Version classiqueVersion mobile

Des fleuves et des hommes à l’époque mérovingienne

 | 
Édith Peytremann

3. Des hommes et des fleuves : économie fluviale

Une nouvelle épave mérovingienne découverte dans la Charente à Port d’Envaux (Charente-Maritime)

Philippe Moyat, Annie Dumont, Jean-François MariottI et Julian Wiethold

Résumé

L’épave mérovingienne du Priouté se trouve au fond du fleuve Charente, sur la commune de Port d’Envaux, dans le département de Charente-Maritime, à 4 km en amont de la zone portuaire alto-médiévale de Taillebourg. Une analyse radiocarbone la rattache à une fourchette chronologique comprise entre le milieu du VIIe et le début du VIIIe s. Trois campagnes de fouilles subaquatiques ont permis d’en faire le relevé et l’étude des principales caractéristiques techniques. Cette embarcation assemblée, conservée à 80%, est en chêne et mesure 6,60 m de longueur pour 2,40 m de largeur. Sa capacité de charge a pu être estimée à 1,5 tonne. Son faible tirant d’eau ainsi que la présence d’une étrave la destinaient à une navigation fluviale et palustre, peut-être étendue aux limites des pertuis. Outre le transport de marchandises, cette embarcation a pu servir dans le cadre d’autres activités, telles que la pêche, la conchyliculture ou l’exploitation du sel.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1. Le site immergé du priouté

Le site immergé du Priouté a été anciennement découvert par un plongeur loisir, qui, au début des années 1980, avait prélevé dans ce secteur du fleuve des objets datables du haut Moyen Âge. De nouvelles prospections ont ensuite permis d’identifier l’épave assemblée dont il est question, ainsi qu’une pirogue monoxyle datée entre la fin du viiie siècle et la fin du Xe siècle. Un relevé bathymétrique du fond du fleuve montre dans cette zone deux anomalies : la première est visible contre la rive gauche, à l’endroit où se trouvent la pirogue et l’épave assemblée, et pourrait correspondre à un ancien quai ou à un renfort de berge, matérialisé par une accumulation de pierres, aujourd’hui complètement démantelée. La seconde est localisée en amont, et se présente sous la forme d’un haut-fond de forme quadrangulaire, nettement visible contre la rive gauche et qui occupe près de la moitié de la largeur du chenal. Il est peu probable que cette anomalie soit d’origi...

© ARTEHIS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search