Version classiqueVersion mobile

L’habitat fortifié pré- et protohistorique en Côte-d’Or

 | 
Jean-Pierre Nicolardot

Annexe. Étude de la faune

Camp de Myard

Texte intégral

Thérèse POULAIN

1Les fouilles effectuées sur ce site de 1969 à 1975 ont permis la découverte de 7 650 fragments osseux dont 2 419 déterminables (31,62 % du total des vestiges), représentant un nombre minimum de 260 animaux domestiques et sauvages, faune et microfaune ; certains d’entre eux sont visiblement modernes, d’autres, sans être aussi récents, sont postérieurs à la grande majorité des fragments que l’on peut dater du Néolithique moyen.

Faune

Animaux domestiques :

  • le bœuf (Bos taurus L.)
  • le porc (Sus domesticus L.)
  • le mouton (Ovis aries L.)
  • la chèvre (Capra hircus L.)
  • le chien (Canis familiaris L.)
  • le poulet (Gallus sp.) (ancien et moderne)

Animaux sauvages :

  • le grand bœuf (Bos primigenius L.)
  • le cerf élaphe (Cervus elaphus L.)
  • le cheval (Equus caballus L.)
  • le sanglier (Sus scrofa L.)
  • le renard (Vulpes vulpes L.) (ancien et moderne)
  • le chat sauvage (Felis sylvestris L.)
  • le blaireau (Meles meles L.)
  • la martre (Martes martes L.)
  • le castor (Castor fiber L.)
  • le lièvre (Lepus auropaeus Pallas) (ancien et moderne)
  • le lapin de garenne (Oryctolagus cuniculus L.) (ancien et moderne)
  • l’écureuil (Sciurus vulgaris L.)

2des oiseaux :

  • le merle (Turdus merula L.) (ancien et moderne)
  • le troglodyte (Troglodytes trog. L.) (moderne)
  • le pigeon ramier (Columba palumbus L.)
  • le canard colvert (Anas platyrinchos L.)
  • la corneille noire (Corvus corone cor. L.)
  • la chouette hulotte (Strix aluco aluco L.)

Microfaune

  • une chauve souris (non déterminée)
  • la taupe (Talpa europaea L.)
  • le hérisson (Erinaceus europaeus L.)
  • le lérot (Elyomis quercinus L.)
  • le campagnol souterrain (Pitymys subterraneus de Selys Longchamps)
  • le campagnol agreste (Microtus agrestis L.)
  • le grand campagnol (Arvicola terrestris ter. L.)
  • une grenouille (Rana sp.)
  • le crapaud commun (Bufo bufo L.)

3Ces animaux sont répartis entre plusieurs sondages ou secteurs qui ont livré des vestiges purs ou mélanges (tabl. 1).

Tabl. 1. Répartition des fragments osseux suivant les secteurs.

Sondage 1 (Avril 1969)

4Il a livré 63 fragments osseux dont 40 déterminables, appartenant à 15 animaux domestiques et sauvages, faune et microfaune : bœuf, porc, mouton, poulet, renard, martre, lièvre, lapin de garenne, corneille noire, taupe.

Ces vestiges sont mélan gés : Néolithique, Âge du Fer...
Animaux domestiques : 16 fragts, 6 ind., soit 42,85 %
Animaux sauvages : 23 fragts, 8 ind., soit 57,15 %
Microfaune : 1 fragt, 1 ind.

5La faune sauvage prédomine avec un peu plus de la moitié des animaux. Il s’agit d’espèces dont la présence semble accidentelle.

6Parmi les animaux domestiques, prédominance très relative du mouton.

Répartition

7a) Le bœuf :

83 fragments.

9b) Le porc :

10L’extrémité distale, désépiphysée, d’un métacarpien (III ou IV).

11c) Le mouton :

1210 fragments d’1 très jeune de quelques semaines, 1 jeune de 6-8 mois, 1 adulte. Des marques de découpage.

13d) Le poulet :

142 fragments.

15e) Le renard :

166 fragments d’1 très jeune et d’1 adulte.

17f) La martre :

182 fragments.

19g) Le lièvre :

202 fragments.

21h) Le lapin de garenne :

2211 fragments de 2 adultes.

23i) La corneille noire :

242 fragments d’1 adulte.

25j) Microfaune : la taupe :

261 humérus gauche.

Sondage 2

27Daté de 1969 comme le précédent, il a livré 221 fragments osseux dont 172 déterminables, appartenant à 42 animaux domestiques et sauvages, faune et microfaune :

  • bœuf, porc, mouton, chien, poulet,
  • renard, chat sauvage, blaireau, martre, lièvre, lapin de garenne, écureuil, merle,
  • chauve-souris, taupe, campagnol souterrain, campagnol agreste, grand campagnol terrestre, grenouille.
Animaux domestiques : 39 fragts, 10 individus, soit 40 %.
Animaux sauvages : 66 fragts, 15 individus, soit 60 %.
Microfaune : 67 fragts, 17 individus.

28Les animaux sauvages sont encore plus nombreux que dans le sondage 1, particulièrement la microfaune. Comme dans celui-ci, la faune est mélangée (Néolithique, Âge du Fer, etc.). Ici, pas de prédominance réelle d’une espèce sur une autre.

La faune

Répartition

29a) Le bœuf :

306 fragments d’1 jeune de 18-20 mois et 1 adulte.

31b) Le poulet :

325 fragments d’1 très jeune de quelques semaines et 1 jeune de 8-10 mois.

33c) Le mouton :

3416 fragments de 3 animaux : 1 très jeune de 2 mois, 1 très jeune de 3-4 mois, 1 adulte.

35Des marques de découpage.

36d) Le chien :

379 fragments d’1 très jeune et 1 adulte.

38e) Le poulet :

393 fragments d’1 coq de forte taille dont le métatarsien gauche avec un fort ergot.

40f) Le renard :

417 fragments d’1 très jeune, 1 jeune et 1 adulte.

42g) Le chat sauvage :

436 fragments d’1 jeune animal.

44h) Le blaireau :

453 fragments d’1 très, très jeune, 1 très jeune, 1 adulte.

46i) La martre :

473 fragments d’1 adulte.

48j) Le lièvre :

491 phalange I postérieure.

50k) Le lapin de garenne :

5135 fragments d’1 jeune et 3 adultes.

52l) L’écureuil :

534 fragments d’1 adulte.

54m) Le merle :

557 fragments d’1 adulte.

La microfaune

Répartition

56a) La chauve-souris :

57Le radius droit d’1 adulte.

58b) La taupe :

5916 fragments de 4 adultes.

60c) Le campagnol souterrain :

613 fragts.

62d) Le campagnol terrestre :

6323 fragts de 5 adultes.

64e) Le grand campagnol terrestre :

6521 fragts de 4 adultes.

66f) La grenouille :

673 fragts de 2 adultes.

68Les sondages 1 et 2, effectués en 1969, ont livré des vestiges mélangés, appartenant à plusieurs époques (Néolithique, Âge du Fer, etc.). Ils sont caractérisés par la prédominance d’animaux sauvages dont la présence est accidentelle (petite faune de carnivores et rongeurs, microfaune) et de quelques oiseaux. Les fragments déterminables représentent 63 % dans le sondage 1 et 77 % dans le sondage 2, proportions nettement supérieures au pourcentage général moyen (31,62 %).

Secteur 3

69Il a livré 2 864 fragments osseux dont 891 déterminables (31,30 %) appartenant à 62 animaux domestiques et sauvages, faune et microfaune : bœuf, porc, mouton, chèvre, chien, grand bœuf, cerf élaphe, cheval, sanglier, chat sauvage, blaireau, lièvre, écureuil, merle, hérisson, taupe, lérot, crapaud.

70Parmi les « indéterminables », une esquille osseuse a été aménagée en une sorte de pointe.

Animaux domestiques : 838 fragts, 43 ind., soit 76,78 %.
Animaux sauvages : 45 fragts, 13 ind., soit 23,22 %.
Microfaune : 7 fragts, 6 ind.

71Il s’agit d’un habitat du Néolithique moyen (tabl. 2).

72Les ovicapridés prédominent, devançant de très peu le bœuf et le porc. Parmi les animaux sauvages, nous trouvons des espèces chassées : grand bœuf, cerf élaphe, cheval, sanglier, et d’autres dont la présence est certainement accidentelle.

Tabl. 2. Répartition des fragments du Secteur 3.

73Âge : les adultes représentent environ les 3/4 des animaux, en particulier, tous les animaux sauvages. Jeunes et très jeunes sont bien représentés parmi les espèces domestiques.

La faune

Répartition

74a) Le bœuf :

75438 fragments de 14 individus, dont : 2 très jeunes de 4-5 mois, 4 jeunes (2 de 15-18 mois, 2 de 18-24 mois), 8 adultes dont 1 assez jeune.

76De nombreuses marques de découpage, mais aussi de carbonisation (fémur, rotule, côtes, phalange I postérieure, cubitus d., fragts crâniens).

77b) Le porc :

78200 fragments de 11 individus : 1 très jeune de quelques semaines, 1 de 3-4 mois, 1 jeune de 18-20 mois, 8 adultes dont 1 âgé et 1 très âgé.

79Des marques de découpage, quelques os brûlés (diaphyse fémorale, 1 vertèbre lombaire, 8 fragts de côtes, 2 fragts crâniens).

80c) Le mouton :

81174 fragments de 12 individus : 1 très jeune de 3-4 mois, 2 jeunes de 18-20 mois, 9 adultes.

82Des marques de découpage, des fragments carbonisés (7 côtes, 6 vertèbres, 1 calcaneum, 1 ph. III postérieure, 1 fragt de diaphyse humérale, 2 fragts de tibias, des fragts crâniens, 2 métacarpiens (g. et d.).

83d) La chèvre :

8414 fragments dentaires de 4 individus : 1 jeune d’environ 18 mois, 3 adultes dont 1 âgé.

85d) Le chien :

8611 fragments d’1 jeune et 1 adulte.

87f) Le grand bœuf :

884 fragments de 2 adultes.

89h) Le cheval :

903 fragments d’1 adulte.

91i) Le sanglier :

9232 fragments de 4 adultes dont 1 très gros mâle. Des marques de découpage.

93j) Le chat sauvage :

941 os iliaque droit.

95k) Le blaireau :

96La partie droite d’1 arrière-crâne.

97l) Le lièvre :

981 côte.

99m) L’écureuil :

1001 tibia gauche.

101n) Le merle

1021 radius droit.

La microfaune

Répartition

103a) Le hérisson :

104La mandibule droite d’1 adulte.

105b) La taupe :

1061 humérus droit ; 1 humérus gauche d’un animal plus petit.

107c) Le lérot :

1081 fémur droit ; 1 incisive inférieure droite.

109d) Le crapaud commun :

1103 fragments de 2 adultes.

Sondage 5

111Il a fourni 6 fragments osseux déterminables, appartenant à 4 animaux, domestiques et sauvage : porc, grand bœuf.

112Il semble daté du Néolithique moyen.

Répartition

113a) Le porc

1144 fragments de 2 très jeunes (1 de 6 semaines, 1 de 3-4 mois), et 1 adulte.

115b) Le grand bœuf

1162 fragments d’1 adulte : 1 phalange I antérieure, 1 fragt de côte.

Secteur 7

117Cet habitat du Néolithique moyen a livré 2 397 fragments osseux dont 716 déterminables (29,87 %) appartenant à 46 animaux domestiques et sauvages : bœuf, porc, mouton, chèvre, chien, grand bœuf, cerf élaphe, cheval, sanglier, blaireau, castor, lièvre, merle (moderne).

118Parmi les « indéterminables », nous avons trouvé un fragment aménagé en une sorte de lissoir, dont une extrémité est arrondie, l’autre cassée.

Animaux domestiques : 652 fragts, 33 ind., soit 73,33 %.
Animaux sauvages : 61 fragts, 12 ind., soit 26,66 %.
Oiseau (moderne) : 3 fragts, 1 ind.

119Ces proportions sont assez proches de celles du secteur 3 (tabl. 3).

Tabl. 3. Répartition des fragments du Secteur 7.

120Le porc prédomine devant le bœuf et les ovicapridés.

121Âge : de nombreux adultes, quelques jeunes et très jeunes parmi les bœufs, porcs, moutons. Le seul blaireau est un très jeune.

Répartition

122a) Le bœuf

123305 fragments de 11 individus : 1 très jeune de 4-5 mois, 2 jeunes de 12-15 mois, 8 adultes dont 1 assez jeune et 1 très âgé.

124Des marques de découpage, des fragments brûlés (racines de dents inf. et sup. ; ph. I, II, III post. ; 1 cubitus droit, 1 humérus droit, 1 gauche ; 3 côtes ; 1 vertèbre lombaire, 1 fragt) ; des os rongés (astragale droit, humérus gauche).

125b) Le porc :

126243 fragments de 14 individus : 1 très jeune de 3-4 mois, 3 jeunes (1 de 6-8 mois, 2 de 10-12 mois), 10 adultes dont 1 assez jeune, 2 adultes âgés (mâle et femelle), 1 adulte très âgé (mâle).

127Des marques de découpage, des os carbonisés (tibia gauche, ph. I post., cubitus droit, radius gauche, carpien (gd os gauche) ; 8 côtes, 1 vertèbre dorsale).

128c) Le mouton :

12996 fragments de 6 individus : 1 jeune d’environ 1 an, 5 adultes, dont 1 mâle.

130Des marques de découpage ; 1 fragment de diaphyse fémorale brûlé.

131d) La chèvre :

1324 fragments d’1 adulte.

133e) Le chien :

1344 fragments d’1 adulte.

135f) Le grand bœuf :

1368 fragments de 2 adultes dont 1 assez jeune.

137g) Le cerf élaphe :

1387 fragments d’1 adulte. Des marques de découpage.

139h) Le cheval :

1405 fragments d’1 adulte.

141i) Le sanglier :

14236 fragments de 4 adultes dont 1 âgé et 1 très âgé. Des marques de découpage.

143j) Le blaireau :

144Le métacarpien III g (désépiphysé) d’1 très jeune animal.

145k) Le castor :

1461 incisive inférieure droite.

147l) Le lièvre :

1483 fragments de 2 adultes.

1492, Moderne :

1503 fragments d’1 merle.

Secteur 8

151Il a livré 29 fragments osseux dont seulement 3 déterminables (10,30 %), appartenant à 2 animaux domestiques : bœuf, mouton, vraisemblablement datés du Néolithique moyen.

152a) Le bœuf :

1531 fragment de la diaphyse humérale gauche d’1 adulte.

154b) Le mouton :

1552 fragments d’1 adulte.

Secteur 10

156Ce secteur a livré des fragments d’un habitat du Néolithique moyen et d’autres, provenant d’une fissure, que nous étudierons ultérieurement. Pour l’habitat, nous avons recensé 294 fragments osseux dont 113 déterminables (38,43 %), appartenant à 16 animaux domestiques et sauvages : bœuf, porc, mouton, sanglier, lièvre (tabl. 4).

Tabl. 4. Répartion des fragments du Secteur 10.

Animaux domestiques : 109 fragts, 13 ind., soit 81,25 %.
Animaux sauvages : 4 fragts, 3 ind., soit 18,75 %.

157Le mouton est prépondérant, devant le porc et le bœuf.

158Âge : quelques jeunes et très jeunes parmi les espèces domestiques.

Répartition

159a) Le bœuf :

16040 fragments d’1 jeune d’environ 2 ans et 2 adultes. Des marques de découpage, 1 fragt de tibia brûlé.

161b) Le porc :

16238 fragments de 4 individus : 1 très jeune de 3-4 mois, 1 jeune d’environ 1 an, 2 adultes. Des marques de découpage.

163c) Le mouton :

16431 fragments de 6 individus : 1 très jeune de 3-4 mois, 1 jeune de 8-10 mois, 4 adultes. Des marques de découpage.

165d) Le sanglier :

166L’extrémité distale d’1 très gros métatarsien (adulte).

167e) Le lièvre :

1683 fragments de 2 adultes : 1 diaphyse fémorale d., 2 omoplates g.

Secteur 11

169Il a livré 1 666 fragments osseux dont 381 déterminables (22,86 %), appartenant à 40 animaux domestiques et sauvages, faune et microfaune (dont 1 oiseau moderne : le troglodyte) : bœuf, porc, mouton, chèvre, chien, grand bœuf, cheval, sanglier, castor, lièvre, lapin de garenne, oiseaux (pigeon ramier, canard colvert, chouette hulotte), grenouille et crapaud commun datés, eux aussi, du Néolithique moyen.

Animaux domestiques : 332 fragts, 23 ind., soit 63,88 %.
Animaux sauvages : 38 fragts, 13 ind., soit 36,12 %.
Troglodyte moderne : 1 fragt, 1 ind.
Microfaune :
Grenouille : 5 fragts, 2 ind.
Crapaud : 5 fragts, 1 ind.

170Les animaux domestiques ne représentent qu’un peu moins des deux-tiers de la faune (tabl. 5).

Tabl. 5. Répartion des fragments du Secteur 11.

171Bœuf et porc se trouvent à égalité devant les ovicapridés.

172Âge : de nombreux adultes ; des jeunes et très jeunes parmi les espèces domestiques.

Faune

Répartition

173a) Le bœuf :

174123 fragments de 8 individus : 1 très jeune de 4-5 mois, 1 jeune de 18 mois-2 ans, 6 adultes dont 1 âgé. Des marques de découpage, 1 fragment brûlé (grand cunéiforme).

175b) Le porc :

176112 fragments de 8 individus : 2 très jeunes (1 de quelques semaines, 1 de 3-4 mois), 2 jeunes de 15-18 mois, 4 adultes dont 1 très âgé. Pas de fragments mesurables.

177Des marques de découpage, des fragments brûlés (1 humérus droit, 1 fragt de diaphyse humérale), des marques de dents de rongeurs sur la partie inférieure d’1 mandibule droite.

178c) Le mouton :

17980 fragments d’1 jeune de 15-18 mois et 3 adultes. Des marques de découpage et un fragment d’humérus droit brûlé.

180d) La chèvre :

18110 fragments d’1 adulte. Quelques marques de découpage.

182e) Le chien :

1837 fragments d’1 très jeune (de quelques mois) et 1 adulte.

184f) Le grand bœuf :

18510 fragments de 2 adultes. Des marques de découpage.

186g) Le cheval :

1872 fragments d’1 jeune adulte.

188h) Le sanglier :

18915 fragments de 3 adultes dont 1 âgé. Des marques de découpage.

190i) Le castor :

1911 molaire inférieure droite.

192j) Le lièvre :

1932 fragments d’1 adulte.

194k) Le lapin de garenne :

1951 fragment de côte d’1 adulte.

196l) Les oiseaux :

  • le pigeon ramier : 4 fragments de 2 adultes.
  • le canard colvert : 1 diaphyse humérale g., 1 fragt de côte, tous deux brûlés. Il semblerait que le pigeon ramier, comme le canard colvert, aient été soumis à la cuisson. Ils auraient donc été chassés.
  • la chouette hulotte : 1 fémur g.

Moderne :

197Un fragment d’un oiseau : le troglodyte (1 humérus d.).

Microfaune

Répartition

198a) La grenouille :

1995 fragments de 2 adultes. b) Le crapaud :

2005 fragments d’1 adulte.

Secteur 13

201Sans doute daté, lui aussi du Néolithique moyen, il a livré 3 fragments osseux déterminables, appartenant à un bœuf adulte. Des traces de découpage sur une astragale.

Tranchée 3

2025 fragments osseux déterminables, appartenant à 3 animaux domestique et sauvages, faune et microfaune : mouton, campagnol agreste. Ils appartiennent probablement au Néolithique moyen.

203a) Le mouton :

204Un fragment d’1 M2 sup. droit d’1 adulte.

205b) Le campagnol agreste :

2064 fragments d’1 jeune et 1 adulte.

Les fissures

207Elles ont livré des vestiges mélangé, comprenant des restes anciens (Néolithique, Hallstatt...) mais aussi des fragments modernes, et proviennent d’endroits différents : secteur 10, fissure N-W.

  • Fissure, secteur 10 : 24 fragments dont 19 déterminables, 6 ind. anciens : bœuf, porc, mouton, sanglier.
  • Fissure Nord-ouest : 78 fragments, 70 déterminables, 23 animaux : bœuf, porc, mouton, chien, poulet (moderne), renard (moderne), lièvre et lapin de garenne (anciens et modernes) (tabl. 6).

Tabl. 6. Répartion des fragments des fissures.

208Les animaux domestiques prédominent avec 83,33 % dans le secteur 10 et seulement 56,52 % pour la fissure N-W.

209Âge : de nombreux jeunes et très jeunes, surtout dans la fissure N-W.

Répartition

210a) Le bœuf :

  • secteur 10 : 9 fragments de 2 adultes. Des marques de découpage, 1 fragt brûlé, l’extrémité distale d’un métacarpien partiellement rongée.
  • fissure N-W : 2 fragments d’1 adulte âgé.

211b) Le porc :

  • secteur 10 : 4 fragments d’1 jeune d’environ 2 ans et 1 adulte.
  • fissure N-W : 5 fragments d’1 très jeune (de quelques semaines), 1 jeune de 5-6 mois, 1 adulte. Quelques marques de découpage.

212c) Le mouton :

  • secteur 10 : 5 fragments d’1 adulte.
  • secteur N-W : 21 fragments de 4 animaux : 2 très jeunes (1 de 6 semaines, 1 de 2-3 mois), 1 jeune de 15-18 mois, 1 adulte. Des marques de découpage uniquement.

213d) Le chien :

  • fissure N-W : 4 fragments de 4 chiots : les 4 mandibules gauches (avec leurs dents lactéales).

214e) Le poulet :

215Certainement moderne (aspect des os), 2 fragments d’1 adulte.

216f) Le sanglier :

  • secteur 10 : 1 phalange I latérale antérieure d’1 gros adulte.

217g) Le renard :

218Certainement moderne, il provient de la fissure N-W. 3 fragments de 3 individus.

219h) Le lièvre :

220Il provient de la fissure N-W, où nous avons trouvé aussi bien des vestiges anciens que des restes modernes :

  • anciens : 3 fragments d’1 adulte-jeune.
  • modernes : 3 fragments d’1 adulte

221i) Le lapin de garenne :

222Il provient également de la fissure N-W, où nous avons identifié des vestiges anciens et d’autres modernes :

  • anciens : 6 fragments de 3 individus : 1 jeune et 2 adultes.
  • modernes : 21 fragments de 2 adultes.

Conclusion

223Les fouilles effectuées au Camp de Myard (Vitteaux, Côte-d’Or) ont permis la découverte de 7 650 fragments osseux dont 2 419 déterminables, appartenant à 260 animaux, faune et microfaune. La quasi totalité d’entre eux peut être datée du Néolithique moyen, un petit nombre (sondages 1 et 2, fissures) présente un mélange entre plusieurs époques (Néolithique, Hallstatt, ...), d’autres, enfin, sont modernes (leur aspect est très différent de celui des précédents).

224Les espèces sont variées. Certaines existent dans la majorité des secteurs, d’autres au contraire, ne se rencontrent qu’une ou deux fois (a, mo = ancien, moderne) (tabl. 7).

225Bœuf, porc, mouton et lièvre sont présents presque partout, le chien et le sanglier, aussi. Les autres espèces ont un rôle plus épisodique.

226Âge : jeunes et très jeunes sont assez bien représentés parmi les animaux domestiques, tandis que les adultes prédominent parmi les animaux sauvages.

227Le cas de la microfaune est un peu différent ; nous ne la rencontrons que dans quelques secteurs : 1, 2, 3, 11 et Tranchée 3. Il ne semble pas que leur présence soit due à une intervention humaine (tabl. 8).

Tabl. 8. Répartition de la microfaune.

Conservation des fragments :

228Elle varie suivant les secteurs :

  • dans les fissures, où les vestiges se sont trouvés bloqués, les os sont mieux conservés, les fragments plus gros, plus facilement déterminables. Ils représentent 87,25 % du total.
  • dans les sondages 1 et 2, en bordure du plateau, les déterminables atteignent encore 63 et 77 %.
  • dans les secteurs d’habitats, au contraire, le découpage de la viande, sa consommation, sa cuisson, ont entraîné un fractionnement plus important, la présence de nombreux fragments carbonisés, celle d’ossements rongés, sans doute par les chiens. Le nombre des déterminables diminue. Nous en trouvons 38,43 % dans le secteur 10 ; 31,11 % dans le secteur 3 ; 29,87 % dans le secteur 7 (où les fragments carbonisés ou rongés sont assez abondants) ; seulement 22,86 % dans le secteur 11 où les fragments sont encore plus concassés, bien que le nombre total des os carbonisés soit plutôt moindre. Toutefois c’est ce secteur qui a livré des restes d’oiseaux partiellement brûlés (cuisson), marque, semble-t-il, d’une recherche intentionnelle.

Tabl. 7. Répartition des fragments osseux : synthèse.

229Rappelons également que deux « indéterminables » ont été partiellement aménagés en outils : pointe (secteur 3), lissoir (secteur 7).

Comparaison entre les espèces :

230Nous ne retiendrons que les secteurs considérés comme « purs » (3, 5, 7, 8, 10, 11, 13), abstraction faite de la microfaune et d’éventuels fragments modernes ; ils représentent à eux seuls 86,44 % du total des vestiges et 61,53 % des animaux (tabl. 9).

231Les ovicapridés occupent la première place dans les secteurs 3 et 10 ; le porc dans le secteur 7 ; bœuf et porc sont à égalité dans le secteur 11 où ils sont même devancés par les animaux chassés.

232Nous comparerons le Camp de Myard avec deux autres sites du même type, de la Côte-d’Or :

  • le Camp de Marcilly (Marcilly-sur-Tille), fouillé de 1960 à 1964 par le Dr. E. Planson (PLANSON, 1963) ;
  • le Châtelet du Mont-Milan (Meursault), fouillé de 1979 à 1985 par M. Pierre Chevillot1. Il s’agit, comme à Myard, de camps néolithiques fortifiés, remaniés ultérieurement (Hallstatt, La Tène) par l’édification d’un ou de plusieurs remparts (intermédiaire et supérieur de Marcilly).

233Afin de permettre les comparaisons, nous avons regroupé en un même total, tous les animaux provenant des secteurs dits « purs » de Myard.

234Les animaux « chassés » et les « divers » sont approximativement les mêmes dans les divers sites. Il faut rajouter, dans le rempart inférieur de Marcilly, 1 martre, 1 tortue, 1 poisson (tabl. 10).

235Bœuf, porc et ovicapridés se tiennent de très près, avec un léger avantage pour le porc, à Myard. Le bœuf domine au Mont-Milan et dans le rempart inférieur de Marcilly ; le porc prend la tête dans les remparts intermédiaire et supérieur de ce même site. Les ressemblances sont importantes.

236Le Camp de Myard est principalement axé sur l’élevage du bœuf, du porc et des ovicapridés, la chasse jouant encore un rôle complémentaire très important.

Tabl. 9. Comparaison entre les espèces.
* : Secteurs 5, 8 et 13 : nombre trop faible pour donner des pourcentages.
** Grand bœuf, cerf élaphe, cheval, sanglier, castor, +, dans le secteur 11, pigeon ramier et canard colvert.
*** Chat sauvage, blaireau, lièvre, lapin de garenne, écureuil, oiseaux (merle, chouette hulotte).

Tabl. 10. Comparaison avec le Mont-Milan et Marcilly-sur-Tille.

Vestiges humains

237Mélangés aux restes de faune, nous avons identifié un certain nombre de restes humains :

238– Sondage 2 :

2395 fragments d’1 adulte :

240l’ext. proximale d’1 péroné ; cuboïde gauche ; 1 phalange II de la main ; 1 fragment de côte ; 1 fragment crânien épais.

241– Secteur 3 :

24210 fragments d’1 adolescent et d’1 adulte :

243adolescent = 2 fragts de frontal ; 1 pariétal droit ; 3 fragts d’1 os iliaque droit ;

244adulte = 1 diaphyse radiale gauche ; 1 métacarpien V gauche ; 1 vertèbre lombaire ; 1 M2 supérieure gauche (très usée).

245– Secteur 7 :

24620 fragments d’1 enfant très jeune et d’1 adulte :

247enfant très jeune = 1 fragt de diaphyse radiale ; 2 vertèbres cervicales, 5 fragts de côtes ;

2489 fragts du frontal ; 1 mâchoire inf. (avec la molaire lactéale droite, les bourgeons des Ml et M2 droits)

2491 incisive centrale lactéale supérieure gauche.

250adulte = 1 fragt de pariétal (épais).

251– Secteur 11 :

2521 petit fragment crânien (adulte).

253– Fissure N-W :

254Le cubitus gauche d’1 adulte de sexe masculin.

Bibliographie

Bibliographie

PLANSON É., 1963, « La station Néolithique de Marcilly-sur-Tille (Côte-d’Or) », BSPF, t. LX, fasc. 5-6, p. 326-339.

Notes

1 Thérèse POULAIN, Le Châtelet du Mont-Milan : étude de la faune (inédit).

Table des illustrations

Légende Tabl. 1. Répartition des fragments osseux suivant les secteurs.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23592/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Tabl. 2. Répartition des fragments du Secteur 3.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23592/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende Tabl. 3. Répartition des fragments du Secteur 7.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23592/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende Tabl. 4. Répartion des fragments du Secteur 10.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23592/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Tabl. 5. Répartion des fragments du Secteur 11.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23592/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Tabl. 6. Répartion des fragments des fissures.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23592/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende Tabl. 8. Répartition de la microfaune.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23592/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Tabl. 7. Répartition des fragments osseux : synthèse.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23592/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende Tabl. 9. Comparaison entre les espèces.* : Secteurs 5, 8 et 13 : nombre trop faible pour donner des pourcentages.** Grand bœuf, cerf élaphe, cheval, sanglier, castor, +, dans le secteur 11, pigeon ramier et canard colvert.*** Chat sauvage, blaireau, lièvre, lapin de garenne, écureuil, oiseaux (merle, chouette hulotte).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23592/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende Tabl. 10. Comparaison avec le Mont-Milan et Marcilly-sur-Tille.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23592/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 21k

© ARTEHIS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search