Version classiqueVersion mobile

La genèse du village

 | 
Antoine Guicheteau
, 
Vincent Marchaisseau
, 
Amélie Quiquerez

Genèse de l’habitat proto-villageois durant l’Antiquité tardive en Gaule du Nord-Est

Michel Kasprzyk

Texte intégral

1Pour les archéologues travaillant sur les campagnes de la Gaule, les formes de l’habitat rural du début du Moyen Âge paraissent fort différentes de celles de l’époque romaine. La transition entre les deux périodes a longtemps été mal comprise et c’est seulement depuis la généralisation des grands décapages que l’on peut clairement appréhender les formes de l’habitat rural de l’Antiquité tardive (entre la fin IIIe et le début du VIe siècle).

2Le développement des recherches sur l’évolution des campagnes entre le Haut Empire (Ier-IIIe siècles) et le début du Moyen Âge (VIe siècle) en Gaule du nord doit essentiellement être mis au crédit de P. Van Ossel, qui a mis en évidence les mutations complexes que connaissent les établissements gallo-romains entre la seconde moitié du IIIe et la seconde moitié du Ve siècle. Loin de révéler une rupture abrupte entre l’époque romaine et le début du Moyen Âge, ses travaux ont illustré la mutation très progressive des campagnes, dont les caractéristiques les plus visibles sont la disparition progressive du modèle de la « villa » gallo-romaine et de l’architecture maçonnée.

3À ce titre, il a été sollicité à plusieurs reprises par des archéologues médiévistes dans des rencontres ou des ouvrages consacrées à l’habitat rural du Moyen Âge : 14e colloque de l’Association française d’archéologie mérovingienne consacré à l’habitat rural du haut Moyen Âge en 1993 (Van Ossel, 1995) ; colloque de Tours sur Grégoire de Tours et l’espace gaulois en 1994 (Van Ossel, 1997) ; colloque de Louvain-la-Neuve consacré aux établissements humains, finages et communautés rurales entre Seine et Rhin (IVe-XIIIe siècles) en 2003 (Van Ossel, 2010). Dans ce cadre, il a été conduit à s’interroger, entre autres, sur l’apparition éventuelle de formes d’occupation de type « proto-villageoise » au cours de l’Antiquité tardive, hypothèse qu’il a réfutée à plusieurs reprises.

4Le récent programme ERC RURLAND (Rural Landscape of north-eastern Roman Gaul), dirigé par M. Reddé, a permis de rouvrir le dossier sur la base des travaux archéologiques des vingt dernières années, qui suggèrent que la question n’est pas close (Kasprzyk, 2008a et b). Les lignes qui suivent, tout en reprenant les principaux résultats de cette recherche, exposeront l’état des connaissances sur les formes de l’occupation rurale dans le courant du Haut Empire entre Seine, Loire et Rhin, avant de s’interroger sur leur évolution au cours de l’Antiquité tardive.

1. Formes de l’occupation rurale à la fin du Haut Empire (Ier-IIIe siècles)

1.1 Établissements ruraux : de la ferme au site aristocratique

5Ces dernières décennies, l’archéologie a démontré que durant les trois siècles qui suivent la Conquête romaine, la société de la Gaule est principalement composée de populations rurales. À titre indicatif, les données du Centre-Est de la Gaule réunies par P. Nouvel pour son mémoire d’habilitation (2016) montrent, sur le territoire de 10 départements actuels recouvrant cinq cités antiques, la présence d’au minimum 9 000 établissements ruraux (fig. 1).

Fig. 1. Établissements ruraux antiques dans le Centre-Est de la Gaule (région Bourgogne-Franche-Comté et départements de la Haute-Marne et de l’Aube) (DAO P. Nouvel, extrait de Nouvel, 2017).

  • 1 Outre un intérêt manifeste pour les résidences plus richeme (...)

6Obnubilés par le modèle de la villa transmis par les auteurs latins, les archéologues se sont longtemps intéressés aux manifestations architecturales les plus ostentatoires du peuplement rural des provinces gauloises, en cela grandement aidés par la facilité de détection des établissements de grandes dimensions. Contrairement à une idée répandue, les fouilles exhaustives sont demeurées peu répandues avant le développement de l’archéologie préventive, car les recherches ont principalement porté sur les secteurs résidentiels au détriment des aménagements économiques1. C’est le développement de la photographie aérienne qui a permis, à partir des années 1960, de préciser l’aspect des formes du peuplement rural gallo-romain, particulièrement des grands établissements maçonnés de Picardie, de Bourgogne et du Berry, en révélant leur plan complet, constitué d’une vaste cour qui peut atteindre plusieurs hectares, bordée de bâtiments à vocation économique et terminée par la résidence proprement dite. Curieusement, alors que ces données montraient que l’organisation des établissements ruraux du nord de la Gaule différait fondamentalement de celle des villae au plan très ramassé de la péninsule italienne ou de la Narbonnaise, la plupart des auteurs (notamment Agache, 1978, et encore Ferdière et al., 2010) ont appliqué sur les établissements qu’ils découvraient des éléments de terminologie empruntés aux auteurs italiens (villa, pars urbana, pars rustica, etc.) alors que rien n’assure que ces termes aient été employés en Gaule du nord (sur cette question, voir Reddé, 2017). Quoi qu’il en soit, la découverte de ces vastes établissements ruraux désignés sous le terme de villae par certains archéologues et historiens a eu un impact certain sur la perception de l’organisation du monde rural entre le milieu des années 1970 et le début des années 1990 (par exemple Le Glay, 1975).

  • 2 Voir infra.

7Le développement de l’archéologie préventive a largement renouvelé la question du peuplement rural de la Gaule romaine en démontrant d’une part que l’origine de ces grands établissements devait être recherchée dans des modèles en usage en Gaule dès La Tène finale et que les apports issus du monde méditerranéen se limitent à l’utilisation de l’architecture en dur ; d’autre part qu’ils ne constituaient qu’une fraction de l’occupation rurale (fig. 2-3). En effet, il est désormais évident que les campagnes gallo-romaines sont constellées de milliers d’établissements de petites dimensions (généralement moins de 8 000 m2 d’assiette globale), au plan moins standardisé mais où l’on distingue au moins un bâtiment résidentiel et des annexes à vocation économique, et que les grands établissements ne représentent au final guère plus de 10 % du nombre total de sites ruraux (Nouvel, 2017) (fig. 3). Dans les travaux récents, on interprète les établissements de petites dimensions comme étant des exploitations agricoles de taille familiale, sans que leurs relations foncières, sociales et économiques avec les sites de taille supérieure puissent être éclaircies faute d’une documentation explicite (Ouzoulias, 2009 ; 2014). Présents dans tous types de milieux, ils constituent l’essentiel de la trame de peuplement dans les secteurs soumis à une intensification culturale au Haut Empire, comme les plateaux calcaires de l’Est de la France. Leur prépondérance dans l’ensemble du nord de la Gaule à l’exception de l’estuaire du Rhin et de l’Escault2 est un acquis majeur de la récente ERC RURLAND (Reddé dir., 2017 et 2018).

Fig. 2. Exemples d’établissements ruraux du Haut-Empire de Lorraine (région Grand-Est). Cette figure rend compte de l’extrême variété des tailles entre l’établissement aristocratique de Liéhon et la simple ferme de Luppy (DAO A. Nüsslein, extrait de Nüsslein et al., 2017).

Fig. 3. Distribution des établissements ruraux du Centre-Est de la Gaule, par taille (DAO P. Nouvel, extrait de Nouvel, 2017).

1.2 Les agglomérations secondaires

8Dans le paysage rural des Gaules, les sites de type « aggloméré » sont beaucoup plus rares : toujours dans le Centre-Est de la Gaule, P. Nouvel (2016) estime à 250 le nombre de ceux dont on peut estimer la population entre 200 et 500 habitants (sites routiers inclus) ; à une quinzaine ceux dont la population atteint peut-être 5 000 habitants, sans qu’il s’agisse de capitales de cité. Les plus grandes agglomérations rurales « atteignent » une superficie de plusieurs dizaines d’hectares et livrent alors de manière récurrente les témoignages épigraphiques d’un investissement des élites civiques dans la vie religieuse et/ou la parure monumentale. Elles comprennent toujours, lorsque la documentation est suffisamment explicite, un sanctuaire parfois associé à un théâtre. C’est par exemple le cas d’Alésia / Alise-Sainte-Reine, d’Argentomagus / Argenton-sur-Creuse ou d’Eu parmi les sites les mieux connus (fig. 4).

Fig. 4. L’agglomération secondaire de rang supérieur d’Eu à la fin du Haut-Empire (Seine-Maritime) (DAO J. Pariétas, extrait de Mantel, Dubois, 2017).

9Les agglomérations de plus petites dimensions ont, lorsqu’il est connu, un plan très linéaire et régulier qui évoque – en dépit de l’anachronisme – celui d’un village-rue, comme à Bliesbruck (fig. 5, au sud).

Fig. 5. L’agglomération de Bliesbruck (Moselle) au sud et la « villa » de Reinheim (Allemagne) au nord, état à la fin du Haut-Empire. Extrait de Sarateanu-Müller, 2011.

10Elles se trouvent généralement le long des principales routes des provinces gauloises. D’une manière générale, la parure monumentale et les équipements collectifs, les sanctuaires notamment, y sont moins nombreux que dans les agglomérations de grandes dimensions.

11Toutes ces agglomérations sont dites « secondaires » (sur les agglomérations secondaires du Haut Empire : Petit et Mangin, 1994a et b ; Cribellier, 2016) car, sur la base de la documentation épigraphique, elles ne bénéficient pas d’une véritable autonomie administrative, restant sous la dépendance des élites rurales et des magistrats des capitales de cité, siège du pouvoir politique détenu par les notables locaux. Il faut souligner qu’en Gaule septentrionale, les agglomérations secondaires ne sont pas un lieu de résidence de l’aristocratie, qui habite dans les capitales de cité et dans les villae, ces dernières pouvant être très proches des agglomérations (par ex. Béal et al. 2013). Sur la base d’associations topographiques, on suppose fréquemment un lien de subordination entre établissements ruraux aristocratiques et agglomérations secondaires, comme à Bliesbruck où l’on trouve une vaste villa à moins de 1 km de l’agglomération (Saratanu-Müller, 2011) (fig. 5). Pour notre propos, il est important de souligner que si les agglomérations secondaires peuvent évoquer, par leur morphologie, des villages médiévaux, elles ne semblent avoir qu’un rôle mineur voire marginal dans la production agricole, comme l’illustrent la rareté de l’outillage aratoire ou des structures de stockage présentes dans les établissements agricoles. Leur fonction semble essentiellement liée à des activités artisanales et de marché et, pour les plus grandes, de lieu de rassemblement des populations rurales environnantes dans le cadre du culte civique (Cribellier, 2016 ; Kasprzyk, 2019, p. 91-95).

1.3 Et le village ?

12Contrairement aux établissements ruraux et aux agglomérations secondaires, le terme de village est employé avec réticence par les antiquisants travaillant sur les campagnes gauloises du Haut Empire (Ier-IIIe siècles). La position, bien résumée dans un article de Martial Monteil, est qu’un village « est un habitat groupé dont l’essentiel de la population a pour activité principale l’agriculture et/ou l’élevage, ce qui n’exclut pas quelques autres occupations plus ponctuelles. Un parfait synonyme serait donc celui « d’agglomération rurale ». […] Ce principe est opérant si, bien sûr, le village n’est pas seulement un réservoir de main-d’œuvre pour les domaines détenus par les élites » (Monteil, 2014, p. 40-41). Comme on le voit, le terme de village n’est pas employé par les antiquisants dans une acception morphologique (agglomération d’unités architecturales dans un contexte rural) mais plutôt fonctionnelle. C’est ce qui explique ainsi que les « agglomérations secondaires » évoquées plus haut ne sont presque jamais désignées sous le terme de village puisque la part de l’activité agricole y est négligeable. 

13En Gaule, le nombre d’établissements du Haut Empire pouvant répondre à cette stricte définition est faible en dépit de l’accroissement exponentiel de la documentation issue de l’archéologie préventive. Dans les zones de plaine, on peut évoquer le site de Longueil-Sainte-Marie dans l’Oise (mais qui n’est que très partiellement publié) (fig. 6) et quelques cas douteux comme le site de Vatry en Champagne qui juxtapose quelques unités domestiques sans organisation apparente (Lepetz, Maréchal, 1996 ; Malrain, Maréchal, 2017 ; Achard-Corompt, 2005). Ce type d’occupation n’est en réalité guère attesté en nombre que dans les massifs montagneux et leur périphérie immédiate (Vosges, Alpes), et surtout avec une réelle densité dans une zone limitée aux régions sablonneuses de l’estuaire du Rhin et de l’Escault, dans la province romaine de Germanie inférieure. Ici, on connaît nombre de véritables exemples de villages, constitués d’une juxtaposition de bâtiments résidentiels et agropastoraux dont le nombre peut dépasser la vingtaine comme à Hoogeloon ou Weert (NL), mais où les aménagements collectifs sont absents (Roymans, Derks, 2017) (fig. 7). Dans ces régions de culture locale germanique, ces établissements perpétuent un modèle remontant à la Protohistoire (Gerritsen, 2003), qui ne s’est pas diffusé dans les parties de la Gaule au substrat culturel celtique.

Fig. 6. Le « village » de Longueil-Sainte-Marie (Oise) et le parcellaire associé (DAO D. Maréchal, extrait de Malrain, Maréchal, 2017).

Fig. 7. L’établissement de Weert (NL), caractéristique des formes de villages du Haut-Empire de l’estuaire du Rhin et de la Flandre orientale (Extrait de Roymans, Derks, 2017).

14On peut donc conclure que, dans l’espace qui nous concerne, le peuplement et la mise en valeur de l’espace rural au Haut Empire sont assurés par une myriade d’établissements isolés, allant de la ferme familiale ou grand établissement de type « villa » et que le phénomène « villageois » est incontestablement marginal. Il s’agit ici d’une caractéristique commune aux provinces du nord-ouest de l’Empire romain, mais qui n’est pas générale puisque le modèle villageois est largement attesté voire dominant dans les provinces orientales du bassin méditerranéen comme l’Égypte ou la Syrie (Rowlandson, 1999 ; Tchalenko, 1953 ; Abdulkarim, 2012).

2. Formes de l’occupation « rurale » : les évolutions de l’Antiquité tardive

2.1 Le maintien de l’établissement de type familial ?

15Depuis les recherches de P. Van Ossel (1992), il est désormais admis que dans la plupart des établissements du début de l’Antiquité tardive (fin du IIIe et première moitié du IVe siècle), l’occupation se maintient dans une partie des bâtiments remontant au Haut Empire, ce que ne semblent pas contredire les données récentes (Kasprzyk, 2018a et b). À cette époque, l’immense majorité des établissements correspond à des sites d’une superficie moyenne comprise entre 0,8 et 1 ha, soit dans la moyenne des dimensions des « fermes » des IIe-IIIe siècles.

16Entre les années 250 et 350, on observe encore la construction ou la réfection d’éléments de confort dans les bâtiments résidentiels, généralement des hypocaustes à canaux rayonnants. L’architecture des bâtiments sur poteaux plantés ne montre pas de rupture avec les modèles du Haut Empire. On observe néanmoins dans de nombreux cas une distinction moins évidente entre bâtiments résidentiels et à vocation économique, alors qu’elle est souvent nette dans ceux de la fin du Haut Empire. L’aménagement de structures artisanales dans ou contre des résidences remontant au Haut Empire reflète sans doute moins un déclin architectural qu’une confusion progressive des valeurs résidentielles et économiques des bâtiments (Kasprzyk, 2018a, p. 287).

17L’architecture maçonnée disparaît progressivement des petits établissements ruraux après les années 350, mais on peut considérer que le modèle de la ferme familiale perdure au moins jusqu’au début du VIe siècle (fig. 8).

Fig. 8. Exemples d’établissements de type « familial » du IVe siècle (d’après Brüggler, 2009, Devevey, 2011, Dumas-Lattaque, Arnaud, 2015 et Koehler, 2004).

2.2 Le devenir des agglomérations secondaires durant l’Antiquité tardive : vers la ruralisation ou la poursuite d’un rôle spécifique ?

18Tout comme les établissements agricoles, les agglomérations secondaires du nord de la Gaule connaissent une profonde transformation au cours de l’Antiquité tardive, dont les principales tendances ont récemment été exposées dans un dossier de la revue Gallia (Kasprzyk, Monteil dirs., 2017). Sans trop développer ici, on rappellera que l’on observe une rétraction systématique de la surface occupée, une disparition de l’équipement civique (temples, théâtres) et que les indices tangibles d’activités artisanales ou commerciales, susceptibles de confirmer la continuité de ce qui fut l’une des fonctions principales de ces agglomérations au Haut Empire, sont inexistants ou presque. On a ainsi, à juste titre, suspecté que les agglomérations secondaires se « ruralisaient » dans l’Antiquité tardive et que leurs populations auraient pu prendre part à l’exploitation agricole du territoire environnant. Les recherches récentes semblent exclure une telle hypothèse et les sources écrites suggèrent qu’elles conservent des fonctions similaires aux agglomérations du Haut-Empire. Les rares indices sont, pour la période allant de la fin du VIe à la fin du VIIe siècle, des émissions de monnaies d’or portant le nom d’agglomérations d’origine romaine (ou non) associées au qualificatif de vicus ou castrum, ce qui suggère qu’elles gardent alors un rôle de pôle économique et commercial, sinon fiscal. Leur rôle dans l’encadrement religieux des populations rurales est en outre illustré aux Ve et VIe siècles par le fait que les vici occupent une place prépondérante dans la mise en place des premières églises rurales (les parrochiae) (Delaplace, 2002 ; Schneider, 2014). La mutation des anciennes agglomérations vers le statut de villa, tel qu’il apparaît dans les textes, semble tardive et guère antérieure au VIIIe siècle.

2.3 Apparition d’occupations de type proto-villageoises

  • 3 Il comprend 16 solidi et vingt-trois multiples en argent.

19L’apparition d’occupation proto-villageoises semble être une caractéristique des campagnes de l’Antiquité tardive, qui a d’abord été théorisée avant d’être observée sur le terrain. Depuis les années 1970, les études d’occupation du sol réalisées au moyen de prospections ou de séries de sites fouillés mettaient systématiquement en évidence une diminution – plus ou moins forte selon les régions – du nombre d’établissements ruraux au cours de l’Antiquité tardive (bilan dans Kasprzyk, 2018b, p. 611-622), et on a donc suspecté que si cette évolution ne reflétait pas une catastrophe démographique, elle devait être le reflet d’une concentration de la population sur des sites moins nombreux de type villageois (bilan historiographique dans Van Ossel, Ouzoulias, 2000, p. 133-134). Il faut bien admettre que les premières enquêtes documentaires réalisées par P. Van Ossel sur la Gaule du nord sont entrées en contradiction avec cette hypothèse puisqu’au terme d’un premier examen documentaire clos en 1986, il indiquait que « malgré la diminution notable partout, du nombre des points de peuplement rural et le déclin manifeste de très nombreux établissements, ces derniers n’attestent pas de tendance nette au regroupement, à la concentration autour de pôles attractifs quels qu’ils soient, sauf peut-être, mais pas toujours, près des cours d’eau » (Van Ossel, 1992, p. 171). En 2003, un bilan réalisé dans le cadre d’un colloque tenu à Louvain consacré aux Établissements humains, finages et communautés rurales entre Seine et Rhin (IVe-XIIIe siècles), les conclusions de P. Van Ossel ne différaient guère puisqu’il défendait le « maintien du modèle gallo-romain d’occupation et d’exploitation du sol » et indiquait qu’« aucun des habitats [des Ve-VIe siècles] n’évoque en quoi que ce soit un habitat groupé, un village assemblant plusieurs unités d’exploitation individuelles et donc plusieurs familles. On est encore loin des grands habitats comme Tournedos (Haute-Normandie), Genlis (Côte-d’Or), Torcy-le-Petit (Aube) qui, en l’état des recherches, semblent surtout se développer à partir du VIIe siècle » (Van Ossel, 2010, p. 2 et 17). Seuls quelques rares établissements germaniques associant fermes-étables au plan allongé et « fond de cabanes », livrant du mobilier trouvant son origine dans la culture matérielle du nord-ouest du Barbaricum, pouvaient alors évoquer un type d’habitat villageois dans le nord de la Gaule au cours du Bas-Empire. Bien que l’on ait légitimement pu penser que ces établissements aient pu constituer un prototype des occupations proto-villageoises du haut Moyen Âge (Van Ossel, 1997, p. 89), l’accroissement de la documentation indique que ce type d’établissements demeure rare en Gaule en dehors des plaines sablonneuses des Flandres et de l’embouchure du Rhin (Heeren, 2015 ; Enckevort et al., 2017 ; Kasprzyk, 2018b, p. 624-625). Dans ces régions, la morphologie des bâtiments et l’organisation en « villages » de « fermes-étables » sont dans la droite lignée des établissements du Haut Empire signalés supra et il faut ici sans doute nuancer l’idée de « germanisation » associée à ces occupations. En Gaule intérieure, les rares exemples recouvrent à l’évidence l’assiette territoriale des préfectures militaires de Lètes du tractus Armoricanum per Lugdunensem senoniam. La découverte sur le site de Saint-Ouen-du-Breuil (Seine-Maritime) (fig. 9) d’un important dépôt monétaire du milieu du IVe siècle3, dont la composition évoque plus un donatiuum militaire que la circulation monétaire commune en milieu rural, montre qu’on ne saurait voir dans ces établissements de simples occupations agricoles (Gonzales et al., 2001). Il faut en outre souligner que ces occupations ne semblent pas avoir eu un impact significatif sur les formes architecturales locales des Ve et VIe siècles, puisqu’en Gaule les villages de « fermes-étables » sont à nouveau confinés à l’embouchure du Rhin dès le milieu du Ve siècle. Le modèle est bien attesté durant une bonne partie du haut Moyen Âge dans le nord de l’Europe (Grande-Bretagne, nord de l’Allemagne, Danemark : Hamerow, 2002).

Fig. 9. L’établissement germanique de Saint-Ouen-du-Breuil (IVe siècle) (Seine-Maritime) (d’après Van Ossel, 2006).

20La multiplication des fouilles en aire ouverte dans le cadre des opérations d’archéologie préventive depuis les années 1990 contribue à sensiblement modifier les perspectives puisque nombre de sites suggère désormais que l’apparition d’occupations de type « hameau » / « village », regroupant plusieurs cellules familiales, doit être située durant l’Antiquité tardive et ce, dans un contexte culturel gallo-romain. À partir de la fin du IIIe et surtout au IVe siècle, beaucoup d’établissements de l’ouest de la Gaule Belgique et du centre de la Lyonnaise évoluent vers une organisation très différente de celle du Haut Empire. À Menneville « La Bourguignotte » (Aisne) et Salouël « rue François-Villon » (Somme), L. Duvette a exploré deux occupations datables entre la seconde moitié du IIIe et le milieu du IVe siècle, caractérisées par une juxtaposition d’une quinzaine de bâtiments disposés parallèlement ou dessinant des alignements (Duvette, Willems, 2016 ; Bernigaud, 2017, p. 277-278) (fig. 10). Dans ces deux cas, l’organisation de l’occupation paraît très éloignée du modèle dominant depuis la fin du Ier siècle av. J.-C. (une cour autour de laquelle se distribuent des bâtiments, un bâtiment résidentiel principal et des constructions au caractère économique plus affirmé, selon un plan cohérent) et il devient difficile d’isoler des constructions à vocation économique d’autres constructions à fonction plus résidentielle. La distinction symbolique entre une « maison de maître » et d’autres constructions ne semble plus opérante ici, une situation que l’on retrouve sur nombre d’établissements du IVe siècle du centre de la Lyonnaise ou de l’ouest de la Belgique II, comme à Longjumeau « Le Champtier des Cerisiers » (Essonne) (Mallet et al., 2013), Marolles-sur-Seine « Le Chemin de Sens » (Seine-et-Marne) (Séguier et al., 2011), Rouvillers « La Terre d’Élogette » (Oise) (Van Ossel, Ouzoulias, 2000), Planty « Vieux Puits » (Aube) (Koehler, 1991) (fig. 11 et 12). On observe d’ailleurs fréquemment la multiplication des constructions dans l’ancienne cour du Haut Empire, comme à Longjumeau, Bassing « La Tête d’Or » (Moselle) (Reddé dir., 2017, chap. 12, annexe XXII), Labergement-Foigney « Champ Cottin » (Côte-d’Or) (Kasprzyk et al., 2015), Martaineville « Les Longs Journaux », Dury « Le Camp Rolland » (Somme) (Bayard, Lemaire, 2014, fig. 69 et 71) ou Guichainville « Le Long Buisson » (Carré et al., 2011, fig. 27). Même sur les plus vastes établissements (les grandes « villae »), on observe une homogénéisation progressive de l’occupation avec l’abandon de l’ancienne résidence du Haut Empire vers le milieu du IVe siècle alors que les données de prospection suggèrent une occupation plus tardive de l’ancienne cour agricole (Laffite, 2015). Sur tous ces établissements, la répétition de bâtiments standardisés suggère bien mieux qu’au Haut Empire la coexistence de cellules familiales dans ce qui s’apparente souvent à des hameaux. Les sites comprenant plus de dix bâtiments, comme Menneville, Salouël ou Guichainville, sont cependant rares et ne constituent pas la majorité des cas.

Fig. 10. Établissements de Menneville (Aisne) et Salouël (Somme) (fin du IIIe et première moitié du IVe siècle) (d’après Duvette, Willems 2016, et Bernigaud et al., 2017).

Fig. 11. Établissements de Longjumeau (Essonne) et Guichainville (Eure) (IVe et Ve siècle). D’après Mallet, 2007 et Carré et al., 2011.

Fig. 12. Comparaison des établissements de l’Antiquité tardive de Menneville (Aisne, fin du IIIe siècle), de Prény (Moselle) et Genlis (Côte-d’Or), datés des VIe-VIIe siècles. D’après Duvette, Willems 2016 ; Frauciel 2008 ; Catteddu 1992.

21Ces transformations observées à partir de la fin du IIIe siècle semblent alors s’amplifier à partir du milieu du IVe siècle avec la raréfaction des indices d’occupation dans les bâtiments maçonnés remontant au Haut Empire. Au début du Ve siècle, les établissements sont pour l’essentiel constitués d’alignements ou de rangées de bâtiments sur poteaux, sans doute de constructions sur solins légers, selon un type d’organisation qui n’est pas sans évoquer les alignements de bâtiments des établissements connus sur les « villages » des VIe et VIIe siècles comme Prény (Moselle), Genlis (Côte-d’Or) (Frauciel, 2008 ; Catteddu, 1992). Une simple comparaison des plans montre des similitudes manifestes entre ces établissements de l’Antiquité tardive et ceux des VIe et VIIe siècles.

Conclusion

22Marginal en Gaule au Haut Empire, le modèle du « village » ou plutôt du « hameau », constitué d’une juxtaposition d’unités architecturales de grandes dimensions et de même plan qui suggère celle d’unités familiales, semble bien se développer à partir du début de l’Antiquité tardive (fin du IIIe siècle). Ce mode d’organisation des populations rurales demeure minoritaire, car il coexiste avec le modèle de la ferme familiale remontant au Haut Empire, mais dont l’aspect est profondément modifié. Parallèlement, on observe la disparition progressive des établissements aristocratiques ordonnés autour d’une cour et des résidences rurales de tradition gallo-romaine, et par là même d’une forme de discours social, caractérisé par une nette distinction topographique entre résidence et bâtiments économiques ou de résidence de la main-d’œuvre rurale, que l’on observe sur la plupart des grands établissements ruraux depuis la fin de l’âge du Fer.

23L’existence d’établissements d’aspect proto-villageois doit donc être comprise comme une possibilité, à partir de la fin du IIIe siècle, au même titre que d’autres formes d’occupations relevant de l’exploitation mono-familiale. Quant au caractère proto-villageois de certaines occupations, il réside plus dans la juxtaposition de probables unités familiales qu’à un caractère communautaire car on ne détecte pas d’équipements collectifs évidents, à l’instar de nombre des grands villages des VIe-VIIe siècles connus dans la même aire géographique. Toutes ces évolutions s’inscrivent dans une mutation profonde du peuplement rural où l’on passe d’un habitat dispersé à une situation où se multiplient les établissements que l’on peut qualifier de communautés agricoles, qui semblent refléter une transformation profonde des liens sociaux entre acteurs de l’économie rurale et du système agraire, sans que l’on en saisisse pour l’instant toutes les causes et implications. Bien que la plupart des sites que nous avons présentés ne connaissent pas d’occupation continue jusqu’aux VIe-VIIe siècles, il semble bien qu’en Gaule du nord, l’organisation proto-villageoise des campagnes mérovingiennes trouve sa genèse dans les celles des IVe et Ve siècles.

Bibliographie

Abdulkarim, 2012 = Abdulkarim M., « Parcellaires antiques et société rurale en Syrie du Nord : l’exemple de Ruweiha », Syria. Archéologie, art et histoire, 89, p. 195‑211.

Achard-Corompt, 2005 = Achard-Corompt N., « Vatry à l’époque romaine », in Lagatie C., Vanmoerkerke J., Achard-Corompt N., dir., Europort Vatry : les pistes de l’archéologie : quand la plaine n’était pas déserte, Langres, D. Guéniot, p. 61‑67.

Agache, 1978 = Agache R., La Somme pré-romaine et romaine d’après les prospections à basse altitude, Amiens (Mémoires de la Société des antiquaires de Picardie, 24), 515 p.

Antonelli, Petit, 2017 = Antonelli S., Petit J.-P., « L’agglomération de Bliesbruck (Moselle) durant l’Antiquité tardive : entre ruptures et continuités », in Dossier : Agglomérations, vici et castra du Nord de la Gaule entre Antiquité tardive et début du haut Moyen Âge (iiie-vie siècles), 74, 1, p. 149‑164.

Bayard, Lemaire, 2014 = Bayard D., Lemaire P., « Les vestiges de l’Antiquité sur les grands tracés linéaires en Picardie », in Bayard D., Buchez N., Depaepe P. dir., Quinze ans d’archéologie préventive sur les grands tracés linéaires de Picardie. Seconde partie, Amiens, Revue archéologique de Picardie (Revue archéologique de Picardie, 3‑4), p. 7‑232.

Béal, Coquidé, Argant, dir. = 2013 : Béal J.-C., Coquidé C., Argant T. dir., Ludna et Asa Paulini: deux étapes antiques du Val de Saône sur la route de Lyon, Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée (Documents d’archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne, 39), 439 p.

Brüggler, 2009 = Brüggler M., Villa rustica, Glashütte und Gräberfeld: die kaiserzeitliche und spätantike Siedlungsstelle HA 132 im Hambacher Forst, Mayence, Von Zabern (Rheinische Ausgrabungen, 63), 517 p.

Carré, Zaour, Adrian, 2011 = Carré F., Zaour N., Adrian Y.-M., « 5. Habitat », in L’archéologie en Haute-Normandie, Bilan des connaissances : Le haut Moyen Âge, Mont-Saint-Aignan, Presses universitaires de Rouen et du Havre (Normandie), p. 29‑87.

Catteddu, 1992 = Catteddu I., « L’habitat rural mérovingien de Genlis (Côte-d’Or) », Revue Archéologique de l’Est, 43, p. 39‑98.

Cribellier, 2016 = Cribellier C., « Éléments de synthèse pour appréhender les agglomérations secondaires antiques en région Centre-Val de Loire : origine, évolution, caractéristiques et fonctions », in Agglomérations secondaires antiques en région Centre-Val de Loire. 106 notices archéologiques et synthèse, Tours, FERACF (Suppl. à la Revue Archéologique du Centre de la France, 63), p. 23‑71.

Delaplace, 2002 = Delaplace C., « Les origines des églises rurales (Ve - VIe siècles). À propos d’une formule de Grégoire de Tours », Histoire et Sociétés Rurales, 18, p. 11‑40.

Dumas-Lattaque, Arnaud, 2015 = Dumas-Lattaque P., Arnaud M., « Le site du « Champ Drillon », un établissement agricole antique à Bezannes (Marne) », Revue archéologique de l’Est, 64, p. 275‑299.

Duvette, Willems, 2016 = Duvette L., Willems S., « L’habitat de Menneville (La Bourguignotte) (Aisne) », in Achard-Corompt N., Kasprzyk M., dir., L’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule, 2. Sépultures, nécropoles et pratiques funéraires en Gaule de l’Est - Actualité de la recherche, Dijon, Société Archéologique de l’Est (Supplément à la Revue archéologique de l’Est, 41), p. 323‑342.

Enckevort, Hendriks, Nicasie, 2017 = Enckevort H. van, Hendriks J., Nicasie M., Nieuw licht op donkere eeuwen. De overgang van de laat-Romeinse tijd naar de vroege middeleeuwen in Zuid-Nederland, Amersfoort, Rijksdienst voor het Cultureel Erfgoed (Nederlandse Archeologische Rapporten, 58), 285 p.

Ferdière, Gandini, Nouvel, Collart, 2010 = Ferdière A., Gandini C., Nouvel P., Collart J.-L., « Les grandes villae « à pavillons multiples alignés » dans les provinces des Gaules et des Germanies : répartition, origine et fonctions », Revue archéologique de l’Est, 59‑2, p. 357‑446.

Frauciel, 2008 = Frauciel M., « Prény Tautecourt (Meurthe-et-Moselle) : un habitat rural du haut Moyen Âge », in Guillaume J., Peytremann é. dir., L’Austrasie : sociétés, économies, territoires, christianisation, Actes des XXVIèmes journées internationales d’archéologie mérovingienne, Nancy, 22-25 sept. 2005, Nancy, Presses universitaires de Nancy (Mémoires de l’Association française d’archéologie mérovingienne, 29), p. 25‑36.

Gerritsen, 2003 = Gerritsen F., Local Identities. Landscape and Community in the Late Prehistoric Meuse  – Demer – Scheldt Region, Amsterdam, Amsterdam University Press (Amsterdam archaeological studies, 9), 306 p.

González, Ouzoulias, Van Ossel, 2001 = González V., Ouzoulias P., Van Ossel P., « Saint-Ouen-du-Breuil (Haute-Normandie, Frankreich). Eine germanische Siedlung aus der Mitte des 4. Jahrhunderts in der “Lugdunensis Secunda” », Germania, 79, p. 43‑61.

Hamerow, 2002 = Hamerow H., Early medieval settlements. The archaeology of rural communities in North-West Europe, 400-900, Oxford ; New York, Oxford University Press, 225 p.

Heeren, 2015 = Heeren S., « The depopulation of the Lower Rhine region in the 3rd century. An archaeological perspective », in Roymans N., Derks T., Hiddink H., dir., The roman villa of Hoogeloon and the archaeology of the periphery, Amsterdam, Amsterdam University Press (Amsterdam archaeological studies, 22), p. 271‑294.

Kasprzyk, 2016 = Kasprzyk M., « Établissements ruraux, occupation du sol et systèmes agraires de l’Antiquité tardive dans le nord de la Gaule : quelques remarques », in Reddé M., dir., Méthodes d’analyse des différents paysages ruraux dans le nord-est de la Gaule romaine. ERC RURLAND, Paris, HAL SHS, publication en ligne, disponible sur HAL https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01253470, p. 261‑281.

Kasprzyk, 2018a = Kasprzyk M., « L’équipement et les formes des établissements ruraux du Bas-Empire (milieu du IIIe - milieu du Ve siècles p.C.) dans l’est du diocèse des Gaules », in Reddé M., dir., Gallia rustica 2. Les campagnes du nord-est de la Gaule, de la fin de l’âge du Fer à l’Antiquité tardive, Bordeaux, Ausonius Éditions (Ausonius, Mémoires, 50), p. 235‑305.

Kasprzyk, 2018b = Kasprzyk M., « Les mutations de l’Antiquité tardive dans l’est du diocèse des Gaules », in Reddé M., dir., Gallia rustica 2. Les campagnes du nord-est de la Gaule, de la fin de l’âge du Fer à l’Antiquité tardive, Bordeaux, Ausonius Éditions (Ausonius, Mémoires, 50), p. 611‑637.

Kasprzyk, Monteil, dir., 2017 = Kasprzyk M., Monteil M., Agglomérations, vici et castra du Nord de la Gaule entre Antiquité tardive et début du haut Moyen Âge, Paris, CNRS Éditions (Gallia, 74), 308 p.

Koehler, 1991 = Koehler A., Planty (Aube). Les Vieux Puits. 10290001AH Habitat gallo-romain, Pâlis (Aube) Le Buisson Gendre (secteur IV) 10277005AH. Nécropole gallo-romaine tardive. Rapport provisoire de sauvetage programmé et de sauvetage urgent, Châlons-en-Champagne, SRA de Champagne-Ardenne / AFAN.

Koehler, Hénon, Morize, Auxiette, Kaddeche, Deru, 2004 = Koehler A., Hénon B., Morize D., Auxiette G., Kaddeche R., Deru X., Cernay-les-Reims (51), « Les Petits Didris » 51105021. Villa gallo-romaine. Document final de synthèse, Châlons-en-Champagne, SRA de Champagne-Ardenne / AFAN.

Laffite, 2015 = Laffite J.-D., « Recherche sur la pars rustica de la villa de Larry à Liéhon (France, Moselle) », https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01171535, consulté le 02/09/2019

Lagatie, Vanmoerkerke, Achard-Corompt, dir., 2005 = Lagatie C., Vanmoerkerke J., Achard-Corompt N., dir., Europort Vatry : les pistes de l’archéologie: quand la plaine n’était pas déserte, Langres, D. Guéniot, 164 p.

Le Glay, 1975 = Le Glay M., « La Gaule romanisée », in Duby G., Wallon A., dir., Histoire de la France rurale, 1, Paris, Seuil, p. 191‑285.

Lepetz, Maréchal, 1996 = Lepetz S., Maréchal D., « Un village du Haut-Empire à Longueil-Sainte-Marie (Oise) et son parcellaire », in Chouquer G., dir., Archéologie des parcellaires, I, Niort, Errance (Archéologie aujourd’hui), p. 51‑82.

Mallet, 2007 = Mallet F., Longjumeau « Le Champtier-des-Cerisiers » (Essonne - Île-de-France). Rapport final d’opération, Saint-Denis, SRA Île-de-France / Inrap.

Malrain, Maréchal, de Muylder, Lepetz, Méniel, Zech-Matterne, 2017 = Malrain F., Maréchal D., de Muylder M., Lepetz S., Méniel P., Zech-Matterne V., « La vallée de l’Oise », in Reddé M., dir., Gallia Rustica, 1. Les campagnes du Nord-Est de la Gaule de la fin de l’Âge du fer à l’Antiquité tardive, Bordeaux, Ausonius Editions (Ausonius, Mémoires, 49), p. 303‑352.

Mantel, Dubois, 2017 = Mantel E., Dubois S., « L’agglomération de Briga (Eu, Bois-l’Abbé, Seine-Maritime) : premières données sur l’occupation durant l’Antiquité tardive », Dossier : Agglomérations, vici et castra du Nord de la Gaule entre Antiquité tardive et début du haut Moyen Âge (iiie-vie siècles), 74, 1, p. 181‑193.

Monteil, 2014 = Monteil M., « La question des « villages » en Gaule romaine. Entre débat sur les mots et données archéologiques », Archeopages, 40, p. 50‑55.

Nouvel, 2016 = Nouvel P., Entre ville et campagne. Formes de l’occupation et élites gallo-romaines dans le Centre-est de la Gaule. Apport de 20 années de prospections et de fouilles archéologiques. Mémoire pour l’habilitation à diriger les recherches, Besançon, Université de Franche-Comté, 478 p.

Nouvel, 2017 = Nouvel P., « Le Centre-Est de la France », in Reddé M., dir., Gallia Rustica, 1. Les campagnes du Nord-Est de la Gaule de la fin de l’Âge du fer à l’Antiquité tardive, Bordeaux, Ausonius Editions (Ausonius, Mémoires, 49), p. 683‑732.

Nüsslein, Bernigaud, Boulanger, Brkojewitsch, Daoulas, Georges-Leroy, Meyer, Ritz, 2017 = Nüsslein A., Bernigaud N., Boulanger K., Brkojewitsch G., Daoulas G., Georges-Leroy M., Meyer N., Ritz S.,  « La Lorraine », in Reddé M., dir., Gallia Rustica, 1. Les campagnes du Nord-Est de la Gaule de la fin de l’Âge du fer à l’Antiquité tardive, Bordeaux, Ausonius Editions (Ausonius, Mémoires, 49), p. 555‑656.

Ouzoulias, 2009 = Ouzoulias P., « Place et rôle de la petite exploitation agricole dans la Gaule romaine : un débat en cours », Revue Archéologique, 2009, 1, p. 149‑155.

Ouzoulias, 2014 = Ouzoulias P., « Nos natura non sustinet. À propos de l’intensification agricole dans quatre terroirs du Nord de la Gaule », Gallia, 71, 2, p. 307‑328.

Petit, Mangin, dir., 1994 = Petit J.-P., Mangin M., Atlas des agglomérations secondaires de la Gaule belgique et des Germanies, Paris, Editions Errance (Archéologie aujourd’hui), 292 p.

Petit, Mangin, Brunella, dir., 1994 = Petit J.-P., Mangin M., Brunella P., Les agglomérations secondaires, la Gaule Belgique, les Germanies et l’Occident romain : actes du colloque de Bliesbruck-Reinheim/Bitche (Moselle), 21, 22, 23 et 24 octobre 1992, Paris, Editions Errance (Archéologie aujourd’hui), 293 p.

Reddé, 2017a = Reddé M., « Fermes et villae romaines en Gaule chevelue », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 7, 1, p. 45‑74.

Redde, dir., 2017b = Redde M., dir., Gallia rustica, 1. Les campagnes du Nord-Est de la Gaule de la fin de l’Âge du fer à l’Antiquité tardive, Bordeaux, Ausonius Editions (Ausonius, Mémoires, 49), 868 p.

Redde, dir., 2018 = Redde M., dir., Gallia rustica, 2. Les campagnes du nord-est de la Gaule, de la fin de l’âge du Fer à l’Antiquité tardive, Bordeaux, Ausonius Éditions (Ausonius, Mémoires, 50), 580 p.

Rowlandson, 1999 = Rowlandson J., « Agricultural Tenancy and Village Society in Roman Egypt », in Bowman A., Rogan E., dir., Agriculture in Egypt, From Pharaonic to Modern Times, Oxford, British Academy, p. 139‑158.

Roymans, Derks, 2017 = Roymans N., Derks T., « Rural Habitation in the Area of the Texuandri (Southern Netherlands/Northern Belgium) », in Reddé M., dir., Gallia rustica, 1. Les campagnes du Nord-Est de la Gaule de la fin de l’Âge du fer à l’Antiquité tardive, Bordeaux, Ausonius Editions (Ausonius, Mémoires, 49), p. 17‑42.

Sarateanu-Müller, 2011 = Sarateanu-Müller F., « The Roman villa complex of Reinheim, Germany », in Roymans N., Derks T., dir., Villa Landscapes in the Roman North. Economy, culture and Lifestyles, Amsterdam, Amsterdam University Press (Amsterdam archaeological studies, 17), p. 301‑315.

Schneider, 2014 = Schneider L., « Les églises rurales de la Gaule (Ve-VIIIe siècles). Les monuments, le lieu et l’habitat : des questions de topographie et d’espace », in Gaillard M., dir., L’empreinte chrétienne en Gaule du IVe au IXe siècle, Turnhout, Brepols, p. 419-468.

Séguier, 2011 = Séguier J.-M., « Les mobiliers de l’Antiquité tardive (IIIe-Ve siècles) de l’établissement rural du Chemin de Sens à Marolles-sur-Seine (Seine-et-Marne) dans leurs contextes », in Van Ossel P., Bertin P., Séguier J.-M., dir., Les céramiques de l’Antiquité tardive en Île-de-France et dans le Bassin parisien. Volume II. Synthèses, Nanterre, Association Diocesis Galliarum (Dioecesis Galliarum, 9), p. 263‑286.

Tchalenko,1953 = Tchalenko G., Villages antiques de la Syrie du nord. Le massif du Bélus à l’époque romaine, Paris, Geuthner (Institut français d’archéologie de Beyrouth, Bibliothèque archéologique et historique, L).

Van Ossel P, 1992 = Van Ossel P., Établissements ruraux de l’Antiquité tardive dans le nord de la Gaule, Paris, Editions du CNRS (Suppléments à Gallia, 51), 488 p.

Van Ossel, 1995 = Van Ossel P., « L’Antiquité tardive en Île-de-France. Acquis et incertitudes », in Lorren C., Périn P., dir., L’habitat rural du haut Moyen Age (France, Pays-Bas, Danemark et Grande Bretagne). Actes des XIVe Journées internationales d’Archéologie mérovingienne, Guiry-en-Vexin et Paris, 4-8 février 1993, Rouen, Association française d’archéologie mérovingienne, Musée des antiquités de la Seine-Maritime (Mémoires, 6), p. 63‑79.

Van Ossel, 1997 = Van Ossel P., « La part du Bas-Empire dans la formation de l’habitat rural du VIe siècle », in Gauthier N., Galinié H., dir., Grégoire de Tours et l’espace gaulois. Actes du congrès international (Tours, 3-5 novembre 1994), Suppl. à la Revue Archéologique du Centre de la France, 13, p. 81‑91.

Van Ossel, 2006 = Van Ossel P., « Rural Impoverishment in Northern Gaul at the End of Antiquity: the Contribution of Archaeology », in Bowden W., Gutteridge A., Machado C., dir., Social and Political Life in Late Antiquity, Leyde, Brill (Late Antique Archaeology, 3.1), p. 533‑565.

Van Ossel, 2010 = Van Ossel P., « De la villa au village : les prémices d’une mutation », in Yante J.-M., Bultot-Verleysen A.-M., dir., Autour du « village ». Établissements humains, finages et communautés rurales entre Seine et Rhin (IVe-XIIIe siècles). Actes du colloque international de Louvain-la-Neuve, 16-17 mai 2003, Tournai, Brepols, p. 1‑19.

Van Ossel, Ouzoulias, 2000 = Van Ossel P., Ouzoulias P., « Rural settlement economy in Northern Gaul in the Late Empire: an overview and assessment », Journal of Roman archaeology, 13, p. 133‑160.

Notes

1 Outre un intérêt manifeste pour les résidences plus richement décorées que les annexes agricoles, il s’agit sans doute d’une conséquence du coût financier des fouilles exhaustives de villae.

2 Voir infra.

3 Il comprend 16 solidi et vingt-trois multiples en argent.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Établissements ruraux antiques dans le Centre-Est de la Gaule (région Bourgogne-Franche-Comté et départements de la Haute-Marne et de l’Aube) (DAO P. Nouvel, extrait de Nouvel, 2017).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/24980/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Légende Fig. 2. Exemples d’établissements ruraux du Haut-Empire de Lorraine (région Grand-Est). Cette figure rend compte de l’extrême variété des tailles entre l’établissement aristocratique de Liéhon et la simple ferme de Luppy (DAO A. Nüsslein, extrait de Nüsslein et al., 2017).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/24980/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Fig. 3. Distribution des établissements ruraux du Centre-Est de la Gaule, par taille (DAO P. Nouvel, extrait de Nouvel, 2017).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/24980/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 945k
Légende Fig. 4. L’agglomération secondaire de rang supérieur d’Eu à la fin du Haut-Empire (Seine-Maritime) (DAO J. Pariétas, extrait de Mantel, Dubois, 2017).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/24980/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 771k
Légende Fig. 5. L’agglomération de Bliesbruck (Moselle) au sud et la « villa » de Reinheim (Allemagne) au nord, état à la fin du Haut-Empire. Extrait de Sarateanu-Müller, 2011.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/24980/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 635k
Légende Fig. 6. Le « village » de Longueil-Sainte-Marie (Oise) et le parcellaire associé (DAO D. Maréchal, extrait de Malrain, Maréchal, 2017).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/24980/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Fig. 7. L’établissement de Weert (NL), caractéristique des formes de villages du Haut-Empire de l’estuaire du Rhin et de la Flandre orientale (Extrait de Roymans, Derks, 2017).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/24980/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Fig. 8. Exemples d’établissements de type « familial » du IVe siècle (d’après Brüggler, 2009, Devevey, 2011, Dumas-Lattaque, Arnaud, 2015 et Koehler, 2004).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/24980/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 841k
Légende Fig. 9. L’établissement germanique de Saint-Ouen-du-Breuil (IVe siècle) (Seine-Maritime) (d’après Van Ossel, 2006).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/24980/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 515k
Légende Fig. 10. Établissements de Menneville (Aisne) et Salouël (Somme) (fin du IIIe et première moitié du IVe siècle) (d’après Duvette, Willems 2016, et Bernigaud et al., 2017).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/24980/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 394k
Légende Fig. 11. Établissements de Longjumeau (Essonne) et Guichainville (Eure) (IVe et Ve siècle). D’après Mallet, 2007 et Carré et al., 2011.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/24980/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 599k
Légende Fig. 12. Comparaison des établissements de l’Antiquité tardive de Menneville (Aisne, fin du IIIe siècle), de Prény (Moselle) et Genlis (Côte-d’Or), datés des VIe-VIIe siècles. D’après Duvette, Willems 2016 ; Frauciel 2008 ; Catteddu 1992.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/24980/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 601k

© ARTEHIS Éditions, 2021

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search