Version classiqueVersion mobile

La faïence en France du XIIIe au XIXe siècle

 | 
Jean Rosen

Première partie : Technique de la faïence

Avertissement

Texte intégral

« Je te donne terre, je te donne tour, je te donne esmail, je te donne couleurs, et trez tous engins à faire des vases ; je te baille coubverte, je te baille bon feu, bon bois, poinct ne feras-tu rien que chouse de petit entendement et de nulle gloyre et nul triomphe, si tu n'as talent requis. » (Picolpasso, I tre libri dell'arte del Vasaio, Castel-Durante, 1557, trad. de Claudius Popelyn, Les troys libvres de l'art du potier, Paris, 1860).

Les 4 étapes de la fabrication : 1 biscuit, 2 émaillage en cru et poncis, 3 peinture, 4 cuisson.

1« Les techniques, causes évidentes de tous les perfectionnements humains, furent longtemps tenues à l’écart de l’étude de l’antiquité. La recherche du passé omit souvent de considérer, à leur juste valeur, les procédés simples ou complexes permettant d’atteindre les résultats matériels exigés par la peur ou l’espoir des hommes. Art et science furent même confondus au détriment de la technologie. Pourtant, qu’aurait pu réaliser l’artiste céramiste sans la maîtrise du feu et l’adaptation des fours aux lois naturelles » (Coudamy, 1987). Cette citation critique d’un praticien reconnu nous entraîne directement au cœur d’une question cruciale : négliger la technique, pour réduire la faïence à l'appréciation strictement esthétique – fût-elle très cultivée – de quelques objets décorés, est encore une attitude courante, dont on peut tenter d'expliquer l'origine. En France, l'appréciation des productions anciennes, au cours de la deuxième moitié du XIXe siècle, a d'abord été le fait de gens cultivés. Or, il était alors de tradition, dans notre pays – et, de nos jours, c'est une attitude encore très répandue –, que les arts libéraux dédaignassent les arts mécaniques, pour employer les expressions de l'époque. Alors même que la technique, connaissant une évolution sans précédent, allait marquer de son empreinte tout notre siècle, elle ne trouvait grâce aux yeux des élites des arts libéraux que si elle avançait masquée sous les artifices de l'art. On connaît l'accueil réservé à la Tour Eiffel lors de sa construction. « Admirerions-nous autant les talents d'ingénieur de Léonard de Vinci et les inventions contenues dans ses Carnets s'il n'avait pas, d'abord, peint La Joconde ? » (Gimpel, 1975).

2Beaucoup considèrent non sans raison que la faïence est affaire, sinon d'amateurs, du moins d'habitués. Mis en présence d'une pièce décorée courante, le néophyte reste, en quelque sorte, à l'extérieur, comme étranger à l'objet. L'amateur, lui, est inconsciemment frappé, voire séduit, par le charme de l'ensemble, du résultat, considéré en tant que faïence. Mais bien peu savent réellement ce dont il s'agit. Il apparaît aujourd'hui indéniable que cette approche par le biais de la technique, cette vue de l'intérieur, en quelque sorte, est irremplaçable pour évaluer et apprécier tout aussi bien l'ensemble d'une production que les exemplaires particuliers qui en sont arrivés jusqu'à nous. En effet, si l'on veut apprécier pleinement ces objets, et véritablement les comprendre, il est indispensable de savoir qu'ils sont avant tout le résultat de contraintes physico-chimiques et techniques extrêmement complexes, et qu'il ne s'agit pas simplement de peinture. D'où l'importance de tous les paramètres techniques, le rôle des ouvriers spécialisés, l'incroyable somme de connaissances le plus souvent empiriques qui ont été nécessaires pour atteindre ce résultat.

3Dans les paragraphes qui vont suivre, mon propos n'est pas de faire un ouvrage définitif sur les techniques employées dans la fabrication de la faïence stannifère, loin s'en faut. Je suis bien conscient que de nombreux points n’auront pas été abordés, ou l’auront été d’une manière trop sommaire qui pourra passer pour caricaturale aux yeux de certains lecteurs. Je voudrais simplement, sans trop rentrer dans les détails, mais en m'appuyant sur des documents dignes de confiance – dont les résultats archéologiques observés sur des sites historiques de production forment une part non négligeable – donner quelques points de repère essentiels qui permettront de mieux comprendre ce qu'est la faïence, les problèmes qui se posent au cours de la chaîne de fabrication, comment ils sont résolus, et les incidences que peuvent avoir ces questions techniques sur le résultat final, tant sur le plan esthétique qu'économique.

Table des illustrations

Légende Les 4 étapes de la fabrication : 1 biscuit, 2 émaillage en cru et poncis, 3 peinture, 4 cuisson.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/24740/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 267k

© ARTEHIS Éditions, 2021

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search