Version classiqueVersion mobile

La faïence en France du XIIIe au XIXe siècle

 | 
Jean Rosen

Seconde partie : Histoire de la faïence stannifère en France (XIIIe-XIXe siècle)

Chapitre 2. Introduction de la faïence en Europe

Texte intégral

1L'abandon de la faïence stannifère par les potiers musulmans abbassides ne marqua pas pour autant l'arrêt du développement de cette céramique en direction de l'Europe, bien au contraire. On peut en retracer l'itinéraire en partant de la Mésopotamie, d'où elle naquit, à l'Égypte, puis à l'Afrique du Nord et l'Espagne, où l'on situe aujourd'hui l'apparition du lustre métallique dès le Xe siècle. En ce qui concerne le XIe et le XIIe siècle, l'état des recherches ne permet pas encore de préciser à quel moment l'émail a remplacé l'engobe blanc en Occident chrétien.

2Dès le XIIIe siècle, en tout cas, la présence de faïence stannifère indigène est nettement établie en Espagne. À cette époque, de nombreux centres producteurs de l'Espagne musulmane sont attestés par les sources et les fouilles : de Séville à Lérida, et de Talavera de la Reina à Almeria, en passant par Cordoue et Valence, sans oublier Malaga qui, comme on le verra ci-dessous, semble avoir joué un rôle déterminant.

3Mais l'Italie a aussi produit des faïences au XIIIe siècle, bien avant qu'y apparaisse le mot majolique : on divise ces productions en deux groupes distincts, au Nord et au Sud. Les faïences à décor vert et manganèse regroupées sous le vocable de « style d'Orvieto », ou majoliques archaïques du Nord, stylistiquement proches de celles de Paterna, ont été en fait produites jusqu'au XIVe siècle dans de nombreux centres, de Ravenne à Rome. Les proto-majoliques découvertes en Sicile et à Lucera, au nord de Naples, ont un décor également vert et manganèse, parfois associé à du cobalt et du jaune (Soustiel, 1985, p. 169).

Les premières faïences françaises : le XIIIe et le XIVe siècle 1

  • 1 Voir Rosen J., « Les chemins de la glaçure stannifère en France au (...)

4En France, on a encore trop tendance à croire et à écrire que la faïence stannifère n'a fait son apparition qu'au début du XVIe siècle : il aurait été surprenant qu'un pays de cette importance, en contact direct avec l'Espagne et l'Italie, soit resté si longtemps à l'écart. Au XIIIe siècle, après que le roi des Francs a pris officiellement possession du pays, la France connaît un siècle de prospérité économique sans précédent : les foires de Champagne, à leur apogée, en font le plus grand centre d'échange de marchandises et d'argent de la chrétienté ; l'économie monétaire et le commerce extérieur se développent, de même que les grandes villes, et avec elles l'importance du patriciat urbain, des grands marchands et des artisans. Ce pays, le plus peuplé d'Europe, est aussi celui qui donne le ton dans les domaines intellectuel et artistique, grâce notamment à l'université de Paris et à l'art gothique. Autrement dit, on assiste à la mise en place de tous les éléments structurels, socio-économiques et culturels favorables à la production d'une céramique spécifique d'un genre nouveau. Dans ce contexte, les zones de contact avec l'Europe méditerranéenne – et tout particulièrement les ports du sud de la France, qui s’ouvrent à cette époque au commerce sur la Méditerranée – semblaient le lieu idéal pour l'apparition de la faïence.

  • 2 Voir Le vert et le brun, 1995, op. cit.
  • 3 La Céramique Médiévale en Méditerranée, Actes (...)

5En effet, les recherches conduites par le Laboratoire d'Archéologie Médiévale et Moderne en Méditerranée (LA3M – UMR 7298 du CNRS) d’Aix-en-Provence, ont permis de découvrir l'existence à Marseille d’un « bourg des potiers », daté du XIIIe siècle – peut-être même du début –, comprenant le plus ancien atelier français connu de production de faïences, avec de nombreuses structures de cuisson, dont un four « à barres » de technique arabe, qui est l’exemple le plus septentrional connu à ce jour 2. Il s'agit bien de véritables faïences, « recouvertes d’une glaçure opacifiée à l’étain, blanchâtre, colorée en vert ou jaune miel. De façon plus rare encore, des assiettes, coupes, vases à liquide et carreaux de pavement sont ornés de motifs peints au vert de cuivre et au brun de manganèse. […] Les coupelles et les plats de service, souvent émaillés, portent des décors géométriques, végétaux ou des poissons peints selon la traditionnelle bichromie verte et brune, parfois rehaussée de jaune ». Ces faïences pourraient se rattacher à la fois aux productions espagnoles et à celles de l'Italie du Sud de la même époque, sans toutefois en être de simples imitations. « La filiation avec la civilisation al-andalus ou siculo-maghrébine paraît indéniable, avec une “provençalisation” progressive des formes ». On peut les considérer comme « les prototypes des célèbres majoliques vertes et brunes avignonnaises qui seront diffusées dans toute la région pendant le XIVe siècle » (Marchesi, Thiriot, Vallauri, in Archéologia, n° 290, mai 1993, p. 26). Cette importante découverte permet de faire remonter l’apparition de la faïence à une date qui semblait encore impossible il y a quelques années. Ainsi, Jean Soustiel, en 1985, déclarait qu'« on ne sait pas très bien à quelle date, en France, l'émail remplace définitivement l'engobe blanc […] pour notre part, nous la situons à la fin du XIIIe siècle » (Soustiel, 1985, p. 168). La publication intégrale des résultats de ces fouilles pour le VIe Congrès international sur la céramique médiévale, qui s’est tenu à Aix-en-Provence au mois de novembre 1995 3, a permis une nouvelle approche du problème posé par l'apparition de la faïence en France. Il n’est pas impensable que d'autres investigations dans la région de Narbonne – qui, avec 30 000 habitants, était l'un des plus grands centres urbains de l'époque – puissent amener à d'autres découvertes du même type dans les années à venir.

  • 4 Pour tout le développement qui suit, voir Rosen J. et Crépin-Leblo (...)
  • 5 André P., Les pavements médiévaux (...)

6Après cette brève apparition, il ne semble pas que la faïence stannifère ait connu une extension significative au cours du XIVe siècle : elle resta encore pendant longtemps chose exceptionnelle, et l'apanage des plus puissants. Grâce à l'archéologie, nous avons aujourd'hui d'assez nombreux témoignages de carrelages de cette période, où la faïence, considérée comme une rareté et une curiosité, semble avoir été le plus souvent associée aux carreaux de pavement ordinaires de l'époque, revêtus d'une glaçure plombifère 4. Christopher Norton cite « le plus ancien atelier actuellement connu, actif autour de la vallée de la Garonne, après 1290 », et mentionne diverses découvertes dans la même région, à Toulouse, Lagrasse, et Mazères, datables du premier tiers du XIVe siècle. D'autres sites fouillés attestent une rare production de carreaux de faïence, à la même époque, à Brain-sur-Allonnes, en Anjou, et pour la chapelle du château des Ducs de Bretagne, à Suscinio, près de Vannes. Là, l’ensemble du pavement conservé intact sous le toit écroulé de la chapelle a révélé une combinaison extrêmement raffinée des deux techniques 5. Plus au Nord, entre Artois et Flandres, et jusqu'en Hollande, d'assez nombreux sites, essentiellement religieux, livrent des carreaux de faïence stannifère, parfois produits sur place par des ateliers itinérants (Norton, 1993, p. 37). Même si ces productions primitives sont parfois d'une qualité assez médiocre, on remarquera qu'il s'agit là d'un luxe rare, et de fabrications exceptionnelles produites dans un contexte qui ne l'est pas moins.

  • 6 Bon Ph., Les premiers « bleus » de France – les carreaux de fa (...)

7Parmi toutes ces manifestations, quelques exemples plus significatifs revêtent un intérêt tout particulier. À Avignon, dans le riche contexte de l'installation de la Papauté, de 1309 à 1378, on produisit de la faïence d'excellente qualité – déjà évoquée ci-dessus –, décorée en vert et manganèse, dont quelques exemplaires de carreaux peints ont été retrouvés au Palais des Papes ainsi qu'à Châteauneuf et à Narbonne. En 1362, deux potiers de Manises, Johan Albalat et Paschasius Martin, « travaillant à la manière de Malaga », et utilisant le vert, le manganèse, l'étain et le cobalt, s'installèrent à Avignon à la demande du Cardinal Audoin Aubert (Soustiel, p. 176). De riches pavements de faïence ornaient les résidences des plus hauts personnages de l'époque : les grands ducs Valois, Jean de Berry et son frère Philippe le Hardi, duc de Bourgogne, devaient la considérer comme un des éléments dignes de recevoir les programmes iconographiques par lesquels ils entendaient manifester leur grandeur. Ainsi, en 1382, Jean de Berry obtenait du duc de Gérone qu'il lui envoie trois artisans potiers sarrazins (Bon, 1992, p. 131), dont on pense avoir retrouvé les œuvres dans plusieurs résidences qui figurent parmi les réalisations les plus prestigieuses de leur époque. On sait que les carreaux aux armes de Bourgogne et de Flandre ornant l'oratoire ducal de la Chartreuse de Champmol, à Dijon, furent fabriqués sur place en 1383 par Jehan de Gironne, artisan espagnol invité par Philippe le Hardi (Bon, 1992, p. 128). Jehan de Valence, dit le Sarrazin, établit son atelier à Poitiers entre 1384 et 1387, et y fabriqua des carreaux pour les diverses résidences du duc de Berry. Au château d'Hesdin, propriété des ducs de Bourgogne, vers 1392, les carreaux ont été fabriqués spécialement par un troisième artisan sarrasin, Jehan le Voleur, Varlet de chambre et paintre de Monseigneur le Duc de Bourgogne, titre prestigieux qui fut porté ensuite par Van Eyck et Melchior Broederlam, artistes insignes. « Quelque part que soit le duc de Bourgogne, là est le centre du monde chrétien »”, disait Michelet. Parmi ces réalisations d'exception, l'ensemble le plus spectaculaire est sans doute le pavage réalisé en 1384 par Jehan de Valence pour le château de Mehun-sur-Yèvre, résidence du duc Jean de Berry 6. Chaque salle y faisait l'objet d'un programme iconographique détaillé et indépendant. La dominante était le bleu, mais certains carreaux utilisaient jusqu'à quatre couleurs, dont l'or. Philippe Bon note que « plus de soixante formes et motifs pouvaient à l'infini se combiner, formant des combinaisons aussi variées que compliquées. Des surfaces carrées, losangiques, trapézoïdales, parallélépipédiques, circulaires, lobées, ou curvilignes s'ajustaient parfaitement dans les salles aux découpes compliquées que formait la résidence de Mehun ».

8Des palais orientaux des Contes des mille et une nuits – pays d'origine de la faïence stannifère –, au célèbre château du duc Jean de Berry – dont la représentation dans les Très riches heures des frères de Limbourg a souvent été utilisée comme le prototype même du palais de contes de fées –, la faïence, à ses origines, nous apparaît aujourd'hui comme la composante obligée du décor prestigieux des demeures mythiques construites par les caprices raffinés des plus grands personnages de notre monde. D'ailleurs, en latin, faventia, à l'origine de notre actuel mot faïence, ne définit-il pas le silence et le recueillement religieux que l’on observe dans les endroits sacrés et les pays de rêve ?

9En l'état actuel des connaissances et des recherches en cours, il semble pour le moment difficile d’admettre le schéma par trop simpliste d’une influence hispano-musulmane unique qui se serait imposée sporadiquement dans la France du XIVe siècle, remplacée au XVIe siècle par celle de la majolique italienne, après la crise de la fin du Moyen Age. Il est probable que, dans les prochaines années, le rôle de l’Italie soit réévalué, à une période très précoce, au moins pour le sud-est de la France. En ce qui concerne le XIVe siècle, dans l’état actuel de la recherche qui s’est surtout concentrée sur quelques sites prestigieux, il semble probable que, après l'introduction de la faïence stannifère en France, on ait eu affaire à un schéma identique : des artisans étrangers spécialisés, le plus souvent originaires de l'Espagne musulmane, considérés avec les mêmes égards que les artistes les plus prestigieux de l'époque, sont invités par un personnage de grande notoriété, civil ou religieux, pour un chantier spécifique, correspondant à la volonté d'affirmer un pouvoir par une politique culturelle déterminée et des réalisations d'un luxe ostentatoire. C'est là un schéma que l'on retrouvera, de manière quasi identique, lors de la deuxième vague d'épanouissement de la faïence, au cours du XVIe siècle. Mais, cette fois, son succès sera plus définitif.

Carreau de pavement aux armes de Bourgogne et de Flandres, Chartreuse de Champmol, 1383.

Notes

1 Voir Rosen J., « Les chemins de la glaçure stannifère en France aux XIIIe et XIVe siècles », in Guillouët J.-M., Van den Bossche B., Dubois J., Les transferts artistiques dans l'Europe gothique (XIIe-XVIe siècles) : Repenser la circulation des artistes, des œuvres, des thèmes et des savoir-faire, Picard, p. 129-140, 2014, en ligne sur https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00991888.

2 Voir Le vert et le brun, 1995, op. cit.

3 La Céramique Médiévale en Méditerranée, Actes du VIe congrès de l’AIECM2, Aix-en-Provence, 13 au 18 novembre 1995, Aix-en-Provence, 1997, Narrations éd., Aix, 1997.

4 Pour tout le développement qui suit, voir Rosen J. et Crépin-Leblond T., dir., Images du pouvoir. Pavements de faïence en France du XIIIe au XVIIe siècle. Paris, RMN/Bourg-en-Bresse, Musées de Brou, 2000, et Rosen J., « La faïence française du XIIIe au XVIIe siècle », Dossier de l’art, n° 70, octobre 2000.

5 André P., Les pavements médiévaux du château de Suscinio, éd. Conseil général du Morbihan, 2001, et Métreau L., Cantin N., Bechtel F., Rosen J. et André P., « De Suscinio I à Suscinio II : rupture ou continuité ? Étude archéométrique des carreaux décorés à glaçure transparente des pavements médiévaux du château de Suscinio (Sarzeau, Morbihan) », en ligne, Revue archéologique de l’Ouest, n° 20, 2012.

6 Bon Ph., Les premiers « bleus » de France – les carreaux de faïence au décor peint fabriqués pour le Duc de Berry, 1384, Groupe Historique et Archéologique de la Région de Mehun-sur-Yèvre, 1992.

Table des illustrations

Légende Carreau de pavement aux armes de Bourgogne et de Flandres, Chartreuse de Champmol, 1383.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/24779/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 261k

© ARTEHIS Éditions, 2021

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search