Version classiqueVersion mobile

La faïence en France du XIIIe au XIXe siècle

 | 
Jean Rosen

Seconde partie : Histoire de la faïence stannifère en France (XIIIe-XIXe siècle)

Chapitre 5. La faïence française au cours de la première moitié du XVIIe siècle

Texte intégral

1Au cours de la deuxième moitié du XVIe siècle, et surtout après 1562, de graves troubles causés par les rivalités religieuses mirent un frein à la prospérité lyonnaise, par ailleurs très affectée par la suppression des franchises accordées aux foires. La faïence reste alors un produit de luxe qui – comme cela a déjà été souligné plus haut – n'aime pas les périodes troubles : Marjatta Taburet cite une délibération consulaire de 1574, disant que « la vaysselle de terre en façon de celle d'Italye qui se faict en ceste ville est à prix si hault et si exessif que ladicte ville et tout le Royaulme ne se resent que bien peu de la commodité de ladicte manufacture, estant ladicte vaysselle aussi chère que soulloitt estre celle que l'on faisoit venir d'Itallie ou peu s'en fault » (Taburet, 1981, p. 35). Dans ces conditions, il est aisé de comprendre que certains faïenciers lyonnais aient eu envie de se transporter vers une autre ville, plus calme et aussi plus accueillante.

Nevers, berceau de la faïence française du XVIIe siècle 1

  • 1 Pour tout ce qui concerne la faïence de Nevers et les données de c (...)

2À cette époque, Nevers est la ville de Louis de Gonzague, né en Italie en 1539, descendant d'Isabelle d'Este et des Gonzague de Mantoue, dont la capitale fut l'un des grands centres artistiques et humanistes de la Renaissance italienne. Élevé à la cour de François Ier, il épousa Henriette de Clèves, héritière du duché de Nivernais dont il prit possession en 1565. Fidèles au modèle idéal du couple princier de la Renaissance, ils eurent à cœur d'encourager les arts et les industries nouvelles, et tout particulièrement celles qui venaient d'Italie, et surent également protéger les Protestants. Après 1589, Louis de Gonzague, ami personnel d'Henri IV, devint surintendant des finances, et il n'est pas impossible qu'il ait eu une certaine influence sur la politique française de développement commercial et d'encouragement aux industries nouvelles, que Sully devait poursuivre après sa mort, en 1595. Son fils Charles I lui succéda ; puis Charles II, ambassadeur du roi à Rome, se désintéressa de sa ville après 1630. De manière plus générale, de 1589 à 1610, date de l'assassinat d'Henri IV, la France connaîtra vingt années de rétablissement économique et financier. C'est dans ce contexte particulier, favorable à une nouvelle organisation, que la faïence stannifère allait pouvoir trouver une place définitive.

3Depuis la publication du livre de Georges du Broc de Segange, La faïence, les faïenciers et les émailleurs de Nevers, en 1863, et jusqu'à une date récente, on avait pris l'habitude d'expliquer les débuts de la faïence de Nevers d'une manière excessivement simpliste, qui peut se résumer ainsi : Augustin, Baptiste et Dominique Conrade, maîtres faïenciers originaires d'Albisola, furent les premiers faïenciers nivernais à s'installer, sous la protection du duc Louis, vers 1580. Ils firent venir d'Italie plusieurs ouvriers qui, à leur tour, enseignèrent leur art à des artisans locaux. Ils auraient obtenu en 1603 un privilège d'Henri IV pour une période de trente ans, et il aurait fallu attendre 1632 pour qu'apparaisse une autre manufacture, fondée par Barthélemy Boursier, et que se développe cette industrie. Notons toutefois qu'au départ, du Broc ne signalait l'ordonnance de 1603 qu'en citant Brongniart (t. II, p. 70), lui-même fort évasif, et l’existence de ce privilège n'a jamais pu être prouvée. Depuis la parution de l'étude de Marjatta Taburet en 1981, les nombreuses recherches d'archives notariales effectuées par Gabriel Montagnon, publiées en 1987, et l’encyclopédie sur ce centre que j’ai publiée en 2009 et 2011, les faits nous apparaissent quelque peu différents, et bien plus complexes.

4En 1572, le duc Louis fit venir des verriers italiens natifs d'Altare, près d'Albisola, après qu'il « les aient recoyneu estre fort experts en l'art de verrerie » (sic). Ce groupe d'artisans attira sûrement des compatriotes italiens appartenant à d'autres corps, comme Dominique Conrade, résidant à Nevers dès avant 1578, à qui l'on doit probablement la venue de son parent Augustin, originaire d'Albisola, arrivé en 1584, et qui sera le fondateur de la faïence de Nevers. Le 20 novembre 1585, Augustin Conrade et Pierre Perthuys, potiers italiens au nom francisé installés à Nevers, passent un contrat « en l'art de la poterie » avec les quatre verriers précités, « maistres de verreries de Lyon et ceste ville de Nevers », association qui sera d'ailleurs rompue en mars 1588. Augustin Conrade s'associe alors la même année avec Julio Gambin, autre potier italien originaire de Faenza, « suivant la volonté et le commandement exprès de Monseigneur le duc de Nivernois » est-il alors précisé (Taburet, 1981, p. 43 et Montagnon 1987, p. 10). Gambin, maître potier, conserve un atelier à Lyon, où un membre de sa famille avait déjà travaillé avec Pezard en 1570, Tardessini en 1574, et Philippe Suettone en 1575. Ces faïenciers, encouragés par leurs protecteurs, commercent avec la capitale : le fils de Baptiste Conrade, né en 1606, aura pour parrain Charles de Gonzague lui-même, et, en 1609, un marchand de Paris signe un contrat avec Gambin, pour lui prendre toute la marchandise faite « tant à Nevers qu'à Lyon où il a boutique et fourneau » (Taburet, 1981, p. 43). Les témoignages de la diffusion des produits nivernais à cette époque abondent. En 1624, à Nancy-la-Neuve, Ferry Ferry, « potier de terre et marchand en vaisselle de faïence », s'approvisionnait à Nevers chez Jean Henry, alors qu'il y avait, semble-t-il, un atelier de fabrication à proximité, à Vic-sur-Seille, à la même époque. À Dijon, les analyses ont révélé l'origine nivernaise de la vaisselle de faïence utilisée dans l'hôtel de Valois au milieu du XVIIe siècle. Au début du XVIIe siècle, peu avant la mort du fondateur Augustin Conrade, en 1612, il y avait déjà cinq ateliers à Nevers. Il y en avait sept en 1626 et huit en 1640, faisant de cette ville le lieu d'une concentration unique de la fabrication de faïence en France.

Carreau de pavement, Palais ducal, 14,5 x 14,5 cm, Nevers, 1589, coll. part.

5Il est donc fort probable que, vers la fin du XVIe siècle, les verriers et les faïenciers italiens établis à Lyon aient délaissé peu à peu cette ville pour des raisons à la fois politiques et économiques, et se soient tournés vers Nevers où, forts de leur réputation et de leur savoir-faire, ils se sont installés définitivement, profitant des encouragements qu'ils ont trouvés auprès de puissants personnages proches des milieux royaux et protestants pour développer et transformer progressivement un artisanat d'art en une industrie naissante. En outre, il est certain que le projet du canal de Briare, offrant une possibilité idéale de débouché parisien à une marchandise qui restait un produit de luxe, ait précipité cette implantation. On connaît en effet l'intérêt manifesté par Sully pour ce projet, né en 1603, accepté l'année suivante, et parrainé par Henri IV, qui vint en personne visiter officiellement le chantier en 1608. Le canal était aux trois quarts achevé en 1610 mais, en raison de l’assassinat d’Henri IV et du changement de régime, ne devait véritablement être mis en service qu'en 1642.

La « vesselle de fayence »

6Symboliquement, et c'est là un point très révélateur du rôle historique de cette ville, c'est à propos de la production dont Nevers était alors le principal centre que l'on prit l'habitude d'employer le terme de fayence pour désigner la céramique que nous continuons à appeler ainsi. En effet, en 1570, à Lyon, Pezard était nommé « fayseur de vases [ou de] vaysselle de terre à la façon de Venise » (Taburet, 1981, p. 26) et, en 1574, la délibération consulaire de Lyon parlait de « vaysselle de terre en façon de celle d'Italye ». Jules Gambin, originaire de Faenza, est dit « potier en vesselle de couleurs » à son arrivée à Nevers en 1584, et le contrat de 1588 ne parle que « d'association de poterie blanche ». En 1596, Jean Gillarde est toujours « faiseur de vaisselle blanche fasson de Venise ». Ce n'est qu'après 1600, et de plus en plus fréquemment entre 1605 et 1610, que le mot apparaîtra dans les actes, dans les expressions « vesselle blanche fasson de fayence », « vesselle », « œuvre » ou « terre » « de fayence ». D'après du Broc, Dominique Conrade est qualifié de « potier en vaisselle de faïence » dès 1602. En 1626, on parle toujours de « convention entre maîtres et maîtresses en vesselle de fayance ». Toutefois, ce n'est pas avant 1640 que le mot est employé officiellement par Antoine Oudin, dans ses Recherches italiennes et françaises, et l'expression « vaisselle de fayence » utilisée par Pierre de l'Estoile en 1642. De même, par une lettre de 1644, le roi fera d'Anthoine de Conrade son « fayancier ordinaire ».

7On constatera que la date de l'adoption officielle du mot, très en retard par rapport à la fabrication du produit, traduit surtout son implantation définitive dans son pays d'adoption. Il est frappant de noter, d'autre part, un parallèle entre ce phénomène français et l'adoption en Italie, vers le milieu du XVe siècle, du terme majolica, issu du nom d'un centre de fabrication espagnol, Malaga. On retrouvera par ailleurs un phénomène strictement identique avec le mot delftware utilisé par les Anglais au XVIIIe siècle pour désigner la faïence en général, et non seulement celle qui est importée de Hollande.

Autres établissements français de la même époque

8Benjamin Fillon, dans son Art de la terre chez les Poitevins daté de 1864, mentionnait l'existence d'ouvriers italiens établis près de Nantes en 1590 par Albert de Gondy, duc de Rais. Outre de nombreux verriers, il citait « Jacques et Loys Ridolfe, […] gentilz hommes de l'art de verre et de terre de faenze, natifz de Chefayole (Caffagiolo), pais d'Italie, de présent establis en icelle ville de Machecoul » (Fillon, 1864, p. 20). À l’origine de cette installation, on trouve un verrier nivernais, Jean Fer, issu de l'association des verriers et des faïenciers, dissoute à Nevers en 1588. Cependant, comme on le verra ci-après, il convient de considérer avec la plus grande précaution tout ce qui vient de cet auteur peu fiable.

9D'une part, ces publications appartiennent à une période bien particulière, qui est celle des débuts de la recherche en matière de faïences anciennes, peu après 1860. Or, on sait aujourd'hui que les intérêts du commerce et d'autres pratiques peu avouables ont beaucoup brouillé les données. D'autre part, l'étude de tous ces documents montre que ces artisans italiens établis dans l'ouest de la France semblent surtout s'être distingués en tant que verriers et que la faïence, si tant est qu'il y en ait bien eu, n'a dû faire l'objet que de quelques tentatives sans grand lendemain.

10En ce qui concerne les assertions de Benjamin Fillon, ces mentions figurent à la suite d'études sur Bernard Palissy et sur les mystérieuses faïences fines dites « de Henri II », qu'il attribuait alors à Oiron ; études dont on sait aujourd'hui qu'elles reposent sur des arguments irrecevables ou peu convaincants ainsi que sur de faux documents, comme d'ailleurs nombre d'autres travaux de l'ex-honorable archéologue poitevin, à qui l'on n'accorde aujourd'hui plus grande crédibilité (Revue de l'art, n° 78, p. 84). En ce qui concerne la soi-disant fabrique du Croisic, par exemple, le document cité n'a jamais été vu depuis 1864, et aucune des recherches entreprises à ce sujet n'a jamais réussi ni à prouver l'existence de cette fabrique ni, a fortiori, l’attribution de pièces à décor a compendiario qui lui sont faites. Ajoutons que l'archéologie et l’archéométrie ont récemment montré que la grande majorité de ces productions provient de Nevers (Rosen, 1989, 3e colloque…, p. 30).

  • 2 Rosen J., Faïenceries françaises du Grand-Est, Bourgogne - Cha (...)

11Fondé avant 1595 par Bernardin, proche parent des Conrade de Nevers, le centre de Cosne-sur-Loire, qui a duré près d'un siècle, avec trois établissements (recherches Alain Bouthier), peut être pris comme un exemple caractéristique des quelques structures établies à la suite de celles de Nevers, à la fin du XVIe et au début du XVIIe siècle 2. Les archives départementales de l'Yonne, citées par Gabriel Montagnon, parlent de boîtes « fasson Nevers et Cosne » en 1595, et du matériel archéologique y a été découvert à plusieurs reprises. Il est composé d'éléments de fabrication, de biscuit, et de faïence émaillée et décorée, dans un genre très proche de celui de Nevers à la même époque.

12Parmi les autres établissements de la première moitié du XVIIe siècle, il faut tenir compte des installations du siècle précédent qui continuaient à produire, comme les quatre ateliers connus de Montpellier. De même, il y eut sûrement plusieurs fabricants à Paris (Fourest et Sainte-Fare-Garnot, 1981, p. 50). L'association d'Antoine Clérissy avec Sébastien Gros, « maître-potier en faïence », en 1631, et la livraison faite en 1633 à Jean Naul, « marchand-verrier privilégié du roy demeurant à Paris », d'une importante quantité de « marchandize de vaiselle de fayence » par Jean Symonnet, « maître-potier en vaisselle de faïence » demeurant à Longjumeau, en sont des preuves. On connaît d'ailleurs plusieurs pièces signées et datées de cette production, et il existe un plat marqué A Paris le 17e mars 1654. Quelques petites structures étaient également disséminées dans les grandes villes, comme à Lyon – contrairement à ce qui a souvent été avancé – où Nicolas Poupon avait une fabrique en 1641 (Faure-Boucharlat, 1990, p. 184) ainsi qu'Albert et Nicolas Gobin, ou encore Louis Liron, qui étaient alors « potiers de terre de fayance » dans cette ville avant la fin du XVIIe siècle (Deloche, 1994, p. 49). On peut citer également Orléans où un certain Nicolas Insola est nommé « maîstre à façon de vesselle de fayence » dès 1605 : un Bacchus marqué faict à Orléans, et daté de 1668, porte encore le témoignage de cette production. De même, on ne saurait passer sous silence le privilège que Louis XIV accorda en 1644 à Nicolas Poirel, privilège transmis à Edme Poterat en 1647, qui fut à l'origine de la reprise de la production de faïence à Rouen après une interruption de près d'un siècle. Il est fort probable qu'il y eut également des fabricants à Rennes et à Nantes ainsi que dans plusieurs autres petits centres dont les noms restent à découvrir. Le précoce atelier de potier-faïencier de Clerval (fin XVIe-début du XVIIe siècle), dans le Doubs, fouillé en 1995, en constitue un bon exemple.

13Quoi qu’il en soit, au cours de la première moitié du XVIIe siècle, on peut dire que la faïence, en France, s'installe peu à peu, mais de manière définitive, cette fois. Elle acquiert un nom, et son statut est celui d'un produit de luxe. L'étude de nombreux documents d'archives nous montre qu'elle figure régulièrement dans les inventaires et sur les tables aristocratiques, même si elle est bien souvent louée pour l'occasion : la Disposition du festin fait par Sa Majesté Louis 13 à Messieurs les chevaliers du Saint Esprit après leur création à Fontainebleau le 26ème de May 1633, gravée par Abraham Bosse (Versailles et les tables royales en Europe, 1993, p. 27), qui indique la présence de près d'une centaine de plats de faïence garnis de nourriture disposés devant quelque deux douzaines de convives, reste l'un des exemples les plus symboliques du rôle qu'elle tient dans les circonstances les plus prestigieuses. D'autre part, son utilisation dans les milieux aristocratiques est également bien attestée par l'archéologie : à Paris, les fouilles du Louvre (Cour Napoléon) en ont mis au jour des quantités importantes, dans des sites d'utilisation significatifs proches du Palais royal, comme les Hôtels de Behringen et de Souvré, ou les maisons « du Sabot » et « du Portrait de Louis XIII », dont les comblements sont antérieurs à 1670. Un plat « à l'italienne », en tous points identique à ceux trouvés en fouille à Nevers et datables de la même époque, y porte la date de 1637 (Bonnet, 1988, p. 18). La capitale n'a cependant pas l'exclusivité de la consommation de faïence : à titre d'exemple tout aussi symbolique, on peut citer l'inventaire des biens de Jacques Callot, à Nancy en 1635, qui mentionne « deux paires de vases de fayence ; un plat bassin de fayence rond ; un autre petit plat oval ; deux sallières fayence ; une aiguière, un bocquart, une gondolle et un petit aubénistier ; trois plats de fayence, l'un oval et deulx rondz, aussi fayence peinctz » (Choux, 1974, p. 179) ou le carrelage du château de Thouars, dans les Deux-Sèvres, commandé à Antoine Conrade par Marie de la Tour d'Auvergne, en 1636 (Didier, 1993, p. 60).

14Avec la résistance et la persistance des ateliers de Montpellier – probablement due, entre autres, à une spécialisation dans la fabrication de vases de pharmacie, sous l'influence de sa célèbre faculté de médecine –, la faïence, au cours de la première moitié du XVIIe siècle, semble surtout s'être diffusée à partir de Nevers qui occupe pendant cette période une première place incontestée. Sa nette supériorité stylistique et quantitative entraîne la création de plusieurs structures secondaires, sinon concurrentes, établies le long de la Loire, profitant, comme elle, des nouvelles facilités de transport vers la capitale offertes par le canal de Briare. Jusqu'à preuve du contraire, les créations nouvelles – dont Rouen sera la plus importante – restèrent sous son influence directe, et ses ouvriers fournirent le plus souvent leurs premiers contingents aux fabriques qui tentaient de s'installer.

15Les structures de production, qui étaient à l'origine de petits ateliers conçus sur le modèle de la boutique italienne, le plus souvent dirigés par des artisans transalpins et n'occupant que quelques ouvriers, se multiplient et deviennent plus élaborées. À Nevers, cette activité est stimulée par les grands marchands parisiens établis Quai de la Tournelle, comme Pierre-Antoine Mazois, marchand faïencier privilégié suivant la cour, comme il est mentionné sur un acte du 20 octobre 1680. Ils commanditent la fabrication, fournissent même parfois les matériaux chers destinés à la confection de l'émail et des couleurs, et signent avec les fabricants des contrats d'exclusivité pour alimenter le marché de luxe de la capitale qui constitue le débouché le plus important.

Plat, Ø 44 cm, Nevers, 1641, British museum.

Notes

1 Pour tout ce qui concerne la faïence de Nevers et les données de ce chapitre, voir Rosen J., La faïence de Nevers (1585-1900), 4 vol., éd. Faton, Dijon, 2009 et 2011.

2 Rosen J., Faïenceries françaises du Grand-Est, Bourgogne - Champagne-Ardenne, XIVe-XIXe siècles, éd. du CTHS, Paris, 2001.

Table des illustrations

Légende Carreau de pavement, Palais ducal, 14,5 x 14,5 cm, Nevers, 1589, coll. part.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/24789/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 383k
Légende Plat, Ø 44 cm, Nevers, 1641, British museum.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/24789/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 606k

© ARTEHIS Éditions, 2021

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search