Version classiqueVersion mobile

La faïence en France du XIIIe au XIXe siècle

 | 
Jean Rosen

Seconde partie : Histoire de la faïence stannifère en France (XIIIe-XIXe siècle)

Chapitre 16. Les nouvelles voies de la recherche

Texte intégral

« Où manque le doute manque aussi le savoir » (Wittgenstein).

1« Il en a été des faïences comme de toutes ces raretés qui passent de main en main. D’abord, on s’est mis à les rechercher, à les réunir en collection ; puis la science a demandé au passé les secrets de sa fabrication, puis enfin on a voulu connaître les origines de nos anciennes fabriques, distinguer leurs marques et reconstituer leur histoire. C’est bien là le caractère distinctif, la tendance de notre époque : dans son amour passionné de la recherche, elle ne dédaigne aucun détail ; elle se complaît à étudier l’art dans ses plus modestes produits aussi bien que dans ses plus brillantes manifestations ». Si ces belles paroles, exprimées par le comte de La Ferrière-Percy en 1862, restent plus que jamais d’actualité, il convient néanmoins de faire un examen critique des méthodes employées pour effectuer cette recherche et de présenter un bref panorama des apports les plus récents en la matière.

Critique et limites de la méthode stylistique comparative

2Dès la redécouverte des productions anciennes longuement évoquée ci-dessus, on a essentiellement eu recours à deux méthodes bien distinctes : la classique recherche d’archives et la comparaison stylistique effectuée à partir de pièces de référence, dans la mesure du possible signées ou sûres. La recherche d’archives, malgré des limites et des restrictions évidentes dues à l’immensité de la tâche et aux lacunes inévitables, ne pose que des problèmes connus. Une méthode assez rigoureuse peut permettre des résultats intéressants, comme ceux publiés par de nombreux auteurs de monographies de l'époque : du Broc de Segange, Pottier, l'abbé Requin, Thuile et bien d’autres. Quant aux pièces, elles posent un autre type de problème, quasiment insoluble, et l’on arrive vite au dilemme fort bien résumé par Robert Montagut : « L’examen critique de cette classification doit commencer par une remarque de principe. Ce n’est pas la première fois qu’un chercheur, disposant à la fois d’un certain nombre de potiers et d’un certain nombre de pièces rencontre ce problème : à qui attribuer quoi ? Entreprise hasardeuse, dans laquelle nous serions aujourd’hui plus réservés, mais qui a l’avantage d’exprimer des hypothèses, et toujours la possibilité d’être rejetée » (Montagut, 1992, p. 33).

3Jusqu’à une date récente, notre connaissance de la faïence ancienne reposait en fait le plus souvent sur ces études qui, partant d'objets exceptionnels ne reflétant qu'une partie infime de la réalité d'une production, procèdent par assimilations successives et finissent par s'étendre abusivement pour ne plus recouvrir la moindre réalité. Ces « beaux objets », pour la plupart collectionnés dès le milieu du siècle dernier et dont une grande partie se trouve aujourd'hui dans les vitrines des musées, ont été la préoccupation quasi-exclusive des auteurs « sérieux » et, dans l'ensemble, étudiés de manière correcte quoiqu'assez superficielle. Cependant, c'est à partir de ces études qu'on a progressivement étendu les champs d'attribution, dans un dangereux processus de glissement et de dépassement qui a surtout servi les intérêts d'amateurs avides et de commerçants peu scrupuleux ; d'autre part, on a abandonné aux collectionneurs régionaux le terrain moins prestigieux des productions plus modestes, pourtant souvent produites au même endroit, parfois en même temps et par les mêmes ouvriers, permettant aux affirmations sans fondement, aux études hâtives et aux idées les plus fantaisistes d'acquérir progressivement droit de cité jusqu'à être reconnues et acceptées par une grande partie de la communauté d'amateurs et de spécialistes. La seule méthode stylistique comparative, utilisée avec beaucoup de précautions par des auteurs compétents, a certes permis quelques études remarquables, et continue parfois d’en produire, mais elle atteint vite ses limites en se heurtant inévitablement au manque de références de base.

Nécessité d’une nouvelle approche

4Héritière des pionniers à qui elle doit les premières découvertes et les premiers tâtonnements, mais aussi tributaire de leurs qualités et de leurs défauts, la recherche actuelle s’oriente cependant vers de nouvelles directions avec des méthodes d’investigation spécifiques qui permettent une approche renouvelée de ces problèmes dont la complexité infinie nous autorise à penser qu’ils ne trouveront jamais de solution définitive. Contrairement à ce que peut parfois laisser penser la lecture des ouvrages de vulgarisation consacrés à la faïence, je ne crois pas qu'il s'agisse d'un domaine simple où les productions de telle ou telle fabrique pourraient se distinguer aisément par tel ou tel décor. On l’a assez montré ici, la faïence a été un produit manufacturé – dont les pièces décorées qui sont parvenues jusqu'à nous ne représentent qu'une bien faible partie – essentiellement fabriqué pour être vendu, et par là même soumis à l'évolution et aux contraintes de la mode. En tant que telle, elle a obéi à des impératifs historiques et économiques bien particuliers, et il n'est pas possible de déterminer les caractéristiques d'une production donnée ni d'envisager son étude ex nihilo sans tenir compte en même temps du contexte dans lequel elle a été fabriquée, pris dans son sens le plus large, aussi bien historique que géographique, national que local, et socio-économique qu'ornementique.

  • 1 Rosen J., « Ces faïences de Nevers qu’on dit «de La Rochelle », Sèvres, revue de la Société des Am (...)

5Nos connaissances actuelles en ce domaine commencent seulement depuis quelques décennies à nous permettre d'apprécier l'étendue de nos lacunes. En effet, si nous savons qu'à la fin de l'Ancien Régime, on comptait en France plusieurs centaines de fabriques, les attributions actuelles n'utilisent guère qu'une centaine de noms, et encore cette partie émergée de l'iceberg est-elle bien mal connue. En dehors de quelques centres influents dont les plus belles productions des XVIIe et XVIIIe siècles ont fait l'objet d'études, que savons-nous au juste de la faïence de Paris ou de Mâcon, de Bordeaux et de Montauban, d’Ardus et d’Angoulême, pour n’en citer que quelques-unes ? Et connaissons-nous si bien celle de La Rochelle 1 ? Il semble qu'en ce domaine, on ait pris beaucoup de mauvaises habitudes et qu'on se contente trop souvent de quelques idées reçues, insuffisamment remises en question, pour se repérer au milieu de cette foule d'objets que le passé nous a laissés, évoqués par Paul Valéry dans un élan nostalgique empreint d'un doute salutaire, enchevêtrement complexe qui constitue ce que nous nommons la faïence française. Il n'est guère possible de s'appuyer uniquement sur les anciennes publications pour avoir un aperçu satisfaisant de la question, et une nouvelle approche est nécessaire : c'est la raison pour laquelle il semble important de mettre en œuvre des moyens d'étude plus approfondis, mieux adaptés et plus satisfaisants.

6« Au moment où j’écris », disait du Broc de Segange en 1863, « c’est encore une science nouvelle à créer, surtout pour la France, que la science historique de la céramique. On a bien quelques documents épars, trouvés çà et là ; mais ils sont en si petit nombre et si peu concluants que, jusqu’ici, la lumière a peine à se faire au milieu de la confusion des différentes œuvres qui nous ont été léguées par une multitude de centres de fabrication, sans aucune marque de fabrique et avec des monogrammes indéchiffrables. Si encore ces documents étaient tous authentiques ; mais quelquefois ils n’existent que dans l’imagination des écrivains qui les ont publiés […] Quelle que soit néanmoins la difficulté de l’entreprise, je crois qu’elle peut être menée à bien, et que surtout elle n’est pas indigne de l’aptitude éminemment chercheuse de notre époque ». Peut-être est-il présomptueux de penser qu'une nouvelle science historique de la céramique commence effectivement à exister, mais toujours est-il que, depuis une quarantaine d’années, de nouveaux moyens d’investigation ont été mis en œuvre ici ou là, en France comme dans d'autres pays d'Europe. Ils concernent à la fois la recherche systématique d’archives et leur étude en grandes séries par des professionnels, l’archéologie des sites de production et d’utilisation de la faïence – considérée comme un produit, et non plus seulement à travers les belles pièces isolées – et les techniques d’étude du matériel et des pièces, reposant sur l’archéométrie et les analyses géochimiques de laboratoire. Ces progrès ont été rappelés en 1995 par le professeur Bojani, alors directeur du Musée International des Céramiques de Faenza : « Si, dans quelques cas, les critères d’attribution et les méthodologies traditionnelles se sont montrés une fois de plus obsolètes […] il est nécessaire de rappeler que le développement des techniques archivistiques, iconographiques et iconologiques, mais également et de façon encore plus pointue, des techniques archéométriques et celles de l’archéologie postclassique, a conduit à distinguer de façon plus nette la production des centres renommés et à en redécouvrir d’autres, oubliés par le temps. Dans l’ensemble, nous pouvons dire que ces techniques ont renouvelé notre vision de la céramique […], même si cette réalité doit encore être précisée par bien des aspects, et que de nombreuses incertitudes demeurent » (Bojani, 1995, p. 7).

L’archéologie de la faïence

7On peut considérer l'archéologie de la faïence comme une branche spécifique de ce qu'il est convenu aujourd'hui d'appeler l'« archéologie industrielle », terme directement traduit de l’anglais industrial archaeology qui apparut pour la première fois sous forme imprimée dans un article de Michael Rix, de l'Université de Birmingham, dans la revue Amateur Historian en 1955. Il est souvent contesté aujourd'hui, et c'est la raison pour laquelle il figure ici entre guillemets (Raistrick, 1972, p. 2). Dans la mesure où elle permet de reconnaître et d'étudier des structures, des procédés de fabrication et des productions qui sont ceux des établissements céramiques datant notamment de l'époque de la Révolution industrielle, elle présente un intérêt historique, économique et sociologique incontestable, qui a le plus souvent été ignoré, négligé ou mal traité. On peut considérer que cet état de choses est maintenant révolu : « L'un des apports les plus remarquables de la recherche de ces dernières années a certainement été de dépasser la seule utilisation du tesson comme élément de datation pour en faire un document d'histoire », notait un rapport officiel du Ministère de la Culture en 1990 (La recherche archéologique en France, 1985-1989, 1990, p. 235). La production de faïence en France, du XIIIe à la fin du XIXe siècle, reflète très exactement l'évolution des structures de production – de l'atelier artisanal médiéval au stade industriel contemporain, en passant par toutes les phases de la Révolution industrielle –, mais aussi celle des techniques, des matériaux et des échanges entre les hommes. D'autre part, la faïence est un reflet exact des modes de vie des siècles précédents et son étude permet de constater la mise en place progressive d'habitudes de vie qui sont celles de l'époque moderne. Mais, alors qu'il est parfois possible d'identifier immédiatement la céramique gallo-romaine courante et de la dater à quelques années près, il n'est pas rare, pour la céramique utilitaire des XVIIIe et XIXe siècles, d'avoir des fourchettes de datation allant jusqu'à une centaine d'années. C'est bien parce que nos ancêtres, victimes du « mépris pour l'ordinaire », n'ont en général pas cru bon de parler des choses simples et courantes de leur quotidien. Ainsi, nous ignorons aujourd'hui la façon dont ils vivaient et, finalement, nous les connaissons bien mal. L'archéologie nous permet de les découvrir « à leur insu ».

8Cependant, l'utilisation de l'archéologie comme base d'étude de la faïence en tant qu'art décoratif appliqué est peut-être l'aspect le plus spectaculaire de ces recherches, s'il n'en constitue pas forcément le but le plus intéressant. Il apparaît aujourd'hui – depuis assez peu de temps, mais de plus en plus clairement – que, dans ce domaine, l'archéologie de la faïence offre un moyen radical de dépasser le stade des études stylistiques comparatives traditionnelles effectuées à partir d'objets exceptionnels. Elle permet de ne pas opérer dans les productions un choix délibérément sélectif, dû pour une grande part aux hasards de la conservation des objets, et forcément soumis à la subjectivité et à l'histoire du goût. Elle constitue désormais un moyen d'investigation irremplaçable, situé à mi-chemin entre l'étude traditionnelle de la faïence en tant qu'art décoratif conservé dans les collections et la triviale considération de la céramique comme repère utile aux investigations plus nobles de l'archéologue. L'archéologie permet de constater à l'évidence que les pièces habituellement considérées en art décoratif comme les seuls éléments dignes d'étude ne peuvent en général pas être considérées comme des références assez satisfaisantes. Ainsi, l'expérience prouve que dans toutes les fouilles de manufactures que l'on croyait connaître, on est surpris de constater que ce qui était considéré jusque-là comme la production standard n'en constitue en fait qu'une petite partie alors que de nombreuses autres séries de décors exhumés ne lui étaient pas attribuées. Cette relativisation salutaire, en forme de remise en ordre, a pour résultat essentiel de transformer la nature de la recherche : on peut alors considérer la faïence non plus sous la forme d'objets exceptionnels isolés de leur contexte de production, mais bien plutôt comme un matériau possédant ses contraintes techniques propres, ayant servi à réaliser des artefacts très divers – des plus beaux aux plus modestes – à des époques tout aussi diverses, produits de manière plus ou moins homogène et régulière dans une structure de type industriel et obéissant aux lois d'une socio-économie bien particulière, dans un cadre historique dont le présent ouvrage tente de définir les grands lignes. Il est alors possible, à partir de ces observations, de recomposer une image plus juste des productions, ce qui redonne ensuite aux pièces de collection que l'on veut éventuellement étudier leur véritable dimension.

  • 2 Rioland S., dir., « Saint Sever : Le temps des manufactures de faïence », Rouen archéologie, Arché (...)

9Déjà, en 1986, Catherine Vaudour faisait une synthèse très parlante des caractéristiques et de l’intérêt de ce type de recherches : « L’étude actuelle menée sur la faïence de Rouen associe d’autres techniques de recherches, a recours à d’autres sources, utilise d’autres méthodes. Elle fait appel aux techniques archéologiques et de laboratoire. […] Ces investigations ont mis au jour les traces des anciennes manufactures : les infrastructures des bâtiments permettent de reconstituer le plan et l’organisation de ce type d’unité industrielle ; les fondations ou éléments subsistant des appareils (fours, moulins, canalisations…) sont confrontés avec les descriptions anciennes (Encyclopédies, traités…) ; les matériaux de fabrication (terres, émail, couleur…) sont prélevés sur les lieux de traitement pour être examinés et analysés, ainsi que la production défectueuse rejetée dans les dépotoirs dont la charge correspond aux différentes phases d’activité ou de transformation des manufactures. C’est ce rebut de fabrication qui, bien échantillonné et daté par la stratigraphie, permet réellement une approche de la production rouennaise, et plus encore, l’attribution à des manufactures précises de certaines formes, de motifs décoratifs, de caractéristiques techniques originales. Il devient alors intéressant de confronter les archives écrites avec les archives du sol et d’expliquer telle modification de fabrication par tel changement de direction ou tel événement au sein de l’entreprise, ou, au contraire, d’assister à la permanence d’un style, d’un décor, d’un artifice, bien au-delà de la durée de vie de telle ou telle personnalité qui l’avait institué et dont on retrouve la marque, parfois la signature. On s’aperçoit alors que la production échappe aux classifications couramment admises dans les collections et les publications. Que celles-là expriment davantage une sélection, fondée sur des critères esthétiques, qu’une représentation de la gamme des objets fournis par les manufactures. Ainsi ont été écartées les pièces communes qui constituaient une large part de la vente et que l’on identifie à peine aujourd’hui. D’autre part, de nouvelles méthodes sont appliquées aux pièces de collection, ces œuvres d’art déracinées, qui apparaissent comme objets de l’histoire » (Vaudour, préface de Pottier, 1986). Les résultats de ces dix années de recherches à Rouen n’ont malheureusement été exposés que pendant un temps en 1994 et, après le premier volume consacré à ce sujet 2, on attend toujours avec impatience la suite des publications prévues.

  • 3 Biton R. & S., La faïencerie de Fulvy & la faïencerie dite du château à Ancy-le-Franc, Société des (...)
  • 4 Delor J.-P., La faïencerie du château de Montigny à Perreux, en Bourgogne auxerroise, Auxerre : So (...)
  • 5 Marcout R., Thévenard J.-J., La faïencerie des Auges, Langres, éd. Guéniot, Langres, 1989.
  • 6 Thévenard J.-J. et Copret D., Rapport de fouilles archéologiques effectuées au Bois d’Épense, (aut (...)
  • 7 Masquilier A., Copret D., Faye O., Le château de Frescaty, XVIIIe siècle, Moulins-lès-Metz (57 487 (...)
  • 8 Pagnotta P., dir., Faïenceries du Valcolorois : le tesson manquant, Conservation départementale de (...)
  • 9 Horry A., Poteries du quotidien en Rhône-Alpes, XVIe, XVIIe, XVIIIe siècles : un panorama des tech (...)
  • 10 Ducasse B., « Jean-Michel Dumont, faïencier à Libourne au XVIIIe siècle », Revue historique et arc (...)
  • 11 Emery L., « Approches archéométriques des productions faïencières françaises du XVIIIe siècle : le (...)
  • 12 Liste non exhaustive. Pour toutes les manufactures du grand Centre-Est, voir Rosen J., Faïenceries (...)
  • 13 Trombetta P.-J., de Kisch Y., « Seine. Paris : fouilles archéologiques du Grand-Louvre, cour Napol (...)
  • 14 Guilhot J. O., Goy C., 20 000 m3 d'histoire. Les fouilles du parking de la mairie à Besançon, éd. (...)
  • 15 Les Saintes Maries : Les Visitandines à Chalon-sur-Saône aux XVIIe et XVIIIe siècles, coll., éd. V (...)
  • 16 Angla A., « Faïences découvertes lors des récentes campagnes de fouilles à Fontevraud », in Fontev (...)
  • 17 La manufacture royale de faïence de Lyon au XVIIIe siècle, (collectif), Lyon, 1994.

10Des opérations semblables – concernant la fouille la plus exhaustive possible d’unités de fabrication – ont été menées un peu partout en France depuis une quarantaine d’années. À l’exception du travail rouennais mentionné plus haut, les régions du Grand-Centre-Est font figure de pionnières dans ces démarches : Ancy-le-Franc depuis 1982 3 ; Dijon de 1985 à 1986 (Rosen, 1986 ; Blondel / Rosen, 1987 ; Rosen, 1990), Arthé, en Bourgogne auxerroise (Pellet, 1993) ; Montigny-sous-Perreux 4; Langres 5; Meillonnas (Rosen, 1993 / 1 et 2 ; Rosen, 2000) ; Le Bois d’Epense dit « Les Islettes »6, Lunéville 7 ; Vaucouleurs 8. Il faut également mentionner d’autres chantiers dans d'autres régions, comme Lyon 9, Libourne 10, Bergerac 11, Le Castellet (fouilles Kauffmann), ainsi que la découverte fortuite ou les investigations de dépotoirs de faïenceries, comme celles de Cosne-sur-Loire, Dijon, Nevers, La Charité-sur-Loire, Lyon, Roanne, La Rochelle, Toulouse, Marignac-Laspeyres, Moyen, Belfort, etc.12. Enfin, les nombreuses études menées sur le matériel en faïence provenant des sites d'utilisation apportent de précieux renseignements sur la diffusion des produits. Parmi celles-ci, on peut citer pêle-mêle, et parmi les plus importantes, celles qui ont fait l'objet d'études publiées ou non : Paris (fouilles du Grand Louvre13), Montbéliard et Besançon14, Dijon, Chalon-sur-Saône15, Fontevraud16, Lyon17, Marseille, et beaucoup d'autres encore…

Les analyses géochimiques en laboratoire

  • 18 Picon M., « Le laboratoire d'analyses (I) : méthodes d'analyse et de traitement des données » et R (...)

11En 1863, du Broc de Segange affirmait : « Jusqu’ici la chimie a été impuissante pour aider au classement et à la séparation des différentes fabrications. Il n’est pas probable qu’elle puisse jamais reconstituer par l’analyse les matières premières que le feu a fondues dans une cohésion si étroite et, par conséquent, fournir les moyens de distinguer les différents produits entre eux. Il est d’ailleurs plus que douteux que jamais les amateurs puissent consentir à livrer au creuset un morceau (quelque petit qu’il soit), des pièces qui composent leurs collections » (du Broc de Segange, 1863, p. 6). Il y avait pourtant eu quelques tentatives isolées d'analyses chimiques des pâtes céramiques vers le milieu du XIXe siècle, mais il ne semble pas qu'elles aient abouti à la mise au point d'une méthode suivie, ni qu'elles aient permis à la céramologie de faire des progrès notables. Cependant, les études actuelles pourraient bien donner tort à l'honorable érudit. En effet, depuis les années 1960, les recherches archéologiques fondées sur les compositions chimiques des céramiques se sont considérablement développées, même si les faïences ne sont venues que tardivement prendre leur place naturelle aux côtés des autres productions céramiques post-médiévales, dont elles font intégralement partie. Déjà, en 1989, concernant la faïence, les conclusions du rapport établi par la Sous-Direction de l'Archéologie mettaient bien en évidence qu'« il est désormais indispensable de recourir de plus en plus aux analyses de laboratoire » (Recherche, 1990, p. 236) et citaient l'exemple des analyses de faïences de Rouen faites par Daniel Dufournier, directeur du laboratoire de céramologie du CNRS de Caen, et celles de Meillonnas par Maurice Picon, qui dirigeait alors le laboratoire de céramologie du CNRS de Lyon. Ce laboratoire est l'un des acteurs de cette branche aujourd'hui incontournable de la recherche, avec le Laboratoire de recherche des musées de France (C2RMF), le Centre de Recherches Archéologiques et Historiques Médiévales (CRAHM) de Caen et l’Institut de recherche sur les Archéomatériaux – Centre de recherche en physique appliquée à l’archéologie (IRAMAT-CRP2A) de Bordeaux. Parmi les nombreuses communications qui ont pu être faites sur les analyses en laboratoire de céramique en général, on peut retenir plus particulièrement celles qui ont trait aux faïences d'époque moderne 18. Les citations explicatives qui suivent sont extraites de ces publications.

12« Le développement des méthodes d'étude en laboratoire des céramiques en vue de leur classification ou de la détermination de leur origine a suivi très étroitement celui des techniques physiques d'analyse : spectrographie optique, activation neutronique, fluorescence X… De fait, on sait à présent que le choix d'une technique analytique n'a pas une très grande importance dans ce type de recherches. Il est en revanche essentiel que l'on puisse disposer, pour chaque exemplaire, de l'analyse d'un assez grand nombre de constituants chimiques (de 10 à 20 le plus souvent) […] Les prélèvements subissent différentes opérations de préparation consistant par exemple, pour la fluorescence X, en un nettoyage des surfaces externes, suivi d'un grillage afin d'éliminer les constituants volatils, et d'un broyage ; la poudre ainsi obtenue est mélangée à un fondant et transformée en une perle de verre, par fusion et coulée » (Picon, 1993 / 2, p. 76). L'analyse détermine les pourcentages quantitatifs de vingt éléments qui sont des constituants qualitatifs constants de toutes les céramiques : dix éléments principaux – oxyde de calcium (Ca 0), oxyde de fer (Fe2 03), oxyde de titane (Ti 02), oxyde de potassium (K2 0), silicium (Si 02), alumine (Al2 03), oxyde de magnésium (Mg 0), oxyde de manganèse (Mn 0), oxyde de sodium (Na2 0), anhydride phosphorique (P2 05) – et dix éléments traces – zirconium (Zr), strontium (Sr), rubidium (Rb), zinc (Zn), chrome (Cr), nickel (Ni), lanthane (La), baryum (Ba), vanadium (V) et cérium (Ce). « Seuls dix-sept d'entre eux sont retenus pour les classifications, Na, P et La étant éliminés pour des raisons de pollution et/ou d'imprécision des mesures. On ajoutera que ce sont les pâtes céramiques qui seules peuvent être rattachées à un lieu de fabrication déterminé et jamais, ou presque, les revêtements, émaux ou glaçures, dont les compositions par trop fluctuantes et complexes sont à peu près impossibles à attribuer à un atelier plutôt qu'à un autre […] Il se trouve que les compositions chimiques des céramiques qui sont produites dans un atelier ne présentent pas une composition unique, mais tout un ensemble de compositions qui, dans le cas le plus simple, est groupé autour d'une composition moyenne dont elles s'écartent plus ou moins. On ne peut donc fixer les caractéristiques de composition des céramiques d'un atelier par l'analyse d'un seul exemplaire, mais par l'analyse d'un nombre suffisamment élevé d'exemplaires produits dans cet atelier » (Picon, 1993 /2, p. 75). « Une conséquence de l'existence fréquente de mélanges dans la pâte des faïences concerne la détermination en laboratoire de l'origine des céramiques. Dans le cas des faïences, il est nécessaire de pouvoir disposer, pour établir des groupes de référence servant aux attributions d'origine, de matériaux d'ateliers, comme en fournissent abondamment les fouilles entreprises sur les sites des faïenceries » (Picon, 1993 / 1).

13« L'objectif qu'on se propose d'atteindre en étudiant la composition chimique des céramiques consiste, pour l'essentiel, à regrouper les exemplaires dont les compositions se ressemblent, exemplaires pouvant donc avoir une même origine, et à écarter ceux dont les compositions diffèrent des précédentes, ces exemplaires pouvant être alors d'origine étrangère ». Les résultats des analyses se présentent sous la forme de données brutes qui, soumises à un programme informatique, s'organisent en un dendrogramme ou « grappe » mettant en évidence les regroupements ou l'exclusion d'échantillons. « La méthode de traitement des données utilisées est l'analyse de grappes, en affinité moyenne non pondérée sur variables centrées réduites relatives aux dix-sept constituants. Le résultat de la classification se présente sous forme d'un diagramme arborescent ou dendrogramme. Chaque céramique ou argile y est représentée par un trait vertical à la base du diagramme, et est repérée par un symbole définissant le type de céramique concerné, et par un numéro d'inventaire à l'intérieur du type. Lorsque deux ou plusieurs céramiques ont des compositions qui se ressemblent, les traits verticaux correspondants se trouvent réunis en grappe à l'extrémité d'un même rameau vertical. Plus les compositions des céramiques d'une grappe se ressemblent, et plus le trait vertical réunissant ces exemplaires part à faible hauteur au-dessus de la base du diagramme ».

14Dans le cadre de l'étude expérimentale du matériel issu des fouilles de Meillonnas, deux cents échantillons environ ont été retenus, situation exceptionnelle que seule la fouille exhaustive d’une manufacture peut permettre. Les analyses ont également porté sur les carrières où étaient extraites les argiles ainsi que sur tous les types de céramique produits par la manufacture à toutes les époques. Les buts théoriques de ces analyses ont été organisés en sept points. Sur les échantillons provenant du site : premièrement, établissement d'une fiche signalétique (sorte de carte d'identité chimique) de tous les types de céramique produits par la fabrique aux différentes périodes d'activité (dans le cas de Meillonnas, faïence stannifère de grand feu et de petit feu, faïence brune, terre de pipe, grès, creusets, terre vernissée) ; deuxièmement, recherche de l'origine et des quantifications spécifiques des composants des différents produits, qu'il s'agisse de céramiques « terminées » (par comparaison avec les prélèvements effectués dans les carrières), de matériaux ou de produits utilisés au cours de la réalisation de ces céramiques ; troisièmement, analyse des décors types de référence ; quatrièmement, vérification des échantillons « non orthodoxes » (afin de repérer les « pollutions » éventuelles ou de déterminer l'existence de modèles d'atelier). Ensuite, sur les échantillons extérieurs au site : cinquièmement, vérification d'attribution de pièces extérieures (analyse de pièces à problèmes pour confirmation d'attribution) ; sixièmement, élimination de séries extérieures (analyse d'attributions traditionnelles remises en question, et qui peuvent ainsi être exclues) ; septièmement, situation de la production considérée par rapport à d'autres productions voisines ou reliées (géographiquement, historiquement ou stylistiquement) à l'aide d'analyses d'échantillons de référence provenant de ces autres sites.

15Jusqu'à présent, les analyses de laboratoire concernant la faïence n'avaient porté le plus souvent que sur quelques échantillons, soit isolés, soit étudiés pour répondre à une question bien spécifique. À notre connaissance, aucun programme global et systématique n'avait encore été élaboré dans ce domaine. En collaboration avec Maurice Picon, nous avons souhaité alors mettre au point un protocole qui permette d'évaluer les possibilités et, en même temps, de mesurer les limites de la méthode d'analyse, utilisant la fluorescence X, appliquée à l'étude des pâtes composées de mélanges qui caractérisent les céramiques d'époque moderne, et en particulier la faïence. Nous avons essayé de proposer un protocole qui devrait permettre, outre une bonne connaissance des productions locales, une possibilité d'extension du système à d'autres sites et à d'autres productions, ainsi qu'une lecture parallèle et comparative. Un projet qui reste à conduire pourrait permettre d'établir progressivement un réseau d'analyses de faïences conjointement avec d'autres sites de production, avec des fiches d'identification des diverses productions qui ont déjà pu être étudiées. Ces fiches pourraient ultérieurement servir de référence, pour attribuer des faïences trouvées en site d'utilisation, lorsque la recherche abordera les problèmes de diffusion et, plus généralement, de reconnaissance.

  • 19 Il faut toutefois mentionner ici le travail de Métreau L., Les méthodes d’analyses non destructive (...)
  • 20 Deiller T. et Rosen J., « Détermination d’origine des pâtes à faïence par analyse en fluorescence  (...)

16L'analyse par la fluorescence X exige un prélèvement de quelques grammes. Selon Maurice Picon, « cela ne pose en principe aucun problème s'agissant d'un matériel de fouilles. Il serait par ailleurs possible, au cas où l'analyse des pièces de musée connaîtrait un plus grand développement, de mettre au point des procédés analytiques n'exigeant que le quart ou le cinquième des prélèvements employés ici. En revanche, on ne peut guère espérer descendre un jour à des prélèvements beaucoup plus faibles encore, l'hétérogénéité naturelle des matériaux céramiques commençant alors à poser de sérieux problèmes de représentativité »19. Un programme expérimental a montré divers types de prélèvements opérés sur des pièces de collection, qu'elles soient cassées et en cours de restauration, simplement égrenées voire intactes 20. Dans ce cas, un outil diamanté spécifique est nécessaire. Les conditions de prélèvement sont bien déterminées dans un protocole préalable et la pièce peut présenter une « cicatrice noble » à un endroit bien déterminé en fonction de chaque cas particulier. Le problème déontologique posé par ce type de démarche est bien entendu ouvert, mais ne pourrait-on pas considérer, dans ce cas, que la « cicatrice noble » qui apporte la possibilité de connaître la pièce – et, par voie de conséquence, toute la série à laquelle cet exemplaire correspond – a autant d'intérêt que l'étiquette d'une collection ou d'une exposition prestigieuse, au lieu de la regarder comme un défaut dépréciatif ?

17Toutefois, le fait d'avoir recours aux analyses de laboratoire ne constitue pas une panacée et, si nous sommes persuadés de l'apport irremplaçable de cette technique, nous sommes également conscients de ses limites : « L'étude comparative et l'interprétation des résultats des analyses chimiques constituent en elles-mêmes un travail important, souvent délicat, parfois très complexe, qui exige la collaboration étroite des partenaires de l'étude. Mais il faut souligner que les études en laboratoire sont souvent coûteuses et qu'il n'est pas toujours opportun de vouloir tout étudier. Les questions de choix se posent en ce domaine peut-être encore plus qu'ailleurs » (Dufournier, 1989, p. 16). Quoi qu’il en soit, il faut bien être conscient du fait qu'il ne sert à rien de présenter des colonnes de chiffres – pas plus que des pages de profils de lèvres – et que les analyses ne doivent pas être considérées comme un but en soi, mais bien plutôt comme un outil permettant d'apprécier le matériel et d'évaluer les résultats de la fouille. En fait, le laboratoire permet d'améliorer considérablement l'appréciation des résultats d'une fouille si on sait comment l'interroger. Il peut se révéler un auxiliaire indispensable si on le considère non pas comme une machine, mais comme un interlocuteur et un partenaire privilégié.

Analyses mettant en évidence l’origine nivernaise de faïences dites « de La Rochelle ».

Bilan des recherches

18Dans le cadre de la démarche destinée à renouveler l'approche de la faïence grâce à l'archéologie, des recommandations officielles de la Sous-Direction de l'Archéologie au Ministère de la Culture stipulaient, en 1989, qu'« il devrait être possible d'associer, dans le cadre d'une opération commune, des historiens, des archéologues, des membres de l'inventaire et d'autres institutions auxquels s'adjoindraient probablement nombre de bénévoles attachés à leur "pays" et à leur passé professionnel [...] Les opérations les plus fécondes sont celles qui associent études d'archives, prospections à vue et géophysiques, fouilles programmées [...] Elles se font dans des cadres géographiques déterminés, elles regroupent des intervenants de toutes institutions et font largement appel à des non professionnels. Mais il est désormais indispensable de recourir de plus en plus aux analyses de laboratoire [...] Les sauvetages programmés, notamment urbains, permettront d'établir les typologies, les chronologies précises des matériels, mais les fouilles d'atelier doivent servir de références, et l'on ne saurait admettre qu'elles se désintéressent de telles questions » (Recherche, 1990, p. 235-237).

  • 21 Colloque « Faïence et archéologie », Moustiers-Sainte-Marie, novembre 1991, numéro spécial du Bull (...)

19Toutefois, il faut avouer que le manque de méthodologies de référence pour ce type de chantier nous oblige bien souvent à faire nous-mêmes les expériences de mise au point de méthodes adéquates, qui constituent un frein non négligeable à l'approfondissement des autres aspects de la question. Dans le même texte de réflexion sur l'archéologie en général et celle de la période « industrielle » en particulier, on pouvait lire il y a peu que « la France souffre d'un retard considérable dans la mise au point d'instruments descriptifs, mathématiques et informatiques [...] Il est essentiel, dans ce programme, que l'information et la concertation se développent, que les réflexions méthodologiques se diffusent plus largement ». Les interrogations sur la problématique et la méthodologie ainsi que les expérimentations menées sur ce type de chantier depuis une quarantaine d'années peuvent et doivent servir à d'autres recherches dans ce domaine d'investigation récent et encore peu exploré. C'était dans ce but que le Service Régional de l'Archéologie Provence-Alpes-Côte-d'Azur avait organisé à Moustiers-Sainte-Marie les 1, 2 et 3 novembre 1991, le colloque Faïence et archéologie 21. Dans la préface de Claude Badet et Jean-Paul Jacob, on peut lire : « Un certain nombre de travaux scientifiques et méthodologiques mettent, voici déjà quelque temps, l'accent sur l'intérêt réel de l'archéologie médiévale et, plus récemment, de l'archéologie moderne. C'est que, même pour ces périodes récentes, les lacunes sont énormes, surtout lorsqu'on recherche le geste quotidien qui est un des révélateurs des activités humaines. Ce geste quotidien s'exprime bien sûr et avant tout dans les activités domestiques, mais également dans les activités de production, fussent-elles industrielles ou proto-industrielles. Ainsi, de cette conjonction, est née l'archéologie des faïences et des faïenceries. On mesure, à l'aulne des actes de ce colloque, combien l'aventure méritait d'être tentée et combien les résultats dépassent les espoirs les plus fous » (p. 5). L'examen du cadre juridique tout autant que l'analyse critique des références et des méthodes y font l'objet d'une réflexion plus large. À travers de nombreux exemples (Marseille, Apt, Ancy-le-Franc, Langres), sont présentés et analysés aussi bien le bilan des différents types de résultats qu'apportent ces nouvelles recherches, que les nouvelles méthodes d'investigation et de traitement du matériel mises en œuvre : étude systématique des archives, prospection magnétique, analyses géochimiques, utilisation de l'informatique.

20Nourris de ces divers éléments de réflexion et de ces expériences passées, on peut citer quelques études et projets qui constituent autant d'exemples pratiques permettant de faire progresser nos connaissances selon la stratégie définie ou évoquée dans les paragraphes qui précèdent. Je prendrai ici à titre d'exemple des opérations que je connais bien pour en avoir pris la responsabilité, tout en restant persuadé que d'autres exemples, dont je connais moins les finalités, auraient sans doute pu aussi bien faire l'affaire. Dans le cadre des possibilités infinies offertes aux études monographiques régionales, j'ai choisi – pour des raisons fort diverses – la petite manufacture de Meillonnas, dans l'Ain, comme exemple parmi des dizaines d'autres fabriques connues, de taille, de situation et d'importance comparables, qui sont dans le même cas, mais sûrement tout aussi représentative d'une foule d'établissements dont seuls les noms sont parfois évoqués. Profitant de sa taille modeste et des conditions privilégiées que ce petit village présentait au regard des possibilités de son étude, j'ai voulu le considérer comme un poste privilégié d'observation du fonctionnement d'une manufacture de faïence dans son tissu régional et dans son contexte historique propre, en tentant de connaître et de comprendre la mise en place et les buts de l'entreprise, la chaîne opératoire et les techniques, et l'histoire des hommes aussi bien que celle des productions, afin d'éclairer la véritable nature d'une manufacture, en la considérant avant tout comme une structure semi-industrielle bien représentative des évolutions et des changements du goût, des techniques et de la mode du XVIIIe et du XIXe siècle, correspondant au passage historique de l'Ancien Régime à la période industrielle.

  • 22 Rosen J., Faïenceries françaises du Grand-Est, Bourgogne, Champagne-Ardenne, XIVe-XIXe siècles, éd (...)
  • 23 Cette synthèse non encore publiée a fait l’objet de mon travail pour l’Habilitation à diriger des (...)

21D'autre part, de 1994 à 1998, dans le cadre d’un Projet Collectif de Recherches interrégional baptisé Faïences françaises du Grand-Est, autorisé par le Conseil Interrégional de l'Archéologie, un inventaire raisonné des sites de production de céramique moderne de ces régions a été entrepris, assorti d'un programme systématique d'analyses de laboratoire 22. Cet inventaire, en forme de carte archéologique étendue, mentionne sous forme de fiches tous les renseignements fiables connus – ainsi que leurs sources – concernant tous les sites : micro-localisation, dates de fonctionnement, importance probable, nature des productions, approvisionnement en terre, historique de l'établissement, directions successives et personnels connus, bibliographie complète, documents iconographiques de référence et productions attestées, situation archéologique et juridique, etc. L'élaboration d'une base de données informatique a permis des synthèses et des comparaisons à l'échelle de l'interrégion ainsi qu'une cartographie abondante, qui a mis en évidence des phénomènes socio-économiques jusqu'ici inconnus ou peu étudiés 23.

  • 24 Voir le site http://grecb.fr/index.php?article21/revues-2.
  • 25 Voir l’impressionnante liste de ses publications sur le site http://la3m.cnrs.fr.
  • 26 Ravoire F. et Horry A., dir., Faïences et majoliques du XVe au XVIe siècle en France et en Belgiqu (...)

22Les résultats de nombreuses autres opérations menées par d'autres équipes dont la nature et les buts sont parfois bien différents – comme, entre autres, le Groupe de Recherches et d'Études de la Céramique du Beauvaisis 24 fondé par Henry-Pierre Fourest en 1967, le Laboratoire d'Archéologie Médiévale et Moderne en Méditerranée d'Aix-en-Provence (CNRS) fondé par Gabrielle Démians d’Archimbaud dans les années 1970 25, ou certains bilans des connaissances archéologiques 26 – viennent également nourrir ces activités d'une foule de renseignements et d'analyses qui, comme les pierres des maçons de Champfleury citées plus haut, construisent peu à peu l'édifice. Restons cependant conscients qu'il s'agit plus d'une spirale sans fin que d'un donjon inexpugnable, et souhaitons que jamais ne se rompent les fils de la communication qui relient ses ouvriers pour éviter le sort funeste qu'a connu la Tour de Babel.

23Ainsi, des observations les plus générales et les plus étendues jusqu'à ses aspects les plus locaux et les plus restreints, et du fond du Moyen Age jusqu'à notre nouveau siècle, la faïence, considérée comme la céramique spécifique de l'époque moderne, sort peu à peu de ses vitrines de cuivre poli pour découvrir la rugosité complexe du monde, et commence à revêtir un intérêt qui dépasse largement celui de la contemplation esthétique de quelques beaux objets épars, portés jusqu'à nos grèves par les vagues insouciantes du hasard, et qui nous possèdent bien plus que nous ne les possédons.

Notes

1 Rosen J., « Ces faïences de Nevers qu’on dit «de La Rochelle », Sèvres, revue de la Société des Amis du Musée national de Céramique, n° 16, 2007, p. 31-45.

2 Rioland S., dir., « Saint Sever : Le temps des manufactures de faïence », Rouen archéologie, Archéologie et histoire en Seine-Maritime ,1996.

3 Biton R. & S., La faïencerie de Fulvy & la faïencerie dite du château à Ancy-le-Franc, Société des sciences historiques et naturelles de l'Yonne, Auxerre, Musées d'art et d'histoire, 2001.

4 Delor J.-P., La faïencerie du château de Montigny à Perreux, en Bourgogne auxerroise, Auxerre : Société des sciences historiques et naturelles de l'Yonne ; Musée d'art et d'histoire d'Auxerre, 2000.

5 Marcout R., Thévenard J.-J., La faïencerie des Auges, Langres, éd. Guéniot, Langres, 1989.

6 Thévenard J.-J. et Copret D., Rapport de fouilles archéologiques effectuées au Bois d’Épense, (autorisation temporaire de sondage n° 93/56 du 15/06 au 15/07/1993), et Rosen J. (dir.), Guibert E., Druet S. et Maggetti M., La faïencerie du Bois d’Épense dite « des Islettes », une manufacture à l’étude, éd. Ville de Bar-le-Duc, 2007.

7 Masquilier A., Copret D., Faye O., Le château de Frescaty, XVIIIe siècle, Moulins-lès-Metz (57 487 004 AH) (Moselle) : documents iconographiques extraits du document final de synthèse, Metz, SRA Lorraine, 1998.

8 Pagnotta P., dir., Faïenceries du Valcolorois : le tesson manquant, Conservation départementale des Musées de la Meuse, Conseil général de la Meuse, 1995.

9 Horry A., Poteries du quotidien en Rhône-Alpes, XVIe, XVIIe, XVIIIe siècles : un panorama des techniques, des formes et des décors, DARA n° 43, ALPARA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 2015.

10 Ducasse B., « Jean-Michel Dumont, faïencier à Libourne au XVIIIe siècle », Revue historique et archéologique du Libournais et de la vallée de la Dordogne, t. LIV n° 201bis, 3e trim. 1986, p. 78-95 et « Rapport d’un sondage effectué pendant l’été 1986 sur l’emplacement d’une faïencerie du XVIIIe siècle au lieu-dit Belair, commune de Libourne », ibid., n° 202, 4e trim. 1986, p. 97-136.

11 Emery L., « Approches archéométriques des productions faïencières françaises du XVIIIe siècle : le cas de la manufacture Babut à Bergerac (env. 1740-1789) », thèse de doctorat sous la dir. de F. Bechtel et J. Rosen, Université de Bordeaux 3, 2012.

12 Liste non exhaustive. Pour toutes les manufactures du grand Centre-Est, voir Rosen J., Faïenceries françaises du Grand-Est, Bourgogne, Champagne-Ardenne, XIVe-XIXe siècles, éd. CTHS, Paris, 2001.

13 Trombetta P.-J., de Kisch Y., « Seine. Paris : fouilles archéologiques du Grand-Louvre, cour Napoléon », Bulletin Monumental, 1984, 142-3, p. 319-322. Il est regrettable que la céramique étudiée par Jacqueline Bonnet n’ait pas fait l’objet d’une publication spécifique : Bonnet J., Fouilles du Louvre, Cour Napoléon, La faïence, Service régional archéologique d'Île de France, 1988 (inédit).

14 Guilhot J. O., Goy C., 20 000 m3 d'histoire. Les fouilles du parking de la mairie à Besançon, éd. musée des Beaux-Arts et d'Archéologie de Besançon, 1992 ; Goy C. et Humbert S., dir., Ex pots…, céramiques médiévales et modernes de Franche-Comté, catalogue de l´exposition et éd. Musée des ducs de Wurtemberg, Montbéliard, 1995.

15 Les Saintes Maries : Les Visitandines à Chalon-sur-Saône aux XVIIe et XVIIIe siècles, coll., éd. Ville de Chalon-sur-Saône, 1994.

16 Angla A., « Faïences découvertes lors des récentes campagnes de fouilles à Fontevraud », in Fontevrault, Histoire et Archéologie, n° 3, 1995.

17 La manufacture royale de faïence de Lyon au XVIIIe siècle, (collectif), Lyon, 1994.

18 Picon M., « Le laboratoire d'analyses (I) : méthodes d'analyse et de traitement des données » et Rosen J., « Le laboratoire d'analyses (II) : l'exemple de Meillonnas », Actes du Colloque « Faïence et archéologie », numéro spécial du Bulletin de l'Académie de Moustiers, 1993, p. 76, ainsi que Picon M., « Analyse des faïences en laboratoire, objectifs et difficultés », Les carreaux de faïence stannifère européens du XIXe siècle, Actes du Colloque organisé par le GRECB à Beauvais en 1993, p. 75.

19 Il faut toutefois mentionner ici le travail de Métreau L., Les méthodes d’analyses non destructives in situ des céramiques glaçurées. État de la question, Master 1, Histoire, histoire de l’art, archéologie, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3, 2006.

20 Deiller T. et Rosen J., « Détermination d’origine des pâtes à faïence par analyse en fluorescence X : quelques exemples de prélèvements sur des pièces de collection », CoRé n° 11, 2001, p. 38-42.

21 Colloque « Faïence et archéologie », Moustiers-Sainte-Marie, novembre 1991, numéro spécial du Bulletin de l'Académie de Moustiers, août 1993.

22 Rosen J., Faïenceries françaises du Grand-Est, Bourgogne, Champagne-Ardenne, XIVe-XIXe siècles, éd. CTHS, Paris, 2001.

23 Cette synthèse non encore publiée a fait l’objet de mon travail pour l’Habilitation à diriger des recherches (HDR) obtenue le 25 juin 2003.

24 Voir le site http://grecb.fr/index.php?article21/revues-2.

25 Voir l’impressionnante liste de ses publications sur le site http://la3m.cnrs.fr.

26 Ravoire F. et Horry A., dir., Faïences et majoliques du XVe au XVIe siècle en France et en Belgique : pour un bilan des connaissances archéologiques, Dijon, éd universitaires de Dijon (EUD), coll. Art, Archéologie et Patrimoine, 2016.

Table des illustrations

Légende Analyses mettant en évidence l’origine nivernaise de faïences dites « de La Rochelle ».
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/24844/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 219k

© ARTEHIS Éditions, 2021

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search