Version classiqueVersion mobile

La faïence en France du XIIIe au XIXe siècle

 | 
Jean Rosen

Première partie : Technique de la faïence

Chapitre 3. La mise en forme

Texte intégral

Le façonnage

1En faïence, on n'utilise guère le modelage à la main ou le colombin, auquel on préfère généralement le tour. Cette opération spectaculaire d'où la forme naît comme par magie a considérablement marqué les imaginations, et cette tendance continue à prévaloir largement de nos jours. Toutefois, il ne faut pas oublier que plus de la moitié des pièces étaient moulées, et que, dans un atelier de faïence, les moules représentaient — et représentent toujours — une partie importante de l'outillage.

Le tournage

2Le tour de potier fait sûrement partie des premières inventions de l'homme civilisé : la plus ancienne partie de tour découverte à Ur est datée de 3250 av. J.- C. ; on le trouve en Syrie vers 3000 av. J.- C., et il était utilisé par les Égyptiens, qui l'ont représenté sur les murs des tombeaux de Thèbes, dès 2750 av. J.- C. ; le tour à pied était largement répandu en proche Asie avant 2000, de même que par les Crétois au moins dès le XVIIIe siècle avant notre ère (Scott, 1956, p. 199) ; il était couramment employé en Chine ancienne. Dans la tradition classique, Pline parle des Scythes, Diodore de Sicile en attribue l'introduction en Europe au XIIe siècle avant J.-C. chez les Grecs, et Homère le mentionne dans l'Iliade. Par la suite, il fera son apparition chez les peuples Danorubéens vers 400 av. J.- C., en Angleterre du Sud quelques décennies avant notre ère, et ne sera utilisé en Écosse que vers 400. Les peuples des Amériques, eux, ne le découvriront qu'au XVIe siècle.

3Les tours utilisés par les faïenciers pour la confection des pièces de forme symétriques permettent d'effectuer les deux opérations consécutives nécessaires à leur élaboration, c’est-à-dire l'ébauchage, qui donne la forme, et le tournassage, qui termine la pièce.

4Dans le type de tour généralement utilisé à l'époque, le banc, le marchepied, l'établi, la roue et la tête du tour sont solidaires, et le plateau est mû par un lourd volant d'inertie actionné avec le pied. L'axe du tour est maintenu au sol par un pivot qui repose dans une crapaudine. C'est le type représenté par Picolpasso au XVIe siècle (folios 10 et 19 du manuscrit). Les illustrations qu'en donne l'Encyclopédie (pl. VI, fig. 94), sont très claires, et préférables, à mon sens, à celles de Brongniart (t. III, pl. VIII, fig. 3). Les gestes quasi magiques du tourneur ont toujours fasciné les commentateurs, mais l’acquisition de ce tour de main particulier demande de longues années d’apprentissage. “Voyez faire le tourneur : il a placé la masse de matière sur le tour. Il donne l’impulsion au pied ; et, tandis que la vitesse de rotation est acquise, ses mains pressent la terre, l’embrassent, la compriment, la montent, l’abaissent ; puis, l’étreinte desserrée, elle apparaît en forme de cône. Pourquoi ces manipulations successives ? Je prétends que c’est pour donner à la matière un sens de clivage. Et cela est tellement vrai, qu’en répétant longtemps la manœuvre, la masse tend à former une couronne. Et cette opération facilite grandement l’étirage dans le tournage des grandes pièces” (Montagnon, 1941, p. 70).

5Les tourneurs utilisent un outil très simple, nommé chandelier de jauge ou porte-mesure, constitué d'un axe vertical auquel étaient fixées, à divers niveaux, plusieurs règles horizontales mobiles destinées à donner des repères de dimension pour le calibrage des pièces en série. Outil principal du tourneur, l'estèque est un instrument en forme de demi-lune, muni d'un trou en son milieu. À l’origine, elles étaient en bois, mais il y en a aussi en tôle de fer ou de zinc, en ardoise, et également en terre cuite. En Provence, le nom estelle donné à cet outil signifie "refente de bois" (à ce sujet, on consultera avec intérêt le catalogue Aubagne 1991, p. 18, qui montre les principaux outils du potier et en donne l'explication). L'Encyclopédie la définit comme “un estoc, instrument biscuité en forme de croissant d'environ 6 lignes d'épaisseur, percé d'un trou au milieu, avec lequel on arrondit les vases sur le tour”, et en montre trois exemplaires, en biscuit, en fer et en bois (Encyclopédie, pl. VI, n° 95, 96 et 97). Il existe plusieurs formes et plusieurs tailles d'estèques, que les tourneurs se fabriquaient sur mesure, utilisant parfois de simples tessons de biscuit qu'ils polissaient à leur convenance pour leur donner la forme exacte souhaitée. On en trouve fréquemment lors des fouilles de faïenceries, accompagnées de marques d'ouvriers ou d'inscriptions.

6Après l'ébauchage, la pièce subissait un premier séchage, “travail lent, dangereux, délicat”. Gabriel Montagnon cite à ce sujet une anecdote particulièrement savoureuse. “Dans un atelier de tournage était disposée une série de grandes aiguières. En entrant un matin, je m’aperçois que leurs becs, de rectilignes par rapport aux anses, étaient curieusement déviés ; ils présentaient l’aspect d’une rangée de becs de canards orientés de travers, du côté de la porte, comme pour m’accueillir. Le séchage n’étant pas complet, on put les ramener à la raison, les remettre à la ligne heureusement. Ils avaient subi l’influence déviatrice de l’air venu de côté, par la porte” (Montagnon, 1941, p. 71). Afin d’être rachevée, la pièce était le plus souvent tournassée, c’est-à-dire reprise et terminée à l'aide d'estèques ou de tournassins, outils coupants généralement en fer (V. une photo montrant cette opération in Borredon 1990, p. 90). La tête utilisée pour cette opération était un petit plateau circulaire nommé tournette ou girelle, qui se fixait sur l'arbre du tour. Cette opération permettait le plus souvent de réaliser les moulures saillantes, les filets en relief et plus généralement toutes les finitions qui n'auraient pu se faire correctement sur la terre humide.

7C'est également à ce stade que l'on procédait au collage de toutes les parties fabriquées séparément : anses, becs, garnitures. On utilisait à cet effet de la pâte délayée en bouillie épaisse nommée barbotine, en ayant soin de chiqueter les parties à assembler, c’est-à-dire d'y pratiquer au préalable des rayures croisées destinées à favoriser l'adhérence.

Le moulage

8Ce procédé de fabrication n'était pas réservé aux formes complexes et asymétriques, comme on pourrait le croire. Dans la mesure où il constitue une économie de temps et de main-d’œuvre, il a été employé depuis presque aussi longtemps que le tour, et de plus en plus aux périodes plus récentes, dans la confection de toutes sortes de pièces et de formes, y compris les vases et pichets dont on pense généralement qu'ils étaient exclusivement tournés. Ainsi, la totalité de la production attestée de Bernard Palissy a été moulée, y compris les gobelets, les tasses et les vases (Saintes, 1990, p. 85).

9Les modèles initiaux des objets à fabriquer étaient généralement réalisés en plâtre, éventuellement durci à l'huile grasse, ce qui n'exclut pas qu'on ait pu en faire en bois, voire en métal. Sauf dans le cas de la statuaire délicate et des réalisations de prestige, on évitait les irrégularités de forme et de ligne qui auraient risqué de provoquer des accidents de cuisson, comme les épaisseurs, ou, au contraire, les amincissements excessifs, les angles trop vifs, ou les lignes droites trop longues. On peut donc considérer, dans une large mesure, que les lignes généralement courbes et régulières des formes de faïence auxquelles nous sommes habitués sont le résultat de la nécessaire adaptation aux contraintes spécifiques du tournage et du moulage par rapport aux exigences de la cuisson.

10S'agissant du moulage, le problème essentiel à résoudre consiste à pouvoir multiplier un nombre de formes identiques à partir du même modèle de base, sans être obligé de refaire ce modèle trop fréquemment. On va alors, à partir de ce prototype, tirer des mères, qui serviront à leur tour à fabriquer des moules de tirage. À Meillonnas, on les nommait respectivement origineaux et reget. Brongniart affirme qu'à partir d'un modèle type, on peut fabriquer 50 mères, qui, à leur tour, serviront à fabriquer 50 moules de tirage. On peut ainsi obtenir 2 500 moules à partir d'un même modèle type. Il est aisé d'imaginer que dans le cas de fabrications de qualité, le plus grand soin était apporté à la confection de ces modèles types, qui devaient représenter un investissement non négligeable. Ainsi, en 1765, le fondateur de la manufacture d'Ancy-le-Franc fit appel à Adrien Dumortier, de Tournai, sculpteur spécialisé dans la fabrication des moules (Biton, 1986, p. 8).

11Il existe différentes façons de mouler des pièces. Pour les formes complexes ou asymétriques, on imprime fortement des balles de pâte dans le moule, ou dans les deux valves qui le composent, que l'on applique ensuite l'une contre l'autre. Pour la platerie, on fabrique des galettes de pâte ou croûtes que l'on étend sur les moules pour leur donner forme. Les pièces de platerie symétriques et circulaires sont réalisées à l'aide d'un moule posé sur le plateau du tour, et le revers des pièces est façonné à l'aide d'estèques et d'éponges. Les assiettes sont presque toujours faites de cette manière. De nombreux ouvrages montrent des illustrations de ces pratiques (Molin, 1987, p. 109-111, par exemple).

12Dans le moule, l'humidité de la pâte est absorbée par le plâtre, ce qui a plusieurs conséquences non négligeables. Tout d'abord, la pièce diminue de volume, et se détache progressivement des parois, commençant un retrait qui se poursuivra lors de la cuisson. Il serait dangereux de démouler trop rapidement, et de risquer un déchirement, ou même un simple gauchissement de la forme, qui nuirait à sa cuisson et entraînerait son élimination. En outre, les moules ont tendance à se saturer, ou, du moins, à perdre progressivement leurs propriétés d'absorption, et il faut les laisser sécher soigneusement avant de les réutiliser.

13Ceci explique qu'il est indispensable d'avoir une grande quantité de moules disponibles, et qu'ils doivent être stockés sans être confinés, sur des rayonnages faits de longues planches en bois. De même, le séchage des pièces démoulées, particulièrement important si l'on veut éviter les rebuts de cuisson, nécessite beaucoup de place, et représente un encombrement considérable. Il se fait souvent dans une pièce spéciale nommée desséchoir (Moustiers, 1993, p. 68). Ainsi, tous les inventaires de faïencerie parlent d'une quantité impressionnante de rayons et de "planches sapin", disséminées dans tout l'espace des manufactures, et le bel ordonnancement de l'atelier représenté sur la planche II de l'Encyclopédie semble alors bien idéal par rapport à la réalité encombrée de la plupart des manufactures des XVIIe et XVIIIe siècles telle que nous la révèlent les archives, voire certaines photos prises au début du siècle (Pellet, 1993, p. 55). Après le démoulage et le séchage, les pièces pouvaient être reprises pour être tournassées, c’est-à-dire terminées sur un tour spécial, toujours à l'aide des estèques.

14Par la suite, et notamment à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle, lorsque la fabrication devint moins soignée et les types de forme plus standardisés, il devint fréquent de fabriquer des moules à partir de pièces existantes, achetées à d'autres fabriques. Cette pratique est notamment attestée par une note du régisseur de Meillonnas, datée de 1817 : “Vous pouvez sans modeleur faire faire aisément les premiers moules indispensables en prenant pour étalon et pour formes des assiettes en terre de pipe, à soupe, plates et octogones, en coulant du plâtre dedans. Vous ferez couler toutes vos assiettes comme on le fait à Saint-Clément […] ou si vous en faites encore tourner, vous veillerez à ce qu'elles soient bien faites” (Archives de la manufacture, coll. part.).

15Dans l'appréciation essentiellement esthétique généralement portée sur la faïence, on oublie trop souvent le rôle prépondérant joué par les tourneurs et les mouleurs, dont l'habileté et le savoir-faire longuement acquis, en réduisant les risques de rebut de première cuisson, déterminaient largement la réussite économique des fabriques. On a trop souvent mis en avant les salaires élevés des peintres par rapport à ceux des autres ouvriers, en oubliant que seuls quelques maîtres peintres prestigieux, réservant leur talent exceptionnel aux productions plus luxueuses, bénéficiaient de ces faveurs. Au XVIIIe comme au XIXe siècle, les mouleurs et les tourneurs étaient bien souvent les mieux payés de tous les ouvriers.

Moules en plâtre, fouilles de Meillonnas, 1989.

Table des illustrations

Légende Moules en plâtre, fouilles de Meillonnas, 1989.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/24749/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 221k

© ARTEHIS Éditions, 2021

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search