une zone anciennement sous influence carthaginoise, passée ensuite sous la domination de Rome, et qui correspond globalement à la province d'Africa ; la province de Cyrénaïque, qui se distingue assez nettement du reste et se caractérise par l'ancienneté de sa civilisation et de sa culture.

Pomponius Méla

  • 11 On se reportera à l'introduction qu'A. Silberman donne à son édition du texte de la Chorographie d (...)
  • 12 Voir Méla, 1.4.22 : il n'évoque que les provinces d'Afrique et de Cyrénaïque, le reste du continen (...)
  • 13 Voir l'introduction de Silberman, 1998, p. xlii-xliii.

14Publiée vers 44 ou 46 p.C., d'après les informations que l'on trouve dans le texte lui-même11, la Chorographie est de peu postérieure à l'annexion du royaume de Ptolémée par Caligula et à l'organisation des deux provinces de Maurétanie par Claude. Mais Pomponius Méla n'y fait pas du tout allusion12 : de fait, il semble que la source la plus récente de la Chorographie soit d'époque augustéenne, du moins pour l'Afrique13. On se heurte ainsi à un autre problème si l'on veut appréhender les identités provinciales en Afrique : le décalage entre le texte et les sources qu'il utilise. Certes, dans le cas de Méla, on ne peut guère attendre d'expression identitaire pour des provinces qui viennent juste d'être créées. Mais il faut malgré tout tenir compte de cet effet de distorsion, de cette permanence de représentations dépassées, qui rendent plus difficile la mise en évidence de phénomènes identitaires.

15L'ensemble de la Chorographie prend l'aspect d'une navigation sur l'Océan. Comme dans la Géographie, l'ordre suivi dans la présentation de l'Afrique est celui d'un périple qui longerait les côtes de la Méditerranée, depuis le détroit de Gibraltar. Dans les paragraphes consacrés à l'Afrique au livre I, quatre ou cinq grands ensembles se dessinent : la Maurétanie (§ 25-29), la Numidie (§ 30-32), l'Afrique proprement dite (§ 33-38) et la Cyrénaïque (§ 39-42), puis les populations de l'intérieur (ultra deserta) (§ 43-48).

16Nous pouvons, sans nous arrêter sur les erreurs liées au cadre périmé de la description, distinguer un certain nombre de traits qui peuvent laisser entrevoir des ferments d'identités provinciales.

  • 14 Méla, 1.5.28 : « Au reste la contrée, insignifiante et n'ayant guère été dotée de quoi que ce fût (...)
  • 15 Pour les liens naturels de la Tingitane et de la péninsule Ibérique, voir Bernard, 2013, p. 99.
  • 16 Méla, 1.5.29 : « Le Mulucha, ce cours d'eau dont nous avons parlé, forme la limite, maintenant ent (...)

17La Maurétanie est évoquée comme une entité unique, qui s'étend de l'Océan à la Moulouya. Elle est présentée comme une région qui comporte peu de ressources et d'intérêt : Ceterum regio ignobilis et uix quicquam inlustre sortita paruis oppidis habitatur, parua flumina emittit, solo quam uiris melior et segnitia gentis obscura14. Certains traits semblent la lier à l'Espagne, mais ils semblent trop ténus pour que l'on puisse y voir les prémices de la réalité provinciale de la Tingitane, comparée à la Césarienne15. L'allusion à la Moulouya, qui sépare la Maurétanie de la Numidie, témoigne bien de ce que Méla s'appuie sur une source d'époque augustéenne, postérieure à la création du royaume unique de Maurétanie : Mulucha ille quem diximus amnis est, nunc gentium olim regnorum quoque terminus, Bocchi Iugurthaeque16. Néanmoins, on constate ici que ce fleuve est présenté comme une frontière « naturelle » séparant des gentes différentes. Cette représentation peut expliquer le choix de Claude de créer deux provinces distinctes à partir d'un royaume unique, en plus des raisons administratives. Les particularités locales peuvent ainsi constituer un cadre favorable à l'émergence d'identités provinciales, mais le phénomène est impossible à mesurer dans les œuvres qui nous occupent.

  • 17 Méla, 1.6.30 : « La Numidie, qui s'étend d'ici au fleuve Ampsacus, occupe un espace plus étroit qu (...)

18La Numidie, qui suit la Maurétanie dans le périple de Méla, s'étend de la Moulouya à l'Ampsaga, qui correspond à la limite entre la Maurétanie Césarienne et l'Afrique Proconsulaire telle qu'elle a été redéfinie par Auguste. Dans la description de cette région, Méla évoque la différence qu'elle présente avec la Maurétanie : Ab eo Numidia ad ripas exposita fluminis Ampsaci spatio quidem quam Mauretania angustior est, uerum et culta magis et ditior17.

  • 18 Méla, 1.7.33 : Regio quae sequitur, a promuntorio Metagonio ad Aras Philaenorum, proprie nomen Afr (...)
  • 19 Méla, 1.8.39 : « D'ici au Catabathmos c'est la province de Cyrénaïque ».
  • 20 Voir Méla, 1.8.41.
  • 21 Méla, 1.4.22 : voir supra.

19La région qui correspond à la province d'Afrique s'étend ensuite de l'Ampsaga aux autels de Philènes. Elle est présentée comme l'Afrique au sens propre par Méla18, sans qu'il évoque de nouveau ici son statut de province romaine. Le cadre provincial n'est évoqué, ensuite, que pour la Cyrénaïque : Inde ad Catabathmon Cyrenaica prouincia est19. Dans l'évocation de ses populations côtières, Méla fait référence, comme Strabon, à l'ancienneté de la civilisation et du modèle de la cité en Cyrénaïque20, tandis que la mention des Autels de Philènes comme ligne de démarcation entre Cyrénaïque et Africa peut faire référence au fait que cette dernière correspondait à la zone de domination carthaginoise. Ces deux régions, sur les quatre évoquées par Méla, se caractérisent donc, d'une certaine manière, par la vie en cité, à la différence de la Maurétanie et de la Numidie, qu'habitent des populations barbares : on retrouve ainsi la distinction faite par Méla dès sa présentation générale du continent21.

Pline l'Ancien

20La présentation de l'Afrique que propose Pline l'Ancien au livre V de son Histoire naturelle est plus complexe dans son rapport aux réalités provinciales. En effet, le naturaliste s'efforce, davantage que Méla avec qui il partage pourtant une partie de ses sources, de concilier les réalités géographiques qu'il évoque avec les réalités administratives de son temps.

21L'organisation globale de sa description, telle qu'elle apparaît notamment dans la table des matières du livre, est la suivante : d'abord les deux Maurétanies, qui sont, on le verra, à la fois distinguées et rapprochées, puis la Numidie, l'Africa, les Syrtes et enfin la Cyrénaïque. On constate d'emblée une division plus grande de la description de l'Afrique qui pourrait laisser penser que Pline ne cherche pas à s'intégrer au cadre provincial et privilégie les unités géographiques – ainsi les Syrtes, à qui il est le seul à consacrer une partie spécifique de son développement. Mais cette première approche est trompeuse : si l'on s'intéresse de plus près au texte de Pline, on constate que les allusions aux provinces jalonnent le texte de façon très régulière, au point de lui donner une structure qui se juxtapose à celle qui est présentée dans la table des matières. Ce réel souci de se conformer au cadre provincial est visible notamment dans la liste des différentes villes de Maurétanie Césarienne qu'il présente au § 20, dans laquelle il mentionne pour chacune son statut et l'époque à laquelle elle l'a obtenu.

  • 22 Nous renvoyons ici à l'excellent commentaire que J. Desanges a donné de la partie africaine du liv (...)
  • 23 On note ainsi la fin du § 28 : ultra Cyrenaica prouincia (« au-delà, c'est la province de Cyrénaïq (...)

22La première remarque que l'on peut faire concerne le traitement particulier réservé aux Syrtes : alors qu'elles ne correspondent à aucune réalité administrative, leur isolement au sein de la description ne peut provenir que du souci – sans doute chez Agrippa, si l'on suit l'analyse de Jehan Desanges22 – de présenter une description de la région qui corresponde à des réalités géographiques. On notera également que Pline, après l'évocation des Syrtes, revient au cadre provincial23, non sans fausser au passage les frontières des provinces pour garder leur unité aux Syrtes. Ce passage est représentatif à la fois du souci réel de Pline de se conformer au cadre administratif et des difficultés qu'il rencontre.

  • 24 On voit ainsi Numidie et Afrique rapprochées au § 25 :  ad quam Numidiae et Africae ab Ampsaga lo (...)

23Quoi qu'il en soit, les Syrtes sont ainsi à rattacher à la province d'Afrique. Il en va de même de la Numidie, qui est certes distinguée de l'Africa proprement dite et de la Zeugitane, mais qui, d'après les délimitations et dimensions de provinces qui jalonnent le texte, fait bien partie de la même entité administrative24. Ainsi, au-delà de l'apparente fragmentation de sa description de l'Afrique, Pline met en évidence les grands ensembles provinciaux. Mais cette fragmentation même nous montre la difficulté de la constitution d'identités provinciales. On peut même se demander si les distinctions opérées ici par Pline au sein de la province d'Afrique ne laissent pas entrevoir le découpage de cette province dans l'Antiquité tardive.

24D'autre part, le flou qui entoure les définitions de la Numidie, si l'on compare les textes de Pline et de Méla par exemple, nous montre aussi, outre le problème des sources et de leur actualisation par les auteurs, qu'une forme de flou entoure ces régions : les distinctions n'apparaissent pas clairement de prime abord à l'observateur romain.

  • 25 Plin., Nat., 5.2 : Principia terrarum Mauretaniae appellantur, usque ad C. Caesarem Germanici fili (...)
  • 26 Plin., Nat., 5.21 : Vtriusque Mauretaniae longitudo |X|.XXXVIII, latitudo CCCCLXVII. (« La longueu (...)

25Enfin, concernant les Maurétanies, on note l'hésitation de Pline. S'il mentionne deux Maurétanies et s'efforce de justifier cet état de fait par l'histoire25, il évoque l'ensemble comme une seule entité quand il en donne les dimensions26 (5.21). Le développement plus long consacré à la Tingitane me semble relever de la curiosité géographique, une très grande partie étant consacrée à l'Atlas.

26Le flou concernant les limites provinciales est perceptible dans les listes des populations qui occupent l'intérieur des terres. Jehan Desanges le remarque pour la Maurétanie occidentale :

  • 27 Desanges, 1980, p. 147.

« Il apparaît ainsi que cet état succinct du peuplement de la Maurétanie occidentale déborde sensiblement le cadre de la province, malgré l'affirmation initiale de Pline (gentes in ea). Celui-ci semble prendre conscience que ce document ne s'insère pas très bien dans son développement, puisqu'il annonce aussitôt qu'il en revient à la province proprement dite27 ».

27La difficulté vient de ce que le cadre provincial n'embrasse pas l'ensemble du continent africain, et que les peuples mentionnés peuvent avoir des zones de nomadisation assez vastes. Le cadre provincial n'est donc pas le mieux adapté pour l'évocation de l'ensemble de la population de l'Afrique.

Des divisions qui ne correspondent pas au cadre provincial

Les présentations générales de l'Afrique : zones fertiles et zones désertiques

28Les différentes divisions que connaît l'Afrique d'ouest en est, si elles correspondent, bien que parfois imparfaitement, aux limites administratives mises en place par Rome quand elle s'empare des différents territoires africains, et si elles sont employées par les géographes pour structurer leur description de la région – ce qui leur permet de lui donner la forme d'un périple le long de la côte –, ne doivent cependant pas masquer une autre division fondamentale. Celle-ci sépare l'Afrique en différentes régions assez bien différenciées, avec, d'une part, les régions très fertiles, situées pour l'essentiel sur la côte, et, d'autre part, les régions sauvages et inhospitalières, généralement à l'intérieur des terres.

  • 28 Cf. Méla, 1.4.23 et Plin., Nat., 5.7 et 46.
  • 29 Aussi bien chez Méla que chez Pline, la description de la Cyrénaïque s'ouvre sur la mention de l'or (...)
  • 30 Pline consacre un long excursus à l'Atlas, qui a été bien étudié par Hamdoune, 2009, p. 101-116.
  • 31 Voir Delattre, 2014, p. 477-496.

29Dans les écrits géographiques, cette division est perceptible dans l'alternance, à chaque unité géographique, de la description du littoral et de l'évocation des populations situées à l'intérieur des terres. Ces régions intérieures sont le lieu des populations nomades, voire, dans certains cas, de populations fabuleuses, tels les Satyres et les Égipans évoqués par Méla et Pline28. On peut mentionner aussi les mirabilia, tels l'oasis d'Hammon29, ou encore l'Atlas tel qu'il est décrit par Pline30, dans un cadre merveilleux qui le fait sortir de la description géographique objective. Ces régions nous placent de plain-pied dans un univers de confins de l'oikoumène où l'on atteint les frontières mêmes de la compréhension31. D'une manière générale, les zones sauvages, voire semi-merveilleuses de l'intérieur, font l'objet de descriptions ou d'évocations plus fréquentes et plus détaillées que les zones fertiles du littoral.

30On trouve un écho de cette division de l'Afrique chez Méla, dans la présentation générale qu'il fait de la région :

  • 32 Méla, 1.4.21 : « dans toute son étendue habitée elle est extraordinairement fertile, mais, étant d (...)

Quantum incolitur eximie fertilis, uerum quod pleraque eius inculta et, aut harenis sterilibus obducta, aut ob sitim caeli terrarumque deserta sunt, aut infestantur multo ac malefico genere animalium, uasta est magis quam frequens32.

  • 33 Hdt., 2.32.4.
  • 34 Luc., 9.420-423 et 431-434 : il évoque une bipartition entre l'ouest fertile et l'est aride, qui c (...)
  • 35 Sil., 1.211-214 : il évoque une bipartition nord-sud, similaire à celle d'Hérodote.

31On peut lire dans cette description l'idée d'une Afrique divisée en trois zones : une zone fertile, une zone désertique et une zone peuplée par les bêtes sauvages. Une telle division remonte à Hérodote, qui la présente comme formant trois bandes successives, du nord au sud33. Cette distinction est reprise, avec des nuances, par Lucain34 et Silius Italicus35.

La quasi-absence des populations romanisées

  • 36 Verg., A., 1.418-429.
  • 37 Cf. Reeker 1971, p. 12-40 et Della Corte, 1972, p. 81-108.

32Pour ce qui concerne l'évocation du milieu africain, la majeure partie des allusions littéraires, notamment poétiques, est consacrée à la zone aride ; les géographes font parfois allusion à la fertilité de certaines zones, mais les lieux à connotation fabuleuse des zones de confins font l'objet d'attentions beaucoup plus grandes. Le phénomène est assez semblable pour les populations. Il est frappant de constater que la vie provinciale africaine est absente de la littérature. Les géographes évoquent, certes, les différentes villes sous forme de listes, mais ils ne s'attardent guère à les décrire. Il est donc difficile de se faire une idée du cadre de la vie provinciale. Même la capitale d'Afrique, Carthage, ne fait nulle part l'objet d'une description urbaine. La seule évocation dont on dispose est la description que propose Virgile au chant I de l'Énéide36, qui, si elle présente indéniablement des éléments précis concernant la colonie augustéenne, n’a pas, dans le récit, un statut référentiel univoque : certains éléments de l’épisode africain de l’Énéide font également penser, par exemple, à Alexandrie37.

33Il faut se reporter à des poèmes d'époque vandale ou ultérieurs – comme les épigrammes de Luxorius et d'autres poètes de l'Anthologie latine, ou la Johannide de Corippe – pour avoir une idée, très faible au demeurant, du mode de vie en Afrique.

Le flou entourant les populations berbères

34Si l'on se livre à une rapide enquête statistique, on peut se rendre compte de certains biais qui semblent révélateurs de l'inexactitude des écrits littéraires concernant la géographie du territoire africain. J'ai procédé à une enquête de ce type à partir de bases de données de textes qui, si elles ne sont pas parfaitement exhaustives – notamment pour la prose, dans la mesure où la base PHI 5 n'est pas parfaitement complète pour l'Antiquité tardive –, permettent de se faire une bonne idée générale. La première différence statistique que l'on constate concerne le choix du terme désignant l'Afrique et les Africains : en prose, les termes Africa et Afri dominent très largement l'ensemble des occurrences relevées, tandis qu'en poésie, ce sont Libya et ses dérivés qui sont le plus fréquemment employés. On trouve ensuite, en prose, Libya et Numidus, en poésie, Maurus et Afer. Aethiops, souvent employé pour désigner les populations à la peau sombre, arrive, dans les deux cas, en quatrième position. On remarque surtout que la poésie offre une gamme beaucoup plus large d'ethnonymes, dont certains apparaissent comme quasi exclusivement poétiques : c'est le cas de Massylus, Nasamon, Marmaricus et Marmarides par exemple.

  • 38 Cf. Hdt, 2.16.1 ; 4.42.1 ; 4.45.2.

35Ces données statistiques semblent indiquer un usage élargi des différents ethnonymes africains : ce phénomène ne pose pas problème pour le terme Africa, qui est assez vite sorti du cadre strict de sa définition initiale pour désigner l'ensemble du continent, ni même pour Libya, qui avait ce sens élargi déjà en Grèce38, tandis que la répartition des noms de peuples « barbares » indique l'existence de regroupements, les Maures et les Numides notamment. Cela n'explique toutefois pas l'écart de fréquence d'emploi, par exemple pour les Numides, entre prose et poésie, ni la variété bien plus grande des termes employés en poésie. Cela nous montre qu'à l'exception des textes géographiques que nous avons déjà étudiés, la prose se soucie peu de précision et préfère employer des termes « génériques ». En poésie, la variété de termes employés renvoie à un objectif différent : la précision n'est assurément pas le critère prédominant, mais les termes sont choisis pour ce qu'ils évoquent. Des termes rares sont, en effet, plus efficaces pour évoquer une réalité exotique et donner ainsi davantage d'expressivité au propos. Dans ces conditions, il est difficile de trouver les points de repère suffisants pour saisir l'expression de particularités locales.

  • 39 Luc., 4.671-686.
  • 40 Sil., 3.231-324.
  • 41 Sil., 3.287-291 : Vos quoque desertis in castra mapalibus itis, / misceri gregibus Gaetulia sueta (...)
  • 42 Luc., 4.677-678 : semperque paratus / inculto Gaetulus equo (« le Gétule toujours prêt sur un chev (...)
  • 43 Luc., 4.684-685 : et solitus uacuis errare mapalibus Afer / uenator (« le chasseur africain habitu (...)
  • 44 Avien., orb. terr., 281-287 ; Prisc., Periheg., 177-182. Voir le commentaire de ces passages infra(...)
  • 45 Sil., 3.306-309 : Necnon Autololes, leuibus gens ignea plantis ; / cui sonipes cursu, cui cesserit (...)
  • 46 Avien., orb. terr. 329-333, notamment les v. 332-333 : Hi celeri molles currunt pede semper harena (...)

36D'une manière générale, on éprouve la même impression de flou si l'on s'intéresse à la présentation des différentes populations africaines. Une comparaison des qualificatifs associés à certains de ces peuples par Lucain, dans le catalogue des troupes de Juba39, Silius Italicus, dans la partie africaine du catalogue des alliés d'Hannibal40, et les périégètes tardifs met en évidence ce phénomène. Ainsi, les Gétules sont caractérisés par leur nomadisme chez Silius41, par leur façon de monter à cheval chez Lucain42, tandis qu'ils sont à peine mentionnés par les périégètes. Le nomadisme est associé, par Lucain, aux Afri43 et, dans une moindre mesure, aux Numides – qualifiés de uagi au v. 677 –, et aux Massyles par les périégètes44. Les Autololes, quant à eux, qui ne sont pas mentionnés par les périégètes, sont simplement nommés par Lucain, tandis que Silius leur attribue une grande rapidité à la course45 ; caractéristiques qui rappelle la façon dont Lucain évoque les Marmarides, qualifiés de uolucres au v. 680, et dont Aviénus décrit les Blémyes46. Ces quelques exemples suffisent à mettre en évidence l'imprécision des connaissances relatives aux populations africaines et nous montrent la manière dont on envisageait les populations berbères à Rome. La mobilité des noms de peuples et des caractéristiques qui leur sont associées aboutit à la formation d'une sorte de « monde africain » composé d'un certain nombre de peuples et d'une série de caractéristiques dont l'attribution précise n'a guère d'importance. C'est bien un phénomène de floutage que l'on observe ici : les identités particulières des différentes populations disparaissent au profit d'une intégration dans un ensemble plus large qui recouvre l'ensemble du continent.

  • 47 Avien., orb. terr. 281-287.

37Nous ne pouvons étudier ici dans le détail toutes les caractéristiques attribuées aux populations berbères. Nous nous limiterons donc à la caractéristique la plus fréquemment évoquée, qui est celle qui a le plus de retentissement au niveau politique : le nomadisme. Si c'est ce mode de vie qui est surtout mis en évidence dans les évocations des populations berbères, c'est parce que c'est le trait qui les éloigne le plus de la vie à la Romaine, et les signale le mieux comme des populations barbares. L'opposition essentielle se situe donc entre ciuitas et gens, vie en cité et organisation clanique. Ce type d'organisation sociale est inscrit, selon les auteurs anciens, dans le nom même du peuple numide, rattaché au grec Νομάδες. Les termes qui font référence au nomadisme sont, du reste, fréquents dans les évocations de peuples africains, qu'il s'agisse d'adjectifs comme uagus, de dérivés du verbe errare ou de termes qui évoquent la dispersion, tels l'adverbe passim ou l'image des essaims (examina). Parmi les différents tableaux de la vie nomade que l'on peut trouver dans la littérature, ceux que proposent les périégètes illustrent bien, également, les conséquences que les Romains pouvaient tirer du nomadisme. Alors qu'Aviénus insiste surtout sur l'errance et l'absence d'agriculture47, Priscien met surtout l'accent sur la rudesse et l'instabilité de ce mode de vie, en des termes plus forts encore :

Atque Masaesylii nec non Massylia proles.

Saltibus hos duris asper siluisque uagantes

uictus alit saeua quaesitus caede ferarum ;

scilicet ignaros terras perfindere rastris

agricolasque boues plaustris domitare sonoris ;

  • 48 Prisc., Periheg., 177-182 : « (viennent ensuite) les Masaesyles et le peuple massyle. Ils parcoure (...)

namque errant nemorum per dumos more ferarum48.

  • 49 Cf. Str., 17.3.15, et notre analyse supra.
  • 50 On peut citer ainsi ces vers de Claudien, dans la Guerre contre Gildon (Claud., 15.440-441) : Non (...)

38Nous sommes bien loin ici des images du Massinissa civilisateur que l'on trouve ailleurs49. Priscien insiste davantage qu'Aviénus sur l'absence d'agriculture, mais ce sont surtout l'écho et la gradation entre la fin du vers 179, caede ferarum, et celle du vers 182, more ferarum, qui frappent : on passe de l'image de la chasse à celle d'une sauvagerie essentielle des populations africaines elles-mêmes. On touche ainsi à un autre aspect qui est assez régulièrement associé aux Berbères : leur proximité avec le monde sauvage leur confère une forme d'animalité. Ainsi, en contexte de combat, c'est la sauvagerie qui les caractérise. De même, le nomadisme a pour conséquence l'instabilité, qui se manifeste de deux manières : par la fuite dans le combat – il est ainsi associé à un manque de courage – et par la perfidia, les retournements d'alliance50, caractéristique que les populations berbères partagent avec les Carthaginois.

La polarisation tardive

  • 51 V. Zarini a bien mis en évidence ce phénomène dans le cas de Corippe : cf. Zarini, 2005, p. 407-42 (...)

39Dans la poésie de l'époque tardive, l'opposition entre mode de vie en cités et mode de vie clanique est présentée sous la forme d'une polarisation entre les populations africaines romanisées, les Afri, et les populations non romanisées, les Mauri51. Cette opposition s'explique par la situation décrite. Ainsi, chez Claudien comme chez Sidoine Apollinaire, c'est la souffrance de l'Afrique romanisée qui est mise en évidence ; une souffrance qui est causée par des barbares, Gildon dans le cas de Claudien, Genséric et les Vandales chez Sidoine.

  • 52 Nous nous en tiendrons ici à l'image proposée dans la Guerre contre Gildon. Les différences avec l (...)

40La révolte du comte d'Afrique Gildon est relatée par Claudien dans une épopée inachevée, La guerre contre Gildon52. À l'origine, Gildon est un Africain romanisé : il a collaboré avec Rome lors de la révolte de son frère Firmus et c'est pour cette raison que l'Afrique lui a été confiée. Mais, chez Claudien, la présentation des faits est toute différente, et Gildon est assimilé aux populations barbares. Voici la manière dont la déesse Africa présente Gildon et ses exactions à la fin du discours qu'elle prononce dans l'assemblée des dieux :

Mauris clarissima quaeque

fastidita datur. Media Carthagine ductae

barbara Sidoniae subeunt conubia matres ;

Aethiopem nobis generum, Nasamona maritum

ingerit ; exterret cunabula discolor infans.

His fretus sociis ipso quam principe maior

incedit ; peditum praecurrunt agmina longe ;

circumdant equitum turmae regesque clientes,

quos nostris ditat spoliis. Proturbat auita

quemque domo ; ueteres detrudit rure colonos.

Exiliis dispersa feror. Numquamne reuerti

  • 53 Claud., 15.189-200 : « Quand il en est lassé, il donne les femmes les plus illustres aux Maures. C (...)

fas erit errantesque solo iam reddere ciues53 ?

41On voit dans cet extrait le passage de l'Afrique romanisée à une Afrique victime des déprédations d'un tyran. Cette transformation, présentée évidemment comme scandaleuse, apparaît par deux aspects : l'association de populations barbares au pouvoir et l'inversion des schémas de pouvoir et des modes de vie usuels. Pour le premier point, on peut noter les oppositions entre les termes qui évoquent l'Afrique romanisée, notamment Sidoniae matres – où Sidoniae fait référence à Carthage – et les différents ethnonymes : Mauris, Aethiopem, Nasamona. Les exactions de Gildon sont d'autant plus graves qu'elles ont lieu dans la ville qui est le symbole de la romanité en Afrique : Carthage. La rébellion de Gildon est présentée comme l'irruption de barbares au cœur même de l'Afrique « civilisée ». D'autre part, on assiste à un renversement de la conception du pouvoir et des modes de vie. Gildon est présenté comme un chef tyrannique, entouré d'affidés qui lui donnent l'allure d'un chef de clan barbare. Dans le même temps, ce sont les Afri qui sont condamnés au mode de vie des barbares, puisqu'ils sont chassés et condamnés à l'errance : on note tout particulièrement l'expression errantes ciues, qui fait oxymore au dernier vers.

42Cette présentation de la situation de l'Afrique sous Gildon, par l'inversion qu'elle met en œuvre, montre bien une polarisation forte entre Afrique romanisée et Afrique barbare. L'identité de l'Afrique romanisée se comprend quant à elle par contraste, mais elle ne semble pas différer de manière essentielle de l'identité de Rome.

43Dans les panégyriques de Sidoine Apollinaire, la question est sensiblement plus complexe. L'Afrique est, en effet, sortie de la domination de Rome depuis l'installation du pouvoir vandale. La question qui se pose est donc de savoir dans quelle mesure Sidoine envisage l'Afrique comme une entité distincte du pouvoir vandale en place. Autrement dit, cette Afrique peut-elle encore se rattacher à Rome ? De ce point de vue, on observe un changement sensible entre le Panégyrique d'Avitus, écrit quelques mois seulement après la mise à sac de Rome par Genséric en 455, et le Panégyrique de Majorien, composé fin 458 alors que se prépare une expédition romaine en Afrique.

  • 54 Sidon., Carm., 7.441-449.

44Dans le premier cas, Sidoine présente une Afrique complètement passée sous le joug vandale, et il rattache même les exactions de Genséric à la haine inextinguible que l'Afrique nourrit pour Rome. Par la mention de diverses populations berbères et par l'allusion aux guerres puniques, l'Afrique apparaît comme un ennemi héréditaire de Rome54.

  • 55 Sidon., Carm., 5.336-338 : « c'est par les Gétules, les Numides, les Garamantes et les Autololes, (...)
  • 56 Sidon., Carm., 5.57-58 : « plein de furie contre ma noblesse qu'il a complètement mise en fuite ».

45Les choses sont moins claires dans le Panégyrique de Majorien. Pour justifier le bien-fondé d'une intervention en Afrique, le poète met en scène la déesse Africa, venant se plaindre à Rome de sa situation et appelant sur elle le châtiment qu'elle mérite. Dans ce poème, Sidoine semble faire allusion en différents endroits à une Afrique romanisée. Il évoque les peuples barbares que les Vandales ont mis sous leur coupe : Gaetulis, Nomadis, Garamantibus, Autololisque / Arzuge, Marmarida, Psyllo, Nasamone timetur / segnis55. On retrouve ainsi la polarisation évoquée précédemment, puisqu'il mentionne aussi les déboires de l'aristocratie africaine, que l'on peut comprendre comme étant l'aristocratie romanisée : penitusque fugata / nobilitate furens56. L'évocation des conflits passés fait l'objet d'une interprétation différente de celle que l'on trouvait dans le Panégyrique d'Avitus :

Me quoque (da ueniam quod bellum gessimus olim)

post Terbiam Cannasque domas, Romanaque tecta

Hannibal ante meus quam nostra Scipio uidit.

Quid merui ? Fatis cogor tibi bella mouere,

  • 57 Sidon., Carm,. 5.85-89 : « Moi aussi (pardonne-moi de t'avoir fait autrefois la guerre), après la (...)

cum uolo, cum nolo57.

  • 58 Sidon., Carm., 5.332-335 : « C'est ma propre chair qu'il arme désormais contre moi pour son propre (...)

46L'Afrique n'est plus ici l'ennemi héréditaire, mais le jouet d'une puissance qui la dépasse. Elle se trouve donc, de fait, distinguée de Genséric et des Vandales. Dans la suite de son discours, la déesse exprime ainsi son déchirement : Mea uiscera pro se / in me nunc armat ; laceror tot capta per annos / iure suo, uirtute mea ; fecundaque poenis / quos patiar pario58. Le conflit d'intérêt qui oppose l'Afrique et les Vandales est fortement mis en valeur dans ces vers. L'Afrique n'est pas ici présentée comme un bloc massivement opposé à Rome : elle souffre des exactions commises par les Vandales, même si, d'une certaine manière, c'est elle qui les provoque. L'Afrique se caractérise ainsi par l'ambiguïté de sa position, et on peut lire derrière ces propos une forme d'attachement à Rome, au-delà de la domination vandale. Il est cependant frappant de constater le romanocentrisme de Sidoine qui n'évoque nulle part de façon un tant soit peu détaillée le sort des Africains romanisés : l'Afrique reste majoritairement pour lui une entité abstraite et malléable selon les circonstances.

Conclusion

47Les ouvrages de Strabon et de Méla, s’ils distinguent un certain nombre d’entités qui permettent de comprendre le découpage en provinces, mettent également en évidence les difficultés que pose l’appréhension des réalités provinciales du continent africain et le flou qui entoure certaines zones. Pline, en revanche, fait figure d’exception et manifeste un réel souci du cadre administratif provincial dans l’organisation de son développement sur l’Afrique, malgré certaines difficultés liées notamment à son désir de rendre justice également aux grandes unités géographiques de la région.

48Ailleurs, il faut convenir que la persistance de formes tribales d'organisation sociale, dans l'Empire ou aux marges des régions dominées par Rome, ainsi que surtout l'imaginaire très fort qui leur est associé et aux zones de confins de manière générale, font que l'Afrique littéraire ne laisse guère de place à la vie des provinces, et que le cadre administratif interne au continent a tendance à disparaître. L’image donnée de la région est caractérisée par une forme de flou fondé sur une méconnaissance et sur la persistance de données antérieures à la création des provinces. C’est finalement la polarité gens/ciuitas, Afrique berbère/Afrique romanisée qui l'emporte.

Sources littéraires

49Avien., orb. terr. = van de Woestijne P., La descriptio Orbis Terrae d’Avienus, édition critique, Bruges, 1961.

50Claud. = Claudien, Œuvres. Tome II, 1re et 2e parties : Poèmes politiques (395-398), trad. Charlet J.-L., CUF, Paris, 2000.

51HDt = Hérodote, II, trad. Legrand Ph.-E., CUF, Paris, 1936 ; IV, trad. Legrand Ph.-E., CUF, Paris, 1960.

52Luc. = Lucain, La Guerre civile. La Pharsale. Tome I : Livres I-V, trad. Bourgery A., CUF, Paris, 1927.

53Mela = Pomponius Mela, Chorographie, trad. Silberman A., CUF, Paris, 1988.

54Plin., Nat. = Pline l’Ancien, Histoire naturelle, Livre V, 1-46 : l'Afrique du Nord, trad. Desanges J., CUF, Paris, 1980.

55Prisc., Periheg. = van de Woestijne P., La Pérégèse de Priscien, édition critique, Bruges, 1953.

56Sidon., Carm. = Sidoine Apollinaire, Poèmes, éd. A. Loyen, CUF, Paris, 1961.

57Sil. = Silius Italicus, La Guerre Punique. Tome I : Livres I-IV, trad. Miniconi P. et Devallet G., CUF, Paris, 1979.

58Str. = Biffi N., L’Africa di Strabone. Libro XVII della Geografia. Introduzione, traduzione e commento, Quaderni di « Invigilata Lucernis », Modugno, 1999.

59Verg., A. = Virgile, Enéide, Tome 1, Livre I-IV, texte établi et traduit par Perret Jc., CUF , Paris, 1977.

Bibliographie

Bernard, 2013 = Bernard G., « L'émergence des provinces maurétaniennes au Ier siècle de notre ère : des territoires compartimentés à la recherche d'une identité provinciale », in Lefebvre S. (éd.), Identités et dynamiques provinciales du IIe siècle avant notre ère à l'époque julio-claudienne, Dijon, 2013, p. 87-106.

Biffi, 1999 = Biffi N., L’Africa di Strabone. Libro XVII della Geografia. Introduzione, traduzione e commento, Quaderni di « Invigilata Lucernis », Modugno, 1999.

Bourgery, 1927 = Bourgery A. (éd.), Lucain, La Guerre civile. La Pharsale. Tome I : Livres I-V, CUF, Paris, 1927.

Charlet, 2000 = Charlet J.-L. (éd.), Claudien, Œuvres. Tome II, 1re et 2e parties : Poèmes politiques (395-398), CUF, Paris, 2000.

Delattre, 2014 = Delattre A., « Les paysages africains dans la littérature latine : perception et représentation d'une zone de confins », in Bedon R. (dir.), Confinia. Confins et périphéries dans l'Occident romain, Caesarodunum XLV-XLVI, Limoges, 2014, p. 477-496.

Della Corte, 1972 = Della Corte F., La Mappa dell’Eneide, Florence, 1972.

Desanges, 1980 = Desanges J. (éd.), Pline, Histoire naturelle, Livre V, 1-46 : l'Afrique du Nord, CUF, Paris, 1980.

Hamdoune, 2008 = Hamdoune Chr., « Mons Africae uel fabulosissimus Atlas : l'Atlas de Pline l'Ancien », Latomus, 68 (1), 2009, p. 101-116.

Lefebvre, 2014 = Lefebvre S., « L’autel des frères Philènes, un monumentum de confins », in Lefebvre S. (éd.), Monumenta. Du centre du pouvoir aux confins de l’Empire, Colloque de Dijon, mars 2012, Dijon, 2014, p. 115-148.

Miniconi, Devallet, 1979 = Miniconi P. et Devallet G. (éds.), Silius Italicus, La Guerre Punique. Tome I : Livres I-IV, CUF, Paris, 1979.

Modéran, 2011 = Modéran Y., « La province, troisième patrie ? », in Briand-Ponsart C. et Modéran Y. (†) (dir.), Provinces et identités provinciales dans l'Afrique romaine, Tables rondes du CRAHM, Caen, 2011, p. 9-40.

Reeker, 1971 = Reeker H.-D., Die Landschaft in der Aeneis, Hildesheim-New York, 1971.

Silberman, 1988 = Silberman A. (éd.), Pomponius Mela, Chorographie, CUF, Paris, 1988.

van de Woestijne, 1953 = van de Woestijne P., La Pérégèse de Priscien, édition critique, Bruges, 1953.

van de Woestijne, 1961 = van de Woestijne P., La descriptio Orbis Terrae d’Avienus, édition critique, Bruges, 1961.

Zarini, 2005 = Zarini V., « Mauri, Romani, Afri : le regard de Corippe sur l'Afrique byzantine et l'identité de ses populations », in Briand-Ponsart C. (dir.), Identités et cultures dans l'Algérie antique, Rouen-Le Havre, 2005, p. 407-422.

Notes

1 Modéran, 2011, notamment les p. 16-23 pour la définition des identités objective et subjective.

2 On verra ainsi la manière dont Strabon clôt sa Géographie : ἐπεὶ δ' οἱ Ῥωμαῖοι τὴν ἀρίστην αὐτῆς καὶ γνωριμωτάτην κατέχουσιν, ἅπαντας ὑπερϐεϐλημένοι τοὺς πρότερον ἡγεμόνας ὧν μνήμην ἴσμεν, ἄξιον διὰ βραχέων καὶ τὰ τούτων εἰπεῖν (Str., 17.3.24 : « Mais puisque les Romains occupent la partie la meilleure et la mieux connue du monde, après avoir surpassé tous les anciens peuples dominants dont nous gardons le souvenir, il convient de mentionner aussi, brièvement, leurs hauts faits. » édition de Biffi, 1999). Les traductions sont personnelles.

3 Voir Str., 17.3.7.

4 Str., 17.3.12 : « C'est la limite entre le territoire dominé par Juba et celui dominé par les Romains ».

5 Str., 17.3.7 : « Eux tous ou presque et les Masaesyles voisins et les Libyens en général ont un équipement semblable et ils se ressemblent pour le reste ».

6 Voir Bernard, 2013, p. 87-106.

7 Str., 17.3.15 : « De la région, les Romains firent leur province de la partie qui se trouvait sous le contrôle des Carthaginois, et ils firent de Masinissa et de ses descendants du côté de Micipsa les souverains de l'autre partie ».

8 Str., 17.3.15 : « ils s'emparèrent de toute la partie de la Libye qui pouvait vivre autrement qu'en nomade ».

9 Str., 17.3.15 : « c'est lui qui a donné des institutions politiques aux nomades et a fait d'eux des agriculteurs, c'est encore lui qui leur a appris à être des soldats au lieu de brigands ».

10 Ainsi, le paragraphe 19 se clôt fort brutalement (Τοιαῦτα μὲν τὰ ἐν τῇ μεσογαίᾳ : « Voilà pour l'intérieur des terres »), tandis que le paragraphe 20 commence, sans aucune transition, par la description de la Grande Syrte.

11 On se reportera à l'introduction qu'A. Silberman donne à son édition du texte de la Chorographie dans la CUF, notamment aux p. ix-xiii : Silberman, 1988. Les textes cités et leurs traductions proviennent de l’édition de la Collection des Universités de France.

12 Voir Méla, 1.4.22 : il n'évoque que les provinces d'Afrique et de Cyrénaïque, le reste du continent étant occupé par les populations berbères.

13 Voir l'introduction de Silberman, 1998, p. xlii-xliii.

14 Méla, 1.5.28 : « Au reste la contrée, insignifiante et n'ayant guère été dotée de quoi que ce fût de remarquable, ne comprend que de petites agglomérations, ne livre passage qu'à de petits cours d'eau, est meilleure par son sol que par ses hommes, et, du fait de l'indolence de sa population, obscure. »

15 Pour les liens naturels de la Tingitane et de la péninsule Ibérique, voir Bernard, 2013, p. 99.

16 Méla, 1.5.29 : « Le Mulucha, ce cours d'eau dont nous avons parlé, forme la limite, maintenant entre des peuples, jadis aussi entre des royaumes, ceux de Bocchus et de Jugurtha ».

17 Méla, 1.6.30 : « La Numidie, qui s'étend d'ici au fleuve Ampsacus, occupe un espace plus étroit que la Maurétanie, mais elle est à la fois plus cultivée et plus riche ».

18 Méla, 1.7.33 : Regio quae sequitur, a promuntorio Metagonio ad Aras Philaenorum, proprie nomen Africae usurpat (« La contrée suivante, du cap Metagonium aux Autels des Philènes, porte proprement le nom d'Afrique ») ; cf. Lefebvre 2014.

19 Méla, 1.8.39 : « D'ici au Catabathmos c'est la province de Cyrénaïque ».

20 Voir Méla, 1.8.41.

21 Méla, 1.4.22 : voir supra.

22 Nous renvoyons ici à l'excellent commentaire que J. Desanges a donné de la partie africaine du livre 5 de l'Histoire naturelle dans son édition de la CUF : Desanges, 1980, p. 273-276 pour la question des Syrtes. Les textes cités et leurs traductions proviennent de cette édition.

23 On note ainsi la fin du § 28 : ultra Cyrenaica prouincia (« au-delà, c'est la province de Cyrénaïque ») et le début du § 29 : Ad hunc finem Africa a fluuio Ampsaga populos DXVI habet qui Romano pareant imperio (« L'Afrique, du fleuve Ampsaga jusqu'à cette limite, contient cinq cent seize communautés obéissant au pouvoir de Rome »).

24 On voit ainsi Numidie et Afrique rapprochées au § 25 :  ad quam Numidiae et Africae ab Ampsaga longitudo DLXXX, latitudo, qua cognitum est, CC. (« De l'Ampsaga à cette ville, la longueur de la Numidie et de l'Afrique est de cinq cent quatre-vingts milles, la largeur, là où on la connaît, de deux cents milles »). Juste après, Pline fait allusion à l'existence de deux provinces, l'Africa Vetus et l'Africa Noua : si cette division n'est plus d'actualité à son époque, la mention de la fossa regia qui apparaît à ce moment fait peut-être référence à une opération de bornage entreprise sous Vespasien, qui a restauré l'ancienne délimitation (cf. le commentaire de Desanges, 1980 sur ce passage, p. 242 de l'édition citée).

25 Plin., Nat., 5.2 : Principia terrarum Mauretaniae appellantur, usque ad C. Caesarem Germanici filium regna, saeuitia eius in duas diuisae prouincias. (« Les premières terres que l'on rencontre portent le nom de Maurétanies, royaumes jusqu'à C. César, fils de Germanicus, puis divisées par l'effet de sa cruauté en deux provinces. »).

26 Plin., Nat., 5.21 : Vtriusque Mauretaniae longitudo |X|.XXXVIII, latitudo CCCCLXVII. (« La longueur des deux Maurétanies est de mille trente-huit milles, leur largeur de quatre cent soixante-sept milles »).

27 Desanges, 1980, p. 147.

28 Cf. Méla, 1.4.23 et Plin., Nat., 5.7 et 46.

29 Aussi bien chez Méla que chez Pline, la description de la Cyrénaïque s'ouvre sur la mention de l'oracle d'Hammon (Méla, 1.8.39 et Plin., Nat., 5.31).

30 Pline consacre un long excursus à l'Atlas, qui a été bien étudié par Hamdoune, 2009, p. 101-116.

31 Voir Delattre, 2014, p. 477-496.

32 Méla, 1.4.21 : « dans toute son étendue habitée elle est extraordinairement fertile, mais, étant donné que sa majeure partie est inculte et soit recouverte de sables stériles, soit désertique du fait de la sécheresse du climat et du sol, soit infestée de toutes sortes de bêtes malfaisantes, elle est plus vide que peuplée ».

33 Hdt., 2.32.4.

34 Luc., 9.420-423 et 431-434 : il évoque une bipartition entre l'ouest fertile et l'est aride, qui correspond à l'évocation de la zone désertique qui borde les Syrtes dans lesquelles aborde Caton. Sur les Musulames, cf. les travaux récents de L. Nadarri, « Une nouvelle borne des Musulames », Africa, XVIII, 2000, p. 43-51 ; Naddari L., « Entre coloni et Musulamii : une opération de délimitation des terres sous Trajan dans la vallée de l’Ouèd Sarrat », in Actes du 5e colloque international sur l’Histoire des Steppes tunisiennes, Sbeïtla, 5-7 mai 2006, Tunis, 2008, p. 157-183.

35 Sil., 1.211-214 : il évoque une bipartition nord-sud, similaire à celle d'Hérodote.

36 Verg., A., 1.418-429.

37 Cf. Reeker 1971, p. 12-40 et Della Corte, 1972, p. 81-108.

38 Cf. Hdt, 2.16.1 ; 4.42.1 ; 4.45.2.

39 Luc., 4.671-686.

40 Sil., 3.231-324.

41 Sil., 3.287-291 : Vos quoque desertis in castra mapalibus itis, / misceri gregibus Gaetulia sueta ferarum / indomitisque loqui et sedare leonibus iras. / Nulla domus ; plaustris habitant ; migrare per arua / mos atque errantes circumuectare penates (« Et vous aussi, quittant vos cabanes, vous rejoignez le camp, Gétules habitués à vivre parmi les troupeaux de fauves, à parler aux lions indomptés et à calmer leurs fureurs. Ils n'ont pas de maisons ; ils logent dans leurs chariots : ils ont coutume de parcourir les plaines en transportant partout leurs pénates errants »). Les textes et traductions cités proviennent de l’édition de la CUF : Miniconi, Devallet, 1979.

42 Luc., 4.677-678 : semperque paratus / inculto Gaetulus equo (« le Gétule toujours prêt sur un cheval sans housse »). Les textes et traductions cités proviennent de l’édition de la CUF : Bourgery, 1927.

43 Luc., 4.684-685 : et solitus uacuis errare mapalibus Afer / uenator (« le chasseur africain habitué à errer loin des douars déserts »).

44 Avien., orb. terr., 281-287 ; Prisc., Periheg., 177-182. Voir le commentaire de ces passages infra.

45 Sil., 3.306-309 : Necnon Autololes, leuibus gens ignea plantis ; / cui sonipes cursu, cui cesserit incitus amnis, / tanta fuga est ; certant pennae ; campumque uolatu / cum rapuere, pedum frustra uestigia quaeras (« Avec eux, les Autololes, race de feu aux pieds agiles ; pas un cheval de course, pas un fleuve déchaîné ne les devancerait, tant leur fuite est rapide ; ils le disputent même à l'aile de l'oiseau et, une fois lancés dans la plaine où ils volent, on chercherait en vain la trace de leurs pas »).

46 Avien., orb. terr. 329-333, notamment les v. 332-333 : Hi celeri molles currunt pede semper harenas, / nec impressae linquunt uestigia plantae (« toujours ils parcourent d'un pied rapide les sables mous sans y imprimer l'empreinte de leurs pas », notre traduction). Nous suivons le texte établi par van de Woestijne, 1961.

47 Avien., orb. terr. 281-287.

48 Prisc., Periheg., 177-182 : « (viennent ensuite) les Masaesyles et le peuple massyle. Ils parcourent les forêts et les plaines arides et se nourrissent d'une âpre pitance qu'ils se procurent par le massacre cruel des bêtes sauvages ; car ils ne savent pas creuser la terre à l'aide d'une charrue, ni faire passer les bœufs laboureurs sous le joug de la charrue sonore ; mais ils errent dans les halliers des bois à la manière de bêtes sauvages » (notre traduction). Nous suivons le texte établi par van de Woestijne, 1953.

49 Cf. Str., 17.3.15, et notre analyse supra.

50 On peut citer ainsi ces vers de Claudien, dans la Guerre contre Gildon (Claud., 15.440-441) : Non ulla fides, non agminis ordo : / arma oneri, fuga praesidio (« Ils n'ont ni loyauté ni ordre dans les rangs : les armes leur sont un fardeau et la fuite un refuge »). Les textes et traductions cités proviennent de l’édition de la CUF : CHARLET, 2000.

51 V. Zarini a bien mis en évidence ce phénomène dans le cas de Corippe : cf. Zarini, 2005, p. 407-422. Nous ne nous attarderons pas sur le cas de Corippe, qui, en tant qu'Africain, présente une vision de l'Afrique légèrement différente de celle qu'expriment les auteurs romains.

52 Nous nous en tiendrons ici à l'image proposée dans la Guerre contre Gildon. Les différences avec la version qu'il donne du conflit dans son poème sur le Consulat de Stilichon s'expliquent en bonne partie par l'évolution des relations entre les empires d'Occident et d'Orient, qui ne concerne pas directement notre propos.

53 Claud., 15.189-200 : « Quand il en est lassé, il donne les femmes les plus illustres aux Maures. Conduites en plein cœur de Carthage, les mères sidoniennes sont unies de force aux barbares ; il nous impose un Éthiopien pour gendre, un Nasamon pour mari ; l'enfant de couleur anormale fait peur à son berceau. Fort de ces alliés, il s'avance plus puissant désormais que le Prince lui-même ; loin devant lui court une armée de fantassins ; des escadrons de cavaliers l'entourent, ainsi que les rois, ses clients, qu'il enrichit de nos dépouilles. Il chasse tout le monde de sa demeure ancestrale ; il expulse les anciens colons de leur domaine. Je suis emportée, dispersée par l'exil. Ne me sera-t-il jamais permis de revenir et de rendre les citoyens à leur terre ? »

54 Sidon., Carm., 7.441-449.

55 Sidon., Carm., 5.336-338 : « c'est par les Gétules, les Numides, les Garamantes et les Autololes, par l'Arzuge, le Marmaride, le Psylle, le Nasamon qu'il se fait craindre, paresseux qu'il est ». Les textes cités proviennent de l’édition de la CUF. Les traductions sont personnelles.

56 Sidon., Carm., 5.57-58 : « plein de furie contre ma noblesse qu'il a complètement mise en fuite ».

57 Sidon., Carm,. 5.85-89 : « Moi aussi (pardonne-moi de t'avoir fait autrefois la guerre), après la Trébie et Cannes, tu m'as domptée, et mon Hannibal a vu les toits de Rome avant que Scipion ne voie les miens. Quel fut mon tort ? Je suis contrainte par les destins à susciter des guerres contre toi, que je le veuille ou non ».

58 Sidon., Carm., 5.332-335 : « C'est ma propre chair qu'il arme désormais contre moi pour son propre intérêt ; captive depuis tant d'années, je suis déchirée par ses lois, par ma vertu, et, féconde en châtiments, j'enfante ceux qui me font souffrir ».

Auteur

Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 / EA 173 CESAR-CEMA

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search