Version classiqueVersion mobile

La faïence en France du XIIIe au XIXe siècle

 | 
Jean Rosen

Seconde partie : Histoire de la faïence stannifère en France (XIIIe-XIXe siècle)

Chapitre 13. Une reprise en demi-teinte (1800-1814)

Texte intégral

Le contexte économique

1Au sortir de la Révolution, sous le Consulat, la remise en ordre monétaire, l'instauration du franc ainsi que la maîtrise de l'inflation marquèrent la reprise déjà amorcée depuis 1796, et la croissance se poursuivit malgré tout globalement jusqu'en 1812. Sous l'Empire, on assista tout d'abord à une reprise de l'économie vers 1804, avant la crise consécutive au Blocus continental de 1806. Ainsi, alors qu'en 1800, le produit industriel était encore de 40 % inférieur à celui de 1790-1792, il lui était supérieur de 25 à 50 % entre 1805 et 1810. Après la légère reprise de 1810, cependant, une nouvelle crise se produisit vers 1812. L’ensemble du commerce et de l'artisanat fut touché à cause du suréquipement, du manque de débouchés ainsi que du rétrécissement du marché et du pouvoir d'achat des salariés comme des riches. En 1813 et 1814, la morosité économique marqua la fin du Premier Empire. Pendant cette période de mutations socio-économiques et d'alternance de conjoncture, les faïenciers, tout comme la faïence qu'ils produiront, tenteront – parfois avec un certain succès – de s'adapter aux nouveaux modes de vie et aux nouveautés techniques. La fin de l'Empire marquera véritablement la chute d'un grand nombre des structures les plus caractéristiques du XVIIIe siècle qui avaient réussi à se maintenir jusque-là en suivant tant bien que mal un monde en plein changement.

Situation de la faïence française jusqu'en 1814

2Pour des raisons déjà évoquées au chapitre précédent, peu d'études monographiques de faïenceries ont considéré cette période en détail et nous manquons encore cruellement d'exemples précis. Mais pendant ces années encore mal connues, la faïence, au même titre que les autres productions, profita dans une certaine mesure du développement industriel, caractérisé par le rattrapage, la croissance du pouvoir d'achat et de la demande. En outre, elle put bénéficier de quelques facteurs non négligeables de développement dont on parle peu souvent. Alors que de nombreuses manufactures du XVIIIe siècle étaient à l'étroit dans des locaux urbains peu pratiques et mal adaptés à la fabrication – comme à Nevers –, dans un certain nombre de cas, de nouvelles faïenceries furent installées dans d'anciens bâtiments conventuels à la suite de la vente des Biens nationaux, ces locaux se prêtant particulièrement bien à leur nouvelle destination. C'est, par exemple, un cas de figure plusieurs fois observé en Bourgogne. Évincé de la faïencerie du château à Ancy-le-Franc en 1793, Adrien-Joseph Dumortier monte sa propre manufacture dans un bien national acheté en 1791, le prieuré de Vausse. En 1797, Claude Boutet quitte à son tour Ancy et va installer la fabrique des Capucins dans un ancien couvent d'Auxerre acheté en 1791 par un négociant. En 1802, l'Anglais Warburton établit une manufacture de terre de pipe anglaise à La Charité-sur-Loire dans une partie de l'ancien prieuré bénédictin acheté par Le Bault comme bien national en 1796 (Inventaire raisonné, 1994). En Franche-Comté, pour prendre un autre exemple proche, c'est également le cas de Clairefontaine et de Migette, établies en 1802 et 1803 (de Buyer, 1983, p. 15). L’un des exemples les plus frappants est celui de la manufacture de Longwy, installée dans un couvent des Carmes en 1798, et qui devait devenir l’un des grands établissements novateurs du XIXe siècle.

3En outre, la faïence a pu bénéficier ici ou là du soutien aux inventeurs instauré par la loi du 7 janvier 1791 instituant les brevets d'invention. Ceci permit également à certains techniciens de perfectionner des procédés parfois étrangers ou d'œuvrer pour en trouver de nouveaux. Ces innovations devaient rapporter à leur propriétaire inventeur tout en servant au progrès de la collectivité. C'est le cas, à Paris, du faïencier Ollivier qui obtint le premier brevet concernant huit « découvertes », à savoir « la terre bambou, les camées, une terre blanche à l'imitation de celle d'Angleterre, un procédé concernant la fabrication de poêles, une couverte imitant le bronze antique, un procédé s'appliquant aux carreaux propres à lambrisser et rosaces pour plafonds, une terre imitant le marbre, et une terre rouge qui imite parfaitement l'antique Etrusse et autre d'Italie ». A cela s’ajoute un procédé de peinture de grand feu au pochoir de cuivre, technique économique qui devait connaître un grand succès tout au long du XIXe siècle (de Guillebon, 1995, p. 64). En 1805 à Apt, Bonnet construit un four à trois étages, particulièrement efficace. Il est vite imité par Fouque à Toulouse. En 1806, le faïencier Revol, de Lyon, prend un brevet « pour cuire avec le combustible minéral ».

4Dans un contexte plus général, la faïence bénéficia également d'une nouvelle clientèle : dans les vingt premières années du XIXe siècle, la prospérité consécutive à la nette augmentation des revenus agricoles entraîna dans les campagnes un accroissement considérable de la consommation en général, et de celle de faïence en particulier. La petite propriété fut consolidée et un climat de confiance s'installa dans la paysannerie qui s'accrochait à la terre dans l'espoir d'agrandir sa propriété, avide de considération et de notabilité. Cette catégorie particulière fournira l'essentiel de la clientèle pour les plus belles pièces de commande que les faïenceries traditionnelles pouvaient encore fabriquer, mais dont les circonstances économiques, la mode et les événements avaient restreint de plus en plus la fabrication depuis les années 1780. Toutefois, pour satisfaisant qu’il puisse paraître, ce bilan ne doit pas masquer les problèmes réels rencontrés par les structures les plus lourdes où les profonds changements qui sont à l’œuvre donnent à l’ensemble de l’activité faïencière l’aspect d’une reprise en demi-teinte.

5Pour mettre tous ces phénomènes en évidence, on peut prendre l'exemple des belles pièces de commande de Nevers ou de Rouen datées et conservées dans les collections, malgré les limites évidentes d’une telle démonstration. Après une raréfaction certaine, et une quasi-disparition des spécimens entre 1793 et 1800, on constate une recrudescence notable des pièces de commande postérieures à cette date, et jusqu'en 1815, attestant bien que le savoir-faire n'a pas disparu et qu’il réapparaît dès que la demande se manifeste (Pottier, 1986, p. 415). À Nevers, « en 1810, la marche ascendante avait repris. On secoue la torpeur. La France renaît dans la gloire, Nevers dans le travail. Manufactures, rues et quais s’animent » (Montagnon, 1987, p. 20). Cependant, le prix du bois, les difficultés de trésorerie et la concurrence des autres céramiques ainsi que des autres centres rendent cette industrie beaucoup moins rentable qu’auparavant, et huit manufactures seulement subsistent. Elles n’emploient plus que 400 ouvriers, et les peintres sont payés à la tâche, ce qui n’encourage guère la qualité de la production décorée courante, même si les salaires s’élèvent sensiblement. En 1811, certains manufacturiers déplorent qu’il ne se forme plus d’apprentis pour remplacer ceux des ouvriers que la mort vient frapper journellement et que « l’usage plus répandu de la porcelaine et celui de la terre de pipe devenu presque universel, ont relégué dans les dernières classes de la société notre faïence, dont les gens riches se contentaient il y a vingt ans » (Thuillier, 1966, p. 171). À Rouen, également très touché par la Révolution, il ne reste que sept faïenceries en activité en 1802 (Pottier, 1986, p. 125) ; à Lille, en 1804, elles sont au nombre de trois. À Moustiers, en 1811, huit fabriques occupent encore 80 ouvriers, mais deux manufactures vont fermer en 1812 et 1814, et la plupart des peintres sont partis, tandis que Marseille compte encore quatre établissements en 1808. À Varages, où trois fabriques ont fermé leurs portes, on parvient à retrouver le niveau de 1770 grâce au travail des cinq qui ont résisté (Bertrand, 1983, p. 72).

6En ce qui concerne les petites manufactures régionales, les quelques études menées sur le sujet montrent une résistance encore plus marquée. Grâce à des archives particulièrement riches, il a été possible d’observer de près le fonctionnement de la manufacture de Meillonnas pendant cette période, avec les conclusions suivantes : « Juste au commencement du nouveau bail de Maurel, en septembre 1801, on détruit l'ancien grand four, et on en reconstruit un nouveau, qui sera terminé le mois suivant. En 1804 et 1805, le moulin à vernis est entièrement refait et sa capacité doublée. La même année voit la réfection de la chambre du blanc et celle de la calcine, et celle du toit des fours et du hangar à bois. Toutes ces réparations montrent clairement qu'une nouvelle impulsion est donnée à la fabrique, qui se traduira par une activité record en 1808 et 1809. […] Si, à Meillonnas, on constate une activité en croissance régulière, alors que dans l'histoire classique de la faïence française, la période 1795-1814 correspond en général à une crise profonde qui affecte tous les grands centres, c'est parce qu'il s'agit là d'une fabrique provinciale modeste dont la production est destinée à une clientèle locale d'habitués qui ne sont pas encore influencés par la mode de la porcelaine et de la terre de pipe. Ce phénomène à contre-courant est également observable dans une région comme la Bourgogne auxerroise, à l'écart des grands mouvements de l'économie et de la mode. À Meillonnas, si l'on constate un glissement très progressif vers une production plus rustique, il n'y a pas de cassure entre le XVIIIe et le XIXe siècle avant 1815 au moins » (Rosen, 1993 /1, p. 75).

7Concernant la faïence, ce tableau montre une industrie en cours de réorientation, qui ne se porte somme toute pas si mal, même si on est loin de la prospérité des années 1760-1780. En définitive, on voit que, de 1800 à 1815, faute d’une véritable renaissance, et privées des débouchés qui leur fournissaient l’occasion d’une production de qualité suivie, la plupart des manufactures produisent les mêmes choses qu’à la fin du siècle précédent, mais à un degré bien moindre, assurant surtout leur survivance en fabriquant de la faïence commune peu décorée ainsi que de la faïence blanche et brune. Les années noires de la Révolution semblent surtout avoir été une parenthèse traumatisante qui a, pour un temps, interrompu un phénomène de déclin progressif amorcé dès le milieu des années 1780.

8Pendant ce temps, la céramique dans son ensemble suivait l'évolution des autres industries comme les textiles, et surtout le coton, en subissant une révolution proprement économique, dont le courant imposait la diffusion massive de techniques importées d’Angleterre ou imitées depuis la seconde moitié du XVIIIe siècle. La terre de pipe de type anglais, qui avait déjà commencé à attaquer la faïence stannifère par deux fois vers 1760 et après 1786, continuait sa progression inéluctable, un moment interrompue par la Révolution. À la deuxième Exposition des produits de l'industrie française de 1801, qui se tint dans la Cour du Louvre, une médaille d’or fut attribuée à Montereau, qui comptait entre 160 et 180 ouvriers, alors qu’un nombre grandissant de manufactures se concentraient dans le Bassin parisien et autour de Paris, devenue la capitale commerciale de la France. La manufacture de Choisy-le-Roi fut fondée en 1804 et prit une très grande importance au cours du XIXe siècle. À Creil, un nouveau groupe d'actionnaires, dont François-Charles Saint-Cricq, prit la tête de la manufacture active depuis 1797 : alors qu'elle avait 60 ouvriers en 1804, elle atteignit les 800 en 1811 (Cahiers, n° 44, 1969, p. 185). À Sèvres, Lambert travailla de 1798 à 1815 et Val-sous-Meudon s'établit au début du XIXe siècle. Dans le Nord et l'Ouest, Ferrières-la-Petite fut fondée en 1798, et Villeroy, de Vaudrevange, s'associa avec la famille luxembourgeoise Boch. On trouve également d'autres manufactures, à Forges-les-Eaux vers 1800, au Havre avant 1802, à Rouen avec Letellier de 1800 à 1808, et même à Nevers avec Dubois et Senly de 1794 à 1806, puis avec les Dubois seuls jusque vers 1812. Dès 1801, dans l'Est, à Sarreguemines, Utzschneider met au point une variété de « cailloutage », composé de terre blanche de Coblence et de quartz de la Sarre, qui « remplace sous tous les rapports la vaisselle des manufactures anglaises ». Il fabrique des grès colorés jaspés imitant les pierres dures, des grès noirs black basalt, des faïences à lustre métallique et des terres rouges imitant l’antique. Grâce à ces produits originaux de qualité, il collectionne les médailles d’or aux expositions. Présenté à l'Empereur en 1808 à Metz, il en obtient de nombreuses commandes (Cahiers…, 1969, p. 216).

9En 1806, parmi les 1 400 exposants à l'Exposition des produits de l'industrie française, on compte surtout des fabricants de terre de pipe et de porcelaine. À la section « poteries », dans l'introduction de la notice, on dresse un bilan de la situation de la terre de pipe en France : « la fabrique de la poterie dite "terre de pipe" est au nombre des nouvelles acquisitions de l'industrie française ; il n'y a pas plus de quinze ans que se sont formés la plupart des établissements qui alimentent aujourd'hui cette branche […] Le Jury leur recommande de s'appliquer à donner encore plus de perfection au goût de leurs formes et à la composition de leur pâte et plus de dureté à leurs couvertes ; il les invite particulièrement à porter leur attention sur les moyens économiques de fabrication qui pourraient procurer à cet article une diminution des prix suffisants pour soutenir avec succès la concurrence des étrangers ».

Le blocus continental et l'enquête des préfets

10Le 21 novembre 1806, à Berlin, Napoléon Ier, bien décidé à ruiner le commerce anglais, décrétait un ensemble de mesures destinées à fermer au commerce de l'Angleterre tous les ports du continent. L’idée de ce « Blocus continental » remontait à 1793, date de la résiliation du traité de Vergennes, et l’on pensait depuis quelque temps, comme Le Chancelier du Pasquier, qu’il faudrait employer tous les stimulants possibles pour amener l'industrie continentale à suppléer à ce que ne fournirait plus l'industrie anglaise. Dans le domaine de la céramique, l’idée avait déjà été soumise en 1805 par Champigny, alors Ministre de l’Intérieur, à Alexandre Brongniart, administrateur de la Manufacture de Porcelaine de Sèvres depuis 1800. « Depuis longtemps, on cherche à remédier aux inconvénients que présentent nos poteries, et à réformer ce que les principes de nos manufacturiers ont de défectueux à cet égard. […] L’art feroit de grands pas vers sa perfection si on substituoit les substances terreuses indigènes au plomb et à l’étain qu’on emploie dans la fabrication des vernis, et qu’il faut tirer de l’étranger. Il importe donc de propager une découverte qui offre de si grands avantages à notre commerce ». Concernant la faïence stannifère, on peut même déceler dans cette initiative officielle la chronique d’une mort annoncée puisque la même année, le ministre précisait aux préfets que « ces considérations portent à désirer qu’on remplace nos fayences et nos poteries actuelles par une porcelaine commune plus généralement utile… pour exécuter à bas prix une poterie propre aux usages domestiques les plus variés… qu’on en revienne… à une méthode plus simple et à la recherche de matières premières indigènes plus abondantes et d’une plus facile exploitation » (Vaudour, 1984, p. 81).

  • 1 Dubus M. et Pannequin B., La céramique française sous l'Empire (...)

11Brongniart avait commencé dès lors à lancer son « Enquête du Ministère de l'Intérieur (Bureau des Arts & Manufactures) en vue de l'établissement à Sèvres d'une collection d'argiles, de matières à poterie et de poteries » plus connue sous le nom de « Enquête des Préfets ». Ce bilan-inventaire, en 1805, partait du principe économique que « la fabrication est au désavantage de notre balance de commerce, par l'emploi qui s'y fait du plomb et de l'étain que l'étranger nous fournit en grande partie », mais la nécessité d’une solution se fera de plus en plus urgente après le Blocus continental, l’industrie française étant profondément affectée par les difficultés d'approvisionnement en matières premières. À l’époque, la France comptait 130 départements, couvrant une bonne partie de l'Europe, notamment en Hollande et en Italie. Les réponses s’échelonnèrent jusqu’en 1812, mais seuls 30 départements répondirent à cette enquête : Ain, Allier, Aude, Charente, Cher, Doubs, Finistère, Forêts, Gard, Isère, Jura, Haute-Vienne, Loire-Inférieure, Lot, Manche, Montenotte, Moselle, Nièvre, Oise, Pas-de-Calais, Piémont, Puy-de-Dôme, Bas-Rhin, Rhin-et-Moselle, Rhône, Rœr, Sambre-et-Meuse, Seine Inférieure, Vaucluse, Vendée. Il est heureux que ce document ait fait l’objet d’une publication intégrale car l’étude synthétique des réponses permet de dresser un état intéressant de la céramique en France à l’époque 1.

12Nous possédons quelques études qui permettent une première approche de la question. Ainsi, pour un certain nombre de manufactures de la Seine-Inférieure, Catherine Vaudour a fait le bilan suivant : « Ces informations traduisent un état de transition : apparaissent déjà comme significatifs l’extinction de certains procédés comme la faïence stannifère, la vulgarisation de techniques récemment éprouvées et la mise à l’essai de factures nouvelles […] L’intérêt des autorités scientifiques et gouvernementales contribua fortement à l’expansion de cette technique de faïence fine dont on sait qu’elle fut particulièrement prolifique au XIXe siècle » (Vaudour, 1984, p. 87). Grâce à la réponse de Salazard, maire de Meillonnas, le 6 mai 1809, on sait par exemple que « la faïence [...] a perdu en beauté et en qualité, soit en raison des économies par les fermiers sur les qualités et quantités de plomb et de l'étain [...] soit qu'ils ne peuvent s'en procurer facilement depuis la guerre ». Mais, d’autre part, les archives nous montrent que la fabrique connaissait alors une activité sans précédent et se tournait de plus en plus vers la fabrication de vaisselle courante, et notamment de « faïence brune ». Le mémoire du département de Montenotte, l’un des plus riches en informations, avec les 50 manufactures d’Albisola Marine, Albisola Supérieure et Savone, qui emploient 2 170 ouvriers, « mentionne six à sept qualités de produits, dont la faïence blanche, la faïence brune, la faïence fine, et la poterie plombifère » (Dubus, 1993, p. 110).

13En 1809, le premier rapport remis au ministre de l’Intérieur dans le cadre de l’Enquête des préfets sonne officiellement le glas de la faïence stannifère. « La fabrication des faïences diminue de jour en jour. Le haut prix des métaux qu’elle consomme en est la principale cause. On finira par l’abandonner tout à fait. Ce n’est donc guère la peine de s’en occuper. Au moins peut-on ajourner cette besogne » (Vaudour, 1984, p. 86).

14Comme pour donner raison à cette analyse, beaucoup de petites faïenceries qui avaient réussi à survivre jusque-là furent contraintes de cesser toute activité. Le bilan exact en est difficile à établir car nous manquons souvent d’informations précises sur le XIXe siècle et la fin historique des principales manufactures, comme on a déjà eu l’occasion de le signaler. L’exemple de certaines régions pour lesquelles ce travail a été fait donne cependant une idée du phénomène. Ainsi, en Bourgogne, la manufacture d’Ancy-le-Franc-Château ferme en 1807, Montigny-sous-Perreux en 1809, les manufactures Ollivier et Chantemerle à Nevers en 1809 et 1810, La Charité-sur-Loire en 1812, Dijon-l’Ile en 1812 et Ligny-le-Châtel en 1815. Dans le Nord, le bilan est tout à fait semblable : Fauquez à St-Amand ferme vers 1805, Sta-Dupré à Desvres vers 1810, Boussemart-Petit à Lille en 1810, et Dorez vers 1820. À Grenoble, « les difficultés ont dû réellement débuter pour nos faïenciers vers 1810-1815 » (Bosso, 1980, p. 45). Dans le grand Sud-Ouest, où un bon nombre de manufactures avait déjà cessé toute activité avant la Révolution, Nègrepelisse, par exemple, ferma en 1809 et Garrigues, à Montauban, en 1810. À Samadet, on signale en 1812 que « cette manufacture, ne trouvant presque plus à vendre ses produits, est presque dans un état de stagnation » (Borredon, 1990, p. 54). À Meillonnas, les difficultés et les problèmes apparaissent dès 1809. Toutes les fabriques subissent le contrecoup du Blocus continental, dont les effets catastrophiques pour les faïenceries viennent s'ajouter aux circonstances économiques déjà peu favorables de la période.

15Les suites du Blocus provoquèrent également l’effondrement du grand commerce maritime : vers 1812-1814, le volume du commerce extérieur représentait la moitié de ce qu'il était en 1784-1788. La fermeture de ces débouchés traditionnels des grands centres occasionna une redistribution des rôles. Ainsi, Nevers perdit une part considérable de ses marchés au profit de Rouen à l’Ouest, et de la Lorraine et de la Champagne à l’Est. Cette période, jusqu'en 1815, a laissé son empreinte sur la géographie industrielle de la France comme sur la carte de ses faïenceries : l'axe de l'industrialisation se déplace vers le Nord-Est, tandis que les provinces de l'Ouest et du Sud-Ouest amorcent une désindustrialisation durable. L’avenir de la faïence, s’il lui en reste un, viendra du Grand-Est de la France.

Gobelet, h. 15 cm, Nevers, 1806, coll. part.

Notes

1 Dubus M. et Pannequin B., La céramique française sous l'Empire à travers l'enquête des préfets (1805-1810), éd. RMN, Paris, 1999.

Table des illustrations

Légende Gobelet, h. 15 cm, Nevers, 1806, coll. part.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/24815/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 309k

© ARTEHIS Éditions, 2021

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search