Version classiqueVersion mobile

Des fleuves et des hommes à l’époque mérovingienne

 | 
Édith Peytremann

1. Occupations rurales domestiques et économie

Une chasse aristocratique dans le Ried centre-Alsace au premier Moyen Âge : l’apport de l’archéozoologie à la connaissance du site d’Ostheim Birgelsgaerten (Haut-Rhin, France)

Olivier Putelat, Thierry Logel, Hervé Bocherens, Eva-Maria Geigl, Lima Guimaraes et Bernhard Metz

Résumé

La fouille du site de Birgelsgaerten a été réalisée en 2008 sur la commune d’Ostheim (Haut-Rhin, France) par le Pôle d’Archéologie Interdépartemental Rhénan. Il a été découvert un établissement rural, situé en bordure d’une terrasse de loess et d’une zone alluviale parcourue par un paléochenal. Le premier Moyen Âge livre près de 2 500 ossements animaux, où prévalent les espèces domestiques. Cependant, dans la fosse 3070-3325 (fin viie -début viiie siècle), d’où proviennent près d’un millier d’ossements, les restes de gibier représentent 16 % des restes déterminés. On trouve là des espèces rarement déterminées en Gaule mérovingienne : le bison d’Europe (Bison bonasus), un bovinésauvage, et l’élan (Alces alces). La réunion, dans une même unité stratigraphique, de ces espèces associées à plusieurs cerfs différents (Cervus elaphus) et au sanglier (Sus scrofa), fait interpréter cette découverte exceptionnelle comme étant le témoin du passage en ce lieu d’une élite aristocratique.

Texte intégral

1La commune d’Ostheim (Haut-Rhin, France) est localisée à une dizaine de kilomètres au nord de Colmar (fig. 1), entre les premières collines sous-vosgiennes et le Ried Centre-Alsace, où marais et zones humides alternent avec des prés, des haies, des bosquets, des forêts d’aulnes et de charmes (Sell et alii, 1998, p. 235).

2La fouille du lieu-dit Birgelsgaerten, d’une étendue de 9000 m2, a livré environ 1500 structures archéologiques. Leur étude prouve une occupation dès le Néolithique moyen, qui s’intensifie du début de la Protohistoire à La Tène ancienne. Un hiatus chronologique est ensuite constaté jusqu’au haut Moyen Âge, où se constitue un établissement rural qui perdure des vie-viie siècles aux ixe-xe siècles.

3Bien que des découvertes de mobilier antique soient avérées sur la commune (Zehner, 1998), aucune structure antique ou altomédiévale n’était répertoriée sur le territoire d’Ostheim jusqu’à la fouille de Birgelsgaerten. À part ce site, l’environnement archéologique du village montre en fait une certaine pauvreté, qui contraste avec les nombreuses données connues pour les communes environnantes (Esteban, in : Logel et alii, 2013a).

4Cette rareté des sources archéologiques n’est pas compensée par l’apport des sources écrites, qui est ici minime et d’un usage délicat. En effet, il n’y a que deux mentions d’Ostheim avant l’an Mil. La première date de 785, lorsqu’un nommé Hug (peut-être un descendant du duc d’Alsace Eticho) donne à l’abbaye de Fulda des biens à osthaim ou ostheim, selon les variantes de la charte (Stengel, 1956, nos 163 et 164a-b). La seconde, où Otto III confirme à l’abbaye d’Ebersmünster des biens à Ostheim en 998, existe en deux versions (Sickel, 1893, p. 694 n° 274, p. 860 n° 426), falsifiées l’une au XIIe, l’autre au xviiie siècle, et dont on ignore quel crédit elles méritent pour le Xe (Uhlirz, 1956, nos 1460, 1462). De plus, il y a au moins deux Ostheim en Haute-Alsace (le second est un habitat disparu près d’Issenheim, à 30 km au sud du premier), et rien ne permet de décider dans lequel des deux Ebersmünster était possessionné. En 785, en revanche, il s’agit probablement de l’Ostheim qui nous intéresse ici, car la charte mentionne aussi Sigolsheim, Kientzheim et Ingersheim, qui en sont tous distants de moins de 10 km.

5Diverses recherches paléoenvironnementales ont été engagées après la fouille (Logel et alii, 2013a et b). À cette occasion, l’étude archéozoologique des ossements altomédiévaux a montré la composition très atypique du spectre faunique de la fosse 3070-3325, caractérisée par l’abondance et la diversité du très grand gibier. Cette découverte est inédite pour la Gaule mérovingienne, ce qui nous incite à en donner ici un premier aperçu. Pour cela, après une rapide présentation générale de l’occupation altomédiévale du site et de son paléoenvironnement, nous en exposons les données archéozoologiques, en insistant sur celles de la fosse 3070-3325. Nous évaluons ensuite brièvement les informations livrées par cette fosse selon deux angles d’observation différents : par rapport à l’ensemble du matériel osseux étudié pour cette période à Ostheim Birgelsgaerten, puis en les comparant à l’état de nos connaissances pour l’Alsace et l’Europe du premier Moyen Âge. Diverses hypothèses sont ensuite proposées, en guise de conclusion.

1. Présentation du site

6Le lieu-dit Birgelsgaerten (180-182 m NGF) se trouve à la confluence de deux cours d’eau, au nord l’Altenbach, et à l’est la Fecht (Vigreux, in : Logel et alii, 2013a). Le lieu est donc soumis aux aléas des variations hydrographiques de ces rivières vosgiennes, mais aussi aux inondations de l’Ill (fig. 1). À cet endroit de la plaine ello-rhénane, les cônes de déjection des rivières vosgiennes, incisés par la Fecht et l’Ill, forment des terrasses qui constituent des bandes de terrain surélevées, moins exposées aux crues (ibid.). Un paléochenal anastomosé, sans doute attribuable à la Fecht, traverse partiellement l’emprise de l’établissement rural. L’étude palynologique, portant sur le remplissage de ce chenal (Aoustin, in : Logel et alii, 2013a), met en évidence la relative ouverture de la végétation locale, matérialisée par la présence de prairies plus ou moins humides et d’espaces cultivés à une certaine distance du chenal. Par ailleurs, des écosystèmes forestiers situés dans l’environnement du site sont également caractérisés par leurs pollens. Ils sont de type « aulnaie marécageuse » (aulne et saule) et sans doute aussi « chênaie-charmaie alluviale à aulne glutineux », selon les conditions stationnelles. Ces peuplements forestiers anciens, qui constituent autant de biotopes extrêmement riches et diversifiés, sont encore à l’heure actuelle, tout à fait typiques des Rieds (Sell et alii, 1998). L’étude carpologique, en concordance avec les données palynologiques, montre elle aussi la présence de plantes des milieux forestiers, de plantes des milieux humides, de plantes prairiales, de plantes cultivées et de plantes rudérales (Schaal, in : Logel et alii, 2013b).

7Bien que diffus sur l’ensemble de l’emprise, c’est dans la partie alluviale du site que se concentrent les vestiges altomédiévaux les plus conséquents. Cette occupation, qui s’étend des vie-viie siècles au Xe siècle (phase d’abandon du site), se compose de six ensembles architecturaux constitués de bâtiments sur poteaux, de dix-huit cabanes excavées, de treize sépultures ainsi que de nombreuses autres structures (silo, fosses, foyers, trous de piquets, etc.), soit plus d’un millier de faits archéologiques (fig. 2). Malheureusement, la zone de prescription de fouille a été amputée et morcelée par la construction d’une voirie dans l’intervalle de temps séparant le diagnostic de la fouille (fig. 2, zones vides) (Logel et alii, 2013a). Malgré cela, l’étude a permis de déterminer une organisation spatiale assez stricte et ses variations durant les cinq phases d’occupation du site.

Fig. 1. Ostheim Birgelsgaerten. Carte de localisation.

(DAO T. Logel, PAIR)

  • 1 Poz-48656 (1505 ± 30 BP), soit à 95,4% de probabilité, 436 à 489 ap. J. -C. (11.2%) ; 530 AD à 637  (...)

8La première phase d’occupation de l’établissement altomédiéval pourrait se situer à la fin du vie siècle - début du viie siècle. Cette datation reste hypothétique, suggérée par celles de tessons isolés localisés au sein des ensembles architecturaux 1 et 5 (fig. 2). À l’appui de cette hypothèse, une datation radiocarbone effectuée sur un reste animal livré par la cabane excavée 32191 semble confirmer l’existence d’une phase altomédiévale ancienne.

9La phase 2 (2e-3e tiers du viie siècle) est la première phase bien identiliée par le mobilier céramique. Elle marque l’essor de l’occupation du site, caractérisée par l’édification vraisemblable d’au moins deux bâtiments sur poteaux (ensemble 1 ; ensemble 3) et de quelques cabanes excavées (fig. 2). Dans l’ensemble 3, délimité par une palissade (L : 50 m, 1 : 30 m), a été mis au jour un radier de galets, localisé sur un léger surplomb, en bordure du paléochenal actif et au centre de l’espace enclos. Les cabanes sont principalement implantées sur la terrasse de lœss et le long du paléochenal (Logel et alii, 2013b).

10Dans la phase 3 (fin VIIe-début VIIIe siècle), où le mobilier céramique est particulièrement abondant, l’ensemble architectural 3, et vraisemblablement aussi l’ensemble 1, persistent. L’insertion chronologique des ensembles architecturaux 2, 4, 5 et 6 reste incertaine (fig. 2), et la plupart des cabanes excavées sont édifiées (Logel et alii, 2013b). Sept d’entre elles sont établies sur le tracé de l’enclos palissadé de l’ensemble 3, soulignant encore davantage son rôle de clôture. Deux ensembles funéraires, représentant en tout six individus, sont rattachés à cette phase (Queyras, Thomann, in : Logel et alii, 2013b).

Fig. 2. Ostheim Birgelsgaerten. Plan de répartition des structures altomédiévales et localisation des ensembles architecturaux.

(DAO T. Logel, PAIR)

Fig. 3. Décompte des restes osseux et proportions relatives des différents taxons, exprimés en nombre de restes pour chacune des phases de l’occupation altomédiévale.

Fig. 3. Décompte des restes osseux et proportions relatives des différents taxons, exprimés en nombre de restes pour chacune des phases de l’occupation altomédiévale.

11Dans la phase 4 (viiie siècle - ixe siècle), le mobilier céramique se limite à quelques tessons mis en relation avec l’ensemble architectural 3. Cependant, la découverte d’un denier de Charlemagne (Logel et alii, 2013b) et les datations radiocarbone de trois inhumations (3e tiers du viiie siècle) situées à l’intérieur de l’ensemble 3, en limite de palissade (Queyras, Thomann, in : Logel et alii, 2013b), confortent l’hypothèse d’une perduration du site jusqu’au ixe siècle.

12La phase 5 (ixe-xe siècles) consacre vraisemblablement l’abandon du site, marqué par la disparition de tout élément chronologique dans la zone de l’habitat. On constate le creusement d’un puits (st. 2447), hors de l’emprise des phases altomédiévales.

13Les données archéologiques ne couvrent pas la totalité de l’établissement rural qui reste incomplètement exploré, principalement au sud-est (fig. 2).

2. Les données archéozoologiques

2.1. Les ossements animaux

  • 2 Nous remercions tous nos collègues de leur accueil.
  • 3 Les analyses sur les valeurs isotopiques ont été réalisées en partie dans le cadre du programme « H (...)
  • 4 Les analyses paléogénétiques ont été réalisées dans le cadre du programme « Agence Nationale de Rec (...)

14La fouille a livré un peu moins de 3 500 restes animaux, pour une masse totale d’environ 98 kg La majorité de ces ossements (NR = 2480) provient de l’occupation altomédiévale du site (fig. 3). Une étude partielle de ce corpus a été publiée dans le cadre du rapport de fouilles préventives (Putelat, Guthmann, in : Logel et alii, 2013b). La totalité des ossements altomédiévaux a été déterminée par la suite dans le cadre d’un travail universitaire, où elle a fait l’objet d’une présentation in extenso (Putelat, 2015). Les déterminations ont été effectuées en recourant au quotidien à notre collection de comparaison. Lorsque nécessaire, nous avons consulté les collections de comparaison du département d’Archéozoologie du Muséum d’histoire naturelle de Genève, du Laboratoire d’Archéozoologie de Strasbourg (Musée zoologique et UMR 7044) et de l’I.P.N.A. de Bâle (Institut für Prähistorische und Naturwissenschaftliche Archäologie2). Par ailleurs, des données complémentaires ont été apportées par l’étude des valeurs isotopiques du collagène livré par certains restes animaux3 (H. Bocherens) et par une recherche paléogénétique (ADN mitochondrial)4 (E.-M. Geigl). Nous ne reprendrons pas ici l’exposé de la méthodologie mise en œuvre pour estimer les âges au décès des différents animaux (Putelat, Guthmann, in : Logel et alii, 2013b). Nous sommes parfois amenés à mentionner quelques données ostéométriques pour étayer notre propos. Ces mesures et leurs abréviations suivent les préconisations d’A. von den Driesch (1976).

15Les ossements sont dans un état de conservation satisfaisant. Les phases 1 (fin du vie siècle - début du viie siècle) à 3 (fin viie - début viiie siècle) livrent l’essentiel du matériel osseux. L’échantillon faunique de la phase 3 (1643 restes) représente à lui seul plus de la moitié du total des restes (fig. 3). Le bœuf (Bos taurus) prévaut toujours au sein de la ressource carnée, suivi du porc (Sus domesticus), des caprinés (où mouton, Ovis aries, et chèvre, Capra hircus, sont attestés), des équidés (dont la consommation est avérée) et de la volaille.

16Le gibier, et plus particulièrement le grand gibier, est bien représenté dans les phases 1,2 et 3 (fig. 3). Sa présence est le plus souvent concentrée dans quelques structures.

  • 5 Il s’agit d’un atlas, de trois côtes et d’un tibia.
  • 6 N° d’inventaire: Ostheim-3219-446.

17Dans la phase 1 (cabane excavée 3219, à proximité de l’ensemble 5, fig. 2) ont ainsi été déterminés sept restes de gibier : une dent de blaireau (Meles meles), un radius de loutre (Lutra luira) porteur de traces de désossement (infra, fig. 8, bas, gauche), cinq restes de cerf élaphe5(Cervus elaphus). Les dimensions d’un calcanéus de très grand boviné6 sont incompatibles avec celles du cheptel bovin mérovingien (Putelat, 2015).

  • 7 Cependant se trouve aussi un cerf dans cette zone du graphique, ce qui pourrait par exemple indique (...)

18Il serait donc envisageable de l’attribuer à un boviné sauvage, le bison d’Europe (Bison bonasus) ou l’aurochs (Bos primigenius). L’attribution au bison d’Europe est exclue, aussi bien par les critères morphologiques que par les résultats de l’analyse paléogénétique qui rattachent l’individu à l’haplogroupe mitochondrial bovin européen (Guimaraes et alii, en préparation). Pour autant, les caractéristiques de l’ADN mitochondrial de l’animal sont sensiblement différentes de celles des aurochs mésolithiques et correspondent plutôt aux bœufs domestiqués (ibid.). De plus, les valeurs isotopiques de l’os (fig. 9, infra, Ostheim-446-Bos sp.) sont éloignées des valeurs attendues, puisqu’elles côtoient celles des bovins domestiques7. Enfin, la datation radiocarbone de cet os (Poz-48656, supra) n’exclut pas totalement une datation tardo-antique. En l’état actuel de la recherche, il ne nous est donc pas possible de statuer avec certitude sur la détermination. Il s’agit soit d’un os tardo-antique isolé dans une structure altomédiévale, auquel cas la présence d’un bovin domestique de grand gabarit resterait très envisageable (Duval et alii, 2012), soit d’un aurochs altomédiéval, atypique aussi bien du point de vue de son alimentation que de son patrimoine génétique, voire même d’un hybride entre une vache (domestique) et un aurochs mâle, et qui aurait été élevé en contexte domestique.

19Dans la phase 2, dix restes de gibier ont été déterminés. Ils sont tous situés à quelques mètres les uns des autres, entre l’ensemble 6 et la rive ouest du paléochenal (fig. 2). Un fossé (3134) livre un humérus de renard (Vulpes vulpes), porteur de traces de désossement, ainsi qu’un os du carpe et un métacarpe de cerf. De la cabane excavée 3027 proviennent les restes de deux cerfs différents (une mandibule, un radius, deux fragments de métacarpe, un fémur et un tibia) et un fragment de canine de suiné. En raison de sa forte taille, nous attribuons cette défense au sanglier (Sus scrofa) (documents dans Putelat, 2015).

20Dans la phase 3, l’essentiel des restes de gibier provient de la fosse 3070-3325 (fig. 2 et 3), ce qui nous incite à scinder nos données en deux ensembles pour cette phase : le matériel osseux de la phase 3, fosse 3070-3325 exceptée (chap. 2.2) et celui de la fosse 3070-3325 (chap. 2.3.).

Fig. 4. Phase 3, bœuf, fosse 3070-3325 exceptée. Diagramme de comparaison des différences des masses relatives (DMR) entre les segments anatomiques conservés et un squelette de bœuf de référence.

Fig. 4. Phase 3, bœuf, fosse 3070-3325 exceptée. Diagramme de comparaison des différences des masses relatives (DMR) entre les segments anatomiques conservés et un squelette de bœuf de référence.

2.2. Les ossements animaux de la phase 3, fosse 3070-3325 exceptée

21Dans la phase 3, vingt-cinq faits archéologiques (fosse 3070-3325 exceptée) livrent 605 restes animaux. La répartition des espèces domestiques est caractérisée par la prévalence du bœuf (59,5 % du nombre des restes déterminés et 72% de la masse totale des restes) suivi par les autres espèces domestiques. En étudiant les ossements de bovins, nous avons dénombré un individu âgé de 12 à 24 mois, un de 24 à 48 mois, un de 48 à 72 mois et trois de 48-72 mois, voire plus. Pour les caprinés, nous avons déterminé un individu de moins de 2 mois, un de 6 à 12 mois, un de 12 à 24 mois, deux de 24 à 48 mois et un de 4 à 8 ans. Par ailleurs, nous avons décelé un porc âgé de 6 à 12 mois, un de 12 à 24 mois et un de 36 à 60 mois.

  • 8 La différence des masses relatives (DMR) est calculée selon la formule suivante : DMR = (fréquence (...)
  • 9 Les ceintures appartiennent au squelette cingulaire, représenté chez les mammifères par la scapula (...)

22Nous analysons ici, pour l’espèce la mieux représentée (le bœuf), la répartition des principales parties du squelette selon la méthode de la différence des masses relatives8 (Oueslati, 2006). Les ossements ont été regroupés dans cinq grandes catégories anatomiques, de façon à lisser les biais liés à la taille des petits ensembles et ceux liés aux variations intraspécifiques de morphologie des différents rayons osseux. Il s’agit de la région de la tête (tête osseuse, os hyoïdes, mandibules), des vertèbres, des côtes (avec sternèbres et sternocôtes), des ceintures - stylopodes - zeugopodes, et des autopodes9. Les fréquences attendues sont calculées à partir des données pondérales de squelettes de comparaison (Deschler-Erb, Marti-Grädel, 2004). Les différences de proportions ainsi observées entre catégories anatomiques, par la méthode de la différence des masses relatives, apparaissent dans les diagrammes en ordonnées positives lorsqu’elles dépassent les proportions attendues et en ordonnées négatives lorsqu’elles sont inférieures aux proportions attendues. Nous constatons ici (fig. 4) que les régions les plus riches de la carcasse (côtes, ceintures, stylopodes, zeugopodes) sont sous-représentées ou proches des valeurs attendues, alors que les régions les moins charnues (tête et autopodes) sont surreprésentées ou proches des valeurs attendues.

Fig. 5. Spectre de faune de la fosse 3070-3325.

Fig. 5. Spectre de faune de la fosse 3070-3325.

23Une dizaine de restes d’équidés sont présents. Ils proviennent pour l’essentiel des parties les moins charnues du corps et l’hippophagie n’est pas avérée. La faune sauvage est représentée par quatre restes. Dans l’enclos, à proximité de l’ensemble 3 (fig. 2), une mandibule de renard livrée par la cabane excavée 2437 porte des traces de dépouille. C’est aussi là qu’a été découvert le fragment lustré d’une défense de sanglier (mesures et photographie dans Putelat, 2015). Dans l’ensemble 3, le radier 2490 livre un humérus de sanglier et, entre les ensembles 4 et 6, dans le foyer 3301, à l’aplomb de la cabane excavée 3027 (phase 2, déjà évoquée supra pour ses restes de gibier), nous avons déterminé un tibia de sanglier.

2.3. Phase 3. La fosse 3070-3325

  • 10 Longueur: 4,70 m, largeur: 1,80 m, profondeur : 0,86 m.
  • 11 Durant la fouille, il a été prélevé 130 litres de sédiment, tamisés jusqu’à une maille d’un mm. Qua (...)

24La fosse 3325 est située dans la partie sud-ouest de la fouille, entre les ensembles 5 et 6 (fig. 2). Les dimensions de cette fosse en forme de U (fig. 2 et 6), imposantes10, ont obligé à sa fouille mécanique en raison de contraintes matérielles. Dans un premier temps, la fouille a concerné plus de la moitié de la fosse, sans différenciation stratigraphique. Dans un second temps, elle a documenté les US conservées11. des couches de comblement de la fosse 3070-3325. De haut en bas, il s’agit d’une couche de limons organique et charbonneux avec présence de faune (US 1), d’une couche de limons comprenant des charbons de bois et de la faune (US 2), d’une couche de limons comprenant des charbons de bois et des argiles rubéfiées (US 3) et d’une couche de limon plaquée sur le fond de la fosse (US 4).

Fig. 6. Plan de la fosse 3070-3325 et variations dans la représentation des espèces animales en fonction de leur position strati graphique (de haut en bas, US 1,2 et 3).

DAO, T. Logel et O. Putelat (PAIR)

  • 12 L’ichtyofaune n’est pas déterminée dans l’immédiat, mais plusieurs cyprinidés sont déjà mis en évid (...)

25La fosse (ou trou de poteau 3070) étant incluse à l’intérieur des limites de la fosse 3325, et le matériel osseux des deux structures étant très similaire, nous avons regroupé ces deux échantillons, ce qui nous amène à présenter un spectre commun à la fosse 3070-3325, toutes US confondues (fig. 5), et une estimation de la répartition des espèces domestiques et sauvages entre les différentes US (fig. 6). Bien que le bœuf prévale en nombre et masse des restes, la part du porc s’accroît par rapport à l’ensemble des autres échantillons de la phase 3. Il en est de même pour les équidés (où l’hippophagie est attestée). L’ichtyofaune est bien représentée dans les trois couches de comblement de la fosse 332512 (fig. 5 et 6). Nous constatons surtout que la part de la faune sauvage est ici en très forte hausse. Représentant 19% de la masse totale des restes (contre 1,1 % pour l’ensemble des autres échantillons de la phase 3), la consommation de gibier est indiscutablement d’un apport très conséquent au sein de la ressource carnée.

  • 13 L’US 1 livre trente-quatre restes (dont un reste de cerf), l’US 2 en livre 130 (dont 50 restes de g (...)

26L’approche stratigraphique (Putelat, 2015 et fig. 6) montre que la concentration d’ossements animaux (ichtyofaune exclue) n’est pas la même d’une couche de comblement à l’autre13, et que c’est à l’US 2 qu’il faut rattacher la plus grande partie des rejets osseux, et la quasi-totalité des restes de gibier.

2.3.1. Les espèces domestiques

27En considérant le matériel osseux de la fosse 3070- 3325 dans son ensemble, nous relevons pour les bovins la présence d’un individu âgé de moins de 6 mois, d’un de 6 à 12 mois, d’un de 12 à 24 mois et d’un de 48-72 mois, voire plus. Pour ce taxon, ici encore prévalent dans la part carnée de l’alimentation, nous constatons que la répartition des principales parties du squelette, analysée selon la méthode de la différence des masses relatives, est en faveur des régions les plus charnues de la carcasse (fig. 7).

28Pour les caprinés, nous avons noté la présence d’un ovin âgé de 6 à 12 mois et celle d’un caprin (Capra hircus) âgé de 6 à 18 mois. Les âges d’abattage des porcs sont relativement étalés, montrant la présence de jeunes animaux (un est âgé de moins de 6 mois, un de 6 à 8 mois, un de 8 à 12 mois, deux de 12 à 24 mois) mais aussi d’animaux lourds (trois de 24 à 36 mois et un de 6 à 7 ans).

29Les traces de découpe sont fréquentes sur les ossements d’équidés et concernent des parties du corps riches en viande (humérus, radius, fémur, tibia). Nous avons relevé la présence de brûlures d’extrémités sur un fémur ; elles attestent une exposition directe à la flamme.

Fig. 7. Phase 3, bœuf, fosse 3070-3325. diagramme de comparaison des différences des masses relatives (dmr) entre les segments anatomiques conservés et un squelette de bœuf de référence.

Fig. 7. Phase 3, bœuf, fosse 3070-3325. diagramme de comparaison des différences des masses relatives (dmr) entre les segments anatomiques conservés et un squelette de bœuf de référence.

2.3.2. Les espèces sauvages

2.3.2.1. Les bovinés

  • 14 N° d’inventaire : Ostheim-3325-487.
  • 15 N° d’inventaire : Ostheim-3325-486.
  • 16 Ostéométrie du coxal : LA 93,3 mm, LAR 72,6 mm ; ostéométrie de la phalange proximale GL79,0 mm, Bp (...)

30Le bison d’Europe est mis en évidence dans l’US 2 de la fosse 3325, par la partie acétabulaire d’un os coxal gauche14 (fig. 8, en haut, 2ème à partir de la gauche) ainsi que par une phalange proximale15 (Putelat, 2015 ; Massilani et alii, 2016). L’ostéométrie exclut dans les deux cas la présence de bovins domestiques altomédiévaux16. Concernant le coxal, l’attribution taxonomique de ce reste au bison d’Europe est établie sur la base d’un critère morphologique fiable: la présence d’une fosse profonde sur la face ventrale du corps de l’os ilium, correspondant à l’insertion du muscle droit de la cuisse (voir par exemple Lemppenau, 1964). L’examen morphoscopique ne permet pas d’attribuer la phalange au bison d’Europe plus qu’à l’aurochs (Putelat, 2015). En revanche, l’analyse paléogénétique portant sur l’ADN mitochondrial (transmis par la mère) identifie clairement une séquence « bison » aussi bien pour l’os coxal « Ostheim-3325-487 » que pour la phalange « Ostheim-3325-486 » (Massilani et alii, 2016).

31Les données isotopiques indiquent (par comparaison avec les données de référence publiées par Drucker et alii, 2008) pour le coxal une croissance en milieu forestier dense, et pour la phalange une croissance en milieu forestier plus ouvert (fig. 9, en haut, Ostheim-487-bison et Ostheim-486- bison). Les caractéristiques isotopiques des deux ossements (fig. 9, en bas) diffèrent suffisamment pour que la présence de deux individus différents soit fortement probable.

Fig. 8. Fosse 3325. De haut en bas, et de gauche à droite. Coxaux de « bovinesauvage » (n° 3325-394) et de bison (n° 3325-487) ; tibias d’élan (nos 3325-454, en vue caudale, et 3325-455, en vue distale) ; prémolaire d’élan (n° 3325-205) ; carpe d’élan (n° 3325-457 et 458) ; tibias de cerf (nos 3325-471, 472, 473) ; bois de massacre de cerf (n° 3325.1-2-507) ; radius de loutre (n° 3219-447) et os pénien de loutre (3325-233) ; ailes de buse pattue (Buteo lagopus).

Photographies I. Dechanez-Clerc (PAIR)

Fig. 9. Valeurs de δ13C et δ15N de quelques grands herbivores d’Ostheim (graphique H. Bocherens, modifié par O. Putelat). tous les échantillons de collagène analysés répondent aux critères de fiabilité chimique (Bocherens et alii, 2011).

Fig. 9. Valeurs de δ13C et δ15N de quelques grands herbivores d’Ostheim (graphique H. Bocherens, modifié par O. Putelat). tous les échantillons de collagène analysés répondent aux critères de fiabilité chimique (Bocherens et alii, 2011).
  • 17 N° d’inventaire : Ostheim-3325-394.
  • 18 LA 94,5 mm, LAR 76,4 mm (données complémentaires dans Putelat, 2015).

32Dans la fosse 3325 (sans indication stratigraphique), un os coxal droit17 (presque complètement conservé, à l’exception d’une partie du col et de l’aile de l’ilion : fig. 8, en haut, 1er à gauche), fut attribué par défaut à l’aurochs (Putelat, Guthmann, in Logel et alii, 2013b). En effet, l’ostéométrie excluait dans ce cas toute dévolution aux bovins domestiques altomédiévaux18 et le critère « bison » cité précédemment (fosse profonde correspondant à l’insertion du muscle droit de la cuisse) était absent. Cependant, cet individu, qui tend morphologiquement vers la forme Bos, porte un génome mitochondrial caractéristique des bisons européens (Massilani et alii, 2016). En l’absence d’une analyse paléogénétique portant sur l’ADN nucléaire, il ne nous est pas possible de différencier chez lui ce qui relève d’une certaine variabilité morphologique au sein du genre Bison ou d’une éventuelle hybridation entre un individu du genre Bos et un bison d’Europe, puisque cette possibilité existe, donnant un produit connu sous le nom de « zubron » (Daszkiewicz, Samojlik, 2011 ; Krasińska, Krasiński, 2013). Par prudence, nous le dénommons donc ici « boviné sauvage 1 » (fig. 5, 8 et 9), en toute cohérence avec ses données isotopiques (fig. 9, Ostheim-394-boviné sauvage, silhouette grisée), qui indiquent une croissance en milieu forestier dense. Des fragments costaux de boviné, extrêmement denses, proviennent de la fosse 3325, sans indication stratigraphique. Sans distinction taxonomique précise, ils sont eux aussi attribués à un « boviné sauvage ».

2.3.2.2. Les cervidés

  • 19 Ostéométrie du tibia gauche: Bd 63,5 mm, Dd 48,0 mm (données complémentaires dans Putelat, 2015).
  • 20 Poz-48655 (1285 ± 30 BP), soit à 95,4% de probabilité, 662 à 778 ap. J.-C.

33L’élan (Alces alces) a été déterminé dans le fait 3070 (un os zygomatique et un calcaneus), dans la fosse 3325 « sans indication stratigraphique » (fig. 8, en haut, à droite) (deux dents jugales supérieures droite et gauche, deux os du carpe gauche, un tibia droit et un gauche19) et dans l’US 2 de la fosse 3325 (une rangée jugale supérieure gauche, une côte, un os coxal gauche et une phalange distale). De nombreuses traces de découpe ont été relevées (Putelat, 2015).L’ensemble de l’échantillon ne représente pas plus d’un individu, âgé de 6 à 9 ans (ibid.). Line datation radiocarbone, réalisée sur un fragment de tibia20, confirme une datation altomédiévale. Les données isotopiques (fig. 9, Ostheim-454) indiquent que cet animal a vécu en milieu forestier dense.

  • 21 Nous avons dénombré un bois de massacre, une mandibule, une côte, deux humérus, deux coxaux, deux f (...)
  • 22 Les données ostéométriques du tibia de cet individu (SD : 23,9 mm ; Bd: 39,4 mm Dd : 30,9 mm) proje (...)

34Vingt-cinq restes de cerf élaphe proviennent de la fosse 3070-3325. Leur répartition anatomique21 met en évidence une surreprésentation du squelette appendiculaire, plus particulièrement des tibias (fig. 8, au centre, à gauche). Un bois de massacre (fig. 8, au centre, à droite) provient d’un jeune mâle, âgé de 12 à 30 mois. Nous avons de surcroît déterminé deux individus de 30 à 48 mois et un de 3 à 6 ans (données complémentaires dans Putelat, 2015). Les résultats de l’étude isotopique sont variés (fig. 9). L’individu « Ostheim-492-cerf » a vécu en milieu forestier dense, tandis que l’individu « Ostheim-493-cerf » (probablement une biche22) a vécu dans un milieu plus ouvert.

2.3.23. Autres espèces sauvages

35En raison de leur forte taille, huit restes de sanglier se différencient des ossements de porcs, notablement plus petits. Il s’agit d’une scapula, de deux humérus hétérolatéraux livrés par deux individus différents, d’un os coxal et de quatre fragments de fémur.

36Un os pénien de loutre a été mis au jour (fig. 8, en bas, à gauche). Deux à trois rangées d’incisions, fines et profondes, sont visibles sur tout le pourtour de sa partie proximale. Des entailles retouchent les deux bords de la face distale et un lustrage soutenu marque les flancs. L’ensemble évoque le port d’un pendentif, sans doute une amulette.

  • 23 Par exemple, les grandes longueurs du radius (GL : 123,8 mm), de l’ulna (GL : 130,3 mm) et du carpo (...)
  • 24 GL 20 mm.

37Parmi les restes d’avifaune, un radius est attribué au canard colvert (Anas platyrhynchos). L’US 2 a livré vingt-huit restes d’accipitridé, déconnectés, prélevés en amas, et provenant aussi du tamisage des sédiments. Ils correspondent à diverses régions du squelette axial et aux deux ailes d’un même individu (fig. 8, en bas, à droite). Des traces anciennes sont visibles sur les surfaces osseuses. Elles s’apparentent à une désarticulation des ailes. La confrontation aux squelettes d’oiseaux des collections de comparaison, la comparaison des données ostéométriques au référentiel de C. Otto (1981), permettent d’identifier une espèce migratrice, la buse pattue (Buteo lagopus)23. Enfin, l’humérus24 d’un petit passereau, un bruant (emberiza sp.), a été découvert lors du tamisage des sédiments.

2.3.2.4. Les os humains

  • 25 Quatre os proviennent de la fosse 3325, sans position stratigraphique. Il s’agit d’une vertèbre cer (...)

38Plusieurs fragments d’os humains sont attribués à des immatures25.

3. Discussion des résultats

39Dès la phase 1 est identifié à Ostheim un assemblage osseux relativement riche en témoins de faune sauvage. On trouve là, entre autres gibiers, cinq restes de cerf, ce qui est déjà remarquable par rapport à l’état de la question pour l’Alsace au premier Moyen Âge. En effet, parmi la dizaine de sites altomédiévaux alsaciens dont les données sont publiées, on ne dénombre qu’un total de huit restes de cerf (bois de mues exclus), pour près de 12000 ossements étudiés (fig. 10). En phase 2, ce sont sept restes de cerf qui sont associés à d’autres ossements de faune sauvage, ce qui équivaut presque au total des restes mis au jour ailleurs en Alsace (fig. 10). En phase 3, les restes de cerf proviennent tous de la fosse 3070-3325, en majorité de l’US 2, et ils représentent près du triple du total des restes déterminés ailleurs en Alsace pour la période (fig. 10).

40Dans cette structure, et très vraisemblablement dans la seule US 2, le cerf côtoie des espèces inédites à ce jour pour l’Alsace du premier Moyen Âge, et pour la plupart inconnues (élan) ou très rares (bison, aurochs, loutre) pour l’ensemble de la Gaule mérovingienne (Callou, 2012 ; Putelat, 2015).

41La mise en évidence de la buse pattue dans l’US 2 a son importance. En effet, actuellement, cet oiseau migrateur n’est observable en France que de septembre jusqu’à avril, et l’Alsace occupe le premier rang au sein des observations (Meeddat- Mnhn, buse pattue). Bien qu’une utilisation de ce rapace pour la chasse au vol ne puisse être totalement exclue (Putelat, 2015), l’hypothèse de sa chasse reste la plus probable. Elle constituerait donc un indice pour fixer en automne ou en hiver la constitution de l’assemblage cynégétique de l’US 2. Un second indice vient conforter cette hypothèse : en effet, la découverte d’un bois de massacre de cerf élaphe dans l’US 2 plaide aussi en faveur d’une mise à mort de l’animal entre les mois d’août et de février (Billamboz, 1979 ; Collin, 1992).

42La pratique de la chasse à Ostheim Birgelsgaerten doit donc être envisagée selon deux angles différents. Tout au long du premier Moyen Âge, la partie sud-ouest du site, et plus accessoirement l’ensemble 3, livrent des restes de grand gibier de façon plus soutenue que les autres sites étudiés en Alsace pour la même période (fig. 10). Durant la phase 3, et vraisemblablement dans un laps de temps relativement court, lié à la constitution en automne ou en hiver de la seule US 2, la chasse au cerf élaphe se développe encore plus et s’accompagne d’une chasse au très grand gibier : l’aurochs (stature 160 à 195 cm, poids vif 800 à 1000 kg), le bison (stature 180 à 195 cm, poids vif 800 à 1000 kg), l’élan (stature 150 à 210 cm, poids vif 275 à 450 kg et plus) (Van den Brink, 1971 ; Hainard, 1972). À la concentration spatiale des rejets de gibier observée précédemment s’ajoute donc une notion de concentration chronologique et de diversité cynégétique.

Fig. 10. Décompte des restes de cerf au sein des sites étudiés en Alsace pour le haut Moyen Âge.

Fig. 10. Décompte des restes de cerf au sein des sites étudiés en Alsace pour le haut Moyen Âge.

43Par ailleurs, la comparaison avec les sites alsaciens déjà étudiés (fig. 10) montre qu’à elle seule la fosse 3070-3325 d’Ostheim, avec ses 1038 restes, livre près de la moitié des déchets osseux de ce site, et qu’elle surpasse en nombre de restes sept des dix sites de comparaison, envisagés dans leur globalité. Dans ce cas précis, à la notion de richesse et de diversité cynégétique s’ajoute donc une notion de quantité des rejets, c’est-à-dire d’abondance de la ressource carnée. Cette ressource est également de qualité, puisque pour la phase 3, l’analyse des parties du squelette des bovins consommés montre pour la fosse 3070-3325 une surreprésentation des parties les plus riches en viande (fig. 7) qui est à l’opposé de ce qui avait été observé dans les autres structures (fig. 4). Pour cette même espèce, les âges d’abattage montrent la consommation majoritaire de jeunes animaux dans la fosse 3070-3325 et plutôt la consommation d’adultes de réforme dans les autres structures.

Conclusion

44Dans l’état actuel de la recherche, la fouille d’Ostheim Birgelsgaerten donne l’image d’un habitat situé dans un paysage relativement ouvert et anthropisé, entouré de zones humides, d’écosystèmes forestiers, et implanté en bordure d’un chenal.

45L’occupation de l’espace fouillé semble caractérisée par une série de bâtiments et de cabanes excavées, apparemment organisés autour d’un édifice central, lui-même installé au sein d’un espace délimité par un enclos palissadé (Logel et alii, 2013b) et un chenal contemporain de l’occupation (Vigreux, in : Logel et alii, 2013a). La structuration assez stricte de l’habitat (qui perdure vraisemblablement durant 100 à 150 ans), l’usage de techniques architecturales inhabituelles (radier), l’élévation d’au moins un grenier, font de ce site un ensemble inédit à l’échelle régionale, puisque des exemples locaux d’une telle organisation spatiale sont encore inconnus (Schweitzer, 1984 ; Peytremann, 2003). Des implantations en zones alluviales sont toutefois bien attestées par plusieurs fouilles récentes, par exemple dans le Bas-Rhin, à Nordhouse (Châtelet, 2006), à Roeschwoog (Koziol et alii, 2010) et à Sermersheim (Peytremann, 2008 et 2009).

46La fonction et le statut de cet établissement rural restent difficiles à évaluer. Ce sont essentiellement la structuration de l’espace, la transformation de l’architecture usitée, le constat d’une certaine surreprésentation diachronique des restes de grand gibier dans la partie sud-ouest du site, l’explosion cynégétique constatée dans L’US 2 de la fosse 3070-3325, qui permettent de suggérer l’hypothèse de la découverte d’un domaine et de ses dépendances, partiellement explorés.

47Les données ostéologiques indiquent donc une pratique cynégétique assez régulière, qui se prête temporairement à une brusque augmentation de la pression de chasse, comme le prouve le contenu de la fosse 3070-3325. De plus, en l’état actuel de la question, et compte tenu de l’incertitude liée à la fouille incomplète du site, la répartition spatiale des ossements de faune sauvage tend à indiquer que la chasse et ses produits n’ont pas concerné tous les occupants de ce domaine.

48Les estimateurs sociaux que sont l’abondance de la ressource carnée domestique, la consommation de viandes de qualité, la quantité et la diversité du grand et du très grand gibier, plaident en faveur de l’attribution de ces déchets alimentaires à une consommation de type élitaire (GAUTIER, 2010). Quelques sources historiques mérovingiennes viennent étayer cette interprétation. Par exemple, à la fin du vie siècle, Venance Fortunat citait dans les « lettres à Gogon », Maire du Palais d’Austrasie, l’aurochs parmi les bêtes sauvages que les nobles francs se plaisaient à chasser, depuis Metz jusque dans les Vosges (Nisard, 1887). Dans son Histoire ecclésiastique des Francs, Grégoire de Tours mentionnait que vers 590, le roi Gontran, chassant dans les Vosges, y trouva les restes d’un « buffle » (bubalus) fraîchement tué et qu’il fit mettre à mort l’auteur du délit, son chambellan Chaudon (Latouche, 2005). On s’accorde ainsi à reconnaître le rôle joué par la chasse au grand gibier chez les élites du premier Moyen Âge (Lindner, 1940 ; Hennebicque, 1980 ; Guizard-Duchamp, 2004). Cette grande chasse, qui est un exercice physique très proche de la guerre, est une manifestation de puissance : par ce que l’on mange (venaison fraîche en quantité), par le nombre de ceux que l’on nourrit (veneurs, rabatteurs, etc.), par ce que l’on montre et que l’on fait entendre (équipages de chasse, meutes, cors, amies) (Hennebicque, 1980). On chasse dans le domaine, et on se montre aux limites du domaine. Il s’agit donc d’un facteur de reconnaissance sociale, d’un moyen d’affirmer une position hiérarchique au sein du groupe des aristocrates (Guizard-Duchamp, 2004).

  • 26 La quantité de restes de grand gibier propre à l’US 2 de la fosse 3070- 3325 induit une notion de f (...)

49Au colloque de l’AFAM à Strasbourg, lors de la discussion qui avait suivi la présentation des données d’Ostheim, il avait été envisagé la proximité du site de Birgelsgaerten avec un éventuel parc à gibier. Sans évidences archéologiques d’aménagements physiques dédiés à cette fonction (Guizard-Duchamp, 2004), il ne nous paraît pas possible de retenir cette hypothèse. En revanche, la relative pauvreté de T environnement archéologique immédiat d’Ostheim, relayée par la ténuité des sources écrites pour ce village au premier Moyen Âge (supra), la proximité du Landgraben, zone marécageuse jusqu’aux drainages du xixe siècle (Kammerer, 2001), nous font plutôt émettre l’hypothèse que ce domaine rural, occasionnellement utilisé comme camp de chasse26, ait été situé de facto au sein d’une sorte de réserve de chasse, un « breuil » (Guizard-Duchamp, 2004), aux limites naturelles diffuses. Il est probable que les grands herbivores sauvages vivaient non loin (lato sensu), en raison des caractéristiques environnementales de cette contrée, entre Vosges et grand Ried, ou qu’ils aient été rabattus à proximité.

  • 27 Le Nibelungenlied, long poème englobant plusieurs cycles de récits germaniques, a été rédigé au xii(...)

50Quoi qu’il en soit, il est possible de qualifier d’« anomalie statistique » l’assemblage faunique de la fosse 3325 qui apporte la seule preuve matérielle, à ce jour, de la présence conjointe de grands bovinés sauvages et de l’élan dans l’Alsace du premier Moyen Âge, de surcroît réunis dans une même US. D’une façon prosaïque, il est possible de dire que le matériel osseux de l’US 2 de la fosse 3070-3325 préfigure les grandes chasses d’automne et d’hiver, attestées par les chroniqueurs des élites carolingiennes (Lindner, 1940 ; Hennebicque, 1980 ; Guizard-Duchamp, 2004). Plus poétiquement, l’étude archéozoologique d’Ostheim Birgelsgaerten trouve un écho dans le Nibelungenlied27(Lachmann, 1826), où le héros Siegfried, en compagnie du roi des Burgondes Gunther, dans les Vosges (Wasgau) ou dans l’Odenwald, tue, outre un élan et un bison, cinq aurochs (strophes 880 et 881, chasse de Siegfried). L’épopée nous engage à saisir toute la portée de la geste cynégétique, là où l’aurochs (ûre), le bison (wisent), le cerf et la biche (Hirze oder hinde), l’élan (elch, schelch) et le sanglier (eber) sont gibiers du héros :

  • 28 « Après cela, il abattit un bison et un élan, quatre forts aurochs et un féroce schelch (sans doute (...)

« dar nâch sluog er schiere einen wisent unde einen elch, starker ûre viere und einen grimmen schelch. [...]
hirze oder hinde kund im wênic enkân.
einen eber grôzen vaut der spürhunt »28.

Bibliographie

Bibliographie

Barone R., 1986, Anatomie comparée des mammifères domestiques, Volume 1 : Ostéologie, 3ème édition, Paris, Vigot frères, 761 p.

Billamboz A., 1979, « Les vestiges en bois de cervidés dans les gisements de l’époque holocène : essai d’identification de la ramure et de ses différentes composantes pour F étude technologique et F interprétation palethnographique », in : Camps-Fabrer H. dir., L’industrie en os et bois de cervidé durant le Néolithique et l’Âge des métaux, Actes de la première réunion du groupe de travail sur l’industrie de l’os néolithique et de l’Âge des métaux, Aix-en-Provence, 1978, Paris, CNRS éd., p. 93-129.

Bocherens H., Drucker D. G., Bonjean D., Bridault A., Conard N. J., Cupillard C., GermonprÉM., Hôneisen M., Münzel S. C., Napierrala H., Patou-Mathis M., Stephan E., Uerpmann H.-R, Ziegler R., 2011, « Isotopic evidence for dietary ecology of cave lion (Panthera spelaea) in North-western Europe: prey choice, compétition and implications for extinction », Quaternary International, 245, p. 249-261.

Callou C., 2012, « Demandes portant sur Alces alces, Bison, Bos primigenius », Inventaire archéozoologique de France (Inventaire national du Patrimoine naturel) », Paris, Muséum national d’Histoire naturelle. Données communiquées le 24 sept. 2012.

Châtelet M., 2006, « Un habitat médiéval encore instable : l’exemple de Nordhouse ‘Oberfuert’ en Alsace (ixe - xie siècle) », Archéologie médiévale, 36, p. 1-56.

Collin B., 1992, Petit dictionnaire de la médecine du gibier, Alleur-Liège, éd. du Perron, 526 p.

Daszkiewicz P., S Amojlik t., 2011, « Un défi et une chance perdue pour la biologie du xixe siècle : l’hybridation du bison d’Europe et du bovin domestique », organon, 43, p. 79-93.http://ihnpan.waw.pl/wp-content/uploads/2012/01/4_daszkiewicz_samojlik.pdf.Lienconsultéle17janvier2014.

Deschler-Erb S., Marti-Grädel E., 2004, CD-Rom, in : Jacomet S., Leuzinger U., Schibler J. dir., Die jungsteinzeitliche Seeufersiedlung Arbon-Bleiche 3 : Umwelt und Wirtschaft, Fraufeld, 458 p. (Archdologie im Thurgau, 12).

Drucker D. G., Bridault A., Hobson K. A., Szuma E., Bocherens H, 2008, « Can carbon-13 abundances in large herbivores track canopy effect in temperate and boreal eco-systems ? Evidence front modern and ancient ungulates », Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 266, p. 69-82.

Duval C., Lepetz S., Horard-Herbin m.-P, 2012, «Diversité des cheptels et diversification des morphotypes bovins dans le tiers Nord-Ouest des Gaules entre la fin de l’âge du Fer et la période romaine », Gallia, 69-2, p. 79-114.

Escher K., 2006, Les Burgondes, Ier-VIe siècles apr. J.-C., Paris, éd. Errance, 287 p. (coll. Civilisations et cultures).

Gautier A., 2010, « Manger de la viande, signe extérieur de richesse ? Le cas des Îles britanniques », in : Devroey j.-P., Feller L., Le jan R. dir., Les élites et la richesse au haut Moyen Âge, Tumhout, Brepols, p. 285-303 (Coll. Haut Moyen Âge, 10).

Geigl E.-M et coll., en préparation, « The ancient genetic diversity of the aurochs and its impact on cattle domestication ».

Guizard-Duchamp F., 2004, L’homme et les espaces du sauvage dans le monde franc (ve-ixe siècles), Thèse de doctorat d’histoire, Lille, Univ. de Lille III - Charles de Gaulle, 555 p.

Hachem L., 1986, Gambsheim ‘Hoeichweg’ : étude de la faune, Manuscrit dactylographié, 6 p.

Hainard R., 1972, Mammifères sauvages d’Europe — II. Pinnipèdes / Ongulés / Rongeurs / Cétacés, Neuchâtel, Delachaux et Niestlé, 352 p.

Hennebicque R., 1980, « Espaces sauvages et chasses royales dans le nord de la Francie, viie-ixe siècles », Revue du Nord, t. 62, p. 35-60.

Jouanin G., Yvinec J.-H, 2008, « Étude archéozoologique du site de Sermersheim ‘Hintere Bueri », in : Peytremann É. dir., Sermersheim (Bas-Rhin) ‘Hintere Buen’ 19.06.2006- 24.11.2006), Rapport final d’opération, Dijon, Inrap Grand-Est Sud, vol. 1, p. 242-283.

Kammerer O., 2001, Entre Vosges et Forêt-Noire : pouvoirs, terroirs et villes de l’Oberrhein, 1250-1350, Paris, Publi. de la Sorbonne, 449 p.

Koziol A., Abert F., Pélissier A., Putelat O., Schaal C., Vigreux T., Simon f.-X., 2010, Roeschwoog, Bas-Rhin, lotissement ‘Am Wasserturm’, habitat rural et ensemble funéraire du haut Moyen Âge (fin du VIe - fin du xe siècle) : étude géomorphologique d’une portion de la plaine alluviale du Ried Nord, Rapport de fouille préventive, Sélestat, Pôle d’Archéologie Interdépartemental Rhénan, vol. 1, 265 p.

Krasińska M, Krasiński z.A., 2013, European Bison : the Nature Monograph, 2e édition, Berlin-Heidelberg, Springer, 380 p. DOI 10.1007/978-3-642-36555-3.

Lachmann K., 1826, Der Nibelunge Not mit der Klage : in der ältesten Gestalt mit dem Abweichungen der gemeinen Lesart, Berlin, G. Reimer, 312 p.

Latouche R. trad., 2005, Grégoire de Tours, Histoire des Francs, Paris, Les Belles Lettres, 855 p.

Lemppenau U., 1964, Geschlechts- und Gattungsunterschiede am Becken mitteleuropaischer Wiederkäuer, Dissertation Univ. München, München, Tieranatomischen Institut der Univ. München, 39 p., 22 fig.

Lindner K., 1940, Geschichte des deutschen Weidwerks. II. Die Jagd im frühen Mittelalter, Berlin, Walter de Gruyter & Co, 477 p.

Logel T., Aoustin D., Errera M., Esteban A., Pétrequin P., Putelat O., Queyras M., Schaal C., Thomann a., Trautmann M., Vigreux T., 2013a, Ostheim, Haut-Rhin, Birgelsgaerten, RD 416-rue de Strasbourg. Vol. 1. La Pré-et Protohistoire, Rapport de fouille préventive, Sélestat, Pôle d’Archéologie Interdépartemental Rhénan, 240 p.

Logel t., Abert F., Châtelet M., Esteban A., Gelé A., Guthmann E., Koziol A., Leroy K., Putelat O., Queyras M., Schaal C., Tegel W., Thomann A., 2013b, Ostheim, Haut-Rhin, Birgelsgaerten, RD 416-rue de Strasbourg. Vol. 2. Le haut Moyen Âge et la période moderne, Rapport de fouille préventive, Sélestat, Pôle d’Archéologie Interdépartemental Rhénan, 258 p.

Massilani D., Guimaraes S., Brugal J.-P, Bennett E.A., Tokarska M., Arbogast R.-M., Baryshnikov G., Boeskorov G., CasteL J.-C., Davydov S., Madelaine S., Putelat O., Spasskaya N., Uerpmann H.-P, Grange T., GeiglE.-M., 2016, « Past climatechanges, populationdynamics and the origin of Bison in Europe », BioRxiv. doi: http://dx.doi.org/10.1101/063032.

Meeddat- Mnhn, Buse pattue, Buteo lagopus (Pontoppidan, 1763), Paris, Meeddat- Mnhn, Cahiers d’Habitat « Oiseaux » - Fiche projet. http://inpn.mnhn.fr/docs/cahab/fiches/Buse-pattue.pdf(page consultée le 3 juin 2013).

Nisard C., 1887, Venance Fortunat, Poésies mêlées traduites en français pour la première fois par M. Charles Nisard, avec la collaboration pour les livres I-V de M. Eugène Rittier, Paris, Firmin-Didot, 295 p. http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb304515868/description (page consultée le 3 juin 2013).

Otto C., 1981, Vergleichende morphologische Untersuchungen an Einzelknochen in /entraleuropa vorkommender mittelgroßer Accipitridae. 1. Schädel, Brustbein, Schultergürtel und Vorderextremitat, Diss. med. vet. Münich, Ludwig-Maximilians-Universitât, 183 p.

Oueslati T., 2006, Approche archéozoologique des modes d’acquisition, de transformation et de consommation des ressources animales dans le contexte urbain gallo-romain de Lutèce (Paris, France), Oxford, Archaeopress, 416 p. (BAR Intern. sériés, 1479).

Peytremann É., 2003, Archéologie de l’habitat rural dans le nord de la France du ive au xiie siècle, Saint-Germain-en-Laye, AFAM, vol. 1, 453 p. ; vol. 2, 442 p. (Mémoires de l’Ass. française d’Archéologie mérovingienne, 13).

Peytremann É., 2008, Sermersheim (Bas-Rhin) ‘Hintere Buen’ (19.06.2006-24.11.2006), Rapport final d’opération, Dijon, Inrap Grand-Est Sud, Vol. 1, 315 p.

Peytremann É., 2009, « Sermersheim Hintere Buen : une économie villageoise de la fin du vie au xiie siècle », in : Schnitzler B. dir., 10 000 ans d’Histoire ! Dix ans de fouilles archéologiques en Alsace, Strasbourg, Musées de la ville de Strasbourg, p. 133-134. (Fouilles récentes, 7).

Putelat O., 2010, « Étude des restes de faune », in : Koziol a. dir., Roeschwoog, Bas-Rhin, lotissement ‘Am Wasserturm’, habitat rural et ensemble funéraire du haut Moyen Âge (fin du vie — fin du xe siècle) : étude géomorphologique d’une portion de la plaine alluviale du Ried Nord, Rapport de fouille préventive, Vol. 1 Texte, Sélestat, Pôle d’Archéologie Interdépartemental Rhénan, p. 124-145, 209, 216-222.

Putelat O., 2011, « Étude archéozoologique », in : Koziol A. dir., Nordheim, Bas-Rhin, construction d’un lotissement par l’AFUL Am Neuen Berg, Sélestat, Pôle d’Archéologie Interdépartemental Rhénan, p. 209-254 (vol. 1) et 292-299 (vol. 2).

Putelat O., à paraître « Les ossements animaux de Duntzenheim ‘Sonnenrain’ (Bas-Rhin), fouilles 2010 », in : Reutenauer F. dir., Rapport de fouille préventive, Sélestat, Pôle d’Archéologie Interdépartemental Rhénan, 45 p. (manuscrit rendu le 05-01-2013).

Putelat O., 2015, Les relations homme-animal dans le monde des vivants et des morts : étude archéozoologique des établissements et des regroupements funéraires ruraux de l’Arc jurassien et de la Plaine d’Alsace, de la fin de l’Antiquité tardive au premier Moyen Âge, Thèse d’archéologie, Paris, Univ. de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 1045 p. et 732 fig. DOI: 10.13140/RG.2.1.5115.1202.

Schweitzer J., 1984, L’habitat rural en Alsace au haut Moyen Âge, Riedisheim, J. Schweitzer, 382 p.

Sell Y., Berchtold J.-P., Callot H., Hoff M., Gall J.-C., Walter J.-M., 1998, L’Alsace et les Vosges : géologie, milieux naturels, flore et faune, Lausanne/Paris, Delachaux et Niestlé, 352 p. (coll. La Bibliothèque du naturaliste).

Sickel Th., 1893, Die Urkunden der deutschen Könige und Kaiser, vol. 2, Hannover, Hahn, 995 p. (Monumenta Germaniae Historica, Diplomata regum et imperatorum Germaniae).

Stengel edmund E., 1956, Urkundenbuch des Klosters Fulda, Vol. 1/2, Marburg, N.G. Elwert, p. 240-244.

Strich J., Châtelet M., Feyeux j.-Y., Vallet C., 1997, « Un habitat du haut Moyen Âge à Réguisheim ‘Parc d’activité de l’Ill’ (Haut-Rhin) », Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche archéologique en Alsace, 13, p. 125-138.

Uhurz M. dir., 1956, Die Regesten des Kaiserreiches unter Otto III 980 (983)-1002, Wien/Köln/Graz, Böhlau, 849 p. (Regesta Imperii, 2 - Sächsisches Haus, 3).

Van den brink f.-H., 1971, Guide des mammifères d’Europe, Neuchâtel, Delachaux et Niestlé, 263 p.

Von den driesch A., 1976, A guide to the measurement of animal bones from archeological sites, Harvard Univ., Peabody Museum, 1, 137 p.

Yvinec j.-H., 2006, « La faune », in: CHÂTELET M. dir., Un habitat médiéval encore instable : l’exemple de Nordhouse ‘Oberfuert’ en Alsace (ixe-xie siècle), p. 40-44 (Archéologie médiévale, 36).

Yvinec J.-H., Baudry A., 2002, « Étude archéozoologique du site de Marlenheim », in : CHÂTELET M. dir., Marlenheim ‘La Peupleraie 2’ : sur les marges d’une villa romaine et d’un habitat du haut Moyen Âge (vie -xiie siècle), DFS de sauvetage urgent, Moulins-lès-Metz et Strasbourg, SRA et Inrap Sous-direction Grand-Est, p. 2-19.

Zehner M., 1998, Le Haut-Rhin, Paris, Acad, des Inscriptions et Belles Lettres, 375 p. (Carte archéologique de la Gaule. 68).

Notes

1 Poz-48656 (1505 ± 30 BP), soit à 95,4% de probabilité, 436 à 489 ap. J. -C. (11.2%) ; 530 AD à 637 ap. J.-C. (84.2%).

2 Nous remercions tous nos collègues de leur accueil.

3 Les analyses sur les valeurs isotopiques ont été réalisées en partie dans le cadre du programme « Historical and modern analysis of habitat use and diet of European bison (Bison bonasus) ».

4 Les analyses paléogénétiques ont été réalisées dans le cadre du programme « Agence Nationale de Recherche, projet Genanimal AAP 2005, ANR -GANI-004 Chronobos ».

5 Il s’agit d’un atlas, de trois côtes et d’un tibia.

6 N° d’inventaire: Ostheim-3219-446.

7 Cependant se trouve aussi un cerf dans cette zone du graphique, ce qui pourrait par exemple indiquer la possibilité d’herbivores « sauvages » en milieu non forestier, voire l’emploi de cerfs appelants (voir Lindner, 1940, par exemple).

8 La différence des masses relatives (DMR) est calculée selon la formule suivante : DMR = (fréquence pondérale - fréquence attendue) / fréquence attendue. La fréquence pondérale est la fréquence observée dans l’unité archéologique étudiée (fait, phase, site), c’est-à-dire la proportion que représente la masse des restes de chacune des catégories anatomiques du squelette d’une espèce donnée dans la masse totale des restes de cette espèce.

9 Les ceintures appartiennent au squelette cingulaire, représenté chez les mammifères par la scapula pour la ceinture thoracique et par l’os coxal, pour la ceinture pelvienne. Le stylopode correspond au segment proximal de chaque membre : bras (humérus) au membre thoracique, cuisse (fémur) au membre pelvien. Le zeugopode correspond au segment médian : avant-bras (radius et ulna), jambe (tibia et fibula). L’autopode correspond au segment distal du membre (main au membre thoracique et pied au membre pelvien). Il est subdivisé en trois étages : le carpe/ou tarse, le métapode, les doigts (Barone, 1986).

10 Longueur: 4,70 m, largeur: 1,80 m, profondeur : 0,86 m.

11 Durant la fouille, il a été prélevé 130 litres de sédiment, tamisés jusqu’à une maille d’un mm. Quatre unités stratigraphiques (US) correspondent à

12 L’ichtyofaune n’est pas déterminée dans l’immédiat, mais plusieurs cyprinidés sont déjà mis en évidence.

13 L’US 1 livre trente-quatre restes (dont un reste de cerf), l’US 2 en livre 130 (dont 50 restes de gibier), l’US 3 ne livre qu’un os de bovin.

14 N° d’inventaire : Ostheim-3325-487.

15 N° d’inventaire : Ostheim-3325-486.

16 Ostéométrie du coxal : LA 93,3 mm, LAR 72,6 mm ; ostéométrie de la phalange proximale GL79,0 mm, Bp 38,9 mm (données complémentaires dans Putelat, 2015).

17 N° d’inventaire : Ostheim-3325-394.

18 LA 94,5 mm, LAR 76,4 mm (données complémentaires dans Putelat, 2015).

19 Ostéométrie du tibia gauche: Bd 63,5 mm, Dd 48,0 mm (données complémentaires dans Putelat, 2015).

20 Poz-48655 (1285 ± 30 BP), soit à 95,4% de probabilité, 662 à 778 ap. J.-C.

21 Nous avons dénombré un bois de massacre, une mandibule, une côte, deux humérus, deux coxaux, deux fémurs, six tibias, un os malléolaire, deux talus, un calcanéus, un naviculocuboïde et cinq métatarses.

22 Les données ostéométriques du tibia de cet individu (SD : 23,9 mm ; Bd: 39,4 mm Dd : 30,9 mm) projetées dans notre base de données indiquent la ;, , présence d’un animal gracile, de petit gabarit (Putelat, 2015).

23 Par exemple, les grandes longueurs du radius (GL : 123,8 mm), de l’ulna (GL : 130,3 mm) et du carpométacarpe (GL: 66,7 mm) du rapace d’Ostheim sont supérieures aux intervalles de mesures de Buteo buteo et sont incluses dans les intervalles de mesure de Buteo lagopus.

24 GL 20 mm.

25 Quatre os proviennent de la fosse 3325, sans position stratigraphique. Il s’agit d’une vertèbre cervicale et d’une thoracique, d’un tibia et d’un calcanéus. A. Thomann estime qu’ils proviennent d’un enfant âgé de moins d’un an (tibia) et/ou d’un enfant de moins de 10 ans (vertèbres et calcanéus).

26 La quantité de restes de grand gibier propre à l’US 2 de la fosse 3070- 3325 induit une notion de fugacité du phénomène.

27 Le Nibelungenlied, long poème englobant plusieurs cycles de récits germaniques, a été rédigé au xiie siècle (Escher, 2006). Le personnage de Siegfried se fonde sur les traits de différents princes et rois, burgondes et francs. Bénéficiant auparavant de son propre cycle épique, il ne se rattache à celui des Burgondes qu’entre le Ve et le viie siècle (ibid.).

28 « Après cela, il abattit un bison et un élan, quatre forts aurochs et un féroce schelch (sans doute un élan)... Peu de cerfs et de biches purent lui échapper ; son chien courant débusqua un grand sanglier » (traduction B. Metz).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/24319/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/24319/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Titre Fig. 3. Décompte des restes osseux et proportions relatives des différents taxons, exprimés en nombre de restes pour chacune des phases de l’occupation altomédiévale.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/24319/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 4. Phase 3, bœuf, fosse 3070-3325 exceptée. Diagramme de comparaison des différences des masses relatives (DMR) entre les segments anatomiques conservés et un squelette de bœuf de référence.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/24319/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 5. Spectre de faune de la fosse 3070-3325.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/24319/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/24319/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Fig. 7. Phase 3, bœuf, fosse 3070-3325. diagramme de comparaison des différences des masses relatives (dmr) entre les segments anatomiques conservés et un squelette de bœuf de référence.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/24319/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/24319/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Fig. 9. Valeurs de δ13C et δ15N de quelques grands herbivores d’Ostheim (graphique H. Bocherens, modifié par O. Putelat). tous les échantillons de collagène analysés répondent aux critères de fiabilité chimique (Bocherens et alii, 2011).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/24319/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Fig. 10. Décompte des restes de cerf au sein des sites étudiés en Alsace pour le haut Moyen Âge.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/24319/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 112k

Auteurs

Professor Dr., Fachbereich Geowissenschaften Forschungsbereich Paläobiologie-Biogeologie, Senckenberg Center for Human Evolution and Palaeo-environment (HEP), Universität Tübingen (Tübingen, Germany).

Directrice de Recherche, CNRS, Institut Jacques Monod du CNRS, UMR 7592, Univ. Paris Diderot-Paris 7, Equipe ‘Épigénome et Paléogénome’.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search