Version classiqueVersion mobile

La faïence en France du XIIIe au XIXe siècle

 | 
Jean Rosen

Première partie : Technique de la faïence

Conclusion

Texte intégral

1Connaître la technique de la faïence peut nous permettre d'apprécier la maîtrise de ce que l'on appelle encore parfois un métier, c’est-à-dire d'un ensemble de pratiques et de savoir-faire caractéristiques de la période préindustrielle. L'intérêt éventuellement suscité par les recherches sur les faïenceries dans le cadre de l'archéologie industrielle est largement déterminé par ce type d'approche. Avoir conscience de sa complexité physico-chimique et des enjeux techniques qu'elle suppose nous met également en mesure d'apprécier la véritable nature de la faïence que nous avons sous les yeux : loin d'être un simple support d'images, elle est avant tout un matériau, résultat de contraintes insoupçonnées qui, dans une grande mesure, déterminent son aspect final. On ne peut dans ce cas pas l'appréhender comme s'il s'agissait simplement de dessin ou de peinture. Dans ce but didactique, le musée du Revermont, à Treffort-Cuisiat – antenne éclatée des Musées des Pays de l’Ain –, a fait un effort particulièrement remarquable en consacrant une salle d’exposition permanente à la mise en scène de la chaîne de fabrication de la manufacture de Meillonnas, située à quelques kilomètres, à l’aide de matériel archéologique et de produits semi-finis restaurés. Dans le même esprit, on peut également signaler l’ancienne présentation de la technique de la faïence au Musée de Céramique de Rouen ou, à l'étranger, l'évocation d'une faïencerie avec son four remonté au Musée archéologique de Constance, dans le Bade-Wurtemberg.

2« Un tragique fossé sépare toujours les différents créateurs. Pourtant, ni les artistes, ni les techniciens enfermés dans leur technologie, ni les scientifiques penchés sur leurs microscopes ne peuvent réussir seuls. L’objet ne saurait exister sans la conjonction d’une démarche artistique et de la connaissance des techniques de fabrication éclairées par les certitudes de la science. Les causes de ce divorce sont anciennes et multiples, chaque protagoniste ayant eu trop tendance à considérer sa partie comme primordiale » (Coudamy, 1987, p. 10).

3Si l’on ne veut pas courir le risque de commettre un contresens de lecture, il me paraît évident que ces notions doivent être prises en compte, même si l'on n'entend considérer la faïence que comme un art décoratif appliqué bien particulier, ce qui serait en restreindre beaucoup l'intérêt et la portée.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/24765/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 607k

© ARTEHIS Éditions, 2021

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search