Version classiqueVersion mobile

La faïence en France du XIIIe au XIXe siècle

 | 
Jean Rosen

Seconde partie : Histoire de la faïence stannifère en France (XIIIe-XIXe siècle)

Chapitre 4. Le grand mouvement de renouveau céramique en France au XVIe siècle

Texte intégral

  • 1 On en trouvera la plupart des références dans Rosen J. et Crépin-Leblond T., dir., Images du pouvo (...)

1Avec la prospérité retrouvée, au XVIe siècle, et de manière significative, on va assister à l'éclosion sporadique de divers types de céramique, considérés comme des productions de luxe et de prestige. « Dans l'histoire de l'industrie, c'est un lieu commun de constater que l'exploitation d'un nouveau matériau ou d'un nouveau procédé ne suit pas immédiatement sa découverte, mais apparaît à la première occasion où il présente un avantage économique suffisant pour attirer les capitaux et pour bouleverser l'inertie des habitudes » (Scott, 1955, p. 377). Dès les premières décennies, la faïence stannifère va notamment réapparaître en France selon des schémas d'installation classiques bien précis : d'une part, dans un riche milieu urbain commercialement et culturellement privilégié et, d'autre part, sur les chantiers de résidences princières destinées à servir une politique culturelle manifestement ostentatoire. Depuis 1995, un certain nombre de travaux et de publications ont permis des avancées considérables sur ces questions délicates 1.

La faïence de Lyon

2En 1494, Charles VIII installe sa cour à Lyon pour préparer la conquête de Naples et accorde aux quatre foires annuelles toute une série de privilèges. Jusque vers 1560, Lyon, située à la frontière des États du Piémont, est une ville libre ouverte à toutes les initiatives commerciales qui se transforme alors en un vaste marché regorgeant de toutes sortes de marchandises précieuses, abritant des marchands venus de tous les pays d'Europe. Elle devient rapidement la seconde ville de France, avec près de 50 000 habitants. Les banques y sont florissantes – toutes les monnaies y ont cours – et la vie culturelle y est particulièrement brillante et développée. « Lyon était comme une autre Florence, ou, pour mieux dire, l'Italie l'avait faite sienne, elle l'avait faite à son image. Chaque ville d'Italie y avait son quartier favori, ses églises de prédilection, qu'elle embellissait avec amour » (La Ferrière-Percy, 1862, p. 8). De très nombreux artistes et artisans étrangers, parmi lesquels les Italiens sont les plus nombreux, y trouvent un lieu idéal pour exercer leur art et s'y installent définitivement. Les métiers les plus représentés sont les sculpteurs, les orfèvres, les graveurs, les imprimeurs et les drapiers en soie, qui seront notamment à l'origine de l'industrie de la soie à Lyon.

3D’après les découvertes de Natalis Rondot, qui remontent à 1889, c'est en 1512 que l'on trouve la première trace d'un faïencier italien, Angelo Benedetto, originaire de Florence, probablement installé dans l'atelier d'un potier local, « rue de l'Ospital, près du pont de Rosne ». Un certain « maître Georges, fayseur de pots », qui avait la réputation d'être un homme « habile et renommé », y avait également un atelier. Par la suite, d'autres artisans viendront également travailler dans cette ville : originaires de Gênes, comme Sébastien Griffo, de Pesaro, et Jean Francesco, qui travaillait « à la façon de Venise », d'Albisola, comme Domenico Tardessini, ou même de Faenza, comme Giulio Gambini, qui devait aller s'associer avec Augustin Conrade à Nevers en 1588. Selon Marjatta Taburet, à qui nous empruntons ces renseignements, « environ vingt-cinq faïenciers italiens travaillèrent à Lyon entre 1512 et la fin du XVIe siècle » (Taburet, 1981, p. 23). Si l'on a pris l'habitude d'attribuer à Lyon un bon nombre de pots de pharmacie que l’on datait de la fin du XVIe siècle, on ne connaît en fait qu'une pièce de référence absolue : un plat conservé au British Museum portant l'inscription lla verga di farao / in serpentte /1582 / G T.V F / leon. La découverte archéologique inattendue d'une tessonnière attribuable au premier atelier de Lyon, étudiée par Alban Horry, semble apporter la confirmation d'un bon nombre de ces attributions traditionnelles, qui peuvent aussi être réévaluées, et a fourni de surprenantes révélations sur les productions lyonnaises précoces. L'implantation à Lyon des premiers artisans italiens est d'autant plus importante pour l'histoire de la faïence en France qu'elle est directement à l'origine du développement et de l'expansion définitive que connut cette céramique au cours du XVIIe siècle à partir du centre de Nevers. Les diverses origines de ces artisans, ainsi que le schéma de mise en œuvre de l'activité faïencière lyonnaise au cours du XVIe siècle, justifient pleinement l'appréciation plus générale portée par Sir Lindsay Scott, qui souligne que « l'introduction de la poterie dans l'Europe de l'Ouest n'a pratiquement jamais été due à un développement local indépendant, mais a bien plutôt été le fait d'immigrés et de colons influencés plus ou moins directement par les grands centres urbains d'où ils venaient » (Scott, 1954, p. 377).

Le château de Madrid

4En décembre 1527, François Ier, dans le cadre d'un programme de réalisation de plusieurs résidences royales à proximité de Paris, décide la construction du château de Madrid dans le bois de Boulogne, édifice qui ne devait être achevé que sous Louis XIII, vers 1620, puis détruit sous la Révolution. La décoration des façades et d'une partie de l'intérieur fut confiée à Girolamo della Robbia, neveu de Lucca, l'un des plus célèbres faïenciers de Florence, dont l'importance fut telle qu'on lui a longtemps – à tort – attribué l'invention de la faïence émaillée. Les commandes s'échelonnèrent sur plus de vingt-cinq ans.

5Monique Chatenet, qui a consacré un article à la question, note que « les faïences étaient utilisées avec une profusion que l'on a du mal à imaginer sur des façades mesurant près de 80 m de long pour les principales. Elles recouvraient en effet la totalité des murs des loggias avec leurs colonnes, médaillons, entablements, arcades, cordons moulurés […] Les corps de moulures, traités en blanc veiné de bleu à l'imitation du marbre, contrastaient avec des colonnes de couleur brune. Les médaillons des loggias, sculptés de bustes d'empereurs romains, se détachaient sur des écoinçons bleus. Enfin, des ornements de couleurs très variées – jaune, vert, violet – complétaient la polychromie du décor » (Chatenet, 1993, p. 54). Pour mieux évaluer l'importance historique d'une telle réalisation, deux points méritent d'être soulignés : par son ampleur, d'une ambition extravagante, et d'un coût très élevé, le programme de majolique architecturale du château de Madrid n'eut pas d'équivalent en Italie, même au cloître de la chartreuse de Galuzzo. Il apparaît clairement que François Ier, qui ne vit d'ailleurs pas l'achèvement de cette décoration, avait l'intention de rivaliser avec les Florentins dans leur propre domaine, et de les y dépasser. D'autre part, les réalisations de Girolamo della Robbia, diffusées par les gravures exécutées par Jacques Androuet du Cerceau, eurent une influence certaine sur l'art décoratif de la fin du XVIe siècle.

Les « faïences de Henri II » et Bernard Palissy2

Les faïences dites « de Henri II »

6Ces deux exemples caractéristiques ne sont cependant pas exceptionnels dans la France de la première moitié du XVIe siècle, qui vit l'éclosion quasi simultanée de plusieurs manifestations aussi précoces que luxueuses de l'art céramique, dont la majolique n'est qu'un des aspects. Comme on le verra, le Connétable Anne de Montmorency, « passionné pour les objets d'art, et les arts du feu en particulier » (Poulain / Thauré, 1990), dont on a déjà pu constater l'intérêt pour la majolique italienne, pourrait fort bien être l'un des personnages-clé de ce phénomène.

7L'un des exemples les plus connus est celui des céramiques de Saint Porchaire, autrefois dites de Henri II. La technique utilisée, différente de celle de la faïence stannifère, s'apparente davantage à celle de la terre de pipe dite « faïence fine ». On date les premiers exemplaires des environs de 1525, et la production semble s'être poursuivie jusque vers 1565. L'origine de ces pièces reste encore très obscure, et on a tendance aujourd'hui à penser qu'elles auraient pu être fabriquées dans la région de Paris. On les voit mentionnées dans les inventaires des Montmorency, seigneurs de Saint-Porchaire, dont plusieurs pièces portent en outre les armoiries. La production semble avoir été limitée à quelques objets de luxe, et il est incontestable qu'il s'agit là d'un atelier princier qui s'inscrit tout à fait dans la ligne des expériences céramiques novatrices dont le château de Madrid fournit l'exemple suprême à la même époque.

Bernard Palissy

8L'autre exemple, celui de Bernard Palissy, est légèrement plus tardif, mais il est si célèbre qu'il en est devenu un mythe national. Fort heureusement, nous connaissons mieux sa production véritable depuis les fouilles du Grand Louvre qui ont permis de mettre au jour son atelier situé à l'emplacement du Carrousel, et les études qui ont été menées à cette occasion (Revue de l'art, n° 78, 1987 et catalogue, 1990). Né vers 1510, Bernard Palissy, figure légendaire de la céramique, acquit une telle réputation grâce à ses « rustiques figulines » – dont il faut rappeler qu'elles ne sont pas des faïences, mais des terres vernissées décorées d'oxydes métalliques – qu’Henri II, vers 1556, lui acheta un bassin 50 écus. La même année, le Connétable de Montmorency lui commanda « une grotte rustique contre un salaire substantiel et sa protection assurée », allant même jusqu'à le nommer « inventeur des rustiques figulines du Roy et de la Reyne mère » en 1562 (Poulain / Thauré, 1990, p. 17). Entre 1565 et 1567, Catherine de Médicis lui commanda la fameuse grotte pour les Tuileries – dont les quelques fragments conservés ont longtemps été les seules productions attestées –, et son activité se poursuivit au moins jusqu'en 1575, avant son emprisonnement et sa mort en 1590. En dépit de son caractère indépendant et de sa formation autodidacte, tout nous porte à voir en Bernard Palissy une personnalité exceptionnelle, certes, mais surtout un homme caractéristique de son époque. Ses productions céramiques, pour originales qu'elles soient, reflètent bien les préoccupations de son temps : après tout, il y a plus une différence de degré que de nature entre les façades du château de Madrid et la grotte des Tuileries.

9En ce qui concerne la faïence stannifère de cette époque, le terme de faïences françaises primitives, consacré dès 1946 par les travaux du Dr Chompret, puis par ses articles dans les deux premiers numéros des Cahiers de la céramique et des arts du feu, en 1955 et 1956, recouvre en fait toutes les productions indigènes, du XIVe à la fin du XVIe siècle, dont certaines ont déjà été évoquées dans les paragraphes précédents. Cependant, aux yeux du public, en général, il désigne surtout les productions du XVIe siècle que l'on mentionnait encore il y a peu au début des ouvrages d'art décoratif consacrés à la faïence française, et dont on montre des exemplaires des collections. Il s'agit essentiellement du pavage de l'église de Brou, des faïences de Masséot Abaquesne, de quelques pièces de la fin du XVIe siècle, attribuées à Lyon, et de celles de Narbonne, Nîmes et Montpellier, regroupées aujourd'hui sous le nom de majoliques languedociennes.

Les faïences « primitives »

Le pavement de Brou

10Le pavement de l'église de Brou, près de Bourg-en-Bresse, était destiné à orner la chapelle de Marguerite d'Autriche, fille de Maximilien de Habsbourg et de Marie de Bourgogne, à l'endroit le plus précieux de l'édifice qu'elle fit construire de 1506 à 1532, en hommage à son époux Philibert le Beau. Grande amatrice d'art – elle possédait, entre autres, le manuscrit des Très riches heures du duc de Berry –, elle fit appel aux meilleurs spécialistes pour réaliser un cadre digne d'abriter son tombeau ainsi que ceux de son époux et de sa mère, Marguerite de Bourbon. L'exécution de la chapelle, qui sera ung chief d'euvre, fut confiée à un maître d'œuvre flamand, Louis van Boghem, après 1512, et ne fut guère achevée avant 1530, date de la mort de Marguerite. Selon un témoignage manuscrit de la fin du XVIIe siècle, le pavage fut exécuté par un certain François de Canarin. Il fut démonté au XIXe siècle, dispersé dans les collections, et seuls quelques carreaux subsistent sur place. « Ils représentaient une grande variété de motifs : têtes de personnages antiques ou contemporains, emblèmes, trophées d'armes, instruments de musique, devises, dans des dominantes d'ocre jaune et de bleu. Des navettes hexagonales portaient des entrelacs de branchages noueux de couleur blanche sur fond bleu » (Poiret / Nivière, 1990, p. 57). Dans l'état actuel des recherches – curieusement pauvres – sur ce témoignage précoce de l'art de la majolique en France, il est difficile de lui attribuer une origine, ou flamande ou lyonnaise, étant donné la proximité et l'importance de Lyon, d'une part, et les rapports étroits que les maîtres d'œuvre entretenaient avec les Flandres, d'autre part, où des Italiens exerçaient l'art de la majolique depuis le début du XVIe siècle, notamment à Anvers.

Masséot Abaquesne

  • 3 Crépin-Leblond T., Gerbier A., Madinier-Duée P. et al., Masséot Abaquesne. L'éclat de la faïence à (...)

11Contrairement aux autres réalisations de la même époque, on désigne la production de Masséot Abaquesne sous le nom de son auteur, car elle s'applique à plusieurs réalisations dispersées dans l'espace et dans le temps, de 1542 à 1557, pour lesquelles on possède plusieurs témoignages irréfutables. Connu depuis 1869 grâce aux travaux d'André Pottier, le nom de ce célèbre personnage reste cependant entouré d'un certain mystère, que les recherches récentes ont tenté d’éclairer. Parmi ces travaux, on peut citer l'article d'Arnaud Brejon de Lavergnée dans la Revue du Louvre en 1977, celui de Catherine Vaudour dans La Renaissance à Rouen en 1980, la synthèse de Catherine Leroy sur les carreaux d'Abaquesne dans le catalogue de l'exposition Châteaux de faïence en 1993, et le catalogue de l’exposition consacrée à ce personnage en 2016, qui fait le point sur la question 3.

12Son nom apparaît à Rouen dès 1526, date à laquelle il est qualifié d'emballeur. En 1538 – première mention de son activité faïencière –, il est dit esmailleure en terre, mais ses premières réalisations connues consistent en plusieurs panneaux portant l'inscription A Rouen 1542, réalisés pour le château d'Ecouen, alors demeure du connétable Anne de Montmorency, et qui abrite aujourd'hui le musée national de la Renaissance. Il s'agit d'une part de l'un des deux ensembles de carreaux conservés au musée Condé du château de Chantilly, représentant le courage de Mucius Scaevola et de Marcus Curtius, et, d'autre part, de panneaux de carreaux aux emblèmes du Connétable, destinés à la galerie de Psyché, dont quelques-uns sont présentés dans leur lieu d'origine. On y associe généralement un autre ensemble de Masseot Abaquesne formant triptyque et représentant le Déluge, étudié par Bernard Jestaz en 1980. Des documents d'archives attestent bien par ailleurs qu'il a livré à Anne de Montmorency, en 1553, des « carreaux qu'il est tenu bailler et fournir pour parer les seules [sols] et autres édifices de messire le connestable de France ». Un second pavement, appartenant au musée d'Ecouen, fut réalisé entre 1547 et 1551, et porte les armes du roi Henri II, de Catherine de Médicis, et du Connétable ; un troisième, enfin, est daté entre 1547 et 1559 (Brejon de Lavergnée, 1977). Selon Catherine Vaudour, « il est possible qu'Abaquesne ait travaillé en association ou sous la direction de maîtres faïenciers flamands. Là serait peut-être l'explication de l'estime que lui porta le Connétable et dont la commande d'Ecouen est la manifestation » (Vaudour, 1980, p. 81).

13En dehors des réalisations exécutées pour ce haut personnage, on sait également que Masseot Abaquesne est l'auteur du pavement de la non moins célèbre Bastie d'Urfé, dans le Forez, réalisé en 1557 pour Claude d'Urfé, ambassadeur à Rome et gouverneur des enfants royaux. Plusieurs éléments de cet ensemble, qui est en cours de reconstitution, sont conservés en divers endroits (musée du Louvre, musée de Rouen, etc.). Ils présentent d'évidentes analogies avec le troisième pavement d'Ecouen. Comme le souligne Catherine Leroy, « les faïences d'Ecouen et de la Bâtie se distinguent par la qualité irréprochable de la mise en œuvre et par la maîtrise des contraintes techniques imposées par le poids, l'encombrement, la manutention des carreaux depuis la mise en place du décor jusqu'à la pose. Commandées et fabriquées au loin, elles sont des ornements luxueux destinés aux sols des espaces les plus prestigieux et visités, les chapelles et les galeries ».

14On a par ailleurs la trace écrite d'une énorme commande de 4152 pots passée par l'apothicaire Pierre Dubosc, le 24 mai 1545, dont les collections conservent plusieurs exemplaires signés. Depuis 1995, on a encore découvert d’autres témoignages de ces productions : en 1995, des carreaux historiés au château de Ranrouet, à Herbignac, et, en 2007, six pots de pharmacie dans un fossé de la ville d’Évreux, en compagnie d’une chevrette d’Anvers datée 154… L'œuvre de Masseot Abaquesne fut continuée après sa mort, survenue peu avant 1564, et jusqu'à une date encore inconnue, par son fils Laurent, qui a également signé plusieurs vases de pharmacie.

  • 4 Fillon B., Art de terre chez les Poitevins, et dans Poitou et Vendée, Études historiques et artist (...)

15Plusieurs autres réalisations de style comparable, longtemps attribuées à Abaquesne, ne sont plus retenues aujourd'hui parmi sa production attestée : il s'agit essentiellement du superbe pavement du château de Polisy, dans l'Aube, daté de 1549 (Crépin-Leblond, 1993, p. 49), aujourd’hui exposé au Musée de la Renaissance à Écouen, et du pavement de la chapelle Sainte-Croix, dans la cathédrale de Langres, de la même époque (1551). Il y eut probablement quelques autres ateliers, dont les recherches futures sauront retrouver la trace. Dans ce registre, on doit considérer avec la plus grande prudence, toutefois, les documents cités par Benjamin Fillon en 1864 4.

Les majoliques languedociennes

16Depuis 1891 – date de la diffusion des recherches du Dr Puech, érudit local comme il y en eut tant dans le dernier tiers du XIXe siècle –, on connaît l'existence du potier nîmois Antoine Syjalon, protestant notoire travaillant « à la façon de Pise », selon ses propres termes, dont l'atelier fonctionna de 1573 à 1590. On lui attribue une gourde, maintes fois reproduite, aujourd'hui au Metropolitan Museum à New York, portant l'inscription Nismes 1581, et la devise de Jean Casimir de Bavière, protecteur des Protestants du Midi. Par comparaison stylistique directe, on lui adjoint une autre gourde et deux assiettes, conservées à New York, Londres et Saint-Pétersbourg, ensemble qui constitue toujours le corpus de base des majoliques languedociennes.

  • 5 Vayssettes J.-L., Vallauri L., et al., Montpellier, terre de faïences : Potiers et faïenciers entr (...)

17À la suite d'abondantes recherches d'archives qu'il publia en 1943, Jean Thuile proposa, toujours par comparaison stylistique, d'attribuer à Montpellier une cinquantaine de vases de pharmacie. Il les classa en groupes qui sont présumés correspondre aux ateliers connus par les textes, à savoir ceux de Pierre Estève (1570-1596), Jehan Syjalon (1597-1617), Pierre I Favier (1577-1651), Daniel Ollivier (1593-1682), et Pierre Boissier (1588-1651). Comme le souligne Robert Montagut, auteur d'un article sur ce problème, « ce n'est pas la première fois qu'un chercheur, disposant à la fois d'un certain nombre de noms de potiers et d'un certain nombre de pièces rencontre ce problème : à qui attribuer quoi ? Entreprise hasardeuse, dans laquelle nous serions aujourd'hui plus réservés […] Redisons-le, à part la gourde « du Baron Lambert », aucune pièce à notre connaissance à ce jour ne porte de marque de lieu, de fabrique ou de date » (Montagut, 1992, p. 33). Ce corpus des majoliques languedociennes comprenait environ 130 pièces en 1995, et les études se sont poursuivies depuis, notamment à l’occasion des fouilles du tramway à Montpellier, à l’origine de la publication d’un important volume sur l’abondante production de ce centre faïencier incontournable 5.

18En tout état de cause, les dates de fonctionnement de ces ateliers se situent presque exclusivement dans le dernier quart du XVIe siècle, et les artisans concernés, s'ils ont eu des origines ou des maîtres italiens, peuvent être considérés, au même titre que les Abaquesne, comme les premiers faïenciers français qui ne travaillent plus uniquement pour des commandes princières. Leur commerce, dont le statut reste celui d'un artisanat de luxe somme toute assez modeste, commence à prendre peu à peu la dimension d'une véritable activité économique. C'est également le cas, à la même époque, d'autres ateliers qui seront directement à l'origine du véritable essor de la faïence en France, et notamment ceux de Nevers.

Notes

1 On en trouvera la plupart des références dans Rosen J. et Crépin-Leblond T., dir., Images du pouvoir. Pavements de faïence en France du XIIIe au XVIIe siècle. Paris, RMN/Bourg-en-Bresse, Musées de Brou, 2000, et Rosen J., « La faïence française du XIIIe au XVIIe siècle », Dossier de l’art n° 70, octobre 2000.

2 Une Orfèvrerie de terre, Bernard Palissy et la céramique de Saint-Porchaire, éd. Réunion des musées nationaux, publié à l’occasion de l’exposition organisée en septembre 1997.

3 Crépin-Leblond T., Gerbier A., Madinier-Duée P. et al., Masséot Abaquesne. L'éclat de la faïence à la Renaissance, éd. RMN, Paris, 2016.

4 Fillon B., Art de terre chez les Poitevins, et dans Poitou et Vendée, Études historiques et artistiques, (1887), p. 136-138, qui cite les « Mes Collin et Bonnet, pour l'establissement et la conduite d'un four à cuyre vaisseaux de terre de Faye-Moureau et la Roche » (près de Fontenay-le-Comte) en 1558, ainsi que les lettres patentes de François II, en 1560, citant les « fours à fabriquer bouteillages de terre blanche […] établis par le sieur de la Brossardière et Benoist Georget en lieux proches le bourg et paroisse d'Aspremont, pays du Poictou ».

5 Vayssettes J.-L., Vallauri L., et al., Montpellier, terre de faïences : Potiers et faïenciers entre Moyen Âge et XVIIIe siècle, Silvana editoriale, 2012.

© ARTEHIS Éditions, 2021

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search