Version classiqueVersion mobile

Des fleuves et des hommes à l’époque mérovingienne

 | 
Édith Peytremann

2. Des fleuves et des villes

Paris et la Seine au premier Moyen Âge : occupation des territoires fluviaux à Paris entre le Ve et le Xe siècle

Léa Hermenault

Résumé

La construction d’une carte archéologique des bords de Seine à Paris recensant l’ensemble des données de fouilles datées entre le Ier et le Xe siècle permet d’observer l’évolution de l’occupation sur les rives du fleuve et d’en envisager les conséquences pour la construction de la ville médiévale. Contrairement à la période antique durant laquelle la ville apparaît comme étant fortement polarisée par le cardo maximus, le chapelet des lieux de culte fondés durant l’époque mérovingienne à proximité du bord du fleuve pourrait indiquer que le tissu urbain à tendance à s’allonger le long de la Seine et des voies qui la bordent durant le premier Moyen Âge, révélant ainsi probablement une légère perte d’attractivité du cardo et l’importance économique des territoires fluviaux à l’époque médiévale.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

Bien que la relation qu’entretient la ville de Paris avec la Seine durant les périodes historiques soit un des topos de l’historiographie parisienne, l’occupation des territoires fluviaux n’a pas, à notre connaissance, fait l’objet d’études spécifiques.

Les historiens et archéologues antiquisants évoquent fréquemment l’étroitesse du lien qui se développe entre la ville et son fleuve dans l’Antiquité. En premier lieu, le lien est établi à partir de l’examen de ce qui est couramment appelé le site « naturel » de la ville, qui se trouve en aval de la confluence de plusieurs rivières avec la Seine (dont la Marne et l’Aisne) et en amont de la confluence avec l’Oise (Busson, 1998, p. 54) ; le site se trouve également sur l’itinéraire d’une grande voie terrestre de direction nord-sud, et ce faisant est à la croisée de la voie fluviale séquanienne et d’un faisceau de routes terrestres (Roblin, 1971, p. 96). Tirant partie de cette situation de carrefour, la ville entretiendrait do...

Auteur

Doctorante allocataire en archéologie médiévale à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 7041 ArScAn, équipe « Archéologies environnementales », Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie, 21 allée de l’Université F-92023 Nanterre Cedex,

© ARTEHIS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search