Version classiqueVersion mobile

La faïence en France du XIIIe au XIXe siècle

 | 
Jean Rosen

Seconde partie : Histoire de la faïence stannifère en France (XIIIe-XIXe siècle)

Chapitre 11. Le traité « de Vergennes », cause du déclin des faïenciers français ?

Texte intégral

L'anglophilie

1Tous les économistes et les historiens ont souligné l'importance du courant d'anglophilie qui traverse le siècle, et dont on a déjà parlé à propos de Montesquieu, de Voltaire et de la « terre d’Angleterre ». Le développement technologique et industriel britannique fascine les Français. Il se manifeste d'abord dans le textile, puis dans la soierie, la métallurgie lourde, la quincaillerie, les mines, la papeterie, la verrerie et, bien entendu, la céramique, avec les développements que l'on connaît. Cette révolution technique touche essentiellement, il est vrai, les entreprises les plus dynamiques. À leur tour, les Français sont saisis d'émulation et tout un mouvement de recherches se développe. Depuis 1750, existent en outre des missions secrètes d'espionnage économique : on cite souvent l'exemple de Holker, Ecossais catholique arrivé en France dès 1746 et introducteur à Rouen, puis dans toute la France, des « mécaniques » pour l'industrie textile. Son fils Jean, Inspecteur général des manufactures de France, s'associa en 1774 avec d'autres britanniques à la tête de la manufacture de terre de pipe de Montereau, et fut soutenu et protégé par Trudaine, très intéressé par cette nouvelle céramique. L'installation de tels techniciens anglais est facilitée et s'intensifie régulièrement à partir de 1760-1770. L'avance anglaise commence à s'amplifier dans les années 1770 : elle repose sur des innovations techniques qui représentent des réponses pratiques et progressives à des situations de rareté : comme on l’a vu, la pénurie de bois impose l'utilisation systématique de la houille et du coke, et la rareté de la main-d’œuvre favorise la recherche et la diffusion du machinisme.

2Mais, en 1760, il n'y a pas véritablement de pénurie de main-d’œuvre ni de bois en France, d'où moins d'incitation au changement. Les innovations techniques anglaises, qui ont eu une application industrielle rapide, ont une diffusion très lente en France, dans le textile comme dans la faïence, même si, à partir de 1775-1780, il n'y a plus guère de secrets : les missions techniques prennent un caractère officiel, les hommes et les machines passent librement et de nombreux techniciens anglais viennent proposer leurs services en France. En 1779, on assiste à l'introduction de la machine à vapeur. On doit néanmoins faire observer que, globalement, et malgré une opinion trop répandue, la croissance industrielle française n'a pas été inférieure à celle de la Grande Bretagne pendant la plus grande partie du XVIIIe siècle. Malgré tout, il n'existait encore, à la veille de la Révolution, qu'un îlot d'industrie moderne en France.

Le Traité

3Charles Gravier, comte de Vergennes, est né à Dijon en 1717. Appelé par Louis XVI au ministère des affaires étrangères en 1774, il participa à toutes les négociations diplomatiques préludant à l'intervention française dans la Guerre d'Amérique en 1778. La fin de la guerre d'Amérique, en 1803, permit la reprise des échanges. Ainsi, un traité de commerce avec l'Angleterre fut signé avec le gouvernement anglais de William Pitt le jeune le 26 septembre 1786 grâce aux négociations menées par Rayneval pour la France et Eden pour l'Angleterre. Ce « Traité de Vergennes » était une mise en pratique des idées concernant le libre-échange, fort répandues en Angleterre et défendues en France notamment par Vincent Gournay, intendant du commerce originaire de Saint-Malo. Celui qui est l'un des plus brillants économistes français des années 1750 déclarait, en 1758, dans ses Considérations sur le Commerce que « dans le commerce, l'industrie naît de la liberté, la consommation intérieure et extérieure du bon marché, suite de la concurrence ; de la consommation, enfin, l'emploi des hommes et de la population, seuls principes actifs et créateurs d'un état ».

4« C'est une application de l'article 18 du traité de 1783, dont le but est de consolider la bonne harmonie qui subsiste entre Leurs Majestés Très Chrétienne et Britannique et d'en étendre les heureux effets sur leurs sujets respectifs. Les moyens les plus efficaces pour remplir ces objets étaient d'adopter un système de commerce qui eût pour fondement la réciprocité et la convenance mutuelle, et qui, en faisant cesser l'état de prohibition et les droits prohibitifs qui ont existé depuis près d'un siècle entre les deux nations, procura de part et d'autre les avantages les plus solides aux productions et à l'industrie nationale et détruisit la contrebande qui est aussi nuisible au revenu public qu'au commerce légitime, qui seul mérite d'être protégé ». L'article 4 stipule que « les droits des marchandises dans les deux États seront alignés sur le tarif de la nation la plus favorisée ; vins de France, vinaigre, eau-de-vie, huile d'olive, bière, quincaillerie, tabletterie, coton, lainage, toile et baptistes, selleries, gazes, mousselines ». Le paragraphe 12 de l'article 6 stipule que « la porcelaine, la faïence et la poterie paieront mutuellement 12 % de la valeur, de même que les glaces et la verrerie » (Léoncel, 1995, p. 36).

5Il est permis de penser que, d'un côté comme de l'autre, il y eut sous-estimation de la différence industrielle entre les deux pays. Ainsi, ce traité eut globalement un effet négatif pour l'industrie française. Les exportations de la Grande-Bretagne vers la France furent multipliées par quatre alors que les échanges dans l'autre sens ne l'étaient que par trois. Dans le plus court terme, les effets du traité furent cause d'incontestables difficultés pour les fabriques de cotonnades, de quincaillerie et de faïences, essentiellement parce que le droit de 10 à 12 % ad valorem prévu initialement ne fut pas effectivement perçu à ce taux mais à un taux inférieur qui ne dépassa pas en moyenne 4 à 6 %. Très rapidement se répandirent des campagnes hostiles émanant des chambres de commerce comme celle de Rouen. « À l'occasion d'un traité de commerce avec l'Angleterre, ce fut comme un cri de détresse poussé dans toute la France par les fabricants de faïence et de porcelaine » (du Broc de Segange, 1863, p. 214).

Les plaintes

6Pour des raisons évidentes, les plaintes les plus vives émanèrent des plus grands centres, et tout d'abord de ceux qui se trouvaient les plus directement et les plus immédiatement touchés par les importations. Dès 1786, Charles-Antoine Boyer, qui avait ouvert une manufacture à Bordeaux en 1765, est ruiné par la concurrence de la terre de pipe anglaise (du Pasquier, 1991, p. 30). À Rouen, en décembre 1787, le Rapport sur l'état du Commerce déclare que : « les faïenceries de Rouen occupent un grand nombre d'ouvriers. Leurs productions se débitent pour la consommation du royaume et ont été préférées jusqu'ici dans nos colonies. Mais le bas prix du charbon en Angleterre permet aux Anglais de vendre cette marchandise en France à vingt et vingt-cinq pour cent au-dessous de la nôtre ; ils en envoient des cargaisons considérables qui sont enlevées rapidement. La faïence de Rouen ne peut pas soutenir cette concurrence dans le royaume, et il est fort douteux qu'elle conserve le débouché des colonies » (Pottier, 1986, p. 347). Attaquée sur son propre terrain par les produits anglais, il n'est pas certain que la manufacture royale des terres d'Angleterre, dite du « Pont-aux-choux », à Paris, doive sa fermeture en 1788 au seul décès de son directeur Adrien-Pierre Mignon. Avec 250 ouvriers et deux fours en 1754, c'était le plus gros et le seul établissement moderne français de taille industrielle comparable aux manufactures anglaises produisant cette céramique. Elle avait 119 000 pièces en stock (de Guillebon, 1995, p. 62). À Paris, dans une lettre circulaire servant de publicité, datée du 1er février 1789, le négociant Cagniart écrit : « Les fayances anglaises, si estimées par leurs formes agréables, et leur bon usage, étant notre principal commerce, nous avons l’honneur de vous annoncer, que nous en tenons un assortiment considérable, rue de la Monnoie, au coin de celle Saint-Germain l’Auxerrois, au bas du Pont-Neuf. Nous avons aussi des camés, du plaqué anglais et des porcelaines de France ; le tout à un prix très modéré » (Le décor au chinois…, 1982, p. 180). Dans le Nord, le 16 août 1789, les manufactures de Douai et de Saint-Amand déclinent : « La fabrique de faïence est tombée de moitié depuis le traité de commerce avec l'Angleterre par la quantité de vaisselle de grès anglais qui est entrée. Au lieu de 45 ouvriers qu'on employait ordinairement, il n'y en a plus que 25 ». L'analyse de la situation faite par le préfet du Nord en 1804 permet de comprendre les raisons de ces difficultés : « La cause principale qui paralyse les manufactures de grès façon anglaise, en France, est la concurrence de la même faïence venant d'Angleterre. En effet, toutes les manufactures anglaises de cette nature sont placées dans le Stafford, au milieu des mines à charbon, où elles occupent 10 000 à 12 000 ouvriers. Les terres y sont amenées du Devonshire et les cailloux de la Tamise. Les vaisseaux qui, du Devonshire et de la Tamise, vont chercher du charbon dans le Stafford, se lestent de ces terres et de ces cailloux, en sorte que ces fabriques n'en acquittent pas même le prix réel. Le charbon de terre est en Angleterre à un prix infiniment moindre qu'en France, et la concurrence des chargements par eau, beaucoup plus considérable. Les manufactures de faïence en France ne peuvent prospérer que par l'interdiction absolue et sévère en France des poteries anglaises » (Bonifas, 1985, p. 75). De la même manière, dans l’Est, le préfet de la Meurthe relate qu’à Nancy, aussitôt après le traité, un Anglais nommé Moiana établit un comptoir de vente de produits céramiques anglais « débités en-dessous des cours, et ruinant ainsi les produits locaux » (Le décor au chinois…, 1982, p. 181).

  • 1 Pour toute cette étude, voir Gueneau 1919, p. 306 sqq.

7À Nevers, c'est l'ensemble du corps des faïenciers qui pâtit et s'inquiète pour son sort. Le 8 octobre 1788, dans une requête au roi, la dame Champesle, manufacturière à Nevers, déclare : « Dans un moment où les Français font retentir partout des cris d'allégresse pour célébrer vos vertus et leur bonheur, je crains de mêler à une harmonie si touchante les accents de la douleur […] Je suis à la tête d'une manufacture de faïence, où je soutiens huit cents personnes. Depuis le traité fait avec l'Angleterre, ce genre de commerce est presque anéanti, et je suis sur le point de cesser des travaux qui procuraient l'existence aux ouvriers malheureux, que j'ai employés jusqu'à ce jour. Depuis plus d'un an, je les nourris à ma perte, et j'ai mieux aimé sacrifier mon propre bien que de les réduire au désespoir en les renvoyant. Mais, Monseigneur, je suis mère de six enfants, et la religion aussi bien que la tendresse maternelle m'obligent à leur conserver mes premiers soins. J'ose vous demander, pour les infortunés, dont je vous ai peint la situation, les secours nécessaires pour leur faire passer un hiver qui sera d'autant plus rigoureux que le blé ayant manqué dans notre province se vend un prix considérable ». Sous l'emphase et l'exagération habituelles dans ce genre de demande, on sent néanmoins poindre un réel désarroi et apparaître des raisons qui n'ont pas toutes un rapport direct avec le traité mais qui, cumulées avec ses effets, créent une situation véritablement problématique. Le 12 décembre, l'intendant de Moulins, consulté sur l'état des manufactures, reconnaît que « depuis huit mois, celle du sieur Boizeau-Deville, homme cependant très aisé, a cessé tout travail : toutes les autres ont diminué leur fabrication d'un quart ». Les magasins regorgent de marchandise et il a fallu baisser les prix de vente d'un quart, en dépit de l'augmentation constante du bois et du plomb. Pendant ce temps, « les Anglais ont fait et font encore des versements considérables de faïences légères et de formes agréables, surtout dans les ports de Bordeaux et de Marseille ; qu'il nous en vient jusqu'ici et à un prix si modique que nos manufactures ne peuvent longtemps soutenir une pareille concurrence ». Pour l'instant, les faïenciers sont encore à l'aise car ils se sont considérablement enrichis pendant les bonnes années, mais la situation deviendrait catastrophique si elle devait se prolonger. Les ouvriers, dont le salaire est réduit d'un quart, sont les premiers à souffrir, même si leurs femmes sont employées comme aides dans les manufactures ou comme lingères et blanchisseuses. L'intendant propose de distribuer les secours aux maîtres des manufactures, à condition qu'ils gardent le même personnel avec les mêmes tarifs pendant tout l'hiver, et qu'ils se distribuent les ouvriers de Boizeau-Deville, de peur que « ces gens ne se portassent à s'expatrier, ou au moins à augmenter le nombre des vagabonds à charge et dangereux aux campagnes »1. La demande, renvoyée à la Commission intermédiaire « vu la position actuelle des finances », ne connut pas de suite.

8Moustiers n'échappa pas non plus à ce phénomène car les faïences anglaises arrivaient également par le port de Marseille. La trace que nous en conservons, à peine plus tardive, est un mémoire rédigé peu après 1789, qui déclare : « Mais les fabricants de Moustiers, qui avaient autrefois un si grand débit de faïence, ne font plus rien aujourd'hui. Le traité de commerce entre l'Angleterre et la France, et les circonstances extérieures […] en ont été la cause » (Davillier, 1863, p. 63). À Marseille, la chambre de commerce étudie longuement les causes du déclin des manufactures : « Le discrédit de la faïence artistique est dû avant tout à la concurrence que lui fait sur le marché européen la faïence d'Angleterre vulgairement appelée terre de pipe » (Arnaud d'Agnel, 1910).

  • 2 Comme on l’a déjà vu, l’expression « faïence fine » désigne ici les productions à décor de réverbè (...)

9Les grands centres ne furent pas les seuls à protester. Dans la célèbre pétition des faïenciers à l'Assemblée nationale présentée par Glot en 1790 sur l'État des manufactures de faïence et de porcelaine établies dans le royaume, il précise qu'« il existe dans le royaume plus de deux cent soixante fabricans, tant en porcelaine que faïences fines 2 et communes, non compris les établissemens de potier de terre. Nombre de ces fabricans ont fait leurs réclamations contre le traité d'Angleterre » (cité par du Broc de Segange, 1863, p. 273).

Le traité « de Vergennes », cause du déclin des faïenciers français ?

  • 3 Peiffer J., « Une confusion historique : terre de pipe et faïence fine », in Minovez J.-M. dir., F (...)

10Même s'ils ne connaissaient pas encore avec précision tous les documents cités ci-dessus, les premiers historiens de la faïence, dès le milieu du XIXe siècle, reprirent à l'envi l'idée que l'introduction de la terre de pipe anglaise, à la suite du Traité de Vergennes, avait causé la perte de la faïence stannifère traditionnelle. C’est à Brongniart, vers 1825-1830, que l’on doit la première utilisation moderne de l’expression « faïence fine » pour désigner la terre de pipe anglaise, terme qui désignera dès lors toutes les productions en terre blanche améliorée, et notamment – mais pas seulement – celles qui portent un décor imprimé 3. Il fut un des premiers à écrire : « C'est à l'introduction des faïences fines anglaises, et à celle de la porcelaine, qu'on attribue la dégénérescence de l'art. Les formes pures, les peintures soignées et délicates portaient à un prix trop élevé une Poterie dont le corps était moins estimé que celui des deux nouvelles Poteries qui paraissaient alors » (Brongniart, 1877, t. 2, p. 45). Cette hypothèse courante était d'ailleurs également exprimée par les historiens eux-mêmes, tels Levasseur qui écrivait, dans son Histoire des classes ouvrières en France, en 1859 : « Les verriers et les faïenciers étaient aussi dans une bonne situation, et y restèrent jusqu'à l'époque où le traité d'Eden amena dans nos ports les faïences anglaises, cuites à meilleur marché avec le charbon de terre » (Levasseur, 1859, t. 2, p. 372). De très nombreux auteurs ont repris cette idée, associant généralement le déclin de la faïence stannifère aux conséquences du traité de Vergennes. Celles-ci auraient fini par provoquer la fermeture définitive de la plupart des manufactures à la fin du XVIIIe siècle, la faïence stannifère ne se relevant pas de ce coup fatal.

11Aujourd'hui, à la lumière de nouveaux éléments d’analyse, nous pouvons considérer que ce schéma est un peu trop simpliste. Plusieurs auteurs ont d’ailleurs réagi contre cette interprétation, à leur manière. Henry-Pierre Fourest écrivait déjà en 1980 : « On a souvent dit que le traité signé par Vergennes en 1786, libérant l'importation de la faïence fine anglaise, était à l'origine de la ruine de la faïence française. […] En fait, ni un traité signé sous l'Ancien Régime, ni l'évolution de l'histoire économique ne constituent des explications suffisantes pour la compréhension de ce phénomène. Mieux vaut évoquer un changement du goût » (Faïences françaises, 1980, intr., p. 13). Il attribue exclusivement, pour sa part, cette responsabilité à l'apparition de la porcelaine dure, hypothèse qui nous paraît quelque peu discutable.

12Claude Bonnet a également mis en doute cette idée, dont il attribue la paternité à Champfleury, qui n'a, en fait, publié qu'après 1867. L'argument avancé est ici que « seul le déversement aléatoire des faïences sur le marché peut donner une idée – très approximative – de la production du XVIIIe siècle, contrairement aux collections de musées et des amateurs où un tri a été opéré. […] Pour ce qui est de la terre de pipe anglaise, on ne peut pas dire que le marché français en regorge, loin de là ! Est-ce donc tout ce qui reste de ce prétendu raz-de-marée ? » (Bonnet, 1990, p. 55). Il ne nous semble pas possible de retenir un tel argument pour diverses raisons. Il faut d’abord tenir compte de la durée de ce déversement, qui ne concerne guère plus de cinq années, de 1787 à 1793, date de rupture du traité. Ces produits utilitaires, d'un prix de revient modique, étaient en outre bien plus fragiles et périssables que la faïence stannifère : très sensibles aux chocs thermiques ainsi qu’à l’attaque des acides et des graisses, ils étaient utilisés quotidiennement et leur durée de vie peut être calculée à l'aune de leur prix de vente. Si l'on suit ce raisonnement, on pourrait dire la même chose des écuelles à oreilles en faïence brune, dont toutes les fouilles de faïenceries et les archives montrent à l'évidence qu'elles ont constitué l'un des articles les plus fabriqués de 1750 à 1850, alors qu'on n'en trouve pratiquement jamais dans le commerce ! Qui se risquerait à une pareille affirmation concernant, par exemple, les objets en fer blanc, dont l'utilisation et le prix devaient être comparables à l'époque ?

13L'examen des sources écrites comme celles citées ci-dessus, et, plus généralement, l’étude des archives de même que l’archéologie nous montrent, au contraire, que l'usage de la terre de pipe anglaise commençait à se répandre d'une manière significative à l'époque de la Révolution. Dans l’inventaire du marchand de faïences et cristaux rouennais J.-B. Soudet réalisé le 10 janvier 1786, on voit déjà que, sur un nombre total de près de 4 000 objets dont l’origine est mentionnée, les faïences anglaises représentent près de 43 %, loin devant celles de Rouen (32 %), de Strasbourg (17 %) et de Montereau (8 %). L'inventaire de l'abbaye de Fontevrault, en 1792, mentionne « douze douzaines tant plats qu'assiettes de fayance de France et d'Angleterre » (Angla, 1995). Un lot de céramiques datables de l'époque de la Révolution, dans une cave de Fontaine-Française en Côte-d'Or, renferme un nombre non négligeable de plats et d'assiettes en terre de pipe anglaise caractéristique, voisinant avec des productions locales de Dijon et de la Franche-Comté (non publié). Bien loin des ports où arrive cette terre de pipe, à Bourg-en-Bresse, l'inventaire de la famille Marron de Meillonnas daté de 1795 indique, à côté d'un exceptionnel service de 680 pièces en réverbère, « 80 pièces de faïence commune blanche, et 239 pièces de "terre anglaise", constituées de douze douzaines d'assiettes, dont deux douzaines à soupe, 23 tasses à café avec leurs soucoupes, deux pots à lait, quatre seaux, quatre casseroles, deux sucriers garnis de leurs couvercles et petites assiettes, une petite écuelle avec son assiette et son couvercle, dix petits pots à crème, deux moutardiers, trois soupières garnies de leur couvercle, sept plats longs de différentes grandeurs, deux verrières, dix compotiers, deux saladiers, et, dans le bureau, au-dessus de la commode, un pot à eau et une cuvette, le tout en terre anglaise et en bon état », c’est-à-dire un véritable service entier (Rosen, 1993 / 1, p. 180). Par rapport au total des céramiques, qui comprennent également de la porcelaine, la « terre anglaise » représente dans ce cas près de 22 %. D'autres découvertes dans d'autres endroits pourraient encore certainement venir compléter ces quelques exemples.

14En conclusion, on peut dire que, dans les années qui suivirent le traité de commerce avec l'Angleterre, les faïenciers français manifestèrent une profonde inquiétude, probablement justifiée en grande partie par le succès envahissant de cette nouvelle céramique à la mode et bon marché, dans une période où la crise économique forçait les consommateurs à la restriction sur tous les produits qui n'étaient pas de première nécessité, comme la faïence stannifère. Plus généralement, et comme on l'a déjà vu dans le chapitre consacré à la terre de pipe, on sait que cette céramique, dans le contexte de l'anglomanie, parée des plumes du paon de la nouveauté, avait déjà commencé à faire des ravages bien avant le traité de Vergennes à la faveur de multiples importations clandestines. On peut sans doute alors considérer la protestation des faïenciers français davantage comme une manifestation de peur émanant d'un secteur d'activité proto-industrielle encore largement tributaire de modes de production hérités du XVIIe siècle, incapable d'amorcer par lui-même des transformations structurelles décisives face à la concurrence d'une industrie véritablement moderne. Il ne faut pas non plus négliger, dans cette crise, « la reconnaissance des facteurs structurels de faiblesses : archaïsme des structures de fabrication, abaissement de la qualité, saturation du marché au lendemain de la Guerre de Sept Ans, effet de concurrence des nouveaux produits, plus attractifs et plus commodes d'usage, et qui valent 20 % de moins » (Asselain, 1984). La responsabilité directe du traité a sans doute été exagérée : ses effets représentent seulement un facteur aggravant d'une crise dont les causes essentielles sont ailleurs.

15En définitive, tout au long de la deuxième moitié du XVIIIe siècle, il semble bien que l'idée de la terre de pipe anglaise ait progressivement fait son chemin en France et, qu'à la faveur du traité de 1786, elle ait sérieusement commencé de mettre à mal la faïence stannifère française, déjà affaiblie par une crise aussi bien structurelle que conjoncturelle. En 1788, tous les secteurs se trouvaient touchés par la crise économique, mais ce sont les événements politiques de la Révolution qui ont donné à cette crise sa dimension historique, et portent la responsabilité d'avoir brutalement interrompu le décollage amorcé dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, désorganisant l'appareil commercial et industriel et créant des dommages considérables. En 1792, la Grande-Bretagne avait déjà creusé l'écart.

Notes

1 Pour toute cette étude, voir Gueneau 1919, p. 306 sqq.

2 Comme on l’a déjà vu, l’expression « faïence fine » désigne ici les productions à décor de réverbère.

3 Peiffer J., « Une confusion historique : terre de pipe et faïence fine », in Minovez J.-M. dir., Faïence fine et porcelaine : les hommes, les objets, les lieux, les techniques, CNRS, université de Toulouse-Le Mirail, 2003, p. 23-50.

© ARTEHIS Éditions, 2021

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search