Version classiqueVersion mobile

La faïence en France du XIIIe au XIXe siècle

 | 
Jean Rosen

Seconde partie : Histoire de la faïence stannifère en France (XIIIe-XIXe siècle)

Chapitre 12. La faïence française pendant la Révolution

Texte intégral

Situation et plaintes

1Jusqu'au milieu de 1792, la conjoncture économique générale est globalement en prolongement de celle du XVIIIe siècle. On constate néanmoins une amélioration par rapport aux années 1788-1789, même si les industries de luxe, dont certains secteurs de la faïence, pâtissent de l'émigration. À partir de 1792-1793, début des années noires de la Révolution, l'effondrement économique résulte de la conjonction de l'inflation, de la guerre civile et extérieure. Ses effets en sont toutefois atténués dans les régions rurales qui se replient sur une économie de subsistance. On sent toutefois une légère reprise à partir de 1796 : à l'effondrement économique général de la façade atlantique s'opposent les progrès du Nord et de l'Est dans le domaine du coton, de la draperie, de la sidérurgie et de la chimie. En 1800 et sous le Consulat, l'activité industrielle française n'a retrouvé que 60 % de son niveau de 1789. En ce qui concerne l'histoire de la faïence pendant la Révolution, comme pour les périodes précédentes et malgré ses spécificités, on peut constater une fois de plus que l'évolution suit les mêmes tendances générales que celles de l'économie dont elle fait partie intégrante. Avant d'examiner ce qu'a véritablement été la situation des manufactures pendant la Révolution française, un tour d'horizon des documents de l'époque doit tout d'abord nous permettre d'évaluer la nature des réactions manifestées pendant les événements. On verra ensuite quelle a été l'interprétation qu'en ont donnée les historiens de la faïence, avant d'examiner s'il convient d'apporter un crédit total aux idées généralement répandues sur la question.

2Les premières réactions se situent tout naturellement dans la suite logique de celles évoquées au chapitre précédent. Les grands centres, Paris, Nevers, Rouen, Marseille, Moustiers, qui ont les plus grosses structures, sont les plus touchés, mais les protestations fusent de partout, de Saint-Clément à Bordeaux, et du Nord au Midi. On retrouve un certain nombre de constantes, quels que soient l'époque, la fonction des protestataires et le lieu de la protestation. On incrimine immanquablement le traité de commerce avec l'Angleterre et la concurrence déloyale de la terre de pipe anglaise, mais aussi les difficultés d'approvisionnement de toutes sortes : les matières premières importées d'Angleterre, mais surtout le bois, dont le prix augmente considérablement, quand on en trouve. On évoque également le grossissement des stocks et la mévente, les difficultés monétaires et de trésorerie, et on déplore parfois le chômage et la situation sociale qui en découlent. Très souvent, on assiste à des tentatives avortées de fabrication de terre de pipe à la façon de l'Angleterre, vainement destinées à sauver la situation mais qui ne font, en général, que mettre l'accent sur l'inadaptation structurelle et technique de l'industrie française.

3Le document le plus fréquemment cité lorsqu'on évoque la situation des faïenciers après 1789 est la pétition nationale collective déjà évoquée plus haut, présentée à l'Assemblée nationale en 1790 par Glot, maître de la manufacture de Sceaux, sur l'État des manufactures de faïence et de porcelaine établies dans le Royaume. « Il faut donc compter dans le royaume près de deux cent trente ou quarante établissemens, dont la situation actuelle a donné lieu à l'énumération d'ouvriers sans ouvrage portée au résultat du présent mémoire. […] Chacun de ces établissemens ne pouvoit employer moins de cinquante ouvriers, ce qui fait un nombre de treize mille deux cents, dont on peut supposer la moitié célibataire ; il restera donc six mille six cents hommes avec femmes et au moins deux enfants, alors on aura quatre têtes par famille, ce qui donnera vingt-six mille quatre cents individus, auxquels ajoutant six mille six cents célibataires, on trouvera que le traité d'Angleterre prive trente-deux mille cinq cents hommes des moyens de subsister que leur offroient les manufactures, et dont la nation est surchargée ; et par une suite toute naturelle, on jugera facilement que ces trente-deux mille cinq cents hommes résidans habituellement dans les lieux où étoient fixées les diverses manufactures, y répandoient le produit de leurs travaux, qui en faisoit souvent toute la richesse. Si l'on ajoute à cet effrayant tableau ceux que peuvent mettre sous les yeux des représentans de la nation, la quantité innombrable de fabricans de tous genres, l'Assemblée nationale, jugeant de l'immensité des maux occasionnés par le traité de commerce fait avec l'Angleterre, ne pourra, sans douleur, suspendre d'aviser aux moyens les plus prompts pour arrêter le cours, ou les effets d'un traité si destructeur du commerce français, et si peu respecté par la nation angloise » (cité par du Broc de Segange, 1863, p. 273).

  • 1 Pour un développement plus complet sur la période révolutionnaire (...)

4À Paris, la liste de Glot mentionnait 14 établissements en 1789. En 1790, selon un document de l'époque, il n'en restait plus que sept (de Guillebon, 1995, p. 29). À Nevers – probablement le centre le plus durement touché par la Révolution –, cinq faïenceries sont réduites au chômage dès 1789 1. En octobre 1790, 200 familles d'ouvriers faïenciers adressent à l'Assemblée nationale un Mémoire des ouvriers peintres tourneurs en fayence de la ville de Nevers, et les manufacturiers une Requête des maîtres de manufacture de fayence de Nevers tendant à la rupture du traité d'Angleterre et à l'abolition des droits réservés étant contraires à leur manufacture. Les faïenciers exposent même, dans leurs doléances, qu’on emploie de la faïence anglaise dans les banquets officiels patriotiques ! À la fin de 1790, Simon Robert propose de fabriquer de la terre de pipe, mais sa demande est rejetée car ses essais « n'ont produit que les ouvrages les plus défectueux ». Un nouveau mémoire daté de 1791 évoque les raisons de la crise : le traité de commerce et l'introduction de la faïence anglaise en France ; l'augmentation survenue depuis ce traité dans le prix du plomb et de l'étain que les faïences de Nevers sont obligées de tirer d'Angleterre ; la supériorité des autres manufactures sur celles de Nevers ; la cherté du bois et des droits réservés payés à son entrée dans cette ville ; la préférence donnée à la faïence creuse sur la plate ; le cours forcé des assignats et la difficulté de les convertir en argent ; celle de payer les ouvriers en papier-monnaie ; la difficulté de transporter les faïences par eau pendant l'hiver ; le défaut de bois sec ; le défaut de vente ; le défaut de place dans les magasins qui sont pleins, et le défaut de fonds. Ils accusent également de graves handicaps qui sont un aveu d'incompétence : « nos bois sont chers et ne peuvent être, comme en Angleterre, avantageusement remplacés par le charbon ; notre main d'œuvre ne peut se perfectionner rapidement en employant les mêmes agens routinés dès l'enfance à une autre manière de faire ». Au début de 1792, les maîtres de manufacture, pour satisfaire au paiement de leurs ouvriers, font une troisième émission de billets de secours et invitent les porteurs de ces billets à venir les échanger contre des assignats de cinquante livres et au-dessus. En 1793 a lieu une nouvelle tentative pour établir une manufacture de faïence « à pâte douce, dont la beauté puisse nous empêcher de regretter celle qui venait d'Angleterre », mais elle n'eut pas de suite (Thuillier, 1966, p. 170). En 1796, les ouvriers exposent l'état déplorable de détresse où ils sont réduits par le prix excessif des denrées de première nécessité ; à leur tour, les manufacturiers menacent de fermer les fabriques si on élève les salaires : ils ne peuvent pas faire leurs approvisionnements de bois et de plomb, et leurs moulins à émaux sont réquisitionnés. Plusieurs fabriques changent de main, et une nouvelle manufacture, celle des Conrade, est obligée de fermer avant 1800. On connaît le tableau navrant dressé dans l'Aperçu sur la situation des manufactures de fayence de la ville de Nevers, daté du 12 Germinal an VIII (1800). Sur les dix établissements existant encore, dont les magasins encombrés contiennent 66 000 douzaines de faïences – c’est-à-dire un nombre au moins triple de pièces effectives –, « deux seuls manufacturiers ont travaillé cet hiver et se voient au bout de leurs moyens ; croit-on les engager efficacement à continuer… en les écrasant de nouveau par des impôts ? » (cité in Montagnon, 1987, p. 19). En l'an IX, Jacques Souroux tente une nouvelle expérience de terre de pipe, mais doit fermer au bout de trois ans (Thuillier, 1966, p. 170).

5À Rouen, le constat est très semblable. La Statistique manuscrite du département de la Seine Inférieure de 1798-1800 retrace l'évolution de la situation pendant ces années et en analyse les causes et les effets. « Rouen possédait avant la Révolution beaucoup plus de manufactures qu'aujourd'hui. Ainsi, en 1781, elles entretenaient 570 ouvriers, dont un sixième de peintres ; elles avaient 25 fours en activité. L'apprêt d'une fournée exigeait hui jours. En 1789, elles occupaient 380 ouvriers, mais la peinture avait déjà reçu un grand échec ; on ne comptait plus que 24 fours en médiocre activité. En 1796, il ne restait plus que 150 ouvriers faiblement occupés, et neuf fours qui l'étaient encore moins. L'apprêt d'une fournée exigeait trois décades. Aujourd'hui, il y a dix manufactures de faïence qui emploient 250 ouvriers, nombre qui représente une augmentation sensible, si on le compare à celui de l'an IV ». La cause de tout cela est « la concurrence de la poterie anglaise, et les événements inséparables de la Révolution, [dont] les conséquences n'ont pas été moins funestes à la prospérité de ces manufactures. L'excessive cherté des matières premières, la parcimonie dont on a usé nécessairement à l'égard de l'émail et de la fabrication en général ; l'emploi de la soude de warech en remplacement de celle d'Alicante ; celui de l'étain de vaisselle allié de plomb, au lieu d'étain en pièce et de bonne qualité ; celui de la mine de plomb de Paris, au lieu de celle d'Angleterre etc.…, toutes ces causes ont eu une grande influence sur la décadence des manufactures de faïence ; si plusieurs d'entre elles sont parvenues à lutter contre cette foule d'obstacles ou de préventions, ce n'a été qu'au prix de sacrifices de tout genre dont elles ne seront indemnisées qu'à la paix. […] Rouen a fait plusieurs essais pour imiter la poterie ou faïence anglaise ; malheureusement, ils n'ont pas obtenu le succès qu'on s'était promis. […] On n'a pu donner à la faïence blanche, façon d'Angleterre, les qualités qui distinguent celle que nous recevons des Anglais […] Aussi les divers établissements qui s'occupaient de cette fabrication ont-ils cessé leurs travaux » (Pottier, 1986, p. 347).

6À Moustiers, en 1789, dans le Registre des cahiers de doléances de la sénéchaussée de Digne, « la communauté sollicite des encouragements pour la fabrication de la faïence, la diminution des droits sur l'exportation de cette marchandise, et proscription des faïences anglaises » (Viré, 1992, p. 63). Pendant les événements, les faïenciers sont nombreux parmi les édiles et nombre d'entre eux participent à la milice locale : en 1790, on en compte au moins quinze, dont cinq officiers, qui représentent treize ateliers (Mompeut, 1984, p. 27). Cependant, fait significatif, la célèbre manufacture Laugier-Chaix ferme et Moustiers ne compte plus que onze fabriques. À Varages, « la production s'est effondrée. Trois fabriques sur huit ont fermé leur porte ; les effectifs sont tombés de moitié » (Bertrand, 1983, p. 70). À Marseille, « l'époque révolutionnaire annoncera le déclin définitif de l'ensemble des manufactures marseillaises ; les guerres, la chute des échanges commerciaux, le manque d'argent, ou d'acheteurs, morts ou exilés, la hausse des prix de revient, la concurrence et enfin les phénomènes de mode provoquent l'anéantissement de cette industrie traditionnelle. La Veuve Perrin ferme en 1803, et seules deux fabriques seront encore en activité en 1806 : celles de Jean-Baptiste Sauze et d'Antoine Bonnefoy » (Maternati, 1990, p. 49).

7Dans tout le pays, il n'est guère de centre, grand ou petit, où une manufacture n'ait eu, peu ou prou, à déplorer des difficultés d'approvisionnement, une baisse de productivité, voire une cessation totale ou partielle de son activité.

Résistances

8Le tableau général des faïenceries en France, pendant les années de la Révolution, apparaît effectivement bien sombre, à telle enseigne que c'est devenu une habitude bien ancrée que de faire s'arrêter l'histoire de la faïence française à cette époque. Les exemples issus des anciens auteurs classiques abondent pour trouver une consécration dans le catalogue Faïences françaises de 1980. On y lisait par exemple : “Bien peu de fabriques survivront à la tourmente révolutionnaire. […] Seule une fabrication locale, et surtout rurale, se maintiendra » ou « Contrairement à presque toutes les faïenceries françaises qui ont disparu entre 1786 et 1800, Saint-Clément survivra à la tourmente révolutionnaire » (Faïences françaises, 1980, p. 14 et 234). Si l'on s'en tient à une pure appréciation esthétique relevant de l'académisme classique hérité des amateurs de « curiosités » de la fin du XIXe siècle, on peut effectivement considérer comme une évidence que la Révolution française marque la fin de la plupart des belles fabrications faïencières caractéristiques des styles Louis XV, Louis XVI et Néo-classique, ouvrant la route à la porcelaine, support dorénavant privilégié des « grands décorateurs ».

9Suivons plutôt Marcel Proust qui, évoquant Swann, écrivait : « Ayant laissé s'affaiblir les croyances intellectuelles de sa jeunesse, et son scepticisme d'homme du monde ayant à son insu pénétré jusqu'à elles, il pensait […] que les objets de nos goûts n'ont pas en eux une valeur absolue, mais que tout est affaire d'époque, de classe, consiste en modes, dont les plus vulgaires valent celles qui passent pour les plus distinguées » (Du côté de chez Swann). Il semble en effet que l'on puisse examiner la situation de plus près, sans a priori esthétiques, pour constater que la Révolution a surtout eu pour effet, comme souvent en pareil cas, d'éliminer les structures les plus fragiles et les moins adaptées, et de permettre un réajustement aux nouvelles données économiques. La loi d'Allarde, du 2 mars 1791, accordant aux ouvriers la liberté d'établissement en supprimant les corporations et les jurandes, et établissant la taxe de la patente, a également pu permettre l'épanouissement de nombreuses compétences, fussent-elles purement commerciales. Les exemples ne manquent pas, de résistances locales ou d'entreprises nouvelles, qui ont vu s'affirmer des talents divers. Ainsi, Verdiez et Husson créèrent une manufacture prospère à Paris en 1791 et en acquirent d'autres par la suite. À Paris encore, le faïencier Louis-François Ollivier semble avoir connu des affaires prospères sous la Révolution. En 1792, dans un élan de patriotisme touchant, il offrit à la Convention un poêle imitant la Bastille (aujourd'hui au musée Carnavalet) dont son ami Camille Desmoulin fit publiquement l'éloge (de Guillebon, 1995, p. 71). Beaucoup trouveraient aujourd'hui à ce « chef d'œuvre » une vulgarité puissamment sympathique, plus estimable au demeurant que certaines imitations sans grâce des porcelaines allemandes par les peintres français de réverbère.

10Après les années noires, entre 1793 et 1796, contrairement aux idées reçues, de nombreuses fabriques, et non des moindres, reprirent rapidement leur activité et retrouvèrent le chemin de la prospérité en adjoignant souvent à leur production, mais pas toujours, celle de la terre de pipe qui poursuivit sa progression, encouragée par la rupture du traité de Vergennes le 1er mars 1793. Mais lors de la première Exposition des produits de l’industrie française, organisée par le Directeur François de Neufchâteau au Champ-de-Mars en 1798 pour développer l’industrie nationale et la rendre moins dépendante des importations, on ne comptait encore que cinq manufacturiers de céramique, parmi lesquels plusieurs fabricants de porcelaine.

11On peut prendre quelques exemples de manufactures qui ont traversé cette période sans trop en souffrir, alors qu'on sépare le plus souvent leur production en deux périodes très nettement marquées, avant la Révolution pour la production estimable et le XIXe siècle pour la faïence commune. L'examen précis des faits, quand il est possible, montre que la réalité est différente et que la transformation, beaucoup plus lente, ne se termine en général vraiment que sous l'Empire. À Sinceny, la faillite de Chambon en 1790 est surtout le fait des dettes accumulées depuis 1780. « Après quelques mois d'interruption qui permet au seigneur du château voisin de Rouy d'ouvrir une faïencerie avec les ouvriers au chômage de Sinceny, Jacques Fayard reprend la gestion de sa fabrique, aidé par Jean-Chrysostome Le Comte, nouveau directeur. Au moment où il est arrêté comme ci-devant noble (février 1794), il fait travailler soixante ouvriers, ce qui, avec ses idées progressistes, ne sera pas étranger à sa libération en septembre. Le retour à la normale a lieu en décembre 1796, lorsque Le Comte prend la manufacture à bail pour neuf années. Dès lors, la famille assure la bonne santé de la faïencerie jusqu'en 1824 […] Le passage du XVIIIe au XIXe siècle se fait si insensiblement qu'on est bien en peine de fixer une barrière » (Soudée Lacombe, 1993, p. 12).

12À Meillonnas, en ce qui concerne la période révolutionnaire, l'étude historique s'inscrit en faux contre l'affirmation reprise par tous les auteurs selon laquelle la Révolution aurait sonné le glas de la production « digne d'intérêt » pour inaugurer une période de « décadence artistique ». C'est là le schéma d'interprétation classique qu'on retrouve plaqué immuablement sur l'histoire de toutes les faïenceries ou presque, et qui continue à être encore largement répandu. Il faut voir que cette considération est bien plus le fait d'a priori politiques et esthétiques des autorités céramologiques du dernier tiers du XIXe siècle, qui avaient la Révolution française en horreur, que le reflet de la stricte vérité. Si les structures importantes de quelques grands centres de production comme Nevers ont effectivement mis longtemps à se rétablir après 1791, ce n'est pas le cas des nombreuses petites fabriques provinciales dont Meillonnas est un exemple. Si les événements de l'été 1793 ont entraîné l'arrêt de la manufacture pendant presque exactement deux années, jusqu'à l'été 1795, cette interruption n'a absolument pas constitué une rupture importante dans l'histoire de la faïencerie qui a recommencé à fonctionner aussitôt après avec les mêmes ouvriers et la même direction, et a continué sur un rythme accru jusqu'après 1810 (Rosen, 1993, vol. I, p. 78). On pourrait faire exactement la même observation à propos de la manufacture d'Aprey, par exemple, et sans doute d'un bon nombre de centres plus ou moins connus dans tout le pays.

13Dans le Nord-Est, dont on a déjà souligné la résistance et le dynamisme dans le domaine industriel en général, c'est le cas de Lunéville, en Lorraine, mais aussi de Saint-Clément et de Niderviller, qui regagna vite le terrain perdu après l'exécution du comte de Custine en 1793. Des régions entières semblent avoir trouvé à cette époque un souffle nouveau : les faïenceries de l'Argonne prirent alors une importance remarquable, emmenées par François Bernard, directeur de la manufacture du Bois d'Epense dite « des Islettes » jusqu'à sa mort en 1800. Dès 1786, la manufacture emploie 80 ouvriers et double sa production. « À partir de 1800, la faïencerie "des Islettes" acquit de plus en plus d'importance, le nombre des ouvriers s'accrut ; l'introduction des fours à réverbère permit de donner aux couleurs un éclat remarquable, et la variété des décors assura à cette manufacture une prospérité qui ne diminua qu'à la mort de Mme Bernard » (Demeufve, 1932, p. 535). En l'an IX (1801), elle présenta des pièces à l'Exposition de l'Industrie française organisée par les Consuls à Paris. Dans le Nord-Est en général, le mouvement est particulièrement sensible, mais c’est surtout la terre de pipe qui bénéficie de cette impulsion : la faïencerie de Vaudrevange est créée en 1789, celle de Sarreguemines, promise à un brillant avenir, en 1790, et celle de Longwy en 1798. En 1801, les propriétaires de Sarreguemines déclarent que leurs produits « remplacent sous tous les rapports la vaisselle des manufactures anglaises » (Céramique lorraine, 1990, p. 204).

  • 2 Sur ce phénomène de « nébuleuses », voir Rosen J., « La Bourgogne (...)

14Non loin du monstre nivernais paralysé, dans la Bourgogne dite « auxerroise », on constate la résistance caractéristique des zones rurales épargnées par la crise. La période révolutionnaire voit s'installer de nouveaux établissements à Clamecy en 1789, Egriselles, Vausse et Varzy en 1793, les Capucins à Auxerre, et Chevannes en 1797, ainsi que la Perreuse à Ancy-le-Franc en 1798, qui vont constituer une véritable nébuleuse régionale de petites fabriques 2. Dijon retrouve même une certaine activité avec deux manufactures, dont une transportée dans de nouveaux bâtiments en 1789. À Lyon, le nombre de fabriques n'a pas changé avant 1815, même si leur activité a subi une brusque chute après 1789. Malgré l'exécution des trois frères Revol en 1793-1794, la fabrication reprendra : « Au sortir de la tempête révolutionnaire, Lyon se redresse et innove en réactivant sa vie littéraire et artistique. La faïence, elle aussi, va partager cet élan de renouveau » (Deloche, 1994, p. 187). Quant à Grenoble, où Très-Cloîtres a fermé en 1780, les deux fabriques de François et Antoine Potié connaissent pendant cette période une prospérité jamais égalée. « On peut être sûr maintenant que les affaires de notre faïencier n'ont pas trop souffert des troubles économiques engendrés par la Révolution » (Bosso, 1980, p. 19). À Rouen, un timide mouvement de reprise s'amorce également. Dans la Statistique de Seine-Inférieure, vers 1798, on déclare : « On peut donc espérer que incessemment nous rivaliserons avec avantage les produits de l'Angleterre dont les progrès ont été lents comme les nôtres » (Pottier, 1986, p. 339, à propos de Forges-les-Eaux). Dans la première Exposition industrielle locale organisée en 1802, la faïence occupa un rang important, et on présenta au Premier Consul Bonaparte les principales productions de la région (Pottier, 1986, p. 348). À Samadet, dans les Landes, la manufacture fut dirigée par les Dyzez sans interruption jusqu'en 1810, et la statistique de 1811 déclare que « les produits de cet établissement se sont beaucoup améliorés depuis quelques années, parce que ce directeur intelligent a trouvé le moyen de donner aux ouvrages un degré de perfection qu'ils n'avaient jamais atteint jusqu'ici » (Borredon, 1990, p. 53).

Conclusion

15Il est indéniable que la Révolution, désorganisant l'appareil industriel et commercial, a profondément affecté toute l'économie française, et plus particulièrement la faïence stannifère traditionnelle, fabrication de demi-luxe exclue des produits de première nécessité et par là même plus fragile et plus durement touchée. Ces dommages irréparables ont surtout frappé les grands centres faïenciers, mettant en évidence les insuffisances structurelles, l'inadaptation technologique et les pesanteurs sociologiques, qui viennent s'ajouter, dans bien des cas, aux difficultés déjà causées par la crise de la fin des années 1780, étudiée au chapitre précédent. Dans le même temps, et pour les mêmes raisons, les petites structures les plus inadaptées et les moins dynamiques ont été condamnées, comme souvent en pareil cas. Il ne faudrait cependant pas croire que toute la faïence subit le même sort pour autant. Après 1796, et sous le Consulat, de nombreuses manifestations de vitalité attestent, sinon un renouveau, du moins une résistance caractéristique, montrant à l'évidence que la faïence n'a pas disparu. Pendant la Révolution française, elle a certes subi un sérieux coup, mais les causes de son déclin sont antérieures aux événements des années 1789-1793 et les effets de cet effondrement se feront surtout sentir à la fin du Premier Empire.

Assiette, Ø 23 cm, prise de la Bastille, Nevers, 1789, coll. part.

Notes

1 Pour un développement plus complet sur la période révolutionnaire à Nevers, voir Rosen 2011 op. cit., t. 3.

2 Sur ce phénomène de « nébuleuses », voir Rosen J., « La Bourgogne dite "auxerroise", une nébuleuse régionale comme tant d’autres, et un modèle méthodologique pour leur étude », in De silex, de terre et de faïence, la mémoire du sol en Bourgogne. Hommage à Jean-Paul Delor, sous la direction de Luc Baray, collection Archéologie et Histoire Romaine, éd. Mergoil, 2017, p. 283-293.

Table des illustrations

Légende Assiette, Ø 23 cm, prise de la Bastille, Nevers, 1789, coll. part.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/24810/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 209k

© ARTEHIS Éditions, 2021

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search