Version classiqueVersion mobile

Des fleuves et des hommes à l’époque mérovingienne

 | 
Édith Peytremann

2. Des fleuves et des villes

Une ville Mosane entre le Ve et le XIIe siècle : l’apport de l’archéologie à l’histoire de Huy (Belgique, Wallonie, Province de Liège)

Catherine Péters et Bernardy de Sigoyer

Résumé

Depuis vingt ans, l’archéologie pratiquée à Huy offre de nouvelles données à la connaissance des débuts de son histoire. Les sources écrites sont rares pour les périodes les plus anciennes et c’est grâce aux données matérielles que l’on peut aujourd’hui percevoir l’importance, l’étendue et la continuité de l’occupation des deux rives de la Meuse depuis la fin du IVe siècle. Même si l’édification de l’église Notre-Dame à la confluence de la Meuse et du Hoyoux, au pied d’un éperon rocheux à un moment indéterminé antérieur à 634, est probablement à l’origine d’une prépondérance religieuse, politique et peut-être commerciale de la rive droite, l’autre rive témoigne néanmoins d’une occupation humaine aussi dense. L’artisanat mérovingien a marqué les deux rives de la même manière alors que seule la rive gauche livre jusqu’à présent une forte concentration de sites funéraires. L’occupation se maintient durant l’époque carolingienne, avec moins de traces d’artisanat, et la ville s’étend, les quartiers se densifient encore au XIIe siècle.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1. Présentation géographique (fig. 1 et 2)

Située à mi-parcours entre Namur et Liège, Huy constitue avec les villages environnants une commune fusionnée de 25000 habitants. Elle est bordée de deux régions géographiques complémentaires, au nord le plateau limoneux et fertile de Hesbaye, au sud le Condroz accidenté et boisé, dont les ressources agricoles et matières premières sont exploitées depuis longtemps : la laine et la peau, le bois, l’écorce de chêne, divers matériaux pierreux, l’argile, le fer, le plomb... Le noyau urbain ancien se déploie de part et d’autre d’un méandre prononcé de la Meuse, à sa confluence avec une rivière, le Hoyoux.

Sur la rive droite, un promontoire rocheux domine le confluent d’une soixantaine de mètres ; il termine une succession de collines entaillées par la vallée du Hoyoux et sa paroi nord descend de manière abrupte jusqu’au fleuve. Sur cette berge prise entre la falaise et la Meuse, la circulation fut malaisée jusqu’ au milieu du xixe siècle. En aval ...

Auteurs

Service public de Wallonie, Direction générale de l’aménagement du territoire, du logement, du patrimoine et de l’énergie, Direction de Liège 1, Service de l’Archéologie

Service public de Wallonie, Direction générale de l’aménagement du territoire, du logement, du patrimoine et de l’énergie, Direction de Liège 1, Service de l’Archéologie

© ARTEHIS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search