Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Données archéologiques sur le système défensif des avars le long des cours d’eau de la région de Szeged (sud de la Hongrie)

p. 183-199

Résumés

Français
Deutsch
English

Cette étude présente l’environnement du territoire occidental de la région de Szeged et de la confluence Tisza-Maros, fortement marqué par un réseau hydrographique important et soumis à de fréquentes inondations avant la régulation des cours d’eau à la fin du xixe s. L’analyse de la population armée et dotée de mobilier en métal précieux des sites funéraires de la période avare propose de démontrer en quoi le contexte géographique a influé sur les stratégies d’occupation du territoire et comment les communautés ont su tirer parti des contraintes du milieu pour défendre et contrôler un point stratégique important.

Dieses Studium stellt die Umwelt des Westterritoriums der Gegend von Szeged und der Einmündung Theiß-Marosch dar, die durch ein hydrographisches Netz stark geprägt ist, und vor der Regelung der Wasserläufe am Ende des xix. Jh. häufigen Überschwemmungen unterworfen Die Analyse der Waffenträger und der Gräber mit Edelmetall der awarenzeitlichen Graberfelder versucht zu beweisen, wie das geographische Milieu die Besatzungsstrategien des Territoriums beeinfhisst hat, und wie die Gemeinschaften die Zwänge von ihrer Umwelt ausnutzen könnten, um einen wichtigen strategischen Punkt zu schützen und beherrschen.

This study presents the western area of the region of Szeged and the Tisa-Mureş confluence, which is strongly marked by an extensive river System and was subject to frequentfloods before the water courses were controlled at the end of 19th century. The analysis of burials with weapons and precious mEtal during the Avar period demonstrates how the geographical context influenced the territorial occupation, and how communities took advantage of the constraints oftheir environment to defend and control a strategie point.


Texte intégral

1La ville de Szeged (sud de la Hongrie) se trouve à la confluence des rivières Tisza et Maros (fig. 1). Les vallées de ces deux grands cours d’eau sont d’importantes voies commerciales et militaires : depuis la préhistoire, leurs rives ont vu circuler hommes et biens, entre le Proche-Orient et le centre de l’Europe en passant par les Balkans et la Transylvanie sur le Maros, entre la mer Égée et la Baltique via la vallée de la Tisza. La confluence des deux rivières correspond au croisement de ces deux antiques voies commerciales, et constituait donc un point stratégique et militaire important.

2La géographie de la région de Szeged est fortement marquée par son hydrographie composée de plusieurs cours d’eau : la Tisza et son affluent oriental, le Maros, mais aussi le réseau hydrographique complexe du Maty, dans sa partie occidentale. Or, la cartographie des sites archéologiques de ce territoire (fig. 2) montre que ceux-ci se comptent par centaines sur les deux rives du Maty, alors que très peu ont été découverts entre le Maty et la confluence Tisza-Maros contrairement à ce que l’on pourrait attendre d’un point stratégique de cette importance. Il s’agit donc de comprendre pourquoi les populations ne s’y sont pas implantées. La recherche a jusqu’alors tenté d’expliquer l’absence de découvertes par la présence de plusieurs mètres de sédiment ayant servi à remblayer le centre-ville après la crue de 1879. D’après les auteurs de ces lignes, l’explication réside davantage dans des conditions naturelles peu propices. À l’inverse, le réseau hydrographique du Maty offrait un environnement favorable, où un système défensif complexe et sûr pouvait également être aménagé grâce à une utilisation raisonnée des voies naturelles et un contrôle systématique de certains points stratégiques.

Fig. 1. Localisation du territoire de l’étude dans le Bassin des Carpates et sur le Premier Relevé Militaire (1763-1785), avec les routes partant de l’agglomération de Szeged et traversant le Maty, les points de franchissement (nos 1 à 7) et les tertres (triangles verts).

Image 100000000000039E000005323BFBE220F38EFAC5.jpg

Fig- 2. Sites archéologiques de la région de Szeged d’après la base de données du Service pour la protection du patrimoine culturel (Kulturális Örökségvédehni Hivatal).

Image 1000000000000376000004FACD69C9E2E9CDBE50.jpg

3Cette étude présente ce contexte géographique particulier et montre en quoi celui-ci a influé sur l’histoire du peuplement. Il s’agit de comprendre plus précisément les stratégies d’occupation du territoire à la période avare et de montrer en quoi les communautés de l’époque ont su utiliser les contraintes imposées par leur environnement. Une analyse statistique de la population armée et de son équipement, confrontée à celle de la population inhumée avec du mobilier en métal précieux, permet d’envisager la force militaire en présence dans la région, sa répartition sur le territoire et sa contingence avec la présence d’un lieu de pouvoir local important, vraisemblablement lié au centre stratégique de la confluence.

1. Géomorphologie et occupation de la microrégion

1.1. Centre-ville et intérieur du territoire

4Jusqu’en 2011 un total de 69 sites archéologiques a été répertorié sur l’emprise du xixe s. de la ville: quinze sites sont connus pour les périodes pré-médiévales, trente-neuf autres pour les temps médiévaux et modernes, églises comprises, et quinze sont non datés1. Parmi les sites recensés, huit sont des monnaies médiévales non localisées, dix-sept sont des découvertes isolées et deux sont des épaves de bateaux provenant de la Tisza ; enfin très peu peuvent être précisément localisés, ou ont été mis au jour en présence d’un professionnel. La zone du centre-ville est ainsi considérée comme relativement inhabitée aux périodes anciennes.

5Ces terres sont à basse altitude et ne font pas partie de l’exhaussement sableux de l’interfluve Danube-Tisza2 mais de la zone inondable de la Tisza. Il y a un dénivelé de plusieurs mètres entre ces deux espaces, bien visible sur le modèle numérique de terrain (MNT, infra fig. 3). Tapé, au nord de Szeged, est l’un des points les plus bas au-dessus du niveau de la mer (ASL) de toute la basse vallée de la Tisza (ANDÓ, 1971, p. 12). La ville et ses environs se trouvent sur un terrain pratiquement horizontal, où les différences de hauteurs varient seulement entre 4 et 5 m. Les débordements réguliers de la Tisza avant la régulation des rivières, auxquels s’ajoutait le ruissellement des eaux de l’interfluve et des nappes phréatiques locales, entraînaient T immersion permanente ou temporaire de la zone. Si le substrat ne pouvait plus absorber les précipitations et que les dépressions à plus basse altitude que la Tisza retenaient l’écoulement des eaux, les terres restaient humides et séchaient difficilement, empêchant une installation pérenne et le développement d’activités agro-pastorales.

6Quelques petites îles à l’origine de la ville médiévale de Szeged s’élèvent au-dessus de cette plaine inondable et assurent des terrains secs et propices à l’installation humaine, tout en mettant à disposition les ressources alimentaires nécessaires (eau, pâturages, poissons et gibiers). Elles étaient cependant peu nombreuses et de petite taille. Les eaux et la végétation des marécages les protégeaient tout en les séparant. Ainsi de véritables marais, mares et étangs, rus et ruisseaux ont divisé les différentes parties de la ville pendant longtemps : l’isolement des populations jusqu’à la fin du xixe siècle en est le corollaire (Rhzner, 1899, p. 184 ; Éperjessy, 1928). La reconstruction de la ville après la crue de 1879 commença d’ailleurs par le rehaussement du centre-ville et ses fondations afin d’assurer la sûreté de l’agglomération (ANDÓ, 1979, p. 274), mais aujourd’hui encore, après un hiver pluvieux, de grandes étendues d’eaux entourent la ville.

7Ces territoires étaient donc peu propices à l’installation humaine alors que Szeged est devenue l’une des plus importantes villes de la Hongrie médiévale. Le sel et son industrie, les minerais et le bois de Transylvanie ainsi que les denrées venues d’Orient ont permis avec T agriculture le développement de la ville à partir du xie siècle. Aux périodes médiévale et moderne, la production alimentaire se faisait toutefois hors de l’emprise du Maty.

1.2. Réseau hydrographique du Maty

8À l’inverse, de nombreuses occupations se sont implantées sur les bords du Maty et de son réseau (fig. 2). À titre d’exemple, sur les 10,7 km de l’autoroute M5 qui longe le Maty près de Kiskundorozsma, 6,2 km (cumulés) sont occupés par des sites archéologiques, autrement dit 57 % du tracé (Szalontai, 2005, p. 235). Si la confluence était un point stratégique important mais inhabitable, les hautes rives du Maty présentaient T avantage de se trouver immédiatement à proximité et d’être beaucoup plus attractives.

9Le Maty coule à l’ouest de la Tisza et de l’actuel centre-ville. Son lit s’est formé à partir de paléochenaux et chenaux secondaires de la Tisza, cependant son bassin versant a été modelé par le système hydrographique du Danube (Sümegi et alii, 2003, p. 173). Il prend sa source au sud-est de l’exhaussement de l’interfluve, dans une dépression où s’accumulent les eaux superficielles et souterraines. Directement connecté à la Tisza au nord - via l’étang Fehér - et au sud, le reste de l’apport provient de ses débordements qu’il draine régulièrement (ibid., p. 174). Ce vaste réseau hydrographique forme un arc de cercle d’un rayon de 8 km depuis la confluence Tisza-Maros - soit à une distance d’une demi-journée de marche - et ceint étroitement son territoire en un anneau parfaitement clos (fig. 1).

10La présence de l’eau rendait la vie possible, les basses terres marécageuses étaient propices aux pâturages et les terres plus hautes à l’agriculture. Puisque le Maty était navigable avant la régulation des cours d’eau et fonctionnait comme une rivière de taille moyenne, la circulation fluviale permettait la permanence des échanges ; en cas de danger, son réseau hydrographique ininterrompu pouvait enfin offrir un abri sûr aux habitants.

11Ce réseau continu constituait ainsi une enceinte naturelle quasiment infranchissable sur le territoire d’accès à la confluence Tisza-Maros : le lit du Maty, d’une largeur minimum de 100 m, mais allant jusqu’à 300-400 m à certains endroits, l’étang Fehér, les rus et les fanges marécageuses représentaient une contrainte importante. Pour le voyageur qui se dirigeait vers la confluence Tisza-Maros, le cours d’eau constituait donc un dernier obstacle avant qu’il ne traverse un territoire peu habité. Indirectement un autre élément atteste la défense de Szeged par l’anneau du Maty : aucun mur n’a jamais été construit autour de Szeged. Or la présence d’une fortification était la condition même de l’obtention du statut juridique de ville libre royale3, resté longtemps imprécis à Szeged en raison même de cette absence.

1.3. Points de franchissement du Maty

12Si le Maty constituait la ligne défensive protégeant le centre du territoire, les passages qui le franchissaient devaient être des points de contrôle stratégiques importants, influant sérieusement sur les stratégies d’occupation du territoire. Sur les territoires densément irrigués de la Grande Plaine, c’est généralement le lieu de franchissement des rivières qui désignait la direction du tracé des voies majeures. Jusqu’à la régulation des cours d’eau au xixe siècle, celles-ci connaissaient ainsi une importante pérennité. Ce fut vraisemblablement le cas pour les différents points de franchissement du Maty présentés ci-dessous4 :

  1. La route traversait plusieurs ponts et conduisait au bac d’Algyő qui permettait la traversée de la Tisza en direction du nord-est (fig. 1, n° 1).

  2. La route passait par une bande de terre de 400 à 600 m de largeur entre étang et marais, conduisait jusqu’au bac de Böld près de Csongrád et de là vers les Carpates septentrionales et la Baltique (fig. 1, n° 2).

  3. Situé entre le Maty et l’étang Fehér, le passage qui traversait un petit chenal, reliait la confluence à Buda et au coude du Danube, les Balkans au nord de l’Europe centrale. Cette route passait par les collines d’Öthalom avant de rejoindre le point de franchissement (fig. 1, n° 3).

  4. À proximité du précédent point, un gué a été mis en évidence lors des fouilles préventives de l’autoroute M43 et de la réalisation du MNT. La route reliait ensuite celle de Buda (fig. 1, n° 4).

  5. Situé à un endroit plus large du lit du Maty, ce passage était doté d’un pont dont témoignent les premiers relevés topographiques militaires5 (fig. 1, n° 5).

  6. À quelques kilomètres plus au sud, les fouilles préventives de l’autoroute M5 ont permis la découverte en 2000 et 2004 d’un pont en bois, long de 242 m et large de 3,40 à

  7. m ; il a été daté de l’âge du Bronze ancien par radiocarbone (fig. 1, n° 6).

  8. La route qui traverse un lit secondaire du Maty relié à la Tisza, passe encore aujourd’hui sur une digue déjà figurée sur les relevés militaires des xviiie et xixe siècles. Cette voie, appelée route de Káliz dans les sources écrites médiévales en référence au peuple de marchands du même nom, reliait Szeged à la Voïvodine et à la traversée de Lugio sur le Danube (fig. 1, n° 7).

  9. Ces passages étaient souvent encadrés de part et d’autre par des tertres ou tumuli, permettant leur contrôle et celui des routes (fig. 1, triangles verts).

13Le contexte hydrographique et géomorphologique présenté ci-dessus a donc influencé de façon décisive l’occupation du territoire de la confluence Tisza-Maros, l’implantation et l’orientation de son réseau viaire, ainsi que sa position dominante et stratégique. L’anneau formé par leMaty et son système hydrographique constituait vraisemblablement une ligne défensive et protectrice à une demi-journée de marche du carrefour des deux voies fluviales (fig. 3). Les sept points de passage situés sur ses 30 km de rive étaient donc autant de portes dont le contrôle garantissait celui de toute la zone située entre la Tisza et le Maty.

Fig. 3. Modèle numérique de terrain (MNT) de la zone sud-est du Maty.

Image 100000000000038C000003281700A78ACB17FC57.jpg

2. Occupation du territoire à la période avare

2.1. Implantation des sites funéraires

14Sur le territoire de l’étude, vingt-sept sites archéologiques ont livré des sépultures de la période avare (vie-viiie siècles) (fig. 4). La plupart sont connus depuis plusieurs décennies6 ; certains ont cependant été découverts lors de récentes opérations d’archéologie préventive7 ou grâce à de nouvelles recherches8. La localisation topographique montre qu’à six exceptions près (nos 4, 10-13, 27) les sites se trouvent à l’intérieur de l’anneau du Maty. Ceux qui sont à l’extérieur sont toutefois implantés sur ses rives9. La population avare s’installait donc de préférence du côté protégé du territoire. Malgré un contexte plus favorable, beaucoup moins de cimetières avars sont connus dans les régions situées dans un rayon de 20 à 25 km à vol d’oiseau de la confluence.

15Lors de l’implantation de l’habitat, le choix devait vraisemblablement se porter sur un site épargné par les crues destructrices, sans être trop éloigné de l’eau nécessaire à la survie. La plupart des cimetières avars se trouvent ainsi sur les rives hautes du Maty (nos 4-9, 17-19, 25), l’autre partie sur les petits îlots leur assurant un environnement favorable entre Maty et Tisza (nos 14-16,20-24,26). Les collines d’Öthalom (fig. 3 et fig. 4, n° 23) s’élèvent notamment entre 8 et 12 m au-dessus des plaines inondables alentours10 et la vue porte depuis leur sommet jusqu’à la Tisza et sur l’intégralité du territoire, ce qui leur confère un intérêt stratégique de premier ordre, mais aussi vraisemblablement une position centrale et dominante symboliques. Le contrôle du réseau viaire devait être un autre motif d’installation et de concentration de l’habitat. Les occupations se concentrent en effet le long des voies : au départ des routes (nos 14-15, 20-22, 24, 26), aux abords des lieux de passage (nos 1, 3, 5-10, 13, 17-19, 25) ou entre les deux (nos 16, 23).

Fig. 4. Sites funéraires de la période avare : localisation sur le territoire et tableau de données. l’types de site : C = cimetière, G = groupe de sépultures, Mi = mobilier isolé).

Image 10000000000003FE0000052E233F61593F5BC1FE.jpg

16Une analyse statistique du nombre de sépultures présentes dans chaque cimetière permet de préciser ces observations. Le degré de fiabilité des découvertes est très variable d’un site à l’autre : certains objets isolés ou certaines sépultures ne peuvent tout au plus que signaler la présence d’un cimetière avar (Tápé) ; le nombre total des défunts sur les sites où plusieurs centaines de sépultures ont été découvertes ne peut pas être connu tant que toutes n’ont pas été mises au jour (Kettőshatár út II11). Seuls deux cimetières peuvent être considérés comme intégralement fouillés (nos 5 et 9).

17Les trois quarts des 1768 inhumations du corpus proviennent de quatre grands cimetières : Kettőshatar út I., Kundomb, Makkoserdő et Fehértó-A (fig. 4)12. Les nécropoles de Daruhalom et Fehértó-B se distinguent également par leur nombre de sépultures et composent à elles seules 12,7 % du corpus. Plusieurs indices suggèrent la présence à Tápé d’une autre grande nécropole. Or ces grands cimetières se trouvent sur le tracé des routes principales venant du centre du territoire. L’importance des cimetières de Fehértó-A et B, Kettőshatár út I. et Daruhalom indique qu’il y avait une forte concentration de population au niveau du troisième point de franchissement du Maty : 53 % des sépultures du corpus ont été retrouvées dans ce secteur. Il n’est pas improbable que ces quatre nécropoles, d’où l’on voit les collines d’Öthalom, aient été rattachées à ce lieu dominant la microrégion et à sa communauté. Les autres cimetières contenant le plus de sépultures, Makkoserdő et Kundomb, se trouvent sur de petits promontoires où se sont installées plus tard les populations médiévales, à proximité de deux des plus importantes voies partant de la confluence : celle de Kundomb aux abords de la route de Káliz ; celle de Makkoserdő contrôlant le chemin de la Baltique.

18Les populations de la période avare étaient donc concentrées en certaines places plus importantes et contrôlaient les voies provenant de la Tisza et menant aux points de traversée. Ceci signifierait donc que les communautés avares de la région ont choisi leurs lieux d’habitat selon une logique d’occupation planifiée.

19La société de la période avare présente une forte structuration sociale identifiable à l’aide de l’analyse du mobilier et des pratiques funéraires. L’armement disposé dans les tombes permet de mettre en évidence la présence d’une population guerrière, alors que les objets en métaux précieux caractérisent une population élitaire qui se démarque du reste des défunts. Une analyse statistique des données permet de mettre en évidence l’importance de ces deux catégories de mobilier dans les sépultures avares du territoire considéré ainsi que leur répartition spatiale.

2.2. Répartition des forces armées

20Le recensement des tombes à armes ou armes isolées retrouvées sur les sites du corpus a permis d’identifier une communauté militaire mais aussi les lieux de concentration des forces années, où la communauté avare a renforcé sa défense. La présence d’armes a été relevée dans près de la moitié des sites (13 sur 27 ; fig. 5). Sur les 1768 tombes recensées, 223 contenaient une ou plusieurs armes, ce qui représente 1/8e de la population.

21La part de combattants dans chaque nécropole par rapport à l’ensemble de la population année du territoire permet d’appréhender la répartition des guerriers au sein de cette microrégion. Les résultats montrent qu’une majorité déterminante se concentre au nord-ouest du territoire: 68,16 % de ces sépultures sont regroupées à Fehértó, Daruhalom et Kettőshatár. Les deux cimetières de Makkoserdő et Kundomb rassemblent 21,97 % d’entre elles. La population année obéit donc à la même concentration spatiale que celle observée précédemment : le point le plus important du territoire correspond à l’espace d’accès à Öthalom, aux abords immédiats du passage nord-ouest, où les forces étaient concentrées. Les routes nord et sud étaient également protégées mais les sites intérieurs (nos 21 et 22) entretenaient un effectif plus faible d’hommes en armes. La répartition des troupes semble avoir été le résultat d’une organisation territoriale coordonnée, ou du moins d’une certaine conscience des besoins à l’échelle de la microrégion.

Fig- 5. Les tombes à armes : répartition sur le territoire, représentation au sein de la population inhumée et de la population armée.

Image 10000000000003FE000002FC9009B4A1639805D9.jpg

22Afin de mieux comprendre cette organisation, il faut également prendre en compte le degré de militarisation de chaque communauté (fig. 6). Trois sites ont un contingent très fort de tombes à armes : Szeged-Öthalom, Szeged-Rókus et Tápé-Kerekgyöp (nos 23, 24 et 26). Ces données sont cependant biaisées puisque ces sites n’ont fait l’objet que de découvertes isolées (Öthalom et Rókus) ou de fouilles partielles (Tapé). Ces cas mis à part, le cimetière de Fehértó-B, avec 31 % d’hommes en armes, a été interprété comme le lieu funéraire d’une communauté de guerriers (Madaras, 1981 ; Madaras, 1995). À Kettőshatár ut II., onze des quarante-quatre tombes contenaient au moins une arme (25 %). Ces proportions ainsi que la richesse de cette petite communauté, dont la totalité des tombes a été pillée, souligne son importance. La part de la population armée de Daruhalom n’est pas négligeable non plus (15,05%). À Sziksóstó, le résultat surprenant (18,75%) doit être le reflet du faible nombre de tombes fouillées. Le nombre de combattants des cimetières de Makkoserdő et Kundomb se distingue nettement au sein de la population du territoire, or ils ne représentent respectivement que 9,4% et 5,6% de la population totale de ces deux nécropoles. Le contingent des hommes en armes y est donc relativement faible par rapport à l’importance de la communauté locale et ils représentaient un corps de moindre importance que ceux de la zone nord-ouest.

2.3. Équipement des corps armés

23Le décompte des types d’armes, de leur nombre et de leurs combinaisons sur chaque site et pour chaque guerrier défunt permet d’envisager plus précisément l’équipement des corps armés répartis sur le territoire à la période avare (fig. 7) :

24- Le type le plus fréquent, retrouvé dans 127 sépultures, est celui des longs couteaux ou poignards13. Présent dans dix cimetières du territoire, il est systématiquement - sauf à Szeged-Baktó - dans ceux qui contiennent également d’autres catégories d’armes. Ceci permet de l’envisager comme un instrument de combat pour des individus sachant le manipuler et non pas comme un ustensile domestique. Les nécropoles du nord-ouest de Fehértó-A, Kettőshatár út I. et la nécropole sud de Kundomb connaissent les plus grandes concentrations.

Fig. 6. Part des sépultures à armes au sein de chaque communauté funéraire.

Image 100000000000030E000001E6C3A5FD0EB5644398.jpg

25- L’archerie constitue la deuxième catégorie avec 76 sépultures contenant au moins un arc-réflexe, une flèche et/ ou un carquois. Seules six d’entre elles, à Fehértó-B, contenaient un équipement complet. Les nécropoles du nord-ouest (nos 7, 8, 17 et 18) rassemblent 92% des tombes d’archers. Cette force de tir a donc pu être préférentiellement disposée en un point stratégique, sur la ligne de défense du Maty, où il fallait tenir l’ennemi à distance.

26- Les épées et sabres14 se retrouvent dans vingt-sept sépultures, soit 12,1 % des tombes à armes, mais seulement dans sept nécropoles. Les deux cimetières les plus fournis sont ceux de Fehértó-A et B. La faible part relative d’armes tranchantes correspond à une tendance générale dans cette région à cette période (Szentpéteri, 1993, p. 183), sans compter le fait que cette catégorie reste exceptionnelle.

27- Un « épissoir »15 a été retrouvé dans vingt-cinq sépultures. Malgré l’incertitude de sa fonction16, cet objet est demeuré dans la catégorie de l’armement17. Dans 60% des sépultures contenant un épissoir se trouvait également une autre arme, le plus fréquemment un long couteau (onze tombes). Le cimetière de Kundomb en compte le plus grand nombre, suivi par Fehértó-A.

28- Les haches de combat (ou marteaux) sont connues pour quatorze sépultures. La majorité provient ici aussi du nord-ouest et dans une moindre mesure des deux pôles intérieurs nord et sud, Makkoserdő et Kundomb. Ce type est cependant très faiblement représenté par rapport aux proportions connues pour le reste du Bassin des Carpates : 6,27 % des tombes à armes en sont pourvues (ibid., p. 192)18.

29- Six sépultures contenaient des armes défensives. Il n’est pas anodin que l’élément de casque, rare et soigneu sement ciselé d’un aigle terrassant un poisson, provienne du site d’Öthalom.

Fig. 7. Répartition des types d’armement dans chaque nécropole. Ce tableau décompte le nombre d’objets et non de pièces retrouvées.

Image 100000000000041A000004D4DD1805A9F1AFB77D.jpg

30- Seules deux lances sont connues sur le territoire de l’étude (Kettőshatár út I. et Kundomb). Cette très faible représentation montre - plutôt que l’absence d’une catégorie d’hommes en armes - que ce type ne comptait plus parmi les principaux instruments de guerre aux phases moyenne et tardive de la période avare dans cette région (ibid., p. 189)19.

31- La « présence équine » dans les sépultures20, sans être une arme en tant que telle, est souvent interprétée comme un insigne de cavalier et par extension de guerrier21 (fig. 4, tableau). Les résultats montrent cependant que la présence du cheval n’était pas un « attribut » guerrier obligatoire et répondait à d’autres codes ou exigences : vingt-six sépultures provenant de sept nécropoles (11,66 % de la population armée) recelaient une présence équine et seules douze d’entre elles contenaient une ou plusieurs armes, soit moins de la moitié. La tombe de cavalier n° 67 de Fehértó-B est la seule où plusieurs armes ont été déposées. Le cimetière de Makkoserdő en contient le plus grand nombre mais c’est la nécropole de Kettőshatár út II. qui connaît la plus forte proportion par rapport à sa population.

32Le détail de la typologie de l’équipement guerrier permet de reconnaître des concentrations sur le territoire mais aussi d’envisager la présence de pôles fournis en types plus rares, éventuellement marqueurs d’une population guerrière de l’élite dominant cet espace. Le fait qu’un élément de casque, une épée et trois indices de présence équine aient été retrouvés sur le site de hauteur d’Öthalom, dominant la région, est particulièrement significatif.

2.4. Caractérisation militaire et sociale des défunts en arme

33L’évaluation du nombre de pièces entrant dans la composition de l’armement de chaque guerrier permet de mieux appréhender les forces en présence sur cet espace géographique, leur capacité de combat et leur statut social. Deux types de dénombrements ont été effectués (fig. 8)22 : le premier décompte les pièces d’archerie distinctement, le second considère le mode de combat. Les résultats sont soitun indicateur des pratiques funéraires et peuvent éventuellement faire référence aux statuts des défunts au sein de sa communauté, soit une évaluation du nombre de techniques de combat maîtrisées par chaque individu. Ils montrent que la part des guerriers accompagnés d’un seul type d’arme, caractérisés que par une seule activité guerrière, est nettement majoritaire. Ceux qui en possèdent ou maîtrisent deux ou trois ne sont pas rares, y compris dans les petits ensembles (Szíksóstó, Tápé). Les guerriers avec trois armes et plus représentent plus de 10 % de la population armée. Un individu se distingue à Kundomb par la quantité de pièces qui l’accompagnent, marque vraisemblable de statut social (cf. infra § suivant). Certains défunts possèdent jusqu’à cinq pièces d’armement (sépulture n° 113 de Fehértó-B, avec un équipement complet d’archer) et maîtrisent jusqu’ à quatre modes de combat (sépulture n° 63 de Fehértó-A, avec vingt-cinq pointes de flèches). La spécificité guerrière de Fehértó et de la zone nord-ouest est ici encore remarquable.

34Dans le corpus, dix-sept sépultures de femmes et trois d’enfants ont été mises au jour dans huit nécropoles (nos 7, 8, 10, 17, 18, 21, 22 et 26), majoritairement à Fehértó-A et Kundomb23. Les armes qui s’y trouvent sont de longs couteaux, mais aussi quelques éléments d’armure, de l’équipement d’archerie et une hache de combat. Si ces défunts n’étaient pas des combattants actifs (Csiky, 2009, p. 264 ; Csiky, 2015)24, une analyse des pratiques funéraires et de la typologie des armes pourrait permettre une interprétation affinée des raisons sociales, économiques, familiales, religieuses de ce type de dépôt. L’étude de la valeur symbolique de certains objets ou parties d’objet pourrait également se révéler utile (héritage familial, symbole de pouvoir, protection dans l’au-delà, etc.). Dans le cadre de la présente étude, l’évocation de ce phénomène permet d’envisager une pratique funéraire qui ne concerne pas simplement la population guerrière du territoire, mais met peut-être aussi en évidence la présence d’individus dont le statut social particulier au sein de la communauté a été souligné lors des funérailles.

2.5. Population parée d’objets en métaux précieux

35L’analyse des tombes à arme et de la typologie du mobilier guerrier présents sur le territoire étudié suggère la présence d’un pôle guerrier, vraisemblable corollaire d’un centre de pouvoir. Aussi la compréhension de la dynamique d’occupation et de contrôle de cet espace stratégique ne peut-elle être envisagée sans l’examen d’une nouvelle catégorie de mobilier, celle des objets en métaux précieux25. L’étude de la présence et de la fréquence de ce type de mobilier peut être intégrée à une analyse sociale permettant de dessiner les contours d’une élite locale. Les objets en or et en argent ainsi que les objets en alliage cuivreux ou en argent dorés ont ainsi été recensés26. Au total, 190 sépultures au sein de quinze nécropoles sont concernées par un dépôt de mobilier en métal précieux, soit 10,75 % de la population totale des ensembles funéraires (fig. 9). Au sein des dépôts ont été dénombrés 717 objets en métaux précieux dont 73 en or, 85 en alliage cuivreux ou argent doré et 559 en argent. Il apparaît nettement que l’argent devait être accessible à une part relativement large de la population, alors que l’or était réservé à une frange bien plus restreinte. Les objets en or et dorés proviennent respectivement de vingt-huit sépultures, alors que les objets en argent ont été retrouvés auprès de 163 défunts, soit un rapport de 1 pour 6 entre les objets en or et ceux en argent, et de 1 pour 3 si l’on regroupe les objets en or et dorés.

Fig. 8. Composition de l’armement des guerriers. 1er calcul : les trois instruments de l’archerie (arc, flèches et carquois) sont comptés séparément. 2e calcul : les trois instruments de l’archerie comptent pour un type d’armement. *Ces sépultures ne contiennent que des éléments de cavalerie ou de « présence équine ».

Image 10000000000003D20000021A399A65D5E30141D4.jpg

36La nécropole la plus riche en objets de métaux précieux est celle de Kundomb. La majorité des objets en or (80,82%) a cependant été retrouvée dans les sépultures de Fehértó-A et B et Kettőshatár út I. Ce type d’objet n’est par ailleurs apparu que sur trois autres sites (nos 5, 8 et 22). Les communautés du quart nord-ouest se distinguent à nouveau des autres populations du territoire. Les nécropoles de Kundomb et Fehértó-B contiennent le plus de sépultures avec des objets en métal doré, vraisemblablement de plus faible valeur. Par contre Makkoserdő compte un plus grand nombre de pièces. La très grande majorité des objets en argent a été découverte à Kundomb : 234 pièces dans quarante-six sépultures. Les nécropoles de Fehértó-A et Kettőshatár út I. comptent respectivement vingt-six sépultures avec ce type de dépôt, avec un nombre total d’objets bien inférieur.

37La part des sépultures contenant ces objets précieux au sein de la population de chaque nécropole donne une idée de la richesse relative de chaque communauté funéraire27. À Tápé, un tiers de la population est inhumée avec du mobilier en métaux précieux ; les communautés funéraires de Subasa et Kettőshatár út II. en comptent environ un quart. Ces proportions sont relativement importantes par rapport à bon nombre de nécropoles des périodes avares moyenne et tardive. Le taux de sépultures avec des objets en or et des objets en alliage cuivreux ou en argent doré est plus important à Kettőshatár út II. et Fehértó-B. Près de la moitié de la communauté funéraire de Kundomb est inhumée avec des objets en argent, laissant loin derrière les nécropoles de Kettőshatár út I., Makkoserdő et Fehértó-A.

Fig. 9. Répartition des objets en métaux précieux ( or, métal doré et argent) sur les sites du territoire et parmi les tombes à armes.

Image 10000000000005980000037250D85C900C745B08.jpg

Fig. 10. Part des sépultures de guerriers et de l’élite locale au sein de la population inhumée de la microrégion (a) et de chaque communauté funéraire (b : les chiffres indiquent le total des sépultures à armes et/ou à métaux précieux).

Image 100000000000041C000001C772BF1B2526FA32ED.jpg

38Afin d’entrecroiser ces résultats avec ceux obtenus sur la population guerrière, les sépultures contenant à la fois de l’armement et du mobilier en métal précieux ont été dénombrées (fig. 9 et 10). Elles sont au nombre de cinquante-six et se trouvent dans dix sites, ce qui représente 3,17% de la population funéraire recensée et 25,11 % de la population guerrière. Autrement dit, un quart des guerriers possédait ou plus exactement était inhumé avec un ou plusieurs objets en métaux précieux. De façon surprenante par rapport aux résultats précédents, la plupart d’entre eux reposaient dans la nécropole de Kundomb, les autres étant majoritairement à Fehértó-B, A et Kettôshatâr ût I. La majorité d’entre eux (55 %) reposait toutefois dans les nécropoles du nord-ouest à proximité des portes 3 et 4 du territoire.

3. Organisation et défense d’un territoire autour d’une place centrale

39Les données présentées ci-dessus montrent que les communautés des nécropoles de la période avare présentent plusieurs points de densification au sein du territoire situé entre la Tisza et le système hydrographique du Maty. Le nœud le plus important se trouve le long de la voie allant vers le nord-ouest, là où elle traverse l’anneau fluvial. Les nécropoles de Fehértó-A et B, de Kettôshatâr ût I. et II. et de Daruhalom se distinguent nettement des sites contemporains de l’espace étudié, et devaient vraisemblablement y assurer une fonction dominante. László Madaras avait suggéré que Fehértó-B soit le site funéraire d’une communauté guerrière liée au groupe élitaire inhumé à 30 km de là, près d’Átokháza (actuel Ásotthalom ; Madaras, 1981, p. 42 ; Madaras, 1993, p. 131-133). Il semble toutefois que les sites ceints par les eaux devaient former un ensemble autonome et dense. Le représentant du pouvoir de cette microrégion, le réel chef des soldats de Fehértó, devait selon toute vraisemblance résider sur les collines d’Öthalom, d’où toutes les communautés du territoire étaient accessibles en une heure à cheval, ce qui en facilitait le contrôle et le gouvernement. Ce site n’est renseigné que par des informations lacunaires, mais le mobilier témoigne d’une occupation permanente depuis la période avare ancienne jusqu’ aux viiie-ixe siècles (Kürti, 1983, p. 171 ; Szalontai, 1991, p. 466 ; Szalontai, 1996)28. Les autres sites du territoire se trouvent le long des autres routes, essentiellement nord et sud, menant aux points de passage et devaient donc également contrôler ces voies. Celui de Kundomb présente les caractéristiques d’une population élitaire malgré un contingent armé de moindre ampleur par rapport aux communautés du nord-ouest.

40La dynamique d’occupation du territoire à la période avare devait ainsi être régie par les contraintes du milieu auxquelles la population s’est toutefois adaptée en les transformant en atout majeur. L’implantation des communautés en des points stratégiques en bordure du grand réseau hydrographique, à proximité de l’eau mais à l’abri des crues, près des voies de communication et des points de passage, permettait le contrôle des voies fluviales et terrestre et la sécurité du territoire. La voie nord-ouest semble avoir eu une importance majeure avec un point de densification au niveau du passage du Maty. Elle reliait ce qui a pu être la place centrale de cette microrégion, les collines d’Öthalom, d’où tous les points du territoire étaient à une distance à peu près égale et toute la région contrôlable à portée de vue.

Bibliographie

Bibliographie

Adam, 2002 = Szentpéteri J. éd., Archäologische Denkmäler der Awarenzeit in Mitteleuropa, Budapest, Publicationes Instituti Archaeologici Academiae Scientiarum Hungaricae, 700 p., Annexes (Varia Archaeologica Hungarica, XIII/1-2).

Andô M., 1971, «Tápé természeti földrajza », in : Juhász A. ed., tápé története és néprajza, Tápé, Község Tanácsa, p. 11-18.

Andó M., 1979, « Szeged város település-szintje és változásai az 1879. évi árvízkatasztrófát követő újjáépítés után », Hidrológiai Közlöny, 1979, p. 274-276.

Csallány D., 1939, « Kora-avarkori sírleletek / Grabfunde der Frühawarenzeit », Folia Archaeologica, 1-2, p. 121-180.

Csiky G., 2009, Az avar kori szúró- és vágófegyverek. Osztályozás - tipológia - kronológia - technológia, Thèse de Doctorat, Budapest, Eötvös Loránd Tudományegyetem BTK, 3 vol., 325 p. et Annexes. (Vol 1 Texte. En ligne, consulté le 16.07.2010 : <http://doktori.btk.elte.hu/hist/csikygergely/diss.pdf>).

Csiky G., 2012, « Saxe im awarenzeitlichen Karpatenbecken », in : Vida T. éd., Thesaurus avarorum. Régészeti tanulmányok Garam Éva tiszteletére, Archaelogical Studies in Honour of Éva Garam, Budapest, p. 371-394.

Csiky G., 2015, Avar-agepolearms and edged weapons : classification, typology, chronology and technology, Leiden / Boston, Brill, xxx-562 p. (east Central and eastern europe in the Middle Ages, 450-1450, 32).

Eperjessy K., 1928, « Szeged legrégibb látképe », Földés ember, VIII/1-6, A szegedi Alföldkutató Bizottság könyvtára, Magyar Néprajzi Társaság, Emberföldrajzi Szakosztálya, Szeged, p. 1-3.

bián Gy., 1984, « Újabb adatok a honfoglaláskori íjászat kérdésköréhez / Problems of the Hungarian archery in the time of the 9th century conquest », Môra Ferenc Múzeum Évkönyve, 1980/81, 1, p. 63-76.

Kristó Gy. dir., 1983, Szeged története I., Szeged, Somogyi Könyvtár, 810p., 48 ill.

Kulcsár P., 1983, « Az egységes város », in : Kristó Gy. dir., Szeged története I., Szeged, Somogyi Könyvtár, p. 424-444.

Kürti B., 1983, « Az avarok kora (567/568-805) - IX. század (805-895) » in : Kristó Gy. dir., Szeged története I., Szeged, Somogyi Könyvtár, p. 162-208 et 208-218.

Madaras L., 1981, « A Szeged-Fehértó A és B temetők anyagának összehasonlító vizsgálata / Vergleichhende Untersuchung der Gräberfelder Szeged-Fehértó A und B », Szolnok Megyei Múzeum Évkönyve, p. 35-64.

Madaras L., 1993, Az Avar Birodalomban lejátszódó VII-VIII. századi történelmi változások vizsgálata a Közép-Tiszavidéken, Thèse de Doctorat académique, Szolnok, MTA Tudományos Minősftő Bizottsága (Manuscrit).

Madaras L., 1995, The Szeged-Fehértó A’and ‘B’ Cemeteries, Debrecen - Budapest, Kossuth Lajos Tudományegyetem, Budapest, Kossuth Lajos Tudományegyetem, 248 p. (Dos Awarische Corpus. Avar Corpus füzetek, Beihefte III).

Mészáros P., Paluch T., Szalontai Cs., 2006, « Avar kori temetők Kiskundorozsma határában. (Előzetes beszőmoló az M5-ös autópályán feltárt lelőhelyekről) », in : László J., Schmidtmayer R. éd., ‘Hadak útján...’ xv, Tatabánya, Tatabänyai Múzeum, p. 97-109 (Tatabányai Múzeum Tudományos Füzetek, 8).

Nyári D., Kiss T., Sipos Gy., 2007, « Investigation of Holocene blown-sand movement based on archaeological findings and OSL dating, Danube-Tisza Interfluve, Hungary », Journal of Maps Student Edition, p. 46-57. (Version en ligne, consultée le 31.08.2013 : <http://joumalofmaps.com/student/07_05_Nyari.pdf>).

Paluch T., 2006, « Domaszék, Börcsök-tanya », in : Kisfaludi J. éd., Régészeti kutatások Magyarországon 2005/ Archaeological investigations in Hungary 2005, Budapest, ed. J. Kisfaludi, p. 226.

Reizner J., 1899, Szeged története I., Szeged, Somogyi Könvtár, 388 p.

Rég.Napl. 1935/14 sz. = Régiségtári Napló Móra Ferenc Múzeum [Registre du Département des antiquités du musée Ferenc Móra], Szeged, 1935, n° d’inventaire 14.

S. Perémi Á., 2001, « Ajka-volt téglagyár késő avar kori sírjai », Wosinsky Mör Múzeum Évkönyve, 23, p. 161-220.

Sümegi P, Juhász I., Hunyadfalvi Z., Molnár S., Herbrich K. , 2003, « Szeged-Kiskundorozsma régészeti lelőhelyek geoarcheolögiai vizsgálata / Geoarcheological investigations of the archeological sites at Szeged-Kiskundorozsma », in : Szalontai Cs. éd., Úton - útfélen : Múzeumi kutatások az M5 autópálya nyomvonalán / On the road ! Museum research along the intended route of the M5 Motorway, Szeged, Móra Ferenc Múzeum, p. 169-196.

Sz. Wilhelm G., 2010, « Késő avar kori településrészlet és temetkezés Kiskundorozsma határában », in : Lőrinczy G. éd., Pusztaszeről Algyőig, Szeged, Móra Ferenc Múzeum, p. 209-227 (Monumenta Archaeologica, II).

Szalontai Cs., 1991, « Megjegyzések az Alföld IX. századi történetéhez (A késő avar karéjos övveretek) / Bemerkungen zur Geschichte des Alföld im 9. Jahrhundert (Spätawarenzeitliche schuppenförmige Gürtelbeschläge) », Móra Ferenc Múzeum Évkönyve, 1984/85, 2, p. 463-482.

Szalontai Cs., 1996, « ‘Hohenbergtől Záhonyig’ : Egy késő avar kori övverettípus vizsgálata — ‘Von Hohenberg bis Záhony’ : üntersuchung eines spätawarenzeitlichen Gürtelbeschlagtyps », Savaria Pars Archaeologica, 1992-1995,22/3, p. 145-162.

Szalontai Cs., 2005, « Régészeti feltárások az M5 autópálya nyomvonalán Csongrád megyében (1993-2004) / Archeological Excavations Along the Alignment of the M5 Motorway in Csongrád County (1993-2004) », in : Köllő G. éd., ÉPKO 2005. Ix. Nemzetközi Építéstudományi Konferencia / 9th International Conférence of civil engineering and architecture, Csíksomlyó - Sunmlcu Ciuc, p. 228-236.

Szalontai Cs., 2011, « Azutolsó ‘védvonal’ : Gondolatok a Matyérről », Szeged. Várostörténet, kulturális és közéleti magazin, 23, 5, mai 2011, p. 41-47.

Szalontai Cs., 2012, « Azutolsd ‘védvonal’. Gondolatok a Matyérről II. », Szeged. Várostörténet, kulturális és közéleti magazin. 24, 2, février 2012, p. 8-13.

Szalontai Cs., 2012a, « A Maty-ér szerep és jelentősége Szeged környékének településtörténetében / The rôle and importance of the Maty Stream int he seulement history of Szeged neighbourhood », in : Kreiter A., Pető Á., Tugya B. éd., Környezet - Ember - Kultúra : az alkalmazott természettudományok és a régészet párbeszéde - Environment - Human - Culture : dialogue between applied sciences and archaeology, Budapest, Magyar Nemzeti Múzeum Nemzeti Örökségvédelmi Központ, p. 123-138.

Szalontai Cs., 2012b, « Ismét az avar kor lepráról / Again, about the leprosy in the Avar period », in : Pető Zs. éd., ‘Hadak Útján’ : a Népvándorláskor Fiatal kutatóinak xx. konferenciája, Budapest, Magyar Nemzeti Múzeum Nemzeti Örökségvédelmi Központ, p. 149-161.

Szalontai Cs., 2014, A Maty-ér és a kapcsolódó vízrendszer szerepe és jelentősége Szeged környékének településtörténetében / The rôle and significance of the Maty creek and the connected hydrological System in the seulement history of the vicinity of Szeged, Mémoire pour l’obtention du grade de docteur, Szeged, Szeged Tudományi Egyetem, manuscrit : 131 p., annexes : 260 p. (en anglais) : 14 p. (Version en ligne, déposée le 03.07.2014: <http://doktori.bibl.u-szeged.hu/2286/>).

Szalontai Cs., sous presse, « Újabb avar temető Kiskundorozsma határából : Megjegyzések a hurkos végű csavart bronzdrótok rekonstrukciójához », in : Kolozsi B. éd., Sötét idők lakói, Debrecen.

Szalontai Cs., Sz. Wilhelm G., 2006, « Előzetes jelentés egy késő bronzkori település és avar kori temető mentő feltárásáról Szeged-Kiskundorozsmán (M5 Nr. 38., 26/90. lelőhely) », Múzeumi Kutatások Csongrád Megyében, 2005, p. 133-154.

Szalontai Cs., TÓth K., 2003, « Szeged-Kiskundorozsma-Subasa (26/73. M5 Nr. 35. lelőhely) - Szeged-Kiskundorozsma-Subasa (Site 26/73. M5 No. 35) », in : Szalontai Cs. éd., Úton - útfélen : Múzeumi kutatások az M5 autópálya nyomvonalán / On the road ! Muséum research along the intended route ofthe M5 Motorway, Szeged, Móra Ferenc Múzeum, p. 83-96.

Szentpéteri J., 1993, « Archäologische Studien zur Schicht der Waffenträger des Awarentums im Karpatenbecken », Acta Archaeologica Hungaricae, 45, p. 165-216.

Szentpéteri J., 1994, « Archäologische Studien zur Schicht der Waffenträger des Awarentums im Karpatenbecken II. », Acta Archaeologica Hungaricae, 46, p. 231-306.

Szücsi F., 2012, « Akora- és közép avar kori balták és fokosok / Axes and hammer in the early and middle avar period », in : Pető Zs. éd., ‘Hadak Útján’ : a Népvándorláskor Fiatal kutatóinak xx. konferenciája, Budapest, Magyar Nemzeti Múzeum Nemzeti Örökségvédelmi Központ, p. 121-137.

SI., 1999, « A halimbai késő avar kori temető állatcsontleletei / Tierknochenfunde de spätawarenzeitlichen Gräberfeldes von Halimba », Tisicum, 11, p. 43-58.

Notes de bas de page

1 Le volume 1 de l’Histoire de Szeged paru en 1983 recense entre la Tisza et le Maty un total de 41 sites toutes périodes confondues (Kristó, 1983, p. 105, fig. 19,31 et 36). Sites connus jusqu’en 2011 (fig. 2) : Pré- et protohistoire : 3 ; Âge du Bronze : 2 ; Période sarmato-romaine (ier-ive s .) : 8 ; Période avare (568-fin du viiie s.) : 2 ; Période médiévale (xie- début du xvie s.) : 12 ; Période arpadienne (xie-xiiie s.) : 5 ; Moyen Âge tardif (xive-début du xvie s.) : 6 ; Période moderne (début du xvie-xviiie s.) : 14 ; Période turque (1526-1686) : 2.

2 Cet exhaussement résulte de l’amoncellement de sables fins provenant de la vallée du Danube et poussés par les vents dominants du nord. Si certains géomorphologues les considèrent comme des dunes (Nyári et alii, 2007), le terme « exhaussement », plus neutre, est cependant préféré ici.

3 En latin libéra regiae civitas, statut particulier donné à certaines villes au sein de l’ancien royaume de Hongrie, bénéficiant de privilèges et d’une certaine autonomie. Plusieurs lois ont précisé les conditions de ce statut (Kulcsár, 1983, p. 447), permettant notamment aux villes de pouvoir être défendues, donc d’avoir un mur d’enceinte.

4 Pour une présentation plus détaillée des points de passage voir Szalontai, 2012a et Szalontai, 2014.

5 Az Első Katonai Felmérés. Die erste militärische Aufnahme (Josephinische Landesaufnahme), 1763-1785. Coll : XVIII. Sectio XXX. Theil des Csongrader Comitat und Klein Kumanien. Coll : XVIII. Sectio XXXI. Theil des Csongrader Comitat. Budapest, Arcanum, 2006 (DVD).

6 La bibliographie de ces sites figure dans le catalogue des sites avars recensés jusqu’en 1993 (Adam, 2002).

7 Domaszék Börcsök-tanya 17/54 (Paluch, 2006), Kiskundorozsma-Daruhalom dűlő IL, Kiskundorozsma-Kettőshatár út I-II. (Mészáros et alii, 2006 ; Sz. Wilhelm, 2010), Kiskundorozsma-Subasa 26/90 (Szalontai, Sz. Wilhelm, 2006 ; Szalontai, sous presse).

8 Szeged-Alsóváros, entre les abattoirs et le talus ferroviaire (Rég. Napl. 1935/14. sz.), Zsombó-Zádori föld (Szalontai, 1991, p. 466).

9 Seuls trois de ces sites ont fait l’objet de fouilles archéologiques (nos 4, 10 et 11) ; les autres ne sont connus qu’à travers des données et du mobilier isolés et hors contexte.

10 Son point le plus haut est à 88,9 m ASL, alors que l’altitude de la plaine alluviale environnante est située entre 80 et 81 m ASL. Les données altimétriques actuelles ne peuvent être qu’indicatives. Les collines sont en effet très arasées et devaient être plus élevées aux périodes historiques.

11 Sur ce site, un groupe funéraire de quarante-trois sépultures paraissait intégralement fouillé puisqu’un espace de 15 à 30 m le séparait des limites d’emprise (Mészáros et alii, 2006, p. 101). Pourtant une nouvelle sépulture contemporaine des précédentes a été fouillée à quelques mètres de là en 2004 (Sz. Wilhelm, 2010).

12 Les données de F étude n’ont pas été distinguées chronologiquement et ceci notamment en raison de la faible représentation de la période ancienne (dernier tiers du vie s. - deuxième tiers du viie s.) : les rares objets du début du viie s. connus pour ces sites ne peuvent témoigner d’une occupation à cette période. Les sites sont ainsi majoritairement datés des périodes moyenne (fin du viie s.) et tardive (viiie s. - début du ixe s.), embrassant environ 150 années d’occupation. Le facteur « temps » aurait rendu les résultats plus complexes à analyser, voire inutilisables.

13 L’appréciation du couteau en tant qu’arme repose généralement sur la dimension de la lame. Les longueurs et largeurs de lames complètes provenant de Kiskundorozsma Daruhalom et Kettőshatár ont été reportées sur un graphique de corrélation, qui distingue nettement deux groupes au niveau de 16,5 cm de longueur, également moyenne des longueurs. Cette mesure-seuil a été choisie pour trier les lames de longs couteaux. La bibliographie situe par ailleurs la limite entre 15 et 20 cm selon les auteurs (Csiky, 2012, p. 377, n. 32).

14 Bien qu’ils soient différents d’un point de vue typologique, ces deux types d’arme tranchante appartiennent à une même catégorie de F armement.

15 Instrument en bois de cervidé de forme oblongue dont l’une des extrémités est pointue. Le terme « épissoir » semble la transcription la plus proche des termes hongrois (bogozó), allemand (Knotenlöser) et anglais (disentangling-hook) désignant un outil utilisé pour défaire les nœuds. S’il peut être synonyme d’alène, il faut dans le cas présent le distinguer de cet autre outil servant à poinçonner.

16 Cet instrument a été considéré à plusieurs reprises comme une composante de l’équipement de F archer (Csallány, 1939, p. 149 ; Fábián, 1984, p. 69 ; S. Perémi, 2001, p. 180-182 avec la bibliographie associée), plus rarement comme celui du cavalier (István Vörös, communication personnelle) ; il n’est cependant associé à un arc que dans la tombe 32 de Fehértó-B et à une présence équine dans la tombe 209 de Makkoserdő.

17 Le faible nombre de cas n’influe pas outre mesure sur les données, et ne le ferait pas davantage s’il apparaissait qu’il ne faut pas relier cet objet à l’armement.

18 Pour une synthèse récente, voir Szücsi, 2012.

19 Sur le phasage, cf. supra note 12.

20 La « présence équine » dans les sépultures est caractérisée par un dépôt complet ou partiel de cheval et/ou par un ou plusieurs éléments du harnachement.

21 Voir entre autres Szentpéteri, 1993, 1994. Ce postulat pourrait être revu et corrigé mais ce ne fut pas l’objet de cette recherche.

22 Les « présences équines » ne sont pas prises en compte dans ce calcul mais figurent dans le tableau, valant pour 0.

23 Pour une brève synthèse sur la question, voir Csiky, 2009, p. 258-264 ; Csiky, 2015.

24 La détermination du sexe biologique des défunts n’est pas toujours certaine et il faudrait également connaître F âge des « enfants ». La maturité osseuse intervient après la vingtaine alors que les jeunes hommes atteignaient l’âge de combattre bien avant.

25 Le métal précieux n’était pas rare à la période avare ancienne en raison de l’affluence d’or durant les guerres contre Byzance ; à la période moyenne, les populations arrivant des régions pontiques n’y étaient pas étrangères non plus ; ce type de matériau décroît nettement à la période avare tardive (phasage : cf. supra note 12).

26 Ils sont considérés ici uniquement comme une valeur ajoutée indicatrice de la richesse de la sépulture et éventuellement de la position que le défunt devait occuper au sein de la société.

27 Le mobilier découvert isolément n’est pas comptabilisé ici.

28 Le site archéologique de Szeged-Öthalom a été identifié lors des travaux de 1879 (Adam, 2002, p. 342). Si une centaine de sépultures a été mise au jour, seule une partie du mobilier découvert a rejoint les collections du musée. Les objets de la période avare (un segment de lame d’épée, une paire d’étriers, deux mors, un fragment de casque décoré, ainsi que des perles, un bracelet, des garnitures de ceinture) témoignent de la présence d’un dignitaire de haut rang (casque) et d’une population armée et cavalière.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.