Version classiqueVersion mobile

Quis sum ? Provincialis ?

 | 
Sabine Lefebvre

L’Histoire Naturelle comme manifeste identitaire ? Quelques remarques sur les provinces et leur image chez Pline l’Ancien

Anne Vial-Logeay

Résumé

Souvent connu pour son allégeance à Rome et au pouvoir impérial qu’il servit fidèlement, Pline l’Ancien, lorsqu'il compose son Histoire naturelle, décrit l’oikoumène en recourant aux documents administratifs que sont les formulae prouinciarum, de même qu’il intègre ponctuellement à son enquête des connaissances fournies, entre autres sources, par les provinces. Il ne semble pas pour autant considérer celles-ci comme détentrices d’une identité propre, quitte à paraître reconduire, voire aggraver, une forme d'altérité entre l’Vrbs et ses périphéries sans tenir grand compte des subdivisions administratives qui nourrissent pourtant sa pratique professionnelle. Ainsi, L. Cornelius Balbus peut-il être qualifié d’externus, tandis que la Narbonnaise, elle, se voit louée comme étant "plutôt l'Italie qu'une province". À rebours, Pline paraît s'attacher à mettre en évidence les rapports instaurés par le Princeps avec les habitants de l’empire romain comme permettant d’instaurer un nouveau langage politique recevable par chacun d'entre eux, car fournissant une image paradoxalement égalitaire, résumable dans la métaphore de la ruche organisée autour d'un "roi". Les provinces, objet du volume, seraient donc le point aveugle ou l'un des points aveugles d'une pensée à la fois romanocentrique et universalisante, attachée à penser le dépassement par Rome de la vieille opposition entre Grecs et Barbares.

Texte intégral

  • 1 Cf. Histoire Naturelle, Préface, notamment § 16-17.
  • 2 Entre autres charges, Pline l’Ancien avait exercé la fonction de procurateur en Gaule Narbonnaise (...)
  • 3 Richardson, 2008.

1Pour qui veut essayer de comprendre jusqu’à quel point pouvait affleurer sous l’empire une identité reconnue de provincial, il peut être intéressant de se pencher sur l’Histoire Naturelle de Pline l’Ancien. Cette somme voulait, en effet, prendre en compte tous les aspects de la nature, et transmettre à ce sujet un bilan des connaissances présentes et passées à un moment où la domination de Rome était perçue comme universelle1 : l’Histoire Naturelle constitue donc un point d’aboutissement, une synthèse de savoirs divers et variés, et c’est à ce titre que Pline intègre les provinces comme sources de savoir récent et, semble-t-il, significatif de la puissance romaine. Il convient donc de nous interroger ici sur la façon dont notre auteur, appelé par ses fonctions à connaître intimement les rouages du pouvoir et les territoires de l’Empire2, a pu non pas tant percevoir – ce qui nous échappe fatalement – mais vouloir présenter ce cadre administratif, son évolution et les effets induits par cette dernière. Il s’agit, en d’autres termes, de nous placer ici du côté du vainqueur d’alors pour étudier, en quelque sorte, ce qui apparaît comme le langage du centre de l’Empire, pour reprendre le titre d’un livre de J. Richardson3. Au cours de sa conclusion, ce dernier consacre un peu moins de deux pages à Pline l’Ancien ; le but avoué de cette contribution n’est autre que la poursuite de l’enquête. Nous examinerons donc rapidement la question de la présence des provinciaux et des provinces chez Pline l’Ancien – présence aussi certaine qu’élusive, pour ne pas dire décevante –, avant d’en venir à la question de l’identité collective, voire des identités collectives (et donc de celles des provinces) vues de Rome, au sein de l’Histoire Naturelle.

2On ne trouve que quelques occurrences du terme prouincialis dans l’Histoire Naturelle, mais pour autant, celles-ci se révèlent, d’une certaine façon, riches d’enseignement.

  • 4 Plin., Nat., 8.56.135 : ipse animal non, ut remur plerique, uitae hominum superuacuum est, si non (...)

3La première intervient alors que Pline a entrepris de réhabiliter le hérisson. Contrairement à ce que nous pensons souvent, affirme-t-il, cet animal n’est pas superflu pour l’homme : « sans ses aiguillons, c’est en vain que la molle toison des brebis nous eût été donnée ; c’est avec cette peau qu’on laine les étoffes. La fraude a trouvé là aussi, grâce au monopole, une grande source de profits ; il n’est pas d’article qui ait provoqué de plus fréquents sénatus-consultes ; il n’est pas d’empereur qui n’ait reçu à ce sujet les doléances des provinciaux »4. Fraude sur le monopole ou sur la qualité du produit, le texte ne permet pas tel quel de conclure franchement, mais l’intention semble claire : il s’agit pour Pline de pointer la répétition d’abus de droit au détriment des provinciaux. Le contexte ne permet pas cependant d’indiquer leur origine : indéterminée, la mention concerne les provinciaux dans leur ensemble, et les rapports inégalitaires au sein même du monde romain.

  • 5 Hom., Od., 24.225-226.
  • 6 Plin., Nat., 17.6.53 : et hic uetustas utilior ; uisumque iam est apud quosdam prouincialium inuet (...)
  • 7 Cf. note 3, ad loc., p. 132 éd. CUF.
  • 8 Le vin vieux donnant du bon vin est cité par Pline en Plin., Nat., 23.32, sans allusion cette fois (...)
  • 9 Var., R., 1.13.4.
  • 10 À titre d’exemple, et sans prétention à l’exhaustivité : Plin., Nat., 6.88-89 ; 9.37 ; 33.134 ; 24 (...)

4La deuxième occurrence intervient au moment où Pline passe en revue les différentes sortes de fumier, depuis les coutumes grecques incarnées par le roi homérique Laërte5, le mythique roi d’Élide Augias (celui des écuries) et le non moins mythique Hercule, jusqu’aux temps modernes, représentés pour Pline par les pratiques provinciales en vigueur : « sur ce point encore, le grand âge est plus favorable : on a même vu, chez certains provinciaux, où la production des ovins est abondante, le fumier passé au crible comme de la farine perdre par l’effet du temps son odeur repoussante et son aspect prendre même quelque chose d’agréable. On a récemment découvert que les oliviers aimaient particulièrement la cendre des fours à chaux »6. Il semble qu’il puisse s’agir ici d’une pratique de la Gaule Cisalpine7, mais Pline reste vague, de même qu’il ne précise pas quel grand âge, uetustas, il faut ainsi approuver : l’antiquité des temps mythiques ou le grand âge du produit ? On peut penser ici que tel est le cas, puisque le fumier (comme du bon vin8), produirait de meilleurs résultats : tel était du moins l’usage en vigueur, signalé par Varron9, mais dans le passage en question, les deux semblent se confondre et l’originalité des provinciaux s’en trouve amoindrie. Supprimer l’odeur du fumier représente un raffinement pour l’homme, davantage qu’une réelle amélioration du produit : nul doute que Pline n’adhère pas totalement à une telle vision du progrès, lui qui multiplie les attaques contre le luxe10.

  • 11 Plin., Nat., 29. 8.22 : notum est ab eodem Charmide unum aegrum e prouincialibus HS CC reconductum(...)
  • 12 Plin., Nat., 29.10 : hi regebant fata, cum repente ciuitatem Charmis ex eadem Massilia inuasit dam (...)
  • 13 Sur l’importance de Marseille cf. Str., 4.1.5, selon qui les Romains de son temps préféraient, en (...)
  • 14 Comme c’était déjà le cas en Plin., Nat., 17.6.53. Sur la rareté de l’usage de prouincialis comme (...)

5Une telle remarque peut sembler assez neutre, mais les choses se gâtent pourtant de nouveau au livre 29 alors que Pline, s’intéressant à la médecine, condamne la charlatanerie de certains médecins grecs ou d’origine grecque, tel Charmis, médecin de Néron, et qui en réaction contre la mode des bains chauds, préconisait des cures de bain froid même en plein cœur de l’hiver : « on sait que ce Charmis [...] passa marché avec un malade de province pour deux cent mille sesterces », commente notre auteur11. Même si Charmis avait ouvert une école à Rome (Pline passant ce fait sous silence, au profit d’une condamnation sans équivoque de la présence de Charmis dans l’Vrbs, assimilée à une invasion meurtrière12), c’est de crédulité provinciale qu’il est question. Il n’est pas indifférent non plus de noter que Pline insiste sur le fait que Charmis était un médecin de Marseille, devenue, de cité phocéenne, la romaine Massilia13. Crédulité, vaine dépense : la stigmatisation est réelle, et doublement pour les provinciaux, ici constitués en catégorie à travers l’usage du terme prouincialis comme substantif14, capables de donner vie et de nourrir en leur sein des individus tels que Charmis (le même passage relate les mésaventures et l’enrichissement du chirurgien Alcon, banni en Gaule – toujours les provinces – sous Claude), et victimes de leurs agissements.

  • 15 Tribun de la plèbe en 50, mort en 49 av. J.-C. en combattant en Afrique contre Juba ; les funérail (...)

6À la toute fin de l’Histoire Naturelle, au moment où Pline, au cours d’un exposé sur les minéraux, et plus précisément le marbre, se laisse aller à son obsession, disserter sur les prodigalités du luxe (il envisage les constructions somptuaires auxquelles se sont livrés des Romains de la République tels que M. Æmilius Scaurus), il se trouve comme contraint, nous dit-il, à rapporter une extravagance plus grande encore. C. Curion15 fait ainsi construire deux théâtres en bois pour concurrencer celui de Scaurus, qui comptait trois étages, 360 colonnes, un étage de marbre, le deuxième de verre, le dernier de bois doré :

  • 16 Plin., Nat., 36.116 : unde enim illi uitricus Sulla et Metella mater proscriptionum sectrix ? Unde (...)

« C. Curion, qui mourut au cours de la guerre civile dans les rangs du parti césarien, ne pouvait à l’occasion des jeux funèbres en l’honneur de son père surpasser Scaurus en somptuosité et en pompe – comment eût-il pu avoir en effet pour beau-père un Sylla, pour mère une Metella, acheteuse de biens des proscrits, comment, pour père, un M. Scaurus tant de fois le premier de la cité et le receleur des rapines provinciales du parti marianiste ?16 ».

7Pline traite ici de la rivalité entre Curion et M. Æmilius Scaurus, acteur bien connu de la fin de la République romaine puisqu’il était devenu le beau-fils de Sylla depuis le remariage de sa mère et avait exercé les fonctions d’édile curule en 58 av. J.-C. Il aurait cherché à reconstituer sa fortune en pressurant la Sardaigne où il fut préteur (56), puis propréteur (55), d’où un procès pour concussion où il eut Cicéron pour défenseur. Pline, qui déclare par ailleurs son admiration pour Cicéron, prend ici nettement parti contre son client : Scaurus est inscrit dans une lignée maudite et, pour sa part, désigné à tout le moins comme responsable de l’importation de marbres étrangers, donc de l’importation d’un des éléments du luxe. Ici encore, les provinciaux n’ont pas été définis. On peut penser que la connaissance qu’en avait la plupart des lecteurs n’imposait pas cette précision – la référence aux guerres civiles est claire. Cette explication n’est pourtant pas exclusive du désir chez Pline de donner une portée générale à sa condamnation.

  • 17 Plin., Nat., 9.58.117 ; voir infra.
  • 18 Les provinciaux ne sont peut-être pas dotés d’une identité supplémentaire que celle que leur confè (...)
  • 19 Plin., Nat., 17.5.45.
  • 20 Catégories que Pline connaît bien, comme l’a montré Christol, 1994, p. 45-63 (= Christol, 2010, p. (...)
  • 21 De ce point de vue, Pline peut sembler en retrait par rapport à Cicéron, cf. Cic., Q. fr., 1.1.15  (...)
  • 22 Cf. Lefebvre, 2011, p. 106 sq.

8De ce rapide examen, on peut tirer diverses remarques. La première montre une conscience des exactions subies par les provinciaux, et une volonté de les dénoncer fût-ce au prix d’un écrasement de la dimension temporelle, depuis la conquête – brutale mise en coupe réglée par certaines familles (on rappellera ici le commentaire suscité par les bijoux de Lollia Paulina : auitae opes, prouinciarum scilicet spoliis partae17) aux abus toujours en vigueur. La deuxième fait apparaître ces provinciaux comme une catégorie générale, davantage que comme des individus ou comme des groupes distincts en fonction de leur origine géographique. On trouve certes, çà et là, des ethnonymes18, mais ce type de mention n’est pas propre à Pline et, par ailleurs, ne recoupe pas nécessairement la désignation administrative. Ainsi Pline mentionne-t-il les Transpadani pour les habitants de Gaule Cisalpine19 sans chercher à les intégrer à la prouincia Ariminum, créée en 81 av. J.-C. et administrée par un propréteur avant d’être intégrée à l’Italie romaine en 42 av. J.-C. Hasard, plan délibéré, ou mode de pensée totalement intégré, dans la mesure où le discours de Pline, élaboré dans les nuits de veille, tourne le dos aux catégories administratives maniées par lui durant ses tâches diurnes20 ? On observe tout à la fois la récurrence d’un motif, les injustices subies, aux livres 8 et 36, avec un effet d’ouverture et de fermeture dans l’œuvre, et ce que l’on peut considérer comme un crescendo négatif : du hérisson aux guerres civiles, de l’utilité – mais aussi de la spoliation – à la mort, individuelle puis générale. Ni meilleurs ni pires que les autres21, les provinciaux ne scintillent pas de caractéristiques appréciables ; le trait principal reste, malgré tout, leur situation politique de dominés. L’idée de relation inégale avec le pouvoir reste sous-jacente, voire explicite, même après l’effort d’Auguste pour réorganiser les provinces en leur donnant une étendue territoriale concrète22. Ainsi peut-on lire au sujet de Lollia Paulina, épouse de l’empereur Caligula, où Pline engage son auctoritas de témoin :

  • 23 Plin., Nat., 9.58.117 : uidi smaragdis margaritisque opertam, alterno textu fulgentibus toto capit (...)

« J’ai vu [Lollia Paulina], couverte d’émeraudes et de perles, entrelacées en alternant, elles brillaient partout sur sa tête, dans ses cheveux, à ses oreilles, à son cou, à ses doigts [...] ce n’était pas là les cadeaux d’un empereur prodigue, mais richesses ancestrales, c’est-à-dire tirées des provinces dépouillées23 ».

  • 24 Signalé par Richardson, 2008, p. 165 : « The most notable absence from these usages is that of the (...)
  • 25 Plin., Nat.,12.9 ; 15.83. Mucianus est présenté par Pline en relation au merveilleux, mais cela ne (...)

9Le plus remarquable, d’une certaine façon, tient en effet à l’effacement du pouvoir exercé par les magistrats dans les provinces qui leur étaient attribuées24. Dans l’ensemble, ces magistrats, lorsqu’ils sont nommés, figurent – de façon tout à fait attendue et ordinaire – comme indicateurs chronologiques au sein de l’Histoire Naturelle. Deux occurrences concernent les legati Licinius Mucianus et L. Vitellius, insistant sur un moment d’homogénéisation de l’Empire où l’on importe à Rome les spécialités des provinces. Ainsi, sur un célèbre platane de Lycie, Pline convoque le témoignage de « Licinius Mucianus trois fois consul, et qui a été récemment légat de cette province » ou encore, à propos des figues, mentionne-t-il « L. Vitellius, qui fut plus tard censeur (an de Rome 801), transplanta toutes ces variétés de Syrie dans la campagne d'Albe (3.9), ayant été lieutenant dans cette province vers les dernières années du règne de l'empereur Tibère »25 . Une occurrence concerne un proconsul :

  • 26 Plin., Nat., 35.20 : paruis gloriabatur tabellis extinctus nuper in longa senecta Titedius Labeo p (...)

« Titidius Labéon, mort il y a peu de temps, dans un âge très avancé, ancien préteur, et même ayant géré le proconsulat de la Gaule Narbonnaise, tirait vanité des petits tableaux qu'il exécutait ; mais cela était un objet de ridicule et de risée26 ».

10Il y a là une part de dérision : ces magistrats ne semblent pas faire grand-chose, entre importer une culture et se ridiculiser... La dernière occurrence recourt au terme technique praesidere, mais le schéma reste similaire, et renvoie à un gouverneur épris d’art plus que valorisé pour son action de légat :

  • 27 Plin., Nat., 34.47 : statuam Aruernorum cum faceret prouinciae Dubio Auito praesidente, duo pocula(...)

« Zénodore ne le cédait à aucun des anciens statuaires pour l'art de modeler et de ciseler. Pendant qu'il travaillait à la statue des Arvernes, il copia, pour Dubius Avitus, gouverneur de la province (Dubio Auito praesidente), deux coupes ciselées par Calamis, que Germanicus César, qui les aimait beaucoup, avait données à son précepteur Cassius Silanus, oncle d’Avitus27 ».

  • 28 Cf. Le Roux, 2010, p. 226.

11Rien n’est dit de l’action que ces magistrats ont pu exercer ou de ce qu’ils ont pu percevoir de leur province comme entité. L’accent est ici mis sur leur rapport à Rome ou sur leurs personnalités. On observe ici, de manière générale, ce que signalait déjà P. Le Roux à propos des provinces ibériques : « Le provincial s’oppose à ce qui est Romain et relève du regard Romain. La dimension sociale et culturelle l’emporte, mais elle est indissociable du fait politique, à savoir que Rome est la capitale et à ce titre celle qui règle le goût et reconnaît le talent véritable »28.

  • 29 On distingue, semble-t-il assez aisément, quelques aspects de l’architecture de la formula, la com (...)
  • 30 Cf. Desanges, 1980, p. 23-27.
  • 31 Cf. Desanges, 1980, Introduction, p. 10 : Pline travaille principalement à partir de trois sources (...)

12Cette connaissance générale sur les provinciaux, envisagés sous l’angle de leurs relations avec le pouvoir centralisateur de Rome, se double d’une connaissance géographique et administrative fournie par les provinces et qui, à son tour, informe la représentation de l’Empire comme unité territoriale concrète. Il semble que dans les formulae prouinciarum, ces documents juridiques qui établissaient la liste des cités placées sous tutelle du gouverneur de la province, les cités étaient classées selon une hiérarchie précise qui les distinguait en fonction de leur statut ainsi que des rapports entre la communauté et le pouvoir central. M. Christol a ainsi montré comment Pline recourait, pour la province de Narbonnaise, à une formula prouinciae qui lui apportait une connaissance sûre de la région29 en sus de celle qu’il avait pu avoir directement comme procurateur ; de même, J. Desanges dans son édition de la première partie du livre V, concernant l’Afrique, a-t-il plaidé en faveur d’une formula prouinciae, en dépit des questions que cela suscite30. Les provinces, et les formulae prouinciarum qui s’y rapportent, sont loin de constituer les seules sources utilisées par notre auteur, parfois au prix de heurts entre des documents de nature différente31, mais l’impulsion n’en est pas moins présente chez lui de vouloir décrire l’empire romain comme un ensemble géographique constitué d’unités territoriales immédiatement lisibles : d’où cet effet de superposition de cadres de l’administration romaine par exemple à une description géographique issue des Grecs, et qui aborde les territoires à partir de l’entrée dans la Méditerranée, en suivant les golfes qu’elle recèle.

  • 32 Pour autant, Pline ne rejette pas totalement les identités mythiques ; cf. Plin., Nat., 5.4 : Nunc (...)
  • 33 Arnaud, 2007, p. 9 : « Le témoignage d’un rustre honnête valait en somme moins que la construction (...)
  • 34 Les Musulames sont une tribu d’Afrique du Nord mentionnée par les sources littéraires et épigraphi (...)
  • 35 Desanges, 1980, p. 26 : « Pline n’a pas hésité à arrêter l’Africa à l’heure de cette statistique [ (...)
  • 36 Sur cette question, cf. récemment Bernard, 2013, p. 87-106.
  • 37 Plin., Nat., 5.1.2 : « les premières terres que l’on rencontre portent le nom de Maurétanies, roya (...)
  • 38 Plin., Nat., 3.4.(3).18 : Citerioris Hispaniae sicut conplurium prouinciarum aliquantum uetus form (...)
  • 39 En 67, Néron avait proclamé la liberté des cités grecques de cette province, lors d’un rassembleme (...)
  • 40 Cf. nomina ignobilia, à propos de la Narbonnaise, et le commentaire de Christol, 1994 (= Christol, (...)

13Si les Grecs articulaient des identités collectives à un passé légendaire, héroïque, voire mythique, Pline propose une mesure du monde et, par voie de conséquence, des provinces, en prenant fortement appui sur les travaux réalisés par Agrippa et les identités collectives données par Rome sous Auguste32. Les documents qu’il utilise datent globalement de cette époque, sans véritable souci de mise à jour, probablement par suite de l’intense effort de collation des informations produit sous le Principat et du crédit accordé aux auctores, sans doute au moins en partie en raison de leur position sociale comme noté par P. Arnaud33. La révolte des Musulames34 au début du règne de Tibère, puis en 45, est ainsi passée sous silence35 ; la création de deux provinces de Maurétanie, la Maurétanie tingitane et la Maurétanie césarienne36, semble être à porter au discrédit de l’empereur Caligula, quand bien même c’est sous Claude qu’elles furent créées en tant que provinces37. En fait, Caligula fit exécuter Ptolémée, fils de Juba II, pour des raisons qui nous échappent, en 39-40, puis Claude divisa le royaume en deux provinces qu’il confia à des chevaliers. Cette division avait pu être suggérée aux Romains par l’existence de deux villes royales dans le royaume unifié, Caesarea et Volubilis. Le regret de voir la Maurétanie divisée doit-il être imputé à l’image très positive du roi Juba chez Pline, ainsi qu’à l’image noire de Caligula ? On a ici une entité politique divisée arbitrairement par les Romains, pour former non pas une, mais deux provinces. L’administratif est minoré, comme une superstructure arbitraire qui se surimpose à une réalité antérieure, même si Pline parle en fait fort peu de cette dernière. Cette relative indifférence de Pline à l’exactitude ou à l’exhaustivité des renseignements fournis pourrait bien correspondre à la conscience qu’a notre auteur du temps qui s’écoule et des modifications qu’y apporte le pouvoir central voire, parfois, de l’inanité de ces modifications au regard de réalités plus profondes. C’est notamment le cas pour l’Espagne citérieure38. C’est aussi celui des provinces grecques, particulièrement de celle d’Achaïe39. Dans ce monde globalement instable, dresser la liste des peuples revient aussi à écarter les noms de ceux qui en ont disparu40, de même que faire l’inventaire des provinces revient également – et là inversement, l’administrateur réapparaît – à constater le travail constant d’organisation voire de réorganisation opéré par Rome. Rien d’étonnant, en tout cas, que la présence des provinces dans l’Histoire Naturelle soit aussi constante qu’élusive, et que le constat de leur spécificité ne puisse être fait.

  • 41 Plin., Nat., 3.7 : cunctas prouinciarum diuiti cultu et quodam fertili et peculiari nitore praeced (...)
  • 42 Plin., Nat., 3.4.31 : « Par la qualité de son agriculture, par la considération dont jouissent ses (...)
  • 43 Cf. Arstt, Pol., 7.6 ; Vitr., De architectura, 6.1.
  • 44 Plin., Nat,, 37.201-202 pour l’Italie (Italia, rectrix parensque mundi altera, uiris feminis, duci (...)
  • 45 Des Boscs-Plateaux, 1994, p. 7-35. Ne peut-on y voir, avec le recul, le prélude à l'affirmation de (...)
  • 46 Fuit et Balbus Cornelius maior consul, [...] primus externorum atque etiam in oceano genitorum usu (...)

14À l’époque de Pline, pourtant, quelques provinces se démarquent par leur dynamisme : en font partie la Tarraconaise, la Bétique et la Narbonnaise. Or ce sont précisément ces deux dernières provinces, et principalement la Narbonnaise, qui font l’objet d’un traitement somme toute particulier de la part de Pline, et pas seulement parce qu’il s’y est rendu. Toutes deux se signalent par la richesse de leur terroir : à la Bétique, qui surpasse toutes les autres provinces par la richesse de ses cultures et un certain éclat qui lui est propre 41, répond un peu plus loin la Narbonnaise, agrorum cultu, uirorum morumque dignatione, amplitudine opum nulli prouinciarum postferenda42. De telles notations pourraient laisser croire à une identité provinciale, d’autant que Pline a exercé sur place les fonctions de procurateur ; or ces deux exceptions dans l’excellence semblent, pourtant, relayer chacune à sa manière l’opposition déjà précédemment évoquée entre une Rome-capitale étendue à une Italie homogénéisée et une périphérie soumise. Si les stratégies mises en œuvre sont certes différentes, elles n’en aboutissent pas moins à des effets identiques. Ainsi, s’agissant de la Bétique, on notera qu’en dépit de la richesse de ce territoire, aucune corrélation n’est établie entre la terre, son climat et les hommes qui l’habitent, alors que depuis Aristote, l’importance du facteur climatique est mise en avant pour déterminer le caractère des habitants d’une région et que, à Rome, Vitruve l’avait encore rappelé explicitement43. Pline n’ignore d’ailleurs pas cette dimension puisqu’il y recourt discrètement en toute fin de son ouvrage à propos de l’Italie et de l’Espagne, envisagée comme totalité Hispania (et non au prisme de ses provinces), mais sans s’y attarder : le facteur climatique n’est pas un schème explicatif, ou du moins, il est loin d’être le seul car rentrent aussi en compte les produits et les hommes, bref une géographie du terroir44. Ce n’est pourtant pas faute non plus de connaître et de faire apparaître certains des plus illustres de ses hommes, membres de la puissante famille des Balbi, que l’on a pu considérer comme emblématique de cette province45. Il n’est pas indifférent que L. Cornelius Balbus l’aîné, consul suffect en 40 av. J.-C., personnage controversé par ailleurs, soit qualifié par Pline d’externus. « Balbus Cornelius l'aîné fut consul [...]. Il fut le premier des étrangers et, qui plus est natif de l'océan, à obtenir une charge qui avait été refusée par nos ancêtres même au Latium »46 ; or, quand il s’agit de Cornelius Balbus Minor, on pourrait bien retrouver la même expression – le texte comporte ici une crux, portant précisément sur le terme externus.

  • 47 Plin., Nat., 5.6 : Thelge oppidum Garamantum itemque Dedris [...] clarissimumque Garama, caput Gar (...)

« Thelge, ville des Garamantes, et aussi Dedris [...] et Garama, la très célèbre capitale des Garamantes, toutes villes subjuguées par les armes romaines et sur lesquelles Cornélius Balbus a remporté un triomphe, seul étranger entre tous qui se soit vu octroyer le char triomphal et le droit des Quirites, car, né à Gadès, on lui donna la cité romaine en même temps qu’à Balbus l’Ancien, son oncle47 ».

  • 48 Plin., Nat., 36.12.60 : Onychem in Arabiae tantum montibus nec usque aliubi nasci putauere nostri (...)
  • 49 DC, 54.25.
  • 50 Str., 3.5.
  • 51 Mêmes remarques, en ce qui concerne les embellissements et beaux-arts de la Narbonnaise, négligés (...)
  • 52 Cf. Cic., Leg., 2.2.5, où Cicéron distingue patria communis (Rome) et petite patrie, lieu d’origin (...)

15De ce même Balbus, on sait aussi qu’il fit construire un théâtre à Rome, mentionné par Pline de façon incidente, lors d’un développement sur l’onyx : « L’utilisation de cette pierre changea aussi par la suite, car on crut à un rare prodige quand Cornélius Balbus fit élever dans son théâtre quatre colonnes de ce marbre, d’une hauteur moyenne »48. Ce qui est remarquable, c’est la brièveté avec laquelle est évoqué ici le théâtre construit par Balbus, comme par distraction à l’appui d’un autre développement – il suffit de la comparer avec la version qu’en donne Dion Cassius49 ; de même que Pline ne mentionne pas les embellissements de Gadès, au contraire de Strabon50, alors que ces mêmes embellissements étaient l’œuvre de Balbus et la preuve des liens qui continuaient d’unir, au-delà de leur réussite à Rome, ces provinciaux à leur « petite patrie »51. À la différence de Cicéron, qui conjuguait petite patrie (lieu de naissance) et patrie commune, Rome52, chez Pline, la patrie comme lieu d’origine associé en binôme à Roma, communis patria, semble avoir disparu au seul bénéfice de cette dernière.

16Le cas de la Narbonnaise est-il si différent ? À la mention de son riche terroir, sur ce point comparable (voire inférieur ?) à celui de la Bétique, Pline ajoute cette fois celle des hommes qui le composent, remarquables aussi par la considération dont jouissent les habitants et par leurs mœurs, pour mieux résumer ces qualités d’une formule lapidaire, Italia uerius quam prouincia. Assimilation à Rome, comme pour l’Italie ? On est là, comme le fait remarquer M. Christol, au terme d’un processus : dès la fin de la guerre sociale, la Narbonnaise était sur le plan du droit, mise sur le même plan que la Gaule cisalpine si bien que, du point de vue juridique, l’expression Italia uerius quam provincia n’a, sur ce plan, rien d’une hyperbole. Ce qui importait pour Pline :

  • 53 Christol, 1999, p. 25-26 (= Christol, 2010, p. 127).

« à l’horizon des premières années de Vespasien [...] c’était, d’évidence, le rapprochement entre l’Italie et la Narbonnaise. Quand il les rapprochait, dans l’éloge initial (Italia verius quam provincia), son propos signifiait qu’un processus s’était achevé. Il mettait alors en valeur la virorum morumque dignatio : le statut des communautés tenait dans cette appréciation une place importante. Mais les mots de Pline se rapportent à ce qui lui semblait acquis : son témoignage est utile pour fournir un terminus ante quem si l’on veut apprécier le moment où ce processus de rapprochement entre l’Italie et la Narbonnaise s’imposait53 ».

  • 54 Cf. Bertrand, 1989, p. 209 : « On sait combien est fondamentale pour l’esprit des Romains, l’oppos (...)
  • 55 Cf. les précautions et mises au point méthodologiques de Woolf, 1992, p. 283-293 ; Le Roux, 2011, (...)

17D’un côté, l’assimilation à l’Italie ; de l’autre, pour la Bétique, la mise en relief d’un caractère étranger, moment d’histoire certes dépassé. Il n’en reste pas moins que la présence des provinciaux oscille entre ces deux pôles : assimilation et extranéité. Externus : le même terme est usité à propos de L. Cornélius Balbus, de Pompée, pour désigner les guerres menées par lui en Sicile et en Espagne, dans la foulée des guerres civiles entre Marius et Sylla... ou pour désigner les sources autres que romaines auxquelles Pline recourt pour composer son Histoire Naturelle et dont il tient à marquer le prix qu’il leur accorde, tout en les classant à part : le livre I distingue en effet auctores romains et externi, soit en quasi-totalité des Grecs. Deux catégories structurantes, donc, le « dehors » et le « dedans », où l’on peut percevoir les prouinciae comme en situation d’altérité, d’extériorité par rapport à Rome54, sachant que le curseur peut se déplacer, comme pour le cas de la Narbonnaise, si pour quelques mutations d’ordre économique55, on raisonne en termes d’universalisation sur la longue durée : ainsi, dans ce dernier cas, le développement de l’axe rhodanien au détriment de l’isthme aquitain permet-il une redéfinition des fonctions. Traversée par de grands courants d’échanges, la province devient aussi lieu de production à destination des zones germaniques autant qu’en Italie, même si là n’est pas l’orientation de Pline, ni son propos.

18Il y aurait donc de quoi désespérer d’atteindre une quelconque identité provinciale si l’Histoire Naturelle ne véhiculait pas, çà et là, d’autres informations sur la pensée de Pline et la façon dont il conçoit les rapports avec les provinciaux sous l’Empire. Il semble, en effet, et c’est là où nous différons le plus nettement de J. Richardson, que l’on puisse s’interroger sur l’élaboration par Pline d’un nouveau langage politique à destination de l’ensemble de l’empire, et non plus des habitants de telle ou telle province, dotée chacune d’une histoire et d’une évolution spécifiques. Nous terminerons donc en indiquant quelques pistes.

  • 56 Plin., Nat., Préf., 1.2 : sciuntque omnes quam ex aequo tecum uiuat imperium.
  • 57 Cf. Hellegouarc’h, 1963.
  • 58 Plin., Nat., Préf. : nobis quidem qualis in castrensi contubernio, nec quicquam in te mutauit fort (...)
  • 59 Plin., Nat., 11.50 : regemque iuuenem aequalis turba comitatur (« le jeune roi est accompagné d’un (...)
  • 60 Les conceptions antiques parlent d’un roi, non d’une reine de la ruche.
  • 61 Plin., Nat., 11.52-53 : Mira plebei circa eum oboedientia. Cum procedit, una est totum examen circ (...)

19La première concerne l’affirmation, dès les premières lignes de la Préface, d’une forme d’égalité entre tous les sujets de Rome. Deux expressions retiennent ici l’attention. La première est abstraite : Pline déclare entreprendre l’écriture de son œuvre « afin que tous sachent sur quel pied d’égalité l’Empire vit avec toi »56, ex aequo uiuere, expression curieusement ambivalente qui peut faire référence aussi bien à la bienveillance témoignée par le Prince à ses sujets qu’à un rapport politique57. La seconde l’est beaucoup moins : « pour nous, tu es resté le même que dans la camaraderie des camps, et la grandeur de la fortune n’a apporté aucun changement en toi, sinon de faire autant de bien que tu le peux et veux».58 Or, ce sont précisément ces expressions qui désignent le champ sémantique de l’égalité qui s’applique, au sein de la nature, entre les abeilles. L’ensemble du long passage consacré aux abeilles au livre XI, bien qu’annoncé comme placé sous l’égide intellectuelle d’Aristote, développe la même métaphore militaire que celle exprimée dans la Préface. Le thème n’est pas nouveau en soi – on le trouve notamment chez Virgile –, mais il y a chez Pline une insistance particulière, organisée autour de la métaphore militaire de la vie au camp aequalis turba59, foule égale sous le rapport de l’âge, mais aussi, du même coup, vivant sur un pied d’égalité jusqu’au moment où le jeune roi doit assumer ses fonctions royales60 ; le vocabulaire auquel recourt Pline confirme l’échange métaphorique qui s’opère avec la mention, notamment, de la plèbe et des rapports étroits qui l’unissent à son roi61. Le princeps de Rome est le roi de la ruche, comme le roi de la ruche est un jeune homme au camp ; tous deux participent de l’ordre de la nature.

  • 62 Mais le cas est loin d’être isolé au sein de l’Histoire Naturelle.
  • 63 Plin., Nat., 22.75.158 : Irionem inter fruges sesamae similem esse diximus et a Graecis erysimon u (...)
  • 64 Cf. André, 2009, p. 55 : « L’Italie s’oppose en quelque sorte au reste de l’Europe en donnant la p (...)
  • 65 Plin., Nat., 18.12.63
  • 66 Plin., Nat., 18.12.65.

20On aurait donc là comme les linéaments d’un « programme » politique (au sens large), et même politico-affectif, dont on peut lire des traces dans l’absence quasi-totale de mentions concernant les missions des gouverneurs de province, mais aussi dans l’usage de mots « barbares » au-delà de ce qui est annoncé par Pline comme normal et attendu dans sa préface. C’est ainsi, par exemple62, qu’avec la mention de la même espèce d’orge en Gaule et à Rome, sous deux appellations différentes, Pline reconnaît une forme de variété naturelle, d’identité peut-être, celle-ci passant par le langage : « à propos des céréales, nous avons dit que l’irion ressemblait au sésame et que les Grecs l’appelaient érysimon ; les Gaulois le nomment vélar63 ». Pour autant, il ne faut pas non plus oublier que dans sa Préface, il souhaitait se justifier de l’emploi de mots barbares, entre autres, le gaulois relevant de cette catégorie, puisqu’il s’agit chez Pline de donner la mesure de la nature ; en l’absence d’explications, nous ne pouvons que nous souvenir qu’il avance cette justification. Pour autant, une telle précision était-elle nécessaire ? De quoi s’agit-il pour lui ? De mettre en évidence la variété de la nature, de fournir des points de repère aux Romains en déplacement à travers l’Empire, du plaisir de la diversité, moyen de suggérer l’étendue et la variété de l’empire de Rome, ou, enfin, d’une prise de connaissance et de pouvoir sur l’ensemble du monde ? Ces explications ne sont pas exclusives les unes des autres. Grecs, Gaulois et Romains en parallèle ? Peut-être faut-il aussi prendre en compte un autre critère, celui des « peuples du blé » qui recouvre principalement Rome et les Gaulois64 ; parmi toutes les espèces de blé Tritici genera plura, quae fecere gentes, le blé italien est en effet incomparable pour sa blancheur et son poids65. Sophocle, déjà, le reconnaissait dans son Triptolème : « et l’heureuse Italie est toute blanche, couverte de blé d’une éclatante blancheur », et Pline le cite, dans une traduction latine66 :

  • 67 Plin., Nat., 18.21.94.

« Rien n’est plus productif que le blé. La nature lui a accordé cette qualité parce qu’elle en faisait la principale nourriture de l’homme ; en effet un boisseau, si le terrain est favorable, comme l’est celui des plaines de la Byzacène en Afrique, rend 150 boisseaux. Le procurateur du divin Auguste lui envoya de cette province un pied portant près de 400 tiges – chose à peine croyable – issues d’un seul grain ; nous avons encore les lettres qui en témoignent. De même, le procurateur de Néron lui envoya 360 tiges issues d’un seul grain. En tout cas, les plaines de Léontini, en Sicile, et d’autres régions de cette île, la Bétique entière, et surtout l’Égypte, rendent cent pour un67 ».

  • 68 Cf. Naas, 2002, et bibliographie ad loc.
  • 69 Comme l’observe R. Haensch : « Forger activement une identité provinciale ne pouvait être dans l’i (...)
  • 70 Cf. Ando, 2011, p. 25-48, qui cite la lex Iritarna, § 91 (R(ubrica). Quo iure in tertium denuntiet (...)

21De telles notations ressortissent certes au registre du merveilleux, mirum, catégorie bien présente dans l’Histoire Naturelle comme l’ont montré, entre autres, les travaux de V. Naas68, mais les chiffres n’en restent pas moins vraisemblables, à en croire J. André. Enfin, ou surtout, la réalité de l’économie de l’Empire est là : les provinces contribuent à nourrir Rome et, semble ajouter Pline, l’homme en général. Ambiguïté du discours qui cherche à se dégager du schéma des prouinciae frumentariae mis en place dès la République ? En ce qui concerne le statut des provinces, on retombe sur le manque d’identité dénoncé jusqu’ici, autre face du pouvoir centralisateur de Rome69, même s’il n’est pas indifférent que le discours sur les provinces intègre une revendication « égalitaire », sans doute concomitante d’une volonté du pouvoir70.

22C’est en effet probablement de cette volonté que participe l’élaboration d’un langage « universel » dans l’Histoire Naturelle : cet aspect fortement culturel et généralisant apparaît souvent comme au détour d’anecdotes ; ainsi, au sujet du bonheur :

  • 71 Plin., Nat., 7.47.151.

« On ne peut s’empêcher de songer à ces oracles de Delphes, émis par le dieu comme pour fustiger la vanité humaine. Il y en a deux : selon le premier, « l’homme le plus heureux était Pedius, qui venait de mourir pour la patrie » ; selon le second, qui répondait à Gygès, le roi le plus puissant du temps, « Aglaus Psophidius était le plus heureux ». C’était le vieillard qui, dans un tout petit coin de l’Arcadie, cultivait un champ modeste mais suffisant largement à sa subsistance annuelle : il n’en était jamais sorti et, comme son genre de vie le prouve, grâce à un minimum de désirs, n’éprouvait dans la vie qu’un minimum de souffrance71. »

  • 72 Hdt., 1.30. Hérodote est la première des sources « extérieures » indiquées par Pline au livre VII.
  • 73 Plut., So., 14.
  • 74 Cf. Suet., Jul., 83 ; Quintus Pedius participa à la guerre des Gaules, fut préteur en 48, consul e (...)
  • 75 Cf. Hdt., 1.30.4-5 : ἀποθωμάσας δὲ Κροῖσος τὸ λεχθὲν εἴρετο ἐπιστρεφέως? "κοίῃ δὴ κρίνεις Τέλλον ε (...)

23De telles anecdotes sont présentées comme grecques, donc en situation d’extériorité par rapport aux Romains – on se souvient que, dès le livre I de l’Histoire Naturelle, Pline répartit ses sources entre auctores romains et externi majoritairement grecs –, mais il semble qu’il faille ici dépasser l’altérité géographique et culturelle tant ces mentions sont, en effet, issues d’une sagesse reconnue de tous plutôt que proprement religieuse, et tant, surtout, elles mêlent habilement monde grec et culture latine. Le vieillard Aglaus Psophidius n’est ainsi pas sans évoquer l’anonyme vieillard de Tarente dépeint par Virgile dans ses Géorgiques, et tous deux délivrent une leçon de sagesse pratique : la limitation des désirs ; plus remarquable encore est celle concernant Pedius car elle est a priori inscrite dans le temps et circonscrite à un événement. En effet, Pline substitue le nom de Pedius au nom de l’homme le plus heureux, Tellos chez Hérodote. L’histoire de l’homme le plus heureux se trouvait effectivement développée au premier livre des Histoires72 et faisait l’objet d’un échange entre Crésus et Solon, ce dernier désignant au roi, à sa grande surprise, le dit Tellos, habitant d’Eleusis. R. Schilling, éditeur du livre VII pour la Collection des Universités de France, suggère que ce Tellos aurait pu faire partie des habitants de la plaine, Πεδιεῖς, mentionnés par Plutarque au moment des querelles intestines qui portèrent Solon au pouvoir73 : ainsi s’expliquerait la dénomination Pedius qui, de qualificatif toponymique de Tellos, serait devenue chez Pline un nom propre. Il ne nous semble pas indifférent que ce nom propre existe par ailleurs dans l’onomastique romaine puisque l’on trouve trace d’un Quintus Pedius, général triomphant sous Jules César auquel il était apparenté74 ; ainsi que d’un Pedius, muet de naissance, devenu peintre sur les conseils de Messala Corvinus. Qui est donc ce Pedius annoncé par Pline comme le plus heureux des hommes ? On peut certes penser qu’il s’agit d’un habitant de la plaine (cf. Plutarque, note 73) et qu’il s’agit d’une transcription : Pline aurait pu ainsi taire le nom grec, Tellos, soit sous l’effet de l’oubli, soit volontairement, au profit d’une formule plus générale : l’homme de la plaine. Toutefois, on attendrait alors la forme Pediensis, davantage que Pedius. Comment ne pas se demander ici s’il ne s’agirait pas d’une déformation volontaire de la part de Pline, le nom de Pedius faisant écho à l’habitant des plaines mais aussi aux Pedii de l’histoire romaine, en particulier Quintus Pedius, général triomphant (le contexte insiste sur le fait de mourir pour la patrie), avec peut-être aussi, compte tenu de sa place dans le livre VII qui traite du genre humain dans son ensemble, ce Pedius muet de naissance, devenu, avec un certain succès, peintre sur les conseils de Messala ? Ce qui nous pousse en ce sens, c’est ici non seulement l’« erreur » sur le nom de l’homme le plus heureux, mais la réduction drastique de l’anecdote à une sentence : chez Hérodote, les propos échangés entre Solon et Crésus prenaient en considération l’ensemble de la vie de Tellos, non sa seule fin au service de la patrie75. Sentence, donc, où les Grecs font du Romain sans le savoir, et où les Romains de leur côté font du « Grec ». Le soldat et l’homme aux champs : on retrouve là deux constantes de l’idéologie romaine. En l’occurrence, la sagesse dispensée par le dieu recoupe la morale romaine tout à la fois la plus stricte et la plus largement diffusée : l’anecdote recouvre une identité culturelle large, plus que géographique, administrative ou militaire. Si le monde grec peut ainsi se couler, ou se caler, sur les valeurs romaines, c’est bien que lesdites valeurs peuvent, quant à elles, se dire de manière universelle. Le dialogue avec le roi barbare se trouve ainsi subsumé, voire dépassé, dans la dynamique impériale proposée par Rome. Les provinces grecques ont été intégrées à l’Empire, mais pour faire du romain... Une morale, une sagesse reconnue par tous, au-delà des provinces, où le rapport de force dominant/dominé semble encore bien, voire trop, présent pour Pline.

  • 76 Identité provinciale sur laquelle il convient d’ailleurs de s’interroger avec précaution : cf. les (...)

24Du hérisson aux catégories établies au sein de formulae utilisées comme sources dans l’Histoire Naturelle, les provinces, source de préoccupation au niveau administratif et gouvernemental, représentent une présence le plus souvent banalisée. Il en va de même pour les provinciaux, dont le sentiment identitaire fait par ailleurs question76. Quels enseignements peut-on tirer d’une source qui présente de façon aussi tranquillement péremptoire le point de vue de l’empire ? Les provinciaux représentent une aporie, un point aveugle dans la démarche de Pline, et la lecture de textes comme l’Histoire Naturelle fait mesurer à quel point nous dépendons de sources partielles et partiales. Le centralisme romain dont le naturaliste se fait le porte-parole, poursuivant l’intégration de l’empire, pouvait difficilement laisser place à d’improbables identités provinciales ; il n’en demeure pas moins que, pour autant, le discours du vainqueur, la vision qu’il proposait étaient construits de telle sorte qu’ils pouvaient aussi faire aisément l’objet d’une appropriation par les peuples conquis et renforcer par là même leur sentiment d’appartenance à l’empire.

25Arstt., Pol = Aristote, Politique. Texte établi et traduit par Aubonnet J., Paris, CUF, 1973.

26Cic., Q. fr.  = Cicéron, Correspondance I, texte établi et trad. Constans L.-A., CUF, Paris, 1950.

27Cic., Leg. = Cicéron, de Legibus, texte établi et traduit par de Plinval G., CUF, Paris, 1959.

28DC = Dio Cassius. Roman History, Volume VI: Books 51-55. Translated by Earnest Cary, Herbert B. Foster. Loeb Classical Library 83, Harvard University Press, 1917

29Hdt = Hérodote, Histoires, I, trad. Legrand Ph.-E., CUF, Paris, 1932 ; II, trad. Legrand Ph.-E., CUF, Paris, 1936 ; IV, trad. Legrand Ph.-E., CUF, Paris, 1960.

30Hom., Od. = Homère, Odyssée.

31Plin., Nat., 1 = Pline l’Ancien, Naturalis Historia I, texte établi, traduit et commenté par Beaujeu P., Paris, CUF, 1950.

32Plin., Nat., 5 = Pline l’Ancien, Naturalis Historia V, texte établi, traduit et commenté par Desanges J., Paris, CUF, 1980.

33Plin., Nat., 7 = Pline l’Ancien, Naturalis Historia VII, texte établi, traduit et commenté par Schilling R., Paris, CUF, 1977.

34Plin., Nat., 8 = Pline l’Ancien, Naturalis Historia VIII, texte établi, traduit et commenté par Ernout A., Paris, CUF, 1952.

35Plin., Nat., 9 = Pline l’Ancien, Naturalis Historia IX, texte établi, traduit et commenté par de Saint-Denis E., Paris, CUF, 1955.

36Plin., Nat., 12 = Pline l’Ancien, Naturalis Historia XII, texte établi, traduit et commenté par Ernout A., Paris, CUF, 1949.

37Plin., Nat., 17 = Pline l’Ancien, Naturalis Historia XVII, texte établi, traduit et commenté par André J., Paris, CUF, 1964.

38Plin., Nat., 18 = Pline l’Ancien, Naturalis Historia XVIII, texte établi, traduit et commenté par Le Bonniec H., Paris, CUF, 1972.

39Plin., Nat., 34 = Pline l’Ancien, Naturalis Historia XXXIV, texte établi, traduit et commenté par Le Bonniec H., Paris, CUF, 1953.

40Plin., Nat., 35 = Pline l’Ancien, Naturalis Historia XXXV, texte établi, traduit et commenté par Croisille J.-M., Paris, CUF, 1986.

41Plin., Nat., 36 = Pline l’Ancien, Naturalis Historia XXXVI, texte établi, traduit et commenté par André J., Bloch R. et Rouveret A., Paris, CUF, 2003.

42Plut., Sol. = Plutarque, Vies Parallèles. Solon, Publicola. Thémistocle. Camille, traduit par Chambry R., Flacelière R., CUF, Paris, 2003.

43Str. = Strabon, Géographie III-IV, texte établi et traduit par Lasserre F., Paris, CUF, 1966.

44Var., R.R. = Varron, Economie rurale II, texte établi et traduit par Guiraud C., Paris, CUF, 2002.

45Vitr. = Vitruve, De architectura VI, texte établi et traduit par Callebat L., Paris, CUF, 2004.

46Ambaglio, 1990 = Ambaglio D., « Gli Historikà Hymomnemata di Strabone. Introduzione, traduzione italiana e comment dei frammenti », MIL, 39, 5, 1990, p. 377-424.

47Ando, 2011 = Ando Cl., « Law and the landscape of Empire », in Benoist St., Daguet-Gagey A., Hoët-van Cauwenberghe Ch. (dir.), Figures d’Empire, fragments de mémoire. Pouvoirs et identité dans le monde impérial romain IIe s. av. n.è. - VIe s. de n. è., Lille, 2011, p. 25-48.

48André, 1987 = André J., Être médecin à Rome, Paris, 1987.

49André, 2009 = André J., L’Alimentation et la cuisine à Rome, Paris, 2009 (2e éd.).

50Arnaud, 2007 = Arnaud P., « La géographie impériale romaine, entre tradition et innovation », in Cruz Andreotti G., Le Roux P. et Moret P. (dir.), La invencion de la geografia de la Peninsula Ibérica. II. La época imperial, Madrid, 2007, p. 13-46.

51Bernard, 2013 = Bernard G., « Provinces et cités maurétaniennes au Ier s. apr. J.-C. : des territoires compartimentés à la recherche d’une identité provinciale », in Lefebvre S. (éd.), Identités et dynamiques provinciales du IIe siècle avant notre ère à l’époque julio-claudienne, Dijon, 2013, p. 87-106.

52Bertrand, 1989 = Bertrand J.-M., « À propos du mot provincia : étude sur les modes d’élaboration du langage politique », Journal des Savants, vol. 3, n° 3-4, 1989, p. 191-215.

53Carey, 2003 = Carey S., Pliny‘s Catalogue of History, Art and Empire in the Natural history, Oxford University Press, 2003.

54Chevallier, 1974 = Chevallier R., « Prémices d'une géographie littéraire de l'Italie antique : l'Italie dans le livre III de l'Histoire Naturelle », in Mélanges P. Boyancé, Rome, 1974, p. 181- 204.

55Christol, 1994 = Christol M., « Pline l’Ancien et la formula de la province de Narbonnaise », in Andreau J. et al., La mémoire perdue. À la recherche des archives oubliées, publiques et privées, de la Rome antique, Paris, 1994, p. 45-63 (= Christol M., Une histoire provinciale. La Gaule narbonnaise de la fin du IIe siècle av. J.-C. au IIIe siècle apr. J.-C., Paris, 2010, p. 129-146).

56Christol, 1999 = Christol M., « La municipalisation de la Gaule Narbonnaise », in Dondin-Payre M. et Raepsaet-Charlier M.-Th. (éds.), Cités, municipes, colonies. Les processsus de municipalisation en Gaule et en Germanie sous le Haut Empire romain, Publications de la Sorbonne, Paris, 1999, p. 1-27.

57Citroni-Marchetti, 1982 = Citroni-Marchetti S., « Iuuare mortalem, l'ideale programmatico della Naturalis Historia di Plinio nei rapporti con il moralismo stoico-diatribico », A&R, 27, 1982, p. 124-148.

58Citroni-Marchetti, 1991 = Citroni-Marchetti S., Plinio il Vecchio e la tradizione del moralismo romano, Pise, 1991.

59Coltelloni-Trannoy, à paraître = Coltelloni-Trannoy M., « L’Afrique de Pline l’Ancien », in Traina G. et Vial-Logeay A. (éds), L’Inventaire du monde de Pline l’Ancien. Des colonnes d’Hercule à l’Asie, à paraître aux éditions Ausonius.

60Des Boscs-Plateaux, 1994 = Des Boscs-Plateaux Fr., « L. Cornelius Balbus de Gadès : la carrière méconnue d'un Espagnol à l'époque des guerres civiles (Ier siècle avant J.-C.) », MCV, 30-1, 1994, p.  7-35.

61Desanges, 1980 = Desanges J., Pline l’Ancien, Histoire naturelle, livre V, 1-46, CUF, Paris, 1980.

62Ferrary, 1996 = Ferrary J.-L, « Rome, Athènes et le philhellénisme dans l'Empire romain, d'Auguste aux Antonins », in Filellenismo e tradizionalismo a Roma nei primi due secoli dell'Impero, Rome, 1996, p. 183-210.

63Haensch, 2011 = Haensch R., « L’attitude des gouverneurs envers leurs provinces », in Caballos Rufino A. et Lefebvre S. (éds.), Roma generadora de identidades. La experiencia hispana, Madrid, 2011, p. 97-106.

64Hellegouarc’h, 1963 = Hellegouarc’h J., Le Vocabulaire latin des relations et des partis politiques sous la République, Paris, 1963.

65Isager, 1991 = Isager J., Pliny on Art and Society. The Elder Pliny’s Chapters on the History of Art, Londres, 1991.

66Keaveney, Madden, 1988 = Keaveney A et Madden J., « Lucius Pinarius, Quintus Pedius: their Degrees of Kinship with Julius Caesar », Latomus, 47, 1988, p. 354-357.

67Le Roux, 2001 = Le Roux P., « La « crise » des élites hispano-romaines (IIIe-IVe siècles) », in Navarro Caballero M. et Demougin S. (dir.), Élites hispaniques, Bordeaux, 2001, p. 45-61 (= Le Roux P., 2014, Espagnes romaines. L’empire dans ses provinces, Rennes, p. 403-419).

68Le Roux, 2010 = Le Roux P., La péninsule ibérique aux époques romaines (fin du IIIe s. av. n.è.-début du VIe s. de n. e.), Paris, 2010.

69Le Roux, 2011 = Le Roux P., « L’Vrbs. Les provinces et l’empire de César à la mort de Commode », in Le Roux P., La Toge et les armes. Rome entre Méditerranée et Océan, Rennes, 2011, p. 535-563.

70Lefebvre, 2011 = Lefebvre S., L’administration de l’Empire romain d’Auguste à Dioclétien, Paris, 2011.

71Lomas, 2004 = Lomas K., « Hellenism, Romanization and Cultural Identity in Massalia », in Lomas K. (dir.), Greek Identity in the Western Mediterranean. Papers in Honour of Brian Shefton, Leyde-Boston, 2004, p. 475-498.

72Mudry, 2006 = Mudry Ph., Medicina, soror philosophiae, textes réunis et édités par B. Maire, Lausanne, 2006.

73Naas, 2002 = Naas V., Le Projet encyclopédique de Pline l’Ancien, CEFR 303, Rome, 2002.

74Richardson, 2008 = Richardson J., The Language of Empire. Rome and the Idea of Empire from the third century BC to the second century AD, Cambridge, 2008.

75Ripoll, 2009 = Ripoll F., « Les origines mythiques des Pyrénées dans l’Antiquité gréco-latine », Pallas, 79, 2009, p. 337-355.

76Traina, 1987 = Traina G., « Il mondo di C. Licinio Muciano », Athenaeum, LXV, 1987, p. 379-406.

77Vial-Logeay, 2017 = Vial-Logeay A., « Délocaliser la culture ? Quelques remarques sur l’Histoire naturelle de Pline l’ancien et la culture de son temps », in Ciprès P. (éd.), Plinio el Viejo y la construcción de Hispania citerior, Vitoria-Gasteiz, 2017, p. 15-32.

78Vial-Logeay, à paraître = Vial-Logeay A., « La géographie de la Grèce : quelques remarques », in Traina G. et Vial-Logeay A. (éds), L’Inventaire du monde de Pline l’Ancien. Des colonnes d’Hercule à l’Asie, à paraître aux éditions Ausonius.

79Wallace-Hadrill, 1990 = Wallace-Hadrill A., « Pliny the Elder and Man's Unnatural History », Greece and Rome n. s. 1990, 37, 1, p. 80-96.

80Woolf, 1992 = Woolf G., « Imperialism, Empire and the Integration of the Roman Economy », World Archaeology, 23, n° 3 (Archaeology of Empires), 1992, p. 283-293.

81Zehnacker, 2005 = Zehnacker H., « Géographie plinienne et littérature de voyage dans le De reditu suo de Rutilius Namatianus », in Lehmann Y., Freybruger G. et Hirstein J. (dir.), Antiquité tardive et humanisme. De Tertullien à Beatus Rhenanus. Mélanges offerts à François Heim, Turnhout, 2005, p. 295-309.

Bibliographie

Sources littéraires

Arstt., Pol = Aristote, Politique. Texte établi et traduit par Aubonnet J., Paris, CUF, 1973.

Cic., Q. fr.  = Cicéron, Correspondance I, texte établi et trad. Constans L.-A., CUF, Paris, 1950.

Cic., Leg. = Cicéron, de Legibus, texte établi et traduit par de Plinval G., CUF, Paris, 1959.

DC = Dio Cassius. Roman History, Volume VI: Books 51-55. Translated by Earnest Cary, Herbert B. Foster. Loeb Classical Library 83, Harvard University Press, 1917

Hdt = Hérodote, Histoires, I, trad. Legrand Ph.-E., CUF, Paris, 1932 ; II, trad. Legrand Ph.-E., CUF, Paris, 1936 ; IV, trad. Legrand Ph.-E., CUF, Paris, 1960.

Hom., Od. = Homère, Odyssée.

Plin., Nat., 1 = Pline l’Ancien, Naturalis Historia I, texte établi, traduit et commenté par Beaujeu P., Paris, CUF, 1950.

Plin., Nat., 5 = Pline l’Ancien, Naturalis Historia V, texte établi, traduit et commenté par Desanges J., Paris, CUF, 1980.

Plin., Nat., 7 = Pline l’Ancien, Naturalis Historia VII, texte établi, traduit et commenté par Schilling R., Paris, CUF, 1977.

Plin., Nat., 8 = Pline l’Ancien, Naturalis Historia VIII, texte établi, traduit et commenté par Ernout A., Paris, CUF, 1952.

Plin., Nat., 9 = Pline l’Ancien, Naturalis Historia IX, texte établi, traduit et commenté par de Saint-Denis E., Paris, CUF, 1955.

Plin., Nat., 12 = Pline l’Ancien, Naturalis Historia XII, texte établi, traduit et commenté par Ernout A., Paris, CUF, 1949.

Plin., Nat., 17 = Pline l’Ancien, Naturalis Historia XVII, texte établi, traduit et commenté par André J., Paris, CUF, 1964.

Plin., Nat., 18 = Pline l’Ancien, Naturalis Historia XVIII, texte établi, traduit et commenté par Le Bonniec H., Paris, CUF, 1972.

Plin., Nat., 34 = Pline l’Ancien, Naturalis Historia XXXIV, texte établi, traduit et commenté par Le Bonniec H., Paris, CUF, 1953.

Plin., Nat., 35 = Pline l’Ancien, Naturalis Historia XXXV, texte établi, traduit et commenté par Croisille J.-M., Paris, CUF, 1986.

Plin., Nat., 36 = Pline l’Ancien, Naturalis Historia XXXVI, texte établi, traduit et commenté par André J., Bloch R. et Rouveret A., Paris, CUF, 2003.

Plut., Sol. = Plutarque, Vies Parallèles. Solon, Publicola. Thémistocle. Camille, traduit par Chambry R., Flacelière R., CUF, Paris, 2003.

Str. = Strabon, Géographie III-IV, texte établi et traduit par Lasserre F., Paris, CUF, 1966.

Var., R.R. = Varron, Economie rurale II, texte établi et traduit par Guiraud C., Paris, CUF, 2002.

Vitr. = Vitruve, De architectura VI, texte établi et traduit par Callebat L., Paris, CUF, 2004.

Bibliographie

Ambaglio, 1990 = Ambaglio D., « Gli Historikà Hymomnemata di Strabone. Introduzione, traduzione italiana e comment dei frammenti », MIL, 39, 5, 1990, p. 377-424.

Ando, 2011 = Ando Cl., « Law and the landscape of Empire », in Benoist St., Daguet-Gagey A., Hoët-van Cauwenberghe Ch. (dir.), Figures d’Empire, fragments de mémoire. Pouvoirs et identité dans le monde impérial romain IIe s. av. n.è. - VIe s. de n. è., Lille, 2011, p. 25-48.

André, 1987 = André J., Être médecin à Rome, Paris, 1987.

André, 2009 = André J., L’Alimentation et la cuisine à Rome, Paris, 2009 (2e éd.).

Arnaud, 2007 = Arnaud P., « La géographie impériale romaine, entre tradition et innovation », in Cruz Andreotti G., Le Roux P. et Moret P. (dir.), La invencion de la geografia de la Peninsula Ibérica. II. La época imperial, Madrid, 2007, p. 13-46.

Bernard, 2013 = Bernard G., « Provinces et cités maurétaniennes au Ier s. apr. J.-C. : des territoires compartimentés à la recherche d’une identité provinciale », in Lefebvre S. (éd.), Identités et dynamiques provinciales du IIe siècle avant notre ère à l’époque julio-claudienne, Dijon, 2013, p. 87-106.

Bertrand, 1989 = Bertrand J.-M., « À propos du mot provincia : étude sur les modes d’élaboration du langage politique », Journal des Savants, vol. 3, n° 3-4, 1989, p. 191-215.

Carey, 2003 = Carey S., Pliny‘s Catalogue of History, Art and Empire in the Natural history, Oxford University Press, 2003.

Chevallier, 1974 = Chevallier R., « Prémices d'une géographie littéraire de l'Italie antique : l'Italie dans le livre III de l'Histoire Naturelle », in Mélanges P. Boyancé, Rome, 1974, p. 181- 204.

Christol, 1994 = Christol M., « Pline l’Ancien et la formula de la province de Narbonnaise », in Andreau J. et al., La mémoire perdue. À la recherche des archives oubliées, publiques et privées, de la Rome antique, Paris, 1994, p. 45-63 (= Christol M., Une histoire provinciale. La Gaule narbonnaise de la fin du IIe siècle av. J.-C. au IIIe siècle apr. J.-C., Paris, 2010, p. 129-146).

Christol, 1999 = Christol M., « La municipalisation de la Gaule Narbonnaise », in Dondin-Payre M. et Raepsaet-Charlier M.-Th. (éds.), Cités, municipes, colonies. Les processsus de municipalisation en Gaule et en Germanie sous le Haut Empire romain, Publications de la Sorbonne, Paris, 1999, p. 1-27.

Citroni-Marchetti, 1982 = Citroni-Marchetti S., « Iuuare mortalem, l'ideale programmatico della Naturalis Historia di Plinio nei rapporti con il moralismo stoico-diatribico », A&R, 27, 1982, p. 124-148.

Citroni-Marchetti, 1991 = Citroni-Marchetti S., Plinio il Vecchio e la tradizione del moralismo romano, Pise, 1991.

Coltelloni-Trannoy, à paraître = Coltelloni-Trannoy M., « L’Afrique de Pline l’Ancien », in Traina G. et Vial-Logeay A. (éds), L’Inventaire du monde de Pline l’Ancien. Des colonnes d’Hercule à l’Asie, à paraître aux éditions Ausonius.

Des Boscs-Plateaux, 1994 = Des Boscs-Plateaux Fr., « L. Cornelius Balbus de Gadès : la carrière méconnue d'un Espagnol à l'époque des guerres civiles (Ier siècle avant J.-C.) », MCV, 30-1, 1994, p.  7-35.

Desanges, 1980 = Desanges J., Pline l’Ancien, Histoire naturelle, livre V, 1-46, CUF, Paris, 1980.

Ferrary, 1996 = Ferrary J.-L, « Rome, Athènes et le philhellénisme dans l'Empire romain, d'Auguste aux Antonins », in Filellenismo e tradizionalismo a Roma nei primi due secoli dell'Impero, Rome, 1996, p. 183-210.

Haensch, 2011 = Haensch R., « L’attitude des gouverneurs envers leurs provinces », in Caballos Rufino A. et Lefebvre S. (éds.), Roma generadora de identidades. La experiencia hispana, Madrid, 2011, p. 97-106.

Hellegouarc’h, 1963 = Hellegouarc’h J., Le Vocabulaire latin des relations et des partis politiques sous la République, Paris, 1963.

Isager, 1991 = Isager J., Pliny on Art and Society. The Elder Pliny’s Chapters on the History of Art, Londres, 1991.

Keaveney, Madden, 1988 = Keaveney A et Madden J., « Lucius Pinarius, Quintus Pedius: their Degrees of Kinship with Julius Caesar », Latomus, 47, 1988, p. 354-357.

Le Roux, 2001 = Le Roux P., « La « crise » des élites hispano-romaines (IIIe-IVe siècles) », in Navarro Caballero M. et Demougin S. (dir.), Élites hispaniques, Bordeaux, 2001, p. 45-61 (= Le Roux P., 2014, Espagnes romaines. L’empire dans ses provinces, Rennes, p. 403-419).

Le Roux, 2010 = Le Roux P., La péninsule ibérique aux époques romaines (fin du IIIe s. av. n.è.-début du VIe s. de n. e.), Paris, 2010.

Le Roux, 2011 = Le Roux P., « L’Vrbs. Les provinces et l’empire de César à la mort de Commode », in Le Roux P., La Toge et les armes. Rome entre Méditerranée et Océan, Rennes, 2011, p. 535-563.

Lefebvre, 2011 = Lefebvre S., L’administration de l’Empire romain d’Auguste à Dioclétien, Paris, 2011.

Lomas, 2004 = Lomas K., « Hellenism, Romanization and Cultural Identity in Massalia », in Lomas K. (dir.), Greek Identity in the Western Mediterranean. Papers in Honour of Brian Shefton, Leyde-Boston, 2004, p. 475-498.

Mudry, 2006 = Mudry Ph., Medicina, soror philosophiae, textes réunis et édités par B. Maire, Lausanne, 2006.

Naas, 2002 = Naas V., Le Projet encyclopédique de Pline l’Ancien, CEFR 303, Rome, 2002.

Richardson, 2008 = Richardson J., The Language of Empire. Rome and the Idea of Empire from the third century BC to the second century AD, Cambridge, 2008.

Ripoll, 2009 = Ripoll F., « Les origines mythiques des Pyrénées dans l’Antiquité gréco-latine », Pallas, 79, 2009, p. 337-355.

Traina, 1987 = Traina G., « Il mondo di C. Licinio Muciano », Athenaeum, LXV, 1987, p. 379-406.

Vial-Logeay, 2017 = Vial-Logeay A., « Délocaliser la culture ? Quelques remarques sur l’Histoire naturelle de Pline l’ancien et la culture de son temps », in Ciprès P. (éd.), Plinio el Viejo y la construcción de Hispania citerior, Vitoria-Gasteiz, 2017, p. 15-32.

Vial-Logeay, à paraître = Vial-Logeay A., « La géographie de la Grèce : quelques remarques », in Traina G. et Vial-Logeay A. (éds), L’Inventaire du monde de Pline l’Ancien. Des colonnes d’Hercule à l’Asie, à paraître aux éditions Ausonius.

Wallace-Hadrill, 1990 = Wallace-Hadrill A., « Pliny the Elder and Man's Unnatural History », Greece and Rome n. s. 1990, 37, 1, p. 80-96.

Woolf, 1992 = Woolf G., « Imperialism, Empire and the Integration of the Roman Economy », World Archaeology, 23, n° 3 (Archaeology of Empires), 1992, p. 283-293.

Zehnacker, 2005 = Zehnacker H., « Géographie plinienne et littérature de voyage dans le De reditu suo de Rutilius Namatianus », in Lehmann Y., Freybruger G. et Hirstein J. (dir.), Antiquité tardive et humanisme. De Tertullien à Beatus Rhenanus. Mélanges offerts à François Heim, Turnhout, 2005, p. 295-309.

Notes

1 Cf. Histoire Naturelle, Préface, notamment § 16-17.

2 Entre autres charges, Pline l’Ancien avait exercé la fonction de procurateur en Gaule Narbonnaise en 70, puis, trois ans plus tard, en Hispania. Il a manifestement accès aux rapports et synthèses en provenance de tout l’empire.

3 Richardson, 2008.

4 Plin., Nat., 8.56.135 : ipse animal non, ut remur plerique, uitae hominum superuacuum est, si non sint illi aculei, frustra uellerum mollitia in pecude mortalibus data : hac cute expoliuntur uestes. Magnum fraus et ibi lucrum monopolio inuenit, de nulla re crebrioribus senatus consultis nulloque non principe adito querimoniis prouincialibus.

5 Hom., Od., 24.225-226.

6 Plin., Nat., 17.6.53 : et hic uetustas utilior ; uisumque iam est apud quosdam prouincialium inueteratum, abundante geniali copia pecudum, farinae uice cribris superinici, faetore aspectuque temporis uiribus in quandam etiam mutato (Nuper repertum oleas gaudere maxime cinere e calcariis fornacibus).

7 Cf. note 3, ad loc., p. 132 éd. CUF.

8 Le vin vieux donnant du bon vin est cité par Pline en Plin., Nat., 23.32, sans allusion cette fois aux pratiques provinciales.

9 Var., R., 1.13.4.

10 À titre d’exemple, et sans prétention à l’exhaustivité : Plin., Nat., 6.88-89 ; 9.37 ; 33.134 ; 24.39 ; 35.163 ; 36.6 ; 36.104-108 ; 36.110, sqq. ; 36.121 ; etc. Cette condamnation du luxe, véritable topos du discours romain, a été notée à l’envi par les commentateurs de Pline, cf. Citroni-Marchetti, 1982, p. 124-148 ; Wallace-Hadrill, 1990, p. 80-96 ; Citroni-Marchetti, 1991 ; Isager, 1991 ; Naas 2002 ; Carey, 2003.

11 Plin., Nat., 29. 8.22 : notum est ab eodem Charmide unum aegrum e prouincialibus HS CC reconductum.

12 Plin., Nat., 29.10 : hi regebant fata, cum repente ciuitatem Charmis ex eadem Massilia inuasit damnatis non solum prioribus medicis, uerum et balineis, frigidaque etia hibernis algoribus luari persuasit. Mersit aegros in lacus… Sur la médecine à Rome, pour mesurer l’écart entre les condamnations des médecins grecs par Pline (fréquentes dans l’Histoire Naturelle) et leur influence réelle, cf. notamment André, 1987, et Mudry, 2006.

13 Sur l’importance de Marseille cf. Str., 4.1.5, selon qui les Romains de son temps préféraient, en effet, se rendre à Marseille plutôt qu’à Athènes pour parfaire leur éducation grecque. Sur Marseille, entre hellénisme et proximité avec Rome, cf. Ambaglio, 1990, p. 394-399 (sur son attitude envers Rome durant la guerre civile entre César et Pompée) et Lomas, 2004, p. 475-498.

14 Comme c’était déjà le cas en Plin., Nat., 17.6.53. Sur la rareté de l’usage de prouincialis comme adjectif substantivé, cf. Le Roux, 2010, p. 225-226 : l’usage qu’en fait Pline, alors que le terme prouincialis n’apparaît que peu chez lui, n’en est donc que plus significatif.

15 Tribun de la plèbe en 50, mort en 49 av. J.-C. en combattant en Afrique contre Juba ; les funérailles de son père avaient eu lieu en 52 av. J.-C.

16 Plin., Nat., 36.116 : unde enim illi uitricus Sulla et Metella mater proscriptionum sectrix ? Unde M. Scaurus pater, totiens princeps ciuitatis et Mariani sodalicis rapinarum prouincialium sinus ?

17 Plin., Nat., 9.58.117 ; voir infra.

18 Les provinciaux ne sont peut-être pas dotés d’une identité supplémentaire que celle que leur confère le pouvoir de la nomination : Bætici et Lusitani, attestent que les provinces sont à l’horizon de la pensée plinienne.

19 Plin., Nat., 17.5.45.

20 Catégories que Pline connaît bien, comme l’a montré Christol, 1994, p. 45-63 (= Christol, 2010, p. 129-146).

21 De ce point de vue, Pline peut sembler en retrait par rapport à Cicéron, cf. Cic., Q. fr., 1.1.15 : non quin possint multi esse prouinciales boni uiri. Toutefois, la vision qu’entretient Cicéron des provinces reste fermement subordonnée au pouvoir romain, cf. Richardson, 2008, chap. 2 « Cicero’s Empire : imperium populi romani », p. 63 sq.

22 Cf. Lefebvre, 2011, p. 106 sq.

23 Plin., Nat., 9.58.117 : uidi smaragdis margaritisque opertam, alterno textu fulgentibus toto capite, crinibus, aruibus, collo, digitisque... nec dona prodigi principis fuerant, sed auitae opes, prouinciarum scilicet spoliis partae.

24 Signalé par Richardson, 2008, p. 165 : « The most notable absence from these usages is that of the imperium of a magistrate or pro-magistrate [...]. He uses prouincia eighty-eight times, all but four being of areas under Roman control rather than with reference to a governor. »

25 Plin., Nat.,12.9 ; 15.83. Mucianus est présenté par Pline en relation au merveilleux, mais cela ne reflète pas nécessairement l’optique de l’œuvre rédigée par le premier, cf. Traina, 1987, p. 379-406.

26 Plin., Nat., 35.20 : paruis gloriabatur tabellis extinctus nuper in longa senecta Titedius Labeo praetorius, etiam proconsulatu prouinciae Narbonensis functus, sed ea re inrisa etiam contumeliae erat.

27 Plin., Nat., 34.47 : statuam Aruernorum cum faceret prouinciae Dubio Auito praesidente, duo pocula Calamidis manu caelata, quae Cassio Salano auunculo eius, praeceptori suo, Germanicus Caesar adamata donauerat, aemulatus est, ut uix ulla differentia esset artis. Zénodore était un sculpteur grec du Ier siècle.

28 Cf. Le Roux, 2010, p. 226.

29 On distingue, semble-t-il assez aisément, quelques aspects de l’architecture de la formula, la composition de plusieurs de ses diverses parties, et même diverses phases de l’histoire administrative provinciale. cf. Christol, 1994, p. 63 (= Christol, 2010, p. 145).

30 Cf. Desanges, 1980, p. 23-27.

31 Cf. Desanges, 1980, Introduction, p. 10 : Pline travaille principalement à partir de trois sources, la description d’ouest en est, des mesures qui définissent des cadres qui peuvent sembler au premier abord provinciaux, mais en réalité proches des grandes divisions ethnographiques annoncées dès le sommaire, des listes de communautés réparties par statuts. Pour des exemples de heurts entre documents que Pline n’a pas pris la peine d’harmoniser, et les problèmes que cela entraîne, cf. Christol, 1994 (= Christol, 2010), et pour l’Afrique, Desanges, 1980, et Coltelloni-Trannoy, à paraître, notamment pour l’absence de prise en compte par Pline des réalités administratives.

32 Pour autant, Pline ne rejette pas totalement les identités mythiques ; cf. Plin., Nat., 5.4 : Nunc est Tingi, quondam ab Anteo conditum, postea a Claudio Caesare, cum coloniam faceret, appellatum Traducta Iulia ; idem lorsque de telles « identités » ont été en quelque sorte validées par Varron, ainsi en 3.8 pour la Lusitanie et l’Hispania : « Quant à M. Varron, il rapporte que l’ensemble de l’Espagne a connu l’arrivée d’Hisbères [Hibères], de Perses, de Phéniciens de Celtes et de Puniques ; il dit que les ébats, lusus, de Liber Pater ou la frénésie lyssa de ceux qui participaient à ses bacchanales ont donné son nom à la Lusitanie, tandis que Pan, son lieutenant, donnait son nom à l’ensemble du pays. Mais les traditions concernant Hercule, Pyrène, ou Saturne, sont entièrement fabuleuses à mes yeux... ». Voir à ce sujet Zehnacker, 2005, p. 295-309 ; Ripoll, 2009 p. 337-355.

33 Arnaud, 2007, p. 9 : « Le témoignage d’un rustre honnête valait en somme moins que la construction intellectuelle d’un érudit élaborée en conformité avec l’opinion établie garantie par l’accord des autorités. Cette posture intellectuelle s’inscrit dans le cadre global d’une société où la nouveauté était tout le contraire d’une qualité. » Cette analyse lapidaire des contributeurs du savoir ne saurait toutefois emporter totalement l’adhésion, cf. Vial-Logeay, 2017, p. 15-32.

34 Les Musulames sont une tribu d’Afrique du Nord mentionnée par les sources littéraires et épigraphiques. Révoltés au début du règne de Tibère, puis en 45, ils servirent dans l’armée romaine à partir des Flaviens (CIL, XVI, 35). Une cohors I Flauia Musulamorum stationnait en Césarienne au début du IIe siècle.

35 Desanges, 1980, p. 26 : « Pline n’a pas hésité à arrêter l’Africa à l’heure de cette statistique [impériale d’époque augustéenne], alors même qu’il paraît avoir été procurateur dans le Byzacium au début du règne de Vespasien, plus d’un demi-siècle plus tard. »

36 Sur cette question, cf. récemment Bernard, 2013, p. 87-106.

37 Plin., Nat., 5.1.2 : « les premières terres que l’on rencontre portent le nom de Maurétanies, royaumes jusqu’à César, fils de Germanicus, puis divisées par l’effet de sa cruauté en deux provinces ».

38 Plin., Nat., 3.4.(3).18 : Citerioris Hispaniae sicut conplurium prouinciarum aliquantum uetus forma mutata est (« L’Espagne Citérieure, comme plusieurs autres provinces, a vu sa carte ancienne passablement modifiée... »).

39 En 67, Néron avait proclamé la liberté des cités grecques de cette province, lors d’un rassemblement provoqué à Corinthe, et il n’y eut plus de gouverneur d’Achaïe jusque vers 72 ; l’Achaïe avait été érigée en province romaine par César, mais continua de dépendre à l’occasion du gouverneur de Macédoine, en 42 a.C, puis de 30 à 27, date à laquelle les deux provinces furent définitivement séparées.

40 Cf. nomina ignobilia, à propos de la Narbonnaise, et le commentaire de Christol, 1994 (= Christol, 2010) ; sur la présence de la mort dans la géographie de Pline l’Ancien, cf. Vial-Logeay, à paraître.

41 Plin., Nat., 3.7 : cunctas prouinciarum diuiti cultu et quodam fertili et peculiari nitore praecedit.

42 Plin., Nat., 3.4.31 : « Par la qualité de son agriculture, par la considération dont jouissent ses habitants et leurs mœurs, par l’importance de ses ressources, elle ne le cède à aucune autre province. » Voir aussi Plin., Nat,, 37.201 : « Après [l’Italie], si l’on excepte les fabuleuses productions de l’Inde, je placerais tout de suite l’Espagne dans ses régions entourées par la mer ; bien qu’elle soit en partie aride, elle est, là où elle produit, féconde en céréales, en huile, en vin, en chevaux et en métaux de toutes sortes. En cela la Gaule lui est égale mais l’Espagne l’emporte par le sparte de ses déserts, ainsi que par la pierre spéculaire, et aussi par ses teintures luxueuses, par son ardeur au travail, par l’activité de ses esclaves, par l’endurance physique des hommes, par leur véhémence sentimentale ».

43 Cf. Arstt, Pol., 7.6 ; Vitr., De architectura, 6.1.

44 Plin., Nat,, 37.201-202 pour l’Italie (Italia, rectrix parensque mundi altera, uiris feminis, ducibus militibus , seruitiis, atrium praestantia, ingeniorum claritatibus, iam situ ac salubritate caeli atque temperie, access cunctarum gentium facili, portuosis litoribus, benigno uentorum adflatu…) et 203 pour l’Espagne (Ab ea exceptis Indiae fabulosis proximam equidem duxerim Hispaniam quacumque ambitur mari, quanquam squalidam ex parte, uerum, ubi gignit, feracem frugum, uini, equorum metallorumque omnium generum… desertis suis sparto uincit Hispania et lapide speculari, pigmentorum etiam deliciis, laborum excitatione, seruorum exercitio, corporum humanorum duritia, uehementia cordis).

45 Des Boscs-Plateaux, 1994, p. 7-35. Ne peut-on y voir, avec le recul, le prélude à l'affirmation de la riche Bétique comme lieu de recrutement de cadres haut placés de l'Empire, et l'annonce du pouvoir ultérieur des Espagnols au Ier siècle et dans la première moitié du IIe siècle ap. J.-C. ?

46 Fuit et Balbus Cornelius maior consul, [...] primus externorum atque etiam in oceano genitorum usus illo honore, quem maiores Latio quoque negaverint, écrit Pline en Plin., Nat., 7.136.

47 Plin., Nat., 5.6 : Thelge oppidum Garamantum itemque Dedris [...] clarissimumque Garama, caput Garamantum, omnia armis Romanis superata et a Cornelio Balbo triumphata, uno omnium *externo* curru et Quiritium iure donato : quippe Gadibus genito ciuitas Romana cum maiore Balbo patruo data est.

48 Plin., Nat., 36.12.60 : Onychem in Arabiae tantum montibus nec usque aliubi nasci putauere nostri ueteres, Sudines in Carmania. potoriis primum uasis inde factis, dein pedibus lectorum sellisque, Nepos Cornelius tradit magno fuisse miraculo, cum P. Lentulus Spinther amphoras ex eo Chiorum magnitudine cadorum ostendisset, post quinquennium deinde XXXII pedum longitudinis columnas uidisse se. 60 uariatum in hoc lapide et postea est, namque pro miraculo insigni quattuor modicas in theatro suo Cornelius Balbus posuit.

49 DC, 54.25.

50 Str., 3.5.

51 Mêmes remarques, en ce qui concerne les embellissements et beaux-arts de la Narbonnaise, négligés par Pline mais soulignés par Strabon puis Martial, cf. Chevallier, 1974, p. 181-204.

52 Cf. Cic., Leg., 2.2.5, où Cicéron distingue patria communis (Rome) et petite patrie, lieu d’origine, pour mieux les associer et hiérarchiser dans les affections.

53 Christol, 1999, p. 25-26 (= Christol, 2010, p. 127).

54 Cf. Bertrand, 1989, p. 209 : « On sait combien est fondamentale pour l’esprit des Romains, l’opposition domi/foris ; dans le monde œcuménique qu’ils ont construit, où il n’y a plus d’extérieur véritable, prouincia s’oppose à domi, marque de son irréductible altérité par rapport à la ville [...] ».

55 Cf. les précautions et mises au point méthodologiques de Woolf, 1992, p. 283-293 ; Le Roux, 2011, p. 544-552.

56 Plin., Nat., Préf., 1.2 : sciuntque omnes quam ex aequo tecum uiuat imperium.

57 Cf. Hellegouarc’h, 1963.

58 Plin., Nat., Préf. : nobis quidem qualis in castrensi contubernio, nec quicquam in te mutauit fortunae amplitudo, nisi ut prodesse tantundem posses et uelles. (Traduction Budé légèrement modifiée).

59 Plin., Nat., 11.50 : regemque iuuenem aequalis turba comitatur (« le jeune roi est accompagné d’un essaim de son âge »).

60 Les conceptions antiques parlent d’un roi, non d’une reine de la ruche.

61 Plin., Nat., 11.52-53 : Mira plebei circa eum oboedientia. Cum procedit, una est totum examen circaque eum globatur, cingit, protegit, cerni non patitur (« Le peuple lui obéit merveilleusement. Quand le roi sort, tout l'essaim est avec lui, se groupe alentour, l'enveloppe, le protège, et ne le laisse pas voir ») ; Plin., Nat., 11.64 : Rege ea peste consumpto maeret plebes ignauo dolore (« si le roi et victime de l’épidémie, la plèbe demeure plongée dans une douleur inerte »).

62 Mais le cas est loin d’être isolé au sein de l’Histoire Naturelle.

63 Plin., Nat., 22.75.158 : Irionem inter fruges sesamae similem esse diximus et a Graecis erysimon uocari, Galli uelam appellant

64 Cf. André, 2009, p. 55 : « L’Italie s’oppose en quelque sorte au reste de l’Europe en donnant la première place aux blés nus, tandis que la Grèce la donne à l’orge devant le blé et le millet, que la Germanie connaît surtout le seigle et l’avoine, la Gaule le blé, le millet et le seigle, la Macédoine et la Thrace le seigle. Les classes aisées, surtout les citadins, consomment le blé, dont les approvisionnements viennent de l’extérieur, à Rome au moins, les paysans, le blé, mais aussi les millets. De nombreux peuples de l’Antiquité, en dehors de l’Italie semble-t-il, faisaient encore au premier siècle de notre ère un pain de glands rôtis et moulus ». Cf. Plin., Nat., 16.15, et Str., 3.3.7 (Lusitanie).

65 Plin., Nat., 18.12.63

66 Plin., Nat., 18.12.65.

67 Plin., Nat., 18.21.94.

68 Cf. Naas, 2002, et bibliographie ad loc.

69 Comme l’observe R. Haensch : « Forger activement une identité provinciale ne pouvait être dans l’intérêt du gouvernement central dont les principaux objectifs demeuraient le maintien de son pouvoir et l’unité de l’Empire. Ces deux fins n’étaient guère compatibles avec des identités provinciales trop prononcées ». Cf. Haensch, 2011, p. 101.

70 Cf. Ando, 2011, p. 25-48, qui cite la lex Iritarna, § 91 (R(ubrica). Quo iure in tertium denuntietur, dies diffindatur diffi<s>susue sit, res iudicetur, lis iudici{i} damni sit, res in iudicio esse desinat. ... et si intra it tempus, quod legis Iuliae, quae de iudici<i>s priuatis proxime lata est, kapite XII senatusue consultis ad it kaput legis pertinentibus conpr<e>hensum est, iudicatum non sit, uti res in iudicio non sit, siremps lex {r} i(us) [c](causa)que esto adque{m} uti esset si eam rem in urbe Roma praetor p(opuli) R(omani) inter ciues Romanos iudicari iussisset..) et commente p. 28 : « the Flavian municipal law preserves the distinction between Rome and elsewhere only to upend it, by means of a fiction that operates on two levels, geographic and social : for it dissolves both distance in time and distinctions in the legal status of persons : disputes between alien municipes are to be resolved ‘as if a praetor of the Roman people had ordered the matter to be judged in the city of Rome between Roman citizens’. Provinces and provincials are thereby assimilated to Rome and Romans. »

71 Plin., Nat., 7.47.151.

72 Hdt., 1.30. Hérodote est la première des sources « extérieures » indiquées par Pline au livre VII.

73 Plut., So., 14.

74 Cf. Suet., Jul., 83 ; Quintus Pedius participa à la guerre des Gaules, fut préteur en 48, consul en 43. Cf. Keaveney, Madden, 1988, p. 354-357.

75 Cf. Hdt., 1.30.4-5 : ἀποθωμάσας δὲ Κροῖσος τὸ λεχθὲν εἴρετο ἐπιστρεφέως? "κοίῃ δὴ κρίνεις Τέλλον εἶναι ὀλβιώτατον;" ὁ δὲ εἶπε Τέλλῳ τοῦτο μὲν τῆς πόλιος εὖ ἡκούσης παῖδες ἦσαν καλοί τε κἀγαθοί, καί σφι εἶδε ἅπασι τέκνα ἐκγενόμενα καὶ πάντα παραμείναντα? τοῦτο δὲ τοῦ βίου εὖ ἥκοντι, ὡς τὰ παρ? ἡμῖν, τελευτὴ τοῦ βίου λαμπροτάτη ἐπεγένετο? γενομένης γὰρ Ἀθηναίοισι μάχης πρὸς τοὺς ἀστυγείτονας ἐν Ἐλευσῖνι, βοηθήσας καὶ τροπὴν ποιήσας τῶν πολεμίων κάλλιστα.

76 Identité provinciale sur laquelle il convient d’ailleurs de s’interroger avec précaution : cf. les remarques stimulantes de P. Le Roux, 2001, p. 45-61 (= Le Roux, 2014, p. 414-415).

Auteur

Université de Rouen / EA 4705 ERIAC

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search