Version classiqueVersion mobile

L’habitat fortifié pré- et protohistorique en Côte-d’Or

 | 
Jean-Pierre Nicolardot

Chapitre III. Le Châtelet d’Étaules (Côte-d’Or). Du Néolithique moyen au Hallstatt final

Texte intégral

III-1 Présentation générale du site

III-1-1 Le site dans son proche environnement géologique et archéologique

1Situé dans la vallée du Suzon, affluent de l’Ouche qui, elle-même, va se jeter dans la Saône, le camp du Châtelet d’Étaules (fig. 224 et fig. 237 E / 5), que se partagent les communes de Darois et d’Étaules, est un habitat de hauteur fortifié du type éperon barré (fig. 80). Il occupe le sommet d’un promontoire qui s’avance sur la rive droite de la partie encaissée de la vallée, entre les combes escarpées de Renevey à l’est et de Neudry à l’ouest (fig. 81).

2La défense naturelle de ce plateau est formée par des falaises calcaires abruptes qui se développent surtout au-dessus de la Combe Renevey, ainsi qu’au nord, au dessus du Suzon (fig. 82, n° 3). Du côté de la Combe Neudry, la défense est assurée par des pentes très abruptes couvertes de coulées de petits cailloutis rendant également impossibles toutes incursions humaines vers le camp. Véritable belvédère au-dessus de la rivière, le plateau du Châtelet d’Étaules (fig. 82, n° 1) domine le cours du Suzon de près de 140 m. Il fait face à un autre camp semblable, également en « éperon barré » : le Châtelet de la Fontaine au Chat (fig. 82, n° 2). Ces deux sites en vis-à-vis défendent un point hautement stratégique de la vallée sur un important couloir de circulation fréquenté notamment aux temps protohistoriques et dont le rôle sera développé dans les conclusions de cette étude.

Environnement géologique

3Le Châtelet d’Étaules est assis sur le toit de calcaires dont les séries peuvent atteindre 80 m d’épaisseur. Du niveau de la rivière jusqu’au sommet du plateau, on peut observer les couches géologiques suivantes (fig. 83, nos 1 à 6) :

  1. Calcaire à entroques recouvert, au fond de la vallée, par des alluvions du Suzon.

  2. Marnes à Ostrea acuminata.

  3. Calcaires à nubécules (encroûtements en « nuages » autour des grains), calcaires à chailles et calcaires blanc jaunâtre.

  4. Oolite blanche.

  5. Niveau dolomitique à la limite Oolite blanche Comblanchien.

  6. Calcaire de Comblanchien, niveau où les Préhistoriques et les Protohistoriques se sont installés.

4Plus au sud et au sud-est de la fortification, à 300 m en direction du terrain d’aviation de Darois, dominant légèrement la pointe occupée par le camp, les champs recouvrent le calcaire de la Dalle nacrée (fig. 83, n° 7), matériau exploité pour la construction de certaines parties des ouvrages défensifs, particulièrement les structures du Bronze final et du premier Âge du Fer. À cette dernière époque, vient s’ajouter l’emploi d’un matériau original : le tuf. Les dépôts tuffacés sont particulièrement abondants sur les berges et les petites cascades tout le long du cours encaissé du Suzon et de ses petits ruisseaux affluents. Actuellement, l’une des plus spectaculaires de ces formations se situe dans le Val-Courbe, en amont de Val-Suzon, au lieu-dit le Ruy-Blanc, à la hauteur de la route qui mène vers Bordes-Pillot. Ce gisement de tuf semble trop éloigné du Châtelet pour que les Protohistoriques s’y soient approvisionnés. C’est plutôt au droit de la Combe des Argillières, à moins d’un kilomètre en aval de la fortification, que le lieu d’extraction de tuf doit être supposé (fig. 84).

Environnement archéologique

5Les fouilles ont montré que le Châtelet d’Étaules, aussi parfois appelé Camp Romain, Châtelet de Neudry ou Châtelet de Darois, a été habité du IVe millénaire avant J.-C., pendant le Néolithique moyen et d’une façon plus brève au Néolithique final, jusqu’à la fin du premier Âge du Fer, au vie siècle avant J.-C. Ce camp, comme nous l’avons déjà dit, n’est pas isolé, mais il se présente dans un riche environnement archéologique (fig. 85).

6Parmi les six établissements fortifiés implantés dans la haute vallée du Suzon, deux sont situés non loin de la source du cours d’eau.

  • 11 Ces deux sites n’ont pu faire l’objet ni de sondages ni de relevés topographiques, étant recouverts (...)

7Le Château-Manchard, au hameau de Bordes-Pillot sur la commune de Saint-Martin-du-Mont, domine la vallée au Val-Courbe (fig. 85, n° 8) et le camp des Châtéas, sur la commune de Pasques (COLOMBET, 1970), est établi sur un petit promontoire dominant une vallée sèche, sur un léger relief dominant le gouffre du Creux-Percé (fig. 85, n° 6)11.

Fig. 80. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Vue aérienne du côté sud-ouest du site (cliché R. Goguey).

Fig. 81. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Plan général du site : 1. entrée au Néolithique ; 2. accès depuis la vallée du Suzon (entrée Âges du Bronze et du Fer ?) ; 3. accès actuel.

Fig. 82. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet, Val-Suzon (Côte d’Or), Châtelet de la Fontaine au Chat.
Perspective cavalière des Châtelets d’Étaules et de la Fontaine au Chat, dans la vallée du Suzon (Côte-d’Or) : 1. Châtelet d’Étaules ; 2. Châtelet de la Fontaine au Chat à Val-Suzon ; 3. Le Suzon (d’après S. Branche).

Fig. 83. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Coupe géologique depuis le fond de la vallée du Suzon jusqu’au sommet du plateau où est implanté le Châtelet d’Étaules (d’après J. Thierry) : 1. calcaire à entroques ; 2. marnes à Ostrea acuminata ; 3. calcaires à nubécules, calcaires à chailles et calcaires blanc jaunâtre ; 4. oolite blanche ; 5. niveau dolomitique à la limite oolite blanche / Comblanchien ; 6. calcaires de Comblanchien, situation du Châtelet d’Étaules ; 7. dalle nacrée ; 8. alluvions du Suzon (rivière).

Fig. 84. Carte des plateaux dominant la vallée du Suzon aux environs du Châtelet d’Étaules et du Châtelet de la Fontaine au Chat à Val-Suzon.

8Non loin des Châtéas, au sud de la Combe Trois-Gros, un autre camp en éperon barré a été reconnu par R. Goguey au cours de prospections aériennes (fig. 85, n° 7). Son inventeur propose, pour cette enceinte, l’hypothèse de la défense romanisée d’une fortification protohistorique. Le rempart semble comprendre un mur épais renforcé de contreforts, peut-être des tours, et l’on distingue également ce qui pourrait être des portes (GOGUEY, 1984a, p. 9).

9Verrouillant l’extrémité est de cette étroite vallée du Suzon, à son débouché vers la plaine de la Saône, on trouve le camp de Roche-Château (fig. 85, n° 1) sur la commune de Messigny-et-Vantoux (fig. 86), site étudié par C. Drioton au début du siècle (DRIOTON, 1905b), où nous avons pratiqué une coupe dans le rempart (fig. 87) et reconnu, dans l’habitat, une occupation du Bronze final IIIb (fig. 88).

10Dans la partie médiane du cours du Suzon, le Châtelet de la Fontaine-au-Chat (fig. 85, n° 4), comme nous l’avons déjà signalé, fait face au Châtelet d’Étaules (fig. 85, n° 5). Le Châtelet de la Fontaine-au-Chat, étudié également par C. Drioton (DRIOTON, 1905a) (fig. 89 et fig. 90), paraît avoir été occupé dès le Néolithique moyen et pendant les Âges des métaux. Nos fouilles de sauvetage, effectuées en 1976 et 1977 à l’extrémité est du barrage (fig. 91), ont montré que ce site très important a été fréquenté jusqu’au Bas-Empire, période représentée par de la céramique du type Jaulges-Villiers-Vineux (JACOB, LEREDDE, 1974), décorée à la molette (fig. 92, nos 1 et 2), ou incisée au peigne à deux dents (n° 3). On notera aussi la présence d’une fusaïole, moulée en plomb et ornée de points gravés (fig. 92, n° 4).

11Ces mobiliers ont été mis au jour à proximité d’une structure défensive élevée avec de gros blocs (fig. 91, n° 13 et fig. 93). Ceux-ci présentent des encoches ayant pu recevoir des goujons ou des tenons de bois pour assurer la liaison des blocs entre eux, et de plus longues entailles destinées à en assurer soit l’extraction en carrière, soit le bardage à l’aide de cordes. Cette architecture monumentale, qui régionalement peut rappeler le caractère également cyclopéen du rempart du camp du Châtelet à Bouze-lès-Beaune (NICOLARDOT, 1975a, p. 33-35, pl. 1 et 2) (fig. 94 et fig. 95), correspond à un ultime aménagement de l’accès à l’intérieur de l’enceinte, porte implantée entre l’extrémité est du rempart et le bord de la falaise au-dessus de la vallée du Suzon. Ces blocs sont vraisemblablement en réemploi, les encoches à tenons n’étant pas situées d’une façon fonctionnelle, sans correspondance (fig. 91 et fig. 93), et ne sont pas sans rappeler certains de ceux qui entrent dans la construction du « Mur Païen » au Mont Sainte-Odile à Ottrott (Bas-Rhin) (ZUMSTEIN, 1963 ; 1970), ouvrage que l’on date aujourd’hui du deuxième Âge du Fer (fin iie-début ier siècle av. J.-C.) et dont certains réaménagements, notamment sur les portes donnant accès à l’intérieur de l’enceinte, sont supposés pouvoir être datés de l’Antiquité tardive (fin du iiie siècle ou milieu ive siècle) (PÉTRY, WILL, 1988, p. 28 et p. 61).

12On rappellera aussi la présence de vestiges de l’Âge du Bronze final découverts au pied du Châtelet de la Fontaine-au-Chat, à l’occasion de travaux pour un captage d’eau (fig. 85, n° 11). Entre des pieux de bois, peut-être les témoins de constructions sur pilotis en milieu humide, a été découvert un fragment de couteau de bronze à soie simple, lame et dos décoré d’incisions, du Bronze final III (fig. 96), aujourd’hui conservé au Musée Archéologique de Dijon.

13L’environnement de ces sites d’habitats fortifiés comprend également des nécropoles :

14– tout près du camp de Château-Manchard, on trouve des sépultures en coffres de pierres qui remontent au Néolithique moyen Bourguignon et au Néolithique final (fig. 85, n° 9) ;

15– aux environs de Roche-Château, des tumulus ont livré des tombes du Bronze final et du premier Âge du Fer (fig. 85, n° 2). D’autres nécropoles protohistoriques sous tumulus sont connues à Panges et à Pasques (fig. 226, fig. 234 et fig. 237 D et E / 6) et dans le bois de Jossam, à proximité du Châtelet de la Fontaine-au-Chat (fig. 85, n° 3), près d’un petit sanctuaire sur plan carré, en pierres sèches (fig. 85, n° 12), qui a livré des monnaies gauloises attribuées aux Lingons ainsi que des monnaies romaines (GUYOT, 1977). Ces sites divers témoignent, en ces lieux, de la longue fréquentation humaine, depuis la Préhistoire jusqu’aux temps historiques.

III-1-2 Historique des recherches sur le Châtelet d’Étaules

16Le Châtelet d’Étaules a retenu l’attention des archéologues dès la fin du xixe siècle. En 1900, C. Drioton, Conservateur du Musée de la Commission des Antiquités de la Côte-d’Or, publie le résultat de deux jours d’investigations sur le terrain (DRIOTON, 1900b, p. CXXXV).

17Les sept sondages exécutés les 30 septembre et 25 octobre 1898, selon des tranchées larges de 1 m, profondes de 2 à 3 m, réparties sur les deux versants du barrage, trois à l’intérieur du côté nord et quatre à l’extérieur du côté sud, permettent à C. Drioton, de discerner, dans la masse de la levée, des couches différenciées dont deux, distinctes, composées d’un matériau qu’il considère comme étant de la chaux. Sous ces deux couches, il observe un niveau fortement brûlé alors qu’au-dessus, il note la présence de pierraille n’ayant pas subi l’action du feu. L’épaisseur de cette pierraille est particulièrement importante, entre 1 m et 1,40 m, sur le côté intérieur du barrage. Rien, dans les notes laissées par ce premier fouilleur, ne permet de dater ces vestiges.

Fig. 85. Carte archéologique de la vallée du Suzon : 1. camp de Roche-Château à Messigny-et-Vantoux ; 2. nécropole sous tumulus du Bois de la Mansenne à Messigny-et-Vantoux ; 3. nécropole sous tumulus au nord-est du Châtelet de la Fontaine au Chat à Val-Suzon ; 4. Châtelet de la Fontaine au Chat à Val-Suzon ; 5. Châtelet d’Étaules ; 6. camp des Chatéas à Pasques ; 7. camp près de la Combe Trois-Gros ; 8. camp de Château-Manchard, hameau de Bordes-Pillot, commune de Saint-Martin-du-Mont ; 9. nécropole sous tumulus et petits coffres mégalithiques dans le Bois de Baribœuf près du Camp de Château-Manchard, hameau de Bordes-Pillot, commune de Saint-Martin-du-Mont ; 10. nécropoles sous tumulus de Pasques et de Panges ; 11. captage d’eau de la Fontaine au Chat (structures et mobilier Bronze final) ; 12. sanctuaire sur plan carré (La Tène finale) dans le Bois de Jossam.

Fig. 86. Messigny-et-Vantoux (Côte-d’Or), Roche-Château.
Plan du Camp de Roche-Château.

Fig. 87. Messigny-et-Vantoux (Côte-d’Or), Roche-Château.
Coupe est (a. b) du barrage du Camp de Roche-Château : 1. détail de la stratigraphie ; 2. implantation de la coupe sur le profil des structures défensives.

Fig. 88. Messigny-et-Vantoux (Côte-d’Or), Roche-Château.
Céramique du Bronze final / Hallstatt ancien : 1. bord de céramique ; 2. grande urne bitronconique ; 3. coupe à bord légèrement rentrant, lèvre à méplat intérieur, fond plat.

Fig. 89. Val-Suzon (Côte-d’Or),
Châtelet de la Fontaine-au-Chat. Plan de C. Drioton.

Fig. 90. Val-Suzon (Côte-d’Or), Châtelet de la Fontaine-au-Chat. Vue aérienne côté ouest (cliché aérien R. Goguey).

Fig. 91. Val-Suzon (Côte-d’Or), Châtelet de la Fontaine-au-Chat. Coupe sur le barrage.

Fig. 92. Val-Suzon (Côte-d’Or), Châtelet de la Fontaine-au-Chat.
Mobiliers du Bas-Empire : 1-3. céramique du type Jaulges-Villiers-Vineux ; 4. fusaïole en plomb.

Fig. 93. Val-Suzon (Côte-d’Or), Châtelet de la Fontaine-au-Chat.
Détail des gros blocs avec entailles de bardage ou mortaises de liaison.

Fig. 94. Bouze-lès-Beaune (Côte-d’Or), Le Châtelet. Plan.

Fig. 95. Bouze-lès-Beaune (Côte-d’Or), Le Châtelet. Élévation du parement extérieur du rempart.

Fig. 96. Val-Suzon (Côte-d’Or), captage d’eau de la Fontaine-au-Chat. Fragment de lame avec amorce de la soie d’un couteau à dos en bronze, décor gravé (Bronze final III).

18Il faut attendre l’année 1964 pour qu’une nouvelle publication rende compte de nouvelles recherches effectuées au Châtelet d’Étaules par E. Guyot. Ce dijonnais, qui anima avec P. Jobard la « Brigade Archéologique », apporte des précisions chronologiques à la stratigraphie observée précédemment par C. Drioton.

19Pour la première fois dans les fouilles du Châtelet d’Étaules, il est fait mention de la découverte de fragments de céramique, d’outils en os et en pierre ainsi que de vestiges de faune. Ces mobiliers sont reconnus comme appartenant aux trois grandes périodes d’occupation du site : Néolithique moyen, Bronze final et Âge du Fer.

  • 12 On doit à C. Drioton de nombreux travaux sur les enceintes fortiées de Bourgogne : DRIOTON, 1900b, (...)

20Une coupe stratigraphique très schématique est esquissée (GUYOT, 1964, fig. 1), mais E. Guyot ne reconnaît pas, au cours de ses fouilles, les importantes structures architecturales défensives cachées sous la masse imposante du barrage. Il s’interroge sur la présence de la double couche qui avait déjà intrigué Drioton12 (DRIOTON, 1901, 1902a, 1905a et 1905b). Il la qualifie aussi de chaux et pense, à la suite d’ailleurs de J. Déchelette, que le Châtelet d’Étaules est à classer parmi les enceintes calcinées.

21La polémique sur ces remparts dits calcinés ou vitrifiés, suivant qu’ils se trouvent en milieu calcaire ou cristallin, n’est pas close. Malgré de nombreuses expérimentations, des essais en laboratoire, aucune explication satisfaisante n’a été trouvée pour expliquer ces particularités qui n’ont pas de limites chronologiques. On en connaît dans la fourchette comprise entre le Néolithique et le Moyen Âge. Elles semblent plutôt résulter d’un concours accidentel de circonstances que d’une technologie réfléchie appliquée volontairement pour renforcer certaines constructions. En fait, sous ces appellations se cachent plusieurs phénomènes qui peuvent avoir des origines totalement différentes. Les travaux que nous avons menés successivement à Étaules, à Myard, à la Fontaine-au-Chat et au Camp de Péran apportent des précisions sur ce sujet (NICOLARDOT, GUIGON, 1991) (cf. Conclusions).

III-1-3 Implantation et problématique des recherches

22C’est en 1976 que nous avons repris des fouilles sur le Châtelet d’Étaules, travaux qui se sont poursuivis jusqu’en 1987. Au moment de notre intervention, le site du Châtelet d’Étaules attirait surtout l’attention par le caractère très imposant de son barrage, long de 80 m, large à la base de près de 40 m et conservé sur une hauteur approchant les 10 m (fig. 97 A et B). Ce barrage, établi à un étranglement du plateau, délimite une surface protégée de 5 ha (fig. 81).

23L’expérience acquise au cours des travaux menés à Myard nous dictait d’entreprendre une recherche sur ce barrage dont les dimensions laissaient espérer une stratigraphie très développée, encore plus complexe qu’à Vitteaux, et la mise au jour d’importantes structures architecturales.

24Il fut décidé de pratiquer une coupe intégrale à travers toute la masse du barrage. La partie médiane de celui-ci fut retenue car elle ne semblait pas avoir été touchée par les recherches antérieures (fig. 97, A et B, section 3 et section 10).

25Une coupe à travers les structures défensives supérieures a été ouverte sur une largeur provisoire de 10 m. Elle fut, par la suite, portée à 16 m, afin d’atteindre dans les meilleures conditions de sécurité, par paliers successifs, les niveaux inférieurs de la stratigraphie (fig. 97 et fig. 98).

III-1-4 Les différentes occupations du site

26Avant l’ouverture du chantier, nous avions déjà perçu que la bibliographie ancienne sur le Châtelet d’Étaules indiquait qu’il avait connu au moins deux grandes occupations, l’une au Néolithique et l’autre au premier Âge du Fer. Nos travaux ont permis de vérifier et d’affiner les datations des différentes occupations. En ce qui concerne le Néolithique, les fouilles ont montré qu’un habitat fortifié avait été implanté au Néolithique moyen et réaménagé sans discontinuité jusqu’au Néolithique final.

27Aux temps protohistoriques, après une interruption d’occupation pendant le Bronze ancien et le Bronze moyen, les recherches reprises en 1976 ont révélé de très importants réaménagements dans le système défensif à la période charnière entre la fin de l’Âge du Bronze et le début du premier Âge du Fer (ixe siècle avant J.-C.) ainsi que pendant les derniers temps du premier Âge du Fer, au Hallstatt final (vie-ve siècles avant J.-C.) (fig. 99).

Fig. 97. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
A et B : Profil longitudinal du barrage avec implantation des sections 3 et 10 ouvertes pour l’étude de la coupe stratigraphique des structures, versant intérieur (d’après une photographie de C. Drioton, prise vers 1880, à partir de laquelle le profil relevé sur le terrain a été reporté).

III-1-5 La stratigraphie

28L’importante section de recherche ouverte dans la partie médiane du barrage a permis d’étudier une coupe transversale à travers l’ensemble des structures défensives et d’habitat (fig. 97 A et B, sections 3 et 10). Cette coupe a rendu possible l’étude, de part et d’autre du barrage, de la stratigraphie et des structures défensives et d’habitat.

29Les observations faites par la suite en différents secteurs du barrage ont permis de retrouver, à quelques variantes près, la même stratigraphie que celle observée dans la section 7 à laquelle nous ferons référence (fig. 239, dépliant n° 2 - coupe stratigraphique du Châtelet d’Étaules).

30Trois strates principales, numérotées I, II et III, correspondent aux trois principales périodes d’occupations du site : Néolithique, Âge du Bronze et Âge du Fer. Elles ont été subdivisées en variables désignées par des lettres de a à f. À ces couches vient s’ajouter un niveau IV correspondant à la partie supérieure de la roche du plateau.

31De haut en bas, dans l’ordre de la mise au jour au cours de la fouille, on a pu observer (fig. 239) :

I - Le rempart du Hallstatt final

32I A et B - Le rempart du Hallstatt final édifié en deux étapes de construction (I A - rempart de pierres sèches à poutrage interne en bois, I B - rempart de pierres sèches).

  1. a - L’éboulis pierreux du rempart du Hallstatt final, réparti de chaque côté sur les pentes du barrage, intra-muros et extra-muros.

  1. b - Le glacis en tuf du Hallstatt final (extra-muros).

  1. c - Les paliers en tuf du Hallstatt final (intra-muros).

  1. d - La semelle de fondation du rempart Hallstatt final reprenant des matériaux des structures du Bronze final/ Hallstatt ancien.

  1. e - La couche cendreuse et charbonneuse de destruction de structures défensives du Hallstatt ancien (extra-muros et intra-muros).

  1. f - La couche de terre brune après le pilier calcaire recouvert de dallettes (hétérogène : Néolithique, Bronze final et Hallstatt). En section 10, cette couche hétérogène, appelée IId, est à dominante Bronze final. Cependant, entre le secteur 4 et le secteur 10, en coupe F/G, on note une dominante Hallstatt ancien.

II - Le rempart du Bronze final

33I.a - Éboulis pierreux mêlés de tuf infiltré du rempart du Bronze final (intra-muros).

34II.b - Éboulis pierreux du rempart du Bronze final (extra-muros et intra-muros).

35III.c - Couche cendreuse et charbonneuse de destruction de structures du Bronze final (extra-muros).

36IV.d - Couche charbonneuse d’habitat à structures de bois carbonisées (intra-muros).

37V.e - Sol d’argile de 2 cm d’épaisseur reposant sur un lit de cailloux.

Fig. 98. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Plan général des sections de fouilles ouvertes pour l’étude du barrage (3, 5, 6 et 10) avec indication des coupes.

Fig. 99. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Coupe schématique du barrage montrant la stratigraphie des structures : 1. rempart primitif du Néolithique moyen ; 2. rempart parementé du Néolithique moyen et final ; 3. rempart du Bronze final ; 4. rempart du Hallstatt.

III - Le rempart du Néolithique moyen

38Le rempart du Néolithique moyen, réutilisé au Néolithique final, comprend deux types de constructions : une structure défensive parementée en petites plaquettes (IIIA) élevée au-dessus d’un massif primaire formé de très gros blocs (IIIB).

39III a - couche « cryoclastique » formée de matériaux détritiques (plaquettes fractionnées) correspondant à l’abandon du site entre le Néolithique final et le Bronze final (extra-muros).

40III b - Couche de cailloutis « cryoclastique » stratifiée, contenant des mobiliers néolithiques (intra-muros).

41III c - Niveau de défrichage du Néolithique moyen.

42III d - Couche hétérogène Néolithique / Bronze final.

IV - La roche en place du Bathonien supérieur

43Elle constitue le niveau supérieur du substrat rocheux et correspond au défrichement du terrain au Néolithique moyen. Ce terrain forme le socle sur lequel les Néolithiques se sont installés et qui leur a fourni la plus grande partie des matériaux de construction. Nous examinerons chronologiquement ces différentes structures, de l’extérieur vers l’intérieur du camp (fig. 98, I, II et III et fig. 99, nos 1 à 4).

III-2 Le Châtelet d’Étaules au Néolithique moyen (Ve au IVe millénaire av. J.-C.)

III-2-1 Les matériaux de construction des structures défensives et leurs lieux d’extraction

44Le premier barrage établi sur le plateau du Châtelet d’Étaules, au Néolithique moyen, a été judicieusement implanté entre les combes Neudry et Reneuvey, à un fort étranglement naturel du plateau, orienté sensiblement est-ouest, et d’une largeur maximale de 180 m, se rétrécissant pour atteindre 80 m dans sa partie la plus étroite, avant de s’élargir de nouveau (fig. 81).

45Comme nous l’avons déjà observé à Myard, les constructeurs du rempart qui délimite le village fortifié néolithique du Châtelet d’Étaules ont également su profiter d’un ressaut naturel du substratum rocheux et l’exploiter pour renforcer l’aspect défensif de la muraille (fig. 100), à la limite des secteurs 26 et 27.

46Ce mode d’implantation semble fréquent au Néolithique moyen ; on peut aussi l’observer dans la coupe de la fortification du Camp de César, commune de La Groutte (Cher) (HUGONIOT, VANNIER, 1980, coupe générale du vallum) (fig. 101). En avant du rempart néolithique du Camp de César (fig. 101, n° 8) on remarque un ressaut de la roche, sans doute accentué par les Néolithiques qui l’utilisèrent comme carrière d’extraction des matériaux pour la construction de l’ouvrage défensif (fig. 101, n° 11).

47Toujours comme à Myard, et comme nous venons de le constater au Camp de César de La Groutte, les Néolithiques au Châtelet d’Étaules ont augmenté la hauteur apparente de la structure défensive en ouvrant, au sud, des carrières dans le niveau géologique de la Dalle nacrée (fig. 83, n° 7).

48Les matériaux qui entrent dans la construction des différents remparts ont fait l’objet de recherches en laboratoire de la part de J. Thierry, Professeur à l’Université de Bourgogne (NICOLARDOT et alii, 1981, p. 209), soit sous forme d’analyses chimiques, soit sous forme d’examens macroscopiques ou microscopiques. Ces derniers ont nécessité la confection de lames minces. Les observations ainsi recueillies autorisent le rattachement de chacun des différents matériaux à une formation géologique affleurante dans les environs immédiats du camp. Ceci permet de retrouver les emplacements probables des lieux d’extraction des roches employées dans les constructions.

49Le rempart néolithique comprend deux types de matériaux : des grosses dalles, que l’on retrouve utilisées aussi dans la construction du rempart de l’Âge du Bronze, et des plaquettes de calcaire, identiques à celles qui ont servi également à édifier le rempart du premier Âge du Fer. Les recherches sur les grosses dalles ont été faites sur des échantillons pris sur le rempart de l’Âge du Bronze et celles sur les plaquettes, sur des prélèvements effectués sur le rempart du premier Âge du Fer.

Les grandes dalles

50Les analyses ont montré sans ambiguïté qu’elles appartiennent aux niveaux de la Dalle nacrée (fig. 83, n° 7). Il ne peut s’agir que de dalles provenant de niveaux sains de la roche du plateau, mis au jour intentionnellement à la suite d’ouvertures de carrières, notamment à proximité et au sud du barrage. On y reconnaît très aisément le microfaciès bioclastique, caractérisé par des débris d’Echinodermes, de Lamellibranches et de Bryozoaires (NICOLARDOT, 1993b, pl. 186, nos 5 et 7), ou le microfaciès oolithique. Ce matériau est abondant sur le site puisque les calcaires de la Dalle nacrée se ren contrent sur tout le plateau, au sud et au sud-est du Châtelet d’Étaules. Ces pierres présentent une coloration rouge à jaunâtre très marquée qui peut être naturelle. En effet, les niveaux de la Dalle nacrée sont riches en pyrite (sulfure de fer) diffuse dans le ciment de la roche. Celle-ci, en contact avec les eaux d’infiltration, acides et agressives, s’altère en oxydes ferriques. Suivant l’épaisseur des dalles utilisées dans la construction défensive, on constate, comme en carrière, que l’altération peut pénétrer plus ou moins profondément ou envahir entièrement la dalle. Avant que soient faites ces analyses, l’action du feu était fréquemment supposée pour expliquer cette coloration en rouge. Il convient donc de rester prudent pour attribuer ce phénomène à l’action du feu. Cette hypothèse ne pourra être vraisemblable que si l’on constate à proximité des roches rougies la présence certaine de traces de foyers, matérialisées par des dépôts de cendre ou de charbon de bois.

Fig. 100. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Coupe stratigraphique du barrage : IIIA. rempart du Néolithique moyen et final ; IIIB. noyau primitif du rempart du Néolithique moyen. Échelle métrique.

Fig. 101. La Groutte (Cher), Camp de César.
Coupe stratigraphique du barrage : 8. rempart du Néolithique moyen (d’après E. et J.-Y. Hugoniot et B. Vannier).

Les dallettes

51Elles sont formées par un calcaire finement bioclastique qui provient également de la Dalle nacrée. On y retrouve des fragments de coquilles de Lamellibranches, de Brachiopodes et d’Échinodermes (NICOLARDOT, 1993b, pl. 186, nos 4 et 6). Il ne s’agit plus, comme pour les grandes dalles que nous venons de voir, de matériaux extraits en carrières, mais le résultat d’un ramassage de roches déjà débitées en plaquettes par l’érosion.

52Les prospections au sol aux environs du camp du Châtelet d’Étaules ont montré que c’est à environ 300 m au sud et au sud-est de la fortification que l’on rencontre de tels gisements, où la roche sous cette forme se trouve en abondance, soit en affleurement, soit mêlée à la mince couche de limon rouge qui couvre la surface du plateau. Dans ces conditions, les Néolithiques et les hommes des Âges des Métaux, qui ont utilisé ces matériaux, ont pu s’approvisionner avec un minimum d’efforts et de moyens.

III-2-2 Le rempart du Néolithique moyen et l’accès à l’intérieur du camp

53La fouille du rempart néolithique a été rendue particulièrement délicate et difficile par l’énorme masse de pierres qui le recouvrait, matériaux des constructions des Âges des Métaux (fig. 99, nos 3 et 4 ; fig. 100, I et II). Les structures défensives néolithiques ont été dégagées sur une longueur de 12 m dans la section 3 (fig. 98, secteurs T à Z et A à F), ouverte au centre du barrage. Les observations faites sur le terrain permettent d’affirmer que le rempart néolithique s’étendait, à l’ouest, jusqu’au bord du plateau, au-dessus de la Combe Neudry (fig. 81).

54À son extrémité est, au-dessus de la Combe Renevey, la situation est totalement différente. Les fouilles dans la section 6 ont révélé la présence d’une entrée permettant l’accès à l’intérieur du camp (fig. 102, fig. 103 et fig. 104). Ce passage, relativement étroit, n’excédant pas 2 m, est tributaire des contraintes commandées par la proximité du bord de la falaise calcaire, particulièrement abrupte en ce secteur de l’enceinte dominant la Combe Renevey. L’aménagement de cette extrémité est du rempart comprend deux poteaux verticaux dont les trous et calages de fixation ont été mis au jour par la fouille (fig. 102, nos 1 et 2). Ces pièces de bois verticales, qui appartenaient à une palissade (fig. 103 et fig. 104), devaient participer au renfort du parement intérieur du rempart, à proximité du passage laissé libre, entre l’extrémité du rempart et l’à-pic du bord de la falaise calcaire, du côté de la Combe Renevey (fig. 81) (cf. ci-après « Les terrassements en dallettes calcaires »).

55Le rempart néolithique, porte comprise, se développait sur une longueur de 80 m. Il se compose de deux structures superposées dans lesquelles on retrouve les deux types de matériaux dont il vient d’être question et provenant des niveaux de la Dalle nacrée.

Le massif en gros blocs de calcaire

56La structure inférieure, constituée de gros blocs, repose sur la roche en place formant le niveau du sommet du plateau. Elle se rencontre dans les secteurs 17 à 29 (fig. 99, n° 1, et fig. 100, structure III B). Aucune organisation architecturale n’a pu être observée dans sa partie supérieure. Ce noyau primitif est apparu à la fouille comme une importante masse de gros blocs jetés les uns au-dessus des autres avec un sommet, au niveau du secteur 24, s’élevant à 2,50 m au-dessus du plateau. La coupe transversale effectuée dans cette structure a montré qu’elle était asymétrique. Vers l’extérieur du camp, au sud, les matériaux empilés sans soin présentaient une pente plus accentuée que vers l’intérieur du camp, au nord.

57Une limite extérieure plutôt qu’un parement, difficilement décelable à la base car conservée seulement sur deux ou trois assises, se situe dans le premier tiers du secteur 28 (fig. 100, secteur 28).

58Du côté intérieur, la limite du massif de pierre est plus nette, sans que l’on puisse parler pour autant d’un véritable parement intérieur (fig. 100, secteur 18).

59Par ailleurs, la présence voisine de dalles dressées en liaison avec des trous de poteaux (fig. 105) indique bien que nous sommes à la limite de la muraille défensive et de la zone d’habitat ; les mêmes types de structures ont été rencontrées sur le camp de Myard. Tout laisse supposer qu’au Châtelet d’Étaules, les bâtisseurs de la structure III B ont surtout voulu dresser un important massif de pierres pour renforcer les fondations d’une maçonnerie plus soignée, exécutée avec des matériaux beaucoup plus maniables et mieux adaptés pour des constructions de pierres sèches : des dallettes de calcaire (fig. 100, structure III A).

Fig. 102. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Plan de la section 6 à l’extrémité est du barrage. Porte ouest : 1 et 2. trous de poteau.

60La structure inférieure III B peut être considérée comme la première étape de l’édification du rempart par les Préhistoriques. C’est elle qui a été le premier marqueur, au Néolithique moyen, de la limite d’un territoire sur lequel se sont implantées des zones d’habitats et d’activités domestiques. Aujourd’hui, une meilleure compréhension des données de la fouille permet de rejeter l’hypothèse de deux constructions séparées dans le temps que nous avions formulée il y a quelques années (NICOLARDOT, 1988e, p. 119-121). Les deux structures III A et III B ont été élevées simultanément et constituent le rempart Néolithique moyen.

Les terrassements en dallettes de calcaire

61Du côté extérieur du barrage, des terrassements en petites dallettes de calcaire ont été retrouvés sous la forme encore conservée de trois paliers (fig. 99, n° 2 et fig. 100, secteurs 27 à 30).

62Le premier palier s’élève au-dessus d’un parement d’une hauteur de 80 cm. Il présente un fruit assez marqué. La surface du palier supérieur présentait un alignement de trous de 25 cm de diamètre, relativement espacés entre 1,50 m et 2 m. Ils ont pu servir à maintenir des poteaux pour une palissade. L’utilisation du bois est, comme nous l’avons déjà évoqué, bien attestée à l’extrémité orientale du barrage où il a été observé un important dispositif de palissade avec de forts poteaux verticaux. À cette extrémité est du barrage, cette palissade participait à la défense de la porte d’accès vers l’intérieur du camp, en suivant le côté escarpé de la Combe Renevey (fig. 102 et 103).

Fig. 103. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Coupe est-ouest de la section 6 à l’extrémité est du barrage. Porte ouest : trous de poteau.

Fig. 104. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Coupe sud-nord de la section 6 à l’extrémité est du barrage. Porte ouest : trou de poteau.

Fig. 105. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Plan de détail dans la section 3, zone d’habitat du Néolithique moyen N.M.B. : trou de poteau aménagé dans la roche du plateau et dalles de contreventement fichées également dans la roche.

63Comme toujours dans les constructions défensives, les mobiliers archéologiques retrouvés en relation avec celles-ci sont très rares. La céramique y est absente et seule l’industrie lithique est représentée. Au Châtelet d’Étaules on peut citer, en rapport avec le rempart néolithique, un couteau finement retouché en chaille (fig. 117, n° 17), retrouvé dans la section 3, secteur S 27, ainsi qu’une très belle lame en silex provenant de la section 3, secteur A 31 (fig. 117, n° 20).

III-2-3 Les structures d’habitat du Néolithique moyen

  • 13 Cette disposition rappelle celle observée à Myard où les constructions étaient accolées le long du (...)

64Au Châtelet d’Étaules, les structures d’habitat du Néolithique sont indiquées seulement par la présence de trous de poteaux placés non loin de la limite intérieure du rempart (fig. 105) à la limite des secteurs 13 et 14)13. De grandes dalles fichées dans des fissures de la roche du plateau assuraient le contreventement des pièces de bois. Les réutilisations postérieures du site sont la cause de la destruction presque totale de ces structures néolithiques. Dans ces conditions, il n’a pas été possible de reconnaître ni la dimension, ni la disposition des constructions.

65Le niveau occupé par les Néolithiques est apparu cependant très nettement au cours des travaux de fouilles. Il est matérialisé sur le terrain par deux couches de destruction par incendie, la couche III b (fig. 106) et la couche III c, composées de cailloutis mêlés à de la terre noire (fig. 100). Les couches III b et III c sont comme scellées entre la masse du rempart de l’Âge du Bronze (fig. 100, couche II) et la roche du plateau. L’occupation néolithique repose directement sur le sommet de l’étage du Comblanchien (NICOLARDOT, 1984a, p. 173) (fig. 100, niveau IIIc). Cette roche très dure a été recherchée pour ses qualités propres à l’implantation des habitations ou à l’exercice des diverses activités domestiques qui s’y rattachent. Après défrichement et léger décapage superficiel, cette roche qui forme le dessus du plateau offre une surface relativement plane et des petites diaclases permettent le drainage des eaux de ruissellement.

66La couche III b, riche uniquement en mobiliers néolithiques, repose directement sur cette surface de décapage III c. Elle a été particulièrement bien observée en place dans la section 3, notamment dans les secteurs 13 à 18 (fig. 107, fig. 108 et fig. 109). Partout ailleurs, les vestiges néolithiques ont été retrouvés mélangés avec des mobiliers protohistoriques.

67Malgré les importantes perturbations causées par les réoccupations postérieures du site, qui ont même atteint souvent ces niveaux préhistoriques, on a pu distinguer des aires d’activités différenciées.

68Vers l’extrémité est du barrage, le long de celui-ci et du côté intérieur, on a pu observer que c’était le travail du bois de cerf qui dominait. Dans la section 2 (fig. 98) une concentration de fragments de pièces diverses en bois de cerf et d’outillage lithique, éclats retouchés, grattoirs, laisse supposer la présence d’un atelier où l’on fabriquait des outils en bois de cerf tels que gaines de hache, manches de poinçons, alésoirs et pics (fig. 110).

69Dans la partie centrale du barrage, dans la section 3 (fig. 98), la présence de broyeurs en grès et de meules et percuteurs en granite (fig. 118, n° 5) ainsi que de nombreux fragments de haches en roche dure (fig. 118, n° 1, n° 2, n° 3, n° 8 et n° 10) attestent sans doute l’exercice d’autres activités domestiques orientées vers la meunerie et le travail du bois.

Fig. 106. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Coupe stratigraphique, extrémité est du barrage, secteurs 1 à 19. Échelle métrique.

Fig. 107. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Coupe S-T dans la section 3, secteurs 13 à 15. Projection horizontale des mobiliers du Néolithique moyen dans la stratigraphie des structures. Les numéros figurant sous les objets renvoient aux planches de NICOLARDOT, 1993b.

Fig. 108. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Coupe Z-A dans la section 3, secteurs 13 à 15. Projection horizontale des mobiliers du Néolithique moyen dans la stratigraphie des structures.

Fig. 109. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Coupe Z-A dans la section 3, secteurs 16 à 18. Projection horizontale des mobiliers du Néolithique moyen dans la stratigraphie des structures.

Fig. 110. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Mobiliers en os et bois de cerf du Néolithique moyen.

Fig. 111. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Plan de répartition des principaux mobiliers du Néolithique moyen.

III-2-4 Les témoins de la vie quotidienne au Néolithique moyen

70Les témoins de l’occupation du camp au Néolithique comprennent de la céramique, des armes et de l’outillage lithique et osseux (fig. 111). Les mobiliers néolithiques découverts en stratigraphie, au Châtelet d’Étaules, ont été retrouvés dans les niveaux inférieurs du barrage. Extra-muros, les découvertes sont peu nombreuses, intra-muros elles ont été faites, en stratigraphie, dans la couche III b (fig. 107 à fig. 109). D’autres objets se rapportant à l’occupation néolithique du site ont été retrouvés, hors stratigraphie, dans les niveaux d’occupations postérieures des Âges des Métaux.

La céramique

71La céramique néolithique retrouvée au Châtelet d’Étaules est extrêmement fragmentée. Ce mauvais état de conservation s’explique par les longues réoccupations postérieures du site qui se sont effectuées, souvent, sensiblement sur les mêmes lieux. En effet, excepté les secteurs d’habitats proches de la limite interne du rempart néolithique, qui se sont trouvés protégés des incursions protohistoriques par l’amoncellement des matériaux qui les ont recouverts, les emplacements fréquentés par les Néolithiques ont été, par la suite, soit réoccupés, soit ont subi d’importantes transformations de la part des hommes des Âges des Métaux.

La typologie des récipients

72Le mauvais état de conservation de la céramique, dont il vient d’être fait état, ne permet de dégager que quelques aspects généraux des formes de poteries en usage sur le site au Néolithique moyen. Les fragments de cols et de bords permettent de supposer la présence de vases à fond arrondi de type bouteille comme il en a été retrouvé à Myard. Cependant, aucune forme complète de ces récipients n’a pu être reconstituée.

73Par contre, trois poteries carénées ont pu être isolées en deux types. Elles se caractérisent par un développement important de leur col légèrement éversé, par rapport à la hauteur du corps du récipient à fond oscillant. Ces objets ont été mis au jour en stratigraphie dans la couche Néolithique moyen (fig. 108, secteur 15, Pt. 4703, couche III b ; fig. 112, secteur 13, Pt. 2792, couche III b et secteur 11, Pt. 2749, couche III b ; fig. 113, nos 1 à 3).

Les éléments de préhension

74Les éléments de préhension mis au jour sont de types moins variés qu’à Myard. Quand ils sont encore en place sur la paroi d’un récipient, on les trouve sur l’épaule (fig. 114, n° 1). Cette situation n’exclut nullement la possibilité de mamelons situés en partie basse des récipients comme ils apparaissent souvent dans la céramique retrouvée dans la grotte de la Molle-Pierre à Mavilly-Mandelot (DUFAY-GALAN, 1996, fig. 6).

75Les mamelons de préhension retrouvés à Étaules présentent les types suivants : les mamelons simples sans perforation peuvent être peu apparents et tirés de la pâte de la paroi (fig. 114, n° 4) ou au contraire assez proéminents et rapportés (fig. 114, n° 2) ; les mamelons non perforés ont été rencontrés, à Étaules, moins fréquemment que ceux qui présentent une perforation.

76Comme à Myard, les mamelons simples avec perforation horizontale sont souvent de grande taille. Ils présentent le plus généralement une perforation horizontale (fig. 114, n° 6) qui pénètre à la fois dans le mamelon et la paroi du récipient. Ces perforations peuvent être faites avec un outil d’assez gros diamètre (n° 7) ou de faible section (n° 5). Ce dernier exemple offre une perforation horizontale rejetée dans la partie supérieure du mamelon.

77Les mamelons simples avec perforation verticale présentent des perforations souvent plus fines que les perforations horizontales (fig. 114, n° 3). Il n’a pas été rencontré à Étaules de mamelons à perforations verticales multiples ni de mamelons composites.

Les bords

78Le répertoire des formes de bords de céramique du Néolithique moyen se limite à deux types : les bords amincis (fig. 115, n° 4) et les bords ourlés extérieurement (fig. 115, n° 2).

Les fonds

79Les fonds plats sont minoritaires au Châtelet d’Étaules (fig. 115, n° 10), comme il a été déjà observé au Camp de Myard, les fonds oscillants étant les plus nombreux. Il reste cependant très difficile, à cause de la fragmentation excessive des pièces, de distinguer les tessons de poterie appartenant à la panse, qui peuvent se confondre avec ceux des fonds arrondis.

Les décors

80On soulignera l’absence quasi totale de décor sur la céramique néolithique d’Étaules, mis à part une impression digitale observée sur un fragment de plat à pain dont il va être question ci-après (fig. 115, n° 7).

Les récipients à usages spécialisés

81Ils sont représentés à Étaules par le fragment de plat à pain déjà mentionné, très épais, qui présente une profonde impression digitale de forme circulaire imprimée sur une de ses faces (fig. 115, n° 7). Un autre fragment de plat à pain possède un bord très légèrement souligné par un méplat en relief (fig. 115, n° 8). Ces objets, comme ceux mis au jour à Myard, ne semblent pas avoir subi l’action du feu postérieurement au moment de leur fabrication, remarque qui laisse un doute, comme nous l’avons déjà énoncé, sur l’utilisation de ces objets pour la cuisson.

Fig. 112. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Coupe F-G dans la section 3, secteurs 11 à 15. Projection horizontale des mobiliers dans la stratigraphie des structures.

Les ustensiles de puisage

82Le Châtelet d’Étaules a livré un fragment de cuillère, peu profonde, à manche plat (fig. 115, n° 6). Un fragment de boudin en terre cuite, de section légèrement elliptique, peut appartenir à ce type d’objet, cuillère ou plutôt puisoir (fig. 115, n° 9).

Les objets divers en céramique

83Dans cette catégorie d’objets on peut signaler la présence d’un petit disque de terre cuite qui présente une perforation centrale (fig. 115, n° 3) et dont l’usage reste indéterminé. Il est trop gros pour être interprété comme une perle ou une fusaïole et trop léger pour servir comme poids de métier à tisser. De même, il faut souligner la présence de fragments de faisselles en terre cuite (fig. 115, nos 1 et 5). La présence de ces objets témoigne d’activités rurales tels que l’élevage d’animaux producteurs de lait et la fabrication de fromages.

L’outillage lithique

84L’outillage lithique du Néolithique moyen du Châtelet d’Étaules comprend surtout des pièces exécutées sur des chailles. Celles-ci sont particulièrement abondantes régionalement et se rencontrent dans les niveaux moyens du Bathonien inférieur, c’est-à-dire, dans le cas d’Étaules, à mi-pente entre le sommet du plateau où est établi le camp et le lit du Suzon, petite rivière qui coule en contrebas et au nord du site. Ce matériau permet une taille comparable à celle du silex. Les chailles sont cependant moins résistantes que le silex et il en résulte une production d’outils et d’armes d’aspect plus fruste. Les fouilles révèlent, dans le niveau d’occupation des Néolithiques, la présence d’éclats et de déchets de taille sur chailles qui attestent une fabrication d’outillage lithique sur place.

Fig. 113. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Céramique carénée ou à épaulement du Néolithique moyen : 1. grande jatte à carène basse, col droit à lèvre épaissie, arrondie ; 2. jarre carénée à col éversé, lèvre amincie ; 3. bol à épaulement très marqué, grand col droit légèrement éversé, bord à lèvre arrondie.

85Les pièces en silex sont plus rares ; cependant elles ne sont pas absentes du site. Les Néolithiques d’Étaules ont surtout utilisé du silex qui aujourd’hui présente une patine blanche, plus rarement du silex blond. C’est un caractère qui différencie les industries lithiques proprement chasséennes des productions du Néolithique moyen N.M.B. Les Chasséens, marqués par des influences culturelles méridionales, ont utilisé, de préférence, du silex blond de très belle qualité. Les Néolithiques du Châtelet d’Étaules paraissent avoir été surtout soucieux d’économiser, au mieux, la matière première pour la fabrication de leurs outils de pierre. Les nucléus ont très souvent été utilisés jusqu’à la limite extrême des possibilités techniques de taille (fig. 116, n° 12). Certains ont même été sans doute réutilisés comme outils : l’un d’entre eux paraît avoir été réemployé comme “rabot” (fig. 116, n° 3).

Les armatures de flèche

86Les armatures de flèche du Néolithique moyen, au Châtelet d’Étaules comme au Camp de Myard, sont de deux types : les armatures perçantes, qui sont majoritaires, et les armatures à tranchant transversal, qui sont beaucoup moins nombreuses. Les armatures perçantes se subdivisent en deux types, celles qui ont été façonnées sur un plan triangulaire et celles qui présentent une forme générale losangique.

Fig. 114. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Céramique du Néolithique moyen : moyens de préhension non perforés et à perforations horizontales ou verticales : 1. fragment de la panse d’une grande jarre, mamelon de préhension hémisphérique sans perforation sur l’épaule ; 2. mamelon de préhension hémisphérique, sans perforation ; 3. mamelon de préhension à perforation verticale ; 4. mamelon de préhension sans perforation ; 5. mamelon de préhension hémisphérique à perforation horizontale placée dans la partie supérieure ; 6. mamelon de préhension hémisphérique à perforation horizontale ; 7. mamelon de préhension ovalaire à perforation horizontale.

Fig. 115. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Céramique du Néolithique moyen : 1 et 5. fragments de faisselles ; 2. fragment de col droit, bord à lèvre ourlée extérieurement ; 3. disque perforé en terre cuite ; 4. bord à lèvre arrondie ; 6. fragment de cuillère ; 7. fragment épais de « plat à pain », décor d’une impression profonde circulaire sur une face ; 8. fragment de bord de « plat à pain » ; 9. fragment d’un petit boudin de section ovalaire (manche de cuillère ou anse ?) ; 10. fragment de gobelet à fond plat, base mousse.

Fig. 116. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Outillage lithique du Néolithique moyen : grattoirs, lames retouchées, burin, nucléus : 1. éclat retouché ; 2. lame retouchée ; 3. nucléus rabot ; 4. éclat retouché : 5. burin sur éclat, silex ; 6. pointe retouchée, chaille ; 7. grattoir massif ; 8. fragment d’une grande lame retouchée, silex ; 9. éclat retouché ; 10. grattoir, silex ; 11. grattoir sur éclat, silex ; 12. nucléus.

87Les armatures de flèche triangulaires dominent ; elles possèdent soit une base droite (fig. 117, n° 1), soit une base légèrement concave (n° 8), soit encore une base convexe (n° 2). On notera que les exemplaires provenant d’Étaules sont de plus petites tailles que ceux trouvés à Myard. Il en est de même pour les armatures de flèche losangiques à amorces d’ailerons (fig. 117, n° 5).

88La chaille a été employée pour la confection des armatures à tranchant transversal, mais ces dernières restent exceptionnelles (fig. 117, nos 9 à 13 et n° 16).

Les grattoirs

89En chaille ou en silex, les grattoirs retrouvés à Étaules peuvent être confectionnés sur éclat mince (fig. 117, n° 25) ou massif, de petite ou moyenne tailles (n° 8). Certains présentent une forme sub-circulaire ou discoïde (fig. 117, nos 26 et 23). La présence de grattoirs sur gros éclat est également attestée (fig. 116, n° 10).

Les alésoirs

90L’outillage lithique comprend également des pièces appointées présentant des traces d’utilisation qui peuvent laisser supposer qu’elles ont été utilisées comme alésoirs (fig. 118, n° 9).

Les haches

  • 14 L’aphanite est absente du site de Myard.

91De nombreux fragments de haches, en roche dure polie, ont été mis au jour au Châtelet d’Étaules (fig. 119). Un seul fragment est en aphanite (fig. 118, n° 10)14. Une hache a été retrouvée complète (fig. 118, n° 8 et fig. 120) en stratigraphie (fig. 108, secteur 14, Pt. 4374, couche III b). Certains fragments importants permettent de supposer l’utilisation de haches de grande taille (fig. 118, nos 4 et 7).

Fig. 117. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Outillage lithique du Néolithique moyen, armatures de flèches perçantes : 1. triangulaire, en silex, base droite, retouches envahissantes ; 2. losangique, silex, retouches envahissantes ; 3. triangulaire, à base droite irrégulière, silex ; 4. triangulaire à base droite, silex, retouches bi-faciales ; 5. losangique, silex ; 6. triangulaire à base droite, éclat de silex ; 7. à base droite, retouches bi-faciales, silex ; 8. en chaille ; 9. à tranchant transversal, silex ; 10. à tranchant transversal, chaille ; 11. à tranchant transversal, silex ; 12. à tranchant transversal, chaille ; 13. à tranchant transversal, silex ; 14. triangulaire à base droite, retouches envahissantes, silex ; 15. fragment d’armature de flèche perçante, silex ; 16. tranchante, silex : 17. lame retouchée, couteau, chaille ; 18. éclat retouché, chaille ; 19. pointe triangulaire, alésoir, chaille ; 20. grande lame retouchée, silex ; 21. grattoir, silex ; 22. éclat retouché, chaille ; 23. grattoir circulaire, retouches envahissantes, chaille ; 24. pointe massive à retouches bi-faciales, chaille ; 25. grattoir sur éclat, chaille ; 26. grattoir discoïde, chaille.

Fig. 118. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Outillage lithique du Néolithique moyen : 1-8 et 10. fragments de haches en roche dure polie ; 5. percuteur cubique ; 9. alésoir.

Fig. 119. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Outillage lithique du Néolithique moyen : haches en roche dure polie.

Les percuteurs

92On notera la présence à Étaules d’un percuteur cubique (fig. 118, n° 5). Par ailleurs, certaines haches, qui portent des impacts de percussion sur le talon, ont certainement été réemployées comme percuteurs (fig. 118, n° 8 et fig. 120).

L’industrie osseuse

93Le bois de cerf, l’un des animaux sauvages les plus représentés au Néolithique, ainsi que l’os, ont été utilisés à Étaules pour la fabrication de gaines de hache ou d’outils (fig. 110). De nombreux petits fragments de débitage, comme il en a été observé sur beaucoup d’autres sites, notamment en Franche-Comté (BILLAMBOZ, 1977), montrent qu’au Néolithique moyen, le bois de cerf n’est pas utilisé avec parcimonie comme il le sera au Néolithique final, période pendant laquelle la quasi totalité de la ramure sera utilisée (PÉTREQUIN A.-M., 1977, p. 92). Au Néolithique moyen, ce sont les bois de mue qui sont utilisés : ils sont dépourvus du pédicule qui les rattache à l’ossature crânienne, appendice osseux que l’on retrouve uniquement sur les bois de massacre recueillis sur les animaux abattus au cours de chasses.

Les gaines de hache

94Au Châtelet d’Étaules, les gaines de hache en bois de cerf sont toutes du type en manchon entièrement décortiqué (fig. 121, nos 1, 2, 3 et 6).

Les manches d’outils

95Des sortes de gaines, de petit diamètre, à perforation longitudinale centrale et relativement étroite, ont pu être employées comme emmanchements pour de petits outils (fig. 121, nos 5 et 7). L’un de ces manches présente un décor composé de stries parallèles incisées groupées deux par deux (fig. 121, n° 4). La présence de ces types de manches est fréquente dans les niveaux du Néolithique moyen N.M.B. des habitats de hauteur fortifiés. Ils sont attestés au Camp de Myard (fig. 49, nos 3 et 4), au Mont-de-Marcilly à Marcilly-sur-Tille, où ils se différencient cependant des exemplaires retrouvés à Myard et Étaules par leurs dimensions particulièrement plus importantes. L’évidement intérieur de ces objets, légèrement inférieur à 2 cm, semble indiquer qu’ils n’ont pas été conçus pour recevoir une hache, mais un outil du type gros poinçon ou alésoir (PLANSON, 1969, p. 77- 78, pl. XLV, n° 1). En dehors du département, mais dans des zones limitrophes, on les retrouve également, toujours dans les niveaux N.M.B., comme au Camp de Chassey (Saône-et-Loire) ou à la Vergentière à Cohons (Haute-Marne) (LEPAGE, 1977 ; 1992, p. 137-140, fig. 129, nos 1 à 14). Plus à l’est, en Franche-Comté, on retrouve également des manches d’outils confectionnés dans du bois de cerf. On peut citer un exemplaire très comparable à ceux découverts à Myard ou à Étaules provenant également d’habitats de hauteur fortifiés, comme celui du Camp de Moulin-Rouge à Lavans-lès-Dole (Jura) (PÉTREQUIN A.-M., 1977, p. 94, fig. 53, n° 5). Cette pièce, taillée dans un segment d’andouiller, présente une perforation intérieure oblique certainement pas accidentelle et permettant une prise de l’outil sous le meilleur angle. La présence de ces manches est certainement significative d’activités importantes orientées vers la couture de peaux et de textiles à l’aide de poinçons et d’alênes emmanchées.

Fig. 120. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Outillage lithique du Néolithique moyen : hache en roche dure polie, dont le talon a servi de percuteur.

Fig. 121. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Outillage en bois de cerf du Néolithique moyen : 1. fragments d’une gaine de hache, type en manchon ; 2. gaine de hache, type en manchon ; 3. fragment de gaine de hache, type en manchon ; 4. petit manche d’outil, décor de stries parallèles disposées par groupes de deux ; 5. grand manche d’outil ; 6. fragment de gaine de hache, type en manchon ; 7. petit manche d’outil.

Les poinçons

96Confectionnées sur des fragments d’os longs, des pièces effilées, utilisées sans doute comme poinçons, ont été mises au jour (fig. 122, nos 5, 6 et 10). Très souvent, l’extrémité distale de ces objets est brisée.

Les lissoirs

97Des outils, façonnés sur un fragment d’andouiller de bois de cerf, présentant une pointe mousse et une surface chanfreinée par frottement, ont pu être utilisés comme lissoirs, notamment par les potiers (fig. 122, n° 4).

Les alésoirs et retouchoirs

98Toujours confectionnés en bois de cerf, d’autres outils, plus gros que les lissoirs et présentant une extrémité à pointe mousse sans chanfrein, ont pu servir d’alésoirs (fig. 122, nos 11, 14 et 15). Le Châtelet d’Étaules a aussi livré un alésoir tiré d’un fragment d’os long (n° 8). L’extrémité d’un outil présentant une sorte de renflement (n° 9) est à rapprocher d’un type de retouchoir connu dans la grotte de la Baume à Gonvillars (Haute-Saône) (BILLAMBOZ, 1977, pl. 35, n° 1).

Les ciseaux

99L’os a également été employé pour fabriquer de petits ciseaux, objets qui ont pu aussi être utilisés comme spatules (fig. 122, nos 1 à 3).

Les pics en bois de cerf

100Des fragments de bois de cerf, tirés d’andouillers ou d’épois de grandes tailles, présentent des traces d’utilisation à leur extrémité distale. Il s’agit sans doute de pics (fig. 122, nos 7 et 12) qui ont pu servir au travail de la terre. Le premier de ces outils a été retrouvé en stratigraphie dans la section 3, coupe Z / A (fig. 133, secteur 11, Pt. 5546, couche III b).

Fig. 122. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Outillage en bois de cerf et en os du Néolithique moyen : 1-3. ciseaux en os ; 4. fragment de lissoir en bois de cerf ; 5, 6. poinçons en os ; 7. extrémité de pic en bois de cerf ; 8. fragment d’os brûlé travaillé ; 9. extrémité d’objet en bois de cerf, travaillé ; 10. fragment de poinçon en os ; 11. extrémité d’alésoir en bois de cerf ; 12. grand pic en bois de cerf ; 13. perle tubulaire en os ; 14. extrémité d’alésoir en bois de cerf ; 15. extrémité d’alésoir en bois de cerf ; 16. pendeloque en os.

Les objets de parure en os

101Les seuls objets de parure remontant au Néolithique moyen et livrés par les fouilles récentes au Châtelet d’Étaules, sont une pendeloque confectionnée dans un petit os qui a été perforé à proximité d’une de ses mpoulies articulaires (fig. 122, n° 16) et un petit os creux, vraisemblablement d’oiseau, qui a été scié pour fabriquer une perle tubulaire dont une des extrémités est conservée (fig. 122, n° 13).

III-3 Le Châtelet d’Étaules au Néolithique final (IVe au IIIe millénaire avant J.-C.)

102À l’extrémité nord-est du plateau, les fouilles ont montré l’existence d’un aménagement sous la forme d’une murée (fig. 123) venant renforcer la faiblesse de la défense naturelle due à l’absence de falaise abrupte en ce secteur du site.

III-3-1 Les témoins de la vie quotidienne au Néolithique final

103Quelques rares mobiliers attribuables typologiquement au Néolithique final ont été retrouvés disséminés aussi bien dans les niveaux d’habitat du Néolithique moyen que dans ceux des Âges des Métaux (fig. 124). Ils comprennent de la céramique, extrêmement fragmentée, pour laquelle aucune forme entière de récipient n’a pu être reconstituée, et de l’industrie lithique.

104Ces objets ont été en majorité retrouvés en contexte hétérogène dans les niveaux d’habitats situés à la base même du barrage, intra-muros. Là, sur une couche de terre qui n’excède pas 70 cm au-dessus du substrat rocheux du plateau, toutes les occupations du site se sont succédé, depuis le Néolithique jusqu’au Hallstatt final.

105En stratigraphie, dans la couche III b de la section 3, on notera la présence des éléments de préhension, secteur 13, Pt. 3244, couche III b (fig. 112), secteur 16, Pt. 4888, couche III b (fig. 125) et secteur 18, Pt. 4683, couche III b (fig. 109). De même, toujours en stratigraphie, il faut mentionner une armature de flèche retrouvée dans la structure défensive élevée au Néolithique final, en bordure et au nord-est du plateau, secteur 5, Pt. 4807 (fig. 123).

La céramique

106La céramique attribuable au Néolithique final comprend uniquement des éléments de préhension. On peut distinguer des types très exceptionnels comme celui à languette courte et trapue avec pincement digital (fig. 126, n° 10) ou l’anse en ruban (n° 8). On notera également la présence de diverses préhensions telles que mamelons proéminents (n° 6), ovalaires (n° 4) et bourrelets sous le bord (fig. 126, nos 3, 5, 7 et 9).

L’industrie lithique

107L’industrie lithique pouvant être rapportée au Néolithique final reste, comme à Myard, très modeste. Elle est représentée par des outils et des armes en silex qui comprennent une lame massive retouchée (fig. 127, n° 1) et un fragment de scie à coches (n° 4) ainsi que deux armatures de flèche perçante à ailerons et pédoncule (fig. 127, nos 2 et 3).

III-4 Le Châtelet d’Étaules au Bronze finaL (IXe siècle avant J.-C.)

108Le Châtelet d’Étaules n’a pas été occupé pendant le Bronze ancien ni au Bronze moyen. Aucun mobilier mis au jour au cours de nos fouilles ne peut être attribué à ces périodes. C’est à l’extrême fin de l’Âge du Bronze, au ixe siècle avant J.-C., qu’il faut attribuer la construction des ouvrages défensifs implantés et élevés au-dessus des ruines des constructions néolithiques. Comme à Myard, un hiatus d’environ quatorze siècles sépare le premier abandon du Châtelet d’Étaules, au Néolithique final, de sa réoccupation au Bronze final.

109Au sommet de la masse d’éboulis de l’ensemble « habitat et fortification » du Néolithique, on trouve à nouveau, sur toute la longueur du barrage (80 m), une succession d’ouvrages défensifs élevés au cours des Âges des Métaux (fig. 128).

III-4-1 Le rempart du Bronze final

110Le rempart du Bronze final est une muraille parementée complexe élevée en pierres sèches avec charpente interne de bois (fig. 99, n° 3 et fig. 129, structure II). Elle s’étend sur toute la longueur du barrage. Aucun dispositif d’entrée n’a été reconnu. Il nous semble que le rempart était continu et que l’entrée du camp, pour cette période d’occupation, empruntait, comme à Myard, un défilé dans le rebord des roches au nord-est du camp (fig. 81, n° 2). Les pierres de parement du rempart présentent un module à peine plus important que celles qui forment la masse de l’ouvrage.

Fig. 123. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Coupe nord-est dans la section 9. Projection horizontale des mobiliers du Néolithique final dans la stratigraphie des structures.

Fig. 124. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Plan de répartition des principaux mobiliers du Néolithique final.

Fig. 125. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Coupe F-G, secteur 3, dans la section 9. Projection horizontale des mobiliers du Néolithique final dans la stratigraphie des structures.

Fig. 126. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Céramique du Néolithique final : moyens de préhension non perforés : 1. bourrelet placé sur le bord ; 2. bord arrondi sous lequel on trouve un mamelon ovalaire ; 3. bourrelet horizontal ; 4. bord droit à lèvre amincie sous lequel on voit un mamelon ovalaire horizontal ; 5. col droit, bord à lèvre arrondie, préhension formée d’un bourrelet horizontal ; 6. tesson présentant une languette horizontale fine et proéminente ; 7. bord à lèvre ourlée sous lequel on trouve une préhension formée d’un mamelon ; 8. tesson avec l’amorce d’une anse en ruban ; 9. bord à lèvre plate sur laquelle se trouve un bourrelet ; 10. fragment de l’épaule d’un récipient avec mamelon ovalaire horizontal à dépression pincée.

Fig. 127. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Outillage lithique du Néolithique final : 1. lame massive retouchée ; 2, 3. armatures de flèche à pédoncule et ailerons ; 4. scie à coches.

Fig. 128. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Façade extérieure du barrage, élévation consolidée des remparts successifs (Néolithique moyen et final, Âge du Bronze final et premier Âge du Fer).

Fig. 129. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Coupe est, section 3, du barrage du Châtelet d’Étaules. Vue de détail de la coupe suivant une section nord-sud perpendiculaire à l’axe longitudinal du barrage, des secteurs 18 à 35. IA. rempart de pierres sèches à poutrage interne en bois (Hallstatt final) ; Ib. glacis en tuf du Hallstatt final ; Ic. couche cendreuse et charbonneuse de destruction des structures défensives du Hallstatt ancien ; Id. semelle de fondation du rempart du Hallstatt final reprenant des matériaux de structures du Bronze final/Hallstatt ancien ; II. rempart du Bronze final à parements externe et interne ; IIb. éboulis pierreux du rempart du Bronze final ; IIc. couche cendreuse et charbonneuse de destruction de structures du Bronze final ; IIIA. rempart du Néolithique moyen, structure défensive en petites plaquettes ; IIIB. rempart primaire du Néolithique retrouvé sous l’aspect d’un massif pierreux formé de très gros blocs ; IIIc. niveau de défrichage du Néolithique moyen ; IV. roche en place du Bathonien supérieur.

111Quelques observations intéressantes ont été faites sur les techniques de construction de ce rempart dont l’appareil varie d’un point à un autre.

112La coupe pratiquée dans cette structure défensive a révélé l’originalité d’une technique de construction inconnue jusque là dans les remparts de l’Âge du Bronze et qui peut trouver son origine dans une architecture défensive à caissons de bois rencontrée au Néolithique final à Moulins-sur-Céphons (Indre) sur le Camp des Châtelliers (DUVAL, BUCHSENSCHUTZ, 1979).

113Les fouilles du Châtelet d’Étaules montrent qu’entre le xe et le viiie siècle avant J.-C. le bois peut prendre une place prépondérante dans l’armature interne des ouvrages défensifs en pierres. Le rempart du Bronze final présente un système de poutrage relativement bien équerré qui a été mis en place avant la construction des parements et le remplissage de pierres. À la base de cette construction, ce sont des troncs d’arbres qui ont été utilisés (fig. 130). Vers la partie supérieure de cet ouvrage, la section des pièces de bois horizontales diminue tandis que les poteaux verticaux conservent leur important diamètre de 0,50 m sur toute la hauteur de l’ouvrage. On notera, particulièrement bien visible dans la partie médiane et supérieure de la masse de pierres sèches du rempart du Bronze final, l’emplacement d’un trou de poteau dont l’aménagement s’est trouvé conservé dans la structure II (fig. 129, secteur 23).

114Cette innovation architecturale en matière de rempart préfigure les constructions que l’on retrouvera à La Tène finale, dans lesquelles des caissons de bois, rendus solidaires par des grandes fiches de fer, assureront le maintien et la liaison des pierres des structures défensives.

Une sépulture votive à la base du rempart du Bronze final

115La structure défensive du Bronze final du Châtelet d’Étaules se singularise par la découverte d’une sépulture collective de cinq ou six foetus (fig. 131) déposés avec soin à sa base. Ces restes humains ont été protégés avec soin sous un loculus de grandes dalles s’appuyant sur les deux premières assises du parement extérieur du rempart. Lors du dégagement de la façade du rempart, ce dispositif n’avait pas été distingué mais confondu avec les éboulis des parties supérieures de la construction. Ce n’est qu’en procédant au relevé de la façade que la nature même des dalles, de grande taille mais d’épaisseur moindre que celles employées dans la maçonnerie du rempart, a attiré l’attention et conduit à la mise au jour de la tombe. Ce dépôt funéraire révèle l’existence de croyances religieuses liées à l’acte de fondation (fig. 132, à la limite des secteurs X/Y, au point S).

116En effet, contrairement à ce qu’il a été généralement observé ailleurs, comme au Camp de César à Catenoy (Oise), ces ossements humains ne sont pas en situation détritique (DEBUT, MASSET, 1991). Il y a au Châtelet d’Étaules la manifestation de la symbiose de l’expression d’un culte et du rôle social du fondateur de la bourgade fortifiée. Les exemples de dépôts funéraires de fondation ne manquent pas dans le monde celtique (porte est de l’oppidum de Manching, Engehalbinsel Berne - Suisse), mais les restes humains retrouvés dans les fondations du rempart du Bronze final du Châtelet d’Étaules et le long de la façade du rempart néolithique moyen de Myard révèlent l’ancienneté de ce type de dépôts votifs.

Continuité dans l’aménagement des structures défensives

117C’est au Bronze final IIIb, aux environs du ixe siècle, que l’ouvrage commencé un ou deux siècles plus tôt a été réaménagé. Ces reprises dans la construction sont illustrées par des assises irrégulières qui marquent, de place en place, les réfections faites au cours des temps. On a pu noter ainsi des recalages et des nivellements effectués sur les emplacements de certaines pièces de bois détruites par incendie. Tout au long de ces travaux, la technique de construction reste la même. Le charpentage de bois précède toujours la mise en place des remplissages ou des parements de pierres.

118Le système défensif du ixe siècle se présente comme un colossal ouvrage alliant la pierre et le bois, élevé par terrasses successives recouvrant les ruines laissées par les occupations antérieures du Néolithique moyen, Néolithique final et du Bronze final IIb / IIIa, entre le IVe millénaire et le xe siècle avant J.-C. (fig. 128, fig. 129 et fig. 130). Cette pratique architecturale s’apparente aux constructions, contemporaines de l’Âge du Bronze, établies sur sablières basses sur lesquelles viennent prendre appui des poteaux verticaux (PÉTREQUIN, 1983, p. 363-365).

119Dans ce rempart, les structures de pierres sont composées de grandes dalles de calcaire grossièrement bioclastiques et oolithiques (fragments de bryozoaires, lamellibranches, échinodermes et oolites avec couches concentriques de calcite), aujourd’hui souvent fractionnées par le gel, mais dont certaines présentent encore une longueur d’environ 1,30 m pour une épaisseur comprise entre 25 et 30 cm. Ces pierres ont été arrachées dans des affleurements de la dalle nacrée.

120Le bois utilisé dans le charpentage de la structure défensive de l’Âge du Bronze a été retrouvé carbonisé ou fossilisé. Ce dernier type de conservation est dû à un phénomène de pétrification qui s’est produit au cœur de la fortification du fait d’un transport de carbonate de calcium par le ruissellement des eaux de pluie qui s’infiltrent après avoir traversé un dépôt de tuf rapporté plus tard, au premier Âge du Fer, au-dessus du rempart du ixe siècle. Les pièces de bois horizontales sont toujours disposées d’équerre (fig. 130). Il n’a pas été retrouvé de fiches métalliques aux intersections ; celles-ci n’apparaissent qu’à partir du deuxième Âge du Fer, et l’obser vation des fibres de bois conservées permet de penser que les liaisons se faisaient par assemblage.

Fig. 130. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Secteurs X à B / 17 à 20, section 3. Plan de détail montrant la présence de pièces de bois orthogonales dans le rempart du Bronze final.

Fig. 131. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Secteur X, section 3. Dépôt votif de foetus humains dans les fondations du rempart du Bronze final.

Fig. 132. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Secteur X, section 3. Localisation dans l’élévation du parement extérieur du barrage du dépôt votif de foetus humains placé dans les fondations du rempart du Bronze final (S).

III-4-2 Les structures d’habitat du Bronze final

121Si les hommes du Bronze final ont laissé des témoins mobiliers assez nombreux, qui permettent de situer leur aire d’occupation entre les secteurs 9 et 12 (fig. 239), il n’a été possible de discerner, à la fouille, que deux types de structures rappelant des vestiges de construction pouvant, avec précision, être datés de cette époque.

122Dans la partie médiane du barrage et parallèlement à celui-ci, on a retrouvé un bourrelet de pierres calcifiées, extrêmement dur, surmonté d’une importante couche de charbon de bois qui recouvrait un foyer d’argile sur une surface rectangulaire de 1 m × 0,50 m. Cette structure d’habitat a livré un mobilier modeste mais cependant représentatif du Bronze final. On notera particulièrement la présence de deux fragments de céramique cannelée (fig. 143, nos 2 et 3), que l’on peut attribuer à des gobelets à épaulement du type Rhin-Suisse-France orientale et dont un autre exemplaire a été mis au jour dans la section 5 (fig. 136, secteur 2, Pt. 2603 ; fig. 142 et fig. 143, n° 1). À cette céramique viennent s’ajouter des fragments de bords à lèvre à méplat (NICOLARDOT, 1993b, pl. 115, n° 4) ou ourlée (Ibid., pl. 114, n° 10). Ce massif pierreux a été observé en plan sur une quinzaine de mètres de longueur, des secteurs Q à F / 11 à 12 (fig. 239). Il correspond sans doute à la limite sud de constructions en pierres qui possédaient, comme le rempart, un très important charpentage de bois. On notera, entre cette limite et le nu du parement intérieur du rempart du Bronze final, un espace d’environ 2 m de largeur dans lequel aucun objet n’a été retrouvé. Il s’agit là d’un aménagement permettant une libre circulation entre les habitats et le rempart. Il faut souligner cependant, que le parallélisme observé entre ces deux structures, montre bien qu’il existe, à un moindre degré qu’au Néolithique, une relation entre les constructions d’habitat et les ouvrages défensifs. Ces observations sont confirmées par la lecture des différentes coupes pratiquées dans la section 3, Z-A (fig. 133), F-G (fig. 112), J-K (fig. 134), et S-T (fig. 135), dans la section 5, secteurs 1-5 (fig. 136), et dans la section 10, secteurs 6-11 (fig. 137).

123Vers l’extrémité ouest du barrage, toujours sur son flanc intérieur, un autre type de structure indique l’implantation d’habitats du Bronze final. Il s’agit d’un sol horizontal composé d’une couche d’argile de couleur beige rosé, épaisse de 2 cm, qui a été retrouvé, sous la forme de grandes plaques, dans les secteurs 8 et 9 (fig. 137). Ce revêtement compact reposait sur un lit de petites dallettes de calcaire. C’est un aménagement soigné venant buter sur un massif calcifié qui n’est pas sans rappeler la structure précédemment décrite. La conservation de ce sol est sans doute due au fait que les lieux n’ont pas été réutilisés ultérieurement. Parmi les objets retrouvés sur ce sol on peut noter la présence d’une épingle en bronze à tête piriforme soigneusement gravée de motifs curvilignes (fig. 139, n° 2) qu’accompagnaient de nombreux types de poteries : urnes biconiques, fragments de céramique décorés de cordons impressionnés ou torsadés, de cannelures et de lignes d’incisions obliques parallèles (fig. 137, secteur 9, Pt. 6174, couche II d).

III-4-3 Les témoins de la vie quotidienne au Bronze final

124Les marqueurs de la seconde grande occupation du site, après son abandon au IIe millénaire avant J.-C., se retrouvent, comme précédemment, sur le versant intérieur du barrage, avec cependant un décalage notable dans la direction du nord, vers l’intérieur du camp. Ce déplacement de l’habitat est conditionné par l’implantation du colossal rempart du Bronze final (fig. 138). Celui-ci s’étend du secteur 15 au secteur 26, soit sur une largeur à la base, mesurée entre les parements intérieur et extérieur, égale à 12 m environ (fig. 239). Ce rempart du Bronze final est construit directement sur les ruines de l’ouvrage défensif et des structures d’habitat du Néolithique, ce qui a contribué à leur conservation.

Les mobiliers métalliques

Les objets de parure en bronze

125Les épingles. Les objets de parure métallique appartenant au Bronze final sont représentés par deux épingles de bronze. L’une est une épingle à tête sphérique, pleine, légèrement piriforme, qui présente un décor géométrique très finement gravé sur toute la surface de la tête et la partie proximale de la tige (NICOLARDOT, 1986c, p. 379, fig. 4). Cette ornementation se poursuit, sur la tige, par des lignes parallèles. Sur la tête, le graveur a tracé des demi-cercles parallèles et concentriques, alternés par rapport à deux lignes parallèles équatoriales, auxquelles s’ajoutent des motifs linéaires traités aux petits points et des lignes parallèles concentriques aux deux pôles (fig. 139, n° 2). Cet objet a été obtenu au moule, le décor ayant été par la suite ciselé. C’est un type d’épingle bien connu, au Bronze final III, à l’est de la Bourgogne. On peut en signaler plusieurs dizaines, voire des centaines dans les palafittes suisses (RYCHNER-FARAGGI, 1993), comme à Corcelette où l’on en a recensé deux exemplaires (DÉCHELETTE, 1910, p. 324, fig. 127, n° 4 ; ÉLUÈRE, 1972, p. 97, fig. 123), à Auvernier (BRIARD et alii, 1977, p. 147-148, fig. 509 ; RYCHNER, 1979) et en Allemagne du Sud (MÜLLER-KARPE, 1959, pl. 193, nos 1-2). Régionalement, en Côte-d’Or, n’ont été retrouvés jusqu’ici que deux exemplaires de ce type de parure. Outre celle d’Étaules, une épingle d’un type proche est conservée au musée des Antiquités Nationales à Saint-Germain-en- Laye. Elle provient de Saint-Romain (Côte-d’Or), sans plus de précision d’origine. On peut supposer qu’elle a été trouvée dans l’important gisement du Verger, étudié actuellement par Serge Grappin, site qui a connu une très importante fréquentation au Bronze final (GRAPPIN, 1984).

Fig. 133. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Coupe Z-A dans la section 3, secteurs 10 à 12. Projection horizontale des mobiliers du Bronze final dans la stratigraphie des structures.

Fig. 134. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Coupe J-K dans la section 3, secteurs 6 à 10. Projection horizontale des mobiliers du Bronze final dans la stratigraphie des structures.

126La deuxième épingle est du type à enroulement proximal (fig. 139, n° 1) (NICOLARDOT, 1983a, p. 192, fig. 2, n° 1). Ce modèle est obtenu à partir d’une tige de bronze de section circulaire dont une des extrémités est appointée et l’autre aplatie par martelage et enroulée. Le type est connu dès le Bronze ancien, mais ces premiers exemplaires sont généralement plus petits et confectionnés en cuivre. Les épingles à enroulement proximal du Bronze final sont très répandues dans les habitats palafittiques et leur usage se poursuit pendant le premier Âge du Fer. L’environnement céramique de l’épingle d’Étaules permet de penser qu’elle appartient bien au Bronze final III (fig. 133, secteur 11, Pt. 2339, couche II d).

127Le bracelet. Le Châtelet d’Étaules a livré un morceau de bracelet en bronze présentant un décor de lignes gravées longitudinalement (fig. 140, n° 4). Ce fragment a été réutilisé comme armature de flèche, deux perforations circulaires ayant été pratiquées pour son maintien par un lien sur la hampe de bois. Son extrémité distale appointée est aujourd’hui émoussée. C’est un modèle de flèche à rapprocher des armatures, du « type du Bourget », qui vont suivre.

Les armes en bronze et en fer

128Les armes métalliques protohistoriques sont extrêmement peu nombreuses sur les sites d’habitats fortifiés de hauteur.

Les armatures de flèches métalliques

129En provenance du Châtelet d’Étaules, outre le fragment de bracelet réutilisé comme pointe de flèche, on peut signaler trois armatures de flèches triangulaires en tôle de bronze ou de fer, qui possèdent deux petites perforations pour la fixation à la hampe en bois. L’exemplaire en bronze (fig. 140, n° 1) présente deux perforations carrées et provient de la section 6, à l’extrémité est du barrage. Les deux autres en tôle de fer se différencient entre elles par leur taille. L’une est de grande taille avec deux perforations également carrées et une légère nervure longitudinale médiane (fig. 140, n° 3) ; elle a été trouvée le long du parement extérieur du rempart du Bronze final. L’autre, plus petite, possède deux perforations circulaires (fig. 140, n° 2) et a été mise au jour dans l’habitat, couche II d, Pt. 416, secteur 10 (fig. 133).

Fig. 135. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Coupe S-T dans la section 3, secteurs 7 à 9. Projection horizontale des mobiliers du Bronze final dans la stratigraphie des structures.

130Ces types d’armatures de flèches, dont les exemplaires en tôle de bronze sont très fréquents dans les palafittes, se rencontrent, aussi bien à l’ouest qu’à l’est de la Bourgogne, dans des gisements datés du Bronze final IIIb et du tout début du premier Âge du Fer. La grotte du Quéroy (Charente) en a livré deux exemplaires (GOMEZ, 1980, p. 78, fig. 68, nos 14 et 15). Plus près de nous et toujours à l’ouest de notre région, une armature triangulaire en tôle de fer, à deux perforations circulaires, provient du site de transition Bronze final / Hallstatt des Grandes-Chapelles à Brion (Indre) (BUCHSENSCHUTZ et alii, 1979, p. 410, fig. 4, n° 3), ainsi qu’une autre trouvée dans une sépulture du tumulus n° 8 de Glandon (Haute-Vienne) (BOISSEAU, LAMBERT, 1975). En Bourgogne, outre les exemplaires du Châtelet d’Étaules, on rappellera ceux du Camp de Myard (fig. 77, nos 1 à 3) et du Camp de Chassey (Saône-et-Loire).

Fig. 136. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Coupe nord-sud dans la section 5, secteurs 1 à 5. Projection horizontale des mobiliers du Bronze final dans la stratigraphie des structures.

Fig. 137. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Coupe dans la section 10, secteurs 6 à 11. Projection horizontale des mobiliers du Bronze final dans la stratigraphie des structures.

Fig. 138. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Plan de répartition des principaux mobiliers du Bronze final.

L’outillage en bronze

Les poinçons

131L’outillage en bronze n’est représenté sur le Châtelet d’Étaules que par deux poinçons, l’un étant complet (fig. 141, n° 1) et l’autre fragmentaire (fig. 141, n° 2).

La céramique

132Les niveaux d’habitat du Châtelet d’Étaules ont livré un assez abondant matériel céramique protohistorique.

Les récipients et leurs décors

133En ce qui concerne la période du Bronze final, on rappellera la présence du gobelet caréné à épaulement étroit, col droit, décoré de lignes et d’incisions parallèles (fig. 142 et fig. 143, n° 1), bien retrouvé en stratigraphie (fig. 136, secteur 2, Pt. 2603, couche II d), ainsi que celle de tessons ornés de cannelures fines qui appartiennent sans doute à deux poteries distinctes de même type du Bronze final II b / III a (fig. 143, nos 2 et 3). C’est un type de céramique qui a fait l’objet d’une mise au point au cours d’un colloque qui s’est tenu à Nemours en 1986 et qui a été défini comme appartenant au groupe Rhin-Suisse-France orientale (R.S.F.O.). Régionalement, on peut rapprocher cette céramique des nombreux exemplaires retrouvés en 1842 dans une sépulture par inhumation en fosse à Aiserey (Côte-d’Or) (fig. 200) (GAULIN, 1847 ; NICOLARDOT, 1968, p. 98-102, pl. 28 ; NICOLARDOT, 1986c, pl. 3, nos 1 à 6) ou encore de l’exemplaire du site du « Verger » à Saint-Romain (Côte-d’Or) (GRAPPIN, 1980, p. 23, pl. 2, fig. 11).

134Du Châtelet d’Étaules, on peut encore signaler, comme représentatif de la belle poterie décorée du Bronze final III, un fragment d’assiette à bord éversé, lèvre à marli et fond plat, décorée intérieurement de triangles et de losanges incisés et incrustés de pâte blanche (fig. 144). À cette céramique de qualité, on peut ajouter des décors géométriques peints en relief (fig. 145, n° 4), exécutés à la barbotine (fig. 145, n° 5 ; fig. 146, nos 1 et 2) ou au graphite (fig. 145, nos 1, 2, 3 et 6) ou encore formés d’incisions triangulaires en ligne (fig. 147). Les récipients ornés de cannelures larges ou fines sont bien représentés par des jattes, qui peuvent atteindre une taille assez importante (fig. 145, n° 7), ou des urnes (fig. 148, n° 2).

135La céramique commune est très souvent ornée d’un cordon horizontal qui peut être torsadé (fig. 149, n° 2) ou impressionné au doigt (fig. 149, n° 1) ou encore porter des incisions obliques faites à l’ongle (fig. 149, n° 3).

136Au Bronze final, les moyens de préhension sont rares. On peut signaler quelques anses en ruban avec un tenon de fixation (fig. 150, nos 1 à 3).

137Jattes et urnes sont certainement les formes les plus courantes dans la céramique du Bronze final au Châtelet d’Étaules. Les jattes possèdent toujours un bord rentrant dont la lèvre peut être amincie (fig. 148, n° 3), aplatie à méplat intérieur (fig. 148, n° 5), ourlée vers l’intérieur (fig. 148, n° 6) ou vers l’extérieur (fig. 151, n° 4). Ces céramiques, de forme très dépouillée, ont cependant un profil très étudié et leur surface est souvent soigneusement lustrée. Des empreintes de textiles ont été parfois observées sur la surface extérieure des poteries (fig. 149, n° 1 et fig. 151, n° 6). Les urnes, aussi parfois de grande taille, peuvent être biconiques (fig. 148, n° 1), bitronconiques (fig. 148, n° 2) ou présenter un épaulement (fig. 151, n° 1).

138À ces formes, on peut ajouter d’autres moins représentées comme les bols à bord rentrant (fig. 148, n° 4).

139Les fonds sont le plus généralement plats ; exceptionnellement ils peuvent être à base annulaire et concave (fig. 151, n° 5) ou à pied creux (fig. 151, n° 3).

Les objets en terre cuite

Les fusaïoles

140Souvent retrouvées très fragmentées, les fusaïoles témoignent sur le Châtelet d’activités de tissage. Elles ont été retrouvées en stratigraphie (fig. 135, secteur 8, Pt. 5212, couche I f ; secteur 9, Pt. 5476, couche I f). On a pu distinguer différents types de ces menus objets, à dépression centrale (fig. 152, n° 1), à décor impressionné (n° 5), biconique décorée de côtes verticales (n° 6), en toupie (n° 4) et bitronconique (fig. 152, n° 3).

Une perle

141Une seule perle en terre cuite a été retrouvée ; elle possède, comme certaines fusaïoles, une dépression centrale (fig. 152, n° 2).

Fig. 139. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet. Parures en bronze du Bronze final : 1. épingle à enroulement proximal ; 2. épingle à tête piriforme, décor géométrique gravé.

Fig. 140. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet. Armatures de flèches du Bronze final III : 1. en tôle de bronze ; 2, 3. en tôle de fer, avec deux trous de fixation ; 4. fabriquée dans un fragment de bracelet en bronze.

Fig. 141. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet. Outillage en bronze : 1, 2. poinçons.

Fig. 142. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet. Céramique : gobelet à épaulement de type R.S.F.O. (Bronze final IIb/IIIa).

Fig. 143. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Céramique du Bronze final IIb/a (type R.S.F.O.) : 1. gobelet à épaulement, décor de lignes et d’incisions parallèles ; 2, 3. fragments de gobelets à épaulement, décor de fines cannelures horizontales et parallèles.

Fig. 144. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Céramique du Bronze final III : assiette à bord éversé, lèvre à marli, décor géométrique intérieur gravé avec incrustation de matière blanche.

III-5 Le Châtelet d’Étaules au Premier Âge du Fer (IXe au Ve siècle avant J.-C.)

III-5-1 Les ouvrages défensifs du Premier Âge du Fer

142À la partie supérieure du rempart du Bronze final on note la présence d’une structure I d interprétée comme étant la première phase d’un rempart de pierres sèches élevé au Hallstatt ancien (fig. 153, I d). Cette construction a été réutilisée comme semelle de fondation du rempart du Hallstatt final (fig. 153, I B).

143Les recherches sur le terrain ont montré que cette partie supérieure du rempart élevé au cours du viiie siècle s’étant effondrée principalement du côté intérieur, une importante réfection a été effectuée au tout début du premier Âge du Fer. Ces travaux sont datés par le radiocarbone LY- 1811 : 2650 ± 130 B.P. = intervalle 95 % de confiance [- 1112, - 406] avant J.-C. (calibration d’après courbe M. Stuiver and J. van der Plicht (eds) INTCAL 98) sur des fragments de bois brûlé retrouvés en stratigraphie (NICOLARDOT et alii, 1981, p. 212). Cette reconstruction a l’originalité de faire appel au tuf, très abondant dans le fond de la vallée du Suzon. Sa légèreté et son extraction aisée ont séduit les protohistoriques. Les recherches et analyses effectuées permettent de supposer que ce tuf a été pris à une distance inférieure à un kilomètre en aval de la fortification, au droit de la Combe des Argillières. Dans son état actuel de conservation, il n’est pas possible de déterminer sous quel aspect ce tuf a été transporté et mis en place dans les structures défensives. Deux solutions d’extraction restent plausibles, soit sous la forme de blocs concrétionnés ou soit sous une forme plus meuble, ayant la consistance du sable. Dans l’un et l’autre cas, avec le temps et l’action des eaux d’infiltration, le concrétionnement a de nouveau solidifié le tuf jusqu’à former, à sa base, de véritables planchers stalagmitiques comme on en a retrouvés, au Néolithique final, dans les colmatages des couloirs d’accès des hypogées champenois (CHERTIER et alii, 1994, p. 28). Au Châtelet d’Étaules, ce tuf, considéré comme de la chaux par les auteurs anciens, a été, pendant tout le premier Âge du Fer, le revêtement visible recouvrant extérieurement et intérieurement les ruines des fortifications antérieures. Extérieurement, ce revêtement devait avoir l’aspect d’un glacis mettant à découvert les assaillants éventuels (NICOLARDOT, 1984b, p. 237) et intérieurement celui d’un terrassement armé de poutres. À la fin du premier Âge du Fer, au moment de l’abandon du site, seule une construction défensive alliant pierre sèche et poutres de bois couronnait le sommet de cet ouvrage de tuf (fig. 153, I A et fig. 132, n° 1).

144En effet, les nombreux fragments de bois brûlé retrouvés le long du parement extérieur de ce rempart supérieur, laissent supposer qu’un ouvrage de bois, vraisemblablement une palissade, devait achever la défense. On notera encore le fruit prononcé du parement extérieur de ce dernier rempart. L’appartenance au premier Âge du fer du rempart supérieur est bien confirmée par la présence d’une armature de flèche en fer, du type à pédoncule et ailerons (fig. 154, n° 3). Celle-ci a été retrouvée fichée entre deux pierres du parement extérieur du rempart couronnant le barrage (fig. 155).

145C. Drioton avait interprété comme des traces d’un fossé des excavations discontinues visibles en avant et au sud du barrage. Les fouilles que nous avons menées dans ces fosses ont montré qu’il devait s’agir de carrières modernes d’exploitation des « laves ». Aucun indice archéologique n’a été retrouvé. Le fait qu’au moment de notre intervention, ces excavations étaient encore visibles et pratiquement exemptes de remplissage, permet de penser que ces carrières ont été ouvertes et utilisées assez récemment. Elles correspondent sans doute aux dernières extractions de pierres faites au xixe siècle pour la confection de toitures en « laves ».

Fig. 145. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Céramique décorée du Bronze final III : 1. jatte à bord à lèvre aplatie, décor graphité de chevrons peints ; 2. jatte à bord rentrant, lèvre amincie, décor graphité de lignes parallèles verticales ; 3. jatte à bord rentrant, décor graphité de chevrons emboîtés et de triangles ; 4. urne à épaulement, col droit, bord éversé, lèvre aplatie, décor géométrique peint, lignes verticales, lignes obliques, parallèles et triangles ; 5. jatte à bord rentrant, lèvre amincie, décor géométrique peint à la barbotine, lignes parallèles obliques, chevrons et triangles ; 6. jatte à épaulement, col éversé, bord à lèvre amincie, décor géométrique graphité, lignes obliques parallèles, triangles ; 7. jatte à bord rentrant, lèvre aplatie, décor de trois larges cannelures parallèles disposées au-dessus de l’épaule.

Fig. 146. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Céramique décorée du Bronze final III : 1. fragment de jatte, bord lègèrement éversé, lèvre arrondie, décor peint à la barbotine, lignes parallèles obliques ; 2. fragment de jatte à épaulement, décor géométrique peint à la barbotine, lignes obliques parallèles, triangles.

Fig. 147. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Céramique décorée du Bronze final III : col de jatte à profil en S, décor d’une ligne horizontale d’incisions triangulaires.

III-5-2 Les structures d’habitat du Premier Âge du Fer

146L’occupation du site au cours du premier Âge du Fer (couche I f, fig. 156, fig. 157 et fig. 158) est bien attestée sans discontinuité depuis le Hallstatt ancien jusqu’au Hallstatt final par des mobiliers métalliques marqueurs de ces périodes tels que l’épingle en bronze à col de cygne et extrémité proximale en palette (fig. 156 et fig. 161) du Hallstatt ancien, le crotale en bronze (fig. 157, secteur 7, Pt. 3969, couche I f et fig. 163, n° 2) du Hallstatt moyen et la fibule en bronze à deux timbales, long ressort (fig. 158, secteur 7 / 8, Pt. 1253, couche I f ; fig. 162, n° 2) du Hallstatt final. Nous avons vu précédemment que le rempart supérieur du barrage du Châtelet d’Étaules était bien daté du Hallstatt final par la présence d’une armature de flèche également typique pour cette période (fig. 154, n° 3 et fig. 155).

147Malgré tous les indices de fréquentation du site pendant tout le premier Âge du Fer, la fouille n’a pas permis de distinguer de structures d’habitat pouvant être rapportées à cette période. Ces mobiliers du premier Âge du Fer, qui sont cependant nombreux, ont été retrouvés dans la couche 1 f. Celle-ci a été observée sur une longueur de 8 m (secteurs 1 à 8) et elle vient buter sur le bourrelet concrétionné du Bronze final (fig. 158). Cette couche I f est constituée d’une terre brun-noir mêlée de pierres reposant sur la roche délitée du plateau. D’une épaisseur moyenne de seulement 0,40 m, cette couche a livré, sans stratigraphie évidente, des mobiliers du Néolithique, du Bronze final et du premier Âge du Fer.

148Dans le secteur 10, cette couche hétérogène I f est absente. Elle fait place à la couche II d, bien datée du Bronze final (fig. 137), ce qui montre bien que les hommes du premier Âge du Fer devaient être installés dans des constructions très légères, implantées dans la partie centrale du barrage et au nord des secteurs précédemment occupés au Bronze final. Bien que scellée sous les couches I a et I c, matériaux effondrés provenant des structures défensives du premier Âge du Fer, la couche I d n’a pas livré de vestiges de constructions, mais seulement des mobiliers du premier Âge du Fer, indices de fréquentation du site pendant cette période.

III-5-3 Les datations radiocarbone des structures protohistoriques

149À Étaules, toutes les datations par mesure du radiocarbone ont été faites sur des bois brûlés. Ces mesures n’ont pas été possibles dans les niveaux du Néolithique, en l’absence d’échantillons suffisants ; par contre, les importantes traces d’incendie mises au jour dans les niveaux protohistoriques ont rendu possibles de nombreux prélèvements de bois brûlés. Malheureusement, pour des raisons budgétaires, quelques échantillons seulement ont pu être datés par le laboratoire de l’Université de Lyon (NICOLARDOT et alii, 1981). Les résultats comprennent les dates non calibrées (B.P.) données par le laboratoire, ainsi que le résultat calibré (intervalle 95 % de confiance).

150LY- 2091 = 2090 ± 140 B.P. = [- 402, 235] av./ap. J.-C.

151LY- 2090 = 2310 ± 110 B.P. = [- 764, -95] avant J.-C.

152LY- 1813 = 2360 ± 160 B.P. = [- 826, -5] avant J.-C.

153LY- 1811 = 2650 ± 130 B.P. = [- 1112, -406] avant J.-C.

154LY- 1814 = 2660 ± 130 B.P. = [- 1126, -408] avant J.-C.

155LY- 1812 = 2570 ± 130 B.P. = [- 996, -393] avant J.-C.

III-5-4 Les témoins de la vie quotidienne au Premier Âge du Fer

156Le Châtelet d’Étaules a livré une quantité assez importante de mobiliers typologiquement bien datables du premier Âge du Fer (fig. 159). Ils sont les témoins de la dernière fréquentation importante de l’habitat fortifié, avant son abandon définitif. Les fouilles ont montré qu’il n’existe pas de rupture entre les deux périodes d’occupation du Bronze final et du premier Âge du Fer. Seule l’évolution typologique de certains mobiliers, retrouvés, bien souvent, dans les mêmes conditions stratigraphiques que celles des témoins de la période précédente, permet de percevoir un changement d’attribution chronologique. Ceci se vérifie notamment par l’apparition d’objets métalliques façonnés en fer, par de nouveaux modèles de parure confectionnés en bronze, en particulier les fibules, et par une évolution dans la céramique. Il faut cependant souligner que les productions des potiers du premier Âge du Fer présentent souvent une continuité dans les formes, notamment dans la confection des jattes, ce qui rend parfois difficile leur attribution à l’une ou à l’autre des périodes. L’usage de cordons impressionnés, très développé au Bronze final, se perpétue aussi sur la céramique du premier Âge du Fer.

Fig. 148. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Céramique du Bronze final III : 1. partie supérieure d’une urne biconique à col tronconique légèrement éversé, bord à lèvre plate élargie extérieurement ; 2. fragment d’une urne bitronconique à col rentrant, bord éversé, décor de deux larges cannelures sur le dessus de l’épaule ; 3. jatte à bord rentrant, lèvre amincie, fond plat ; 4. bol à bord rentrant, lèvre amincie, fond plat ; 5. jatte à bord rentrant, lèvre aplatie à méplat intérieur ; 6. jatte à bord rentrant, lèvre ourlée vers l’intérieur, fond plat.

Fig. 149. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Céramique décorée du Bronze final III : 1. fragment de la partie supérieure d’une grande urne à col légèrement rentrant, lèvre arrondie, décor d’un cordon à impressions digitales (la partie supérieure du col présente des traces d’empreintes de tissus ou de vannerie fine) ; 2. col légèrement rentrant, bord éversé à lèvre aplatie, décor d’un cordon torsadé ; 3. fragment d’un col éversé, bord à lèvre à méplat intérieur, décor d’une ligne horizontale d’incisions obliques faites à l’ongle.

Fig. 150. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Céramique décorée du Bronze final III : 1. fragment d’anse en ruban, tenon de fixation ; 2. fragment d’anse en ruban ; 3. fragment d’anse en ruban.

Les mobiliers métalliques, bronze et fer

157Les objets de parure en bronze appartenant au premier Âge du Fer retrouvés au Châtelet d’Étaules étaient destinés à maintenir les vêtements. Ils comprennent une épingle et des fibules (fig. 160).

Une épingle en bronze

158L’épingle en bronze se caractérise par sa tige coudée en « col de cygne » et par son extrémité proximale, martelée en forme de palette triangulaire allongée et présentant une échancrure en « V » (fig. 161) (NICOLARDOT, 1982c, p. 165). Cette épingle a été mise au jour dans la section 3, coupe F / G (fig. 156, secteur 8, Pt. 2719, couche I f). C’est un type d’épingle que l’on connaît en contexte Hallstatt ancien. Celle d’Étaules est très proche d’un exemplaire en provenance du Plateau suisse, qui comporte également une échancrure à l’extrémité de sa palette (DRACK, 1973). Ce type d’épingle peut ne pas présenter cette particularité : une épingle d’un tumulus de la forêt des Moidons (Jura) possède une palette non échancrée qui est ornée, sur une face, d’un décor formé de stries entrecroisées (DÉCHELETTE, 1913, t. II, p. 844, fig. 345, n° 2). Une épingle à tige en « col de cygne » et à tête en bouton conique provient d’une sépulture d’un tumulus de la nécropole des Roches-d’Orgères à Fleurey-sur-Ouche (Côte-d’Or ; NICOLARDOT, 1968, pl. 54, n° 1) (fig. 220 ; fig. 226, fig. 234, fig. 237 D / 6). Cette nécropole n’est distante que d’une douzaine de kilomètres du camp du Châtelet d’Étaules (fig. 226, fig. 237 E / 5). Au Plateau de Corent (Puy-de-Dôme) ce type d’épingle à « col de cygne » est daté du Hallstatt ancien (DAUGAS, MALACHER, 1976, p. 736, fig. 1, n° 5). Dans le tumulus n° 5 de la forêt des Moidons, l’épingle « à col de cygne » accompagnait un brassard-tonnelet de bronze, parure datée du Hallstatt moyen. L’exemplaire d’Étaules, stratigraphiquement placé au-dessus d’un niveau daté par le radiocarbone - LY- 1814 (Pt. 631) 2660 ± 130 B.P. = intervalle 95 % de confiance : [-1126, - 408] avant J.-C., peut être situé au Hallstatt ancien.

Fig. 151. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Céramique du Bronze final III : 1. urne à épaulement, col rentrant à bord éversé ; 2. jatte tronconique, bord à lèvre aplatie, ourlée intérieurement ; 3. fond à pied creux ; 4. jatte à bord rentrant décorée de deux cannelures fines parallèles et horizontales ; 5. fond à base annulaire et concave, pied creux ; 6. jatte à bord rentrant, lèvre à méplat, ourlée vers l’intérieur, décor sur l’épaule d’un cordon horizontal torsadé (traces d’empreintes de tissus ou de vannerie fine).

Fig. 152. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Céramique du Bronze final III : 1. fusaïole à dépression centrale ; 2. perle cylindrique à dépression centrale ; 3. fusaïole bitronconique ; 4. fusaïole bitronconique ; 5. fusaïole à dépression centrale, décor impressionné ; 6. fusaïole biconique, décor de côtes verticales.

Les fibules en bronze

159La continuité de l’occupation du Châtelet d’Étaules au cours du premier Âge du Fer est attestée par la présence d’une fibule en bronze à « disque d’arrêt » (fig. 156, secteur 8, Pt. 2916, couche I f ; fig. 162, n° 3) dont il manque l’arc et le porte-aiguille. Le petit diamètre de son disque d’arrêt permet de supposer que cette fibule était du type à arc serpentant. Maurice Piroutet, au Camp du Château, près de Salins-les-Bains (Jura), a trouvé des fibules semblables, en stratigraphie dans le niveau A 2 daté du Hallstatt moyen (DAYET, 1967). D’après René Joffroy, cette couche n’a pas livré d’autres types de fibules (JOFFROY, 1960a, p. 77). En Côte-d’Or, la fibule à disque d’arrêt n’a été signalée qu’une fois dans une sépulture du tumulus de la ferme de Grand-Bois à Aignay-le-Duc (Ibid., p. 76, pl. 19, fig. 2). Elle paraît être plus fréquente dans les habitats : on en connaît au Mont-Lassois à Vix (Ibid., p. 76-77, pl. 19, fig. 1 et 3), dans l’habitat de base de corniche du « Verger » à Saint-Romain (GRAPPIN, 1979, p. 29, pl. 19, fig. 5) où il a été trouvé un fragment à arc serpentant et au Camp de Chassey (Saône-et-Loire) où les types à arc simple et arc serpentant sont présents (THEVENOT, 1974, p. 4). Ce type de fibule est généralement retrouvé en contexte Hallstatt moyen mais son usage a pu se prolonger dans la toute première phase du Hallstatt final. C’est sans doute le cas pour un autre modèle de fibule retrouvé au Châtelet d’Étaules (fig. 156, Pt. 642, secteur 7).

160Cette fibule se caractérise par une grosse timbale hémisphérique sur le rebord inférieur de laquelle on distingue, symétriquement opposées, les amorces du porte-aiguille et du ressort (fig. 162, n° 6). Bien que fragmentaire, on note certaines particularités telles que le petit diamètre du ressort, très atrophié et court, et le porte-aiguille tubulaire, finement enroulé. On peut rapprocher cette fibule d’un exemplaire provenant de l’oppidum de la Heuneburg (KIMMIG, 1968, fig. 48), important site fortifié princier sur le Haut-Danube, dans le Wurtemberg (KIMMIG, 1983).

  • 15 La fibule Pt. 2591 (fig. 162, n° 1) a été retrouvée, hors stratigraphie, dans la couche IId - Bronz (...)

161Toutes les autres fibules à timbales découvertes à Étaules appartiennent à des modèles très classiques des gisements du Hallstatt final et sont en bronze. On distingue le type à une timbale surmontant le porte-aiguille, à ressort court et corde interne (fig. 162, n° 1)15, celui à deux timbales, l’une surmontant le porte-aiguille (n° 4), l’autre formant l’arc, à long ressort et corde interne (n° 2). Les timbales de ces fibules peuvent être ornées de cercles concentriques gravés et posséder un ressort court à corde interne (fig. 162, n° 5). Une fibule très semblable a été trouvée, également en contexte d’habitat, dans le site de base de corniche du Verger à Saint-Romain (GRAPPIN, 1985, p. 61, fig. 4, n° 1) ; c’est également un type connu sur l’oppidum du Mont Lassois à Vix (JOFFROY, 1960a, p. 77-78, pl. 19, fig. 5). Suivant la courbure et la façon dont se relève le pied de ces fibules, les deux timbales sont plus ou moins rapprochées sans cependant se toucher. Les fibules à ressort relativement court appartiennent à l’extrême fin du Hallstatt final et ont été utilisées au début du deuxième Âge du Fer.

Fig. 153. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Coupe est, section 3 du barrage, vue de détail de la coupe stratigraphique suivant une section nord-sud perpendiculaire à l’axe longitudinal du barrage, des secteurs 18 à 35. IA. rempart de pierres sèches à poutrage interne en bois (Hallstatt final) ; Ib. glacis en tuf du Hallstatt final ; Ic. couche cendreuse et charbonneuse de destruction des structures défensives du Hallstatt ancien ; Id. semelle de fondation du rempart du Hallstatt final reprenant des matériaux de structures du Bronze final/Hallstatt ancien ; II. rempart du Bronze final à parements externe et interne ; IIb. éboulis pierreux du rempart du Bronze final ; IIc. couche cendreuse et charbonneuse de destruction de structures du Bronze final ; IIIA. rempart du Néolithique moyen, structure défensive en petites plaquettes ; IIIB. rempart primaire du Néolithique retrouvé sous l’aspect d’un massif pierreux formé de très gros blocs ; IIIc. niveau de défrichage du Néolithique moyen ; IV. roche en place du Bathonien supérieur.

Fig. 154. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Armes : deux armatures de flèches triangulaires du « type du Bourget » (Bronze final III) et une armature de flèche à pédoncule et ailerons (Hallstatt final).

Fig. 155. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Armature de flèche à pédoncule et ailerons (Hallstatt final), in situ, le long du parement extérieur du rempart du premier Âge du Fer.

162Une autre fibule en bronze, à ressort court et corde interne, se distingue par son pied relevé orné d’un cabochon conique riveté décoré de lignes parallèles gravées et surmonté d’un petit bouton (fig. 162, n° 7). Elle a été retrouvée en stratigraphie dans la section 3 coupe O / A (fig. 157, secteur 8 / 9, Pt. 3679, couche I f).

163On peut encore signaler un grand ressort bilatéral en « arbalète » et son aiguille qui ont appartenu à une fibule en bronze de grande taille du Hallstatt final (fig. 162, n° 9).

Une fibule en bronze et en fer

164Du Châtelet d’Étaules provient encore une fibule d’un type plus original et moins répandu que ceux que nous venons de voir. Il s’agit d’une fibule de bronze dont le pied, formant porte-aiguille, se termine par une cupule tronconique et dont l’arc, à son extrémité basale, opposée au porte-aiguille, possède une perforation pour permettre le passage de l’axe de son ressort (fig. 162, n° 10). Des traces de rouille relevées sur le bronze de cette fibule révèlent qu’elle a été en contact avec un objet de fer, peut-être tout simplement son propre ressort. Ce type de fibule existe non seulement entièrement en bronze, mais aussi avec l’arc et le pied en bronze alors que le ressort et son axe sont en fer. Ces deux types sont connus dans une même sépulture, la tombe n° 42 de la nécropole des Jogasses à Chouilly (Marne) (HATT, ROUALET, 1977, p. 433 et pl. 13, nos 863 et 864). Neuf exemplaires apparentés à la fibule d’Étaules ont été retrouvés dans la nécropole champenoise, toutes dans un contexte d’association du Hallstatt final comprenant des armilles souvent décorées de stries, des torques en tôle de bronze enroulée, des appliques de bronze à décor estampé de cercles concentriques et des éléments de ceinture. On peut encore citer ce type de fibule à Saint-Étienne-au-Temple (Marne) et la présence de ce modèle de parure à Étaules montre l’existence, au Hallstatt final, d’un courant de diffusion depuis la Champagne vers la Bourgogne ainsi que vers le Jura, une fibule semblable ayant été trouvée au Camp du Château (PIROUTET, 1931, fig. 1, n° 20).

Les fibules en fer

165Les niveaux hallstattiens du Châtelet d’Étaules ont livré également des fibules de fer. Celles-ci, plus fragiles que les modèles en bronze, ne nous sont parvenues le plus souvent qu’à l’état fragmentaire. Un bouton situé à l’extrémité d’un pied relevé de fibule mérite attention : il comporte une ornementation de bronze, sorte de perle, sertie sur le fer (fig. 162, n° 11) et un fragment d’une autre fibule en fer présente un pied relevé terminé par une petite boule (fig. 162, n° 8). La majorité des fibules rencontrées à Étaules appartiennent au Hallstatt final.

Fig. 156. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Coupe F-G dans la section 3, secteurs 6 à 10. Projection horizontale des mobiliers du Hallstatt ancien dans la stratigraphie des structures.

Fig. 157. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Coupe O-A dans la section 3, secteurs 6 à 9. Projection horizontale des mobiliers du Hallstatt final dans la stratigraphie des structures.

Fig. 158. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Coupe Z-A dans la section 3, secteurs 7 à 9. Projection horizontale des mobiliers du Hallstatt final dans la stratigraphie des structures.

Fig. 159. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Plan de répartition des principaux mobiliers du premier Âge du Fer.

Fig. 160. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Fibules du Hallstatt final.

Fig. 161. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Parure en bronze du Hallstatt ancien : épingle en col de cygne, extrémité proximale en palette, décor composé d’une échancrure en V et de stries gravées.

Fig. 162. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Fibules du Hallstatt final (sauf 3, du Hallstatt moyen) : 1. en bronze à simple timbale repliée sur le pied, ressort court, corde interne et arc plat ; 2. en bronze à deux timbales et long ressort ; 3. fragment d’une fibule en bronze à disque d’arrêt ; 4. en bronze à double timbale, ressort long et corde interne ; 5. en bronze à double timbale, l’une formant l’arc, l’autre sur le pied, décor de cercles concentriques gravés sur les timbales, ressort court à corde interne ; 6. fragment de fibule en bronze à une timbale, petit ressort ; 7. en bronze à pied orné d’un cabochon conique riveté, décor de lignes parallèles gravées, ressort court et corde interne ; 8. fragment de fibule en fer à pied relevé, décor bouleté ; 9. fragment de fibule à long ressort et corde interne ; 10. fragment de fibule en bronze à pied relevé orné d’une cupulette, arc renflé et creux, perforation pour recevoir l’axe du ressort ; 11. fragment de fibule en fer dont n’est conservée que l’extrémité du pied relevé décoré d’une perle en bronze.

Un crotale en bronze

166Dans cette catégorie, on peut citer la présence à Étaules d’un crotale en bronze (fig. 163, n° 2). Cet objet original a été retrouvé en stratigraphie dans la section 3 coupe O / A (fig. 156, secteur 7, Pt. 3969, couche I f). Cette pendeloque, de grande taille et de facture très soignée, est décorée de chevrons emboîtés et de lignes parallèles gravées. Ce type de parure du Hallstatt moyen, a été rencontré dans des sépultures protohistoriques régionales comme à Créancey, ou un crotale très proche de celui d’Étaules était enfilé dans un torque de bronze fermé (NICOLARDOT, 1968, pl. 2, n° 1) (fig. 221) ou à Montigny-sur-Aube (Côte-d’Or), dans la sépulture de la Fontaine-Naudot (JOFFROY, 1952 ; NICOLARDOT, 1993b, pl. 320, nos 2 et 3) (fig. 220). Il est intéressant de noter que dans cette sépulture, la paire de crotales était en association avec une rouelle cruciforme du Hallstatt moyen, type de parure que nous avons retrouvé dans une tombe de la nécropole sous tumulus des Champs d’Aniers à Marcilly-Ogny (Côte-d’Or) (NICOLARDOT, 1993a). Des crotales d’un type plus trapu sont connus dans d’autres nécropoles sous tumulus à Blaisy-Bas (NICOLARDOT, 1968, pl. 32, B, nos 8 et 9) ainsi qu’à Fleurey-sur-Ouche (Ibid., pl. 50, n° 12) (fig. 220).

Les bracelets

167Plusieurs bracelets se rapportent au premier Âge du Fer. On peut citer un fragment en bronze, ouvert, de section triangulaire, qui présente un décor de stries à son extrémité conservée ainsi que des lignes de trémolo disposées longitudinalement (fig. 163, n° 3), un autre petit fragment de section demi-jonc, décoré aussi au trémolo (fig. 163, n° 4), ainsi qu’un bracelet également en bronze, filiforme, ouvert, de section circulaire et aux extrémités mousses, l’une portant un décor gravé composé de fines stries parallèles (fig. 163, n° 5).

Une armille

168Une armille de bronze finement décorée de stries parallèles gravées (fig. 163, n° 8) se singularise par le fait qu’elle n’est pas fermée. Les extrémités de son jonc, de section rectangulaire, sont repliées vers l’extérieur.

Un fragment de ceinture

169Un fragment de tôle de bronze très mince porte un décor estampé de cercles concentriques. L’un de ses côtés, rectiligne, montre que nous sommes en présence d’un bord de l’objet (fig. 163, n° 1). Ce type de décor se rencontre fréquemment sur les ceintures en tôle de bronze du premier Âge du Fer, ainsi que sur certains boutons-appliques. Un très bel exemplaire de ce travail au repoussé sur tôle de bronze nous est fourni par une ceinture provenant d’une sépulture sous tumulus découverte à Panges (Côte-d’Or) (HENRY, 1933, p. 166-167) (fig. 221). Elle est composée de panneaux et de boutons-appliques (NICOLARDOT, 1968, pl. 56, n° 1). La nécropole dans laquelle cette ceinture a été découverte s’inscrit dans l’environnement archéologique du Châtelet d’Étaules. Panges est situé non loin de la source du Suzon, à une dizaine de kilomètres du site fortifié. Sur la ceinture de Panges, les boutons-appliques disposés sur le pourtour des plaques de bronze carrées servaient à les fixer sur un bandeau de cuir. On peut aussi faire un rapprochement avec la très belle ceinture de la sépulture D du tumulus de la Mottote à Nijon (Haute-Marne), dont toute la décoration, sur le support de cuir, mis à part une agrafe pour la fermeture, est formée par une multitude de boutons-appliques répartis sur une surface rectangulaire d’environ 80 cm de longueur sur une largeur de 6,5 cm. Des boutons hémisphériques forment la rangée supérieure, alors que les boutons-appliques à décor estampé de cercles concentriques sont disposés en six rangées (LEPAGE, 1980b, p. 27-29, pl. 13, n° 9). Par la typologie de son agrafe, la ceinture de Nijon est datée de la transition Hallstatt moyen / Hallstatt final. Pour en revenir en Bourgogne et plus spécialement aux alentours d’Étaules, on peut encore signaler que des boutons-appliques décorés de cercles concentriques ont été aussi trouvés dans un tumulus dit de « Prâlon » à Mesmont (Côte-d’Or), accompagnés d’un rasoir de bronze semi-circulaire (BERTRAND, 1920). Mesmont est encore situé dans un proche rayon d’une dizaine de kilomètres d’Étaules, non loin de Fleurey-sur-Ouche et de sa nécropole (JOLY, 1970a) (fig. 226, fig. 234 et fig. 237 D / 6). On rappellera que celle-ci a livré une épingle à col de cygne (fig. 220), ainsi qu’un ensemble de 257 boutons-appliques, les uns hémisphériques et les autres ornés de cercles concentriques (SOCLEY, 1913). Socley précise que les appliques recouvraient une robe qui descendait sur les jambes de la défunte. C’est une disposition très semblable que nous avons pu observer par deux fois dans la nécropole de Marcilly-Ogny (Côte-d’Or) (fig. 234 et fig. 237 B / 6), dans le tumulus n° 1 des Champs d’Aniers ainsi que dans une sépulture du tumulus du Bas-de-Chagny, où les deux types de boutons-appliques ont été également retrouvés par centaines.

170À une quarantaine de kilomètres au nord-ouest d’Étaules, on peut signaler la découverte de nombreux autres éléments de parure très comparables. À Emorots, commune de Fontaine-en-Duesmois (Côte-d’Or), des fragments de tôle de bronze estampés de cercles concentriques sont notamment associés, comme dans le tumulus de la Mottote, à une agrafe de ceinture à décor au trémolo.

Deux agrafes de ceinture

171Une agrafe de ceinture en fer, comportant deux rivets, a été également découverte sur le site du Châtelet d’Étaules (fig. 163, n° 9), ainsi qu’un crochet de fer (fig. 163, n° 6).

Un rasoir

172Également du Châtelet d’Étaules, des fragments de tôle de fer peuvent être interprétés comme appartenant à un rasoir (fig. 163, n° 7).

Les objets en verre, en terre cuite, en corail et en schiste

Les perles

173Les perles retrouvées au Châtelet d’Étaules sont en pâte de verre, en terre cuite ou en corail. En pâte de verre, on peut mentionner une perle de couleur jaune, sur laquelle on observe un décor ondé qui se détache, plus foncé et en relief, de la surface lisse (fig. 164, n° 1). Cette perle rappelle par son décor les exemplaires le plus souvent en verre bleu décoré d’un zigzag de pâte blanche, d’origine méditerranéenne. Il peut s’agir à Étaules d’une imitation locale. On peut encore mentionner une petite perle en corail qui a pu orner une fibule (fig. 164, n° 2) Ces objets sont datés à Étaules du Hallstatt final.

Un bracelet de schiste

174Contrairement au Mont-Lassois à Vix où les bracelets de schiste sont abondants (JOFFROY, 1960a, p. 62-65), le Châtelet d’Étaules n’a livré qu’un exemplaire de ce type de parure. Très fragmenté, il présente une section torique (fig. 164, n° 3). Ces bracelets se rencontrent en contexte Bronze final 3b dans le groupe de Venat (GOMEZ, 1978, p. 407, fig. 9, nos 14 et 15) et connaissent un développement au cours des Âges du Fer.

Les armes en fer

175À l’Âge du Bronze nous avons déjà souligné que l’absence presque totale d’armes sur un site d’habitat fortifié paraît paradoxale. Cet état se vérifie également concernant le premier Âge du Fer.

Une armature de flèche

176On ne peut citer, en provenance du Châtelet d’Étaules, qu’une seule armature de flèche en fer, à pédoncule et ailerons (fig. 154, n° 3 et fig. 165, n° 1), déjà signalée comme découverte le long du parement extérieur du rempart supérieur Hallstattien (fig. 155).

Une pointe de lance

177Une seule pointe de lance en fer, à douille (fig. 165, n° 2), a été mise au jour dans un niveau d’habitat sur le versant intérieur du barrage.

178Comment expliquer cette absence d’armes protohistoriques de grande taille comme les épées, sur ces sites protégés par des fortifications qui peuvent atteindre une importance notable comme à Étaules ? Peut-on imputer cette présence très limitée d’armes de petites dimensions, même sur des sites comme celui de l’oppidum de Vix où « il s’agit toujours de pièces de taille médiocre, perdues ou abandonnées à la suite de détérioration » (JOFFROY, 1960a, p. 93), à un pillage systématique de ces habitats de hauteur défensifs lors de leur destruction et de leur abandon ou émettre l’hypothèse que l’aspect prestigieux de telles fortifications imposantes suffisait à maintenir une paix qui ne nécessitait pas la présence d’une garnison armée ? La question reste posée mais la première hypothèse, celle du pillage, à la recherche notamment des armes, nous semble la plus probable.

La céramique

179Les niveaux d’occupation du site pendant le premier Âge du Fer ont livré un matériel céramique assez abondant mais presque toujours très fragmenté (fig. 166). Dans plusieurs secteurs il a été possible de noter la dispersion, souvent très étendue, des tessons d’un même récipient. De telles observations ont été notamment faites dans la section 3, sur des poteries du Hallstatt ancien (fig. 167). On a remarqué que la répartition des fragments d’un même vase s’est effectuée le plus souvent, selon la ligne de plus grande pente, dans un mouvement dirigé de haut en bas. Cette observation révèle que les constructions implantées sur le flanc intérieur du rempart s’étageaient sur des paliers. Ceux-ci ont d’ailleurs été retrouvés en cours de fouilles dans la structure de tuf (fig. 239, dépliant n° 2). Lors de l’effondrement des structures d’habitats, les mobiliers qu’elles renfermaient ont suivi la trajectoire des matériaux, précipités avec eux vers la base du barrage. Cette importante action mécanique qui s’est produite pendant la destruction des structures du premier Âge du Fer explique les difficultés rencontrées pour retrouver des sols hallstattiens en place. Ceux-ci ont vraisemblablement disparu au cours de la ruine des constructions des derniers occupants du Châtelet et les mobiliers que nous retrouvons aujourd’hui ne sont plus en place mais ont été déplacés par l’érosion des structures.

Les formes de poteries

  • 16 La tournette est un plateau horizontal mobile, de plan carré ou circulaire, fixé sur un axe vertica (...)

180La typologie des céramiques du premier Âge du Fer s’inscrit en continuité avec les formes que nous avons rencontrées dans les niveaux d’occupation du Bronze final III. Comme au Bronze final, les potiers du Châtelet n’ont pas utilisé le tour, peut-être la « tournette »16, et sont parvenus cependant à obtenir des profils très réguliers. On retrouve des jattes, des bols, récipients auxquels viennent s’ajouter l’urne biconique (fig. 169, n° 3), mise au jour en association stratigraphique avec l’épingle à col de cygne déjà mentionnée, ainsi qu’avec une urne bitronconique (fig. 169, n° 2), type que, par ailleurs, nous avons rencontré dans le niveau d’habitat de l’extrême fin de l’Âge du Bronze, début du premier Âge du Fer, sur le camp de Roche-Château à Messigny (fig. 88, n° 2) (NICOLARDOT, 1985b, p. 96), habitat fortifié de hauteur qui verrouille le débouché de la vallée du Suzon (fig. 85, n° 1) sur la plaine de Saône, au nord de Dijon. Ce site remarquable a connu, comme Étaules et le Châtelet de la Fontaine au Chat, également dans la vallée du Suzon (fig. 85, n° 4), une très importante occupation au viiie s. avant J.-C., à la transition Bronze final / Hallstatt ancien, période à laquelle on doit, comme à Étaules, la construction de très importantes structures défensives (cf. fig. 87).

Fig. 163. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Mobiliers divers du premier Âge du Fer : 1. fragment de rasoir en bronze, décor estampé de cercles pointés (Hallstatt moyen) ; 2. pendeloque en bronze dite « crotale », décor de chevrons et de lignes parallèles gravées (Hallstatt moyen) ; 3, 4. fragments de deux armilles ou très petits bracelets, ornés de stries gravées parallèles et de lignes au « trémolo » (Hallstatt final) ; 5. bracelet ouvert filiforme, en bronze, section circulaire, extrémités mousses, l’une portant un décor de stries parallèles (Hallstatt final) ; 6. crochet en fer, agrafe de ceinture (Hallstatt moyen) ; 7. fragment de rasoir en fer, lame pleine hémicirculaire et asymétrique (Hallstatt ancien) ; 8. bracelet filiforme en bronze, ouvert, les extrémités sont légèrement repliées vers l’extérieur, le décor comprend des lignes fines parallèles et obliques (Hallstatt final) ; 9. fragment d’agrafe de ceinture en tôle de fer rivetée (Hallstatt moyen).

Fig. 164. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Parures du premier Âge du Fer : 1. perle en pâte de verre jaune, décor d’une ligne noire en zigzag (Hallstatt final) ; 2. perle plate en corail (Hallstatt final) ; 3. bracelet en schiste de section torique (Hallstatt moyen).

Fig. 165. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Armes en fer du Hallstatt final : 1. armature de flèche à pédoncule et ailerons ; 2. pointe de lance à douille conique courte.

Fig. 166. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet. Céramiques du premier Âge du Fer.

Fig. 167. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Plan section 3 E/F. Projection horizontale des aires de répartition des fragments de céramique appartenant à un même récipient (notam céramique du Hallstatt ancien).

181Les jattes à bord rentrant et fond plat, toujours très nombreuses, se différencient très peu des exemplaires du Bronze final. Les potiers du premier Âge du Fer abandonnent les bords plats ou à méplat intérieur au bénéfice des bords à lèvre amincie (fig. 168, n° 7) ou arrondie (n° 2). Du Hallstatt ancien, on trouve un grande jatte à décor de larges cannelures horizontales peu profondes (fig. 168, n° 5), type également retrouvé en stratigraphie dans l’habitat du Hallstatt ancien du Verger à Saint-Romain (GRAPPIN, 1985, p. 57, fig. 2, n° 6), céramique que S. Grappin rapproche d’exemplaires du Hallstatt ancien et moyen de Champagne (BRISSON, HATT, 1967, p. 8, fig. 24, n° 6 et p. 18, fig. 30).

182Au répertoire des formes du premier Âge du Fer, plus particulièrement au Hallstatt final, on peut encore signaler la présence de bols à épaulement à col droit légèrement éversé et lèvre arrondie (fig. 168, n° 6), ou à col éversé et lèvre amincie (n° 3), de l’écuelle à bord droit légèrement éversé, à lèvre amincie et fond plat (n° 4), et du gobelet tronconique à paroi éversée et bord à lèvre aplatie (fig. 168, n° 1).

183Les niveaux du Hallstatt ancien ont livré de très gros vases qui ont pu être utilisés comme silos pour la conservation d’aliments (fig. 169, nos 1 et 4) (fig. 156, secteur 8, Pt. 3921 et Pt. 3929, couche I f). Ces jarres présentent un cordon lisse placé sous le bord, ce relief horizontal, qui fait le tour de la paroi, ayant vraisemblablement été disposé là pour permettre une meilleure préhension du récipient. L’une de ces deux jarres (fig. 169, n° 4) possède, sous le cordon, une petite perforation circulaire qui ne peut pas correspondre à un trou de suspension, la taille du vase et son poids étant trop importants pour permettre un tel usage. Cette petite ouverture servait peut-être comme « trop-plein » dans le cas de conservation dans un liquide.

Les décors

184Les cordons. Nous venons d’évoquer la présence sur certains récipients d’un cordon lisse qui a pu être utilisé comme moyen de préhension. Ce type de cordon constitue aussi un décor, au même titre que les cordons à impressions digitales, déjà très courants au Bronze final et que l’on retrouve toujours au premier Âge du Fer (fig. 170, n° 4).

185Les cannelures horizontales parallèles sont également utilisées pour l’ornementation de la poterie fine (fig. 170, n° 5) et l’on trouve aussi des décors comportant des impressions et de incisions faites sur la paroi de vases, plus généralement sur la panse et exceptionnellement sur le fond (fig. 170, n° 7). Les plus courantes sont les impressions digitales (fig. 172, n° 1) et les incisions curvilignes faites à l’ongle (fig. 170, nos 7 et 9), motifs décoratifs qui sont souvent placés en ligne. Un tesson, vraisemblablement un fragment de bord droit, très légèrement rentrant, presque complet (il manque la lèvre), présente un décor de chevrons exécutés avec une matrice sculptée vraisemblablement dans une petite baguette de bois (fig. 170, n° 2). Ce type d’ornementation n’est pas sans rappeler l’originale décoration poinçonnée de certaines poteries trouvées au Mont Lassois (JOFFROY, 1960a, p. 111, pl. 52, fig. 5 et fig. 8). Comme à Vix, la forme générale de cette céramique semble être celle d’un récipient à paroi verticale ou très peu éversée.

186La céramique poinçonnée et incisée. La céramique la plus originale représentée sur le Châtelet d’Étaules comprend des récipients ornés de décors géométriques incisés et poinçonnés (fig. 170 et 171). Ce type de décor, qualifié parfois de « pseudo Kerbschnitt » (MILLOTTE, 1958, p. 41) se retrouve sur des poteries datées de la phase finale de l’Âge du Bronze et du début du premier Âge du Fer, dans les habitats de hauteur fortifiés de Montmorot et du Mont Guérin (Jura) (SANDARS, 1957, p. 215, fig. 54, nos 8 et 9).

187Non loin du Châtelet d’Étaules, nous retrouvons ce type de céramique au Camp de Fontaine-Brunehaut à Crécey-sur-Tille. Sur ce site par J. Belin, il a été mis au jour des tessons qui présentent des décors incisés linéaires et poinçonnés punctiformes (JOLY, 1972a, p. 429, fig. 5) identiques à ceux relevés sur les céramiques d’Étaules. Cette céramique indique des influences rhénanes et est à rapprocher des productions du groupe de Gündlingen dans le sud du pays de Bade (Allemagne) (MILLOTTE, VIGNARD, 1960, p. 47). Sur la céramique du Châtelet d’Étaules, qui comprend des jattes à bord rentrant, lèvre arrondie et fond plat (fig. 168, n° 2), des jattes à bord éversé et lèvre aplatie (fig. 170, n° 3) et des jattes à épaulement, bord éversé et lèvre amincie (fig. 170, nos 8 et 14), le décor s’organise en chevrons (fig. 168, n° 2 ; fig. 170, nos 10 à 20 et fig. 171) avec des plages poinçonnées et d’autres en réserve. La décoration se rencontre aussi en bandeau horizontal qui comporte des motifs en losanges opposés par les pointes, où alternent également des zones réservées, sans décoration, et des zones poinçonnées (fig. 170, n° 3).

188Une des jattes à épaulement associe, dans sa décoration, des cannelures larges et peu profondes à des motifs triangulaires poinçonnés (fig. 170, n° 8). Ce procédé ornemental se retrouve dans la céramique du Bronze final de la nécropole de la forêt de Haguenau, notamment dans le tumulus n° 14 de « Eichlach » (SCHAEFFER, 1926, p. 27, fig. 11e et pl. XIV, n° 14).

Fig. 168. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Céramique du premier Âge du Fer : 1. gobelet tronconique à paroi éversée, bord à lèvre aplatie, fond plat (Hallstatt final) ; 2. jatte à bord rentrant, lèvre arrondie, décor géométrique poinçonné et incisé en chevron (Hallstatt ancien) ; 3. bol à épaulement et col éversé à lèvre amincie (Hallstatt final) ; 4. écuelle à bord droit légèrement éversé, lèvre amincie, fond plat (Hallstatt final) ; 5. fragment de jatte à col rentrant, lèvre amincie, décor de cannelures moyennes horizontales (Bronze final / Hallstatt ancien) ; 6. bol à épaulement et col droit légèrement éversé, bord à lèvre arrondie (Hallstatt final) ; 7. fragment de jatte à bord rentrant, lèvre amincie (Hallstatt final).

Fig. 169. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Céramique du Hallstatt final (sauf 2 et 3 Bronze final / Hallstatt ancien) : 1. très grande jarre à bord rentrant, lèvre à méplat intérieur, décor cordon lisse horizontal ; 2. fragment d’une urne bitronconique, col éversé souligné par un épaulement ; 3. urne biconique, col éversé, bord à lèvre amincie et fond plat ; 4. très grande jarre à bord rentrant, lèvre aplatie, décor cordon lisse horizontal, sous le cordon présence d’un petit orifice, trou circulaire percé dans la paroi qui a pu servir de « trop plein » pour des liquides.

Fig. 170. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Céramique du Bronze final ou du Hallstatt ancien : 1. fragment de l’épaule d’une jatte à décor géométrique poinçonné et incisé en bandeaux (Hallstatt ancien) ; 2. bord droit, décor en lignes horizontales d’incisions profondes en chevrons obliques (Bronze final / Hallstatt ancien) ; 3. col éversé de jatte, décor géométrique impressionné et incisé de losanges pointés (Hallstatt ancien) ; 4. bord droit, décor d’un cordon horizontal à impressions digitales (Hallstatt ancien) ; 5. bord droit légèrement rentrant, lèvre arrondie, décor de cannelures moyennes (Hallstatt ancien) ; 6, 10-13 et 15-20. fragments de jattes à décors poinçonnés et incisés (Hallstatt ancien) ; 7. fond plat de jatte à décor d’incisions à l’ongle (Hallstatt ancien) ; 8. jatte à épaulement, bord légèrement éversé, lèvre amincie, décor géométrique poinçonné et incisé en bandeaux associés à des cannelures horizontales (Hallstatt ancien) ; 9. fragment de céramique décoré d’incisions à l’ongle (Hallstatt ancien) ; 14. jatte à épaulement, bord éversé, lèvre amincie, décor géométrique (Hallstatt ancien).

Fig. 171. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Céramique du Hallstatt ancien : fragment de l’épaule d’une jatte décorée d’un motif géométrique poinçonné et incisé en chevrons.

Fig. 172. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.
Céramique du Hallstatt final : 1. jatte à bord rentrant, lèvre arrondie, décor d’une ligne d’impressions digitales ovalaires, empreinte d’une fleur macroscopique dans la pâte ; 2. tesson de céramique, décor peint géométrique de losanges ; 3. tesson de céramique, décor géométrique peint ; 4. fragment de jatte à bord rentrant, lèvre amincie, décor géométrique peint de chevrons et de lignes parallèles obliques, une ligne horizontale.

189Cette céramique, à décor poinçonné et incisé, a été retrouvée, au Châtelet d’Étaules, en association avec des mobiliers du Hallstatt ancien dont l’épingle en bronze à col de cygne et extrémité proximale en palette (fig. 161).

190La céramique peinte. Toujours dans la tradition de productions du Bronze final, des jattes à bord rentrant, retrouvées, à Étaules, en contexte stratigraphique du premier Âge du Fer, présentent un décor géométrique peint, comprenant des lignes parallèles, des triangles et des croix de Saint-André (fig. 172, n° 4). Un tesson, vraisemblablement un fragment de col légèrement rentrant, présente un motif de losanges disposés en damier (fig. 172, n° 2). Sur un autre petit fragment de poterie, on distingue des lignes parallèles tracées à angle droit (fig. 172, n° 3). Ces motifs sont toujours très effacés et ne se remarquent qu’en lumière rasante où ils apparaissent grâce à une différence dans les reflets. La céramique peinte à la barbotine est attestée sur le Châtelet, au Hallstatt final, par un très beau vase provenant de fouilles anciennes, conservé longtemps dans la collection particulière de la famille Guyot à Dijon. Il est orné de motifs géométriques tels que le svastika, des dents de loup ou des carrés emboîtés (GUYOT, 1964, p. 96 et pl. 3, fig. 6- 8).

Notes

11 Ces deux sites n’ont pu faire l’objet ni de sondages ni de relevés topographiques, étant recouverts par une végétation très dense.

12 On doit à C. Drioton de nombreux travaux sur les enceintes fortiées de Bourgogne : DRIOTON, 1900b, 1901, 1902a, 1905a et b, 1906, 1908a, 1909b et 1911 ; DRIOTON, MOINGEON, 1911.

13 Cette disposition rappelle celle observée à Myard où les constructions étaient accolées le long du parement interne du rempart (fig. 30).

14 L’aphanite est absente du site de Myard.

15 La fibule Pt. 2591 (fig. 162, n° 1) a été retrouvée, hors stratigraphie, dans la couche IId - Bronze final - dans le secteur 1 de la section 5 (fig. 136). La fibule Pt. 643 (fig. 162, n° 4) a été retrouvée, en stratigraphie, dans la couche If – Hallstatt final - dans le secteur 7 de la section 3 (fig. 158).

16 La tournette est un plateau horizontal mobile, de plan carré ou circulaire, fixé sur un axe vertical sur lequel le potier façonne ses céramiques. Contrairement au tour, la tournette n’est pas actionnée par un procédé mécanique (archet, pédale ou aujourd’hui moteur électrique) et permet à l’artisan d’accéder à l’ensemble de la périphérie de la céramique qu’il façonne sans avoir à se déplacer.

Table des illustrations

Légende Fig. 80. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Vue aérienne du côté sud-ouest du site (cliché R. Goguey).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende Fig. 81. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Plan général du site : 1. entrée au Néolithique ; 2. accès depuis la vallée du Suzon (entrée Âges du Bronze et du Fer ?) ; 3. accès actuel.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende Fig. 82. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet, Val-Suzon (Côte d’Or), Châtelet de la Fontaine au Chat.Perspective cavalière des Châtelets d’Étaules et de la Fontaine au Chat, dans la vallée du Suzon (Côte-d’Or) : 1. Châtelet d’Étaules ; 2. Châtelet de la Fontaine au Chat à Val-Suzon ; 3. Le Suzon (d’après S. Branche).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende Fig. 83. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Coupe géologique depuis le fond de la vallée du Suzon jusqu’au sommet du plateau où est implanté le Châtelet d’Étaules (d’après J. Thierry) : 1. calcaire à entroques ; 2. marnes à Ostrea acuminata ; 3. calcaires à nubécules, calcaires à chailles et calcaires blanc jaunâtre ; 4. oolite blanche ; 5. niveau dolomitique à la limite oolite blanche / Comblanchien ; 6. calcaires de Comblanchien, situation du Châtelet d’Étaules ; 7. dalle nacrée ; 8. alluvions du Suzon (rivière).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 84. Carte des plateaux dominant la vallée du Suzon aux environs du Châtelet d’Étaules et du Châtelet de la Fontaine au Chat à Val-Suzon.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 85. Carte archéologique de la vallée du Suzon : 1. camp de Roche-Château à Messigny-et-Vantoux ; 2. nécropole sous tumulus du Bois de la Mansenne à Messigny-et-Vantoux ; 3. nécropole sous tumulus au nord-est du Châtelet de la Fontaine au Chat à Val-Suzon ; 4. Châtelet de la Fontaine au Chat à Val-Suzon ; 5. Châtelet d’Étaules ; 6. camp des Chatéas à Pasques ; 7. camp près de la Combe Trois-Gros ; 8. camp de Château-Manchard, hameau de Bordes-Pillot, commune de Saint-Martin-du-Mont ; 9. nécropole sous tumulus et petits coffres mégalithiques dans le Bois de Baribœuf près du Camp de Château-Manchard, hameau de Bordes-Pillot, commune de Saint-Martin-du-Mont ; 10. nécropoles sous tumulus de Pasques et de Panges ; 11. captage d’eau de la Fontaine au Chat (structures et mobilier Bronze final) ; 12. sanctuaire sur plan carré (La Tène finale) dans le Bois de Jossam.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende Fig. 86. Messigny-et-Vantoux (Côte-d’Or), Roche-Château.Plan du Camp de Roche-Château.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Fig. 87. Messigny-et-Vantoux (Côte-d’Or), Roche-Château.Coupe est (a. b) du barrage du Camp de Roche-Château : 1. détail de la stratigraphie ; 2. implantation de la coupe sur le profil des structures défensives.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Fig. 88. Messigny-et-Vantoux (Côte-d’Or), Roche-Château.Céramique du Bronze final / Hallstatt ancien : 1. bord de céramique ; 2. grande urne bitronconique ; 3. coupe à bord légèrement rentrant, lèvre à méplat intérieur, fond plat.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 89. Val-Suzon (Côte-d’Or),Châtelet de la Fontaine-au-Chat. Plan de C. Drioton.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 90. Val-Suzon (Côte-d’Or), Châtelet de la Fontaine-au-Chat. Vue aérienne côté ouest (cliché aérien R. Goguey).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende Fig. 91. Val-Suzon (Côte-d’Or), Châtelet de la Fontaine-au-Chat. Coupe sur le barrage.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende Fig. 92. Val-Suzon (Côte-d’Or), Châtelet de la Fontaine-au-Chat.Mobiliers du Bas-Empire : 1-3. céramique du type Jaulges-Villiers-Vineux ; 4. fusaïole en plomb.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende Fig. 93. Val-Suzon (Côte-d’Or), Châtelet de la Fontaine-au-Chat.Détail des gros blocs avec entailles de bardage ou mortaises de liaison.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 94. Bouze-lès-Beaune (Côte-d’Or), Le Châtelet. Plan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Fig. 95. Bouze-lès-Beaune (Côte-d’Or), Le Châtelet. Élévation du parement extérieur du rempart.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende Fig. 96. Val-Suzon (Côte-d’Or), captage d’eau de la Fontaine-au-Chat. Fragment de lame avec amorce de la soie d’un couteau à dos en bronze, décor gravé (Bronze final III).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende Fig. 97. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.A et B : Profil longitudinal du barrage avec implantation des sections 3 et 10 ouvertes pour l’étude de la coupe stratigraphique des structures, versant intérieur (d’après une photographie de C. Drioton, prise vers 1880, à partir de laquelle le profil relevé sur le terrain a été reporté).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende Fig. 98. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Plan général des sections de fouilles ouvertes pour l’étude du barrage (3, 5, 6 et 10) avec indication des coupes.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 99. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Coupe schématique du barrage montrant la stratigraphie des structures : 1. rempart primitif du Néolithique moyen ; 2. rempart parementé du Néolithique moyen et final ; 3. rempart du Bronze final ; 4. rempart du Hallstatt.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 100. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Coupe stratigraphique du barrage : IIIA. rempart du Néolithique moyen et final ; IIIB. noyau primitif du rempart du Néolithique moyen. Échelle métrique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende Fig. 101. La Groutte (Cher), Camp de César.Coupe stratigraphique du barrage : 8. rempart du Néolithique moyen (d’après E. et J.-Y. Hugoniot et B. Vannier).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende Fig. 102. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Plan de la section 6 à l’extrémité est du barrage. Porte ouest : 1 et 2. trous de poteau.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende Fig. 103. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Coupe est-ouest de la section 6 à l’extrémité est du barrage. Porte ouest : trous de poteau.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Fig. 104. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Coupe sud-nord de la section 6 à l’extrémité est du barrage. Porte ouest : trou de poteau.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Fig. 105. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Plan de détail dans la section 3, zone d’habitat du Néolithique moyen N.M.B. : trou de poteau aménagé dans la roche du plateau et dalles de contreventement fichées également dans la roche.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende Fig. 106. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Coupe stratigraphique, extrémité est du barrage, secteurs 1 à 19. Échelle métrique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Fig. 107. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Coupe S-T dans la section 3, secteurs 13 à 15. Projection horizontale des mobiliers du Néolithique moyen dans la stratigraphie des structures. Les numéros figurant sous les objets renvoient aux planches de NICOLARDOT, 1993b.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 108. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Coupe Z-A dans la section 3, secteurs 13 à 15. Projection horizontale des mobiliers du Néolithique moyen dans la stratigraphie des structures.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende Fig. 109. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Coupe Z-A dans la section 3, secteurs 16 à 18. Projection horizontale des mobiliers du Néolithique moyen dans la stratigraphie des structures.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende Fig. 110. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Mobiliers en os et bois de cerf du Néolithique moyen.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende Fig. 111. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Plan de répartition des principaux mobiliers du Néolithique moyen.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende Fig. 112. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Coupe F-G dans la section 3, secteurs 11 à 15. Projection horizontale des mobiliers dans la stratigraphie des structures.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende Fig. 113. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Céramique carénée ou à épaulement du Néolithique moyen : 1. grande jatte à carène basse, col droit à lèvre épaissie, arrondie ; 2. jarre carénée à col éversé, lèvre amincie ; 3. bol à épaulement très marqué, grand col droit légèrement éversé, bord à lèvre arrondie.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Fig. 114. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Céramique du Néolithique moyen : moyens de préhension non perforés et à perforations horizontales ou verticales : 1. fragment de la panse d’une grande jarre, mamelon de préhension hémisphérique sans perforation sur l’épaule ; 2. mamelon de préhension hémisphérique, sans perforation ; 3. mamelon de préhension à perforation verticale ; 4. mamelon de préhension sans perforation ; 5. mamelon de préhension hémisphérique à perforation horizontale placée dans la partie supérieure ; 6. mamelon de préhension hémisphérique à perforation horizontale ; 7. mamelon de préhension ovalaire à perforation horizontale.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende Fig. 115. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Céramique du Néolithique moyen : 1 et 5. fragments de faisselles ; 2. fragment de col droit, bord à lèvre ourlée extérieurement ; 3. disque perforé en terre cuite ; 4. bord à lèvre arrondie ; 6. fragment de cuillère ; 7. fragment épais de « plat à pain », décor d’une impression profonde circulaire sur une face ; 8. fragment de bord de « plat à pain » ; 9. fragment d’un petit boudin de section ovalaire (manche de cuillère ou anse ?) ; 10. fragment de gobelet à fond plat, base mousse.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 116. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Outillage lithique du Néolithique moyen : grattoirs, lames retouchées, burin, nucléus : 1. éclat retouché ; 2. lame retouchée ; 3. nucléus rabot ; 4. éclat retouché : 5. burin sur éclat, silex ; 6. pointe retouchée, chaille ; 7. grattoir massif ; 8. fragment d’une grande lame retouchée, silex ; 9. éclat retouché ; 10. grattoir, silex ; 11. grattoir sur éclat, silex ; 12. nucléus.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende Fig. 117. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Outillage lithique du Néolithique moyen, armatures de flèches perçantes : 1. triangulaire, en silex, base droite, retouches envahissantes ; 2. losangique, silex, retouches envahissantes ; 3. triangulaire, à base droite irrégulière, silex ; 4. triangulaire à base droite, silex, retouches bi-faciales ; 5. losangique, silex ; 6. triangulaire à base droite, éclat de silex ; 7. à base droite, retouches bi-faciales, silex ; 8. en chaille ; 9. à tranchant transversal, silex ; 10. à tranchant transversal, chaille ; 11. à tranchant transversal, silex ; 12. à tranchant transversal, chaille ; 13. à tranchant transversal, silex ; 14. triangulaire à base droite, retouches envahissantes, silex ; 15. fragment d’armature de flèche perçante, silex ; 16. tranchante, silex : 17. lame retouchée, couteau, chaille ; 18. éclat retouché, chaille ; 19. pointe triangulaire, alésoir, chaille ; 20. grande lame retouchée, silex ; 21. grattoir, silex ; 22. éclat retouché, chaille ; 23. grattoir circulaire, retouches envahissantes, chaille ; 24. pointe massive à retouches bi-faciales, chaille ; 25. grattoir sur éclat, chaille ; 26. grattoir discoïde, chaille.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Légende Fig. 118. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Outillage lithique du Néolithique moyen : 1-8 et 10. fragments de haches en roche dure polie ; 5. percuteur cubique ; 9. alésoir.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 119. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Outillage lithique du Néolithique moyen : haches en roche dure polie.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende Fig. 120. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Outillage lithique du Néolithique moyen : hache en roche dure polie, dont le talon a servi de percuteur.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 121. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Outillage en bois de cerf du Néolithique moyen : 1. fragments d’une gaine de hache, type en manchon ; 2. gaine de hache, type en manchon ; 3. fragment de gaine de hache, type en manchon ; 4. petit manche d’outil, décor de stries parallèles disposées par groupes de deux ; 5. grand manche d’outil ; 6. fragment de gaine de hache, type en manchon ; 7. petit manche d’outil.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 122. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Outillage en bois de cerf et en os du Néolithique moyen : 1-3. ciseaux en os ; 4. fragment de lissoir en bois de cerf ; 5, 6. poinçons en os ; 7. extrémité de pic en bois de cerf ; 8. fragment d’os brûlé travaillé ; 9. extrémité d’objet en bois de cerf, travaillé ; 10. fragment de poinçon en os ; 11. extrémité d’alésoir en bois de cerf ; 12. grand pic en bois de cerf ; 13. perle tubulaire en os ; 14. extrémité d’alésoir en bois de cerf ; 15. extrémité d’alésoir en bois de cerf ; 16. pendeloque en os.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende Fig. 123. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Coupe nord-est dans la section 9. Projection horizontale des mobiliers du Néolithique final dans la stratigraphie des structures.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende Fig. 124. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Plan de répartition des principaux mobiliers du Néolithique final.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Fig. 125. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Coupe F-G, secteur 3, dans la section 9. Projection horizontale des mobiliers du Néolithique final dans la stratigraphie des structures.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Fig. 126. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Céramique du Néolithique final : moyens de préhension non perforés : 1. bourrelet placé sur le bord ; 2. bord arrondi sous lequel on trouve un mamelon ovalaire ; 3. bourrelet horizontal ; 4. bord droit à lèvre amincie sous lequel on voit un mamelon ovalaire horizontal ; 5. col droit, bord à lèvre arrondie, préhension formée d’un bourrelet horizontal ; 6. tesson présentant une languette horizontale fine et proéminente ; 7. bord à lèvre ourlée sous lequel on trouve une préhension formée d’un mamelon ; 8. tesson avec l’amorce d’une anse en ruban ; 9. bord à lèvre plate sur laquelle se trouve un bourrelet ; 10. fragment de l’épaule d’un récipient avec mamelon ovalaire horizontal à dépression pincée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 127. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Outillage lithique du Néolithique final : 1. lame massive retouchée ; 2, 3. armatures de flèche à pédoncule et ailerons ; 4. scie à coches.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 128. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Façade extérieure du barrage, élévation consolidée des remparts successifs (Néolithique moyen et final, Âge du Bronze final et premier Âge du Fer).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 129. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Coupe est, section 3, du barrage du Châtelet d’Étaules. Vue de détail de la coupe suivant une section nord-sud perpendiculaire à l’axe longitudinal du barrage, des secteurs 18 à 35. IA. rempart de pierres sèches à poutrage interne en bois (Hallstatt final) ; Ib. glacis en tuf du Hallstatt final ; Ic. couche cendreuse et charbonneuse de destruction des structures défensives du Hallstatt ancien ; Id. semelle de fondation du rempart du Hallstatt final reprenant des matériaux de structures du Bronze final/Hallstatt ancien ; II. rempart du Bronze final à parements externe et interne ; IIb. éboulis pierreux du rempart du Bronze final ; IIc. couche cendreuse et charbonneuse de destruction de structures du Bronze final ; IIIA. rempart du Néolithique moyen, structure défensive en petites plaquettes ; IIIB. rempart primaire du Néolithique retrouvé sous l’aspect d’un massif pierreux formé de très gros blocs ; IIIc. niveau de défrichage du Néolithique moyen ; IV. roche en place du Bathonien supérieur.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende Fig. 130. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Secteurs X à B / 17 à 20, section 3. Plan de détail montrant la présence de pièces de bois orthogonales dans le rempart du Bronze final.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende Fig. 131. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Secteur X, section 3. Dépôt votif de foetus humains dans les fondations du rempart du Bronze final.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende Fig. 132. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Secteur X, section 3. Localisation dans l’élévation du parement extérieur du barrage du dépôt votif de foetus humains placé dans les fondations du rempart du Bronze final (S).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Légende Fig. 133. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Coupe Z-A dans la section 3, secteurs 10 à 12. Projection horizontale des mobiliers du Bronze final dans la stratigraphie des structures.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 134. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Coupe J-K dans la section 3, secteurs 6 à 10. Projection horizontale des mobiliers du Bronze final dans la stratigraphie des structures.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende Fig. 135. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Coupe S-T dans la section 3, secteurs 7 à 9. Projection horizontale des mobiliers du Bronze final dans la stratigraphie des structures.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 136. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Coupe nord-sud dans la section 5, secteurs 1 à 5. Projection horizontale des mobiliers du Bronze final dans la stratigraphie des structures.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Fig. 137. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Coupe dans la section 10, secteurs 6 à 11. Projection horizontale des mobiliers du Bronze final dans la stratigraphie des structures.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende Fig. 138. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Plan de répartition des principaux mobiliers du Bronze final.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 139. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet. Parures en bronze du Bronze final : 1. épingle à enroulement proximal ; 2. épingle à tête piriforme, décor géométrique gravé.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 9,8k
Légende Fig. 140. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet. Armatures de flèches du Bronze final III : 1. en tôle de bronze ; 2, 3. en tôle de fer, avec deux trous de fixation ; 4. fabriquée dans un fragment de bracelet en bronze.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende Fig. 141. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet. Outillage en bronze : 1, 2. poinçons.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 6,0k
Légende Fig. 142. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet. Céramique : gobelet à épaulement de type R.S.F.O. (Bronze final IIb/IIIa).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende Fig. 143. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Céramique du Bronze final IIb/a (type R.S.F.O.) : 1. gobelet à épaulement, décor de lignes et d’incisions parallèles ; 2, 3. fragments de gobelets à épaulement, décor de fines cannelures horizontales et parallèles.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende Fig. 144. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Céramique du Bronze final III : assiette à bord éversé, lèvre à marli, décor géométrique intérieur gravé avec incrustation de matière blanche.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende Fig. 145. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Céramique décorée du Bronze final III : 1. jatte à bord à lèvre aplatie, décor graphité de chevrons peints ; 2. jatte à bord rentrant, lèvre amincie, décor graphité de lignes parallèles verticales ; 3. jatte à bord rentrant, décor graphité de chevrons emboîtés et de triangles ; 4. urne à épaulement, col droit, bord éversé, lèvre aplatie, décor géométrique peint, lignes verticales, lignes obliques, parallèles et triangles ; 5. jatte à bord rentrant, lèvre amincie, décor géométrique peint à la barbotine, lignes parallèles obliques, chevrons et triangles ; 6. jatte à épaulement, col éversé, bord à lèvre amincie, décor géométrique graphité, lignes obliques parallèles, triangles ; 7. jatte à bord rentrant, lèvre aplatie, décor de trois larges cannelures parallèles disposées au-dessus de l’épaule.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende Fig. 146. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Céramique décorée du Bronze final III : 1. fragment de jatte, bord lègèrement éversé, lèvre arrondie, décor peint à la barbotine, lignes parallèles obliques ; 2. fragment de jatte à épaulement, décor géométrique peint à la barbotine, lignes obliques parallèles, triangles.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 9,7k
Légende Fig. 147. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Céramique décorée du Bronze final III : col de jatte à profil en S, décor d’une ligne horizontale d’incisions triangulaires.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende Fig. 148. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Céramique du Bronze final III : 1. partie supérieure d’une urne biconique à col tronconique légèrement éversé, bord à lèvre plate élargie extérieurement ; 2. fragment d’une urne bitronconique à col rentrant, bord éversé, décor de deux larges cannelures sur le dessus de l’épaule ; 3. jatte à bord rentrant, lèvre amincie, fond plat ; 4. bol à bord rentrant, lèvre amincie, fond plat ; 5. jatte à bord rentrant, lèvre aplatie à méplat intérieur ; 6. jatte à bord rentrant, lèvre ourlée vers l’intérieur, fond plat.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende Fig. 149. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Céramique décorée du Bronze final III : 1. fragment de la partie supérieure d’une grande urne à col légèrement rentrant, lèvre arrondie, décor d’un cordon à impressions digitales (la partie supérieure du col présente des traces d’empreintes de tissus ou de vannerie fine) ; 2. col légèrement rentrant, bord éversé à lèvre aplatie, décor d’un cordon torsadé ; 3. fragment d’un col éversé, bord à lèvre à méplat intérieur, décor d’une ligne horizontale d’incisions obliques faites à l’ongle.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 150. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Céramique décorée du Bronze final III : 1. fragment d’anse en ruban, tenon de fixation ; 2. fragment d’anse en ruban ; 3. fragment d’anse en ruban.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 8,3k
Légende Fig. 151. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Céramique du Bronze final III : 1. urne à épaulement, col rentrant à bord éversé ; 2. jatte tronconique, bord à lèvre aplatie, ourlée intérieurement ; 3. fond à pied creux ; 4. jatte à bord rentrant décorée de deux cannelures fines parallèles et horizontales ; 5. fond à base annulaire et concave, pied creux ; 6. jatte à bord rentrant, lèvre à méplat, ourlée vers l’intérieur, décor sur l’épaule d’un cordon horizontal torsadé (traces d’empreintes de tissus ou de vannerie fine).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende Fig. 152. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Céramique du Bronze final III : 1. fusaïole à dépression centrale ; 2. perle cylindrique à dépression centrale ; 3. fusaïole bitronconique ; 4. fusaïole bitronconique ; 5. fusaïole à dépression centrale, décor impressionné ; 6. fusaïole biconique, décor de côtes verticales.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Fig. 153. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Coupe est, section 3 du barrage, vue de détail de la coupe stratigraphique suivant une section nord-sud perpendiculaire à l’axe longitudinal du barrage, des secteurs 18 à 35. IA. rempart de pierres sèches à poutrage interne en bois (Hallstatt final) ; Ib. glacis en tuf du Hallstatt final ; Ic. couche cendreuse et charbonneuse de destruction des structures défensives du Hallstatt ancien ; Id. semelle de fondation du rempart du Hallstatt final reprenant des matériaux de structures du Bronze final/Hallstatt ancien ; II. rempart du Bronze final à parements externe et interne ; IIb. éboulis pierreux du rempart du Bronze final ; IIc. couche cendreuse et charbonneuse de destruction de structures du Bronze final ; IIIA. rempart du Néolithique moyen, structure défensive en petites plaquettes ; IIIB. rempart primaire du Néolithique retrouvé sous l’aspect d’un massif pierreux formé de très gros blocs ; IIIc. niveau de défrichage du Néolithique moyen ; IV. roche en place du Bathonien supérieur.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende Fig. 154. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Armes : deux armatures de flèches triangulaires du « type du Bourget » (Bronze final III) et une armature de flèche à pédoncule et ailerons (Hallstatt final).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Fig. 155. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Armature de flèche à pédoncule et ailerons (Hallstatt final), in situ, le long du parement extérieur du rempart du premier Âge du Fer.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende Fig. 156. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Coupe F-G dans la section 3, secteurs 6 à 10. Projection horizontale des mobiliers du Hallstatt ancien dans la stratigraphie des structures.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende Fig. 157. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Coupe O-A dans la section 3, secteurs 6 à 9. Projection horizontale des mobiliers du Hallstatt final dans la stratigraphie des structures.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Fig. 158. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Coupe Z-A dans la section 3, secteurs 7 à 9. Projection horizontale des mobiliers du Hallstatt final dans la stratigraphie des structures.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende Fig. 159. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Plan de répartition des principaux mobiliers du premier Âge du Fer.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Fig. 160. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Fibules du Hallstatt final.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende Fig. 161. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Parure en bronze du Hallstatt ancien : épingle en col de cygne, extrémité proximale en palette, décor composé d’une échancrure en V et de stries gravées.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 8,6k
Légende Fig. 162. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Fibules du Hallstatt final (sauf 3, du Hallstatt moyen) : 1. en bronze à simple timbale repliée sur le pied, ressort court, corde interne et arc plat ; 2. en bronze à deux timbales et long ressort ; 3. fragment d’une fibule en bronze à disque d’arrêt ; 4. en bronze à double timbale, ressort long et corde interne ; 5. en bronze à double timbale, l’une formant l’arc, l’autre sur le pied, décor de cercles concentriques gravés sur les timbales, ressort court à corde interne ; 6. fragment de fibule en bronze à une timbale, petit ressort ; 7. en bronze à pied orné d’un cabochon conique riveté, décor de lignes parallèles gravées, ressort court et corde interne ; 8. fragment de fibule en fer à pied relevé, décor bouleté ; 9. fragment de fibule à long ressort et corde interne ; 10. fragment de fibule en bronze à pied relevé orné d’une cupulette, arc renflé et creux, perforation pour recevoir l’axe du ressort ; 11. fragment de fibule en fer dont n’est conservée que l’extrémité du pied relevé décoré d’une perle en bronze.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende Fig. 163. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Mobiliers divers du premier Âge du Fer : 1. fragment de rasoir en bronze, décor estampé de cercles pointés (Hallstatt moyen) ; 2. pendeloque en bronze dite « crotale », décor de chevrons et de lignes parallèles gravées (Hallstatt moyen) ; 3, 4. fragments de deux armilles ou très petits bracelets, ornés de stries gravées parallèles et de lignes au « trémolo » (Hallstatt final) ; 5. bracelet ouvert filiforme, en bronze, section circulaire, extrémités mousses, l’une portant un décor de stries parallèles (Hallstatt final) ; 6. crochet en fer, agrafe de ceinture (Hallstatt moyen) ; 7. fragment de rasoir en fer, lame pleine hémicirculaire et asymétrique (Hallstatt ancien) ; 8. bracelet filiforme en bronze, ouvert, les extrémités sont légèrement repliées vers l’extérieur, le décor comprend des lignes fines parallèles et obliques (Hallstatt final) ; 9. fragment d’agrafe de ceinture en tôle de fer rivetée (Hallstatt moyen).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 164. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Parures du premier Âge du Fer : 1. perle en pâte de verre jaune, décor d’une ligne noire en zigzag (Hallstatt final) ; 2. perle plate en corail (Hallstatt final) ; 3. bracelet en schiste de section torique (Hallstatt moyen).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende Fig. 165. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Armes en fer du Hallstatt final : 1. armature de flèche à pédoncule et ailerons ; 2. pointe de lance à douille conique courte.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende Fig. 166. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet. Céramiques du premier Âge du Fer.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Fig. 167. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Plan section 3 E/F. Projection horizontale des aires de répartition des fragments de céramique appartenant à un même récipient (notam céramique du Hallstatt ancien).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Fig. 168. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Céramique du premier Âge du Fer : 1. gobelet tronconique à paroi éversée, bord à lèvre aplatie, fond plat (Hallstatt final) ; 2. jatte à bord rentrant, lèvre arrondie, décor géométrique poinçonné et incisé en chevron (Hallstatt ancien) ; 3. bol à épaulement et col éversé à lèvre amincie (Hallstatt final) ; 4. écuelle à bord droit légèrement éversé, lèvre amincie, fond plat (Hallstatt final) ; 5. fragment de jatte à col rentrant, lèvre amincie, décor de cannelures moyennes horizontales (Bronze final / Hallstatt ancien) ; 6. bol à épaulement et col droit légèrement éversé, bord à lèvre arrondie (Hallstatt final) ; 7. fragment de jatte à bord rentrant, lèvre amincie (Hallstatt final).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Fig. 169. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Céramique du Hallstatt final (sauf 2 et 3 Bronze final / Hallstatt ancien) : 1. très grande jarre à bord rentrant, lèvre à méplat intérieur, décor cordon lisse horizontal ; 2. fragment d’une urne bitronconique, col éversé souligné par un épaulement ; 3. urne biconique, col éversé, bord à lèvre amincie et fond plat ; 4. très grande jarre à bord rentrant, lèvre aplatie, décor cordon lisse horizontal, sous le cordon présence d’un petit orifice, trou circulaire percé dans la paroi qui a pu servir de « trop plein » pour des liquides.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Fig. 170. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Céramique du Bronze final ou du Hallstatt ancien : 1. fragment de l’épaule d’une jatte à décor géométrique poinçonné et incisé en bandeaux (Hallstatt ancien) ; 2. bord droit, décor en lignes horizontales d’incisions profondes en chevrons obliques (Bronze final / Hallstatt ancien) ; 3. col éversé de jatte, décor géométrique impressionné et incisé de losanges pointés (Hallstatt ancien) ; 4. bord droit, décor d’un cordon horizontal à impressions digitales (Hallstatt ancien) ; 5. bord droit légèrement rentrant, lèvre arrondie, décor de cannelures moyennes (Hallstatt ancien) ; 6, 10-13 et 15-20. fragments de jattes à décors poinçonnés et incisés (Hallstatt ancien) ; 7. fond plat de jatte à décor d’incisions à l’ongle (Hallstatt ancien) ; 8. jatte à épaulement, bord légèrement éversé, lèvre amincie, décor géométrique poinçonné et incisé en bandeaux associés à des cannelures horizontales (Hallstatt ancien) ; 9. fragment de céramique décoré d’incisions à l’ongle (Hallstatt ancien) ; 14. jatte à épaulement, bord éversé, lèvre amincie, décor géométrique (Hallstatt ancien).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 171. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Céramique du Hallstatt ancien : fragment de l’épaule d’une jatte décorée d’un motif géométrique poinçonné et incisé en chevrons.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende Fig. 172. Étaules (Côte-d’Or), Camp du Châtelet.Céramique du Hallstatt final : 1. jatte à bord rentrant, lèvre arrondie, décor d’une ligne d’impressions digitales ovalaires, empreinte d’une fleur macroscopique dans la pâte ; 2. tesson de céramique, décor peint géométrique de losanges ; 3. tesson de céramique, décor géométrique peint ; 4. fragment de jatte à bord rentrant, lèvre amincie, décor géométrique peint de chevrons et de lignes parallèles obliques, une ligne horizontale.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23572/img-93.jpg
Fichier image/jpeg, 27k

© ARTEHIS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search