Version classiqueVersion mobile

L’habitat fortifié pré- et protohistorique en Côte-d’Or

 | 
Jean-Pierre Nicolardot

Chapitre II. Le camp de Myard à Vitteaux (Côte-d’Or) du Néolithique moyen au Bronze final

Texte intégral

II-1 Présentation générale du site

II-1-1 Le site dans son proche environnement archéologique

1Le Camp de Myard, du type éperon barré, occupe la pointe nord d’un haut plateau sur le territoire de Vitteaux (Côte-d’Or) (fig. 224 et fig. 237 C / 5). C’est une digitation du substrat bajocien qui s’avance entre les vallées de l’Armançon qui coule à l’ouest, et de son affluent, la Brenne, qui déroule ses méandres à l’est (fig. 14). À une altitude de 510 m, le Camp de Myard domine aujourd’hui la bourgade de Vitteaux qui s’est développée autour de l’ancienne enceinte castrale des Comtes de Chalon, aujourd’hui en grande partie rasée mais dont l’empreinte circulaire marque encore fortement le paysage (fig. 15 et fig. 18, n° 5). Le Camp de Myard commande un lieu de passage obligé vers la Terre Plaine d’Auxois. Au sud du Camp de Myard, on peut suivre les traces laissées dans le paysage par un chemin vraisemblablement très ancien, qui permettait la communication entre les vallées de l’Armançon et de la Brenne en franchissant le plateau à la hauteur de la ferme de Myard. À ce niveau, il est rejoint par un autre tracé de chemin venu du sud, qui suit la ligne de crête du plateau et qui, toujours par les sommets, relie et dessert toute une série de nécropoles pré- et protohistoriques, sous tumulus, depuis les Murots-Bleus à Créancey, en passant par Bellenot-sous-Pouilly, Martrois et Uncey-le-Franc. Ce même chemin relie également au Camp de Myard les camps en éperon barré de Roche-Saint-Claude à Boussey, du Château au hameau des Granges-de-Vesvres, commune de Vesvres. Le site de Myard est actuellement le mieux connu parmi les sept autres habitats fortifiés de hauteur recensés dans le canton de Vitteaux, respectivement sur les communes d’Arnay-sous-Vitteaux (Saint-Abdon), de Charny (Le Châtelet), de Boussey (Roches-Saint-Claude), de Gissey-le-Vieil (Bois du Château), de Vesvres (Le Château), de Villeberny (Lomont) et de Villy-en-Auxois (Chantoillon) (fig. 16).

2Fréquenté dès le Néolithique moyen, au IVe millénaire avant J.-C. et à l’extrême fin de l’Âge du Bronze, au viiie siècle avant J.-C., le Camp de Myard, appelé aussi Camp Romain, Camp de César, Montagne de Bellevue ou Montagne de Myard, n’est pas isolé, mais s’inscrit dans un environnement archéologique notable. Contemporains de la première occupation du camp, près d’une centaine de petits tertres sont disséminés sur le plateau, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur du barrage où se voient aussi plusieurs rangées de murées orientées pour la plupart nord-sud (fig. 17).

  • 4 Les quatre haches, actuellement conservées au Musée Archéologique de Dijon, appartiennent à un ense (...)

3Se rapportant aux temps protohistoriques, on peut signaler un dépôt de haches de l’Âge du Bronze découvert dans une grotte située sur le côté ouest et à la base de l’avancée de plateau de la Montagne de Myard, à la proximité immédiate de la ferme de Myard (fig. 18, n° 2). Cet ensemble mobilier, dont seulement quatre exemplaires nous sont parvenus4 et dont nous reparlerons plus loin, est contemporain de la dernière occupation du camp reconnue par les fouilles : l’extrême fin du Bronze final.

4Appartenant aux temps historiques, des constructions gallo-romaines ont été fortuitement reconnues en 1801 au lieu-dit « Les Mises », sous la roche de Myard (fig. 18, n° 4). À ces vestiges étaient mêlés un fragment de colonne cannelée, des tuiles et des conduits d’hypocauste, des monnaies et une inscription lapidaire (HUTINEL, MATHEY, 1912, p. 243-244). C’est de ce site que provient aussi une Epona, sculptée en bas relief dans un bloc de calcaire, aujourd’hui conservée au Musée des Antiquités Nationales. Des environs de Vitteaux, on mentionnera aussi la découverte d’une pierre sculptée qualifiée par les inventeurs de fragment d’autel gallo-romain (BERTHOUD, BERTHOUD, 1906, p. 313).

5Située également au pied et au nord de l’éperon barré de Myard, on peut signaler la présence d’une nécropole mérovingienne, dont quelques poteries sont également conservées au Musée des Antiquités Nationales. Toujours de la période médiévale, nous rappellerons la pré sence des vestiges d’une ancienne maison-forte à l’emplacement de la ferme de Myard (fig. 18, n° 3) (MARLAND, 1973 et 1975 ; PESEZ, PIPONNIER, 1972).

Fig. 14. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Localisation du site sur le plateau bajocien.

Fig. 14. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Localisation du site sur le plateau bajocien.

Fig. 15. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Vue du côté est du site, depuis les Granges de Vesvres.

Fig. 16. Carte de répartition des sites d’habitat de hauteur fortifiés du canton de Vitteaux : triangle blanc : site reconnu non daté ; triangle jaune : occupation néolithique reconnue ; triangle vert : occupation Bronze final reconnue ; triangle rouge : occupation protohistorique reconnue ; triangle-mi-jaune, mi-rouge : occupation pré- et / ou protohistorique supposée. Les 28 communes du canton sont indiquées par un cercle.

II-1-2 Historique des recherches sur le camp de Myard

6La plus ancienne mention connue du Camp de Myard remonte au 11 mai 1894 et elle relate les recherches de S. Berthoud. Peu avant la guerre de 1914, un érudit local, le Vicomte P. de Truchis, s’intéressa à son tour au Camp de Myard. Toutes ces recherches sont restées pratiquement inédites, mis à part la publication de quelques notes très succinctes de S. Berthoud écrites en 1894 (HUTINEL, MATHEY, 1912, p. 238) et de L. Berthoud datées de 1909 (BERTHOUD, 1910) ; à ces pièces on peut ajouter un plan du site conservé dans les archives de la Commission des Enceintes de la Société Préhistorique Française. Ce relevé, de la main de P. de Truchis, surprend : on peut voir un rempart avec une entrée située au centre, flanquée de deux massifs quadrangulaires symétriques (fig. 19). On verra par la suite que cela ne correspond nullement à la réalité sur le terrain. On remarquera cependant que l’auteur a bien indiqué un enclos placé à l’extrémité nord-est du camp ainsi qu’un grand nombre des petits tertres, à usage funéraire, dont il a déjà été question ci-dessus.

7C’est en 1969 que, pour la première fois, nous avons entrepris des fouilles sur le site de Myard, travaux qui ont été poursuivis jusqu’en 1985. Tout récemment, en 1996, nous avons engagé de nouvelles recherches. Elles sont orientées sur l’étude des structures défensives et plus particulièrement sur celles du rempart supérieur élevé sur les ruines des occupations du Néolithique moyen, système défensif complexe comportant des bastions quadrangulaires, reconnus comme ayant été fréquentés au Bronze final. Le site, en cours de classement par les Monuments Historiques, fait l’objet de travaux de remise en état et une signalétique, réalisée avec le concours de l’Office National des Forêts, permet une meilleure compréhension des vestiges visibles par les visiteurs. Il est accessible par un circuit de randonnées balisé depuis Vitteaux.

Fig. 17. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Plan général comportant le tracé du rempart du Bronze final et de ses tours ainsi que l’indication des murées et des tertres visibles sur le terrain.

II-1-3 Implantation et problématique des recherches

8Au moment de notre première intervention, le site de Myard se présentait comme un terrain plat, précédé par d’anciennes lavières et coupé d’est en ouest par un gros bourrelet pierreux, envahi par la végétation arbustive que l’on trouve régionalement sur les friches. Ce bourrelet formait barrage et rejoignait les à-pic du calcaire à entroques dont les parois verticales, hautes d’une dizaine de mètres, offraient une excellente protection naturelle. Comme il a été déjà dit précédemment, de nombreux petits tertres, situés à l’extérieur et à l’intérieur de l’enceinte délimitée par le barrage, venaient également compléter les structures visibles, ainsi qu’un enclos quadrangulaire en pierres sèches situé à l’extrémité nord-est du terrain.

9Sur le barrage pierreux, long de 180 m, on distinguait encore, de place en place, des parements de pierres sèches. De même, un gros massif quadrangulaire et un autre, plus petit, étaient visibles, en saillie sur le flanc sud du bourrelet. Tout laissait penser que nous avions là les vestiges d’un ou plusieurs remparts qui s’étaient succédé au cours des temps et qui portaient les traces des dégagements effectués par P. de Truchis. Vers son extrémité est, un chemin moderne franchissait cet obstacle sans l’avoir complètement fait disparaître. À chacune des extrémités, le barrage s’amenuisait en hauteur, mais les éboulis plus importants que l’on pouvait remarquer au niveau du Lias, au pied des falaises calcaire est et ouest, révélaient que les structures défensives s’étaient étendues jusqu’au bord du plateau, à des époques encore inconnues et qui seront révélées par les fouilles.

10Nous avons décidé de porter en premier les recherches sur le barrage et préalablement aux fouilles, une campagne de détections géophysiques (magnétomètre à protons) a été entreprise par J.-C. Chauvin et M. Scheib du Laboratoire des Sciences de la Terre de l’Université de Paris-Jussieu. Cette étude a été menée selon un quadrillage de 120 m × 20 m, le long de la façade intérieure du barrage, et des profils de résistivité ont été implantés perpendiculairement au barrage (fig. 20). Ces profils ont permis de déceler la présence de fosses en avant du barrage. Par la suite, au fil des sept premières années de travaux de terrain, les recherches ont été étendues selon dix-sept sections de fouilles (fig. 21, sections nos 1 à 17) qui, outre l’étude des fortifications et des structures d’habitats attenantes, dans la partie médiane du barrage (fig. 21, sections n° 3 nord et sud, sections nos 7 et 11) et vers son extrémité ouest (section n° 5), ont porté sur les remplissages de trois diaclases s’ouvrant dans la falaise calcaire bordant le plateau (sections nos 1, 2 et 17), des tertres funéraires de pierres sèches (sections nos 4, 9 et 14), les aménagements d’entrée au Néolithique (sections nos 9 et 10) et au Bronze final (section n° 13), des renforts de défenses en bord de falaise (section n° 16), une murée parallèle au barrage et extérieure au camp (section n° 15) ainsi que sur l’enclos situé à la pointe nord du camp (sections nos 6, 8 et 12). En 1996 et 1997, les travaux ont porté sur l’étude du rempart supérieur (Bronze final) et de ses tours dans la partie médiane du barrage (fig. 21, sections nos 18 à 23).

Fig. 18. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Photo aérienne verticale du Camp de Myard et de son environnement archéologique : 1. barrage délimitant le camp ; 2. grotte avec dépôt de haches du Bronze final ; 3. maison forte à l’emplacement de la Ferme de Myard ; 4. site gallo-romain « Les Mises » ; 5. emplacement du château de Vitteaux (cliché I.G.N.).

11En 1969, à l’ouverture du chantier de Myard, se posait toujours la question de connaître avec précision le moment de l’apparition des premières structures défensives dans les habitats fortifiés de hauteur.

12Dès la première moitié du xixe siècle, les fouilles du Fort-Harrouard, à Sorel-Moussel (Eure-et-Loir ; PHI LIPPE, 1934), avaient montré que l’importante occupation à l’Âge du Bronze de ce camp en éperon barré (du Bronze ancien au Bronze final IIIa), se superposait à des installations du Néolithique moyen du faciès chasséen septentrional ou chasséen du Bassin parisien, mais la problématique portant sur la datation des premiers ouvrages défensifs n’avait pas trouvé de réponse pertinente. Il faudra attendre les fouilles que nous avons menées dans les années quatre-vingt, pour identifier et distinguer, sur le Fort-Harrouard, les structures défensives du Néolithique moyen et celles du Néolithique final (MOHEN, NICOLARDOT, 1985).

Fig. 19. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Relevé par P. de Truchis (début xxe siècle, archives de la Société Préhistorique Française).

Fig. 20. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Plan de situation des zones et profils de mesures de résistivité, prospections du Laboratoire de Physique du Globe (Paris).

Fig. 21. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Plan de situatio des 23 sections de fouilles (1969-1976 et 1996-1997).

13Au Châtelet d’Étaules, sur lequel nous reviendrons plus loin, cinq années avant nos recherches à Myard, l’existence d’un rempart bien structuré édifié dès le Néolithique moyen était avancée (GUYOT, 1964). Mais cette hypothèse était encore loin d’être reconnue en 1973, époque où l’on considérait que c’était à partir des Âges des Métaux et même surtout seulement à partir des Âges du Fer que les camps en éperon barré comportaient de véritables remparts. Auparavant, on n’évoquait, au Néolithique, que la possibilité de « barrages bas » (JOLY, 1973).

14C’est dans ce contexte d’hypothèses que nous nous trouvions lorsque nous constations, au début des recherches à Myard, la présence d’un barrage important laissant supposer plusieurs époques d’édifications et dès le début des recherches, la fouille d’une fissure située vers l’extrémité ouest du barrage (fig. 21, nos 1 et 2) nous permettait d’avoir une idée générale sur les différentes périodes d’occupation du site. En effet, ont été retrouvés dans le remplissage de cette diaclase, mélangés et sans stratigraphie, de la céramique (fig. 36, n° 3), de l’outillage lithique (fig. 46, n° 12) et de l’outillage sur os (fig. 53, n° 3) du Néolithique moyen, de la céramique (fig. 58, nos 1 et 3) du Néolithique final et également de la céramique du Bronze final (fig. 76, nos 9 et 25). Il convenait alors de retrouver les structures défensives et d’habitat se rapportant aux trois périodes d’occupations reconnues sur le site.

II-1-4 La stratigraphie

15Une importante section de recherche a été ouverte, à un endroit qui ne semblait pas avoir fait l’objet de fouilles antérieures, perpendiculairement au barrage (fig. 21, n° 7). Elle a permis de reconnaître et d’étudier, de part et d’autre du barrage, la stratigraphie des structures défensives et d’habitats qui comprennent huit principales composantes (fig. 22, nos 1 à 8).

16De l’extérieur du barrage vers l’intérieur on trouve, successivement, une suite de fosses d’extraction de plaquettes et de dalles de calcaire (fig. 22, n° 1) ayant servi à construire le rempart néolithique (fig. 22, n° 2), et certaines parties des structures d’habitat (fig. 22, nos 3 à 6), contemporaines de ce même rempart. Au-dessus de ces structures néolithiques se situent les vestiges du Bronze final : ils comprennent un rempart de pierres sèches (fig. 22, n° 7), en contrebas duquel on trouve le niveau d’occupation du Bronze final, du côté intérieur du barrage (fig. 22, n° 8).

Fig. 22. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Coupe schématique du barrage.
1. Fosse d’extraction des matériaux pour la construction du rempart néolithique ; 2. rempart ; 3. dalle dressée pour le soutènement d’un poteau vertical entrant dans la construction de l’habitat ; 4. matériaux en chute de l’habitat ; 5. noyau calciné des matériaux de construction (pierres et bois) de l’habitat ; 6. dalle dressée pour le soutènement d’un poteau vertical entrant dans la construction de l’habitat néolithique ; 7. rempart du Bronze final ; 8. niveau de l’habitat du Bronze final.

17Les observations faites par la suite en différents secteurs du barrage ont permis de retrouver chaque fois la même stratigraphie que celle observée dans la section 7, à laquelle nous ferons référence (fig. 238, dépliant n° 1 - coupe stratigraphique du Camp de Myard).

18Quatre strates principales ont été distinguées dans la stratigraphie ; elles ont été numérotées I, II, III et IV puis subdivisées en variables désignées par des lettres de a à g.

19Du sommet à la base du barrage du Camp de Myard, on rencontre (fig. 238) :

I - Le rempart du Bronze final

20Ia - Les éboulis de la partie supérieure du rempart du Bronze final, qui se répartissent de chaque côté de celui-ci, intra muros et extra-muros.

21Ib - Les assises de fondation du rempart du Bronze final dont les matériaux comprennent des pierres rapportées, mariées avec des éléments encore en place des constructions néolithiques antérieures.

22Ic - De petits éléments détritiques provenant des matériaux néolithiques sous-jacents, niveau inférieur atteint par les constructeurs du rempart supérieur, dans lequel on retrouve un sol témoin de l’occupation du site au Bronze final.

II - Le rempart du Néolithique moyen

23IIa - Une couche cryoclastique formée de matériaux détritiques correspondant à l’abandon du site entre le Néolithique final (IIe millénaire avant J.-C.) et la construction du rempart du Bronze final (ixe siècle avant J.-C.).

24IIb - Une couche d’incendie, cendreuse et charbonneuse, située au-dessus des matériaux des structures d’habitat du Néolithique.

25IIc - Un noyau de matériaux corrodés comprenant des pierres calcaires et de l’argile décomposée, provenant de l’habitat néolithique.

26IId – Une couche de matériaux en chute, notamment de grandes dalles plates, provenant du rempart et des structures d’habitat du Néolithique.

27IIe - Une couche de matériaux en chute, pierres de petit module, provenant des structures de l’habitat néolithique.

28IIf - De grandes dalles en chute provenant du parement extérieur du rempart néolithique.

29IIg - De la terre mêlée de pierrailles correspondant à la couche d’abandon du site au Néolithique moyen.

III - Le niveau supérieur du substrat rocheux

30Il correspond au défrichement du terrain au Néolithique moyen.

IV - La roche en place du Bajocien

31Elle constitue le socle sur lequel les Néolithiques se sont installés et qui leur a fourni la plus grande partie de leurs matériaux de construction.

32À partir de ces observations stratigraphiques relevées au cours des fouilles, il a été possible de distinguer les différentes structures, soit défensives, soit d’habitat, correspondant aux deux principales périodes d’occupation du site : le Néolithique moyen et le Bronze final. Ces structures seront analysées suivant une progression allant de l’extérieur vers l’intérieur du camp.

II-2 Le camp de Myard au Néolithique moyen (Ve AU IVe millénaire avant J.-C.)

II-2-1 Structures et aménagements

Les matériaux de construction

33Les matériaux de construction retrouvés sur le camp de Myard comprennent, par ordre décroissant d’importance d’utilisation : la pierre sèche, le bois et l’argile. On peut y ajouter vraisemblablement des matières comme les végétaux, utilisés à l’état naturel (couverture en chaume) ou manufacturés (tentures tissées) ainsi que des produits tirés des animaux comme le cuir ou la laine. Ces matériaux périssables ne nous sont connus en milieu terrestre que par les découvertes d’outils ayant pu servir à leur utilisation, telles les armatures lithiques de faucilles, les poinçons en os ou les fusaïoles en terre cuite.

La pierre

  • 5 Les laves ont été employées pour élever des murs en pierres sèches, pour clôturer les champs. Le pl (...)

34Les dallettes de calcaire, appelées localement aujourd’hui « laves », ont été extraites du substratum bajocien du plateau de Myard. Jusqu’au siècle dernier, ce matériau a été très largement utilisé dans les constructions rurales traditionnelles5. Le défrichement entrepris par les Néolithiques sur le plateau de Myard a certainement contribué à leur faire repérer les meilleurs emplacements pour procéder à l’extraction de ces pierres.

35La fouille a montré que la surface du plateau présentait un ressaut naturel à l’emplacement où aujourd’hui on observe le barrage qui délimite le camp en éperon barré. Les Néolithiques n’ont pas manqué de l’observer et de l’utiliser à deux fins : la première comme front de carrière d’extraction et la seconde comme ligne d’implantation de leur rempart.

36L’extraction de ces plaquettes de calcaire est relativement aisée. En surface, cette roche présente de très nombreuses altérations dues à l’érosion naturelle et principalement au gel. Ces altérations se rencontrent également en profondeur, suivant les lits de fractures de fissures plus ou moins importantes pouvant aller jusqu’à de véritables diaclases. C’est en suivant ces zones altérées de la roche que l’on peut extraire facilement, à l’aide de leviers en bois dur, des plaquettes qui sont directement utilisables, dans la plupart des cas, pour élever des constructions en pierres sèches.

  • 6 À Catenoy, les travaux effectués par J.-Cl. Blanchet ont mis au jour un véritable fossé que nous av (...)

37Dans les sections n° 3 sud et n° 7 (fig. 21 ; fig. 22, n° 1) on a observé, à l’avant du ressaut naturel du plateau, des excavations se présentant comme des fosses discontinues, qui correspondent aux carrières d’extraction. La présence de mobiliers archéologiques du Néolithique moyen N.M.B. retrouvés dans le fond de ces fosses, notamment de l’industrie lithique, sur os, et de la céramique (fig. 36, n° 1), atteste que ces excavations étaient bien ouvertes pendant l’occupation du camp. Cette proximité des carrières d’extraction et du rempart a été rencontrée dans d’autres sites néolithiques, dans diverses régions, comme au camp de Chez Reine à Semussac (Charente-Maritime) (MOHEN, 1970, p. 23), au Goldberg Altheim à Pfaumloch (Allemagne) (BERSU, 1937) et au Camp de César à Catenoy (Oise)6. On notera qu’à Myard, cette proximité de fosses, tout près du rempart lui-même implanté sur le bord d’un ressaut naturel du terrain, augmentait le caractère défensif de l’ouvrage en le surélevant notablement de plus de 1 m (fig. 238, dépliant n° 1, secteurs -5, - 6 et -7).

38L’altération des roches calcaires utilisées dans les constructions néolithiques de Myard à fait l’objet de recherches (DELATTRE, NICOLARDOT, 1976). Au cours de la fouille et plus particulièrement lors de la coupe pratiquée à travers la zone des habitats dans la section 7, il a été observé un noyau très important formé d’un matériau blanchâtre, auquel étaient mêlés des fragments de roches calcaires (fig. 22, n° 5 et fig. 23). Au moment où cette structure a été mise au jour, on a pensé à une « calcination » comme de nombreux auteurs anciens en ont fait la description, pensant avoir affaire à des accumulations de chaux noyées dans des ouvrages défensifs protohistoriques (BEAUPRÉ, 1906 ; DRIOTON, 1902a). En fait, les observations de fouilles montraient qu’à Myard, ce phénomène se trouvait localisé non pas dans la muraille défensive mais dans le secteur des habitats, au centre d’une construction adossée le long du parement interne du rempart.

39Les recherches en laboratoire sur les matériaux contenus dans ce noyau ont permis d’apporter de nouvelles orientations pour identifier ce singulier matériau. À Myard, l’hypothèse de la présence de chaux doit être rejetée, les températures auxquelles ont été soumises les roches calcaires s’étant révélées de loin inférieures aux 800° C nécessaires pour en obtenir la transformation. La masse blanchâtre, dure et très compacte, n’est qu’un noyau de calcaire érodé. Les travaux menés par la suite au Châtelet d’Étaules ont montré que les Protohistoriques, aux Âges des Métaux, ont utilisé le tuf comme matériau de construction. En a-t-il été de même pour les Néolithiques de Myard ?

  • 7 Le tuf est suffisamment concrétionné pour résister à l’extraction et à la taille. Aux temps moderne (...)

40Dans cette région de l’Auxois, les dépôts de tufs sont rares en rivière, ce qui n’est pas le cas près du Châtelet d’Étaules, où ils sont très développés aux sorties de sources au pied des plateaux bajociens. Cependant, à Saffres, à quelques kilomètres de Myard, dans la vallée de la Brenne, la source qui alimente en eau le village montre les restes de tufs qui ont été activement exploités comme pierre de construction jusqu’aux xviie et xviiie siècles7.

Le bois

41Matériau périssable en milieu terrestre, le bois n’a été retrouvé qu’exceptionnellement et dans des conditions très particulières, dans les niveaux néolithiques.

42Au Camp de Myard, c’est grâce à l’incendie des structures du N.M.B. que des fragments de poteaux, de poutres ou de pièces de charpente ont pu être conservés, par suite de leur carbonisation ; leur état n’a pas permis d’en identifier les essences. Aucune de ces pièces de bois n’appartenait à un système de charpente qui aurait renforcé le rempart néolithique : même si certains éléments ont été retrouvés en contact ou même dans la structure défensive néolithique, ils appartiennent tous aux constructions d’habitats, accolées et parfois même en partie noyées dans le rempart, comme nous le verrons par la suite. Ce sont donc les constructions voisines qui sont venues s’ancrer dans le massif pierreux du rempart et ces fortes pièces de bois créaient ainsi de solides liens entre le rempart et les bâtiments qui le jouxtaient.

43La fouille a permis de distinguer des pièces de bois placées horizontalement, d’autres verticalement (fig. 24). Dans la section 7 ont été observés les vestiges d’une poutre carbonisée, disposée horizontalement et perpendiculairement au parement intérieur du rempart néolithique (fig. 25, F). Elle devait être maintenue par une série de dalles fichées obliquement, qui en assuraient le calage. Cette pièce de bois, posée sur le substrat rocheux du plateau, au niveau de la première assise de fondation du rempart néolithique, devait jouer le rôle de sablière basse dans une construction élevée le long du parement interne de la fortification.

44Toujours dans la même section 7 et appartenant vraisemblablement à la même construction, un dispositif permettant le soutien d’une pièce de bois verticale a été retrouvé. Les constructeurs néolithiques se trouvaient devant la difficulté de maintenir verticalement un poteau sur le rocher qui forme la surface du plateau. Ils ont contourné la difficulté en creusant un trou parfaitement circulaire de près de 50 cm de diamètre et d’une profondeur d’environ 15 cm (fig. 24, n° 12 et fig. 26). Une fois le poteau mis en place dans cette cavité, ils en ont assuré le maintien en le contreventant avec de grandes dalles d’environ 70 cm de longueur (fig. 22, n° 6), solidement fichées dans des fissures de la roche. Le long du parement intérieur du rempart néolithique, d’autres grandes dalles verticales devaient également assurer le soutien de poteaux (fig. 24, n° 3 et fig. 27).

45D’autres dispositifs de calage ont été observés, notamment dans le rempart néolithique. Dans la section 7, secteur Y -2, un trou de poteau y avait été aménagé. La pièce de bois, rendue solidaire du rempart, appartenait à une construction qui y était adossée (fig. 24, n° 6 et fig. 28).

L’argile

46L’argile a été utilisée dans les constructions néolithiques de Myard pour l’aménagement des sols, pour la confection d’enduits et la construction de cloisons et de foyers domestiques (fig. 24, nos 13 à 16). Cette argile, fortement colorée en rouge au moment de sa découverte, a fait l’objet d’analyses chimiques (DELATTRE, NICOLARDOT, 1976). Ces travaux ont montré que cette argile « frittée » n’avait pas subi l’action d’un feu intense, moins de 600° C, et que la couleur rouge, qui a marqué aussi certaines pierres des constructions, est due au dépôt d’un silicate ferrique et non à la violence d’un incendie. Si le feu a été sans doute une des causes de l’abandon des constructions au Néolithique moyen, la présence de bois calcinés étant indéniable, l’incendie n’a fait que faciliter les phénomènes de destruction de l’érosion en fissurant les roches et a favorisé une migration plus rapide et profonde des éléments minéralisés transportés par les eaux d’infiltration.

La carrière d’extraction des matériaux

47Déjà souligné précédemment, l’aspect défensif du rempart néolithique moyen est augmenté par une excavation faite au pied pour extraire les blocs de calcaire à polypiers qui composent les parements externes et interne de la fortification. On ne peut parler de véritable fossé puisque nous sommes en présence d’une succession de fosses. Le débitage de la roche du plateau a été effectué suivant les lits naturels des fissures et diaclases du sous-sol. Il s’agit de carrières aux contours irréguliers qui se présentent sous la forme d’excavations individualisées. Il est important de souligner qu’elles sont restées ouvertes pendant l’occupation du camp au Néolithique, témoins les nombreux mobiliers archéologiques (céramique, industries lithique et osseuse) qui ont été retrouvés au cours des fouilles. Caractéristiques du Néolithique Moyen Bourguignon, on peut citer : une jarre à col éversé (fig. 35, n° 1), un mamelon de préhension, ovoïde et ensellé à fine perforation horizontale (fig. 38, n° 4), une armature de flèche perçante triangulaire, à base concave (fig. 44, n° 10) et un poinçon en os (fig. 53, n° 2).

48D’autres découvertes, faites également dans ces fosses d’extraction, révèlent une fréquentation plus sporadique du site au Néolithique final : de grandes armatures de flèches losangiques avec amorce d’ailerons ont été retrouvées au-dessus de la couche IIg, terre mêlée de pierrailles correspondant à la couche d’abandon du site au Néolithique moyen (fig. 60, nos 6 et 7).

L’installation des Néolithiques

49C’est en pratiquant une coupe transversale à travers le barrage principal délimitant le camp en « éperon barré » de Myard, que s’est révélée, sous le premier et plus ancien rempart de pierre élevé sur le substratum rocheux du plateau, la présence d’une importante couche incendiée. Cette couche, contenant une forte densité de bois brûlé, a été observée d’une façon continue sur toute la surface occupée par le rempart et dégagée dans la section 7 (fig. 25, a). Elle était visible bien avant que la coupe ne fût pratiquée sur le rempart, à l’aplomb de chacun des parements, du côté extérieur et intérieur de la fortification. Cette couche d’incendie a été interprétée comme étant le résultat du défrichage par brûlis, effectué juste avant la construction du rempart. Cette opération a été entreprise par les Néolithiques sur toute la longueur du barrage, soit 180 m. Les Préhistoriques ont sans doute cherché à nettoyer la surface du terrain pour atteindre le niveau supérieur du sous-sol rocheux. Ces travaux concouraient à repérer un espace propice à l’implantation du village et d’autre part, permettaient l’ouverture de carrières de dalles de calcaire pour élever les constructions.

Fig. 23. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Section 7, secteurs ± 0 et -1, dans l’habitat néolithique, vue du conglomérat de calcaire érodé.

Fig. 24. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.
Structures de défense et d’habitat du Néolithique moyen retrouvées sur le terrain (axonométrie) : 1. Fosse d’extraction des matériaux (pierres) ; 2. rempart du Néolithique moyen ; 3, 4. dalles dressées pour le soutènement de poteaux verticaux entrant dans la construction de l’habitat ; 5. structures de pierres et de bois (colombage) de l’habitat ; 6-12. poteaux verticaux de l’habitat ; 13. enduit d’argile plaqué contre le parement interne du rempart ; 14. aire de circulation en terre battue ; 15. foyer ; 16. fragment de torchis ; 17. murette de pierres ; 18. limite de l’habitat du Néolithique moyen ; 19, 20. pièces de bois horizontales appartenant aux structures d’habitat du Néolithique moyen.

Fig. 25. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.
Plan de détail au niveau des fondations du rempart du N.M.B., section 7 : a. aires brûlées avec charbon de bois in situ provenant du défrichage au moment de l’installation des Néolithiques ; b. aires d’argile rubéfiée ; c. parement intérieur du rempart Bronze final ; f. emplacement d’une poutre disposée perpendiculairement au rempart dans une structure d’habitat du N.M.B. ; g. parements intérieur et extérieur du rempart du N.M.B.

Fig. 26. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Trou de poteau aménagé dans la roche du plateau (habitat néolithique).

Fig. 27. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Dalle dressée assurant le calage d’un poteau vertical dans l’habitat néolithique.

Fig. 28. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Trou de poteau aménagé dans le rempart néolithique.

  • 8 Toutes les datations 14 C concernant le Camp de Myard à Vitteaux ont été effectuées par Mme G. Deli (...)
  • 9 Les dates que nous avions indiquées dans cette publication étaient celles qui avaient été données, (...)

50L’excellent état de conservation dans lequel nous avons retrouvé ces éléments carbonisés montre qu’un laps de temps très court s’est écoulé entre le moment où les végétaux ont été brûlés et celui où les premières assises de pierre ont été mises en place et ont ainsi scellé la couche incendiée. Dans le cas contraire, l’érosion, sur ce type de plateau fortement exposé aux intempéries, aurait rapidement dispersé la couche de végétaux carbonisés. Un échantillon de bois brûlé (Pt. 1377) a été prélevé dans ce niveau incendié dans la section 7, sous la première assise du parement extérieur du rempart néolithique (fig. 29). La datation obtenue par la méthode du radiocarbone8 GIF-3381 : 4990 ± 130 B.P., situe les travaux de défrichement préliminaires à l’installation des Néolithiques sur le plateau de Myard dans la fourchette comprise entre - 4040 et - 3521 avant J.-C. (DELATTRE, NICOLARDOT, 1976, p. 51)9. Le résultat obtenu à Myard concorde parfaitement avec une datation du niveau 6, N.M.B, du Camp de Chassey : LY- 3470 : 4980 ± 150 B.P., soit entre - 4215 et - 3380 avant J.-C. (GALLAY, 1986, p. 140). Le moment de l’implantation des Néolithiques à Myard est donc en parfaite corrélation avec les dates reconnues dans la chronologie du Néolithique moyen, c’est-à-dire entre 4700 et 3500 avant J.-C. (VORUZ et alii, 1995, p. 386-387).

51Il est intéressant de noter que l’échantillon de Myard ne comportait que des charbons de bois provenant de petites espèces végétales détruites lors du défrichement. L’âge de ces jeunes végétaux n’influence donc pas le résultat de la datation. Il n’en est pas de même des datations obtenues sur de grosses pièces de bois retrouvées dans les structures des constructions adossées au parement intérieur du rempart. En tenant compte de l’âge probable des arbres utilisés, entre 150 à 200 ans, on verra, au cours de l’étude de ces éléments porteurs, que les dates obtenues sur ces éléments architecturaux de charpente et de poteaux sont en accord avec les datations précédentes. Cette convergence des résultats permet de situer les premiers aménagements défensifs de Myard à la fin du IVe millénaire avant J.-C.

52Cette datation est également cohérente avec les résultats des mesures du radiocarbone obtenues par L. Lepage sur le site en éperon barré de la Vergentière à Cohons (Haute-Marne), en particulier sur un échantillon de charbons provenant du sondage 1 situé à l’est du camp et en relation avec le rempart principal : 5110 ± 130 B.P. = intervalle 95 % de confiance = [- 4228, - 3645] avant J.-C., datations effectuées par J. Évin au Laboratoire du Radiocarbone de Lyon sous la référence LY-2646 (calibration d’après courbe M. Stuiver and J. van der Plicht (eds.) INTCAL 98) (LEPAGE, 1986, p. 67).

Le rempart néolithique

53Long de 180 m et d’une épaisseur moyenne comprise entre 2,30 m et 2,80 m, le rempart néolithique est formé d’une importante muraille composée de deux parements de gros blocs, entre lesquels on trouve un remplissage en « tout venant » où se mêlent pierraille et terre (fig. 22, n° 2 et fig. 238 - coupe stratigraphique du Camp de Myard).

54Conservé sur une hauteur moyenne de 1,30 m, on peut évaluer, compte tenu du volume de ses matériaux retrouvés en chute, que la hauteur primitive de ce rempart devait avoisiner 2,50 m, hauteur qu’il convient d’augmenter, pour sa façade sud tournée vers l’extérieur du camp, de la profondeur des fosses qui le précèdent, soit environ 1,50 m. On peut donc imaginer qu’un homme arrivant du sud vers la muraille se trouvait en présence d’une imposante construction de 4 m de haut, que pouvait encore rendre plus importante la présence d’une palissade de bois surmontant le tout (fig. 30, n° 3). À cette vision venaient probablement s’ajouter celle des toitures des cabanes qui se trouvaient alignées en second plan, le long du parement intérieur du rempart.

55Cette disposition des bâtiments d’habitation le long du parement des remparts des camps de hauteur du N.M.B. se retrouve en Franche-Comté, aussi bien dans des camps en éperon barré (Chariez, Haute-Saône - le Mont Bart à Bart, Doubs - Chataillon à Roches-lès-Blamont, Doubs - la Roche-Maldru à Mesnay, Jura - Grandchamps à Cernans, Jura - La Roche-d’Or à Besançon, Doubs - Goux-lès-Dambelin, Doubs - le Mont Guérin à Montmirey-la-Ville, Jura - la Bridelle à Noroy-lès-Jussey, Haute-Saône - Les Hautes-Roches à Corcelles, Haute-Saône - Le Bois-de-l’Oiselot à Courchaton, Haute-Saône - Le Bois des Roches à Bourguignon-lès-Morey, Haute-Saône), que dans les camps en croupe barrée (Moulin-Rouge à Lavans-lès-Dole, Jura - le Grammont à Beaucourt, Territoire de Belfort), que dans des camps en rebord de plateau (Le Crot à Cramans, Jura - ou le Mont Vaudois à Héricourt, Haute-Saône) (DAUGAS et alii, 1971 ; PÉTREQUIN, GALLAY dir., 1984, p. 128, fig. 1).

56À Myard, il faut souligner, le long de la façade du rempart, la présence de place en place d’une dalle plaquée verticalement en orthostate (fig. 29). C’est un procédé vraisemblablement plus décoratif que fonctionnel, que l’on retrouve, par exemple, dans l’architecture néolithique du cairn secondaire de Barnenez à Plouézoc’h (Finistère ; GIOT, 1970). C’est à proximité de l’une d’entre elles qu’un fragment de crâne humain a été retrouvé (fig. 31). Il y a tout lieu de penser qu’il n’était pas là en situation détritique, bien qu’aucun aménagement particulier n’ait été observé, contrairement au dépôt d’ossements humains retrouvé le long de la façade extérieure du rempart du Bronze final du Châtelet d’Étaules (fig. 131).

Fig. 29. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.
Section 7, élévation de la façade externe du rempart N.M.B. : n° 1377. Emplacement d’un prélèvement de bois brûlé pour datation radiocarbone (GIF 3381 : 4990 ± 130 B.P.).

Fig. 30. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.
Reconstitution des structures de défense et d’habitat du N.M.B. d’après les éléments retrouvés en fouilles (cf. fig. 24) : 1. fosse d’extraction des matériaux (pierres) ; 2. rempart ; 3. palissade ; 4. bâtiment chaîné au rempart par des pièces de bois.

Fig. 31. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Fragment de crâne humain retrouvé le long du parement extérieur du rempart néolithique.

L’accès à l’intérieur du camp au Néolithique

57Les observations sur le terrain permettent de vérifier que le rempart néolithique venait jusqu’à l’aplomb de la falaise qui borde le camp à l’est. Au Néolithique moyen, l’entrée du camp se faisait, à l’autre extrémité du rempart, par un passage aménagé le long de la falaise ouest (fig. 32 A et B).

58L’érosion et les destructions dues à la réoccupation des lieux au Bronze final n’ont pas permis de retrouver en place des traces archéologiques permettant d’apporter beaucoup de précisions sur les aménagements de cette extrémité du rempart. On peut cependant être certain que c’est par son extrémité ouest que l’on pouvait, au Néolithique, pénétrer dans l’enceinte. De nos jours, le rempart s’interrompt à 4 m du bord de la falaise. Compte tenu des dégradations, on peut supposer que la « porte » donnant accès à l’intérieur du camp devait être relativement étroite, avec une largeur n’excédant pas 2 m. Une murée sinueuse, mais sensiblement nord-sud, longeant parallèlement le bord de la falaise et se développant sur une soixantaine de mètres à l’intérieur de l’enceinte (fig. 17), paraît devoir être mise en rapport avec les aménagements de l’entrée du camp au Néolithique. Elle délimite un passage obligé relativement étroit et donc facile à surveiller et à garder. Nous verrons par la suite que la situation sera totalement différente en ce qui concerne l’accès du camp au Bronze final.

Fig. 32. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.
A. Coupe de l’extrémité ouest du barrage, section 10, avec indication de la « porte » au N.M.B. B. Plan de l’extrémité ouest du barrage, section 10, avec indication de la « porte » d’entrée dans le camp au N.M.B.

Les structures d’habitat au Néolithique moyen

59Contre le parement interne du rempart, qui à l’origine avait reçu un enduit d’argile retrouvé sous l’aspect d’une terre rouge (DELATTRE, NICOLARDOT, 1976), des structures complexes d’habitat ont été dégagées.

60Elles comprennent une première série de grandes dalles, dressées contre le parement intérieur du rempart et épaulant des pièces de bois verticales (fig. 24, n° 3), puis une masse de matériaux en chute, bois et calcaire, dont le noyau de calcaire érodé (fig. 22, n° 5 ; fig. 24, n° 5), et une deuxième série de grandes dalles dressées, qui calaient des pièces de bois inclinées et délimitaient l’aire d’habitat (fig. 22, n° 6 et fig. 24, n° 4).

61Ces vestiges appuient l’hypothèse d’une succession irrégulière de cabanes appuyées contre la fortification, et cela sur presque toute sa longueur. Les aires d’habitation ont été retrouvées sur une largeur de 3 à 4 m à compter du parement intérieur du rempart. L’état de destruction des constructions n’a pas rendu possible le dégagement ni la distinction d’un plan-type de maison. Elles devaient être de dimensions modestes, sur plan rectangulaire, le plus grand côté disposé parallèlement au rempart, et devaient mesurer en moyenne 6 m x 4 m ; la longueur pouvait être variable, mais la largeur devait toujours être comprise entre 4 m et 4, 50 m. On peut certainement les comparer aux constructions de la station II bis de Clairvaux-les-Lacs, datées de 3200 B.C. (PÉTREQUIN, GALLAY dir., 1984, p. 129, pl. 2, n° 2). Les travaux de P. Pétrequin à La Motte-aux-Magnins à Clairvaux-les-Lacs (Jura) (PÉTREQUIN et alii, 1986, t. II, p. 157, fig. 2) ont montré les similitudes existant entre des mobiliers du N.M.B., aussi bien dans les habitats de hauteur que dans les stations littorales. Il n’est donc pas surprenant de constater que, dans ces deux types de sites, on observe des analogies étroites entre leurs techniques architecturales.

62Une particularité architecturale importante et originale a été parfaitement observée en fouille : les éléments porteurs d’un des grands côtés d’un bâtiment faisaient corps avec le rempart (fig. 30) (cf. supra, § Le bois). Enfin, tout laisse penser que le toit de cette construction surmontait la muraille que nous désignons aujourd’hui sous le terme de rempart.

63Les observations de fouilles conduisent à considérer que le niveau bas de la zone d’habitat, établi sur la roche, correspond à une aire ayant eu à la fois le rôle de cour et de lieu à tout faire, le véritable habitat se trouvant surélevé au-dessus de cet espace. Ce type de construction trouve son parallèle dans les techniques de construction sur poteaux avec plancher surélevé que l’on rencontre dans les habitats des stations littorales. Deux facteurs étayent cette hypothèse : l’absence de gros vases à provisions écrasés sur place au niveau bas, et, toujours sur le sol de cette aire, la présence in situ de témoins d’activités domestiques tels qu’éclats de taille d’industrie lithique, d’ossements provenant de rejets alimentaires et des foyers aménagés pour la cuisine.

64Dans la section 10 de la fouille, vers l’extrémité ouest du plateau, une zone d’habitat a été reconnue, au-dessus d’une excavation de forme irrégulière et profonde de 0,80 m. Il semble que l’on ait recherché le niveau dur et sain de la roche, ce qui conduit à une surface en « marches d’escalier » (fig. 32B, secteurs I à L / +3, +4). Ce type de construction, avec plancher surélevé au-dessus d’une fosse, se retrouve sur des sites d’habitat du groupe de Michelsberg (BAILLOUD, MIEG de BOOFZHEIM, 1955, p. 124-125, pl. LIV, n° 3 ; LÜNING, 1967).

  • 10 Ces pièces de bois ont fait l’objet de datation par mesure du radiocarbone. Pièce de bois verticale (...)

65Des ensembles de grands récipients fragmentés, ayant pu servir de silo, se retrouvent essentiellement au milieu des éboulis de matériaux extrêmement mêlés entre eux, plaquettes de calcaire et très abondants vestiges de colombages non résineux où s’enchevêtrent l’argile et le bois. Ces structures, qui comportaient aussi de grosses poutres horizontales et des poteaux verticaux (fig. 24, nos 19 et 20), ont été fortement incendiées au moment de leur destruction10. L’impression de « vides » que donne le pendage des matériaux en chute laisse supposer l’effondrement d’une construction assez haute, comportant un plancher surélevé. Il faut souligner également que c’est dans ce milieu que l’on a observé la formation d’un noyau de calcaire érodé. On peut penser que la masse importante de ces matériaux en chute ne s’est réellement trouvée compactée qu’après un temps assez long. Les vides qui ont subsisté avant tassement ont aidé la circulation de l’air et de l’eau. C’est ce qui explique les transformations chimiques et la formation des pseudo massifs de chaux (DELATTRE, NICOLARDOT, 1976).

66Reconstituer en volume un tel type d’habitat est cependant possible. En se référant notamment aux pièces porteuses, matérialisées par des trous de poteau dans le rempart et dans la roche du plateau (fig. 24, nos 6, 9 et 12), ainsi qu’aux poutres de bois horizontales (nos 19 et 20), nous proposons, à Myard, l’hypothèse d’un habitat surélevé dont certaines pièces de la charpente étaient étroitement liées au rempart (fig. 30, n° 2).

II-2-2 Les témoins de la vie quotidienne au Néolithique moyen

67Toutes les structures que nous venons d’évoquer sont datées par un abondant mobilier céramique, lithique et en os, bien représentatif du Néolithique Moyen Bourguignon (NICOLARDOT, 1986a).

68La répartition des objets les plus représentatifs du Néolithique moyen sur le site de Myard montre que, dans l’état des recherches, toute l’étendue du barrage était fréquentée et que cette occupation devait couvrir toute la superficie de l’éperon barré, jusqu’à l’extrémité nord du camp, avec semble-t-il, une implantation humaine plus importante le long de la façade intérieure du rempart (fig. 33, sections 3, 7, 8, 10 et 11).

La céramique

La typologie des récipients

69La céramique constitue la plus abondante matière documentaire dans ce gisement. Parmi les formes reconstituables retrouvées à Myard on peut distinguer de grands récipients, à fond généralement oscillant, qui ont pu servir pour conserver des aliments plutôt que pour la cuisson : jarres à col évasé, mamelons non perforés sur l’épaule bien marquée (fig. 34 et fig. 35, n° 5) ou à col légèrement éversé, lèvre ourlée extérieurement, épaule peu marquée sans mamelon de préhension (fig. 35, n° 1), bouteilles à col droit étroit (fig. 41, n° 3), marmites à col évasé et carène basse (fig. 35, n° 9), jattes à col haut évasé, lèvre éversée et épaulement arrondi (n° 6), gobelets à épaulement arrondi (n° 7), à carène (n° 3) ou à col vertical et montage aux colombins (fig. 35, n° 4).

Les éléments de préhension

70Les éléments de préhension sont nombreux et variés. Il n’est pas toujours possible de connaître leur positionnement sur les vases. Ils sont en effet très souvent extrêmement fragmentés et détachés des parois. Ils peuvent être tirés de l’épaisseur de la paroi du récipient ou fixés à celui-ci par une cheville.

71Les mamelons simples sans perforation se rencontrent généralement à la hauteur de l’épaule des récipients (fig. 36, n° 7). De taille moyenne, ils peuvent être circulaires (n° 1), ovalaires (nos 2 et 13) ou prismatiques (n° 11). Parfois ils peuvent présenter une dépression centrale qui détermine soit un bourrelet en forme d’arceau (n° 5), soit un ensellement (fig. 36, n° 4).

72Les éléments de préhension perforés horizontalement ou verticalement sont majoritaires et souvent de grosse taille.

73Parmi les mamelons simples, on distingue des perforations horizontales irrégulières (fig. 37, n° 11), des petites perforations horizontales irrégulières ou régulières dans des mamelons circulaires (n° 2) ou ovoïdes (fig. 37, n° 4).

74Un ensellement peut se rencontrer sur des mamelons à perforation horizontale, circulaires (fig. 37, n° 8) ou ovalaires (fig. 38, n° 5). Certaines perforations horizontales sont pratiquement faites dans l’épaisseur de la paroi, au niveau de l’épaississement de l’épaule, formant un mamelon très aplati (fig. 37, n° 6).

75On peut encore noter un tout petit mamelon à perforation horizontale fine qui n’a été rencontré qu’en un seul exemplaire au Camp de Myard (fig. 37, n° 7).

76Les mamelons simples à perforations verticales se rencontrent plus rarement. Les perforations verticales, plus fréquemment multiples qu’uniques, affectent le plus souvent des mamelons ovalaires allongés assez proéminents (fig. 39, n° 9). Il faut préciser qu’il est difficile de savoir si ces moyens de préhension étaient disposés isolément ou jumelés (mamelons simples ou composites), ceux-ci étant souvent retrouvés détachés du vase, notamment dans le cas de mamelons rapportés ou fixés par une cheville (fig. 36, n° 6). Parmi les moyens de préhension à perforations verticales, on ne connaît, provenant également de Myard, que deux exemples de baguettes multiforées, type qui témoigne d’influences chasséennes dans le N.M.B. L’une est de petite dimension (fig. 39, n° 2) tandis que l’autre a un aspect beaucoup plus massif (fig. 39, n° 1).

77Les mamelons composites sont jumelés par deux. Ils possèdent soit une perforation horizontale (fig. 38, n° 1), soit deux perforations verticales (fig. 39, n° 4).

Les bords

78Les bords présentent des formes très variées. Ils sont généralement soit arrondis (fig. 40, nos 7 et 13), avec souvent la lèvre ourlée vers l’extérieur (fig. 40, n° 12), soit amincis, cette dernière particularité se retrouvant sur des céramiques à col éversé (fig. 40, nos 1 à 4, nos 8 et 9), plus rarement sur des profils légèrement rentrants (fig. 40, n° 5). On signalera aussi la présence de bords à lèvre aplatie (fig. 41, n° 9), de bords ondés (fig. 41, n° 10), mais la fragmentation des pièces ne permet pas d’en déterminer la fréquence et le nombre.

79À Vitteaux, l’abondance des bords témoigne de l’importante occupation du site au Néolithique moyen.

80Il faut également insister sur un caractère fréquemment rencontré : la finesse de l’épaisseur de la paroi de récipients de grande taille comme les jarres (fig. 40, n° 1).

Fig. 33. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Plan de répartition des principaux mobiliers du Néolithique moyen.

Fig. 34. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Grand vase à provision, N.M.B.

Fig. 35. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.
Formes de céramiques du N.M.B., récipients de grandes et moyennes dimensions : 1 et 5. jarres ; 2. fragment de col éversé, lèvre arrondie ; 3. gobelet à carène, col légèrement rentrant, lèvre amincie et fond oscillant ; 4. gobelet à col vertical monté aux colombins, lèvre amincie et fond oscillant ; 6. jatte à col haut éversé, lèvre ourlée extérieurement, épaule arrondie bien marquée et fond oscillant ; 7. gobelet à épaulement arrondi, col lègèrement éversé et lèvre amincie ; 8. grand fragment de gobelet à carène vive ; 9. fragment de grande marmite à carène prononcée basse, col éversé et lèvre arrondie.

Fig. 36. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.
Éléments de préhension non perforés du N.M.B. : 1. gros mamelon hémisphérique ; 2. mamelon ovalaire ; 3. petit mamelon hémisphérique ; 4. mamelons prismatiques doubles séparés par une dépression centrale ; 5. mamelon à dépression centrale formant un bourrelet en arceau ; 6. petit mamelon hémisphérique ; 7. mamelon hémisphérique placé au sommet de l’épaule d’une jarre ; 8. petit mamelon ovalaire ; 9. petit mamelon hémisphérique ; 10. amorce d’anse plate verticale en languette (type chasséen) ; 11. mamelon prismatique vertical ; 12. mamelon ovalaire à dépression centrale ; 13. mamelon ovalaire ; 14. petit mamelon hémisphérique.

Fig. 37. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.
Éléments de préhension simples à perforation horizontale, du N.M.B. : 1. mamelon ovalaire vertical ; 2. gros mamelon ovalaire vertical ; 3. mamelon ovalaire vertical ; 4. mamelon ovalaire vertical ; 5. mamelon hémisphérique ; 6. mamelon hémisphérique ; 7. petit mamelon hémisphérique ; 8. mamelon ovalaire horizontal ensellé ; 9. mamelon hémisphérique ; 10. mamelon hémisphérique ; 11. mamelon ovalaire horizontal ; 12. fragment de mamelon à perforation quadrangulaire.

Fig. 38. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.
Éléments de préhension composites à perforation horizontale du N.M.B. : 1. mamelons ovalaires verticaux jumelés, au moins par ensemble de deux, sur l’épaule d’un grand vase ; 2-5. mamelons ensellés.

Fig. 39. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.
Éléments de préhension simples et composites à perforations verticales et perforations dans la paroi (sauf 7, sans perforation), N.M.B. : 1. grosse baguette multiforée verticalement ; 2. petite baguette multiforée verticalement (type chasséen) ; 3. mamelon ovalaire à deux perforations verticales ; 4. mamelon composite jumelé à deux perforations verticales ; 5. trou de suspension dans un fragment de paroi de vase ; 6. fragment de mamelon ovalaire horizontal à deux perforations verticales ; 7. mamelon hémisphérique non perforé ; 8. fragment de grande jatte à bord légèrement rentrant, lèvre plate, trou de suspension dans la paroi ; 9. mamelon ovalaire horizontal à deux perforations verticales ; 10. fragment de la paroi d’un grand vase présentant un trou de suspension, vraisemblablement près du bord.

Fig. 40. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.
Profils de récipients et bords du N.M.B. : 1. jarre à col éversé et mamelons de préhension sur l’épaule ; 2-6. bols carénés ; 7. fragment de bouteille à col à bord droit et lèvre arrondie ; 8, 9. bords éversés à lèvre amincie ; 10. bord droit à lèvre arrondie ; 11, 12. bords éversés à lèvre ourlée extérieurement ; 13. bord légèrement éversé à lèvre arrondie ; 14, 15. bords éversés à lèvre à méplat ; 16. jarre à col éversé, paroi très fine.

Fig. 41. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.
Types de décors et bords du N.M.B. : 1, 2, 4, 5, 6-8. décor gravé de stries irrégulières ; 3. col de bouteille à bord droit et lèvre arrondie, amorce d’épaule décorée d’incisions faites à la spatule ; 9. bord éversé à lèvre amincie et à petit méplat ; 10. bord ondé ; 11. fragment de bord présentant l’amorce d’un cordon lisse horizontal se raccordant à un cordon semblable vertical.

Les fonds

81Nous avons déjà souligné que les formes de poteries à fonds arrondis (fonds oscillants) sont de loin les plus nombreuses. Quelques rares exemples de fonds plats ou même légèrement concaves ont cependant été retrouvés. Certains appartiennent sans doute à l’occupation N.M.B. du site. Les fonds plats ont été mentionnés comme étant relativement nombreux dans le Néolithique moyen du Camp de la Vergentière à Cohons (Haute-Marne). Cependant, les quelques exemplaires retrouvés à Myard semblent devoir, en majorité, être rattachés à la phase finale de l’occupation néolithique du site.

Les décors

82Les décors font généralement défaut sur la céramique ; cependant quelques rares motifs ornementaux ont été rencontrés.

83Le plus courant consiste en lignes enchevêtrées placées au niveau de l’épaule de grands récipients à profil en « S » (fig. 41, n° 8). Ce type de décor, gravé avant cuisson, se rencontre généralement aussi à l’amorce du col des récipients (fig. 41, nos 1, 2 et 6).

84La base du col d’une bouteille présente des impressions faites à l’ongle selon un registre horizontal (fig. 41, n° 3).

85On note également la présence de stries parallèles plus ou moins serrées (fig. 41, nos 4 et 5) qui peuvent aussi évoquer un damier très irrégulier (fig. 41, n° 7).

86Un très petit fragment de bord présente l’amorce d’un cordon lisse horizontal se raccordant à un cordon semblable vertical (fig. 41, n° 11). C’est le seul exemple retrouvé à Myard de décor de ce type, bien connu dans la céramique N.M.B. de la nécropole sous tumulus de Marcilly-Ogny (Côte-d’Or) (fig. 219) (NICOLARDOT, 1993a).

Les récipients à usages spécialisés

87Sous cette appellation nous désignerons quelques types de poteries dont les formes et les usages se retrouvent encore de nos jours et dont on peut déterminer la fonction. Une réserve peut cependant être formulée concernant les objets désignés le plus souvent sous le nom de « plat à pain » dont l’utilisation comme couvercle semble plus probable que celle de support de cuisson. On soulignera que les exemplaires de ces objets retrouvés à Étaules comme à Myard ne présentent jamais de traces laissées par un contact direct au feu. Cette remarque permet de douter de l’utilisation de ces plateaux de céramique pour la cuisson sur un foyer ou dans un four à flamme directe.

88Les « plats à pain ». Aucun exemplaire complet de « plat à pain » n’a été retrouvé ; cependant des fragments d’épaisseurs variables attestent la présence de ces disques de terre cuite (fig. 42, nos 11 et 12).

89Les ustensiles de puisage. Les cuillères sont peu profondes (fig. 42, n° 2) ; leur manche est plat (fig. 42, n° 7) ou cylindrique (fig. 42, n° 8). Il peut comporter un trou de suspension de faible diamètre d’environ 2 mm (fig. 42, n° 3).

90Les cuillères sont confectionnées avec une pâte beaucoup plus fine que celle des récipients, généralement de couleur beige rosé.

91Bien qu’aucun manche n’ait été retrouvé encore fixé sur certains très petits récipients, des fragments appartenant à des vases de faible contenance peuvent être considérés comme des puisoirs (fig. 42, nos 1, 6, 10 et 14).

92L’assiette à marli. Un très petit fragment de céramique, découvert en contexte stratigraphique sûr, appartient certainement à une assiette à petit marli non décoré. Cette céramique, comme la préhension en baguettes multiforées déjà signalée, témoigne d’influences du Néolithique chasséen dans le N.M.B. de Myard.

93Si le matériel céramique retrouvé au Camp de Myard est bien représentatif du groupe Néolithique Moyen Bourguignon (N.M.B.), il faut cependant noter que son état de conservation est beaucoup plus fragmenté en milieu d’habitat que dans les sépultures que l’on connaît, sous tumulus comme à Marcilly-Ogny (NICOLARDOT, 1993a), ou en grottes : le Trou-de-la-Roche à Baulme-la-Roche (DRIOTON et alii, 1902), la grotte de Roche-Chèvre à Barbirey-sur-Ouche (GUYOT et alii, 1940 ; LEBEL, 1961), la grotte du Peu-Trou à Lusigny-sur-Ouche (RATEL, 1961) et la grotte de la Molle-Pierre à Mavilly-Mandelot (PARRIAT, 1975 ; GALAN, 1990 ; DUFAY-GALAN, 1995 ; DUFAY-GALAN, 1996, fig. 6 et 7). Cette dernière cavité (fig. 191) a livré un matériel céramique particulièrement abondant, qui enrichit nos connaissances sur le répertoire du corpus régional des formes des potiers du Néolithique moyen (fig. 192) .

Les pâtes de la céramique

94La céramique du N.M.B. de Myard présente généralement un dégraissant abondant.

95On peut distinguer une céramique commune dont les pâtes contiennent un gros dégraissant calcaire composé de fragments importants de coquilles animales concassées. Ce type de pâte se rencontre notamment dans la confection des grandes bouteilles et ses couleurs évoluent entre le beige rosé et le brun foncé (fig. 43) ; sa dureté est de nos jours assez faible. On notera que ce type de pâte a été utilisé pour la confection d’une petite statuette féminine retrouvée au Camp du Crais à Charigny (Côte-d’Or) (fig. 179).

96Un dégraissant également coquillier, un peu plus fin que le précédent et cependant très proche, caractérise la pâte des ustensiles de puisage (cuillères et puisoirs) retrouvés à Myard.

Fig. 42. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.
Formes de céramiques du N.M.B., récipients à usages spécialisés : 1, 6, 10, 13, 14. fragments de puisoirs ; 2-5, 7-9. fragments de cuillères ; 11-12. fragments de disques de terre cuite dits « plats à pain ».

Fig. 43. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Échantillons de pâtes de céramiques du N.M.B.

97Des céramiques plus soignées, semble-t-il, possèdent une pâte plus dure, beaucoup plus cuite, à dégraissant également plus fin où s’observent des paillettes de mica, blanches ou dorées.

98Toujours dans la céramique fine, on note l’emploi de sable comme dégraissant.

99Certains tessons possèdent un dégraissant très composite où se mélangent le quartz, le sable, le mica et parfois aussi de petits fragments d’ocre rouge.

100Contrairement à ce qui s’observe sur la céramique du Chasséen du Camp de Chassey, la surface des poteries néolithiques de Myard est rarement lustrée. Cependant, quelques exemples nous sont parvenus, avec des tessons montrant des traces de lustrage sur une pâte noirâtre à dégraissant fin, bien cuite et présentant un aspect satiné à l’extérieur.

L’outillage lithique

101L’outillage lithique du N.M.B. retrouvé dans le Camp de Myard est confectionné surtout en silex à patine blanche pour les armatures de flèches, en silex et en chaille pour les outils, grattoirs et racloirs. Le silex blond est exceptionnellement utilisé. L’industrie lithique est généralement sur éclat, plus rarement sur lame.

Les armatures de flèches

102Les armatures de flèches perçantes dominent celles à tranchant transversal. Les armatures perçantes peuvent être triangulaires à base droite (fig. 44, n° 6) ou légèrement convexe (n° 7). On trouve aussi des armatures de flèches à base concave, soit d’un type court et trapu (n° 10), soit d’un type élancé (n° 1). Le type foliacé est également bien représenté, plus ou moins élancé (nos 4 et 8). Les retouches sur ces objets sont souvent envahissantes. On notera aussi la présence d’armatures de flèches losangiques de petite taille (fig. 44, n° 9 ; fig. 45).

Les racloirs et grattoirs

103Ils sont fabriqués sur éclat allongé dont le bulbe de percussion est parfois aminci. Ce sont souvent des outils qui cumulent les fonctions de grattoir et de racloir (fig. 46, n° 21). Souvent de forme circulaire (n° 3), les grattoirs sont aussi aménagés sur l’extrémité de gros éclats (fig. 46, n° 17). Ces pièces conservent presque toujours du cortex.

Les perçoirs

104La présence de quelques perçoirs (fig. 46, nos 1 et 16), comme celle des haches, atteste que les occupants du camp pratiquaient des activités liées au travail du cuir et du bois.

Les haches et herminettes

105L’emploi de roches vertes est prédominant pour la confection de ces outils, parmi lesquels on peut distinguer des haches et des herminettes. Elles sont de petite taille et peuvent présenter des flancs droits (fig. 47 et fig. 48, n° 1). Le silex a aussi été utilisé pour la confection des haches (fig. 48, n° 2). L’aphanite est absente dans cet outillage.

106Sur Myard, ces objets ont été retrouvés brisés. Il semble bien qu’un grand souci d’économie de la matière première ait motivé une réutilisation à l’extrême des pièces cassées. Des fragments de hache ont été aménagés en grattoir (fig. 48, n° 2).

Les meules, broyeurs et polissoirs à rainures

107Meules et broyeurs en granite sont bien représentés, mais, comme les haches, ces outils de mouture sont très fragmentés. Cet outillage témoigne d’activités agricoles. Les broyeurs peuvent être de forme sphérique (fig. 48, n° 10), ovoïde (fig. 48, n° 9) ou encore présenter des facettes (fig. 48, n° 13). Le polissoir à rainures en granite est présent à Myard (fig. 48, n° 11). La présence d’outillage en granite s’explique par la proximité du Morvan et celle d’affleurements, comme à Semur-en-Auxois ou Thoisy-la-Berchère.

Pièces de jeu en pierre

Les billes

108On mentionnera la présence de petites sphères en calcaire poli, de la taille d’une bille (fig. 48, n° 12). Des objets semblables, peut-être utilisées comme pièces de jeu, ont été également trouvés, en contexte Néolithique moyen, sur d’autres sites d’habitat comme le Mont Milan à Meursault ou en relation avec des sépultures, comme à Marcilly-Ogny (Côte-d’Or).

L’industrie osseuse

109Elle comprend des emmanchements et des outils confectionnés en os ou en bois de cerf et des objets de parure.

Les gaines de hache

110En bois de cerf, elles présentent souvent un bourrelet du côté où était enfoncée la hache de pierre, le reste du corps de gaine offrant des traces d’enlèvements au ciseau ou à l’herminette (fig. 49, nos 1, 5 et 9). Les gaines de hache peuvent aussi avoir l’aspect d’un manchon subcylindrique sans ressaut proximal, plus ou moins allongé (fig. 49, nos 2, 6 et 8 ; fig. 50). À la limite, ce dernier type a pu aussi bien servir de gaine de hache que de manche d’outil.

Les manches d’outil

111Une très petite gaine en bois de cerf, avec ressaut proximal, a certainement été confectionnée pour l’emmanchement d’un poinçon (fig. 49, n° 3). L’os a été également utilisé comme manche d’outil avec aménagement de la cavité interne (fig. 49, n° 7). Ces manches ont pu recevoir des poinçons ou des ciseaux également en os.

Fig. 44. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.
Industrie lithique du N.M.B., armatures de flèches perçantes, en silex ou en chaille : 1. triangulaire, élancée, à base concave ; 2. triangulaire à base droite ; 3. à base convexe, foliacée, élancée, à retouches envahissantes ; 4. triangulaire à base convexe ; 5. foliacée et trapue ; 6. triangulaire à base droite ; 7. à base légèrement convexe, retouches bi-faciales ; 8. triangulaire, foliacée à base convexe ; 9. losangique, de petite taille ; 10. triangulaire à base concave, retouches envahissantes.

Fig. 45. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Armatures de flèches du N.M.B. et du Néolithique final.

Fig. 46. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.
Industrie lithique du N.M.B., perçoirs, grattoirs et outils divers en chaille ou en silex : 1. perçoir à retouches bi-faciales, partie proximale déjetée ; 2. grattoir hémicirculaire en bout de lame ; 3. grattoir sur éclat circulaire ; 4. grattoir sur extrémité d’éclat trapu ; 5. couteau sur lame de silex ; 6. perçoir en silex ; 7. base de lame finement retouchée ; 8. éclat finement retouché ; 9, 10. fragments de lamelles ; 11. fragment de lame retouchée, silex ; 12. pointe foliacée sur éclat de silex blanc, fines retouches ; 13. grattoir en silex, une face ayant été utilisée comme percuteur ; 14. burin double ; 15. lame retouchée en grattoir sur le plan de frappe ; 16. perçoir losangique sur éclat en chaille ; 17. grattoir sur gros éclat lamellaire, cortex ; 18. grattoir sur éclat allongé ; 19. grattoir sur extrémité d’éclat cortical ; 20. grattoir sur grand éclat, silex ; 21. racloir et grattoir sur éclat allongé ; 22. perçoir en silex ; 23. racloir en silex.

Fig. 47. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Talon de hache en roche verte, in situ.

Les objets de parure en os ou bois de cerf

112Le Camp de Myard a livré une pendeloque allongée en os (fig. 51, n° 1) et un pendentif à deux perforations taillé dans une mandibule de suidé (fig. 51, n° 2 et fig. 52). L’examen attentif de ce dernier objet a permis de constater qu’il a été porté horizontalement à l’origine, suspendu par un lien dont les extrémités étaient passées dans les deux trous perforés symétriquement dans la partie supérieure du pendentif. L’une des perforations ayant cédé, l’objet a été en second lieu porté suspendu verticalement par le trou restant intact. On observe sur le bord interne de cette perforation les traces perpendiculaires laissées par le frottement du lien.

Les poinçons

113Ils sont généralement en os (fig. 53, nos 4 et 7) avec parfois, encore conservée, la trace de l’emmanchement. Une trace sombre, observée à l’extrémité proximale d’un poinçon (fig. 53, n° 2), semble indiquer l’adjonction d’une résine pour mieux assurer la fixation de l’outil dans son manche.

Les lissoirs

114Confectionnés en os, les lissoirs présentent souvent une forte usure de leur extrémité distale, preuve d’une longue utilisation (fig. 53, n° 14).

Les alésoirs

115Des extrémités d’andouillers de bois de cerf montrent des traces possibles d’utilisation comme alésoir (fig. 53, n° 27).

Les ciseaux

116Ils sont confectionnés sur des fragments d’os longs refendus dont une extrémité a été affûtée selon un tranchant biseauté (fig. 53, n° 15).

II-3 Le camp de Myard au Néolithique final (IVe au IIIe millénaire avant J.-C.)

117Le site de Myard a été principalement occupé au Néolithique moyen, mais des mobiliers divers, d’une autre facture, nous révèlent que le site a été également fréquenté au Néolithique final. Ces objets se retrouvent le long de la façade intérieure du barrage et notamment vers son extrémité ouest où l’on situe l’accès à l’intérieur du camp dès le Néolithique moyen. Ces mobiliers témoignent de la fréquentation du Camp de Myard à la fin des temps préhistoriques (fig. 54, sections 1, 2, 3 et 10).

118Au Néolithique final, on constate une continuité dans l’occupation des structures architecturales antérieures. La fouille n’a pas permis de distinguer des structures d’habitat et de défenses propres au Néolithique final. Cette dernière occupation aux temps préhistoriques a été sans doute le fait d’une acculturation de la population, qui n’a pas entraîné de modifications architecturales. Nous verrons par la suite que le Camp de Myard devra attendre la fin de l’Âge du Bronze pour faire l’objet de nouveaux aménagements défensifs.

119Une remarque intéressante doit cependant être signalée, concernant l’occupation du site au Néolithique final. Elle porte sur les fosses qui précèdent le rempart du Néolithique. Leur étude montre qu’elles étaient toujours ouvertes au Néolithique final, des vestiges mobiliers de cette période ayant été retrouvés au fond de ces fosses. Ils étaient recouverts par de grosses dalles en chute provenant de l’effondrement des assises supérieures du rempart néolithique. La position stratigraphique de ces objets révèle que ces fosses n’étaient pas encore comblées au moment du commencement de la destruction des structures défensives néolithiques (fig. 55 et fig. 56).

II-3-1 Les témoins de la vie quotidienne au Néolithique final

La céramique

120Les découvertes de vestiges de céramique attribuables au Néolithique final sont très ténues. Une seule forme complète a pu être reconstituée. Il s’agit d’une jarre à fond plat, à panse verticale et petit col évasé à bord épaissi et mamelons de préhension situés sous la lèvre (fig. 57 et fig. 58, n° 6). Ce récipient, qui ne trouve pas de parallèle dans le corpus céramique régional, a été trouvé dans les secteurs d’habitats, à une distance de 6 m du parement intérieur du rempart néolithique, dans la section 3, en H / 4. C’est un indice de l’occupation de certains bâtiments implantés le long du parement interne du rempart pendant le Néolithique final. En effet, il se trouvait en stratigraphie, au-dessus des niveaux d’abandon du Néolithique moyen (fig. 59, couche 3) et voisinait avec un fragment de céramique présentant un mamelon non perforé, ovoïde, placé horizontalement sous un bord droit à lèvre arrondie et profil irrégulier (fig. 58, n° 2), type que l’on peut rapprocher des exemplaires connus dans le Néolithique final de la vallée de la Saône, comme à Ouroux-sur-Saône (THEVENOT, 1973, p. 82-84, fig. 48-50). On peut encore signaler, attribuables au Néolithique final, deux tessons ornés d’un cordon lisse horizontal (fig. 58, nos 1 et 5), ainsi que des mamelons de préhension, soit de forme circulaire (fig. 58, n° 4), soit ovoïde (fig. 58, n° 3), et placés toujours sous le bord.

Fig. 48. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.
Industrie lithique du N.M.B. : haches, broyeurs, bille et polissoir : 1-8. fragments de haches en roche dure polie (les fragments nos 2 et 8 ont été utilisés comme percuteur, grattoir nucléus) ; 9. broyeur ovalaire en granite ; 10. broyeur sphérique présentant des facettes d’usage ; 11. fragment d’un polissoir à rainures, en granite ; 12. bille en roche polie ; 13. broyeur sphéroïde en granite présentant des facettes d’usage.

Fig. 49. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.
Industrie en bois de cerf et en os, gaines de haches et manches d’outils du N.M.B. : 1. gaine de hache en bois de cerf à ressaut proximal ; 2. gaine de hache en bois de cerf à manchon court ; 3. petite gaine d’outil en bois de cerf, léger ressaut poli à son extrémité distale ; 4. manche d’outil en bois de cerf ; 5. gaine de hache en bois de cerf à ressaut proximal ; 6. gaine de hache en bois de cerf à manchon subcylindrique allongé ; 7. manche d’outil en os, la cavité médulaire travaillée de façon à aménager une section intérieure quadrangulaire ; 8. gaine de hache en bois de cerf, type en manchon, les deux extrémités chanfreinées ; 9. gaine de hache en bois de cerf à ressaut proximal.

Fig. 50. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Industrie en bois de cerf : gaines de hache, Néolithique moyen N.M.B.

Fig. 51. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Parures en os du N.M.B. : 1. pendeloque à une perforation confectionnée dans une dent ; 2. pendeloque arciforme à deux perforations.

Fig. 52. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Pendeloque arciforme, confectionnée dans une mandibule de sanglier, N.M.B.

L’industrie lithique

121Tout en restant modestes, les découvertes de pièces lithiques se rapportant au Néolithique final sont cependant plus nombreuses que les mobiliers céramiques que nous venons d’évoquer. Le fait doit être souligné que, très fréquemment dans les habitats fortifiés de hauteur (ce sera une situation identique à Étaules), le Néolithique final est surtout représenté par de l’industrie lithique, notamment des armatures de flèches. L. Lepage formule la même remarque à propos des vestiges du Néolithique final retrouvés au Camp de la Vergentière à Cohons (Haute-Marne) (LEPAGE, 1983 ; 1992, p. 255). Là aussi, le lithique de cette période est beaucoup plus abondant que la céramique. À Myard comme à la Vergentière, ces armatures de flèches proviennent des secteurs extra-muros et l’on a noté également dans les deux sites qu’elles présentent presque toujours une pointe émoussée. Il y a tout lieu de croire que nous avons affaire à des projectiles qui ont été tirés en direction du camp et qui auraient heurté les pierres des structures défensives au pied desquelles ils gisaient (LEPAGE, 1992, p. 166).

Fig. 53. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.
Industrie en bois de cerf et en os, poinçons, ciseaux, spatules et alésoirs du N.M.B. : 1. spatule ou lissoir en os ; 2. poinçon en os, l’extrémité proximale présente des traces noirâtres, peut-être les marques d’un emmanchement ; 3-12. poinçons en os (le 7 présente aussi des marques d’emmanchement sous la forme de stries parallèles à son extrémité proximale) ; 13. extrémité d’un ciseau en os ; 14. spatule ou lissoir en os ; 15. ciseau en os ; 16. spatule ou lissoir en os ; 17. spatule en os ; 18. alésoir en os ; 19. lissoir en os ; 20. ciseau en os ; 21. lissoir en os ; 22. spatule ou ciseau en os ; 23. ciseau en os ; 24. alésoir en os ; 25. ciseau en os ; 26. spatule ou lissoir en os ; 27. alésoir en bois de cerf.

Fig. 54. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Plan de répartition des principaux mobiliers du Néolithique final.

Fig. 55. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.
Section 7, vue d’une fosse en avant du rempart néolithique ; à droite, on note la suite des pierres de parement en chute jusqu’au fond de l’excavation.

Fig. 56. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.
Section 7, même fosse que celle de la fig. 55, état après dégagement des matériaux en chute recouvrant des mobiliers du Néolithique moyen et final.

Fig. 57. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Jarre du Néolithique final.

Fig. 58. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.
Céramique du Néolithique final, cordons, préhensions et jarre : 1. tesson orné d’un cordon lisse horizontal ; 2. sous un bord droit à lèvre arrondie, mamelon de préhension ovalaire horizontal, sans perforation ; 3. bord à lèvre arrondie sur laquelle on trouve un mamelon de préhension ovalaire, horizontal, sans perforation ; 4. bord à lèvre arrondie sous lquelle on trouve un mamelon de préhension circulaire et aplati, sans perforation ; 5. bord éversé à lèvre en méplat sous laquelle se trouve un cordon horizontal ; 6. jarre à panse verticale, petit col éversé à bord épaissi, mamelon de préhension ovalaire allongé sur la lèvre.

Fig. 59. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Section 3, coupe nord-sud avec indication du niveau à céramique du Néolithique final.

Fig. 60. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.
Industrie lithique, armatures de flèches et scie à encoches du Néolithique final : 1. fragment d’une grande armature de flèche perçante losangique, peut-être brisée en cours de taille et utilisée avec une base droite ; 2. armature de flèche perçante losangique avec pédoncule et amorces d’ailerons ; 3. fragment d’armature de flèche triangulaire perçante à pédoncule et ailerons ; 4. armature de flèche perçante losangique de grande taille avec pédoncule et amorces d’ailerons, silex, retouches envahissantes ; 5. scie à encoches sur plaquette de silex avec cortex ; 6. armature de flèche perçante losangique avec amorce d’ailerons et pédoncule trapu, retouches bi-faciales ; 7. armature de flèche perçante losangique de grande taille, amorces d’ailerons et pédoncule trapu.

122Ces armatures de flèches sont toutes perçantes et elles sont généralement de grande taille. Le type le plus courant est caractérisé par une forme losangique avec amorces d’ailerons et pédoncule trapu (fig. 60, nos 4 et 7). Les retouches sont très souvent envahissantes, mais des modèles plus courts présentent des retouches bi-faciales (fig. 60, n° 6). Une de ces armatures, de très grande taille, brisée sans doute en cours de fabrication, a été aménagée avec une base droite (fig. 60, n° 1). Un seul exemplaire de flèche triangulaire à pédoncule et à ailerons a été retrouvé, fragmenté, dans la section 7, secteur Y / 0 (fig. 60, n° 3).

123Une plaquette de silex retouchée avec soin a été retrouvée dans la section 3, secteur J / 3 (fig. 60, n° 5). Cet objet a été fragmenté sous l’action du feu. C’est sans doute tout ce qu’il reste d’une scie à encoches latérales.

II-4 Le camp de Myard au Bronze final (XIIIe au VIIIe siècle avant J.-C.)

124Rien ne laisse supposer que le Camp de Myard ait été occupé pendant le Bronze ancien et le Bronze moyen. La présence, déjà évoquée, de haches de bronze datées de ces périodes dans une cavité rocheuse voisine de la ferme de Myard, au sud-ouest de l’enceinte, n’est pas suffisante pour étayer cette hypothèse. Ces haches ont été retrouvées accompagnées, rappelons-le, d’une hache à ailerons terminaux du Bronze final, qui indique que le dépôt a été placé dans la grotte à l’extrême fin de l’Âge du Bronze, aux environs du ixe siècle avant J.-C., c’est-à-dire au moment de l’implantation des ouvrages défensifs au-dessus des ruines des constructions néolithiques. Une autre hache en bronze (sans plus de précisions) est signalée, par F. Hutinel et J.-B. Mathey, comme provenant de Myard (HUTINEL, MATHEY, 1912, p. 236). Cet objet aurait appartenu à Victor Moreau, ancien propriétaire de la Ferme de Myard. Un hiatus d’environ quatorze siècles sépare donc les deux occupations principales reconnues dans le Camp de Myard.

125Nous examinerons successivement le rempart puis ses tours.

II-4-1 Le rempart du Bronze final

Dimensions et implantation du rempart supérieur

126Présentant une longueur de 180 m, le rempart supérieur (Bronze final), large de 2,80 m à 3 m, est une muraille de pierres sèches parementée extérieurement et intérieurement (fig. 17 et fig. 22, n° 7). Il est implanté au sommet de la masse d’éboulis de l’ensemble « habitat et fortification » du Néolithique, selon la même ligne sinueuse dictée par les carrières d’extraction précédemment signalées. Ce rempart de pierres sèches est flanqué extérieurement de tours quadrangulaires, dont les massifs, d’importance variable, accentuent le caractère défensif de l’ouvrage (fig. 17).

127L’importante masse d’éboulis qui s’observe aux pieds des falaises calcaires à ses extrémités est et ouest appuie l’hypothèse d’une construction qui, à l’origine, se prolongeait jusqu’à l’aplomb des bords du plateau. De nos jours, l’érosion a notablement diminué la hauteur du rempart supérieur à ses extrémités, mais ses assises inférieures ont été retrouvées en fouilles, à son extrémité ouest (fig. 25, c), où ses fondations étaient visibles jusqu’à la falaise.

Des techniques de construction adaptées

Les parements et fondations du rempart supérieur

128Les pierres des parements intérieur et extérieur du rempart sont le plus généralement disposées en boutisse, c’est-à-dire qu’elles présentent en façade l’un de leurs petits côtés, la longueur de ces pierres déterminant l’épaisseur des parements. Sélectionnées pour leurs faces naturellement assez régulières et leurs dimensions importantes (en moyenne 0,60 m de longueur pour 0,40 cm de largeur et 0,15 m de hauteur), elles présentent un module plus fort que celui des matériaux pierreux qui forment la masse de l’ouvrage (fig. 24 et fig. 238, dépliant n° 1). Ceci dénote un choix délibéré des constructeurs pour renforçer la construction, technique que l’on retrouve également dans les assises de fondation, dont les blocs peuvent atteindre les mêmes dimensions (fig. 61, n° 9).

L’adaptation aux exigences des structures sous-jacentes

129Quelques observations intéressantes ont été faites sur les techniques de construction de ce rempart, dont l’appareil varie d’un point à un autre et présente plusieurs particularités architecturales.

130Après dégagement, on a observé en plusieurs endroits que l’appareil en dallettes de calcaire brutes du rempart supérieur, généralement disposées en lits sensiblement horizontaux et à joints croisés, fait place à une disposi tion en épis ou en chevrons (fig. 62 et fig. 63). Toutes les fois que nous avons pu constater la présence de ce type d’appareil, la fouille a montré que les constructeurs du rempart supérieur s’étaient trouvés confrontés à des difficultés pour implanter leurs assises de fondation, problèmes causés par des inégalités importantes du substrat sous-jacent. Le plus souvent, il s’agissait du modelé très irrégulier affectant les ruines des structures néolithiques servant de support au rempart du Bronze final (fig. 64).

Fig. 61. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.
Section 3, coupe stratigraphique est-ouest au nu du parement interne du rempart du Bronze final.
I. Rempart du Bronze final (8) : Ia. éboulis de la partie supérieure du rempart du Bronze final ; Ib. assises de fondation du rempart du Bronze final (9) ; petits éléments détritiques (matériaux néolithiques sous-jacents) mêlés de gros blocs (rempart néolithique en chute), niveau inférieur atteint par les constructeurs du rempart supérieur dans lequel on retrouve un sol témoin de l’occupation du site au Bronze final (3).
II. Rempart du Néolithique moyen : IIa. couche cryoclastique formée de matériaux détritiques correspondant à l’abandon du site entre le Néolithique final (IIe millénaire av. J.-C.) et la construction du rempart du Bronze final (ixe siècle av. J.-C.) (4) ; IIb. couche d’incendie, cendreuse et charbonneuse, située au-dessus des matériaux des structures d’habitat du Néolithique ; IIc. noyau de matériaux corrodés comprenant des pierres calcaires, de l’argile décomposée, des matériaux en chute (notamment de grandes dalles plates) provenant du rempart, des structures d’habitat néolithique (5) et du parement extérieur du rempart néolithique ; terre mêlée de pierrailles correspondant à la couche d’abandon du site au Néolithique moyen.
III. Niveau supérieur du substrat rocheux correspondant au défrichement du terrain au Néolithique moyen (6).
IV. Roche en place du Bajocien (7).

Fig. 62. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.
Rempart du Bronze final, façade extérieure à l’est de la tour 5 (jalon vertical supérieur) ; rempart du Néolithique moyen, façade extérieure (jalon vertical inférieur).

Fig. 63. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Rempart du Bronze final, façade extérieure à l’est de la tour 1.

Fig. 64. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Ouvrages défensifs : 1. parement extérieur du rempart du Néolithique ; 2. parement extérieur du rempart du Bronze final.

131À l’extrémité ouest du barrage, l’appareil en épis a été utilisé dans les assises du rempart supérieur, pour leur permettre d’épouser le profil de la roche, les structures sous-jacentes étant absentes à cet endroit de la fortification, aménagée en entrée par les Néolithiques. Dans tous les exemples de l’emploi de ces appareils observés jusqu’à présent sur le rempart supérieur, il semble bien que nous avons affaire à une technique de construction permettant d’adapter la muraille de pierres sèches à des reliefs rendant difficile la pose en lits horizontaux et à joints croisés. Certes, de tels agencements rappellent certaines parties du rempart du Camp de Cora à Saint-Moré (Yonne ; GRENIER, 1931, p. 430-434, pl. 135) ou bien l’appareil d’un mur d’habitation de l’oppidum du Lombren à Vénéjan (Gard). Ces exemples, attribués au Bas-Empire (CHARMASSON, 1970), diffèrent notablement par l’emploi de moellons équarris, alors qu’à Myard, ce sont des dallettes de calcaire brutes qui ont été utilisées.

Les étapes de construction des structures défensives du Bronze final

132Dès les premiers dégagements du rempart supérieur, dans la section 3, on avait noté la présence, bien visible sur le parement intérieur notamment, d’une rupture dans la construction, selon un joint vertical qui révélait que nous avions affaire à deux extrémités de murailles accolées bout à bout (fig. 65). Par la suite, ce phénomène, observé plusieurs fois sur la longueur du rempart, nous a conduit à distinguer cinq étapes de construction liées à la mise en place des tours.

Fig. 65. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.
Rempart du Bronze final, façade interne sur laquelle on note un joint vertical à la jonction de deux segments de construction et l’utilisation d’un appareil en « épis ».

133Dans une première étape, les cinq tours quadrangulaires connues aujourd’hui ont été élevées, toutes mariées au moins par un côté au rempart (fig. 67 et fig. 68). La tour n° 1 est mariée par ses deux côtés, ouest et est ; la tour n° 2 l’est par son côté est ; la tour n° 3 par ses deux côtés ; la tour n° 4 par son côté est, comme la tour n° 5 (fig. 67, étape n° 1).

134Dans une seconde étape, les tours n° 1 et n° 3 ont été agrandies dans les proportions de la tour n° 5 (fig. 67, étape n° 2). Les agrandissements de ces deux tours ne sont pas mariés au rempart.

135La façade de la tour n° 1, la seule actuellement dégagée pour en permettre un relevé détaillé, est un excellent témoignage parvenu jusqu’à nous d’une architecture spectaculaire qui reste unique régionalement (fig. 66). D’autres tours sont peut-être encore masquées sous les éboulis du barrage, vers son extrémité est ; d’après la périodicité des structures observée dans la zone fouillée, une ou deux tours pourraient trouver place dans la partie non encore étudiée du rempart.

Une défense élevée par segments

136La grande originalité du rempart supérieur réside dans le fait qu’il a été construit par segments, dont cinq sont actuellement reconnus.

137Chacun de ces segments de rempart a pour origine une tour massive, également en pierres sèches. La mise en place de ces segments a nécessité un plan d’ensemble bien réfléchi, avec parfois quelques difficultés pour respecter l’alignement des parements, comme au nord de la tour n° 2. Après la juxtaposition des chantiers, les « maîtres d’ouvrage » ont réalisé la jonction des différents éléments architecturaux, pour édifier finalement un ensemble cohérent.

Fig. 66. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Rempart du Bronze final, élévation en façade extérieure de la tour 1 et de son agrandissement.

138Des équipes de bâtisseurs sont allées à la rencontre les unes des autres. Cela nécessitait une organisation aussi remarquable que celle qui a été nécessaire pour assurer l’approvisionnement en matériaux. La carrière la plus proche étant le fossé aujourd’hui comblé que l’on distingue encore sur le terrain, également visible en photographie aérienne, et qui avait été détecté par les mesures de résistivité effectuées il y a près de trente ans.

139C’est dans l’hypothèse de l’implantation initiale des tours n° 2, n° 3, n° 4 et n° 5, simultanément avec la construction du rempart, que nous analyserons, d’ouest en est, les cinq segments qui composent la longueur actuellement reconnue du rempart supérieur (fig. 67 et fig. 68).

Segment A comprenant les tours n° 1 et n° 2

140C’est à partir de la tour n° 2 qu’il faut situer la mise en place de ce segment, avec un chantier qui s’est poursuivi en direction de l’ouest, incluant la tour n° 1, jusqu’au rebord du plateau. Les reprises de construction visibles à l’arrière de la tour n° 2 sont suffisamment explicites pour étayer cette hypothèse.

141La coupure visible entre les segments A et B montre bien que la tour n° 2 était en place lorsque la jonction avec le segment B a été réalisée. Des difficultés d’alignement ont été rencontrées par les constructeurs du segment B. Elles se traduisent aujourd’hui sur le terrain par des raccords discontinus, des décrochements et des rajustements de direction, anomalies visibles à la surface et le long du parement intérieur du rempart.

Segment B comprenant la tour n° 3

142Ayant comme origine la tour primitive n° 3, ce segment a été construit d’une façon bidirectionnelle. À partir de la tour n° 3, les constructeurs se sont dirigés vers l’ouest (vers le segment A) et vers l’est en direction de la tour n° 4, qui appartient au segment C. Le raccord entre le segment B et le côté ouest de la tour n° 4 est très lisible sur le parement extérieur du rempart. Il est indéniable que le côté est de la tour n° 2 et que le côté ouest de la tour n° 4 étaient achevés lorsque le segment B, issu de la tour n° 3, est venu s’accoler à ces structures.

Segment C comprenant la tour n° 4

143Le segment C du rempart supérieur a comme origine la tour n° 4 et il a été développé à partir du côté est de cette tour, dans la direction de l’est, vers la façade ouest de la tour n° 5. Le parement intérieur n’est discernable que de place en place en surface.

Segment D comprenant la tour n° 5

144Le segment D a comme origine le côté est de la tour n° 5 (fig. 67 et fig. 68). Il se poursuit vers l’est jusqu’à la rencontre du segment E. La tour n° 5 (fig. 70), dès sa construction, a présenté d’importantes dimensions. Sa façade est, mariée avec le rempart supérieur, développe plus de 4 m auxquels il faut rajouter les 3 m d’épaisseur du rempart. On atteint pour cette tour un volume impressionnant de pierres d’environ 150 m3 (NICOLARDOT, 1976, p. 82 et fig. 20, p. 81).

Segment E

145À l’est de la tour n° 5, ce segment est délimité par une reprise de maçonnerie (fig. 67 et fig. 68). Comme à l’arrière de la tour n° 2, on y a observé un raccord de construction avec joint vertical et la présence d’un très bel appareil en épi et en arêtes de poisson (fig. 65). On ne sait si le segment E doit être aussi rattaché à une tour, le tiers est du rempart restant à interroger sur une cinquantaine de mètres.

Les tours

146La plus importante des tours, la tour n° 5 (fig. 69 et fig. 70), est située presque au centre du barrage, légèrement décalée vers le rebord est du plateau. Massive et sans extension, elle présente une façade de 7,40 m de longueur et un saillant de près de 5 m (fig. 68). Ses fondations, très irrégulières, épousent le profil de la couche d’éboulis du rempart néolithique (fig. 69 et fig. 71). La hauteur maximale actuelle de cette tour est de 3 m.

147De plan légèrement trapézoïdal, elle présente un appareil plus fort aux angles ; ses parements sont comparables à ceux du rempart supérieur. Son remplissage intérieur est composé de pierraille et de terre. Rappelons que son angle nord-est est marié avec le rempart supérieur. Le caractère défensif de cet ouvrage est accentué, du côté extérieur au sud, par la présence d’un véritable fossé excavé dans la roche, particulièrement bien observé vers l’extrémité ouest du barrage.

148Deux des cinq tours actuellement dégagées sur la façade extérieure du rempart, numérotées 1 et 3, présentent un agrandissement non marié avec ce dernier (fig. 72 et 73). La tour n° 1 présentait primitivement une façade de 5,10 m pour un saillant de 1,20 m. Après son agrandissement, ses mêmes dimensions atteignent 7,10 m et 3,40 m (fig. 66 et fig. 68). En ce qui concerne la tour n° 3, pour une façade primitive de 3,90 m et un saillant de 1,90 m, elle possède après agrandissement une façade de 6,90 m pour un saillant de 2,80 m (fig. 68).

149Les tours n° 2 et n° 4 sont moins importantes que la tour n° 1. La tour n° 2 possède une façade de 4,30 m tandis que celle de la tour n° 4 atteint 4,70 m. Leurs saillants par rapport au parement extérieur du rempart supérieur, sont respectivement de 2,50 m et 1,20 m (fig. 74).

L’accès à l’intérieur du camp à l’Âge du Bronze

150Le rempart supérieur a été étudié sur sa moitié ouest et aucun dispositif d’entrée n’a été jusqu’ici reconnu dans cette partie de l’ouvrage défensif. Dans l’état actuel des recherches, le rempart protohistorique de Myard semble continu ; l’entrée du camp, pour cette période d’occupation, pouvait ne pas se situer sur le barrage mais emprunter un défilé dans le rebord des roches, au nord du camp, à l’ouest de la petite enceinte quadrangulaire (fig. 68). Près de cet accès, de la céramique du Bronze final a été retrouvée (fig. 76, n° 6), ce qui peut étayer cette hypothèse. Il faut cependant garder à l’esprit le fait que la moitié est du rempart reste à étudier et que de nouvelles fouilles pourraient remettre en question l’absence ou la présence, sur le rempart supérieur, d’une porte permettant de pénétrer dans l’enceinte.

Fig. 67. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.
Schéma de la construction du rempart du Bronze final selon cinq segments et évolution de la taille des tours 1 et 3 qui présentent des agrandissements.

Fig. 68. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.
Plan de la partie fouillée du rempart du Bronze final avec ses cinq tours ; dans le cartouche, indication de l’entrée présumée du camp au Bronze final.

Fig. 69. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.
Section 3, coupe sur les remparts du Néolithique et du Bronze final et élévation du côté est de la tour 5.

Fig. 70. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Vue générale de la tour 5 (angle sud-est).

Fig. 71. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.
Rempart du Bronze final et tour 5, angle sud-est et côté est, reposant sur le rempart néolithique.

Fig. 72. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.
Tour 1, détail de l’angle nord-ouest de la tour primitive marié avec le parement extérieur du rempart du Bronze final.

Fig. 73. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.
Tour 1, angle sud-est de son agrandissement.

Fig. 74. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Tour 2, parement de l’angle sud-ouest reposant sur le substrat néolithique.

151Cet ouvrage monumental à vocation défensive n’est pas, jusqu’à présent, accompagné d’importantes structures d’habitat, contrairement à la muraille néolithique sous-jacente.

152Une couche d’occupation cependant bien datée du Bronze final est attestée, le long du parement intérieur du rempart supérieur (fig. 22, n° 8). La présence d’armes du Bronze final (fig. 77), retrouvées en stratigraphie le long et de chaque côté de ce rempart, et celle de vestiges de céramique appartenant aussi au Bronze final (fig. 76) mis au jour avec une large dispersion sur l’ensemble du camp, permettent de constater que le rempart supérieur était fréquenté à l’extrême fin du Bronze final (ixe s. avant J.-C.). L’absence de mobiliers d’époques plus récentes sur le site confirme que le rempart supérieur et ses tours ne peuvent être postérieurs au Bronze final.

II-4-2 Les témoins de la vie quotidienne au Bronze final

Les mobiliers du Bronze final

153Sur le Camp de Myard, si les éléments architecturaux défensifs protohistoriques, rempart et contreforts, sont importants, les constructeurs n’ont laissé que très peu de vestiges marquant leur passage. Ceux-ci comprennent des fragments de céramique et quelques rares objets de métal qui se répartissent principalement de part et d’autre du barrage, avec une densité plus importante du côté intérieur du rempart, ainsi que vers l’accès supposé à l’intérieur de l’enceinte pour la période du Bronze final, vers l’extrémité nord-ouest du camp (fig. 75, sections 2, 3, 7, 8, 10, 13 et 23).

La céramique

154Extrêmement fragmentée, la céramique est représentée par quelques tessons de récipients ornés de cordons digités (fig. 76, n° 4), d’incisions obliques à l’ongle (n° 3) ou de cannelures plus ou moins larges (nos 2, 5 et 21).

Fig. 75. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.
Plan de répartition des principaux mobiliers du Bronze final.

155Un fragment de vase plus important retiendra notre attention (fig. 76, n° 25). Il s’agit de la partie supérieure d’une urne à bord éversé portant une préhension formée d’une anse en ruban qui part du dessous extérieur de la lèvre et vient s’appuyer sur l’épaule du récipient. Cette anse est ornée de stries obliques faites à l’ongle. Le dessus de l’épaule présente des cannelures profondes horizontales qui s’interrompent vers l’anse. Sous cette dernière, l’épaule de l’urne est décorée de deux cannelures parallèles disposées en arc de cercle. Ce motif cannelé contournant la base de l’anse est bien connu au début du Bronze final III dans une aire géographique très large, depuis la Suisse, comme à Auvernier (RYCHNER, 1998, fig. 25, n° 20 ; BORRELLO, 1993, p. 32, fig. 24, nos 5 à 10), jusqu’aux confins de l’Île-de-France et de la Normandie, comme au Fort-Harrouard à Sorel-Moussel (Eure-et-Loir) (MOHEN, BAILLOUD, 1987, p. 71, pl. 91, B. 593, n° 19).

156D’autres fragments de céramique de Myard présentent un décor formé de deux filets incisés parallèles (fig. 76, nos 9, 14 et 20). On trouve aussi une ornementation composée de lignes horizontales parallèles profondément gravées (fig. 76, nos 11, 12 et 13).

157Une autre forme, archéologiquement complète, s’inscrit dans le corpus des nombreuses céramiques du Bronze final III retrouvées sur le Châtelet d’Étaules. Il s’agit d’une jatte à bord rentrant (fig. 76, n° 8) mise au jour dans le niveau d’habitat du Bronze final, dans la section 23 à l’arrière de la tour n° 2 (fig. 22, n° 8).

158À ces mobiliers vient s’ajouter une fusaïole bitronconique en terre cuite, ornée de cannelures horizontales parallèles, provenant du secteur 10 du camp (fig. 76, n° 1).

159Il faut noter que presque tous les objets retrouvés appartenant au Bronze final, notamment des fragments de céramique (fig. 76, nos 2, 3, 5 et 14), proviennent de ce secteur 10 situé à l’extrémité ouest du barrage (fig. 21, n° 10). Dans ce secteur, les structures du Bronze final, habitats et rempart, ont été établies sur la roche du plateau, les constructions antérieures n’existant pas en cet endroit. C’est en effet là, comme nous l’avons déjà vu précédemment, que se situait l’entrée du camp au Néolithique. Cette situation sur un substratum très dur explique peut-être une meilleure conservation des vestiges laissés par la dernière occupation protohistorique du site, au Bronze final IIIb. C’est toujours dans ce même secteur qu’ont été également mises au jour deux des trois armatures de flèches du type « du Bourget » dont il est question ci-après.

Fig. 76. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.
Céramique et objet de bronze du Bronze final : 1. fusaïole biconique en terre cuite, décor de cannelures horizontales et parallèles ; 2, 5, 11-13, 21, 22. tessons décorés de cannelures horizontales ; 3. bord droit à lèvre arrondie, décor d’incisions à l’ongle suivant deux lignes horizontales et parallèles ; 4. tesson décoré d’un cordon horizontal à impressions digitales ; 6. fragment de col vertical décoré d’un cordon horizontal à impressions digitales, bord à lèvre déjetée extérieurement ; 7. rivet en bronze ; 8. jatte à bord rentrant, lèvre à méplat intérieur ; 9, 14 et 20. tessons décorés de stries gravées horizontales et parallèles ; 10. bord de jatte légèrement rentrant ; 15, 16 et 24. fonds plats ; 17-19 et 23. bords à lèvre à méplat intérieur ; 25. fragment de la partie supérieure d’une urne présentant une anse en ruban, décor de cannelures parallèles et d’incisions obliques faites à l’ongle.

Fig. 77. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.
Armatures de flèche du « type du Bourget », en fer, Bronze final III : 1 et 3. armatures à deux perforations de section quadrangulaire ; 2. armature sans perforation.

Le métal

160La section 8 a livré une petite goupille (fig. 76, n° 7) formée d’une courte tige de bronze de section circulaire, aux extrémités mousses. C’est probablement un rivet comme on peut en voir sur des poignées d’épées du Bronze final, qui n’a sans doute jamais été utilisé, ses extrémités n’ayant pas été martelées.

161Les plus intéressants objets de métal retrouvés en stratigraphie à Myard, en relation avec le rempart supérieur, sont trois armatures de flèches triangulaires en tôle de fer (fig. 77). L’une ne comporte pas de trous de fixation (fig. 77, n° 2) et son extrémité est émoussée. Les deux autres possèdent deux trous de fixation (nos 1 et 3). L’une a l’extrémité cassée, la seconde émoussée. Ces deux objets sont la réplique des flèches du type dit « du Bourget », plus fréquemment découpées dans de la tôle de bronze martelée (COMBIER et alii, 1972). Ces armatures de flèches sont connues au Châtelet d’Étaules (Côte-d’Or) et au Camp de Chassey (Saône-et-Loire) ; elles apparaissent dans les sites lacustres suisses et alpins à la fin du Bronze final.

162On rappellera aussi à nouveau, appartenant au dépôt (fig. 78 et fig. 79) découvert dans la grotte de la Ferme de Myard, au sud-ouest du Camp, la présence d’une hache à ailerons terminaux sans épaulement ni anneau (fig. 78, n° 4 et fig. 79, d), type qui se rencontre au Bronze final III.

II-5 Conclusion : le camp de Myard, habitat préhistorique et forteresse protohistorique

163Au Néolithique moyen et final (Ve-IIIe millénaires avant J.-C.), le Camp de Myard est avant tout un habitat où s’est maintenue une petite population à vocation agricole, pratiquant l’agriculture et surtout l’élevage. Les témoins de la vie domestique retrouvés au milieu de vestiges architecturaux importants sont suffisamment diversifiés et nombreux pour nous indiquer qu’il s’agit, à cette époque, d’une fréquentation continue. Les milliers de fragments osseux d’animaux qui nous sont parvenus, étudiés par Thérèse Poulain (années 1969-1976) et Olivier Putelat (années 1996-1997) (cf. Conclusions et Annexe) sont particulièrement révélateurs de la sédentarité des Néolithiques sur le plateau et plus spécialement à l’intérieur de l’enceinte. Protégés par un rempart, ils pratiquaient l’élevage du bœuf, du porc, des ovicapridés et des chiens, mais la chasse jouait encore un rôle complémentaire dans l’apport de la nourriture carnée. Les meules et broyeurs nous indiquent qu’ils cultivaient des céréales, dont les témoignages sont malheureusement très rarement conservés.

164À l’Âge du Bronze, si l’imposante architecture du rempart supérieur et de ses tours révèle, de la part de leurs constructeurs, un besoin de fixer dans le paysage une marque significative d’autorité, on reste surpris du petit nombre de mobiliers pouvant y être rattachés. Le moment de la construction de ces structures défensives protohistoriques reste à préciser, même s’il est bien établi que ce rempart supérieur a été fréquenté et abandonné au Bronze final. Les études sur le rempart supérieur n’ont pas encore porté sur toute la longueur de la fortification : vers son extrémité est deux nouvelles tours restent peut-être à découvrir. Le développement de l’habitat de l’Âge du Bronze est peut-être aussi à rechercher vers cette extrémité orientale du rempart, ou en retrait de celui-ci, au nord du plateau de Myard, où l’on observe un enclos quadrangulaire caractérisé par un appareil cyclopéen.

Fig. 78. Vitteaux (Côte-d’Or), Grotte de Myard.
Haches du dépôt : 1. hache plate en cuivre (Bronze ancien) ; 2. hache à forts rebords, en bronze (Bronze moyen) ; 3. hache à légers rebords du « type de Neyruz », en bronze (Bronze ancien) ; 4. hache à ailerons terminaux, en bronze (Bronze final).

165L’abandon prématuré du site pourrait être lié à des changements économiques provoqués par le déplacement des axes de circulation pour les échanges de matières premières, phénomènes attestés à la fin de l’Âge du Bronze et au début du premier Âge du Fer (viiie siècle av. J.-C.) (cf. Chapitre de conclusions). Cette hypothèse, basée sur des facteurs commerciaux et géographiques, expliquerait sans doute la désertion du site de Myard au Bronze final : des circonstances devenues trop défavorables auraient provoqué la fuite de la population vers un lieu susceptible de leur apporter de meilleures conditions de vie. L’étude du Châtelet d’Étaules et les conclusions qui vont suivre permettent d’étayer cette hypothèse.

166De tels bouleversements permirent le développement de certains habitats fortifiés, comme celui du Châtelet d’Étaules (Côte-d’Or), ou menèrent à la désertion des lieux, comme au Camp de Myard. Il demeure cependant que, dans le canton de Vitteaux, le Camp de Myard, avec ses structures défensives et d’habitat préhistoriques et protohistoriques originales, occupe la première place parmi les sites de même nature reconnus dans les hautes vallées de l’Armançon, de la Brenne et de l’Ozerain.

Fig. 79. Vitteaux (Côte-d’Or), Grotte de Myard.
Les quatre haches du dépôt, Bronze ancien, moyen et final (a, b, c, d).

Notes

4 Les quatre haches, actuellement conservées au Musée Archéologique de Dijon, appartiennent à un ensemble mis au jour par le Dr Moreau avant qu’il ne vende la ferme de Myard à la famille Leguy, qui la possède toujours aujourd’hui.

5 Les laves ont été employées pour élever des murs en pierres sèches, pour clôturer les champs. Le plus généralement, ces murs en pierres sèches présentaient des lits horizontaux alternés parfois avec des appareillages en chevrons ou en lits inclinés parallèles. En zone urbaine, les dallettes de calcaire ont été utilisées dans la construction des limites de clos (vergers et potagers) et même à l’intérieur des maisons, pour édifier des cloisons. Ces dernières utilisaient de grandes laves posées de chant, jointoyées au mortier de chaux. Mais c’est surtout comme matériaux de couverture en remplacement du chaume, que les laves ont été employées en milieu rural, notamment depuis le xviie siècle. Ce type de couverture a l’avantage d’un pouvoir isolant de première qualité, aussi bien contre le froid que contre le chaud, mais présente un inconvénient majeur : le poids de charge très important, qui demande une charpente et des murs d’une très grande résistance. Ce matériau permettait aussi d’élever des abris de petites dimensions, de plan très souvent circulaire, avec couverture en encorbellement. Ces petites constructions, appelées cadoles, servent toujours d’abris aux bergers et aux vignerons.

6 À Catenoy, les travaux effectués par J.-Cl. Blanchet ont mis au jour un véritable fossé que nous avons pu étudier. Ce fossé, en relation avec le rempart Néolithique moyen, présente un profil trapézoïdal avec une profondeur de 1,60 m par rapport au sol actuel. Il mesure 3,20 m de large au fond, pour une largeur en surface comprise entre 11,50 m et 12 m (NICOLARDOT, 1993b, pl. 354 et 359).

7 Le tuf est suffisamment concrétionné pour résister à l’extraction et à la taille. Aux temps modernes, il a été utilisé, pour sa légèreté, pour la construction de voûtes, de linteaux de portes et de fenêtres, de souches de cheminées ou employé même en couverture. Le clocher octogonal de l’église du village de Vesvres, au pied du Camp de Myard, utilise ce matériau. On peut aussi signaler l’emploi de voussures en tuf dans l’architecture romane, comme à Vézelay (Yonne).

8 Toutes les datations 14 C concernant le Camp de Myard à Vitteaux ont été effectuées par Mme G. Delibrias du Laboratoire des Faibles Radioactivités de Gif-sur-Yvette (DELIBRIAS et alii, 1982. Sauf mention spéciale, les valeurs données ici sont calibrées d’après la courbe M. Stuiver and J. van der Plicht (Eds.) INCAL 98.

9 Les dates que nous avions indiquées dans cette publication étaient celles qui avaient été données, non calibrées, par le laboratoire de Gif-sur-Yvette.

10 Ces pièces de bois ont fait l’objet de datation par mesure du radiocarbone. Pièce de bois verticale GIF-2342 : 5175 ± 135 B.P. = intervalle 95 % de confiance [- 4329, - 3622 av. J.-C.] ; pièce de bois horizontale GIF-2341 : 4880 ± 135 B.P. = intervalle 95 % de confiance [- 3963, - 3366] ; pièce de bois verticale adossée contre le parement intérieur du rempart et appartenant à un poteau de l’habitat GIF-3670 : 4770 ± 140 B.P. = intervalle 95 % de confiance [4043, 3385 avant J.-C.].

Table des illustrations

Titre Fig. 14. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Localisation du site sur le plateau bajocien.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende Fig. 15. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Vue du côté est du site, depuis les Granges de Vesvres.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende Fig. 16. Carte de répartition des sites d’habitat de hauteur fortifiés du canton de Vitteaux : triangle blanc : site reconnu non daté ; triangle jaune : occupation néolithique reconnue ; triangle vert : occupation Bronze final reconnue ; triangle rouge : occupation protohistorique reconnue ; triangle-mi-jaune, mi-rouge : occupation pré- et / ou protohistorique supposée. Les 28 communes du canton sont indiquées par un cercle.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende Fig. 17. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Plan général comportant le tracé du rempart du Bronze final et de ses tours ainsi que l’indication des murées et des tertres visibles sur le terrain.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende Fig. 18. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Photo aérienne verticale du Camp de Myard et de son environnement archéologique : 1. barrage délimitant le camp ; 2. grotte avec dépôt de haches du Bronze final ; 3. maison forte à l’emplacement de la Ferme de Myard ; 4. site gallo-romain « Les Mises » ; 5. emplacement du château de Vitteaux (cliché I.G.N.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Légende Fig. 19. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Relevé par P. de Truchis (début xxe siècle, archives de la Société Préhistorique Française).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 20. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Plan de situation des zones et profils de mesures de résistivité, prospections du Laboratoire de Physique du Globe (Paris).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 21. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Plan de situatio des 23 sections de fouilles (1969-1976 et 1996-1997).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende Fig. 22. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Coupe schématique du barrage.1. Fosse d’extraction des matériaux pour la construction du rempart néolithique ; 2. rempart ; 3. dalle dressée pour le soutènement d’un poteau vertical entrant dans la construction de l’habitat ; 4. matériaux en chute de l’habitat ; 5. noyau calciné des matériaux de construction (pierres et bois) de l’habitat ; 6. dalle dressée pour le soutènement d’un poteau vertical entrant dans la construction de l’habitat néolithique ; 7. rempart du Bronze final ; 8. niveau de l’habitat du Bronze final.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende Fig. 23. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Section 7, secteurs ± 0 et -1, dans l’habitat néolithique, vue du conglomérat de calcaire érodé.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Fig. 24. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.Structures de défense et d’habitat du Néolithique moyen retrouvées sur le terrain (axonométrie) : 1. Fosse d’extraction des matériaux (pierres) ; 2. rempart du Néolithique moyen ; 3, 4. dalles dressées pour le soutènement de poteaux verticaux entrant dans la construction de l’habitat ; 5. structures de pierres et de bois (colombage) de l’habitat ; 6-12. poteaux verticaux de l’habitat ; 13. enduit d’argile plaqué contre le parement interne du rempart ; 14. aire de circulation en terre battue ; 15. foyer ; 16. fragment de torchis ; 17. murette de pierres ; 18. limite de l’habitat du Néolithique moyen ; 19, 20. pièces de bois horizontales appartenant aux structures d’habitat du Néolithique moyen.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Fig. 25. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.Plan de détail au niveau des fondations du rempart du N.M.B., section 7 : a. aires brûlées avec charbon de bois in situ provenant du défrichage au moment de l’installation des Néolithiques ; b. aires d’argile rubéfiée ; c. parement intérieur du rempart Bronze final ; f. emplacement d’une poutre disposée perpendiculairement au rempart dans une structure d’habitat du N.M.B. ; g. parements intérieur et extérieur du rempart du N.M.B.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende Fig. 26. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Trou de poteau aménagé dans la roche du plateau (habitat néolithique).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 27. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Dalle dressée assurant le calage d’un poteau vertical dans l’habitat néolithique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende Fig. 28. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Trou de poteau aménagé dans le rempart néolithique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Fig. 29. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.Section 7, élévation de la façade externe du rempart N.M.B. : n° 1377. Emplacement d’un prélèvement de bois brûlé pour datation radiocarbone (GIF 3381 : 4990 ± 130 B.P.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Fig. 30. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.Reconstitution des structures de défense et d’habitat du N.M.B. d’après les éléments retrouvés en fouilles (cf. fig. 24) : 1. fosse d’extraction des matériaux (pierres) ; 2. rempart ; 3. palissade ; 4. bâtiment chaîné au rempart par des pièces de bois.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende Fig. 31. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Fragment de crâne humain retrouvé le long du parement extérieur du rempart néolithique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende Fig. 32. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.A. Coupe de l’extrémité ouest du barrage, section 10, avec indication de la « porte » au N.M.B. B. Plan de l’extrémité ouest du barrage, section 10, avec indication de la « porte » d’entrée dans le camp au N.M.B.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 33. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Plan de répartition des principaux mobiliers du Néolithique moyen.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Fig. 34. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Grand vase à provision, N.M.B.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Fig. 35. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.Formes de céramiques du N.M.B., récipients de grandes et moyennes dimensions : 1 et 5. jarres ; 2. fragment de col éversé, lèvre arrondie ; 3. gobelet à carène, col légèrement rentrant, lèvre amincie et fond oscillant ; 4. gobelet à col vertical monté aux colombins, lèvre amincie et fond oscillant ; 6. jatte à col haut éversé, lèvre ourlée extérieurement, épaule arrondie bien marquée et fond oscillant ; 7. gobelet à épaulement arrondi, col lègèrement éversé et lèvre amincie ; 8. grand fragment de gobelet à carène vive ; 9. fragment de grande marmite à carène prononcée basse, col éversé et lèvre arrondie.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende Fig. 36. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.Éléments de préhension non perforés du N.M.B. : 1. gros mamelon hémisphérique ; 2. mamelon ovalaire ; 3. petit mamelon hémisphérique ; 4. mamelons prismatiques doubles séparés par une dépression centrale ; 5. mamelon à dépression centrale formant un bourrelet en arceau ; 6. petit mamelon hémisphérique ; 7. mamelon hémisphérique placé au sommet de l’épaule d’une jarre ; 8. petit mamelon ovalaire ; 9. petit mamelon hémisphérique ; 10. amorce d’anse plate verticale en languette (type chasséen) ; 11. mamelon prismatique vertical ; 12. mamelon ovalaire à dépression centrale ; 13. mamelon ovalaire ; 14. petit mamelon hémisphérique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende Fig. 37. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.Éléments de préhension simples à perforation horizontale, du N.M.B. : 1. mamelon ovalaire vertical ; 2. gros mamelon ovalaire vertical ; 3. mamelon ovalaire vertical ; 4. mamelon ovalaire vertical ; 5. mamelon hémisphérique ; 6. mamelon hémisphérique ; 7. petit mamelon hémisphérique ; 8. mamelon ovalaire horizontal ensellé ; 9. mamelon hémisphérique ; 10. mamelon hémisphérique ; 11. mamelon ovalaire horizontal ; 12. fragment de mamelon à perforation quadrangulaire.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 38. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.Éléments de préhension composites à perforation horizontale du N.M.B. : 1. mamelons ovalaires verticaux jumelés, au moins par ensemble de deux, sur l’épaule d’un grand vase ; 2-5. mamelons ensellés.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Fig. 39. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.Éléments de préhension simples et composites à perforations verticales et perforations dans la paroi (sauf 7, sans perforation), N.M.B. : 1. grosse baguette multiforée verticalement ; 2. petite baguette multiforée verticalement (type chasséen) ; 3. mamelon ovalaire à deux perforations verticales ; 4. mamelon composite jumelé à deux perforations verticales ; 5. trou de suspension dans un fragment de paroi de vase ; 6. fragment de mamelon ovalaire horizontal à deux perforations verticales ; 7. mamelon hémisphérique non perforé ; 8. fragment de grande jatte à bord légèrement rentrant, lèvre plate, trou de suspension dans la paroi ; 9. mamelon ovalaire horizontal à deux perforations verticales ; 10. fragment de la paroi d’un grand vase présentant un trou de suspension, vraisemblablement près du bord.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 40. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.Profils de récipients et bords du N.M.B. : 1. jarre à col éversé et mamelons de préhension sur l’épaule ; 2-6. bols carénés ; 7. fragment de bouteille à col à bord droit et lèvre arrondie ; 8, 9. bords éversés à lèvre amincie ; 10. bord droit à lèvre arrondie ; 11, 12. bords éversés à lèvre ourlée extérieurement ; 13. bord légèrement éversé à lèvre arrondie ; 14, 15. bords éversés à lèvre à méplat ; 16. jarre à col éversé, paroi très fine.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Fig. 41. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.Types de décors et bords du N.M.B. : 1, 2, 4, 5, 6-8. décor gravé de stries irrégulières ; 3. col de bouteille à bord droit et lèvre arrondie, amorce d’épaule décorée d’incisions faites à la spatule ; 9. bord éversé à lèvre amincie et à petit méplat ; 10. bord ondé ; 11. fragment de bord présentant l’amorce d’un cordon lisse horizontal se raccordant à un cordon semblable vertical.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Fig. 42. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.Formes de céramiques du N.M.B., récipients à usages spécialisés : 1, 6, 10, 13, 14. fragments de puisoirs ; 2-5, 7-9. fragments de cuillères ; 11-12. fragments de disques de terre cuite dits « plats à pain ».
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende Fig. 43. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Échantillons de pâtes de céramiques du N.M.B.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 44. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.Industrie lithique du N.M.B., armatures de flèches perçantes, en silex ou en chaille : 1. triangulaire, élancée, à base concave ; 2. triangulaire à base droite ; 3. à base convexe, foliacée, élancée, à retouches envahissantes ; 4. triangulaire à base convexe ; 5. foliacée et trapue ; 6. triangulaire à base droite ; 7. à base légèrement convexe, retouches bi-faciales ; 8. triangulaire, foliacée à base convexe ; 9. losangique, de petite taille ; 10. triangulaire à base concave, retouches envahissantes.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Fig. 45. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Armatures de flèches du N.M.B. et du Néolithique final.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Fig. 46. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.Industrie lithique du N.M.B., perçoirs, grattoirs et outils divers en chaille ou en silex : 1. perçoir à retouches bi-faciales, partie proximale déjetée ; 2. grattoir hémicirculaire en bout de lame ; 3. grattoir sur éclat circulaire ; 4. grattoir sur extrémité d’éclat trapu ; 5. couteau sur lame de silex ; 6. perçoir en silex ; 7. base de lame finement retouchée ; 8. éclat finement retouché ; 9, 10. fragments de lamelles ; 11. fragment de lame retouchée, silex ; 12. pointe foliacée sur éclat de silex blanc, fines retouches ; 13. grattoir en silex, une face ayant été utilisée comme percuteur ; 14. burin double ; 15. lame retouchée en grattoir sur le plan de frappe ; 16. perçoir losangique sur éclat en chaille ; 17. grattoir sur gros éclat lamellaire, cortex ; 18. grattoir sur éclat allongé ; 19. grattoir sur extrémité d’éclat cortical ; 20. grattoir sur grand éclat, silex ; 21. racloir et grattoir sur éclat allongé ; 22. perçoir en silex ; 23. racloir en silex.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Légende Fig. 47. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Talon de hache en roche verte, in situ.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 48. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.Industrie lithique du N.M.B. : haches, broyeurs, bille et polissoir : 1-8. fragments de haches en roche dure polie (les fragments nos 2 et 8 ont été utilisés comme percuteur, grattoir nucléus) ; 9. broyeur ovalaire en granite ; 10. broyeur sphérique présentant des facettes d’usage ; 11. fragment d’un polissoir à rainures, en granite ; 12. bille en roche polie ; 13. broyeur sphéroïde en granite présentant des facettes d’usage.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Fig. 49. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.Industrie en bois de cerf et en os, gaines de haches et manches d’outils du N.M.B. : 1. gaine de hache en bois de cerf à ressaut proximal ; 2. gaine de hache en bois de cerf à manchon court ; 3. petite gaine d’outil en bois de cerf, léger ressaut poli à son extrémité distale ; 4. manche d’outil en bois de cerf ; 5. gaine de hache en bois de cerf à ressaut proximal ; 6. gaine de hache en bois de cerf à manchon subcylindrique allongé ; 7. manche d’outil en os, la cavité médulaire travaillée de façon à aménager une section intérieure quadrangulaire ; 8. gaine de hache en bois de cerf, type en manchon, les deux extrémités chanfreinées ; 9. gaine de hache en bois de cerf à ressaut proximal.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 50. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Industrie en bois de cerf : gaines de hache, Néolithique moyen N.M.B.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende Fig. 51. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Parures en os du N.M.B. : 1. pendeloque à une perforation confectionnée dans une dent ; 2. pendeloque arciforme à deux perforations.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Fig. 52. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Pendeloque arciforme, confectionnée dans une mandibule de sanglier, N.M.B.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende Fig. 53. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.Industrie en bois de cerf et en os, poinçons, ciseaux, spatules et alésoirs du N.M.B. : 1. spatule ou lissoir en os ; 2. poinçon en os, l’extrémité proximale présente des traces noirâtres, peut-être les marques d’un emmanchement ; 3-12. poinçons en os (le 7 présente aussi des marques d’emmanchement sous la forme de stries parallèles à son extrémité proximale) ; 13. extrémité d’un ciseau en os ; 14. spatule ou lissoir en os ; 15. ciseau en os ; 16. spatule ou lissoir en os ; 17. spatule en os ; 18. alésoir en os ; 19. lissoir en os ; 20. ciseau en os ; 21. lissoir en os ; 22. spatule ou ciseau en os ; 23. ciseau en os ; 24. alésoir en os ; 25. ciseau en os ; 26. spatule ou lissoir en os ; 27. alésoir en bois de cerf.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende Fig. 54. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Plan de répartition des principaux mobiliers du Néolithique final.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende Fig. 55. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.Section 7, vue d’une fosse en avant du rempart néolithique ; à droite, on note la suite des pierres de parement en chute jusqu’au fond de l’excavation.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Fig. 56. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.Section 7, même fosse que celle de la fig. 55, état après dégagement des matériaux en chute recouvrant des mobiliers du Néolithique moyen et final.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Fig. 57. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Jarre du Néolithique final.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende Fig. 58. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.Céramique du Néolithique final, cordons, préhensions et jarre : 1. tesson orné d’un cordon lisse horizontal ; 2. sous un bord droit à lèvre arrondie, mamelon de préhension ovalaire horizontal, sans perforation ; 3. bord à lèvre arrondie sur laquelle on trouve un mamelon de préhension ovalaire, horizontal, sans perforation ; 4. bord à lèvre arrondie sous lquelle on trouve un mamelon de préhension circulaire et aplati, sans perforation ; 5. bord éversé à lèvre en méplat sous laquelle se trouve un cordon horizontal ; 6. jarre à panse verticale, petit col éversé à bord épaissi, mamelon de préhension ovalaire allongé sur la lèvre.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Fig. 59. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Section 3, coupe nord-sud avec indication du niveau à céramique du Néolithique final.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 60. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.Industrie lithique, armatures de flèches et scie à encoches du Néolithique final : 1. fragment d’une grande armature de flèche perçante losangique, peut-être brisée en cours de taille et utilisée avec une base droite ; 2. armature de flèche perçante losangique avec pédoncule et amorces d’ailerons ; 3. fragment d’armature de flèche triangulaire perçante à pédoncule et ailerons ; 4. armature de flèche perçante losangique de grande taille avec pédoncule et amorces d’ailerons, silex, retouches envahissantes ; 5. scie à encoches sur plaquette de silex avec cortex ; 6. armature de flèche perçante losangique avec amorce d’ailerons et pédoncule trapu, retouches bi-faciales ; 7. armature de flèche perçante losangique de grande taille, amorces d’ailerons et pédoncule trapu.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende Fig. 61. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.Section 3, coupe stratigraphique est-ouest au nu du parement interne du rempart du Bronze final.I. Rempart du Bronze final (8) : Ia. éboulis de la partie supérieure du rempart du Bronze final ; Ib. assises de fondation du rempart du Bronze final (9) ; petits éléments détritiques (matériaux néolithiques sous-jacents) mêlés de gros blocs (rempart néolithique en chute), niveau inférieur atteint par les constructeurs du rempart supérieur dans lequel on retrouve un sol témoin de l’occupation du site au Bronze final (3).II. Rempart du Néolithique moyen : IIa. couche cryoclastique formée de matériaux détritiques correspondant à l’abandon du site entre le Néolithique final (IIe millénaire av. J.-C.) et la construction du rempart du Bronze final (ixe siècle av. J.-C.) (4) ; IIb. couche d’incendie, cendreuse et charbonneuse, située au-dessus des matériaux des structures d’habitat du Néolithique ; IIc. noyau de matériaux corrodés comprenant des pierres calcaires, de l’argile décomposée, des matériaux en chute (notamment de grandes dalles plates) provenant du rempart, des structures d’habitat néolithique (5) et du parement extérieur du rempart néolithique ; terre mêlée de pierrailles correspondant à la couche d’abandon du site au Néolithique moyen.III. Niveau supérieur du substrat rocheux correspondant au défrichement du terrain au Néolithique moyen (6).IV. Roche en place du Bajocien (7).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Fig. 62. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.Rempart du Bronze final, façade extérieure à l’est de la tour 5 (jalon vertical supérieur) ; rempart du Néolithique moyen, façade extérieure (jalon vertical inférieur).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 63. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Rempart du Bronze final, façade extérieure à l’est de la tour 1.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende Fig. 64. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Ouvrages défensifs : 1. parement extérieur du rempart du Néolithique ; 2. parement extérieur du rempart du Bronze final.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 65. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.Rempart du Bronze final, façade interne sur laquelle on note un joint vertical à la jonction de deux segments de construction et l’utilisation d’un appareil en « épis ».
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende Fig. 66. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Rempart du Bronze final, élévation en façade extérieure de la tour 1 et de son agrandissement.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende Fig. 67. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.Schéma de la construction du rempart du Bronze final selon cinq segments et évolution de la taille des tours 1 et 3 qui présentent des agrandissements.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende Fig. 68. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.Plan de la partie fouillée du rempart du Bronze final avec ses cinq tours ; dans le cartouche, indication de l’entrée présumée du camp au Bronze final.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 69. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.Section 3, coupe sur les remparts du Néolithique et du Bronze final et élévation du côté est de la tour 5.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende Fig. 70. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Vue générale de la tour 5 (angle sud-est).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 71. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.Rempart du Bronze final et tour 5, angle sud-est et côté est, reposant sur le rempart néolithique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Fig. 72. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.Tour 1, détail de l’angle nord-ouest de la tour primitive marié avec le parement extérieur du rempart du Bronze final.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Fig. 73. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.Tour 1, angle sud-est de son agrandissement.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Fig. 74. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Tour 2, parement de l’angle sud-ouest reposant sur le substrat néolithique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende Fig. 75. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.Plan de répartition des principaux mobiliers du Bronze final.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende Fig. 76. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.Céramique et objet de bronze du Bronze final : 1. fusaïole biconique en terre cuite, décor de cannelures horizontales et parallèles ; 2, 5, 11-13, 21, 22. tessons décorés de cannelures horizontales ; 3. bord droit à lèvre arrondie, décor d’incisions à l’ongle suivant deux lignes horizontales et parallèles ; 4. tesson décoré d’un cordon horizontal à impressions digitales ; 6. fragment de col vertical décoré d’un cordon horizontal à impressions digitales, bord à lèvre déjetée extérieurement ; 7. rivet en bronze ; 8. jatte à bord rentrant, lèvre à méplat intérieur ; 9, 14 et 20. tessons décorés de stries gravées horizontales et parallèles ; 10. bord de jatte légèrement rentrant ; 15, 16 et 24. fonds plats ; 17-19 et 23. bords à lèvre à méplat intérieur ; 25. fragment de la partie supérieure d’une urne présentant une anse en ruban, décor de cannelures parallèles et d’incisions obliques faites à l’ongle.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende Fig. 77. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard.Armatures de flèche du « type du Bourget », en fer, Bronze final III : 1 et 3. armatures à deux perforations de section quadrangulaire ; 2. armature sans perforation.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Fig. 78. Vitteaux (Côte-d’Or), Grotte de Myard.Haches du dépôt : 1. hache plate en cuivre (Bronze ancien) ; 2. hache à forts rebords, en bronze (Bronze moyen) ; 3. hache à légers rebords du « type de Neyruz », en bronze (Bronze ancien) ; 4. hache à ailerons terminaux, en bronze (Bronze final).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 79. Vitteaux (Côte-d’Or), Grotte de Myard.Les quatre haches du dépôt, Bronze ancien, moyen et final (a, b, c, d).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23567/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 71k

© ARTEHIS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search