Version classiqueVersion mobile

Iconographie du quotidien dans l’art provincial romain : modèles régionaux

 | 
Sabine Lefebvre

HOMMES ET FEMMES

La figura del militare: mutamenti d’immagine

Luca Bianchi

Résumé

Avec l’urbanisation des zones militarisées de l’Empire, l’image du soldat équipé pour la guerre disparaît des monuments funéraires. La différence avec le costume civil s’estompe dans les stéréotypes iconographiques du IIe siècle, où le vêtement du militaire devient semblable à celui du civil, même si quelques signes d’appartenance à l’armée le rendent reconnaissable. Au siècle suivant, bien que les portraits de soldats deviennent plus nombreux, le sujet se montre toujours en Dienstuniform, c’est-à-dire en tenue de service, sans cuirasse. Cette représentation gagne les grades supérieurs de l’armée, lorsque n’est plus perçue la valeur sémantique de la statue cuirassée, qui imitait l’image du prince et rappelait des idéaux partagés. Quelques statues de la périphérie danubienne annoncent le changement, qui, dans l’art de cour, se manifestera à la fin de l’Antiquité.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le riflessioni che seguono sono state stimolate dalle insolite statue di militari del museo di Alba Iulia che rividi in occasione del precedente nostro convegno (fig. 14-19, infra). Quantunque già abbastanza note, una in particolare, per un problematico ritratto (fig. 17), non si sono inserite nel discorso sui mutamenti che sopravvengono alle soglie della tarda antichità nell’autopresentazione del militare di rango.

Gli studi sul provincialismo romano hanno sempre dedicato molta attenzione ai monumenti funerari di soldati dei territori limitanei, come veicolo della trasmissione di modelli e di forme dalla Cisalpina e come documenti per la storia del costume e dell’equipaggiamento militare. Il settore privilegiato è stato a lungo il limes renano; ma di fatto, soltanto qui le stele caratterizzate dal descrittivismo di tenute di guerra, decorazioni e insegne, così come quelle con la sigla del cavaliere che atterra il nemico, formano serie omogenee e concentrate (fig. 1 et 2)1. Il fenome...

© ARTEHIS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search