Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Un isthme européen Rhin-Doubs-Saône-Rhône au premier Moyen Âge ? l’expansion franque dans le nord de la Burgondie : l’exemple franc-comtois

p. 155-169

Résumés

Français
Deutsch
English

La place du Jura et le rôle des rivières dans le nord de la Burgundia franque sont examinés ici à travers des données typo-chronologiques, les pratiques funéraires, la répartition des nécropoles ou encore le contexte climatique. Sur la base de quelques exemples triés, il est possible d’envisager le rôle de « l’isthme » Rhin-Doubs-Saône-Rhône au cœur du royaume mérovingien et l’évolution du royaume franc de Burgondie autour de 600, en examinant ses relations avec le nord de la Gaule.

Die Bedeutung des Jura sowie die Rolle der Flüsse im Norden der frühmittelalterlichen Burgundia werden in diesem Artikel aufder Grundlage von typochronologischen Daten, Bestattungssitten sowie der Verbreitung von Nekropolen und gegebenenfalls des klimatischen Kontextes beleuchtet. Auf der Basis ausgewählter Beispiele ist es möglich, die verbindende Rolle des « Isthmus » Rhein-Doubs-Saône-Rhône im Herzen des Merowingerreiches deutlich zu machen und die Entwicklung des fränkischen Königreichs Burgundia in der Zeit um 600, tinter Berücksichtigung seiner Beziehungen in den Norden des Frankenreiches, zu betrachten. (trad. : A. Frey)

This paper discusses the place of the Jura mountain range and the role of the rivers in the northern area of Burgundia during the Early Médiévalperiod, based on typological studies, funerary practices, the distribution of necropolises and climatic context. By examining selected references and the area’s relations with northern Gaul, the role can be studied of the Rhine-Doubs-Saône-Rhone “isthmus” as a corridor in the heart of Europe, and the évolution of the Merovingian kingdom and the kingdom of Burgundia around 600.

Remerciements

Je tiens à remercier particulièrement Michel Magny pour sa relecture attentive de l’argumentaire environnemental et Sabine Gangi pour nos échanges sur les collections du musée de Vesoul.


Texte intégral

1L’aire Rhin-Doubs-Saône-Rhône est un vaste domaine géographique adossé au massif du Jura, pays calcaire au plissé compliqué, où se succèdent en parallèle croupes et dépressions. L’arc montagneux d’orientation nord-est/sud-ouest est traversé par des passages obligés transversaux, les cluses, dont l’une des plus importantes, à Pontarlier dans la haute vallée du Doubs, règle depuis la protohistoire l’itinéraire entre l’Italie du Nord et la Manche. Sur le bord occidental de la chaîne se déploient trois séries de plateaux étagés entre 400 et 900 m d’altitude, séparés par des rides pentues ou de profonds canyons qui en morcellent le paysage. Au nord-est, la Trouée de Belfort et, au sud, la Combe d’Ain constituent les alternatives de contournement du massif. À l’ouest, les plaines du Doubs et de la Saône se développent parallèlement du nord au sud, canalisant ainsi les contacts avec le domaine rhénan, le Bassin parisien et les communications avec la vallée du Rhône. Sur l’ensemble du domaine, la plupart des rivières, aujourd’hui régulées, sont abondantes avec des régimes hydrologiques puissants et subits pour beaucoup d’entre elles, contraintes réelles lors des péjorations climatiques sensibles, mais variables selon les périodes chronologiques. Limites de terroirs, obstacles ou liens entre les mosaïques de paysages ou encore vecteurs de communication à longue distance, telles sont les « fonctions » ordinairement attribuées aux cours d’eau perçus dans leur individualité linéaire. Au-delà, comment s’inscrivent-t-ils dans un tissu territorial large aux limites mouvantes, au gré des géographies humaines et politiques ? L’isthme nord-sud Rhin-Doubs-Saône-Rhône, structuré par les contraintes géographiques du Jura et de ses passages transversaux, a contribué de tout temps à concentrer les déplacements, les échanges, alternativement obstacle et trait d’union au cœur de l’Europe occidentale. Qu’en est-il de son rôle après la fin de l’Antiquité ?

Fig. 1. Les sites de la vallée du Doubs et le dispositif de communication dans le nord de la Burgondie franque.

Image 10000000000003A1000002BFDF81BF104417CBF5.jpg

2Si l’on considère la période alto-médiévale, cet ensemble se situe au cœur de la Burgondie franque telle qu’elle se présente aux alentours de 600 et peu après, au cours des phases MA3/560/70-600/10 et MR1/600/10-630/40 définies dans la chronologie normalisée de Manche-Lorraine (LEGOUX et alii, 2004). Cet espace comprend une partie de la Bourgogne, l’actuelle Franche-Comté, le versant est du Jura et la partie occidentale du Plateau suisse. S’agissant d’en analyser le rôle, l’exercice pourrait être envisagé à différentes échelles, mais nous nous intéresserons ici essentiellement à quelques cas de figure franc-comtois issus des études funéraires.

1. Au fil du Doubs

3Pour étayer cette question, l’étude de la nécropole de Saint-Vit les Champs Traversains (vie-viie siècle ap. J. -C.), située dans la plaine alluviale du Doubs à l’aval de Besançon, a en effet ouvert plusieurs pistes de réflexion (fig. 1). Le site présente des singularités marquées par son organisation sur un tertre protohistorique et ses types d’architectures funéraires (chambres en bois, enclos fossoyés ou à poteaux...) faisant écho aux domaines bâlois, rhénan et au-delà thuringien (Urlacher et alii, 2008).

4Parmi d’autres, la sépulture S. 167, aménagée dans le dernier tiers du vie siècle, servira ici de premier fil d’Ariane (fig. 2). Elle évoque à elle seule les caractéristiques des tombes des zones franques, datées de la phase MA3. Au sein de la combinaison d’armement avec épée, scramasaxe, lance et hache, l’angon est emblématique, comme dans trois autres chambres funéraires de la même nécropole (Urlacher et alii, 2008, pl. 81, 82, p. 433-434). Parmi les dépôts d’offrandes, la présence d’un gobelet en verre à fond convexe et décor de côtes obliques invite à se tourner vers la vallée du Rhin et ses abords, cela en accord avec différents travaux sur le sujet (Feyeux, 2003 ; Koch, 2001 ; Maul, 2002). De l’épée, disparue dans le pillage ancien de la sépulture, il subsiste le baudrier de type Weihmörting qui renvoie au domaine franc occidental jusqu’ à la vallée du Rhin à Cologne par exemple, avec F exemplaire de Saint-Géréon (Urlacher et alii, 2008, p. 95-96). La plaque de ceinture, avec sa boucle maintenue par une charnière, plaide pour le secteur franc occidental elle aussi. En Franche-Comté, des exemplaires proches - parfois avec une boucle à bosselles proéminentes correspondant au type 170 de Manche-Lorraine comme dans la tombe 308 de Crotenay (Jura) - invitent aussi à trouver des liens avec ce domaine. C’est ce qu’avait remarqué A. Frey pour une plaque de Cologne qui lui est comparée (Frey, 2006, p. 90-92, fig. 64). La plaque- boucle de la tombe 2 de Bousseraucourt, dans la haute vallée de la Saône, s’apparente par la forme du bouclier d’ardillon à celle de Saint-Vit, mais diffère par l’attache de la boucle manifestement sans charnière (fig. 3).

Fig. 2. La sépulture S. 167 de Saint-Vit Les Champs Traversants : verrerie, plaque de ceinture et éléments de baudrier.

(Cl. F. Passard-Urlacher, C. Schmitt ; plan J.-P. Urlacher ; DAO C. Schmitt)

Fig. 3. Éléments de la sépulture 2 de Bousseraucourt (Haute-Saône) : plaque de ceinture et pot biconique.

Image 100000000000039C0000046E74E9B3E2E9BA378E.jpg

(Cl. Musée de Vesoul et E. Descourvières ; DAO C. Schmitt).

Fig. 4. La sépulture S. 114 de Saint-Vit Les Champs Traversants : la plaque-boucle de la garniture de ceinture.

Image 1000000000000326000001A2B2D2A5BB8A9A550B.jpg

(Cl. C. Schmitt ; plan J.-P. Urlacher ; DAO C. Schmitt)

Fig. 5. La tombe 7 de Chaussin (Jura).

Image 10000000000003BE00000305DD1596F2462B5F11.jpg

(GlZARD, Passard-Urlacher, 2009, fig. p. 162)

Image 10000000000001A9000002BAF2670F842AEF90BA.jpg

5L’exemple de la sépulture S. 114 de Saint-Vit encore, autour de 600, rappelle aussi l’influence franque. La garniture de ceinture triparti te comporte notamment une plaque-boucle circulaire à décor de masques stylisés et motifs de monstres bicéphales, plus inhabituels sur ce type (fig. 4). L’attache de la boucle à la plaque par le biais d’une languette se retrouve par exemple sur la plaque-boucle de la garniture de ceinture de la sépulture 334 de Bâle-Aeschenvorstadt (Fellmann-Brogli et alii, 1992, pl. 23, 4). Différent des modèles avec charnières du monde mérovingien occidental, ce dispositif semblerait évoquer l’est du domaine franc à la suite des observations formulées par d’autres chercheurs (Martin, 1991, p. 118-119 ; Frey, 2006, p. 25, 212). Les autres mobiliers de la tombe S. 114 des Champs Traversains pourraient également être sujets à commentaires, ainsi la lance à atèles, type présent dans la combinaison d’armement de quelques cas lorrains.

6Plus en aval dans la vallée du Doubs au sud de Dole, la nécropole de Chaussin (Jura) a livré des sépultures de la phase MA3-MR1, certaines avec haches, parmi lesquelles la tombe 7 qui se remarque aussi par sa plaque de ceinture circulaire en fer (fig. 5). Cette catégorie d’arme aux formes diverses accompagne aussi des sépultures de Saint-Vit jusque vers 620/30 (Urlacher et alii, 2008, p. 120, 121 ; Gizard, Passard, 2009, p. 162). La présence de haches est relevée dans plusieurs nécropoles franc-comtoises, jusqu’ au sud du Jura ; ainsi à Crotenay, où deux sépultures d’enfant sont équipées chacune d’un type de hache différent (Collectif, 2004, p. 10, 16). Tous ces éléments s’insèrent dans un horizon autour de 600 caractérisé par les influences franques, beaucoup à partir des tombes à épées d’adultes ou d’enfants (Desplanque, 2008, p. 310, 311 ; Urlacher et alii, 2008, p. 254, 255 ; Gizard, Passard, 2009, p. 161). S’inscrivent aussi dans cette séquence les sépultures à épée S. 441A et S. 425 de la nécropole de Doubs, située dans la haute vallée du Doubs. Avec une série de cimetières concentrés au débouché de la cluse de Pontarlier, cette dernière matérialise le contrôle franc sur le col de Jougne, lien avec le Plateau suisse (Urlacher et alii, 1998, p. 252, fig. 193).

2. D’une vallée à l’autre, la petite saône, de la source à la confluence avec le Doubs

7Dans la vallée de la Saône, la révision des données archéologiques montre également la présence d’armement dans plusieurs sites aux abords de la rivière. Même si les informations sont parfois succinctes et ne se réfèrent pas à des fouilles récentes, elles viennent apporter quelques éclairages supplémentaires sur la période concernée. Deux secteurs localisés dans le département de la Haute-Saône se structurent de part et d’autre de la rivière et de ses affluents, le premier entre Champlitte, Gray et Marnay (fig. 6), le second au pied des Vosges dans un triangle Port-sur-Saône, Luxeuil et Corre (fig. 7).

8Au sud de Gray, à proximité de la confluence Saône-Ognon, le cimetière de Saint-Pierre à Broye-lès-Pesmes tout comme les trouvailles d’armes et de céramiques des dragages de l’Ognon à Marnay évoquent l’existence de gués et, au-delà, la transition avec la vallée du Doubs (Thévenin, 1968, p. 96 ; Monnet, Thévenin, 1983, fig. 7, p. 370).

9La région de Gray, avec des découvertes dans la Saône, notamment à Apremont et Mantoche, rappelle aussi les points de franchissement qui peuvent se répartir sur plusieurs kilomètres le long du cours d’eau. Issus des dragages de la Saône dans des zones de gués, les scramasaxes et les pointes de lances s’apparentent à des types connus dans les sépultures des phases MA3, MR1 plus particulièrement (Lagrange et alii, 1996, n° 25, 201, 202). Aux alentours de Gray, des inhumations ont également livré de F armement. À Chargey-lès-Gray Aux Effousettes, angons, « sabres » et haches sont connus dans les inventaires anciens (Thévenin, 1968, p. 46). Une pointe de lance subsiste dans les collections du musée de Besançon (Lagrange et alii, 1996, n° 191) : cet exemplaire court à douille fermée, flamme nervurée longue, étranglée, peut être daté de la période MA3. À Arc-lès-Gray L’homme mort, la Folie, des sépultures avec épée, scramasaxe et lance sont également mentionnées (Thévenin, 1967 et 1968a, p. 13 n° 29). En 1901, les fouilles de l’abbé Mérand Au Mont d’Auvet (Auvet-et-la-Chapelotte) ont mis au jour un certain nombre d’armes, parmi lesquelles se trouve une hache dissymétrique à dos profilé et appendice sur le talon connu dans la phase MA3 (Thévenin, 1968, p. 15-18 et pl. 1, n° 7 ; Faüre-Brac, 2002, p. 109). Cet objet correspond à un type d’arme attribué cette fois au deuxième tiers du viie siècle dans l’ensemble clos de la tombe 3001 de Metzervisse en Moselle, tombe dans laquelle il a peut-être été réutilisé (Lansival, 2007, p. 278). Toujours en rive droite de la Saône, d’autres sites, comme celui de Poyans, comptent des inhumations avec épée, scramasaxes, umbo de bouclier, mobilier malheureusement en majeure partie dispersé (Thévenin, 1968, p. 78). En Côte-d’Or toute proche, la tombe 2 de Renève illustre les modes franques de la même frange chronologique grâce à un ensemble cohérent (Mathiaut, 1999, p. 311, pl. 178-179). La contre-plaque triangulaire en bronze à cinq bosselles et décor de vannerie, modèle proche de celui de la tombe féminine 41 de Blussangeaux (Doubs), renvoie aux modes franques occidentales (Schäfer, 1995, p. 347, fig. 2 ; Simon, 1974). Une longue lance (52 cm) à flamme courte et douille ouverte rappelle les pièces des tombes S. 82 de Saint-Vit et S. 107 de Blussangeaux (Urlacher et alii, 2008, p. 114). Un umbo de bouclier, un scramasaxe associé à un couteau et une épée complètent l’armement. Avec un petit pot biconique large du type BL1 de Saint-Vit, cet ensemble se rapporte à la période de la fin vie siècle et autour de 600, moment où la combinaison d’armes est encore présente dans quelques nécropoles du nord de la Burgondie (Passard et alii, 2008, p. 366,367).

Fig. 6. La vallée de la Saône, aux environs de Gray (Haute-Saône), à l’amont du confluent avec l’ognon.

Image 100000000000042100000340C0190723A19E760C.jpg

Fig. 7. La haute vallée de la Saône au nord-ouest du département de la Haute-Saône.

Image 10000000000003E4000002C6F229D3553ED471D2.jpg

10À l’amont de Gray jusqu’à Seveux, localité située sur l’itinéraire antique Besançon-Langres, puis dans les secteurs de Dampierre-sur-Salon et Champlitte, s’égrènent un certain nombre de cimetières partageant de nombreux points communs jusque dans le viie siècle avancé. On relève dans ces nécropoles plusieurs sépultures avec armes, le plus souvent un scramasaxe, mais à Seveux une tombe se distingue par une épée, une lance et un scramasaxe (Thévenin, 1968, p. 80). Le dépôt de céramique doit y être remarqué, avec notamment la présence d’un pot biconique large à décor de molette (ibid., pl. 15, n° 13). De même, les pots biconiques sans décor de Dampierre-sur-Salon (Faure-Brac, 2002, p. 216) et de Poyans ou Velesmes (musée de Gray) rappellent des récipients connus dans les tombes de Saint-Vit et Chaussin de la seconde moitié du vie siècle. Les gobelets, parmi lesquels des gobelets à ressauts, sont présents à Rigny Au Village (Thévenin, 1968, p. 79 et pl. 11).

11La haute vallée de la Saône jusqu’ au domaine sous-vosgien constitue le lien avec la Lorraine notamment (fig. 7). À l’ouest on se dirige vers Langres. Les agglomérations de Corre et de Port-sur-Saône constituent des points de déchargement sur le cours d’eau depuis l’époque romaine. Les voies de communication terrestres conduisent à l’est à Luxeuil et au-delà à la Trouée de Belfort - Porte de Bourgogne/ Porte d’Alsace des géographes - puis au Rhin. Un certain nombre de nécropoles ont été mises au jour anciennement, particulièrement sur la commune de Port-sur-Saône. Sur un petit promontoire dominant la Saône, l’une d’entre elles Aux Fosses sur l’Église a livré un mobilier datable des vie et viie siècles. Figure sur une planche de dessin du mobilier de T Album Galaire une hache à dos droit, du type 4 de la typologie normalisée Manche-Lorraine, attribuable à la phase MA3 (Faure-Brac, 2002, p. 387, fig. 473). Plus au nord, dans le cimetière de Gevigney-et-Mercey, malgré la dispersion du mobilier, un inventaire sommaire relève toutefois la présence d’une hache. Son dessin approximatif pourrait néanmoins la classer à la fin du vie siècle dans lacatégorie à tranchant symétrique avec excroissance à l’emmanchement, comme sur les types 8 ou 9 de la chronologie Manche-Lorraine (Thévenin, 1968, pl. VIII n° 16). À Bousseraucourt, parmi les sépultures, dont une avec épée, plusieurs sont dotées de haches de types différents (ibid., pl. VI nos 4-6). La tombe 9 comporte une arme à tranchant symétrique du type 6 de Manche-Lorraine (phase MA2), toutefois associée à une plaque-boucle en fer sans doute plus tardive. La tombe 22 recèle une hache dissymétrique à dos peu profilé du type 13 de Manche-Lorraine (phase MA2-3), elle aussi associée à une plaque-boucle en fer. La tombe 34 présente un exemplaire avec de longs appendices sur le talon, comme sur les exemplaires de Chavannes en Suisse et de Chaffois près de Pontarlier (Moosbrugger-Leu, 1971, p. 95 et fig. 16, n° 3 ; Lagrange et alii, 1996, n° 224). La campagne de fouille de 1966 a donné lieu à la découverte de deux assemblages avec armes qui peuvent également être remarqués parmi d’autres (Descourvières, 1966) (fig. 8). L’inhumation 69 est accompagnée d’un scramasaxe long de 50 cm, à pommeau, dont le fourreau était bordé de rivets en alliage cuivreux. Cette arme est apparentée au type 59 de Manche-Lorraine connu dès la phase MA3 et au type SV-E de la tombe S. 114 de Saint-Vit du début du viie siècle (Urlacher et alii, 2008, fig. 134, p. 97). La hache semi-profilée ou droite est comparable à celle de Chaussin et à certains modèles de Cutry comme le n° 1047 (LEGOUX, 2005, p. 86). La sépulture 68, avec un scramasaxe plus court (41,5 cm) comporte aussi une hache à tranchant dissymétrique et ergot, que l’on retrouve par exemple dans la tombe 05 de Métrich (Moselle) à la fin du vie ou au début du viie siècle (Peytremann, 2008, p. 258-259, fig. 3). Parmi les autres objets de la tombe 68 se trouve un gobelet tronconique à ressauts, à pied marqué, d’une dizaine de centimètres de hauteur et d’un diamètre de 8 cm à l’ouverture. Ce récipient entre dans la même catégorie que ceux de Rigny mentionnés précédemment et d’un exemplaire de la sépulture 72 de Blondefontaine, nécropole toute proche de Bousseraucourt. Ce type de récipient est fréquent en Picardie, en Champagne et de la Bourgogne à la Saône, comme l’ont proposé A. Thévenin (Thévenin, 1969, p. 298 et fig. 2 n° 16), puis A. Mathiaut-Legros. Cette auteure a suggéré l’existence d’un groupe extra-régional qui aura diffusé jusqu’ à la Saône. On note sa fréquence dans la nécropole de Vaudonjon (Yonne) et jusqu’à Charnay au confluent Doubs-Saône. Au-delà et sur le versant suisse du Jura, ce type ne semblait pas représenté (Mathiaut-Legros, 2006, p. 199 et fig. 8, 10) (fig. 9). Le gobelet de la sépulture S. 61 de Saint-Vit pourrait néanmoins s’apparenter à ce modèle sans pied à fond plat : associé à un bol apode en verre décoré de côtes en relief du type Feyeux 55, il est daté vers 600 ou au début du viie siècle (Urlacher et alii, 2008, pl. 61 n° 3).

Fig. 8. Bousseraucourt (Haute-Saône) : éléments des dépôts funéraires des sépultures 68 et 69.

(D’après des clichés de l’abbé E. Descourvières, 1966 ; DAO C. Schmitt)

Fig. 9. Au nord de la Franche-Comté, des formes de céramiques importées ?

Image 10000000000003E0000005629F2FF98E3D23AA25.jpg

(DAO C. Schmitt)

Image 100000000000041D00000320F9F442850BE25F5C.jpg

12À Bousseraucourt sont encore présentes des céramiques en provenance d’autres régions. Dans la tombe 2, en association avec la plaque de ceinture évoquée précédemment (fig. 3), ainsi que dans les sépultures 4 et 7, les céramiques biconiques sont apparentées au type 390 de Manche-Lorraine, représenté dans le nord-est jusqu’en Alsace durant la période MA3-MR1 (Mathiaut-Legros, 2006, p. 199 et fig. 4). Cela renvoie à d’autres cas de figure présents le long de la vallée du Doubs à la fin du vie siècle et à la charnière avec le viie siècle, entre autres à Audincourt et dans la sépulture 37 du cimetière de Blussangeaux (fig. 9) où le contexte franc a déjà été mis en évidence par d’autres ensembles de mobiliers (Passard et alii, 2007, p. 298-299). La répartition des céramiques à décor ondé que l’on retrouve dans ces deux sites montre une nette concentration de part et d’autre du Rhin (Koch, 2001, p. 318, fig. 123 et liste 41). Associé à des éléments incomplets de deux fibules - l’une digitée et l’autre discoïde cloisonnée à décor de grenats - l’assemblage des grains de collier de la sépulture 37 de Blussangeaux s’insère également dans la chronologie établie régionalement à partir de Saint-Vit et Doubs aux alentours de 600 (Kisrani, 2010, p. 137). Ces catégories de céramiques - le gobelet à ressauts et les pots biconiques —, peu courantes dans le nord de la Burgondie, expriment certainement les contacts entretenus avec l’ouest et le nord de la région, mais aussi avec la vallée du Rhin. C’est également ce que montraient de précédents travaux sur les parures féminines comme les fibules ansées asymétriques et thuringiennes du nord-est de la Franche-Comté (Passard et alii, 2007, p. 297). Parallèlement, la céramique régionale est majoritairement utilisée, même parmi l’élite franque (Urlacher et alii, 2008, p. 262). La diffusion des productions issues des traditions antiques rhodaniennes et les céramiques du val de Saône, particulièrement le service bistre ou à pâte orange, se maintiennent dans ce vaste espace jusque dans le courant du viie siècle pour fléchir ensuite (Marti 2005, p. 218-222). Les récipients en pierre ollaire - surtout les roches à chlorites - en provenance du Val d’Aoste par les Alpes et le couloir Saône-Rhône alimentent encore le nord de la Burgondie, attestant pour un temps la persistance des réseaux commerciaux habituels (Billoin, 2012, fig. 12 p. 57).

3. Le couloir Rhin-Doubs-Saône-Rhône dans le royaume franc de Burgondie

13La mise en avant de ces quelques informations triées, liées à l’expansion franque dans le couloir Rhin-Doubs-Saône-Rhône, montre à des degrés divers comment s’expriment les innovations, les traditions et l’acculturation au nord de la Burgondie. Mais les secteurs de découvertes invitent en outre à s’interroger sur la « fluvialisation » éventuelle des communications au cours de la période qui nous intéresse. Les agglomérations antiques encore occupées à cette époque (fig. 10) n’offrent pas de dispositifs archéologiquement attestés en bordure de rivière, même s’ils sont connus ou vraisemblables pendant la période antique comme c’est le cas sur la Saône à Corre et sur le Doubs à Mandeure, Besançon ou parfois aux abords de grandes villae comme Thoraise, près de Saint-Vit. Le confluent Saône-Doubs avec les gués aux abords de Chalon-sur-Saône est de son côté emblématique pour l’Antiquité, sans que des niveaux mérovingiens indiquent l’utilisation des rivières. L’activité fluviale connue à travers les corporations de nautoniers antiques sur le Rhône, la Saône, mais aussi sur les lacs de Suisse occidentale a certainement persisté (Steiner, Menna, 2000, p. 18-21), mais rien ne permet de l’évaluer au cours de la période qui a suivi. Seule la concentration des nécropoles où se remarque l’influence des pratiques franques semble signaler le rôle des secteurs de passages privilégiés. La représentation du dispositif territorial autour de 600 montre le rôle pérenne des zones de franchissement des rivières notamment sur la Saône et le Doubs (fig. 11). Et si l’axe de ces vallées sert de guide selon un schéma tracé de longue date, scellé par l’organisation antique de la Maxima Sequanorum, les communications transversales est-ouest sont elles aussi clairement soulignées depuis la Bourgogne et le Plateau de Langres jusqu’aux franchissements jurassiens accédant au domaine nord-alpin. C’est la route la plus directe entre le Bassin parisien et l’Italie par le Col du Grand Saint-Bernard.

Fig. 10. L’actuelle Franche-Comté et les agglomérations gallo-romaines recensées, avec les occupations avérées au cours de l’époque mérovingienne.

(D’après H. Laurent, SRA Franche-Comté ; J.-L. Odouze, 1991, complétés)

Fig. 11. Le territoire du nord de la Burgondie franque autour de 600.

Image 10000000000002050000030AFF66541C1DCB9E90.jpg

(D’après Bernard, 2002, complété ; DAO C. Schmitt)

Image 100000000000035B00000366A33C828C859F7637.jpg

14À la lin vie et au tournant viie siècle, l’impact franc est nettement marqué dans les modes funéraires d’un certain nombre de sépultures, comme nous l’avions également remarqué précédemment de façon plus exhaustive à partir de la répartition de l’armement (Passard et alii, 2008, p. 361, fig. 2). Toutefois, la nouvelle administration s’appuie sur un substrat local habituellement ancré dans la tradition gallo-romaine et sur la base de l’héritage du royaume des Burgondes des Ve et début vie siècles - surtout au sud de la région dans la périphérie de la Sapaudia — sensible à l’influence de flux méridionaux. Notons d’une part l’ancienneté du monachisme jurassien et ses attaches méridionales (Bernard, 2002, p. 147-182) et d’autre part les rares témoignages régionaux d’une continuité funéraire depuis l’Antiquité avec les cimetières du sud jurassien de Monnet-la-Ville et Crotenay. Là, une assise vraisemblablement galloburgonde se mêle au pouvoir franc de la seconde moitié du vie siècle, comme l’ont proposé récemment G. Desplanque et l’équipe de Crotenay (Desplanque, 2008, p. 309-311). Néanmoins, le Jura méridional paraît moins touché par l’amplitude des modes funéraires franques, même si les élites se signalent autour de 600 pour indiquer leur appartenance au nouveau pouvoir sans toutefois arborer les combinaisons d’armement plus fréquentes au nord de la Franche-Comté. L’offrande symbolique, particulièrement de l’épée, s’y substitue au déploiement plus ostentatoire de différentes catégories d’armes.

15Dans ce vaste territoire, la période de transition vie-viie siècle illustre les suites de l’intégration au royaume franc après 561, avec une organisation maîtrisée, c’est-à-dire administrée, sous le règne de Gontran (561-592). Ce roi s’établit à Chalon-sur-Saône et choisit d’être inhumé dans le monastère Saint-Marcel qu’il a créé en répétant le dispositif de Sigismond, bien avant lui, à Saint-Maurice d’Agamie dans l’actuel territoire helvétique. La cohésion de la Burgondie mérovingienne, à cette période, est certainement aussi assurée par les duchés établis sur les deux versants du Jura notamment (Pagi Cisiuranus et Ultrajuranus). En considérant les différents indices énoncés précédemment et pour faire écho au travail des historiens, il n’est pas déraisonnable de supposer que ces témoignages archéologiques sont la manifestation d’une polarisation des contacts vers le nord du domaine franc, y compris le Bassin parisien (Bernard, 2002, p. 162-165). Selon cette hypothèse, le nord de la Burgondie, avec l’actuelle Franche-Comté, occuperait effectivement un espace de médiation désomais dirigé vers le nord, le pouvoir franc ayant par ailleurs fait son affaire de la maîtrise des cols alpins en s’assurant le passage sans obstacle vers le monde méditerranéen par l’Italie. Le nord de la Burgondie franque offrait, il est vrai, l’espace le plus direct pour garantir les contacts avec la Méditenanée, soit par la Saône et le Rhône, soit à travers le Jura vers les cols alpins. La stabilisation du royaume franc de Burgondie semble bien assurée autour de 600, basée à la fois sur un espace territorial élargi jusqu’ au Bassin parisien et jusqu’ à la Provence, sur la position centrale de la résidence de la royauté à Chalon-sur-Saône et enfin sur la primauté du patriarche spirituel établi à Lyon. Mais c’est vers le nord-ouest que se tourneront désomais les relations de pouvoir, ce que révèlent à partir de la fin du vie siècle les essors monastiques avec la création en Burgundia de nouveaux établissements et de nouvelles règles.

16Dans ce dispositif, le rôle exact des rivières et de leur utilisation reste encore peu appréhendé. Il devrait être envisagé à partir d’études approfondies s’intéressant à l’impact anthropique sur le milieu mais aussi en affinant les données du climat. Largement abordées ces dernières décennies dans l’espace rhodanien par exemple, ces questions sont peu présentes régionalement dans les problématiques de cette période, malgré les pistes prometteuses ouvertes par les paléo-environnementalistes. Les approches récentes sur l’évolution climatique montrent en effet les modifications survenues après l’Antiquité. Sur la base d’études croisées enregistrées en contexte anthropique, comme dans les environnements naturels de haute montagne, les milieux glaciaires et les domaines lacustres, la fin du vie siècle et le viie siècle sont en effet intéressés par un renforcement des crises hydrologiques et une pluviométrie accrue. Dans l’aire jurassienne et sa périphérie, la période qui nous intéresse est notamment marquée par la fréquence des inondations observées dans le Seeland (lacs de Morat, Neuchâtel, Bienne en Suisse), coïncidant avec des transgressions lacustres qui remanient les horizons d’occupation antique (Magny, 1979, p. 181). Les archives lacustres enregistrent par ailleurs dans le Jura (Lac de Joux) comme dans les Alpes (lac d’Anterne) un refroidissement entre 500 et 700 (Magny et alii, 2008), lisible par la phase transgressive du Petit Maclu 2 à partir du milieu du viie siècle (Magny, 1993, p. 14). La correspondance des hauts niveaux lacustres et des modifications du climat peut toutefois être discutée en raison des facteurs complexes de changement de niveaux lacustres (conditions locales et éventuelles interventions humaines sur les bassins d’alimentation) et en raison des multiples causes de modifications climatiques (éruptions volcaniques, activité du soleil, modification des circulations marines...) (Mahler et alii, 2009). Les péjorations, avec phases froides, semblent néanmoins avoir culminé au milieu du vie siècle et à la fin du viie siècle (Maise, 2005, p. 83-87 ; Guélat, 2008, p. 60-63). L’analyse de quelques faits locaux donne une image nuancée examinant à la fois les hypothèses « climatiques » et les influences des habitants du Jura sur les régimes hydrologiques (déforestation, etc... ). Dans la basse vallée du Doubs, à la confluence Doubs-Loue, une phase de forte activité hydrologique est effectivement enregistrée au milieu du viie siècle (Bossuet et alii, 2002, p. 133). Bien étudiées sur le site de Develier-Courtételle (JU, Suisse), les variations des flux hydriques de différents ruisseaux mettent en évidence des épisodes actifs - crises - dans la seconde moitié du vie siècle (vers 580) puis dans la seconde moitié du siècle suivant (Brombacher et alii, 2008, p. 186-188, fig. 187, p. 187). Sur ce site, les crues brutales, les courants rapides qui caractérisent la plupart des cours d’eau du massif jurassien, contrairement à la Saône ou au Rhône, ont influé sur les établissements ruraux. La question de la navigabilité des petits cours d’eau, abordée à partir d’observations complémentaires et croisées, évite les simplifications abusives (Guélat et alii, 2008, p. 54-55). Néanmoins, au cours de la même période, le Rhône et la Saône connaissent aussi des épisodes hydrologiques forts dont l’interprétation associe à la fois l’observation de l’évolution de l’occupation du sol et celle d’événements climatiques ponctuels et intenses (Provansal et alii, 1999, p. 25 et 28 ; Berger, Brochier, 2006, p. 202-203 ; Berger et alii, 2008, fig. 6, p. 132). Aussi, bien que l’importance des bassins versants, celle des économies de plaine ou de montagne offrent de multiples sources de variabilité pour apprécier leurs effets sur la paléo-hydrologie des cours d’eau de la Burgundia, il apparaît que la période autour de 600 et le viie siècle ont bien été marqués par des débits hydriques plus importants, en dehors de l’influence anthropique par ailleurs avérée (défrichements, déforestation...). Les habitants de la région s’en sont vraisemblablement accommodés (Brombacher et alii, 2008, p. 188). Les données palynologiques associées à des datations14C, collectées en moyenne altitude dans le secteur de Pontarlier, indiquent une phase de reprise agricole à partir du vie siècle alors que, étonnamment, la phase de déprise observée au Ve siècle correspondait à une période climatique plus favorable (GAUTHIER, Richard, 2008, p. 277 et fig. 2, p. 278 ; Gauthier, 2004, p. 48, 167-168, 174 fig. 54). La densité des sites funéraires et la présence d’habitats des vie et viie siècles dans cette zone semblent accréditer le poids du politique et du social, sans que les conditions environnementales soient prégnantes. Système agraire forestier en altitude et emprise agricole en plaine (GAUTHIER, 2004, p. 178 ; Brombacher alii, 2008, p. 186), en même temps que la création de nouveaux habitats, concourent à envisager une organisation complémentaire et raisonnée qui, sans s’affranchir encore totalement de l’héritage antique, ouvre la voie vers les sociétés médiévales.

17Au terme de cet article, il ne nous semble pas interdit de souligner que l’installation du pouvoir franc dans le territoire septentrional de la Burgondie a assurément profité des héritages antérieurs, en s’appuyant sur les infrastructures de communications terrestres notamment et en respectant les lieux de passage privilégiés des rivières. L’utilisation des cours d’eau comme moyens de transport possibles ou comme lieux de passages transversaux a vraisemblablement été ajustée selon les nécessités, tout comme ce fut le cas au cours des périodes précédentes et suivantes. Dans le cadre d’un royaume administré tel que celui de la Burgondie franque, la gestion des cours d’eau n’était certainement pas aléatoire et devait obéir à des règles qui se traduisaient dans l’organisation du paysage. L’absence d’aménagements de rivières reconnus sur la Saône et le Doubs après la période antique laisse penser que leur emplacement a varié, peut-être non seulement en fonction des nouvelles dennes économiques et politiques, mais peut-être aussi en raison des conditions environnementales. En tout état de cause, même au cours de cette période de « crise climatique » ponctuelle, l’implantation puis la stabilisation du pouvoir franc paraissent avoir donné à l’isthme Rhin-Doubs-Saône-Rhône tout son sens en accentuant la polarisation des échanges avec le cœur du royaume mérovingien en Gaule du Nord et en affirmant son espace de médiation avec la Méditerranée. À moins qu’au terme des fluctuations nées de la mise en place des royaumes « barbares », comme celui des Burgondes, les héritiers francs de Clovis aient aussi profité de conditions économiques et environnementales spécifiques pour étendre et asseoir leur mainmise sur des royaumes affaiblis... et, dans ce cas, « forçage anthropique » et « forçage climatique » déclineraient une conjugaison opportune.

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références bibliographiques par Bilbo, l’outil d’annotation bibliographique d’OpenEdition. Ces références bibliographiques peuvent être téléchargées dans les formats APA, Chicago et MLA.

Bibliographie

Berger J.-F., Brochier J.-L., 2006, «Les apports de la géoarchéologie à la connaissance des paysages et des climats de l’époque médiévale en moyenne vallée du Rhône », in : Maufras O. éd., Habitats, nécropoles et paysages dans la moyenne et basse vallée du Rhône (vie-xv6 siècle) : contributions des travaux archéologiques sur le tracé TGV Méditerranée à l’étude des sociétés rurales médiévales, Paris, éd. de la MSH, p. 163-208 (Documents d’Archéologie française, 98).

Berger J.-F., Salvador P.-G., Franc O., Verot-Bourrely A., Bravard J.-P, 2008, « La chronologie fluviale post-glaciaire du haut bassin rhodanien », in : Desmet M., Magny M., Mocci F. dir., Du climat à l’homme : dynamique holocène de T environnement dans le Jura et les Alpes, Actes du colloque GDR JURALP, 15-16 nov. 2007, Chambéry, EDYTEM, p. 125-144 (EDYTEM, Cahiers de géographie, 6).

Bernard P, 2002, « Le royaume mérovingien de Burgundia et l’espace gaulois », in : Paravy P. dir., Des Burgondes au Royaume de Bourgogne (ve-xe siècle) : espace politique et civilisation, Journées d’étude des 26, 27 oct. 2001 aux Archives dép. de l’Isère, Grenoble, Acad. Delphinale, p. 147-182.

Billoin D., 2012, « Les récipients en pierre ollaire en France : nouvel état de la question », in : Lhemon M., Seernels V. éd., Les récipients en pierre ollaire dans l’Antiquité, Actes de la table ronde, 19-20 sept. 2008, Musée de la Pierre ollaire de Champsec (commune de Bagnes / Valais/ Suisse), Bâle, Schweizerische Gesellschaft für historische, p. 46-58 (Minaria Helvetica, 30).

Bossuet G. et alii, 2002, « Caractérisation des changements environnementaux dans la basse vallée du Doubs (Neublans, Jura, France) durant le premier millénaire après Jésus-Christ », in : Bravard J.-P, Magny M. dir., Les fleuves ont une histoire : paléo-environnement des rivières et des lacs français depuis 15 000 ans, Paris, éd. Errance, p. 125-134.

Brombacher C., Guélat M., Olive C., Wick L., 2008, « Synthèse », in : Guélat M. et alii, Develier-Courtetelle, un habitat rural mérovingien. 4. Environnement et exploitation du terroir, Porrentruy, Office de la Culture et Soc. d’Émulation, p. 185-197 (Cahier d’Archéologie jurassienne, 16).

Collectif 2004, Les Mérovingiens dans le Jura, Catalogue d’exposition, Lons-le-Saunier, Franche-Comté, Itinéraires jurassiens, Centre jurassien du patrimoine, 64 p.

Descourvières E., 1966, Le cimetière mérovingien de Bousseraucourt (Haute-Saône), Journal de fouille, s.l., manuscrit dactylographié.

Desplanque G., 2008, « Pérennité des élites au sein d’un territoire à travers la nécropole de Crotenay (Jura) », in : guillaume J., Peytremann É. dir., L’Austrasie : sociétés, économies, territoires, christianisation, Actes des xxvièmes Journées internationales d’Archéologie mérovingienne, Nancy, 22-25 sept. 2005, Nancy, Presses univ. de Nancy, p. 303-312 (Mémoires de l’AFAM, XIX).

Faure-Brac O. dir., 2002, La Haute-Saône, Paris, Acad, des Inscriptions et belles-Lettres, 483 p. (Carte archéologique de la Gaule, 70)

Fellmann brogli r. et alii, 1992, Dos rômisch-frühmittelalterliche Gräberfeld von Basel-Aeschenvorstadt, Derendingen, Solothum, Habegger, 62 p. (Basler Beiträge zur Ur- und Frühgeschichte, 10 B).

Feyeux J.-Y., 2003, Le verre mérovingien du quart nord-est de la France, Paris, De Broccard, 283 p., ill. (Coll. Études d’archéologie et d’histoire ancienne).

Frey A., 2006, Gürtelschnallen westlicher Herkunft im östlichen Frankenreich: Untersuchungen zum westimport im 6. und 7. Jahrhundert, Mainz, Verlag der Römisch-Germanischen Zentralmuseum, 385 p., ill. (Monographien des RGZM, 66).

Gauthier E., 2004, Forêts et agriculteurs du Jura : les quatre derniers millénaires, Besançon, Presses univ. de Franche-Comté, 197 p. (Annales littéraires de l’Univ. de Franche-Comté, 765 - série Environnement, sociétés et archéologie, 6).

10.3406/edyte.2008.1045 :

Gauthier E., Richard H., 2008, « L’anthropisation du massif jurassien : bilan des données palynologiques », in : Desmet M., Magny M., Mocci F. coord.. Du climat à l’homme : dynamique holocène de l’environnement dans le Jura et les Alpes, Actes du colloque GDR JURALP, 15-16 nov. 2007, Chambéry, EDYTEM, p. 237-280 (EDYTEM, Cahiers de géographie, 6).

Gizard S., Passard F., 2009, « Chaussin : une nécropole revisitée », in : Collectif, Les recherches de Julien Feuvrier (1851- 1936) : Dole et sa région , de la Préhistoire au 18ème siècle, Dole, Musée des Beaux Arts, p. 156-162.

Guélat M., 2008, «Reconstitution du paysage et paléohydrologie », in : Guélat M. et alii, Develier-Courtetelle, un habitat rural mérovingien. 4. Environnement et exploitation du terroir. Porrentruy, Office de la Culture et So. d’Émulation, p. 17-65 (Cahier d’Archéologie jurassienne, 16).

Kisrani L., 2010, Les perles des parures féminines dans les nécropoles du nord de la Franche-Comté : contribution à la typochronologie des ensembles funéraires mérovingiens, Master ACTE 1, Besançon, Univ. de Franche-Comté, 147 p.

koch U., 2001, Das alamannisch-fränkische Gräberfeld bei Pleidelsheim, Stuttgart, K. Theiss, 647 p. (Forschungen und Berichte zur Vor- und Frühgeschichte in Baden-Württemberg, 60).

Lagrange P. et alii, 1996, Collections du haut Moyen Âge du musée des beaux-arts et d’archéologie de Besançon : l’armement, Besançon, Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie, 43 p.

Lansival R., 2007, « Lanécropole mérovingienne de Metzervisse (Moselle) », R.A.E., t. 56, p. 231-310.

Legoux A., Buchet L., 2005, La nécropole mérovingienne de Cutry (Meurthe-et-Moselle), Saint-Gemiain-en-Laye, Ass. française d’Archéologie mérovingienne, 543 p. (Mémoires de l’AFAM, XIV).

Legoux R., Périn P, Vallet F., 2004, Chronologie normalisée du mobilier funéraire entre Manche et Lorraine, Saint-Germain-en-Laye, AFAM, 61 p., ill. (Bull, de liaison de l’AFAM, n° hors-série).

Magny M., 1979, « À propos de l’Aar et des lacs du Seeland », R.A.E., t. 30, fasc. 3-4, p. 177-182.

10.3406/hism.1993.1411 :

Magny M., 1993, « Les fluctuations des lacs jurassiens et subalpins au Moyen Âge », Histoire et mesure, 8, 1-2, p. 5-17.

Magny M., 2004, « Holocene climate variabilité as reflected by mil-european lake-level fluctuations and its probable impact on préhistorique human settelments », Quaternary international, 113, p. 65-79.

10.3406/edyte.2008.1028 :

Magny M. et alii, 2008, « Variations du climat au cours des deux derniers millénaires : deux cas d’étude dans le Jura et les Alpes du Nord », in : Desmet M., Magny M., Mocci F. coord., Du climat à l’homme : dynamique holocène de l’environnement dans le Jura et les Alpes, Actes du colloque GDR JURALP, 15-16 nov. 2007, Chambéry, EDYTEM, p. 51-64 (EDYTEM, Cahiers de géographie, 6).

Mahler N., 2009, Holocene Lake-level in Swiss lakes-climate controlled ? An interaction between lake-level, climate and humans, Zurich, ETH Eidgenössische Technische Hochchule Züriche. Swiss fédéral Institute of Tecnology, 17 p. (Terni paper), http://www.ibp.ethz.ch/research/aquaticchemistry/teaching/archive_past_lectures/Term_Paper_HS2009/Mahler_temipaper_msHS09.pdf.

Maise C., 2005, « Évolution climatique 0187 », in : Windler R., Marti R., Niffeler U. dir., Die Schweiz vom Palaolithikum bis zum frühen Mittelalter : vom Neandertaler bis zu Karl dem Grossen / La Suisse du paléolithique à l’aube du Moyen Âge : de l’homme de Néandertal à Charlemagne / La Svizzera dalpaleolitico ail’Alto Medioevo : dall’uomo di Neandertal a Carlo Magno. Vol. 6, Frühmittelalter — Haut Moyen Âge - Alto Medioevo, Bâle, Verl. Schweizeriche Gesellschaft für Ur- und Frühgeschichte, p. 83-87 (SPM, VI).

Marti R., 2005, « Les récipients », in : Windler r., Marti R., Niffeler U. dir., Die Schweiz vom Palaolithikum bis zum frühen Mittelalter : vom Neandertaler bis zu Karl dem Grossen / La Suisse du paléolithique à l’aube du Moyen Âge : de l’homme de Néandertal à Charlemagne / La Svizzera dal paleolitico ail’Alto Medioevo : dall’uomo di Neandertal a Carlo Magno. Vol. 6, Frühmittelalter - Haut Moyen Âge - Alto Medioevo, Bâle,Verl. Schweizeriche Gesellschaft für Ur- und Frühgeschichte, p. 218-225 (SPM, VI).

Martin M., 1991, Das spätrömisch-frühmittelalterliche Gräberfeld von Kaiseraugst (Kt. Aargau). Teil A : Text, Derendingen-Solothum, Habegger, 357 p. (Basler Beiträge zur Ur- und Frühgeschichte, 5A).

Mathiaut A., 2000, La céramique du haut Moyen Âge issue de contexte funéraire en Bourgogne Franche-Comté, Mémoire de DEA sous la dir. de J. Burnouf et P. Périn, Paris, Univ. de Paris 1, 267 p.

Mathiaut-legros A., 2006, « Céramiques fines et identité régionale : le cas de la céramique dite ‘burgonde’ », in : Hincker V., Husi Ph. coord., La céramique du haut Moyen Âge dans le nord-ouest de l’Europe, ve-xe siècle, Actes du colloque de Caen, 2004, Condé-sur-Noireau, NEA éd., p. 195-208.

Maul B., 2002, Frühmittelalterliche Glaser des 5.-7./8. Jahrhunderts n. Chr. Sturzbecher, glockenförmige Becher, Tummler und Glockentummler, Bonn, Habelt, 2 vol., 528 p. (Universitätsforschungen zur prähistorischen Archäologie, 84).

Monnet R., Thévenin C., 1983, « Dragages récents dans l’Ognon à Mamay », R.A.E. t. 34, p. 366-374.

Moosbrugger-Leu R., 1971, Die Schweiz zur Merowingerzeit : die archaologische Hinterlassenschaft der Romanen, Burgunder und Alamannen, Bem, Francke Verl. Vol. A et B (Handbuch der Schweiz zu Römer- und Merowingerzeit).

Odouze J.-L., 1991, Vie et mort du pagus d’Escuens : la région de Lons-le-Saunier (Jura) au cours du premier millénaire, Thèse d’Univ. sous la dir. de M. Mangin, Besançon, Univ. de Franche-Comté, 5 vol.

Passard F, Gizard S., Urlacher J.-P, 2007, « Les tombes de l’élite aux vie et viie siècles ap. J.-C. dans le massif du Jura », in : Bélet-Gonda C. et alii, Mandeure, sa campagne et ses relations d’Avenches à Luxeuil, d’Augst à Besançon, Actes des Journées archéologiques frontalières de l’Arc jurassien, Delle (F.), Boncourt CH), 21-23 oct. 2005, Besançon, Presses univ. de Franche-Comté/ Porrentruy, Office de la Culture et Soc. jurassienne d’Émulation, p. 295-302.

Passard F., Gizard S., Urlacher J.-P, 2008, « Les dépôts d’armes dans les sépultures franc-comtoises aux vie et viie siècles : un état de la question », in : guillaume J., Peytremann É. dir., L’Austrasie : sociétés, économies, terriroires, christianisation, Actes des xxvièmes Journées internationales d’Archéologie mérovingienne, Nancy, 22-25 sept. 2005, Nancy, Presses univ. de Nancy, p. 359-370 (Mémoires de l’AFAM, XIX).

Peytremann É., 2008, « La nécropole de Métrich à Koenigsmacker (Moselle) », in : GUILLAUME J., Peytremann É. dir., L’Austrasie : sociétés, économies, territoires, christianisation, Actes des xxvièmes Journées internationales d’Archéologie mérovingienne, Nancy, 22-25 sept. 2005, Nancy, Presses univ. de Nancy, p. 257-268 (Mémoires de l’AFAM, XIX).

Provansal M., Berger J.-F, Bravard J.-P, Salvador P.-J., Arnaud-Fassetta g., Bruneton h., Verot-Bourrely A., 1999, « Le régime du Rhône et les mutations des environnements fluviaux du lac de Genève à la mer », Gallia, t. 56, p. 13-32.

Schäfer U., 1995, « Le cimetière de Blussangeaux (Doubs) : l’offrande funéraire, expression des influences culturelles », in: Éclats d’Histoire : 10 ans d’archéologie en Franche-Comté, 25 000 ans d’héritage, Besançon, Cètre éd., p. 346-348.

Simon Ph., 1974, « Étude d’un type de plaque-boucle en bronze à décor de vannerie d’époque mérovingienne (note préliminaire) », Antiquités nationale, 6, p. 77-82.

Steiner L., Menna F. et alii, 2000, La nécropole du Pré de la Cure à Yverdon-les-Bains (ive-viie s. ap. J.-C.), Lausanne, vol. 1 : 352 p., vol. 2:311p. (Cahier d’Archéologie romande, 75-76).

Thévenin A., 1967, « Les cimetières mérovingiens de la Haute-Saône », Bull, de la Soc. d’Agriculture, Lettres, Sciences et Arts de la Haute-Saône (SA.L.SA.), Vesoul, p. X-XI.

Thévenin A., 1968, Les cimetières mérovingiens de la Haute-Saône, Paris, Les Belles Lettres, 123 p. (Annales littéraires de l’Univ. de Besançon, 89 - série Archéologie, 20).

Thévenin A., 1969, « Le cimetière mérovingien de Blonde-Fontaine », R.A.E., t. 20, fasc. 1, p. 1-4.

Urlacher J.-P,Passard F.,Manfredi-Gizard S. et alii, 1998, La nécropole mérovingienne de La Grande Oye (dépt. du Doubs) VIe-VIIe s. ap. J.-C., Saint-Germain-en-Laye, AFAM, Dijon, S.A.E., 440 p. (Mémoires de l’AFAM, X).

Urlacher J.-P., Passard-Urlacher F., Gizard S. et alii, 2008, Saint-Vit ‘Les Champs Traversains’ : nécropole mérovingienne (vie-viie siècle ap. J.-C.) et enclos protohistorique (ixe-ve siècle av. J.-C.), Besançon, Presses univ. de Franche-Comté, 496 p. (Annales littéraires de l’Univ. de Besançon, 839 - Série Environnement, Société et Archéologie, 12).

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.