Version classiqueVersion mobile

L’habitat fortifié pré- et protohistorique en Côte-d’Or

 | 
Jean-Pierre Nicolardot

Chapitre V. Conclusions : apports des recherches et interrogations

Texte intégral

« La construction d’habitations défensives est une caractéristique que l’homme partage avec certains animaux, notamment le castor et la fourmi. »
(Ian Hoog, Fortifications :
Histoire Mondiale de l’Architecture Militaire,
1983, p. 8)

1Ces premières manifestations d’habitats protégés, tels les camps de Myard à Vitteaux et le Châtelet d’Étaules, sont certainement un des creusets du développement et de l’accélération du processus de sédentarisation et de spécialisation des activités humaines ; ils ont permis la formation de lieux de productivité qui, irrémédiablement, se sont ouverts aux échanges et au commerce.

V-1 Au Néolithique moyen : des pratiques cultuelles liées aux structures défensives

2Dans l’habitat fortifié N.M.B. de Myard, des vestiges humains retrouvés en dehors de tout contexte funéraire soulèvent des questions. Ils apparaissent comme spécialement liés aux structures défensives du camp. Ils ont été mis au jour dans des secteurs extra-muros, le long du parement extérieur du rempart. Il s’agit, dans tous les cas, de parties du squelette appartenant au crâne ou d’os proches de celui-ci.

3Dans le secteur 3, le long du parement extérieur et à la base du rempart, on a recueilli des fragments crâniens (frontal et pariétaux), ainsi qu’un fragment de vertèbre cervicale (fig. 31). La présence de ces ossements humains, choisis délibérément parmi toutes les pièces du squelette, peut peut-être s’expliquer par un acte rituel à caractère religieux. On soulignera ici l’absence d’aménagements particuliers autour de ces restes humains. Ceux-ci ont vraisemblablement été placés là, exposés aux regards, à l’approche du village fortifié. Il ne s’agit certainement pas de sépultures, comme on en connaît parfois en relation également avec des structures défensives, fossés ou remparts, telle l’enceinte de Champ-Durand à Nieul-sur-l’Autize (Vendée), où des tombes étaient localisées dans les murailles et dans les parois des fossés (JOUSSAUME, 1989), ou encore Gravon (Seine-et-Marne) (MORDANT D., 1989, p. 132), ou dans l’enceinte du « Cul-Froid » à Boury-en-Vexin (Oise) (BLANCHET et alii, 1982 ; MARTINEZ, 1984 ; BLANCHET, MARTINEZ, 1988, p. 155). Dans le fossé de cette dernière enceinte, des sépultures en fosses ont succédé à des dépôts rituels d’animaux domestiques retrouvés entiers et en connexion (MÉNIEL, 1984b et 1989).

4Les associations de sépultures humaines et de dépôts d’ossements d’animaux sont déjà connues au Néolithique ancien dans le nord du Bassin parisien. Le fossé de l’enceinte, au lieu-dit « Derrière le Village », à Menneville (Aisne), a livré, en relation avec des sépultures, un dépôt volontaire d’ossements d’animaux fragmentés, dont les os longs sont fracturés et les carcasses désarticulées pour la consommation de la viande et de la moelle (COUDART, DEMOULE, 1982 ; MÉNIEL, 1984a). À ces vestiges était aussi associé un ensemble de cornes et de bucrânes de bovidés (HACHEM, 1994). À Mairy (Ardennes), un village Michelsberg entouré d’une enceinte a livré également des dépôts de squelettes d’animaux domestiques, complets ou presque complets, ainsi que des fragments de carcasses ou de pattes ou de rachis. Pour C. Marolle, qui étudie cette enceinte, les dépôts d’ossements se situent le long des tranchées de fondation, dans lesquelles il a observé des effets de paroi (MAROLLE, ARBOGAST, 1991, p. 40). Ces observations montrent que dès le Néolithique ancien Rubané sont apparus des rites prescrivant le dépôt d’ossements humains ou d’animaux en liaison avec des structures défensives ; ces pratiques se perpétueront au cours des Âges du Bronze et du Fer.

V-1-1 Fonction des remparts au Néolithique moyen

5Même si des intentions cultuelles s’y rapportaient, les murailles paraissent surtout avoir été érigées pour marquer fortement dans le paysage une limite derrière laquelle se retrouvaient les bâtiments d’habitation et des structures agraires telles que les terres cultivables et les enclos à bestiaux. Il faut aussi rappeler la présence, à l’extérieur et à l’intérieur de l’enceinte de Myard, de plus d’une centaine de petits tertres funéraires (fig. 17). Les recherches menées dans ces tertres ont montré, par la présence d’ossements et de dents humaines accompagnés d’un très pauvre mobilier lithique comprenant des éclats de chaille et de silex, qu’il s’agit bien de sépultures néolithiques. Rien ne permet cependant de préciser si la nécropole, qui comprend une centaine de tumulus, est contemporaine ou non de l’enceinte et de son fonctionnement en tant qu’habitat.

6Rappelons également que certains de ces remparts, comme à Myard, étaient étroitement liés aux maisons par des pièces de charpente. Nous avons déjà évoqué, pour Myard, la présence de poteaux fichés dans son parement intérieur, qui permettaient une liaison entre les bâtiments situés le long du rempart et le rempart lui-même (fig. 24, n° 6 et fig. 28). La reconstitution proposée pour un bâtiment d’habitation ou de stockage, de plan rectangulaire avec trois rangées de poteaux porteurs et un plancher surélevé (fig. 30, n° 4), repose sur les données de fouilles ainsi que sur les hypothèses avancées par l’architecte J. Valentin pour la réalisation d’un camp néolithique à l’Archéodrome de Beaune. Une autre possibilité de construction avec une toiture à une seule pente a été également retenue. Ce type de bâtiment bas, à usage de resserre, possède une couverture soutenue par des chevrons inclinés qui reposent d’un côté sur le sol et de l’autre, prennent appui sur une sablière placée sur le dessus de la muraille.

7Le rempart du Néolithique moyen de Myard n’offrait, semble-t-il, qu’une protection assez limitée, puisqu’il était dominé par certains des bâtiments qui y étaient accolés. Cette faiblesse de la muraille défensive a été parfois compensée par la présence d’une palissade, élevée parallèlement à son parement intérieur. C’est ce que nous avons pu observer au camp de la Côte-d’Étang à Fleurey-sur-Ouche (fig. 182, n° 5 et fig. 201) et au camp de César à Catenoy (Oise) (NICOLARDOT, 1993b, pl. 355). Cette structure du Néolithique moyen (Chasséen du Bassin parisien) comporte une palissade placée à proximité du parement intérieur du rempart en pierre sèche, comme à Fleurey-sur-Ouche. On a observé deux rangées de poteaux. La première rangée, qui comprend les poteaux les plus gros, représente la palissade, dont les pièces de bois étaient enfoncées de 0,70 m dans le substrat rocheux (fig. 202). La seconde rangée, avec des trous de plus petit diamètre et creusés seulement sur 0,40 m de profondeur, a reçu des pièces de bois inclinées destinées à contreventer la palissade.

8L’analyse des données architecturales de Myard laisse donc entrevoir que la population néolithique qui a construit le camp et l’habitait avait dû répondre à un besoin de matérialiser fortement sur le terrain les limites d’un territoire sur lequel elle pensait, dans les meilleurs conditions, pouvoir exercer ses activités. On conviendra que ce choix d’un haut plateau (altitude 510 m), exposé aux vents, relativement éloigné des points d’eau (situés en contrebas et au pied des falaises rocheuses, au contact du Lias), possédant un sol très pauvre où la roche affleure de place en place, ne peut répondre cependant en priorité qu’à des besoins de sécurité. Celle-ci était assurée naturellement par les escarpements qui défendent l’enclos sur trois côtés, et renforcée par la muraille de trois mètres d’épaisseur qui ne laissait, à son extrémité ouest (fig. 21, n° 10), qu’un accès étroit, de 2 m, avec un aménagement excavé encore visible dans la roche (fig. 32, dans les secteurs X et Y).

Fig. 201. Fleurey-sur-Ouche (Côte-d’Or), Camp de la Côte-d’Étang.
Vue de la coupe transversale pratiquée sur le barrage, trou de poteau de palissade (derrière le jalon vertical).

Fig. 202. Catenoy (Oise), Camp de César.
Trou de poteau de palissade dans la fortification du Néolithique moyen (derrière la mire verticale).

V-1-2 Les conditions de vie au Néolithique moyen à Myard

9Les mobiliers retrouvés principalement dans les secteurs d’habitats proches et à l’intérieur de la fortification, céramique, industries lithiques, sur os et bois de cerf, montrent qu’une population restreinte, sans doute moins de dix familles (GOUDINEAU, KRUTA, 1980, p. 195), a vécu en ces lieux. La similitude des mobiliers du Néolithique moyen, céramique, industries de l’os et lithique, retrouvés dans les habitats comme dans les sépultures, révèle une identité de population (fig. 214 à 223). Des outils de mouture, meules et broyeurs (fig. 48, nos 9, 10 et 13), indiquent des activités agricoles qui devaient cependant rester très modestes. Si les prélèvements pour la recherche de pollens, sur Myard et Étaules, ont été négatifs, on peut se référer sans doute aux observations faites au Camp de Chassey (ARGANT, 1980, p. 51-67), où les Néolithiques, après avoir défriché la forêt où dominaient le noisetier, le tilleul, le chêne et l’aulne, ont développé la culture de céréales sur le plateau, à proximité des habitations.

10À Myard, des poinçons très finement polis (fig. 51, nos 3 à 12) et de nombreux ciseaux ou spatules en os (fig. 53, nos 14 à 26) révèlent des activités artisanales délicates comme la couture, le travail des peaux et vraisemblablement aussi la poterie. Des prospections faites à la base des falaises qui bordent le camp ont montré la présence de poches d’argile avec laquelle nous avons pu réaliser, avec succès, des expériences de cuisson. La présence de parures, notamment d’une pendeloque hémi-circulaire taillée dans une mandibule de suidé (fig. 52 et fig. 51, n° 2), laisse entrevoir un certain raffinement dans le mode de vie.

11Les nombreux restes d’animaux retrouvés dans les habitats révèlent qu’au Néolithique moyen, l’activité des résidents du camp de Myard était orientée principalement vers l’élevage. L’étude de la faune menée par T. Poulain (cf. Annexes - La faune du Camp de Myard à Vitteaux et du Châtelet d’Étaules) montre la prépondérance des espèces domestiquées sur les espèces chassées. La présence de jeunes et de très jeunes parmi les animaux domestiques, alors que les adultes prédominent parmi les animaux sauvages, est significative d’un élevage où les bêtes jeunes, choisies pour la consommation, sont prélevées sur les troupeaux, tandis que des animaux plus âgés peuvent être réservés à d’autres usages (reproduction et peut-être traction de charges par les bovins).

12Parmi les espèces domestiques, le bœuf (23,45 %), le porc (24,69 %) et les ovicapridés (22,21 %) ont une représentation très proche, avec cependant une légère prédominance du porc, dont la consommation de la viande est le but principal. En ce qui concerne les espèces chassées, elles représentent encore 17,90 % d’individus, qui ont été débités pour l’alimentation ou la recherche de matières premières animales tels que les bois de cervidé, utilisés par les N.M.B. pour la confection des gaines d’emmanchement des haches en pierres dures. Ces animaux sauvages comprennent le grand bœuf (3,20 %), le cerf élaphe (0,91 %), le chevreuil (1,4 %), le cheval (1,4 %) et le sanglier (5,5 %), auxquels viennent s’ajouter des oiseaux dont les restes portent des marques de calcination dues à la cuisson. La chasse joue donc encore un rôle complémentaire important pour la subsistance de la population.

13D’après T. Poulain, on peut ajouter que les espèces animales retrouvées à Myard sont sensiblement les mêmes que dans les autres sites contemporains (Chassey et Marcilly-sur-Tille) ; cependant, le porc est de plus petite taille à Myard que dans les autres sites.

14Essentiellement sur les ossements des animaux domestiques, T. Poulain a noté des marques de découpage et de carbonisation qui indiquent que ces animaux ont été consommés sur place. Les ossements de chèvre, de chien et de cheval ne semblent pas en porter.

15Dès à présent il convient de souligner que c’est régionalement, au Néolithique moyen, qu’une économie principalement basée sur l’exploitation des animaux domestiques a vu le jour et s’est mise en place dans ces habitats de hauteur. Le schéma que nous venons de voir à Myard, nous le retrouverons sans changements notables, au Châtelet Étaules, au cours de la fin de l’Âge du Bronze et durant le premier Âge du fer.

V-2 L’habitat fortifié au Néolithique final

16Au seuil des temps protohistoriques, il convient de distinguer deux faciès d’habitats fortifiés qui, géographiquement, se répartissent entre l’Europe méridionale, aux contacts maritimes avec la Méditerranée, et l’Europe septentrionale, où les rapports continentaux sont privilégiés. Au sud on trouve des ouvrages originaux, sur plan fermé et construits en pierre sèche, dont les types sont totalement inconnus dans nos régions septentrionales. Il s’agit de véritables citadelles, caractérisées par une enceinte solidement architecturée comportant presque toujours des sortes de tours circulaires creuses. Au nord d’une limite géographique passant par le département de l’Hérault, durant cette même période couvrant la fin du IIIe millénaire et le commencement du IIe millénaire avant J.-C., les fouilles ont montré l’existence de structures défensives utilisant principalement le bois. Ces structures sont le plus souvent le résultat de réaménagements de constructions antérieures.

17Dans la France méridionale, le type particulier d’architecture qui se développe à la fin du Néolithique est connu actuellement par le site fortifié du Château du Lébous, que Jean Arnal attribue aux populations chalcolithiques porteuses de la céramique de type Fontbouïsse (ARNAL, 1973), et par l’enceinte de Boussargues à Argelliers (COLOMER et alii, 1990), en cours d’étude depuis 1975 (D’ANNA, GUTHERZ, 1985, p. 7). Le rôle défensif du Lébous, implanté en pleine garrigue sur un sommet qui domine la plaine d’une quarantaine de mètres, sur la commune de Saint-Mathieu-de-Tréviers, a quelquefois été mis en cause (GUTHERZ, 1975, p. 109). Il est vrai que ces structures ne nous sont connues que par quelques assises de fondation conservées sur 0,50 m à 1 m de hauteur. L’enceinte de Boussargues, située à une vingtaine de kilomètres au nord de Montpellier, semble bien avoir été construite pour protéger les habitations qu’elle enferme (GUILAINE, 1980, p. 138). On est tenté de rapprocher ce type de construction des architectures de pierre qui connaissent un grand développement aux mêmes époques, dans la péninsule ibérique et dans le monde méditerranéen. Bien que le phénomène de filiation soit réfuté par certains, on ne peut pas manquer d’évoquer les castros de Zambujal près de Torres Vedras, de Vila Nova de Sao Pedro à Azembuja (Portugal), ou de Los Millares à Santa Fé de Mondujar près d’Alméria (Espagne), dont les caractères défensifs ne peuvent être mis en doute (ALMAGRO, ARRIBAS, 1963 ; ARRIBAS et alii, 1981).

18Des travaux récents en Provence ont permis de reconnaître d’autres sites fortifiés datés de la fin du IIIe millénaire avant J.-C. : Les Lauzières à Lourmarin (Vaucluse), La Citadelle à Vauvenargues et Miouvin à Istres (Bouches-du-Rhône) (D’ANNA, GUTHERZ, 1985).

19La situation apparaît toute différente, à la même époque, dans la zone septentrionale de l’Europe occidentale, ouverte aux échanges continentaux. Ce n’est pas la pierre qui domine dans les ouvrages défensifs mais le bois. Les fouilles d’Olivier Buchsenschutz et d’Alain Duval à Moulins-sur-Céphons (Indre) sur le camp des Châtelliers ont mis au jour un rempart chalcolithique d’une construction de bois et de terre jusqu’ici unique en France pour cette période (DUVAL, BUCHSENSCHUTZ, 1979). Le système défensif comprend un poutrage formant des caissons de 3,50 m × 0,60 m disposés en deux rangées. La largeur de ce rempart atteint 7 m. Une datation 14 C, obtenue sur du bois brûlé prélevé à la base du rempart, situe sa construction aux environs de 2150 avant J.-C. (date calibrée). Cette datation est confirmée par les vestiges archéologiques retrouvés le long du parement intérieur de la fortification (BUCHSENSCHUTZ, RALSTON, 1981, p. 28).

20La découverte de Moulins-sur-Céphon est actuellement exceptionnelle. Plus généralement, on rencontre sur les sites fortifiés occupés au Néolithique final, des structures de bois légères, du type palissade, soit en réfection sur un rempart plus ancien, soit situées en bordure du plateau, pour renforcer une défense naturelle faible ou inexistante.

21Les travaux au Châtelet d’Étaules (Côte-d’Or) ont montré que le rempart principal élevé au Néolithique moyen n’avait pas subi de transformations importantes au Néolithique final.

22À l’extrémité est du barrage d’Étaules, l’entrée du camp, qui existait déjà au Néolithique moyen, a sans doute été réaménagée au Néolithique final. Deux trous de poteaux, implantés dans la partie du rempart construite en petites plaquettes de calcaire, ont été retrouvés, espacés de 2,50 m (fig. 102, secteurs L / M 13 et O 14, nos 1 et 2). Leur diamètre était d’environ 30 cm et ils atteignaient le niveau du rocher du plateau. On peut penser d’ailleurs que le poteau situé le plus en retrait du bord de la falaise existait déjà au Néolithique moyen : ses pierres de calage étaient de même nature que le noyau initial du rempart néolithique (fig. 129, structure III B) et la roche du plateau avait été excavée pour recevoir la base du poteau, technique qui s’est retrouvée dans l’aménagement des trous de poteaux de l’habitat du Néolithique moyen (fig. 105).

23Si les aménagements du Néolithique final sont assez difficilement perceptibles dans le barrage principal du Châtelet d’Étaules, c’est bien au Néolithique final que le camp a connu un renforcement important des défenses naturelles périphériques. Là où la défense est affaiblie par la présence d’éboulis de pente et non de falaises abruptes, particulièrement au nord-est et sur le côté ouest du camp, une muraille de pierre sèche a été élevée (fig. 123, secteurs 3 et 4). Bien que très érodée, cette muraille parementée possédait une épaisseur de deux mètres. Elle a été retrouvée conservée sur une hauteur de 0,80 m. Quelques fragments de céramique et une armature de flèche perçante à pédoncule et ailerons ont été mis au jour en relation avec cette structure.

24À Fort-Harrouard, commune de Sorel-Moussel (Eure-et-Loir), les recherches récentes que nous avons menées ont permis de dater une palissade liée à un rempart de craie qui renforce, comme à Étaules, la défense sur le bord du plateau à l’est et au sud du camp. Il s’agit bien de bois incendié d’une palissade et non pas d’un poutrage interne, comme il a été parfois signalé. Cette structure défensive (fig. 203, n° 3) datée par le 14 C remonte aux environs de – 2471, – 2141 avant J.-C. (date calibrée courbe M. Stuiver and J. van der Plicht (eds.) INTCAL 98) (Pt. topo n° 650 GIF - 6934, soit 3860 ± 60 ans BP) (MOHEN, NICOLARDOT, 1985, p. 1) ; elle pourrait être liée avec l’occupation artenacienne du site.

25En Picardie, une enceinte chalcolithique a été également reconnue à Concevreux (Aisne) (BEECHING et alii, 1982).

26Les recherches menées en Grande-Bretagne permettent aussi de souligner l’importance du bois dans les structures défensives du Néolithique final. Découverte au cours de prospections aériennes, Meldon Bridge est une enceinte, située à 7 km de Peebles, qui est coupée aujourd’hui par la route de Peebles à Glasgow. Ce site d’Écosse, fouillé par C. Burgess, présentait une colossale enceinte de confluent, composée d’une énorme palissade en arc de cercle, mais de tracé irrégulier, qui venait s’appuyer sur les deux cours d’eau, le Lyne Water et le Meldon Burn, qui forment une limite et une défense naturelle (BURGESS, 1976 ; BURGESS et alii, 1988). Cette palissade, qui comportait une entrée avec un couloir d’accès également palissadé se développant à l’extérieur de l’enceinte, était soutenue par des énormes poteaux verticaux qui pouvaient atteindre 0,60 m de diamètre et parfois plus. Certains de ces poteaux ont été enfoncés sur une profondeur de 2 m et leur hauteur a pu, dans certains cas, dépasser 4 m. C. Burgess a évalué que la hauteur moyenne de la palissade devait être égale à 3 m. Il estime que pour construire l’ensemble de la fortification, non compris les structures mises au jour à l’intérieur de l’enceinte, 425 tonnes de bois ont été nécessaires. Selon les méthodes de calcul de G.J. Wainwright et I.H. Longworth, C. Burgess pense qu’une surface de près de 3,5 hectares de forêt de chêne a été employée par les Néolithiques de Meldon Bridge (WAINWRIGHT, LONGWORTH, 1971).

Fig. 203. Sorel-Moussel (Eure-et-Loir), Fort-Harrouard.
Coupe A-A de la section 2 sur le rempart périphérique au sud-est du plateau : 3a, b, c et d, dans le secteur 14. Trou de poteau d’une palissade protégeant le rebord du plateau, Néolithique final.

V-3 L’habitat fortifié à l’âge du Bronze

V-3-1 Le Bronze ancien

27L’habitat fortifié connaît un déclin en Côte-d’Or entre le Néolithique final et le Bronze final. En dehors de cette région, il reste également exceptionnel jusqu’au début de la phase finale de l’Âge du Bronze.

28En Provence, le Camp de Laure sur la commune du Rove (Bouches-du-Rhône), daté du Bronze ancien par les travaux de J. Courtin, présente un rempart parementé avec de grosses pierres entre lesquelles on trouve un remplissage en tout venant (COURTIN, 1975). C’est un ouvrage exceptionnel qui préfigure les oppida méridionaux qui se développeront au deuxième Âge du Fer, dans lequel on retrouve une technique de construction héritée de fortifications néolithiques du type que nous avons rencontré à Myard. Toujours au Bronze ancien, on signalera l’occupation et l’aménagement particulier de grottes comme celles de la Baume à Gonvillars (Haute-Saône) et de Gigny (Jura), dont les entrées sont défendues par une palissade ou un rempart (PÉTREQUIN et alii, 1985, p. 217). C’est un type d’habitat fortifié qui peut être mis en parallèle avec le camp de hauteur, mais la comparaison doit être nuancée, les fonctions étant nettement différentes. L’habitat en camp fortifié, même de petite dimension (la surface de cinq hectares correspond à la superficie la plus courante), permet d’accueillir une population de quelques familles qui, regroupées, forment un village. La grotte fortifiée correspond à un besoin immédiat de sécurité pour un tout petit groupe humain, vraisemblablement une seule famille.

29Au Bronze ancien en Côte-d’Or, on retrouve le même esprit de recherche de protection dans les sites d’habitats implantés en base de corniche rocheuse qui offrent les mêmes contraintes que les grottes, qui d’ailleurs les avoisinent très souvent. Les travaux de S. Grappin montrent que le site naturellement défensif du Verger à Saint-Romain, occupé dès le Néolithique moyen, a été aménagé sans discontinuité jusqu’au Bronze ancien. Cette couche d’occupation de l’habitat, soigneusement blotti au pied d’une impressionnante falaise calcaire percée de grottes, a été datée par le 14 C de 3540 BP ± 230 ans = intervalle 95 % de confiance [- 2550, - 1321 avant J.-C.] (calibration d’après courbe M. Stuiver and J. van der Plicht (eds.) INTCAL 98) (Échantillon n° 4 Saint-Romain, Laboratoire de l’Université de Lyon LY-2244) (GRAPPIN, 1981, p. 30 et 44). L’étude très poussée faite par P. Pétrequin sur les stations littorales du lac de Clairvaux (Jura) révèle que sur un substrat néolithique l’occupation s’est maintenue jusque vers 1650 avant J.-C. (PÉTREQUIN et alii, 1988). À Étaules, où le Bronze ancien n’est représenté ni par de la céramique ni par des objets métalliques, la présence d’armatures de flèche en silex à pédoncule et ailerons et retouches envahissantes (fig. 127, nos 2 et 3), type que l’on retrouve en milieu du Bronze ancien, laisse supposer, peu avant un premier abandon du site, la présence attardée d’une petite population dont le mode de vie restait celui du Néolithique final.

30Un changement radical dans les modes de vie, lié certainement à l’apparition de la métallurgie, provoque au Bronze ancien la désertion des habitats fortifiés de hauteur. La plaine attire alors davantage les populations et c’est dans le prolongement de l’axe du couloir rhodanien, vers la Saône, que les hommes vont se tourner et s’établir. Les témoins de cette période en Côte-d’Or sont encore fort rares. La hache-lingot bipenne en cuivre de Saint-Nicolas-lès-Cîteaux (fig. 196) révèle l’importance de la métallurgie et du commerce du métal. D’autres découvertes, encore trop limitées, laissent entrevoir cependant l’expansion que connaissent alors les échanges : l’épingle en or, provenant peut-être d’une sépulture de Ladoix-Serrigny (fig. 223), est un objet de parure de la Civilisation d’Unetice vraisemblablement originaire d’Europe Centrale, de la région de Prague (Tchécoslovaquie) (MILLOTTE, 1963, p. 344), comme d’ailleurs une épingle de bronze à tête globulaire perforée, provenant d’Ancey (fig. 223), qui appartient à la même civilisation. L’épingle de Ladoix-Serrigny trouve un parallèle dans le mobilier princier d’une riche sépulture de Leubingen (Allemagne) (FISCHER, 1956). On peut encore citer deux épingles à tête en disque et enroulement proximal, toujours du Bronze ancien : l’une provient d’une sépulture découverte dans le quartier des Bourroches à Dijon (fig. 197, n° 1) ; elle est d’un type commun en Allemagne dans le groupe de Straubing et également bien représentée en Suisse ; l’autre, provenant de la Saône à Saint-Jean-de-Losne (BONNAMOUR et alii, 1976, fig. 1, n° 14) présente un décor cruciforme gravé ; elle est légèrement postérieure à la précédente et est répandue dans le Jura et la Suisse. Ces deux dernières épingles se rattachent à la culture rhodanienne et illustrent le rôle que la Saône a joué en Bourgogne dans les échanges commerciaux.

V-3-2 Le Bronze moyen

31Au Bronze moyen, il est bien établi que la majorité des sites fortifiés antérieurement, au Néolithique ou au Bronze ancien, perdent leur caractère défensif. Beaucoup paraissent avoir été désertés et s’ils sont encore occupés, les ouvrages défensifs ne sont plus utilisés comme rempart.

32Si à Myard comme à Étaules, les fouilles n’ont pas livré de vestiges archéologiques permettant d’attester que ces sites étaient occupés au Bronze moyen, quelques découvertes témoignent cependant que certains habitats de hauteur de la Côte-d’Or ont été toujours fréquentés, sans que l’on sache s’ils étaient alors fortifiés ou non.

33L’éperon granitique, situé dans une boucle de l’Armançon, à l’emplacement de l’actuelle ville de Semur-en-Auxois, a livré des vestiges de céramique excisée (fig. 194, n° 1 et fig. 215) et, au pied du Mont-Lassois, à Vix (Côte-d’Or), on peut rappeler la découverte d’une hache à ailerons (fig. 215).

34Toujours en Côte-d’Or, l’occupation des terres basses au Bronze moyen est bien indiquée par la situation, dans des fonds de vallée, de dépôts de fondeur comme ceux des Granges-sous-Grignon de Santenay (NICOLARDOT, VERGER, 1998) et de Tanay (NICOLARDOT, 1993b, pl. 335). La présence de ces dépôts en plaine est importante et certainement pas fortuite. Elle montre qu’à cette époque, les populations ont connu également une période de paix propice à la fabrication et aux échanges de produits manufacturés. Ceci apparaît spécialement avec ces objets en bronze qui témoignent de la grande maîtrise d’un des arts du feu : la métallurgie. Ces dépôts du Bronze moyen (fig. 222) sont caractérisés par la présence de nombreuses haches à talon de type normand, parfois richement décorées, qui indiquent qu’à cette époque, les échanges s’ouvraient vers les régions atlantiques. Le dépôt de Santenay, à proximité de la Dheune, met en évidence l’utilisation du couloir naturel des vallées de la Dheune et de la Bourbince qui permet de communiquer entre les vallées de la Saône, à l’est, et de la Loire, à l’ouest.

35Les observations que nous avons pu faire sur le site retranché du Fort-Harrouard à Sorel-Moussel (Eure-et-Loir) (MOHEN, NICOLARDOT, 1985) montrent que dans d’autres régions que la Bourgogne, des sites d’habitat de hauteur ont aussi perdu leur valeur défensive au Bronze moyen. Nos recherches, dans le chantier n° 5, montrent que des installations domestiques envahissent le versant intérieur du rempart, à la fin du Bronze moyen/début du Bronze final. Le talus de craie appartenant aux fortifications antérieures (Néolithique moyen et final) subit alors des aménagements en terrasse pour permettre une meilleure utilisation de l’espace. Sur le versant intérieur du rempart principal et à proximité de son sommet, sur l’une de ces terrasses, nos fouilles ont mis au jour une architecture dépourvue de caractères défensifs : des vestiges de construction, comprenant des trous de poteaux et des structures légères en clayonnage de bois et d’argile, ont été dégagées (fig. 204). Elles étaient en relation avec un foyer, identifié comme un four de bronzier, qui comprenait un petit four à demi enterré en pierres et en argile (fig. 205, secteur C 55, a). Un ensemble d’objets de bronze a été retrouvé dans cette atelier : un poignard à languette à deux rivets, de nombreuses perles spiralées en fil de bronze et des boutons coniques à perforation centrale découpés dans de la tôle de bronze (fig. 206), ainsi qu’une perle en roche dure. L’ensemble avait été protégé par une construction comportant des poteaux de bois dont les emplacements, pour trois d’entre eux, ont été retrouvés sous la forme de trous circulaires alignés (fig. 205, b, c et d).

36La présence de cet aménagement, presque au sommet du barrage, montre bien que celui-ci n’avait plus de rôle défensif au Bronze moyen et au début du Bronze final puisque qu’un artisan l’avait investi et aménagé pour ses activités.

Fig. 204. Sorel-Moussel (Eure-et-Loir), Fort-Harrouard.
Coupe E-F, côté est de la section 5 : a. trou de poteau du Bronze moyen / Bronze final 1 ; b. silo gallo-romain.

Fig. 205. Sorel-Moussel (Eure-et-Loir),
Fort-Harrouard.
Plan de la section 5 sur le versant intérieur du barrage principal : a. four de bronzier du Bronze moyen / Bronze final I ; b, c et d. trous de poteaux creusés dans la craie du rempart néolithique, éléments architecturaux élevés par les Protohistoriques au Bronze moyen / Bronze final I ; e. murettes de soutènement de terrasses aménagées par les Protohistoriques pour pallier à la déclivité du versant intérieur du rempart néolithique ; f. silo gallo-romain (amphore républicaine).

Fig. 206.
Sorel-Moussel
(Eure-et-Loir),
Fort Harrouard.
Plan de détail, section 5 sur le versant intérieur du barrage principal ; répartition des mobiliers retrouvés à l’ouest et à proximité d’un four de bronzier, Bronze moyen / Bronze final I : poignard en bronze à deux rivets, perles en fil de bronze spiralé, boutons coniques en tôle de bronze à perforation centrale, perle en roche dure, débris de scories et cendres mêlées de charbon de bois.

V-3-3 L’apparition des grandes architectures défensives au Bronze final

37C’est aux environs du ixe siècle avant J.-C., à la charnière du Bronze final IIb - IIIa, que l’on voit de nouveau les remparts des habitats de hauteur reprendre un rôle défensif et connaître un développement continu jusqu’aux Âges du Fer.

38Les recherches effectuées sur le Châtelet d’Étaules révèlent que le site a fait l’objet, depuis le xe siècle jusqu’au ve siècle avant J.-C., de réfections très importantes sur son barrage qui délimite le camp en « éperon barré ». Sur les ruines des structures défensives en pierre sèche ayant été occupées pendant le Néolithique moyen et final, une nouvelle structure défensive a été édifiée pendant le Bronze final IIb / IIIa. Des fragments de céramique de type Rhin-Suisse-France-Orientale (R.S.F.O.), dont un gobelet caréné à épaulement, décoré de lignes et d’incisions parallèles, attestent de l’occupation du camp à cette époque, (fig. 143, n° 1). Cette céramique a été retrouvée en stratigraphie dans la section 5 (fig. 136, Pt. 2603, secteur 2) accompagnée notamment d’une urne à épaulement, ornée d’un décor géométrique peint comprenant des faisceaux de lignes verticales convergentes vers le bas, sur le col, et des triangles hachurés sur le dessus de l’épaule (fig. 136, Pt. 204 b, secteur 3) (fig. 145, n° 4). Ces céramiques voisinaient également avec un bol à bord rentrant, lèvre amincie et fond plat (fig. 136, Pt. 204 a, secteur 3 ; fig. 148, n° 4).

39L’alliance étroite du bois avec un autre matériau, terre ou pierre, caractérise les méthodes de construction des remparts à partir du Bronze final et pendant le premier et le deuxième Âge du Fer. Les fouilles du Châtelet d’Étaules ont montré qu’au Bronze final, le bois joue alors un rôle si important, que c’est lui, au cours de la construction de la structure défensive, qui est mis le premier en place.

40Les bâtisseurs ont commencé par aménager le charpentage qui renforçait intérieurement le rempart de pierre sèche. De très grosses pièces de bois, horizontales et verticales, ont d’abord été disposées avant l’adjonction de pierres pour l’édification du parement de façade extérieure et le remplissage de la muraille. Des arbres entiers ont été utilisés, dont de très gros fragments ont été retrouvés, conservés soit par carbonisation, soit par pétrification. Cette dernière s’est produite sous l’action de la circulation des eaux de ruissellement très fortement chargées en calcaire après avoir traversé les dépôts de tuf déposés au premier Âge du Fer et qui recouvraient les structures du Bronze final. Il est possible d’avancer l’hypothèse que les pièces de bois ont été placées avant les pierres grâce à une observation qui a été faite en pratiquant la coupe à travers le rempart du Bronze final.

Fig. 207. Étaules (Côte-d’Or), Le Châtelet.
Vue d’un trou de poteau vertical dans le rempart du Bronze final.

41Dans le secteur 23, après avoir pratiqué une coupe à travers les structures défensives du premier Âge du Fer (fig. 154, IA, I B et I d), nous sommes parvenus au sommet du rempart du Bronze final, bien marqué par un changement de matériaux : l’utilisation de grandes dalles tirées des niveaux de la Dalle Nacrée, qui contrastaient avec les petites dallettes du rempart hallstattien. Nous avons alors mis au jour un énorme trou de 0,50 m de diamètre, conservé encore sur une profondeur de près d’1 m. Cette sorte de puits présentait des parois très soigneusement maçonnées. La disposition des pierres montrait qu’elles avaient été disposées autour d’une pièce de bois verticale légèrement irrégulière. Nous avons alors reconnu qu’il s’agissait de l’emplacement d’un poteau vertical de fort diamètre et irrégulier. Ce sont des arbres entiers qui, après avoir été ébranchés, ont été utilisés pour confectionner les poteaux verticaux qui renforçaient intérieurement le rempart de pierre sèche (fig. 154 - secteur 23 et fig. 207). En alignement et disposées parallèlement à la façade du rempart du Bronze final, nous avons pu déceler la présence d’autres structures semblables, mais dans un mauvais état de conservation. Ces gros poteaux devaient dépasser le sommet du massif pierreux du rempart et servir à maintenir une palissade, au-dessus de la partie en pierre sèche. Les nombreuses traces d’incendie, encore visibles sur le parement extérieur du rempart, montrent que d’importantes structures de bois se sont embrasées et abattues le long de la façade, au point de marquer définitivement les pierres (fig. 208).

Fig. 208. Étaules (Côte-d’Or), Le Châtelet.
Vue du parement extérieur du rempart du Bronze final portant des marques d’incendie.

42Le versant intérieur du barrage a été bâti suivant cette même technique de chaînage par des pièces de bois. Il présentait des terrasses successives qui permettaient, sans doute au moyen d’échelles intermédiaires, d’accéder au sommet de la fortification (fig. 99, n° 3). La base de cette structure a été retrouvée, limitée par un parement de grosses dalles appareillées (fig. 106, à la limite des secteurs 14 et 15). Les autres paliers, peut-être au nombre de quatre, devaient être soutenus par un boisage vertical, du type palissade, dont la disparition a entraîné leur chute. De telles dispositions sont bien connues dans des ouvrages défensifs de la culture lusacienne en Allemagne, comme au Senftenberg (BUCK, WILLFRIED-DIETMAR, 1982, p. 99, Abb. 1-A, p. 115).

43Au Bronze final, le rempart du Châtelet d’Étaules, en dominant de près de 7 m le niveau du plateau, peut être qualifié de colossal.

44À la même époque, cette architecture monumentale se retrouve aussi au camp de Myard à Vitteaux. Le rempart supérieur, daté de l’extrême fin du Bronze final par deux armatures de flèche de forme triangulaire, en tôle de fer du type du Bourget (fig. 77, nos 1 et 2), est, dans l’état actuel des recherches, flanqué de cinq tours pleines quadrangulaires numérotées de 1 à 5 d’ouest en est. La plus importante occupe une position presque centrale, légèrement décalée vers l’extrémité est du barrage et à un point d’inflexion de celui-ci vers l’intérieur du camp (fig. 17 et fig. 68). Les quatre autres tours sont regroupées dans le tiers ouest du barrage. Cette disposition ne correspond pas à celle donnée par le Vicomte P. de Truchis (fig. 19) qui indique seulement deux gros bastions situés au centre du rempart, entre lesquels il figure une entrée. Cette remarque montre combien, pour l’étude de ces ouvrages fortifiés pré- et protohistoriques, sont importantes les vérifications sur le terrain. Les relevés anciens, comme ce plan du début du siècle, sont souvent des documents réalisés de mémoire et non sur le terrain. Cela peut conduire, comme à Myard, à une interprétation idéalisée qui ne correspond plus à la réalité. En France, cette architecture colossale de la fin de l’Âge du Bronze est encore assez mal connue.

45En Côte-d’Or, on peut peut-être ajouter aux exemples maintenant bien datés de Myard et d’Étaules le rempart du Châtelet à Bouze-lès-Beaune qui barre un tout petit éperon rocheux dominant une profonde vallée. Ce camp possède un environnement archéologique pré- et protohistorique remarquable. La grotte de la Molle-Pierre à Mavilly-Mandelot (fig. 191) a livré une centaine de récipients, très riche matériel céramique du N.M.B. (fig. 192), de nombreux poinçons, des ciseaux et des pendeloques en os ainsi que de l’industrie lithique, armatures de flèches et racloirs en silex (fig. 193) (GALAN, 1985 ; 1990). Cette cavité a servi de refuge temporaire pendant des phases de courte durée pendant lesquelles le travail de l’os et des peaux est attestée. Ces occupations successives sont marquées par la présence de différents foyers. Comme dans les camps de Myard et d’Étaules, l’étude de la faune retrouvée dans cet habitat N.M.B. a montré que les animaux d’élevage, caprinés, bovidés, suidés, dominaient sur les animaux sauvages, notamment les cervidés. On peut encore signaler à proximité du Châtelet de Bouze la nécropole du Néolithique final et du Bronze ancien, en coffres mégalithiques, des « Croconnets » (fig. 209) (JOLY, 1972a, fig. 3) et la nécropole de « La Commelle » à Pommard. Cette dernière comprend des petits tumulus datés du Bronze final et a connu des réutilisations au cours de la fin du premier Âge du Fer et au début du deuxième Âge du Fer (NICOLARDOT, 1993b, pl. 324 ; 1968, p. 306-313). On peut encore ajouter, dans cet environnement funéraire, face à l’éperon barré et de l’autre côté du ruisseau de Mavilly, la présence du plateau de la Montagne du Single et des Murées d’Église, sur la commune de Meloisey, sur lequel s’étend également une très importante nécropole sous tumulus (NICOLARDOT, 1993b, pl. 294-304) qui a livré un riche mobilier métallique de la fin du premier Âge du Fer et du deuxième Âge du Fer.

46Il nous a été rapporté que de la céramique et des objets de bronze, peut-être des haches de bronze, avaient été anciennement trouvés sur le Châtelet de Bouze-lès-Beaune. Son puissant rempart a été remarqué depuis longtemps pour son architecture bien particulière (BOUILLEROT, 1912b). É. Thevenot n’a pas manqué de faire le rapprochement entre cette enceinte et la présence des nombreux tumulus voisins, notamment de l’Âge du Bronze, et il la fait rentrer dans la catégorie des sites défensifs attribuables aux temps protohistoriques (THEVENOT, 1971, p. 13 et 115-116). Les relevés architecturaux que nous avons pu faire, avec l’autorisation du propriétaire qui s’opposait à toute opération de fouilles, révèlent le caractère imposant de la structure défensive (fig. 94 et fig. 95). L’ouvrage défensif du Châtelet de Bouze se singularise par un type d’appareil qui rappelle la maçonnerie dite « cyclopéenne » des enceintes primitives de Grèce ou du monde mycénien (MARTIN, 1965, p. 372). De place en place, de gros blocs de calcaire entrent dans la construction du rempart, notamment dans son parement extérieur et plus rarement dans le parement intérieur (fig. 190). Cet appareil alterne, toujours sur les parements, avec des plaquettes de calcaire choisies avec soin pour leur régularité, alors que le remplissage de la muraille est en « tout venant ».

47Ce type d’appareil, avec ses gros blocs en opus siliceum, n’est pas sans rappeler un type de construction que l’on retrouve dans des oppida celto-ligures du sud-est de la France comme celui du Baou-Roux (Bouches-du-Rhône) (TENNEVIN, 1972, p. 13, fig. 1). L’examen du rempart du Châtelet de Bouze-lès-Beaune permet de distinguer deux phases dans sa construction, la première supposée remonter au Bronze final et la seconde datée du haut Moyen Âge (THEVENOT, 1971, p. 115-116). C’est la première fréquentation du site qui retiendra particulièrement notre attention. Elle se distingue par cette architecture monumentale, caractérisée par l’emploi des blocs de pierre cyclopéens ainsi que par l’adjonction, à l’extrémité sud-est de la muraille, d’une construction en saillie par rapport au rempart. Tout laisse supposer que cet avant-corps a fait partie de la base d’une sorte de tour quadrangulaire creuse, présentant un espace de 3,50 m de longueur et de 2 m de largeur à l’intérieur duquel on peut encore pénétrer. À l’autre extrémité de la muraille, large de 2,80 m, on remarque la présence d’une autre construction fortement ruinée, peut-être une autre tour. Cette partie nord-ouest de la structure défensive présente des gros blocs disposés en boutisse. Ce qui frappe, dans cette architecture, c’est le caractère monumental que les constructeurs ont voulu lui donner dès les premières assises : on notera que l’appareil cyclopéen a été utilisé dès l’assise de libage. On l’observe à la base du rempart et des constructions annexes, contreforts, tours ou bastions (fig. 94 et fig. 95).

Fig. 209. Bouze-lès-Beaune (Côte-d’Or), Les Croconnets.
Vue d’un coffre funéraire en grandes dalles, sans couverture, Bronze ancien.

48Ce singulier appareil du Châtelet de Bouze-lès-Beaune se retrouve dans certaines parties du rempart du Châtelet du Mont-Milan à Meursault (Côte-d’Or) (fig. 176) (BULLIOT, 1856, p. 49 ; GASSER, JOURDY, 1894 ; DRIOTON, 1909b ; GASSER, 1909 ; NICOLARDOT, 1975a, p. 37-38, pl. 3 à 5). C’est une enceinte de rebord de plateau qui développe un rempart suivant une ligne polygonale curviligne irrégulière dont les extrémités s’appuient sur les falaises calcaires dominant les communes d’Auxey-Duresses au nord et de Meursault à l’est. La longueur de la structure défensive est d’environ 420 m et elle possède une largeur moyenne de 3 m. La surface enclose est légèrement supérieure à 2 hectares. Le site a fait l’objet de nombreuses fréquentations. La plus ancienne, connue surtout par les fouilles de P. Chevillot, remonte au N.M.B. et au Néolithique final (CHEVILLOT, 1982, 1983, 1988, 1990a et 1990b). P. Chevillot pense que le rempart est postérieur à l’occupation préhistorique du plateau, dont certains vestiges auraient été bouleversés lors de sa construction (CHEVILLOT, 1990b, p. 20). On sait que des objets de l’Âge du Bronze, notamment des fragments de faucilles, ont été retrouvés dans l’enceinte. Par ailleurs, la présence de blocs cyclopéens, relevés sur les plans que nous avons dressés avant les interventions de P. Chevillot (NICOLARDOT, 1993b, pl. 313, n° 2), peut permettre de proposer l’hypothèse qu’une partie de cette fortification, qui présente de nombreuses reprises, pourrait dater du Bronze final. Il semble également possible, en se basant sur les découvertes anciennes, que cet important site de hauteur fortifié, magnifiquement situé au-dessus de la plaine de la Saône sur un plateau qui regarde le camp de Chassey, ait été aussi occupé au deuxième Âge du Fer, à l’époque gallo-romaine et peut-être même au Moyen Âge.

49On retrouve cette architecture monumentale, caractéristique des remparts érigés aux Âges des Métaux, au Camp de Bierre à Merri (Orne), daté du milieu du ixe siècle avant J.-C. par les travaux de G. Verron (GAUCHER, 1988, p. 187), qui présente aussi d’imposantes murailles de pierre sèche. Parmi les nombreux habitats fortifiés de hauteur occupés à l’Âge du Bronze et illustrant également cette architecture de prestige, il faut rappeler, bien que très souvent mentionnés, deux sites particulièrement bien fouillés et étudiés respectivement par G. Bersu et C. Bonnet. Le premier en Suisse, à fait l’objet d’une recherche déjà ancienne mais exemplaire : le Wittnauer Horn (BERSU, 1945 ; 1946) et le second, le Hohlandsberg à Wintzenheim (Haut-Rhin) (BONNET, 1973), occupé dès la fin du Bronze moyen et surtout durant le Bronze final.

50Au Wittnauerhorn, le rempart principal, daté du Bronze final (BERSU, 1945, pl. XVIII, fig. 71), peut être mis en parallèle avec celui construit à la même époque sur le Châtelet d’Étaules. Sur les deux sites, les fouilles ont montré qu’une importante armature de bois charpente une muraille construite par paliers successifs.

51Il y a quelques années on a voulu proposer, comme autre témoignage de la maîtrise des matériaux de construction des bâtisseurs du Bronze final, les assemblages à tenons et mortaises en queue d’aronde des enceintes du Mur Païen du Mont Sainte-Odile à Ottrott et du Frankenbourg près de Sélestat (Bas-Rhin). H. Zumstein (ZUMSTEIN, 1970) voyait, dans cette technique de liaison des pierres du rempart, un procédé d’assemblage avec gougeons de bois, pouvant remonter au Bronze final. Il le mettait en parallèle avec des dispositifs semblables rencontrés dans l’architecture monumentale du xive siècle avant J.-C. à Ugarit Ras Shamra (Syrie). À Ugarit, les gougeons assemblant les pierres de taille étaient en bronze. La datation C 14 obtenue par H. Zumstein au Mont Sainte-Odile ne permettait pas de trancher. Elle situait la construction entre le Bronze final et le second Âge du Fer. C’est à cette dernière époque que l’opinion se rallie aujourd’hui pour dater la construction du « Mur Païen », qui aurait été élevé dans la première moitié du ier siècle avant J.-C. (PÉTRY, WILL, 1988, p. 80-82).

V-3-4 Des rites de fondation liés au remparts du Bronze final

52La reconnaissance d’actes rituels en pré et protohistoire n’est pas aisée. Elle doit nécessairement reposer sur des constatations matérielles exceptionnelles retrouvées en cours de fouilles. Des observations faites à Étaules permettent d’affirmer que la construction du colossal rempart du Bronze final a fait l’objet d’un rite, peut-être sacrificiel, lié à l’acte de fondation. On rappellera la découverte faite le long du parement extérieur et à la base du rempart du Bronze final. La présence de cinq ou six squelettes de foetus humains, retrouvés bien protégés sous un loculus formé de grandes dalles appuyées obliquement contre le parement extérieur du rempart n’est certainement pas un événement fortuit (fig. 131). Il s’agit d’un dépôt votif mis en place au moment de la construction du rempart du Bronze final. Des sacrifices humains, en relation avec des habitats de l’Âge du bronze ou du Fer, sont bien attestés en Europe centrale. En Tchécoslovaquie, de telles pratiques ont été observées dès le Bronze ancien, au Bronze moyen et jusqu’au Bronze final. Dans les fouilles du camp fortifié de Cézavy près de Blucina (JELINEK, 1990a, p. 121 ; 1990b), des crânes et des squelettes de jeunes enfants, âgés entre un et six ans, et des squelettes d’adultes ont été retrouvés dans l’habitat ainsi que des restes humains sans connexion. Des observations semblables ont été faites en Moravie, à Byci skala (JELINEK, 1990a, p. 123), pour la période de Hallstatt, ainsi qu’à Smonelice, en Slovaquie près de la frontière de la Moravie (DUSEK, 1968) où un site d’habitat fortifié a livré un crâne humain déposé volontairement dans les fondations d’une maison. Ces dépôts, comme celui retrouvé au Châtelet d’Étaules, correspondent à des rites de fondation qui se déroulèrent au moment de la construction d’une structure défensive ou d’un habitat. On peut penser que ces pratiques étaient destinées à la protection de l’ouvrage en cours de construction dans les fondations duquel les restes des victimes étaient déposés. Cette cérémonie comportait des sacrifices humains parfois accompagnés par l’abattage d’animaux.

53Toujours à Cézavy (Moravie du Sud), dans les niveaux du Bronze ancien, ont été trouvés de nombreux restes humains dont les os avaient été brisés et déposés intentionnellement dans des fosses. On rappellera qu’à Myard, trois fissures en rebord de plateau ont livré également des restes humains mêlés à de la faune. Deux d’entre elles sont situées à l’extrémité ouest du rempart du Bronze final, (fig. 21, nos 1 et 2), la troisième à la pointe nord du camp (fig. 21, n° 17). On peut se demander si la présence de ces vestiges, à Myard, est en relation avec des pratiques cultuelles qui se seraient poursuivies tout au long de l’Âge du Bronze.

V-3-5 Extension et diversification de l’implantation de l’habitat à l’Âge du Bronze en Côte-d’Or

54Le développement, durant l’Âge du Bronze et plus particulièrement à la transition du Bronze final et du premier Âge du Fer, de l’exploitation du sol, aussi bien en plaine que dans les hautes terres, est un phénomène général (GUILAINE, 1980, p. 206) auquel la Côte-d’Or n’échappe pas. Nous venons de voir, à travers les pratiques cultuelles attachées à la puissante architecture défensive de certains habitats de hauteur, la place importante que ceux-ci présentaient au Bronze final. Cependant, il ne faut pas penser que, malgré le regain d’intérêt pour les habitats de hauteur, les plaines ont été délaissées, bien au contraire. Les découvertes archéologiques dans les terres basses, particulièrement de dépôts d’objets de bronze ainsi que de nombreux sites fossoyés (habitats et nécropoles), montrent que les fonds de vallée étaient aussi occupés et que les métallurgistes y exerçaient leurs activités.

55Des lieux comme Blanot (fig. 232 ; fig. 237 A et B / 7) (fig. 222) (THEVENOT, 1991), Nan-sous-Thil (fig. 232 ; fig. 237 B / 5 et 6 ; NICOLARDOT, 1993b, pl. 321- 322 ; BRUZARD, 1868) et Venarey-lès-Laumes (fig. 232 ; fig. 237 B / 4 et 5 ; NICOLARDOT, VERGER, 1998, fig. 12-13), dans lesquels de très importants dépôts d’objets de bronze ont été découverts, devaient être des centres privilégiés pour le commerce ou les échanges de produits manufacturés. On notera que deux de ces dépôts, Nan-sous-Thil et Venarey-lès-Laumes, se localisent dans la partie ouest du département, dans un axe nord-sud empruntant la haute vallée de l’Armançon et ses affluents, cours d’eau qui rejoignent plus ou moins directement la Seine. Ces deux dépôts contiennent des objets de bronze entiers mais aussi des pièces brisées considérées généralement comme destinées à la refonte. Le dépôt de Blanot est tout différent. Il ne renfermait que des objets de qualité en bon état et son enfouissement avait été fait avec soin. J.-P. Thevenot attribue à ce dépôt un caractère votif ou cultuel (THEVENOT, 1991, p. 105), tout en convenant que ces objets représentaient une certaine richesse. Même si la possession d’un tel bien pouvait engendrer l’autorité (KRISTIANSEN, 1990), on ne peut manquer de souligner que la position géographique de Blanot correspond à un autre axe d’échanges, est-ouest, tourné vers l’Atlantique via la Loire par la vallée de l’Arroux (THEVENOT, 1991, p. 101). Les sources de l’Arroux et de l’Armançon (fig. 225 ; fig. 237 C / 7) sont suffisamment proches pour que l’on puisse imaginer des possibilités, par la région d’Arnay-le-Duc, de communications entre le bassin de la Loire et celui de la Seine, peut-être même avec la vallée de la Saône en empruntant les vallées de la Dheune ou de l’Ouche.

56Le développement de l’occupation des terres basses au cours de l’Âge du Bronze est également bien attesté par les nombreuses découvertes dues aux prospections aériennes dans la vallée de la Saône. On peut déjà entrevoir, à travers quelques comptes-rendus de vérifications de terrain, que l’habitat se développe dans la plaine de la Saône à partir du Bronze ancien. La région de Genlis (Côte-d’Or) apparaît comme une zone particulièrement propice à l’étude de ce phénomène. Dans le cadre des opérations de sauvetage menées par le Service Régional de l’Archéologie de Bourgogne sur le tracé Dijon-Dole de l’autoroute A 39, sur les communes de Genlis, d’Izier et de Rouvres-en-Plaine, quatre silos, en rapport avec un habitat voisin détruit, ont été fouillés et datés du Bronze ancien, au lieu-dit « Le Clos du Varin » ou « Terre du Varin » (CONCHE, 1992) ; dès cette époque, ils indiquent une importante occupation rurale qui s’intensifiera au cours de la Protohistoire et au début des temps historiques. Toujours dans le cadre de ce programme, un autre site très important, daté également du Bronze ancien, a été étudié : au lieu-dit « Le Joannot », sur Genlis et Izier, deux grands bâtiments à vocation agricole, accompagnés de constructions et de fosses, ont été mis au jour. Ils ont été identifiés grâce à l’implantation de trous de poteaux trouvés par photographie aérienne (DARTEVELLE, 1992a). Les recherches ont montré que le site avait aussi été occupé durant le premier Âge du Fer.

57À Rouvres-en-Plaine, au lieu-dit « Fin Lassu », l’occupation du sol a été reconnue aux mêmes périodes, avec la présence de trous de poteaux et de fosses d’extraction de limon (NILLESSE, 1992). Les travaux n’ont pas été poursuivis suffisamment pour mettre en évidence les plans des bâtiments. Il est intéressant de souligner que cette implantation en plaine de l’habitat est associée, au premier Âge du Fer, avec la mise au jour de fragments de moules pour couler le bronze, de loupes et de scories de fer.

V-4 L’habitat fortifié au début de l’Âge du Fer

58En Bourgogne, les habitats fortifiés du premier Âge du Fer reposent presque toujours sur une ou plusieurs occupations antérieures, de l’Âge du Bronze ou du Néolithique. Cette situation, rencontrée à Étaules, se vérifie au camp de Chassey (THEVENOT, 1983a, p. 27) où, dans le secteur de la Redoute, les couches protohistoriques du premier Âge du Fer sont précédées par les niveaux de l’Âge du Bronze et du Néolithique. La situation paraît différente dans d’autres régions. En Côte-d’Or, il est exceptionnel de rencontrer un site d’habitat fortifié dont les ouvrages défensifs ont été implantés directement au premier Âge du Fer. C’est peut-être le cas du Mont-Lassois à Vix. R. Joffroy signale, parfois à l’intérieur et surtout dans le proche environnement de l’oppidum, la présence d’objets se rapportant à l’Âge du Bronze et au Néolithique (JOFFROY, 1979, p. 199-202, pl. 112-114). Cependant, dans son étude du système défensif, pour lequel il distingue des fossés, un rempart et des levées (NICOLARDOT, 1993b, pl. 347), rien ne laisse transparaître la présence de structures antérieures. R. Joffroy précise même que « cette construction date bien des tout premiers temps de l’occupation et que le sol était encore vierge de tout vestige antérieur » (JOFFROY, 1979, p. 23). B. Chaume, qui reprend l’étude de cette « résidence princière », considère comme étant du Hallstatt final le rempart situé à la base du flanc ouest du Mont Saint-Marcel et du deuxième Âge du Fer le rempart du type Preist qui ceinture le Mont Saint-Marcel (CHAUME, 1993, p. 81-82).

Fig. 210. Étaules (Côte-d’Or), Le Châtelet.
Vue aérienne du barrage (Cliché R. Goguey).

59Au Châtelet d’Étaules (fig. 210), et c’est sans doute une particularité d’un grand nombre de sites fortifiés de l’est de la France, les fouilles ont montré une liaison étroite entre les ouvrages défensifs du Bronze final et ceux du premier Âge du Fer. Au début du premier Âge du Fer, une première structure de pierre sèche rehausse l’ouvrage défensif du Bronze final (fig. 153 C, I B). Ses fondations sont intimement liées aux matériaux des structures sous-jacentes du Bronze final (fig. 153 C, I d), bien que présentant une façade extérieure de construction soignée dont le parement extérieur, exécuté en petites plaquettes, nous est parvenu. Du côté intérieur, la destruction d’une armature de bois, survenue sans doute rapidement après la construction, a amené les constructeurs à renforcer les deux versants du barrage avec un apport de tuf (fig. 153 C, I b). Après l’édification de ce glacis, une deuxième et dernière surélévation a été alors effectuée (fig. 153 C, I A). Ce rempart alliait également la pierre sèche à un poutrage horizontal de bois. Ce dernier était beaucoup plus important que dans la première tentative de construction. Nous avons pu observer la disposition de ces poutres grâce aux logements en pierre sèche qui avaient été aménagés pour les recevoir et dont la partie inférieure nous est parvenue dans un excellent état de conservation. Ces logements des poutres, espacés d’environ 1,80 m et retrouvés sur une longueur de près de 3 m, étaient disposés perpendiculairement à la façade du rempart. Ils étaient constitués de grandes dalles plates dressées qui formaient, pour chacune des poutres, une sorte de caisson continu qui protégeait le bois en l’entourant complètement (fig. 211). Il faut souligner que le sommet de cette construction du premier Âge du Fer, surmontée d’une palissade, dominait alors de plus de 12 m le niveau du plateau. On peut imaginer l’importance d’un tel belvédère, développé sur les 80 m de rempart. De ce poste d’observation remarquable, on pouvait dominer et surveiller un vaste secteur de la vallée du Suzon.

60Ce rempart est resté en usage jusqu’au Hallstatt final. La présence d’objets de parure de qualité, en bronze ou en fer, dont plusieurs fibules à timbales (fig. 162, nos 1, 2, 4), montre bien que les derniers occupants du site appartenaient à la petite aristocratie que l’on retrouve inhumée dans les nécropoles environnantes.

Fig. 211. Étaules (Côte-d’Or), Le Châtelet.
Vue des logements en pierres sèches qui recevaient les poutres horizontales du rempart du Hallstatt final (état après restauration, dans le haut du cliché).

V-5 La question des remparts calcinés ou vitrifiés

61On a longtemps considéré les enceintes dites calcinées ou vitrifiées comme étant le résultat d’un mode de construction en milieu calcaire ou granitique. Les travaux récents effectués sur de telles enceintes tendent à montrer que sous ces appellations se cachent de nombreux phénomènes.

62La calcination du rempart du camp d’Affrique à Messein (Meurthe-et-Moselle) est reconnue depuis le xixe siècle après les travaux de J. Dugas, F. Barthélémy et les fouilles exécutées de 1902 à 1912 par J. Beaupré (DUVAL et alii, 1991). Une étude récente menée par J.-P. Lagadec, en collaboration avec A. Ploquin, géologue du Centre de Recherches Pétrographiques et Géochimiques de Nancy-Vandœuvre (CNRS), démontre que la calcination est effective, volontaire et qu’elle a été produite in situ par un feu intense entretenu sous le matériau à transformer. Les auteurs ont vérifié la présence d’une « chambre de chauffe » attestée par une « grille » de poutres de chêne retrouvée en place, calcinée. Les analyses d’A. Ploquin établissent clairement que le matériau calciné est un mélange de chaux et de ciment obtenu en portant des pierres calcaires, mêlées de marne et d’argile, à des températures atteignant localement 1200°. Le volume de chaux ainsi formé est estimé au total à 5000 m3. Il faut souligner que les matériaux utilisés dans cette construction sont hétérogènes (en plus du calcaire, on y a ajouté des galets de granite, de gneiss et de grès) et que ces roches ont été suffisamment chauffées pour être vitrifiées.

63Au camp de Myard à Vitteaux, dans les structures d’habitat du N.M.B., a été observé, de place en place le long du parement intérieur du rempart néolithique, un dépôt important composé de terre rouge et d’un conglomérat de pierres calcaires prises dans une sorte de béton (fig. 22, n° 5 ; fig. 239, dépliant de la coupe sur les remparts de Myard à Vitteaux, couche II c dans les secteurs +1 et ± 0 et fig. 212). L’hypothèse d’une transformation de matériaux à la suite d’un incendie était séduisante : terre rougie sous l’action du feu et formation de chaux. Cependant, on admettait mal la possibilité d’un embrasement total et violent des constructions attenantes au rempart, ce dernier ne présentant pas de traces de combustion. Cet incendie, constaté dans l’habitat néolithique, n’a cependant pas été suffisant pour transformer le calcaire en chaux. Des analyses chimiques entreprises par A. Delattre, du Laboratoire de Chimie agricole et biologie du Conservatoire National des Arts et Métiers (DELATTRE, NICOLARDOT, 1976), montrent que la couleur rouge de la terre est due simplement à un dépôt de silicate ferrique et non à la violence d’un incendie. Les analyses ont montré que la température à laquelle ce matériau a été porté est restée inférieure aux 850° nécessaires. Les roches calcaires, légèrement fissurées par l’incendie, ont simplement été modifiées au cours de leur érosion par l’action prolongée des eaux d’infiltrations chargées en CO2.

Fig. 212. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.
Vue des structures d’habitat du Néolithique moyen : dalles dressées et noyau de calcaire concrétionné.

64Les fouilles d’Étaules, également en milieu calcaire, ont révélé que ce qui avait été pris aussi autrefois pour de la « chaux » était, en fait, des structures construites en tuf (NICOLARDOT et alii, 1981). Le matériau utilisé dans le glacis sur le versant extérieur du barrage et dans les paliers, sur son versant intérieur (fig. 153 I b, I c), se présente sous la forme d’une sorte d’agrégat à dominante blanche, parfois teinté de jaune et de brun, de texture soit pulvérulente, soit plus ou moins compacte, soit fortement concrétionnée. Les limites de ce matériau apparaissent toujours avec une grande netteté et à la base, au contact avec la construction sous-jacente du Bronze final, il se présente comme un véritable plancher stalagmitique, très dur et très compact. Les recherches de J. Thierry, de l’Institut des Sciences de la Terre de l’Université de Dijon, montrent que ce matériau ne peut provenir que des dépôts tuffacés accumulés par le Suzon et par les sources voisines. Les analyses effectuées sur ces tufs actuels et ceux de la fortification montrent des résultats pratiquement identiques (NICOLARDOT et alii, 1981, p. 211).

  • 20 On trouvera dans cette publication toutes les références bibliographiques concernant le site de Pér (...)

65Les exemples du camp d’Affrique, de Myard et du Châtelet d’Étaules, révèlent la complexité des problèmes posées par les remparts dits calcinés. Elle rejoint les questions posées par les remparts vitrifiés connus en milieu granitique comme au Camp de Péran à Plédran (Côtes-d’Armor). Là, les vitrifications sont dues nécessairement à l’action du feu (DRON, 1983 ; 1984, p. 100 ; MILLET, 1983). Les vitrifications apparaissent toujours comme le produit d’une transformation fortuite sans aucune valeur technologique ou chronologique (NICOLARDOT, GUIGON, 1991, p. 133-134)20. Les fouilles du Camp de Péran ont montré que les vitrifications se sont produites sur place, avec le concours de circonstances exceptionnellement favorables, au cours de la destruction systématique de la forteresse. Volontaires ou accidentelles, les vitrifications rencontrées dans les fortifications antiques sont notamment connues en Grande-Bretagne (BROTHWELL et alii, 1974 ; NISBET, 1974 et 1975 ; MACKIE, 1976).

66L’ampleur et la qualité des ouvrages défensifs comme ceux que nous venons de voir au Châtelet d’Étaules, occupé pendant près d’un demi siècle, du Bronze final à la fin du premier Âge du Fer, pose la question de sa fonction.

67Le Châtelet d’Étaules nous apparaît être d’abord une citadelle avec de puissants remparts, pour voir et être visible de loin. Les fouilles ont montré que les structures défensives protégeaient des habitations. Les mobiliers découverts dans celles-ci révèlent une population aisée, sinon riche : fibules en bronze et en fer, bracelets, épingles, céramique fine, fusaïoles. Ces objets montrent que la population pratiquait un artisanat local, poterie, tissage ainsi que l’élevage d’animaux domestiques, boeuf, porc, mouton. La présence de faisselles indique la présence d’activités autour de la production du lait (fromage). Les nombreuses traces de dépeçage, de désarticulation et de découpage ainsi que les traces de carbonisation dues à une cuisson sur place, témoignent de l’abattage des animaux domestiques.

68Les hommes et les bêtes n’étaient certainement pas enfermés continuellement dans l’enceinte. L’absence d’eau et d’herbages nécessitait de fréquentes descentes vers les sources et les pâturages situés au fond de la vallée du Suzon. La chasse était pratiquée et la recherche des cerfs et sangliers devait également entraîner les hommes dans des battues hors du camp.

69Une telle organisation, qui a fonctionné pendant plusieurs générations, devait être placée sous l’autorité d’un chef entouré de ses proches et de quelques familles.

70On rappellera que le Châtelet d’Étaules n’est pas le seul site fortifié, en éperon barré, à dominer la vallée du Suzon et à avoir été occupé au premier Âge du Fer. Directement en vis-à-vis, on trouve le Châtelet de la Fontaine au Chat sur la commune de Val-Suzon et plus loin, à Messigny-et-Vantoux, le camp de Roche-Château défend l’entrée de la vallée à son débouché sur la plaine de la Saône. Cette densité de sites défensifs peut s’expliquer par la volonté de contrôler les activités commerciales ou d’échanges qui étaient intenses en cette fin du premier Âge du Fer. L’hypothèse d’un trafic par voie terrestre empruntant la vallée du Suzon est plausible.

V-6 Le rôle des voies de circulation dans l’implantation des habitats fortifiés au Hallstatt

71En Bourgogne, non loin de Chassey, la découverte du site de plaine hallstattien de Bragny (Saône-et-Loire) (fig. 213), dans la zone du confluent de la Saône avec le Doubs et la Dheune, vient confirmer l’importance de l’axe de circulation nord-sud que représentent la Saône et le Rhône dans les échanges avec le monde méditerranéen. Une grande activité métallurgique y a été reconnue dans des installations en fosses. Le fer et le bronze ont été travaillés et des fibules à timbales ont été fabriquées sur place (GUILLOT, 1983, p. 15-19). L’habitat ouvert de Bragny a livré plusieurs objets d’importation d’origine méditerranéenne : de la céramique attique, des amphores massaliètes et quelques fragments d’amphores étrusques, de la céramique grise monochrome, de la céramique pseudo-ionienne et des vases en verre (amphorisque et aryballe).

72Bragny, auquel on pourrait associer le site hallstattien « des Joncs » à Tournus (PERRIN, 1974) et le Mont Lassois à Vix, apparaissent, au premier Âge du Fer, comme des lieux de production et de transit, plaques tournantes des voies commerciales naturelles. Ces sites occupent une place particulièrement privilégiée, à mi parcours sur un axe nord-sud permettant la liaison entre la Méditerranée et la Manche en suivant le cours du Rhône, de la Saône et de la Seine (BENDER et alii, 1993, fig. 41, p. 165). De plus, Bragny, au confluent de la Saône et du Doubs, s’ouvre vers les sites princiers des régions de l’est comme Salins, Châtillon-sur-Glâne, mais aussi vers le Britzgyberg, Breisach, la Heuneburg, Ipf et Hohenasperg (fig. 213) et vers les échanges atlantiques par les vallées de la Loire, de la Bourbince et de la Dheune, cette dernière protégée par le camp de Chassey qui occupe une situation très comparable à celle du camp de Roche-Château à Messigny, au débouché de la vallée du Suzon sur la plaine de la Saône. Des gués antiques sont reconnus sur la Saône, aux environs de Bragny. Les objets variés qui y ont été dragués attestent le rôle capital que cette région des confluents Saône-Dheune et Doubs a pu jouer dans la circulation des produits manufacturés et de consommation, cela, dès l’Âge du Bronze (BONNAMOUR, 1982) et notamment à la période qui nous intéresse ici, le premier Âge du Fer et sa phase finale. À Bragny même, au lieu-dit « Les Îles Percées », un gué a livré un bracelet de lignite, un poignard et une lance (BONNAMOUR, 1977 ; GUILLOT, 1976). Tout laisse supposer que le comptoir hallstattien de Bragny a pu correspondre aussi à un point de rupture de charge pour le transport des marchandises, de la même façon que la Seine à la hauteur de l’oppidum de Vix a été depuis longtemps reconnue comme autre point de rupture de charge (JOFFROY, 1960a, p. 26). R. Joffroy qualifie Vix de « clé de la Seine navigable » et de « porte vers le sud » (JOFFROY, 1979, p. 188).

Fig. 213. Carte des voies de circulation en relation avec le Châtelet d’Étaules (adaptation d’après PAULI, 1993, fig. 41).

73Comment envisager les communications par voie terrestre entre Bragny et le Mont Lassois et réciproquement ? Deux itinéraires, depuis Bragny, paraissent plausibles, jalonnés par un environnement archéologique remarquable.

74Le premier itinéraire proposé depuis Bragny-sur-Saône (fig. 233 ; fig. 237 E / 9) remonte la vallée de la Saône jusqu’à la hauteur des Maillys, où des sites fortifiés de plaine sont signalés (fig. 226, fig. 233 ; fig. 237) au point de son confluent avec la Tille, cours d’eau que l’on peut suivre en passant par Lux, site fortifié de plaine (fig. 226, fig. 233 ; fig. 237 F / 5), Crécey-sur-Tille, site fortifié de hauteur (fig. 226 ; fig. 237 F / 4, pour rejoindre la vallée de l’Ource jusqu’à Mosson, site fortifié de hauteur (fig. 226 ; fig. 237 C / 2), d’où, par les plateaux en direction de l’ouest, on peut rejoindre le Mont-Lassois à Vix, site fortifié de hauteur (fig. 226 ; fig. 237 C / 2).

  • 21 De très nombreuses nécropoles du premier Âge du Fer sont implantées sur le plateau du Châtillonnais (...)

75Le deuxième itinéraire, toujours depuis Bragny-sur-Saône, quitte la vallée de la Saône au confluent Saône-Ouche, à Saint-Jean-de-Losne, pour remonter l’Ouche jusqu’à son confluent avec le Suzon, à la hauteur actuelle de Dijon (fig. 237 E / 6), et emprunter son défilé depuis Messigny-et-Vantoux, habitat fortifié de hauteur de Roche-Château (fig. 226 ; fig. 237 E / 5), jusqu’à la hauteur du Châtelet d’Étaules (fig. 226 ; fig. 237 E / 5) et du Châtelet de la Fontaine-au-Chat à Val-Suzon (fig. 85, fig. 226 ; fig. 237 E / 5) ; de là, en remontant plein nord on atteint la source et la vallée de la Seine qui devient navigable à partir de Vix (fig. 226 ; fig. 237 C / 2) que l’on rejoint après avoir traversé le plateau du Châtillonnais21.

76Dans cette hypothèse, le Châtelet d’Étaules et les autres camps de la vallée du Suzon ont pu avoir un rôle actif pour assurer, non seulement la sécurité ou le contrôle des transporteurs, mais sans doute aussi leur ravitaillement, leur apporter une aide physique et les guider dans leur itinéraire. Ce n’est vraisemblablement pas par hasard que les deux promontoires, placés face à face, qui sont devenus le Châtelet d’Étaules et le Châtelet de la Fontaine au Chat (fig. 82), ont été choisis par les Néolithiques puis par les hommes de l’Âge du Bronze final et du premier Âge du Fer pour établir deux camps en éperon barré dont les remparts devaient avoir sensiblement la même importance. Dans cette hypothèse où la vallée du Suzon aurait été un des lieux obligés de passage, spécialement au premier Âge du Fer, cette position en vis-à-vis des deux sites fortifiés s’explique, comme point stratégique de transit dans l’itinéraire entre Bragny et Vix. On peut objecter à cette hypothèse que ni le Châtelet d’Étaules, ni le Châtelet de la Fontaine au Chat à Val-Suzon, n’a livré, jusqu’à présent, d’objets d’importations telles qu’amphores massaliètes ou céramique attique. À cela on peut répondre que cette absence résulte peut-être tout simplement du fait que les recherches effectuées au Châtelet d’Étaules ont porté essentiellement sur les monumentales structures défensives et les proches habitats qui y étaient accolés. En ce qui concerne le Châtelet de la Fontaine au Chat, le problème est identique avec en plus le fait que les découvertes anciennes, faites par E. Guyot, n’ont jamais été publiées.

77En faisant référence à ce que l’on connaît le mieux sur les Châtelets d’Étaules et de Val-Suzon, leurs colossaux remparts défensifs du Bronze final et du premier Âge du Fer, n’est-ce pas là un facteur susceptible de les rapprocher des résidences dites « princières » qui se caractérisent aussi par une architecture défensive importante et la proximité de riches nécropoles ? Si la présence d’objets mobiliers d’importation méditerranéenne ou gréco-étrusque fait défaut, on notera que les camps de la vallée du Suzon sont entourés de nécropoles sous tumulus dont les tombes attestent le rang social important d’une certaine partie de la population. Ces sépultures ont livré des armes, des rasoirs, des fibules de bronze et de fer ainsi qu’une ceinture de bronze.

78Ces hauts lieux que sont les sites princiers se rencontrent surtout dans le sud de l’Allemagne, dans le Bade-Wurtemberg, comme à la Heuneburg, sur le cours supérieur du Danube (KIMMIG, 1983), au Ipf à Bopfingen ou au Münsterberg à Breisach (Bade-Wurtemberg). En France, le groupe se prolonge en Alsace avec le Britzgyberg à Illfurth (Haut-Rhin ; SCHWEITZER, 1973) ou le Hexenberg à Leutenheim (Bas-Rhin ; FORRER, 1926 ; LEGENDRE, 1989 ; SCHAEFFER, 1930). C’est dans le Centre-Est, en Bourgogne et en Franche-Comté, que l’on observe la répartition la plus méridionale de ces habitats princiers, que l’on retrouve aussi en Suisse, avec le camp de Châtillon-sur-Glâne à Posieux près de Fribourg (SCHWAB, 1975, 1983, 1988 ; RAMSEYER, 1983 et 1997) ou le Uetliberg à Zurich. Ces sites aristocratiques sont représentés en Bourgogne par l’habitat fortifié du Mont Lassois à Vix (Côte-d’Or) (fig. 220) (JOFFROY, 1979) et par le Camp de Chassey (Saône-et-Loire ; THEVENOT, 1983a) où sont reconnus des objets d’importation méditerranéenne, et en Franche-Comté par le Camp du Château à Salins-les-Bains (Jura ; PIROUTET, 1933).

79Ces sites princiers apparaissent non seulement comme des centres économiques, de stockage de produits locaux ou étrangers, mais aussi comme des lieux d’échanges ou de redistribution de productions artisanales (BRUN, 1993, p. 78). Les camps retranchés hallstattiens de la vallée du Suzon doivent à ces fonctions liées aux voies d’échanges le rôle non négligeable qu’ils ont pu avoir dans les transits de personnes et de biens entre Bragny et Vix, au premier Âge du Fer, entretenus par les sites princiers et les grands comptoirs commerciaux. C’est grâce au dynamisme de ses chefs, qui avaient su se maintenir sur une position géographique privilégiée, une importante voie de communication, que le Châtelet d’Étaules a prospéré jusqu’au moment du déclin de l’oppidum de Vix, moteur régional de cette dynamique. C’est vers 480 avant J.-C. que l’on situe la disparition de la « princesse de Vix » à laquelle on attribue la fin de la brillante période du Mont Lassois (ÉLUÈRE, 1987, p. 91). Cette période coïncide avec l’abandon du Châtelet d’Étaules.

80On peut se demander pourquoi un autre site, comme le camp de Myard, qui après avoir été doté au Bronze final d’un appareil défensif impressionnant, comprenant même des tours, a été déserté avant le premier Âge du Fer. La raison réside sans doute dans le fait qu’à la période du rayonnement hallstattien, il s’est trouvé, contrairement au Châtelet d’Étaules, à l’écart d’une voie de communication.

81Beaucoup de ces sites fortifiés sont abandonnés, comme Étaules, à la fin du premier Âge du Fer, vers le milieu du ve siècle. Quelques-uns, comme le Mont Lassois ou le Camp d’Affrique à Messein (Meurthe-et-Moselle ; BEAUPRÉ, 1912, fig. 9) connaissent encore une courte occupation au tout début du deuxième Âge du Fer mais sont aussi rapidement désertés.

82Répondant à d’autres motivations, un autre type d’habitat fortifié, l’oppidum, va supplanter à son tour les citadelles hallstattiennes et connaître son plein essor à la fin du deuxième Âge du Fer.

83Les nécropoles nous apprennent cependant que les plateaux sont toujours fréquentés au début du deuxième Âge du Fer. Les plaines connaissent alors une occupation croissante. L’habitat fortifié va se transformer avec le développement de l’artisanat et du commerce. Du deuxième Âge du Fer à la période romaine l’organisation interne des habitats fortifiés s’urbanise, préfiguration des bourgades et des villes.

84Fossés et levées à caractères défensifs, liés à des habitats, ont fortement marqué de leur empreinte les paysages de plaine et de hauteur qui nous entourent. Il n’est pas étonnant que ces marques aient de tout temps intrigué. Pendant le xixe siècle, elles ont été considérées comme des témoins hérités de la Gaule romaine et leurs études ont presque toujours été menées en tentant de les mettre en parallèle avec les descriptions des textes de César.

85Pendant les deux premiers tiers du xxe siècle, les « camps », avec le développement de nouveaux concepts dans la chronologie tel que celui de la Protohistoire (assimilée souvent avec les Âges des Métaux), ont été fréquemment datés du deuxième Âge du Fer, période marquée par la fin de l’indépendance gauloise.

86Ce n’est que depuis une trentaine d’années que les fouilles entreprises sur les sites d’habitats fortifiés ont révélé que la notion de protection matérialisée par de grosses murailles, que l’on peut qualifier déjà de rempart, remonte au Néolithique moyen.

87Ces mêmes recherches ont également permis de cerner l’évolution de leurs techniques et sans doute aussi le rôle qu’on pu jouer ces structures défensives à travers le temps. De limite de village et de parc à bestiaux au Néolithique, ces ouvrages sont devenus au Bronze final de véritables forteresses, tout en conservant une population d’éleveurs. Dès cette époque, ces constructions ont acquis tous les perfectionnements techniques que finalement, mis à part l’architecture défensive urbaine gallo-romaine – qui emploie la maçonnerie de pierres et arases de brique avec mortier (BLANCHET, 1907) – on retrouvera du premier Âge du Fer à l’an mil dans les remparts des enceintes en milieux ruraux (GUIGON, 1990a ; 1990b). En matière d’architecture défensive on peut penser que la tour de bois sur motte ceinturée d’un fossé, du xie, est plus proche des camps fortifiés néolithiques et des Âges des Métaux que des châteaux de pierre des xiie, xiiie et xive siècles. Nos enceintes pré- et protohistoriques, comme les tours de bois médiévales, nécessitaient simplement des moyens de construction empiriques et surtout le savoir-faire de charpentiers expérimentés et l’effort d’une très nombreuse main-d’œuvre. L’étape suivante, avec les châteaux comportant des murailles, des tours, un donjon, des cours et des bâtiments protégés, demandait le concours de maîtres bâtisseurs que l’on qualifierait aujourd’hui d’architectes ou d’ingénieurs (MAZARD, 1989, p. 36).

88De nombreux rôles ont été attribués aux sites fortifiés pré- et protohistoriques : établissements ruraux pour l’élevage et la culture, refuge temporaire en période d’insécurité, lieu de cantonnement et d’entraînement militaire, résidence aristocratique, base d’occupation pour des envahisseurs étrangers, point clef pour la surveillance et le contrôle de circulations terrestres ou fluviales, centre d’activités artisanales liées au commerce, lieu cultuel… Toutes les hypothèses avancées s’appliquent le plus souvent à un site particulier et pendant un temps bien déterminé. La fonction des enceintes ne peut faire l’objet de généralisation et il est probable même que les fonctions ont pu changer sur un même site au cours des siècles. Certaines de ces fonctions restent encore à découvrir.

89Cette recherche sur le rôle des habitats fortifiés ne peut être entreprise que sur des sites bien connus par des fouilles suffisamment documentées. Les camps de Myard à Vitteaux et du Châtelet d’Étaules apportent une réponse pour le Néolithique moyen et final et les Âges des Métaux, du Bronze final au premier Âge du Fer.

90À Myard comme au Châtelet d’Étaules, il s’agit de camps de hauteur en « éperon barré » dominant des vallées qui ont joué le rôle, à certaines époques, d’axes de circulation. Si le choix, dans les deux cas, peut paraître judicieux en ce qui concerne la protection naturelle des lieux, il semble bien que la qualité de vie sur ces plateaux soit entachée par les difficultés d’approvisionnement en eau et la médiocrité des sols aussi bien pour l’élevage que pour la culture, par rapport à ce que le fond des vallée peut offrir. Dans cette lutte entre la facilité et la prudence au prix de difficultés, le facteur sécurisant des lieux a prévalu et ce n’est donc pas contradictoire d’appeler ces sites « habitats fortifiés », même si les murailles que l’on qualifie aujourd’hui de « rempart » ne correspondent pas toujours complètement à notre définition moderne.

Fig. 214. Tableau typologique 1, du Néolithique au premier Âge du Fer. Habitats fortifiés de hauteur.

Fig. 215. Tableau typologique 2, du Néolithique au premier Âge du Fer. Habitats fortifiés de hauteur.

Fig. 216. Tableau typologique 3, du Néolithique au premier Âge du Fer. Habitats de base de falaise.

Fig. 217. Tableau typologique 4, du Néolithique au premier Âge du Fer. Grottes.

Fig. 218. Tableau typologique 5, du Néolithique au premier Âge du Fer. Grottes.

Fig. 219. Tableau typologique 6, du Néolithique au premier Âge du Fer. Sépultures.

Fig. 220. Tableau typologique 7, du Néolithique au premier Âge du Fer. Sépultures.

Fig. 221. Tableau typologique 8, du Néolithique au premier Âge du Fer. Sépultures.

Fig. 222. Tableau typologique 9, du Néolithique au premier Âge du Fer. Dépôts.

Fig. 223. Tableau typologique 10, du Néolithique au premier Âge du Fer. Découvertes isolées.

Fig. 224. Carte de répartition 1, département de la Côte-d’Or. Habitats fortifiés de hauteur et de plaine : Néolithique.

Fig. 225. Carte de répartition 2, département de la Côte-d’Or. Habitats fortifiés de hauteur et de plaine : Âge du Bronze.

Fig. 226. Carte de répartition 3, département de la Côte-d’Or. Habitats fortifiés de hauteur et de plaine : Hallstatt.

Fig. 227. Carte de répartition 4, département de la Côte-d’Or. Habitats fortifiés de hauteur et de plaine : La Tène.

Fig. 228. Carte de répartition 5, département de la Côte-d’Or. Habitats ouverts de hauteur et de plaine : Néolithique.

Fig. 229. Carte de répartition 6, département de la Côte-d’Or. Sites funéraires et cultuels de hauteur et de plaine : Néolithique.

Fig. 230. Carte de répartition 7, département de la Côte-d’Or. Habitats ouverts de hauteur et de plaine : Âge du Bronze.

Fig. 231. Carte de répartition 8, département de la Côte-d’Or. Sites funéraires et cultuels de hauteur et de plaine : Âge du Bronze.

Fig. 232. Carte de répartition 9, département de la Côte-d’Or. Dépôts et découvertes exceptionnelles de hauteur et de plaine : Âge du Bronze

Fig. 233. Carte de répartition 10, département de la Côte-d’Or. Habitats ouverts de hauteur et de plaine : Hallstatt.

Fig. 234. Carte de répartition 11, département de la Côte-d’Or. Sites funéraires et cultuels de hauteur et de plaine : Hallstatt.

Fig. 235. Carte de répartition 12, département de la Côte-d’Or. Habitats ouverts de hauteur et de plaine : La Tène.

Fig. 236. Carte de répartition 13, département de la Côte-d’Or. Sites funéraires et cultuels de hauteur et de plaine : La Tène.

Notes

20 On trouvera dans cette publication toutes les références bibliographiques concernant le site de Péran.

21 De très nombreuses nécropoles du premier Âge du Fer sont implantées sur le plateau du Châtillonnais, entre les vallées de l’Ource et de la Seine, notamment celles de Maisey-le-Duc, Vanvey, Villiers-le-Duc, Voisin, Nod-sur-Seine, Essarois, Minot et Magny-Lambert (CHAUME, 1987).

Table des illustrations

Légende Fig. 201. Fleurey-sur-Ouche (Côte-d’Or), Camp de la Côte-d’Étang.Vue de la coupe transversale pratiquée sur le barrage, trou de poteau de palissade (derrière le jalon vertical).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23582/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 202. Catenoy (Oise), Camp de César.Trou de poteau de palissade dans la fortification du Néolithique moyen (derrière la mire verticale).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23582/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende Fig. 203. Sorel-Moussel (Eure-et-Loir), Fort-Harrouard.Coupe A-A de la section 2 sur le rempart périphérique au sud-est du plateau : 3a, b, c et d, dans le secteur 14. Trou de poteau d’une palissade protégeant le rebord du plateau, Néolithique final.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23582/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Fig. 204. Sorel-Moussel (Eure-et-Loir), Fort-Harrouard.Coupe E-F, côté est de la section 5 : a. trou de poteau du Bronze moyen / Bronze final 1 ; b. silo gallo-romain.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23582/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende Fig. 205. Sorel-Moussel (Eure-et-Loir),Fort-Harrouard.Plan de la section 5 sur le versant intérieur du barrage principal : a. four de bronzier du Bronze moyen / Bronze final I ; b, c et d. trous de poteaux creusés dans la craie du rempart néolithique, éléments architecturaux élevés par les Protohistoriques au Bronze moyen / Bronze final I ; e. murettes de soutènement de terrasses aménagées par les Protohistoriques pour pallier à la déclivité du versant intérieur du rempart néolithique ; f. silo gallo-romain (amphore républicaine).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23582/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 206.Sorel-Moussel(Eure-et-Loir),Fort Harrouard.Plan de détail, section 5 sur le versant intérieur du barrage principal ; répartition des mobiliers retrouvés à l’ouest et à proximité d’un four de bronzier, Bronze moyen / Bronze final I : poignard en bronze à deux rivets, perles en fil de bronze spiralé, boutons coniques en tôle de bronze à perforation centrale, perle en roche dure, débris de scories et cendres mêlées de charbon de bois.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23582/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende Fig. 207. Étaules (Côte-d’Or), Le Châtelet.Vue d’un trou de poteau vertical dans le rempart du Bronze final.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23582/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 208. Étaules (Côte-d’Or), Le Châtelet.Vue du parement extérieur du rempart du Bronze final portant des marques d’incendie.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23582/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende Fig. 209. Bouze-lès-Beaune (Côte-d’Or), Les Croconnets.Vue d’un coffre funéraire en grandes dalles, sans couverture, Bronze ancien.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23582/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende Fig. 210. Étaules (Côte-d’Or), Le Châtelet.Vue aérienne du barrage (Cliché R. Goguey).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23582/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 211. Étaules (Côte-d’Or), Le Châtelet.Vue des logements en pierres sèches qui recevaient les poutres horizontales du rempart du Hallstatt final (état après restauration, dans le haut du cliché).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23582/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende Fig. 212. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.Vue des structures d’habitat du Néolithique moyen : dalles dressées et noyau de calcaire concrétionné.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23582/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Fig. 213. Carte des voies de circulation en relation avec le Châtelet d’Étaules (adaptation d’après PAULI, 1993, fig. 41).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23582/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 214. Tableau typologique 1, du Néolithique au premier Âge du Fer. Habitats fortifiés de hauteur.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23582/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Légende Fig. 215. Tableau typologique 2, du Néolithique au premier Âge du Fer. Habitats fortifiés de hauteur.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23582/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 216. Tableau typologique 3, du Néolithique au premier Âge du Fer. Habitats de base de falaise.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23582/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 217. Tableau typologique 4, du Néolithique au premier Âge du Fer. Grottes.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23582/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Fig. 218. Tableau typologique 5, du Néolithique au premier Âge du Fer. Grottes.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23582/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 219. Tableau typologique 6, du Néolithique au premier Âge du Fer. Sépultures.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23582/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Fig. 220. Tableau typologique 7, du Néolithique au premier Âge du Fer. Sépultures.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23582/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende Fig. 221. Tableau typologique 8, du Néolithique au premier Âge du Fer. Sépultures.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23582/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende Fig. 222. Tableau typologique 9, du Néolithique au premier Âge du Fer. Dépôts.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23582/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Fig. 223. Tableau typologique 10, du Néolithique au premier Âge du Fer. Découvertes isolées.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23582/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende Fig. 224. Carte de répartition 1, département de la Côte-d’Or. Habitats fortifiés de hauteur et de plaine : Néolithique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23582/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende Fig. 225. Carte de répartition 2, département de la Côte-d’Or. Habitats fortifiés de hauteur et de plaine : Âge du Bronze.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23582/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende Fig. 226. Carte de répartition 3, département de la Côte-d’Or. Habitats fortifiés de hauteur et de plaine : Hallstatt.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23582/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Légende Fig. 227. Carte de répartition 4, département de la Côte-d’Or. Habitats fortifiés de hauteur et de plaine : La Tène.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23582/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Légende Fig. 228. Carte de répartition 5, département de la Côte-d’Or. Habitats ouverts de hauteur et de plaine : Néolithique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23582/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende Fig. 229. Carte de répartition 6, département de la Côte-d’Or. Sites funéraires et cultuels de hauteur et de plaine : Néolithique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23582/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 230. Carte de répartition 7, département de la Côte-d’Or. Habitats ouverts de hauteur et de plaine : Âge du Bronze.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23582/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende Fig. 231. Carte de répartition 8, département de la Côte-d’Or. Sites funéraires et cultuels de hauteur et de plaine : Âge du Bronze.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23582/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 232. Carte de répartition 9, département de la Côte-d’Or. Dépôts et découvertes exceptionnelles de hauteur et de plaine : Âge du Bronze
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23582/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Fig. 233. Carte de répartition 10, département de la Côte-d’Or. Habitats ouverts de hauteur et de plaine : Hallstatt.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23582/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Fig. 234. Carte de répartition 11, département de la Côte-d’Or. Sites funéraires et cultuels de hauteur et de plaine : Hallstatt.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23582/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Légende Fig. 235. Carte de répartition 12, département de la Côte-d’Or. Habitats ouverts de hauteur et de plaine : La Tène.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23582/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Fig. 236. Carte de répartition 13, département de la Côte-d’Or. Sites funéraires et cultuels de hauteur et de plaine : La Tène.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23582/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 169k

© ARTEHIS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search