Version classiqueVersion mobile

La faïence en France du XIIIe au XIXe siècle

 | 
Jean Rosen

Seconde partie : Histoire de la faïence stannifère en France (XIIIe-XIXe siècle)

Chapitre 14. Le dernier acte (1815-1850)

Texte intégral

Le contexte économique

1De 1815 à 1914, malgré l’irrégularité de la croissance économique et l’instabilité des régimes politiques, le grand XIXe siècle se caractérise par une exceptionnelle continuité. Une paix relative, une stabilité monétaire sans précédent et un libéralisme économique peu contesté permettent l’épanouissement d’une société bourgeoise, favorable à la croissance de la grande comme de la petite industrie, au sein de laquelle la prépondérance est donnée aux industries productrices de biens de consommation et qui encourage la spécialisation dans les articles de qualité. De 1815 à 1840, la croissance est irrégulière, mais forte, à telle enseigne que le produit industriel est multiplié par 2,5 de 1815 à 1855. La période 1840-1860 connaîtra également une croissance forte, marquée cependant par la grave crise de 1846-1848, à l’issue de laquelle bien peu de manufactures de faïence auront résisté.

Évolution des faïenceries

2Pour les fabriques de faïence stannifère traditionnelle qui avaient passé le cap difficile évoqué au chapitre précédent, le renouveau amorcé dans un premier temps dut s'accompagner de restructurations souvent délicates. Les facteurs historiques et les difficultés économiques de cette période eurent pour conséquence inévitable la diversification et la nécessaire industrialisation de la production ainsi que l’adaptation aux nouveaux types de céramique et aux améliorations techniques constantes. La faïence – dont la technique traditionnelle n’évoluait que fort peu – ne pouvait que très difficilement faire face à ces changements. Pour survivre, les manufactures durent également adopter de nouveaux modes d’organisation destinés à augmenter leur rendement et abaisser leur prix de revient. Dans certaines fabriques jusque-là consacrées à la faïence traditionnelle, la faïence stannifère passa même au second plan, dominée par les grès utilitaires et les nombreux avatars de la faïence fine et autres céramiques plus au goût du jour.

3Les faïenciers français n’utilisèrent que très tard, et très progressivement, la cuisson à la houille, pourtant déjà employée depuis longtemps par les manufacturiers anglais. Brongniart signale ce retard technique des faïenciers et écrit, dans les années 1830, que « la faïence commune étant une poterie presque abandonnée depuis que des poteries plus élégantes, plus légères, telles que les faïences fines […] ont été si abondamment répandues, on n’a pas cherché à améliorer beaucoup ni ses procédés ni son mode de cuisson. Presque partout, on la cuit au bois » (Brongniart, 1877, p. 31). Il signale cependant les essais de Mony fils, faïencier à Bourg-la-Reine, ou ceux de Tourasse, à Paris, et évoque les problèmes d’approvisionnement ainsi que les difficultés techniques rencontrées par ces industriels. En effet, le coût élevé du charbon représenta, dans toute la première partie du XIXe siècle, un handicap important pour l’industrialisation. Le charbon du Massif Central étant bien plus utilisé que celui du Nord, il devait être transporté depuis Andrézieux, par la Loire, le canal de Briare et le Loing. On en importait également beaucoup de Belgique. Malgré cela, selon Brongniart, « ce fabricant assure qu’il trouve dans l’emploi de la houille substituée au bois pour la cuisson de la faïence, même aux portes de Paris, une économie de près de 50 % ». Ce n’est guère que vers 1840, bien tardivement, que le charbon de terre fera son apparition dans quelques rares manufactures de faïence traditionnelle. Nevers n’abandonnera la cuisson au bois qu’après 1920 (Thuillier, 1966, p. 180).

4Les innovations techniques permirent également à un certain nombre de manufacturiers plus entreprenants de maintenir la fabrication de faïence, voire de montrer le chemin. À Paris, Brongniart signale que Masson, successeur d’Ollivier, « a appliqué à la fabrication de la faïence commune les moyens puissants qu’on a mis en usage pour la première fois dans la fabrication de la faïence fine, c’est-à-dire de la force de la vapeur pour le broyage et le pétrissage ; des gâchoirs pour mêler en grand les éléments de la pâte et la tamiser ensuite ; il a fait voir que l’émail bien préparé et fait avec soin donnait à la faïence un blanc éclatant qui le dispute à celui de la porcelaine ».

5Alors que de nombreuses faïenceries luttent pour survivre péniblement, certains centres, au contraire, se développent. La manufacture de Saint-Clément, en Lorraine, semble avoir constitué une référence pour un certain nombre de concurrents tout au long de la première moitié du XIXe siècle. Dès 1816, elle était citée dans les archives comme la référence obligatoire pour Meillonnas, qui tentait alors l’expérience de la terre de pipe à couverte stannifère : « Travaillez l'argile blanche que vous avez à Meillonnas : tâchez de fabriquer comme à Saint-Clément une faïence à biscuit blanc, très légère, souffrant le feu, couverte d'un émail mince, blanc azuré, non susceptible de gercer, qui conserve les formes angulaires aux pièces, et moins cher que l'émail ordinaire […] La manufacture de Saint-Clément est seule en possession d'envoyer partout la fayence dont vous avez des échantillons à Meillonnas [...] elle est fort recherchée à cause de ses excellentes qualités [...] votre fayence tient le milieu pour la perfection entre la fayence de Saint-Clément et celle de Lorraine » (Rosen, 1993 / 1). Vers 1840, Saint-Clément et Lunéville sont parmi les centres faïenciers les plus importants. On y produit de la faïence commune et de la terre de pipe, en grand feu comme en réverbère, toutes « recouvertes d’un émail stannifère qui est d’une très belle et bonne qualité en dureté, blancheur, éclat et solidité, car il ne tressaille ou ne gerce que très rarement, même dans les circonstances les plus défavorables » (Brongniart, 1877, p. 37). Dans le Beauvaisis, Jean-François Seauce, dit « Valencienne », s’installe à Voisinlieu comme « fabricant de carreaux de faïence ». En 1824, il sera à l’origine d’un développement extraordinaire de cette industrie dans le village de Ponchon, qui comptera jusqu’à sept fabriques employant 168 ouvriers en 1861 (Cartier, 1993, p. 19). À Tours, en 1819, huit manufactures emploient de 150 à 180 ouvriers qui fabriquent de la faïence brune et de la blanche, ce qui est également le cas d’Orléans. Huart, à Longwy, après avoir introduit la cuisson à la houille en 1838, « a commencé à prouver qu’on pouvait donner à la vraie faïence commune un bel émail blanc très glacé et peu épais, et des pièces légères d’une bonne forme ».

6Néanmoins, parmi les exemples les plus parlants de dynamisme en matière de céramique, les établissements les plus prospères sont le plus souvent situés dans le Nord-Est et la région parisienne. Créés aux alentours de 1800 et produisant de la terre de pipe de type anglais, ils poursuivent un développement spectaculaire en mettant sans cesse en œuvre les nouvelles inventions et les perfectionnements qui s’y rattachent. Cette fabrication de céramiques proto-industrielles est très technique et sa mise en œuvre de plus en plus mécanisée. « Ceci s’accompagne d’une approche plus agressive de la gestion commerciale, où le faire-savoir devient aussi important que le savoir-faire. Les expositions nationales ou universelles, les dépôts de brevets, la création des réseaux de vente exigent de la part des faïenciers d’autres compétences : à côté de l’ancien artisan, habile, mais lié à son terroir, naît une nouvelle caste, celle des techniciens et des gestionnaires. Peu à peu, les faïenceries s’engagent dans la concurrence technologique et la course aux investissements. La nécessité de vastes locaux, l’utilisation d’énergies motrices plus performantes, l’embauche de praticiens très qualifiés tels que les modeleurs-mouleurs sont des charges financières hors de portée des petites entreprises ». Dans ce domaine, on a déjà eu l’occasion de souligner la réussite spectaculaire de Sarreguemines et de son célèbre directeur Utzschneider. En 1819, il donne à la terre de pipe qu’il fabrique le nom de « porcelaine opaque, qui supporte mieux que la porcelaine l’alternative du froid au chaud. Quoiqu’extérieurement elle ait quelque ressemblance avec la faïence, elle en diffère essentiellement ; c’est une tout autre pâte, c’est une tout autre couverte » (Céramique lorraine…, 1990, p. 203). Cette nouvelle « faïence fine » feldspathique, reprise par de nombreuses usines, était promise à un brillant avenir et allait devenir la principale céramique à usage domestique de la fin du XIXe siècle. Autre exemple du même type : à Vaudrevange, où l’on cuit au charbon depuis 1800, les premiers essais de décors par impression ont lieu en 1815.

7Pour pouvoir lutter plus efficacement contre les problèmes économiques et commerciaux, on finit par adopter un nouveau système d’organisation. À Nevers, en 1818, la plupart des maîtres de manufacture forment une société essentiellement destinée à organiser le stockage et la commercialisation des marchandises produites séparément par chacun des faïenciers. Elle marque sa production au tampon de ses initiales, jointes au mot NEVERS. L’acte de fondation stipule que « l’exploitation des fayences de leurs manufactures aura lieu à profit et perte commune et qu’elle sera déposée dans un local convenable où tous les associés s’engagent à y faire porter toutes les fayences qu’ils auront dans leurs magasins particuliers ». On achète même des locaux destinés à devenir le « Magasin Général des Manufactures réunies ». De 1818 à 1826, le chiffre d’affaires annuel se situe aux alentours de 500 000 francs. Après quelques défections et plusieurs péripéties, les « Manufactures associées » subsisteront jusque vers 1844 (Thuillier, 1966, p. 173 et Montagnon, 1987, p. 20).

8Les faïenciers essayèrent parfois de profiter d'évènements historiques pour exécuter quelques décors de circonstance, à la gloire de l'Empire, de la Restauration, voire de la girafe – cadeau du Bey de Tunis à Charles X –, dont la mode ne dura que fort peu de temps, après 1827. Toutes ces tentatives ne furent bien souvent que des sursauts sans lendemain. Dans les grands centres, l’examen des rares pièces datées montre une indiscutable baisse de la qualité et une disparition progressive des savoir-faire des environs de 1815 jusque vers 1850. Face aux progrès des nouveaux centres plus dynamiques, les vieilles structures de production, handicapées par leurs diverses pesanteurs, font l’objet d’un constat impitoyable : le Mémoire sur la fabrication de la faïence à Nevers, rapport manuscrit rédigé en 1831 par le jeune ingénieur de l’École des mines S. H. Harlé, venu y faire un stage de six mois chez Debonnaire (Fleur de Lys) et Bonneau (Ecce Homo), en offre un exemple caractéristique : « Les faïences de Nevers étant restées dans les formes antiques et ridicules pour le temps actuel ont fini à ne convenir qu’à la classe indigente, les procédés dans l’exploitation ont été constamment les mêmes depuis un demi-siècle, il y aurait de l’absurdité à avancer que l’art a fait des progrès lorsque les produits sont évidemment inférieurs. Le malthusianisme entrave tout esprit d’entreprise, limite toute tentative d’innovation : par scepticisme, par apathie, on se borne à une routine séculaire ». De temps à autre, quelques fabriques isolées – le plus souvent rurales et souvent dans la moitié nord de la France, comme le Beauvaisis ou Sinceny – parviennent encore à produire quelques pièces de commande, dont l’exécution plus soignée évoque parfois l’écho des productions du siècle précédent.

9Dans un certain nombre de cas, les manufactures se tournent vers d’autres types de céramique mieux adaptés au goût du jour et aux nécessités du marché. À Meillonnas, à la suite de l’échec des tentatives concernant la terre de pipe, après 1820, on se tourne vers la fabrication de creusets de fonderie et de grès, sans pour autant abandonner la faïence. Une lettre de 1823 explique fort clairement les circonstances et les raisons de ce choix. Le directeur Bouvier y déclare que « MM Alexandre et Charles de Meillonnas viennent depuis deux ans d’ajouter à cet établissement [la faïencerie] une fabrique de cruches à bière (soit grès) dont la qualité supérieure à toutes celles qui se fabriquent en France ne laisse rien à désirer. Les principaux brasseurs de Lyon les ayant comparées à celles d’Allemagne dont ils faisaient usage avant l’innovation de cette fabrique, les ont reconnues pour le moins égales en qualité à ces dernières. L’établissement qui compte un grand nombre d’ouvriers est d’autant plus intéressant que non seulement la qualité de ses marchandises rivalise avec celles des manufactures étrangères, mais offre sous le rapport des prix un grand avantage au consommateur, enlève une industrie à l’étranger, et empêche des capitaux à sortir de France. La fabrication de la présente année 1823 s’élèvera à 100 000 cruches. L’intention des propriétaires eu égard aux demandes qui leur sont faites est de la porter à 200 000 pour l’année 1824 » (Rosen, 1991, p. 108).

  • 1 Voir Rosen, 2006, Le rouge est mis, op. cit.

10Pour toutes ces raisons, dans la première moitié du XIXe siècle, les mutations économiques et sociales eurent une influence considérable sur la nature et l’aspect des productions de faïence stannifère traditionnelle, qui subirent des transformations significatives. La faïence, telle qu'on la concevait au XVIIIe siècle, souffrit de l'absence de classe moyenne nombreuse et, partant, de marché pour les biens de qualité intermédiaire. Les produits de luxe comme la porcelaine trouvèrent auprès des riches rentiers un marché expliquant la prospérité du secteur. La masse paysanne et le petit peuple des villes, soit 90 % de la population, consommaient de la qualité courante pour laquelle les structures de production traditionnelles étaient suffisantes. On assista ainsi à une multiplication extraordinaire des faïences culinaires brunes et « culs noirs » aux motifs répétitifs figés et partout identiques. On vit se généraliser l’utilisation du pochoir ou « vignette » et des décors « à la girelle », constitués de filets exécutés sur la tête de tour du même nom, qui permettent de gagner du temps et d'employer des ouvriers sans grande qualification. Les progrès techniques concernant les couleurs – et notamment la diffusion du « rouge de Thiviers »  1, en Dordogne, tiré d’une pierre ferrugineuse d’abord utilisé dans le Sud-Ouest à partir du début du siècle, et de plus en plus employé dans tout le pays après 1830 – favorisèrent la réalisation de vigoureux effets de polychromie qui pallièrent le manque d’habileté des peintres. Dans une autre technique, Saint-Clément et Lunéville, entre autres, multiplièrent la production de faïences bon marché à décor de réverbère, dont l’aspect général est fort semblable, et en inondèrent tout le pays. Ces productions se multiplièrent de Dax et Auvillar, dans le Sud-Ouest, au Bois d’Epense et à Saint-Clément, dans le Nord-Est, et de Sinceny, près du Nord, à Roanne et Lyon, dans le Centre-Est. On a beaucoup dit et écrit qu'il s'agissait là de « décadence », et du Broc de Segange parlait de la « barbarie de la décoration » des faïences de cette époque (du Broc de Segange, 1863, p. 235). Peu d'auteurs se sont penchés sur ces productions, jugées dépourvues d'intérêt esthétique. Elles font encore aujourd'hui l'objet d'un oubli presque complet, tout comme les faïences « populaires » et patriotiques il n'y a encore que quelques décennies. Sauf en ce qui concerne les productions marquées, qui se multiplièrent, la plus grande confusion règne toujours à propos de ces modestes témoins de notre proche passé céramique qui subsistent et n'intéressent guère aujourd'hui que quelques érudits et collectionneurs locaux.

11Au début du XIXe siècle, et de plus en plus nettement, la faïence devient un objet d'utilisation quotidienne dans toutes les couches de la société : à Meillonnas, vers 1817, les ouvriers de la fabrique emportent régulièrement des pièces, dont le prix est déduit de leur salaire, pour leur consommation personnelle. Ces sommes vont de 1 à 13 francs (Rosen, 1993 / 1). Vers le milieu du siècle, la faïence stannifère traditionnelle est devenue un produit de consommation courante de moindre importance, largement devancé par la faïence fine et la porcelaine, domaine où les améliorations techniques permettent des prouesses et dont les structures de production largement industrialisées fournissent des produits plus au goût du jour et d’un coût bien moindre. On en vient à mépriser la faïence. Dans son rapport au Conseil Général de 1858, le préfet de la Nièvre la qualifie de « vaisselle des petits ménages ». On la décrit aussi comme « cette porcelaine des hameaux sur laquelle le riche citadin laisse tomber un regard dédaigneux ». En 1862, Dalloz, dans Le Moniteur, parle de ces « assiettes de paysans grossièrement enluminées de fleurs imaginaires ou de devises de mirlitons ». Elle continue, en effet, à se vendre dans les campagnes. L’enrichissement des petits paysans sous l’Empire contribue à maintenir l’activité des manufactures, dont les prix sont extrêmement modérés : en 1864, on vendait au même prix qu’en 1800 (Thuillier, 1966, p. 177)

Causes de la disparition des faïenceries traditionnelles

12Sur le plan économique dans son ensemble, la période 1815-1850 est caractérisée par la coexistence dans l’industrie de méthodes de production modernes et d’autres plus traditionnelles, qui perdent peu à peu du terrain, entraînant la ruine sans recours de certaines activités traditionnelles brusquement confrontées à une concurrence nouvelle et incapables de s’y adapter. La formidable crise de 1846-1848, agricole par son origine mais dont les manifestations et les conséquences touchèrent avant tout l’industrie, provoqua un long temps d’arrêt dans l’accroissement de la production, accélérant le déclin des systèmes archaïques de production comme les hauts-fourneaux au charbon de bois ou la faïence stannifère. Aux environs de 1850, en dépit de toutes les tentatives de survie, la quasi-totalité des fabriques de faïence traditionnelle disparut. L’influence catastrophique conjuguée de plusieurs facteurs tant structurels que conjoncturels en est la cause.

13De 1815 à 1840, on avait assisté à la modernisation progressive des transports traditionnels. Après 1842, le chemin de fer se développa de plus en plus, pour connaître une brusque accélération après 1848 et l’achèvement des grandes lignes après 1860. L’attraction exercée par les grandes villes à la suite du développement urbain, jointe à la facilité des transports, favorisa l’exode des populations rurales mais aussi la circulation des productions. Sur les marchés régionaux, débouché essentiel des fabriques de l’époque, la concurrence des nouvelles céramiques, produites à bas prix et en quantité considérable de manière industrielle, ruina définitivement les petites manufactures qui subsistaient grâce à une clientèle locale.

14L’examen de la situation des grands centres met bien le phénomène en évidence. À Nevers, le nombre d’ouvriers passa de 236 en 1808 à 46 en 1843, et on ne comptait plus que quatre manufactures en 1859. Une des responsabilités de ce déclin réside dans le travail aux pièces, qui instaure une concurrence nuisible à l’apprentissage, à la transmission des savoir-faire et au renouvellement des ouvriers. Un rapport de 1844 pour l’application de la loi sur le travail des enfants note que « les ouvriers, qui sont à leurs pièces, occupent, lorsque le travail l’exige, quelques enfants de 15 à 16 ans, mais ils les congédient aussitôt et toutes les fois que les commandes diminuent, ce qui occasionne des mutations continuelles parmi ces enfants » (Thuillier, 1966, p. 175). À Rouen, Amédée Lambert, époux de Sophie de la Mettairie, veuve de Levavasseur, meurt en 1851. Avenelle cesse les travaux la même année. « De ce moment, l’industrie de la faïence fut éteinte à Rouen, et ne se releva plus » (Pottier, 1986, p. 145). À Moustiers, situé trop loin du chemin de fer, Barbaroux ferme en 1840, Bondil en 1841, Ferrat en 1843, Thion en 1846 et Fouque en 1850. Un responsable constate que « l’arrivée du chemin de fer dans le département amène un changement des mentalités. On dirait que le progrès est un mal, que la vapeur est un agent radical et a pour mandat d’effacer les traditions » (renseignements Bernadette de Rességuier). Féraud reste seul jusqu’en 1876, à telle enseigne qu’on en viendra même à oublier l’existence de Moustiers. À Varages, en 1789, il y avait une vingtaine de peintres ; ils ne sont plus que quatre en 1830, et plus que deux en 1850, alors que six fabriques sont pourtant encore en activité. « Ainsi, la crise économique qui sévit en France vers 1847 n’épargna pas la faïence de Varages, qui dut subir la concurrence du Nord ; assaut qui, soit dit en passant, emportera ce qui restait des fabriques de Provence, Salernes, Berne, Moustiers, contraintes à éteindre leurs fours ou à reconvertir leurs fabrications » (Bertrand, 1983, p. 144).

15Autre élément déterminant, l’équipement en machines à vapeur fut très rapide dans les régions les plus industrialisées, dans lesquelles la décennie de 1850 à 1860 vit une accélération de la productivité et un accroissement du capitalisme. Les taux d’investissement connaissent alors leur niveau le plus élevé du siècle. En 1860, on a une économie en voie d’industrialisation rapide, sinon complète. Dans l’Est, la faïence stannifère avait particulièrement bien résisté jusque-là. Mais entre 1840 et 1870, la plupart des entreprises traditionnelles disparaissent, minées par les difficultés économiques, comme Épinal en 1840, Saint-Avold en 1845/1846, le Bois d’Epense dit « les Islettes » en 1848, Lavoye en 1847/1848, Rarecourt en 1853, Gérardmer en 1854, Cirey en 1855, Salvange en 1861, Froidos en 1862, Clermont-en-Argonne en 1863, La Trouche et Rambervillers en 1866.

16De même que le phylloxéra quelques années plus tard, le phénomène atteint progressivement tous les types de structures, pour une raison ou pour une autre, et on peut prendre des exemples dans toutes les régions. À Lyon, où l’on comptait encore cinq fabricants en 1830, Artaud ferme en 1838, Merck peu après 1839 et les Revol en 1846. Samadet, dans les Landes, disparaît en 1839 et Vron, dans le Nord, en 1840. À Meillonnas, en 1845, la mort du dernier peintre, Georges Laurent Raymond, marque l’arrêt définitif de la production de faïence. La dernière fabrique de Dijon cesse en 1848 et ses ouvriers se répartissent dans les manufactures proches, à Rioz et Longchamp. « Les années fastes de la production d’Auvillar [près d’Agen] s’arrêteront vers 1848, lorsque le chemin de fer favorisera la production bordelaise » (La faïence de Toulouse…, 1993).

17À l’approche de l’Exposition Universelle de 1878, seules demeureront en activité de grandes usines modernes qui produiront essentiellement de la faïence fine bon marché à usage domestique et sanitaire. Les principales sont celles de Creil et Montereau, de Choisy-le-Roi, de Gien, de Longwy ou de Sarreguemines, qui crée une succursale à Digoin en 1876, attiré par la proximité du bassin houiller, des canaux, et du chemin de fer achevé en 1869 (Céramique lorraine…, 1990, p. 203, et Chaussard 1990). À la même époque, à Bordeaux, Vieillard occupe 1 300 ouvriers. À Vaudrevange, cousine de Mettlach, les Villeroy, associés aux Boch, emploient près d’un millier de personnes…

18Certes, la crise de 1846-1848, en dehors des changements politiques, marque un coup de frein brutal au développement industriel et provoque une nette stagnation de la production, mais elle n’est pas à elle seule responsable de la chute de la plupart des faïenceries traditionnelles. Elle ne fait qu’accélérer un processus inéluctable déjà largement entamé depuis quelques décennies. Si le choix de l’année 1850 ne correspond qu’à une date moyenne pratique pour signaler un acte de décès, il recouvre cependant bien une réalité indéniable. La faïence stannifère traditionnelle est morte, et bien morte. On va pouvoir commencer alors à s’intéresser de plus près aux productions anciennes.

Saladier, Ø 36 cm, « l’Inexplosible », Gallas, Nevers 1840, Cosne-Cours, musée de la Loire, inv. CoF 2008.

Notes

1 Voir Rosen, 2006, Le rouge est mis, op. cit.

Table des illustrations

Légende Saladier, Ø 36 cm, « l’Inexplosible », Gallas, Nevers 1840, Cosne-Cours, musée de la Loire, inv. CoF 2008.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/24820/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 287k

© ARTEHIS Éditions, 2021

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search