Version classiqueVersion mobile

La faïence en France du XIIIe au XIXe siècle

 | 
Jean Rosen

Première partie : Technique de la faïence

Chapitre 7. Mise au point concernant la comptabilisation de la production et le prix de vente dans les manufactures de faïence jusqu'au XIXe siècle

Texte intégral

1Dans la mesure où la socio-économie de la production n'a pas vraiment été abordée dans cet ouvrage essentiellement historique et technique, je voudrais cependant consacrer ce chapitre à une brève mise au point concernant un aspect bien particulier de ce problème délicat. Ce supplément me paraît utile dans la mesure où il explique le mode de comptabilisation du travail et des pièces, spécifique de l'époque, bien différent du nôtre, et dont la méconnaissance a souvent été source d'erreurs ou d'invraisemblances. Par la même occasion, on précisera le sens de certains mots utilisés dans ce domaine et qui, mal compris, ont provoqué la confusion dans les esprits.

2A titre d'exemple, dans une publication, on évaluait la production d'une faïencerie à 10 000 pièces par an, pour 24 fournées, donnant 21 600 livres de produit. On en déduisait que l'unité coûtait 2,16 F, alors qu'un peu plus loin, on indiquait que le prix moyen des assiettes décorées les plus chères était de 3 F la douzaine. Cette incohérence vient d'un contresens à propos du mot « pièce », terme qui, de même que « fournée », « cuitte » et quelques autres, peut prêter à confusion, ces mots pouvant parfois être employés l'un pour l'autre.

3Le terme de « fournée » désigne en principe le contenu d'un four, la « cuitte », ou cuisson, pouvant représenter autant de fournées qu'il y a de fours. On cuit en effet en une seule fois toute la production de la période écoulée depuis la dernière « cuitte ». À Meillonnas, selon les archives de la fabrique, de 1795 à 1801, avec deux fours, on a fait une moyenne de 17,5 fournées par an. De septembre 1801 à septembre 1807, donc en six ans, “ on fera 144 fournées, [12 « cuittes » par an, soit 24 « fournées »] qui, à la même proportion doivent rendre 18 884 livres “.

4Le mot « pièce » est issu du latin médiéval petia ou morceau. Alain Rey précise : « Comme « morceau », « pièce » réalise le double sémantisme de « partie d’un tout » et de « partie autonome, unité » (Alain Rey dir ., Dictionnaire historique de la langue française, p. 1633). Quand on parle de faïence, il faut donc se méfier de ce terme car, à ces époques, il ne désigne pas un objet comme aujourd'hui, mais une unité déterminée, à partir de laquelle toutes les autres sont définies. En effet, à partir du XVIIe siècle, la « pièce » est l'unité de base servant à la fois au calcul du travail et du prix de vente. Les marques comportant la lettre P précédée et/ou suivie de chiffres peuvent vouloir dire soit « pièce », soit « pour », mais ne constituent en aucun cas une signature. (On ne compte plus les monographies locales qui cherchent systématiquement parmi le personnel un ouvrier dont le nom commence par un P, pour lui attribuer des objets marqués de cette lettre !). En fait, les objets qui demandent le plus de travail (les plus chers) peuvent compter pour 6 « pièces » et plus : c'est souvent le cas des fontaines de 6 P(ièces). Les plus vite faits (les moins chers) se comptent en fraction de « pièce » (« 2 p 1 » ou «  4 p 1 », soit 2 pour 1 ou 4 pour 1), ou « portions ».

5On rencontre très fréquemment le terme de « nantois » dans de nombreux documents d'archives sur la faïence, et Gérard Montagnon, faïencier à Nevers jusqu’en 2016, et héritier d'une tradition vieille de quatre siècles, m'a avoué qu'il l'utilisait encore, mais qu'il en ignorait la signification. Ce terme de « nantois » doit donc correspondre à la taille standard pour un type de forme considéré. À ma connaissance, seul le Dr Marchant, en 1885, a indiqué qu'il s'appliquait à une taille, sans plus de précisions (Marchant 1885, p. 34).

6On aurait pu supposer que le mot venait du nom du port d'exportation principal de la faïence, Nantes, mais Chantal Soudée-Lacombe, qui a beaucoup travaillé sur les archives de plusieurs manufactures, a récemment émis une opinion qui me semble emporter l’adhésion : le terme de « nantois » doit être un raccourci de « un en trois » (soit « trois pour un ») prononcé à la créole (ou en français du XVIIIe siècle ?), trois objets ayant dans ce cas la valeur d’une « pièce ». Le « nantois » est donc situé entre la demi-pièce et le quart de pièce.

7Toutes les vérifications qui ont pu être opérées dans les différents comptes qui apparaissent dans les archives montrent que « nantois » correspond en effet bien à cette valeur.

Système de dénomination de la taille des pièces en vigueur dans les faïenceries du XVIIe au XIXe siècle (en fonction de la quantité de travail par rapport à l'unité, ou « pièce », par ordre décroissant de grandeur :

  • de plus de deux pièces (3, 4, 5, 6 P ou plus)
  • de deux pièces (2 P)
  • de pièce et demie, ou «  moyen (P 1/2)
  • de pièce (P)
  • trois pour deux (3 p 2)
  • deux pour un (2 p 1),
  • « nantois », soit trois pour un (3 p 1),
  • quatre pour un (4 p 1)
  • portion.

8On peut rencontrer en outre d’autres termes spécifiques, comme « menu » ou « grande douzaine ». Ainsi, « menu » équivaut à « pièce » dans l’expression « 100 de menu » : à Meillonnas, au début du XIXe siècle, le « 100 de menu », ou « grand cent », composé de 100 « pièces », équivaut à 150 objets dont la taille est dite « 3 p 2 » (trois pour deux), à 200 de « 2 p 1 » (deux pour 1), ou à 300 « nantois » (trois pour 1). À Rouen, la « grande douzaine » était constituée de 24 « 2 p 1 », de 36 « 3 p 1 », ou de 36 « de portion » (Pottier 1986, p. 325). À Nevers, la "grande douzaine" était en réalité composée de 36, de 42 et même de 72 pièces-objets (du Broc de Segange, 1863, p. 220).

9André Pottier, en 1869, avait déjà fourni une hypothèse très juste de ce système typique de l'Ancien Régime, pratique à l'époque, mais complexe à nos yeux aujourd'hui, quand il disait : “ Je pense donc que ce numérotage pourrait s'expliquer par cette particularité de fabrication qui ramenait toutes les pièces à une unité déterminée, et qui évaluait la valeur des pièces d'un prix supérieur à cette unité, en les assimilant à plusieurs unités réunies [...] On disait un plat de 2, de 3, de 4, de 6 pièces, ce qui indiquait que sa valeur, tant à l'égard de l'ouvrier qui l'avait confectionné qu'à l'égard de l'acheteur, était égale à 2, 4, 6 plats de l'espèce prise pour unité ” (Pottier 1986, p. 324). De même, Gabriel Montagnon, vers 1950, écrivait : “ La base de tarification qui a servi pour les salaires et pour le commerce est la « pièce », et la valeur de la pièce est de 1 franc : ainsi, le saladier ou le vase de nuit payés 1 franc sont appelés « d'une pièce » ; et quand nous parlons de saladier et de vase « de deux pour un », cela signifiait qu'il en fallait deux pour une pièce, d'où les prix de 50 centimes ” (Montagnon1987, p. 38). À Nevers, vers 1850, après la suppression de la « grande douzaine », on vendait « à la douzaine » et « au cent ».

Décompte de travail aux pièces (Nevers, XVIIIe siècle)

Table des illustrations

Légende Décompte de travail aux pièces (Nevers, XVIIIe siècle)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/24764/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 202k

© ARTEHIS Éditions, 2021

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search