Version classiqueVersion mobile

Des fleuves et des hommes à l’époque mérovingienne

 | 
Édith Peytremann

Troisième partie. Varia

Das Land des Bernsteins im frühen Mittelalter : merowingerzeitliche Funde aus Ostpreuben und der Handel mit Bernstein zwischen Donau undAtlantik

Heino Neumayer et Hans-Jôrg Nüsse

Résumé

Jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale, la collection la plus prestigieuse relative à la préhistoire de la Prusse orientale était conservée au musée Prussia de Könisgberg en Prusse. Les objets découverts au xixe et au début de xxe siècle montrent des contacts des peuples de la région entre la Vistule et Memel. Les habitants de cette région - les Aestii - sont mentionnés dans plusieurs sources antiques. Dans la région de la Prusse orientale, les matériaux archéologiques prouvent des influences Scandinaves et du Danube moyen de la fin du Ve au début du vie siècle. À partir du premiers tiers du vie siècle l’influence Scandinave disparaît. L’influence du monde franc disparaît aussi dans la seconde moitié du viie siècle. L’article le plus important était l’ambre du littoral de la Mer baltique.

Si les Aestii, au cours de l’époque romaine, commercent essentiellement avec l’Imperium Romanum via la route de l’ambre, les relations commerciales des peuples situés sur le littoral méridional de la Mer baltique changent également à la chute de l’empire romain.

Au Bas-Empire l’importance de l’ambre diminue. Le manque d’intérêt pour l’ambre a créé de nouveaux marchés. Dès la fin du Ve siècle, les relations commerciales avec les cultures germaniques orientales danubiennes s’intensifient. Des objets luxueux de prestige tels qu’attelles, garnitures de ceinture et surtout fibules ansées, sont achetés et en partie reproduits dans une version simplifiée par les artisans locaux. L’accueil amical de la délégation des Estes envoyée à la cour de Ravenne tel que décrit par Cassiodore confirme les bonnes relations régnant alors dans l’aire culturelle des Germains orientaux (gothiques).

Au vie siècle on trouve des perles d’ambre dans des sépultures féminines mérovingiennes. Les nécropoles avec ces sépultures localisées au bord du Rhin et du Danube pourraient constituer un argument en faveur d’un axe commercial de l’ambre par ces fleuves. Mais l’existence d’une route maritime de l’ambre par la Mer baltique et la Mer du Nord est plus vraisemblable. Les routes de commerce menant aux Îles britanniques sont également attestées par les découvertes d’objets en ambre. Au viie siècle l’ambre a complètement disparu dans les sépultures des femmes germaniques. Nonobstant, il y a des perles d’ambre au viie siècle dans des tombes féminines alamanes et franques et ce phénomène peut indiquer une volonté personnelle de la personne décédée.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Fig. 1. Wilhelm Gärte (x) bei der Besichtigung des bekannten Kammergrabes ans Pilgramsdorf Kr. Neidenburg im Jahre 1937.

Image

Fig. 2. Das Königsberger Schloss.

Image

1. Die Geschichte der Prussia Sammlung

Die Prussia Gesellschaft in Königsberg war der älteste Geschichts- und Altertumsverein in Ostpreußen, wenngleich eine eher späte Erscheinung unter den deutschen Altertumsvereinen. Ihre Gründung erfolgte 1844 im Anschluss an die 300-Jahr-Feier der Königsberger Universität ; der erste Vorsitzende Ernst August Hagen war Leiter der Kunstsammlung der Universität. Hagen regte ein „Antiquarium" an, in dem die Objekte nach „Vorgeschichte“, „Mittelalter“ und „Neuzeit“ geordnet aufbewahrt wurden.

Bereits 1845 erhielt die Prussia die Sammlung der 1790 in Mohrungen gegründeten Königsberger Physikalisch-Ökonomischen Gesellschaft, in der sich zahlreiche Altertümer ans Ostpreußen, vor allem Steinbeile, befanden.

Unter dem ab 1869 amtierenden Kustos der Gesellschaft Ge...

Auteurs

Dr. Heino Neumayer, Kurator, Muséum für Vor- und Frühgeschichte, Staatliche Museen zu Berlin - Preußischer Kulturbesitz.

Priv.-Doz. Dr. Hans-Jôrg Nüsse, Wissenschaftlicher Assistent, Freie Universität Berlin.

© ARTEHIS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search