Version classiqueVersion mobile

Quis sum ? Provincialis ?

 | 
Sabine Lefebvre

Introduction

Sabine Lefebvre

Texte intégral

  • 1 Cette première rencontre était consacrée à la fin de la République et au début de l’Empire, en lie (...)
  • 2 Dans le cadre de l’UMR 6298 ARTEHIS (Dijon).
  • 3 Dans le cadre du quinquennal 2012-2016.

1Depuis la première rencontre1 qui s’est tenue à Dijon en 2009, les membres du programme portant sur les Identités provinciales2 ont continué à interroger les sources tant littéraires qu’épigraphiques. Le programme a atteint son âge adulte avec une seconde rencontre, publiée dans ce volume. Faisant alors partie de l’axe Politeia3, la réflexion menée sur les identités politiques s’inscrit dans une réflexion plus large englobant les identités politiques, sociales, culturelles et religieuses, de la protohistoire à l’époque médiévale. Associant historiens, archéologues et historiens de l’art, ce cadre large permet une confrontation intéressante et constructive des concepts. Les dossiers concrets traités lors des ateliers permettent de donner au groupe de chercheurs déjà aguerris mais aussi à des doctorants de nouvelles pistes de réflexion.

  • 4 Pour un bref rappel historiographique, cf. Lefebvre, 2013, p. 5-12.
  • 5 Greggi-Badel, 2017.
  • 6 Simon, 2011.
  • 7 Benoist, Daguey-Gagey, Hoët-van Cauwenberghe, 2011.
  • 8 Belkahia, Garbi, Ben Abid, 2016.
  • 9 Bélanger, 2012.

2Les réflexions menées sur les identités restent nombreuses4, abordant des thèmes anthropologiques5 et revenant sur l’identité romaine qui est perceptible dans les sources littéraires6, mais aussi à travers la construction mémorielle et l’expression du pouvoir impérial7. Ce sont aussi des thèses qui ont pu être présentées, comme celle d’Anne Salitot, sur La Maurétanie césarienne à l’époque impériale : spécificités et identités d’une province impériale, soutenue en 2014. Les provinces africaines ont fourni le cadre d’autres travaux de recherches, initiés par les collègues tunisiens entre autres8. Plusieurs années de travaux ont donné lieu à une réflexion méthodologique sur l’étude des identités en 20139.

  • 10 Cic., Leg., 2.2.5.
  • 11 Lefebvre, Patronus.
  • 12 Alföldy, 1973.

3Dans le cadre du volet portant sur les identités politiques, qui fait appel à des sources spécifiques, écrites, dont ne disposent pas nos collègues protohistoriens et à des réalités liées à l’existence de l’empire romain, ce qui exclut de fait nos collègues médiévistes, j’ai souhaité poursuivre les recherches entamées sur les identités provinciales. Le projet ne vise pas à s’interroger sur une « citoyenneté provinciale » qui, bien entendu, n’existe pas. Cicéron évoquait certes deux patries10, celle formée par la citoyenneté locale et la prestigieuse citoyenneté romaine, mais rien dans les sources ne permet d’envisager une autre appartenance ! Bien qu’aucun élément juridique ne définisse l’appartenance à une communauté provinciale, d’autres éléments, sociaux et culturels notamment, peuvent permettre, dans certains cas et à certains moments, de mettre en évidence le sentiment d’appartenance à une communauté supra-civique, à une communauté provinciale. Cela me semble tout particulièrement notable dans le cadre d’un dossier, celui des patrons de province, personnages rares au regard de l’histoire sur la longue durée des nombreuses provinces de l’empire, mais qui témoignent de décisions communes prises dans un contexte difficile pour la province11. J’évoquerai aussi la fierté des provinciaux qui peut s’exprimer au sein du sanctuaire provincial où est rendu le culte impérial : les dimensions du complexe, son décor riche, la monumentalisation, l’exaltation en son sein des princes, des flamini prouinciae et des patrons, tel qu’on le perçoit à Tarraco12, me semble être des indices dont il faut tenir compte.

  • 13 Caballos Rufino, Lefebvre, 2011.
  • 14 Lefebvre, 2013.

4C’est ainsi qu’ont déjà été explorés quelques pistes et territoires. Un premier volume né dans le cadre d’une collaboration entre la Casa de Velázquez et l’Université de Séville a été publié ; il concerne particulièrement la péninsule Ibérique13. Après cette enquête menée dans un cadre géographique précis et qui prenait en compte des sources documentaires variées ainsi que des thèmes divers, il a paru utile de revenir sur des moments clés de l’histoire de l’Empire. La première réunion dijonnaise portait sur la période de transition entre fin de la République et le début de la période impériale14, en envisageant les nouvelles provinces conquises comme les Gaules ou les Maurétanies, ou bien des provinces plus anciennes mais ayant subi des modifications en liaison avec les guerres civiles ou les réformes augustéennes : il s’agissait de voir si ce sentiment identitaire était alors perceptible, quelle pouvait en être alors l’origine et comment il se manifestait, en particulier si l’initiative était locale ou impulsée par une Rome conquérante.

  • 15 Briand-Ponsard, Modéran, 2011.

5Lors de cette seconde réunion, en juin 2013, j’ai voulu poursuivre la réflexion à la fois dans un cadre géographique plus large que la seule péninsule Ibérique, en utilisant des sources en particulier littéraires qui n’avaient pas été suffisamment exploitées dans les précédents opus, et en intégrant un cadre chronologique différent, celui de l’Antiquité tardive. Ce dernier volet de réflexion aurait dû donner naissance à une réunion particulière, dont Y. Modéran aurait été le co-organisateur. Nous en avions parlé, lors d’une réunion qu’il avait organisée à Caen, autour des identités africaines15. Hélas, ce projet n’a pu aboutir, et j’ai choisi de consacrer une partie du volume à cette période particulière.

6La réunion n’aurait pu avoir lieu sans des aides que je souhaiterais remercier : la MSH de Dijon nous avait offert un cadre agréable pour nous réunir, et je l’en remercie. Le financement fut assuré par plusieurs subventions : le département d’histoire et l’UFR de SHS de l’Université de Bourgogne ont contribué, tout comme les services centraux de l’Université dans le cadre d’un BQR. Mais une grande partie du financement est issue du FABER que m’avait octroyé la région Bourgogne, et je ne peux que remercier cette institution qui aidait les professeurs à s’installer dans leur poste en finançant leur programme de recherche.

7Tous mes remerciements vont enfin à Laetitia Bassereau qui a géré les finances, et à Fabienne Creuzenet qui a assuré le secrétariat.

8C’est donc dans ce cadre que s’est construite cette rencontre, où j’ai souhaité réunir des spécialistes dans une ambiance amicale. Je les remercie tous d’avoir à l’époque répondu présents, et d’avoir fait preuve de patience depuis car la publication a pris du retard ; ils ont aussi mis à jour leurs contributions, en tenant compte des travaux publiés depuis la réunion dijonnaise. Je les remercie tous pour cet effort supplémentaire, mais nécessaire. La difficulté de trouver un financement et un emploi du temps de plus en plus chargé ont rendu ce retard de plus en plus conséquent. Fort heureusement, l’UMR ARTEHIS a depuis peu créé une collection ARTEHIS Éditions sur Open Edition. La mise en forme étant assurée par le personnel du laboratoire, Marie-José Gasse-Grandjean, Sophie Desbois et Anthony Dumontet, cela permet une publication dans de très bonnes conditions techniques et financières. Je les remercie vivement pour leur collaboration active qui a permis que ce volume soit enfin publié.

9Nota bene : Les abréviations utilisées pour les sources littéraires sont celles du Lewis-Short pour les auteurs latins, et du Bailly pour les auteurs grecs. Pour les sources épigraphiques, les abréviations des corpora sont celles utilisées par le site Clauss-Slaby (http://www.manfredclauss.de/​fr/​). Pour la majorité des articles, les sources littéraires utilisées sont publiées dans la Collection des Universités de France (CUF, Paris, Les Belles Lettres).

Bibliographie

Alföldy, 1973 = Alföldy G., Flamines provinciae Hispaniae citerioris, Anejo de AESpA 6, Madrid, 1973.

Bélanger, 2012 = Bélanger S., « L’étude des identités dans l’Antiquité est-elle utopique ? Quelques réflexions épistémologiques et méthodologiques sur l’approche des phénomènes identitaires dans l’Antiquité », Cahiers d’histoire, 31-2, automne 2012, p. 87-111.

Benoist, Daguey-Gagey, Hoët-van Cauwenberghe, 2011 = Benoist S., Daguey-Gagey A. et Hoët-van Cauwenberghe C. (éds.), Figures d’empire, fragments de mémoire. Pouvoirs et identités dans le monde romain impérial (IIe s. av. n. è.-VIe s. ap. n. è.), Presses universitaires du Septentrion, Lille, 2011.

Briand-Ponsard, Modéran, 2011 = Briand-Ponsart C. et Modéran Y. (†) (dir.), Provinces et identités provinciales dans l'Afrique romaine, Tables rondes du CRAHM, Caen, 2011.

Caballos Rufino, Lefebvre, 2011 = Caballos Rufino A. et Lefebvre S. (éds.), Roma generadora de identidades. La experiencia hispana, Madrid, 2011.

Belkahia, Garbi, Ben Abid, 2016 = Belkahia T., Garbi M., Ben Abid L. (éds.), Identités et territoires dans le Maghreb antique. Actes du colloque international organisé à Tunis, 29-30 novembre 2013, Tunis, 2016.

Greggi-Badel, 2017 = Greggi-Badel C., Consanguinitas : sang et identité à Rome (IIème siècle avant J.-C.-IIème siècle après J.-C.), thèse soutenue en 2017.

Lefebvre, 2013 = Lefebvre S. (dir.), Identités et dynamiques provinciales du IIe siècle avant notre ère à l’époque julio-claudienne, Dijon, 2013.

Lefebvre, Patronus = Lefebvre S., Patronus provinciae. La voix des provinciaux dans l’empire romain, à paraître.

Simon, 2011 = Simon M. (éd.), Identités romaines. Conscience de soi et représentations de l’autre dans la Rome antique (IVe siècle av. J.C.-VIIIe siècle apr. J.-C.), Paris, 2011.

Notes

1 Cette première rencontre était consacrée à la fin de la République et au début de l’Empire, en lien avec la conquête romaine et les pratiques d’intégration des populations conquises, et a été publiée : Lefebvre, 2013.

2 Dans le cadre de l’UMR 6298 ARTEHIS (Dijon).

3 Dans le cadre du quinquennal 2012-2016.

4 Pour un bref rappel historiographique, cf. Lefebvre, 2013, p. 5-12.

5 Greggi-Badel, 2017.

6 Simon, 2011.

7 Benoist, Daguey-Gagey, Hoët-van Cauwenberghe, 2011.

8 Belkahia, Garbi, Ben Abid, 2016.

9 Bélanger, 2012.

10 Cic., Leg., 2.2.5.

11 Lefebvre, Patronus.

12 Alföldy, 1973.

13 Caballos Rufino, Lefebvre, 2011.

14 Lefebvre, 2013.

15 Briand-Ponsard, Modéran, 2011.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search