Version classiqueVersion mobile

La faïence en France du XIIIe au XIXe siècle

 | 
Jean Rosen

Seconde partie : Histoire de la faïence stannifère en France (XIIIe-XIXe siècle)

Chapitre 3. La faïence européenne aux XVe et XVIe siècles

Texte intégral

Les faïences espagnoles à lustre métallique

1En Espagne, et notamment dans la région de Valence, la production de faïences connut un essor sans précédent au XVe siècle, les décors bleus sur fond blanc, succédant aux verts et manganèse, faisant la transition avec la faïence lustrée : à Manises, entre 1380 et 1430, elle atteignit, selon Jean Soustiel, « l'un des sommets de la faïence mondiale ». Après la chute de Malaga, en 1487, la région de Valence regroupa toutes les manufactures du littoral andalou. Cette faïence à lustre métallique, dénommée hispano-mauresque par les chercheurs de l'École de Sèvres au XIXe siècle – terme encore largement usité de nos jours – resta très soumise à l'influence islamique, jusqu'au milieu du XVe siècle, et adopta ensuite le style gothique et le décor végétal. Elle connut pendant tout le siècle un succès considérable dans toute l'Europe, à tel point que nombre de grandes familles françaises, espagnoles, mais surtout italiennes, passèrent commande de pièces décorées de leurs armoiries. Le plat de la Wallace collection, à Londres, portant les armes de Jean sans Peur et de Philippe le Bon, ducs de Bourgogne, daté entre 1404 et 1430, est tout à fait révélateur de cette pratique : il faut dire que Jehan de Gironne, faïencier de Philippe le Hardi, avait quitté Dijon en 1389. Un plat du Victoria and Albert Museum est orné des armoiries des Rois Catholiques Ferdinand et Isabelle, mariés en 1469, et le plat du Museo civico medievale de Bologne portant les armoiries du pape Léon X peut être daté entre 1513 et 1531.

Le XVe siècle

2En France, la crise du XIVe siècle ne permit malheureusement pas la poursuite de ce mouvement à peine amorcé. L'abandon des routes terrestres par les Génois et les Vénitiens ainsi que le déclin consécutif des foires de Champagne contribuèrent à ruiner progressivement une économie déjà fragile. La crise seigneuriale ne fit qu'amplifier le déclin du commerce de luxe. Le fléchissement de la démographie, les famines, la peste et la guerre plongèrent le pays dans une situation et un climat peu propices à l'épanouissement de la faïence, qui préfère les temps prospères, insouciants et calmes.

3Ainsi, jusqu’à la fin du siècle dernier, on avait tendance à penser que la production indigène de faïence avait disparu à la fin du XIVe siècle, et qu’elle n’avait pas survécu. Il est symptomatique, par exemple, qu'on n'en ait pas trouvé de trace dans les résidences de Jacques Cœur, personnalité phare du milieu du XVe siècle, dont la puissance, les ambitions et les contacts économico-culturels avec le monde méditerranéen l'auraient immanquablement amené à en faire étalage si elle avait conservé le rôle qui était le sien au siècle précédent.

Longecourt-en-Plaine : le chaînon manquant

  • 1 Rosen J., « Les pavements du château de Longecourt-en-Plaine, 1495, couleurs, symboles et histoire (...)

4Depuis la première édition de ce livre en 1995, la découverte du pavement initial en faïence stannifère de la chapelle du château de Longecourt-en-Plaine, à une vingtaine de kilomètres à l’est de Dijon, a permis de revenir sur cette idée 1. Réalisé en 1495, comme en attestent deux carreaux datés, il était sans doute constitué d'un dispositif de motifs géométriques réalisés à l'aide de carreaux monochromes verts, blancs et bleus, parmi lesquels se distinguait un semis d’autres carreaux au décor plus prestigieux. Des carreaux de faïence à décor vert et brun, selon la mode médiévale, étaient consacrés aux thèmes religieux : psaume de la pénitence et hymnes à la Vierge – à laquelle était consacrée la chapelle. Ils étaient associés à des carreaux polychromes d’un tout autre genre : de forts beaux portraits de femme inspirés par l’art de Martin Schongauer, les armoiries de l'empereur du Saint Empire, celles du pape et des ducs d'Anjou et de Lorraine, mais aussi celles du propriétaire des lieux et de ses proches. L’hypothèse la plus vraisemblable est qu’Antoine de Baissey, « capitaine général » des Suisses de l’armée de Charles VIII lors de la conquête du royaume de Naples, ait admiré les pavements déjà installés dans de nombreux édifices italiens au cours de la deuxième moitié du XVe siècle, et qu’il se soit adressé à un technicien italien pour faire réaliser ce pavement qui a bien été fabriqué sur place, dans la proche région de Longecourt-en-Plaine, comme l’attestent les analyses. En 1495, date charnière entre le Moyen Âge et la Renaissance, le pavement de Longecourt-en-Plaine, situé à la frontière entre la France et le Saint-Empire, permet de relier la faïence du Moyen Âge à celle de la Renaissance, que l'on pensait jusqu'ici séparées par un hiatus de près d'un siècle.

Carreau de pavement du château de Longecourt-en-Plaine, 11 x 11 cm, 1495 (coll. part.).

La majolique italienne

5En Italie, le terme de majolique, par lequel on désigne aujourd'hui la faïence produite dans ce pays jusqu'au XVIIe siècle – en italien, faïence se dit encore majolica – a longtemps été attribué à une déformation du mot Majorca, ou, Mayûrika en arabe, et aurait désigné les faïences d'origine espagnole transitant par les Îles Baléares. Brongniart, en 1844, reprenant cette affirmation, dont il attribuait la paternité à Scaliger et à Fabio-Ferrari, a largement contribué à la propager (Brongniart, 1877, t. II, p. 55). De nombreux auteurs, ainsi que tous les dictionnaires, continuent d'ailleurs à mentionner cette ancienne hypothèse. Le mot est signalé en Italie dès 1368 ; les Mémoriaux du Roi René, en 1447, parlent de « platz de terre de Mailloreque », et on en a de nombreuses attestations au XVe siècle (Trésor de la langue française, 1985, t. 11, p. 214). Depuis déjà quelques années, on admet plus volontiers, suivant l'interprétation des chercheurs espagnols, que ce mot est, en fait, une dérivation du terme obra Mallica, par lequel on désignait le type de faïences produites par le centre de Malaga, qui continua à influencer les productions dominantes de la région de Valence jusqu'au milieu du XVe siècle. Quoi qu’il en soit, ces deux hypothèses confirment bien l'importance capitale de l'Espagne dans ce domaine jusqu'à l'aube de la Renaissance italienne, et son rôle de relais entre l'Orient musulman et l'Occident chrétien. Cette faïence à décor de lustre métallique dite hispano-mauresque exerça une forte influence sur les ateliers de Toscane, dont les formes et les décors s'inspireront de ces productions jusqu'aux environs de 1475.

6On remarquera que l'implantation, l'évolution et le développement de la majolique pendant la Renaissance italienne ont été rendus possibles au départ par l'existence d'un contexte très comparable à celui observé précédemment sous l'Empire abbasside. L'essor économique et commercial extraordinaire, non plus seulement des Vénitiens et des Génois, mais de nombreux autres États italiens de l'époque, l'ouverture de nouvelles routes d'échanges, l'apport décisif de nouvelles découvertes et de progrès scientifiques considérables – dont l'invention de l'imprimerie – ont permis l'instauration et la diffusion rapide d'une culture nouvelle, et de nouveaux modèles de comportement du pouvoir. L'image du prince cultivé, ami et protecteur des arts et du luxe, qui rivalise dans ces domaines avec les autres états voisins, personnalisée par les Médicis, est devenue un poncif de l'homme de la Renaissance. Appliquées au domaine de la céramique, on retrouve là les conditions idéales d'installation d'ateliers contrôlés, sous la dépendance du pouvoir et dynamisées par lui, structures de type officiel favorables aux innovations et aux mutations techniques. L'extension de ce modèle de comportement à la nouvelle bourgeoisie d'argent, désireuse de dépenser sa fortune nouvellement acquise en recherchant une image valorisante, joua alors un rôle capital dans la diffusion et le développement de la majolique qui, de luxe rare réservé aux princes, acquit peu à peu la dimension d'une marchandise.

7On retrouve l'intérêt manifesté par les plus puissants seigneurs de l'époque envers ces faïences de luxe tout au long de l'histoire de la majolique. La plus ancienne pièce, datée de 1466, porte l'emblème de la famille Manfredi, seigneurs de Faenza de 1334 à 1501. De même, on a conservé de nombreuses pièces ornées des armoiries de la plupart des grandes familles des cités abritant des fabriques. Un plat armorié, conservé au Victoria and Albert Museum de Londres, appartenant à l'un des premiers services à décor historié, datable entre 1476 et 1490, est une commande de Mathias Corvin, roi de Hongrie, époux de Béatrice de Naples (Frégnac, 1976, p. 65). L'atelier de Caffagiolo fut fondé en 1506 par Pier Francesco de Medicis dans son propre château. On connaît par ailleurs l'intérêt manifesté par les Médicis de Florence pour la céramique de luxe : ils allèrent même jusqu’à y installer à grands frais une fabrique de porcelaine tendre, vers 1565, et on connaît plusieurs majoliques qui portent leurs armes. Une pièce de Castel-Durante, datée de 1508, est ornée des armes de Jules II (Fourest, 1983, p. 86). D'autres pièces, s'inspirant des compositions de Raphaël, portent celles d'Isabelle d'Este. La prééminence d'Urbino, vers 1530-1550, et l'immense succès rencontré par les décors historiés doivent être attribués à l'active protection qu'accordèrent à ses fabriques les ducs d'Urbino au cours du XVIe siècle. C'est probablement lors de la réalisation du magnifique service, qu'ils firent exécuter par l'atelier Fontana entre 1565 et 1571, que fut introduit le décor a raffaellesche, (Fourest, 1983, p. 92), qui devait constituer une innovation décorative capitale dans l'histoire de la majolique. Cette importance est encore accrue par les commandes faites par de grands seigneurs étrangers, dont le cardinal Duprat et le Connétable de Montmorency, qui devait jouer un grand rôle dans le développement de la faïence en France. Enfin, les derniers grands services princiers, exécutés à Faenza après 1570 dans l'atelier de Don Pino, successeur de Virgilio Calamelli, comprennent un ensemble réalisé pour Albert V de Bavière.

  • 2 Thornton D. et Wilson T., Italian Renaissance Ceramics : A Catalogue of the British Museum Collect (...)
  • 3 Barbe F., La Majolique, Citadelles & Mazenod, Paris, 2016.

8On imagine aisément que de nombreux auteurs se sont intéressés depuis fort longtemps à ces luxueuses productions qui ont, depuis toujours, fait partie des plus grandes collections. Parmi les innombrables études consacrées à la question : en Angleterre se distinguent les travaux historiques de Henry Wallis, de 1897 à 1905, de Bernard Rackham de 1904 à 1963, et plus récemment ceux de John Mallet et de Timothy Wilson 2 ; en Italie ceux de Gaetano Ballardini, de 1916 à 1943, de Giuseppe Liverani, de 1936 à 1976, de Carmen Ravanelli Guidotti et de Carola Fiocco et Gabriella Gherardi. En France, il faut citer le Répertoire de la majolique italienne, du Dr Chompret, de 1949, Les majoliques des Musées nationaux, de Jeanne Giacomotti, en 1974 et, plus récemment, La majolique de Françoise Barbe 3. Depuis quelques décennies, de nombreux et importants travaux de recherches, étayés par des trouvailles archéologiques, publiés dans la revue Faenza, bulletin du Musée international des céramiques à Faenza, ou issus des meilleurs auteurs spécialistes, italiens, anglais, allemands et français remettent en question des certitudes trop établies et permettent peu à peu de débrouiller l'extraordinaire complexité de ces productions émanant de plus de 40 centres.

9Suivant le classement par périodes établi par Gaetano Ballardini, on a pris l'habitude de diviser les majoliques en six groupes. Le premier, du XIVe au XVe siècle, comprend les faïences primitives en vert et manganèse déjà évoquées sous l'appellation de style d'Orvieto, et les premières majoliques classiques, dites de stile severo, qui comprennent les célèbres décors en bleu sur blanc « à la feuille de chêne » et ceux de style orientalisant directement inspirés des productions de Valence, parfois baptisés italo-mauresques, produits à Florence et à Montelupo, ainsi que les faïences à décor gothico-floral polychrome produites au moins à Florence et à Faenza ; cette dernière deviendra le centre le plus important dans le dernier tiers du XVe siècle.

10Au second, dit style bello, correspondant au premier tiers du XVIe siècle, appartiennent les pièces du début de l'art de la Renaissance proprement dit, à décors de trophées, de grotesques, fonds bleutés dits a berettino et premiers décors historiés ou a istoriato, produits en majorité par Faenza. Il comprend notamment les célèbres productions florentines des Della Robbia et de leur école, et a directement influencé les premières manifestations de la faïence en France au XVIe siècle. Le troisième groupe est celui de l'apogée de la majolique, durant la première moitié du XVIe siècle, avec la perfection du style bello et du décor historié. Les principaux centres qui se sont illustrés dans ce genre et à cette époque sont parmi les plus connus de l'histoire de la majolique : Deruta, Gubbio, Casteldurante, Urbino.

11Suivant la diffusion du décor historié et la naissance d'un nouveau style ornemental dit a raffaellesche, directement issu des motifs décoratifs accompagnant les tableaux de Raphaël pour les Loges du Vatican, on constitue un quatrième ensemble, au milieu et dans la seconde moitié du XVIe siècle, dont les pièces prestigieuses sont issues des mêmes centres. À ce groupe appartiennent également les décors dits a quartieri et les décors de trophées d'armes ou d'instruments de musique dits a trofei ainsi que les autres styles ornementaux décrits par Picolpasso ; on y trouve aussi les majoliques historiées d'Urbino dont le décor en plein occupe toute la surface de la pièce, considérée à la manière d'un tableau. Ces différents styles nous intéressent tout particulièrement car ils seront directement à l'origine des décors les plus ostentatoires des faïences françaises quelques décennies plus tard.

12Tout aussi importantes par l'influence déterminante qu'elles exercèrent sur la faïence française pendant presque un siècle, les productions du cinquième groupe, du milieu du XVIe au milieu du XVIIe siècle, reflètent la diffusion du style ornemental et le goût de plus en plus prononcé pour la faïence blanche ou peu décorée. Elles sont issues de très nombreux centres, dont Faenza, Venise, Padoue, Castelli, Deruta, Turin, Pise, Rome, Montelupo et la Sicile. Elles comprennent notamment les pièces décorées de plus en plus sommairement à l'aide de bleu et de jaune plus ou moins foncés, parfois rehaussés d'un contour manganèse, suivant un style caractéristique baptisé a compendiario par les Italiens, et dont l'origine présumée a été attribuée à Faenza ; Faenza où l'atelier de Virgiliotto Calamelli semble en avoir fait une spécialité vers le milieu du XVIe siècle.

13Enfin, jusqu'au XVIIIe siècle, alors que de très nombreux centres italiens produisaient d'énormes quantités de faïence de styles très divers suivant la mode de l'époque, on continua à fabriquer des pièces dans le goût de la majolique classique, classées dans un sixième groupe, parfois baptisé majolique tardive. Elles proviennent pour la plupart des centres de Vénétie, de Sienne et de sa région, d'Urbania, de Castelli et de Naples.

Notes

1 Rosen J., « Les pavements du château de Longecourt-en-Plaine, 1495, couleurs, symboles et histoire », in Bon P., dir., Le château et l’art, à la croisée des sources, colloque de Mehun-sur-Yèvre, novembre 2001, éd. Groupe Historique et Archéologique de la région de Mehun-sur-Yèvre, 2011, p. 37-47.

2 Thornton D. et Wilson T., Italian Renaissance Ceramics : A Catalogue of the British Museum Collection, éd. British Museum Press, 2009.

3 Barbe F., La Majolique, Citadelles & Mazenod, Paris, 2016.

Table des illustrations

Légende Carreau de pavement du château de Longecourt-en-Plaine, 11 x 11 cm, 1495 (coll. part.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/24784/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 610k

© ARTEHIS Éditions, 2021

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search