Version classiqueVersion mobile

L’habitat fortifié pré- et protohistorique en Côte-d’Or

 | 
Jean-Pierre Nicolardot

Annexe. Étude de la faune

Châtelet d'Etaules (Faune mise au jour en 1996)

Texte intégral

Olivier PUTELAT

Introduction

1Les ossements collectés lors de la campagne de fouilles de 1996 appartiennent tous à des espèces animales. Ils proviennent de niveaux datés du Néolithique moyen et ont été mis au jour, pour l’essentiel, dans des niveaux d’habitat.

2Nombre total de restes : 151 ;

3Poids total des restes osseux : 0,350 kg.

Conservation

4Le rapport du poids total de restes divisé par le nombre total de restes livre un poids moyen de 2,3 g. Ce rapport très peu élevé traduit la petite taille des ossements collectés, résultat d’une fragmentation intense.

5Les causes de cette fragmentation sont multiples : elles sont bien entendu à mettre en rapport avec des pratiques culinaires, mais résultent probablement encore plus de phénomènes taphonomiques liés, entre autre, à la rapidité d’enfouissement des rejets osseux.

Espèces déterminées

I. Les espèces domestiques

Caprinés

6Les caprinés sont présents en cinq endroits : un métapode transformé, ou en cours de transformation en outil, diaphyse et épiphyse distale (pt. 75), une diaphyse d’humérus (pt. 32), une incisive (pt. 76), une phalange proximale non épiphysée (animal de moins d’un an) (pt., p. 86). Des stries de décarnisation sont visibles sur une vertèbre de capriné (pt. 82a). Aucun de ces restes ne permet l’application des critères de différenciation entre chèvre, Capra hircus et mouton, Ovis aries.

II. Les espèces sauvages

Léporidés : Lepus europaeus

7Leur présence est mise en évidence en quatre endroits : une incisive (pt. 80), un fragment de scapula gauche (cavité glénoïdale et processus suprahamatus) (pt. 4), un ulna brisé (pt. 10), ainsi qu’une épiphyse distale d’humérus, un métacarpe 3 et une phalange proximale (pt. 24).

Cervidés : Cervus Elaphus Linné

8Cette espèce est représentée par deux dents. Leur présence dans la section 23 (pt. 75) zone d’habitat, associée à de nombreux fragments osseux, brûlés ou non, laisse présager d’une consommation alimentaire. Un fragment de bois poli, probablement reliquat d’outil, a été identifié. L’examen de ce mobilier n’a pas permis de déterminer sa provenance, bois de chute ou bois de massacre.

Canidés : Vulpes vulpes

9Leur présence et une éventuelle consommation alimentaire sont attestées par la mise au jour de restes osseux dans le niveau d’habitat, en compagnie de restes de caprinés et de suidés. Cette hypothèse est renforcée par la présence d’un fémur de renard (fragment proximal, pt. 28) ainsi que par celle d’un os du carpe de canidé brûlé, attribuable probablement au renard, toujours dans l’habitat (pt. 75).

Mustélidés

10Ils sont représentés ici par un humérus non épiphysé pouvant appartenir à une martre : Martes martes, ou à une fouine : Martes foina.

Oiseaux

11Les restes fauniques d’oiseau (os), en nombre relativement important, semblent mieux conservés, bien que plus fragiles, que les ossements des autres espèces animales recueillis en 1996. Ils peuvent être intrusifs entre les pierres des éboulis supérieurs, leur petite taille expliquant leur déplacement, et certains sont probablement d’époque contemporaine. Parmi ces restes, un tibio-tarse et un tarso-métatarse de perdrix grise, Perdix perdix, ont été mis en évidence.

III. Les espèces déterminées par familles

Bovidés

12Dans la section 23 (habitat), on note la présence de dents, ainsi qu’une extrémité distale de métapode (pt. 66) qui présente des traces de dents de petits animaux ainsi qu’un « aménagement » anthropique sous la forme de rainurages, l’un longitudinal, l’autre transversal. De même, un fragment de diaphyse de fémur présente des traces conséquentes de polissage (pt. 87). Une détermination plus précise du genre et de l’espèce de ces ossements de bovidés n’est pas envisageable ici, en raison du risque de confusion des fragments entre bœuf, Bos taurus et auroch, Bos primigenius.

Suidés

13Dans le secteur 23, il faut remarquer la présence d’un métacarpe brisé (pt. 87), d’une incisive mandibulaire (pt. 75), et d’un fragment de métatarse 3 (pt. 86). La rareté et le délabrement de ces vestiges osseux interdisent toute distinction entre porc domestique et sanglier.

14Un fragment de canine mandibulaire de suidé (défense), présente des traces de travail et peut résulter de la fabrication d’un pendentif.

Conclusion

15Le faible nombre de restes déterminables rend très incertain tout calcul statistique. Nous nous limiterons ici à constater :

  • la diversité du spectre de faune malgré la faiblesse de l’échantillon étudié ;

  • la présence des espèces animales consommées, espèces domestiques mais également sauvages ;

  • la réutilisation d’ossements et dents transformés en outils ou objets usuels (tabl. 17).

Tabl. 17. Spectre de faune, Myard 1996.

Bibliographie

Bibliographie

AUGUSTE P., 1994, « Introduction générale : la fossilisation », in : PATOU-MATHIS, M. ed., Outillage peu élaboré en os et bois de cervidés, IV. Artefacts 9, Actes de la 6e table ronde : Taphonomie / Bone modification, Treignes, Centre d’Études et de Documentation Archéologiques, 1991, p. 11- 14.

AUGUSTE P., 1994, « Actions climatique et édaphique : synthèse générale », in : PATOU-MATHIS M., ed., Outillage peu élaboré en os et bois de cervidés, IV. Artefacts 9, Actes de la 6e table ronde : Taphonomie / Bone modification, Treignes, Centre d’Études et de Documentation Archéologiques, 1991, p. 17-27.

BARONE R., 1986, Anatomie comparée des mammifères domestiques, 3e éd., Vol. 1, Ostéologie, Paris, éd. Vigot, 761 p.

BARONE R., 1997, Anatomie comparée des mammifères domestiques, 3e éd., Vol. 3, Splanchnologie, Paris, éd. Vigot, 853 p.

BINFORD L. R., 1981, Bones, ancient men and modern myths, New-York/London/Toronto/Sydney/San Fransisco, Academic Press, 321 p.

BOESSNECK J., 1969, « Osteological differences between sheep (Ovis aries Linné) and goat (Capra hircus Linné) », in : BROTHWELL D., HIGGS E. ed., Science in archaeology, London, Thames & Hudson, 2e éd., p. 331-358.

BRIDAULT A., 1991, « La fragmentation osseuse : modèle d’analyse pour les séries mésolithiques », in : PATOU-MATHIS, M. ed., Outillage peu élaboré en os et bois de cervidés, IV. Artefacts 9, Actes de la 6e table ronde : Taphonomie / Bone modification, Treignes, Centre d’Études et de Documentation Archéologiques, 1991, p. 155-166.

BRUGAL J.-Ph., DAVID F., FARIZY C., 1991, « Quantification d’un assemblage osseux : paramètres et tableaux », in : PATOU-MATHIS, M. ed., Outillage peu élaboré en os et bois de cervidés, IV. Artefacts 9, Actes de la 6e table ronde : Taphonomie / Bone modification, Treignes, Centre d’Études et de Documentation Archéologiques, 1991, p. 143-153.

CLUTTON-BROCK J., DENNIS-BRYAN K., ARMITAGE P.-L., JEWELL P.-A., 1990, « Osteology of the Soay sheep », Bull. British Museum (Natural History), Zoology Series, vol. 56-1, Londres, p. 1-47.

DRIESCH A. von den, 1976, A guide to the measurement of animal bones from archeological sites, Harvard University, 137 p. (Peabody Museum, Bull. n° 1).

HABERMEHL K.-H., 1975, Die Alterbestimmung bei Hausund Labortieren, Berlin/Hamburg, Paul Parey Verlag, 216 p.

HELMER D., ROCHETEAU M., 1994, « Atlas du squelette appendiculaire des principaux genres Holocènes de petits ruminants du nord de la Méditerranée et du Proche-Orient », in : DESSE J., DESSE-BERSET N. ed., Fiches d’ostéologie animale pour l’archéologie, Série B. Mammifères, Juan-les-Pins, CRA-CNRS, APDCA, n° 4, p. 1-21.

HILLSON S., 1986, Teeth, Cambridge, Cambridge University Press, 376 p.

MÉNIEL P., 1984, Contribution à l’histoire de l’élevage en Picardie : du Néolithique à la fin de l’Âge du Fer, Compiègne, 56 p., 3 microfiches (Revue Archéologique de Picardie, Numéro spécial).

MÉNIEL P., CHAIX L., 1996, Éléments d’archéozoologie, Paris, éd. Errance, 112 p.

PALES L., GARCIA M.-A., 1981, Atlas ostéologique pour servir à l’identification des mammifères du Quaternaire : Herbivores. IIa. Tête - Rachis - Ceintures scapulaire et pelvienne, Paris, éd. du CNRS, 176 pl.

PALES L., GARCIA M.-A., 1981, Atlas ostéologique pour servir à l’identification des mammifères du Quaternaire : Carnivores - Homme. IIb. Tête - Rachis - Ceintures scapulaire et pelvienne, Paris, éd. du CNRS, 77 pl.

PATOU-MATHIS M., 1991, « Actions anthropiques sur les assemblages osseux et sur les ossements du Paléolithique : état des recherches », in : PATOU-MATHIS, M. ed., Outillage peu élaboré en os et bois de cervidés, IV. Artefacts 9, Actes de la 6e table ronde : Taphonomie / Bone modification, Treignes, Centre d’Études et de Documentation Archéologiques, 1991, p. 133-142.

PAYNE S., 1985, « Morphological distinctions between the mandibular teeth of young sheep, Ovis, and goats, Capra », Journal of Archeological Science, n° 12, p. 139-147.

POPLIN F., 1981, « Un problème d’ostéologie quantitative : calcul d’effectif initial d’après appariements. Généralisation aux autres types de remontages et à d’autres matériels archéologiques », Revue d’Archéométrie, n° 5, Paris, p. 159- 165.

POPLIN F., 1983, « L’animal et l’os devant l’archéologie », Nouvelles de l’archéologie, n° 11, Paris, p. 7-11.

POULAIN Th., 1976, L’étude des ossements animaux et son apport à l’archéologie, Dijon, Publ. du Centre de Recherche sur les Techniques Gréco-Romaines, 133 p., 5 pl.

SCHMID E., 1972, Atlas of Animal Bones for Prehistorians, Archaeologists and Quaternary Geologists, Amsterdam/ London/New-York, Elsevier Publ. Company, 159 p.

SILVER I.A., 1969, « The ageing of domestic animals », in : BROTHWELL D., HIGGS S. ed, Science in archaeology, London, Thames & Hudson, p. 283-302, 2e éd.

Table des illustrations

Légende Tabl. 17. Spectre de faune, Myard 1996.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23602/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 58k

© ARTEHIS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search