Version classiqueVersion mobile

La faïence en France du XIIIe au XIXe siècle

 | 
Jean Rosen

Seconde partie : Histoire de la faïence stannifère en France (XIIIe-XIXe siècle)

Chapitre 6. La faïence française sous Louis XIV

Texte intégral

L'expansion du dernier tiers du XVIIe siècle

1Après la chute de Fouquet, sous le ministère de Colbert, de 1661 à 1683, la faïence reste somme toute une idée assez nouvelle, mais semble avoir tout particulièrement bénéficié du dynamisme volontariste de la période. La production de faïence allait connaître une nouvelle impulsion, passant même dans certains cas du stade artisanal médiéval à celui d'une activité de type véritablement préindustriel.

2Les idées de Colbert en matière de politique économique ne sont pas originales et sont marquées par un mercantilisme parfaitement classique. Partant du principe que « le commerce est le seul moyen de s'enrichir et de devenir puissant », il souhaite réduire au maximum l'importation de denrées et favoriser le plus possible l'introduction des industries inconnues en France ainsi que la production et l'exportation de marchandises. Poursuivant l'œuvre commencée par Henri IV, il développe les industries déjà existantes, et encourage tout particulièrement l'activité économique largement dominante à l'époque, c’est-à-dire le textile, sous toutes ses formes : fabrication de drap, filatures, tapisseries, soieries et dentelles. Il a également l'intention de soutenir et d'encourager l'agriculture, et de développer l'industrie métallurgique ainsi que d'autres branches d'activité, en considérant les produits de luxe – et, parmi elles, la fabrication de glaces, de verrerie, et de faïence – comme un ensemble pilote. Dans ce but, il encourage fortement la création de manufactures destinées à imiter les produits jusque-là importés, souhaitant même « faire venir des artisans étrangers pour qu'ils apportassent chez nous les secrets de la fabrication des produits de Hollande et d'Italie ».

3À travers cette évocation, on peut reconnaître, entre autres, les produits des Pays-Bas (faïences de Delft) qui connaissaient alors un développement considérable, (les droits sur ces importations seront d'ailleurs doublés en 1667), ainsi que les faïences de la région de Savone et de la Vénétie qui inondaient littéralement, au Nord et au Sud, un marché français en plein essor. En 1664, la nomination de Lebrun à la direction de l'Académie, « manufacture royale pour l'enseignement et la production du Beau », et l'accession de Colbert au poste de ministre des Beaux-Arts durent précipiter un certain nombre de décisions et entraîner la création de plusieurs manufactures de faïence. À ce sujet, on cite souvent un mémoire autographe de Colbert, daté de 1663, mentionné par Pottier mais aujourd'hui contesté, dans lequel le ministre aurait noté : « Protéger et gratifier les faïenciers de Rouen et environs, et les faire travailler à l'envy. Leur donner des dessins et les faire travailler pour le Roy. Idem des tapisseries de cuirs dorés, qui se font à Rouen » (cité par Pottier, 1870, p. 78). Déjà, en 1663, Dominique Conrade, de Nevers, fils et successeur d'Antoine, avait écrit à Colbert en personne, cherchant à se faire patronner afin d'installer une manufacture de faïence à Seignelay, près d'Auxerre, dans le domaine particulier du ministre qui y implanta une manufacture modèle de bas (Montagnon, 1941, p. 77).

4Mais cette initiative ne fut pas isolée : en 1664, Jacques Legrand, premier président de la Chambre des Comptes de Dijon, écrit à Bouchu, « conseiller du Roy en tous ses conseils, et Intendant de Bourgogne à Paris », le priant d'intercéder en sa faveur auprès du roi pour l'obtention de lettres patentes dans le but de fonder plusieurs manufactures, dont une faïencerie. Il souligne que c'est sur les suggestions du roi lui-même qu'il a l'intention de mettre en valeur ses terres nouvellement acquises en y établissant des manufactures, ayant appris que « Sa Majesté n'avait rien tant à cœur que de donner à son peuple les moyens de s'occuper et fabriquer dans son Royaume ce qui vient des pays étrangers ». Il donne comme modèle à obtenir les lettres patentes accordées par le roi en 1644 à Nicolas Poirel de Grandval, de Rouen, « huissier du Cabinet de la Reyne régente mère du Roy ». Il ajoute qu'il a déjà pris des contacts avec des marchands de cette ville pour se procurer des matières premières, qu'il s'est assuré la collaboration d'un spécialiste neversois pour la fabrication – à savoir Joseph Dupont Saint-Pierre, transfuge de la fabrique des Conrade, à Nevers – et a fait venir des ouvriers de Hollande pour procéder aux premiers essais. Ce genre d'entreprise devait alors bénéficier d'une grande liberté puisque Legrand se vit répondre : « Depuis 1644, le conseil a fort changé, et vous pouvez faire dans vos terres tous les établissements que vous désirez sans avoir besoin de lettres patentes, parce qu'on n'ôtera point la faculté aux autres seigneurs de faire la même chose » (Rosen, 1986, p. 13-20). On peut citer également en exemple le privilège royal accordé en 1664 à Claude Révérend, à l'origine de l'établissement de Saint-Cloud, pour « fabriquer de la faïence... dans notre ville de Paris ou aux environs... comme aussi de faire venir en notre royaume celle qu'il a faite et fabriquée en Hollande » (Faïences françaises, 1980, p. 236).

5Même si l'on sait que, globalement, les initiatives de Colbert n'eurent pas l'effet escompté, il n'en reste pas moins que l'apparition de nouvelles manufactures correspond bien, dans le dernier tiers du XVIIe siècle, à une utilisation de plus en plus répandue de la faïence : la mode s'en propagea rapidement, d'autant plus qu'elle faisait partie de la politique de luxe ostentatoire menée par le Roi et la Cour, dans le but avoué de favoriser les exportations de luxe vers les aristocraties européennes. Stratégie qui dut porter ses fruits, si l'on en croit le grand Frédéric II, qui déclarait que « l'Europe enthousiasmée du caractère de grandeur que Louis XIV imprimait à toutes ses actions […] voulait imiter la France qu'elle admirait […] Le goût des Français régla nos cuisines, nos meubles, nos habillements et toutes ces bagatelles sur lesquelles la tyrannie de la mode exerce son empire ; cette passion, portée à l'excès, dégénéra en fureur ». Pour venir appuyer cette politique, quelques grandes réalisations de prestige virent ainsi le jour. Les carreaux y tenaient une place de choix, dans la plus pure tradition héritée des siècles précédents. Le principal édifice fut sans doute le fameux Trianon de porcelaine, à Versailles, construit par Le Vau en 1670, et détruit en 1687. La gravure de la célèbre pagode de Nankin, avec sa « magnifique tour de porcellaine à neuf étages », publiée par Jan Nieuhoff en 1665, servit sûrement de base d'inspiration à ce curieux monument malheureusement disparu. La faïence, sous la forme de plusieurs dizaines de milliers de carreaux, essentiellement bleus et blancs, y tenait une place si considérable que la construction lui dut le surnom posthume par lequel on la désigne encore aujourd'hui. À l’époque, la production française n'était probablement pas encore suffisante, en qualité comme en quantité, puisqu’une grande partie des carreaux utilisés provenaient de Hollande, la nouvelle manufacture de Saint-Cloud et le centre de terre vernissée de Lisieux se partageant le reste de la commande (Heitzmann, 1993, p. 84). On devait retrouver des préoccupations esthétiques identiques – et les mêmes matériaux – dans l'Appartement des bains des jardins de Marly, construit sur l'ordre du roi en 1688, et pour lequel furent livrés 8 000  « carreaux d'hollande » (Bentz, 1993, p. 86). Peu de temps après, l'une des toutes dernières réalisations de Louis XIV, le projet des bassins de faïence, conçus par Le Pautre pour abriter les carpes royales, marqua l'apogée et l'ultime achèvement des jardins de Marly, de 1712 à 1714. La faïence française devait alors avoir fait des progrès notoires car, pour cette réalisation, on utilisa 80 000 carreaux de faïence de Saint-Cloud et 10 000 de Lisieux. On connaît la passion du vieux souverain pour ses carpes, mais il devait également beaucoup tenir à cette décoration, car « il exigea que la manufacture exécute rapidement sa commande, lui interdisant tout autre commerce pendant la durée de la fabrication, et il resta longtemps à voir travailler à une fontaine qu'il faisoit paver de carreaux de faïence » (Bentz, 1993, p. 96).

6Nous possédons beaucoup d'autres témoignages concernant l'utilisation de la faïence à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle, qu'il s'agisse de carrelages – comme ceux de Nevers, commandés par Madame de Montespan pour le château d'Oiron, dans les Deux-Sèvres, peu après 1700 (Didier, 1993, p. 59) –, de vases d'ornementation destinés aux jardins – comme ceux de Versailles et de Marly (Bentz 1993, p. 23) – et de vaisselle de service d'utilisation quotidienne, dont les fouilles urbaines fournissent souvent des témoignages et dont, à de rares exceptions près (Paris-Grand Louvre, 1988 ; Besançon, 1992), l'étude reste encore largement à entreprendre.

7Ainsi, dans les décennies qui suivent l'arrivée de Colbert au pouvoir, les manufactures de faïence vont se multiplier, non seulement dans les régions où elles n'étaient pas encore implantées mais aussi dans des villes proches des grands centres faïenciers naissants, dans le but de les concurrencer. Le plus souvent, on fait appel, pour lancer ces nouveaux établissements, à des transfuges des centres les plus expérimentés : Nevers, Montpellier et Rouen principalement.

8À Toulouse, en 1675, Georges d'Olive, chef du Consistoire, fait appel à deux spécialistes de Montpellier, Ollivier et Favier, pour fonder la première manufacture de cette ville (La faïence de Toulouse et sa région, 1994, p. 19). En Provence, probablement sous l'influence italienne, la faïence prend un essor remarquable grâce au potier Antoine Clérissy et de Moustiers. Deux fils de ce dernier, Pierre et Joseph, fonderont respectivement les centres de Marseille-Saint-Jean-du-Désert et de Moustiers, vers 1678 et 1679, donnant la première impulsion à une activité faïencière qui devait se révéler particulièrement active et brillante par la suite. Les tentatives d'implantation se multiplient aux quatre coins de la France : à Lyon, il semble bien que Pierre Ier Combe prend la succession de Louis Liron, en 1687 (Deloche, 1994, p. 49) ; à Dijon, en 1692, la deuxième fabrique de la ville est créée par Favier, de Montpellier, qui emploie Despaty, de Nevers, et Paul Caussy, père du célèbre Caussy de Rouen (Rosen, 1986) ; à Haguenau, en 1695, on fait appel, entre autres, à un Custode, de Nevers, alors qu'Etienne Armand, qui a appris son métier à Marseille, crée son propre atelier à Varages la même année ; à Lille, en 1696, la fabrique fondée par Jacques Febvrier et Jean Bossuydt, artisans originaires des Pays-Bas, fit d'abord appel à des Hollandais, des Nivernais et des Rouennais.

9La fin du siècle voit se mettre en place de véritables infrastructures préindustrielles : en 1698, à l'extinction du privilège accordé à Poterat, quatre nouvelles manufactures voient le jour à Rouen (Pottier, 1869, p. 16). Quant à Nevers, « alors se produit la modification de l’organisation de nos fabriques. L’accession à la direction des affaires par des titulaires étrangers au métier, l’extension des entreprises feront disparaître les artisans et ouvriront l’ère des manufactures » (Montagnon, 1941, p. 80). Toujours en 1698, dans les mémoires des Intendants, qui constituent une indication statistique de l'activité industrielle française, Nevers est la seule ville du Royaume pour laquelle Levayer, Intendant de la généralité de Moulins, cite « le trafic de la faïencerie et de la verrerie [qui] est de 200 000 livres par an, et occupe 5 à 600 personnes qui travaillent sans cesse » (Levasseur, 1859, p. 276). Nevers possède alors neuf manufactures. À cette époque, on estime la population de la ville à environ 8 000 habitants, et le commerce des fers, activité principale de la ville, à 300 000 livres.

10Tandis que la porcelaine tendre française fait ses toutes premières apparitions, d'abord à Rouen dès 1673, puis à Saint-Cloud peu après, la faïence se banalise de plus en plus. En dehors des principales installations mentionnées plus haut, bien d'autres tentatives d'établissement de manufactures de faïence, connues ou inconnues, ont dû avoir lieu dans les dernières années du XVIIe siècle où, comme on l'a vu, le mouvement était largement amorcé. Il devait se poursuivre sans faiblir, et s'amplifier considérablement au cours des premières décennies du XVIIIe siècle.

.

.

Plat, Ø 51 cm, armoiries de Charles de Villeneuve-Vence, Marseille, 1694-1702, Soc. Arch. de Montpellier

Les « édits somptuaires » : les rapports entre noblesse et faïence

11De nombreux historiens de la faïence, tentant d'expliquer ce développement spectaculaire, ont voulu y voir une cause conjoncturelle dans les « édits somptuaires » par lesquels Louis XIV ordonna, à trois reprises, en 1689, 1699 et 1709, la fonte de la vaisselle de métal précieux, dans le but de renflouer les caisses d'un trésor très appauvri par les nombreuses guerres. Depuis, tous les auteurs ont abondamment repris cette idée, appuyant leur théorie sur la célèbre citation extraite des Mémoires de Saint-Simon, pour l'année 1709 (t.  VII, chap.  XIX, p. 212) : « Tout ce qu'il y eut de grand et de considérable se mit en huit jours à la faïence. Ils en épuisèrent les boutiques et mirent le feu à cette marchandise… ». Le passage complet est plus intéressant et mérite d'être cité : « … tandis que tout le médiocre continua à se servir de son argenterie. Le Roi agita de se mettre à la faïence ; il envoya sa vaisselle d'or à la monnaie, et M. le duc d'Orléans le peu qu'il en avoit. Le Roi et la famille royale se servirent de vaisselle de vermeil et d'argent, les princes et les princesses, de faïence […] Pour d'Antin, qui en avait de la plus achevée et en grande quantité, […] dès qu'il eut le premier vent de la chose, il courut à Paris choisir force porcelaine admirable qu'il eut à grand marché, et enlever deux boutiques de faïence qu'il fit porter pompeusement à Versailles. Cependant, les donneurs de vaisselle n'espérèrent pas longtemps d'avoir plu. Au bout de trois mois, le Roi sentit la honte et la faiblesse de cette belle ressource et avoua qu'il se repentait d'y avoir consenti » (cité in Pottier, 1869, p. 122).

12Il est caractéristique de constater que cette citation a surtout frappé l'imagination des anciens historiens de la faïence qui étaient essentiellement des érudits locaux, la plupart du temps des collectionneurs à l'affût de justifications, mais que les historiens modernes ne parlent pratiquement jamais de ces édits somptuaires, considérés davantage comme une simple anecdote. De fait, la lecture de ce passage montre qu'il caractérise bien plus l'atmosphère de la fin du règne de Louis XIV – celle de la Cour et de ses caprices, aux prises avec de réelles difficultés financières –, qu'un véritable décret aux conséquences économiques déterminantes. Saint-Simon le précise bien et ajoute ailleurs que « de compte fait, il ne se trouve pas cent personnes sur la liste, et le total du produit en don ou en conversion ne monta pas à 3 000 000. La Cour et Paris, encore les grosses têtes de la ville qui n'osèrent s'en dispenser, et quelque peu d'autres qui crurent se donner du relief, suivirent le torrent ; nuls autres dans Paris, ni presque dans les provinces ».

13Si, en 1709, comme l'affirme Saint-Simon, certains des grands nobles proches du roi « se mirent en faïence », c'est que, comme on l'a vu, elle était de plus en plus répandue et toute désignée pour servir d'équivalent éventuel à la vaisselle précieuse utilisée par la grande aristocratie. Il est fort peu probable que ce décret ait été à lui seul la cause d'un tel essor, même si le geste a pu avoir quelques conséquences immédiates dont certains faïenciers ont pu profiter. Ailleurs qu'à Versailles, dans tout le royaume, nombre de familles nobles de moindre importance – et de moindre fortune – devaient déjà avoir recours à la faïence depuis quelque temps, non seulement pour les raisons économiques propres à la faïence, évoquées plus haut, mais également pour d'autres motifs, plus politiques, qui tiennent à la situation de la noblesse elle-même, particulièrement marquée dans son histoire au cours des dernières décennies du XVIIe siècle. En personnalisant ainsi la faïence, on voulait à l'évidence démontrer qu'on appartenait à la noblesse reconnue et maintenue. À l'occasion du passage de la princesse de Modène au château de Nevers, le 18 mai 1720, Mlle de Valois commande tout spécialement à la dame Deselle, faïencière, un service orné de ses armoiries, comprenant : « deux douzaines d'assiettes, quatre jattes, deux jattes octogones, une grande jatte octogone, deux pots à leaux, trois plats octogones, douze pots de chambre, un pots aury ». Le montant de la facture s'élève à 48 livres et trois sols, dont trois livres « pour les écusons » (cité par du Broc de Segange, 1863, p. 275). La contestation de l’importance des Édits somptuaires n'est d'ailleurs pas une idée nouvelle et il semble qu'on l'ait quelque peu oubliée depuis Jacquemart, l'un des premiers historiens de la faïence, qui écrivait déjà en 1871 : « On s'est demandé s'il ne fallait pas en chercher la cause dans un fait politique plutôt que commercial […] La mise en faïences a peut-être contribué au développement de l'art céramique, mais on ne saurait la considérer comme la cause première du mouvement. Antérieurement à 1713, on trouve déjà quantité de services armoriés et l'on doit remarquer que ces services, de même que ceux fabriqués pour la noblesse aux époques postérieures, ne diffèrent pas, par le décor, de la vaisselle destinée à tout le monde ; le luxe des objets céramiques s'infiltrait peu à peu dans la riche bourgeoisie et même dans les classes populaires ». Par la suite, ce mouvement se poursuivit jusqu'aux changements sociologiques qui marquent la fin de l'influence du style de Louis XIV, sous la Régence et aux environs du premier quart du XVIIIe siècle.

14Pour expliquer ce phénomène et justifier son interprétation, il est nécessaire de remonter au début du règne de Louis XIV. Dès 1666, puis à nouveau en 1696 et en 1715, le roi fit organiser de grandes recherches destinées à éliminer les usurpateurs et à dresser une liste des véritables nobles du royaume dans le but de transformer la noblesse en une sorte d'institution d'état. Il faut également évoquer l'épuisement des ressources et les mesures destinées à renflouer les caisses de l'État, dans le cadre de la politique d'emprunts inaugurée par Louis XIV après 1688. On assiste en effet à la création et à la vente de quelque 50 000 offices pendant le règne. En 1680, on compte 2 000 anoblissements. En 1693, le roi crée l'ordre de Saint Louis. L'année suivante, dans un souci essentiellement financier, une ordonnance impose l'obtention et l'enregistrement d'armoiries non seulement à toutes les familles nobles, mais encore à toutes les familles « notables ». L'édit de 1696 est éloquent à ce sujet : « Le titre et la source de la noblesse est un présent du Prince, qui sait récompenser avec choix les services importants que les sujets rendent à leur patrie. Ces services […] ne se rendent pas toujours les armes à la main. […] C'est ce qui nous a fait prendre la résolution d'accorder cinq cens Lettres de Noblesse dans notre Royaume, pour servir de récompense à ceux de nos sujets qui, en en les acquérant par une finance modique, contribueront à nous fournir les secours dont nous avons besoin pour repousser les efforts obstinez de nos ennemis ». Il précisait en outre que les personnes anoblies par charge seraient choisies « parmi celles qui se seront le plus distinguées par leurs mérites, vertus, et bonnes qualités ». Deux cents nouvelles lettres sont proposées en 1702, et le décret de 1704 crée une sorte d'emprunt forcé sur les acheteurs de titres, mesure réitérée en 1710. En 1730, on impose des droits de confirmation sur tous les anoblissements survenus entre 1645 et 1715.

15« Il en résulta une redéfinition à peu près complète des titres, redéfinition très favorable aux grands officiers bénéficiaires de la vénalité des offices » (Meyer, 1991, p. 67). Ces mesures consacrèrent surtout l'apparition d'une nouvelle noblesse de fait, d'argent, et mirent la démonstration d'appartenance au goût du jour, créant ainsi une mode dont la faïence fut sans doute l'un des principaux bénéficiaires. Les armoiries, créées pour la circonstance, étaient ensuite enregistrées pour 20 livres et les anoblis de fraîche date devaient courir passer commande de vaisselle et de plats de service en faïence, destinés à orner leur table autant qu'à proclamer leur nouveau statut social. En réaction à ces mesures excessives, il faut noter que la noblesse réagit vivement dès le début du XVIIIe siècle pour interdire l'accès de la bourgeoisie aux sommets de la hiérarchie sociale.

16On peut alors comprendre que ces décennies aient vu à la fois se manifester le souci de montrer une noblesse ancienne ou de proclamer un rang confirmé tout autant que celui d'étaler un titre nouvellement acquis. On peut également expliquer ainsi l'abondance des pièces à décor d'armoiries datant de cette époque – armoiries le plus souvent fantaisistes et impossibles à identifier – qui, en raison de leur iconographie spécifique, ont souvent été conservées. On connaissait depuis assez longtemps déjà un code de transcription graphique des couleurs de l'héraldique destiné à la gravure et qui convenait parfaitement au camaïeu bleu à la mode de l'époque : selon Pottier, il est probable que cette convention remonte à l'ouvrage de Salvaing de Boissieu, intitulé Recueil de plusieurs pièces et figures d'armoiries omises par les auteurs qui ont traité jusqu'ici de cette science et publié en 1639, qui stipule que « l'or est pointillé, l'argent est sans aucune hachure, l'azur est haché en face, le gueules en pal, le sinople en bande, le sable est haché doublement, et le pourpre en barre ». Il est d'ailleurs fréquent de constater que les faïenciers de cette époque, qui ne sont pas des puristes en la matière, interprètent ce code avec une fidélité très relative.

17Quoi qu’il en soit, les pièces armoriées des dernières décennies du XVIIe siècle et du premier quart du XVIIIe siècle marquent bien l'apogée finissant de la période où la faïence était un produit destiné à la noblesse, et attestent surtout qu'elle l'utilisa tout naturellement comme support à une démonstration que les circonstances et la mode rendaient nécessaire. Par la suite, sans toutefois qu'on observe une rupture nette, une transition s'opéra vers la faïence bourgeoise qui devait caractériser le XVIIIe siècle, à partir de la Régence. Cette nouvelle orientation se manifesta par de nombreux signes. L'un d'entre eux est la tendance de plus en plus marquée vers l'individualisation et la personnalisation de la faïence, sur le modèle aristocratique des décennies précédentes, mais avec un décalage social prononcé et dans un répertoire formel nettement concentré autour du vin. On vit ainsi apparaître des coupes et des taste-vin ornés à l'avance du prénom de l'acheteur – ancêtres des bols achetés dans les magasins de souvenirs de bord de mer. Un autre signe, et non des moindres, concerne la multiplication des fabriques, la diversification typologique et l'apparition de nouveaux styles décoratifs.

Pot à oranger, h. 26 cm, armoiries de Ferrand, intendant de Bourgogne, Dijon, c. 1700-1705 (Dijon, musée de la vie bourguignonne Perrin de Puycousin, inv. 2019.1.19).

Table des illustrations

Titre .
Légende Plat, Ø 51 cm, armoiries de Charles de Villeneuve-Vence, Marseille, 1694-1702, Soc. Arch. de Montpellier
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/24790/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Pot à oranger, h. 26 cm, armoiries de Ferrand, intendant de Bourgogne, Dijon, c. 1700-1705 (Dijon, musée de la vie bourguignonne Perrin de Puycousin, inv. 2019.1.19).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/24790/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 338k

© ARTEHIS Éditions, 2021

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search