Version classiqueVersion mobile

Des fleuves et des hommes à l’époque mérovingienne

 | 
Édith Peytremann

1. Occupations rurales domestiques et économie

Un pic de production du fer en Franche-Comté pendant l’époque mérovingienne

Sylvie Laurent-Corsini et Hervé Laurent

Résumé

La Franche-Comté, située à l’est de la France, a connu une activité minière et sidérurgique intense de la fin du Moyen Âge au xixe siècle. On pensait autrefois que la production du métal y avait été florissante dès l’âge du Fer et pendant le Haut-Empire romain. Les recherches en cours depuis une trentaine d’années montrent que les premiers ateliers sûrement identifiés ne remontent pas avant le ive siècle ap. J.-C. Grâce en particulier aux datations radiocarbone, c’est pendant la période mérovingienne que l’on voit désormais se dessiner clairement le premier pic de production.

Texte intégral

  • 1 Cette contribution doit beaucoup à un récent article collectif dont le champ chronologique est plus (...)

1Réduire du minerai pour le transformer en fer et forger des objets sont deux activités assez différentes qui réclament chacune une organisation et des savoir-faire spécifiques. Nécessitant d’importants volumes de matières premières disponibles à une distance raisonnable des ateliers et accumulant beaucoup de déchets, la réduction se pratique le plus souvent à la campagne, généralement en milieu ouvert mais aussi, dans une moindre mesure, dans des habitats. Le métal qui en sort, qu’il soit brut ou déjà façonné en demi-produits plus ou moins standardisés (appelés « lingots » par abus de langage), alimente les forges proprement dites. Le forgeage est plus directement tourné vers l’utilisateur. Il s’exerce presque toujours dans des bâtiments, à la ville comme à la campagne. Cet article traite essentiellement de la réduction, dont les aspects commencent à être assez bien connus1. Plus volumineux, mais moins bien documenté, le dossier des forges nécessite encore un important travail de mise en forme.

2La réduction est pratiquée selon deux techniques. Avec le procédé direct, qui met en œuvre un bas-fourneau, on obtient à l’état solide et sans étape intermédiaire toutes sortes de qualités de métal allant du fer doux à l’acier. Débarrassé de ses impuretés et compacté une première fois, ce métal se travaille tel quel à la forge. Avec le procédé indirect, plus récent, on passe tout d’abord par la fonte à l’état liquide, dans un haut-fourneau. Une fois solidifiée, celle-ci est refondue soit pour être moulée sous forme d’objets, soit pour être affinée et fournir les mêmes produits que le procédé direct. Au tenue d’une évolution complexe au cours de laquelle les deux techniques coexistent, le procédé indirect finit par s’imposer en Europe, phénomène étalé dans le temps que P.-L. Pelet appelle « la lente victoire du haut-fourneau » (Pelet, 1978). Dans les limites de l’actuelle région de Franche-Comté, le procédé direct semble être le seul utilisé jusque tard dans le Moyen Âge.

Une chronologie inattendue

3À partir de la fin du Moyen Âge, quantité de hauts-fourneaux sont en activité, en particulier dans le val de Saône (Belhoste et alii, 1994). Pour beaucoup d’auteurs du xixe et du début du xxe siècle, l’étendue de la couverture forestière, l’importance des gisements de minerai et le nombre d’usines qui s’égrènent le long des cours d’eau ne permettent pas de douter de la grande ancienneté de la production régionale de fer. A. Quiquerez, qui fait remonter à la Protohistoire et à l’Antiquité une grande partie des ferriers qu’il identifie juste de l’autre côté de la frontière suisse, dans le bassin de Delémont, exerce également une grande influence sur les archéologues franc-comtois (Quiquerez, 1866). Ainsi, les scories qui ont « ruisselé » à Melin (Haute-Saône ) « pourraient bien provenir d’un fourneau des temps préhistoriques » (Bouillerot, 1874, p. 214) ; la « fonderie » de Vandoncourt (Doubs) « appartient à l’époque gauloise » (Muston, 1882, p. 281) ; à Saint-Symphorien-sur-Saône (Côte-d’Or, à la limite avec le Jura), les « culots de crasse de fer » et les débris d’un bâtiment antique tout proche assurent qu’on « se trouve en présence d’une forge de l’époque gallo-romaine » (Feuvrier, 1906, n.p.).

4En dépit du très faible nombre de ferriers connus, la réputation des Séquanes en tant que producteurs de fer est donc solidement établie pour les périodes de l’Indépendance et du Haut-Empire romain. Pourtant, aucun des quatre départements de l’actuelle région ne figure dans les deux inventaires qui recensent les secteurs de la Gaule ayant connu une activité sidérurgique ancienne notable (Daitbrée, 1868 et 1881). Malgré ce constat révélateur, les géologues eux-mêmes confortent historiens et archéologues dans leur opinion. Pour l’ingénieur des mines Merle, « la facilité de fusion du minerai de fer, à gangue calcaire, rendait commode la fabrication de ce métal. Les populations préhistoriques d’abord, les populations gallo-romaines ensuite, ont utilisé les minerais de Franche-Comté » (MERLE, 1905, p. 115). Des doutes apparaissent après la Seconde Guerre mondiale. Selon Villeroché, il est « très difficile de dater » les sites à scories (Villeroché, 1947, p. 55). Plus récemment, L. Lerat résume la situation en constatant que l’on n’a « aucune [donnée] sur les ferrières, qui furent longtemps l’une des grandes industries du pays » (Lerat, 1977, p. 73).

Fig. 1. Graphique de datation des sites de réduction directe de Franche-Comté.

Fig. 1. Graphique de datation des sites de réduction directe de Franche-Comté.
  • 2 Il n’est pas possible de citer les noms de toutes les personnes qui ont découvert et déclaré des si (...)

5Des programmes de prospection sur les sites miniers et sidérurgiques ont été actifs entre le début de la décennie 1980 et l’année 1992. Ils concernaient l’ensemble de la région, qui couvre environ 16 000 km2. Depuis une vingtaine d’armées, l’inventaire des vestiges de la sidérurgie ancienne est constamment tenu à jour. Il est alimenté par les prospections inventaire, le dépouillement bibliographique et, dans une moindre mesure, par les fouilles2. Dans les grandes lignes, les constats dressés dès les premières années de recherche restent valables aujourd’hui. Relativement à ce que l’on connaît dans d’autres régions françaises, notamment la Bourgogne, les sites de réduction sont peu nombreux. En rassemblant toutes les sources, on a pu en identifier 219 jusqu’à présent. À titre de comparaison, sur un territoire d’environ 400 km2, le récent inventaire des sites de la Puisaye (Yonne) a révélé 2 500 dépôts de scories et ce chiffre devrait encore varier notablement dans les armées à venir (Piétak et alii, 2012). La différence de taille des dépôts de scories est également très importante. Toujours en Puisaye, certains ferriers s’étendent sur plus de dix hectares. Pour plusieurs, le poids de déchets est estimé à plus de 100 000 tonnes. La Franche-Comté est le domaine des petits sites. Dans la plupart des cas, les ferriers, qu’ils soient intacts en forêt ou étalés par les labours, ne dépassent pas quelques dizaines de mètres de diamètre. Pour chacun, le poids des déchets est estimé en dizaines de tonnes, en tonnes et même souvent en centaines de kilos. On en déduit que la durée de vie de chaque atelier est assez courte.

Fig- 2. Carte des sites de réduction directe de Franche-Comté (les sites sûrement postérieurs à l’an Mil ne figurent pas).

Fig- 2. Carte des sites de réduction directe de Franche-Comté (les sites sûrement postérieurs à l’an Mil ne figurent pas).

Fig. 3. Graphique des vingt-sept dates radiocarbone antérieures à l’an Mil obtenues sur les sites de réduction directe de Franche-Comté.

Fig. 3. Graphique des vingt-sept dates radiocarbone antérieures à l’an Mil obtenues sur les sites de réduction directe de Franche-Comté.

6Aux cours des dernières décennies, les connaissances ont progressé à des rythmes très inégaux selon les pays et les régions. Dès les années 1990, à une époque où les programmes étaient nombreux, on a pu dresser la liste des anciennes zones productives situées dans l’est de la France et en Suisse occidentale, et même un peu au-delà (Serneels, Mangin, 1996). On n’est toujours pas certain de la chronologie ni de l’importance réelle de certains districts traditionnellement considérés comme très actifs, par exemple « l’entre Sambre et Meuse » (Namur et Hainaut, Belgique). Par la suite, le tableau et la carte ont été logiquement modifiés par de nombreux auteurs (cf. entre autres Leroy, 2009, fig. 1) mais, globalement, on peut affirmer que les zones productives du Haut-Empire sont assez peu nombreuses et que les ferriers de cette période ont souvent tendance à être de grandes dimensions. La Franche-Comté, région au faible tonnage de déchets, n’est pas un cas isolé dans l’Est, où se concentrent les zones de moyenne et de petite production (LAURENT et alii, 2012, p. 70-73, fig. 6 et 7).

  • 3 Sans surprise, aucune des trente-huit mentions d’archives ne remonte à une période « haute ». Le pr (...)

7En Franche-Comté, 87 sites sont datés avec plus ou moins de certitude et de précision3 (fig. 1). Contrairement à ce que l’on croyait pouvoir affirmer, les gisements de minerai de fer ont été laissés intacts pendant le Haut-Empire romain. C’est seulement au ive siècle que semble émerger une activité encore très timide, matérialisée par une poignée de scories coulées trouvées avec des monnaies dans deux fosses de l’agglomération de Seveux (fig. 2 ; Haute-Saône ; Bienfait, 2002, p. 71).

8Dans la plupart des terriers découverts, la présence de matériaux de construction en terre cuite typiques de l’Antiquité utilisés pour construire les fourneaux n’apporte aucun renseignement d’ordre chronologique, si ce n’est que la mise à feu est postérieure à la conquête romaine. La difficulté à admettre que la cité des Séquanes n’a pas mis à profit les immenses réserves de matière première dont elle disposait a finalement été vaincue par la succession des résultats des analyses radiocarbone. Cette méthode présente l’indéniable avantage de dater directement l’exploitation et non pas le mobilier associé aux déchets de travail, car c’est « l’activité métallurgique elle-même, et non d’éventuels remaniements ou réoccupations postérieurs, qui est datée » (Piétak et alii, 2012, p. 126).

Fig. 4. Tableau des trente datations radiocarbone effectuées sur les sites de réduction directe de Franche-Comté (calibration avec : Oxcal v4.2.2, Bronk Ramsey, 2013) ; Reimer et alii, 2009.

Fig. 4. Tableau des trente datations radiocarbone effectuées sur les sites de réduction directe de Franche-Comté (calibration avec : Oxcal v4.2.2, Bronk Ramsey, 2013) ; Reimer et alii, 2009.

9Sur trente dates calibrées à 2 σ (fig. 3 et 4), vingt-sept sont antérieures à l’an Mil ; dans ce groupe, vingt-cinq sont contenues entre les millésimes 342 et 659. Neuf se tiennent plus précisément entre 536 et 659. En prenant un risque un peu plus important, c’est-à-dire en acceptant une probabilité comprise entre 75% et 95,4 %, on gagne en précision sur onze dates (lorsque les barrettes de la fig. 3 sont en deux parties, cette probabilité réduite est exprimée par la partie en noir). Dans ce cas, huit se rapprochent elles aussi de la période qui va en gros du milieu du vie siècle au milieu du viie siècle.

10La dendrochronologie et l’étude du mobilier apportent également des précisions. Un charbon retrouvé en fouille à côté du bas-fourneau de Ferrières-les-Bois Pré Fergeux est daté au radiocarbone entre 429 et 654. Son dernier cerne remonte à 592. Un autre charbon, prélevé à Pin Grands Bois de Pin, est daté au radiocarbone entre 441 et 657. La bague à jonc et plateau d’argent pourvue d’une pastille en or à décor animalier, retrouvée sur le site, s’inscrit dans la période 560-670 (Mazimann, Daval, 2006, p. 11 ; cf. description du site infra). Quatre ferriers datés par le radiocarbone ont également livré des céramiques décorées à la molette, typiquement mérovingiennes. Par sécurité, on leur attribue une datation lâche, entre 450 et 750. A Berthelange À la Vau, elles permettent d’affirmer qu’il faut situer l’exploitation dans la seconde partie de la plage de datation radiocarbone, qui va de 391 à 581. Ce faisceau d’indices concordants vient renforcer la valeur statistique des dates14C. Pour le haut Moyen Âge, l’ensemble des données incite à voir dans la mise en exploitation du minerai un phénomène assez rapide et d’une durée relativement courte, centrée sur une partie de la période mérovingienne.

Fig. 5. Carte du district sidérurgique mérovingien de Berthelange.

Fig. 5. Carte du district sidérurgique mérovingien de Berthelange.
  • 4 Prospections effectuées par J.-M. Chanson.

11Hormis les cas sûrement postérieurs à l’an Mil, les sites de réduction connus se répartissent sur une grande moitié nord de la région. La Haute-Saône en rassemble un nombre non négligeable sans que l’on puisse discerner un secteur privilégié, mis à part entre la Saône et l’Ognon, où de récentes prospections ont révélé plusieurs habitats mérovingiens à scories4. Le seul secteur qui puisse être qualifié de véritable « district » s’étend à la limite du Doubs et du Jura : la zone de Berthelange (fig. 5). Sur environ 140 km2, 112 sites à scories sont répertoriés dont 60 feniers, les autres présentant des scories plus ou moins concentrées.

12Deux ferriers ont été partiellement fouillés dans les années 1990. Seul le bas-fourneau de Ferrières-les-Bois Pré Fergeux était bien conservé. Composé d’une puissante ceinture en blocs calcaires non taillés, il possède une cuve de plan ovoïde, maçonnée en fragments de tuiles romaines et revêtue intérieurement d’argile dégraissée au sable. Deux piédroits encadrent la porte, sans doute détruite après chaque utilisation pour récupérer le bloc de fer. Encastré dans une pente, il se chargeait aisément par le gueulard. Ce type de fourneau est caractéristique de la France de l’Est et de la Suisse occidentale (cf. par exemple le bas-fourneau de Ludres Chaudeau, daté des ve-vie siècles dans Leroy, 2009, fig. 4).

13Dans ce terroir d’interfluve formé de petites collines,les nombreux habitats du Haut-Empire produisent l’habituel « bruit de fond » de l’archéologie rurale (ils ne sont pas représentés sur la fig. 5). Les analyses radiocarbone étant inexistantes au départ, on pensait pouvoir dater de cette période au moins une partie de la production de fer, en raison de la présence de scories - jamais très abondantes - parmi les décombres retrouvés dans les labours (Mangin et alii, 1995, p. 76). Le doute subsiste encore mais, comme on l’a vu plus haut, il n’y a plus guère d’arguments pour aller dans ce sens. L’un des apports de la prospection est d’avoir révélé aussi l’existence d’habitats du haut Moyen Âge, pratiquement tous datés avec certitude de la période mérovingienne. Six d’entre eux sont parsemés de scories de réduction. Dans ce cas, le lien habitat-atelier paraît mieux assuré que pour la période précédente : il est peu probable que des sidérurgistes du Moyen Âge central aient trouvé sur place des matériaux en terre cuite datant du haut Moyen Âge et pouvant servir à la construction des fourneaux. Sans aucun doute, la plupart des habitats mérovingiens restent-ils à découvrir, en particulier à l’emplacement des grands sites d’époque romaine.

L’organisation de la production

14La petite taille des ateliers et leurs liens, au moins topographiques, avec des habitats mérovingiens, incitent en première analyse à voir dans la sidérurgie du haut Moyen Âge un mouvement spontané de la part des populations rurales. Les habitants exploiteraient le minerai de fer soit pour leur consommation directe, soit pour en tirer un complément de revenus. Cela n’est pas impossible pour une partie de la production. À Pin, en Haute-Saône, légèrement au nord de la zone de Berthelange, un site remarquable a été découvert en pleine forêt et topographié (Daval, 2003, p. 78-81). Dominant un vallon assez abrupt, quatre bâtiments dont les fondations sont en pierre ont livré de la céramique mérovingienne, plusieurs petits objets en cuivre et la bague dont il a été question plus haut. Entre les bâtiments, et immédiatement en contrebas dans la pente, sont présentes quatre concentrations de scories. La date radiocarbone déjà évoquée supra — 441-657 - prouve de manière définitive que ce site est bien l’habitat d’une équipe de ferrons. Mais un problème demeure entier : la relative aisance que la possession d’un bijou en métaux nobles laisse supposer n’indique pas de façon totalement sûre que le maître des lieux agissait de sa propre initiative. Tout au moins, le complexe de Pin montre-t-il que les artisans du fer vivent et travaillent dans un terroir occupé par l’Homme.

15Cette petite sidérurgie ne peut cependant avoir, à elle seule, laissé des traces aussi nombreuses ni aussi concentrées dans le temps et dans l’espace. Pour l’essentiel l’initiative doit sans doute être cherchée ailleurs que chez les habitants. L’archéologie funéraire fournit un argument de premier plan. Dans la vallée du Doubs, la nécropole de Saint-Vit Les Champs Traversains a été fouillée exhaustivement dans les ainnées 1990 (situation fig. 5). Exceptionnelle dans la région par la qualité et la quantité du mobilier, notamment des tremisses, elle a pu être datée de la période 550-640. Il est difficile de faire l’économie d’un rapprochement avec les ateliers de la zone de Berthelange : « Il n’est pas improbable que l’exploitation toute proche du minerai de fer, particulièrement au cours du haut Moyen Âge, ait eu sa part dans l’attraction de ce segment de vallée » (Urlacher et alii, 2008, p. 267). Il n’est pas anodin non plus de rappeler que non loin de là, la nécropole d’Évans Les Sarrasins (vie-viie siècle) et l’église funéraire du Champ des Vis (viie-xe siècle), sur la même commune, sont en partie contemporaines des Champs Traversains (situation fig. 5 ; Bonvalot, 2003, p. 112-113). On est tenté de voir dans certains personnages inhumés dans ces trois nécropoles les organisateurs de l’exploitation du minerai de fer, quelle qu’en soit la destination. Pour autant, seraient-ils réellement les donneurs d’ordre ?

16Autour de Berthelange gravitent toute une série de sites de réduction. À Byans-sur-Doubs, Courtefontaine et Pin (trois sites en tout), les dates calibrées sont concordantes avec celles obtenues dans la zone de Berthelange. À Amange (trois sites) et Chevigney-sur-l’Ognon (un site), les céramiques associées aux scories sont mérovingiennes. Berthelange n’est donc peut-être que le cœur d’un vaste district couvrant plusieurs centaines de km2, dont l’essentiel resterait à découvrir. Dans ce cas, il dépendrait sans doute d’un niveau hiérarchique très élevé. Alors que la série des datations radiocarbone était encore embryonnaire, et tout en restant très prudent, H. Gaillard de Sémainville suggérait déjà la possible existence d’une terre fiscale, dans un article ouvrant par ailleurs de nombreuses pistes (Gaillard de Sémainville, 2003, p. 23 et note 5).

Fig. 6. Les sites de réduction directe (toutes périodes) et le potentiel minier de la Franche-Comté (minerais d’après Rosenthal, 1995, fg. 1 simplifiée).

Fig. 6. Les sites de réduction directe (toutes périodes) et le potentiel minier de la Franche-Comté (minerais d’après Rosenthal, 1995, fg. 1 simplifiée).
  • 5 Toutes les dates conventionnelles ont été calibrées à nouveau avec la version 2009 de Oxcal.

17Ces deux hypothèses présentent F avantage d’expliquer la soudaineté de la mise en exploitation des gisements de minerai de fer... et leur abandon tout aussi rapide. Elles concordent également avec l’importance économique du district de Berthelange, qui a peu d’équivalents pour l’instant dans les royaumes barbares. Même le grand district médiéval du « Jura central suisse » (cantons du Jura et de Berne, 780 km2, 380 ferriers recensés) semble être moins actif à la période mérovingienne : sur les 115 analyses radiocarbone effectuées, seulement sept dates calibrées5 montrent à coup sûr un fonctionnement antérieur à l’année 700, contre seize à Berthelange (Eschenlohr, 2001, p. 16 et p. 207-316).

18Il convient de rester prudent lorsqu’on aborde les motifs qui ont présidé au choix d’implantation du district.

19Il ne semble pas utile d’entamer un chapitre sur le potentiel en combustible. Tous les arts du feu ont besoin de disposer de bois. Certes, l’actuelle forêt d’Arne, où sont situés bon nombre de ferriers, occupe un vaste placage de cailloutis siliceux qui rendent la terre inculte. Mais comme les autres ressources renouvelables, la forêt se gère. En fonction des coupes, elle disparaît par endroits et se renouvelle ailleurs.

20La question du minerai se pose différemment. Très schématiquement, à l’échelle régionale, deux grands types se sont formés successivement, donnant naissance à des gîtes d’aspect et de nature très différents (fig. 6) :

  • d’une part les minerais sédimentaires, également appelés « en roche ». On les exploite au moyen de mines véritables, c’est-à-dire dans des galeries qui suivent la couche minéralisée.

  • d’autre part les minerais d’altération continentale, désignés fréquemment sous le nom de « minerais en grains ». Ils ne forment pas de couches mais des amas qu’on exploite en ouvrant des minières ou en vidant des remplissages de karsts.

21La zone de Berthelange paraît jouir d’une situation privilégiée dans ce domaine. Elle se trouve en effet au contact de deux grandes sources d’approvisionnement : le gisement sédimentaire d’Ougney (1,2 MT produits par la mine éponyme, fermée en 1925) et le gisement d’altération dit de la forêt d’Arne, criblée de champs de minières. Pourtant, les analyses chimiques ont montréqu’aucun des deux n’a été mis en œuvre dans la zone de Berthelange. Si la signature que l’on décèle dans les scories de réduction est bien celle de minerais d’altération, en revanche, il ne peut s’agir de minerais en grains, dont les taux en silice et en alumine sont souvent élevés. Plus directement, les prélèvements à vue dans les ferriers nous ramènent presque systématiquement à un faciès particulier, rarement décrit par les géologues qui arpentaient le terrain à l’époque où la sidérurgie comtoise était florissante. Appelé « minerai en blocs » par commodité, il semble être issu du remaniement de « cuirasses » formées sous climat chaud et humide. Pendant la période mérovingienne, partout où le choix était possible, il a été préféré aux autres minerais alors qu’il n’est pas, et de loin, le plus abondant. En Lorraine, à la même période, c’est souvent le minerai sédimentaire, la « minette », qui a été privilégié (Leroy, 1997).

  • 6 Dans cette publication à trois auteurs, les paragraphes concernés ont été personnellement rédigés p (...)
  • 7 Nous remercions V. Serneels pour cette remarque.

22On peut aussi avancer une série d’arguments d’ordre géographique (LAURENT et alii, 2012, p. 67). Le cœur du district de Berthelange est à 20 km du centre de Besançon, ancienne capitale de Cité devenue métropole de la provincia maxima Sequanorum après la réforme de Dioclétien. Le Doubs, axe fluvial important du « pays » est doublé par la grande voie séculaire qui joint Besançon à Chalon-sur-Saône6. Mais on doit reconnaître que ces arguments ont quelque chose de « mécanique ». Faut-il vraiment qu’un bassin mimer et sidérurgique soit proche d’une grande ville etqu’il soit parcouru de voies majeures pour être exploité avec profit7 ? L’éventuelle nécessité de remettre en valeur des terres, un temps inexploitées, mérite d’être examinée également. Comme le suggère H. Gaillard de Sémainville, la métallurgie du fer aurait pu être le moteur du regain de dynamisme de la basse vallée du Doubs, peut-être dépeuplée au Bas-Empire (GAILLARD de Sémainville, 2003, p. 23 et note 5). Cependant, le mobilier de l’Antiquité « très tardive » existe bel et bien dans certains sites implantés entre les vallées du Doubs et de l’Ognon, comme l’a montré N. Bonvalot en insistant sur les importantes lacunes qui subsistent dans nos connaissances (Bonvalot, 2003, p. 125 et fig. 11a et 11b). Dans certains sanctuaires et certaines villae, il n’y a pas d’interruption entre le ier et le ve siècle. Le problème tient à deux facteurs bien identifiés : la méconnaissance du mobilier, en particulier la céramique, et le caractère assez discret des couches archéologiques concernées qui sont en outre les plus exposées à l’érosion. Généralement, on ne dit pas que les populations du Haut-Empire ré-occupent des habitats gaulois. Sans mer la réalité des fluctuations démographiques ni le délaissement - parfois momentané - de certains domaines fonciers, on pourrait considérer les populations du Bas-Empire et de l’époque mérovingienne de la même manière. Que ces populations connaissent dans l’ensemble une certaine stabilité n’empêche nullement d’imaginer des migrations, en particulier celles des artisans sidérurgistes. Volontairement ou sous la contrainte ils peuvent se déplacer en nombre, en apportant leurs techniques avec eux : « La question mérite au moins d’être posée : les bas-fourneaux du haut Moyen Âge [dans l’est de la France et la Suisse occidentale] sont-ils des importations barbares’ » ? (Mangin et alii, 1995, p. 81).

23Reste un argument souvent invoqué pour expliquer un soudain appétit de métal : la guerre. Après la mort de Clotaire en 561, le royaume franc de Burgondie est reconstitué. Réorganisé, notamment par la création du Pagus Ultraioranus qui sert de tampon face aux Alamans et aux Lombards, il redevient une entité politique à part entière (Favrod, 1997, p. 471-475). Ce millésime coïncide assez bien avec le début du pic de production repéré sur l’ensemble de la région et en particulier dans la zone de Berthelange, pour la période qui va approximativement de 550 à 650 (sept dates dans la zone de Berthelange, une à Baume-les-Dames, une à Beaujeu). Si ce n’est pas un hasard, est-ce le reflet des besoins de l’année ? Il n’y a pas d’argument décisif pour répondre. Notons cependant que là encore ce rapprochement sidérurgie et armement procède d’une attitude qui n’aurait pratiquement pas cours dans une étude sur la sidérurgie du Haut-Empire, parce qu’il est admis que Rome a « naturellement » et constamment besoin de fer. En est-il autrement aux siècles suivants ? Comme leurs prédécesseurs, les rois du haut Moyen Âge font face non seulement aux nécessités de la guerre, très fréquente, mais aussi à celles de la vie en général. Comme tous les États, les royaumes mérovingiens ont eu besoin de fer, dans tous les domaines, pour tous les usages. Pendant un temps, sur une certaine aire géographique, le district de Berthelange a répondu à ce besoin.

Conclusion

24Massive, organisée, florissante, la sidérurgie mérovingienne relève d’une dynamique qui lui est propre. En Franche-Comté, elle semble ne s’appuyer sur aucune tradition artisanale antique, mais rien n’est moins improvisé que son appareil de production. Les bas-fourneaux qu’elle allume sont communs à tout le quart nord-est de la France et à la Suisse occidentale. Les minerais qu’elle utilise sont soigneusement sélectionnés. Pris individuellement, aucun atelier n’a de réel poids économique. Concentrés sur un petit territoire, ils forment ensemble un véritable complexe. L’ambition de l’artisan n’est pas de fournir la petite exploitation agricole la plus proche. Il travaille pour un marché plus vaste et peut-être même assez lointain. Le district créé autour de Berthelange est-il né d’une volonté politique ? C’est probable. Peut-être pourra-t-on un jour l’associer au règne de tel(s) ou tel(s) souverain(s).

Bibliographie

Bibliographie

Belhoste J.-Fr., Claerr-Roussel Chr., Lassus F., Philippe M., Vion-Delphn Fr., 1994, La métallurgie comtoise, xve — xixe siècles : étude du val de Saône, Besançon, ASPRODIC, 416 p. (Cahier du Patrimoine, 33).

Bienfait M., 2002, « La sidérurgie en milieu urbain dans la Gaule de l’Est : réflexions sur les types d’activités pratiquées », in : BÉAL J.-Cl., Goyon J.-Cl. dir., Les artisans dans la ville antique, [table ronde de l’Inst. d’archéologie et d’histoire de l’Antiquité, 16-17 nov. 2000], Lyon, Univ. Lumière-Lyon 2/ Paris, de Boccard, p. 69-76 (Archéologie et Histoire de l’Antiquité, 6).

Bonvalot N., 2003, « Les nécropoles mérovingiennes d’Évans (Jura) et le contexte de la moyenne vallée du Doubs depuis la fin de l’Antiquité », in : Passard Fr., Gizard S., Urlacher J.-P, Richard a. dir., Burgondes, Alamans, Francs, Romains dans l’est de la France, le sud-ouest de l’Allemagne et la Suisse, xe-viie siècle après J.-C., Actes des xxièmes journées internationales d’Archéologie mérovingienne, Besançon, 20-22 oct. 2000, Besançon, Presses univ. franc-comtoises, p. 111-128 (Annales littéraires de l’Univ. de Franche-Comté, 756 - série Art et Archéologie, 47).

Bouillerot A., 1874, « La montagne de Morey (Haute-Saône) et ses alentours aux premiers âges de l’humanité : étude d’archéologie préhistorique », Mémoires de la Soc. d’Émulation du Doubs, 4e série, vol. 9, p. 162-227.

Daubrée A., 1868, « Aperçu historique sur l’exploitation des métaux dans la Gaule », Revue archéologique, 17, p. 298-313.

Daubrée A., 1881, « Aperçu historique sur l’exploitation des mines métalliques dans la Gaule », Revue archéologique, 41, p. 201-221, 261-284, 327-353.

Daval D., 2003, Prospection au sol entre les vallées du Doubs et de l’Ognon, s. 1., Ass. de Recherche et d’Étude des Sites archéologiques comtois / DRAC de Franche-Comté (rapport non publié, déposé à la DRAC de Franche-Comté).

Eschenlohr L., 2001, Recherches archéologiques sur le district sidérurgique du Jura central suisse, Lausanne, Cahiers d’Archéologie romande, 322 p. (Cahiers d’Archéologie romande, 88).

Favrod J., 1997, Histoire politique du royaume burgonde (443- 534), Lausanne, Bibliothèque historique vaudoise, 544 p. (Bibliothèque historique vaudoise, 113).

Feuvrier J., 1906, Notes de prospections manuscrites déposées à la bibliothèque de Dole (Jura).

Gaillard de Sémainville H., 2003, « À propos de l’implantation des Burgondes : réflexions, hypothèses et perspectives », in : Passard Fr., Gizard S., Urlacher J.-P, Richard A. dir., Burgondes, Alamans, Francs, Romains dans l’est de la France, le sud-ouest de l’Allemagne et la Suisse, ve-viie siècle après J.-C., Actes des xxièmes journées internationales d’Archéologie mérovingienne, Besançon, 20-22 oct. 2000, Besançon, Presses univ. franc-comtoises, p. 17-39 (Annales littéraires de l’Univ. de Franche-Comté, 756 - série Art et Archéologie, 47).

Laurent H., Laurent-Corsini S., Mangin M., 2012, « La sidérurgie ancienne dans la région de Franche-Comté : trente années de recherches pluridisciplinaires sur la réduction directe dans l’Est de la France (1981-2011) », in : Cucini Tizzoni C. dir., Acta mineraria et metallurgica : studi in onore di Marco Tizzoni, Bergamo, p. 57-78 (Notizie Archeologiche Bergomensi, 20).

Lerat L., 1997, « La Franche-Comté romaine », in : Fiétier R. dir., Histoire de la Franche-Comté, Toulouse, Privat, p. 53-88.

Leroy M., 1997, La sidérurgie en Lorraine avant le haut-fourneau : l’utilisation du minerai de fer oolithique en réduction directe, Paris, CNRS éd., 305 p., ill. (Monographies du CRA, 18).

Leroy M., 2009, « Les modes de production du fer au haut Moyen Âge : l’exemple des ateliers sidérurgiques de Lorraine centrale », in : Guillaume J., Peytremann É. dir., L’Austrasie : sociétés, économies, territoires, christianisation, Actes desxxvièmes journées internationales d’Archéologie mérovingienne, Nancy 22-25 sept. 2005, Nancy, Presses univ. de Nancy, p. 177-188.

Mangin M., Laurent H., Dunikowski Chr., Leroy M., 1995, «Ateliers et cadre de vie des sidérurgistes de l’est de la France (fin de l’âge du Fer, Antiquité romaine et haut Moyen Âge) », in : Magnusson G. dir., The importance of ironmaking : technical innovation and social change, Papers presented at the Norberg Conférence on May 8-13 1995, Stockholm, Jemkontorets Bergshistoriska Utskott (H 58), vol. I, p. 73-83.

Mangin M., Leroy M., Laurent H., Boukezzoula M., Raïssouni B., 2000, « La sidérurgie dans l’est de la Gaule : l’organisation spatiale de la production de l’âge du Fer au haut Moyen Âge », in : Mines et métallurgies en Gaule : recherches récentes (dossier), Gallia, 57, p. 11-21.

Mazimann J -P, Daval D., 2006, « Une bague mérovingienne à décor animalier (F) », Instrumentum, n° 23, p. 11.

Merle A., 1905, Les gîtes minéraux et métallifères et les eaux minérales du département du Doubs, Besançon, imp. Jacquin, 217 p.

Muston A., 1882, Histoire d’un village (Beaucourt — Jura), 1er vol., Montbéliard, Imp. Barbier Frères, 361 p.

Pelet P-L., 1978, Fer, charbon, acier dans le pays de Vaud : la lente victoire du haut-fourneau, Lausanne, Bibliothèque historique vaudoise, 354 p. (Bibliothèque historique vaudoise, 39).

Piétak J.-P, Leroy M., Le carlier C., 2012, « Nouvelles données sur l’importance des vestiges de sidérurgie ancienne en Puisaye », R.A.e., t. 61, p 117-131.

Quiquerez A., 1866, De l’Âge du Fer : recherches sur les anciennes forges du Jura bernois, Porrentruy, Soc. jurassienne d’Émulation, 126 p., 4 pl. h. t. (réimpression de 1992, l’Œil et la Mémoire).

Reimer P.J. et alii, 2009, IntCalO9 and Marine09 radiocarbon âge calibration curves, 0-50,000 years cal BP. Radiocarbon 51(4) :1111—50.

Rosenthal P, 1995, «Les gîtes de minerai de fer en Franche-Comté », in : Richard A. dir., Éclats d’histoire : 10 ans d’archéologie en Franche-Comté, 25 000 ans d’héritages, Besançon, Cêtre, p. 50-51.

Serneels V., Mangin M., 1996, « Sidérurgie ancienne (âge du Fer - Moyen Âge) : les zones productives principales entre le Rhin, les Alpes et les Pyrénées », R.A.e., t. 47, p. 193-198.

Urlacher J.-P, Passard-Urlacher Fr., Gizard S., 2008, Saint-Vit ‘Les Champs Traversants’ (Doubs) : nécropole mérovingienne, vie-viie siècle ap. J.-C. et enclos protohistorique, ixe-xe siècle av. J.-C., Besançon, Presses univ. de Franche-Comté, 495 p., ill. (Annales littéraires de l’Univ. de Franche-Comté, 839 - série Environnement, Sociétés et Archéologie, 12).

Villeroché M. de, 1947, « Notice sur les forges d’Audincourt », Mémoires de la Soc. d’Émulation de Montbéliard, vol. LVI, p. 55-64.

Notes

1 Cette contribution doit beaucoup à un récent article collectif dont le champ chronologique est plus vaste et retrace les étapes de la recherche régionale (Laurent et alii, 2012). Les lignes qui suivent prennent notamment en compte cinq nouvelles datations.

2 Il n’est pas possible de citer les noms de toutes les personnes qui ont découvert et déclaré des sites de réduction. N. Bonvalot a été la première à récolter des scories dans le secteur appelé depuis « zone de Berthelange » et à partager ses résultats. L. Jaccottey a bien voulu s’intéresser à la sidérurgie en plus de ses spécialités. P. Mosca et D. Daval sont à l’origine de la découverte de nombreux ferriers.

3 Sans surprise, aucune des trente-huit mentions d’archives ne remonte à une période « haute ». Le premier acte connu est une donation de 1186. Pas un seul des ateliers cités dans les chartes n’a encore été identifié sur le terrain.

4 Prospections effectuées par J.-M. Chanson.

5 Toutes les dates conventionnelles ont été calibrées à nouveau avec la version 2009 de Oxcal.

6 Dans cette publication à trois auteurs, les paragraphes concernés ont été personnellement rédigés par S. Laurent-Corsini et H. Laurent.

7 Nous remercions V. Serneels pour cette remarque.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Graphique de datation des sites de réduction directe de Franche-Comté.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/24349/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Fig- 2. Carte des sites de réduction directe de Franche-Comté (les sites sûrement postérieurs à l’an Mil ne figurent pas).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/24349/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre Fig. 3. Graphique des vingt-sept dates radiocarbone antérieures à l’an Mil obtenues sur les sites de réduction directe de Franche-Comté.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/24349/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Fig. 4. Tableau des trente datations radiocarbone effectuées sur les sites de réduction directe de Franche-Comté (calibration avec : Oxcal v4.2.2, Bronk Ramsey, 2013) ; Reimer et alii, 2009.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/24349/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 5. Carte du district sidérurgique mérovingien de Berthelange.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/24349/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Titre Fig. 6. Les sites de réduction directe (toutes périodes) et le potentiel minier de la Franche-Comté (minerais d’après Rosenthal, 1995, fg. 1 simplifiée).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/24349/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 123k

Auteurs

Direction régionale des affaires culturelles, 7, rue Charles Nodier, 25043 Besancon Cedex.

Direction régionale des affaires culturelles, 7, rue Charles Nodier, 25043 Besancon Cedex.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search