Version classiqueVersion mobile

Des fleuves et des hommes à l’époque mérovingienne

 | 
Édith Peytremann

2. Occupations rurales funéraires

Les textiles de la nécropole de Roeschwoog Am Wasserturm (France, Bas-Rhin) : contribution à la connaissance des pratiques funéraires d’époque mérovingienne

Fabienne Médard

Résumé

Une quarantaine de tombes datées de la fin du vie siècle à la fin du ixe siècle ont été mises au jour sur le site de Roeschwoog à l’occasion de la construction d’un lotissement. Au total, quatorze objets métalliques issus de cinq inhumations comprenaient des vestiges textiles minéralisés. Les nécropoles mérovingiennes sont particulièrement riches de ces éléments préservés sur des objets de parure, de toilette ou sur des pièces d’armement. Leur étude livre des informations techniques de portée potentiellement économique et historique ; elle aide aussi à comprendre et permet de restituer une partie du contexte et des pratiques funéraires.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au printemps 2010, la construction d’un lotissement d’habitation à Roeschwoog (Bas-Rhin, Alsace) donne lieu à une opération de fouille préventive menée par le Pôle d’Archéologie Interdépartemental Rhénan, au lieu-dit Am Wasserturm (voir A. Koziol, présent volume, p. 301). Localisée à l’entrée sud du village, l’emprise de la fouille occupe deux zones : au nord, un ensemble funéraire du haut Moyen Âge et un méandre du Rhin ; au sud, à environ 200 m, un habitat rural de la même période. La nécropole dont toutes les limites semblent avoir été cernées (Koziol et alii, 2011) est composée d’une quarantaine de tombes aux datations échelonnées entre la lin du vie siècle et la fin du ixe siècle. Quelques-unes livrent du mobilier associé à des restes de tissus, témoins discrets de l’existence d’un matériel devenu quasiment impalpable (fig. 1).

En contexte funéraire, où les objets métalliques et les ossements représentent souvent les seuls vestiges conservés, l’absence quasi totale de matériaux ...

© ARTEHIS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search