Version classiqueVersion mobile

La faïence en France du XIIIe au XIXe siècle

 | 
Jean Rosen

Seconde partie : Histoire de la faïence stannifère en France (XIIIe-XIXe siècle)

Chapitre 10. Entrepreneurs et entreprises

Texte intégral

Les entrepreneurs

Les nobles

1Au XVIIIe siècle, dans l'industrie en général, les groupes les plus dynamiques sont constitués par les grands propriétaires, nobles ou non, qui possèdent, outre des capitaux, des espaces forestiers propres à l'activité industrielle. Le bois reste, en effet, la seule source d'énergie utilisée dans les fours alors que l'énergie hydraulique sert le plus souvent à actionner les moulins, dont ceux destinés à broyer les émaux. Les nobles, souhaitant mettre en valeur leurs vastes domaines souvent nouvellement acquis, se lancent dans l'aventure industrielle. On les trouve aux origines de nombreuses entreprises minières et métallurgiques de l'époque, mais ils jouent un rôle tout aussi essentiel dans la création des verreries ou des papeteries et ont largement contribué à la multiplication du nombre des manufactures de faïence ainsi qu'à leur dispersion géographique dans tout le royaume.

2Il paraît utile de montrer ici comment l'exploitation des faïenceries a pu rester compatible avec l'état de noblesse. Soulignons tout d'abord que la notion de dérogeance a bien plus correspondu à une certaine conception de la « vie noble » qu'à une liste d'interdictions bien définies, même si de telles listes ont parfois pu être publiées. De manière constante, le commerce de détail ou l'hôtellerie, accompagnés de la tenue de boutiques ouvertes et d'enseignes, ainsi que l'exercice de certaines charges, comme celles de notaire, de sergent ou d'huissier constituent des cas de dérogeance assurée. De même, l'exploitation des fermes d'autrui et l'exercice de tout métier corporel, comme les « arts mécaniques », restent également interdits. Mais, au cours du XVIIe siècle, et surtout après la demande formulée par les États Généraux de 1614 concernant le « grand commerce », les nobles furent autorisés, voire encouragés, à se livrer à toutes les formes de commerce en gros – d'abord maritime – en 1629. Dans l'édit de Saint-Germain, en 1669, Louis XIV affirmait « qu'il importait à sa propre satisfaction d'effacer entièrement les restes d'une opinion qui voulait, bien à tort, que le commerce fût incompatible avec la Noblesse ». En règle générale, la noblesse fut non seulement autorisée mais également encouragée à participer aux activités industrielles, comme les mines, la sidérurgie, les papeteries, les verreries et les faïenceries. En fait, « la théorie de la dérogeance n'a pas cessé d'évoluer au fur et à mesure des besoins, et nombre de dispositions furent prises par la monarchie pour favoriser l'extension, ou la naissance en France de telle ou telle industrie considérée comme d'intérêt public » (Bigne de Villeneuve, 1918, p. 100).

3Toutefois, dans ce panorama général, les arts du feu dits « nobles » que sont la verrerie et la faïence constituent un cas particulier et semblent avoir bénéficié d'une considération particulière depuis fort longtemps. Déjà, l'empereur Alexandre Sévère, au IIIe siècle, classait la verrerie au rang des arts somptuaires. Philippe le Bel, en 1312, autorisait les verriers nobles à souffler le verre sans déroger. La Charte de 1448 affirmait essentiellement « l'éminente dignité de Maître Verrier », privilège confirmé jusqu'à Louis XIII. À l’époque des premiers développements importants de la faïence en France, à la fin du XVIe siècle, on a déjà fait observer les rapports étroits existant entre les verriers et les faïenciers, dont les matières premières comme les techniques de fabrication sont fort proches. Nombre de textes mentionnent les « gentilshommes verriers », à telle enseigne qu'on a même pu croire que la pratique de cette activité conférait la noblesse. Un arrêt de 1601, rendu en faveur de divers verriers dont ceux de Princeaux près de Nevers, précise bien « sans qu'à l'occasion de l'exercice et trafic de verrerie, ces verriers puissent prétendre avoir acquis le degré de Noblesse ni le droit d'exemption ; comme aussi sans que les habitans des lieux puissent prétendre que les verriers fassent acte dérogeant à Noblesse » (Bigne de Villeneuve, 1918, p. 102). En 1644, Antoine Conrade, de Nevers, est nommé « faïencier ordinaire du Roi » et, dès lors, il se déclarera « noble Antoine Conrade, maître-potier en vaisselle de faïence ». En 1699, le duc du Maine, prince des Dombes, accorde à Gaspard Boisson l'autorisation d'établir une verrerie au château de Beauregard « étant bien entendu, conformément aux coutumes, que les nobles pourront s'adonner à cette industrie sans déroger » (Rosen, 1993, p. 55).

4On peut attribuer l'intérêt particulier des nobles pour les faïenceries à trois causes essentielles, et probablement simultanées. La première tient sans doute à l'ancienneté de cette reconnaissance de la pratique des Arts du feu comme activité noble et au fait que le verre et, par extension historique, la faïence peuvent être considérés comme « le premier effet de la philosophie chimique tant estimée des anciens », selon la formule de Gilles André de la Roque, historien de la noblesse. La deuxième tient au détournement d'un phénomène de mode. En effet, on a vu à quel point Louis XIV a pu s'intéresser à la faïence ; Louis XV se montra encore davantage adepte de la porcelaine, au point de souhaiter l'établissement d'une manufacture capable de rivaliser avec celle de Meissen dès 1740, et d'avoir sa propre fabrique à Sèvres en 1756. Il y encourage la création et la protège par des monopoles et des interdictions, tout en s'assurant le privilège d'utiliser ses productions comme cadeaux de luxe offerts à des hôtes d'exception (on constatera d'ailleurs que la manufacture de Sèvres, de ses origines à nos jours, n'a point failli à cette mission). Les nobles ont pu alors voir dans l'établissement d'une manufacture dans leur domaine un moyen d'imiter le roi sans toutefois contrevenir aux interdictions. À ce titre, l'exemple déjà cité du baron et de la baronne de Meillonnas, de 1763 à 1766, est flagrant. La troisième cause est plus réaliste et tient au fait que, dès la fin du XVIIe siècle, le roi, en encourageant la noblesse à créer des manufactures, tendait à empêcher la France de demeurer tributaire du commerce et de l'industrie de l'étranger pour les productions dont elle avait besoin, en sollicitant ceux qui pouvaient supporter les avances de fonds nécessaires à ces établissements.

5De multiples exemples montrent que les nobles sont à l'origine de la création, dans leur domaine particulier, d'un nombre considérable de manufactures de faïence au cours de la seconde moitié du XVIIe siècle, et pendant presque tout le siècle suivant. Ce genre d'installation est si caractéristique du XVIIIe siècle que la manufacture de faïence type représentée à la planche I du Recueil de planches sur les sciences, les arts libéraux, et les arts méchaniques de la célèbre Encyclopédie de Diderot et d'Alembert montre qu'elle est installée à proximité immédiate du château seigneurial, séparée du parc par un simple mur et cachée par une rangée d'arbres. À très peu de détails près, la manufacture d'Ancy-le-Franc en Bourgogne auxerroise, fondée par le marquis de Louvois-Courtanvaux en 1766, telle qu'on peut encore la voir aujourd'hui, peut être considérée comme une reproduction fidèle de celle de l'Encyclopédie, dont elle est contemporaine. En général, tous ces établissements présentent des caractéristiques communes. Ils sont de taille modeste, extrêmement dispersés dans tout le royaume et éloignés des grands centres. L'énumération en serait trop longue, mais on peut néanmoins choisir quelques cas particulièrement exemplaires.

6Dès 1646, peu après l'achat de sa charge, puis jusqu'en 1656, Bénigne Legrand, premier président de la Chambre des Comptes de Bourgogne, fait l'acquisition d'un important domaine proche de Dijon. Son fils Jacques, devenu comte de Saulon, écrit en 1664 à l'intendant de Bourgogne à Paris, le priant d'intercéder en sa faveur auprès du roi afin d'obtenir des lettres patentes pour l'installation d'un haras, d'une tuilerie, d'une faïencerie, d'une émaillerie et d'une savonnerie (Rosen, 1986, p. 13). En 1675, à Toulouse, Georges d'Olive, seigneur de Bruguières, fonde la première manufacture du Sud-Ouest. En 1711, le comte de Fontenoy, premier chambellan du duc Léopold de Lorraine, établit une tuilerie, une faïencerie et une papeterie dans le vaste domaine de Champigneulles, près de Nancy, qu'il a acheté quelques années auparavant (Geindre, 1974, p. 180). Pour prendre des exemples de semblables créations, à la fois très dispersées géographiquement mais chronologiquement proches, on peut citer l'abbé de Roquépine à Samadet, dans les Landes, en 1732 ; Jean-Baptiste Fayard, seigneur de Sinceny, dans l'Aisne, vers 1733 ; Jean-François de Lafue, issu d'une famille de marchands, à Marignac, en 1737 ; Giraud de Briqueville à Vaucouleurs, dans la Meuse, en 1738. Jacques Lallemant, marchand-épicier de Langres, s'étant enrichi dans les fournitures aux armées royales et les forges, achète la charge anoblissante de secrétaire du roi en 1722 ; son fils Claude fait l'acquisition de la seigneurie d'Aprey en 172, et y installe une faïencerie en 1742. D'autres cas sont plus souvent cités, comme le célèbre baron de Bruny, à La Tour d'Aigues en 1756. Si le phénomène se ralentit considérablement après les difficultés qui marquent la fin des années 1770, on en observe encore quelques manifestations sporadiques et isolées, comme l'établissement d'une faïencerie par le marquis de Montigny, en Bourgogne auxerroise, en 1785.

Les entrepreneurs-marchands

  • 1 Voir détails dans Rosen 2009, op. cit.

7En ce qui concerne les grands centres producteurs, dans les faïenceries comme dans les autres branches de l'industrie, le personnage central est souvent l'entrepreneur-marchand. Il organise l'approvisionnement en matières premières et l'écoulement, sans toujours participer directement à la production. Contrairement à ce qui se passe dans l'industrie textile, où la production peut être éclatée, l'entrepreneur-marchand faïencier ne contrôle pas les diverses étapes du travail, tâche confiée au directeur de la fabrication, mais il est mieux organisé pour vendre. Il peut résider soit sur le lieu de production, soit dans une ville où il écoule la plus grande partie de la marchandise. Le rôle des marchands parisiens dans le développement des manufactures, déjà observé au XVIIe siècle, se poursuit au siècle suivant avec une importance grandissante, et les démêlés avec les faïenciers ne sont pas rares. L'exemple des Mazois est l'un des plus caractéristiques. Cette famille de riches marchands originaires d'Orléans, possédant des entrepôts quai de la Tournelle à Paris, eut des intérêts dans au moins quatre manufactures de Nevers 1.

  • 2 Le terme de « porcelaine » désigne alors la faïence hollandaise à décor en camaïeu bleu.

8À Paris, Pierre-Antoine Mazois obtient le titre de « marchand faïencier privilégié suivant la cour » en 1680, date à laquelle on trouve sa trace à Rouen. Il devient « maître verrier et faïencier suivant la cour » en 1684, et dépose alors ses armoiries. « Ces marchands suivaient la cour partout où elle se transportait. Ils étaient considérés comme des officiers et des commensaux de la maison du roi. À ce titre, ils étaient pourvus par le prévôt de l'Hôtel, grand prévôt de France, juge, gardien et conservateur des privilèges. Dans leurs lettres, il est dit qu'ils sont « francs, quittes et exempts de tous ponts, ports, passages, entrées, issues, gabelles et autres droits et impôts quelconques » (du Broc de Segange, 1863, p. 214). Dès 1679, Pierre-Antoine Mazois investit à Nevers, à la manufacture du « Bout du Monde », puis à celle de « l'Autruche » en 1695. À la maîtresse de la faïencerie, il fournira exclusivement les matières premières, sauf le bois qu'il paiera par une avance de 300 livres, et sera présent, lui ou un délégué, aux défournements. En contrepartie, il s'assure la quasi-totalité de la production pendant trois ans, à raison de trois fournées par mois, et avec cinq peintres qui ne peindront que « genre d'Hollande et de porcelaine » 2 (Montagnon, 1987, p. 112). Lors de la transmission de la fabrique en 1708, les conventions sont maintenues avec les successeurs. En 1722, on retrouve le même Antoine Mazois dans la fabrique Lefèbvre-Pansseron, à Nevers, où la veuve Mazois possède également des moulins sur la Passière. En 1710, un Louis Mazois est faïencier à Paris. « En 1730, le sieur Louis Mazois, de Paris, avait affermé rue de la Tarte [à Nevers] une manufacture aux faïenciers Cardot et Dubourg, qui devaient assurer le travail avec le concours financier du propriétaire ». En 1741, il leur réclama une dette de 15 000 livres en raison des avances qu'il avait faites. Un procès s'ensuivit, au cours duquel Mazois usa de son influence pour faire déclarer les juges de Nevers incompétents et mettre les faïenciers en faillite (Gueneau, 1919, p. 297). En 1745, comme on l’a vu plus haut, Etienne-François Mazois, marchand-faïencier, fils de Pierre-Antoine, s'associait avec l'Anglais John Hill pour créer une manufacture à Montereau-Faut-Yonne. En 1748, propriétaire d'un four à faïence dans cette ville, il y faisait des essais de terre de pipe de type anglais, céramique révolutionnaire à l'époque. En 1755, le même Mazois, chevalier, conseiller du roi en ses conseils et trésorier de France, était à Nevers, et, malgré les interdictions, y implantait la douzième manufacture. Celle-ci devait voir le jour grâce à l'apport des capitaux de sa mère, veuve de Pierre-Antoine Mazois, bourgeois de Paris, demeurant quai de la Tournelle. Ils réussirent d'ailleurs à lui faire obtenir le titre honorifique de « Manufacture royale », par lequel cet établissement fut ensuite nommé. Etienne-François Mazois mourut à l'âge de 43 ans, dans la maison de Mottret, maître de la Royale, selon du Broc, mais, en 1763, Tardy mentionne également un Etienne Mazois faïencier à Paris.

Les techniciens

9Les techniciens jouent également un rôle non négligeable dans les initiatives industrielles en matière de céramique. Ils n'ont certes guère de capitaux, mais leur association avec un patron peut se révéler fructueuse. Souvent d'origine étrangère, initiateur et dégagé des forces qui s'opposent à l'innovation, le technicien tire sa force de ses connaissances pratiques et peut être appelé à un grand destin. Parmi de nombreux exemples, on cite souvent celui d'Olérys, de Moustiers D'abord appelé par le comte d'Aranda à Alcora en Espagne, il revint en Provence en rapportant les secrets de la polychromie, ce qui lui permit de lancer cette mode, de renouveler les décors et de devenir le plus important des faïenciers de ce centre. Vers le milieu du siècle, on connaît également l'exemple des Löwenfinck, appelés d'Allemagne et employés à Strasbourg par Paul Hannong pour lancer la production au réverbère. De même, les techniciens anglais devaient jouer un rôle capital dans le développement de la terre de pipe à l’anglaise en France dès la fin du XVIIIe siècle.

10Au fur et à mesure que se développent la production et la consommation vers le milieu du siècle, parmi les principaux créanciers et les propriétaires de faïenceries, on trouve également des artisans et de petits entrepreneurs qui constituent un vaste groupe d'où se distinguent ici et là des innovateurs possédant une bonne expérience technique et commerciale. « Alors se produit la modification de l’organisation de nos fabriques. L’accession à la direction des affaires par des titulaires étrangers au métier, l’extension des entreprises feront disparaître les artisans et ouvriront l’ère des manufactures » (Montagnon, 1941, p. 80). Ils peuvent assurer sans trop de problèmes leurs besoins en capitaux, qui restent relativement faibles dans ce secteur par rapport à d'autres. À l’aide d'exemples pris dans des fabriques fort diverses (Lyon, Bergerac, Meillonnas, etc.), on a pu évaluer l'investissement de base nécessaire au lancement d'une faïencerie régionale de moyenne importance à 4 000 livres environ (Rosen, 1993, p. 167), ce qui représente bien peu de choses en comparaison des autres investissements industriels qui peuvent aller jusqu'à plusieurs centaines de milliers de livres et bien davantage. Il est évident que la grande majorité des faïenceries se situent dans la tranche des petites sociétés, dont le capital est inférieur à 75 000 livres ; tranche dans laquelle on retrouve la plupart des industries comparables établies en fonction de critères identiques, comme les verreries et les papeteries. On est loin des 300 000 livres nécessaires à l'établissement d'une grande manufacture de coton, et a fortiori des sommes investies dans les très grandes industries comme les mines ou la métallurgie, qui représentent parfois plus d'un million de livres (Braudel-Labrousse, 1993, p. 256). Les grands centres constituent cependant des exceptions : à Nevers, en 1789, cinq manufacturiers possèdent une fortune de plus de 200 000 livres. Avec 500 000 livres, « Jérôme Lestang possède l'une des plus grosses fortunes de la province, les Prysie s'intéressent aux forges et aux houillères de Decize, certains manufacturiers exercent même le métier de banquier. Il n'y a que le plus jeune d'entre eux, le Sr Gautheron dont la fortune soit médiocre », note l'intendant en 1788 (Thuillier, 1966, p. 167).

11Dans les périodes de prospérité, les bénéfices de cette industrie excitent les convoitises et stimulent l'envie des propriétaires, ceux des entrepreneurs industriels et commerciaux, dont les gains sont les plus rapides : le profit peut doubler ou tripler en deux ou trois décennies. Pour prendre l'exemple de Nevers, on connaît parfois le nom des créanciers des principales faïenceries, parmi lesquels plusieurs marchands locaux comme Lamiral et Antoine Brécat, mais aussi les chanoines du chapitre de Saint-Cyr et l'avocat Claude Lévêque. « Au XVIIIe siècle, la plupart des maîtres de manufacture ne sont même plus faïenciers. Tous ceux qui ont des capitaux, épiciers, hôteliers, marchands, avocats, fonctionnaires, bourgeois ou nobles, se disputent l'accensement ou l'achat des manufactures » (Gueneau, 1919, p. 308).

Les manufactures

12On peut certes penser que « la réalité manufacturière est trop riche pour prendre place sur le lit de Procuste des catégories conceptuelles des économistes-historiens » (Bayard-Guignet, 1991, p. 33). Il n'en reste pas moins que la grande majorité des faïenceries du XVIIIe siècle se situe entre l'entreprise rurale dispersée et la fabrique compacte, et joue dans le paysage industriel un rôle modéré, mais significatif : ce type d'organisation intermédiaire entre l'artisanat et la manufacture se développa d'abord et surtout dans le textile dès le XVIIe siècle. Il était déjà bien représenté dans le Languedoc, la Normandie du Nord et le Bassin parisien, régions où la faïence commençait à se développer parallèlement à la même époque. Ce type de structure devait s'affirmer tout au long du XVIIIe siècle dans toutes les branches de l'industrie, et tout particulièrement dans celle de la faïence. On peut également constater que, dans la seconde moitié du siècle, la lutte observée dans l'industrie en général entre fabriques rurales et artisanat urbain des métiers a tendance à tourner à l'avantage des campagnes qui voient se créer davantage de fabriques. Elles prennent une place croissante dans la production d'articles manufacturés, parfois destinés à la vente à longue distance, comme à Moustiers, et peuvent se révéler particulièrement dynamiques jusque vers 1850, date à laquelle ces manufactures traditionnelles disparurent presque toutes.

13Au XVIIIe siècle, la faïencerie, en tant que manufacture, ne se distingue pas vraiment de l'outil de production du modèle dominant, qui est celui de l'industrie textile. « La fabrique rassemble des outils et des travailleurs dans un espace productif, qui représente le premier poste de l'investissement, en l'absence du bouleversement des techniques ». Il est bien entendu extrêmement difficile d'évaluer le nombre d'ouvriers de chaque entreprise et la moyenne des employés dans les manufactures de faïence au XVIIIe siècle n'a jamais été faite. On peut cependant affirmer que la faïencerie type est d'une taille légèrement inférieure à la moyenne des entreprises industrielles du même genre, qui emploie moins d'une centaine d'ouvriers, avec quelques cas exceptionnels. À Rouen, concernant le nombre des manufactures et celui des ouvriers, les chiffres fournis par Pottier pour 1759, puis pour 1781, donnent respectivement une moyenne de 30 et 31. Pour 1786, le même Pottier parle de « ces établissements auxquels on supposait en moyenne une cinquantaine d'ouvriers » (Pottier, 1869, p. 242). À Nevers, que l'on peut prendre comme l'exemple type d'un centre à forte concentration, lors d'une requête en 1788, l'intendant déclare que chacune des douze manufactures « emploie l'une dans l'autre 150 à 160 ouvriers, dont les femmes et les enfants sont presque toujours occupés à l'usine » (Gueneau, 1919, p. 315). Il est probable que de tels chiffres concernent le maximum de personnel employé dans toutes les opérations de la fabrication et de la commercialisation. Dans tout le royaume, si l'on veut avancer un chiffre moyen qui resterait à confirmer, et d’après les monographies qui ont pu être réalisées ici et là, un bon nombre d'établissements fonctionnaient avec un effectif situé entre vingt et cinquante personnes. Bien des établissements n'avaient qu'une dizaine d'ouvriers qualifiés et rares devaient être ceux qui dépassaient la centaine. À titre de comparaison, on évalue à 70 environ le nombre moyen d'ouvriers par atelier à Athènes à la période classique (Scott, 1955, p. 408). Ainsi, dans la France du XVIIIe siècle, les faïenceries constituent un bon exemple d'activité situé entre l'artisanat et la petite industrie, à la fois omniprésent et très diffus, tenant une place intermédiaire entre le textile, davantage concentré, et les forges, pour lesquelles on estime que 1 000 maîtres, répartis à travers plus de 700 paroisses, dirigeaient une multitude d'établissements employant entre trois et dix travailleurs.

14En résumé, au cours du XVIIIe siècle, on note une relative stabilité de la taille des manufactures, et une absence de progression vers des structures plus importantes. Il y a à cela des raisons économiques qui tiennent à l'étroitesse du marché et à la concurrence ainsi qu'à la fragilité globale du pouvoir d'achat de la clientèle à qui s'adressent les faïenceries. On peut aussi y voir des raisons techniques car le regroupement de la main-d’œuvre ne suffit pas à donner à la manufacture une supériorité décisive aussi longtemps que la production repose entièrement sur le travail manuel, ce qui est particulièrement vrai dans le cas de la faïence stannifère au XVIIIe siècle. Seule la mise en œuvre de nouvelles céramiques et de nouvelles techniques, vers le milieu du siècle suivant, permettra une véritable extension des structures. Dans le domaine de la faïence, comme Jean-Charles Asselain le note pour les autres industries françaises, « l'expansion s'est déroulée dans un cadre qui, du point de vue de l'organisation et des méthodes, reste largement traditionnel » (Asselain, 1984). À la veille de la Révolution, ce cadre n'a pas fondamentalement changé depuis l'époque de Louis XIV ; seules les quantités produites diffèrent.

Faïencerie, l’Encyclopédie, Diderot et d’Alembert.

Notes

1 Voir détails dans Rosen 2009, op. cit.

2 Le terme de « porcelaine » désigne alors la faïence hollandaise à décor en camaïeu bleu.

Table des illustrations

Légende Faïencerie, l’Encyclopédie, Diderot et d’Alembert.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/24809/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 753k

© ARTEHIS Éditions, 2021

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search