Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Du Rhône au Rhin entre Alpes et Jura : esquisse de l’occupation du territoire (IVe-VIIe/VIIIe siècle)

p. 171-181

Résumés

Français
Deutsch
English

Le réseau fluvial et lacustre du Plateau suisse, situé en majorité sur le bassin versant du Rhin, tenait un rôle prépondérant au cours du Haut-Empire romain dans le transport des marchandises, comme l’attestent les sources archéologiques et épigraphiques. Les transformations géopolitiques du Bas-Empire paraissent lui donner une nouvelle importance avec l’acheminement et l’approvisionnement des troupes défendant la frontière, ramenée sur le Rhin à la fin du IIIe siècle. Le long de cette route, les agglomérations et quelques points de passage stratégiques sont dotés de fortifications. Le réseau fluvial et lacustre semble alors être au cœur d’un territoire homogène. Si les sources suggèrent une relative continuité à l’époque du royaume burgonde, on observe une différenciation progressive entre les parties occidentale et orientale du Plateau aux siècles suivants, par exemple dans les pratiques funéraires ou la réorganisation des évêchés. L’importance du réseau fluvial et lacustre semble alors décliner, au profit d’autres axes de communication.

Zusammenfassung Die Seen und Flüsse des schweizerischen Mittellandes, dem Gebiet zwischen Genfer- und Bodensee sowie Alpen und Jura, entwassern mehrheitlich in den Rhein, der westliche Teil in die Rhône. Archäologische und epigrafische Quellen bezeugen in der mittleren Kaiserzeit einen regen Warenverkehr. In spatrômischer Zeit scheint das Gebiet im Zusammenhang mit der Versorgung der Militdreinheiten an der Rheingrenze eine neue Bedeutung zu erlangen. Grössere Siedlungen und strategisch wichtige Plätze wurden befestigt. Das Mittelland erscheint als zusammenhangender Raum mit einem funktionierenden Wasserverkehrsnetz als wichtiger Lebensader. Für die Zeit des burgundischen Königreiches, das bis in die Gegend um Vindonissa / Windisch ausgriff, legen die Quellen eine gewisse Kontinuität nahe. In den folgenden Jahrhunderten zeichnen sich zunehmend Unterschiede zwischen den westlichen und östlichen Teilen des Mittellandes ab, zum Beispiel bei den Bestattungsbräuchen oder auch bei der Neuorganisation der Bistümer. Die Bedeutung der durchgehenden Wasserwege könnte sich dabei zugunsten von anderen Verkehrsachsen verringert haben.

The lakes and rivers of the Swiss Plateau (the area between Lake Geneva, Lake Constance, the Alps and the Jura Mountains )flow for the most part to the Rhine, while sonie western water sources flow to the Rhone. Archaeological and epigraphical evidence suggests a lively exchange of goods from the Ist to 3rd centuries. In the late Roman period, the extent of the traffic seems have to grown with the provisioning of the military troops along the Rhine frontier. Agglomerations and strategie spots along the route were fortified. The rivers and lakes then formed an important communications network within a homogeneous area. Although this state seems to have continued during the period ofthe Burgundian kings, in the centuries that followed certain différences appeared between the western and the eastern parts of the Plateau, for example concerning burial customs and the organisation of the bishoprics. During this period, the importance of the waterways seems to have diminished in favour of other axes of communication.

Remerciements

Nous adressons nos chaleureux remerciements à Renata Windler, Kantonsarchäologie Zürich, pour sa précieuse collaboration lors de la préparation de cette contribution.


Texte intégral

Introduction : réseau fluvial et lacustre du Plateau suisse

1Délimité à l’ouest par le Jura, au sud et à l’est par les Alpes et au nord par le Rhin, le Plateau suisse possède un important réseau navigable fluvial et lacustre (fig. 1), dont l’utilisation au cours du Haut-Empire est attestée par des témoignages archéologiques. L’axe sud-ouest/nord-est qu’il dessine et qui traverse la partie occidentale de l’actuel territoire de la Suisse est au centre de plusieurs grandes voies commerciales de l’Empire (voir notamment SPMN, p. 192- 196). Il permet notamment de faire la liaison entre la vallée du Rhin et celle du Rhône par Genève-Gezzava et avec le sud des Alpes en passant par Martigny-Porwm Claudii Vallensium et par les cols du Grand-Saint-Bernard ou du Simplon. D’autres routes de franchissement des Alpes, passant plus à l’est à travers les Grisons, relient la région des grands lacs d’Italie du Nord au nord-est du Plateau, en passant par les cols du Julier et du Splügen, puis par Coire. Elles nécessitent cependant un recours plus important aux voies terrestres.

2À l’exception du bassin lémanique, l’intégralité de ce territoire est située sur le bassin versant du Rhin. Deux routes terrestres font le lien entre ces deux entités. Une première relie Lausannc-Lousonna à Yverdon-eburodunum et une seconde Vcvcy-Viviscus à Avenches-Aventicum, capitale de la Cité des Helvètes. Les trois lacs de Neuchâtel, de Morat et de Bienne ainsi que la rivière Thièle permettent ensuite, à partir d’Yverdon et d’Avenches, de naviguer jusqu’à l’Aar, la vallée du Rhin et le lac de Constance, en passant notamment par Sdlenie-Salodurum et Windisch-Vindonissa Liées à ce réseau, d’autres voies terrestres sont à signaler. Celle du col de Jougne franchit le Jura à proximité d’Yverdon et rejoint Pontarlier-Ariolica puis Besançon-Vesontio, tandis que deux autres relient le Plateau à Augst-Augusta Raurica, débouchant ainsi directement sur la vallée du Rhin supérieur. La première part de Soleure, la seconde des environs de Bienne (Studen-Petinesca) et passe par le col de Pierre-Pertuis et la vallée de la Birse.

3Pour le Haut-Empire, l’épigraphie atteste la présence de corporations de bateliers. À Lausanne, les nautes du lac Léman ( nautae lacu Lemanno) sont connus par une inscription découverte à proximité du forum (Walser, 1979, n° 52). À Avenches, la mention des nautes de la Thièle et de l’Aar (nautae Aramici et Aruranci), installés sur un terrain donné par les décurions, montre l’importance du réseau fluvial et lacustre à proximité de la capitale de Cité (ibid., n° 88). Cette importance est également soulignée par le creusement au iie siècle d’un canal reliant le port, établi au bord du lac de Morat, à un secteur péri-urbain occupé notamment par la villa du Russalet, située à un peu plus d’un kilomètre dans les terres. Outre celui d’Avenches, deux autres ports lacustres ont été mis en évidence à l’ouest du Plateau, à Genève et à Lausanne. Des installations portuaires, celles-ci fluviales, ont également été découvertes sur la rivière Reuss à Windisch (SPM V, p. 191-192).

Fig. 1. Principaux axes de communication traversant le Plateau suisse à l’époque romaine, avec les principales localités qui les jalonnent. dao c. Hervé, Archeodunum SA.

(D’après SPM V, fig. 59 et SPM VI, fig. 216)

Image 1000000000000419000002AC657D98DFBAC458F2.jpg

1. État de la recherche

4L’occupation du territoire défini ci-dessus n’a jamais fait l’objet d’une synthèse générale, mais des études détaillées ont été menées sur certaines régions particulières. Il faut citer en premier lieu l’article de Max Martin sur les environs de Soleure, qui révèle des différences culturelles de part et d’autre de l’Aar (Martin, 1983). L’étude d’Andreas Motschi (2007, en particulier p. 136-146) consacrée à la nécropole d’Oberbuchsiten (SO) apporte de précieux compléments, en particulier pour le secteur du castrum d’Olten et la définition des « espaces culturels » de part et d’autre de l’Aar.

5Sur l’occupation du territoire et son évolution entre Antiquité tardive et haut Moyen Âge dans des régions voisines, il faut citer les travaux de Reto Marti pour le nord-ouest de la Suisse (MARTI, 2000) et la Suisse centrale (MARTI, 1995, p. 114-121), ainsi que ceux de Renata Windler pour la partie nord-orientale du Plateau (Windler, 1994 et 2004). La partie occidentale de ce territoire est malheureusement moins bien étudiée. On peut néanmoins mentionner l’étude portant sur une partie de la région des Trois-Lacs effectuée dans le cadre de la publication de la nécropole d’Erlach (MARTI et alii, 1992), et celle de la région d’Yverdon (Steiner, Menna et alii, 2000).

6Parmi les nombreux travaux de recherche sur l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge en Suisse parus ces vingt dernières années, il faut évoquer les précieuses synthèses qu’offrent les ouvrages bilingues de la série La Suisse du Paléolithique à l’aube du Moyen Âge (SPM), en particulier ceux consacrés à l’époque romaine (SPM V) et au haut Moyen Âge (SPM VI), qui ont servi de base au présent article. À noter que dans le volume SPM VI, l’occupation du territoire et l’histoire du peuplement sont traités selon les différentes régions géographiques - et linguistiques - de la Suisse (Suisse occidentale et Valais, Suisse nord-occidentale, rive droite de l’Aar et Suisse centrale, Rhétie, sud des Alpes). Il faut mentionner encore la tenue d’un colloque à Zurich en 2001 sur le thème des différences culturelles observées entre les deux extrémités du Plateau, qui démontre que des échanges et des contacts, autant que des différenciations culturelles telles que celles qui caractérisent la Suisse actuelle, existent dès la Préhistoire (Senn, 2003).

7Les sources écrites disponibles pour appréhender l’histoire de l’occupation du territoire sont relativement abondantes, mais lacunaires pour ce qui concerne le territoire étudié : elles ne concernent qu’une période restreinte, comme la chronique de l’évêque Marins d’Avenches (Favrod, 1991), ou ne donnent que des informations indirectes, comme dans les vies de saints ou les correspondances d’ecclésiastiques. Ces textes, qui ne sont généralement pas traduits, restent relativement difficiles d’accès et mériteraient sans doute une attention plus grande que celle dont ils ont fait l’objet jusqu’à présent. On y puise des informations précieuses sur l’histoire politique, l’organisation ecclésiastique ou encore les créations d’églises dans la région.

8L’étude de l’occupation du territoire se fonde donc encore essentiellement sur les sources archéologiques. Celles-ci se divisent en trois grandes catégories de découvertes : les sites funéraires, les édifices religieux et les habitats. Il faut souligner d’emblée le déséquilibre existant entre ces groupes. Si les nécropoles fouillées sont nombreuses et souvent assez bien documentées dans la région, les sites d’habitat restent rares et le plus souvent explorés seulement de façon partielle (SPM VI, fig. 30-31, p. 93-96 et 233). Églises et monastères sont également pris en compte dans l’occupation du territoire au haut Moyen Âge, pour autant que leur datation soit assurée par des sources écrites ou des fouilles archéologiques.

9D’autres sites, comme les fourneaux de réduction du fer mis au jour au pied de la chaîne jurassienne, donnent encore des informations sur l’économie de ces terroirs. Si l’on dispose de quelques témoignages en tien avec l’utilisation des voies fluviales pour la fin de l’époque gallo-romaine, de tels vestiges manquent totalement pour les siècles suivants.

10Le rapide survol que nous proposons ici ne peut bien entendu pas prétendre à l’exhaustivité, et ne constitue qu’un point de départ pour des études plus approfondies, qui prendraient en compte encore d’autres sources comme la toponymie par exemple. Il tente d’esquisser l’évolution générale contrastée d’un territoire relativement homogène sur le plan géographique, dont les voies navigables ont pu constituer, selon les périodes, un élément renforçant son unité culturelle.

2. Le Bas-Empire

11Si les vestiges archéologiques en lien direct avec le réseau fluvial et lacustre pour l’Antiquité tardive sont plus rares qu’au Haut-Empire, les bouleversements géopolitiques et l’évolution de l’occupation du territoire, notamment celle des agglomérations, indiquent clairement le maintien de l’importance de ce moyen de communication.

12Les réformes administratives de Dioclétien à la fin du iiie siècle placent une grande majorité du Plateau suisse dans la nouvelle province de Sequania (appelée plus tard Maxima Sequanorum) dont la capitale est Besançon. Comme c’était déjà le cas précédemment, les régions alpines voisines sont séparées entre les provinces de Rhétie à l’est, et des Alpes Grées et Poenines à l’ouest. Le rétablissement de la frontière sur le Rhin et les incursions alamanes conduisent à transformer une grande partie du paysage urbain. Entre la fin du iiie et le milieu du ive siècle, des fortifications sont érigées dans la plupart des agglomérations. Leur type et leur localisation sont variables, dépendant notamment de la topographie des villes et de leur fonction (SPM V, p. 60-63).

13La majorité des fortifications sont construites dans le tissu urbain préexistant, entraînant d’importants travaux et un profond changement urbanistique, comme à Genève, Yverdon ou Soleure. D’autres sont érigées sur un site de hauteur ou sur un point stratégique en dehors des anciennes agglomérations, sans pour autant que ces dernières soient totalement désertées. À Lausanne, le vicus établi au bord du Léman est en grande partie abandonné au profit de la colline de la Cité naturellement fortifiée (Hervé, Steiner, 2010). À Avenches, un castrum, encore mal connu, est construit sur les hauteurs du Bois-de-Châtel, succédant sans doute à une première structure de retranchement constituée du théâtre antique entouré d’un large fossé défensif. Protégeant directement les points de passage sur le Rhin, les enceintes de Kaiseraugst, de Zurzach et de Stein Am Rhein sont elles construites directement en bordure du fleuve, à quelques centaines de mètres de l’ancien centre urbain. Des petits fortins, vraisemblablement d’époque Valentinienne, complètent ce réseau. Deux constructions de ce type, datées par dendrochronologie de 369, contrôlent un passage sur la Thièle à Aegerten, au nord du lac de Bienne (sur les agglomérations au Bas-Empire, voir notamment SPM V, p. 102-107, p. 126- 130 ; Collectif, 2002).

14Toutes ces transformations ont pour vocation de sécuriser la nouvelle frontière sur le Rhin, de se prémunir des incursions alamanes, dont l’archéologie peine encore à quantifier l’impact réel, et de protéger les points stratégiques répartis le long de l’axe principal de communication du Plateau. Car en plus d’une utilité commerciale, cet axe joue dorénavant un rôle prépondérant dans l’approvisionnement militaire des défenses du Rhin.

15L’archéologie n’a que peu mis directement en lumière le maintien de l’utilisation du réseau fluvial et lacustre. Tout juste peut-on mentionner la découverte d’une barque dans l’estuaire de la Thièle à Yverdon, datée de la fin du ive siècle. La Notitia Dignitatum mentionne en outre l’existence d’une flotte (classis barcariorum ; Not. Dig. Oc. 42,15) à Yverdon, sans qu’il soit possible de confirmer son caractère militaire (sur les questions militaires, voir notamment SPM V, p. 68-70).

16L’image homogène que ces mutations font apparaître pour le Plateau suisse n’est pas contredite par les autres données archéologiques, notamment par les nécropoles, particulièrement bien documentées. Parallèlement aux importants changements urbanistiques, apparaissent de nouveaux grands espaces funéraires à la périphérie de certaines agglomérations, comme à Genève, Yverdon, Kaiseraugst, Windisch, Zurzach ou Soleure. Ceux-ci perdureront généralement pendant une grande partie du haut Moyen Âge.

17En comparaison des pratiques funéraires du Haut-Empire, celles de l’Antiquité tardive ont tendance à se standardiser (notamment SPM V, p. 349-350, 354-355). Les rites de crémation ont définitivement cédé leur place à ceux de l’inhumation. La diminution des dépôts de mobilier, déjà observée à la fin du Haut-Empire, semble s’accentuer. Au cours du ive et durant la première moitié du Ve siècle, des récipients en céramique, en verre ou en pierre ollaire accompagnent encore parfois les défunts, tout comme des éléments de parure, retrouvés en majorité dans les tombes féminines (comme à Avenches ou Stein Am Rhein ; fig. 2).

18Quelques sépultures de cette période, à caractère plus exceptionnel, sont également à mentionner (Bienne - Mâche, Genève-Saint-Gervais, Saint-Prex, Saint-Saphorin par exemple). Ces tombes « privilégiées » ont parfois pris la forme d’un mausolée qui se transformera dans certains cas en église funéraire. Le site de Bienne-Mâche nous offre un exemple confirmant le maintien des traditions funéraires gallo-romaines. Le mobilier déposé avec le défunt comprend deux cruches et un gobelet en verre, ainsi qu’une fibule cruciforme dorée nous indiquant qu’il s’agit vraisemblablement d’un dignitaire de la hiérarchie militaire (von Kaenel, 1978). Datée du deuxième quart du ive siècle, cette tombe illustre donc le contexte historique régional décrit dans les paragraphes précédents. Bienne-Mâche se situe en effet à proximité immédiate d’un point de passage important de l’axe fluvial et lacustre du Plateau, à quelques kilomètres au nord du lac de Bienne, près de la confluence entre la Thièle et l’Aar, et à l’extrémité sud de la route du col de Pierre-Pertuis menant notamment à Kaiseraugst.

3. Évolution à l’époque du royaume burgonde

19Le Plateau suisse passe sous la domination des Burgondes peu après leur installation dans cette région par Aétius, vers 440. Si son organisation administrative semble relativement instable, le territoire étudié reste pour l’essentiel englobé dans une même circonscription, nommée Sapaudia dans les sources écrites, qui s’étend approximativement du bassin genevois au Rhin (Favrod, 1997, p. 100- 117 ; 2002, p. 45-47).

Fig. 2. Récipients en verre, en céramique, en pierre ollaire, en métal et éléments de parure issus de tombes féminines d’Avench (a, première moitié du ive siècle) et de Stein am Rhein (b, milie du ive siècle) (2a. SPM V, fig. 458, Musée romain d’Avenches ; 2b. Kantonsarchäologie Schaffhausen/Foto Rolf Wessendorf).

Image 10000000000004240000022A6DFB4D6DADFEF8BD.jpg

20Le siège de l’évêché établi au début du vie siècle dans cette même région se trouve en alternance à Avenches et à Windisch, comme en témoignent les signatures des évêques aux conciles de cette période. Si l’on observe, comme en Gaule, la construction d’églises et de baptistères dans plusieurs sièges d’évêchés, par exemple à Genève et Martigny, les cathédrales qui devaient se trouver à Avenches et à Windisch ne sont que très mal documentées (cf. SPM VI, p. 122 et 132 ; n° 101 p. 410-411). Des églises sont en revanche bien attestées dans certaines agglomérations secondaires fortifiées, notamment à Soleure et Zurzach.

21Les habitats ne sont malheureusement quasiment pas documentés pour cette période. On observe alors tant des abandons d’établissements gallo-romains, notamment de certaines grandes villae, que des créations d’habitats dans de nouvelles zones (SFM VI, p. 233-257). Même s’ils s’accompagnent souvent d’importants changements dans la nature de l’occupation, de nombreux exemples de continuité entre la fin de la période romaine et le haut Moyen Âge ont cependant aussi été mis en évidence : églises et sépultures dans les ruines ou à proximité immédiate de villae, comme à Vallon et Pully, nouvelles constructions à proximité d’édifices antiques comme à Cuarny près d’Yverdon, permanence de certaines nécropoles, aussi bien à proximité d’agglomérations qu’en milieu rural (Yverdon, Oberbuchsiten, Windisch, Zurzach).

22L’occupation du territoire considéré est déduite essentiellement de la répartition des nécropoles. Des changements dans les pratiques funéraires sont observés sur l’ensemble du Plateau : les offrandes alimentaires disparaissent et la plupart des défunts sont inhumés sans mobilier, parfois avec un objet à valeur symbolique (boucle de ceinture, bague, monnaie etc.) ; les orientations se régularisent, le plus souvent au profit d’une direction ouest-est. Ces coutumes correspondent à celles de la population locale fortement romanisée. De nombreux sites funéraires des Ve et surtout vie siècles ont été recensés tant dans la partie sud-ouest que dans la partie nord-est du territoire considéré (SPM VI, p. 233-257, fig. 149 et 153).

23Sur cette toile de fond apparaissent des sépultures aux caractéristiques inhabituelles pour la région, comme des fibules, des objets d’origine orientale ou encore des individus au crâne déformé. Ce type de témoignage indique des contacts avec des populations établies dans le sud-ouest de l’Allemagne, dans la région du Danube moyen ou encore dans les régions entre Seine et Rhin. Ils sont toutefois exceptionnels sur la rive gauche du Rhin avant le milieu du vie siècle environ. La plupart des chercheurs s’accordent à les attribuer à de nouveaux arrivants, tels que les Burgondes sur la rive nord du Léman et jusqu’ à Yverdon (fig. 3), ou d’autres groupes de populations germaniques (Alamans, Suèves ?) dans la région du Rhin supérieur (cf. Bâle-Kleinhüningen et Bâle-Gotterbarmweg, Flaach ; fig. 4).

24Aucun vestige en lien direct avec la navigation n’a été découvert dans la région. On constate toutefois que les agglomérations fortifiées à la fin du iiie ou au ive siècle, qui jalonnent la voie navigable ouest-est, sont encore des centres occupés au Ve et au début du vie siècle et sont suffisamment importantes pour que des églises soient érigées dans certains d’entre eux (Soleure, Zurzach, peut-être Yverdon).

Fig. 3. Mobilier de la tombe 62 de la nécropole du Pré de la Cure à Yverdon (2e moitié du ve s.). La composition de l’inventaire incite à attribuer la tombe à une femme d’origine germanique, en lien avec l’installation des Burgondes dans la région

(Musée d’Yverdon et région, photo Fibbi-Aeppli, Grandson)

Fig. 4. Vue d’ensemble (a) et fibules restaurées (b) de la tombe 19 de la nécropole de Flaach (fin ve s. - vers 500). La composition de l’inventaire incite à attribuer la tombe à une femme d’origine germanique, alamane ou suève (Kantonsarchaologie Zürich).

Image 10000000000002F400000242350CF519AB5CE9FE.jpg

Fig. 5. Le Plateau suisse aux VIe-VIIe siècles, avec les limites des nouveaux diocèses. DAO C. Hervé, Archeodunum SA.

Image 100000000000041400000313854BE7E386F0BA1F.jpg

(D’après SPM VI, fig- 216)

Image 10000000000003C70000026076501E447E4E6D6B.jpg

25Les éléments qui ressortent de l’analyse des sources disponibles indiquent que l’occupation de l’ensemble de ce territoire reste assez homogène encore au Ve et au début du vie siècle, suggérant une relative stabilité du peuplement, tant dans les agglomérations secondaires que dans les campagnes.

4. Évolution après la prise en main du territoire par les Francs

26Si les frontières politiques changent à plusieurs reprises au cours du vie siècle, suite à la conquête du royaume burgonde par les Francs en 534, le territoire considéré est à nouveau englobé dans une même circonscription après 561, lors de la création du royaume franc de Burgondie (SPM VI, p. 41-55, 236-237). Les sièges d’évêchés sont en revanche déplacés durant cette période. Dans la partie occidentale du Plateau, Lausanne remplace ainsi Avenches et Windisch vers la fin du vie siècle, alors qu’au nord-est la création de l’évêché de Constance, vers 600/610, résulte soit d’un transfert du siège de Windisch, soit de la création d’un nouvel évêché sur l’ordre du roi franc Dagobert. La frontière entre les deux diocèses est traditionnellement placée sur l’Aar (fig. 5).

27Les capitales d’évêchés sont désormais installées pour une longue période, mais on manque d’informations sur l’aspect de ces agglomérations. Des restes de murs mis au jour sous la cathédrale de Lausanne appartiennent sans doute à un premier édifice chrétien, tandis que les vestiges d’une église funéraire (Saint-Étienne) contenant des sarcophages de pierre ont été découverts au sud-ouest de la Cité (Hervé, Steiner, 2010, p. 58-62). Une troisième église se trouvait non loin de l’actuel château Saint-Maire, au nord de la ville : elle aurait accueilli la sépulture de Marius, chroniqueur et évêque, sous le principal duquel aurait été effectué le transfert du siège de l’évêché.

28La situation est la même pour les centres secondaires, pour certains fortifiés au Bas-Empire : des églises sont attestées notamment à Soleure, Avenches, Windisch, Zurzach et Stein am Rhein (Burg près d’Eschenz), et il semble bien qu’une paroisse ait existé à Yverdon au moins au vie siècle (SPM VI, p. 239-240, 252-253). On ne connaît en revanche rien de l’habitat : le meilleur signe de l’occupation de ces anciennes agglomérations encore aux vie et viie siècles consiste dans les édifices religieux et les sites funéraires. À partir du viiie siècle, la création de monastères comme ceux de Reichenau et de Saint-Gall sera à l’origine de nouveaux centres de peuplement.

29Les églises et surtout les nécropoles constituent aussi souvent les seuls témoignages des établissements dans les campagnes : on ne peut guère citer que quelques fouilles d’habitat, pour la plupart très partielles, dans le territoire pris en compte ici : par ex. Payerne - Champs Aubert ; Le Landeron-Les Carougets ; Belfaux-Pré Saint-Maurice (SPM VI, p. 242) ; Dietikon, Otelfingen (SPM VI, p. 252-253).

30La construction d’édifices chrétiens dans les campagnes se développe surtout à partir du viie siècle, voire des viiie-ixe siècles à l’est de l’Aar (TERRIER et alii, 2005, fig. 73). C’est au viie siècle également que, grâce à l’intensification du dépôt d’objets dans les tombes, un plus grand nombre d’implantations peuvent être identifiées. Les zones habitées sont alors comparables à celles du Haut-Empire ; au nord-est du Plateau, les découvertes montrent même que les zones occupées sont encore plus étendues à la fin du viie siècle (SPM VI, p. 253).

31La prise en main par les Francs du territoire étudié n’a pas laissé de traces très marquées ni très durables dans les témoignages archéologiques, en particulier dans les ensembles funéraires (Steiner, 2011, p. 280-281). À l’exception du cimetière de Bâle-Bernerring, qui pourrait refléter T installation d’un groupe franc d’origine rhénane dans la seconde moitié du vie siècle, seule T augmentation du mobilier dans les tombes, variable d’un bout à l’autre du territoire étudié, semble pouvoir être rapportée à une influence germanique (SPM VI, p. 322-325). De façon ponctuelle, à l’ouest comme à l’est du Plateau, on relève néanmoins dans plusieurs nécropoles des objets qui révèlent des liens avec les régions entre Seine et Rhin (par ex. à Yverdon, Elgg et Bülach).

32Dans la partie occidentale du Plateau apparaissent, dès le deuxième tiers du vie siècle, un petit nombre de sépultures comprenant une épée longue ou un scramasaxe, ainsi qu’une boucle ou une garniture de ceinture, accompagnée parfois d’une aumônière (MARTI, 1990, p. 110-116). Cette forme réduite du dépôt d’armes se concentre dans la région entre Lausanne et Yverdon - passage sur terre ferme entre les bassins lémanique et rhénan, qui donne aussi accès au col de longue - là où l’on relève également des dépôts de récipients, souvent dans les mêmes nécropoles, parfois dans les mêmes tombes (Haldimann, Steiner, 1996, p. 186- 188 ; Steiner, 2011,1, p. 286-291). Ces dépôts particuliers semblent se rapporter à une influence franque : ces sépultures sont interprétées comme celles de représentants de la nouvelle autorité.

33C’est seulement après 600 que l’installation de groupes de populations alamanes dans les régions situées au sud du Rhin supérieur et du lac de Constance se manifeste de manière plus forte. Dès ce moment se forme une zone de contact entre population de langue romane et population de langue germanique, zone qui subsiste encore actuellement (SPM VI, p. 234-235).

34L’un des signes de cette immigration est l’apparition de sépultures privilégiées aménagées dans des églises privées (SPM VI, p. 327-329). Les défunts sont accompagnés d’un abondant mobilier dont les éléments sont pour la plupart très inhabituels dans les sépultures régionales : armes, récipients et garnitures de ceintures à éléments multiples dans les tombes masculines (par ex. Altdorf ; Marti, 1995), Schöftland et Zofingen), nombreux éléments de parure, garnitures de chaussures et de guêtres et châtelaines ornées d’un disque ajouré dans les sépultures féminines (par ex. Bülach, au nord-est de Baden ; fig. 6).

Fig. 6. Tombe féminine de l’église de Bülach (canton de Zurich), milieu du viie siècle. Plusieurs objets dénotent l’origine alamane de cette femme (Kantonsarchaologie Zürich).

Image 10000000000001F4000005485F7C210DBC86B266.jpg

Fig. 7. différence dans le costume féminin entre la partie occidentale du Plateau, où la ceinture est fermée par une plaque-boucle richement décorée, et celui du nord-est du Plateau, où la ceinture est fermée à l’aide d’une simple boucle, mais où les objets qui l’accompagnent sont souvent beaucoup plus nombreux, a. Plaque-boucle du groupe B de Gurmels, tombe 151 (canton de Fribourg), 2ème moitié du viie s. b. Inventaire de la tombe 824 de Schleitheim-Hebsack (canton de Schaffhouse), fin du viie siècle (7a : SPM VI, fig. 100, n° 8, MCAH Lausanne ; 7b : Burzler et alii, 2002, fig. 207, Kantonsarchäologie Schaffhausen).

Image 100000000000042800000271BAB7734086C59676.jpg

35Au viie siècle, on relève par ailleurs des différences plus marquées dans les pratiques funéraires entre l’ouest et l’est du Plateau. Celles-ci se traduisent notamment par la quantité et la variété des objets retrouvés, qui augmentent à mesure que l’on se dirige vers le nord-est du Plateau (proportion de tombes avec du matériel, mais aussi nombre d’objets par tombe ; SPM VI, fig. 88 p. 166-170). Elles se reflètent en particulier dans les pratiques liées au dépôt d’armes : épées longues et boucliers ne sont par exemple attestés qu’à l’est de l’Aar et dans le nord de la Suisse après 600 (SPM VI, fig. 89).

36On observe également des différences dans le costume féminin (SPM VI, p. 256,327-329). Si les femmes du nord-ouest de la Burgondie portent des ceintures ornées de grandes garnitures en fer damasquinées (fig. 7a), celles des régions nord-orientales ferment la leur à l’aide d’une simple boucle en fer. Le matériel récolté dans les tombes de ces dernières, qui comprend souvent un collier, d’autres parures et une châtelaine (fig. 7b), est en revanche en moyenne beaucoup plus abondant que celui mis au jour dans les sépultures de leurs contemporaines de l’ouest, qui sont inhumées le plus souvent avec leur ceinture seulement. Pour cet aspect des pratiques funéraires, la partie occidentale du territoire est influencée par les coutumes de la Burgondie et de la vallée du Rhône, alors que la partie orientale est attirée par la sphère culturelle rhénane et le domaine alaman du sud-ouest de l’Allemagne. Notons que ces différences ne sont pas aussi tranchées de part et d’autre de l’Aar que ce que l’on a parfois écrit : on trouve ainsi des tombes avec des caractéristiques romanes dans la région zurichoise, ainsi qu’à Windisch et Arbon, encore au viie siècle (SPM VI, p. 326).

37Parallèlement, le développement des centres de pouvoir dans le nord de l’Europe a remis en évidence les axes de circulation reliant les principales villes des royaumes francs à Rome, en particulier celui qui passe par le col de Jougne et le Grand Saint-Bernard, ainsi que les voies empruntant l’axe rhénan et les cols rhétiques. Certaines fondations (ou refondations) de monastères pourraient bien témoigner d’une volonté de contrôle accru sur ces voies. On peut citer bien sûr celle de Saint-Maurice (dès le Ve siècle), mais aussi celles de Romaimnôtier et de Beauhnes, à proximité de la route du col de Jougne, ou encore celle de Moutier-Grandval, non loin du col de Pierre-Pertuis. Le même phénomène est très bien perceptible aux viiie et ixe siècles le long de la voie qui mène de Coire à Zurich par les lacs de Walen et de Zurich (Schänis, Benken, Lützelau, Ufenau), ainsi que le long du Rhin en aval du lac de Constance (monastères sur les îles de Reichenau, Rheinau, Säckingen). Pour le ixe siècle, les sources écrites apportent quelques informations concrètes sur la circulation au travers des Alpes : elles mentionnent en effet des auberges, des relais routiers et des postes de douanes (Windler, 2004, p. 235-237). La voie navigable qui longe le Plateau devait toutefois être encore largement utilisée, comme semble l’indiquer la fondation d’un monastère sur l’île de Saint-Pierre, en plein milieu du lac de Bienne.

38Les éléments évoqués ici sont certes encore très lacunaires, mais ils permettent d’esquisser une évolution du peuplement du Plateau suisse, traversé par la voie navigable d’Yverdon au Rhin, qui va d’une relative homogénéité culturelle à la lin de l’époque romaine à une différenciation plus forte à partir du viie siècle. Il semble que la fréquentation de la voie au ive siècle pour le ravitaillement des troupes romaines ait constitué un facteur d’unification de ce territoire, unité qui semble se maintenir à l’époque du royaume burgonde. Dès la fin du vie siècle, des différences culturelles assez marquées apparaissent au travers du mobilier funéraire, en même temps que se met en place une organisation administrative et religieuse différente à l’est et à l’ouest du Plateau et que s’intensifie la circulation à travers les Alpes vers les centres de pouvoir du nord de la Gaule. Il faudra néanmoins poursuivre et affiner nos recherches, en prenant aussi en compte les témoignages d’autres champs d’études, avant de pouvoir avancer de manière plus affirmée que la voie navigable entre bassin rhodanien et bassin rhénan a bien constitué un facteur d’unification culturelle.

Bibliographie

Bibliographie

Burzler A., et alii, 2002, Das frühmittelalterliche Schleitheim : Siedlung, Gräberfeld und Kirche, Schaffhausen, Kantonsarchäologie, 556 et 356 p. (Schaffhauser Archäologie 5).

Collectif, 2002, Villes et villages, tombes et églises : la Suisse de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge, Actes du colloque de Fribourg, 27-29 sept. 2001, Zurich, K. Schwegler, 331 p. (Revue suisse d’Art et d’Archéologie, 59).

Favrod J., 1991, La Chronique de Marius d’Avenches (455-581). Texte, traduction et commentaire, Lausanne, Section d’histoire, Faculté des lettres, Univ. de Lausanne, 139 p. (Cahiers lausannois d’Histoire médiévale, 4).

Favrod J., 1997, Histoire politique du royaume burgonde (443- 534), Lausanne, 544 p. (Bibliothèque historique vaudoise, 113).

Favrod J., 2002, Les Burgondes : un royaume oublié au cœur de l’Europe, Lausanne, Presses polytechniques et univ., 142 p. (Le Savoir suisse, 4).

Flutsch L., Rossi F., Niffeler U. dir., 2002, La Suisse du Paléolithique à l’aube du Moyen Âge / Die Schweiz vom Paläolithikum bis zum frühen Mittelalter. V. Le temps des Romains /Römische Zeit, Basel, Schweizerische Gesellschaft für Ur- und Frühgeschichte, 432 p. (SPM, V).

Gubler R., 2012, «‘Der Aare naa’ : ein römischer Flusshafen und eine Brücke in Petinesca (Studen, BE) », Archéologie suisse, 35, 2012.2, p. 24-31.

HaldimannM.-A., Steiner L., 1996, «Les céramiques funéraires du haut Moyen Âge en terre vaudoise », Annuaire de la Soc. suisse de Préhistoire et d’Archéologie, t. 79, p. 143-193.

Hervé C., Steiner L., 2010, « Des Germains, une capitale, un évêque », Mémoire Vive, t. 19, p. 55-69.

KaeneL H.-M. von, 1978, « Das spätiömische Grab mit reichen Beigaben in der Kirche von Biel-Mett BE », Archéologie suisse, 1, 1978.4, p. 138-148.

Marti R., 1990, Das frühmittelalterliche Gräberfeld von Saint-Sulpice VD, Lausanne, 238 p. (Cahiers d’Archéologie romande, 52).

Marti R., 1995, « Das Grab eines wohlhabenden Alamannen in Altdorf UR, Pfarrkirche St. Martin », Annuaire de la Soc. suisse de Préhistoire et d’Archéologie, t. 78, p. 83-130.

Marti R., 2000, Zwischen Römerzeit und Mittelalter : Forschungen zur frühmittelalterlichen Siedlungsgeschichte der Nordwestschweiz (4.-10. Jahrhundert), Liestal, Archaölogie und Kantonsmuseum Baselland, 407 et 508 p. (Archaologie und Museum, 41A et B).

Marti R., Meier H.-R., Windler R., Ein frühmittelalterliches Gräberfeld bei Erlach, Be, Bâle, Schweizerische Gesellschaft fur Ur- und Frühgeschichte, 192 p. (Antiqua, 23).

Martin M., 1983, « Das Gebiet des Kantons Solothurnim frühen Mittelalter », Annuaire de la Soc. suisse de préhistoire et d’archéologie, t. 66, p. 215-239.

Motscehi A., 2007, Das spätrömisch-frühmittelalterliche Gräberfeld von Oberbuchsiten (SO), Zürich, Chronos, 219 p. (Collectio Archaeologica, 5).

Senn M. éd, 2003, Entre Rhin et Rhône : liens et ruptures ? Actes du colloque organisé par le Musée national suisse, Zürich et Frangins, 4-7 déc. 2001, Zurich, K. Schwengler, 232 p. (Revue suisse d’Art et d’Archéologie, 60, fasc. 1-2).

Steiner L., 2011, La nécropole du Clos d’Aubonne à La Tour-de-Peilz, Lausanne, 367 et 349 p. (Cahiers d’Archéologie romande, 129-130).

Steiner L., Menna F., 2000, La nécropole du Pré de la Cure à Yverdon-les-Bains (ive-viie s. ap. J.-C.), Lausanne, 352 et 312 p. (Cahiers d’Archéologie romande, 75-76).

Terrier J. et alii, 2005, «Bilan des recherches archéologiques sur les églises rurales en Suisse occidentale », in : Delaplace c. dir., Aux origines de la paroisse rurale en Gaule méridionale, ive-ixe siècles, Actes du colloque international de Toulouse, 21-23 mars 2003, Paris, éd. Errance, p. 72-81.

Walser G., 1979, Römische Inschriften in der Schweiz, Berne, P. Haupt, 296 p.

Windler R., 1994, Dos Gräberfeld von Elgg und die Besiedlung der Nordostschweiz im 5.-7. Jh., Zurich et Egg, Fotorotar, 356 p. (Archaologische Monographien, 13).

Windler R., 2004, «‘Transcensis igitur Alpium iugis infinibus Alamannorum venit’ : Grenzzone und Verkehrsachse, Romanen und Germanen zwischen Chur und Zürich im 6. bis 9. Jahrhundert », in : Graenert G., Marti R., Motschi A., Windler R. dir.,Hüben und drüben : Raume und Grenzen in der Archäologie des Frühmittelalters, Festschrift für Prof. Max Martin zu seinem fünfundsechzigsten Geburtstag, Liestal, p. 233-251 (Archäologie und Museum, 48).

Windler R., 2012, Ein Gräberfeld des 5.-7. Jahrhunderts bei Flaach, Zurich et Egg, Fotorotar, 356 p. (Zürcher Archäologie, 29).

Windler R., Marti R., Niffeler U., Sthner L. dir., 2005, La Suisse du Paléolithique à l’aube du Moyen Âge / Die Schweiz vom Paläolithikum bis zum frühen Mittelalter. VI. Haut Moyen Âge/Frühmittelalter, Basel, Schweizerische Gesellschaft für Ur- und Frühgeschichte, 354 p. (SPM, VI).

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.