Version classiqueVersion mobile

L’habitat fortifié pré- et protohistorique en Côte-d’Or

 | 
Jean-Pierre Nicolardot

Chapitre IV. L’habitat de hauteur fortifié pré- et protohistorique en Côte-d’Or dans son environnement archéologique (IVe millénaire au Ve siècle avant J.-C.)

Texte intégral

1En avril 1952, au XXXIIIe Congrès des Sociétés Savantes de Bourgogne, René Joffroy avait proposé des comparaisons entre habitats et nécropoles, en suggérant des rapprochements entre l’habitat fortifié du Mont Lassois et les sépultures princières alors connues dans le proche environnement du site à Sainte-Colombe, avec les tumulus de la Garenne et de la Butte. En octobre de la même année, la découverte de la tombe princière de Vix venait confirmer cette hypothèse (JOFFROY, 1979, p. 100).

  • 17 Rappelons quelques exemples : la céramique du Néolithique moyen N.M.B. (fig. 35) du Camp de Myard à (...)

2L’étude des mobiliers, témoins de la vie domestique, des habitats pré- et protohistoriques de Myard à Vitteaux et du Châtelet d’Étaules, permet souvent, comme nous venons de le voir, de constater des analogies avec les mobiliers funéraires retrouvés dans les nécropoles qui les avoisinent. Ces sites funéraires sont fréquemment localisés à proximité des habitats, dans un rayon correspondant à une journée de marche, soit une trentaine de kilomètres17.

  • 18 Cette cartographie a été dressée d’après la documentation bibliographique et les inventaires consul (...)

3Il nous a paru intéressant de développer cette recherche en dressant la cartographie, dans le département de la Côte-d’Or, des sites d’habitats fortifiés et ouverts dans leur contexte archéologique régional. Pour ce dernier, nous avons retenu les nécropoles tumulaires, les sites cultuels, les dépôts d’objets et les découvertes isolées exceptionnelles (fig. 224 à fig. 236). Les périodes chronologiques concernées comprennent le Néolithique et les Âges des métaux18.

IV-1 La répartition géographique des habitats défensifs

IV-1-1 Une implantation commandée par le réseau hydrographique

4Dès le Néolithique moyen, la répartition globale des sites d’habitats à caractères défensifs en Côte-d’Or montre d’emblée une division bi-partite. Les uns sont installés sur les hauteurs qui culminent, aux environs de 500 m d’altitude, sur les plateaux du Châtillonnais au nord, ceux de l’Auxois au centre-ouest et ceux de la Côte au sud (fig. 224 ; fig. 237, zone des plateaux située à l’ouest d’une ligne F 4 / D 8, passant par Cohons au nord et Chassey-le-Camp au sud). Les autres habitats fortifiés forment un groupe particulier qui se retrouve à basse altitude, aux environs de 200 m, dans le fossé de la large plaine de la Saône dans lequel coule la Tille (fig. 224 ; fig. 237, à l’est de la ligne Cohons – Chassey-le-Camp dans les carrés F D / 4 à 8).

5Les premiers, sur les hauteurs, sont majoritaires. Ce sont presque tous des sites en « éperon barré » ; plus rarement il s’agit d’habitats en « sommet de colline » comme le Mont Lassois à Vix (fig. 173 ; fig. 224 ; fig. 237 A / 2), le Mont-de-Marcilly à Marcilly-sur-Tille (fig. 4 et fig. 224 ; fig. 237 F / 4) et encore plus exceptionnellement d’habitats en « rebord de plateau » comme le Mont-Milan à Meursault (fig. 224 ; fig. 237 D / 8).

Fig. 173. Vix (Côte-d’Or), Mont-Lassois. Vue aérienne (cliché R. Goguey).

6Les seconds, dans la plaine, ne sont connus que depuis le développement de la recherche par prospections aériennes. Auparavant, on ne connaissait que quelques enceintes de l’époque gallo-romaine (Camp de la Noue à Chenôve, Camp de Mirebeau) dans la plaine de Saône, et en 1933, toujours dans la même région, un seul tumulus protohistorique était identifié à Tart-le-Bas (fig. 234 ; fig. 237 F / 7) (HENRY, 1933, p. 172). Ces sites de plaine avaient souvent été repérés suite à l’étude du tracé de la voie antique de Lyon à Trèves, dite voie d’Agrippa. Depuis le développement des détections photographiques aériennes, de très nombreux gisements, caractérisés par des fossés, ont été découverts. Ces fossés aujourd’hui comblés apparaissent avec plus ou moins de netteté selon les conditions météorologiques, qui jouent sur l’hygrométrie, la température du sol, le couvert végétal, l’éclairage naturel.

7La carte des sites repérés que nous pouvons dresser aujourd’hui, malgré ses lacunes, montre bien l’évolution des connaissances sur cette région de plaine. Dans l’état actuel de la recherche, la Tille, affluent de la Saône, apparaît comme un axe majeur de peuplement pendant la Protohistoire, avec une densité importante de sites aux environs de Genlis (fig. 174 et fig. 224 ; fig. 237 F / 6). Il est intéressant de noter que ce groupement d’enclos fossoyés, que l’on peut considérer comme l’équivalent en plaine des habitats défensifs de hauteurs, est implanté dans le prolongement de ces derniers, établis sur le plateau châtillonnais (fig. 174 et fig. 224 ; fig. 237 E / 4).

8En plaine comme sur les hauteurs, la répartition des sites d’habitats fortifiés s’organise le long des cours d’eau qui ont constitué vraisemblablement des couloirs naturels de circulation. Cela conduit à remarquer (fig. 13, fig. 174 et fig. 224) que l’implantation, du nord au sud et d’est en ouest du département, est commandée par des cours d’eau majeurs et leurs affluents. Nous trouvons la Seine (fig. 224 ; fig. 237 B 1 / D 5) qui reçoit principalement l’Ource, l’Armançon et ses petits affluents comme la Brenne, l’Oze et l’Ozerain, puis l’Ouche avec son affluent le Suzon, cours d’eau qui présentent la particularité de permettre des déplacements orientés est-ouest, comme d’ailleurs la Dheune, située aux confins du département de la Côte-d’Or et de la Saône-et-Loire (fig. 224 ; fig. 237 E / 8). À l’est du département, la Saône (fig. 224 ; fig. 237 G 5 / E 9) avec son affluent la Tille (fig. 224 ; fig. 237 E 4 / G 7) charpentent l’implantation des sites établis dans les basses terres alluviales.

Fig. 174. Département de la Côte-d’Or.
Carte de répartition des principaux habitats fortifiés de hauteur (triangles foncés), des habitats fortifiés de plaine (triangles gris) et des nécropoles sous tumulus (demi-cercles foncés).

IV-1-2 le groupe des plateaux

L’habitat fortifié de hauteur au Néolithique

9En Bourgogne, des hauteurs ont été occupées par des habitats ouverts dès le Néolithique moyen chasséen. Ils ne comportent pas de structures défensives, comme à Chassey (Saône-et-Loire) (THEVENOT, 1976) (fig. 12) ou, comme vraisemblablement aussi, à Marcheseuil, sur la Montagne de Bard (Côte-d’Or) (fig. 228 ; fig. 237 B / 7), unique site de hauteur côte-d’orien sur lequel des industries chasséennes comparables à celles du site éponyme de Saône-et-Loire ont été retrouvées. Le produit de prospections de surface effectuées par P. Chaugne révèle la présence de mobiliers céramiques et lithiques à rattacher typologiquement au chasséen du Camp de Chassey. On peut noter la présence, dans la céramique, du mamelon de préhension à perforation cutanée (fig. 175, n° 10), de la baguette multiforée dite « en flûte de Pan » (fig. 175, n° 9) et de l’assiette à marli décoré après cuisson de motifs géométriques (fig. 175, n° 7). L’industrie lithique sur lame et lamelle de silex est également représentée sur le site de la Montagne de Bard (fig. 175, nos 3 et 4).

10En Côte-d’Or, la première et la plus ancienne occupation attestée par les fouilles dans les habitats fortifiés remonte au N.M.B. Ce type d’habitat à caractères défensifs établi sur une hauteur, de tradition Roessen (THEVENOT, CARRÉ, 1976, p. 408), est nettement majoritaire dans ce département. Les sites sur lesquels cette période a été bien reconnue par des fouilles sont actuellement limités à moins d’une dizaine. Du nord au sud, on trouve les camps du Mont-Lassois à Vix (fig. 224 ; fig. 237 C / 2), du Crais à Charigny (fig. 224 ; fig. 237 B / 5), du Mont-de-Marcilly à Marcilly-sur-Tille (fig. 224 ; fig. 237 E / F 4 / 5), de Myard à Vitteaux (fig. 174 et fig. 224 ; fig. 237 C / 5), du Châtelet à Étaules (fig. 174 et fig. 224 ; fig. 237 E / 5), de la Côte-d’Étang à Fleurey-sur-Ouche (fig. 224 ; fig. 237 D / 6). À ces sites, il convient peut-être d’ajouter l’habitat en base de corniche du Verger à Saint-Romain (fig. 228 ; fig. 237 D / 8) où S. Grappin, par ses travaux récents encore inédits (fouilles 1998 - rapport présenté au Comité Départemental de la Recherche Archéologique), pense avoir identifié un mur d’enceinte néolithique qui aurait été reconnu autrefois par les recherches menées, en 1949, par le Professeur A. Leroi-Gourhan et son équipe du Musée de l’Homme (GRAPPIN, 1979, rapport de synthèse n° 8, p. 2).

11On notera que les sites ayant été occupés principalement au Néolithique moyen et parfois d’une façon beaucoup moins importante au Néolithique final, comme Myard ou Étaules, se répartissent surtout dans la moitié sud-ouest du département, avec une majorité de sites implantés à l’est de l’Armançon, le long des hautes vallées de l’Ouche et de son affluent le Suzon, ainsi que sur les hauteurs de la Côte entre Dijon et Beaune.

12Cette répartition est limitée, au sud, par la vallée de la Dheune. Il faut souligner la proximité immédiate, au sud de cette limite du reste arbitraire, du site éponyme du Camp de Chassey (fig. 224 ; fig. 237 D / 9), dont la prédominance et l’importance régionale ne doivent pas être oubliées. Si le camp de Chassey a joué un rôle primordial, dès le Néolithique et pendant toute la Protohistoire, par rapport aux autres habitats de hauteur fortifiés du sud de la Bourgogne, sur les sommets de la Côte chalonnaise, aujourd’hui en Saône-et-Loire, on peut très vraisemblablement supposer que Chassey avait aussi un rôle très important vis-à-vis des autres camps et nécropoles situés au nord de la Dheune, en Côte-d’Or.

13Enfin, l’ensemble funéraire tumulaire et mégalithique de Dezize-lès-Maranges (Saône-et-Loire) et de la Montagne des Trois-Croix (ou Mont-de-Sène), au dessus de Santenay (Côte-d’Or) (fig. 229 ; fig. 237 D / 8), doit être mis en relation non seulement avec le Camp de Chassey mais aussi avec les sites d’habitats fortifiés voisins implantés de nos jours en Côte-d’Or : le Mont-Milan à Meursault (fig. 176, fig. 177, fig. 178 et fig. 228 ; fig. 237 D / 8), le Châtelet de Bouze (fig. 94, fig. 95, fig. 224 ; fig. 237 D / 8) ou le Châtelet de Bouilland (fig. 224 ; fig. 237 D / 7), sites auxquels il conviendrait d’ajouter sans doute le sommet de Rome-Château à Saint-Sernin-du-Plain (Saône-et-Loire), où la présence d’un habitat de hauteur pré- et protohistorique est attestée mais reste à préciser.

Fig. 175. Marcheseuil (Côte-d’Or), Montagne de Bard.
Céramique et industrie lithique du Néolithique moyen chasséen : 1, 2, 5, 6, 8, 10-12. mamelons de préhension à perforation horizontale ; 3, 4. lamelles en silex ; 7. fragment d’assiette à marli, décor gravé géométrique ; 9. baguette de préhension multiforée verticalement ; 13. anse en ruban.

14Cette remarque nous amène à évoquer les rapports qui peuvent être établis entre les habitats de hauteur fortifiés et certaines nécropoles occupées au Néolithique moyen.

15Le Crais à Charigny (Côte-d’Or) (fig. 224 ; fig. 237 B/ 5) (JOLY, 1954, p. 9-10), camp en « éperon barré » dont l’occupation au N.M.B. est bien attestée par de la céramique (GALLAY, 1977, pl. 5, nos 1 à 54), a livré sur ses flancs une sépulture du Néolithique moyen (tombe plate) (fig. 229) qui contenait en offrande funéraire une statuette féminine en terre cuite (fig. 179). Régionalement, cette découverte reste jusqu’ici unique. Ce type de statuette est connu dans des habitats fortifiés du Chasséen du Bassin parisien, comme au Mont d’Huette à Jonquières (Oise) (BLANCHET, BURNEZ, 1984), ou encore dans les niveaux également chasséens du Fort-Harrouard à Sorel-Moussel (Eure-et-Loir) où de nombreux exemplaires ont été retrouvés (fig. 180, nos 1 à 3).

Fig. 176. Meursault (Côte-d’Or), Camp du Mont-Milan.
Vue aérienne (cliché D. Jalmain).

Fig. 177. Meursault (Côte-d’Or), Camp du Mont-Milan.
Plan des différentes structures visibles sur le terrain : 1. Mont-Milan ; 2. petit enclos sud ; 3. grand enclos sud ; 4. rebord du plateau et pentes abruptes naturellement défensives.

Fig. 178. Meursault (Côte-d’Or), Camp du Mont-Milan.
Plan général du site avec l’implantation des structures tumulaires situées à l’intérieur de l’enceinte dans la parcelle 51.

16À Myard, on peut observer des tertres bas, situés à l’intérieur et à l’extérieur de l’enceinte, dont une centaine ont été topographiés (fig. 17). L’étude de ces tumulus reste à faire ; cependant certains ont été sondés par E. Huchon au milieu du xxe siècle. Ils lui ont livré quelques ossements humains accompagnés d’un modeste mobilier lithique comprenant des éclats de chaille, ce qui permet de supposer qu’ils ont été érigés au Néolithique.

Fig. 179. Charigny (Côte-d’Or), Camp du Crais.
Œuvre d’art en terre cuite du Néolithique moyen : statuette féminine (d’après A. Gallay et P. Pétrequin).

Fig. 180. Sorel-Moussel (Eure-et-Loir), Fort-Harrouard.
Œuvres d’art en terre cuite du Néolithique moyen : 1-3. statuettes féminines (d’après J.-Cl. Blanchet ; on notera que la statuette 3 est présentée complétée dans BLANCHET, 1987, p. 158, nos 4 et 5).

17À l’habitat fortifié de Myard, il convient sans doute aussi d’associer la nécropole de la Montagne de Bertin, située sur la commune de Cessey-lès-Vitteaux, en vis-à-vis du camp, sur un plateau dominant la rive droite de la Brenne. Elle fit l’objet de recherches par le Professeur Vachon du Museum d’Histoire Naturelle de Paris, qui a mis au jour notamment un tertre allongé, ceinturé par des dalles dressées et qui contenait des vestiges de sépultures avec dépôt de tessons de céramique pré- ou protohistorique et des traces de foyers (fig. 181) (HUCHON, 1960).

18Le cas du Châtelet d’Étaules (fig. 224 ; fig. 237 E / 5) est plus complexe. Il s’intègre dans un ensemble de sites archéologiques répartis dans la vallée du Suzon (fig. 85). La seule nécropole proche actuellement reconnue, datée du Néolithique, est située tout à côté du camp de Château-Manchard au hameau de Bordes-Pillot, commune de Saint-Martin-du-Mont (fig. 224 ; fig. 237 D / 5). Elle comprend des petits tertres dans lesquels des sépultures en coffres de pierres semblent avoir contenu des inhumations en position contractée (THEVENOT, CARRÉ, 1976, p. 408). La proximité du Châtelet d’Étaules et du site de Château-Manchard (fig. 85, nos 5, 8 et 9) permet de supposer des relations possibles entre les tombes en coffre à mobilier du N.M.B. et les occupants du Châtelet. Il faut signaler aussi, sur le plateau du Châtelet d’Étaules, la présence de tertres de pierres sèches et de murées, actuellement cachés par une végétation arbustive très dense, mais relevés par C. Drioton, et qui pourraient être des tumulus (fig. 81).

19L’occupation au Néolithique moyen du petit camp de la Côte-d’Étang à Fleurey-sur-Ouche (fig. 224 ; fig. 237 D / 6) est bien attestée par un rempart parementé, mis au jour au cours de nos recherches à l’occasion d’une fouille de sauvetage sur ce site (fig. 182 et fig. 183) ; c’est un ouvrage dont l’extrémité est a été entièrement détruite par des travaux forestiers. Près de cette structure défensive ont été mis au jour des mobiliers du Néolithique, notamment de l’industrie sur bois de cerf (fig. 184, nos 3 à 6).

20Ce camp en « éperon barré » peut être mis en relation avec la riche nécropole pré- et protohistorique qui lui fait face sur la rive gauche de l’Ouche, au lieu-dit « les Roches d’Orgères » ou « le Bas de la Caillette » (fig. 229 ; fig. 237 D / 5). Cette nécropole sous tumulus, réoccupée au Hallstatt ancien, moyen et final ainsi qu’au deuxième Âge du Fer, a livré également un mobilier néolithique extrêmement pauvre, comme c’est la règle dans les sépultures de cette période. Le tumulus n° 14 de Jobard (le n° 1 pour Socley) contenait un éclat de silex (fig. 185, n° 7) et un couteau à dos (fig. 185, n° 8). D’autre part, certains tumulus de cette nécropole recouvraient des sépultures mégalithiques en grands coffres de pierre qui ont livré du mobilier du Néolithique final (JOLY, 1965a, 1970a ; BUVOT, 1988 ; BUVOT, DORION, 1990). Dans le tumulus n° 9, fouillé par P. Jobard, on peut rappeler la présence de sept perles taillées dans des crinoïdes fossiles (dont quatre ont été retrouvées au Musée Archéologique de Dijon ; NICOLARDOT, 1993b, pl. 246, n° 13), de quatre pendeloques confectionnées dans des dents perforées de sanglier (Ibid., pl. 246, n° 12), d’une perle longue en os ou en ivoire, de vingt-quatre segments d’os d’oiseaux taillés régulièrement de 14 mm de longueur, d’une coquille de moule d’eau douce non perforée (Ibid., pl. 247, n° 5) et de céramique campaniforme.

Fig. 181. Cessey-lès-Vitteaux (Côte-d’Or), Montagne de Bertin.
Tertre funéraire ovalaire protohistorique (d’après E. Huchon).

21Toujours de cette nécropole, sept tumulus ont été fouillés par E. Socley ; quatre d’entre eux contenaient également des coffres mégalithiques qui avaient été réutilisés aux Âges du Fer (NICOLARDOT, 1993b, pl. 246-252).

Fig. 182. Fleurey-sur-Ouche (Côte-d’Or), Camp de la Côte-d’Étang.
Coupe sur les structures défensives : 1. bloc du rempart du Bronze final ; 2. structure défensive en plaquettes de calcaire du Néolithique final ; 3. éboulis du rempart du Bronze final ; 4. rempart du Néolithique moyen ; 5. trou de poteau de palissade ; 6, 7. niveaux d’habitat du Néolithique.

Fig. 183. Fleurey-sur-Ouche (Côte-d’Or), Camp de la Côte-d’Étang.
Projection horizontale des mobiliers dans la coupe sur les structures défensives.

22Le camp du Mont-Milan, à Meursault (fig. 224 ; fig. 237 D / 8), est une enceinte défensive en rebord de plateau appartenant à un vaste ensemble d’enclos en pierres sèches qui se développent au sud de l’habitat fortifié (fig. 177). Le relevé de l’enceinte principale suffit à montrer la complexité de l’ouvrage et révèle de nombreux remaniements (fig. 178). Nous savions, par des découvertes anciennes de céramique (fig. 186) et de haches polies (fig. 187), conservés au Musée Archéologique de Dijon, que le site avait été fréquenté au N.M.B. Par la suite, les fouilles entreprises par P. Chevillot ont confirmé cette occupation (CHEVILLOT, 1982, 1983 et 1988). Il est attesté également que le site a été occupé pendant le Néolithique final, l’Âge du Bronze, le deuxième Âge du Fer et peut-être même à la période gallo-romaine et au haut Moyen Âge. Le mur d’enceinte actuellement visible (fig. 188) présente des contreforts ou tours pleines en pierres sèches (fig. 178, C 8, E 10/11, H 9, K 8 et J 5), ainsi que des sections de parements où l’on remarque l’emploi de grosses pierres évoquant un appareil cyclopéen (fig. 189) qui n’est pas sans rappeler celui du rempart du Châtelet de Bouze-lès-Beaune (fig. 190). Les travaux de P. Chevillot n’ont pas permis de dater la construction de ce rempart, qui est renforcé par des fossés et des levées. On peut supposer que ce site était un habitat fortifié pendant le Néolithique moyen, mais les structures défensives de cette période restent à découvrir. Certains des ouvrages défensifs visibles aujourd’hui peuvent avoir été élevés au Néolithique et remaniés pendant la Protohistoire ou même pendant la période gallo-romaine et le haut Moyen Âge. Pour certains auteurs, le Mont-Milan s’inscrit dans l’inventaire des sites ayant comme toponyme d’origine mediolanum (DESBORDES, 1971).

Fig. 184. Fleurey-sur-Ouche (Côte-d’Or), Camp de la Côte-d’Étang.
Mobiliers divers du Néolithique moyen, sauf le 1 du Bronze final : 1. fragment d’un vase à fond plat, col rentrant, amorce d’une anse en ruban sur l’épaule. Autour de cette anse, décor de cannelures rayonnantes irrégulières ; 2, 4. fragments d’os longs travaillés, manches d’outils ; 3. extrémité distale d’un poinçon en os ; 5. gaine de hache en bois de cerf, type en « manchon » ; 6. gaine de hache en bois de cerf, type à partie proximale élargie.

Fig. 185. Couchey, Créancey, Fleurey-sur-Ouche, Meloisey (Côte-d’Or).
Industrie lithique du Néolithique moyen : 1. grand éclat de silex retouché finement sur une face (tumulus de la Rente-Neuve, Couchey) ; 2. grattoir sur éclat, silex (tumulus 2 des Murots-Bleus à Créancey) ; 3. armature de flèche losangique perçante à pédoncule et amorces d’ailerons (tumulus 2 des Murots-Bleus à Créancey) ; 4. lame retouchée en chaille (nécropole des Murées d’Église et de la Montagne du Single à Meloisey) ; 5. éclat retouché, silex (tumulus du Bois de la Jeune Ronce à Couchey) ; 6. éclat en silex (nécropole des Murées d’Église et de la Montagne du Single à Meloisey) ; 7. éclat de silex (nécropole sous tumulus des Roches d’Orgères ou du Bas de la Caillette à Fleurey-sur-Ouche) ; 8. couteau à dos, silex (nécropole sous tumulus des Roches d’Orgères ou du Bas de la Caillette à Fleurey-sur-Ouche).

Fig. 186. Meursault (Côte-d’Or), Camp du Mont-Milan.
Céramique du Néolithique moyen : 1. gros mamelon de préhension à forte perforation horizontale ; 2. mamelon de préhension ovalaire, non perforé ; 3. mamelon de préhension sub-circulaire, non perforé ; 4. mamelon de préhension ovalaire fortement proéminent à perforation verticale ; 5. gros mamelon de préhension ovalaire à perforation horizontale ; 6. gros mamelon de préhension ovalaire, non perforé ; 7. amorce de petit mamelon de préhension non perforé, de faible relief, placé sous le rebord ; 8. mamelon de préhension ovalaire à perforation verticale.

Fig. 187. Meursault (Côte-d’Or), Camp du Mont-Milan.
Industrie lithique en roche dure du Néolithique : 1-6. haches polies.

Fig. 188. Meursault (Côte-d’Or), Camp du Mont-Milan.
Détail de l’appareil du parement extérieur du rempart : grandes et petites plaquettes de calcaire.

Fig. 189. Meursault (Côte-d’Or), Camp du Mont-Milan.
Plan de détail de l’angle sud-est du rempart montrant l’utilisation de blocs cyclopéens dans la construction des parements.

Fig. 190. Bouze-lès-Beaune (Côte-d’Or), Châtelet de Bouze.
Détail de l’appareil cyclopéen du rempart.

23À l’intérieur de l’enceinte, nous avons relevé la présence de gros tertres, souvent allongés, avec des parties soigneusement parementées, en particulier dans la parcelle n° 51 qui comprend la partie orientale du camp (fig. 178). Faute de fouilles, ces structures n’ont pas été précisées mais on peut supposer que certaines d’entre elles sont des tumulus pré- ou protohistoriques avec chambres couvertes en encorbellement.

24Les derniers sites où une occupation au Néolithique moyen est bien attestée ne sont pas des camps fortifiés mais des habitats, des lieux de refuge ou des nécropoles tumulaires.

25Le site du « Verger » à Saint-Romain (fig. 228 ; fig. 237 D / 8), est un habitat abrité dans un cirque rocheux appelé le Cirque du Fer à Cheval, au pied d’une haute falaise calcaire percée de grottes, qui domine une vallée en direction de la plaine de la Saône. Les travaux récents et importants de S. Grappin ont mis en évidence une longue stratigraphie du site du « Verger », qui s’étend du Néolithique aux temps modernes (GRAPPIN, 1985, p. 53).

26Ce gisement est dominé par la bordure orientale du plateau des Chaumes d’Auvenay, sur lequel s’étend une vaste nécropole sous tumulus. Des sépultures fouillées anciennement, on ne connaît surtout qu’un abondant matériel de l’Âge du Bronze et des Âges du Fer. Cependant nous avons pu retrouver, parmi les objets conservés au Musée des Antiquités Nationales, quelques indices qui prouvent la présence, dans ces tumulus, de sépultures remontant au Néolithique : le tumulus D des Murées d’Églises à Meloisey (fig. 229 ; fig. 237 D / 8) a livré une lame retouchée en chaille (fig. 185, n° 4) ainsi qu’un éclat de silex (fig. 185, n° 6). De nouvelles recherches dans ces tertres en cours de destruction par les remembrements permettraient sans doute de retrouver d’autres sépultures néolithiques, celles-ci n’ayant pas été toujours bien reconnues lors des fouilles anciennes. Les Chaumes d’Auvenay (NICOLARDOT, 1993b, pl. 211-212 ; HENRY, 1933, p. 118) s’étendent sur les communes d’Aubigny-la-Ronce (NICOLARDOT, 1993b, pl. 191), de Baubigny, d’Ivry-en-Montagne (Ibid., pl. 256 à 258), de Mavilly-Mandelot, de Meloisey (Ibid., pl. 294 à 304), de Saint-Romain et de Santosse (fig. 229 C / D / 8). Outre ses tumulus, la commune de Mavilly-Mandelot possède la grotte de la Molle-Pierre, dont l’accès est rendu difficile par un puits (fig. 191). Cette cavité, fouillée par A. Galan (GALAN, 1988 ; DUFAY-GALAN, 1996), a livré un très abondant matériel céramique (fig. 192 et fig. 193, nos 1 à 7) ainsi que de l’industrie osseuse et lithique (fig. 193, nos 8 à 19). C’est un site clef pour la connaissance du N.M.B.

Fig. 191. Mavilly-Mandelot (Côte-d’Or),
Grotte de la Molle-Pierre.
Plan de la cavité (relevés A. Galan).

27La grotte de Roche-Chèvre à Barbirey-sur-Ouche (fig. 228 ; fig. 237 D / 6) (NICOLARDOT, 1993b, pl. 192) a fait l’objet de fouilles anciennes (DRIOTON, 1903a, p. 887-889 ; GUYOT, 1931a, 1940 ; GUYOT et alii, 1940 ; LORIOL, 1957, p. 15). Cette cavité a livré un très important mobilier qui intéresse le N.M.B. (GALLAY, 1977, p. 203, pl. 34 ; THEVENOT, 1986), en particulier un bel ensemble de céramique (NICOLARDOT, 1993b, pl. 195). En 1961, une exposition au Musée Archéologique de Dijon avait rassemblé la majorité des objets mis au jour (LEBEL, 1961) ; aujourd’hui, ils se trouvent de nouveau dispersés dans des collections particulières. Une toute petite partie de ces mobiliers, qui concerne l’Âge du Bronze, a été acquise par le Musée Archéologique de Dijon (NICOLARDOT, 1993b, pl. 196, nos 1 à 4). La cavité n’a pas livré de sépulture. Sans doute lieu de refuge temporaire, on peut supposer qu’il existe un rapport entre la grotte et les petits tumulus que l’on peut voir à proximité sur le sommet du plateau.

Fig. 192. Mavilly-Mandelot (Côte-d’Or), Grotte de la Molle-Pierre.
Types de céramiques du Néolithique moyen N.M.B. (dessin A. Galan).

Fig. 193. Mavilly-Mandelot (Côte-d’Or), Grotte de la Molle-Pierre.
Mobiliers du Néolithique moyen N.M.B. (dessin A. Galan) : 1. écuelle à paroi évasée ; 2. écuelle à col évasé ; 3. jarre à col éversé ; 4. mamelon de préhension ovalaire à perforation horizontale : 5. mamelon de préhension ovalaire vertical, non perforé ; 6. mamelon de préhension à perforation horizontale, placé au niveau de la carène d’un récipient ; 7. mamelon de préhension allongé à perforation fine horizontale ; 8, 9. poinçons en os ayant conservé la poulie articulaire ; 10. racloir en silex ; 11. grattoir en silex ; 12. pointe foliacée en silex ; 13-19. pendeloques confectionnées sur des dents ou en os, avec trou de suspension.

28La disposition particulière du réseau hydrographique régional permet de distinguer des groupements géographiques de sites qui ont joué un rôle important dans l’occupation du sol, du Néolithique moyen à la fin des temps protohistoriques. Ces ensembles, désignés par le nom des cours d’eau principaux qui les traversent, se répartissent ainsi : au nord le groupe de la Seine, à l’ouest le groupe de l’Armançon, au sud le groupe de l’Ouche et à l’est le groupe de la Tille.

Fig. 194. Semur-en-Auxois (Côte-d’Or), Hospices.
Céramiques du Bronze moyen : 1. fragment de l’épaule d’un vase orné d’un décor géométrique gravé comprenant des losanges et des hachures parallèles obliques ; 2. fragment de l’épaule d’un grand vase orné d’un décor géométrique excisé ; 3. cruche à deux anses en ruban, ornée d’incisions à l’ongle (céramique très reconstituée dont la forme générale n’est pas certaine).

29Le Néolithique moyen est aussi bien représenté dans les habitats fortifiés de hauteur que dans les nécropoles. Dans les groupes de l’Ouche et de l’Armançon, on retrouve le même phénomène de réutilisation aux Âges des Métaux de structures d’origine néolithique (fig. 174).

30Des tumulus érigés au Néolithique moyen ont été réutilisés aux Âges des Métaux, comme aux « Champs-d’Aniers » à Marcilly-Ogny (fig. 229 ; fig. 237 B / 6) (NICOLARDOT, 1993a) et des coffres mégalithiques du Néolithique final ont été réemployés aux Âges du Fer. Ceci a été observé dans la nécropole des Meurots-Bleus à Créancey (C / 6) (NICOLARDOT, 1993b, pl. 225-234), à Meloisey (fig. 229 ; fig. 237 D / 8) (Ibid., pl. 294-304), ainsi qu’aux Roches-d’Orgères à Fleurey-sur-Ouche (fig. 229 ; fig. 237 D / 6) (Ibid., pl. 249-250 et 252), sépultures qui ont livré un abondant matériel protohistorique (Ibid., pl. 246-248 et 251).

L’habitat fortifié de hauteur aux Âges des Métaux

31L’occupation des sites fortifiés de hauteur au Bronze ancien et au Bronze moyen est exceptionnelle régionalement. Excepté le site du « Verger » à Saint-Romain (fig. 228 ; fig. 237 D / 8), habitat ouvert que sa situation stratégique permet de rapprocher des habitats de hauteur fortifiés, et l’éperon situé dans un méandre de l’Armançon à Semur-en-Auxois (fig. 225 ; fig. 237 B / 5), aucun habitat de hauteur, en Côte-d’Or, n’a révélé d’occupations protohistoriques antérieures au Bronze final. Le Bronze ancien et moyen sont présents au « Verger » à Saint-Romain (GRAPPIN, 1984) et le Bronze moyen a été reconnu aux « Hospices » à Semur-en-Auxois où ont été mis au jour des céramiques décorées d’incisions à l’ongle (fig. 194, nos 3 et 4), de stries (fig. 195, n° 4), de losanges et hachures gravés (fig. 194, n° 2), de motifs excisés (fig. 194, n° 1) ou de cordons à fortes dépressions digitées (fig. 195, n° 2) ainsi qu’un bracelet filiforme en or, enroulé en spirale (fig. 195, n° 5). L’Âge du Bronze final I ou II est également représenté, à proximité de la ville de Semur-en-Auxois, par la découverte d’une épingle à tête globuleuse apparentée au type de Binningen (fig. 195, n° 1).

32Cette désaffectation des sites de hauteur pendant le Bronze ancien et le Bronze moyen correspond, sans doute, à des périodes pacifiques pendant lesquelles la nécessité de se retrancher n’était plus recherchée. Dans ces conditions, les hommes ont préféré les fonds de vallée plus accessibles, la proximité des points d’eau et les terres alluvionnaires fertiles. En Côte-d’Or, cette occupation des terres basses, au Bronze ancien, est indiquée par la découverte d’une hache-lingot bipenne en cuivre (fig. 196) à Saint-Nicolas-lès-Cîteaux (fig. 232 ; fig. 237 E / 7) et par la sépulture des « Petits-Monts-de-Vignes » mise au jour dans le quartier des Bourroches à Dijon (fig. 225 et fig. 231 ; fig. 237 E / 6) (MILLOTTE, 1964). Cette tombe contenait notamment une épingle en cuivre à tête en disque et enroulement proximal (fig. 197, n° 1), deux boutons en os à perforation en « V » (n° 2), des perles d’ambre (nos 3 à 7) et des pendentifs en coquilles fossiles (nos 8 à 15).

33L’occupation au Bronze moyen, en Côte-d’Or, est marquée aussi par deux importants dépôts d’objets en bronze :

  • dans la plaine des Laumes, aux Granges-sous-Grignon (fig. 232 ; fig. 237 B / 4), un ensemble comprend deux épées et des haches à talon dont certaines sont décorées (NICOLARDOT, VERGER, 1998, p. 9- 32, fig. 1, nos 1, 2, et 10 à 12). Ce dépôt se singularise aussi par la présence de haches-lingots, parfois réunies par paire issue d’un même moule (fig. 198 et fig. 199) (Ibid., p. 12, fig. 2, nos 16 et 17).

  • à Santenay, au pied d’un amas de roches au lieu-dit « Les Colottes » (LONGUY, 1873, p. 175), a été découverte une cachette de fondeur contenant 13 à 14 kg d’objets en bronze, dont des haches à talon et des faucilles (NICOLARDOT, VERGER, 1998, p. 22-24, fig. 8 à 10), dépôt qui témoigne de l’occupation des basses terres au Bronze moyen dans le sud de la Côte-d’Or (fig. 232 ; fig.
    237 D / 9).

34C’est à partir du Bronze final IIb / IIIa que l’on note, comme à Étaules, la réoccupation des habitats fortifiés de hauteur, fréquentation indiquée par de la céramique carénée, ornée de cannelures (fig. 143, nos 1 à 3). Ceci n’exclut d’ailleurs pas, pendant le début du Bronze final, une continuité dans la fréquentation des plaines. Rappelons qu’une nécropole contenant de la céramique identique à celle du Châtelet d’Étaules a été identifiée aux « Gravières » à Aiserey (fig. 231 ; fig. 237 F / 7) ; elle a livré de nombreux gobelets carénés dont quelques exemplaires sont actuellement conservés au Musée archéologique de Dijon (fig. 200, nos 1 à 6).

35La répartition géographique des habitats fortifiés de hauteur fréquentés au Bronze final montre une prédominance du Haut-Auxois et des plateaux situés entre l’Ouche, le Suzon et la Tille (fig. 225). Les sites fouillés, comme le camp de Fontaine-Brunehaut à Crécey-sur-Tille (fig. 225 ; fig. 237 F / 4), le Châtelet d’Étaules (fig. 225) ou le « Verger » à Saint-Romain (fig. 230), montrent qu’il n’y a pas de rupture dans l’occupation de ces habitats entre la fin de l’Âge du Bronze et le premier Âge du Fer.

  • 19 Bibliographie complémentaire de « Sous Moussière » à Bragny-sur-Saône (Saône-et-Loire) : FEUGÈRE, G (...)

36Au premier Âge du Fer, l’état actuel des connaissances montre que l’implantation des sites marque un déplacement vers le nord du département (fig. 226). Le site de l’oppidum de Vix (fig. 226 ; fig. 237 B et C / 2) fait exception par l’abondance de ses mobiliers et la présence d’importations méditerranéennes (JOFFROY, 1960a). Seul le site d’habitat ouvert de « Sous Moussière » à Bragny-sur-Saône (fig. 233 ; fig. 237 E / 9), le long de la Saône et près du confluent de celle-ci avec le Doubs, aux confins de la Côte-d’Or et de la Saône-et-Loire, peut prétendre rivaliser régionalement avec la diversité des mobiliers de Vix, comme d’ailleurs le camp de Chassey, qui a connu aussi une très importante occupation au cours des Âges du Fer. « Sous Moussière » est un très important centre métallurgique et artisanal où le bronze et le fer ont été travaillés. On y a retrouvé aussi des ateliers de tissage et du travail de la corne (FLOUEST, 1992)19.

Fig. 195. Semur-en-Auxois (Côte-d’Or), Hospices, sauf mention spéciale.
Mobiliers divers de l’Âge du Bronze : 1. épingle en bronze apparentée au type de Binningen, Bronze final 1 ou 2 (environs de Semur-en-Auxois) ; 2. fragment de l’épaule d’un grand vase ornée d’un cordon horizontal à impressions digitales, Bronze moyen ; 3. fragment de défense de sanglier ; 4. tesson orné de stries faites au peigne, Bronze moyen ; 5. bracelet en gros fil d’or enroulé en spirale, les extrémités sont presque jointives (galvanoplastie), Bronze moyen.

Fig. 196. Saint-Nicolas-lès-Cîteaux (Côte-d’Or), découverte fortuite.
Mobilier de cuivre : hache-lingot bipenne, trou latéral de suspension, décor de stries irrégulières en chevrons emboîtés, Bronze ancien.

Fig. 197. Dijon (Côte-d’Or), Quartier des Bourroches « Le Petit Mont de Vigne ».
Mobiliers d’une sépulture du Bronze ancien : 1. épingle à tête en disque et enroulement proximal, cuivre ; 2. bouton conique, en os, à deux perforations en « V » (2 exemplaires) ; 3-7. cinq perles en os, deux plates et trois tronconiques ; 8-10. trois perles ovoïdes en os ; 11, 12. deux pendeloques, dont l’une fragmentaire, confectionnées dans des coquilles fossiles de Glycimeris (Pectunculus) en provenance de gisements oligocènes de la région d’Étampes (d’après J. Joly) ; 13-15. trois perles cylindriques taillées dans des crinoïdes fossiles du Jurassique local.

Fig. 198. Grignon (Côte-d’Or), Les Granges-sous-Grignon.
Empreintes de deux haches-lingot confectionnées dans un même moule, Bronze moyen. Moulages modernes des deux rectos.

Fig. 199. Grignon (Côte-d’Or), Les Granges-sous-Grignon.
Empreintes de deux haches-lingot confectionnées dans un même moule, Bronze moyen. Moulages modernes des deux versos.

37La fin du premier Âge du Fer voit l’abandon d’un grand nombre de ces sites d’habitats de hauteur. Ils ne livrent généralement que très peu de vestiges attribuables au deuxième Âge du Fer. Au Châtelet d’Étaules, on ne peut mentionner qu’un cabochon en fer, qui a pu comporter un décor en émail (NICOLARDOT, 1993b, pl. 152, n° 14). Cette apparente désertion des plateaux au deuxième Âge du Fer est catégoriquement démentie par l’examen de la répartition des tombes de cette période, qui sont très nombreuses sur les plateaux et regroupées dans de très importantes nécropoles sous tumulus. Bien souvent même, les tombes à mobilier du deuxième Âge du Fer, fréquemment de La Tène 1, sont des sépultures adventices dans des tertres hallstattiens ou même plus anciens. De telles situations ont été retrouvées à Blaisy-Bas (fig. 227 et fig. 236 ; fig. 237 D / 5 et 6 ; NICOLARDOT, 1993b, pl. 201-202), à la « Rente-Neuve » à Couchey (fig. 236 ; fig. 237 E / 6 ; Ibid., pl. 220), aux « Murots-Bleus » à Créancey (fig. 227 et fig. 236 ; fig. 237 C / 6 ; Ibid., pl. 225, n° 4), aux « Roches-d’Orgères » à Fleurey-sur-Ouche (fig. 227 et fig. 236 ; fig. 237 D / 6 ; Ibid., pl. 246-252), au « Bouchot » à Martrois (fig. 236 ; fig. 237 C / 6 ; Ibid., pl. 287-288), à Meloisey (fig. 236 ; fig. 237 D / 8 ; Ibid., pl. 297-304) ainsi qu’à Sivry-lès-Arnay (fig. 236 ; fig. 237 C / 7) où une épée « à rognons » a été mise au jour (Ibid., pl. 334). Une épée de ce type a été draguée dans la Seine, non loin du Mont-Lassois à Vix (JOFFROY, 1979, p. 140, pl. 104, n° 1). Les nécropoles du Châtillonnais et du nord de l’Auxois révèlent également une large occupation à La Tène. Des sépultures en tombes plates ont été découvertes à Belan-sur-Ource (fig. 236 ; fig. 237 C / 2), Billy-lès-Chanceaux (fig. 236 ; fig. 237 D / 4), Bissey-la-Côte (fig. 236 ; fig. 237 C et D / 2), Châtillon-sur-Seine (fig. 236 ; fig. 237 C/ 2), Flavigny-sur-Ozerain (fig. 236 ; fig. 237 C / 4 et 5), Grancey-sur-Ource (fig. 236 ; fig. 237 C / 1), Grésigny-Sainte-Reine (fig. 236 ; fig. 237 B / 4) et Nod-sur-Seine (fig. 236 ; fig. 237 C / 3). Sous tumulus, les sépultures adventices du deuxième Âge du Fer sont aussi très nombreuses. On peut mentionner leur présence principalement dans les tertres de Minot (fig. 236 ; fig. 237 D / 3), Oigny (fig. 236 ; fig. 237 D / 4), Poiseul-la-Ville et La Perrière (fig. 236 ; fig. 237 C / 4).

IV-1-3 Le groupe de la plaine : les sites fossoyés pré-et protohistoriques

38Les sites fossoyés pré- et protohistoriques, d’habitat ou à vocation cultuelle ou funéraire, situés en plaine, sont paradoxalement ceux sur lesquels nous avons le moins de renseignements, bien qu’ils soient, sans doute, beaucoup plus nombreux que les sites de hauteur. Ces gisements commencent seulement à être connus avec l’intensification, depuis 1985, de prospections aériennes systématiques, de recherches par thermographie aéroportée, qu’accompagnent l’examen de la couverture aérienne verticale de l’I.G.N., l’étude des anciens cadastres, les dépouillements bibliographiques et des indispensables vérifications et prospections au sol. Ces recherches ont été entreprises à la suite de l’extension des gravières dans la plaine de la Saône et de la mise en chantier de l’autoroute Dijon-Dole. Par ailleurs, d’autres zones sensibles sont concernées par les prospections aériennes telles que le Châtillonnais, avec le site de Vix et les grandes nécropoles protohistoriques qui l’environnent, la région d’Alésia, avec les recherches récentes de M. Reddé sur les vestiges situés en plaine concernant les travaux du siège de 52 avant J.-C. et le Haut Auxois, ainsi que la bordure septentrionale du Morvan, où les mines de fer et les installations métallurgiques antiques font l’objet de travaux depuis 1982 par M. Mangin (LAURENT, 1986 ; MANGIN, 1989).

Fig. 200. Aiserey (Côte-d’Or), Les Gravières.
Céramiques du Bronze final IIb / IIIa provenant d’une fosse sépulcrale : 1-6. urnes biconiques à fond ombiliqué, décor de lignes gravées en registres.

39Les prospections aériennes, principalement celles de G. Chouquer et R. Goguey (THEVENOT et alii, 1988, p. 68-69, fig. 55 a et b), ont révélé dans les plaines de la Saône, de la Tille et de l’Ouche, la présence de très nombreux gisements fossoyés (GOGUEY, 1985b). La documentation très riche concernant ces prospections dans le département de la Côte-d’Or est actuellement en grande partie inédite. Dans l’attente de publications, les références à cette documentation ne peuvent être que très limitées. Il faut cependant souligner que l’interprétation et la vérification de ces clichés conduira certainement à équilibrer les connaissances concernant les sites de hauteur et les sites de plaine et à donner une plus juste représentation de l’occupation du sol aux temps pré- et protohistoriques.

40Aux « Vernois » à Genlis (fig. 224 ; fig. 237 F / 6) ainsi qu’au « Chemin-des-Îles » à Labergement-lès-Seurre (fig. 224 ; fig. 237 E et F / 8), des enceintes à caractère défensif pourraient remonter au Néolithique. Non loin et au nord de celles-ci, à la « Grande Charme », sur la commune de Couternon (fig. 228 ; fig. 237 F / 6), un habitat ouvert de plaine du Néolithique moyen est d’ailleurs depuis longtemps reconnu (JOLY, 1965b).

41Dans le Châtillonnais, à Maisey-le-Duc (fig. 224 ; fig. 237 C / 2), dans la vallée de l’Ource, les prospections aériennes ont révélé la présence d’un fossé courbe avec structures internes qui appartiennent à un camp néolithique ou protohistorique (GOGUEY, 1980a). D’après les photographies aériennes, R. Goguey distingue un fossé d’enceinte partiellement ovalaire au sud, avec rupture de courbe au nord pour atteindre la base d’un éperon. Deux branches divisent ce fossé au sud. Une entrée, avec interruption du fossé, est également visible. À l’intérieur de l’enceinte, il a été observé des fosses et des fossés courbes ainsi qu’une structure rectangulaire, délimitée par des trous de poteaux rapprochés, interprétée comme une grande cabane à parois de troncs d’arbres.

42Toujours en plaine, les enclos à usage funéraire ou cultuel, qui peuvent être parfois des tumulus arasés, semblent être majoritaires. On les trouve, en particulier, le long de la Tille, à Bressey-sur-Tille (fig. 229 ; fig. 237 F / 6 et fig. 225 et fig. 231 ; fig. 237 F / 6), Izier (fig. 231 ; fig. 237 E / 6), Fauverney (fig. 231 ; fig. 237 F / 6), Genlis (fig. 225 et fig. 231 ; fig. 237 F / 6), Pluvault (fig. 225 et fig. 231 ; fig. 237 F / 7), Pluvet (fig. 225 et fig. 231 ; fig. 237 F / 7), Tart (fig. 231 ; fig. 237 F / 7), Brazey-en-Plaine (fig. 231 ; fig. 237 F / 7), Echenon (fig. 225 et fig. 231 ; fig. 237 F / 7). La répartition de ces enclos s’étend jusqu’au pied de la Côte entre Dijon et Beaune. Plusieurs contrôles au sol sur ce type de site ont été faits par P. Buvot, P. Chevillot, J. Dorion, R. Goguey, O. Gaiffe et R. Ratel. Ils permettent de vérifier, très souvent, leurs origines protohistoriques.

43Au sud-ouest et non loin de Dijon, à Chenôve (fig. 231 ; fig. 237 E / 6), après des repérages au cours de survols effectués en 1986 et 1988, une fouille de sauvetage a été entreprise sur deux enclos menacés par des ventes de terrain (DORION, BUVOT, 1990). Le premier, circulaire et au tracé continu et régulier, avait un fossé peu profond. Il n’a pu être daté, son remplissage ne contenant aucun mobilier. Le second, à une centaine de mètres du précédent, était plus petit et possédait un fossé plus large et plus profond qui présentait une interruption, large de 5,50 m, au nord-ouest. Son tracé était irrégulier et s’apparentait davantage à un fer à cheval qu’à un cercle, les diamètres étant compris entre 16 et 18 m. La céramique mise au jour, très fragmentée, permet de dater cette structure du Bronze final II ou III.

44À l’est de Beaune, sur la commune de Vignoles (fig. 231 ; fig. 237 E / 8), au lieu-dit « Les Clous » (DORION, BUVOT, 1990, p. 231-232), P. Chevillot a fouillé en 1975 un enclos circulaire à fossé interrompu qui, comme l’enclos n° 2 de Chenôve, peut être daté du Bronze final. Cette structure funéraire contenait trois urnes en céramique dont les parties hautes avaient été détruites par les labours et dans lesquelles avaient été déposés des ossements incinérés.

45Plus au nord, à Fenay (fig. 231 ; fig. 237 E / 6), dans l’emprise des travaux de l’autoroute A 31, un enclos circulaire fermé, à deux fossés, l’un de 16 m de diamètre, l’autre de 24 m, a fait l’objet d’une fouille de sauvetage en 1988. Partiellement détruit par l’érosion, il n’a pu être daté.

46Trois enclos de l’ensemble de Longvic-lès-Dijon (fig. 231 ; fig. 237 E / 6), dont les premières découvertes remontent à des vols effectués en 1964, ont également fait l’objet de vérifications au sol (GOGUEY, 1984b). Le premier, protohistorique, n’a pu être daté avec précision ; le mobilier retrouvé, qui accompagnait une incinération, était fort rare et dans un très mauvais état de conservation : quelques menus tessons et une épingle de bronze privée de sa partie proximale. Le second petit enclos circulaire, à fossé interrompu, présentait une tombe centrale à incinération, entourée de pierres plates sur lesquelles reposaient les fragments d’une céramique noire. Sur les restes de l’incinération, des céramiques à couvercle avaient été déposées, accompagnées d’un petit vase, d’assiettes et d’une épingle de bronze à tête vasiforme. Cette parure permet de dater l’ensemble du Bronze final III ou du tout début du premier Âge du Fer.

47Toujours dans la même nécropole, située près de l’écluse de Romelet, dans un grand enclos circulaire, a été mis au jour une sépulture de la transition Bronze final/Hallstatt (GOGUEY, 1984b). Elle contenait notamment une épée et sa bouterolle en bronze, du type de Gündlingen (GAUCHER, MOHEN, 1972, n° 57).

48À Bressey-sur-Tille (fig. 226 et fig. 234 ; fig. 237 F / 6), de nombreux enclos, dont un carré et deux autres à un ou deux fossés circulaires (GOGUEY, 1980a, p. 10), ont été localisés à proximité de l’emplacement qu’occupait le tumulus de Clair-Bois fouillé par R. Ratel (RATEL, 1976).

49Les résultats obtenus par les fouilles de quelques-unes de ces structures de plaine découvertes par prospection aérienne montrent que bon nombre de ces enclos ont un usage funéraire et une origine protohistorique. L’exploitation au sol des indices révélés par les photos aériennes reste encore trop limitée. Le développement des vérifications au sol provoquera un bouleversement complet de la carte archéologique, notamment pour les temps protohistoriques.

50On peut rappeler deux découvertes toutes récentes qui nous paraissent majeures et qui ont pu être faites grâce à la photographie aérienne :

  • dans la plaine de la Saône, sur les communes de Genlis (fig. 225 ; fig. 237 F / 6) et d’Izier (fig. 231 ; fig. 237 F / 6), au lieu dit « Le Joannot », de grandes maisons à abside, de type nordique, ont été reconnues ; elles sont datées du Bronze ancien (DARTEVELLE, 1992b) ;

  • toujours en plaine, au pied du Mont Lassois à Vix (fig. 225 ; fig. 237 C / 2), la découverte d’un sanctuaire hallstattien (CHAUME, 1991), montre que l’étude des habitats de hauteur doit être menée de pair avec celle de leur environnement et que le champ des investigations doit être élargi jusque dans les terres basses.

Notes

17 Rappelons quelques exemples : la céramique du Néolithique moyen N.M.B. (fig. 35) du Camp de Myard à Vitteaux (fig. 224 ; fig. 237 C / 5) se retrouve dans la nécropole sous tumulus de Marcilly-Ogny (fig. 229 ; fig. 237 B / 6) les deux sites étant distant d’une trentaine de kilomètres, soit à une journée de marche. De même, la céramique du Bronze final IIb / IIIa type R.S.F.O. (fig. 143, n° 1) mise au jour au Châtelet d’Étaules (fig. 225 ; fig. 237 E/ 5) se retrouve en de nombreux exemplaires dans la nécropole de plaine d’Aiserey (fig. 231 ; fig. 237 F / 7), toujours dans la limite d’une journée de marche. Au premier Âge du Fer (Hallstatt), l’épingle à col de cygne également du Châtelet d’Étaules (fig. 161) trouve des parallèles dans la nécropole tumulaire de Fleurey-sur-Ouche (fig. 234 ; fig. 237 D / 6), site funéraire toujours distant dans la limite des 30 km. Il en est de même, toujours pour la période de Hallstatt, de la parure en bronze appelée crotale mise au jour au Châtelet d’Étaules (fig. 163, n° 2), que l’on connaît dans la nécropole tumulaire de Blaisy (fig. 234 ; fig. 237 D / 6).

18 Cette cartographie a été dressée d’après la documentation bibliographique et les inventaires consultables au Service Régional de l’Archéologie de Bourgogne. Sur ces cartes, les symboles (triangles, carrés, losanges) apparaissant sans couleur spécifique, indiquent les communes sur lesquelles se trouvent un ou plusieurs sites non datés précisément et pouvant être considérés comme ayant été occupés au Néolithique et / ou aux Âges des Métaux (pré- et / ou protohistoriques) (cf. annexe 3 – Inventaire archéologique du Néolithique et des Âges des Métaux - département de la Côte-d’Or).

19 Bibliographie complémentaire de « Sous Moussière » à Bragny-sur-Saône (Saône-et-Loire) : FEUGÈRE, GUILLOT, 1986 ; FLOUEST, 1988 ; FLOUEST, 1991a ; COLLET, 1996.

Table des illustrations

Légende Fig. 173. Vix (Côte-d’Or), Mont-Lassois. Vue aérienne (cliché R. Goguey).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23577/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende Fig. 174. Département de la Côte-d’Or.Carte de répartition des principaux habitats fortifiés de hauteur (triangles foncés), des habitats fortifiés de plaine (triangles gris) et des nécropoles sous tumulus (demi-cercles foncés).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23577/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Fig. 175. Marcheseuil (Côte-d’Or), Montagne de Bard.Céramique et industrie lithique du Néolithique moyen chasséen : 1, 2, 5, 6, 8, 10-12. mamelons de préhension à perforation horizontale ; 3, 4. lamelles en silex ; 7. fragment d’assiette à marli, décor gravé géométrique ; 9. baguette de préhension multiforée verticalement ; 13. anse en ruban.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23577/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 176. Meursault (Côte-d’Or), Camp du Mont-Milan.Vue aérienne (cliché D. Jalmain).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23577/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende Fig. 177. Meursault (Côte-d’Or), Camp du Mont-Milan.Plan des différentes structures visibles sur le terrain : 1. Mont-Milan ; 2. petit enclos sud ; 3. grand enclos sud ; 4. rebord du plateau et pentes abruptes naturellement défensives.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23577/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Fig. 178. Meursault (Côte-d’Or), Camp du Mont-Milan.Plan général du site avec l’implantation des structures tumulaires situées à l’intérieur de l’enceinte dans la parcelle 51.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23577/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende Fig. 179. Charigny (Côte-d’Or), Camp du Crais.Œuvre d’art en terre cuite du Néolithique moyen : statuette féminine (d’après A. Gallay et P. Pétrequin).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23577/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Fig. 180. Sorel-Moussel (Eure-et-Loir), Fort-Harrouard.Œuvres d’art en terre cuite du Néolithique moyen : 1-3. statuettes féminines (d’après J.-Cl. Blanchet ; on notera que la statuette 3 est présentée complétée dans BLANCHET, 1987, p. 158, nos 4 et 5).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23577/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende Fig. 181. Cessey-lès-Vitteaux (Côte-d’Or), Montagne de Bertin.Tertre funéraire ovalaire protohistorique (d’après E. Huchon).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23577/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 182. Fleurey-sur-Ouche (Côte-d’Or), Camp de la Côte-d’Étang.Coupe sur les structures défensives : 1. bloc du rempart du Bronze final ; 2. structure défensive en plaquettes de calcaire du Néolithique final ; 3. éboulis du rempart du Bronze final ; 4. rempart du Néolithique moyen ; 5. trou de poteau de palissade ; 6, 7. niveaux d’habitat du Néolithique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23577/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Fig. 183. Fleurey-sur-Ouche (Côte-d’Or), Camp de la Côte-d’Étang.Projection horizontale des mobiliers dans la coupe sur les structures défensives.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23577/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende Fig. 184. Fleurey-sur-Ouche (Côte-d’Or), Camp de la Côte-d’Étang.Mobiliers divers du Néolithique moyen, sauf le 1 du Bronze final : 1. fragment d’un vase à fond plat, col rentrant, amorce d’une anse en ruban sur l’épaule. Autour de cette anse, décor de cannelures rayonnantes irrégulières ; 2, 4. fragments d’os longs travaillés, manches d’outils ; 3. extrémité distale d’un poinçon en os ; 5. gaine de hache en bois de cerf, type en « manchon » ; 6. gaine de hache en bois de cerf, type à partie proximale élargie.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23577/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 185. Couchey, Créancey, Fleurey-sur-Ouche, Meloisey (Côte-d’Or).Industrie lithique du Néolithique moyen : 1. grand éclat de silex retouché finement sur une face (tumulus de la Rente-Neuve, Couchey) ; 2. grattoir sur éclat, silex (tumulus 2 des Murots-Bleus à Créancey) ; 3. armature de flèche losangique perçante à pédoncule et amorces d’ailerons (tumulus 2 des Murots-Bleus à Créancey) ; 4. lame retouchée en chaille (nécropole des Murées d’Église et de la Montagne du Single à Meloisey) ; 5. éclat retouché, silex (tumulus du Bois de la Jeune Ronce à Couchey) ; 6. éclat en silex (nécropole des Murées d’Église et de la Montagne du Single à Meloisey) ; 7. éclat de silex (nécropole sous tumulus des Roches d’Orgères ou du Bas de la Caillette à Fleurey-sur-Ouche) ; 8. couteau à dos, silex (nécropole sous tumulus des Roches d’Orgères ou du Bas de la Caillette à Fleurey-sur-Ouche).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23577/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 186. Meursault (Côte-d’Or), Camp du Mont-Milan.Céramique du Néolithique moyen : 1. gros mamelon de préhension à forte perforation horizontale ; 2. mamelon de préhension ovalaire, non perforé ; 3. mamelon de préhension sub-circulaire, non perforé ; 4. mamelon de préhension ovalaire fortement proéminent à perforation verticale ; 5. gros mamelon de préhension ovalaire à perforation horizontale ; 6. gros mamelon de préhension ovalaire, non perforé ; 7. amorce de petit mamelon de préhension non perforé, de faible relief, placé sous le rebord ; 8. mamelon de préhension ovalaire à perforation verticale.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23577/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende Fig. 187. Meursault (Côte-d’Or), Camp du Mont-Milan.Industrie lithique en roche dure du Néolithique : 1-6. haches polies.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23577/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende Fig. 188. Meursault (Côte-d’Or), Camp du Mont-Milan.Détail de l’appareil du parement extérieur du rempart : grandes et petites plaquettes de calcaire.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23577/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende Fig. 189. Meursault (Côte-d’Or), Camp du Mont-Milan.Plan de détail de l’angle sud-est du rempart montrant l’utilisation de blocs cyclopéens dans la construction des parements.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23577/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 190. Bouze-lès-Beaune (Côte-d’Or), Châtelet de Bouze.Détail de l’appareil cyclopéen du rempart.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23577/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Fig. 191. Mavilly-Mandelot (Côte-d’Or),Grotte de la Molle-Pierre.Plan de la cavité (relevés A. Galan).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23577/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Fig. 192. Mavilly-Mandelot (Côte-d’Or), Grotte de la Molle-Pierre.Types de céramiques du Néolithique moyen N.M.B. (dessin A. Galan).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23577/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 193. Mavilly-Mandelot (Côte-d’Or), Grotte de la Molle-Pierre.Mobiliers du Néolithique moyen N.M.B. (dessin A. Galan) : 1. écuelle à paroi évasée ; 2. écuelle à col évasé ; 3. jarre à col éversé ; 4. mamelon de préhension ovalaire à perforation horizontale : 5. mamelon de préhension ovalaire vertical, non perforé ; 6. mamelon de préhension à perforation horizontale, placé au niveau de la carène d’un récipient ; 7. mamelon de préhension allongé à perforation fine horizontale ; 8, 9. poinçons en os ayant conservé la poulie articulaire ; 10. racloir en silex ; 11. grattoir en silex ; 12. pointe foliacée en silex ; 13-19. pendeloques confectionnées sur des dents ou en os, avec trou de suspension.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23577/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Fig. 194. Semur-en-Auxois (Côte-d’Or), Hospices.Céramiques du Bronze moyen : 1. fragment de l’épaule d’un vase orné d’un décor géométrique gravé comprenant des losanges et des hachures parallèles obliques ; 2. fragment de l’épaule d’un grand vase orné d’un décor géométrique excisé ; 3. cruche à deux anses en ruban, ornée d’incisions à l’ongle (céramique très reconstituée dont la forme générale n’est pas certaine).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23577/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Fig. 195. Semur-en-Auxois (Côte-d’Or), Hospices, sauf mention spéciale.Mobiliers divers de l’Âge du Bronze : 1. épingle en bronze apparentée au type de Binningen, Bronze final 1 ou 2 (environs de Semur-en-Auxois) ; 2. fragment de l’épaule d’un grand vase ornée d’un cordon horizontal à impressions digitales, Bronze moyen ; 3. fragment de défense de sanglier ; 4. tesson orné de stries faites au peigne, Bronze moyen ; 5. bracelet en gros fil d’or enroulé en spirale, les extrémités sont presque jointives (galvanoplastie), Bronze moyen.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23577/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 196. Saint-Nicolas-lès-Cîteaux (Côte-d’Or), découverte fortuite.Mobilier de cuivre : hache-lingot bipenne, trou latéral de suspension, décor de stries irrégulières en chevrons emboîtés, Bronze ancien.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23577/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende Fig. 197. Dijon (Côte-d’Or), Quartier des Bourroches « Le Petit Mont de Vigne ».Mobiliers d’une sépulture du Bronze ancien : 1. épingle à tête en disque et enroulement proximal, cuivre ; 2. bouton conique, en os, à deux perforations en « V » (2 exemplaires) ; 3-7. cinq perles en os, deux plates et trois tronconiques ; 8-10. trois perles ovoïdes en os ; 11, 12. deux pendeloques, dont l’une fragmentaire, confectionnées dans des coquilles fossiles de Glycimeris (Pectunculus) en provenance de gisements oligocènes de la région d’Étampes (d’après J. Joly) ; 13-15. trois perles cylindriques taillées dans des crinoïdes fossiles du Jurassique local.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23577/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende Fig. 198. Grignon (Côte-d’Or), Les Granges-sous-Grignon.Empreintes de deux haches-lingot confectionnées dans un même moule, Bronze moyen. Moulages modernes des deux rectos.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23577/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende Fig. 199. Grignon (Côte-d’Or), Les Granges-sous-Grignon.Empreintes de deux haches-lingot confectionnées dans un même moule, Bronze moyen. Moulages modernes des deux versos.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23577/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende Fig. 200. Aiserey (Côte-d’Or), Les Gravières.Céramiques du Bronze final IIb / IIIa provenant d’une fosse sépulcrale : 1-6. urnes biconiques à fond ombiliqué, décor de lignes gravées en registres.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23577/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 78k

© ARTEHIS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search