Version classiqueVersion mobile

La faïence en France du XIIIe au XIXe siècle

 | 
Jean Rosen

Première partie : Technique de la faïence

Chapitre 1. Bibliographie critique générale des ouvrages consacrés à la technique

Texte intégral

1En raison des problèmes qu'elle pose à ceux qui la fabriquent, la céramique en général, bien plus encore que la faïence qui n'en est qu'une variété, a fait l'objet de multiples publications consacrées à la technique. En 1881, la Bibliographie Céramique de Champfleury en recensait déjà un nombre impressionnant. Cet ouvrage fort complet mais très ancien a d'ailleurs fait l'objet d'une réédition intégrale américano-allemande pour le centenaire de sa publication, en 1981. Lors du Congrès mondial de céramique de Florence, en été 1994, on ne comptait pas moins de six symposiums différents, et 1 800 interventions, dont la publication des actes comporte sept tomes. Certains de ces ouvrages, extrêmement savants, ne sont accessibles qu'aux initiés, et l'état de la recherche dans le domaine des applications industrielles de la céramique, tout autant que l'importance économique de son commerce à l'échelle mondiale, montrent à l'évidence que ce matériau est plus que jamais d'actualité.

2On peut diviser ces informations en deux catégories bien distinctes : tout d'abord les sources contemporaines de la fabrication de la faïence stannifère, du XVIe au milieu du XIXe siècle, et ensuite les publications qui ont accompagné le renouveau d'intérêt pour les productions anciennes, après 1860. On s'apercevra, à y regarder de plus près, que si les auteurs qui ont écrit sur la technique de la faïence sont fort nombreux, beaucoup d'entre eux ont emprunté ces données à des sources identiques. La sélection de titres que l'on trouvera ci-dessous est loin d'être définitive, et forcément arbitraire, donc discutable.

3L'une des plus anciennes sources de documentation connues sur le sujet est le célèbre traité d'Abou'l Qâsim, dont le manuscrit de 1301, d'abord édité en persan en 1966, a été traduit en anglais par Allan en 1973. Plus près de nous, il ne serait guère pensable de parler d'écrits consacrés à la terre émaillée sans mentionner ceux de Bernard Palissy, dont les œuvres complètes ont été réimprimées plusieurs fois, en 1636 et 1777, avant d’être publiées en 1844, pour connaître la gloire que l’on sait au XIXe siècle. Toutefois, on ne peut guère considérer son De l'Art de la terre, de son utilité, des émaux et du feu…, dixième traité des Discours admirables parus en 1580, comme une source véritablement intéressante à ce titre, car le célèbre céramiste n'aborde que fort peu les aspects techniques de son travail, et revendique lui-même d'avoir « porté son secret dans la fosse ». Alexandre Brongniart le lui reproche d'ailleurs vivement, et déclare : « il est assez long, et pourtant, il ne nous apprend rien » (Brongniart, 1877, p. 62).

  • 1 Lhôte J.-M. (dir.), Sfeir-Fakhri L. et Rosen J., « I tre libri dell’ar (...)

4Antérieur de quelques décennies, De la pirotechnica de Vanoccio Biringuccio, publié à Venise en 1540, avait déjà commencé à aborder ce sujet ; mais le fameux I tre libri dell'arte del Vasaio, du Cavaliere Cipriano Picolpasso, publié à Castel-Durante en 1557, peut être considéré comme le premier vrai traité sur la faïence. Le manuscrit original, qui se trouve aujourd'hui à la bibliothèque du South Kensington Museum, a d'abord été traduit en « vieux français » par Claudius Popelyn, sous le titre Les troys libvres de l'art du potier en 1860, puis en anglais par Bernard Rackham en 1934, et plus récemment en français moderne1. Son sous-titre, « qui traite non seulement de la pratique, mais également brièvement de tous les secrets de cet art, sujet qui n'a jamais été révélé jusqu'à ce jour », est tout à fait révélateur de son intérêt. Picolpasso était lui-même céramiste, et la lecture de son traité, tout comme les nombreuses illustrations qu'il contient, nous renseignent sur la plupart des divers procédés de fabrication de la faïence italienne de la Renaissance, connue sous le nom de majolique.

5En France, alors que le XVIIe siècle a produit une faïence particulièrement remarquable, il semble que nous n'ayons conservé que fort peu d'archives concernant certains aspects de la technique à cette époque, comme par exemple les notes anonymes relatives à l'installation de la faïencerie de Fenay, près de Dijon, en 1664 (Rosen, 1987). Les manufactures étaient alors peu nombreuses, et peut-être les procédés de fabrication restaient-ils entourés de secret. À ma connaissance, nous ne disposons pas de traité complet sur la question pour cette période, ce qui n'exclut pas que l'on puisse en découvrir un jour.

  • 2 Les références aux planches de l'Encyclopédie mentionnées ici sont (...)

6Le XVIIIe siècle a été plus généreux, et les archives sont assez riches en renseignements techniques. Nous avons souvent conservé les carnets des manufactures, comme celle d'Aprey, de Moustiers ou de Meillonnas, ainsi que de nombreuses recettes d'émaux et de couleurs. On peut également citer des documents moins connus, comme le Traité des couleurs pour la peinture en émail…, de Didier d'Arclais de Montamy, (1765), L'art du potier de terre, par Duhamel du Monceau (1773), ou les Réflexions sur l'art de la terre cuite, de Léonard Râcle, écrit circa 1790. Mais l'une des sources les plus connues et les plus fréquemment citées reste l'article « Fayancerie » de l'Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences des arts et des métiers, de Diderot et d'Alembert, publiée à Paris de 1751 à 1780, récemment rééditée en fac-similé par articles, sous le titre L'Encyclopédie, Diderot et d'Alembert / Arts de la céramique / Recueil de planches sur les sciences, les arts libéraux et les arts mécaniques, avec leur explication2. Si, pour l'essentiel, l'organisation des bâtiments, les diverses opérations, l'outillage et quelques productions sont décrits correctement, l'ensemble reste très théorique et forcément simplificateur. Il est évident qu'il s'agit là, comme souvent, de données fort générales, collectées puis retransmises par des non-spécialistes, l'essentiel étant de donner une idée de la question traitée, de fournir des éléments permettant une appréciation moyenne, ce qui, d'ailleurs, correspond bien encore aujourd'hui au contenu de nos encyclopédies. Il est par définition fort rare de trouver, pour ces époques, un traité rédigé directement par un praticien.

  • 3 De la Hubaudière C. et Soudée-Lacombe C., L'art de la (...)

7C'est la raison pour laquelle le célèbre manuscrit de Pierre-Paul Caussy sur L'art de la faïence, daté de 1747, dont l’historique, la description et le sommaire détaillé en avaient déjà été publiés en 1990 (Vaudour, 1990, p. 12-16), constitue probablement la source la plus importante de renseignements pour cette période. Son titre exact est L'art de la fayence par Caussy, où lon apprend a fairre touttes sortes de couleurs sur les terres, a peindre et coucher touttes sortes de couleurs sur lemail de fayence, a fairre la porcelaine, et terre dangleterre, a faire des pierreries fausse, et generellement tout cequy concerne lart de la fayence (sic). Connu depuis le XIXe siècle, il comprend près de 400 pages, et de nombreuses planches. Ce précieux manuscrit a fort heureusement été publié intégralement par un descendant des manufacturiers de Quimper depuis la première édition de ce livre en 19953.

8Plus intéressante encore est l'œuvre considérable accomplie par Alexandre Brongniart, né en 1770, ingénieur en chef au corps des mines, professeur de minéralogie au Muséum d'Histoire naturelle, qui dirigea la manufacture de Sèvres de 1800 à 1847, date de sa mort. À la fois scientifique, technicien, praticien et administrateur, armé d'une solide formation de minéralogiste et de botaniste, il peut être considéré comme le véritable fondateur de la céramologie moderne.

  • 4 Dubus M. et Pannequin B., La céramique française sous l’Empire à travers l’Enquête des (...)

9Entre 1805 et 1812, il décida de lancer une enquête « en vue de l'établissement à Sèvres d'une collection d'argiles, de matières à poterie et de poteries », plus connue sous le nom d'« Enquête des Préfets », qui constitue aujourd'hui une source de renseignements de premier ordre, dans la mesure où les quelques réponses fournies donnent de nombreux détails aussi bien sur les approvisionnements en argile, les mélanges, les opérations de fabrication, que sur les productions issues des manufactures, ou les débouchés commerciaux. Les archives départementales ont conservé des copies de ces documents, qui sont réunis au musée national de Sèvres-Cité de la céramique. Si ces réponses ont pu être publiées séparément (Vaudour, 1984/1 et /2 p. 114-128, et p. 79-94 ; Aubagne, 1993 (Dubus), p. 110 ; et Rosen, 1993, p. 219-220), l’ensemble a heureusement pu être publié en 1999, après l’édition originale du livre en 19954. Dans la foulée de l'impulsion donnée par les efforts de Brongniart après l'« Enquête des préfets », on peut signaler L'art de fabriquer la faïence blanche recouverte d'un émail opaque, de Bastenaire-Daudenart, paru en 1828, suivi de près par L'art de fabriquer la faïence blanche recouverte d'un émail transparent, en 1830, ouvrages souvent cités par les auteurs de la fin du XIXe siècle.

10Mais la contribution essentielle de Brongniart à la connaissance et à la diffusion de la technique céramique reste son Traité des Arts Céramiques ou des Poteries considérées dans leur Histoire, leur Pratique et leur Théorie, en trois tomes, dont la première édition date de 1844. La troisième édition, celle de 1877, avec les notes et additions d'Alphonse Salvetat, « chef des travaux chimiques à la manufacture nationale de Sèvres » pendant trente ans, a été rééditée pour le centenaire de sa publication, en 1977 (Brongniart, 1877).

11Dans la mesure où Brongniart était à la fois un scientifique et un praticien, dont la carrière couvre la fin du XVIIIe et la première moitié du XIXe siècle, son témoignage est particulièrement précieux, et son livre reste encore aujourd'hui l'un des meilleurs traités de technique céramique pour l'étude des productions anciennes, et l'un des plus complets, même si la faïence stannifère, en perte de vitesse à l'époque, n'y occupe qu'une place restreinte par rapport à la porcelaine, par exemple. Sa classification des poteries en trois catégories et neuf ordres demeure encore largement utilisée aujourd'hui. S'il en existe une autre, élaborée par A. Jourdain pour la Confédération des Industries Céramiques de France, elle est plus complexe, et répond davantage aux impératifs de l'industrie céramique, mais elle n'est aucunement en contradiction avec celle de Brongniart. Il est le seul auteur qui se soit intéressé également à toutes les sortes de céramique, même les plus communes, et ait réuni dans le même ouvrage leur étude technique et historique, sans distinction d'importance, et sans jugement de valeur a priori. Les paragraphes qui suivent s'inspirent largement de cet ouvrage fondamental, auquel on pourra se reporter pour avoir de plus amples informations.

12Après 1860, la redécouverte des productions anciennes et les premières études de quelques manufactures par les « érudits locaux » entraînèrent une foule de publications de qualité fort diverse, jusqu'à la veille de la première guerre mondiale. Parmi celles-ci, on peut recommander la lecture de La Faïence, par Théodore Deck, céramiste éminent, paru en 1887, et dont la dernière phrase du « Discours préliminaire » résume bien l'esprit : « Je le répète, je suis un praticien, et mon but essentiel est de faire connaître aux autres ce que l'expérience de chaque jour m'a appris ».

13Parmi les innombrables autres publications de l'époque, dont on peut consulter la liste dans la Bibliographie céramique de Champfleury (1881), on trouve d'un côté des travaux historiques, très connus alors, mais qui sont presque entièrement dépassés aujourd'hui, dans lesquelles la partie technique est, sinon absente, du moins réduite à des généralités. Dans cette catégorie, on peut citer Les Merveilles de la céramique, en 3 volumes, par Jacquemart (1866-1869), et l’Histoire générale de la faïence ancienne française et étrangère de Ris-Paquot, parue en 1874-1876. D'un autre côté, on a des ouvrages, au contraire, uniquement techniques, qui relèvent davantage de la physique et de la chimie, comme La fabrication des émaux et l'émaillage, par Paul Randau et Emile Campagne, paru en 1905, ou les manuels de techniciens destinés à d'autres pratiquants, comme les deux ouvrages très connus de Daniel Rhodes, Terres et glaçures, (Paris, 1984, trad. de Clay and glazes for the potter, New-York, 1957) et La poterie et les fours (Paris, 1976). En troisième lieu, les monographies sur certains centres de production peuvent contenir de précieux témoignages sur la fabrication : c'est le cas, entre autres, d’Histoire de la faïence de Rouen, d'André Pottier, (Rouen, 1870, réédité à Caen, 1986, ch. VII), ou de La faïence, les faïenciers et les émailleurs de Nevers, par Louis du Broc de Segange (Nevers, 1863, ch. 2 et 3).

  • 5 Montagnon G., Histoire des fayenciers de Nevers et de leurs (...)
  • 6 Van Lith J.-P., Dictionnaire encyclopédique de la céramique, éd. de l’Amateur, (...)
  • 7 Maggetti M., « Technique de la faïence française (fin XVIIe/début (...)
  • 8 Rosen J., La Manufacture de Meillonnas (Ain). Étude d'une (...)

14Parmi les écrits plus récents, on consultera avec profit les notes que Gabriel Montagnon, fils d'Antoine et faïencier à Nevers au début de ce siècle (1899-1937), a rassemblées durant de nombreuses années, jusque vers 1953. Ces notes n'ont été publiées qu'en 19875, mais elles sont particulièrement vivantes, et la technique de fabrication de la faïence à Nevers y est expliquée avec un enthousiasme et une clarté remarquables. Il en va de même de Faïences de Charolles et sa manufacture d'hier et d'aujourd'hui, par Georges et Jacques Molin (1987), qui donne des renseignements précis, des détails très techniques et des illustrations fort utiles. La même année a paru Le feu, les fours, la porcelaine, de Jacques Coudamy, qui contient en outre une réflexion intéressante sur tous ces problèmes. D’autre part, l'Essai de bibliographie de l'Institut de céramique français, (3 vol., Paris, 1932), constitue un bon complément de la bibliographie de Champfleury, et recense un grand nombre d’ouvrages sur la technique de la faïence. Le céramiste van Lith a publié un Dictionnaire encyclopédique de la céramique6 fruit d’une vingtaine d’années de recherches, sur les techniques céramiques du monde entier, et la terminologie employée dans ce domaine. On retiendra surtout de cette énumération que les meilleurs auteurs ont souvent été des praticiens, et que la passion du métier donne aux explications une saveur et une vie qui rendent plus digestes ces notions parfois arides, mais toujours indispensables. Plus près de nous, en 2007, Marino Maggetti a consacré un excellent article à cette question7. Pour terminer cette énumération encore imparfaite, on pourra enfin se reporter à deux de mes publications qui traitent largement de ces questions avec l’apport de l’archéologie, à propos des manufactures de Meillonnas et de Nevers8.

Notes

1 Lhôte J.-M. (dir.), Sfeir-Fakhri L. et Rosen J., « I tre libri dell’arte del vasaio (les trois livres de l’art du potier) par Piccolpasso (1557) », texte original en fac-similé, notes et traduction en français, Vendin-le-Vieil, éd. La Revue de la céramique et du verre, 2007.

2 Les références aux planches de l'Encyclopédie mentionnées ici sont celles de cette édition.

3 De la Hubaudière C. et Soudée-Lacombe C., L'art de la faïence des Caussy, éd. Lilou, 2007.

4 Dubus M. et Pannequin B., La céramique française sous l’Empire à travers l’Enquête des Préfets, 1805-1810, éd. RMN, Paris, 1999.

5 Montagnon G., Histoire des fayenciers de Nevers et de leurs fabriques de 1585 à nos jours, Ed. Maison de la Culture de Nevers et de la Nièvre, Nevers, 1987.

6 Van Lith J.-P., Dictionnaire encyclopédique de la céramique, éd. de l’Amateur, Paris, 2000.

7 Maggetti M., « Technique de la faïence française (fin XVIIe/début XIXe siècle) », in La faïence de Fribourg (1753-1844), éd. Faton, Dijon, 2007, p. 14-31.

8 Rosen J., La Manufacture de Meillonnas (Ain). Étude d'une fabrique de céramique régionale (1760-1870), éd. M. Mergoil, Montagnac, 2000, et Rosen J., La faïence de Nevers, 1585-1900 : Histoires et techniques, t. I, éd. Faton, Dijon, 2009.

© ARTEHIS Éditions, 2021

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search